Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Arrow
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 563
✘ SURNOM : l'Instinctif (ou l'Arcmis)
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : variable 8'D
✘ LIENS : ♦️ fiche de présentation
♦️ Dé à coudre
♦️murmure en maroon
♦️ RP en cours : Pan//Sharpy



MessageSujet: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Sam 16 Mai 2015 - 20:10

Ce rp s'inscrit dans la suite du rp Et tu frappes, frappes, frappes, c'est ta façon d'oublier et de l'Event Combattre la peur

Résumé des faits précédents :
RP zombie- Arrow.
Spoiler:
 

Event Croquemitaine :
Spoiler:
 





Cinquante-trois.
Cinquante-trois jours depuis qu'il s'était réveillé ici suite à la grande bataille contre Croquemitaine.
Cinquante-trois joursque le soleil se levait alors que lui devait rester couché, immobile, à poil sous les draps légers car Peter allait super bien, qu'il faisait super chaud et que le moindre vêtements serrait trop les plaies.  
Cinquante-trois jours à se faire essuyer la bouche et le cul, à chier dans un bassin, à pisser dans une cruche et dans ses draps ; à puer la chair décomposée, la crasse, les cataplasmes et les huiles essentielles ; à tourner en rond dans sa cervelle comme un lion en cage ; à gueuler de l'intérieur pour ne pas déranger les malades ; à serrer les dents contre la douleur ; à sentir l'escarre sous ses fesses s’agrandir ; à être brumeux à cause des sédatifs, dépendant quand ils ne faisaient plus effet ; à respirer l'air chargé de miasmes, à prier pour ne choper et crever de la crève d'un autre ; à voir les enfants morts ou vifs quitter leur lit; à détester et jalouser les amis valides qui viennent tenir compagnie ; à s'impatienter, à essayer de se verticaliser, à tenir dix secondes pour ensuite chuter.
Cinquante-trois jours d'une vie dégradante, dans un corps inutile, avili et dépendant,  privé de liberté et de verdures, enfermé dans une infirmerie de fortune et un mouroir de marque.

Cinquante-trois maudits jours à attendre que les plaies cicatrisent et que les soigneurs disent enfin « aujourd'hui tu as le droit de te lever »

~~oOo~~

Cinquante-trois, c'était le nombre de traits blancs inscrits en haut à gauche du tableau noir allégué aux notes des soigneurs.
C'était le jour libérateur, celui où Arrow avait reçu la sainte autorisation « de se lever, d'aller respirer un peu sans quitter le Grand-Arbre, ni faire d'effort trop importants».
C'était la fin de cinquante-trois longs jours où l'esprit du chasseur s'était démené et epuisé en réflexion pour pallier à l'immobilité du corps. En effet, car il n'avait rien d'autre à faire que penser, Arrow avait tout remis en question, rejoué et décortiqué chaque souvenir récent, tournant ses problèmes dans tous les sens jusqu'à l’écœurement. Il avait bien trop pensé et, de ce rubik's cube de considérations deux choses s'étaient détachées : un bourgeon de rancœur envers Peter (qui, tout à sa joie retrouvée, ne semblait pas remarquer la souffrance du Grand-arbre) et un mot, Hitler, écho de son combat avec Zombie.

La Torpille, l'Instinctif ne l'avait pas recroisé depuis leur combat. Il l'avait fui pendant des jours tentant de l'oublier, d'occulter en enterrant ce désagréable souvenir sous d'autres préoccupations plus importantes.
Il n'était revenu à sa mémoire qu'après son réveil dans l'infirmerie et s'était alors imposé, Hitler  l'inconnu piquant à vif son besoin si rare de savoir.

Arrow, après avoir longuement hésité à en parler à qui que se soit, entre deux phases d'esprit brumeux, avait demandé à Wise qui était Hitler mais la réponse que l'Aiguille lui avait donné ne l'avait pas satisfait.
L'Hitler de Wise était un tueur. Un tueur fou qui avait embarqué dans son délire toute une nation, tout un monde.
L'Hitler de Zombie était autre. Il était homme craint que l'on saluait avec fierté et dévotion lors du dernier instant. C'était un Leader.
C'était cet Hitler qu'Arrow voulait essayer de cerner. Pas l'Hitler du manuel en papier.

~~oOo~~

L'Instinctif se redressa sur son lit, maugréa à cause de la douleur élançant son bras droit et, serrant les dents, s'extirpa des draps qui presque tout ce temps, lui avait servi de linceul.
Il réajusta tant bien que mal le pantalon trop grand et informe qu'un soigneur lui avait enfilé il y a quelques heures et pour la première fois, fixa son reflet post-croquemitaine, grimaçant sous la vision peu flatteuse.
Il avait sale mine.
Son torse nu était d'une blancheur jaunâtre qui mettait en évidence ses nombreuses cicatrices. Il avait beaucoup maigri, plus que de raison, et sa carrure aux muscles fondus, semblait clairement maladive. Quand à son bras droit en écharpe, endroit où il avait été mordu, il était encore lourdement entouré de bandages et puait encore trop  les cataplasme et la chair décomposée.

L'Instinctif se détourna du miroir en pensant que ce qui s'y reflétait était un bien triste portrait et sans plus de considération, quitta l'infirmerie, une béquille de fortune dans la main gauche, décidé à parler à ce même Zombie qu'il avait si longtemps fui.

Il avança jusqu'aux racines du Grand-Arbre en boitant, se hissa jusqu'à une espèce d'ascenseur et s'éleva dans les airs.
Après moult « manœuvres pathétiques dû à son handicap, le chasseur pénétra, essoufflé, dans la zone des armuriers. Il regarda par quelques fenêtres et ne vit aucune tête blonde. Il apostropha un Perdu, lui demanda où trouver la Torpille et l'autre, de la main, lui indiqua une cabane sur la droite.
Arrow remercia, et sans plus attendre, le regard décidé, entra dans le petit logis.

« Bonjour Zombie »


Hors RP
Spoiler:
 







Playlist d'Arrow
Cerf de Jmwarkentin
Cerf aquarelle de Squint ♥️

merci à Alive, freckles et Ian pour leurs dessins et/ou avatar, à max pour son dessin d'arrow et sharpy pour son timbre des papys misogynes.
Spoiler:
 


Dernière édition par Arrow le Sam 8 Aoû 2015 - 18:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zombie
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Torpille
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2
✘ LIENS : Soldat de Plomb

MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Sam 30 Mai 2015 - 16:53

mot:
 




TOUT EST QUESTION DE POINT DE VUE.

Zombie + Arrow





Zombie, lui, n’a pas compté.
Zombie, lui, n’a pas attendu que le temps passe plus vite, que le temps soit palpable.
Zombie, lui, n’a pas été coincé à l’Infirmerie.
Zombie n’était pas une priorité.
Il était trop cassé pour revenir à la vie normale.
Il était trop intact pour être soigné comme un vrai malade.

