Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1451

MessageSujet: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Sam 13 Mai 2017 - 17:31

Event 5


le Tourbillon





C'est le grand jour.

On se lève à l'aube, sans savoir que les plus jeunes êtres de l'île se préparent eux aussi à traverser l'Océan. Les yeux sont rivés vers l'amas de nuages noirs comme la suie qui obstruent le ciel, loin là-bas, au coeur de la mer. Le Jolly Roger a été consolidé, lustré, paré au combat. Le Capitaine se tient à sa proue, un sourire carnassier rehaussant ses lèvres, son crochet luisant sous la pluie fine qui crache sur la terre.
Maman Brigitte, suivie de près par son fils aîné Baron Samedi, monte à bord du navire. Une atmosphère étrange, obscure, imprègne aussitôt le bois de l'esquif. Les tribus Peaux-Rouges suivent le pas. Les moins malades ont été choisis pour accompagner l'expédition. Les indigènes se méfient des pirates et de leur tendance à ignorer les lois de la Nature. C'est avant tout pour cela qu'ils sont là. Puma Sanguinaire, trop souffrant pour prendre part au combat, a dépêché sa vaillante fille et son fidèle chaman. Phasme Suprême compte sur Loutre Sage et même sur les plus jeunes pour parvenir à toucher l'Esprit furieux. Quant au Chaman des Delaware, il est présent aujourd'hui, aux côtés de Maman Brigitte qu'il salue avec respect, aux côtés du capitaine et de ses hommes qui le toisent avec défiance et hargne. Cela fait bien longtemps qu'il n'a pas pris la mer.

Le chef des pirates ne tarde pas à donner ses directives. Tandis que lui-même, Smee, Maman Brigitte, Baron Samedi, Boa Nocturne et Corneille Ardente resteront avec une partie de l'équipage sur le Jolly Roger, les autres seront dispersés dans de petites embarcations, afin de distraire l'Esprit Océan. Deux pirogues indigènes sont tout d'abord jetées à la mer. Deux barques également. D'autres suivront, derrière. Les rares Créatures prenant part à l'aventure sont accueillis au hasard, en essayant d'équilibrer les groupes. Et les braves, pirates ou peaux-rouges, savent que peu reviendront.

Dans le premier canoë, de modèle Piccaninny comme en témoigne les gravures rappelant l'ours, sont placés :
→ Sam Miller / Grizzli Funeste / Capucin Farouche / Erzulie / Petit Loup.
+ PNJ : Mésange Secrète

Dans le second canöe, Huron cette fois, sont placés :
→ Carne / Salazar / Hérisson Chanteur / Lys Tigré / Cosmy.
+ PNJ : Buffle Royal

Dans une barque sont placés :
→  Last / Claudia / Loutre Sage / Léopard Acharné / Koala Cosmique.
+ PNJ : Philippe Carpenter

Dans une seconde barque sont placés :
→ Keith Jackson / Miss Annabelle / Abeille Vigilante / Coyote Revêche / Jim Crazyleg.
+ PNJ : Aedan

NB:
 


Chaque embarcation peut communiquer au moyen d'un artefact ensorcelé par Maman Brigitte : un miroir dupliqué en plusieurs exemplaires dont l'original se trouve sur le Pont du Jolly Roger. Cela permettra à Hook de donner ses directives, mais aussi aux petits groupes de communiquer entre eux.
Les gens du Bayou venus prêter main forte invoquent des loas, les Delaware des fumerolles, qui bondissent gracieusement autour des barques. Ils auront la noble tâche de protéger les hommes des dangers qui les attendent sur les flots. Il y a des rames pour chaque canot, mais pour l'instant, ce sont les petits esprits qui les dirigent. Le Jolly Roger étend ses voiles et son drapeau de mort. Prêt pour l'abordage le plus incroyable de son histoire.

James Hook lance un ordre. On pousse les esquifs vers la mer. Le vent les fait glisser sur l'eau, tandis que le ciel, déjà, gronde. L'air est froid et lourd. Les sirènes bondissent aux côtés des barques. Leur rôle est essentiel. Elles devront guider les marins vers leur père furibond. Vers l'abysse noire qui crevasse leur foyer.

Les marins entonnent un chant de courage, tandis que les peaux-rouges psalmodient à leur tour, et que les gens du Bayou récitent des incantations sans presque bouger les lèvres.


*


Au bout de plusieurs heures, les sirènes sentiront quelque remous agiter le fond des eaux. L'Esprit Océan vous a senti. Hook commande que les embarcations s'écartent du navire. Il faut se disperser. On réagit sans réfléchir, guettant la surface, les muscles tendus, la gorge serrée. Les remous cessent pourtant, et on se prend à penser que ce n'est là que le jeu du vent.

Mais non !!!
Il surgit, le danger, faisant tanguer les barques avec force ! Des créatures mi-esprits, mi-animales trouent la surface. Elles sont énormes, maculées de bleu et de blanc, et manifestement déchainés.

Le groupe de Sam, Grizzli Funeste, Capucin Farouche, Erzulie et Petit Loup affronte un morse à quatre dents colossales, qui abat de grosses vagues sur leur canoë à chaque secousse.

Le groupe de Carne, Salazar, Hérisson Chanteur, Lys Tigré et Cosmy affronte un requin aux nageoires plus tranchantes qu'une hache, qui entreprend de détruire peu à peu le bois de la pirogue. Il se déplace si vite qu'on le croirait capable de téléportation.

Le groupe de Last, Claudia, Loutre Sage, Léopard Acharné et Koala Cosmique affronte un hippocampe énorme dont le ventre extrait régulièrement des nuées de petits hippocampes hargneux qui se ruent sur leurs ennemis, tentant de les couper, les mordre, les faire basculer, voire les éborgner.

Le groupe de Keith, Miss Annabelle, Abeille Vigilante, Coyote Revêche et Jim Crazyleg, enfin, face face à deux grosses murènes hystériques qui volent dans les airs et lancent à foison des décharges électriques. Illuminant leur corps d'un éclat blanc éblouissant, c'est presque impossible de les affronter sans s'aveugler.


Les autres embarcations qui suivent ne sont pas en reste. Chacun affronte un danger différent, mais toujours aussi redoutable. Les petits esprits, verts ou blanchâtres, qui vous escortent luttent, mais un certain nombre succombe. Quant au Jolly Roger, c'est l'Océan lui-même qu'il affronte, alors qu'une tempête soudaine le frappe sans prévenir. Le mât craque, une voile se déchire. Des vagues infestés de requins et des pires bestioles qu'enfante la mer recouvrent le pont.


Le combat a déjà commencé.



PRECISIONS – A LIRE ABSOLUMENT:
 



Dernière édition par L'Ombre le Dim 14 Mai 2017 - 13:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Miss Annabelle
avatar

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 121
✘ SURNOM : La Dormeuse
✘ AGE DU PERSO : 20 années

✘ LIENS : L'entrée des Contrées est par la mer, mais Il y dort... prenez garde au Dormeur qui rêve et attend

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Sam 13 Mai 2017 - 19:35


Tout semblait désespéré. Le ciel était si lourd qu’il semblait étouffer chaque souffle, et l’océan… l’océan grondait comme la rage des Anciens. Annabelle ne savait plus que faire, elle avait suivi les ordres donnés à tous ceux qui demeuraient sous le commandement du capitaine. Tous devaient apporter leur aide. Combattre la folie du tyran de cette île.

Annabelle avait longtemps hésité, la meilleure solution lui sembla de ne pas avoir les bras croisés. De ne pas encore les laisser sombrer. Car si elle décidait de ne rien faire, sans doute aurait-elle fini par ne pas écouter Dabeid. Regarder le Necronomicon et simplement aider à la précipitation du monde dans les méandres ? Rendre ce bout d’univers à Azathoth.

Elle avait un peu caressé cette petite envie de réveiller Cthulhu d’elle-même.

Pour montrer à Peter qu’il ne méritait pas son propre monde, que le Dormeur allait s’en emparer.

Cependant, pour quelques personnes, une petite poignée… elle hésitait à leurs faire vivre le cauchemar éternel. Alors, tant pis. Elle suivit la troupe sur ces barques qui l’inquiétaient tant. Cheveux tressés en une longue natte, un pantalon –auquel elle demeurait très peu habituée- chemisier remplaçant l’entravant corset. Au moins, ses cicatrices ne lui procureraient pas de dérangeantes sensations.

