Le Deal du moment : -40%
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – ...
Voir le deal
20.99 €

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Koala Cosmique
Koala Cosmique

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 102
✘ SURNOM : la Flèche
✘ AGE DU PERSO : 12 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 1/2
✘ LIENS : Je suis.
(Je fus.)
Nous sommes.

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptySam 8 Avr 2017 - 20:39

hrp:
 



Koala Cosmique


Trucs

Surnom : la Flèche, mais certains l'appellent le possédé. Il n'aime pas !
Groupe : Peau-Rouge
Age : 12 ans
Rôle : Papoose des Huron


L'arrivée de Cosmos

Ce n'est pas encore le jour lorsque l'enfant s'éveille. L'aube dépose sur le ciel une couverture rosée. Le vent s'infiltre dans les narines de l'enfant qui le hume avec bonheur. La beauté du monde le touche, de partout. Ses cinq sens sont toujours à l'affût d'une sensation pleine et pure.
L'enfant se redresse d'un mouvement souple et gracieux, direct, comme à son habitude. Il s'évade de sa chambre au confort rustique et s'engouffre dans la fraîcheur du petit matin. Il a fait le trajet les yeux fermés. Il laisse la brise agiter le tissu de sa tunique, à défaut de remuer une chevelure à laquelle il a renoncé. Sans toujours ouvrir les yeux, il inspire, lève un bras, étire une jambe... Puis se lance dans une succession de mouvements compliqués, maîtrisés, toujours gracieux et aériens. On dirait une danse, mais quelque chose de plus solide, de plus ancré, accompagne la chorégraphie. On dirait plutôt... Un langage.

C'est à cet instant qu'apparaît l'enfant sauvage. Comme un courant d'air, car l'enfant vole. Enfant du ciel et de la nature. Esprit.
L'enfant danseur, lui, l'a senti sans le voir, car ses yeux sont toujours clos.
Sans un mot, sans une expression, il se met agilement en tailleur et s'assoit sur le sol pierreux qui précède le temple.

Une imperceptible vibration lui indique que l'enfant s'est posé devant lui. Une forte odeur, étrange et inconnue, l'accompagne. Sève, terre, nuage, enfance, aventure, rire. Quelque chose d'autre aussi. Plus sombre.

Au bout d'une minute ou deux, l'enfant du ciel se décide à parler. Sa voix est fluette, mais imposante, un peu magique, comme ces mélodies qui nous font vibrer le cœur de façon surnaturelle.

— Tu n'ouvres pas les yeux ? demande-t-il.

L'autre enfant sourit.

— Je te vois bien comme ça.

Silence. L'enfant du ciel semble perplexe.

— Je t'ai entendu.

Cette fois-ci, c'est Tenzin, car c'est encore son nom, qui est perplexe. Il n'a pas appelé Pan. Il n'aurait pas oublié.
C'est alors qu'un souvenir, justement, éclos au fond de son crâne, ou plutôt juste derrière les yeux. Un rêve. Il a vu des esprits, les esprits fondamentaux, à l'origine de tout, en rêve. Dans leur foyer. Là où la foi leur ont donnée vie. Là où les esprits ont corps et parole. Il a souhaité si fort, si intensément, lui qui tient tant à préserver pourtant la paix de son âme, il a voulu approcher leur monde et toucher leur éclat. Il a voulu sentir courir en lui leur énergie folle, celle de milliards de songes, de croyances et de symboles. Plonger dans l'espace infini. Il l'a tant et tant souhaité, que l'enfant du ciel en fut attiré. Tenzin comprend.

— Viens avec moi. dit l'enfant du ciel, péremptoire.

—  Pourquoi ?

—  Là où je t'emmène, il y a des fées, des sirènes, et des créatures que tu ne peux même pas imaginer. On ne s'ennuie jamais et on n'est jamais triste !

Tenzin sourit. Il n'a toujours pas ouvert les yeux.

— Moi non plus je ne m'ennuie jamais. J'apprends à ne pas laisser la tristesse assommer mon esprit, je la laisse couler en moi comme un fleuve, comme un ruisseau clair. Si je la retiens, l'eau sera troublée, et mon cœur aussi. Quant aux fées, je n'ai pas besoin de les voir ou les entendre, je sais qu'elles existent quelque part, et que je serai capable de les toucher en moi-même. Tu comprends, enfant du ciel ?

Silence. Non, Peter Pan n'a certainement pas compris. Ces choses-là n'atteignent pas la tornade qu'il incarne. Peter ne sait penser. Il combat l'ennui et la tristesse à grands coups de frénésie, de déni et d'oubli. Tout cela lui échappe.
Toutefois, dans son intelligence brute et maligne, la seule qu'il possède, il sent la faille dans la logique du jeune moine. Il s'approche, et Tenzin sent encore plus son odeur. D'instinct, il sent aussi sa légèreté et en est saisi. Il se force à ne pas lever les paupières, c'est de plus en plus dur. L'attraction est forte, quasi surnaturelle. L'enfant du ciel a quelque chose d'inhumain en lui.

— Viens. Tu sais que tu dois venir. Le monde ordinaire ne peut plus rien t'offrir. Sur l'île, l'esprit n'a pas de limite.

