Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 545
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Drive Home   Mar 24 Jan 2017 - 21:59

BANKS - To The Hilt

C'était toujours la même chose.

Toujours les mêmes arbres qui formaient le décor, toujours la même eau qui filtrait entre leurs branches, mouillant son adversaire et la trempant elle avec. Toujours la même pluie qui leur coulait dessus sans parvenir à laver le sang, toujours les mêmes paroles, les mêmes gestes, le même assaut. Les mêmes blessures, la même haine. Le même moment où elle lui bouffait le visage, où elle se dégageait pour lui fondre dessus et le clouer au sol.

Tout s'enchaînait, toujours pareil, et la scène se terminait toujours de la même manière.

C'était toujours au moment où l'oeil éclatait sous la pointe de son arme, toujours à l'instant où le sang l'éclaboussait qu'elle se rendait compte que ce n'était plus Big Jack qu'elle assassinait.
Mais une copie d'elle-même.


⚡ ⚡ ⚡

Son coeur battait à toute allure alors que, prunelles soudainement ouvertes et écarquillées dans le noir, elle prenait conscience qu'elle n'était plus dans les bois. Une inspiration affolée ; le parfum de terre associé à la Maison Souterraine lui parvenait, comme de loin.

Cela faisait depuis son retour qu'elle se réveillait ainsi.

Un soupir. Lacerate se passa la main sur le front, effleurant au passage la cicatrice qui remontait jusqu'à la racine de ses cheveux. Elle avait tellement chaud, d'un seul coup.
Et tellement peur, encore.

Il fallait qu'elle sorte.

Rejetant brutalement la couverture qui l'étouffait plus qu'autre chose, la Gueule Cassée entreprit de se redresser. Depuis qu'elle était sortie de l'Infirmerie, elle avait évité le plus possible le contact de ses potes et faisait pareil avec les collègues, redoublant d'effort pour ceux qui correspondaient aux deux. Il devait être particulièrement tard, ceci dit, puisque le reste de la Maison Souterraine semblait dormir à poing fermé.

Ce serait mieux ainsi.
Elle avait besoin d'être seule.

Avec le plus de discrétion possible, Lacerate tenta de sortir de son hamac. Seulement - mauvais calcul ou mauvais réveil - l'opération fut plus compliquée que prévu. Elle eut donc le temps d'éprouver une sorte d'exaspération résignée avant de se ramasser, heurtant le sol avec la grâce d'un cachalot échoué.

Génial.

La Cheffe se redressa, tout son corps la lançait. L'idée qu'elle avait peut-être quitté l'Infirmerie un peu tôt la traversa mais elle la chassa prestement : ce n'était pas elle qui avait fini en victime, elle n'avait donc aucun droit de se comporter comme telle.

Un pas, deux dans le noir. Se guidant à tâtons, la balafrée finit par trouver la sortie. Ce fut quasiment à la hâte qu'elle sortit à l'air libre, quasiment à la hâte qu'elle se retrouva seule sous la pluie salée.

Ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Drive Home   Mer 25 Jan 2017 - 18:21


Il avait les yeux ouverts, fixés au plafond de racines, la respiration lente. Plus immobile que s'il dormait, il essayait de savoir ce qui l'avait réveillé. Pas de cauchemar : pas les symptomes. Il écouta. Autour de lui un bruit rassurant et familier de respirations en écho. Certaines plus rapides, pour peu qu'il y prête attention.
Il devait être tard. Ou tôt. La nuit, en tout cas.
Il compta pour tenter de se rendormir. Un. Deux. Trois. Quatre. BOUM.

Un bruit qui vint rompre le semi-silence, assez caractéristique pour qu'il le reconnaisse : il n'était pas le dernier à se vautrer sur le sol de bois de la Maison Souterraine. Il tourna la tête vers la source du bruit. Ses yeux un peu habitués à la pénombre distinguèrent une grande silhouette qui s'éloignait silencieusement vers la sortie.
Reconnaissable, la silhouette.
Il hésita.
Cinq. Six. Sept.
Il ne se rendormirait pas.

Il glissa à son tour hors de son hamac, se frotta les yeux, et se dirigea vers la sortie, ramassant au passage sur le sol un pull qui ne lui appartenait pas. Il trébucha un peu sur d'autres objets éparpillés, contourna quelques hamacs, et atteint l'escalier sans encombre.
Dehors, il pleuvait.
Comme tout le temps, peut-être, mais en pire.
Comme si le chagrin de Peter était si fort qu'il l'accompagnait dans ses rêves.

« Lace. »

Il fit, pas très fort. La cheffe était debout là, sous la pluie, à demi éclairée par une torche à côté. Son bras fit mine de se lever, mollement, comme sous l'effet d'un vieux réflexe : quand il voyait Lace, d'habitude, le geste était immédiat. Maintenant, plus trop. C'était un peu elle qui était devenue distante d'un coup. Tout le monde l'avait bien vu, le point de rupture. Et c'était aussi un peu lui : qui n'avait pas fait l'effort de venir vers elle comme s'il flippait de ce qu'il apprendrait.
Maintenant, il était là.
Son bras resta raidi le long de son corps.

« Il pleut. », fit-il remarquer.

Qu'est-ce que tu fais dehors?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 545
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Drive Home   Mer 25 Jan 2017 - 22:56

La pluie tombait, elle lui coulait dessus et effaçait toute forme de chaleur. Les yeux fermés, un peu trop raide, elle accueillait les gouttes avec un soulagement presque mortifère.

- Lace.

Son nom, c'était son nom qu'il appelait doucement et par le diminutif, s'il vous plaît. La Cheffe sourit un peu, comme sonnée : c'était si ridicule, comme appellation. Ça lui allait mal et ça contrastait si fort avec ce qui remuait, dedans.

- Il pleut.

Elle aurait presque souhaité rêver, l'espace d'un instant. Non pas qu'elle ne veuille plus le voir, ni lui ni les autres, mais... c'était compliqué. Elle ne savait pas, d'un coup, si elle pouvait retourner à la normale. Si elle le méritait.

