Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Sam Miller
avatar

☠ Vigie du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 114
✘ SURNOM : le Voltigeur
✘ AGE DU PERSO : 27 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 5/4 mais viendez, je ne sais pas dire non
✘ LIENS : Fiche
Dé à coudre
Quizz

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Ven 19 Mai 2017 - 11:34

Sam observait la mer déchainée avec dégoût. Il n’avait pas peur d’elle, et ne lui en voulait pas – il l’aimait trop pour ça – mais comme toujours sa haine farouche de Pan colorait ses sentiments. À voir les gamins, là, des mioches même pas encore ado monter sur les embarcations ; à voir ses camarades pirates aiguiser leurs lames et sécher leur poudre ; à voir les filles du port retrousser leurs manches, et prouver qu’elles aussi, elles en ont dans le ventre… Ca le rendait fou. Ça lui donnait la gerbe, mais aussi une volonté guerrière, hargneuse. Quel que soit le deal posé, si on lui proposait de tuer Peter Pan tout de suite, il y aurait sérieusement réfléchi, aussi horrible le cout soit-il. Mais ils n’en étaient pas là, pas encore.
Malgré l’humidité ambiante, qui alourdissait tous les vêtements et rendait les mouvements difficiles, Sam était engoncé dans une lourde veste en laine cardée, qui lui descendait jusqu’à mi-cuisses ; sous celle-ci, une simple chemise blanche, légèrement trop grande, flottait, enfoncée dans un pantalon en tissu brun. Il boitillait encore un peu, mais sa jambe, après le désastreux tsunami, s’était rétablie.
Quand il grimpa sur l’embarcation, de facture peau-rouge – bien qu’il ne puisse en dire plus – il ne se sentait pas d’humeur à apaiser les esprits, et répondit d’un regard tout aussi au Peau-Rouge qui le dévisageait, et ignora quasiment le gosse à ses côtés. Il aurait préféré travailler avec ses collègues, plutôt que de devoir surveiller en plus si on ne lui plantait pas un couteau dans le dos. Il renifla, et haussa les épaules. Ils avaient une mission, et advienne que pourra.

Les heures passèrent, froides mais calmes. Et quand l’immense créature fit surface, Sam en resta l’espace d’un instant bouchée bée. Sa stupéfaction s’accentua avec l’apparition d’une jeune femme, qui psalmodia quelque incantation. Le morse semblait comme hypnotisé… C’était là le moment d’attaquer ! Le Peau Rouge s’était déjà rué dessus, bien plus réactif que lui. Et alors que le pirate allait s’élancer à son tour, sabre à la main, le gosse devant lui chuta lourdement, le griffant au visage et au crâne ; le Voltigeur jura, déséquilibré, pour tomber à son tour en arrière. Sérieusement ? Pourquoi fallait-il qu’il ait un gamin dans les pattes ?
Le-dit gamin était cependant plutôt agile, et alla jusque sur le dos du morse pour l’attaquer ; et alors que Sam se remettait maladroitement, la faute à son manteau trempé, il put observer le décollage de l’enfant… Et son choc, violent, qui semblait lui avoir fait perdre conscience.



    - Merde !

Son détachement, sa hargne, elles s’envolèrent d’un coup. Ôtant sa vieille fripe, rigide et bien trop lourde, le Voltigeur n’hésita pas une seconde, et plongea à la suite du gosse. Les remous l’empêchaient d’être efficace, et le sel lui irritait les yeux. Il était heureusement suffisamment bon nageur, et habitué aux caprices de l’Océan, pour ne pas se noyer à son tour. Le gosse sombrait lentement, des bulles d’air s’échappant de ses narines. D’un battement sec des jambes, qui le fit grimacer, le pirate le rejoint, et l’attrapa par le bras. En levant les yeux, il paniqua : où est-ce qu’était la barque ? La lueur bleutée du morse lui servit de phare, et il nagea furieusement en sa direction. Il parvint à atteindre la barque alors que ses poumons brulaient, lui intimant l’ordre cruel d’ouvrir la bouche et d’inspirer. Heureusement, il parvint à s’accrocher à la rembarde, et à passer le gamin aux occupants de l’embarcation. Il remonta à son tour, essoufflé et trempé jusqu’aux os. Sa chemise blanche était à présent transparente, laissant voir à tous les bandes qui entouraient le torse du pirate ; ce dernier renfila son manteau, qu’il ferma en jurant, et se tourna vers le morse, qui semblait toujours furieux. Ils n’avaient pas le temps pour des états d’âme. Sortant son arme, la poudre miraculeusement au sec, il tira quelques coups dans la direction de la créature…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loutre Sage
avatar

♐ Princesse des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 219
✘ SURNOM : L'Harmonie
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : Le temps manque mais pas l'envie, tentez votre chance
✘ LIENS : Peindre en mille couleurs... L'air du Vent.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Sam 20 Mai 2017 - 0:11

Le Tourbillon




Le ciel pleure sa détresse depuis maintenant très longtemps. Trop longtemps.
La Princesse s'est affaiblie, s'est éclaircie. Ses yeux et ses cheveux ont pris des reflets argentés, comme si la lune l'avait embrassée. Mais Dame Lune est invisible depuis très longtemps. Trop longtemps.
Sa peau a perdu sa couleur chaude, elle a l'air malade et elle l'est. Malgré cela Loutre Sage se tient droite et forte, elle marche vers Océan qui mugit. Elle ne doit pas flancher, Koala Cosmique est là, il a besoin de sa stabilité, de son harmonie. Mais tout cela a été noyé par la Pluie et balayé par l'Océan. La colère du Père ébranle la Huron jusqu'aux tréfonds de son cœur. Elle lutte pour ne pas succomber à cette violence, se laisser submerger, contrôler. Elle doit rester Harmonie pour sauver l'Île et son protégé.
Loutre Sage aimerait  lui tenir la main en un geste rassurant mais il sentirait son état spirituel fragile. Alors elle se contente de marcher à ses côtés, tout prêt, lui faire sentir sa présence.
Ils embarquent avec deux visages-pâles et un jeune Piccaninny. Dans le silence du voyage la Princesse se retire en elle même, comme en méditation. Ainsi elle perçoit la colère d'Océan bien plus violemment mais peut également mieux y résister. Son corps tremble de plus en plus alors qu'il se rapproche du cœur bouillonnant et elle n'entend plus que le grondement de l'Esprit.

Loutre Sage ouvre enfin les yeux, une seconde avant l'apparition de l'esprit marin ; elle l'a senti.
Un regard à la Flèche, un regard plein de courage et de bienveillance : il se lève et chasse la myriade d'hippocampes à l'aide de son bâton. Le garçon félin mord, griffe, tue, la femme se cache et tire et l'homme borgne...

"NON !"

Trop tard, le cracheur de feu retentit et lance son projectile de mort vers le père hippocampe.
La Princesse n'a pas le temps de s'occuper de l'esprit : Koala Cosmique est tourmenté, son esprit et sa paix mis à mal par la violence de l'instant, elle le sent.
Elle ferme les yeux de nouveau, son esprit s'élève, touche celui du papoose.
L'Harmonie raffermit son propre esprit, l'emplit de douceur et de calme, caresse celui instable et tente de l'apaiser, de le protéger de toute la colère et la violence environnantes.
Elle étend son aura spirituelle à la barque toute entière, englobe l'esprit furieux et ses petits, tente de pousser encore plus loin, toucher les combattants, les apaiser tous.
Tuer les esprits d'Océan ne pouvait que le plonger dans une plus grande rage.
Mais le mal mystérieux des peaux-rouges se rappelle à l'Harmonie, affaiblissant son aura et lui imposant de reculer. Elle renonce, ne voulant pas abandonner Koala Cosmique.
Leur barque et les esprits belliqueux sont les seuls touchés par l'harmonie.


