Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Cette course-poursuite dure depuis bien trop longtemps || Ft Pretty   Mer 24 Fév 2016 - 17:02

PRETTY
L'androgyne froussard

SWITCH
La chose incomprise

Hep ! Reviens là !
Switch courait, aussi vite qu'elle le pouvait. Un paire de bras empêchait le lourd écran de lui faire perdre l'équilibre, la seconde tenait sa jupe en place, et la dernière se balançait librement, suivant le mouvement naturel du corps.

Eh ! Attends ! ; Jusqu'où vas-tu la faire courir comme ça ? ; T'as vu un monstre ?

Les messages défilaient, s'affichaient, mais elle doutait que leur destinataire ne prit le temps de les lire. Car lui aussi courait, il courait devant elle : il la fuyait. Elle l'entendait, elle percevait sa respiration effrénée et le bruit de ses pieds écrasant l'herbe. Elle ne se demandait pas trop pourquoi elle l'avait suivi, encore moins pourquoi elle continuait de le faire. C'était une sorte d'instinct, celui du prédateur qui, voyant sa proie s'enfuir en découvrant l'oeil avide posé sur elle, s'élance à sa poursuite. Pourtant, Switch ne voulait pas lui faire du mal, encore moins le dévorer, cet enfant effrayé. Elle ne comprenait pas son émoi soudain, elle voulait savoir. Alors, elle le suivait, et elle était prête à s'enfoncer dans les plus sombres profondeurs de l'Île pour ça. Elle devait être d'humeur joueuse. Peut-être même s'amusait-elle un peu de sentir l'agitation de cette jeune personne, et de s'en savoir la cause.
Oui, en fait, Switch s'amusait.
Espiègle, mesquine, un peu cruelle.

Malheureusement, la course n'était pas ce qu'elle savait le mieux le faire. Elle ne s'épuisait pas, ça non, puisqu'elle ignorait ce qu'étaient l'essoufflement et la douleur musculaire, mais elle le poids de ses jambes l'empêchait d'aller très vite, celui du moniteur la faisait tanguer, et à l'intérieur, tous ses composant remuaient, s'entrechoquaient. Cela faisait du bruit, elle craignait de casser quelque chose. En plus, le soleil ardent qui frappait sur le métal faisait grimper la chaleur, à l'intérieur. Par un étrange tour du sort, elle le sentait. C'était désagréable. Cela l'inquiétait un peu. Pour se rassurer, elle plaça l'une de ses fines mains au dessus de l'objet. L'ombre risible couvrait un minuscule espace. Pourtant, et bien consciente de l'inutilité de sa démarche, elle poursuivit ainsi sa route.

Ainsi, ils continuèrent, et s'enfoncèrent, petit à petit, dans des zones plus profondes et dangereuses de l'Île. Switch se demandait quand le petit allait se fatiguer. Pas maintenant, apparemment : elle captait sa peur plus que distinctement. Elle voulait le rattraper, et le bouton allait sauter, elle le savait, et alors...

Clic.

Ah, tiens, ça n'avait pas mis longtemps. Elle sentit comme un frisson la traverser, et en quelques secondes, une hargne terrible s'était emparée d'elle. Elle allait l'attraper, ce petit salaud qui la fuyait, et là, il verrait de quel bois Le Truc pouvait bien se chauffer. Non mais, combien de fois aurait-elle pu tomber et casser l'un de ses composants, en courant de la sorte ? Et si elle se perdait après ? Il ne réfléchissait donc pas ? Là, pour elle, ce n'était plus un jeu. Elle en faisait une véritable affaire personnelle. Il le regretterait. Elle accéléra, poussée par le brasier de rage, et parvint à réduire la distance entre eux. Sur l'écran, plus de message distinct, mais des images peu rassurantes et des écrans tout blancs. La main qui, plus tôt, tentait de lui faire de l'ombre était devenue un poing serré qui s'agitait dans tous les sens, accompagné de deux autres - ceux qui, auparavant ne tenaient ni la jupe ni le moniteur. Elle sentit que ses intérieurs chauffaient moins : ils devaient se trouver sous des arbres. Ou dans une galerie. Ou peu importe. En tous cas, le soleil ne tapait plus sur la boite de métal, et elle s'en sentait soulagée.
Elle entendit un cri qui lui fit vriller les oreilles, et du fracas. Le garçon avait arrêté de courir, mais il y avait quelque chose d'autre. Quelque chose de gros. Elle était déstabilisée, ne sachant pas où elle se trouvait, ni avec qui, mais surtout très énervée. Et cette chose qui venait de débarquer ne lui volerait pas le Garçon Perdu à qui elle voulait remonter les bretelles elle-même. Elle se pencha, tomba par terre, emportée par le poids du téléviseur. Des cliquetis rageurs s'échappaient de ce dernier. Elle se mit à fouiller le sol de ses six bras, ramassa dans chacune de ses mains tout ce qu'elle put trouver, et se mit à mitrailler la créature ennemie. Son attention détournée, la bestiole se rua vers elle. Elle eut à peine le temps de saisir une grosse pierre avant qu'elle ne se retrouve avec l'animal sur elle : elle le frappa à la tête, suffisamment fort pour l'étourdir. Elle recommença. Une fois, deux fois. Elle se sentait de plus en plus enragée. Quand la chose se mit en tête de fuir, elle la poursuivit même sur quelques mètres et lui envoya le caillou. La glapissement qui résonna l'informa que sa cible avec bien été atteinte.

