Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Koala Cosmique
avatar

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 101
✘ SURNOM : la Flèche
✘ AGE DU PERSO : 12 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 1/2
✘ LIENS : Je suis.
(Je fus.)
Nous sommes.

MessageSujet: Re: La faiblesse des mots   Mer 15 Avr 2015 - 16:26


Cosmos oublie le froid, l'obscurité. Cosmos suit les doigts et les mots de Rachel.
La Mère des Diplomates s'est transformée. Difficile d'admettre qu'il s'agit de la même personne qu'au début de cette aventure. Difficile de penser qu'il y a quelques instants encore, instants qu'on ne saurait mesurer mais qui, assurément, ne sont pas anciens, Rachel s'immergeait elle-même dans le noir opaque et fatal des Horreurs comme une baleine sort de l'eau pour s'échouer sur la berge. Il n'a pas fallu grand chose, au fond, pour l'extraire de la pente glissante de son désespoir. A présent, c'est elle-même qui se ragaillardit, à base d'histoires. Cosmos devine que les histoires – ou mensonges – sont une autre forme de nourriture pour Rachel. Les histoires sont à Rachel ce que la médiation est à lui-même. Une nourriture spirituelle. Il se réjouit de voir que malgré les origines européennes de la jeune fille, celle-ci a su combler ce besoin tant annihilé par certaines de nos sociétés.

— C'est une très belle histoire.

Il se force tout de même à ne pas ressentir quelque satisfaction en découvrant que Rachel est plus proche de la croyance bouddhiste que celle des religions abrahamiques qui ont quasiment le monopole de la foi parmi les européens.
Après tout, Mary a sa propre idée du cosmos, de l'ailleurs, du destin. De ce qui échappe. Il regrette simplement que la Mère des Soigneurs y implique des notions qu'il juge malade : la torture, la punition, la manipulation.

— Tu sais pourquoi je suis ici ? Je suis ici parce qu'ici, tout existe. En vérité, tout existe, partout, toujours. Mais ici, la foi de milliards d'âmes ont donné corps aux croyances. C'est un lieu spirituel inimaginable. Toute cette énergie... Je la sens vibrer sous mes pieds, dans l'air, dans l'eau... C'est presque effrayant parfois. J'aurais aimé que mes précepteurs voient ça...

Son visage s'assombrit un peu.

— Mais Peter n'admet jamais les adultes, bien sûr.

La haine générale, trop générale, de Peter, est si triste.
Il relève la tête vers Rachel et dit, un mince sourire aux lèvres :

— Je ne savais pas que tu étais si proche de... de tout ça. En fait, je dois avouer que je te trouvais très... intimidante !

Il rit doucement. Rachel est réputée pour son austérité, la dureté de son regard et de ses mots. Et puis, il était clair qu'elle plaçait les Diplomates bien au-dessus de tout autre groupe ! Mais Cosmos lui pardonne cette vanité sans effort. On est bien peu sage si l'on ne sait accepter les failles et les défauts de chaque être.
Il se lève.

— Je pense qu'Ulysse gagnerait à être plus indépendant. Mais tu restes sa mère, je crois. Regarde, il attend que tu te mettes en route pour oser s'activer lui aussi ! J'espère que tu me laisseras aller le voir de temps en temps, quand on sera de retour aux Cabanes. Il est très attachant. On pourrait lui apprendre des tours ! Il irait embêter les autres !

Il rit à nouveau, de façon un peu plus puérile. Être sage, bon et tout le tintouin, ça n'empêche jamais Cosmos d'être un vrai farceur...
Son rire s'éteint de lui-même lorsque Rachel évoque le service. Il l'écoute avec attention tout en se rhabillant, refoulant les frissons qui courent sur son épiderme tatoué. Un rictus de dégoût agite sa lèvre. L'idée de manger des animaux lui est si désagréable.

— Je n'aurais rien dit, Rachel. Je ne vois pas pourquoi on parlerait de ça.

Il empoigne son bâton, prêt à se mettre en route.
Un doute s'insinue en lui.

— Rachel. J'espère que tu ne penses pas que tu as fauté ou failli. Que tu es faible. Le grand problème des mères ici, peut-être, c'est qu'elles n'en ont pas. Ce n'est pas possible d'être toujours fort. Ce n'est pas humain.

Il pose sa main sur l'épaule de Rachel, bien plus grande que lui. Mais si jeune encore.

— Et ton humanité, c'est ce qu'il est important de garder, pour toujours. C'est le plus précieux. C'est encore plus essentiel que la force.

Sa main se baisse. Il fait quelques pas, mais Ulysse ne le suit pas. Il attend sa mère.