Sur l'île, l'esprit n'a pas de limite. Sur l'île, l'esprit n'a pas de limite. Sur l'île, l'esprit n'a pas de limite.

La phrase résonne en Tenzin en écho, de plus en plus forte, de plus en plus irrésistible. Son pouls s'est accéléré, comme sa respiration. Ses muscles se sont tendus. Tenzin a depuis longtemps appris à se détourner de toute tentation. Aussi la sensation, ravivée, est plus puissante que jamais.

Il finit par ouvrir les yeux. Il les cligne plusieurs fois, presque ébloui. Peter Pan ressemble à un rêve, l'un de ceux qui sont très réels et dont on se réveille avec peine, l'un de ceux dont on sait qu'ils pourraient si subitement se muer en cauchemar. Ses yeux sont noirs comme le fond de l'espace. Tenzin s'y égare un moment, en apesanteur.

Pan lui prend la main, doucement, mais il sent que ce sera sans retour. Après, il ne se souvient plus. Ni de la dernière vision du temple, ni du voyage, ni de son arrivée. Il se souvient simplement, un peu enfoui en lui quand même, de la sensation de voler. Voler en lui-même, Tenzin savait le faire depuis longtemps. Mais sentir le vent glisser sur son corps tout entier, traverser un nuage humide et embrasser les branches des astres, il ne connaissait pas. C'était le comble du bonheur. Aussi absolu que le cosmos lui-même.




Unique au monde

Koala répondait au nom de Tenzin. Il fut élevé par des moines shaolin puis par des moines tibétains. Il n'a jamais connu de mère ou de père et n'en a pas souffert. Puis, Tenzin a répondu au nom de Cosmos. Certains se souviennent encore de Cosmos au sein du Grand Arbre. Enfin, Cosmos est devenu Koala. Mais en cela, il n'a pas trop eu le choix.

Koala pratique les arts martiaux, spécialement le kung fu et le tai chi. Il y est habile et appliqué car il s'entraine depuis toujours et tous les jours. Mais Koala n'est jamais violent. Koala abhore la violence. La sienne, la tienne, celle du monde entier. Elle lui fait mal au plus profond de lui. Alors quand il se bat, Koala est légèreté, esquive, courant d'air. Il n'use pas de force ou de coup, il préfère déséquilibrer, affaiblir. Jamais blesser. Koala n'aime même pas la guerre pour rire.

Koala est végétarien, il se promène souvent avec son bâton, il fait souvent des figures bizarres mais jolies (c'est son art) et il a un grand sens de l'équilibre. Il est quand même plus affaibli maintenant. Il aime les animaux autant que les hommes et aide beaucoup au refuge.

Les Hurons l'ont appelé Koala pour trois raisons. Parce qu'il aime grimper aux arbres. Parce qu'il mange beaucoup de feuilles et de fruits sans jamais les préparer. Parce que lorsqu'il a été admis au Clan, il est resté agrippé à Loutre Sage pendant deux jours.

« J'essaye de me connecter aux énergies cosmiques. »
C'est ce qu'il disait quand on lui demandait ce qu'il faisait, assis en tailleur quelque part, le dos droit, les paupières closes. Parce que Cosmos, il savait que tout n'était qu'un, et qu'un était tout, que chaque Garçon Perdu, chaque fleur et chaque rêve faisait parti de ce grand tout, ce grand rien, que les différences étaient illusoires et les frontières inutiles, que chacun est l'Univers. Il se fondait dans le cosmos, dans l'infini, dans sa tête, son corps, et le pays imaginaire était alors le plus réel de tous les lieux. C'est pour cela, vois-tu, qu'il fut appelé Cosmos.

Koala est un adorateur des esprits. Les grands surtout. Au fond, c'est bien pour eux qu'il est venu. Pour les approcher, plus près, plus près, plus près que la méditation ne l'aurait jamais permis. Mais Cosmos a été trop gourmand. Cosmos a voulu plus. Cosmos a voulu devenir esprit, alors qu'il n'était pas prêt. C'est pour cela qu'aujourd'hui, Koala est plus faible, plus craintif, et que son coeur, pour la première fois, est lourd de regrets.

Koala est devenu proche de Corneille Ardente, déjà du temps où il était Cosmos. Quand Cosmos a basculé, Corneille est resté.

Koala, ou plutôt Cosmos, est venu trouver les Hurons. Le peuple qu'il admire et estime plus que tout autre. Pour leur lien à la nature, leur mode de vie dénuée de frustration, mais surtout, surtout, pour l'état spirituel. Il s'y était exercé lui-même, à force de méditation. Il lui semblait le toucher du bout des doigts parfois. Du bout de l'âme. Mais ce n'était plus assez. Il lui fallait plus. Il lui fallait se reconnecter à la vie. Ça ne suffisait pas, la Pluie.




L'île

Comment vis-tu ton séjour à Never Never Land ? Que représente ce lieu pour toi ?  
Le lieu le plus concentré en magie, en énergie, une âme en forme d'île. L'endroit le plus essentiel de l'univers tout entier. Et maintenant, un endroit qui l'a blessé. Qui l'a changé.