Immédiatement, elle se retourna vers le Garçon Perdu, dont elle captait toujours la présence. Il respirait fort et elle entendait son cœur tambouriner contre sa poitrine. Elle marcha vers lui d'un pas décidé.

Toi, là ! Ne t'avise pas de bouger d'un demi-centimètre ! Sache que Ça n'a pas bien pris le fait que tu la fuies de la sorte !

D'un geste sec et même un peu brutal, elle l'attrapa par le col et le souleva. Le petit être était léger. Ses quatre bras libres remuaient les poings, tandis qu'à l'écran était affiché un emoji mécontent. Elle le secoua.

Ah ! Mais maintenant, Ça te tient ! Ça espère que tu as une bonne raison d'avoir blessé son ego ainsi ! Avant cela, tu vas voir ce...

Clic.


L'écran s'éteignit. Le bouton avait encore sauté. Switch, le lâcha, les épaules basses. Ce qu'elle se sentait lasse d'un coup. Elle recula de quelques pas.

Oh non, regarde, en plus ses vêtements sont déchirés... Il va falloir retourner en trouver de nouveaux, affronter les regards... Tu trouves que C'est un monstre ? C'est pour ça que tu t'es enfui ? C'est désolé... Vraiment, tellement désolé... Ça voulait juste se faire une nouvelle connaissance.

Si Switch avait été humaine, elle aurait fondu en pleurs. À la place, elle se laissa tomber au sol, se recroquevilla, et continua d'afficher mille messages d'excuses. Switch se sentait mal et ne voulait rien faire. Switch ne savait même plus véritablement pourquoi elle se trouvait là.
Revenir en haut Aller en bas
Pretty
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 475
✘ SURNOM : La Fausseté
✘ AGE DU PERSO : Environ 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS : She is a Boy

MessageSujet: Re: Cette course-poursuite dure depuis bien trop longtemps || Ft Pretty   Jeu 25 Fév 2016 - 21:29

C'était trop d'émotions d'un seul coup. Beaucoup trop d'émotions d'un seul coup.

Cette créature quasi indescriptible était entrée dans le champ de vision de Pretty ; et sa réaction la plus naturelle avait été de fuir aussitôt que le machin non identifié avait fait mine de s'approcher. La chose ne s'était même pas montrée agressive dans sa démarche un peu sautillante, pas plus que lorsqu'elle avait voulu lui adresser un smiley  tout souriant depuis sa tête télévisée. Pourtant, Pretty avait senti son cœur s'emballer de façon carrément inquiétante à son approche, et la panique l'avait submergé.
Alors ses jambes avaient décollé toutes seules et il avait détalé comme un lapin.

Autant dire que, en apercevant à l'aide d'un rapide coup d’œil derrière lui que le truc -si ironiquement bien nommé- le poursuivait, son instinct de survie avait hurlé à l'alerte rouge et ses foulées s'étaient à la fois allongées et accélérées comme jamais.
Il avait piqué le sprint de sa vie.

Un sprint qui s'était d'ailleurs bien vite transformé en épreuve d'endurance. La cadence devenait difficile à supporter, pénible ; mais l'adrénaline effectuait son rôle à la perfection. La Fausseté se sentait capable de soutenir l'allure aussi longtemps qu'il le faudrait -du moment que cela pouvait lui sauver la peau et que la créature à ses trousses n'abandonnait pas la course-poursuite.

Alors Pretty avait couru, encore et encore, maintenant sa vitesse autant que faire se pouvait. Tant qu'il entendrait les bruits de pas précipités non loin derrière, il ne s'arrêterait pas.

La scène aurait presque pu se révéler comique, lorsque l'on savait que Switch était totalement inoffensive et ne souhaitait jamais que se faire un nouvel ami.