Résumé:
 











Dernière édition par Loutre Sage le Sam 3 Juin 2017 - 3:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis M. Riverside
avatar

☯ Légendaire ☯


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : Le Chef
✘ DISPO POUR RP ? : *touss touss*
✘ LIENS : Come to my Tavern

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Sam 20 Mai 2017 - 1:31

Ce soir là, c'était le grand soir ! La salle était tellement bondée que tout le monde d'avait pas une chaise à mettre sous ses fesses. Louis et Gina couraient partout, servant les assiettes de ragoût, les verres d'alcool et de boissons sucrées, à droite, à gauche, à l'étage... Même Charlie s'était mis à les aider. Il n'en croyait pas ses yeux. Malgré la pluie, une véritable foule de gens étaient venu festoyer et remplir leur foies de liqueurs en tous genres. N'ayant pas eu de soirées comme ça depuis des lustres, Louis ne pouvais juste pas s'enlever le sourire d'imbécile heureux qui s'était installé sur ses lèvres. Il savait que ça allait être une bonne semaine, les affaires reprenaient !

Vers trois heures du matin, la foule avait déjà réduite de moitié. Mais nombreux étaient restés, et il y avait encore suffisamment de monde pour faire courir la jeune barmaid. Louis, lui, se permit une petite pause. Il avait remarqué un petit groupe de jeunes pirates tentant désespérément d'en réconforter un autre, saoul, et en larmes.

Ce que Louis y apprit, il ne l'aima pas du tout. Capitaine James Hook, lancer une attaque contre quoi, l'océan? Concrètement il envoyait ses clients à la mort. Et ça Louis ne l'aimait pas du tout. D'un autre coté, la tempête tuait aussi son business, ça n'était pas mieux. Il avait aussi entendu dire que les membres du bayou eux-même avaient rejoint  la bataille. Eh bien pas Louis. Il n'était pas du genre à risquer sa vie pour autrui, et il s'en portait très bien. De toute manière, la tempête ne le concernait pas vraiment directement. Elle finirait bien par s'arrêter, et le business, lui, reprendrait de plus belle.

Au lever du jour, la pluie n'avait toujours pas diminuée. Elle semblait même s'être accentuée. Et Louis ne pouvait pas se retirer de l'esprit l'idée que ses clients courent droit au suicide. Tout en rangeant, il pensait. Et s'il s'était proposé pour y aller lui aussi ? Peuh, risquer sa vie pour des pirates, quelle idée. Enfin, il n'y avait de toute pas grand chose qu'il puisse faire. On ne combat pas une tempête. Même s'il la haïssait pour tuer ainsi son entreprise, il n'allait tout de même pas lui aussi foncer droit dans l'océan pour--
Son train de pensée fut subitement stoppée par un craquement horrible au dessus de sa tête. Il eut à peine le temps de lever les yeux que les planches du plafond s'ouvrirent en deux et déversèrent un flot immense d'eau salée sur son front. A l'usure, l'eau incessante avait finie par crever les poutres pourries de Fish's Belly. Il resta longtemps sans bouger, le temps de se rendre compte de ce qui venait de se passer. Son rêve. La tempê-- Peter Pan, venait de faire un trou dans son rêve.
Assez.
C'en était assez.
C'en était même trop.

Louis se tourna vers ses employés et commença à beugler ses paroles.


-Gina, Chalie, vous restez là où vous êtes, vous ne bougez pas et vous attendez mon retour !

Il se précipita vers la sortie et agrippa la porte pour la pousser. Elle tomba en ruine. Stoppé dans sa course, une porte à la main, Louis contempla un instant le bois de l'entrée et tout ce qu'il avait accompli pendant cette longue vie.
Pas assez.
Il jeta la porte. Il faudra la reconstruire. Peu importe ! Quelque chose l'animait désormais. C'était plus que juste de la haine ou de la colère.
Il plongea dans le point d'eau le plus proche -facile, tout était inondé- et se projeta jusqu'au port.
Enfin oui, il y avait de la colère, mais bien plus que ça, il y avait surtout une détermination forte, une flamme dans son petit œil jaune.
Il ne lui fallu que peu de temps pour arriver jusqu'au port. Il sorti de l'eau, et posa son pied sur le sable humide de la plage. C'était un peu différent de la vase du bayou, mais pas totalement désagréable. Il leva les yeux au ciel. Le soleil était bien caché derrière une épaisse couche de nuage. Tant mieux.
Trouver un habitué au port ne fut pas bien difficile, bien que plus long que prévu. Il lui indiqua la direction vers laquelle les embarcations étaient parties.


-Mais, ils sont parties y'a des heures déjà, vous aurez du mal à les rattraper !

Louis manqua d'exploser de rire. Il se mit à courir vers le large, et plongea dès que l'eau fut assez profonde. Il fut au départ un peu distrait par l'impression de nager dans la mer plutôt que dans le bayou. C'était assez différent. L'eau était bien plus salée, et les courants altéraient aisément sa course. Cela ne l'empêchait pas de foncer à vitesse hallucinante dans la direction indiquée par le pirate. Ah, sortir ainsi semblait lui redonner un nouveau souffle ! Cette détermination ne l'avait pas quittée. Et nager ainsi dans de nouvelles eaux ne faisait qu'augmenter ce sentiment d'invincibilité qu'il était en train de ressentir. Ses sens, d'abord troublés, commençaient à se fier aux eaux de la mer. Il ne parvenait pas à voir aussi loin que dans le bayou, mais réussissait malgré tout à sonder un peu autour de lui. Il faisait souvent des petits sauts hors de l'eau pour continuer à se repérer. Au bout d'un moment, il parvint enfin à voir, au loin, ce qui ressemblait au Jolly Rogers. Autour de lui, des barques et des canoë, en train semble-t-il de se disperser. Il ressentit cependant, de drôles de remous dans l'eau. Quelque chose, d'inhabituel.

Mais qu'importe ! Il n'y a plus à réfléchir ! Il replonge sous l'eau, et se projeta de toutes ses forces, tentant d'atteindre la plus grande vitesse possible. Il pousse sur ses jambes, tire sur ses bras ! Il se sent plus fort que jamais. Il pense arriver près des embarcations, et fait donc un petit saut pour jeter un coup d’œil. Le temps est mauvais, la pluie tombe en trombe et le tonnerre gronde. Sur des barques, des pirates, des indiens... Il croit en reconnaître quelques uns. Ah, mais il n'a pas encore mangé aujourd'hui. Son estomac manque de prendre le dessus, mais il parvient à se retenir. Non, il n'en mangera aucun. S'il est là, c'est pour les sauver. Et pour ça, il devrait peut-être s'occuper de ces énormes murènes volantes. Eh... Ma foi, une petite murène à se mettre sous la dent, ça ne gênera personne ! Son attention est désormais toute mal placée, et fonce à vitesse grand V vers ses nouvelles proies. Il ressent cette excitation comme avant de dévorer une proie. C'est toujours a même. De la joie, de la complaisance, de la faim... et surtout, un sentiment de supériorité et de surpuissance hors du commun. Maintenant, en scène. C'est l'heure de montrer à ces pirates ce que vaut le seigneur du bayou. Il va leur montrer qu'il est tout ce dont ils ont besoin pour les sortir de n'importe quelle situation.

Il arriva à la surface de l'eau, et se projeta à l'extérieur tel un boulet de canon, en hurlant vers les murènes, volant au dessus d'une barque se trouvant à proximité.


-YAAAAAAAAAAA--

Soudain, il sentit une douleur atroce lui attaquer les yeux. Une sorte d'éclair foudroyant lui perça les rétines, manquant de les brûler. Il eut l'impression que son cerveau fondit, ou explosa. Son cri de guerre se transforma bien rapidement en cri de douleur abominable qui résonna au loin. Il venait de perdre tout contrôle sur son action. Ayant malgré tout parfaitement calculé sa trajectoire, il continua à foncer droit sur l'anguille qui venait de le blesser ma foi presque mortellement, et la percuta à grande vitesse dans un heurt épouvantable, avant de s'écraser dans l'eau dans un fracas plutôt lamentable, juste à coté de la barque, qui dut manquer de chavirer sans aucun doute.
Sous l'eau, les mains sur les yeux, Louis résistait l'envie de se les arracher, et ne faisait pas très attention au fait qu'une partie de son corps flottait de manière peu glorieuse à la surface.

