Le Deal du moment :
Machine à emballer sous-vide à ...
Voir le deal
11.49 €

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Asher O'Flaherty
Asher O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 211
✘ SURNOM : Le Hargneux
✘ AGE DU PERSO : La Trentaine en apparence

✘ DISPO POUR RP ? : Oui o/
✘ LIENS :
Another one bites the dust.

Mésaventures :
I- II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XV - XVII

Achevé : XII - XIII - XIV - XVI

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptyMar 10 Mar 2020 - 14:46

C'est que cette balade aurait presque pu lui paraître agréable, si le mercure n'était pas descendu si bas. Le froid s'insinuait sous ses couches de vêtements, parfaitement insensible à leur nombre et à leur épaisseur. Il commençait à ne plus sentir ses doigts. Errer dans le Givre à longueur de temps... Quoi de mieux pour se refaire une santé, vraiment ?

D'ailleurs, ça l'étonnait de n'être toujours pas tombé malade.

Il porta ses mains en coupe au niveau de son visage et souffla dans le creux formé afin d'essayer de récupérer ce qui pouvait l'être... Si un orbleu apparaissait, il aurait besoin de toute la dextérité dont il était capable pour saisir son arme, et contrattaquer.

".... ATCHA ! Urg... Snirfl..."

Ah. Avait-il pensé trop vite ? Peut-être finissait-il par choper le rhume, finalement. A défaut de rhum. Les réserves quasi-inexistantes du Ranch le forçaient à un sevrage particulièrement sec. Eh bien, qu'il chope la crève... Ça lui pendait au nez de toute façon. Et ça lui faisait une belle jambe. Quand on avait touché le fond, creuser vingt centimètres de plus importait peu.

Dieu que c'était silencieux... A part les craquements moutonneux de ses pas dans la neige et le son régulier de sa respiration, il ne saisissait que du vide et de l'espace, au dessus et tout autour de lui. Ça lui donnait l'impression d'être minuscule, perdu dans l'immensité blanche. Il était pourtant loin d'être un petit modèle, et il savait que l'île n'était pas si grande que ça.

La solitude et lui, c'était un peu la roulette russe... Il y avait des moments où elle ne lui convenait pas du tout, et où il avait besoin d'être entouré, même si c'était par une multitude de gens qu'il détestait par principe et auxquels il n'avait certainement pas envie d'adresser la parole. A cet instant précis, pourtant, il appréciait l'impression qu'il avait d'être seul au monde. Ici au moins, il n'y avait personne pour le juger. Tant qu'il se laissait bercer par la poésie glacée du paysage, il ne changerait certainement pas d'avis. Même s'il était en train de se transformer en glaçon.

"Brrr... Le vent se lève, ça sent mauvais cette histoire..."

Le besoin qu'il avait de se parler à lui-même à voix haute en était une preuve, cela dit : ni le gel ni le sommeil apparent de l'île ne parvenaient entièrement à figer ses pensées, lesquelles s'évertuaient à lui faire broyer du noir dès qu'il leur laissait le champ libre trop longtemps. Il fallait meubler, donc.

Heureusement, en un sens, il ne resterait pas les bras ballants longtemps : en face de lui, une sombre silhouette végétale. La jungle menaçante se détachait sur un ciel de suie. Ajoutons à cela la météo capricieuse... Il sortit son canif, prêt à couper de la liane et planter du serpent.

On trouvait moins de créatures qu'avant, c'était déjà ça. En contrepartie, celles qui n'avaient pas déserté étaient devenues encore moins recommandables.

--

Le ciel était noir et les bourrasques désormais cinglantes. Il était régulièrement forcé de se cacher le visage pour avancer, ses yeux pleuraient, et ce malgré le couvert des arbres qui bloquaient la majeure partie du vent et réchauffaient légèrement l'atmosphère. Il aurait voulu avoir vue sur l'horizon : il était quasiment certain qu'il aurait été capable de voir s'y détacher un voile blanc caractéristique.

"... Ok. Repli. Je suis pas si pressé de revoir Hook..."

A moins d'être un orbleu, il ne faisait pas bon rester dans une tempête de neige lorsqu'on se baladait dans le Givre. Il fallait qu'il trouve refuge dans un endroit clos. Et à vrai dire, il avait bien une idée... Une idée à moitié suicidaire, certes, mais une idée quand même. Entre une orbleuisation accidentelle et le risque de se faire bouffer par un gros reptile, il préférait encore la seconde solution. Au pire, la boucle serait bouclée : sa première condamnation à mort avait foiré... On n'aurait qu'à dire qu'il avait choisi la nature de la seconde.

--

Les flocons commençaient à tomber dru lorsqu'il entra dans la grotte du crocodile, sur ses gardes, sabre à la main. Par chance, elle était actuellement accessible à pied - il n'avait pas de matos pour naviguer. Quant à plonger dans les eaux froides et marécageuses, surtout en cette période, c'était indubitablement l'idée de merde du siècle. Il retenait sa respiration et avançait le plus silencieusement possible, attentif au moindre bruit, mouvement, danger. La grosse bête squattait-elle encore ici malgré le Givre ? Si ça se trouve, le croco avait déserté. On pouvait toujours espérer.

Il évolua sur quelques salles, jusqu'à en trouver une où il aurait les pieds plus au sec que les autres. Pas de crocos dans les environs. Pas de tic tac inquiétant non plus. Au temps pour ceux qui voulaient le voir mort. Il avait essayé, mais le hasard n'était pas coopératif ! Il avança jusqu'au mur, contre lequel il déposa ses affaires dans un concert de grognements soulagés. Le pirate s'installa par terre en tailleur et retira quelques couches, qu'il remplacerait bientôt par une couverture : l'humidité de ses vêtements contribuait à lui geler les os plus qu'autre chose.

Par chance, ladite humidité n'avait pas envahi l'intérieur de son sac. Il en retira du bois sec et entreprit d'installer les bûches pour allumer un feu. Lorsque les premières lueurs illuminèrent la grotte, il remarqua une présence osseuse avachie à quelques mètres seulement de lui. Ce qu'il restait d'un pirate, à en croire ses vêtements racornis.

"Ah... Salut matelot, je t'avais pas vu."

Pas de réponse de la part du squelette. Asher entreprit de frotter plus fort les brindilles au centre de sa paume : sans quelques efforts supplémentaires, le feu n'allait pas prendre. Un éclat de rire cynique lui échappa.

"Ouais... Je suis bien d'accord avec toi. Mort de merde, caveau de merde. Cela dit crois moi, c'est pire dehors..."

... Voilà qu'il se mettait à parler avec des tas d'os, maintenant. Cette île allait finir par le rendre aussi zinzin que tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Eileen O'Flaherty
Eileen O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Diligente
✘ AGE DU PERSO : La petite vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : I was there, now I'm here if you need me. What about you ?

Négociations en cours : I - II - III - IV - V - X - XI - XII - XIII

Négociations terminées : VI - VII - VIII - IX

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptySam 14 Mar 2020 - 0:06

Witted


♣ Diplomate ♣
Une nouvelle mission de soutien qui prenait fin. Witted rentrait de l'Ossuaire. Apparemment, ses camarades se débrouillaient bien et estimaient n'avoir besoin de rien, mais on n'était jamais trop prudent. Bien entendu, elle n'avait pas été accueillie de la meilleure des façons en disant cela, mais cela lui importait peu. Elle était repartie avec quelques provisions dans son sac et une couverture, dont personne n'avait voulu. Elle avait quand même réussi à leur refiler quelques trucs (soit en parlementant longuement avec les moins bornés du lot, soit en posant tout simplement le tout dans un coin quand on ne la regardait pas) et estimait donc cette mission réussie.

La raison voulait donc qu'elle rentre bien sagement au Canyon et suive les règles édictées par les adultes du coin. Le problème est un peu là : les adultes, ça n'a jamais été la tasse de thé de Witted. Pas plus que les règles, d'ailleurs. Même celles du Grand Arbre (et pourtant, il n'y en avait pas beaucoup), elle ne les suivait pas toutes. Elle se souvenait de cette fois où...

L'enfant secoua brusquement la tête, envoyant valser ses flamboyants cheveux roux dans tous les sens. Non, pas Lui, pas maintenant. Elle allait encore avoir une réaction disproportionnée (c'était comme ça qu'elle appelait ses crises de larmes, depuis quelques temps... une expression apprise au contact des plus vieux Diplomates, très certainement), et ce n'était vraiment pas la peine.

Peut-être était-ce parce qu'elle était perdue dans ses pensées, peut-être était-ce parce qu'elle s'efforçait de penser à autre chose, peut-être encore simplement parce qu'elle ne voulait pas faire ce qu'on lui demandait. Toujours est-il que l'Astucieuse passa au travers du Camp de Réfugiés sans même donner l'impression de s'arrêter et en ignorant toute sollicitation pour passer de l'autre côté. Les Sentinelles tentèrent peut-être de l'empêcher de ressortir en lui criant quelque chose à base de gros brouillard, mais elle n'écouta absolument rien de ce qu'on lui disait.

Grand mal lui en prit.

--

"Saleté de corne de troll à paillettes !"

Witted passa une main sur ses cheveux avant de placer les deux en visière au-dessus de ses yeux pour essayer d'y voir quelque chose. Peine perdue : elle était en plein brouillard, un truc épais mais archi-coloré qui n'existait probablement que sur l'Île, et on n'y voyait pas à trois mètres. Heureusement qu'elle était habillée chaudement : son manteau possédait même quelque chose qui ressemblait à une capuche. Cependant, ça ne servait à rien qu'elle la mette : avec le vent, elle partait aussitôt.

"Par la barbe à papa du genou de ma grand-mère, mais je suis où ?!"

L'Astucieuse avait beau regarder à gauche, à droite, droit devant, rien à faire. A perte de vue, des traits de couleurs sans discontinuité. Parfois, quelques arbres qui paraissaient être tropicaux. Elle n'avait aucune idée de l'endroit où elle se trouvait, et encore moins de celui où se trouvait le Camp. Elle n'aurait peut-être pas dû continuer sa route tout à l'heure, en fin de compte...

Heureusement pour elle, après avoir évité de peu de se prendre une liane en pleine figure (Ah ! Elle devait être dans la jungle), Witted arriva bientôt à l'entrée d'une grotte. Elle s'élança à l'intérieur avec un cri de joie sans même chercher à savoir si elle était vide ou remplie d'animaux sauvages dangereux (ou Orbleus). Elle était trempée à cause de la condensation de cette sorte de brouillard et pourtant quelque chose lui disait que ce n'était que le début. Elle pinça les lèvres en regardant dehors : le retour au Camp, ce n'était pas pour tout suite.

Elle fit demi-tour pour regarder l'entrée de la grotte et s'interrompit un instant, avant d'hausser les épaules. Ce n'était pas comme si elle avait autre chose à faire que de visiter. En plus, rester dans l'entrée ne l'amènerait à rien d'autre que chopper un gros rhume. Sortant sa couverture de son sac, elle mit sa capuche et s'enroula à l'intérieur de la nouvelle épaisseur (sèche, un pur plaisir !), avant de commencer son exploration.

--

Elle entrait dans sa quatrième caverne (qu'elle différenciait des couloirs) quand elle vit quelque chose qui ressemblait à de la lumière. Pourtant, elle était trop vacillante pour qu'il s'agisse de celle de l'extérieur. Intriguée, Witted s'avança par petits pas, sous la pointe des pieds pour faire le moins de bruit possible.