Armée, c’était… étrange. On avait fourni quelques armes à ceux qui n’en avait pas d’origine. Une dague et un pistolet, elle avait dû s’entrainer un peu avant de se lancer sur ces barques.

Au moins, il n’y avait plus de place pour les fantômes qui murmuraient à ses oreilles. Le monde, l’île, prenait déjà bien assez de place en ce jour.

Elle surveillait beaucoup l’eau sur laquelle ils naviguaient, s’accrochant comme elle le pouvait. La Dormeuse n’assistait pas à une banale promenade sur un lac, elle voyait le danger partout. Son esprit se réfugiait dans les récits qu’elle connaissait, ces récits où beaucoup mourraient.

Annabelle faisait aussi tout pour ne pas s’occuper de Jim, pour résister à l’envie de l’offrir à Cthulhu par une simple poussée. Il fallait savoir faire la part des choses.

Deux murènes, folles, dans les airs, devenues des orages électriques prenaient déjà beaucoup de place dans son attention. Annabelle fut éblouie par la première manifestation, impossible de tenter de tirer sur ces créatures à ce moment. Il fallait être très rapide. Pour le moment, elle dû se contenter d’éviter les attaques.

Tout semble déchainé.

La Dormeuse était presque rassurée de ne pas voir un rejeton des Anciens, elle avait déjà un peu plus d’espoir. Elle tentait d’observer un point faible sur ces créatures, tant qu’elles ne brillaient pas de leurs foudres.

Spoiler:
 






Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Last
avatar

☠ Maitre-Artillerie du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 66
✘ SURNOM : Le Mélodrame.
✘ AGE DU PERSO : Techniquement plus de 25 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : 3/3.
✘ LIENS : Loge du comédien.
Casting du spectacle.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Sam 13 Mai 2017 - 21:17


AFFRONTER LE TOURBILLON
ft. les Pirates, Sirènes et Créatures



Le Capitaine avait donné des ordres.

L'être tout entier de Last y répondait toujours sans flancher (du moins, tant qu'il le pouvait).

Faire équipe avec les Peaux-Rouges, ça le faisait grincer des dents. Il en voulait éternellement à celui qui lui avait transpercé l'oeil. Ruminait toujours des insultes ô combien polies et sarcastiques envers les indiens... Mais là, si l'Île entière en dépendait – et que Hook le voulait – alors il allait mettre ces misères de côté et faire équipe avec eux. Pour sauver Neverland. Pour sauver son théâtre géant.

Il se serait fait une joie de rester sur le navire, à son poste : là où les canons auraient tonné dans des étincelles de feu énormes, et où il aurait dansé sur le rythme des « boum » qui l'amusaient tant. Hélas, non, le Maître-Artillerie fut désisté temporairement et à bord d'une barque avec des personnages qu'il n'avait jamais vu. Outre les trois indiens avec lesquels il pensait très vite « sympathiser » de force, il n'avait jamais vu Claudia. Last passait certes beaucoup de temps sur terre, à réciter ses vers dans le vide ou pour des spectateurs invisibles dans la forêt ou sur la plage, mais il avait rarement fait connaissance avec les femmes.

Enfin, en voilà une originale, de manière de faire connaissance.

Last s'était abstenu de tout commentaire envers ses camarades de l'instant, et s'était contenté de faire comme il le faisait toujours lorsque quelque chose arrivait : c'est à dire jouer le narrateur. Les vagues frappaient le bois de l'embarcation, et Last, tout devant, regardait devant lui comme si un public entier ne regardait que son visage borgne, décoré d'un cache-oeil.

… Non, en fait, son public, pour une fois il l'avait.

Personne ici autour ne l'écoutait, mais ils étaient là !

- Ô tragédie, tragédie... La fin de l'acte approche, et pourtant, on ne sait de combien de scènes il est écrit... Les péripéties, l'action, les volte-faces, tout est prêt... ! Aaah, comme c'est excitant, d'être au centre de l'histoire!

Les autres allaient le prendre pour un fou; pour ce que ça allait changer de d'habitude.

Et là, l'antagoniste approcha. Un hippocampe géant, avec son armée d'hippocampes liliputiens.

Ce fut d'abord ce petit troupeau, auquel Last et son petit équipage devait faire attention. Un seul moment d'inattention à cause de ces mini-choses pouvait leur être fatal; et s'il l'était pour l'un, il allait l'être pour tous sur cette barque.

Aux premiers hippocampes, Last dégaina un poignard qui faucha en deux l'un d'eux, aspergeant son propre nez d'un peu de sang. Son regard borgne se plissa : le forban était lâché. Dommage, cette instabilité et cette bride de liberté sur l'eau... Il sortit alors ses armes fétiches : deux pistolets aux longs canons d'or, brillants comme au premier jour. Sans plus attendre, il se leva, puis tendit les bras pour viser l'estomac de la créature aquatique géante.

Il tira avec un sourire qui reflétait ce qu'il était : un pirate qui n'avait pas peur du trop plein d'adrénaline.


Résumé:
 


Dernière édition par Last le Lun 29 Mai 2017 - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coyote Revêche
avatar

♐ Guerrier des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 24
✘ SURNOM : La Solitaire
✘ AGE DU PERSO : 18 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Faut demander
✘ LIENS : Un être sauvage
qui ne saurait être apprivoisé

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Sam 13 Mai 2017 - 22:03

Sous une averse qui durait depuis des jours, Coyote Revêche suivit ses confrères et consœurs vers ce qui promettait être une aventure mortelle. La tête haute, elle avança aux côtés de Grizzly Funèbre et des autres braves guerriers de sa tribu. Malgré la fatigue qui la ronge, la jeune fille allait se battre pour ceux qui ont poussé leur dernier souffle, promesse de Piccaninny.

Même sous le bruit du tonnerre, elle resta droite et fière. Pas question de montrer sa peur, pas question de décevoir son sang, pas question de laisser sa destiner aux creux des mains des Visages Pâles. À défaut de pouvoir agir seule, l’indienne devait participer à cette expédition et se plier à la règle ; ne pas blesser les Peaux-Blanches. Évidemment, elle n’avait pu s’empêcher de grogner, ce à quoi on lui avait donné le choix. Rester au village ou coopérer. Sa présence sur la barque parlait pour elle.

Assise dans l’embarcation, elle fixait les autres passagers sans dire un mot. Alerte.

Ce qu’elle aimerait les jeter par-dessus bord. Les faire disparaître à jamais.

Au bout d’un instant, son regard se porta vers les autres embarcations. La solitaire n’eut aucune difficulté à remarquer la massive silhouette de l’Écorché. À quoi pensait-il à l’instant ? Songeait-il, lui aussi, à évincer leurs ennemis ? Cette pensée la fit sourire. Rien de rassurant pour ses compagnons de mésaventure. Le regard de l’indienne revint sur ces derniers. À choisir, elle commencerait par l’homme, puis le blondinet et enfin la fille.

Après des heures à imaginer différentes manières de les tuer, Coyote Revêche entendit, avant de ne voir, les murènes percer l’océan. Son arc glissa de son épaule et une flèche s’y trouva encochée en moins de quelques secondes. Elle se positionna derrière l’un des visages pâles pour mettre en joue l’une des murènes. Immédiatement, elle dut détourner le regard, éblouie par la lumière. Cette fois, elle se concentra sur son ouïe pour les « voir ».

Résumé:
 


Dernière édition par Coyote Revêche le Sam 13 Mai 2017 - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cosmy
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 35
✘ SURNOM : la momie
✘ AGE DU PERSO : très jeune, un bébé qui découvre le monde !

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours :3
✘ LIENS : Cette créature solitaire.

Aussi gentille que naïve.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Sam 13 Mai 2017 - 22:10

Cosmy ne savait pas pourquoi elle était là. Elle se promenait innocement au milieu du port quand elle se retrouvait irrésistiblement attirée par un gigantesque atroupement de gens. Au départ, elle pensait que les gens du port s'étaient réunis pour faire une saute de chat géant ou de quelconque jeu collectif.

... Et elle y croyait encore. Elle s'était retrouvée assise dans un canoë avec les autres par pur malentendu.