Soul a organisé le Grand Arbre sans même que Peter s’en aperçoive. Pourtant, il y a des lits et des rideaux de fortune partout, éparpillées jusqu’au pied du tronc géant. On dirait que même ça, Peter ne le voit pas. Même le sang, les bandages, les gémissements, tout ça, Peter ne le voit pas. Ça n’étonne pas trop Zombie. En ce moment, Peter a l’air drogué. Comme s’il avait pris des excitants, des sortes d’amphétamines. Il ne fait attention à rien. Il enchaine les aventures et les jeux avant même qu’ils soient terminés. Avant même qu’on ait le temps de se remettre. Par chance, il est tellement euphorique et dispersé qu’il ne se rend même pas compte que beaucoup d’enfants ne participent pas à ses fantaisies. Il ne voit que ce qu’il veut voir, comme toujours, et Zombie est trop épuisé, trop vidé, pour avoir une opinion là-dessus.
Zombie a un bandage à la tête. Ses blessures corporelles ont guéries. Ses blessures de l’âme, non. Zombie repense aux Horreurs, aux hallucinations brumeuses, sans arrêt. L’oubli peine à l’accabler de son rouage tragique, qu’il désespère de connaitre pourtant. Il essaye de refouler, de nier, mais ça ne marche pas. Pas aussi bien que Peter. C’est sûrement pour ça que c’est Peter le roi.
Pire encore, Zombie pense au Peau-Rouge qui l’a secouru. Doit-il être content ? Doit-il être soulagé ? Doit-il avoir honte ? Cela l’a-t-il changé ? Est-il encore digne ? Est-il encore lui ? Qu’est-ce que dirait le Führer ? QU’EST-CE QUE DIRAIT LE FÜHRER ?

Bonjour, Zombie.

Une voix grave, à la fois forte et faible.
Accent suave, de ricain.
Zombie est dans un coin, ratatiné, un bras en bandoulière, en short et en maillot. Il tournait le dos à Arrow et se redresse subitement, pour faire face au Chasseur. Il l’a reconnu presque aussitôt, malgré sa métamorphose. Les muscles de Zombie aussi ont fondus, mais il parait toujours plus grand et robuste que les enfants de son âge. Quelque chose, tout de même, a changé en lui. Il a l’air de se tenir moins droit, d’être moins stoïque. Quelque chose dans son regard, surtout, évoque un animal traqué, angoissé.
Ce même regard décortique lentement la silhouette efflanquée de l’Instinctif. Il est maigre et cireux, on dirait qu’on l’a pressé comme un citron et qu’il ne reste qu’une carcasse creuse. Zombie se souvient de son cerf d’argent pendant la bataille.

Un sentiment bizarre le saisit lorsque ses prunelles s’attardent sur les mains d’Arrow. Il a brusquement du mal à respirer et se masse le coup de son bras libre, légèrement, presque avec fébrilité.
Tu vois, Zombie, l’oubli a déjà commencé. Mais tu restes tiraillé. Quelque chose t’élève, comme une drogue, celle de Peter, vers des hauteurs de vide et de néant où tout finit par échapper à ta conscience. Autre chose te tire vers le bas, te force à demeurer les deux pieds ancrés dans la terre, avec des images ineffables clouées à tes pupilles. Tu tangues un peu et soutiens ton front ballant.
Bientôt, tu te rappelleras. Pas tout de suite.

Qu’est-ce que tu veux, Arrow ?

Sa voix est enrouée, sifflante.

Tu viens pour une arme ? Ça m’étonnerait, vu ton état.

Zombie se souvient – oui, les souvenirs se succèdent, se précipitent pour boucher le trou qui permettrait au Souvenir d’apparaitre à son seuil – d’une conversation entre deux enfants dont l’un était Soigneur. Il prédisait qu’Arrow ne survivrait pas à ses blessures. D’ailleurs Zombie avait cru le voir mort sur le champ de bataille.

Alors, tu t’en es sorti. Tout le monde pensait que tu allais mourir.

C’est faux. Il a juste entendu le Soigneur le dire. Il ne sait pas pourquoi il dit ça. Il cherche, sans comprendre pourquoi, à bousculer, blesser Arrow. Puis il réalise qu’en vérité, ce constat erroné glorifie la résistance d’Arrow. Il a vaincu la mort. Il faut vite équilibrer cette valorisation inopportune.
Zombie est mal à l’aise. Inquiet, nerveux. Il regarde la porte de la Cabane obstruée par la silhouette ombragée du Chasseur. Pourquoi est-il seul ?
Pourtant, une étrange effervescence très enfouie, presque somnolente, s’est amorcée en lui lorsqu’il a fait face à Arrow. Ses émotions lui donnent le tournis, littéralement. Il retrousse légèrement son bandage crânien qui ne cesse de tomber sur son front.

Soul sait que tu es sorti ? Tu as le droit ? Si Peter te voyait…

La vérité, c’est que Peter n’aurait rien vu. Il n’aurait pas remarqué la moindre éraflure sur Arrow, ni son teint olivâtre, ni sa maigreur extrême, ni même la lenteur de son pas ou la raideur de ses membres. Peter n’aurait rien vu, rien vu que le beau, grand et solide Chasseur qu’il estimait tant.

Zombie espère tout de même que ça ferait du mal à Arrow.
Zombie ne sait pas pourquoi il espèce ça.


Codage by TAC







Zombie hurle en darkturquoise.
.....


Uniforme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arrow
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 563
✘ SURNOM : l'Instinctif (ou l'Arcmis)
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : variable 8'D
✘ LIENS : ♦️ fiche de présentation
♦️ Dé à coudre
♦️murmure en maroon
♦️ RP en cours : Pan//Sharpy



MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Mar 2 Juin 2015 - 14:19

Si  Hitler ne s'était pas imposé, Arrow ne serait jamais retourné voir Zombie. Il aurait continué à fuir, longtemps et peut-être même éternellement.
Si Hitler était du conditionnel et au grand malheur du  Chasseur, le monde n'avançait pas sur des hypothèses dépassées.
La réalité, celle d'Arrow, c'était que Hitler s'était fait maître de sa pensée, le forçant à pénétrer dans la gueule du loup.

Arrow, étouffant la voix de son aversion, était alors rentré et avait fait face à ses craintes et au fauve de la tanière, ou, tout du moins, à ce qu'il en restait car ce Zombie qui lui faisait face n'était plus le Zombie de l’arène. Il avait changé avec le Croquemitaine.  C'était de toute évidence normal au vu de ce que les Horreurs avaient imposé à chacun, mais voir Zombie, le si hautain et combatif Zombie ainsi diminué et ratatiné sans être pour autant être vraiment blessé, ça avait quelque chose de perturbant, comme une claque dans la figure de la part de la réalité, suivie de son murmure, qui, insidieusement, vous fredonnait :

« Regarde cet enfant mal à l'aise, le pli léger d'inquiétude au racine de son nez, son regard anxieux et ses doigts moites passant sur son cou. Regarde-le: il a peu de cicatrices au corps mais sa tête est remplie de bouts de verres. Ce sont des éclats stériles et inoffensifs que l'oubli pourrait presque recouvrir s'ils restaient immobiles. Mais l'intérieur d'une tête bouge tout le temps et les bouts de verres réouvrent sans cesse les plaies que l'inconscient a essayé de suturer. C'est un combat permanent, qui mène à l'épuisement.
Regarde-le, cet enfant, tu es comme lui. Vous êtes tous comme lui ; serviteurs exposés aux heurts, disloqués pour protéger un petit tyran qui, en retour, n'a que faire de vous.  
Regarde-le, et accepte cette vérité. »


Et la voix muette se taisait, satisfaite du mauvais grain qu'elle avait semé, certaine de trouver un terreau fertile dans l'esprit amer du chasseur; une eau claire dans les mots acerbes d'autrui. Et acerbe et violent, par les gestes et par les mots, Zombie savait l'être parfaitement.