Il y avait un homme. Un Pirate, très certainement, vu son vocabulaire. Il semblait parler à quelqu'un d'autre ? Pourtant elle n'entendait pas de seconde voix... Faisant bien attention à rester hors de vue, l'Astucieuse se décala pour essayer d'avoir l'identité du second homme...

... Ah. Montrez-lui un cheval et elle s'enfuit en hurlant. Un cadavre à l'état de squelette, par contre ? Même pas un froncement de sourcils. Elle en avait vu d'autres. Witted était étonnamment soulagée. Après tout, cela voulait dire qu'il n'y avait effectivement qu'une seule autre personne.

Elle aurait pu tourner les talons et s'enfuir, à ce moment précis. C'aurait probablement été plus prudent, d'ailleurs. Pourtant, elle ne le fit pas. Pourquoi ? Le feu, bien entendu. Sa couverture était déjà plus trempée que l'inverse, et elle était à deux doigts de claquer des dents. Ah, si seulement elle pouvait s'approcher un peu pour profiter du feu, elle aussi...

Son regard tomba à nouveau sur le squelette, alors que l'étranger lui adressait à nouveau la parole. Les yeux verts de la fillette étincelèrent : et si elle essayait de lui faire peur ? S'il s'enfuyait en courant, elle pourrait aisément profiter de son feu !

Se cachant entièrement sous sa couverture (histoire de passer pour un fantôme, si le coup du squelette ne fonctionnait pas), Witted s'approcha juste assez pour être comme une ombre à proximité du squelette. Sous la couverture, sa voix sonnait plus grave encore que ce qu'elle avait initialement tenté d'obtenir.

"Hey ! Qui traites-tu de mort, marin d'eau douce ?!"

Juste un œil qui dépassait dans la fente du tissu, pour avoir une idée de la réaction de l'adulte : c'est qu'elle préférait éviter de se faire couper en morceaux, quand même ! Malgré tout, la gamine pinçait fort les lèvres pour ne pas se mettre à rire. Ou à claquer des dents.

Bon, il allait lui laisser son feu, oui ?


Dernière édition par Eileen O'Flaherty le Jeu 12 Nov 2020 - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asher O'Flaherty
Asher O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 211
✘ SURNOM : Le Hargneux
✘ AGE DU PERSO : La Trentaine en apparence

✘ DISPO POUR RP ? : Oui o/
✘ LIENS :
Another one bites the dust.

Mésaventures :
I- II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XV - XVII

Achevé : XII - XIII - XIV - XVI

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptySam 14 Mar 2020 - 13:09

"MALLACHT DÉ, IFREANN FUILTEACHA !"

Avant qu'il ne soit tenté de souhaiter à une quelconque présence invisible des hémorroïdes sanglantes et la diarrhée qui allait avec, Asher baissa la tête sur le squelette, lequel venait de lui répondre avec une voix d'enfant.

... Putain. De. Bordel. De. Perroquet empaillé de merde. Il avait frôlé la crise cardiaque, là. Le cri effrayé qu'il avait été tenté de pousser s'était mué en une exclamation de surprise d'un niveau de langage douteux - quoiqu'il était capable de bien pire quotidiennement. Une main sur la poitrine, les yeux écarquillés, il fixait désormais le tas d'os sans comprendre.

L'effet de surprise avait ses limites. Son cerveau ne mit que peu de temps à remettre les choses à leur place, et ses yeux dérivèrent sur un petit tas sombre, enmailloté dans du tissu, caché à l'arrière du cadavre. Un gosse. Un ou une perdue, très probablement. Cette voix lui rappelait quelque chose... Elle appelait en lui un sentiment étrange, sur lequel il était encore incapable de mettre un mot. Ce n'était peut-être qu'un hasard. Après tout, les enfants avaient des voix qui se ressemblaient toutes, et il avait été vaguement trop occupé à frôler la syncope pour être en mesure d'en analyser les caractéristiques. Il n'avait pas suffisamment mémorisé pour être capable de le faire a posteriori.

Que le diable emporte cette petite fripponne - ou frippon, il n'était pas certain. Ca faisait longtemps qu'il n'avait pas eu une telle frayeur. Le fait de se trouver dans la grotte du crocodile, incapable de se barrer faute à la tempête, ce même si le reptile revenait, avait tendance à le mettre sur les nerfs. Ce n'était pas le moment de lui faire des blagues pareilles.

Il était tenté de s'énerver. Vraiment. Ca aurait été facile. C'était complètement inconscient de lui foutre la frousse, de le faire hurler de peur, alors que le crocodile - orbleuisé, en plus - pouvait revenir à tout moment. S'il entendait leur présence, nul doute qu'il viendrait leur régler leur compte.

La situation le dissuada rapidement de laisser son tempérament sanguin s'exprimer : ils étaient coincés en pleine tempête de neige dans l'endroit le plus dangereux du coin après le Givre lui-même. Ce perdu était dans la même merde que lui. Il devait crever de froid. Il avait peut-être peur. Peur de lui, en attendant, c'était certain, d'une manière ou d'une autre. Après tout, il était censé être l'Ennemi. Son sens des responsabilités prit rapidement le dessus sur l'envie qu'il avait de râler sur le chieur miniature. Il émit tout de même un grognement de mauvaise humeur, pour la forme. Puis il se tourna vers le feu, qu'il fallait continuer à entretenir.

"Bravo, c'est malin, ça... Cet endroit est en temps normal habité par une créature qui va nous bouffer si elle nous entend, calme ta joie du coup si tu veux bien..."

... Oui bon d'accord, il restait un râleur hors compétition. Ce n'était pas comme ça qu'il allait rassurer l'enfant, ni l'aider à se protéger du froid.

"... Approche, tu auras plus chaud près du feu. Je vais pas te bouffer. C'est pas le genre de la maison."

Ce genre d'arguments n'étaient pas suffisants pour qu'il soit cru, il le savait. Un pirate pouvait mentir. L'enfant penserait peut-être qu'il essayait de le piéger. En guise de preuve de sa bonne foi, il tira donc le sabre à sa ceinture et l'envoya dans la direction du squelette. Soit à  côté de l'enfant, et à bonne distance de lui.

L'arme était suffisamment proche pour qu'il la récupère si le besoin s'en faisait sentir (lors d'une attaque reptilienne surprise par exemple). Mais elle était surtout suffisamment proche du gamin pour que ce dernier puisse, s'il le voulait, se ruer dessus et l'utiliser sur Asher.

Asher, qui pouvait certainement l'arrêter. Il était un excellent combattant, il n'avait pas besoin d'une arme pour être dangereux, même face à un adversaire qui en possédait une. Cependant le gamin avait tout de même une chance - même minime - de le blesser. Le rouquin avait volontairement baissé sa garde, plutôt concentré sur le feu et sur les sons alentours - toujours pas de tic tac.

Cette stratégie était parlante : elle en disait long sur ses tendances auto-destructices. Ce n'était pas uniquement qu'il avait confiance en ses capacités guerrières. C'était aussi qu'il n'avait rien à péter d'être blessé.

N'ayant pas de drapeau blanc ni de hâche à enterrer, c'était le mieux qu'il pouvait faire pour tenter d'être cru. Histoire d'ajouter du poids à son argumentaire gestuel, il tira son canif de sa poche, le montra au gamin sans se détourner de son travail, puis le jeta avec l'arme précédente.

... En vrai, il lui laisserait peut-être ce couteau, si l'enfant n'avait pas apporté le sien. Dans la jungle, ça pouvait servir.
Revenir en haut Aller en bas
Eileen O'Flaherty
Eileen O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Diligente
✘ AGE DU PERSO : La petite vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : I was there, now I'm here if you need me. What about you ?

Négociations en cours : I - II - III - IV - V - X - XI - XII - XIII

Négociations terminées : VI - VII - VIII - IX

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptyDim 15 Mar 2020 - 13:17

Witted


♣ Diplomate ♣
C'était extrêmement drôle. Ses paroles eurent exactement l'effet escompté, ce qui était formidable. En d'autres temps, Witted aurait eu beaucoup de mal à s'empêcher d'éclater de rire, même avec deux mains sur la bouche. Ce qui rendit le tout plus simple, cette fois-ci, fut la langue utilisé.

Elle reconnaîtrait ces insultes entre mille. D'abord parce qu'elle n'avait rien perdu de sa langue maternelle, grâce à sa pratique récurrente avec son frère à l'époque (et parfois avec les autres natifs de la même Île qu'elle, lorsqu'ils n'avaient pas oublié), mais aussi parce que la deuxième partie était dans la liste des "Salutations" qu'elle tentait de persuader Raven d'utiliser. Celle-ci, elle lui avait dit que c'était "Ravi(e) de te rencontrer". Et elle attendait avec impatience le jour où il l'utiliserait.

Entendre quelqu'un d'autre l'utiliser dans son contexte réel lui procurait donc un sentiment d'intense curiosité, allié à quelque chose de familier sur lequel elle n'arrivait pas encore à mettre de mots. Et la curiosité était plus forte que le fou rire qu'elle avait au bord des lèvres. Witted parvint donc à se contenir, observant avec délice le Pirate se remettre de ses émotions. C'était beau, quand même, de réussir seule à faire une telle frayeur à l'ennemi.

Il avait fini par la repérait et lui jetait un regard que l'on pouvait facilement considérer comme mauvais (elle le comprenait, elle aurait fait pareil). L'amusement de la situation passa bien vite : et s'il décidait de se venger ? C'était un Pirate, tout de même... Elle pourrait bien évidemment faire demi-tour, c'était vrai qu'elle courait vite (peut-être pas autant que certains Livreurs ou Chasseurs, mais elle se défendait), mais rien ne lui garantissait qu'elle pourrait retourner dehors avec cette tempête... Et autant elle avait gaiement exploré la grotte, autant l'idée de courir à l'intérieur pour éviter un poursuivant ne lui plaisait pas vraiment.

Le Pirate prit la parole, et il semblait de son avis. Witted tourna sa tête (toujours emmitouflée dans sa couverture) vers lui. Elle haussait un sourcil qu'il ne pouvait voir. Une créature qui pouvait les bouffer ? La réponse vint automatiquement, plus cynique qu'on ne l'aurait pensé de la part d'un enfant perdu de moins de dix ans.

"Qu'est-ce qui ne nous bouffe pas sur cette île, de toute façon..."

Sa voix étouffée par le tissu n'était probablement pas aussi reconnaissable qu'elle l'aurait pu, mais son mouvement d'épaules traduisait son désenchantement. Ce n'était pas parce que l'Astucieuse s'était extrêmement bien adaptée à la vie au Pays de Jamais qu'elle n'était pas lucide : cette Île était dangereuse. Après, il s'y passait aussi des trucs formidables. C'était ce qui faisait son charme, probablement.

Le pirate lui proposa ensuite de s'approcher du feu. Witted le regarda sans rien dire. Oui, c'était ce qu'elle attendait. Mais elle aurait préféré qu'il se barre, lui ! Elle avait beau faire la fière, elle n'en menait pas bien large. Et un Pirate était toujours dangereux, par principe (même si celui-ci n'avait pas l'air très combatif). Se balançant d'un pied sur l'autre dans sa couverture, elle hésitait. Il n'avait pas l'air méchant, et son instinct lui disait qu'il ne lui ferait pas de mal. Mais même comme ça, c'était difficile de lui faire totalement confiance.