— La mère de mon groupe a aussi une faiblesse. Mais je la trouve encore plus valeureuse. Peter n'est pas si fort, tu sais, Rachel.

Ça lui a échappé. Il ne sait pas pourquoi il a dit ça. Peut-être parce que Peter n'est plus tout à fait humain. Qu'il est le contre-exemple de son discours.
Son cœur tape. Il ignore s'il a franchi une ligne rouge.

Cosmos oublie trop souvent qu'il n'est pas complètement libre, ici.


mot:
 









Koala en chair et en os ::
 


Koala Cosmique médite en sienna.
....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéAncienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La faiblesse des mots   Dim 19 Avr 2015 - 17:21

Être humain, accepter ses faiblesses, accepter de faire des erreurs. Rachel n'aurait jamais dit non à tout cela, mais elle a la certitude qu'elle ne peut pas. Elle tient tant à sa place de Mère (obtenue au prix du sang), qu'elle minimise, au mieux, lorsqu'elle faiblit. Elle critique tant les autres Mères sur ce point, qu'il serait honteux de se tromper. On lui renverrait alors ses propres critiques, et Rachel ne pourrait que s'incliner.

Mais elle n'en dit pas un mot à Cosmos. L'enfant avait droit à sa propre vision des choses, et ce n'était pas un de ses enfants. Elle n'avait pas à interférer sur ses pensées, sur sa conduite. Elle n'avait pas à le modeler pour qu'il soit comme elle le souhaiterait.

« Mais il faut parfois masquer les défauts pour protéger les enfants. Il est difficile d'être Mère. » Rachel emboîta le pas à Cosmos, le rattrapant rapidement. Ulysse la suivit, trottinant à sa suite. Fidèle, apprivoisé. « Mais je ne m'en plains pas. Je l'ai choisi, je l'ai voulu. Voir mes enfants heureux, épanouis, suffit à alléger ma peine. »

Dans chacun de ses mots, vibrait la vérité.

Et le silence tomba. Net, aussi tranchant qu'un couteau effilé. Rachel stoppa sa marche. Un sourcil se fronça, son front se rida. Elle répéta, mentalement, les derniers propos de Cosmos. « Peter n'est pas si fort, tu sais. » Rachel tourna la tête, quêtant une apparition, tout de feuillages vêtu. Un éclat de cheveux roux. Un rire éclatant. Un sourire pareil à l'Esprit Farceur. Mais seul le silence les entourait, un silence nocturne ponctué des bruits de la jungle, de la vie des animaux nocturnes, du ululement d'une chouette.

Rachel baissa la tête, sifflant tout bas.

« Tu ne devrais pas dire ce genre de choses. »

Rudement, elle poussa Cosmos, sa main posée sur l'omoplate du garçon. Rachel précipita le pas, comme si des Cauchemars les poursuivaient. Rachel craignait Peter. Elle était consciente de sa cruauté, souvent exagérée, tombant, parfois, sur des innocents car, dans son grand aveuglement, l'Enfant-Roi jugeait sans savoir. Il jouait les pères de famille, avec toute la rudesse que procurait ce rôle. Rachel parla, mais tout bas, de crainte d'être entendue, que ses paroles soient emportées par l'Esprit Vent jusqu'aux oreilles de Peter Pan.

« Certaines pensées doivent demeurer enfermées, à demi-tour, bien cachées. Comme une boîte à secrets. Tu peux penser ce que tu veux, emplir ton esprit d'images qui te plaisent. Mais il faut garder le silence. »

Garder le silence, Rachel avait du l'apprendre dans le monde réel. Museler ses paroles, taire sa pensée, afficher un masque, enrober ses paroles de sucre et de miel.

Un enfant bondit sur la route, avec une telle vivacité, que Rachel sursauta et stoppa net. Le cœur de la Mère se mit à battre à tout rompre. Déjà une tragédie se jouait dans son esprit. Elle se voyait envoyée au cachot, complice des pensées de Cosmos, traitée en ennemie. En traîtresse. Ulysse se colla contre sa cheville, tentant d'apporter un peu d'apaisement par le biais de sa chaleur animale.

L'Enfant Perdu était un Éclaireur. Genoux cagneux, bandages salis par la terre et les feuilles, pieds nus dont la plante devait être aussi dure que de la pierre. Son teint était aussi pâle que celui de Rachel, mais pour une toute autre raison.

« Je... Je dois prévenir... La Maison-Arbre... P-Peter, j-je l'ai vu... C-Capturé par le Croq-Croquemitaine ! »
« Tu mens ! »

La nouvelle avait fait miroiter une lueur blanche devant le regard de Rachel. Perte de contrôle. Sa raison battait la campagne, laissant le corps agir à sa guise. La Mère agrippa l’Éclaireur par le col, le secouant de toutes ses forces.