Mais d'un autre côté, Freckles ne risquait pas de s'évaporer. Non ?

- Rien t'échappe, on dirait.

C'était dit avec le sourire mais pas de chaleur, vraiment. Elle qui adorait le contact s'était un peu rouillée, après quelques jours à fuir.
Elle tourna la tête, avisa le Lionceau qui la fixait, une expression un peu louche sur le visage - à moins que ce ne soit elle ? C'était devenu bizarre, entre eux. Mais d'un autre côté, les rumeurs voulaient ça, non ?

Elle prit un air un peu soucieux, un peu machinal.

- Tu fais quoi dehors, ginger ? Je t'ai réveillé ?

Sûr qu'avant, elle aurait blagué sur sa chute magistrale. Là, elle n'y pensa même pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Drive Home   Mer 25 Jan 2017 - 23:38

- Rien t'échappe, on dirait.

Un sourire à demi, comme si c'était risqué. Comme s'il n'était pas bien sûr de savoir si elle plaisantait ou non. Elle souriait, elle. Mais le reste de son attitude était pétrifiée dans cette froideur étrangère. Il la trouvait presque impressionnante. Pour un peu, il rechignerait à faire les quelques pas qui les ramèneraient à leur distance habituelle. Et il ne savait pas si c'était à cause de ce qu'il avait entendu. Ou à cause de quelque chose qu'elle construisait elle-même autour d'elle.

- Tu fais quoi dehors, ginger ? Je t'ai réveillé ?

Il ne tiqua même pas en entendant le surnom. C'était un genre de signe que les choses pouvaient revenir à la normale, non ? Si c'était possible, il serait même heureux qu'elle l'appelle ginger jusqu'à la fin des temps.
Si c'était possible.
Pourquoi ça le serait pas ?

« Nah, je dormais pas. Mais je t'ai vue sortir. »

Demi mensonge. C'était sûrement elle qui l'avait réveillé, avant même sa chute. Il voulut l'évoquer, d'ailleurs, la chute, parce que c'était putain de drôle, et que dans un autre contexte, ils en auraient ri. Ça aurait été leur running gag pour au moins une semaine.

« Je me suis inquiété un peu. »

Ça c'était bien, c'était honnête. En la voyant sortir n'importe qui se serait inquiété  : peut-être qu'elle était malade ou qu'elle avait fait un cauchemar. C'était normal de venir la voir. C'était un truc de potes.
En vérité ces considérations ne lui étaient même pas venues en tête : il l'avait suivi comme un automatisme.
Mais ça faisait des jours qu'il s'inquiétait.
Pour elle.
D'elle.

« Ça fait quelques temps que … euh ... » Il frotta ses poignets bandés nerveusement. « Je me demandais si t'allais bien. »

Comme s'il ne connaissait pas déjà la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 545
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Drive Home   Jeu 26 Jan 2017 - 1:05

- Nah, je dormais pas. Mais je t'ai vue sortir.

Elle haussa un sourcil, légèrement surprise. Ça devait être un truc de vieux Chef, de d'arriver à voir dans la Maison Souterraine de nuit. Elle-même avait vraiment de la peine pour, mais bon : ça viendrait peut-être avec le temps.

- Je me suis inquiété un peu.

C'était gentil, ça. C'était dit simplement et ça lui fendait le coeur, aussi, sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi. C'était flou, depuis son retour, elle ne savait pas si elle fuyait la compagnie de ses proches par envie d'être seule, par peur ou autre chose encore. Elle ne savait pas, entendait toujours un peu plus ce qui se disait quand elle passait devant les enfants un peu trop bavards.

Le pire, c'est qu'elle ne leur donnait jamais tord.

Elle sentait que Freckles s'agitait, derrière elle, et ne s'était pas totalement retournée. La distance était toujours là, le malaise aussi.
Elle avait l'impression de ne plus trop savoir comment le briser.

Si elle le méritait.

- Ça fait quelques temps que … euh ... je me demandais si t'allais bien.

C'était trop gentil, encore, et donc - forcément - ça lui donnait envie de pleurer. Comme de l'extérieur, elle se vit soupirer, se passer la main sur le visage. C'était devenu un réflexe, ces temps, de se passer la main sur le visage. Sentir la peau froncée, marquée à jamais.
Croire qu'elle avait eu le temps de changer.

- C'est compliqué, Freckles.

Ou en tous cas, elle-même trouvait ça foutrement compliqué.

Un pas, une hésitation : rentrer dans la Maison Souterraine mettrait un terme à la discussion mais ça aurait été trop bête puisqu'il lui manquait. Et que même si une part d'elle ne se retrouvait plus et n'estimait pas avoir le courage de se confronter à d'autres qu'elle, une autre était assoiffée de contacts. De faire comme si rien ne s'était passé.

La sensation de sang sur les mains lui revint, elle frissonna. Laissa ses bras retomber bêtement.

- Tu y crois, toi ?

Elle n'avait rien réfléchi, rien calculé. S'était tournée et fixait Freckles sans sourire.

- A ce qu'on raconte sur... Apache et moi.

C'était drôle, ça faisait presque tendancieux dit comme ça.
Pour sûr que si elle se sentait encore dans sa peau, elle en aurait souri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Drive Home   Jeu 26 Jan 2017 - 18:24

- C'est compliqué, Freckles.

Elle lui tournait le dos comme pour un effet dramatique. Plus vraisemblablement, pour ne pas qu'il la voie. Peut-être qu'elle chiale, il se dit, même si la pensée même lui semblait absurde. Sa phrase, en tout cas, l'énervait. Il n'y avait rien de condescendant dans son ton, mais c'était à croire qu'elle le prenait pour un imbécile.
Comme s'il était incapable de comprendre.
Incapable d'écouter.

Pendant une seconde il crut qu'elle allait partir. Il se surprit même à l'espérer : soulagé de reporter à plus tard (ou à jamais), une conversation qu'il savait difficile. Mais Lace ne partit pas. Elle avait fini par se tourner vers lui.