"Tu viens nous aider ?"
"Oui oui oui ! Je veux jouer avec vous !"
"Tu crois que c'est un jeu ? Tu dois en avoir vu des combats pour trouver que tout ça à l'air d'un jeu, on va compter sur toi, là-bas, tu sais !"
"Oui, vous pouvez compter sur moi pour animer la partie ! On va beaucoup s'amuser !"
La voilà qui agitait les bras en l'air, surexcitée.
'T'as des armes ...?"
"Bah j'ai une machette, mais j'en aurais pas besoin, on va juste jouer, après tout !"
"T'auras même pas besoin d'arme ?! Tu dois vraiment être une puissante créature !"
"Je suis pas puissante, je suis Cosmy !" Rétorquait-elle au premier degré, naïve.
"Eh bien ! Tu m'as l'air confiante ! Tu t'es déjà beaucoup battu avant ?"
"Hihihi ! Jamais ! Mais on s'en moque, on est là pour s'amuser !"
Le pirate tirait maintenant une drôle de tête, et voilà déjà le rouleau de PQ sur pattes qui s'en allait avec les autres en sautillant, euphorique, impatiente de jouer avec ses nouveaux amis dans les bateaux.

Le ciel était très sombre, il pleuvait des cordes, les vagues étaient extrêmement agitées et le canoë faisait des bons à chaque vague qu'il heurtait, tandis que Cosmy sautait de joie à chaque secousse.

"Ouuuui ! Ahahah ! C'est super ! Vivement que le jeu commence !"

Personne qui ne l'accompagnait sur l'embarcation ne lui répondait, stressés. La momie mouillée, ajouta toute innocente qu'elle était :

"Bah pourquoi vous tirez ses têtes ? Le but c'est de passer un bon moment, pas de gagner ! Vous allez voir ça va être drôle, et c'est pas grave si on perd !"

Elle achevait sa phrase sur un rire léger et enthousiaste. Les autres la regardaient avec un air totalement déconcerté, intrigué ou amusé, cela dépendait de la personne. Puis voilà que la mini-momie voyait une drôle de forme dans l'eau arriver à toute vitesse.

"Regardez, y'a un grogros poisson !" Elle le pointait du doigt bandé, alors que la chose faisait un premier assaut sur l'embarcation des copains de Cosmy et d'elle-même, ce qui faisait trembler l'objet sans trop l'endommager pour autant.

"Attention monsieur poisson ! Vous avez failli nous blesser !" La chose revenait désormais pour un second assaut.

Elle ressentait des torrents de peur dont elle se nourissait volontiers, mais ne comprenait pas une seule seconde pourquoi autant de monde étaient aussi effrayés. Ce n'était qu'un jeu collectif après tout.

C'était pas comme si on les envoyaient à la mort.
résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léopard Acharné
avatar

♐ Membre des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 32
✘ SURNOM : L'Amer
✘ AGE DU PERSO : La quinzaine

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Dim 14 Mai 2017 - 1:31

Il était venu.
Il ne savait même plus exactement quel but avait l'expédition, mais les Braves s'étaient avancés pour y participer, Lys Tigré, Capucin Farouche, Coyote Revête, Grizzly Funeste. Ils étaient là, alors il avait suivi. Ce n'était qu'une guerre de plus où prouver sa bravoure, prouver qu'il était des leurs. Ne pas tuer de Visages-Pâles était un difficile compromis, mais il s'y plierait.

Le visage froid et dur comme il le pouvait, Léopard Acharné s'était trouvé à l'heure dite, au lieu dit. Son tomawhak et son poignard étaient glissés à sa ceinture. Imprégné de son essence animale avant le départ, ses yeux brillaient jaunes, ses ongles étaient d'avantage des griffes et ses dents d'avantage des crocs. Il n'avait jamais protesté. Suivre les ordres, monter à bord, embarquer avec ce ramassis d'étranges, pirates, squaws aux figures blanches et autres braves. Empoigner sans mot dire la barre. Impénétrable, les dents serrées le visage fermé. Ils n'étaient que cinq dans cette barque, mais Léopard était certain de se méfier de chacun d'eux. Last et Claudia étaient des étrangers profanateurs de la Terre. Loutre et Koala rien que des Hurons. Les rares regards qu'il avait échangés avec eux était dénués de toute énergie positive.

Il ne transmettait rien.
L'aube nimbait de lueurs pâles et rosées leurs peaux, l'eau miroitait le reflet des embarcations. Aux aguêts, l'Amer détaillait chacune d'entre elles, leur position, tout. Il avait posé le miroir enchanté à côté de lui, à même le bois. Il ne toucherait pas à cette sorcellerie, ça n'était même pas envisageable. Quelque part, peut-être que léopard commençait à avoir peur, mais il était très fort pour n'en rien trahir. Et tandis qu'ils glissaient sur les flots salés, la sueur perlait déjà sur ses tempes. Nul ne parlait pour l'instant, rien n'osait briser le silence de leur canot. Personne n'avait le droit de parler quand on allait à la guerre. Du moins le croyait-il.

Ô tragédie, tragédie... La fin de l'acte approche, et pourtant, on ne sait de combien de scènes il est écrit... Les péripéties, l'action, les volte-faces, tout est prêt... ! Aaah, comme c'est excitant, d'être au centre de l'histoire!

Un sursaut. Presque imperceptible. L'instant suivant, une giclée d'eau fusait vers le crâne de ce pirate bavard, et le Picanninny lui assenait des mots incisifs, secs, qui ne laissaient pas place au débat :


Tais toi, Visage pâle.

Rien de plus, rien de moins. Léopard était déjà passé à autre chose après un regard noir, et grinçait des dents.  

Quelques heures passèrent, le Peau-Rouge ne pipait mot. Il continuait à obéir, et fit dériver la barque lorsque la voix du Chef des Figures Blanches lui parvint dans un grésillement du miroir posé à l'écart.
Un bruit. Une tension. Il sut rapidement que quelque chose n'allait pas, et que le tourbillon-coeur se rapprochait bien trop pour que leur navigation se déroule sans encombre. Bien vite, l'eau se rida. Puis, de mille endroits à la fois survinrent dans des éclaboussures terribles d'inimaginables dangers.
Il l'avait senti. Il était le léopard, le félin. Il avait un instinct, et cet instinct-là n'était pas faillible, surtout imprégné comme il l'était. D'emblée dégaina le peau rouge son poignard, et se précipitait à l'avant, abandonnant la barre dans son inconscience. L'adrénaline pulsait en ses veines, la peur et la colère aussi.

Un hippocampe géant les surplombait et dégueulait ses ignominies par son ventre. Cela, Léopard Acharné ne l'avait vu que lorsque le premier hippocampe miniature avait volé vers lui. Il était d'ores et déjà à deux pieds de Last et embrocha la créature de plein fouet. Il en planta une, il en planta deux, il en planta six. Un septième se ficha sur une de ses épaules nues et commença à la lacérer. Dans un hurlement bestial, il y planta ses crocs et la rejeta à la mer, le secouant d'abord, comme fou. Un élan impulsif lui vit empoigner son tomawhak, y brisant au passage une griffe, et le jeter adroitement dans un des yeux de l'ennemi qui en créait d'autres. Léopard ne réalisa pas qu'il venait de perdre une de ses deux armes. Si tôt. Il donnait déjà de la tête ailleurs.Autour d'eux, des combats s'engageaient. Chaque monstre était plus terrible que l'autre, et le Piccanninny ne savait plus où donner des yeux. Les siens, il les protégeait à tout prix, donnant là un coup de griffe, là un coup de dague. Ne jamais s'arrêter, jamais. L'essoufflement pointait son nez.

Instinctivement, il s'était placé entre la bête qui les assaillait et les frères Hurons. Surtout Koala, le plus jeune Papoose qui s'était joint aux batailles.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith Jackson
avatar

☠ Timonier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 131
✘ SURNOM : L'Barré
✘ AGE DU PERSO : L'trentaine bien passée

✘ DISPO POUR RP ? : Sacrebleu, c'est qu'ça m'dirait bien !
✘ LIENS : Yoho, l'âme des pirates jamais ne mourra !


MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Dim 14 Mai 2017 - 2:33





L'ciel gronde, la mer bouillonne d'rage : j'suis comme eux. Même c'te foutue pluie peut pas éteindre l'brasier qui m'ronge dl'intérieur d'puis que...
Ct'enfoiré gamin volant nous tuera tous et au final ce s'ra tant mieux, mais pas sans l'entraîner par l'fonds 'vec nous. J'le jure sur l'bon dieu et Poséidon : Peter Pan crèvera de ma main, l'cœur arraché.
J'bouillonne sur c'foutu rafiot décrépit, j'devrais être à la barre, en train d'charger vers les bouches dl'enfer maritime ; j'ai ma foutue place sur c'foutu Jolly Roger et non pas sur c'te foutue barque avec ces foutus sauvages, c'foutu mousse et c'te foutue catin.
Pwah, elle m’écœure celle là, quand j'pense qu'à une époque jm'intéressais à c'genre d'morue. Mais maint'nan qu'je l'ai perdu j'veux plus qu'elle et les autres m'dégoûtent...
J'renvoie au centuple son regard noir à la sauvage qui s'croit menaçante et j'dririge c'te foutue barque puisquc'est tout c'que j'ai l'droit d'diriger. J'me joins pas aux chants, j'chante plus d'puis qu'on m'a arraché l'cœur à moi aussi...
Des heures, des heures à mâcher ma haine et mon amertume. Rien, rien à foutre sur c'te foutue mer agitée, mes talents sont au-d'ssus d'ces ridicules remous. J'attends qu'une chose : tuer des trucs et si ça vient pas rapidement j'vais m'faire la main sur les passagers. La grognasse en premier tiens, pi toutes ces foutues poiscailles ; je hais c'te collaboration obligée avec celles là aussi !

L'miroir maudit grésille et l'Capt'aine donne ses ordres. J'lui en veux, à un tel point, c'est à cause d'lui qu'on est coincés sur c'te foutue Île, pas capable d'tuer l'gamin. Pourtant c'grâce à lui quj'ai pu la rencontrer... Jl'aime not' Capt'aine autant que j'le hais.
Mais ça y est, c'bon, j'vais pouvoir évacuer l'feu qui m'brûle les entrailles et l'palpitant : j'vais pouvoir déchiqu'ter, exploser, réduire en bouilli c'qui approche. J'lâche les rames, j'sors mon sabre et j'me prépare.
Un premier éclair m'aveugle et j'jure. Ces créatures dl'enfer feront un très bon repas, hahahaha

"HAHAHAHAHAHA !"

J'ris. Ah quj'ris, comme un fou, c'est c'que j'suis : un fous de haine de chagrin. J'brandis mon sabre et balaye le ciel en riant plus fort qu'la tempête.
J'pas peur, mes bonnes vieilles bottes d'cuir m'protègent d'leur foutue électricité, j'suis pas con, tout l'monde l'a toujours cru mais non : j'les emmerde tous, j'les crèverais tous !

code par trush



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Typhon
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : La Succube
✘ AGE DU PERSO : inconnu

✘ LIENS : Red Sky

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Dim 14 Mai 2017 - 10:22

Les eaux étaient infernales. Impossible de peindre en paix, même si au début… Typhon avait aimé les tourbillons sanglants. Maintenant, elle ne les aimait plus. La beauté qu’elle dessinait avait plus de peine à se mettre en place lorsque les pinceaux de chairs se mêlaient au corps du père océan.

Elle avait rejoint le groupement de barques et canoés, elle les observait depuis le fond mouvementé. Admirant les reliefs à demi-silencieux, elle supposait que si un homme tombait, elle le dévorerait doucement. Prendre un peu de chaleur avant de prêter main forte. Cependant, tournant sur elle-même, la Sirène se résigna. Pas d’humain dévoré. Elle devait taire l’envie, juste aider un peu.

Quelques coups de nageoires la firent rejoindre la surface désolée.

Elle faisait des aller-retours autours des embarcations, perçant la surface pour observer ces humains et créatures qui avaient décidé de s’aider.

L’embarcation qui attira son attention fut celle d’où l’un des « marins de fortunes » parlait. Parlait, parlait. Depuis peut-être le début qu’elle les suivait, ce petit bateau ne cessait de se faire entendre. Typhon se trouvait dans ce sillage, nageant en observant le ciel lourd, lorsqu’enfin les paroles dirent quelque chose d’intéressant. Elle s’arqua en arrière pour voir l’objet de l’agitation.

Un requin bizarrement grand.

Un assaut, puis un autre se préparait. La Succube ne fut pas étonnée de voir que tout le monde se trouvait confronté à des créatures folles. Mutées.

Les requins croquaient net, puis avalaient tout rond. Faudrait-il y envoyer quelqu’un ? Le lancer au fond de la gorge du poisson vorace, pour le tuer de l’intérieur.

Tournant sur elle même, elle commençait à y penser sérieusement.

Au second assaut, elle s’approcha, profitant du rapide moment d’étourdissement dû aux coups contre la barque, pour venir s’accrocher à la chair du requin. Tentant de commencer à couper l’aileron avec ses ongles plus proches des griffes acérées que de matière faible humaine. Elle dû prendre énormément garde aux tranchants des nageoires, et ne pu terminer son dessein. Elle se retira non sans arracher un peu de cette peau rugueuse spécifique à ces « cousins ».

Un aileron valsant, l’animal aura plus de peine à se diriger dans les eaux agitées du père océan. La Succube ricana, en se retirant juste derrière la barque. Elle constat, avec une légère moue, sa nageoire un peu coupée ça et là. Forcément, elle s’en était aidé pour s’accrocher. Cette fois-ci, elle tenta d’assister à la tenue de l’embarcation. Sortant un peu de l’eau pour savoir ce que les autres allaient faire.

À vous, terrestres.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erzulie
avatar

☠ Habitant du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 107
✘ SURNOM : l'Amour
✘ AGE DU PERSO : Entre l'enfance et l'âge adulte...

✘ DISPO POUR RP ? : Contacte-moi !
✘ LIENS : .
Erzili O!Ke ou nwe,
Erzili O! Ke ou nwe,
Ke o nwe,
Men se pa put petit kay la!


MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Dim 14 Mai 2017 - 22:40



Le monde n'est plus que désinvolture et chaos. Moite. Sordide. Les enfants du Bayou savent ce que l'eau stagnante recèle de dangers. Les marins ne connaissent que la mer agitée. La Pluie de Sel demeure l'ennemie  en commun, à vaincre et à dompter. Et comment vaincre le chagrin  ?
L'Amour est le seul des baumes possible.
Que toutes les créatures marines se lèvent, l'Amour sera toujours plus grand.

-Sou lanmè mwen tandé tiré
Mwen mande sa ki genyen
Batiman koki lanmè dérapé
Papa Lanmè malad O
Fòke m'al trété-l O
Papa Lanmè malad O
Fòke m'al géri-l O


Erzulie-Sans-Nom, Erzulie l'Amour, fait figure de proue sur la coque de noix qui lui a été désignée. Nul ne sait vraiment comment se bout de femme et d'enfant peut ainsi tenir tête au courroux d'un Père. Elle n'a jamais connu le sien. Sans doute est-ce en cela qu'elle puise pour hardiment faire face au morse géant ! Ses pieds nues font fi de la houle qui fait tanguer les planches. Breloques et serpents s'enroulent à plusieurs autours de son corps menu. Son regard écu pourfend les flots. Souffle le vent, sifflent les vipères. L'océan est malade, il faut le soigner. La fille du Bayou chantonne de sa voix enfantine.

- Kòlè ou se nwa
Kè ou se vyolan
Vag nan lapè ak renmen
Papa Lanmè malad O
Fòke m'al trété-l O
Papa Lanmè malad O
Fòke m'al géri-l O


Des hommes sont là, des femmes aussi. Ils sont Pirates, Bayouteux ou Rouj-Po. Leurs palpitants battent la même mesure, sur le même tempo. Barques après barques, rouleaux après rouleaux. Plus hautes sont les vagues, plus puissant est le chant d'Erzulie qui, portée par la pluie, frappe dans ses mains pour marquer la mesure.

- Papa Lanmè malad O
Fòke m'al trété-l O
Papa Lanmè malad O
Fòke m'al géri-l O

La magie portée par son timbre amadoue la créature qui suit l'ondulation de son bassin minuscule. Tintinnabule, tintinnabule... L'instant de grâce peut se briser à n'importe quel moment. Qu'un guerrier en profite si il l'ose !


Résumé:
 







Avatar temporaire de Loish.
Signatures gif : Alisha de Misfits et Lianne de la Havas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claudia
avatar

☠ Rabatteuse de la Maison Close ☠


✘ AVENTURES : 41
✘ SURNOM : La Bergère
✘ AGE DU PERSO : 25 ans

✘ LIENS : Invité, ne te méprends surtout pas. C'est une pirate la jolie fille que voilà.




MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Lun 15 Mai 2017 - 23:30

Claudia s'était lancée dans l'aventure plus par jeu que par puissante conviction. Le plus dur pour elle avait été d'abandonner Anatole et les autres moutons arc-en-ciel sur la rive mais sinon, elle était enivrée par toute cette effervescence. Elle n'avait jamais participé aux grandes aventures, du temps où elle était Vixen, pour des raisons...  plus ou moins évidentes. C'était la première fois qu'elle montait dans une barque pour aller sur la mer, également. Elle trouvait tout cela très excitant.

On aurait pu penser que, pour l'occasion, pour la praticité, elle aurait délaissé ses fanfreluches et ses accessoires. Après tut, Annabelle y était bien venu en pantalon. Et ce serait mentir que de prétendre qu'elle n'avait pas envisagé la chose quelques instants. Mais au final, elle était partie en mode "Fuck off" et la seule chose qu'elle avait laissé avec ses moutons, ce fut son ombrelle. Pour le reste, elle s'était pointée en robe, ballerines, épais collant en dessous et deux flingues qu'elle avait rangé au niveau de ses jambes. Son épaisse chevelure rousse avait été attachée du mieux qu'elle pouvait, mais c'était tout.

Elle fut tout de même surpris de voir que les pirates étaient minoritaires sur la barque : il n'y avait qu'elle et Last. Le reste étant peau-rouge et une créature au bout là bas. Aussi, ce qui l'a surpris, c'est que la moyenne d'âge (la créature ne comptant pas) était vraiment basse. Il y avait deux adolescent et même la belle dame devait avoir son âge et guère plus. Et même si en taille elle demeurait la plus petite avec son 1m20, il y avait un garçon qui semblait vraiment très jeune (d'ailleurs elle avait l'impression de l'avoir déjà vu quelque part mais elle ne savait plus où. Bah, pas important). Mais ayant constaté ce fait, elle entreprit de se fondre dans la masse, en faisant les yeux doux à l'adulte, ignorant Last, et se plaçant à côté du plus jeune. Elle trouvait qu'ainsi, elle avait une très belle vue.

Le temps s'écoula, au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient du rivage. L'ambiance avait quelque chose de pesant et il n'y régnait que le silence. La seule fois où quelqu'un parla, ce fut Last, qui partit en envolé lyrique et fut très rapidement réprimadé par l'adolescent, qui semblait vraiment avoir un caractère de chien.

Et puis, il y eut enfin de l'action.

Un hippocampe géant jaillit devant eux, leur barrant le passage. A cette vue, la rabatteuse ne put s'empêcher d'afficher un large sourire. Cette bête était dangereuse et si proche et en même temps... c'en était excitant. Elle sentait son sang pulser dans ses veines. Elle n'avait jamais ressenti cela avant. D'un geste rapide, elle sortit ses deux revolvers. Elle n'était pas très expérimentée à la matière mais elle espérait en toucher au moins un peu.

Cependant, les deux "hommes" furent plus rapide qu'elle et à peine avait elle réussi à prendre ses armes que déjà ils s'étaient lancés sur la bête. Si bien qu'elle n'avait plus grand chose à faire à part les regarder. L'adolescent lui servait même de bouclier quelque part, vu comment il était placé. Surtout pour les petits hippocampes qui ne tardèrent pas à s'attaquer à eux. Elle n'osait pas trop se lever, de peur de faire chavirer la barque (déjà qu'avec les deux là, c'était limite). Aussi se plaça-t-elle en dessous d'un siège, à même le bois, pour se protéger de ce qui arrivait, et tirait sur les bestioles miniatures qui arrivaient sur les côtés. Elle gardait un oeil sur le gamin également. Pour l'instant, elle avait l'impression d'éviter assez bien les mordeurs volants. Elle réussit même à en avoir un au vol, ce qui lui arracha un début de rire. Sauf qu'un rire strident au loin vint bien vite compléter le sien, la faisant sursauter.


-C'était quoi ça ? demanda-t-elle d'un air décontenancé.

Quelqu'un devait perdre la tête quelque part ailleurs. C'en était perturbant.


Spoiler:
 






   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hérisson Chanteur
avatar

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 44
✘ SURNOM : Le Narrateur
✘ AGE DU PERSO : 12 ans

✘ LIENS : Une onde sur le lac

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Mar 16 Mai 2017 - 2:08

Lorsque l'Océan tonne son chant de guerre ; lorsque l'Île engage sa mélopée funèbre, alors prennent le large les peuples réunis sous une même bannière.
Cette histoire sera peut-être leur dernière.

Ses paupières se soulèvent délicatement. Très doucement. Le Narrateur émerge de sa transe avec une prudence avisée. Le glas de la Jungle sonne encore avec vigueur en son esprit et son cœur continue d'en battre le rythme mourant. Il suffoque avec elle.
Pourtant, l'entreprise n'est pas vaine. Elle lui a confié une partie des précieuses forces qu'il lui reste. Hérisson Chanteur saura en faire bon usage.

Une pensée s'égare pour l'autre moitié de son âme, dont il ignore le sort, puis il embarque de concert avec les autres.
Les autres, ce sont ses frères et sœurs Peaux-Rouges. Ce sont des Pirates, blancs comme noirs. Ce sont des Créatures comme il aurait aimé en observer longuement, en d'autres circonstances.

Les éléments se déchaînent et les notes s'enchaînent. Les voix s'emmêlent et la symphonie s'élève. Tout fusionne en une mélodie suprême que l'on entendra plus jamais. Hérisson savoure cet instant. C'est le calme avant la tempête.

Il entend à peine les paroles de la fascinante momie qui les accompagne. Son être sonde les alentours avec une vivacité douloureuse. La pluie qui tapote rudement sa chair. Sa mère aveugle, dans cette barque non loin. Le vent salé qui s'engouffre dans sa gorge. Koala un peu plus proche ; son équilibre pourra-t-il tenir face à tel Chaos ? Il l'espère.
Les vagues qui dansent et dansent et les entraînent en cadence.
Les muscles du Huron se tendent.

Ses prunelles comme des trous noirs filent sur le requin à l'instant même où celui-ci percute le canoë. Il perd son équilibre, brièvement ; puis le retrouve sans trop de mal. Il tient mieux au second assaut.

Une sirène intervient, leur apporte une aide salutaire. Elle est hypnotisante. Le Narrateur aurait aimé ne pas détourner le regard de la Fille de l'Océan.

Il doit se concentrer, toutefois, s'il souhaite sauver l'Île.

Il demeure assis, nullement affolé. Il prononce un soupir comme une incantation. Et tandis que son souffle vide ses poumons, la force que la Jungle lui a prêté se diffuse dans ses veines et l'électrise tout entier.
Ses yeux sont illuminés d'un blanc immaculé, lorsque de nouveau il scrute les alentours.

Ses doigts s'enroulent tout d'abord autour du manche de son tomawak, à la ceinture de son pantalon. Il lui apparaît cependant très vite que toute tentative serait inutile. Alors, son regard se pose sur la momie à l'esprit naïf.

Serais-tu capable de capturer le requin dans tes bandages ?

Il n'attend pas sa réponse. Si elle le peut, elle le fera ; sinon, ce n'est pas grave. L'esprit du Huron est électrisé par l'énergie et il ne supportera pas de rester inactif.

Sa main se pose ensuite sur le bras du compagnon qui lui est le plus proche. Son regard est rivé sur le requin dont il parvient petit à petit à prédire les mouvements. Même s'il doit demeurer invisible aux yeux d'autrui, pour un Huron en transe, le handicap de sa blessure le rend à la fois plus facile à suivre et plus imprévisible. Il semble être lui-même victime de ses zigzags inopinés.

Hérisson Chanteur voit, d'une façon indescriptible. Le requin ne contrôle plus parfaitement sa trajectoire. Le rythme des vagues se casse à son passage et ses muscles saillants lui murmurent ses intentions.

Je peux vous indiquer où tirer pour toucher.

Il parle à fois à celui qu'il a interpellé et aux autres.

Il aimerait porter son attention au-delà de leur canoë, voir si ses amis et sa famille s'en sortent aussi bien. À la périphérie de sa vision, il en voit tant sombrer.
Mais il n'a pas le droit à un instant de déconcentration.