—[...] Soul sait que tu es sorti ? Tu as le droit ? Si Peter te voyait… 

Arrow, toujours dans l’entrebâillement de la porte, sourit, un rictus aux lèvres.

-Peter? , un petit sifflement sarcastique filtra d'entre ses dents. La dernière fois que je l'ai vu c'était sur le champs de bataille. Il est tellement occupé à ses jeux, débordant de bonne humeur, qu'il n'est pas venu une seule fois à l'infirmerie pour voir comment tout le monde allait. Je ne suis même pas sur qu'il se rend compte de la situation.

Arrow jeta un coup d’œil vers l'extérieur à la recherche d'un Peter Pan invisible et massa sa nuque depuis des jours endolorie  d'un fond d'anxiété. Il reprit, un filet de mépris dans la voix.

« Enfin bref. Je ne suis pas venu ici pour discuter de ma miraculeuse survie, de Pan, de ses jeux et du beau temps. Si ça avait été le but j'aurais choisi meilleure compagnie... »

Le chasseur  s'avança de quelques pas brusques, s'imposa dans la cabane sans daigner un regard au garçon et, de son bras valide attrapa une chaise, la plaça contre le mur, non loin de la Torpille.
Sans attendre le moindre accord, il s'assit face à Zombie, le fixa.

 « Si je suis-là, c'est parce que pendant ma convalescence j'ai beaucoup réfléchit à propos de notre combat dans l'Arène. Là-bas tu m'as parlé d'un Hitler je crois. Je ne sais pas pourquoi mais je n'ai pas réussi à oublier ce satané nom. J'ai demandé à Wise à qui il appartenait mais sa réponse ne m'a pas satisfaite. Il parlait comme un livre, ne semblait pas le connaître.
Toi tu es le premier qui l'a nommé alors tu dois le connaître mieux que n'importe qui. Zombie, je suis là pour que tu me dises qui est cet homme. »  


Arrow relâcha son attention de la Torpille et balaya l'intérieur de la cabane du regard. Ils étaient ici dans l’entrepôt des armuriers où bien rangées, s'entassaient les armes parfois neuves, très souvent à réparer. L'image amusa l'Instinctif qui, ironiquement, soupira et maugréa entre ses dents.

« Deux armes cassées parmi les armes cassés. Ça en serait presque un charnier. »








Playlist d'Arrow
Cerf de Jmwarkentin
Cerf aquarelle de Squint ♥️

merci à Alive, freckles et Ian pour leurs dessins et/ou avatar, à max pour son dessin d'arrow et sharpy pour son timbre des papys misogynes.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zombie
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Torpille
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2
✘ LIENS : Soldat de Plomb

MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Mar 16 Juin 2015 - 19:12



TOUT EST QUESTION DE POINT DE VUE.

Zombie + Arrow





Zombie ne sait pas ce qu’était un charnier, aussi il ne dit rien.
Il est très surpris, perturbé même, par le ton employé par Arrow lorsqu’il évoque Peter. Zombie, que ce soit sous le joug de son éducation militaire et formatée où tout questionnement de l’autorité équivaut à un acte de rébellion pure ou simplement parce qu’intrinsèquement il craint Peter, il n’a jamais soufflé la moindre remarque négative à son sujet. Il a vu ses faiblesses, assisté à ses fautes, mais ni les unes ni les autres ne permettent qu’on les questionne, qu’on les critique. Le roi est au-dessus du jugement populaire et ses failles le sont tout autant.
Ce n’est pas seulement ça qui rend Zombie si perplexe. Une fois, alors que Zombie se trouvait à l’Infirmerie à cause d’une piqûre d’insecte infectée, il avait entendu le Chef des Soigneurs marmonner une sorte de reproche presque excédé à l’égard de Pan et ses jeux, alors qu'un enfant revenant d'un combat tentait de retenir son œil qui pendait de son orbite – ce qui semblait provoquer en lui une douleur abominable que, lâche comme il était, il n’arrivait pas à subir en silence. Un commentaire alourdi par une lassitude épuisée plutôt naturelle, mais que Zombie n’avait pas jugé apte à équilibrer ce qu’il considérait comme un véritable blâme. Cela l’avait profondément ébranlé de constater que Peter pouvait être critiqué, et par un Chef de cette envergure en prime. Ce souvenir a demeuré là où tant d’autres l’ont délaissés, ce qui prouve son impact sur sa pensée. Les Chefs, aux yeux de Zombie, sont des ministres, et les ministres d’un Reich suivent leur meneur sans même réfléchir, coûte que coûte. Um jeden Preis.

Mais Arrow, c’est presque pire. Parce qu’Arrow, il ne dit rien, il n’exprime pas de pensée ou d’opinion. Il protège, souvent de loin, il veille et nourrit. La première fois que Zombie l’a entendu donner son avis, c’était sur lui-même. Et c’était violent.
Pourtant, là, ça ne l’est pas. Pas tellement. Arrow n’a presque rien dit, et c’est certainement ce qu’il n’a pas dit qui trouble le plus la Torpille. Il y a juste comme un goût dans ses mots, acide, jaunâtre. Encore jamais perçu. Mais déjà Arrow l’avale et passe à autre chose. Zombie sursaute légèrement lorsqu’il s’approche et saisit la chaise. Une sorte de frisson froid cavale dans ses veines tandis que l’Instinctif retranche en sa mémoire les souvenirs qu’il cherchait inconsciemment à enterrer.

Tout d’abord, je ne suis pas cassé.

Moins que toi, il voudrait dire. Ça s’arrête à la frontière.

Je…

La tentation est venue, maintenant, de savoir ce qui s’est passé. Dans l'Arène, cette nuit-là, car c'était une nuit, il s'en rappelle. De s’en souvenir pour de bon. Les sensations sont pires, lorsqu’elles sont ainsi libres et dissolues, des nomades qui peuvent se poser n’importe où. Ce qui n’a pas de cadre le stresse et le perd trop facilement.
Pourtant, il n’ose pas. La frontière, toujours.

Tu es un américain, c’est ça ? Tu es venu avant… Bien avant…

Zombie s’empare d’une chaise, le geste automatique et le regard à la fois lointain et fixé sur Arrow. Il s’assoit, assez lentement.

C’est vrai, je connais mieux le Führer que les autres. Parce que j’ai été son soldat. J’ai déjà été un soldat avant d’être ici. Est-ce que tu as déjà été un soldat ? Est-ce que tu sais ce que c’est que de servir une cause juste et noble, en dépit de tes propres désirs, tes propres peines ? Mourir pour la cause, c’est facile Arrow. Vive pour la cause, ça c’est difficile. Voilà pourquoi les enfants d’ici sont souvent trop lâches et pleurnichards. Ils sont égocentriques, ils vivent pour répondre à leurs besoins primaires, comme les nègres qui sont incivilisés ou les juifs qui sont cupides. Certains se tripotent la nuit, c’est sûr ! Alors qu’un vrai soldat ne le fait pas, un vrai soldat ne se détourne pas  de la cause et ne pense pas à lui-même. Et ça, c’est le Führer – on ne l’appelle pas Hitler – qui nous l’a appris. Qu’est-ce que t’a dit Wise exactement ?