- Tu y crois, toi ? Une pause. Il ne réagit pas. A ce qu'on raconte sur... Apache et moi.

Évidement.
C'était toute la source du problème, pas vrai ?
Elle l'attaquait directement, sans tenter de le contourner, au moins. Ça faisait mal comme un pansement qu'on arrache. Freckles resta silencieux quelques secondes de trop. Il tordait consciencieusement ses doigts pour les faire craquer comme si c'était l'occupation la plus intéressante du monde.
Nan, bien sûr que j'y crois pas, t'aurais jamais fait un truc pareil.
Ça c'était la bonne réponse bien sûre, celle qui raflait tous les points.
Mais Freckles ne savait pas mentir, pas à Lace, et est-ce que ça valait vraiment la peine d'essayer ?

« On raconte plusieurs trucs », fit-il lentement.

C'était un peu difficile de se rappeler la teneur de tous les chuchotements. Il en écoutait la moitié et ignorait soigneusement le reste. Un peu de mémoire sélective faisait le reste. Il n'avait pas pu échapper à la théorie la plus populaire, cependant.
Théorie qu'il refusait catégoriquement d'exposer platement à la cheffe.

« J'ai rien vu. J'ai pas vu … Je l'ai pas vu. » il faisait référence à l'état d'Apache en évitant soigneusement de prononcer son nom. « On m'a juste raconté. Je sais … enfin, on m'a dit. Que vous vous étiez disputés, avant. Et personne sait ce qui s'est passé, l'autre jour. Alors les gens s'imaginent. Vu que vous avez rien dit. »

Il mettait l'accent là dessus. Le ton un peu accusateur sans le vouloir. Si Lacerate n'avait rien à se reprocher, pourquoi garder le silence ? C'était de sa faute, s'il doutait. Il avait essayé d'imaginer mille hypothèses, des trucs qui innocenteraient la chasseuse à ses propres yeux, mais rien ne collait.

« Désolé », souffla-t-il.

Il posa finalement sur Lace un regard coupable. Ça voulait dire oui, j'y crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 545
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Drive Home   Jeu 26 Jan 2017 - 19:10

La question avait résonné entre eux, comme le sifflement d'une flèche. Machinalement, Lace passa la main sur la plaie sur sa cuisse, fraîchement recousue et encore bien douloureuse. Ça l'embarrassait, un tel silence. Ça la rendait nerveuse. Elle qui ne se serait jamais cru du genre à accorder de l'importance à l'opinion des autres se surprenait à espérer qu'il la contredise. C'était bizarre, une telle attente. Désagréable.
Même si ça faisait mal, elle préférait encore qu'il réponde.

- On raconte plusieurs trucs.

Forcément, il devait y avoir plusieurs versions. La seule qui intéressait la Cheffe était la pire, celle qui la dépeignait comme un monstre.

- J'ai rien vu. J'ai pas vu … Je l'ai pas vu.

Peu de gens l'avaient vu, en même temps. Il y avait eu elle, les Soigneurs, les visiteurs et ceux qui les avaient vus rentrer. Lace sentit ses lèvres se pincer : si peu de gens pour tant de murmures, c'en était presque épatant.

- On m'a juste raconté. Je sais … enfin, on m'a dit. Que vous vous étiez disputés, avant. Et personne sait ce qui s'est passé, l'autre jour. Alors les gens s'imaginent. Vu que vous avez rien dit.

Ça faisait mal mais elle s'y attendait, encaissa le coup. Ça faisait mal mais c'était supportable. Par contre, l'excuse de Freckles et le regard qui suivit étaient au moins trente fois pire. Toujours trempée de pluie - c'était pratique - la Gueule Cassée sentit une boule se former dans sa gorge, déception humide et sans colère : ne parvint pas à lui en vouloir.

Il y avait une part de vérité dans ce qui se racontait : elle avait frappé fort, elle avait fait très mal.
Apache n'était juste pas sa victime mais ça, personne ne pouvait le savoir à coup sûr.
Sauf lui, elle et le Pirate.

Elle soupira, croisa maladroitement les bras et détourna le regard : elle ne parvenait pas à soutenir celui du Lionceau.

- C'est vrai, on a rien dit.

Elle était coincée, liée par la promesse qu'elle avait fait à Apache. Enervée par la constatation, elle sentit ses poings se serrer, se détendre à nouveau. On faisait comment pour sortir quand on était déjà dehors ?

Le truc dans sa gorge enflait dangereusement : est-ce qu'elle était en train de perdre ses amis ?
Surtout, est-ce qu'elle méritait de les garder ?
C'était tellement compliqué.

D'une voix absolument pas assurée, elle reprit :

- Ce qui s'est passé là-bas... c'est pas à moi de le raconter. Par contre, je peux te dire un truc. Elle se doutait qu'à l'Infirmerie, Apache oeuvrait à ne pas l'accuser. Elle l'espérait, du moins. Et poursuivit, la gorge nouée : Je ne suis pas responsable de son état.

Elle fit un effort pour focaliser son attention sur Freckles.
Est-ce qu'il la croyait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Drive Home   Jeu 26 Jan 2017 - 22:22

- C'est vrai, on a rien dit.

Alors ? Alors?
Ses yeux étaient ouverts, attentifs, pleins d'une attente presque puérile. Presque exigeants. La pluie collait ses cheveux à son front et trempait tout son visage. Il ne devait pas avoir l'air moins piteux que Lace qui lui faisait face. Elle faisait une grimace qui ne lui ressemblait pas, et sa voix craquait sur la fin de ses phrases.
C'était difficile de bien voir si elle s'était mise à pleurer.
Freckles sentit quelque chose d'un peu froid descendre dans son ventre.

- Ce qui s'est passé là-bas... c'est pas à moi de le raconter. Par contre, je peux te dire un truc. Je ne suis pas responsable de son état.

