Le Deal du moment :
Pack PlayStation : Spider-Man Miles Morales PS5 + ...
Voir le deal
99.99 €

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaze Nataku
Kaze Nataku

☠ Matelot sur la Zorra ☠


✘ AVENTURES : 154
✘ SURNOM : Le Néfaste
✘ DISPO POUR RP ? : Non
✘ LIENS : I don't decide to represent anything except myself. But that self is full of collective memory.

Dysania ✿ Kaze Empty
MessageSujet: Dysania ✿ Kaze   Dysania ✿ Kaze EmptyJeu 12 Nov 2020 - 19:32

TW:
 
Kaze Nataku


Les Trucs

Surnom : Le Néfaste
(Notons que c'est dans le sens littéraire de 'marqué par des événements funestes')
   Groupe : Pirate.
   Age : Dix-huit ans.
   Rôle : Matelot sur le navire de Zeb Skelton à temps partiel, vit avec Rain le reste du temps.
   


   
Les Révérences

   
Pour quelqu'un qui se veut libre, Kaze a laissé son adelphe choisir son nom.

Solution de facilité, ni l'idéal ni le pire. Il est bien le vent, celui qui souffle dans les branches et qui pousse les gens dans une direction opposée à celle où ils voulaient se rendre. Kaze est un réveil tardif, corps perdu sous une montagne de couvertures, de longs bâillements et une éternité pour se redresser. Il est fait de grognements et de mains qui frottent des paupières qui ploient souvent sous le poids de la fatigue. Ses rêves sont un peu trop profonds; réalité oubliée dont on comble les absences, des enfants couverts de terre qui prennent ses mains et qui demandent qu'il joue encore un peu avec eux, même s'il a tout oublié de cette langue, ou presque. Ils s'effacent généralement au réveil, tandis que le soleil entre par la fenêtre de sa chambre.

Une rien que pour lui, sans nul partage. Un lit qui grince parce que le matelas est vieux et que c'est tout ce qui il y avait, armoire bancale et coiffeuse dont il ne se sert que pour arranger un peu ses cheveux après avoir fait sa toilette. Une masse noire qui part n'importe comment et qu'il ne veut pas couper. A la place, il tire un peu sur le peigne, juste assez pour arranger les choses. La coiffeuse est recouverte de perles, de bracelets colorés et il hésite sur lequel enfiler.

Ah, il n'avait pas l'intention de les refaire. Borné comme Kaze est, ce n'est pas étonnant qu'il se soit forcé. Un pour chaque couleur de l'arc-en-ciel. Même le bleu, couleur si désobligeante, et le vert, qui fut autrefois symbole d'une vengeance trop lourde pour ses épaules.

Aujourd'hui ça sera violet, il décide, tirant sur les lanières de la protection qui recouvre une main en partie bandée pour l'ajuster. Le bracelet ira de l'autre côté. Un jour, Kaze laissera Rain lui ouvrir la peau et tout réparer. Enfin, dans longtemps. Un dernier regard dans la glace, boucles d'oreilles admirées—simples ou pendantes selon l'humeur, une collection qui appartient à son adelphe et qui est également la sienne parce que Kaze aime posséder des choses. Une couverture dont un coin a été recousu avec un tissu différent, une veste en cuir balancée sur le dossier d'une chaise, des tas de bidules et de machins qui ont une maison et c'est la sienne. Il enfile la veste par-dessus ses vêtements, faisant glisser un soupçon de noir autour de ses yeux. Juste comme ça, pour se donner un air de—ah, il n'en sait trop rien. Cool ? Classe ? Qu'importe, ce ne sont que des mots.

Dans le couloir—tout est encore en travaux, et il n'échappe pas à la règle, vieilles blessures qui le ralentissent parfois, doigts qui se plaignent lorsqu'il travaille sa rééducation—son pied heurte une pile d'ouvrages variés, et il fronce les sourcils. L'envie de s'accroupir, de laisser la curiosité tout dévorer. Au lieu de les déplacer, de s'y intéresser—Kaze n'a pas besoin de lire ni d'écrire, se contentant des dessins de l'encyclopédie médicale qui traîne dans le bazar—il traverse la mezzanine. Autrefois chambre, à présent lieu de stockage. Évitant l'échelle, il s'élance depuis le premier, l'absence de rambarde aidant grandement à ce genre de bêtise, atterrissant d'une façon qui témoigne d'une habitude.