Regrettes-tu ta vie d'avant ? Voudrais-tu pouvoir retourner dans le monde ordinaire ?  Si tu n'en as jamais connu d'autre, désirerais-tu une autre vie ? L'autre monde te fait-il envie ?
Les regrets alourdissent tant le coeur, Koala n'ose pas y penser. Il est trop faible et trop épuisé pour supporter la peine. Il aimerait tant revenir en arrière oui, mais... Non. Non, ne pas y penser.


Comment vois-tu Peter Pan ? Quels sont tes sentiments envers lui ? A l'inverse, que ressens-tu pour le capitaine Hook ?
Peter Pan est un esprit. Hook est un tueur d'esprit.
Peter Pan est pur, dans sa lumière, dans sa folie. Peter Pan n'est pas un enfant, c'est une clef, une énergie cosmique incarnée dont Koala reçoit la puissance en plein visage à chaque fois qu'il pose les yeux sur lui. Mais Peter Pan est un esprit malade, trop puissant, trop inachevé, qui peut de son rire ou de ses larmes détruire la vie elle-même. Koala sait, maintenant, à quel point son aura est cassée, à quel point son âme est bancale. Peter Pan est un esprit, et en cela Peter Pan est dieu et Peter Pan est démon.
Hook, quant à lui, Hook est un fou.




Bout d'aventure

En ce temps, Koala s'appelait encore Cosmos. Mais quelque chose en lui faisait déjà qu'il n'était plus tout à fait Cosmos. Peut-être que c'est la Canicule qui l'avait rendu si fébrile. Il avait vu l'île sombrer sous les cauchemars et mourir sous le feu. Il avait vu les esprits s'éteindre, les uns après les autres. L'équilibre des éléments tanguer. La douleur et la mort, de trop près. Peut-être que c'était trop, même pour lui, même pour celui que chacun jugeait si juste, si mesuré, si jovial, si paisible. Si pacifique. Car Cosmos était cela, bien sûr, et Cosmos luttait chaque jour pour rester cela.
Pour voir le meilleur en l'homme. Pour ne jamais abandonner l'espoir. Pour ne jamais laisser la colère, la haine, la desespérance, prendre possession de son esprit. Il méditait, il s'isolait, il se ressourçait, mais quand les esprits eux-mêmes agonisent, comment conserver la force du sien ? Cosmos n'y pouvait rien. Cosmos n'était rien qu'un humain, et pas bien grand encore. Il l'oubliait parfois. Et aujourd'hui, il semblait qu'il voulait être plus que ça.

Je ne peux te laisser faire ça. avait dit Corneille Ardente, assis au fond de son tipi, sans regarder l'enfant chauve qui lui faisait face, trop occupé qu'il était à disperser d'étranges herbes dans une marmitte bouillante.

Cosmos était proche de Corneille Ardente, déjà du temps où il était Cosmos. Il voulait tout apprendre de lui. Tout savoir de sa sagesse. Corneille le trouvait impatient et Cosmos l'acceptait et attendait. Cosmos respectait toujours sa parole. C'est le chaman qui avait fait poser ses tatouages. Cosmos essayait de ne pas en être trop fier, mais c'était difficile.

Mais j'en ai BESOIN !

Corneille Ardente releva la tête très brutalement en direction de l'enfant. La détresse de sa voix était si intense, si inhabituelle, qu'il en fut saisi.

Les Esprits ont disparu.

Sa voix tremblait. Corneille Ardente n'avait jamais vu Cosmos dans une telle douleur. Son coeur se serra.

Les Esprits reviendront, Cosmos. Ils reviennent toujours. dit-il en se relevant et en s'approchant de Cosmos, demeuré à l'entrée du tipi.

C'est simple pour vous, les Delaware ! Vous adorez le feu ! Mais le feu tue ! Les enfants meurent sans arrêt ! Les plantes et les animaux aussi ! Et les Grands Esprits... Je ne ressens rien de leur énergie, rien, rien du tout.

Deux larmes coulèrent des yeux de Cosmos.

Peter Pan finira par se calmer. C'est lui qui fait la pluie et le beau temps. C'est ainsi. L'île renaitra quand son coeur s'apaisera.

Et si cela n'arrive pas ?

Tu dois avoir foi.

Corneille Ardente posa sa main sur l'épaule de Cosmos. Il semblait bien jeune à cet instant.

Non, non. Je n'y arrive plus. Tous les jours, au Grand Arbre... J'essaye de redonner de l'espoir, de rester calme, de montrer que tout n'est pas perdu. Mais mes ressources aussi meurent. Je ne peux plus respirer. Je... Mon esprit est tout desséché, mon esprit est brûlé. J'ai besoin de les sentir. Je dois me connecter.

Il planta son regard embué dans celui du chaman.

Je t'en supplie.

Corneille céda. Il n'aurait pas du.