Et maintenant c'était elle qui le regardait avec cet air là.
Comme si elle attendait quelque chose de lui, une réaction, un mot, n'importe quoi, et il paniquait. Il ressentait un genre de soulagement, d'accord. Il voulait la croire ! Il était prêt à le faire, mais quelque chose manquait. Ça continuait à le bouffer, ce demi-aveu.

« Qui ? »

La question avait franchi ses lèvres, dégoulinait de frustration.

« Qui, alors ? »

Et de désespoir, aussi.
Il voulait la croire.
Il n'avait rien vu de ce jour là. Mais il avait entendu, après, ceux qui racontaient. Qui avaient vu le duo revenir, avaient décrit les blessures avec ce dégoût fasciné. Puis il avait vu la traînée de sang jusqu'à l'infirmerie, une esquisse de tapis rouge morbide. C'était ordinaire. La violence, le sang, la mort. Ici, c'était si différent. Pourquoi il ne pouvait pas s'en foutre ?

« Si tu racontes rien, qui le fera ? Tu crois qu'Apache va me le dire, peut-être ? » il buta sur son nom comme s'il lui écorchait la langue. « Tu sais ce qu'ils disent de toi ? Tu vois comment ils te regardent ? Pourquoi tu laisses les gens croire n'importe quoi sans te défendre ? »

Pourquoi tu me laisses croire n'importe quoi?!!
Ça éclatait finalement comme un trop plein de questions sous pression. Il avait haussé le ton, ses mots emplis d'une fureur butée. Comme si en s'énervant il voulait qu'elle s'énerve à son tour, réagisse par autre chose que du calme ou de la tristesse.

« Lace ! » il insista.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 545
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Drive Home   Jeu 26 Jan 2017 - 23:04

- Qui ?

Lui.

- Qui, alors ?

Lui, le type géant.
Lui, le Pirate aux yeux mauvais.
Lui, la brute qui avait failli l'ouvrir en deux.
Jusqu'à ce qu'elle craque et libère tout ce qu'il y avait de plus mauvais en elle. A le défigurer, à s'acharner sur son cadavre parce qu'il avait osé interrompre la séance - il fallait toujours un monstre pour en reconnaître un autre.

Absolument pitoyable sous la pluie battante, Lacerate se rendit compte qu'elle avait commencé à frissonner et ne pouvait plus s'arrêter.

- Si tu racontes rien, qui le fera ? Tu crois qu'Apache va me le dire, peut-être ? Il l'engueulait, c'était classique. Et elle laissait faire, comme d'habitude. Laissait son absence totale d'ego l'écraser, se soumettre devant la moindre remontrance alors que l'autre part d'elle vomissait cette attitude, cette faiblesse dont elle faisait montre. Tu sais ce qu'ils disent de toi ? Tu vois comment ils te regardent ? Comme si elle pouvait l'ignorer. Pourquoi tu laisses les gens croire n'importe quoi sans te défendre ?

Parce que je ne mérite pas de considération.

Elle était faible, elle se laissait marcher dessus.
Elle était tellement faible.
Elle se vomissait.

- Lace !

- Ta gueule.


Elle avait décroisé les bras, porté les mains à ses tempes. Les frissons ne la quittaient plus, parcourant ses bras, son échine. Son regard se fit plus dur alors qu'elle cherchait celui de Freckles.

- Tu veux vraiment savoir ce qui s'est passé ? Tu veux partager mes cauchemars ? Son ton s'était fait pressant et un peu trop sec, aussi. Un peu trop sauvage.
Ce qu'elle craignait.

- C'est trop aimable.

Ta gueule.

Se rapprochant du rouquin, elle ouvrit les bras dans une attitude qu'elle savait provocatrice mais qu'elle ne réfréna pas. Elle arrivait à sa limite, ça allait tomber sur lui.
Elle allait s'en mordre les doigts.

- C'était un Pirate. Un gros porc qui a visiblement trouvé très drôle de s'en prendre à un de mes Chasseurs.

Il fallait toujours un monstre pour en reconnaître un autre.

Sourire glaçant.

- Tu te souviens de la dernière fois qu'on m'a envoyée à l'Arène ? Bah imagine que, là, personne m'a retenue. On s'est battus, il a failli me faire la peau mais je l'ai eu et je me suis pas contentée de le tuer, loin de là. Elle sentit un rire bref lui franchir les lèvres comme un jappement. Mais ça, Apache te le dira pas parce qu'il a pris bien cher et qu'il estime que se voiler la face va l'aider. Et moi... Elle resta immobile quelques secondes. - ... moi, je lui ai promis de fermer ma gueule.

C'était toujours plus fort qu'elle, Lace sentit les larmes se précipiter à l'orée de ses paupières et laissa retomber ses bras le long de son corps. D'une main, elle tenta de cacher son visage.

- Putain... je suis vraiment nulle.

Elle craquait, se dégoûtait.
Et devant témoin, qui plus était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Drive Home   Sam 28 Jan 2017 - 16:48

- Ta gueule.

Elle cassait son élan, le laissait figé dans son dernier accès de colère, mouvement suspendu. Son regard était dur.

- Tu veux vraiment savoir ce qui s'est passé ? Tu veux partager mes cauchemars ? C'est trop aimable.

Et ses mots acides. Elle s'approcha, ouvrit les bras. Il se demanda si elle allait le frapper. Elle aurait pu, ça ne l'aurait même pas étonné. Peut-être même qu'il le méritait : il avait voulu la faire réagir et il avait réussi. Il ne fit pas mine de reculer. On n'avait pas peur de ses amis.
Autant que possible, son regard à lui se fit dur, comme pour tenir la comparaison.

Partager ses cauchemars. S'il l'avait pu, il l'aurait fait. C'était pas la première nuit que Lace se réveillait comme ça, et il le savait. Quand on vit tous les jours avec les mêmes personnes, on finit par sentir ces choses là, les infimes perturbations dans le sommeil des autres. Partager ses cauchemars. Échanger avec les siens, pour voir ce que ça faisait. Il l'aurait fait. Il aurait voulu lui dire.

- C'était un Pirate. Un gros porc qui a visiblement trouvé très drôle de s'en prendre à un de mes Chasseurs.