Elle sursauta quand le sabre atterrit quasiment à ses pieds. Son regard vert se posa sur l'arme, avant de retourner sur l'adulte. Qui laissait son arme à l'ennemi dans un moment pareil ?! Quelqu'un qui ne voulait pas attaquer, très certainement. Pourtant, Witted restait prudente. Un Pirate dont le premier instinct n'était pas de zigouiller le Perdu en face de lui, c'était louche. Son regard se posa sur le canif qu'il tenait encore à la main. Elle ne suivit pas l'objet du regard, cette fois, plutôt intéressée par ce que le feu faisait miroiter -ou plutôt son absence.

Pas d'ombre. Le pirate était un Sans-Ombre. Ça expliquait peut-être pourquoi il n'était pas prompt à se battre avec elle. Elle se mit à l'observe plus attentivement. L'avait-elle connu ? Impossible de le savoir pour le moment : elle ne distinguait pas assez bien ses traits d'ici.

Witted resta interdite de longues secondes avant de prendre une décision. Lentement, elle se baissa pour ramasser sabre et canif. Elle rangea le second dans sa poche, gardant le premier à la main. Finalement, elle s'avança jusqu'à arriver à hauteur du pirate. Sans le regarder, elle s'assit à côté de lui, face au feu. Elle tenait toujours sa couverture autour d'elle, mais cette dernière avait quelque peu glissé pendant qu'elle se déplaçait, de sorte que quelques mèches rousses étaient à présent visibles.

L'Astucieuse posa le sabre à proximité du pirate. Toujours sans le regarder, elle reprit enfin la parole.

"Garde ça avec toi. Pour quelqu'un qui essaie de me dire qu'un truc peut nous bouffer d'un instant à l'autre, t'es pas super prudent."

Vivre avec les natifs l'avaient rendue bien plus perméable aux adultes, semblait-il. Mais cela ne l'empêchait pas de garder son impertinence habituelle. Et elle n'irait pas jusqu'à lui rendre également son canif. Il ne fallait pas abuser non plus.


Dernière édition par Eileen O'Flaherty le Jeu 12 Nov 2020 - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asher O'Flaherty
Asher O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 211
✘ SURNOM : Le Hargneux
✘ AGE DU PERSO : La Trentaine en apparence

✘ DISPO POUR RP ? : Oui o/
✘ LIENS :
Another one bites the dust.

Mésaventures :
I- II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XV - XVII

Achevé : XII - XIII - XIV - XVI

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptyDim 15 Mar 2020 - 23:21

Il tiqua, ce qui se vit à la façon dont il avait modérément redressé la tête. En adoptant un angle de vue adéquat, on pouvait aussi lire la surprise dans son regard clair. Elle avait légèrement agrandi ses yeux. Un sourire sombre étira irrésistiblement ses lèvres.

Le cynisme était rarement le fort des garçons perdus. Peu d'entre eux étaient véritablement lucides vis-à-vis de l'existence de cauchemar que l'île leur réservait. C'était presque systématiquement un pré-requis pour ne pas grandir. Il était donc très agréablement étonné d'entendre ce discours sortir de la bouche de l'enfant, qui de plus lui paraissait jeune.

Bordel... c'était agréable d'avoir quelqu'un qui, pour une fois, semblait partager son avis - ou en tous les cas une forme de lassitude vis-à-vis du Pays de Jamais. C'était le genre de ton, le genre de répondant qu'il appréciait chez ses interlocuteurs. Le gosse venait de gagner 10 points d'un coup dans son estime. Au moins.

Un ricanement à son tour cynique échappa au pirate, qui accorda le point au gamin de bonne grâce.

"... Haha. Touché."

Il invita le ou la gosse à s'approcher du feu, se lestant de ses armes pour le persuader de sa bonne foi. Dans le Givre et en pleine tempête de neige, le moment n'était pas venu qu'ils se regardent dans le blanc des yeux sous prétexte qu'ils étaient censé être ennemis. Asher n'avait jamais considéré les garçons perdus de cette façon, et le moment était bien trouvé pour le montrer.

Malgré quelques instants d'hésitation, le petit tas de tissu formé à côté du squelette se retransforma en être humain miniature. L'enfant s'installa à côté de lui et lui rendit son sabre. Un choix intéressant... Il n'aurait pas cru gagner la confiance du perdu si facilement.

"Garde ça avec toi. Pour quelqu'un qui essaie de me dire qu'un truc peut nous bouffer d'un instant à l'autre, t'es pas super prudent."

Nouveau sourire en coin. Décidément, il aimait le bagou de ce morveux... Il faisait preuve de vivacité d'esprit, peut-être même d'une certaine précocité. Ce genre de choses arrivait lorsqu'on commençait à avoir plein de fois dix ans. Cela dit, ce n'était pas juste ça. L'enfant lui rappelait quelque chose... Quelqu'un. Il n'en avait pas encore pleinement conscience. Son esprit le protégeait du choc qu'il allait immanquablement se prendre dans la gueule dans les minutes à venir.

"Si un seul d'entre nous était vraiment prudent, on serait pas coincé ici en pleine tempête de neige."

Le feu commençait à avoir belle allure et ne méritait plus le même entretien. Il se tourna plutôt vers son bagage, dans lequel il commença à fouiller. Pour ne pas geler sur place et tenir jusqu'à ce que le climat devienne plus clément, il fallait se sustenter.

"T'as faim ?"

Il tendit à l'enfant un morceau de viande séchée. Sa main frôla accidentellement le tissu de la couverture détrempée. Il fronça les sourcils, et retira immédiatement l'étoffe qu'il avait eu l'intention de mettre sur ses propres épaules du sac, afin de la jeter aux pieds du perdu.

"Retire ça... Tu vas attraper la mort, si c'est pas déjà fait. On va la faire sécher."

Ses yeux s'attardèrent sur une mèche rousse qui dépassait de la capuche de fortune de l'enfant.

... Ouais. Au Grand Arbre, ça n'avait toujours pas changé, fallait croire. Toujours la blinde de poils de carotte.
Revenir en haut Aller en bas
Eileen O'Flaherty
Eileen O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Diligente
✘ AGE DU PERSO : La petite vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : I was there, now I'm here if you need me. What about you ?

Négociations en cours : I - II - III - IV - V - X - XI - XII - XIII

Négociations terminées : VI - VII - VIII - IX

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptyJeu 19 Mar 2020 - 21:13

Witted


♣ Diplomate ♣
Sourire en coin. Witted était plutôt fière d'elle. Sa réplique avait amusé le pirate, même s'il donnait l'air de pas trop y toucher. Finalement, peut-être que rester coincée dans cette Grotte le temps que la tempête se calme ne serait pas si horrible que ça.

Le fait que l'adulte l'invite à venir près de lui en lui lançant ses armes était également apprécié. Oh, Witted était bien assez lucide pour savoir que, vu leurs corpulences respectives, il n'avait pas besoin de son sabre ou de son canif pour faire le poids, mais elle considérait le geste pour ce qu'il était : une preuve de bonne foi.

Ce qu'elle voulait qu'il soit ? Peut-être. Après tout, elle n'avait aucun moyen de s'échapper. Dehors, c'était le Givre, et le Givre, c'était Hook. Et s'il y avait bien une personne qu'elle ne rejoindrait jamais au grand jamais, c'était Hook.

Quand à celui qu'elle aimerait rejoindre réellement... Non.

Secouant la tête, l'Astucieuse sortit de ses pensées pour rejoindre le Sans-Ombre, lui rendre son arme et faire la conversation. Il lui répliqua quelque chose qui lui arracha à son tour un éclat de rire cynique, étrangement similaire à celui qu'il avait eu plus tôt. Sous la couverture, ses yeux verts brillaient de malice.

"Touché."

Au Grand Arbre -et même avant, mais cela, elle l'avait oublié- Witted n'était pas vraiment connue pour sa prudence. Loin de là d'ailleurs. Elle se souvenait encore de certains épisodes, même s'ils étaient un peu flous, où elle...

"T'as faim ?"

...Un bond en arrière, alors qu'on lui tendait un morceau de viande séchée. L'espace d'un instant, cette main était devenue bien plus fine, peut-être un peu moins calleuse, mais toujours aussi robuste, la voix beaucoup plus aiguë, et le lieu qui les abritait n'était plus une grotte sombre mais un Saule gigantesque, d'où l'on pouvait à peine distinguer le soleil au travers des branches. Un léger sourire illumina le visage toujours couvert de la fillette. Ses yeux, pourtant, étaient emplis de larmes.

Sa main se tendit vers la nourriture par réflexe plus qu'autre chose. Les mots restaient coincés dans sa gorge, ce qui ne lui arrivait pas souvent. Heureusement, elle n'eut pas besoin de relancer un quelconque sujet : le pirate avait capté que sa couverture était trempée (raison numéro un pour laquelle elle avait cherché à se rapprocher du feu) et venait de lui en jeter une autre sur les pieds, provenant de son sac. Witted lui jeta un regard étonné, qui ne se voyait toujours pas. Bien que dite d'un ton plus bas que les précédentes, sa réplique, elle, restait audible.

"...T'es bizarre. Presque sympa, pour un pirate."

Parce que ce n'était pas non plus parce qu'il était étrangement gentil avec elle qu'elle allait totalement lui faire confiance. Néanmoins...

"Merci."

...cela ne l'empêchait pas d'être polie. Un peu.

Finissant enfin par obéir, Witted ôta sa couverture de ses épaules et la plia grossièrement avant de la poser relativement près du feu, mais assez loin pour qu'elle ne brûle pas -l'incendie était probablement le deuxième pire truc qui pouvait lui arriver aujourd'hui, après le Givre. En se tournant vers l'adulte pour mettre la couverture sèche autour d'elle, elle nota que ce dernier la regardait très intensément. Et étrangement. Elle lui rendit son regard, intriguée.

...Il y avait peut-être un truc pire que le Givre et l'incendie, en fin de compte.


Dernière édition par Eileen O'Flaherty le Jeu 12 Nov 2020 - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asher O'Flaherty
Asher O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 211
✘ SURNOM : Le Hargneux
✘ AGE DU PERSO : La Trentaine en apparence

✘ DISPO POUR RP ? : Oui o/
✘ LIENS :
Another one bites the dust.

Mésaventures :
I- II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XV - XVII

Achevé : XII - XIII - XIV - XVI

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptyVen 20 Mar 2020 - 9:33

"Touché."

On n'aurait pas pu trouver meilleur moment pour lui renvoyer ses mots dans la figure. Il ne répondit rien, mais les yeux d'Asher brillèrent d'amusement. Quoique contenu, son sourire s'étira encore un peu plus. Il eut l'impression d'avoir avalé une grosse bouffée d'oxygène. Pour la première fois depuis très, très longtemps, il s'amusait. C'était la conversation la plus stimulante qu'il avait eue depuis... Eh bien il n'en savait même rien. Il était terriblement ironique que son interlocuteur soit un garçon perdu, en attendant.