« Peter n'a pas pu être capturé ! Ce sont des rumeurs, tu entends ? Des rumeurs ! Ce n'est pas parce qu'on ne le voit plus, depuis l'affaire de Vinyle et Eilis, qu'il a disparu ! »
« Mais je l'ai vu ! Je l'ai vu ! Le Croquemitaine le tenait contre lui ! »

Rachel relâcha l'Enfant Perdu. Ses mains tremblaient. La Mère dut les coller sous ses aisselles pour calmer ses nerfs.

C'était impossible.

Si le Croquemitaine avait pris Peter, alors...

Peter n'est pas si fort, tu sais.


Précisions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Koala Cosmique
avatar

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 101
✘ SURNOM : la Flèche
✘ AGE DU PERSO : 12 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 1/2
✘ LIENS : Je suis.
(Je fus.)
Nous sommes.

MessageSujet: Re: La faiblesse des mots   Jeu 7 Mai 2015 - 21:15

Quelque chose change autour d'eux. Cosmos sent une lourdeur nouvelle accabler l'atmosphère. Rachel a cessé d'avancer. Ulysse aussi. Le vent se tait. Cosmos sent une énergie négative, glaciale, circuler dans son corps. Il déglutit et fait face à Rachel.
Son visage est sombre, bas, inquiétant. Il regrette presque d'être allé si loin, trop loin. Il sait qu'elle a raison. Cosmos est un amoureux de la liberté qui saura la trouver même au fond d'un cachot sans fenêtre, sans lumière et sans vie. Mais la liberté, qu'on croit absolue au premier abord sur les terres de Neverland, se heurte incessamment à la volonté de l'Enfant Roi. Les pensées sont libres, les rêves, les fantaisies, les cauchemars même, mais elles ne doivent pas être « libérées ». Cosmos n'a pas le temps de s'interroger sur la frontière compliquée qu'il y a entre la liberté et la libération, entre penser et parler, entre sa liberté d'avant et celle d'aujourd'hui. Il n'a pas le temps car un enfant l'interrompt.

Cosmos sursaute et assiste à la scène sans bouger, les doigts crispés contre son bâton. Il a du mal à sortir de l'état de choc et de nerf dans lequel Rachel l'a plongé. Il a du mal à réaliser qu'il a mal agi, qu'il s'est mis en danger, sans le voir venir. C'est tellement rare, tellement éloigné de sa nature...
Et soudain, Rachel explose. Elle agite l'enfant comme s'il s'agissait d'une horreur, d'une chose terrible, et Cosmos sent une nouvelle vague de tension le submerger. Il s'apprête à freiner la violence de la mère, mais elle relâche sa proie qui détale en zigzagant, paniqué et hagard.

— Rachel...

Il peine à prononcer des mots sûrs, pleins, sonores.

— Rachel.

Il la voit trembler, angoisser, quelque chose bouillonne en elle et le brûle lui.

— Rachel, Peter est au-delà de la vie et de la mort. Peter n'est pas mort et ne va pas mourir. Peter est le garant de notre esprit d'enfant, de notre imaginaire, et ces choses là ne peuvent mourir. Ces choses-là ne meurent pas. Tant que nous saurons être des enfants, tant que nous saurons rêver... Notre esprit est notre arme, Rachel.

Elle tremble encore. Lui aussi, maintenant.

— RACHEL !

Il veut la convaincre, la réveiller. Et se faire violence, à lui-même. Parce que ça devient dur, usant, de combattre la Peur.
Il s'approche et lui agrippe les mains, laissant tomber son bâton sans y prêter attention.

— Il faut que tu luttes, Rachel. N'oublie pas. Protéger les enfants. Si tu montres ta peur, si tu tombes, tous tomberont. Ce sera l'anarchie. Tu dois rassurer les enfants comme tu as rassuré Ulysse. C'est ton rôle.

Il ne sait pas trop s'il croit ce qu'il dit.
Il croit, en revanche, et il sait, que c'est la seule chose qui peut maintenir Rachel debout.