*


Le lendemain, dès l'aube, Corneille Ardente accompagna Cosmos au village des Hurons. Cosmos rayonnait, faiblement certes, mais le village des Hurons était à ses yeux un lieu béni, sacré, un sanctuaire. Après de longues négociations où le chaman des Delaware vanta l'équilibre et la maitrise de l'enfant, le chaman des Hurons, touché par ses besoins spirituels, finit par céder lui aussi. Il accepta que Cosmos pénètre au coeur des pierres sacrées et tente d'atteindre l'état spirituel. Un être ordinaire n'aurait certainement pas pu y parvenir, mais Cosmos méditait depuis toujours et savait faire la paix en son âme.
Du moins le croyait-il.

Cosmos se concentra un jour et une nuit entiers, ou en tous cas, ce qui y ressemblait en ces temps troublés. Il ne bougea pas d'un cil et ignora la tension de ses muscles ou les spasmes de son estomac. Toute sa concentration était dirigée sur son esprit. Il lui semblait toujours qu'il était sur le point de franchir les portes du monde spirituel. Mais quelque chose l'en empêchait. En d'autres temps sûrement, Cosmos aurait su accueillir cette frustration. Elle se serait écoulée en lui comme le flux de la rivière, humble et tranquille. Mais Cosmos était affaibli et son esprit, aussi exercé fut-il, l'était aussi. La frustration enfla et le flux devint un torrent tumultueux. Il força, força, défonça la porte plutôt que d'attendre qu'elle ne s'ouvre à son pas. Il s'engouffra dans un monde bien trop grand pour lui. Il n'était pas prêt. Il sombra.


*


Cosmos resta inconscient, prisonnier du monde des esprits, des jours entiers. Ce fut Loutre Sage qui veilla sur lui, et Corneille Ardente, qui consentait chaque jour à délaisser son village pour passer quelques instants auprès de son corps inanimé, de plus en plus pâle. Les tatouages sacrés de Cosmos étaient devenus lumineux, mais une lumière en Cosmos faiblissait de seconde en seconde.

Dans le monde spirituel, Cosmos se perdit. Il ne se souvient plus bien, aujourd'hui, des détails de son voyage. Il s'en rappelle comme dans un rêve. Des sensations, des impressions, des images volages. Il se souvient qu'il s'était senti bien, un peu comme baignant dans une eau chaude et pure. Apaisé, mais revigoré aussi. L'équilibre était revenu. Il ne souffrait plus.
Il s'était mis en quête, très vite, des Grands Esprits. Il avait tant cherché. Sans aucune conscience de son propre épuisement. Il ne les avait pas trouvé. Il mit du temps à comprendre qu'il ne savait plus comment rentrer. Alors la peur, la fatigue, la confusion s'abattirent sur lui toutes en même temps, écrasant son corps d'un poids invincible.

Dans ce monde, un esprit semblait aussi apeuré et affaibli que Cosmos. Son énergie était brouillée, blessée. En voyant Cosmos à genoux sur le sol, secoué de petits sanglots, il s'était approché. Cosmos ne l'avait pas vu. Et lorsqu'il avait enfin levé la tête, au même moment l'esprit, une sorte de fumerolle à tête de loup, à ailes d'oiseaux, étendit son bras immatériel jusqu'à toucher la pointe de sa flèche.
Une douleur fulgurante électrisa le corps de Cosmos, dont l'enveloppe physique se cambra dans les bras de Loutre Sage. Ses yeux s'illuminèrent, sa bouche, ses narines, il irradiait d'une lumière brute. Lorsqu'il reprit possession de lui, la fumerolle avait disparu. Le monde spirituel aussi. A la place, le visage de Loutre Sage, comme un soleil dans un monde d'obscurité. Il sourit vaguement et se rendit compte que chaque centimètre de sa peau le brûlait.
Cosmos était dévoré par la fièvre. Il tremblait, grelottait. Il vomit une fois, une autre fois, et son esprit s'effondra de nouveau, dans les ténèbres nues cette fois. Loutre Sage et Corneille Ardente le ramenèrent au Grand Arbre et le confièrent au chef des Soigneurs. La Princesse Huron s'apprêtait à partir dans sa propre quête, celle où lui avait échoué. Sauver l'île. Elle ne pouvait plus veiller sur lui.


*


Cosmos mit du temps à se rétablir. Il resta inconscient cinq jours de plus. Lorsqu'il s'éveilla, la Pluie était venue et les Esprits étaient revenus. L'île renaissait. Il put à peine s'en réjouir tant il était encore en prise avec sa propre confusion. Il parvenait à peine à parler.
Il était extrêmement faible. Plus que jamais. Lui que son corps n'avait jamais trahi. Il dut s'aider de son bâton pour marcher et accepter de se faire aider pour les moindres tâches. Il ne pouvait plus méditer, ni danser, ni s'entrainer. Il ne pouvait rien faire, en dehors de penser à cet esprit à tête de loup, à ailes d'oiseau. D'ailleurs, celui-ci ne le quittait pas. Chaque fois que Cosmos fermait les yeux, il voyait son visage blanchâtre. Chaque fois qu'il s'endormait, il le voyait en rêve.