Le pirate glissa un coup d’œil inconsciemment complice dans la direction du gamin, mais décida de ne pas s’appesantir là-dessus. Ok c'était agréable de plaisanter, le perdu avait de l'humour, mais il ne fallait pour autant pas perdre le sens des priorités. Il fallait qu'ils se nourrissent, et qu'ils fassent en sorte de ne pas se changer en glaçons d'ici à ce que la tempête se calme.

Il tendit à l'enfant un bout de viande séchée. Cette action eut une conséquence à laquelle il ne s'attendait plus à ce stade. Le perdu fit un bond en arrière. Il lui jeta un regard modérément étonné. Bah alors ? Il pensait avoir réussi à lui faire comprendre qu'il ne fallait pas avoir peur de lui ?

"Hey, je l'ai pas empoisonné... Avec ce froid mieux vaut ne pas rester l'estomac vide si on veut pas attraper la mort."

En parlant d'attraper la mort... Sa main avait frôlé la couverture que portait l'enfant, et il avait pu se rendre compte qu'elle était totalement trempée. Il lui envoya la sienne, encore sèche car restée tout ce temps dans son bagage. Il avait déjà retiré son propre manteau pour le faire sécher et ce qu'il portait de vêtements était largement insuffisant pour lui tenir chaud, mais tant pis. Il préférait grelotter plutôt que de laisser ce gosse se peler le cul. Les perdus étaient spécialement résistants, mais tout de même... Mieux valait demander cet effort à son corps adulte, lequel s'en sortirait probablement mieux.

"...T'es bizarre. Presque sympa, pour un pirate."

L'enfant avait baissé le ton, mais il l'avait entendu quand même. Cette remarque involontairement ironique lui arracha un nouveau ricanement.

"Les autres pirates seraient probablement pas d'accord avec toi mais... Je suppose que c'est l'un des nœuds du problème."

De retour le nez dans son sac, il piocha un autre morceau de viande séchée, cette fois pour lui. Du coin de l’œil il observa l'enfant se lever pour déposer sa couverture près du feu. Il n'eut pas l'occasion de répondre aux remerciements prononcés, car il venait de tourner la tête.

Asher était dorénavant face à une vérité brutale, envahissante, imprévue. Il n'avait pas les armes pour réagir convenablement à pareil coup du sort. La surprise fut telle qu'il faillit perdre l'équilibre. Ses yeux devinrent aussi ronds que des billes, sa bouche se relâcha mollement, sa peau prit un teint cireux en l'espace de cinq secondes. Les muscles de sa main lâchèrent et le morceau de viande qu'il tenait tomba sur le sol dans un "poc" sec et navré.

Son cœur battait dorénavant à tout rompre. Son cerveau faisait la grève, et ce n'était peut-être pas plus mal : s'il avait fallu qu'il ressente toutes en même temps les émotions que lui procurait cette réunion surprise avec sa sœur, il ne l'aurait probablement pas supporté.

Il n'y avait qu'une émotion brute, pour le moment, qu'il associait au fait de la voir de si près pour la première fois depuis ce qui avait dû être des années (même si à cause de l'île, sa notion du temps manquait à l'appel). Lors de l'attaque du Jolly Roger, il n'avait fait que l'apercevoir. Ils ne s'étaient pas fait face ainsi depuis qu'Asher avait été banni du Grand Arbre.

"... Eilish..."

Le ton était incrédule, fantomatique. Il était toujours sous le coup de la surprise. Uns à uns cependant, pour le meilleur et pour le pire, ses nerfs se reconnectaient.

Surtout pour le pire, vraisemblablement. C'était discret, mais ses doigts tremblaient sans qu'il puisse le contrôler. Si rien ne se passait d'ici environ trois secondes, la terreur serait probablement la première des émotions expulsées hors de son corps par la brutalité de la prise de conscience à revenir à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Eileen O'Flaherty
Eileen O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Diligente
✘ AGE DU PERSO : La petite vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : I was there, now I'm here if you need me. What about you ?

Négociations en cours : I - II - III - IV - V - X - XI - XII - XIII

Négociations terminées : VI - VII - VIII - IX

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptyVen 20 Mar 2020 - 21:46

Witted


♣ Diplomate ♣
Elle avait même pas capté qu'elle s'était reculée. C'était juste... trop. Les gestes, les mots, l'ambiance... C'était ici et pourtant ça aurait pu être là-bas. Mais ça l'était pas. C'était pas sa voix, c'était pas sa main, c'était pas leur havre de paix. Et Witted avait envie de chialer comme jamais elle pensait avoir eu envie de chialer depuis son arrivée sur cette île. Même quand il était parti. Parce qu'elle avait été trop en colère, déjà à ce moment-là, pour le pleurer.

L'adulte reprend la parole, sortant l'Astucieuse de ses pensées. Ramenée au temps présent (pour un peu que cette expression veuille dire quoi que ce soit sur cette Île), elle prend ce qu'on lui tend avant de se fendre d'une remarque. La réponse du pirate lui fit froncer un sourcil : les pirates s'entendraient pas entre eux ? Baaah, probablement que ceux du Port n'étaient pas les mêmes que l'équipage de Hook, certes. Mais la plupart des nouveaux qui arrivaient avec leurs bateaux n'étaient pas mieux que le Capitaine. Ceux qu'ils avaient combattu, du moins.

Witted haussa intérieurement les épaules, renonçant à demander des détails : après tout, ce n'était pas son problème. Son interlocuteur était peut-être un pirate du port, ou non, mais dans tous les cas c'était un rebelle, et pas un Orbleu. C'était probablement la seule distinction qui valait le coup d'être faite en ce moment.

Le pirate lui avait d'ailleurs filé une couverture sèche, et si elle avait sa fierté, elle tenait encore plus à sa vie -aussi étonnant que cela puisse paraître dans les circonstances actuelles. Elle s'exécuta donc et entreprit d'enlever celle qu'elle portait sur la tête, mettant ainsi son visage à nu pour la première fois depuis le début de cette rencontre fortuite.

Elle ne s'attendait pas vraiment à ce qui suivit. L'adulte avait l'air complètement déboussolé. Ses yeux sortaient presque de leurs orbites, il en avait laissé tomber sa bouffe alors que quelques instants plus tôt il lui expliquait qu'il était important de manger (comme si elle avait besoin qu'un adulte le lui répète ! Pff). Elle lui aurait fait remarquer que ce n'était pas très malin de sa part, s'il n'avait pas commencé à marmonner un truc.

Enfin, elle supposait qu'il avait marmonné, puisqu'elle n'avait rien entendu. C'aurait été étrange qu'il ne fasse que bouger les lèvres, de manière très floue d'ailleurs, n'est-ce pas ? Parce que s'il n'avait pas marmonné, elle aurait dû l'entendre. Ils étaient assez près l'un de l'autre pour qu'elle entende tout ce qu'il disait. Absolument tout. Absolument tout... ... ... sauf ... ... ...

"...shite."

Il y avait une chose, qu'elle n'était pas capable d'entendre. Quelque chose qu'on pourrait lui hurler dans l'oreille qu'elle n'entendrait rien. Mais plus personne n'utilisait ce mot.

Il n'y avait qu'une seule personne sur cette foutue Île, qui utilisait ce mot.

Elle sentit les larmes couler sur ses joues avant même de se rendre compte de ce qu'il se passait vraiment. Elle n'était pas certaine de réaliser entièrement, d'ailleurs. Son inconscient parlait pour elle.

Elle se jeta sur lui. Rien à faire qu'il s'agisse d'un pirate, qu'il ait son sabre à portée de main ou qu'elle soit à deux doigts de tomber dans le feu s'il ne la rattrapait pas. Elle chialait comme le bébé qu'elle n'était plus, comme celui qu'elle avait toujours été à ses yeux. Ses bras étaient serrés autour de son torse si fort qu'elle ne les sentait déjà plus. Elle ne savait pas si elle le serrait à l'étouffer pour le punir ou par joie de le retrouver. Elle ne savait plus qu'un chose, n'avait plus qu'une seule pensée un minimum cohérente.

Il était là.


Dernière édition par Eileen O'Flaherty le Jeu 12 Nov 2020 - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asher O'Flaherty
Asher O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 211
✘ SURNOM : Le Hargneux
✘ AGE DU PERSO : La Trentaine en apparence

✘ DISPO POUR RP ? : Oui o/
✘ LIENS :
Another one bites the dust.

Mésaventures :
I- II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XV - XVII

Achevé : XII - XIII - XIV - XVI

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptySam 21 Mar 2020 - 9:59

Il nageait dans une soupe épaisse d'émotions toutes directement extraites d'un passé auquel en règle générale, il essayait d'éviter de penser. Tout remontait à la surface et... Bordel, ça faisait mal. Même pour lui qui vivait dans une douleur perpétuelle, laquelle avait fini par faire partie de son identité... Ça faisait foutrement mal. Il se faisait assaillir sur tous les fronts. L'adulte en lui souffrait... Ce qu'il restait de l'enfant aussi. Il y avait des choses que Bitter n'avait jamais eu l'occasion de régler, lorsqu'il était parti du Grand Arbre. Tout ce  temps, elles lui étaient restées au travers de la gorge. Tout cela pour revenir ce jour lui péter en pleine gueule.

Et tout à la fois ça faisait du bien, parce qu'il y avait au moins une peur qui s'évaporait alors que le visage d'Eilish se couvrait de larmes imprévues. Tandis qu'elle se jetait sur lui, et qu'elle l'écrasait entre ses bras devenus bien trop petits pour l'enserrer. Non, c'était lui qui était trop grand.

Elle ne l'avait pas oublié. Dieu merci, elle se souvenait de lui. C'était un fait : il était celui qui s'était toujours le plus accroché au passé. C'était probablement sa plus grande hantise, ça... Qu'il n'y ait plus que lui pour se rappeler des moments qu'ils avaient partagés, et de la complicité qui avait existé entre eux. Il n'aurait pas supporté qu'elle l'oublie. Ça l'aurait tué, foudroyé. Les premières larmes qui lui montèrent aux yeux sans couler furent donc des larmes de soulagement, mais ça ne dura guère, car il y avait tous ces monstres qui enflaient dans sa gorge. Tous ces trucs qu'il gardait en lui en permanence, dans un coin d'ombre et qui profitaient de l'occasion pour se révéler au grand jour.

"Deamhan beag... C'était toi..."

Le ton de sa voix était devenu fragile, tremblant. A peine plus qu'un murmure incrédule, désorienté. Était-ce un rêve ? Il peinait à croire qu'Eilish était bien là, tout contre lui, après tout ce temps. Il sentait le poids de son corps, sa chaleur... Les bras du pirate se refermèrent sur elle et il plongea son nez dans les fins cheveux roux. Leur odeur mouillée lui porta un coup fatal alors que les réminiscences venaient le noyer par vagues. Sa gorge se serra dans un gargouillis muet. Ses muscles se tendirent. Il la serra de toutes ses forces alors qu'il se bouffait la lèvre pour ne pas sangloter comme un idiot. Bon sang elle était là. Eilish était là. Sa petite lumière dans l'obscurité. La seule chose qui valait encore le coup qu'il fasse l'effort de vivre, sur cette île de malheur. Sa petite sœur. Son éternelle complice. On lui avait arraché le cœur de la poitrine. Son univers entier résidait dans le creux de ses bras.