Zombie aurait plutôt tendance à estimer Wise malgré sa manifeste débilité, car c’est un garçon droit, sérieux, intelligent et direct. Il lui reproche simplement son temps passé dans les livres et les carnets. Les livres sont des affaires d’intellectuels, ils sont dangereux et tendent à dissiper, à écarter des vérités fondamentales. C’est pour ça qu’on les brûle. Mais on ne l’a pas laissé faire, ici.

Tu crois en Dieu, Arrow ?

Il ajoute dans un murmure intense et inaudible à la fois. Qui songe encore à Dieu, ici ?  


Codage by TAC







Zombie hurle en darkturquoise.
.....


Uniforme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arrow
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 563
✘ SURNOM : l'Instinctif (ou l'Arcmis)
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : variable 8'D
✘ LIENS : ♦️ fiche de présentation
♦️ Dé à coudre
♦️murmure en maroon
♦️ RP en cours : Pan//Sharpy



MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Lun 29 Juin 2015 - 16:49


Terror adhaerens

— Tout d’abord, je ne suis pas cassé. 

Les lèvres d'Arrow s’étirèrent sous un discret sourire narquois et le Chasseur sous un silence, pensa : Nous sommes tous cassés Zombie. Si nous ne l'étions pas, Peter Pan ne nous aurait jamais entendus. Pourquoi ne veux-tu pas le reconnaître? Croquemitaine ne t'a il pas assez brisé?  Es-tu trop lâche pour préférer nier la vérité comme auparavant je l'ai nié? "

Car Arrow maintenant, ne niait plus. Croquemitaine l'avait changé.
Par la confrontation avec la peur sans visage, celle qui n'était que sensations pures, Croquemitaine l'avait possédé lui et ses sens pour saisir son esprit, l'obligeant à déterrer les cadavres décomposés du passé, profanant la tombe que Neverland avait mis des années à cacher sous les parties de chasses et les éclats de rire. Il avait fait un trou béant puis avait mimé un retrait par son trépas, laissant  à l'immobilité, au mal-être et à la frustration constante de l’Alité, le temps nécessaire à la septicémie de l'esprit pour incuber.
Croquemitaine était mort pour tous mais restait le plus terrible, l’œuf éclot de son enfant le Serpent, maître-empoisonneur qui subtilement, distillait dans le cœur du Chasseur un venin acide et amer, prémisse dégueulasse de réflexions et de remises en question. D'insoumission.

Arrow, cette âme auparavant si fiable, doucement, se fissurait, prenant légèrement le ton jaune pisseux de la critique sarcastique et désillusionnée, nuance si caractéristiques des âmes adultes.
Imperceptiblement, dans son intérieur, il avait grandi, et face à Zombie, cela se remarquait.

L'Instinctif, avec une attention silencieuse, écoutait la Torpille et son aberrant discours fanatique sur le soldat et le sacrifice de son individualité pour la cause. Il tiquait sur la complexité apparente des idées et des mots, paroles qui n'allaient pas à un enfant de dix ans mais ne faisait aucune remarque de son analyse, se contentant de froncer les sourcils pour mieux rejeter une idée qui ne correspondait pas à la bonne réponse de sa pensée.
Il souriait aussi parfois en coin, avec discrétion, expression propre aux gens lasses qui écoute l'avis d'autrui tout en s'en amusant, pensant au fond que les idées de son interlocuteur n'étaient en rien recevables, clairement inférieures car creuses d'arguments et de bon sens.

Arrow, tout en voulant mettre le garçon et lui sur le pied d'égalité de l'échange d'idées, du très haut de sa pensée muette, le toisait, le reléguant au rang de gamin inquiétant, pathétique de monstruosité.

Cette attitude ne prit fin que lorsque Zombie, en clôture de son discours, murmura :

— Tu crois en Dieu, Arrow ? 

Sur ces mots, le visage de l'Instinctif se froissa.
Dieu était un sujet sensible pour Arrow, qu'il ne fallait mieux pas aborder.  

Le chasseur regarda fermement la Torpille qui avait osé pincer cette corde inharmonieuse et d'une voix claire, se mit à réciter ce que Dieu lui avait appris.


"Je suis l'Éternel, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude. Temps infime de silence. Tu n'auras pas d'autres dieux face à moi. Tu ne te prosterneras pas devant d'autres dieux que moi, et tu ne les serviras point ; car moi, l'Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements. "

Arrow s’arrêta un instant avant de reprendre, abandonnant le ton austère et neutre de la récitation pour le ton dur et froid de l'objectivité teintée de rancœur.

Voici ce qui me reste de Dieu et du monde ordinaire. J'ai oublié ma terre, les miens, celui que j'ai été mais il me reste des tas de paroles apprises par cœur à force de tenter en vain de lire la Bible. Je ne saurais pas te dire à quoi ressemble ma propre mère mais je me rappelle le supplice de la lecture, les ordres et de la tyrannie d'un Dieu détestable devant lequel je devais toujours me soumettre.

Les sourcils et le nez de l'Instinctif se froncèrent de dégoût sous ses derniers mots empreints de souvenirs désagréables et le chasseur déglutit, instaurant un nouveau temps de silence pour ordonner ses idées, revenir au Führer et blesser au mieux son interlocuteur.

"Wise a dit que ton Führer était un homme qui se prenait pour un dieu. Qu'il était un chef puissant et fou qui, lors de son règne, a entraîné dans son délire tout un peuple, tout un monde.  Qu'il a tué et détruit des milliers d'hommes avant de se tuer face à sa défaite.

Arrow inspira.

Je crois que pour parler de tout ça, Wise a utilisé le terme... Shoah.


Spoiler:
 







Playlist d'Arrow
Cerf de Jmwarkentin
Cerf aquarelle de Squint ♥️

merci à Alive, freckles et Ian pour leurs dessins et/ou avatar, à max pour son dessin d'arrow et sharpy pour son timbre des papys misogynes.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zombie
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Torpille
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2
✘ LIENS : Soldat de Plomb

MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Ven 10 Juil 2015 - 16:59



TOUT EST QUESTION DE POINT DE VUE.


Zombie + Arrow





Zombie n’a jamais entendu un seul verset de la Bible. Il ne sait de la Bible que ce qu’on lui a rapporté, et c’est le cas pour pratiquement tout autre élément du monde. Zombie sait énormément de choses qu’un enfant n’est pas censé savoir. Il sait comment charger une arme et connait les points à frapper pour provoquer un maximum de douleur par exemple. Il sait très bien comment on fait les bébés et autant comment on fait la guerre. Et, comme un effet inversé, Zombie ne sait rien de ce que les autres enfants savent.
Pour le Reich, Dieu est aberration, danger et bêtise. Il détourne les hommes de la vérité et de la morale. Le seul vrai Dieu est le Führer. Peu de gens savent qu’après les juifs et les témoins de jehovah, Hitler aurait cherché à se débarrasser des chrétiens. Ou en tous cas, de leur foi. Un monde sans religion, sans croyance, sans spiritualité. Un monde de travail, de force et d’acier. Zombie ne peut s’empêcher de penser qu’Arrow aurait été bien plus à l’aise là-dedans qu’empêtré dans les sermons qu’il énonce de son ton mécanique.

…les ordres et de la tyrannie d'un Dieu détestable devant lequel je devais toujours me soumettre.