Et puis un jour, ses contours se précisèrent encore davantage. C'était un jour de pluie, évidemment. Cosmos jouait au ballon avec d'autres enfants pour tenter d'oublier. Oublier quoi, d'ailleurs... Juste oublier. Il ne voulait plus réfléchir. Il était trop fatigué.
Les enfants s'envoyaient le ballon dans les airs. A un moment, Cosmos voulut l'attraper, mais un enfant le bouscula et lui cogna la tête de son coude. D'ordinaire, Cosmos l'aurait arrêté très sereinement en lui disant de faire attention. Mais plus rien n'était ordinaire à présent, n'est-ce pas... Cosmos sentit une étrange énergie circuler très vite en lui, jusqu'à monter dans son crâne, avant de prendre possession de lui. Vraiment possession. Ses tatouages et ses yeux se mirent à luire et il hurla un jet de lumière, envoyant dans la face du garçon une bourrasque d'énergie. Energie cosmique. Devenue agressive. Néfaste. Destructrice.
Cela ne dura qu'un temps. Un tout petit temps. Cosmos reprit vite ses esprits et résista à l'envie de fondre en larmes lorsqu'il vit les regards perplexe ou sévères des enfants. Une petite fille pleura et s'enfuit. Il partit, sans rien dire.

Ce jour-là, il tenta de méditer, s'isolant loin dans la forêt. Il n'y parvint pas. Son esprit était parasité. D'émotions d'abord. La honte, la frustration, la rage, la peine, l'incompréhension. Ses doigts tremblaient sur ses genoux. Et puis d'une certaine tête de loup immatérielle, flottant au creux de son âme. Ce n'était pas lui. Ce n'était pas lui qui avait fait ça. Il n'avait jamais fait ça.
Il se força à rester sous la pluie jusqu'à la nuit. Le lendemain, rien ne se produisit. Le surlendemain, rien ne se produisit. Cosmos finit par penser que ce n'était rien, rien d'autre qu'un effet secondaire.


Ce fut bien longtemps après que cela se reproduisit. Cosmos peinait déjà à s'accoutumer aux rêves, aux turbulences dans son équilibre intérieur, à ce corps étranger qui occupait son esprit. Alors cela se reproduisit.
Cosmos n'était pas en colère. Il n'éprouvait rien. Il parcourait le Bois Joli, observant la nature, accompagné de quelques petits animaux car, toujours, Cosmos attirait les animaux. Et la tête de loup aux ailes d'oiseau était revenue. Clignotant par flashs dans sa tête d'abord, puis la lumière, la douleur, le flux d'énergie fulgurant. Cosmos ne savait même plus dans quel monde il se trouvait. Il voyait deux paysages se superposer, l'un était celui du monde physique, l'autre celui d'un monde qu'à présent, il craignait. Il n'était plus capable de bouger, crispé contre le sol boueux, des Sylvains intrigués pullulant autour de lui. Il hurlait, se redressait à demi, crachait son jet éclatant, fonçait dans les arbres. Immaitrisable.

Ce fut encore elle qui le sauva. Qui d'autre l'aurait pu. Elle qui lui dit "Je n'ai pas peur de toi" et qui l'approcha au plus près, affrontant la violence de son éclat, de son état. Loutre Sage. Princesse des Princesses. Accompagnés de quelques Sylvains, Loutre hissa le corps sursautant, mais calmé déjà, de Cosmos sur la vachienne qui l'accompagnait. Cosmos ne revint jamais au Grand Arbre.


*


Ton ami a été orgueilleux et imprudent. Son sort n'est certes pas mérité, mais guère étonnant.

Cosmos entendait vaguement le dialogue qui se jouait à son côté et reconnaissait la voix du Chaman des Hurons. Enfoui sous une épaisse couverture de paille, il concentrait tout son effort à essayer d'ouvrir les yeux. Une main appliquait doucement un linge imbibé sur son front, et il apprendrait plus tard que cette main était celle d'Hermine Lunaire. Elle veillerait sur lui des jours durant.
Il entendit la voix de Loutre Sage, ce qui réchauffa son coeur, mais ne comprit pas ses mots. Le Chaman des Hurons répondit.

Je sais qu'il souffre. Il souffrira bien d'avantage s'il ne fait pas plus attention.

Son esprit est fendu, à l'image de cette carafe. Cosmos reconnut la voix de Corneille Ardente. En cette brèche s'est engouffrée une fumerolle malade aussi fragile que lui. Il n'a pas su la repousser. Aujourd'hui, la Fumerolle se sent parasitée par lui autant que lui se sent parasité par elle... Leur équilibre, à tous deux, est compromis. Chacun essaye de retrouver son monde et sa liberté, mais ils sont enchainés l'un à l'autre. Parfois, la Fumerolle réagit, parce qu'elle se sent forte ou à l'inverse, contrariée. Cosmos se doit de se rendre dans le Monde Spirituel aussi souvent que possible, au risque d'épuiser la Fumerolle à présent liée à son esprit. Au risque de s'épuiser, lui. Et de mourir.

Son coeur se serra. Il se représenta mentalement l'image de la tête de loup blanche.

A présent, Cosmos n'est plus seulement Cosmos. Son esprit est double, en équilibre entre deux mondes, et chacun des deux est garant de son équilibre à lui.  S'il en délaisse un ou en favorise un autre, il en subira les conséquences. Cosmos vit avec quelque chose en lui et se doit de l'accepter. D'apaiser et accueillir cette chose. Même s'il a peur. Même s'il a mal. Même s'il s'en veut.