Mais la serrait-il vraiment de toutes ses forces ? Pas vraiment. Il l'aurait étouffée. Il était obligé de prendre des précautions qui n'auraient pas été nécessaires avant. Soudain, il avait l'impression de revenir à l'époque de son arrivée sur le Jolly Roger, quand son grand corps lui paraissait encore gauche et disproportionné. Ce n'était pas normal. Ça n'aurait pas dû être ainsi. Bitter refusait le moindre changement dans leur relation. Il ne voulait pas avoir grandi. Il aurait voulu que les choses redeviennent comme elles avaient toujours été parce qu'il était insupportable de constater ce fossé qui se creusait entre eux. Ils auraient dû être et rester parfaitement inséparables. C'était trop tard, et il le savait. Voilà l'une des fatalités qui l'écrasaient au sol, parmi les douleurs horribles qui appuyaient contre sa gorge et qui cherchaient à forcer ses gémissements.

C'était inutile, cette façon dont il se faisait violence pour tout contenir. Les coutures de sa carapace lâchaient une à une. La rupture de ce barrage n'en serait que plus violente et spectaculaire. Les images de son dernier jour au Grand Arbre remontaient, aussi vives que si elle avaient daté d'hier. Aussi réelles que si tout se déroulait à nouveau sous ses yeux. Il n'avait jamais eu l'occasion de dire au revoir à Eilish. Il avait gardé ses yeux sur elle tout au long du procès, durant lequel il avait par ailleurs refusé de craquer, de montrer face à Peter et face aux perdus les plus cruels combien son bannissement, et combien leur méchanceté l'affectaient.

Il n'avait pas pu dire au revoir à Eilish, parce que Peter le lui avait interdit. Il avait fallu passer Bitter à tabac pour l'empêcher de tracer son propre chemin jusqu'à sa sœur. Le résultat était là : ils n'avaient jamais pu avoir cette dernière discussion. Pour cela, il avait détesté Peter. Cette injustice avait jeté de l'huile sur un feu déjà vivace. Sa haine avait atteint un point de non retour. Son intensité n'était plus jamais descendue.

Mais maintenant, sa sœur était là. Il était petit, et trop grand tout à la fois. C'était un Bitter fantomatique qui se servait du corps d'Asher pour tenir Eilish contre lui. Pour glisser son visage contre sa joue mouillée... Pour chercher ce réconfort qu'ils n'avaient jamais pu avoir. Sa voix craqua, libérant le torrent d'émotions bouleversantes qui pourrissaient en lui depuis bien trop longtemps. Il caressait sa tête. Il touchait son visage comme pour vérifier qu'elle existait bien. Dans ses pleurs s'exprimait cette douleur de l'exclusion qui n'avait jamais eu d'autre témoin que lui. Paria au Grand Arbre... Paria sur le Jolly Roger... Il faisait mine de n'en avoir rien à foutre mais c'était tout l'inverse. Les traumatismes s'accumulaient. Il n'en pouvait plus qu'on lui crache à la gueule. Il voulait juste être quelque part chez lui, et qu'on arrête de l'observer avec malveillance.

Son seul chez lui était là et c'était là tout le drame, il savait que c'était éphémère. Ils ne pouvaient plus être ensemble. Cette foutue tempête allait se calmer. Eilish allait retourner au Canyon. Il allait retourner au Ranch. Et tout serait à nouveau cette routine désespérante et vide de sens où seul l'alcool lui permettait encore de supporter les regards qu'on lui portait, et celui qu'il se jetait tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Eileen O'Flaherty
Eileen O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Diligente
✘ AGE DU PERSO : La petite vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : I was there, now I'm here if you need me. What about you ?

Négociations en cours : I - II - III - IV - V - X - XI - XII - XIII

Négociations terminées : VI - VII - VIII - IX

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptySam 21 Mar 2020 - 18:08

Witted


♣ Diplomate ♣
Elle avait toujours dit -pour peu qu'elle en parlait- qu'elle était en colère contre son frère. Et c'était vrai. C'était lui qui avait voulu venir sur cette île, lui qui s'en était lassé aussi rapidement, lui encore qui n'avait pas fait assez attention et qui s'était fait pincer avec son journal. Toujours lui qui avait grandi, qui s'était fait Bannir, qui l'avait laissée seule en plein milieu des autres. Seule, alors qu'elle n'avait pas eu le droit de lui dire au revoir, qu'elle avait dû supporter les brimades et les moqueries des autres pendant quelque temps, jusqu'à ce qu'elle donne deux coups de pieds en trop qui lui avaient valu l'isolement. Elle ne l'avait pas vu partir, il n'avait pas pu la prendre une dernière fois dans ses bras pour la rassurer, comme il l'avait toujours fait.

Avec le temps et l'Oubli, sa colère contre Peter et les autres Perdus s'était tassée. A force de passer tout son temps avec eux, elle s'était calmée. Alors qu'elle attendait, seule, sous le Parapluie où il ne pourrait jamais plus la rejoindre, son animosité s'était tournée vers lui, vers tous les pirates desquels il faisait partie et qu'elle estimait être la raison du sentiment d'abandon qui lui perforait le ventre. C'est parce qu'elle avait l'impression d'être amputée d'une partie d'elle-même, qu'elle ne l'avait jamais oublié. Même dans les moments les plus sombres, c'était son visage et la colère qu'elle éprouvait à se le remémorer qui la poussaient à continuer. Elle avait la rage de vivre, et la dirigeait contre celui qui lui avait tout donné.

Mais maintenant qu'il était là, et qu'elle aurait pu lui dire tout ce qu'elle voulait, elle n'y arrivait pas. Parce que ce n'était pas la colère, qui faisait surface. C'était le soulagement. Celui de le savoir en vie, malgré tout ce qui lui était arrivé et dont elle avait entendu parler. Celui de le sentir, là, bien vivant entre ses petits bras. Celui de l'entendre l'appeler, pour de vrai cette fois et pas seulement par un mot qu'elle n'entendait pas.

Et pourtant, ce surnom qu'il avait toujours utilisé la mettait en rogne, sans qu'elle comprenne vraiment pourquoi. Un cri de rage s'étouffa dans la chemise du Hargneux. Ses petits poings se serraient dans son dos. Elle avait envie de hurler et pleurer en même temps -c'était probablement ce qu'elle était en train de faire. Elle voulait lui crier de s'éloigner d'elle mais ne voulait pas qu'il arrête de lui caresser les cheveux, comme il le faisait chaque fois qu'elle venait dans sa chambre après un cauchemar. Elle voulait qu'il la lâche mais elle voulait aussi garder la sensation de sa joue mal rasée contre son visage. Elle voulait qu'il parte mais plus jamais qu'il ne l'abandonne. Et elle ne savait pas quoi faire de ses sentiments et émotions complètement contradictoires, bien trop grands et bien trop forts pour l'enfant de huit ans qu'elle était restée.

C'est probablement ce qui l'amena à parler la première, avec autant de larmes dans la voix que dans les yeux, l'un de ses bras défaisant son étreinte -mais surtout pas l'autre, qu'il ne s'enfuie pas !- pour se poser, poing serré, sur le torse de son frère. Son frère. Elle n'avait jamais osé penser qu'elle le retrouverait ainsi.

"...T'as... pas le droit... de dire ça. T'avais... pas le droit... T'avais pas le droit... de me laisser ! T'AVAIS PAS LE DROIT !"

Son petit poing martelait le pirate avec une force de mouche, mais qui augmentait tout de même en intensité au fur et à mesure. La voix de Witted se brisa sur la fin. Elle avait juste envie de rester là et de pleurer. Au Diable le croco et son tic-tac. Vraiment.


Dernière édition par Eileen O'Flaherty le Jeu 12 Nov 2020 - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asher O'Flaherty
Asher O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 211
✘ SURNOM : Le Hargneux
✘ AGE DU PERSO : La Trentaine en apparence

✘ DISPO POUR RP ? : Oui o/
✘ LIENS :
Another one bites the dust.

Mésaventures :
I- II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XV - XVII

Achevé : XII - XIII - XIV - XVI

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptySam 21 Mar 2020 - 22:33

Il avait trop de choses à régler avec lui-même pour se rendre compte de ce que signifiaient les pleurs d'Eilish. La rage, les hurlements de l'enfant... Après avoir lutté en vain pour garder le contrôle sur lui-même, il avait fini par céder à son tour. Ses cris n'étaient pas beaucoup moins furieux - il ne savait pas faire autrement. Seulement, il n'aurait pas imaginé que la colère de la petite fille était toute tournée contre lui.

ll y avait beaucoup de raisons qui l'avaient poussé à craindre cette réunion. La peur qu'Eilish l'ait oublié... La douleur de constater le gouffre qui les séparait désormais tous les deux... La  trouille qu'elle déteste l'adulte qu'il était venu...

En revanche, il n'avait jamais pensé qu'elle puisse lui en vouloir d'être parti. C'était quelque chose qu'il avait subi, il n'avait pas eu l'impression d'avoir le moindre choix dans cette affaire. C'était peut-être l'un des rares trucs dans sa vie au sujet desquels il ne culpabilisait pas encore. C'était la faute de Peter. Tout était de sa faute.

Elle commença à marteler du poing contre son torse et ça ne l'étonna pas outre mesure. Eilish et lui partageaient ce point commun : la colère était pour eux une carapace dont ils se servaient pour ignorer leurs blessures. Tout ce qui leur était arrivé... C'était injuste, et il y avait de quoi fulminer. Les coups devenaient peu à peu moins léger, mais ça n'avait pas la moindre importance. Même si elle avait été capable de lui faire mal, il l'aurait laissée faire, si c'était ce dont elle avait besoin.

Il commençait doucement à retrouver le contrôle sur ses nerfs. Il aurait pu encore pleurer longtemps, mais ça devait cesser. Des deux, c'était lui l'adulte. Il en était conscient. C'était à la fois naturel et perturbant. Naturel parce que finalement, il avait toujours eu son rôle de grand frère à coeur. La protéger, la rassurer, prendre sur lui pour ne pas l'inquiéter ou la contrarier... Tout cela n'avait rien de nouveau.

Perturbant, parce qu'aussi intelligente et mature qu'Eilish fut, elle restait une gamine de huit ans. Sur le plan mental ils vivaient désormais dans des univers différents et il devrait prendre cela en compte lorsque le moment serait venu d'avoir une discussion. Aussi brillante qu'elle fut, il ne pouvait pas se laisser aller à lui répondre comme il l'aurait fait avec un autre adulte. Cela aurait été inconséquent de sa part. Injuste pour elle. Et cela même si les perdus étaient loin d'être "juste des enfants". La distance que cela impliquait lui paraissait tout bonnement insoutenable, surtout compte tenu de son tempérament spontané, mais elle était nécessaire.

Les yeux rouges, il désserra son étreinte et prit juste assez de distance pour la regarder. Eilish choisit ce moment pour retrouver la faculté de parole. Asher se figea sous l'effet de l'étonnemment car à ces reproches, par contre, il ne s'était pas du tout attendu.

Pas le droit de dire quoi ? Qu'avait-il dit qu'il n'avait pas le droit de dire ? Il ne comprenait pas.

"T'avais... pas le droit... T'avais pas le droit... de me laisser ! T'AVAIS PAS LE DROIT !"

Interdit, il laissa sa mâchoire tomber, initialement incapable de trouver quoi répondre. Souhaitait-elle seulement l'entendre se justifier ? Elle avait peut-être juste besoin de sortir ça hors d'elle... Il formait la cible idéale. La seule qu'elle avait à sa disposition.