Néanmoins un élément totalement imprévu ne tarda pas à pointer le bout de son nez, bouleversant totalement la situation actuelle.
Une Chimère.
Pas le genre adorable, moitié lapin moitié chat par exemple. Ç’aurait été trop facile, bien sûr.
C'était vraisemblablement une Chimère mélangeant les caractéristiques d'une panthère et... D'un animal au très long coup. Il pensa d'abord à une girafe jusqu'à ce qu'il constate que non seulement ledit cou ondulait avec souplesse, mais aussi l'intégralité de son corps à vrai dire.
Le corps d'un serpent coloré comme une panthère, possédant ses quatre pattes et sa tête et sa gueule dotées de dents acérées...
D'accord.
C'était ridicule, mais c'était un prédateur et c'était par conséquent très effrayant.

Pretty poussa un petit cri apeuré et pila net en constatant que la Chimère reportait son attention sur lui et se préparait déjà à bondir sur sa proie inopinément apparue.
Évidemment, c'est à cet instant que les pieds du Perdu décidèrent de s'emmêler entre les racines et de le faire chuter dans un bruit sourd et de la façon la plus ridicule qui soit. Comme un hippopotame qui faisait un plat.
Mais sur le sol.
Et cela faisait un petit peu mal, tout de même.

Le jeune Livreur se serait probablement fichu de sa propre tronche s'il avait découvert la scène d'un point de vue extérieur.

Cependant, il n'était présentement pas du tout amusé, sachant pertinemment qu'un danger approchait dangereusement des deux côtés et que, ainsi ventre à terre, il était définitivement cerné.
Il ferma très fort les yeux comme si ne plus voir ce qui se déroulait allait lui permettre de moins souffrir lorsque l'une ou l'autre des deux créatures se jetterait à sa rencontre et attenterait à sa vie. L'une essayerait certainement de le démembrer, l'autre de le manger tout cru.
Son cœur palpitait terriblement et il tenta de chasser ces images de son esprit.

La suite des évènements fut pourtant bien différente de ce qu'il avait tout d'abord imaginé.
Un boum sourd retentit et le réflexe fit ouvrir les yeux à La Fausseté qui observa à la dérobée ce qui se passait. Le Truc aux multiples membres venait de laisser tomber sa tête insolite par terre et ses mains fouillaient de façon particulièrement inquiétante tout autour d'elles. On aurait dit un mille-pattes.
Pretty était persuadé que c'était lui qu'elle cherchait en tâtant ainsi le terrain ; cependant lorsqu'elle eut ramassé plusieurs cailloux, c'est l'autre créature mi-serpent mi-panthère qu'elle mitrailla de ses projectiles.

La cible glapit, grogna, changea aussitôt de cible et bondit au-dessus de Pretty en cessant de lui porter le moindre intérêt.
Il retint sa respiration tandis que l'étrange combat débutait.

La Chimère avait plaqué l'Enchanté au sol, mais cette dernière avait de quoi la frapper méchamment : une grosse pierre, qu'elle abattit à plusieurs reprises sur la tête de l'animal sans ménagement et avec une violence inouïe. Pretty était persuadé d'avoir vu du sang gicler à un moment.
Et la fureur des assauts eut bientôt raison de la faim de la bête mi-serpent mi-panthère, qui décida brusquement que la fuite était une meilleure idée en vue de la tournure que prenait les choses. Le machin télévisé alla jusqu'à le poursuivre un peu, lui lançant une ultime fois son arme improvisé.

Puis, le Truc se tourna vers lui.

Pretty commença à patiner sur place dans le vague espoir de s'enfuir à nouveau, trop troublé par la créature pour se soucier un seul instant du fait qu'elle venait de lui sauver la vie.
Il ne fut néanmoins pas assez rapide et il fut empoigné puis même soulevé avec une brusquerie qui était loin d'être agréable. Mais le pire, ce n'était évidemment pas la brusquerie avait laquelle il était presque secoué dans tous les sens.
C'était le fait d'être porté.

La prise de conscience eut au moins le mérite de faire disparaître sa crainte comme par magie et lui offrit même le luxe de s'énerver. Il rugit, se débattit, griffa tout bras passant à sa portée, tentant de faire lâcher prise au machin télévisé. Il n'y allait pas de main morte et, pourtant, ce fut inefficace.
Des phrases s'affichaient sur l'écran et La Fausseté prit à peine le temps de les lire, trop occupé qu'il était à s'agiter comme un petit diable.

Puis, sans crier gare, la créature le lâcha.