Résumé:
 






© Avatars par Wilhelm DogFish.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grizzly Funeste
avatar

♐ Membre des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 108
✘ SURNOM : L'écorché
✘ AGE DU PERSO : Entre 35 et 40 Hivers

✘ DISPO POUR RP ? : 4/2
✘ LIENS :
♐ Sinistre Oraison
♐ Mélopée Funèbre

♐ Chute de scalps:
0 - I - II - III - IV




MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Mar 16 Mai 2017 - 6:16

La sentence avait frappé, tout autant que le tonnerre qui n’avait cessé de marteler le ciel et la terre. L’eau du canyon était montée, se drapant d’un rouge sombre et la roche n’était plus que glaise glissante, marécages cuivrés aux larmes des noyés.
Depuis son retour, le ciel n’avait cessé d’agoniser. Comme si des milliers de leurs frères ne s’étaient jamais arrêtés de danser, de chanter pour que la pluie viennent tous les purger.
Terrasser de leur mère – cette île, cette terre – les corps sans âmes des trop prompt à se souiller. A se mêler.

Et Grizzly, impuissant, voyait couler sur lui des filets luisants, lacérant son cuir d’homme. Enlevant les enfants de l’île, qu’ils soient visages pâles ou papooses, frères ou sœurs de légendes ; ce qui lui lancinait la peau à chaque goutte, ce qui creusait sur ses pores (et dans son cœur) un sinueux doute, une frayeur rampante… grandissante, aurait bientôt anéanti tout ce que l’Enfant-Esprit avait jusqu’alors construit.

Mais ce n’était pas la raison de sa présence. Pas l’unique.

Jamais Grizzly n’aurait pu se détourner de son devoir. Honneur de brave. A veiller sur ce qui importait.
Le Clan. Les frères. Le sang. Les barbares.

Lys Tigrée l’héritière pour représenter Puma Sanguinaire. Coyote Revêche qui le suivait. Capucin Farouche que leur Chef lui avait confié. Et le jeune Leopard Acharné qui avait tant à prouver. Enfin Buffle Loyale, la seule qui l’arrêterait peut-être si trop de rage devant leurs visages, le consumait. Ils étaient là pour tenter d’apaiser le Père. Oui. Mais avant tout pour surveiller –défiant- ceux qui pourraient trahir. Piller. Et aller au-delà.

L'Écorché n’était pas tout à fait à l’aise avec cette idée. Si l’Océan se déchaînait : c’était à raison. Et si les visages pâles périssaient, il n’y voyait qu’une juste rétribution mais… La fureur rendait fou, la fureur perdait. Le Peau-rouge sentait ce qu’elle pouvait coûter. Ce qu’elle pourrait représenter. Ce qu’elle leur avait déjà prit.

Mais se lier aux visages pâles, s’associer à ceux qui rongeaient leur Mère ? Et ce, sans les toucher ? Grizzly ne pouvait pas promettre. Grizzly ne pouvait pas jurer.
Se contenir sans agir, sans scalp à arracher ? Voilà qui lui demanderait plus qu’il n’avait jamais su tenir.
Peut-être était-ce en partie pour cette raison que Puma lui avait confié la Bestiole. Que l’Ecorché garde la tête froide et la main sur le pommeau de son tomahawk.

Voici le bout de son monde atteint. Voici le territoire qu’ils gangrènent, laissant pourrir çà et là des tipis de bois qu’ils auront sacrifiés, sans la moindre compensation. Le moindre respect.
Ils piétinent et pataugent sur un morceau de terre volé, dont on aura dépossédé leur île. Là, à s’observer. A se défier. Tous les participants que la pluie et le vent n’a cessé de haranguer.

Grizzly la mine mauvaise, prend le temps de les dévisager. Son visage et son corps est marqué de peinture résistant étrangement à l’avarie. Il y a là, sans doute un peu de magie et de poussière de fée. C’est un masque de guerre qui le rend plus hostile. Laissant entrevoir sur son torse nu, une impressionnante griffure.

Car Grizzly veut que l’on sache. Que l’on prenne toute mesure.
Il n’est pas ami. Il n’est pas serviteur. Il est le guerrier, le sauvage des histoires dont les mères content la férocité.
Il est, et sa légende n’est plus à créer.

Et quand il s’avance, c’est avec fierté. Avec défiance. Ses armes savamment exposées.

Son regard se pose sur un borgne, il s’y attarde comme… familier. Un léger sourire dédaigneux aux lèvres. L’aura-t-il reconnu ? Se moque-t-il simplement ?
Grizzly Funeste, bien vite passe à un autre pirate – Tous se ressemblent – qu’il ne distingue ni ne différencie. Jusqu’à se poser sur lui :  le peau-rouge se fige soudainement glacé. Et tout son corps, tous ses muscles sont contractés.

Réponse inconsciente. Élan incompris.

Il dévisage le blafard de ce visage plus pâle que les autres, comme sonné. Est-ce un esprit ? Les Revenants s’étaient-ils ligués ? Les hommes des marais avaient d’étranges capacités et ne laissaient jamais les morts se reposer.

Est-il vivant ?

En quoi son visage serait différent ? Pourquoi tout lui hurlait qu’il le connaissait.
Ce n’était pas réel. Il ne pouvait l’être. Un passé morcelé incarné. Aux crocs acérés et musculature saillante, que des squaws de mer constellaient.

Cela ne se pouvait.

Cela était.

Et une bouffée de colère l’envahit, prête à le laisser fronder. La bataille n’avait pas même commencé. C’est une petite main qui le retient, le tire en arrière. Le ramène sur terre.
L'Écorché, déconcerté, croise les yeux noirs du jeune Papoose, le rappelant à sa promesse. A ce rôle qu’il avait quelques minutes… oubliés.

Il est temps de rejoindre leur canoë. Il ne l’est plus de se laisser surprendre. Alors Grizzly semble prendre les commandes, accueillant chaque étranger avec toujours plus d’animosité, dardant sur le pirate rejoignant leur équipée, un silence des plus acérés. Seul le louveteau et Capucin n’avaient eu à en souffrir, quand enfin leur embarcation pris l’eau.

Le sauvage risqua un regard en arrière, vers l’entité. Et sans jamais le nommer, il se met plus furieusement à pagayer ; à tenir ce rôle que le Chef blanc avait instauré.

Pour tomber nez à nez, plusieurs heures après, face au mastodonte des mers  qui déploie les vagues et ses quatre lames pour déchirer leur chair. L’Ecorché n’a pas le temps de réfléchir, pas le temps de réaliser la présence qu’il n’avait eu loisir de sentir. Pas le temps de s’interroger sur l’étrange mélodie accompagnant le vent et l’écume d’ondoyants serpents. Il se tend, crie au Blanc de maintenir le canoë, à Capucin de s’accrocher, alors qu’il se jette lui-même dans la mêlée, parant de deux tomahawks les crocs du monstre marin étrangement tétanisé. Appelant son essence à jaillir (et de la bête en lui, à rugir), il use de toute sa force à faire ployer, peut-être même à en briser.


synthèse:
 
[/i]








Il s’était éveillé. Il s’était réveillé.
Le monstre demeurait.
A ronger ses entrailles, à exiger encore sa part insatiable.
Les lunes décroissent, s’effacent...
Et le regard sombre de Grizzly fend la pluie.
Il est de retour chez lui.


Peintures de Guerre |FB | DA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koala Cosmique
avatar

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : la Flèche
✘ AGE DU PERSO : 12 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 1/2
✘ LIENS : Je suis.
(Je fus.)
Nous sommes.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Mar 16 Mai 2017 - 17:06


Je serai avec Loutre Sage. Je serai avec Loutre Sage. Je serai avec Loutre Sage.

Les pas de Koala Cosmique sont sûrs et droits, légers toujours, mais peut-être s'effondreraient-ils sans le soutien de son bâton. Inséparable bâton. Sans même y faire attention, il a calqué la cadence de son allure à celle de ses battements de coeur, comme une mélodie de stress, sourde et secrète. Il n'y a que lui qui l'entend. Peut-être Hérisson Chanteur aussi, qui marche à son côté.
Cela ne fait pas si longtemps que Koala Cosmique est un Huron, est un Peau-Rouge, et c'est bien étrange de suivre cette procession d'adultes tandis qu'il devine, qu'il sent, que ses anciens frères se dirigent vers d'autres combats.
De toutes façons, Perdu ou Papoose, Blanc ou Rouge, Koala n'aime pas les combats.

Je serai avec Loutre Sage. Je serai avec Loutre Sage. Je serai avec Loutre Sage.

Le sel du vent marin se plaque contre son visage et l'assèche aussitôt. Il n'est pas encore habitué à la petite toison qui orne son crâne, ses sens sont comme étouffés.

Tu ne veux toujours pas partir ?