Koala en chair et en os ::
 


Koala Cosmique médite en sienna.
....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La faiblesse des mots   Sam 9 Mai 2015 - 15:58

La gorge de Rachel était aussi sèche que le désert. Quand elle eut la force de déglutir, sa salive se transforma en de multiples copeaux qui vinrent abîmer sa trachée. La Mère ne tremblait plus. Elle était figée. Par la stupeur, par la peur du lendemain, par la perspective que, à son réveil, la nouvelle tombe. Peter Pan n'était plus, Hook avait gagné. Si l'île ne disparaissait pas, le sort qu'elle connaitrait ne serait guère plus reluisant. L'anarchie régnerait au sein des Enfants Perdus. Plus aucune organisation, chacun vivrait selon ses propres idéaux, se fiant à son instinct, prêt à écraser les plus faibles.

Non.

Ce mot se répétait, rebondissant contre les parois du crâne de Rachel, hurler par la voix de son for intérieur.

Non.

Elle ne pouvait laisser la situation empirer.

Un point de chaleur naquit au creux de ses mains, ramenant la vie au sein de son corps transi de froid. Cosmos la ramenait à la vie – encore une fois. Le Garçon Perdu lui lançait une corde, et Rachel l'agrippa fermement, n'écoutant plus que sa voix. Elle devait faire front, elle devait faire face. Pour ses enfants, pour les Diplomates. Elle n'avait aucune Mère-Apprentie à qui demander assistance : Serene ne prendrait cette place qu'après la défaite du Croquemitaine.

« Protéger les enfants. »

Rachel avait répété les mots de Cosmos d'une voix lointaine. Elle posa un pied hors du trou, causé par la nouvelle de l'éclaireur. Son esprit refit surface, son regard se fit plus limpide, plus assuré. Ses doigts se nouèrent à ceux de Cosmos.

« Je suis Mère. Tel est mon rôle. Je ne leur dirais rien sur ce qu'a vu l'éclaireur. Je leur raconterais une autre histoire. Je tisserais un mensonge pétri d'espoir. Je leur raconterais qu'au sein de son village, j'ai croisé le Croquemitaine. Il m'a assuré avoir Peter, mais j'ai su démontrer qu'il avait tort, car il n'a pas pu me montrer l'Enfant-Roi. En réalité, le Croquemitaine a peur. Il me l'a confié, à demi-mots. Il sent que la situation va changer, que le soleil va revenir, le jour où Peter Pan poussera son cri. »

Rachel était transportée par sa propre histoire. Son regard brillait, sa voix avait gagné en assurance. Son regard accrocha celui de Cosmos.

« Et tu es témoin de cette rencontre car tu m'as aidé à fuir le village, le Croquemitaine ayant tenté de me faire violence, appréciant peu que je me sois moquée de lui. Nous pourrons aussi ajouter Ulysse dans l'histoire. Il joua le rôle de l'allié impromptu en nous sauvant d'une armée de lapins-zombies. »

Le canevas de l'histoire avait été élaboré. Rachel n'aurait aucun mal à la raconter, enjolivant les passages qu'elle préférait, adaptant le récit à son auditoire. Se baissant la Mère ramassa le bâton, le rendant à son propriétaire.

Ce fut le cœur léger que la Mère des Diplomates revint au Grand Arbre, accompagné de Cosmos et de leur nouveau compagnon. Ce dernier fit grande sensation auprès des Diplomates. Lolita eut même l'audace de vouloir le coiffer de rubans, telle une poupée, sous les rires de ses comparses. Le récit de Rachel, ou plutôt la version mensongère de sa fuite, se propagea par bouche-à-oreilles parmi les Enfants Perdus. Bien évidemment le scepticisme se confronta, bien souvent, à Rachel – la Mère était connue pour ses mensonges. Pourtant certains se prirent à espérer qu'une partie de l'histoire fut vraie. Que les choses allaient revenir à la normale. Que Peter Pan reviendrait parmi eux. Que son chant allait, bientôt, résonner à travers toute l'île.

Un dernier mot a écrit:
C'était une superbe aventure, Pan. Merci !  
Revenir en haut Aller en bas
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 2047

MessageSujet: Re: La faiblesse des mots   Sam 16 Mai 2015 - 18:29

PS : oh mais ce fut un plaisir ♥

The End


C'est ainsi qu'un drôle d'enfant,
Qui n'a pas eu de mère pourtant,
Parvient à rallumer la flamme,
D'un instinct au creux de l'âme,
De Rachel qui retrouve la force,
De vaincre ces démons féroces,
Car un coeur n'est jamais plus vaillant,
Que lorsqu'il lutte pour ses enfants.



FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La faiblesse des mots   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» La faiblesse des mots
» ORIGINE DES MOTS OU EXPRESSIONS
» Faiblesse Pandawa jeté à l'Eau cherche un Avenir Flamboyant
» Pics/mots
» Mots croisés dofusiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Lieux Reculés :: Le Domaine d'Halloween :: La Forêt Macabre-