Sa façade de dureté se brisa comme une vitre sous un coup de marteau. Il écarquilla les yeux, plissa le visage. Il accusait le coup sans broncher. L'emploi du possessif, si chef, si peu Lace, si peu Apache. Le sourire de la jeune fille alors qu'elle balançait ça.
Pirate.
Pirate, pirate, pirate.
Comme si son corps assimilait l'information plus vite que son cerveau, il avait la nausée.

- Tu te souviens de la dernière fois qu'on m'a envoyée à l'Arène ? Bah imagine que, là, personne m'a retenue. On s'est battus, il a failli me faire la peau mais je l'ai eu et je me suis pas contentée de le tuer, loin de là. Mais ça, Apache te le dira pas parce qu'il a pris bien cher et qu'il estime que se voiler la face va l'aider. Et moi... moi, je lui ai promis de fermer ma gueule.

Un silence dégueulasse, et quelque chose qui se brise.

- Putain... je suis vraiment nulle.

Freckles, qui n'avait toujours pas ouvert la bouche, ne tiqua que lorsque Lacerate se mit réellement à pleurer.
Il ouvrit de grands yeux effarés. C'était pas un truc qu'il voulait voir, ni aujourd'hui ni jamais.

« Oh non non non non non non non », il franchit finalement le reste de cette distance idiote, leva un bras pour attraper le poignet de la chasseuse avec toute la délicatesse dont il était capable. « Lace. »

Et il ne savait plus quoi faire. Il n'avait pas l'habitude de la voir comme ça, la voir autrement que comme la fille la plus forte du monde : il ne savait pas s'il devait être dur ou gentil, si elle voulait seulement qu'il la réconforte. Il tenait son poignet avec douceur mais sans l'écarter de son visage comme s'il n'osait pas.

Et pendant ce temps là son cœur à lui avait visiblement la ferme intention de se faire la malle en brisant sa cage thoracique au passage.
Lace n'était pas coupable. Lace n'avait rien fait de mal.
Mais tout n'allait pas bien pour autant.
Ses mots tournaient et tournaient dans sa tête. Pirate. Pirate. Pirate. Pirate. Toujours aussi nauséeux, il se forçait à se concentrer sur le visage de Lace tordu dans une expression de tristesse. Pas penser à Apache. Pas penser à ce qui a pu se passer. Pas penser à sa colère. Pas penser à ce truc qui hurlait au fond de son ventre.
C'est à propos d'elle, pas à propos de toi.

« Chh, Lace, pleure pas, ça va aller. Ça va aller. T'as fait ce que t'as pu. T'as fait ce que t'avais à faire. »

Confusément il n'arrivait pas à s'imaginer que Lace s'en veuille pour autre chose que d'être arrivée trop tard.
Ou qu'elle pleure pour autre chose que de peur.

« Personne peut te faire la peau. T'es increvable, Lace. T'es increvable et un putain de héros. »

Sa main avait glissé de son poignet à son bras, qu'il pressait doucement. Il aurait voulu lui faire un câlin, la meilleure façon qu'il avait de la consoler, au final, vu comme il s'en sortait avec les mots. Mais pour ça elle devait encore lui pardonner.

« J'suis tellement désolé, j'aurais jamais du croire ça. J'aurais du savoir. J'suis désolé pour ta promesse. »

Freckles s'en connaissait en promesses brisées.
Il s'en voulait de ne pas lui avoir laissé le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 545
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Drive Home   Sam 28 Jan 2017 - 23:32

A travers le brouillard, elle sentit un contact. Sentit qu'il lui tenait le poignet, l'enserrait sans l'écarter - et heureusement ; elle n'aurait pas supporté qu'il la voie ainsi, qu'il remarque les larmes qui lui noyaient la paume et venaient se perdre dans le sillon de ses cicatrices. Son autre main était crispée sur sa cuisse, sur les coutures qui retenaient tant bien que mal la chair malmenée par la machette du Pirate.

Cassée, elle était cassée de partout. Dehors, dedans, et elle en souffrait à en crever - d'un mal-être que les autres étaient incapables de comprendre, d'apaiser.

Cassée, elle se brisait devant Freckles.

Et s'en voulait que cela tombe sur lui.

- Chh, Lace, pleure pas, ça va aller. Ça va aller. T'as fait ce que t'as pu. T'as fait ce que t'avais à faire.

Elle avait sauvé Apache, c'était vrai. Elle avait distrait le Pirate, l'avait mis hors d'état de nuire. Avec l'aide de ce truc qui avait pris comme possession d'elle, avec l'aide de cette part d'elle que l'Île n'avait pas réussi à changer.

La elle d'avant, celle dont elle avait oublié le nom. De restait plus que ses surnoms, les voix du passé qui le raillaient ou le prononçaient avec déférence.
Mephisto.

Ce qu'elle le vomissait, maintenant, ce nom.

Freckles continuait, il parlait toujours.
Elle se surprit à s'accrocher à ses paroles pour éviter de penser à l'autre.

- Personne peut te faire la peau. T'es increvable, Lace. T'es increvable et un putain de héros.

Si c'était vrai, pourquoi elle se sentait comme un monstre ?

- J'suis tellement désolé, j'aurais jamais du croire ça. J'aurais du savoir. J'suis désolé pour ta promesse.

- J-je...

Elle hoquetait, s'étouffait faiblement dans son chagrin. Il fallait qu'elle ravale ses larmes, elle ne pourrait jamais lui parler sinon. Il fallait qu'elle se redresse, qu'elle garde la tête haute. Qu'elle cesse de chialer sous la pluie comme une enfant paumée.

Elle en était incapable.
Ça lui pesait tellement.
Il fallait qu'elle parle.
C'était en train de la tuer.
Il fallait qu'elle parle.

Il fallait qu'elle en parle.

Elle se sentit glisser, se rattrapa presque doucement - l'espace d'une seconde - à Freckles avant de se laisser tomber, genoux dans la boue.

Défaite.

- C'est moi qui suis désolée, Frecky.