Pretty tomba sur les fesses piteusement, prit par surprise, et lâcha un gémissement de douleur en se frottant le derrière.
Il jeta un coup d’œil intrigué à la créature qui reculait de quelques pas et s'effondrait sur le sol, l'attitude soudain dépressive. Les messages s'affichaient rapidement sur son écran et parfois Pretty n'avait même pas le temps d'en finir une que la suivante apparaissait, rendant les propos de la créature quelque peu compliqués à déchiffrer.

Quoi qu'il en soit, c'était le bon moment pour se carapater.

La Fausseté rampa donc à quatre pattes, lentement, dans le but d'échapper enfin à la créature.
Avant de se raviser l'espace d'un instant et de tourner à nouveau la tête vers le Truc. Qu'il dévisagea d'un air un peu indécis.

C'était qu'elle avait l'air sacrément tristounette, comme ça...

Pretty se pinça les lèvres, se tritura les méninges encore quelques secondes.

C'est désolé... Vraiment, tellement désolé... Ça voulait juste se faire une nouvelle connaissance.

Il ne comprenait pas pourquoi "ça" parlait de soi-même à la troisième personne et en un qualificatif si peu élogieux.
Néanmoins, il fit demi-tour. Avec lenteur. Et s'installa en tailleurs face à la créature, toujours quelque peu hésitant.
Si elle voulait l'étouffer dans une étreinte, songea-t-il, le problème serait vite réglé et il se maudirait une fois encore d'avoir cédé à la compassion.

Il pencha cependant la tête sur le côté et annonça dans tout son innocence enfantine :

Faut pas pleurer, tu sais. Il fit une pause, songeur. Je t'en veux pas pour les habits -pas trop. Ça peut se recoudre. J'en ai d'autres en plus.

Il espérait sincèrement qu'elle n'allait pas essayer de le presser comme un citron entre ses bras.
En attendant, il plissa les yeux en détaillant l'étrange créature qu'elle était en tentant de calmer les battements rapides de son cœur.

T'es... Pas aussi effrayante qu'un monstre, hein. Il toussota. Mais t'es quand même très bizarre. Ça m'a surpris. C'est pour ça que j'ai fui.

Il rigola, un peu plus espiègle.

En plus tu avais vraiment l'air de vouloir m'étriper en me courant après...!

Advienne que pourra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Cette course-poursuite dure depuis bien trop longtemps || Ft Pretty   Sam 27 Fév 2016 - 18:34

PRETTY
L'androgyne froussard

SWITCH
La chose incomprise

Hep ! Reviens là !
▬  Faut pas pleurer, tu sais. Il fit une pause, songeur. Je t'en veux pas pour les habits - pas trop. Ça peut se recoudre. J'en ai d'autres en plus.

L'écran éteint restait fixé en direction du sol et les multiples bras agrippés les uns aux autres. Switch écoutait, toute recroquevillée. Elle attendait d'être consolée, comme une petite fille. L'enfant avait une petite voix douce et fluette, comme elle aimait ça. D'ailleurs, elle était soulagée de pouvoir se débarrasser décharger de toute culpabilité pour les vêtements du Garçon Perdu. Elle, ça ne lui aurait pas plu, de voir ses habits ainsi maltraités.

▬  T'es... Pas aussi effrayante qu'un monstre, hein. Mais t'es quand même très bizarre. Ça m'a surpris. C'est pour ça que j'ai fui.

Elle ne savait pas trop comment le prendre. Mais au final, elle décida d'être flattée. Il n'avait pas dit être effrayé, mais surpris : ce n'était pas du tout la même chose - et cela lui rappelait un certain souvenir. Elle aimait bien qualificatif, "surprenant". Après tout, elle savait que son apparence était étrange. Mais elle ne parvenait guère à ne pas se vexer quand on prenait peur en la voyant. Elle l'entendit rire, et cela éveilla en elle quelque chose de chaleureux.

▬ En plus tu avais vraiment l'air de vouloir m'étriper en me courant après...!

Clic.

Switch venait de tourner le bouton au hasard. Elle voulait juste se tirer de sa torpeur. En quelques secondes, elle sentit une énergie toute nouvelle affluer en elle. Dans ses bras, sa colonne vertébrale. Brusquement, elle releva la "tête" vers son jeune interlocuteur. L'écran clignotait frénétiquement ; elle riait.

C'est parce que Ça voulait t'étriper, tu l'as bien vu ! Tu as l'air perspicace comme gamin.

Le sarcasme n'était ici pas aussi évident que si Le Truc avait été doté d'une voix. Pourtant, sa petite remarque en était bien un. Elle se releva, une paire de poings calée aux creux des hanches, et les deux autres où il y avait la place de se loger. Bien droite, le dominant de toute sa hauteur, elle semblait le regarder.