Serpentin, le petit lemuris (chimère lémurien chauve-souris) ne dit rien mais enroule sa queue autour de son épaule. Depuis que Koala a pris soin de lui, la créature ne le quitte plus. Sauf lorsqu'elle aperçoit des noix.
Koala se dit qu'il le protègera.

Les groupes sont divisés. Koala reste près de Loutre, sans avoir trop l'air de s'agripper à elle. Il faut être brave aujourd'hui, alors que l'esprit qui l'habite est aussi tumultueux, aussi électrique que celui sur lequel ils s'apprêtent à fondre. Il faut être brave.
La colère de l'Esprit Océan lui fait mal, encore plus, alors que son haleine vient si vigoureusement fouetter sa peau.

Quitter la terre est une épreuve. La première. L'énergie qui murmure à son oreille ne sera dès lors qu'angoisse et courroux, celle de la mer. Le combat de Koala se fera par le calme et la tendresse, ce sont ses meilleures armes. Il espère, en tous cas, qu'il y parviendra.
Il s'assoit dans le canot et adresse un regard un peu vide à ceux qui l'accompagnent. La force brute de l'adolescent Piccaninny, Léopard Acharné, grésille contre lui. Il s'étonne de la présence d'une petite fille, il aimerait lui dire de partir, mais quelque chose dans son regard le fait taire. Ce n'est pas vraiment une petite fille, il sent quelque chose de plus grand, plus noir en elle. Et l'éclat gourmand dans ses yeux le met mal à l'aise. Personne n'a donc peur, personne n'a donc mal ? Il est si seul.
Le silence est opressant, mais Koala fait taire cette tension qui palpe en lui. Il faut qu'il se préserve.

Je serai avec Loutre Sage. Je serai avec Loutre Sage. Je serai avec Loutre Sage.

L'élan lyrique du pirate le surprend beaucoup, cette légèreté ne ressemble pas à la sienne. Celle-ci est plutôt déconnectée et peut-être qu'au fond, Koala Cosmique l'envie un peu. Léopard le fait taire, c'est peut-être mieux. Mais le silence étire le temps, et le temps attise la peur. Koala aimerait marcher pour poursuivre la mélodie, ne plus laisser seuls ses battements de coeur acharnés. Mais on ne marche pas sur l'eau. La queue de Serpentin se presse contre son deltoïde.


*


La violence s'abat d'un seul coup, elle crêve le silence et le calme menaçant des flots. Les battement s'affolent, la fumerolle gronde à l'intérieur. Elle parait bien inoffensive, pourtant, face à la créature énorme qui leur fait face. Tout en bleu et blanc, comme l'océan.
Tout le monde réagit plus vite que lui. Il voit les armes, il entend les cris. Ses yeux cherchent Loutre mais déjà son esprit se souvient qu'il doit aider et non être aidé. Il est déjà bien chanceux d'avoir le temps de songer, alors que le corps musculeux de son frère rouge fait rempart contre la créature. Un regard de Loutre envoie en son être une décharge de hardiesse. Ça le réveille.

Alors Koala se redresse d'un bond souple et se met à agiter son bâton autour de lui. Il mesure chacun de ses gestes. Le bâton, le bout des doigts, le bout des pieds, tout est précis et calculé. Les petits hippocampes se font repousser, assommés et éparpillés, par ses parades. Il parvient même à arracher un petit groupe qui s'amasse contre le bras de Léopard, puis un autre qui tente de s'infiltrer dans la veste de Last. Mais, voilà, ce sont des parades. Aucun mouvement de la Flèche ne les tuera. Ils sont à peine abimés, à peine endoloris. Puisque Koala n'y arrive pas.
Voilà des lunes qu'il prend soin des êtres de l'île. Comment peut-il les blesser ?
Voilà une vie qu'il respecte et aime les esprits. Comment peut-il leur porter atteinte ? Aussi violents soient-ils...
Lui-même n'est plus qu'un enfant fumerolle, enfant féroce, parasité d'une douleur furieuse qui n'est pas la sienne mais qui lui fait mal, mal pareil. Il entend le cri de ces invocations déchaînées. Le cri le glace. Ralentit son bâton. L'empêche de combattre.

Ses yeux s'embuent, rougissent, il les ferme. Il continue de repousser toutefois, repousser encore, se laissant submerger par les cris d'agonie, par les détonations, par les bruits de lames qui lacèrent les entrailles des esprits malades. Repousser.

Un Océan de souffrance.




résumé:
 






Koala en chair et en os ::
 


Koala Cosmique médite en sienna.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carne
avatar

☠ Harponneur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 536
✘ SURNOM : Le Pécheur
✘ AGE DU PERSO : Plus de 20 ans et moins de 30... mais combien exactement ?

✘ DISPO POUR RP ? : Full ! Mais Contacte-moi Viande Fraiche, on verra ça ensemble !
✘ LIENS : I'm in the middle of the Cannibal Buffet
Now we cannibals always say grace...
And then we eat your face!

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Mar 16 Mai 2017 - 23:26





Assis sur le rebord de l'une des couchettes de l'infirmerie, Carne retire les bandages qui couvrent sa blessure. Les baumes du doc et les soins de Crow ont fait leur office. Les sirènes se coulent de bonheur autour de la crevasse de peau boursouflée. Elle savent que le derme qui les porte se tend sur des muscles en tension. L'homme ne rit plus. L'heure est à la lutte, une fois de plus. Il laisse donc les avaries de son coeur dans cette cale, pour le moment. Juste un temps. Le navire tangue méchamment, mais ça n'empêche pas Lòng de dormir. Le Dragon a simplement besoin de plus de temps pour rafistoler ses écailles. Carne s'approche de son chevet et pose une main sur le front du pirate assoupi. Salut silencieux d'un camarade de convalescence.
"Ce n'est pas l'homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l'homme" dit l'adage. Aujourd'hui, le Pécheur reprend ses harpons pour rappeler à l'Océan qu'il n'est que flotte et sel. La Grande Mère attend de son fils qu'il châtie son infernal époux.

- J'y vais, fait-il à Dabeid en se dirigeant vers la sortie.

Car rien ne retiendra ses amarres.

***

Ils sont moult, foisonnement d'âmes combatives et décidées, des adultes essentiellement. Les enfants sont coupables. Certitude. Le Pan est la cause de la fureur de l'Océan. Le Blafard se demande si Stealth est déjà morte, caillassée quelque part avec ces foutus gosses qu'elle aime plus que lui.
Non.
N'y pense pas.

Il évacue cette image d'une secousse des épaules. C'était son choix, par trois fois. Il ne doit pas regretter encore et encore. Il doit agir.

Ils sont moult, donc. Des Peaux-rouges et leur guerriers, des Fils-Gadoue et leur sorcière. Des pirates et leur Capitàn, évidemment. Dans cette forêt de visages, sa myopie le préserve des regards noirs qui lui sont lancés. Les indiens, surtout, semblent le fixer avec toute la chaleur que l'on réserve aux futurs scalpés. Son sang aiguillonne. Il ne s'agit pas là d'une haine ordinaire pour l'homme blanc - trop blanc dans son cas - mais bien d'un ressentiment plus viscéral, plus personnel. L'albinos s'interroge. Il y a cette guerrière musculeuse, digne d'un buffle, qui l'a sciemment bousculé sur le pont ou cet étrange garçonnet qui le regarde à la dérobée comme pour vérifier. Mais quoi donc ?

Et bien entendu, il y a "lui".

Peint comme un va-t-en-guerre, une peau d'ourse en parure féroce, une terrible balafre sur le torse qui fait miroir à son propre stigmate dorsal. Carne a l'intime conviction de connaitre ce gus là. Son cerveau lutte, gratte les parois de son crâne et excave un mot. un simple mot.

Guía

Il ne comprend pas la signification du vocable et du reste, il n'en a pas le temps. Les ordres sont donnés, les hommes dispersés. A peine atteignent-ils le large que les voilà déjà confrontés à la progéniture déviante d'un père courroucé. Le sourire de Carne s'élargit. Un requin. Un requin géant ! Il délace fiente qui chute sur ses pieds et harnache son coutelas, harpon en main. Sans prévenir, il se laisse tomber dans l'eau, comme un funambule qui choie de son fil.
Sous l'onde, tout devient plus vibrant et plus clair. Un filet de sang s'ébroue déjà dans le courant. Une forme oeuvre sur l'énorme animal, découpant son aileron. Le pirate comprend qu'il s'agit d'une sirène en s'approchant de quelques brasses. Il s'étonne de la voir prendre leur parti. Une saline commettre un acte parricide ? Elle échappe à son arrivée en deux coups de nageoires. Pour autant, il ne la poursuivra pas pour le moment. Il compte bien perpétuer son oeuvre. Plantant son coutelas sur le cuir de la bête afin de solidement s'y tenir, il attend  que les branchies du requin s'écartent pour se gonfler d'eau et y glisse son harpon en transversale.