Zombie hoche vigoureusement la tête.
Il est satisfait, réjoui même, qu’Arrow apporte un constat si négatif. Plus encore par l’absence de crainte ou d’hésitation dans son propos. L’assurance d’Arrow gonfle la sienne. Dieu détestable, dieu nié, dieu de rien du tout. La logique de Zombie s’arrête là, car elle est mathématique et programmé, comme les ordinateurs. Il n’y a pas de nuance. Il ne fait donc aucun parallèle avec d’autres êtres, d’autres systèmes, d’autres « dieux ». Pas même le sien, qu'il place au-dessus même des appréciations tel que « aimable » ou « détestable »…

Peut-être qu’Arrow a senti son exaltation, pourtant relativement introvertie, car il enchaine. Il rattaque.


Les traits de Zombie s’affaissent au rythme des phrases de l’Instinctif. A la fin de la tirade, son visage est passé de la consternation à la fureur, car c’est le seul moyen d’expression de la douleur qu’il connait. Il souffle, cligne des yeux, se lève d’un bond, s’en va, revient, donne des coups de pieds dans les meubles, lâche des « peuh ! » et des « tss ! » et commence des phrases qu’il ne termine pas.
Puis, il se rassoit, dans une position qui laisse voir que tous ses muscles sont contractés.

Wise a dit ça ?? WISE A DIT CA ? Il le hait carrément maintenant. Mais qu’en sait-il, ce mandarin de pacotille ? Quel enfoiré de merde !

Il jure en allemand, plusieurs fois.

Bien sûr que le Führer se prend pour un dieu ! Toi qui as lu la Bible, cite-moi une différence entre eux ? Hein ? A part que l'un existe et l'autre n'est que faribole. Le Führer est un guide pour les hommes, qui le vénèrent et se fient à lui envers et contre tout. La guerre et les massacres, c’est obligé quand on veut changer le monde ! Il n’a pas tué pour rien Arrow, c’était juste. Il a tué des gens vils, des menaces pour la société. Tout le monde était d’accord avec ça. Et puis, ils n’étaient pas si mal lotis, ils vivaient dans des camps de vacances, ils avaient du travail… Ce qu’a fait le Fürher est exceptionnel. Il a débarrassé toute une société de ses parasites pour la rendre absolument saine. Pourquoi personne ne le voit ? Pourquoi tu préfères parler de gens tués ? C’était même pas des gens ! Je le sais moi, j’ai été instruit sur ça ! Le Führer est un surhomme, et c’est la définition d’un dieu. Il n’y a rien que le Führer ne puisse faire, et les autres nations l’ont bien compris. Même Peter l’admire ! S’il prenait davantage exemple sur lui, il n’y aurait ni pirate, ni peau-rouge, et on se serait étendu bien plus loin, peut-être sur d’autres îles et…

Il s’interrompt, prenant certainement subitement conscience qu’il ne sait pas de quoi il parle. L’île est plus que mystérieuse, elle est insensée et donc incompréhensible. En outre, il ne sait même pas s’il y a d’autres îles, il ne sait rien de ce qu’il y a plus loin, autour, à côté… Rien. Même Arrow en sait largement plus que lui.

Zombie baisse les yeux.
Il les relève presque aussitôt, et embraye une fois encore sur la colère.

Shoah ? C’est un mot de youpin, ça !! Ce n’est même pas de notre langue ! Tu… Tu crois que Wise… ? Il est réellement choqué, comme ci il s’agissait d’une révélation terrible aux conséquences multiples. Non, pas Wise… Pas Wise. Si proche de Peter. Non.

Il se perd un moment dans ses pensées, secouant doucement la tête, les yeux dans le vague.
Et rebelote. Il se fatigue de seconde en seconde.

Ne crois pas ce qu’il te dit ! Il lit ça dans les livres. Dans les livres ! Depuis quand peut-on se fier aux livres, Arrow ? Peter l’a bien compris lui aussi, tu vois beaucoup de livres ici ? Il a certainement lu ça dans un bouquin de propagande anarchiste ou un truc du genre. Ou alors c’est une rumeur. Je peux te jurer que le Führer n’est pas mort. C’est un survivant. Et son royaume durera au moins mille ans, c’est ce qui est prévu. Ne lis pas de livre, n’écoute personne, ils mentent tous. Tous !

Il remonte son bandage, souillé de rouge plus ou moins vif, car il lui tombe devant les yeux. Ces mêmes yeux sont à présent rivés sur ceux de Arrow. Ils paraissent énormes et très pâles, et en dehors du courroux, ils brûlent d’un autre éclat. Comme du désespoir.

Pourquoi tu ne me crois pas ? Tu es pragmatique pourtant, et tout le monde dit que tu es sage. Pourquoi tu préfères faire confiance à Wise ? Tu ne sais pas que c’est un intellectuel ? Les intellectuels sont vénaux, ils ne pensent qu’à déstabiliser la pensée du peuple. Ils ne supportent pas que tout le monde suive un seul homme, un seul dieu. Crois-moi Arrow, moi je le connais, « Hitler ». Je l’ai vu tu sais. J’ai travaillé pour lui, comme toi pour Peter.

Il se rengorge. Il guette, surtout, la réaction d’Arrow.


Codage by TAC



ps:
 







Zombie hurle en darkturquoise.
.....


Uniforme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arrow
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 563
✘ SURNOM : l'Instinctif (ou l'Arcmis)
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : variable 8'D
✘ LIENS : ♦️ fiche de présentation
♦️ Dé à coudre
♦️murmure en maroon
♦️ RP en cours : Pan//Sharpy



MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Lun 20 Juil 2015 - 14:16


Terror adhaerens

Il vit au Pays de Jamais, de nombreux enfants, tous très différents. Ils sont noirs, blancs, gentils, méchants, petits et grands.
Il existe au Pays de Jamais, beaucoup de gamins mais seulement trois réactions produites sur ces enfants par l'Hors du temps et le Temps Défilant.

La première réaction est la négation, celle qui consiste à nier que le Temps dans le monde ordinaire continue à défiler. C'est une pensée classique pour un enfant qui croit souvent  être le centre du monde, le monde arrêtant logiquement de tourner en l’absence de son centre.
C'est une vision tout à fait évidente dans la théorie mais un exercice difficile en pratique car même à Neverland, il y a des arrivées, de nouveaux visages accompagnées de nouvelles choses inconnues, pires preuves que le présent se conjugue à l'imparfait.

La seconde réaction est la peur et la douleur, celles qui suivent l'instant où un enfant réalise que le temps dans le monde ordinaire ne l'a pas attendu, que sa personne appartient depuis longtemps au passé oublié. C'est cette même réaction qui origine souvent le départ des mères et le bannissements des enfants.

La troisième réaction est l'acceptation, celle qui fait que les enfants ont conscience et consentent à  leur statut de Prisonnier de l'Hors du Temps, à l'idée que personne ne les attend plus, que les amitiés sont oubliés et les amis décédés; que leur seul univers, leur seul intérêt, est le Pays de Jamais. Ceux qui pensent ainsi sont de tout  les enfants, ceux qui appartiennent entièrement à l'Île et à Peter Pan.

-----------------------------------------------------------

Il existe au Pays de Jamais, beaucoup de gamins mais seulement trois réactions face au Temps. Trois réactions que l'on tente en vain de classer de la plus terrible à la moins terrible avant d'abandonner, comprenant que face à la violence du Temps Défilant,  il n'y a jamais de gagnant.