Elle fixait le sol presque obstinément, n'osant relever le regard. Sa main s'était détachée de son visage, rejoignant presque sagement l'autre, sur ses cuisses.

- Je suis désolée que t'aies à me voir... comme ça.

Elle renifla, prit le temps de reprendre doucement :

- Je suis pas un héros, je suis un animal qui trahit sa parole et qui vit qu'au moment de pouvoir planter ses griffes.

Elle rassembla son courage, releva la tête.

- Je crois que... j'ai besoin d'en parler.

Il y avait dans son regard comme une supplique qui hurlait.

Supporte-moi encore une heure, il faut que j'en parle.
S'il te plait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Drive Home   Dim 29 Jan 2017 - 0:09

C'était déchirant, un pote qui pleure. C'était moche. De voir Lace, sa chasseuse pleine de force et compagne d'emmerdes, le visage couvert de larmes et le nez qui coulait, en train de s'étouffer avec son chagrin. C'était moche. Ça lui foutait des nœuds dans le ventre. Ça le laissait désemparé, parce que la tristesse ce n'était pas quelque chose qui se réglait avec des actions, et les mots il ne savait pas faire. Il ne disait rien, il restait là à regarder.
Lacerate qui chialait à ses pieds dans la boue.

- C'est moi qui suis désolée, Frecky. Je suis désolée que t'aies à me voir... comme ça.

Oui, lui aussi.

- Je suis pas un héros, je suis un animal qui trahit sa parole et qui vit qu'au moment de pouvoir planter ses griffes.

Regard de peine et d'incompréhension.
Trahir sa parole, d'accord.
Mais le reste ?
Lace était une héroïne. Il y avait pas plus vivante que Lace.

- Je crois que... j'ai besoin d'en parler.

Elle avait levé la tête pour le regarder. Ses yeux humides plantés dans les siens, et sa demande sonnait comme un effort spectaculaire.
Il se laissa tomber face à elle en silence, trempant son pantalon de boue ; il s'en foutait. Il posa ses mains sur ses genoux et ça lui donnait un air un peu sage, comme si c'était une histoire du soir qu'il attendait.

« Ben alors parle. »

Il sentait confusément que ça ne se reproduirait pas.
Que Lace parlerait maintenant, pas demain, pas plus tard.
Et c'était ce qu'il voulait, crever l'abcès, en finir. Maintenant qu'il l'avait fait, il regrettait un peu, mais il n'allait pas fuir.

« Et moi j'écoute. »

Et tant pis s'ils étaient sous la pluie. Tant pis si c'était la nuit, qu'il faisait froid, qu'une sentinelle pouvait à tout moment tomber sur la scène. Tant pis s'il ne voulait pas savoir, pas entendre, ce qu'elle avait à dire. Ce n'est pas de toi qu'il s'agit. Tant pis s'il devait oublier parce qu'il ne voulait pas
Il replia les genoux pour les entourer de ses bras et y poser son menton. Yeux ouverts, attentifs, croisant ceux pleins de larmes de Lace. Il écoutait, oui. Ça au moins il savait faire.
Il avait tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 545
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Drive Home   Dim 29 Jan 2017 - 0:58



Il avait dit oui.
Il avait fait exactement ce qu'elle avait besoin qu'il fasse, dit exactement ce qu'elle avait besoin qu'il dise. Presque étonnée de l'adéquation, elle le vit s'asseoir en face d'elle et attendre.

C'était le moment.
Pas demain, pas avant.
Il fallait qu'elle parle maintenant.

- D'accord.

Sage, l'écorchée. Sage à en perdre ses années, retomber en enfance.
Sauf que l'histoire qu'elle s'apprêtait à raconter n'avait rien d'un conte.

- J'ai un... un truc, dans mon ventre.

Egarée, elle sentit sa main se détacher de l'autre pour se poser sur son estomac noué.
Sentir la bête qui dormait.

- Je saurais pas te dire quoi, exactement. Ni quand c'est apparu. Mais je sais que je l'avais en arrivant ici. Et que c'est mauvais.

Elle cherchait ses mots, faisait de son mieux pour retranscrire l'indescriptible.

- La plupart du temps, j'arrive à l'oublier. A faire comme si j'avais pas cette chose, en moi. Elle inspira. Le problème, c'est que des fois... ça se réveille. Ça griffe et... j'arrive pas à la contenir. Alors je change, je deviens celle que j'étais, avant. Dans le Monde Ordinaire.

Ça devenait dur, d'un seul coup. Si elle avait oublié certaines choses, d'autres - des images, des sensations - restaient profondément gravées dans son esprit.

- Tu penses peut-être que je suis gentille mais... c'est pas vrai. Avant, j'étais une criminelle. J'ai fait des trucs horribles.

A nouveau elle détournait le regard. Le récit se déroulait, ses mains se tordaient.

- J'ai torturé des gens, parce que ça m'amusait. J'en ai tué certains aussi, ceux qui étaient sur mon chemin ou qui m'avaient insultée. Et même ceux à qui je ne faisais pas de mal directement, je les utilisais. J'étais violente même avec mes amis, même avec celle... - un hoquet - celle que j'aimais. Et j'aurais continué si un jour je m'étais pas attaquée à quelqu'un de pire que moi.

La honte grandissait, balayait tout sur son passage. Sans recommencer à pleurer, elle enterra son visage dans ses mains. Etouffée, sa voix reprit péniblement :

- J'ai tout perdu parce que j'ai déconné, Freckles. J'ai perdu mon visage, mes potes, mon frère et mon amoureuse. Tout ça parce que je suis allée trop loin, parce que j'ai trop laissé de place à... à ce truc.

A cette soif de sang qui ne s'était jamais éteinte.

Frissonnante, la Cheffe reprit :

- Contre le Pirate, je frappais pas assez fort. Alors je l'ai libéré, je suis redevenue le monstre que j'étais, avant. Je l'ai torturé et... même après qu'il m'ait crevé dans les bras, j'ai continué.