Eh bien. Quelle entrée.
synthèse:
 








Oh j'ai gagné ça il paraît:
 


We're Off To Never Neverland:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 94
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Sam 20 Mai 2017 - 23:36


Il y avait des jours où Salazar se demandait ce qu'il foutait là. Et ce jour en était un. Un merveilleux même. Puisque c'était le jour de prendre la mer, de partir sur l'océan aller faire... Il n'en avait strictement aucune idée en fait. Si ce n'est que le capitaine menait, était plus débordant d'énergie que jamais et que, rien que pour ce fait, il avait suivi le mouvement. Ca avait été si rare auparavant qu'il était prêt à partir au bout du monde si cela permettait à son capitaine de garder sa vigueur. Et puis, il fallait bien qu'il rattrape l'échec cuisant de la dernière fois.

Aussi était il venu, comme à son habitude, pratiquement en touriste. Il avait son couteau de rechange, vu que quelqu'un avait prit son ancien, sa cape faite par Azel, afin de se protéger de la flotte et du froid, ainsi que son sac avec un nouveau carnet et un crayon. Il comptait bien dessiner un peu ce qu'il voyait, même s'il se doutait bien qu'il ne verrait pas grand chose d'autre que de la flotte et éventuellement des poissons. Et que se repérer en pleine mer n'était pas forcément des plus aisés, si bien qu'il avait également apporté une boussole.

Ce qu'il avait mal calculé par contre, c'est qu'il ne serait pas sur le bateau, mais dans un canoe avec... des peaux-rouges. Et un truc. Et un pirate d'origine récente. Bon, soyons honnête, il n'avait rien donc les natifs, bien au contraire. C'était encore ceux de l'île qu'il supportait le mieux. Mais ils semblaient bien jeunes pour prendre part à cette aventure, sans compter la présence d'une femme à bord. Un vieux reste de superstition lui fait se demander si cela ne va pas leur porter malheur, ça. Mais il se tait bien vite car il sait que dans ces conditions, la bonne ambiance est importante. Ce n'est pas le temps de faire la fine bouche, c'est celui de coopérer avec ce qu'on a. Aussi s'assied-t-il et reste muet. Même face à la... momie (?) qui est bien trop agitée à son gout, il se contenta de l'ignorer.

Ils mirent un petit moment avant de tomber sur les monstres. Il était occupé à esquisser quelques croquis quand cela se produisit. Un requin. Intéressant. Rangeant rapidement son carnet, il se redressa face à la créature. Mais il n'eut pas le temps d'agir que déjà une sirène s'était jeté sur le requin et faisait... En fait il n'arrivait pas trop à voir ce qu'elle faisait d'ici. Il se contenta juste de penser qu'il ne voulait pas que cette chose s'approche de lui. Et puis il entendit le gamin parler, leur dire qu'il savait où viser. Mais au final, cela ne servit à rien vu que son camarade de navire semblait très bien gérer la situation et s'occupa à lui tout seul du requin (enfin il gigotait encore mais il était hors de l'eau et avec de profondes blessures). Devant ce spectacle, Salazar en vint à une conclusion :

Il était désormais totalement inutile.

Il se demanda tout de même, à voix haute :

-Combien de temps faut-il pour qu'il s'asphyxie à votre avis ?

Car s'il avait des branchies, c'était bien qu'il ne pouvait respirer que sous l'eau, n'est ce pas ? Toujours en tentant de ne pas tomber à l'eau, il finit par demander au peau-rouge de tout à l'heure, celui qui avait proposé de les aider à viser.

-Abrégeons les souffrances de cette bestioles et mettons lui le coup de grâce. Où faut il frapper selon toi ?

Enfin surtout se débarasser de ce truc.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Crazyleg
avatar

☠ Mousse du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 178
✘ SURNOM : la Demi-Portion
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Mouais bon je veux bien qu'on en parle (ಠ ∩ಠ)
✘ LIENS : :
✒️ Fiche
✒️

Il écrit en EC7907.

✒️ Avatar par Eychristine
:

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Dim 21 Mai 2017 - 13:01


Chère Maman,

Aujourd’hui encore, le roitelet menace nos vies avec ses foutus caprices et encore aujourd’hui, il n’y a personne d’autre que nous pour nous sauver. Tu me croirais, maman ? Au Pays de Jamais, il n’y a pas de princes charmants ou de putain de sauveurs : tu la gagnes, ta survie et c’est par ta sueur ou le sang des gêneurs. C’est ce qu’on appelle « donner de sa personne », mais on a déjà tous perdu plus que nécessaire.
On a mérité de vivre. Crois-moi, on a VRAIMENT mérité. Mais les efforts, ça ne paye jamais.

Et c’est à propos de ça que je t’écris… Oui, bon, je t’ai pas envoyé de lettres depuis longtemps, c’est  vrai. C’est mal de ma part mais je n’avais pas la tête à ça, ok ? Je t’écris parce que j’ai peur, j’ai très peur que ce soit la dernière occasion.

Laisse tomber, c’est stupide. J’ai pas réfléchis sur le coup. C’est vrai : on risque notre peau tous les jours. Cette île veut notre mort. Aujourd’hui encore, aujourd’hui est identique à hier. La seule différence c’est que la menace est un peu plus… clinquante ?

Je n’ai pas le temps d’ajouter quoi que ce soit, je dois bientôt.
Ne m’oublie pas,

Ton fils, JC



Il allait faire jour.
Une fois son message mis en bouteille, Jim le lança de toutes ses forces, priant pour que les courants agités l’entraînent le plus loin possible. Son regard suivit la trajectoire du projectile qui s’enfonça dans les flots avant de se mettre à flotter, secoué par des vagues menaçantes.
Un bref coup d’œil vers l’horizon grisâtre fit monter sa nervosité d’un cran. Pourtant, il ne pouvait pas se permettre de céder à la panique. Pas maintenant, maintenant n’était jamais le moment. Jim invoqua sa haine et son mépris envers l’Enfant Roi afin d’y trouver un semblant de colère qui aurait animé sa carcasse apathique. Il n’en tira qu’une vague nostalgie.
Tant pis.

Tant pis. se disait-il encore tandis qu’il ramait. Le mousse se demandait pourquoi la mer lui semblait plus épaisse, plus difficile à brasser qu’à l’ordinaire. Fallait-il y voir un signe ?
Son regard se risquait parfois vers les membres de son groupe. Il avait beau être en compagnie de quelques pirates, la composition de cette équipe ne lui inspirait rien de bon.

Keith conduisait la barque avec une certaine aisance mais il semblait d’une humeur massacrante. Un autre pirate dont Jim ne connaissait que le nom, Aedan, n’avait pas desserré les dents de tout le voyage. Il y avait aussi Annabelle, la fille de joie, qui l’ignorait si bien qu’elle transpirait le mépris par tous les pores. Un sentiment qu’il partageait mais qu’il n’avait pas la tête à exprimer. Enfin, deux indiennes se tenaient à leurs côtés. L’un d’elle, à l’air sauvage, affichait une expression fière mais hargneuse.
La tension était palpable. Jim n’avait aucune envie d’en rajouter ou de se risquer à détendre l’atmosphère.

Le garçon laissa échapper un soupir de lassitude.
Je sens que ça va être long…


Et ce fut long. Au bout de quelques heures à progressé dans un silence presque religieux, parfois troublé par les directives émanant du miroir envouté. Jim commençait à avoir mal aux bras mais il se garda bien de réclamer une pause.
Pas question de se mettre Keith à dos.