Les larmes lui remontèrent tout de même très vite aux yeux.

Il ne l'avait pas laissée. Non... Il ne l'avait pas laissée, on ne l'avait pas laissé rester, c'était fondamentalement différent. Elle ne pouvait tout de même pas penser qu'il était parti à dessein ? Il voulait se récrier, mais encore une fois avait-elle vraiment besoin d'entendre ça ? Force était de constater que les mots ne changeraient rien à ce qui était arrivé. Il posa sa main sur le dos de la petite fille pour essayer de l'apaiser.

"... Je suis désolé deamhan beag. C'était à l'inverse de ce que je voulais... Tu le sais n'est-ce pas ?"

Merde. Il l'avait dit quand même. Ça avait été plus fort que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Eileen O'Flaherty
Eileen O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Diligente
✘ AGE DU PERSO : La petite vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : I was there, now I'm here if you need me. What about you ?

Négociations en cours : I - II - III - IV - V - X - XI - XII - XIII

Négociations terminées : VI - VII - VIII - IX

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptyDim 22 Mar 2020 - 23:39

Witted


♣ Diplomate ♣
Elle tapait, tapait, et lui ne réagissait même pas. Elle n'arrivait pas à savoir si cette action, comme tout le reste, lui provoquait soulagement ou colère. Probablement les deux. Le soulagement de savoir qu'elle n'était pas en train de le blesser -en même temps, elle l'avait vu, c'était un géant maintenant face à elle !- et la colère que cela ne lui fasse pas le moindre effet. Elle aurait voulu qu'il ait mal, d'une certaine façon. Comme elle était en train d'avoir mal, entre ses coups qui ne servaient à rien et ses cris qui se perdaient dans sa chemise. Cependant, elle l'entendait : il pleurait aussi. Quelque part, lui aussi avait mal. Cela aurait dû la satisfaire.

Pourtant, elle se rendait compte que cela ne faisait que l'attrister plus encore.

Sauf qu'il en était hors de question. Elle avait le droit d'être en colère. Plus que ça, même. Elle était obligée de l'être, si elle voulait avoir une chance de dire tout ce qu'elle avait sur le cœur. C'était égoïste, c'était un caprice, mais c'était comme ça : du haut de ses huit ans infinis, Witted restait une enfant. Une enfant qui venait de retrouver un frère qu'elle pensait avoir perdu pour toujours, car parti de l'endroit où ils avaient trouvé refuge tous les deux. Que Bitter n'ait jamais voulu cette séparation était actuellement accessoire : elle était arrivée, et rien n'y pourrait rien changer.

Et le seul coupable qu'elle tenait était celui qui se trouvait sous ses yeux.

Alors, quand il desserra son étreinte pour la regarder, elle reprit la parole. Lui répétant en boucle cette phrase qu'elle aurait voulu lui crier au moment de son Bannissement, quand il lui avait tourné le dos pour la première fois. Jamais il ne l'avait fait auparavant. Et c'était peut-être aussi pour cela qu'elle le prenait aussi mal.

Son frère n'avait pas l'air de comprendre de quoi il était question. Elle le voyait à peine, au travers de ses larmes -heureusement elle s'accrochait toujours à lui, pour être certaine qu'il ne s'enfuie pas- mais elle pouvait se rendre compte qu'il ne comprenait pas. Il mit un moment avant de lui répondre.

"... Je suis désolé deamhan beag. C'était à l'inverse de ce que je voulais... Tu le sais n'est-ce pas ?"

Un son étranglé. Non. Non, elle ne voulait pas savoir. Il n'avait pas le droit de lui demander d'être raisonnable. Pas maintenant. Elle en était incapable.

Et pourtant, il venait de s'excuser. C'était un baume, au milieu d'émotions tumultueuses qu'elle ne détestait de ne pas être capable de contrôler. Et encore ce surnom, alors qu'elle venait de lui dire qu'il n'avait plus le droit de l'appeler comme ça. Il avait perdu ce droit quand il l'avait abandonnée. C'était ce dont elle voulait se persuader.

Ça, et surtout pas la vague qui lui réchauffait l'âme quand elle l'entendait utiliser ce surnom qu'il avait toujours eu pour elle, avant même leur arrivée sur l'Île.

C'était difficile, d'être une enfant en proie à autant de choses. Witted avait l'habitude tout contrôler, beaucoup mieux que ça. En être incapable, se laisser submerger, c'était presque vexant.

L'Astucieuse mit longtemps avant de répondre. Elle avait reposé sa tête sur l'épaule de son frère et faisait de son mieux pour se calmer, reniflant à plusieurs reprises et retenant longuement sa respiration, pour empêcher une nouvelle crise de larmes. Quand elle parla à nouveau, elle paraissait calmer, mais ce n'était que la partie visible de l'iceberg.

"Pourquoi... Pourquoi t'es allé chez eux, alors ? Pourquoi t'es pas allé ailleurs ? Ailleurs... Ailleurs, j'aurais pu te voir."

Elle était Diplomate. Elle rendait visite à toutes les tribus Peaux-Rouges. Elle négociait régulièrement avec les Picanninnys, lorsque Peter décidait qu'ils étaient en guerre. Ils auraient pu se voir. Ils auraient pu...

"...Je t'ai attendue tout le temps !!!"

Voilà qu'elle se remettait à pleurer et à taper des poings. Toute la colère, toute la tristesse qu'elle ressentait n'avait pas encore réussi à sortir. Toutes ces journées, seule sous le Parapluie, à espérer un message, une vision, n'importe quoi. Toutes ces nuits où elle se réveillait d'un cauchemar, criant son nom ou espérant qu'il serait là, à lui passer une main dans les cheveux, comme toujours... et où elle réalisait que jamais plus ce ne serait le cas.

Un nouveau cri lui échappa, entre deux sanglots qui paraissaient intarissables.


Dernière édition par Eileen O'Flaherty le Jeu 12 Nov 2020 - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asher O'Flaherty
Asher O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 211
✘ SURNOM : Le Hargneux
✘ AGE DU PERSO : La Trentaine en apparence

✘ DISPO POUR RP ? : Oui o/
✘ LIENS :
Another one bites the dust.

Mésaventures :
I- II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XV - XVII

Achevé : XII - XIII - XIV - XVI

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptyLun 23 Mar 2020 - 12:34

Le calme revenait et tout en même temps, pas du tout. Le silence était profond et lui blessait les oreilles. Il était régulièrement entrecoupé par les souffles et les reniflements de sa sœur, toujours couchée tout contre lui. Elle restait tendue. Il restait tendu. Il caressait ses cheveux sans broncher, retenant les larmes qui lui bordaient les yeux. Bon nombre d'émotions désagréables n'avaient pas reflué... Elles le brûlaient de l'intérieur, impitoyables. Seulement, elles étaient revenues à un niveau habituel, supportable... Il était en mesure de cacher cette satanée dissonance cognitive et d'épargner à l'enfant l'étalage de ses propres démons. Ce que vivait Eilish était bien suffisant. Bordel. Elle avait juste huit ans. Elle avait toujours eu juste huit ans. C'était pas possible, tout ce à quoi il l'avait exposée en choisissant comme un idiot de suivre Peter. Cette culpabilité là ne s'effacerait jamais, il ne pourrait jamais corriger son erreur. Ils étaient coincés pour toujours dans ce cauchemar magique et coloré.

Parmi ce qui broyait ses émotions aussi sûrement qu'un trou noir avalant la matière, cette impression d'être avec elle et tout à la fois séparé d'elle par un monde, qui s'était imposé entre eux sans leur demander leur avis. Il y avait aussi cette honte étrange d'être adulte quand habituellement, il fallait bien l'admettre, cette situation lui convenait bien mieux que ses éternels douze ans, rôle pour lequel il n'avait jamais été très bon. Il n'y avait qu'Eilish et Max qui étaient capable d'allumer en lui cette singulière émotion.

Puis il y avait autre chose. Mais ça, c'était nouveau. Eilish lui avait reproché de l'avoir laissée. Cette idée, plus que de profondément le blesser, allumait en lui le feu d'une révolte sans cible. Il était choqué qu'elle puisse penser un truc pareil mais il ne pouvait pas lui en vouloir. Il était bien placé pour le savoir, c'était plus facile d'être en colère qu'effondré.

Il n'avait pas encore compris à quel point tout cela était personnel. Il n'avait pas encore compris qu'elle lui en voulait réellement pour ses choix autant que pour ses absences de choix. Cette réalisation n'allait pourtant plus tarder.

"Pourquoi... Pourquoi t'es allé chez eux, alors ? Pourquoi t'es pas allé ailleurs ? Ailleurs... Ailleurs, j'aurais pu te voir."

Sa main levée cessa immédiatement de bouger tandis qu'un voile d'incompréhension tombait devant ses yeux. Il avait l'impression qu'ils parlaient deux langues différentes, ou bien qu'ils n'avaient pas vu le même film... Comment auraient-ils pu continuer à se voir, exactement ? Peter l'avait banni. Il l'avait pas juste envoyé faire du crochet avec du fil de soie de mygale dans la jungle pour lui faire les pieds... Non. Banni à tout jamais. On lui avait interdit de rentrer. Plus d'Eilish, plus de Max, plus de Sense, plus d'Alsyd, plus de Parapluie... On lui avait tout pris d'un coup. C'était déjà bien qu'il soit encore en vie : la plupart de ceux qui passaient par la même expérience que lui n'avaient pas cette chance.

"Qu'est-ce que tu racontes... ?"

"...Je t'ai attendue tout le temps !!!"

Les informations peinaient à rentrer dans son crâne épais. Asher n'était pourtant pas le dernier des idiots - contrairement à ce que ses allures de brute pouvaient faire penser - seulement, Eilish était en train de balancer joyeusement au feu des certitudes, des acquis, que le pirate n'avait absolument jamais remis en question.

Doucement, ses neurones se connectèrent enfin et il réussit à faire le lien entre tout ce qu'elle venait de lui balancer. Il eut l'impression de s'être pris un coup violent dans l'estomac doublé d'un coup de boule massif en plein front. C'était bien pire que tout ce que les petits poings d'Eilish pouvaient lui asséner.

Il pâlit. Son pouls s'accéléra et subitement, tout était glacé. Ce n'était pas le Givre et le feu ne pouvait rien pour lui. C'était un froid qui venait de l'intérieur et qui le dépouillait du peu de choses sur lesquelles il avait encore l'impression d'avoir du contrôle. Le monde tanguait et pourtant, par une quelconque magie, il gardait l'équilibre. Il se sentait pourtant projeté hors de son corps. Ses membres n'étaient plus les siens. Le poids de sa sœur flottait dans un morceau de sa conscience sans que cela corresponde à la moindre réalité physique. Une horreur grimpante s'insinuait en lui comme une racine sournoise. Elle diffusait son poison partout. Elle agrandit ses yeux qui, soudain, ne voyaient plus rien. Rien de ce qui était réellement devant lui, toujours, car les images se succédaient à une vitesse abominable.

"...Je t'ai attendue tout le temps !!!"