Pensée d'un adulte devenu.



~oOo~

Les mots du Chasseur ont trouvé leur écho.
Ils se plantent dans les chairs de leur proie qui, sous la douleur, grimace, se braque et se défend en mouvements frénétiques; Zombie souffle, jure, s'agite, saccage pour ne pas se saccager. Il se perd avant de se recréer un masque de contenance dans la violence d'une réplique.

-Bien sûr que le Führer se prend pour un dieu ! [...] Le Führer est un guide pour les hommes, qui le vénèrent et se fient à lui envers et contre tout. La guerre et les massacres, c’est obligé quand on veut changer le monde ! Il n’a pas tué pour rien Arrow, c’était juste. Il a tué des gens vils, des menaces pour la société. Tout le monde était d’accord avec ça. Et puis, ils n’étaient pas si mal lotis, ils vivaient dans des camps de vacances, ils avaient du travail… Ce qu’a fait le Führer est exceptionnel. Il a débarrassé toute une société de ses parasites pour la rendre absolument saine. Pourquoi personne ne le voit ? Pourquoi tu préfères parler de gens tués ? C’était même pas des gens ! Je le sais moi, j’ai été instruit sur ça ! Le Führer est un surhomme, et c’est la définition d’un dieu [...]

Arrow ne sait que répondre ou plutôt il ne sait par quoi commencer car chaque parole de la Torpille  est une certitude puante qui rivalise d'horreur et de dégoût avec la précédente.  

Le führer, la guerre, l’idéal destructeur, le racisme, le rejet, la justice aberrante.
La purge, les massacres, la haine.
La haine. La haine. La haine. Guidée par la vénération aveugle, seul Dieu tout puissant.
La haine jamais énoncé clairement mais pourtant si présente, plus grande plaie dans le cœur nécrosé de Zombie.  
La haine qui attire la haine, celle muette et bouillante de l'Instinctif

Le Chasseur ouvre la bouche pour arrêter la bouillasse infâme des mots mais il s'interrompt car la garçon s'interrompt.
Zombie hésite. Quelque seconde d'égarement avant d'embrayer avec cette colère et cette haine qui ne l'ont jamais quitté.
Arrow se tait, observe la palette d'émotions se peignant tour à tour sur le visage de la Torpille. Il  s'amuse, amer, du pathétisme fiévreux et inquiétant du gamin.

- Shoah ? C’est un mot de youpin, ça !! [...]Tu… Tu crois que Wise… ?Non, pas Wise… Pas Wise. Si proche de Peter. Non. [...]
Ne crois pas ce qu’il te dit ! Il lit ça dans les livres. Dans les livres ! Depuis quand peut-on se fier aux livres, Arrow ? [...] Je peux te jurer que le Führer n’est pas mort. C’est un survivant. Et son royaume durera au moins mille ans, c’est ce qui est prévu. Ne lis pas de livre, n’écoute personne, ils mentent tous. Tous ! 


Plus aucun sourire, même sarcastique, n'éclaire le visage d'Arrow.
La gravité a remplacé le mépris dégoûté.
Arrow doit dire à Zombie le fond de sa pensée.  Il va lui dire. Bientôt. Mais d’abord, il le laisse terminer, aller jusqu'au bout de son épuisement pour ensuite mieux l'attaquer.

- Pourquoi tu ne me crois pas ? Tu es pragmatique pourtant, et tout le monde dit que tu es sage. Pourquoi tu préfères faire confiance à Wise ? [...] Crois-moi Arrow, moi je le connais, « Hitler ». Je l’ai vu tu sais. J’ai travaillé pour lui, comme toi pour Peter. 

Mot final. Cinq secondes de silence qui en semblent vingt avant que le chasseur, d'une patiente venimeuse, accepte de répondre.

"Tu t'énerves Zombie? Pourquoi? Es-tu anxieux? As tu peur que je ne te crois pas alors que je n'ai jamais dit non plus que je croyais aux paroles de Wise? Ne t'ai-je pas dit que sa réponse ne m'avait pas satisfaite? Qu'il semblait ne pas le connaitre? "

Sa voix est calme, posée. Trop, au point qu'elle en devient menaçante.

Tu as raison Zombie, Wise raconte surement n'importe quoi car les livres disent ce qu'ils veulent. Il n'y a pas plus subjectif et vil. Il ne faut ni les lire, ni leur faire confiance.
Il faut se fier à la pratique, au vécu, à la logique, au bon sens et aux faits. Il faut être pragmatique comme tu le dis.
(L'Instinctif ne connait pas le mot mais le comprend dans son contexte). Donc soyons pragmatique Zombie.

Arrow se replace sur sa chaise pour mieux faire face à son interlocuteur et être le plus à son aise pour parler.

-Accueilles tu parfois les nouveaux garçons perdus?
C'est une tâche dont j'ai horreur car ils sont euphoriques et parlent beaucoup pour ne rien dire. C'est épuisant.
Néanmoins, il n'y a pas très longtemps, j'ai dû accueillir un nouveau chasseur dans ma cabane.
Je n'ai pas eu trop le temps de lui parler car il est mort juste après, lors de la grande bataille mais je crois que c'était un garçon d'une quinzaine d'année. Il parlait assez bien anglais mais avec un fort accent slave. J'ai trouvé cela bizarre mais je n'y ai pas fais davantage attention, occupé à  faire une place pour ses affaires dans la malle où je range les miennes.  
J'ai sorti mes vieux vêtements avec lesquelles je suis arrivé à Neverland et à leur vue, le garçon s'est arrêté d'un coup, surpris. Il les a saisi, regardé sous tous les angles et m'a demandé de quelles campagnes paumées je sortais pour avoir de telles antiquités.
Je n'ai pas vraiment compris sur le coup et il a ré-embrayé sur le fait qu'on était en 2012 et que la fin du monde c'était mon style vestimentaire.


Le garçon s’arrête un instant et un froncement léger vient animer ses sourcils.

Tu sais Zombie... J'ai depuis longtemps conscience que le temps continue à défiler dans le monde ordinaire. C'est une chose à laquelle je ne fais pas attention car  je n'ai plus aucun lien avec cet univers. Il m’indiffère....
Néanmoins... je ne me rendais pas compte que le temps passait si vite. Je pensais que les personnes hors de l'Île vivaient encore dans les années 1980.  Comme quand Wise m'en avait parlé...
, Arrow déglutit. Le vingt-et-unieme siècle... ça fait bizarre hein?

Le chasseur inspire longuement avant de continuer. Il sait qu'il prend des risques, que les paroles qu'il va prononcer ont un parfum de tabous et d'interdit.

C'est la même chose pour ton Hitler, Zombie. Le temps, là-bas, a passé. Ton époque est révolue depuis plus de...,L'instinctif se met à calculer et l'exercice n'est pas aisé. Il s'aide sur ses doigts, hésite, énumère des chiffres muets sur le bord de ses lèvres. Il se tait, entièrement à sa concentration et par son silence, livre de longues secondes la pièce à une immobilité pesante.

-Depuis plus de 70 ans.
Il déglutit derechef avant de reprendre.

Ton Hitler, qui était déjà un homme à ton époque, doit être mort depuis longtemps maintenant...Que tu l'acceptes ou non Zombie, nous sommes des reliques du passé.  