Le mousse baissa les yeux vers son torse : sur sa simple chemise, il portait un harnais où pendait un pistolet. C’était la première fois qu’on lui confiait une arme à poudre, qu’on le traitait presque en adulte.
S’il avait longtemps espéré ce jour, il n’en tirait pourtant aucune satisfaction. Au contraire, il se sentait plus nerveux que jamais. L’arme était lourde près de son cœur, le poids d’un pouvoir et d’une responsabilité qu’il avait peur d’assumer.
On lui avait peut-être accordé l’arme par confiance devant la maturité soudaine qui émanait de sa nostalgie… Mais il était également possible qu’en cette période de crise, on ait écarté ce genre de considérations.

Lorsque la barque se mit à remuer de manière inquiétant, Jim resserra ses doigts sur sa rame, de peur qu’elle ne lui échappe des mains. Lorsque l’ordre de dispersion tomba, il se remit au travail en y mettant toutes se forces.
Mais dans sa tête, une certitude : c’était le moment où tout allait partir en vrille.

Encore une fois, il n’eut pas tort : des créatures immenses émergèrent des eaux agitées, se dressant devant les autres embarcations. Jim n’eut pas le temps de les identifier car des grésillements au-dessus de sa tête lui avertirent de la présence de leurs adversaires.
Il découvrit les murènes avec effarement et horreur. Devant lui, Keith se dressait, secoué par un rire fou et guerrier. Derrière lui, la sauvage bandait son arc. Mais lui, il ne bougeait pas, pétrifié.

Deux ennemis.
Non, trois.

Une autre créature venait de bondir dans un cri monstrueux. Jim n’eut pas le temps de se sentir cerné, les murènes émirent un flash aveuglant qui lui arracha un feulement. Il se couvrit les yeux du revers de son bras valide mais il avait encore des lumières dans les yeux et l’esprit désorienté.

La lumière passée, il se redressa :

- Putain mais c’était quoi ce truc ?! s’écria Jim ignorant lui-même s’il parlait du troisième ennemi qui avait disparu ou de la lumière qui les avait frappé.

Il dégaine son arme, sans oser la brandir. Il ne bougeait pas, ne savait pas quoi faire. Mais son esprit déjà galopait à toute vitesse, à la recherche d’un plan.




Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Hook
avatar

☠ Capitaine des Pirates ☠


✘ AVENTURES : 74
✘ SURNOM : Le Capitaine
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine

✘ LIENS : Jas. Hook
Capitaine du Jolly Roger

Monologues de la Haine

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Mar 23 Mai 2017 - 11:47

Fou, il était fou.
Comme un requin qui sent l’odeur du sang.
Comme un fauve à la chasse.
Comme un aigle plongeant vers sa proie.

Dressé sur le pont, un air impassible sur le visage, il regardait les éléments se déchaîner. Depuis l’arrivée des alliés, il avait calmé son hilarité malsaine. Il avait tu les hurlements maléfiques qui s’échappaient presque malgré lui de son âme. Il fallait reprendre ses esprits. Littéralement d’ailleurs. Le voilà qui se permettait des jeux de mots.

Les Peaux-Rouges étaient venus, Maman Brigitte aussi. Le Pacte était instinctif, logique. Nécessaire à la survie de tous. Les indiens étaient des guerriers, mais sur l’eau, c’était les pirates qui régnaient en maîtres. Et il était le capitaine. Alors on avait serré les dents, et on avait accepté de travailler ensemble.

Lui se moquait bien, de qui survivrait. De tous ceux qui tomberaient. Au fond, il se moquait presque même de l’Océan et du Jolly Roger. Chaque goutte de pluie l’énervait, le fascinait. Il buvait l’eau du ciel, aussi salée soit-elle. Il buvait les larmes de Pan. Bientôt le sang. Il se mordit la lèvre pour interrompre le rictus qui s’y dessinait.
La rage et la joie. Il n’avait pas peur, oh non. Tout son être défiait l’Océan, défiait l’île, défiait Pan.

Allons esprit, calme-toi. Allons esprit. Que peux-tu contre nous ? Que peux-tu contre moi ?

Ils sont tous là. Il ne peut pas cacher son sourire. Ses yeux sont si brillants et si bleus. On croirait qu’une étoile vit là-dedans. Les rides au coin de ses yeux sont invisibles. Il semble fort. Il n’a pas été en forme depuis longtemps. Il donne les directives, constitue les équipes, explique la stratégie. Il est dans son élément. Il sait ce qu’il faut faire. Il a retrouvé son instinct de pirate. Tout ceci n’est qu’un vaste abordage.
Il repousse les vagues meurtrières qui l’atteignent sur le pont avec une facilité déconcertante. Mais il en faudra plus que pour le bateau tienne. Les voiles claquent. Le bois craque. Qu’est-ce que chante Keith Jackson déjà quand il est à la barre ?

Haul together. Hoist the colours high.

Il jette un regard amusé à la Licencieuse. Son excitation est perceptible. Oh. Il a tellement hâte. Que le combat commence !

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeille Vigilante
avatar

♐ Apicultrice des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 26
✘ SURNOM : La Reine
✘ AGE DU PERSO : Une petite trentaine

✘ LIENS : I am deliberate and afraid of nothing.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Mar 23 Mai 2017 - 23:35

L'ambiance est électrique.
Abeille pourrait mentir et dire qu'elle l'a senti à l'instant où elle est montée dans la barque. Mais c'est faux : à ce moment, elle était trop occupée à mourir d'inquiétude. Hérisson. C'est pour Hérisson qu'elle est venue. C'est pour Hérisson qu'elle s'inquiète. Il est trop téméraire, trop curieux. Elle l'a entendu dire qu'il était volontaire, et s'était sentie malade, même si elle n'avait rien montré.
Qui était-elle, pour l'empêcher de partir ?
Elle ne pouvait rien faire, à part le suivre.

C'est au moment où la barque est partie qu'elle a senti la lourdeur de l'air, le silence de ses compagnons. Elle a refusé les armes qu'on lui tendait et s'est assise en tailleur, très digne, au milieu de ces inconnus. On lui a demandé, si elle pouvait faire le trajet avec eux, les pirates, et elle a dit oui. Elle n'est pas la seule femme dans la barque, au moins. Il y a une jeune guerrière, des piccaninny, et une femme du port, discrète et énigmatique. L'un des pirates est jeune, sans doute à peine plus que ses fils, l'autre, qui dirige la barque, respire la haine.
Tout le monde semble bien malheureux d'être là.
Abeille ressent l'ambiance, elle la respire. Les autres sont tendus comme des élastiques. Personne ne parle. Elle, elle se joint aux chants entre ses dents, presque en silence. Elle tend l'oreille comme pour capter la voix de Hérisson, mais n'entend que l'orage et la mer qui grondent. Elle sait qu'ils vont droit dans le cœur de la tempête, mais ce n'est pas pour elle qu'elle s'inquiète. Mais pour lui. Et pour lui, encore. Pour Koala, un peu, qui lui ne voulait pas être là.

D'un coup, tout se déchire.
La barque s'agite, et autour d'eux, tout le monde hurle. Ils se lèvent, dégainent leurs armes, prêts à se défendre. Abeille ne bouge pas. Que pourrait-elle faire ? Elle attend. Elle fronce les sourcils et se concentre. Leurs ennemis sont deux ; ce qu'ils dégagent, c'est autre chose qu'animal, c'est beaucoup plus fort. Dans la confusion de ses compagnons de barque qui s'agitent, elle a du mal à réfléchir. Elle sent une décharge rater de peu son bras, et ses poils se hérisser des pieds à la tête.
Elle n'est pas une guerrière. Elle ne compte pas tuer, et ne peut pas se défendre. Mais elle s'étonne, au bout de quelques instants, que le jeune homme n'attaque pas.

« Qu'est-ce que tu attends ? », elle lui souffle.