Sa voix se fit plus aiguë, pétrie d'impuissance :

- J'ai essayé, pourtant, de me débarrasser de ce truc ! J'ai appris à être patiente, j'ai refusé de me battre, je me suis laissée marcher dessus... tellement de fois. Elle inspira. Bordel, Apache a failli me buter parce que je refusais de réagir...

Elle leva un regard larmoyant sur Freckles :

- ... mais c'est toujours là, Freckles. Quoique je fasse, ce truc disparait pas. Quoique je fasse, je reste cette fille que j'ai essayé d'oublier. Cette fille qui a... c'était si dur, de le dire. ... qui a tué sa copine indirectement, parce qu'elle arrivait plus à s'arrêter. Et je sais pas quoi faire, je sais plus comment faire pour changer.

C'était son dernier aveu, presque paniqué. Ça faisait du bien, de tout raconter mais d'un autre côté, elle en souffrait. Elle avait l'impression que son coeur allait crever à force de cogner ses poumons, qu'elle allait mourir comme ça, sous la pluie, devant son pote.
C'était - et de loin - la plus horrible sensation de soulagement qu'elle avait jamais éprouvé.

Tremblante, elle conclut :

- Alors s'il te plaît... me dis pas que je suis une héroïne ou... ou je sais pas quoi. Parce que je suis un monstre et... je crois que je vais le rester.

Elle s'avouait vaincue, complètement désemparée.
Et s'appuyait sur Freckles tout en ne cessant de s'en navrer.

Désolée que ça tombe sur lui.
Désolée d'avoir autant mal.
Désolée pour cette violence qui la bouffait.
Désolée pour tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Drive Home   Dim 29 Jan 2017 - 20:22

- D'accord. Une pause. La pluie. J'ai un... un truc, dans mon ventre.

De la bouche de Lace sortait une voix d'enfant, un truc qui ressemblait à une fêlure. Un truc qui ne lui ressemblait toujours pas. Qui ressemblait à de la peur dans son état le plus irrationnel.
J'ai un monstre sous mon lit.
Elle avait posé sa main sur son ventre comme pour lui montrer. Et elle parla.

Au début pour Freckles c'était bien incompréhensible. Jusqu'à ce que l'histoire commence à se dessiner proprement. Sous ses mots hésitants, mais qui dégringolaient, comme elle avait peur de ne plus jamais pouvoir balancer tout ce qu'elle avait sur le cœur si jamais elle s'arrêtait. Et lui il écoutait, il essayait, sans vouloir l'interrompre, à ne réagir qu'avec les yeux.
Ça faisait beaucoup de choses à comprendre.
Beaucoup de choses à accepter.

Il se doutait que les cicatrices de Lace ne venaient pas d'un accident de vélo ; que sa personnalité ne s'était pas forgée à l'école dans une vie rangée et sage. Il ne s'en souciait pas. Quelle importance ? Elle était là, maintenant.
Quelle importance ?
Il essayait de savoir, si c'était important.
Alors qu'il tiquait à peine, quand elle parlait de torture et de meurtres. Quand elle parlait de violence. De vengeance. De son amoureuse. Quand elle parlait du pirate. Il ne sentit que son visage se durcir alors qu'il accusait coup sur coup.

Mais il ne pouvait pas s'en foutre, pas vraiment. Pas face à Lace qui hoquetait, bafouillait et paniquait, son désespoir suintant entre chacun de ses mots.

- ... mais c'est toujours là, Freckles. Quoique je fasse, ce truc disparait pas. Quoique je fasse, je reste cette fille que j'ai essayé d'oublier. Cette fille qui a. ... qui a tué sa copine indirectement, parce qu'elle arrivait plus à s'arrêter. Et je sais pas quoi faire, je sais plus comment faire pour changer.

On aurait dit qu'elle le suppliait.

- Alors s'il te plaît... me dis pas que je suis une héroïne ou... ou je sais pas quoi. Parce que je suis un monstre et... je crois que je vais le rester.

Un silence dégueulasse, pluvieux, et épais entre eux deux.
Curieusement son cœur s'était calmé, même si il avait toujours autant la nausée. De voir la chasseuse dans cet état. D'imaginer le pire. C'était horrible, de ne pas savoir quoi penser. Ça le mettait en vrac, ce sentiment d'impuissance devant le fait accompli. Et ça le mettait en colère aussi.

« Mais on s'en fout, de la Lace du monde ordinaire. Je m'en contre-fous ! Y a que toi pour lui accorder autant d'importance ! » un mouvement de tête vif, les yeux brûlants. « Oublie la plus fort ! »

Oublie.
C'était le seul conseil qu'il savait donner, et en l’occurrence, le meilleur.
Qui se rappelait encore de son monde ordinaire ? Pas Freckles. Il aurait pu être un serial killer qu'il ne le saurait pas. Il avait oublié. Tout. Jusqu'au moindre détail, moindre nom et moindre couleur. Pourquoi Lacerate ne pourrait pas en faire autant ? Pourquoi est-ce qu'elle tenait à ce point à se poignarder l'âme avec des bouts de souvenirs tranchants ?
En quoi c'était difficile d'oublier ?

« Parce que la Lace d'ici elle est exactement comme elle devrait être », il pointa vers elle un doigt accusateur. « T'as exactement le visage que tu devrais avoir. T'as fais tes putains d'efforts ! T'as changé ! T'es gentille, t'es patiente. Tu vas me faire croire que tout ce temps c'était du faux ? Que ma pote est une putain de monstre ? L'arène, on s'en fout, Lace, la violence, on s'en fout  », il disait, échauffé, et l'air d'y croire : il avait fait pire ! Ils avaient tous fait pire. « Tout ce que t'as fait c'est buter un pirate ! Un pirate, Lace ! Tu crois que j'aurais fait autre chose ? Tu crois que si j'avais pu je l'aurais laissé en vie ? De quoi t'as honte, Lace ?»

Elle était là aussi, sa colère.
Pirate.
Apache.
Comment elle pouvait se lamenter sur ce meurtre qui était exactement ce qu'elle devait faire ?