Son coeur se serra davantage. A mesure que Corneille Ardente récitait les émotions, Cosmos prenait conscience de leur intensité en lui-même.

Son existence a pris un chemin inattendu et douloureux. Plus rien ne sera comme avant. Mais il s'adaptera.

Je l'aiderai.

Il y eut un silence.

Corneille Ardente, Chaman des Delaware, veux-tu nous laisser entre membres du Clan de Loup et retourner aux tiens ? J'ai à parler à la Princesse.

Cosmos entendit Corneille partir. Il y eut ensuite une discussion qui évoquait une petite tempête dans l'esprit embrumé de Cosmos. Il n'en comprit rien car les deux s'exprimaient en dialecte Huron. Il devinait, toutefois. Loutre voulait le garder auprès d'elle. Le Chaman trouvait cela dangereux. Une âme si tourmentée. Possédée.
Cosmos reconnut le nom de Phasme Suprême. Ce serait donc à elle de décider. Il dut user de toutes ses forces pour ne pas laisser l'envie de s'abandonner, au désespoir, à la mort peut-être, l'écraser. Il se rendormit, épuisé par ces efforts inédits et apaisé par la caresse tendre d'Hermine.



La fin de Cosmos

Je n'ai pas envie... Je n'y arrive pas... Je vais plutôt aller voir Abeille Vigilante, elle m'avait demandé de...

Tu sais que tu le dois.

Mais Koala, car ainsi s'appelait-il à présent, ne voulait pas y penser. Il caressa le moutigre assis dans le refuge sans tourner la tête vers Loutre Sage.

Si tu ne t'entraines pas, la méditation deviendra encore plus difficile. Ton dernier voyage a duré trois jours.

Je sais.

C'est trop, Koala Cosmique.

Je n'y arrive plus, Loutre. Il se tourna enfin vers elle. Quelque chose est rompu. Je sens tellement de trouble. Avant... Non, pas de regret. S'il te plait, Koala. Soupir. Le monde spirituel, pour moi, ne représentait pas de danger. Je l'accueillais avec paix. Il m'élevait et me connectait à la vie toute entière. Aujourd'hui il m'effraie. Je ne contrôle plus rien. Et ce que je ressens à son contact est si souvent violent.

La fois précédente, tu disais que cela s'était bien passé.

Il se reconcentra sur la toison du moutigre.

C'est vrai. J'ai senti que la Fumerolle était calme et épanouie. Elle brillait d'un éclat doux, elle était physique et câline, je pouvais toucher son pelage et ses plumes... Mais vois-tu, dans ces moments, elle veut rester, et nos désirs se mêlent, aussi je reste aussi. J'oublie qu'il faut rentrer.

C'est pour cela qu'il te faut t'entrainer. Et aussi...

Un muscle se contracta sur l'épaule de Koala.

A cause de tes phases.

C'est ainsi qu'on appelait, à présent, les crises spirituelles de Koala. Quand le monde des esprits s'imposait à lui sans qu'il ne puisse, jamais, l'anticiper. Il devenait luminescent, insconscient de lui-même, et le paysage se superposait à un paysage semblable et différent à la fois. Celui d'un autre monde. Les dimensions se rejoignaient. Il était connecté, parfaitement connecté, et son enveloppe charnelle en payait le prix. Il finissait souvent par s'évanouir. Son corps était devenu usé. Il l'entrainait encore, davantage même, à l'assouplir, à la fortifier. Sa propre faiblesse lui faisait peur.

Parfois, tu sais, je t'entends là-bas. Je marche dans le monde et j'entends ta voix qui résonne. Dans le ciel, au milieu des fleurs, transportée par le vent. Parfois, c'est elle qui me guide pour rentrer.

Alors viens. Je te guiderai.

Koala Cosmique attrapa sa main et la suivit jusqu'aux pierres sacrées. Il s'assit en tailleur et tâcha de faire le vide. Il ouvrit la porte du monde qui, aujourd'hui, était autant le sien que celui qui l'avait vu naître. La peur au ventre, muselée mais palpitante, de ne pas être capable d'en revenir.





Invisible pour les yeux

T'as un Pseudo ? SakriPAN
Et un âge ? non
C'est quoi ton Avatar  ? l'Avatar MDR
Comment t'as découvert l'île ? dans un rêve
Tu la trouves comment ? vraie
Dis, tu crois bien aux fées ? je crois à tout.







Koala en chair et en os ::
 


Koala Cosmique médite en sienna.
....


Dernière édition par Koala Cosmique le Ven 26 Mai 2017 - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Abeille Vigilante
Abeille Vigilante

♐ Apicultrice des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 62
✘ SURNOM : La Reine
✘ AGE DU PERSO : Une petite trentaine

✘ LIENS : I am deliberate and afraid of nothing.