Elle n'est pas certaine qu'il l'aie entendu.
Et malgré que les deux autres attaquent en furie, ils ne semblent pas toucher leurs ennemis.
Comme si ils ne les voyaient pas, elle réalise.
Alors elle se concentre, une fois encore. Et lâche des indications, à voix basse, aussi précise qu'elle peut. Encore une fois, elle n'est pas certaine qu'on l'entende, ni même qu'on l'écoute.

Puis il y a un grand bruit, une des créatures hurle, et la barque tangue : Abeille perd le fil, et se cramponne au bois de peur de tomber. Le jeune pirate s'exclame pour demander ce que c'était que ça, et elle ne peut pas répondre. Tout ce qu'elle sait, c'est que cette voix était plus ou moins humaine, et qu'elle a mis hors jeu une de leurs cibles.

« Il faut l'aider à monter à bord ! »


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Boa Nocturne
avatar

♐ Chaman des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 67
✘ SURNOM : L'Impassible.
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine.

✘ DISPO POUR RP ? : 1/1
✘ LIENS : Fiche.
L'inconnu d'hier est l'ennemi d'aujourd'hui sera le compagnon de demain dans l'au-delà.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Mar 23 Mai 2017 - 23:59




Les nuages, les nuages à perte de vue. Depuis de nombreuses nuits, Boa devine plus qu'il ne voit la Lune. Malgré la pluie, un petit feu brûle en permanence avec des herbes et des grigris pour attirer la bienveillance des esprits.

Ils avaient priés les esprits, certains dont le Chaman avaient renouvelés leur essence. Tous, du moins la plupart, pouvaient sentir que l'atmosphère était autre. Quel quelque chose se préparaient.

Et puis, l'alliance. L'attente.

Wakan Tanka, Hunkaschila
Wohitika Oyate
Nagi Tanka, Tunkasila
Akicita, Oyate.

Boa est droit, debout. Les yeux clôt, les poumons se gorgeant de l'air iodé, les sens alertes. A voix basse, le chaman chante une prière au Grand Esprit. Oui, c'est à eux de forger leur destin, de lutter pour leur survie. Nombreux sont les braves qui tomberont. Peut-être même tous, peut-être est-ce leur fin. Mais pas sans lutter. Pas sans tenter.

Wiyan Wakan, Hanhepi-Wi
Nakacijin, Oyate.


Le Chaman continue son  chant, presque en transe, presque détaché de la réalité. Pourtant, il ressent l'humidité de l'air, la brise maritime jouer avec sa crinière pâle, le roulis du navire. Les corps et leur chaleurs hurlent leur présence autour de lui par contraste avec la fraîcheur environnante. Boa sent, Boa sait ce qui l'entoure. Il en perçoit chaque fragment avec une sensibilité accrue. Et pourtant son esprit dérive. L'homme songe à la bataille et se prépare, mais le serpent ondule jusque la Jungle, à la quête d'une antre aux mille couleurs qui jamais ne meurent, attiré par une panthère qui n'est jamais bien loin.


Wakan Tanka, Hunkaschila.
Wohitika, Oyate.

Dans chaque main, un lourd tomahawk.
A sa ceinture, son coutelas.

Sur son corps dansent les peintures à chaque mouvement et roulent sur son corps sec mais tonique. Aujourd'hui Boa est paré, orné pour le grand combat. Son pagne est le seul habit qu'il porte pour le combat : à quoi bon ? Le cuir n'empêche rien si ce n'est les mouvements, ne protègent de rien finalement. Clicaclic, les bijoux d'os, colliers et bracelets, s'entrechoque comme pour répondre à la pluie devenue si habituelle. Aujourd'hui Boa est Mort, Vivant, les deux à la fois. Il est squelette et il est chair, il est le guerrier avide de combat et il est l'homme qui veut revenir vivant pour sa féline.

Peut-être peint-elle l'eau, l'eau infinie.

Niyaha, Le Mita Cola.
Kiksuyapi, Oyate.

Un soupir, sur le navire, le roulis est détenu soudain plus intense. Et ça grince, ça craque, ça claque sur le fier bâtiment. Le Piccaninny ouvre les yeux juste à temps pour voir le tourbillon se former. L'heure approche. Il est prêt. Un bref instant, l'Impassible se demande comment combattront les gens du Bayou. Ils sont le seul véritable mystère encore.

Wicoti, Mitawa Wichasha
Wakan Mitakuye, Oyasin.
Oyate!

Le poing armé cogne brièvement à son torse, et le Chaman incline la tête en un salut respectueux pour les Braves qui l'entourent et combattront eux aussi. Il est prêt, tout comme il ne doute pas que Lys Tigré l'est aussi. Elle est Piccaninny elle aussi, brave parmi les braves.

Et ça commence. Le Tourbillon après l'attente, oui. L'attaque de l'Océan furieux. Autour, le chaman devine les embarcations prisent d'assaut par de terribles ennemis sans pour autant pouvoir s'en soucis plus d'un instant. Leur ennemi ne pardonnera aucune distraction.


En bref:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maman Brigitte
avatar

☠ Maîtresse du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 25
✘ SURNOM : La Licencieuse
✘ AGE DU PERSO : Personne n'ose le demander

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : ✢ Fiche
✢ On dit qu'elle vient d'Angleterre.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Sam 27 Mai 2017 - 0:24

Le rire hystérique de Brigitte perce les vents qui s'agitent autour du Navire. Glace l'échine de ceux qui ne sont pas encore assez concentrés sur leur tâche pour laisser leurs oreilles vagabonder dans le récif. Là où les vagues et les combats font rages, le Jolly Roger est peuplé de deux âmes noires et là où le capitaine se contient, Brigitte, d'une magnanimité rare, décide de rire à sa place.

Maman n'avait eu ni envie ni raison de décliner l'invitation de James Hook d'admirer la guerre depuis le pont du navire. Bien au contraire. Personne ne refuser un siège d'honneur pour admirer une œuvre pareille.Ses ongles sont enfoncés dans la paume de ses mains, laissant de brèves perles d'hémoglobine se mêler à la pluie diluvienne, et tombe en trombe sur le bois poli du navire. Sa tête dodeline, comme sous fond de mélodie, en observant les mouvements furieux et désespérés de ceux qui se battent pour leur survit. Danse presque sur place quand les vagues s'écrasent sur la coque, accompagne les mouvements d'un air joyeux, ricanant comme une petite fille dans une balançoire. Cela fait danser ses dreads, agite sa robe qui lui colle comme une seconde peau.

Son fils, non loin, agite les mains avec joie, comme un chef d'orchestre devant le spectacle sinistre qui s'agite devant ses yeux. Samedi est heureux : Il est ravi de l'odeur de Mort qui tourne autour d'eux.

« Sshhh! Sshhh! » Fit Maman soudainement, l'index levé, l'air autoritaire d'une mère face à ses enfants, bien qu'elle se semble parler à personne. « Calme. Je ne l'entends plus. » Elle ordonne pourtant.

Brigitte tend ses mains marquée de la trace sanguinolente de ses ongles, laisse la pluie les épouser, les laver. Son regard se fait concerné, réfléchit, elle en abandonne son air triomphant un instant. Fixe de ses yeux noirs les doigts qui bougent machinalement sous les gouttes. Tant bien de la pluie que de la mer qui s'agite autour d'eux. Maman marmonne, aussi, dans sa barbe, des paroles que même son fils, le seul à les comprendre ici, écoute à peine. Les dialogues entre maman et les esprits qui la suivent, ne regardent personne d'autres.

Elle en lèche le sang mêlé de sel, laisse l'acidité ferreuse s'installer entre ses lèvres, avec le goût du sel. Larmes et mer.

Ses dents, désormais noires et rougeâtres, se découvrent pour rendre à Hook son sourire. Ses pieds se dirigent naturellement vers la mer, mais elle attrape fermement un des cordages, alors qu'elle admire l'action qui touche les barques. L'air change, les loas grondent autour des barques.