Il aime les répétitions—y trouve refuge, familiarité de l'organisation, d'une journée qui suit généralement un certain ordre, tout en s'accordant des pas de travers de temps en temps.

Livré à lui-même, il trouvait du réconfort dans les branches, là où il était protégé de la Mort et de tout ce qui règne sur l'île. Kaze est toujours amoureux de cette ombre, de ces mains dénuées de chairs au-dessus de son corps pendant qu'il a passé des jours à agoniser.

Ça n'a pas de sens, d'éprouver un sentiment aussi fort pour une sensation aussi morbide.

Pour l'instant, il est occupé à éviter la main qui ébouriffe ses cheveux et qui l'agace tant. Kaze n'a pas choisi son nom; il aurait pu, c'est simplement que ça ne l'intéresse pas, ces choses là. Mains qui s'agitent dans l'air, signes peaufinés chaque jour, ou simplement une tension qui quitte son corps lorsque tout s'embrume, il s'assied devant la table basse remplissant son bol à ras bord.

Ses souvenirs de ce qui fut—une fois, puis une autre—se sont faits bien silencieux. Peut-être qu'autrefois le rituel était différent, qu'on y ajoutait des détails. Mains l'empêchant de triturer ses vêtements, de jouer avec les fermetures éclair des poches de sa veste, qu'on le forçait à parler avec sa voix extérieure là où Rain n'en a pas pas grand-chose à faire.

Des pattes courent sur le sol, entre eux, sorte de longue saucisse grise et blanche, plus rapide que son ombre qui s'étale comme une crêpe juste devant lui. Kaze penche la tête sur le côté, tandis que le furet l'imite.

Une nouveauté, compagnon qui s'était niché dans les profondeurs, sous la maison, peut-être le compagnon d'un perdu égaré, pour revenir à la surface tête dans un sac de biscuits ramollis par l'humidité. Pas l'idéal pour un carnivore.

Levant son regard, baguette posée à côté du bol, Kaze trace lentement sa question dans l'air. Leur langage est devenu plus riche—complexe également, moins simple à comprendre pour les autres—et ça l'occupe bien, de se focaliser sur ça.

En réponse, Rain tire la langue. Toujours agacé-e, avec une pointe d'inquiétude. D'affection, aussi. Kaze se souvient des mains sur ses épaules, des questions au sujet des morsures contre ses lèvres et son cou. Bien sûr, Rain ne connaît que les choses plus terribles—Kaze, plein de gêne et d'insolence, ne se rappelle plus exactement de sa réponse, outre que ce n'était pas mal, pas contre son gré. Ils vont trop loin parfois, créant des disputes sans raison.

Pourquoi est-ce qu'il devrait mettre des mots sur tout ce qui l'entoure ? Les sensations sont bien lorsqu'elles ne restent que des courants qui glissent contre son visage, qu'il courre sur le pont du vaisseau de Skelton, parfois sur les rambardes, sans jamais craindre de s'écrouler.

Tentant un rapprochement tactique, la créature grimpe sur ses jambes, refaisant la crêpe avec ses yeux plein d'entrain.

Caelum.
Un autre nom de Rain, trouvé dans un ouvrage. Kaze voulait l'appeler Death, ce qui lui a valu un léger coup de bouquin sur le crâne. Apparemment son obsession envers la mort n'est pas applicable à son animal de compagnie. Le sien.

Celui dont Rain s'occupe la moitié du temps, certes.

Tout en sachant très bien que le furet a déjà eu sa dose de viande, Kaze utilise ses baguettes pour lui en donner juste un petit morceau. Minuscule.

« J'ai totalement raté ton éducation. »

La tienne aussi, Kaze signe d'une main, sans trop savoir ce qu'éducation signifie au final, sans craindre de représailles. Ils sont une famille, adelphes et un furet qui n'avait rien à faire là, un peu comme eux au final.

Après avoir terminé de se préparer, dents brossées (un signe d'hygiène apparemment rare dans le coin), mains lavées et furet qui a décidé de s'enrouler autour de son cou en prenant appui sur son épaule, Kaze est prêt à partir.