Le requin s'agite, soudain prit d'étouffement et rue en tout sens. La douleur commence à atteindre son centre névralgique et il essaie de chasser le parasite qui lui bouche ses "narines". Il effectue un saut dans une gerbe gigantesque et retombe en piquet vers le canoë. Carne, lui, agrippé telle une tumeur sur le squale, essaie de maintenir son équilibre tout en déchirant la peau des branchies.

Alors même qu'il n'en a pas conscience, son rire se déploie dans l'air enflammé en coups de fouet tonitruants. Une harangue à la barbarie.

Résumé:
 







Ô Great Mother, do you hear your preacher?


Merci de ta bénédiction, Duck prêtresse de SWAG ZE GREAT GOD !!!!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capucin Farouche
avatar

♐ Papoose des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 230
✘ SURNOM : La Bestiole
✘ AGE DU PERSO : 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 1/2
✘ LIENS : Hear me roar in the Jungle Book !

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Mer 17 Mai 2017 - 13:17


Capucin n'est pas malade. Capucin n'a pas la peau grise de ses frères hommes. Capucin est toujours brun et vif, même si son regard orange est chaque jour plus humide, plus éteint. Ces yeux-là n'ont plus le droit de voir Puma Sanguinaire. Il devine que Puma Sanguinaire a la peau grise. Puma Sanguinaire a la maladie.
Comme Capucin n'est pas malade, Capucin doit aller se battre.

Il se souvient vaguement, oui des vagues d'impressions, de l'abordage il y a des lunes. Grande bataille contre les visages pâles. Le son des canons, le sel de l'eau, les grimaces qui tordent les visages. Rouges et pâles.
Le coeur de César est lourd de le laisser partir.

Je vais revenir. Regarde comme je suis fort, Grizzli Funeste m'a entrainé.

Il fait saillir les muscles de son bras en sortant un couteau qu'il projette contre un tronc d'arbre. Il est si tendu que ce simple geste lui fait mal. Il voudrait voir l'assurance dans les yeux de César, mais l'inquiétude demeure.
Alors Capucin lui demande de veiller sur sa famille de fourure et d'écailles, car la faim et le froid les rend féroces ou fragiles, parfois les deux. Et, se protégeant du regard intense, il court rejoindre le Village. Aujourd'hui, il ne peut qu'être petit d'homme.


*



Les poils de Capucin Farouche se hérissent, sur ses bras, sa nuque, sa queue, alors qu'ils s'approchent de l'eau. Ell est bruyante et défiante, Capucin retrousse les babines. Il ne la touchera pas. La haute silhouette de Grizzli fait encore rempart, contre le vent qui mord, contre l'écume qui glisse, contre les visages pâles qui s'approchent.

Nous pouvoir aller avec Loutre Sage, Hérisson Chanteur ?

C'est déjà si dur de se mêler aux Hommes, pourquoi se mêler à ceux qui tuent les enfants et maltraitent la terre ? Mais non. Ils ne décident pas, pas aujourd'hui.
Même Léopard Acharné est affilié à un autre canot. Même Coyote Revêche. Même Lys. Même LYS !!!
Capucin les regarde s'éloigner, emmuré dans son silence affolé. Il n'est plus qu'avec Grizzli. Et Grizzli ne l'entend pas, le regard noir comme la nuit de Grizzli s'est accroché à quelque chose. Capucin suit la flèche du regard qui s'est plantée dans un visage pâle. Visage très pâle. Capucin penche un peu la tête, son regard s'accroche aussi. Son instinct le fait tirer Grizzli en arrière, doucement, car c'est son instinct qui sent venir la lave dans le sang de l'Écorché. Capucin connait l'odeur du feu.
Dans la mélasse de sa mémoire bouillonne un souvenir, du temps où il était encore plus sauvage, encore plus farouche. Frère pâle, frère pâle... Sk... Puis la mémoire s'assoupit à nouveau car l'attention est happée par les sirènes mouvantes.
Et déjà, il faut y aller. Le petit corps musculeux de Capucin se tend, se crispe, et il bondit dans le canot sans toucher l'eau, il l'a dit, sans toucher l'eau. Il se tient accroupi et recroquevillé, ses doigts crasseux serrés contre son coutelas.

Mais alors, son nez remue.
Une odeur de loup, si étrange, si étrangère. Il redresse la tête, déplie son corps, cherche la source. C'est un tout petit loup, un frère étrange, vêtu et debout, aux yeux grands et au corps chétif. Capucin Farouche n'a jamais vu de tel loup. Il se croyait le loup le plus bizarre de la Jungle.

Moi frère des Loups. Tu connaitre Poe, Mère Louve ?

La présence du petit loup le remplit d'une allégresse hardie qui lui fait un peu oublier le danger. Quand le pirate embarque, il gronde en fronçant le nez, poussant le petit loup loin du visage pâle. C'est son frère, il le protègera.

Presque d'un seul coup, le canoë s'ébranle et se met à voguer. Personne ne rame. Capucin se penche sur l'eau. Les fumerolles dansent et courent sur les flots. Ce sont ceux de la tribu de Colibri Pétillant.



Sssssssssssss....

Capucin se retourne d'un coup, dégainant son couteau. Une fille toute brune se tient à l'avant et son odeur est forte, elle fait des cercles dans la tête de Capucin qui cligne des yeux plusieurs fois. Les serpents le fixent, ils lui rappellent l'Anaconda. Alors Capucin se cache vite les yeux.
Son coeur s'emballe, il ne sait plus où est le danger. Il y a un visage pâle et il y a des serpents dans le canot. Il sonde la mer à la recherche de O. Mais il sait, il sent, qu'O n'est pas là aujourd'hui.
Il regarde Grizzli, mais Grizzli ne le regarde pas. Il bat l'eau avec la pagaie. Il veut aller encore plus vite. Capucin ne voit même plus les poissons, juste des taches de couleur. La terre s'éloigne et son courage aussi.


La fille aux serpents chante. Au début, sa voix sort de sa bouche, puis sa voix résonne dans le ciel, contre les vagues, glisse sur la peau de Capucin, entre dans son crâne. La voix est partout à présent, la voix est le vent et la mer et...

BAM !

Le canoë tangue furieusement, Capucin perd son couteau. Il glapit et se raidit d'un coup. Il ne voit pas tout de suite le morse mais il entend son vagissement qui vient se mêler à la voix. Son corps déséquilibré tombe en arrière, contre le pirate. Dans la panique, il le griffe partout et grimpe sur sa tête en enfonçant ses doigts et ses orteils dans les cheveux, alors que Grizzli s'est précipité contre la Créature. Énorme Créature. Créature de colère et de violence, de magie et de mort !
La Créature a l'air un peu assommée, comme si elle avait des cercles dans la tête elle aussi, mais ses dents sont si longues, elles peuvent sûrement perforer la chair dure de Grizzli Funeste.

Alors Capucin bondit.
Sur la Créature. Énorme Créature de magie et de mort.
Il atterrit sur le dos du morse et plante ses petits crocs dans son épiderme bleu et blanc, qui ne ressemble à rien, rien de ce que connait la Bestiole. La Bestiole enfonce ses dents pourtant, le plus profond possible, se cramponnant comme un parasite. Ça ne fera pas tant de dégâts, mais ça le distrait, le Morse. Et le Morse se contorsionne, beugle, frappe l'écume, finit par éjecter le parasite qui frappe le bord du canoë de plein fouet.
Et le corps de la Bestiole s'amollit alors, ses pupilles roulent, ses lèvres maculées de liquide bleuâtre s'ouvrent. Le corps de la Bestiole sombre, sombre, sombre... s'enfonce dans le sein de la mer qui le berce et le refroidit. Une fumée rouge s'évade de sa tête. Tache de couleur.

Il s'était promis de ne pas toucher l'eau.
Il s'était promis de...
Pas...

...


résumé:
 








Capucin rugit en brown.
.......

cadeau de césar:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Event Horde]L'operation Agonie
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» [Event Jdr JcJ] L'Attaque du Donjon de Hurlevent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: L'Océan Bariolé-