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptySam 8 Avr 2017 - 20:58

Tu sais que j'attendais cette évolution !! Et tu sais que j'aime !!! Tu peux pas t'empêcher de faire du mal à tes personnages, hein ? Pauvre petit Cosmos. Je trouve ce lien avec la fumerolle très intéressant et j'ai hâte de voir comment il va gérer la situation - après tout c'est le plus serein de tous tes personnages.
Et évidement j'ai très hâte de voir sa dynamique avec les Hurons (ÉTONNANT N'EST-CE PAS)

♥ Bienvenue dans ta nouvelle famille ♥

(Et je suis contente que tu aies gardé le bout des énergies cosmiques, je me rappelle que je l'avais trouvé trop cool à l'époque.)
Revenir en haut Aller en bas
Loutre Sage
Loutre Sage

♐ Princesse des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 257
✘ SURNOM : L'Harmonie
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : Venez tenter votre chance
✘ LIENS : Peindre en mille couleurs... L'air du Vent.

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptySam 8 Avr 2017 - 21:30

J'ai sauté de joie en voyant ta fiche !

J'aime beaucoup, beaucoup, beaucoup Koala Cosmique (je plussoie Abeille : tu aimes les faire souffrir tes petits !) et je suis touchée à un point inimaginable face à l'importance que revêt Loutre Sage à ses yeux.

Ca me redonne envie de la jouer, elle a un nouveau but maintenant, merci !

Et rebienvenue avec ce personnage poignant et attachant ♥






Avatar par Nephyla
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Signat11


Revenir en haut Aller en bas
Dusk
Dusk

♣ Grimpeur ♣


✘ AVENTURES : 241
✘ SURNOM : La Déracinée
✘ AGE DU PERSO : 16 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : How does it feel without my love ?
Sujets en cours : I - II

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptyDim 9 Avr 2017 - 1:09

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 1667733026 Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 1667733026 Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 1667733026

Ça me fait quelque chose, quand même, de voir Cosmos dans cet état-là. D'un côté ça me fait de la peine, même si je comprends à quel point ça aide, de jouer ce qui est tragique (si je prétendais le contraire, ce serait comme l'hôpital, la charité etc)... et d'un autre, je trouve cette version super mais vraiment super intéressante.
J'adore l'histoire de la fumerolle et le lien qui l'unit à Koala. J'aime aussi beaucoup son nouveau caractère, il est plus fragile mais plus profond aussi, il dégage quelque chose de très spécial. Forcément, je viendrai t'embêter avec des idées (tu m'inspires, ça t'étonne ?) !

Et en attendant je te souhaite la rebienvenue avec cette V2 Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 304983004 Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 3918789698







Des cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://elorecohlt.tumblr.com
Koala Cosmique
Koala Cosmique

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 102
✘ SURNOM : la Flèche
✘ AGE DU PERSO : 12 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 1/2
✘ LIENS : Je suis.
(Je fus.)
Nous sommes.

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptyMar 11 Avr 2017 - 12:07

Merciiiii beaucoup les enfants ! Que de jolies filles pour m'accueillir Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 1102277013
heum


Abeille je suis honoré et ravi de rejoindre la famille ! J'ai pas voulu blesser Cosmos l'idée s'est étendu dans mon cerveau à la vitesse de l'éclair :(
Trop hâte aussi !!


Merci Loutre, je suis moi même trop heureux de ce lien <3
On va en faire de belles choses !

Et Dusk mowh je suis super content que ça te plaise comme ça ! Plus que la souffrance, c'est comment le paisible et ouvert Cosmos va affronter cette petite tempête intérieure qui m'intéresse Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 4198890058
Oui oui des liens !


Merci encore Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 3582817743







Koala en chair et en os ::
 


Koala Cosmique médite en sienna.
....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptyMar 11 Avr 2017 - 12:57

Cette évolution. Ohlala. J'ai adoré cette fiche, tant par le style que par le contenu !
Cet équilibre fragile qu'il doit maintenir alors qu'il serait facile de céder vers les extrêmes, le soutien qu'il trouve auprès des autres, la fragilité... C'est assez émouvant et un peu brise-cœur de le voir comme ça...

J'ai vraiment hâte de voir ce qu'il donnera en rps, et puis ce nom quoi. Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 2674914318
Revenir en haut Aller en bas
Kadath
Kadath

☂ Enchanté ☂


✘ AVENTURES : 104
✘ SURNOM : La Majestueuse
✘ AGE DU PERSO : inconnu

✘ LIENS : Kadath l'inconnue
Kadath, la Cité des Dieux

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptyMar 11 Avr 2017 - 14:06

Waaah 8D

Dat evolutiooon 8D
C'est vraiment chouette de retrouver Cosmos level up en Koala Cosmique **

J'aime totalement u3u
Revenir en haut Aller en bas
Caroline
Caroline

★ Mère Apprentie des Artisans ★


✘ AVENTURES : 630
✘ SURNOM : La Fouineuse
✘ AGE DU PERSO : 14 ans... et des poussières

✘ DISPO POUR RP ? : Pas tout de suite, mais je prends les réservations ;)
✘ LIENS : Fiche ♦️

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptyMar 11 Avr 2017 - 15:48

Olala le pauvre =( *câline koala très fort*
Revenir en haut Aller en bas
MadMax
MadMax

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 1114
✘ SURNOM : L'Increvable.
✘ AGE DU PERSO : La bonne quinzaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance, renaissance & La Meute

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptyMer 12 Avr 2017 - 15:40

Félicitations mon enfant


Tu es condamné.