Un signe de main, un hochement de tête en réponse. C'est bien assez.

Une journée, plus ou moins, souvent moins que plus, sur le navire. Puis une lune ou deux là. Le temps n'existe pas, donc impossible de suivre un quelconque emploi du temps, ce qui l'arrange. Il y va lorsqu'il le souhaite, c'est tout.

Quand son esprit se rempli invariablement de visages égarés, d'une autre famille qu'il a choisi de laisser—c'est faux, il y retourne parfois, c'est juste différent, c'est une bourrasque qui cogne contre les branches et qui en fait tomber les feuilles. Esquivant les travailleurs du Port, Kaze attrape une pomme dans un panier, juste pour plus tard, comme s'il n'avait pas un déjeuner emballé dans son sac, lançant une pièce au marchand qui proteste déjà.

Tout est trop dans les rues, le bruit, la foule. Alors il traverse aussi rapidement que possible, une main maintenant Cae en place, l'autre lançant la pomme en l'air.

Kaze aime le bois sous ses chaussures, la façon dont il craque et gémit lorsqu'il saute d'une planche à l'autre en approchant des quais. Parfois, il aimerait ne jamais s'arrêter de courir, ne plus craindre ce qui se trouve derrière lui.

Et aussi que Caelum cesse d'essayer de se glisser sous sa chemise pour s'amuser parce que, vraiment, le capitaine va finir par l'engueuler. Tirant la saucisse molle de ses vêtements d'une main, Kaze la replace sur son épaule.
Non mais.

   

   


   
L'Unique au monde

   
✿ Enfant de fermiers; n'a pas connu de scolarité de par son handicap et a un certain désintérêt envers le concept. Même l'argent, pour lui arrivé chez les perdus il y a une éternité, est une notion abstraite. Les pièces sont belles, elles brillent à la lumière et servent à acheter des trucs, donc il présume que ce n'est pas si mal.

✿ Solides compétences en médecine, quoique trop jeune pour prendre le poste de médecin, se contente donc d'être matelot. Il a tendance à croire que soigner est l'unique chose pour laquelle il est doué, donc s'éloigner un peu de cette notion ne fait pas de mal.

✿ Est généralement en compagnie de Caelum, furet qu'il a adopté et qui aide avec ses troubles de la concentration et anxiété depuis qu'il a dégelé. Kaze donne une partie de son énergie à cette bestiole qui demande beaucoup d'attention, oubliant le reste.

✿ Se couvre les oreilles à deux mains au moindre tir. Est moins effrayé qu'avant par les armes à feu, ce qui ne signifie pas qu'il les apprécie.

✿ A tué un certain nombre d'individus en tant qu'Orbleu et ignore quoi en penser. Était-ce sa propre volonté ou non ? Parfois, lorsqu'il se réveille au beau milieu de la nuit, les joues couvertes de larmes, Kaze se dit qu'il aurait mieux fait de mourir.

Ensuite, il se rappelle que Rain l'aurait ramené des enfers par la peau du cou. Et ça aide un peu.

✿ Gay. A tendance à rougir et à devenir un peu idiot en présence de garçons qui l'intéressent. Kaze ne sait pas vraiment flirter mais embrasser, ça c'est le genre de truc qu'il peut faire. Par contre avoir une relation quelconque—disons que l'exemple familial ne donne pas envie.

✿ Ancien Delaware qui est parti sans s'excuser. Il s'est expliqué tout du moins, brièvement. Ce n'était pas une question de bonne ou mauvaise maison—simplement que ce n'était qu'un passage de son existence, qu'une sorte d'état avantageux où il pouvait se permettre de haïr les soigneurs et le monde entier, un cocon dont il a bien fallu sortir.

✿ Pardonne, mais n'oublie pas; la cruauté, les sales coups, ça reste. Son passé est autre chose. Ceux qu'il a aimé de l'autre côté d'un Océan déchaîné, ces gens là sont certainement morts. Kaze ne regrette pas de ne pas avoir pu rentrer. Ce n'est pas possible de changer ce qui s'est passé.