« C'est un beau jour! » Lance Brigitte, hilare, en se penchant brusquement en arrière pour fixer le capitaine.

Un beau jour pour prendre le large.
Un beau jour pour danser avec les vagues.
Un beau jour pour contempler la mort.

Encore une fois, Maman Brigitte rit. Et Maman Brigitte rit fort.

résumé:
 






Insert your needles elsewhere I'm broken as it is, Cannot stand, or take the fall Consider it as a bliss. Scars And Stitches Battered Heart Broke Down And This Time It Will Not Heal. We Were Crushed By Her Halo Oh What A Way To Go...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gentil Petit Loup
avatar

⌘ Fabuleux ⌘


✘ AVENTURES : 145
✘ SURNOM : Le Perdu
✘ AGE DU PERSO : Tout jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours ♥
✘ LIENS : " Yes I know I'm a wolf and I've been known to bite, but the rest of my pack, I have left them behind, and my teeth may be sharp and I've been raised to kill, but the thought of fresh meat, it is making me ill. "


MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Dim 28 Mai 2017 - 0:53




EVENT 5Affronter le Tourbillon



[size=35]S[/size]ur le coup, lorsque le Grand Méchant Loup lui avait confié pour mission de rejoindre les escouades parties affronter le tourbillon, le louveteau n'avait pu s'empêcher de tirer une drôle de moue. Lui, aller avec des peaux-rouges et des pirates, à bord de bateaux, afin d'aller à la rencontre de l'Esprit Océan ? D'un point de vue extérieur on aurait presque pu croire que le Roi de la forêt avait eu envie de se débarrasser pour de bon de son unique rejeton. Toutefois, le Perdu vit très vite cette mission d'un tout autre œil : c'était l'occasion pour lui de s'affirmer, de montrer ce qu'il avait vraiment dans le ventre ! Il n'y avait peut-être pas de mère à croquer - n'est-ce pas ? - mais en combattant aux côtés des peuples de l'ile, le Fabuleux allait enfin pouvoir s'affirmer et montrer à tout le monde de quel bois il était fais ! Qui sait, on finirait peut-être même par l'appeler le Vaillant Petit Loup ou bien le Farouche Petit Loup ? Oh ! Ça serait tellement génial ! Mais tout ça, bien sûr, c'était seulement dans les faits et dans l'esprit du petit animal.

En réalité, lorsqu'il fut temps de monter à bord de l'embarcation, le Perdu le fut plus que de raison. Les oreilles plaquées sur le sommet de son crâne et son regard passant d'un visage inconnu à l'autre, il se demanda si son père avait vraiment eu une bonne idée en l'envoyant ici. Les pirates n'étaient pas très respectables, de même que les gens du bayou. Les peaux-rouges, c'était une autre histoire. Ils étaient plutôt des gens biens, mais ils étaient aussi des chasseurs. Autant dire donc que cet homme immense avec ses peintures de guerre et son air féroce ne rassurait pas le moins du monde le louveteau. L'air plus crispé que jamais, il n'attendit pas qu'on s'adresse à lui pour aller s'assoir dans son coin pour en balançant nerveusement ses jambes.

Heureusement pour lui, cet étrange malaise et cette peur qui habitait son cœur disparurent lorsqu'une étrange silhouette se dressa devant lui. Il ressemblait à un jeune peau-rouge, mais son odeur et sa queue de singe lui donnait un air de créature. Peut-être qu'il était un peu des deux ?

« Moi frère des Loups. Tu connaitre Poe, Mère Louve ? »

Interloqué par une telle question, le Perdu ne put s'empêcher de pencher la tête de côté. Poe ? Non, il ne connaissait personne de ce nom là. De même qu'il ne connaissait personne qui soit humain et enfant des loups. C'était étrange. Pourtant, face à une telle découverte, la créature ne put s'empêcher d'esquisser un sourire et de redresser ses oreilles tout en battant de la queue.

« T'es un peu comme mon frère alors ? Lui demanda-t-il, le regard brillant. Ze connais po ma moman ni même la tienne, mais mon popa c'est le Grand Méchant Loup. Le plus fooooort de tous les loups de la forêt ! »

Qui sait, peut-être que cet enfant était son véritable frère, et Poe, sa véritable mère ? Non, c'était impossible. N'est-ce pas ? Sa mère était l'Esprit Loup. N'est-ce pas ? Allez savoir. Il n'avait jamais su, et ne saurait sans doute jamais. De toutes façons, il n'eut pas l'occasion de se poser la question bien longtemps : l'embarcation se mit à trembler de toutes parts. Les fumerolles s'agitèrent, et une femme-serpent - à moins qu'elle ne soit juste accompagnée de ces derniers ? - apparut telle une véritable figure de proue.

Un instant plus tard, un morse à quatre défenses apparut à son tour, et tout se passa beaucoup trop vite pour le Fabuleux.

La femme esprit se mit tout à coup à chanter, tandis que l'enfant singe n'attendit pas pour se jeter sur le monstre pour l'attaquer, afin que le papoose ne finisse à l'eau avec pour seul sauveur le pirate qui n'attendit pas un instant pour plonger. Et ça, c'était sans compter le féroce peau-rouge qui avait également chargé la bête. Qu'est-ce que pouvait faire Petit Loup ? Venir en aide à son nouveau frère ? Non, le pirate avait réagit avant lui. Pouvait-il attaquer la bête ? Non, il était bien trop peureux et faible pour ce faire. S'il l'attaquait, il risquait d'être balayé en même pas un coup de défense. C'est que, malgré ses efforts, il restait maigrichon à cause de sa malédiction et de sa malnutrition. Tout ce qu'il put faire, fut donc de s'occuper de l'enfant noyé qui avait fini par être ramené par l'homme de la mer.

Le cœur battant la chamade, le louveteau n'attendit pas un instant pour se précipiter vers son frère Loup. Pourquoi est-ce qu'il ne bougeait pas ? Pourquoi ne respirait-il plus ? Ce n'était pas bon, pas bon du tout ! Il fallait faire quelque chose, pas vrai ? Lui parler ?

« Hé, hé, frère loup ! L'appela-t-il tout en lui secouant les épaules pour tenter de le réanimer. Meurs pas ! Réveille-toi ! »

Après avoir remarqué que cette technique n'était sans doute pas la meilleure à adopter, Petit Loup finit par lâcher le papoose pour commencer à taper sur sa poitrine. Avec un peu de chance, il arriverait à lui faire cracher l'eau qu'il avait dans les poumons ? Et si cela ne marchait pas, l'autre homme à la tignasse blonde - peau-rouge ou pirate ? Difficile à dire - devrait sans doute prendre la relève.

Et ça, c'était s'ils survivaient à l'attaque de la bête.


© Jawilsia sur Never Utopia



Résumé:
 






• • Hear me Growl • •
If you turned into a wolf, there's no reason why you'd become evil and start eating people, is there? You'd just be a wolf, run around, try to catch rabbits or something. • • Martin Millar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1611

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Dim 28 Mai 2017 - 16:47

Event 5


le Tourbillon





Nul ne peut à présent ignorer la fureur qui gronde au coeur de l'Océan. Elle se sent dans le froid du vent et se ressent dans les remous de l'eau. C'est encore plus dur de combattre les manifestations de cette colère lorsqu'on se trouve au coeur de l'élément déchaîné, n'est-ce pas ? Les premiers corps sont tombés et ce dernier les a englouti. Les vagues frappent les embarcations autant que les assauts des Créatures.

Les Créatures, justement, ne vous combattent plus. Peut-être ne s'attendaient-ils pas à une réaction si unanime, si organisée, si vigoureuse ? Peut-être, en fait, laissent-ils la place à un autre danger ? Un plus grand danger... Le doute étreint vos coeurs éperdus.