Spoiler:
 







Playlist d'Arrow
Cerf de Jmwarkentin
Cerf aquarelle de Squint ♥️

merci à Alive, freckles et Ian pour leurs dessins et/ou avatar, à max pour son dessin d'arrow et sharpy pour son timbre des papys misogynes.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zombie
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Torpille
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2
✘ LIENS : Soldat de Plomb

MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Dim 9 Aoû 2015 - 19:11

hrp:
 



TOUT EST QUESTION DE POINT DE VUE.


Zombie + Arrow





En cet instant, il y a une différence entre Zombie et Arrow. Il y a un fossé.
D’un côté, Zombie est horrible dans son discours, inconscient, extrême, abominable. Fou. Mais il est pur. Il est pur car il ne cherche pas à choquer Arrow, à l’ébranler, à l’affaiblir, à lui faire mal. Il croit en ce qu’il dit, il est sincère, il est vrai. Il cherche même du soutien, de l’approbation. Il veut qu’on lui dise « tu as raison ». Et de l’autre côté, il y a Arrow qui choisit son approche, tente de faire s’effondrer la pensée unique, impersonnelle de Zombie. De le troubler, le blesser, le mortifier. C’est ce qu’il fait, de sa voix basse, presque suave, avec son calme plus ardent qu’un feu de forêt, au fond, tout au fond, et même un peu en surface. Dans ses yeux par exemple, aussi dans ses mains. Beaucoup sur sa bouche.  En cet instant, Arrow, brisé et mort dedans, est le vrai monstre.

Zombie rougit un peu, ou peut-être qu’il pâlit, dès les premiers mots d’Arrow. Car Arrow l’humilie un peu. Zombie se sent bête, et c’est peut-être ce que l’Instinctif cherchait, bête de s’emporter, d’être excessif, sensible. Il ne réplique même pas, bien que sa bouche s’ouvre, se ferme, se torde. Il écoute. Intensément.  


2012.
70 ans.
Ça ne veut rien dire.
Hitler mort.
Ça ne veut rien dire.
Reliques du passé.
Ça ne veut rien dire.
Ta gueule.


Zombie attend longtemps.
Il ne sait pas ce qu’il ressent pour Arrow, là.
Il ne sait pas ce qu’il ressent du tout.
Il y a un son strident dans ses oreilles, qui a avalé tout autre bruit.
Il y a un grésillement dans son sang, sur sa peau, qui a annihilé toute autre sensation.
Il n’y a rien dans ses yeux. Même la fièvre est tombée dans ses yeux.

Tu ne m’as pas écouté, ou quoi.

Sa voix est tellement basse qu’on la croirait surnaturelle, ancestrale, alors qu’elle est encore celle d’un enfant.

Mille ans, Arrow, mille ans de règne. Les surhommes ne sont pas comme nous, ils ne meurent pas. Ils ne finissent pas.

Mais nous non plus on ne finit pas ! Nous non plus on n’existe pas !
TA GUEULE !

Il n’y a pas de passé dans le Reich. Il n’y a que le futur. Quand je reviendrai, le monde sera lavé, dépouillé de sa racaille et de sa maladie. Le monde sera beau, et pur, et fort. Je suis pas une relique.

Il pleure maintenant.

Je suis pas une relique, je suis le futur. Je suis le symbole du futur.

Il pleure comme il sait pleurer, crispé, raide, violent.

Le passé meurt. Et nous on est pas morts. Ni le Führer.

Horreur.

N’est-ce pas qu’on n’est pas morts !

Il se lève d’un coup, arrache son bandage crânien qui l’irrite. La scène est figée, ça dure un instant.

Connard !

Il se jette sur lui.
Ses ongles griffent la poitrine d’Arrow.
Son bras amoché lui inflige des vagues de douleur, quasi électriques, qui le rendent plus frénétique encore, et nourrissent le flot de ses larmes.

T’es bien vivant, t’es bien vivant ! Scheiße, t’es bien vivant !! Tu as mal, ton coeur il bat, regarde !

Il lui mord le poitrail, comme pour arracher les couches de chair qui empêchent audit coeur d’être exhibé.

TU DIS N’IMPORTE QUOI ! TU MENS, SALE RICAIN, JE VAIS LE DIRE A PETER !

Il se fige encore. Hoquette. Son visage s’est détendu d’un coup, entre le choc et l’inexpression.
Arrow est rebelle. Arrow est mauvais.

Je vais dire à Peter ce que tu m’as dit.

Il aimerait sourire, là, mais il n’y arrive pas encore. Il essaye d’être fier de ce minuscule retournement. De montrer qu’il a le dessus. Aha.

Ça ne marche pas.



Codage by TAC







Zombie hurle en darkturquoise.
.....


Uniforme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arrow
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 563
✘ SURNOM : l'Instinctif (ou l'Arcmis)
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : variable 8'D
✘ LIENS : ♦️ fiche de présentation
♦️ Dé à coudre
♦️murmure en maroon
♦️ RP en cours : Pan//Sharpy



MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Lun 10 Aoû 2015 - 21:30


Ça fait longtemps qu'Arrow ne s'est pas senti aussi  violant, vivant et humain.
Désinhibé.
Hors de lui, hors de tous ces beaux principes qui l'ont toujours formé et formaté.
Plein de cette pureté émotionnelle qui emporte tout, qui fait battre son cœur sous l'envie malsaine de heurter.
Car le Chasseur ne peut le nier, il aime cet état brut qui à chaque instant lui fait expérimenter ce qu'est la vraie vie, celle de domination et de soumission.
Il y devine celui qu'il aurait été si on ne l'avait pas contraint d'une peau d'humain, celui qu'il aurait aimé être s'il n'avait pas été si sage et bon.
C'est même peut-être ça le vrai Arrow au fond : celui qui ne protège pas, qui ne réconforte pas, qui n'est pas un frère. Celui qui a le droit de rejeter, de blesser, de se confronter avec toujours plus de brutalité à la réalité et à sa cruauté.
Celui qui veut vivre pour lui, être un Chasseur et un Instinctif; un carnassier, un fauve s'éveillant face à Zombie, petit insecte épinglé vivant, qui sous ses mots, s'agite, pleure, devient fou. Encore et encore à croire que cette réaction est la seule que la Torpille connaisse, que sa pensée est si absurde qu'elle injecte de la démence dans ses gestes.

~oOo~

Par la violence, Arrow est plus que jamais retombé en enfance et sourit intérieurement de son pouvoir quand Zombie se jette sur lui et le fait tomber de sa chaise.
Tout deux, ils s'écrasent au sol en un râle de souffrance et la Torpille le griffe, le mord au cœur, déchire de ses dents la peau neuve et fragile qui venait de recouvrir les tissus nécrosés. C'est une douleur et une vision aussi infâme que saisissante qui pourtant, se fait presque oublier derrière la signification qui origine un tel acte. Derrière ce geste, c'est toute la colère, toute la détresse de la Torpille qui transpire. C'est une volonté d'exhiber la Vie par sa destruction.

-T’es bien vivant, t’es bien vivant ! Scheiße, t’es bien vivant !! Tu as mal, ton coeur il bat, regarde ! 

Arrow grimace, essaye de se défendre mais il est encore trop faible. Au sol, la Torpille écrase son ventre de son corps, et le chasseur accuse les coups sans pouvoir riposter.