« Si tu veux pas que je dise que t'es une héroïne, je le dirai plus. Mais j'le pense quand même. »

Soudain silencieux, il se rapprocha d'elle, toujours à genoux dans la boue, pour passer un bras derrière elle.

« Tu veux pas te pardonner un peu pour une fois ? »

Et la laisser poser sa tête sur son épaule avec une infinie délicatesse, autant dans ses gestes que dans ses paroles. Comme si d'un coup Lace était réellement retombée en enfance, et qu'elle était jeune, mille fois plus jeune que lui.

« Parce que moi j'te pardonne tout. »

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 545
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Drive Home   Dim 29 Jan 2017 - 22:32


Le silence s'étalait entre eux, s'épaississant un peu plus à chaque seconde. Complètement perdue, Lacerate osait à peine fixer son interlocuteur. Elle avait si peur de découvrir du dégoût dans le regard du Lionceau, peur qu'il la juge - elle le faisait déjà assez bien toute seule.

Et pourtant.

- Mais on s'en fout, de la Lace du monde ordinaire.

Elle ne se contrôla pas, leva un regard complètement perdu sur Freckles.

- Je m'en contre-fous ! Y a que toi pour lui accorder autant d'importance ! Oublie la plus fort !

Comme si c'était aussi facile.

Elle voulut répliquer, Lace, mais la honte était plus forte. Ce serait mentir, de dire qu'elle essayait : au contraire elle ne cessait de se relire, faisait de son mieux pour se remémorer chaque détail.
Pourquoi ?
Parce qu'elle avait peur, si peur de refaire les mêmes erreurs.
Si elle oubliait...

- Parce que la Lace d'ici elle est exactement comme elle devrait être.  T'as exactement le visage que tu devrais avoir.

Machinalement, sa main repassa sur la cicatrice qui lui ravageait la gueule. Vraiment ?
Une part d'elle avait envie d'y croire.

- T'as fais tes putains d'efforts ! T'as changé ! T'es gentille, t'es patiente. Tu vas me faire croire que tout ce temps c'était du faux ? Que ma pote est une putain de monstre ?

Elle n'en savait rien, n'avait plus aucune idée de qui elle était. Un modèle ? Un démon ? Les deux à la fois ? Aucune foutre idée, le vide total.
Yeux écarquillés, elle subit la suite sans broncher.

- L'arène, on s'en fout, Lace, la violence, on s'en fout. Tout ce que t'as fait c'est buter un pirate ! Un pirate, Lace ! Tu crois que j'aurais fait autre chose ? Tu crois que si j'avais pu je l'aurais laissé en vie ? De quoi t'as honte, Lace ?

Elle ne bougeait pas, ne répondait pas, soufflée par la colère du Chef. Il avait juste, pourquoi elle devrait avoir honte ? Un oeil pour un oeil, comme on disait. Comme elle l'avait appris à la dure.
Sauf que Mephisto n'avait pas attendu de savoir pour avoir eu envie de faire mal.
Lace se prit la tête entre ses mains, confuse.
Elle avait tellement mal au crâne.

- Si tu veux pas que je dise que t'es une héroïne, je le dirai plus. Mais j'le pense quand même.

Elle voulut protester mais le geste de Freckles ne lui en laissa pas l'occasion. Surprise par cette douceur qui la cueillait comme un coup, elle ferma les yeux très fort pour ne pas pleurer encore.

- Tu veux pas te pardonner un peu pour une fois ?

Se pardonner.
Pourquoi est-ce qu'elle n'y avait jamais pensé avant ?

- Parce que moi j'te pardonne tout.

C'était absurde, qu'il lui dise ça alors qu'elle ne lui avait jamais rien fait. C'était absurde que ce soit elle qu'on réconforte, elle qu'on prenne dans les bras alors qu'elle avait toujours été la plus solide, celle qui soutenait les autres et enchaînait les blagues pour faire croire que ça allait. C'était absurde qu'ils se tiennent tous les deux dans la boue, sous la pluie battante alors que l'intérieur était tellement plus confortable, tellement plus chaud. Absurde qu'elle ait tout déballé, comme ça, devant lui. Avait supplié de pouvoir le faire, même.
Parce qu'elle n'en pouvait plus.

Frissonnante, elle capitula. S'appuya contre Freckles, laissa les larmes couler les unes après les autres dans un silence agrémenté de pluie.

Tu veux pas te pardonner un peu pour une fois.

Rien qu'une seule, allez.

Elle resta ainsi, dans ses bras, un temps qui lui parut plusieurs existences. Elle resta ainsi, à pleurer jusqu'à ce qu'elle ait l'impression de s'être asséchée. Mal, mal, mal, ça faisait si mal, de continuer. Ça faisait mal de vivre, de laisser aller, et pourtant, c'était ça ou crever de tout garder, tout laisser ronger dedans.

Une éternité, elle resta.

Jusqu'à se redresser, doucement.

- ... merci.

Voix éteinte, dépourvue de panique. Juste vidée.
Précautionneusement, elle reprit :

- Tu crois que j'ai assez changé pour... pour plus refaire les mêmes erreurs ?

C'était pour ça, qu'elle se contrôlait.
Qu'elle la contrôlait tellement fort.

- Et...

L'autre question freina brutalement au bord de ses lèvres alors qu'elle la hurlait en silence. Au bout de quelques secondes d'effort, Lace parvint à la formuler doucement :

- Tu penses que je peux être violente et... rester moi ? Rester bien ?

Est-ce que j'en ai le droit ?
Est-ce que pour une fois, elle pouvait faire comme les autres ?

Dis-moi que oui.
J'en peux plus, d'être ça.


Elle s'accrochait tellement fort, comme une enfant.
Elle dépendait tellement de lui, à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drive Home   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Adhésions a la Home Fleet
» Le playstation Home
» ufo super drive pro
» [Recherche] Midi Servo Motor Drive Board 838-14174
» GFX-Home : Votre nouvelle communauté graphiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Alentours du Camp-