✿ Bien que la vie sur un bateau ne le dérange pas, la surcharge sensorielle y est assez élevée, ce qui limite sa présence. Là où il est le plus à l'aise reste les endroits boisés, arbres qui s'étendent aussi hauts que possible. Il se promène pour cueillir des herbes ou autres bricoles pouvant être utiles.

✿  A des crânes d'animaux qu'il a trouvés lors de ses promenades qui décorent sa chambre. Pas énormément, mais quelques-uns. Plusieurs plantes aussi, et de grands bocaux avec de la mousse et d'autres morceaux de végétation qu'il peut observer pendant de longs moments.

✿ Vexé de ne pas avoir grandi cette fois, alors que lorsqu'il est passé de treize à seize ans, il a gagné quinze centimètres. Encore plus morose que Rain ait gagné une année pour équilibrer leurs âges.

✿ Pratique surtout la communication sur la base de signes de sa création ou bien par de courtes phrases si cela est nécessaire.

   

   


   
L'île

   Comment vis-tu ta vie à Never Never Land ?  
   
C'est moins une punition qu'auparavant, secoué entre l'infirmerie qui l'étouffait, puis une rencontre avec la mort si marquante qu'il s'est longtemps demandé s'il n'y avait pas quelque chose de terrible dans sa survie. Peut-être est-ce le cas, que ce n'est qu'une fois pirate qu'il a pleinement réalisé que l'envie de partir était encore un peu là.

Il la chassera autant de fois que nécessaire. Parce que Kaze veut croire en ce qu'il reste de son âme—qu'il est trop borné pour abandonner le bonheur et la joie. Si besoin, il mettra un coup de boule au destin.
   


   Qu'éprouves-tu pour l'Ordinaire ?
   
Ses parents sont morts. C'est la réalisation qui s'est ancrée pendant qu'il était Delaware. Des très brèves bribes qui restent, de l'esquisse d'une ferme et de deux ombres, Kaze présume que ce n'était pas une vie terrible. Néanmoins, il s'est retrouvé là.

Pas vraiment de regrets, c'est le passé. Il a fait son deuil d'une famille qui a fait un choix terrible et qui en a payé le prix.
   


   Que représente Peter Pan pour toi ? Et le capitaine Hook ?
   
Kaze ne se dirait pas indifférent—impossible de l'être lorsque ces deux êtres comptent tant pour l'île—plutôt lassé par des jeux de pouvoir où il n'a le droit qu'au rôle de pion. Il n'est plus très doué pour ce genre de choses, et n'a pas le souhait de participer outre mesure. Bosser sur le bateau de Skelton signifie tout de même qu'il est pirate, et qu'il doit certainement répondre d'une sorte d'esprit de groupe—Kaze présume qu'il fera un effort.

Peter peut, en toute honnêteté, aller se faire voir. Ah, c'était pratique d'être Delaware, de se sentir loin de tout ça. Maintenant, c'est plus compliqué de tout ignorer. Sauf qu'être adolescent éternellement, Kaze n'était pas fan.
   


   Développe ta chronologie en dates ou en intrigue :
   
Arrivé fin des années 20, Soigneur nommé Slumber. Rejoint le Delaware pendant la Canicule sous le nom d'Ibijau Assoupi. Ensuite Orbleu puis finalement pirate sous le nom de Kaze Nataku.
   

   



   
Le Bout d'aventure

   
La première chose que Kaze s'autorise une fois son esprit libre, est une sieste. Dormir jusqu'à ce que tout s'arrange; sa réaction face à l'univers s'écroulant, unique habitude qui s'étend d'une existence à une autre.

En vérité, la sieste vient en second, lui dirait que non, que c'est jouer sur des détails. D'abord, il y a la marche, loin d'un quelconque choix—des maisons, il en a eu pas mal, la plupart nappées par un voile d'oubli. Avant le repos, il y a des tas d'instants, de vêtements, lacérés par le froid qui n'est plus, changés devant une porte qui grince  lorsqu'on l'ouvre brutalement—doigts refermés autour de son poignet, un sourire mordant qui l'empêche de voir quoi que ce soit d'autre.