Dans la première embarcation, le Morse a:
 

Dans la seconde embarcation, le Requin a:
 

Dans la troisième embarcation, l'Hippocampe a:
 

Dans la quatrième embarcation, les Murènes ont:
 



Autour du Jolly Roger, les vagues se font plus houleuses, presque plus... matérielles. Les loas qui accompagnaient les barques se rassemblent toutes auprès de Maman Brigitte, dans les airs, dans les flots, elles se quittent plus leur mère. Leur regard se porte à l'unisson droit devant. Vers le Tourbillon, dont on entend à présent le rugissement.
Les fumerolles aussi désertent les canots et rejoignent, elles, les chaman Peaux-Rouges. Les plus animales se pressent autour de Boa Nocturne tandis que les plus vaporeuses encadrent Corneille Ardente. Le climat est électrique. Même Hook le sent forcément. Il semble juste s'en réjouir plus que s'en inquiéter.


Et voilà qu'au loin, la menace prend forme... Le ventre noir du Tourbillon s'est ouvert, on en distingue déjà les bords. Et de ce ventre s'extirpe, lentement, afin que l'angoisse ait bien le temps d'envahir les esprits... Une flopée de tentacules gesticulantes, colossales. Celles du Kraken.
Enfant de l'Océan il est, et son père l'invoque aujourd'hui pour se venger de vous.
Le Jolly Roger continue de foncer droit sur lui, malgré l'esquisse de tempête qui fait bouillonner les flots. D'ailleurs, ce n'est plus le vent qui fait avancer le navire, sinon, pourquoi les barques continueraient-elles leur course folle alors que plus aucune fumerolle ne les transportent, alors que plus personne ne pense à ramer ? C'est lui, lui qui vous attire, qui vous aspire !!

Les tentacules s'abattent d'un seul coup, de part en part du trou béant. D'énormes vagues claquent la coque du bateau et le font tanguer dangeureusement. Ce sont ces mêmes vagues qui déferlent jusqu'à vos petites périssoires et les retournent, une à une. L'une des barques, au loin, se fait même engloutir à jamais. Tout le monde est à l'eau à présent, dans l'eau qui s'énerve, s'agite, fait de vous son pantin.
Il semble toutefois que des Créatures de la Mer soient de votre côté. Peut-être ont-elles peur, elles aussi, de ce frère en furie. Des raies mantas et des poissons volants géants apparaissent autour de vous. Il y a même quelques bestioles difficilement identifiables... Aujourd'hui, ce seront vos amis.

Et tandis que chacun tente de respirer, de s'accrocher, de retrouver son esquif, le Kraken émerge tout à fait. Sa bouche gargantuesque à l'haleine de souffre beugle un cri enragé. Vous saviez que le Kraken avait autant de dents ? Vous saviez qu'elles étaient si longues et si acérées ? Maintenant, vous savez.

Si ce ne sont pas les eaux qui vous avalent, ce sera Lui.


(A lire après avoir lu le post) PRÉCISIONS:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
James Hook
avatar

☠ Capitaine des Pirates ☠


✘ AVENTURES : 74
✘ SURNOM : Le Capitaine
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine

✘ LIENS : Jas. Hook
Capitaine du Jolly Roger

Monologues de la Haine

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Dim 28 Mai 2017 - 17:25

Les choses étaient de pire en pire, chacun pouvait sentir que le danger et la mort étaient imminents. Probablement inévitables aussi, à moins d’un miracle. Mais James Hook restait droit sur le pont, son rire rejoingnit celui de Maman Brigitte, une sorte de tango démoniaque s’établissait entre les deux maudits.

Les créatures avaient enfin cessé de harceler les barques et canoës. Mais à quel prix ? Impossible de le savoir depuis le pont du Jolly Roger. Et l’horrible Chose fit surface.
C’était visqueux, c’était immense, c’était monstrueux. En d’autres temps, Hook en aurait frémis de terreur, mais pas aujourd’hui.

Le Kraken renversait tout sur son passage, les hommes finissaient à l’eau. Tous. Les petites embarcations furent épargnées, à bord, on leur hurla de les regagner le plus vite possible. Le capitaine sortit enfin de son mutisme, mais son sourire ne quitta pas ses lèvres. Il avait l’air parfaitement fou désormais.

- Lancez des armes sèches aux survivants des barques ! Je veux qu’ils puissent tenir à distance les tentacules de cette sale bête. Quant à toi mon joli…

Ses yeux regardèrent l’horizon chaotique duquel émergeait la Bête. Il se retourna vers Maman Brigitte, à nouveau.

- Ma chère, je pense avoir besoin de vos services.

Il avait été prévoyant. Des boulets de canons spéciaux avaient été forgés, de plusieurs types. Certains reliés entre eux par des chaînes, comme on les faisait pour couper les mâts. Cela couperait bien au travers de la chaire aussi. Mais il fallait plus que ça, il fallait qu’ils apportent la Mort avec eux. Et cela était du ressort de la Licencieuse.

Ils en avaient discuté auparavant, ils savaient tout deux ce qu’il fallait faire. Une sorte d’essence de mort, des esprits, du poison, Hook ne savait pas trop comment elle comptait s’y prendre, il espérait juste que ce serait efficace.

Boa Nocturne était là lui aussi. Le capitaine ne songeait pas réellement à lui donner un ordre, c’eut été de mauvais goût, mais il lui demanda tout de même s’il pouvait essayer de focaliser ses efforts sur les petits esquifs. Ils avaient besoin de toute la main d’oeuvre vivante possible.

- Chargez les canons, et économisez la poudre ! Visez les tentacules, il faut en sectionner le plus possible !

La tête viendrait après. Et la poudre parlerait.

Résumé:
 


Dernière édition par James Hook le Dim 28 Mai 2017 - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nacre
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 45
✘ DISPO POUR RP ? : MP moi !

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Dim 28 Mai 2017 - 17:32

Il lui en aura fallu du temps à Nacre pour découvrir les péripéties se déroulant sur la surface de l'océan. Mais la sirène à la peau blanche est pardonnable. Elle s'est éveillée dans les lointaines abysses, troublée d'abord par des courants étranges. Puis par des mouvements de poissons effrayés. Et pour une fois, ce n'était pas à cause d'elle.

*Qu'est-ce qui peut effrayer à ce point le peuple de l'Océan ? *

Sa curiosité était touchée. Nacre remonta sans se hâter. Comment aurait-elle pu deviner la présence hostile du Kraken ?

Dans les ténèbres des abysses, Nacre y passe le plus clair de son temps à dormir. En fait, cela ressemble plus à une hibernation. Le cycle jour-nuit n'existe pas. Sans repère, Nacre vit en dehors des standards des sirènes de la surface. C'est d'ailleurs à cause de cela qu'elle ne peut donner son âge.

Bref, si Nacre est éveillé, c'est que son organisme manque d'énergie. En d'autres termes : quelqu'un va devoir mourir pour sustenter la sirène abyssale.

Alors, quand elle fut proche de la surface et qu'elle avala de l'hémoglobine, ses yeux se dilatèrent et sa bouche s'ouvrit pour montrer sa multitude de petits crocs.

*Faim ! *

Il y avait des corps à l'eau. Beaucoup de jambes qui semblaient pédaler pour garder la tête hors de l'eau, pour toujours garder le danger à vue. C'est alors que Nacre se rend compte vers quoi elle est remontée.

La prédatrice se sent devenir proie.

Le courant fonce vers un point unique, tournant alors autour de plus en plus vite, formant un tourbillon abritant le terrible Kraken. Et malgré la scène épique de n'importe quelle fresque fantastique, Nacre ne peut alors s'empêcher de la comparer à son Trésor.

*Comment est-ce possible ? Je ressens les mêmes courants Ordinaires que ceux qui sortent de mon Trésor ? Mais- Comment ? *

La sirène abyssale en a perdu son appétit. Elle se croyait unique détentrice d'un moyen de rejoindre le Pays Ordinaire. Elle se sentait alors unique et spéciale. Soudainement, son monde chavire...