Faut-il le dire à chaque fois ? Ta plume, ta finesse bon sang !
Je ne m'attendais pas du tout à cette évolution de Cosmos, et j'avoue que si au début je me demandais comment tu allais amener un tel changement, au final ça  glisse tout seul ! J'ai adoré l'idée de la fumerolle qui est super bien trouvée, et puis l'humanité profonde que l'on retrouve toujours dans ton perso même si désormais c'est un Peau-Rouge à la peau pâle (hohoho je n'ai honte de rien !). Bref, c'est une fois de plus une fiche épatante et vibrante de vie.. Mais venant de toi c'est plutôt la norme.

Bienvenue encore et toujours en ton Royaume, cher Tyran. Puisse-tu continuer à faire vivre Koala Cosmique à travers les rp !


_______________________________


Je te serre chaleureusement la main. Cours vite créer ton Dé à Coudre et demander un Compagnon de Jeu afin de vivre une aventure !  Par ailleurs, n'oublie pas de prendre connaissance de L'intrigue du moment. Tu peux aussi participer au RP d'introduction spécialement conçu pour les nouveaux arrivants et qui permet d'immerger facilement ton personnage dans l'univers : la Danse de la Victoire. A moins que tu ne choisisses de te lancer dans Mission Périlleuse ?  Si tu préfères passer du bon temps en papotant, rejoins sans tarder la Nursery. Quoiqu'il en soit, que ton séjour à Never Never Land soit fabuleux et éternel.








J'suis Parole en #cc3300.

Merci Dog. ♥:
 

Merci Arrow. ♥:
 

Merci Coquillage. ♥:
 

Merci Sindri. ♥:
 

Merci Blue. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Koala Cosmique
Koala Cosmique

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 102
✘ SURNOM : la Flèche
✘ AGE DU PERSO : 12 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 1/2
✘ LIENS : Je suis.
(Je fus.)
Nous sommes.

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptyMer 12 Avr 2017 - 19:29

Merci beaucoup tout le monde ! Vous enchantez ma journée (et toutes les autres bien sûr)  Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 978086279

Je suis vraiment très heureux qu'il vous plaise même si ça vous rend un peu triste, mais ce n'est pas que triste ! Cosmos est toujours là et se bat pour la lumière Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 4252775041

Et Max quelle validation dis donc ! je m'attendais pas à tant d'éloges merci beaucoup cher bras droit <3


Je suis tout rouge ça y est !! Que le pouvoir de l'eucalyptus soit avec moi


Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Giphy







Koala en chair et en os ::
 


Koala Cosmique médite en sienna.
....
Revenir en haut Aller en bas
Grizzly Funeste
Grizzly Funeste

♐ Bras Droit des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 148
✘ SURNOM : L'écorché
✘ AGE DU PERSO : Entre 35 et 40 Hivers

✘ DISPO POUR RP ? : Négociable. Si tu l'oses. (Pour 1 ou 2 topics, 3/5 hors Bayou; rythme tranquille)
✘ LIENS :
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 2_drea10
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Bulletred Sinistre Oraison
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Bulletred Mélopée Funèbre

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. 9_-_Tomahawk_Outline-48
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Bulletred Chute de scalps: I - IV - VI -
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Bulletred Peaux tannées: 0 - II - III - V - VII
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. So2T8GM


Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. EmptyVen 14 Avr 2017 - 3:41

*s'impose virilement après cette hordes de femelles* #Honhon

Aowh Petit Papoose,

Il est toujours aussi simple Koco (oui, je ne t'appellerai plus autrement), aussi humble quoi que plus tortueux. Mais ta plume lui conserve son innocence, sa simplicité, elle tranche d'autant plus avec la complexité duelle de son état, de sa tragédie.
Il y a toujours beaucoup de toi, et plus encore que tu ne crois (même si tu ne te penses pas aussi sage!), et le chemin, les obstacles parsemés pour te rendre Cosmos, te le réapproprier pour le sentir vibrer n'en sont que plus parlant.
Puissent les épreuves qu'il traverse l'amener à l'acceptation de ses tourments et de ses craintes. Aussi extrêmes et opposées soient-elles.

Cosmos atteint ici une autre dimension (hohoho), il manquera assurément au Grand Arbre mais sa place sur l'île n'en est que plus intéressante à suivre, à évoluer.

Rebienvenue parmi nous Petit Papoose jaune fléché (avoue que Koco, c'est quand même plus rapide <3),
Grizzly compatit à ton déchirement pour le partager (mais tu es déjà bien plus sage qu'il ne l'est).






Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Grizzl11
Il s’était éveillé. Il s’était réveillé.
Le monstre demeurait. A ronger ses entrailles, à exiger encore sa part insatiable. Les lunes décroissent, s’effacent... Et le regard sombre de Grizzly fend la pluie.
Il est de retour chez lui.


Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Blood_10

= Fresques =

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty
MessageSujet: Re: Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.   Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Faire naufrage :: Gais, innocents et sans coeur. :: On s'envole !-