Autrefois, avant Slumber—ça semble effarant, qu'il puisse y avoir quoi que ce soit d'antérieur—peut-être qu'il avait déjà vu une ville. Pas ainsi, pas le béton sous ses chaussures et tant de gris et—Kaze est l'enfant de la campagne, escaladant les barrières, se glissant d'une ferme à l'autre pour  explorer des recoins qui semblent changer chaque jour—ça le laisse désemparé, l'espace d'un instant. Que tout soit différent, derrière une porte. Qu'importe.


(Assis dans un caddie aux roues ravagées, il contemple des rayonnages éparses, sang séché qui a laissé des traces sales sur le sol—les doigts glissent dans sa chevelure, mains recouvertes de cicatrices, et il en tire une contre ses lèvres, juste comme ça.)


L'alcool ne procure pas un sommeil réparateur; Slumber a été soigneur, a contemplé la misère du monde, il sait. Il a simplement oublié les détails, parce que c'est mieux, de ne pas se dire que si les blessures sont trop importantes, on prétend qu'il vaut mieux mourir. Une fois qu'on a vu une telle tragédie, pas la peine que ça se reproduise pour l'avoir ancrée dans sa tête. Bouteille pressée contre ses lèvres—la nourriture en boîte, mieux ne valait pas y toucher, l'alcool et les bouteilles d'eau, ça passe encore—il se retient de tout recracher, encore. D'ouvrir bêtement la bouche et de tout laisser dégouliner sur son menton.

Une partie de lui n'a pas envie de rentrer, de rejouer la même scène une fois de plus. Alors, autant boire. Autant écouter son compagnon noyé le silence sous des phrases acerbes.


(« Vodka ? Sale goût, hein? Pisse. Un peu. Whisky, ah whisky bon pour—air grand? Meilleur? Juste air, pas être. Whisky avoir goût de pisse aussi, crois-moi. Boire c'est boire. Si toi vomir, pas t'allonger. Tu pourrais étouffer. Pas très bien. Pas drôle. Toi et moi, buvons un peu plus, camarade ! »)


A quel moment est-ce que la chambre d'hôtel qui sent le moisi—batte de baseball et barre de fer posées contre le mur, encore tachées de la montée jusqu'à cet étage—devient autre chose qu'une excuse ? Kaze n'a jamais été du genre à trop réfléchir, allergique aux conséquences, lassé de n'être qu'un gosse qu'on regardait avec pitié.

Il préfère savourer cet instant, malgré le vomi qui sèche déjà sur le sol, sa gorge qui le brûle. C'est un peu brutal, un peu glauque aussi, d'entendre les zombies qui se mangent des meubles en-dessous.

(Pas d'excuse, pas de remords, l'autre prétend, comme s'ils n'étaient pas entourés de fantômes, d'erreurs et de gens qu'ils ont tué, quand même. Des dizaines de fois. Ses lèvres pissent le sang, dents enfoncées trop profondément et il s'en fout que ça ne soit pas un baiser doux et plein d'amour; Kaze ne croit pas en ces conneries.

Consensuel, c'est déjà mieux que l'autre abruti-e qui—ah, ce n'est pas son problème là.)


Le réveil brise ses os, gorge qui quémande l'eau qu'il avale trop vite, quinte de toux impossible à arrêter jusqu'à ce qu'il donne un coup dans sa poitrine. Quel abruti. Dans la salle de bain dont l'eau est brune et franchement pas motivante, il grimace à son reflet; noir étalé autour de ses yeux qui pique un peu, t-shirt deformé à force de tirer dessus et les marques d'une nuit qui aurait pu être le jour, pour ce qu'il en a fait attention. Il dit nuit parce qu'il a dormi voilà tout. Que le soleil se couche ou non ici—Avec une des bouteilles d'eau, Kaze passe un moment à se rendre de nouveau vivant.

Chaque sensation est démultipliée, après avoir passé une vie dans la peau d'un monstre. Le carrelage de la salle de bain totalement glacé et le tapis crasseux dans la chambre le dégoûte tellement qu'il le balance par la fenêtre.
Il a dix-huit ans.

Pas spécialement de célébration, outre une clope allumée, parce que son compagnon a laissé sa veste et qu'elle lui va plutôt bien, qu'il a trouvé briquet et cigarettes dans une poche, et une gorgée de vodka qui est toujours aussi dégueulasse.