Son corps se laisse alors porté par le courant qui l'entraîne vers le Tourbillon... Sa tête a crevé la surface de l'eau, crâne nu, blanc et humide...

quand soudain son esprit prend une décision !

*Personne ne me volera mon Trésor ! J'en suis la Gardienne ! *

Nacre ne jette même pas un coup d'oeil aux embarcations et à leurs passagers. Elle s'élance vers le Kraken, sa bouche grande ouverte de ses petits crocs, prêt à dévorer ce Faux Gardien.
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Last Wills
avatar

☠ Maitre-Artillerie du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 95
✘ SURNOM : Le Mélodrame.
✘ AGE DU PERSO : Techniquement plus de 25 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : 3/~
✘ LIENS : Loge du comédien.
Casting du spectacle.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Lun 29 Mai 2017 - 16:49


AFFRONTER LE TOURBILLON
ft. les Pirates, Sirènes et Créatures



Last savoura sa première victoire à la manche qu'il remporta bien vite. Oh, bien sûr, il n'était pas tout seul sur cette barque, mais n'avait-il pas le droit de goûter ce sentiment jouissif de supériorité, alors qu'il venait de trouer l'estomac d'un Hippocampe géant ? Si, il y avait de quoi être fier ! Alors il jubila, il explosa même d'un rire, le dos presque courbé tant il voulait se laisser tombé en arrière comme si un public en délire allait le rattraper !

Hélas, ça n'arriva pas, et plutôt que d'applaudissements, il reçut un cri féroce de l'animal en réponse à ses coups de feu. La trompe de la créature lui sembla beaucoup plus menaçante, maintenant qu'il l'approchait plus près de lui que des autres. Pour Last, ce fut comme une montée d'adrénaline : on s'en prenait à lui, et c'était un Hippocampe de plusieurs mètres de haut, mais c'était ça, la beauté de la chose. Une si grosse chose rien que pour lui, à goûter à ses balles ! (il n'était pas seul, oui, mais il était dans son monde) Le pirate sourit grandement à cette occasion de, peut-être, descendre cet antagoniste géant, jusqu'à...

Jusqu'au souffle.

Dans un premier temps, le dit souffle provoqué par le monstre fit s'envoler le cache-oeil de Last, qui révéla l'emplacement vide de son œil droit. Le cache-oeil, lui, glissa le long du crâne et partit s'échouer quelque part sur les vagues. Puis, dans un second temps, la douleur.

Par malheureux réflexe, Last écarquilla « les yeux », et il retint un cri intense dans le fond de sa gorge.

Le souffle salé que lui projeta l'Hippocampe en plein visage était atroce, autant pour son odeur que pour la sensation de brûlure qui lui recouvrit la peau. Il se sentit tombé en arrière comme précédemment, mais plus sans la moindre adrénaline. L'instant où ça lui brûlait sembla lui durer une éternité. La douleur lui donnait une impression d'étirement et craquellement sur tout son visage, comme si sa peau en elle-même pelait si fort qu'elle s'arrachait et laissait apparaître les muscles, la chair et le sang. Quant à son œil, dénudé et vide sans son cache-oeil, la brûlure était plus intense, plus profonde, plus insupportable.

Là, Last ne put retenir son cri.

C'était sans compter le Kraken qui surgit de l'Océan, alors que l'Hippocampe s'enfuyait (ou mourrait ?). Au moment où il voulut couvrir son visage de ses mains gantées, l'eau s'agita avec une force brusque à cause des tentacules énormes, et comme tout le monde, le pirate tomba à l'eau.

Il eut d'abord un moment d'absence, où la douleur lui massacrait encore les pigments. Puis, juste après, le soulagement. Quand bien même il ne finissait pas d'avoir mal, l'eau froide fut un calmant presque salvateur pour cette horrible sensation. D'une autre part, l'eau était elle-même salée, et ne manquait pas de lui piquer l'oeil; mais c'était nettement moins douloureux que le souffle abominable auquel il fut exposé.

Ensuite, Last réalisa qu'il n'était plus sur la barque. En fait, le temps que l'eau lui nettoie de moitié le sel et lui permette de rouvrir à moitié son œil gauche, il s'était déjà enfoncé loin dans la mer. En plus, il remarqua quelque chose couler vers lui, dès qu'il releva la tête pour apercevoir la lumière de la surface : son pistolet d'or. L'autre, il devait être perdu, emporté par le puissant courant. Il avait donc une de ses armes chéries, mais lui, avait un autre soucis à régler. Une chose avant l'autre, on ne mélangeait pas un script aussi maladroitement...

Il allait manquer d'air.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keith Jackson
avatar

☠ Timonier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 146
✘ SURNOM : L'Barré
✘ AGE DU PERSO : L'trentaine bien passée

✘ DISPO POUR RP ? : Sacrebleu, c'est quj'ai pas vraiment l'temps mais essaye toujours !
✘ LIENS : Yoho, l'âme des pirates jamais ne mourra !


MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    Mar 30 Mai 2017 - 20:48





J'ris, j'ris tellement d'vant leurs tentatives pour m'griller sur pied. Mais mes pieds sont protégés par mes fidèles bottes d'cuir alors elles peuvent aller s'faire voir ces foutues murènes !
J'en découpe une - même aveugle j'suis redoutable - mais une des ces chiennes m'saute à la gorge et au lieu d'me griller elle m'serre, serre fort bon sang !
J'arrive à l'arracher d'une main et la balancer mais elle m'a pas laissé indemne : j'sens des foutues marques douloureuses sur mon cou et l'air passe mal dans ma carcasse. J'tousse plusieurs fois pour tenter d'débloquer tout ça mais ça sert à rien, alors j'peste en grognant.
Prêt à en buter d'autres j'brandis mon sabre mais plus rien n'saute et plus rien n'grésille autour d'nous : les murènes s'sont barrées, bon vent ! Mais elles sont pas parties sans nous laisser un souv'nir et j'vois qu'tout l'monde dans c'te foutue barque est touché d'une façon ou d'une autre.
Les barques autour ont l'air tranquilles elles aussi : ces foutues créatures s'sont carapatées et j'pense pas que c'soit bon signe.
Et comme toujours mon instinct s'trompe pas : l'tourbillon s'ouvre sur la bouche des enfers et en sort l'démon des océans, mon ami d'toujours, mon compagnon d'histoires : l'Kraken.
Ses tentacules fracassent les chaloupes les plus proches, j'entends les cris, j'entends la panique et j'souris, comme un homme qui r'trouve sa donzelle :

"Salut beauté."

Y m'répond par une vague énorme qui r'tourne la chaloupe. J'tousse, j'crache, j'peste contre c'te foutue murène qui m'a étranglé et j'regarde autour : tout l'monde à l'eau, certains déjà noyés, d'autres pas loin.
J'agrippe le bras d'chair du ptit Mousse et l'remonte en lui hurlant :

"Tu t'noies pas ou j'te butte l'nabot !"

Les autres peuvent crever : j'en ai rien à carrer.
J'nage vers notre chaloupe quand une foutue créature marine s'approche d'moi.

"Casse toi satanée mocheté, casse toi j'te dis ! J'ai b'soin d'personne !" que j'lui beugle en donnant des coups d'pied.

Nan mais manqu'rait plus qu'ça : qu'les rej'tons dl'Océan m'aident, pfeuh.
J'grimpe sur la barque, attrape la corde d'amarrage et tire en arrière pour la faire basculer.
J'me retrouve encore dans la flotte avant d'remonter fissa dans l'embarcation, j'tends une main au Mousse :

"Magne toi l'nabot !"

code par trush



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EVENT 5 – Affronter le Tourbillon    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

 Sujets similaires

-
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Event Horde]L'operation Agonie
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» [Event Jdr JcJ] L'Attaque du Donjon de Hurlevent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: L'Océan Bariolé-