-  TU DIS N’IMPORTE QUOI ! TU MENS, SALE RICAIN, JE VAIS LE DIRE A PETER !

C'est quatre secondes de perdition et d'angoisses pures avant que, de son bras valide, il attrape Zombie à la gorge. Il serre comme il a déjà serré auparavant, écrase ses doigts maigres contre la jugulaire. Néanmoins ça n'a plus rien à voir avec leur combat dans l'Arène car l'Instinctif serre à présent consciemment. Il veut aujourd'hui se débarrasser de la Torpille, le faire souffrir mais il n'en a plus la capacité; plus la force... Alors il s'accorde avec sa propre faiblesse et  modère son geste, le fait simple menace, rappel d'un temps pas si lointain.
Ça peut faire très mal le réveil des souvenirs enterrés aussi.

Zombie se fige, hoquette avant de blêmir d'avantage, l'inexpression des cadavres sur le visage.

— Je vais dire à Peter ce que tu m’as dit. 

Le chasseur se tait un instant et réplique.

"Va y Zombie. Dis le à Peter. Il me punira et après?"

Sa voix est basse. Elle siffle et est enrouée. Arrow tousse et grimace sous la douleur élançant son thorax et son flan droit. Il respire lourdement pour reprendre sa respiration.
Sous sa poitrine trop blanche et recouverte de traces rouges on voit le mouvement des côtes qui s'écartent et se rapprochent à chaque respiration.
L'Instinctif ressemble à présent à un affamé crevant sur un trottoir. Il est pathétique.

Tu crois vraiment qu'il va me bannir? Qu'il peut se le permettre ?"

Ses mots restent assurés. Son regard est droit. Plus que jamais même peut-être.
Posé et sarcastique, il soutient celui bleu délavé de la Torpille. Il le domine pendant que ses doigts relâchent leur pression sur la gorge du gamin avant rejoindre mollement le contact du sol.
Il baisse sa défense pour montrer qu'il n'a pas peur.
C'est un défi, une provocation pire qu'un mollard dans la figure.

"Va y sale petit soldat, détruis-moi de tes poings et de tes mots. Défoule toi, brise tout ce que tu peux car tu ne sais faire que ça. Tu n'es que haine et tu ne renvoies qu'elle. "

Oh oui Zombie, cogne, explose, détruit...
Frappe, frappe, frappe car c'est notre façon d'oublier;
De nous souvenir de l'essentiel: que nous sommes humains et violents. Vivants.


Tain... Je crois que j'ai jamais écrit un rp aussi malsain et violent de ma vie de rpgiste... Mais je kiffe bien eheh.
Et je te laisse le choix pour savoir si zombie a capté sous l'émotion qu'il se faisait étrangler (vu que ce n'est pas trés fort -arrow a pas la force actuellement...-)







Playlist d'Arrow
Cerf de Jmwarkentin
Cerf aquarelle de Squint ♥️

merci à Alive, freckles et Ian pour leurs dessins et/ou avatar, à max pour son dessin d'arrow et sharpy pour son timbre des papys misogynes.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zombie
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 147
✘ SURNOM : La Torpille
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2
✘ LIENS : Soldat de Plomb

MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Dim 6 Sep 2015 - 2:34



TOUT EST QUESTION DE POINT DE VUE.


Zombie + Arrow





Zombie pourrait répliquer, dire à Arrow que c’est lui, le vrai concentré de haine. Que la seule différence, celle qui change tout du reste, c’est que lui, il sait la maitriser, la rendre acerbe et efficace, mais qu’elle est encore plus noire que celle de Zombie. Qu’est-ce que la violence, Arrow, au fond.
Zombie ne réplique pas, ne dit rien de tout ça à Arrow, ne rien du tout. Il est trop jeune Zombie, trop immature, trop cloisonné, il n’a pas appris à répliquer par les mots, par l’agilité de l’esprit. Il sait juste frapper, Zombie. Tout ça, c’était déloyal. Peut-être qu’Arrow le voit maintenant.

Il éprouve trop de choses, des choses inattendues, incompréhensibles, ingérables. Sale petit soldat. .
Qu’est-ce que ça veut dire ? Pourquoi sale ? Sale et soldat, ça ne va pas ensemble. C’est une antithèse. C’est en train de lui vriller le cerveau. D’ailleurs, ses yeux vrillent tandis qu’ils scrutent ceux, inflexibles, de l’Instinctif. Une bande abîmée qui s’effrite sur un écran fatigué. Zombie est fatigué.
N’est-ce pas un honneur d’être soldat ? N’est-ce pas la condition la plus noble d’un homme ? N’est-ce pas symbole de grandeur, de dignité, de courage ? N’est-ce pas toute sa fierté ? N’est-ce pas tout ce qu’il est ? Il en a toujours été si sûr. Si fier. Si convaincu. Zombie n’a jamais douté. Le doute est inédit à sa pensée et broie tout sur son passage, tirant profit de la stupéfaction générale. Il tangue carrément.

Alors il ne sait plus.
Obéir, réfléchir.
Parler, se taire.
Peter, Arrow.
Zombie, Zombie.
Zombie est un champ de bataille à lui tout seul.
Il zigzague entre les mines assoupies.

Oui, je vais le faire.

Sa voix est plus mal assurée que jamais. Elle tangue et zigzague comme lui.

Toi tu es pire, Arrow. Pire que la haine.

Il le dévisage, le scrute de bas en haut. Il n’y a aucune expression sur son propre visage, car Zombie ne sait pas ce qu’il voit en Arrow. Arrow est blanc, maigre, lisse, vide et noir. Pourri.

C’est toi qu’ils auraient dû appeler Zombie.

Il s’en va.
Il va trouver Peter.
Quand il trouvera Peter, Peter sera rayonnant et exalté, tellement rayonnant et exalté que Zombie ne saura pas comment amener ce nuage sombre dans son ciel. Il balbutiera, se grattera la peau, fera demi-tour. Comment dire au sourire de Peter qu’Arrow, le grand frère, le sage, le digne chasseur, a une ombre lui aussi, tellement tellement noire. Un autre visage. Comment le dire aux autres. Comment leur montrer qu’on a vu chez celui qui protège une chose qui fait si peur. Comment affronter le monde dont les repères ont pétés, comme des éclats d’obus. Comment marcher encore, comment être droit, être fort. Être un bon petit soldat.

Oubli, oubli, oubli, oh pitié.




Codage by TAC



hrp:
 
Ce RP continue avec Au pied du Mur







Zombie hurle en darkturquoise.
.....


Uniforme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1603

MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    Ven 11 Sep 2015 - 19:52

The End


Il serait presque indécent,
Et surtout bien impossible,
De feindre le bon infaillible,
Qui ne verrait là-dedans,
Rien d'autre qu'une piètre bagarre,
Rien d'autre que deux enfants ignares,
Lorsque la vérité est telle,
Que sa plaie sera éternelle.



FIN DE L'AVENTURE







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout est question de point de vue [Zombie/Arrow]    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comptage d'une main 'tout honneur et extrémités'
» [résolu]Question de point d'attaque
» Tout Pung: Question
» [Terminé] TACTICA TYRANIDE
» Call of Duty : Black Ops 2 : ORIGINS (Zombies) .Avoir les 9 Atouts !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-