(Est-ce qu'il devrait pleurer de s'être définitivement coupé toute chance de retourner à l'Arbre ? Absolument pas, c'est un virage qu'il—ah, il tire sur ses joues jusqu'à ce que la brûlure habituelle les rende rouges.
Ridicule, cesse de te poser des tas de questions ! Ça ne sert à rien, tu es toi et c'est comme ça.)


Chaussures retirées, lacets accrochés à sa taille pour ne pas les perdre, il explore ce monde qui ne sera jamais le sien, pieds nus, et qu'il faudra rapidement quitter avant une mort malencontreuse. Il n'avait jamais marché sur un sol comme ça. Le bitume est fendu à certains endroits, destruction causée par l'usure et il se demande si en-dessous se cache une forêt prête à revenir à la surface. Une main s'agite dans l'air, l'autre tenant la barre de fer—il fait attention, jusqu'à un certain point.


(Il lui reste l'adrénaline de la veille, du caddie qu'ils ont poussé ensemble contre un duo de zombies, les regardant s'effondrer—il a entendu 'strike' sans savoir ce que ça veut dire, sans s'en soucier, trop occupé à regarder son compagnon.

Peu d'explications, uniquement des découvertes. Kaze se détaille dans chaque vitrine, même celles fissurées en plein milieu; il se rappelle avoir été enfant, s'être trouvé horrible et maintenant, il se contente de tirer la langue à ce lui renfrogné qui a, une fois encore, survécu.

Sexy. Enfin non, c'est juste mieux qu'avant.)


L'extrémité de la barre de fer tapote la tête de celui qu'il trouve accroupi devant une grille entrouverte qui semble mener vers les profondeurs du monde. Inscription illisible au-dessus d'eux. L'endroit n'est probablement pas si grand—il suffit qu'une poignée d'immeubles pour lui faire croire qu'il est gigantesque. Immeuble. Un autre mot qu'il faut ajouter à son vocabulaire.

Inquisiteur, Kaze glisse ses doigts dans le rideau de fer qui s'ouvre totalement sans difficulté. Il est retenu néanmoins, tiré en arrière par son compagnon, qui s'est redressé, joues humides et sourire définitivement mauvais. Lui aussi est différent; quelques années de plus.


(Il essuie une joue couverte de noir, eyeliner qui a connu une fin prématurée, avec son pouce. Un peu trop fort, jusqu'à se prendre un coup de pied et un éclat de rire. Lui aussi, se retrouve à sourire—à ignorer les grognements qui se rapprochent.)


Finalement, ils partent.
Un peu plus chargés, qu'au départ, se dirigeant chez les Delaware.

Kaze dort encore, corps contre le sien qui n'empêche pas le réveil en sursaut, les mains qui le forcent à se rallonger, mots marmonnés sans beaucoup de sens.


(Autrefois dormir l'aurait sauvé de tout. A présent, malgré les cauchemars déjà lointains, il ne lui reste plus que l'envie de retourner se cacher du monde qui remonte un peu. Par vagues qui s'échouent pour mieux repartir. Avant c'était permanent donc c'est déjà pas si mal.)


Kaze quitte les Delaware par une étreinte, une pendant laquelle il compte jusqu'à trois avant de s'écarter d'Oural. C'était une étape sur sa route, au final. Pas le point d'arrivée. Il s'excuse et s'explique, juste un peu—gêné que son coeur soit si volage.


(Son compagnon reste là, parce que c'est le dernier souhait d'Ibijau Assoupi. Qu'il reviendra mais que çe ne sera plus jamais pareil.)


Ninoxe n'est qu'un 'camarade' comme l'autre répète lorsqu'il part. Leur aventure fut simplement l'enterrement de leur enfance. Une qui les laisse amis—un dernier baiser pour la route, trait de maquillage que l'autre applique autour de ses yeux pour lui donner du courage.

Kaze laisse faire, sachant très bien que ça l'aura ennuyé avant même qu'il rejoigne le Port. Ah, pas grave.


Rain est un brin dramatique—aucun changement à ce niveau—mais lui aussi, parce qu'il ignore pourquoi il ne peut pas s'empêcher de pleurer soudainement, à peine le comptoir passé, larmes qui deviennent sanglots, le laissant s'écrouler dans les bras de son ainé-e. Les années en plus ne font rien à son cœur, incapable de cesser de s'emballer—Rain le traite d'idiot, en un chuchotement, et donne une pitchnette contre son front.