... Il la voyait, toute petite et toute seule errer entre les tentes des peaux-rouges à la recherche d'un fantôme inexistant. Il l'imaginait jour après jour revenir, confiante dans les premiers temps puis peu à peu désespérée de le voir jamais apparaître. C'était ignoble. Il n'avait jamais pensé à cette "solution".

Mais en était-il seulement certain ? Il avait une excellente mémoire, l'Oubli ne l'affectait que peu. Pourtant, dans ses souvenirs, l'instant de sa décision de rejoindre Hook était bien flou. N'avait-il donc pas pensé une seule seconde à cette éventualité d'aller chercher refuge chez les natifs de l'île, où Eilish aurait pu lui rendre visite ? S'il y avait bien un truc dont il se rappelait, c'est que la décision de devenir pirate lui avait parue couler de source. C'était logique. C'était cohérent avec qui il était. Quoi de plus naturel que de rejoindre celui qui détestait Peter au moins autant que lui ?

"...Je t'ai attendue tout le temps !!!"

Ça résonnait dans sa tête en boucle. Affreux. Comment avait-il pu l'abandonner et ne même pas se rendre compte de ce qu'il était en train de foutre ?

Comment avait-il pu abandonner la seule chose qui comptait réellement, dans tout ce merdier ?

Il vida tout l'air de ses poumons. L'horreur de la réalisation le poussa à lever ses deux bras contre son visage... Dans ses cheveux, sur lesquels il se mit à tirer comme pour se réveiller d'un cauchemar. Comme pour se punir d'exister. Putain de merde. Toute sa vie n'était qu'un échec. Même là où il pensait avoir fait les choses comme il faut : échec. Il n'était qu'une pauvre merde, pas même capable de s'occuper correctement de son unique frangine, alors que tout était à cause de lui. Et de Peter.

C'était la faute de Peter. Mais c'était aussi sa faute. Qui exécrait-il le plus ?

Quelque part en lui, une toute petit part de raison essayait de tirer la sonnette d'alarme. C'était pas le moment de craquer. Il avait pas le droit. C'était injuste pour Eilish. Et puis c'était lui l'adulte. Il fallait qu'il garde l'équilibre, pour elle.

... Fait chier. Il avait grandi, ça faisait pas de lui un adulte fonctionnel. Loin de là. Plus maintenant, toujours. Il maîtrisait rien du tout. Il arrivait à rien du tout. Il n'était qu'une merde et c'était encore Eilish qui allait trinquer pour son incompétence. Il avait jamais eu le choix de rien, et c'était encore pire. Ça ne faisait que prouver combien c'était profond, tout ça : il n'était fondamentalement pas à la hauteur. Il n'aurait pas pu aller chez les peaux-rouges parce qu'il était incapable de vivre h24 avec des gens pour qui l'île était la normalité. Des gens qui n'avaient même pas notion de ce qu'était l'Ordinaire.

C'était même pas question de savoir si il aurait voulu le faire pour Eilish. Il n'y serait pas parvenu. C'était pire que d'être égoïste.

Il avait les paumes contre les yeux. Il croyait. Il était pas sûr. Puis il y avait un cri silencieux qui lui échappait. Ou alors c'était juste dans sa tête que ça hurlait comme du métal. Dans ses veines, du métal en fusion, brûlant, glacé. Il aurait voulu courir dehors et bouffer la neige pour se punir d'être. Il respirait encore, c'était indécent, il gâchait l'air.

Il méritait pas qu'elle soit là. Il méritait pas qu'elle le tienne comme ça, comme si ça valait vraiment le coup qu'il reste avec elle. Il aurait mieux fait de pas naître, tiens. Pour sûr, ça aurait évité bien des problèmes. Déjà, Eilish serait pas sur l'île. Elle aurait eu une existence normale.

"... Parce que je suis qu'un pauvre déchet incapable de faire quoique ce soit correctement... Voilà pourquoi... Je te mérite pas, Eilish. T'aurais mieux fait de m'oublier."

.... Putain on disait pas des trucs pareils à une gamine de huit ans juste parce qu'on avait envie de se foutre des coups de poignards mentaux en disant tout l'inverse de ce qu'on avait toujours pensé : il n'aurait pas supporté qu'elle l'oublie. Pourtant en un sens, c'était vrai... Ça aurait été mieux pour elle. Il ne lui avait jamais rien apporté de bon.

Reste que c'était violent, que ça se disait pas, que ça se faisait pas. C'était un nouvel échec : il voulait être responsable, prendre sur lui, ne pas entraîner sa sœur dans ce bordel monumental qu'il avait dans la tête, mais il était incapable de contrôler ses réactions, ni ce qui sortait de sa bouche.

"... M'oublie pas s'il te plaît non... Je dis que de la merde... j'ai pas le droit de te demander ça je... Pitié... Putain j'y arrive pas... J'y arrive pas je suis désolé... Je fais que de la merde c'est lamentable..."

Tentative désespérée pour remettre les choses à l'endroit, Asher prit un élan interne déchirant. Il libéra ses yeux rougis et les plongea dans ceux de l'enfant. Hagards, comme aveugles, ils n'exprimaient plus grand chose d'autre qu'une culpabilité et qu'une haine de soi farouche, saupoudrés d'un sentiment de devoir qui se noyait dans la tempête. Ses mains se refermèrent sur les épaules d'Eilish. C'était important, ok ? C'était le moment qu'elle l'écoute. Et paradoxalement...

"... Ecoute pas ce que je raconte. C'est n'importe quoi, ok ? Ecoute pas."

... Il voulait qu'elle continue de le frapper. Il voulait se frapper tout seul. Il voulait qu'elle lui fasse mal.
Revenir en haut Aller en bas
Eileen O'Flaherty
Eileen O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Diligente
✘ AGE DU PERSO : La petite vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : I was there, now I'm here if you need me. What about you ?

Négociations en cours : I - II - III - IV - V - X - XI - XII - XIII

Négociations terminées : VI - VII - VIII - IX

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptyLun 23 Mar 2020 - 21:46

Witted


♣ Diplomate ♣
"Qu'est-ce que tu racontes... ?"

Une partie de son esprit avait envie de s'insurger, l'autre de soupirer profondément -potentiellement en portant une main à son front. Dans les méandres de ses propres tourments, Witted n'avait pas de quoi analyser les mots et réaction de son frère aussi rationnellement qu'elle l'aurait pu, mais si cela avait été le cas, elle aurait tout de suite tiré la conclusion qui s'imposait : il n'y avait pas pensé.

Et dans ce constat inconscient, il y avait une forme d'injustice telle qu'elle ne contrôla pas la suite de ses paroles. S'ils avaient eu l'occasion de parler, avant son départ, si on leur avait laissé ne serait-ce que quelques instants, si Peter n'avait pas été cruel au point de lui interdire de dire au revoir à son frère... peut-être que la situation ne serait pas du tout la même.

Pour le moment, ils se contentaient de se briser mutuellement. Au travers de ses cris et de ses sanglots, Witted était tout de même capable de percevoir une chose : posée comme elle l'était sur son frangin, les battements de son cœur ne lui échappaient pas. Elle les entendit s'accélérer peu après son éclat, comme en écho. Elle avait déclenché quelque chose, et elle n'était même pas capable de décider si cela lui faisait plaisir ou non.

Son frère ne lui répondait pas, et son ego d'enfant en était profondément agacé. Il ne répondait ni à ses phrases, ni à ses pleurs, ni à ses cris. Que lui fallait-il faire, pour qu'il réalise ?! Dans cette situation, il ne fallut pas très longtemps pour que les cris se calment au profit de grandes inspirations saccadées. Son poing tapait lui aussi moins fort. Dans un contexte où on ne lui répondait pas, elle se rendait compte du point auquel tout cela la fatiguait, aussi bien physiquement que mentalement. Elle...

...Mais qu'est-ce qu'il est en train de faire ?!

Surprise, Witted leva la tête vers son frère. Il avait depuis un moment cessé de passer sa main dans ses cheveux, mais elle n'avait pas réalisé. Son mouvement pour porter ses mains à sa tête, par contre, déstabilisait assez sa position pour l'alerter. Reniflant à moitié, elle le vit se prendre littéralement la tête et tirer sur ses cheveux. Ses yeux verts -plus rouges qu'autre chose, pour le moment- s'agrandirent. Pourquoi il faisait ça ?!

"Deartháir mór..."

Le murmure était sorti tout seul. C'était la première fois qu'elle l'interpellait depuis leur rencontre dans cette grotte. Et pas pour l'appeler par son ancien nom, ou "Asher" -elle ne savait pas pourquoi, mais ça la faisait toujours sourire en coin, de savoir qu'il avait choisi ce nom. Non, tout comme lui plus tôt, c'était le surnom affectueux qu'elle lui avait toujours donné qui revenait. Elle ne devait pas être si fâchée que cela.

La vérité, c'était que présentement, elle était plutôt inquiète. Se redressant légèrement, Witted ne pouvait qu'observer son frère faire des choses étranges avec ses mains sans comprendre. Il avait l'air... lointain. Sa bouche était ouverte comme s'il criait, mais aucun son ne sortait. Et cette fois, elle était certaine que ce n'était pas parce qu'il disait son prénom. Ne lui demandez pas pourquoi. Elle savait, c'était tout.

Alors qu'elle faisait un geste pour poser une main sur son bras, le Hargneux reprit la parole. Cela l'arrêta tout net.

"... Parce que je suis qu'un pauvre déchet incapable de faire quoique ce soit correctement... Voilà pourquoi... Je te mérite pas, Eilish. T'aurais mieux fait de m'oublier."

C'était comme un coup de poing en plein ventre. C'était tellement proche que la fillette sentit ses entrailles tourbillonner comme si elle avait pris un coup. Elle eut un mouvement de recul et sa main se posa sur son estomac. Ce poing n'était peut-être pas réel, mais il était violent. Elle sentit la colère se réveiller aussitôt, comme si le coup avait attisé le volcan à peine calmé de sa précédente ébullition. Les larmes lui montèrent aux yeux mais, cette fois, elle se contenta de serrer les dents très fort, si fort qu'on pourrait presque les entendre grincer. Elle avait compris que quelque chose n'allait pas.

D'autant que l'adulte continuait en tenant des propos totalement incohérents. Il se contredisait, parlait tout seul... Même bouleversée, Witted pouvait s'en rendre compte. Elle n'avait pas compris ce qu'il se passait exactement, ni ce qui l'avait concrètement déclenché. Mais elle savait qu'elle en était très certainement responsable, et probablement la seule à pouvoir y mettre un terme.

Aussi, l'Astucieuse se laissa faire lorsque son frère la prit par les épaules. Ce regard faussement ancré dans le sien... Elle ne le reconnaissait pas. Et elle détestait cette idée, parce qu'elle savait que c'était quelque chose qu'ils avaient toujours eu en commun. Les mêmes yeux verts, la même transparence -même si elle était un peu plus douée que lui pour cacher ses émotions. Elle détestait ce qu'elle lisait dans ce regard, d'ailleurs. Elle l'écouta lui dire ne de pas l'écouter, puis fronça les sourcils.

"J'écoute pas quoi ? La partie ou tu dis que tu me mérites pas, ou celle où je ne dois pas t'oublier ?"

C'était sorti tout seul. C'était cynique, acide, mais elle n'avait pas pu s'en empêcher. De toute façon, elle connaissait son frère. Quand il avait l'air au bout du rouleau ou que quelque chose lui posait vraiment problème, ça ne servait à rien de parler. Il n'était pas de ceux qui comprenaient bien les mots. Il préférait taper.