Les larmes sont toujours là. Est-ce d'avoir quitté Oural Bienveillante et le reste du clan ? Ou bien la fatigue d'avoir été Orbleu ?

Peut-être, au fond, qu'il est juste soulagé, il songe en tirant sur les joues de Rain pour retirer ce sourire stupide de son visage.

« Je suis rentré. »

« Encore heureux ! »

Et maintenant, il va aller se coucher.

   

   


   
L'Invisible pour les yeux

   
T'as un Pseudo ? Kane
   Et un âge ? Malheureusement
   C'est quoi ton Avatar  ? Mitsuzane Kureshima de Kamen Rider Gaim (pas de changement)
   Comment t'as découvert l'île ? Kidnappé par des aliens dans une supérette un soir, tout ça parce que Rica m'avait dit d'aller chercher des chips.
   Tu la trouves comment ? Réchauffée !
   Dis, tu crois bien aux fées ?Yup!
   






✿ Yoneda Ryoichi ✿
I was put on this earth to do one thing, luckily I forgot what it was so I can do whatever I want - wolfpupy
Revenir en haut Aller en bas
Asher O'Flaherty
Asher O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 211
✘ SURNOM : Le Hargneux
✘ AGE DU PERSO : La Trentaine en apparence

✘ DISPO POUR RP ? : Oui o/
✘ LIENS :
Another one bites the dust.

Mésaventures :
I- II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XV - XVII

Achevé : XII - XIII - XIV - XVI

Dysania ✿ Kaze Empty
MessageSujet: Re: Dysania ✿ Kaze   Dysania ✿ Kaze EmptyJeu 12 Nov 2020 - 20:53

Citation :
L'alcool ne procure pas un sommeil réparateur

"Feel you", dixit Asher.

En parlant d'Asher, il sera sans doute content (ou moins grognon que d'habitude) si jamais il a l'occasion de croiser Kaze (ce qui a de bonnes chances d'arriver, encore faut-il qu'ils se reconnaissent XD). C'est qu'il ne sait pas ce qui lui est arrivé depuis le Grand Arbre mais il lui est toujours reconnaissant de lui avoir sauvé la mise après son combat raté contre le sanglier !
Revenir en haut Aller en bas
Cygne Entêtée
Cygne Entêtée

♐ Papoose des Delaware ♐


✘ AVENTURES : 45
✘ SURNOM : La Volontaire
✘ AGE DU PERSO : 12-13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : La danse est une poésie muette.

Chorégraphies : I - II - III - IV - V - VI - VII

Dysania ✿ Kaze Empty
MessageSujet: Re: Dysania ✿ Kaze   Dysania ✿ Kaze EmptyJeu 12 Nov 2020 - 20:54

Ooooh...

J'ai trouvé cette fiche toute douce, malgré les passages un peu plus durs qui s'y glissent parfois. On a vraiment l'impression que Kaze s'apaise, et avec tout ce qu'il a l'air d'avoir vécu, ce n'est pas plus mal. (Je parle au conditionnel parce que je connaissais à peine Ibijau, sans parler de Slumber)

Cygne est un peu triste de le voir partir, mais je crois qu'elle est contente pour lui qu'il retrouve son adelphe. Elle sait à quel point ça fait plaisir (ça a l'air être le thème de ce retour au printemps ! xD). Et je vais de ce pas assouvir sa curiosité concernant le nouveau membre du Clan !

I love you






Dysania ✿ Kaze Meena_13
Revenir en haut Aller en bas
Heaven
Heaven

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 583
✘ SURNOM : La Mésange (ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Heaven par Just, Lou, Lou, et encore Lou, Papache


Dysania ✿ Kaze Empty
MessageSujet: Re: Dysania ✿ Kaze   Dysania ✿ Kaze EmptyJeu 12 Nov 2020 - 21:22

Yayyy, Kaze, chic ! Je l'attendais, cette V3 !

J'ai fait un petit arrêt sur la "couverture dont un coin a été recousu avec un tissu différent". Blâmons Patchouli et son côté possessif, hein. XD
Et j'entends Happy gronder au loin : ""Ils sont une famille", tu parles". Elle va vraiment débarquer un jour dans la baraque pour y mettre le dawa et personne ne va rien comprendre. X)

Tu sais à quel point j'aime Ibi- ... Kaze (Heaven va râler qu'il ait encore changé de nom la prochaine fois qu'elle le verra), car je l'ai connu au tout début en tant que Slumber et que j'ai pu suivre son évolution jusque là...
Je rejoins le point de vue de Mabby sur la fiche dans sa globalité ! Il se pose encore des tas de question (bien qu'il essaye de vite les balayer) mais il a clairement l'air plus chill... hâte de le voir à nouveau gambader sur l'Île !






Dysania ✿ Kaze CIWdEF8N

tumblr_nvb957cKMz1qjnbtgo1_500.gif



Dysania ✿ Kaze IpQvVhIU

Dysania ✿ Kaze GTEO8VSn
By @Pastal
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1729
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

Dysania ✿ Kaze Empty
MessageSujet: Re: Dysania ✿ Kaze   Dysania ✿ Kaze EmptyDim 15 Nov 2020 - 12:18


Félicitations mon enfant


Tu es condamné.





Hehe, ça me fait toujours quelque chose de voir l'évolution de ce perso, vu qu'il est ton tout premier ici malgré tout ! Comme dit Cygne c'est une fiche toute douce malgré les thèmes, et c'est intéressant de voir l'évolution de Kaze après son passage en orbleu. ET LE FURET !!!! Y a intérêt à ce qu'il soit mis en scène dans tous tes rps là.
Bref, on te dit plus bienvenue à ce stade. Du bonheur à toi et ta petite famille cassée <3


_______________________________


Je te serre chaleureusement la main. Cours vite créer ton Dé à Coudre et demander un Compagnon de Jeu afin de vivre une aventure ! Par ailleurs, n'oublie pas de prendre connaissance de L'intrigue du moment. Tu peux aussi participer au RP d'introduction spécialement conçu pour les nouveaux arrivants et qui permet d'immerger facilement ton personnage dans l'univers : la Beuverie. A moins que tu ne choisisses de te lancer dans Mission Périlleuse ? Si tu préfères passer du bon temps en papotant, rejoins sans tarder la Nursery. Quoiqu'il en soit, que ton séjour à Never Never Land soit fabuleux et éternel.



Revenir en haut Aller en bas
Baron Samedi
Baron Samedi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 84
✘ SURNOM : Le Fétide.
✘ AGE DU PERSO : Indicible.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : And he will greet them in a smile that sticks like vaseline.
Sujet en cours : I - II - III

Dysania ✿ Kaze Empty
MessageSujet: Re: Dysania ✿ Kaze   Dysania ✿ Kaze EmptyLun 16 Nov 2020 - 22:37

Je ne pouvais pas te saluer autrement qu'avec Kaplata, toi-même tu sais What a Face

Décidément, plus je grandis et plus Kaze me semble relatable. Sous ta plume, il se fait plus tangible et réel que jamais, malgré son caractère a priori pas facile à appréhender. Mais il y a une forme d'apaisement dans cette V-uncertainnombre qui fait un grand bien, j'espère que Kaze vivra bien avec son adelphe et LE MEILLEUR FURET dans son nouveau lieu de vie Dysania ✿ Kaze 304983004

Kaze a écrit:
Peut-être est-ce le cas, que ce n'est qu'une fois pirate qu'il a pleinement réalisé que l'envie de partir était encore un peu là.

Il la chassera autant de fois que nécessaire. Parce que Kaze veut croire en ce qu'il reste de son âme—qu'il est trop borné pour abandonner le bonheur et la joie. Si besoin, il mettra un coup de boule au destin.

Et ce passage est le truc le plus KAZESQUE que j'aie jamais lu. Une telle détermination, c'est vraiment beau Dysania ✿ Kaze 304983004






Offrande :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://elorecohlt.tumblr.com
Contenu sponsorisé




Dysania ✿ Kaze Empty
MessageSujet: Re: Dysania ✿ Kaze   Dysania ✿ Kaze Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Faire naufrage :: Gais, innocents et sans coeur. :: On s'envole !-