C'est donc ce que Witted fit.

Le bruit de la gifle résonna dans toute la cavité où ils se trouvaient. Elle n'était pourtant pas très forte : ce n'était qu'une enfant de huit ans, après tout. Mais elle avait appris à se servir de ses poings très tôt, et ce grande à celui qui allait à présent avoir une jolie marque rouge sur la joue. Sourcils toujours froncés, elle approcha sa tête de la sienne. Elle espérait avoir assez attiré son attention.

"Dis pas de bêtises."

Elle posa son front contre le sien, gardant ses yeux grands ouverts pour essayer de continuer à le regarder. Elle louchait un peu comme ça et cela lui donnait probablement l'air ridicule, mais elle s'en foutait complètement. Et puis, elle n'avait pas l'intention d'être la seule : ses mains étaient posées sur chacune des joues d'Asher, l'amenant à avoir une bouche en forme de poisson. C'était drôle, puis ça le forçait un peu à l'écoutait s'il voulait qu'elle arrête.

"Deartháir mór... Je suis en colère contre toi. C'est vrai, mais c'est pas une raison pour vouloir t'oublier. J'ai jamais voulu t'oublier. T'es mon grand frère. Ça s'oublie pas comme ça. Y'a personne de plus important que toi, ici ou ailleurs. Tu le sais, n'est-ce pas ?"

Une fois de plus, Witted reprenait les propos de son frère pour se les approprier avec intelligence. Elle avait pris sur elle, à son tour, pour essayer de le calmer.


Dernière édition par Eileen O'Flaherty le Jeu 12 Nov 2020 - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asher O'Flaherty
Asher O'Flaherty

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 211
✘ SURNOM : Le Hargneux
✘ AGE DU PERSO : La Trentaine en apparence

✘ DISPO POUR RP ? : Oui o/
✘ LIENS :
Another one bites the dust.

Mésaventures :
I- II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XV - XVII

Achevé : XII - XIII - XIV - XVI

Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête EmptyMar 24 Mar 2020 - 11:20

"J'écoute pas quoi ? La partie ou tu dis que tu me mérites pas, ou celle où je ne dois pas t'oublier ?"

A ce stade, ni le cynisme ni le ton corrosif d'Eilish ne l'atteignaient plus. Il en était rendu à penser que c'était normal pour lui de recevoir ce genre de réponses. Par ailleurs ça ne le changeait guère de ce à quoi on l'avait habitué depuis qu'il avait quasi-emménagé à la Taverne du Port. Une envie dangereuse de se blesser tout seul grimpait en lui. Chaque coup physique comme mental que sa sœur pouvait lui porter sonnait juste et lui faisait autant de mal que de bien en le sens où il avait besoin qu'on lui inflige cette punition pour justifier l'indécence de sa présence au monde.

Un éclat de rire malsain lui échappa. Ne voyait-elle donc pas que c'était de ça dont il était question ? Il ne faisait pas sens. Il n'était bon qu'à l'embrouiller et à lui nuire, incapable qu'il était de faire les choses bien. Il ne savait même plus ce que ça voulait dire, "faire les choses bien". Il avait longtemps pensé qu'il fallait qu'il tienne le coup pour Eilish afin d'être là au moment où elle aurait besoin de lui, mais elle venait de balancer toutes ses certitudes au feu. Asher venait de perdre la base du peu d'équilibre mental qu'il lui restait. Tout à l'inverse de ce qu'il avait imaginé, n'aurait-ce pas été mieux pour Eilish qu'il clamse ? Qu'elle n'ait plus à faire avec ce boulet accroché à sa cheville ?

"... Justement.", voulut-il lui répondre. Il n'en eut pas le temps car soudain, sa tête vola sur le côté.

Clac.

Sa joue était en feu. Sacrée beigne pour une gamine avec des aussi petits bras et des aussi petites mains. C'était bien sa sœur, ça. Elle avait bien retenu ses leçons. C'était pas le moment d'être fier, et pourtant il aurait difficilement pu s'en empêcher.

Ce sentiment parasite reflua rapidement. Il n'y avait pas de place pour lui quand Asher était déjà en train de déborder de tous les côtés, toutes ses loupiotes intérieures clignotant pour signifier l'alerte rouge : ce qu'il nous faisait, c'était quand même pas loin de ressembler à une décompensation. Et ce coup, si percutant fut-il, n'était pas suffisant pour le remettre sur les rails. Il poussa un soupir satisfait, cela dit. Il avait vraiment besoin qu'on le frappe.

Cela restait une satisfaction partielle, fébrile. C'était encore pas suffisamment de douleur à son goût.

Eilish fut la première à réagir, peut-être parce qu'elle avait quand même les idées plus claires que lui. Ce qui était pas difficile. Il frissonna lorsqu'il sentit leurs fronts se toucher. Ses muscles se tendirent. Ça n'allait pas... Cette proximité n'était pas correcte compte-tenu des derniers revers de situation. Il ne tarda pas à loucher au moins autant qu'Eilish, l'air incertain, peu confiant. Il était censé faire quoi, exactement ? Il allait encore se foirer parce que c'était tout ce dont il était capable.

"Dis pas de bêtises."

Plus facile à dire qu'à faire. Peut-être qu'il fallait juste qu'il ferme sa gueule, en fait. Eilish plaquait ses mains contre ses joues et s'amusait à donner à sa bouche des allures de poisson rouge. Encore un truc nostalgique. Encore un truc qui faisait mal. A l'époque cependant, et malgré une tolérance de quelques secondes face à ce traitement - ça la faisait toujours rire, il aimait la faire rire - il se laissait beaucoup moins faire. Il n'avait ni la force ni l'envie de lui râler dessus. Il aurait déjà fallu qu'il se sente... Non. Qu'il SOIT légitime à se plaindre de quoique ce soit. Il se laissa donc bêtement triturer le visage. De toute façon, il avait assez à penser avec ce que sa frangine racontait.

"Deartháir mór"

Le premier, il ne l'avait pas entendu. Il était trop loin, trop absent. Cela dit il n'aurait pas pu manquer cette seconde utilisation du surnom qu'elle lui avait toujours donné, plus doux à ses oreilles qu'un "Bitter" qu'il n'avait jamais entièrement accepté. Les larmes lui montèrent aux yeux, encore. Et ce n'était qu'un début.

"T'es mon grand frère. Ça s'oublie pas comme ça. Y'a personne de plus important que toi, ici ou ailleurs. Tu le sais, n'est-ce pas ?"

Son regard éteint s'alluma brutalement sous le coup d'une émotion trop vive. Il lui avait fait le même coup juste avant, et pourtant, c'était pas pareil.

...Parce que non, il ne le savait pas. Non ça ne coulait pas de source pour Asher et pour la médiocre estime qu'il avait de lui-même, rognée par des jours et des jours de mépris, de boisson, de rejet de toute part. Même lorsque quelqu'un faisait mine de s'inquiéter pour lui ou de s'intéresser à lui, il l'oubliait presque aussitôt. Ne restait plus que cette solitude hostile qu'il s'imposait autant qu'on la lui imposait. Pourquoi cela aurait-il dû être différent avec Eilish ? Pourquoi, sachant ce qu'il lui avait fait sans s'en rendre compte?

C'était trop dur. Elle venait de lui avouer tout ce qu'il avait toujours eu besoin d'entendre et pourtant ça le contrariait autant que ça le consolait. C'était un rayon de soleil qui se déversait en lui, mais qui ce faisant le transperçait. Il restait cette culpabilité... Cette sensation qu'il allait juste la foutre en l'air autant qu'il s'était foutu en l'air tout seul si elle restait à proximité de lui. Il se libéra des mains d'Eilish en avançant la tête. Ses bras saisirent la petite fille dans le dos et il posa son front contre son cœur. Drôle de position, mais il faisait ce qu'il pouvait face au torrent d'émotions brûlantes qui l'emportaient, le noyaient, secouaient tout son corps de tremblements brutaux. Les larmes coulaient de ses yeux sans interruption, un peu comme s'il y avait eu une fuite. Il était incapable d'en stopper le flot. Sauf qu'il avait assez craqué devant Eilish. Il ne voulait pas qu'elle le voie encore pleurer. Il fallait qu'il se reprenne. Mais c'était toujours pas ça.

Ce qu'il venait de se passer allait avoir des répercussions durables. Ce n'était pas une petite crise passagère. C'était un véritable chamboulement qui s'était opéré dans sa façon de se voir lui-même et d'envisager son rapport à l'île ainsi qu'à l'existence. Malheureusement, cela impliquait une dose supplémentaire d'auto-détestation qui n'était pas prête de redescendre à un niveau vivable.

Ce qu'il comprenait, cependant, c'était qu'Eilish avait quand même besoin de lui. Il faisait le pire grand-frère du monde, mais c'était mieux que pas de grand-frère du tout... Ça avait l'air d'être l'avis de sa frangine, tout du moins. Ça aurait peut-être été mieux pour elle qu'il n'existe pas, mais c'était trop tard pour envisager cette non-solution. Disparaître aurait été pire que mieux. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était garder cette ligne de conduite à laquelle il s'était depuis toujours contraint (ou du moins avait-il cru s'y contraindre efficacement). Il devait être là pour elle. Il devait la protéger de cette île, des pirates, de Peter... De tout ce putain d'univers hostile. Et si possible sans se foirer lamentablement, cette fois.

Il ne la laisserait plus tomber. Et pour cela, il fallait qu'il commence par remettre les choses à leur place. Il ne voulait pas qu'elle pense qu'il l'avait volontairement abandonnée. L'abandon, ça faisait trop mal.

Dès qu'il fut certain d'avoir retrouvé un tant soit peu de contrôle sur ses nerfs autant que sur les conneries qui sortaient de sa bouche, il émit une sorte de grognement étouffé par la couverture dans laquelle il avait le nez :

"J'ai jamais voulu te laisser, je suis juste complètement con. Et inapte, parce que j'étais pas capable... Même si j'y avais pensé j'aurais pas réussi... Je comprends que tu sois en colère. Je mérite pire que ça."

... Et voilà, il recommençait avec l'auto-flagellation. Il avait encore pas assez attendu pour parler. Sauf que ça se coinçait dans sa gorge, maintenant. Et ça remontait encore sans demander l'avis de personne, comme une grosse éructation dégueulasse lors d'une soirée trop arrosée.

"... Je voulais te voir. J'ai attendu. Mais Peter... Il t'a pas laissée venir... Ce salopard... Je le déteste... Je veux buter cet enfoiré... Je voulais juste te voir une dernière fois mais j'allais crever si je restais là... Tout est de sa faute... J'suis ptetre lâche et stupide mais lui c'est juste un foutu tyran. Je veux le crever bordel..."

Peut-être valait-il mieux que sa haine se tourne à nouveau sur le premier responsable de leur présence sur l'île. Peut-être cela lui permettrait-il de redevenir un tant soit peu fonctionnel. De toute façon, c'était pas lui qui choisissait. Son esprit restait en pilote automatique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Partout, c'est la tempête Empty
MessageSujet: Re: Partout, c'est la tempête   Partout, c'est la tempête Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Jungle Luxuriante :: Les Profondeurs Périlleuses :: La Grotte du Crocodile-