Mais maintenant, Ça n'est plus d'humeur à ça. Switch n'est pas mauvaise, en vrai.

Elle croisa les bras. Elle afficha un petit smiley à l'écran :

;-) Enfin, ça dépend des jours.

Puis elle se pencha vers lui, posa deux mains sur son visage. Ses doigts pressaient les joues rebondies, suivaient la courbe du nez, des arcades. Sur le moniteur s'affichait, sans que sa volonté put y faire quoi que ce soit, l'image qu'elle se faisait. Ce n'était pas ressemblant, mais bien évidemment, elle n'en savait rien. Ses autres paires de bras se joignirent à la construction du portrait en tâtant le reste de son corps.

Pour te faire pardonner l'offense que tu Lui as fait, tu vas l'aider ! Parle-lui de toi, Ça t'écoute.

Sur fond blanc, les lignes tentaient de trouver leur place alors qu'elle était prête à l'écouter parler - ou bien le retenir, s'il comptait tenter de s'enfuir. Elle le tenait maintenant, et elle ne se sentait pas d'humeur à le laisser repartir.
Revenir en haut Aller en bas
Pretty
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 475
✘ SURNOM : La Fausseté
✘ AGE DU PERSO : Environ 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS : She is a Boy

MessageSujet: Re: Cette course-poursuite dure depuis bien trop longtemps || Ft Pretty   Sam 27 Fév 2016 - 21:54

Pretty sursauta malgré lui lorsque l'Enchantée se redressa brusquement, comme soudainement prise d'un coup de jus qui lui aurait ramené toute son énergie un peu trop vivement. Il haussa un sourcil franchement perplexe en voyant l'écran qui clignotait frénétiquement, ne sachant comment interpréter une telle réaction. Est-ce que c'était un signe d'agressivité ? Peut-être que la télévision était simplement victime d'un dysfonctionnement incontrôlable et qu'il n'y avait en réalité rien du tout à interpréter.

Au cas où, Pretty quitta sa position assise pour s'accroupir, prêt à bondir comme à un lapin et à décamper tout aussi rapidement si la situation l'exigeait. La machine aux multiples bras lui paraissait très changeante -et, par conséquent, très imprévisible. La tristesse s'étant envolée, la compassion et l'empathie du Perdu aussi : alors, de nouveau, il se méfiait. Même s'il se sentait prêt à faire un effort, aussi suicidaire puisse-t-il sembler.

C'est parce que Ça voulait t'étriper, tu l'as bien vu ! Tu as l'air perspicace comme gamin.

Oui. Bon. D'accord.
Outre l'ego gentiment flatté, La Fausseté se demandait si ce n'était pas le signal pour déguerpir avant de se faire étriper pour de vrai.
Il se leva silencieusement, ne voulant pas alerter la créature qu'il prévoyait manifestement de la fuir ; cependant celle-ci se releva sans crier gare, toisant le jeune Livreur de toute sa hauteur, une paire de bras bien calée sur les hanches.
Les mirettes bleutées du Perdu fixèrent longuement Le Truc, indécis. Avait-il été pris en flagrant délit ou n'était que pure coïncidence ? Quelle que soit la réponse, il jugeait que la solution la plus adaptée restait de prendre ses jambes à son cou avant qu'il ne soit trop tard.

Ce qu'il voulut donc faire, bien sûr. Jusqu'à ce qu'une nouvelle phrase s'affiche à l'écran de l'Enchantée télévisée.

Mais maintenant, Ça n'est plus d'humeur à ça. Switch n'est pas mauvaise, en vrai.

Pretty demeura un instant interdit. Il ne savait pas encore quel comportement adopter -surtout en la présente situation et surtout en sa présente... Compagnie.

Ah oui... ? Pour de vrai ?

C'était un peu stupide de poser la question puisque, évidemment, personne n'irait avouer qu'il était une mauvaise personne si son but était de se donner une nature fondamentalement bonne -en apparence.
La machine aux multiples bras... Croisa justement une paire de ses bras sur sa poitrine. C'était bizarre, tous ces bras. Vraiment bizarre. Mais ce devait être effectivement pratique pour les cas de strangulation.
Ou pour les câlins, avec un peu de chance.

;-) Enfin, ça dépend des jours.

Pretty lut le nouveau message et plissa les yeux sans trop savoir s'il était censé faire la moue, se carapater ou rire.
Il opta finalement pour un rire léger et cristallin.
Il préférait jauger Le Truc avant de répondre de façon hostile ou de faire le moindre mouvement qui pourrait se révéler fatal. Si elle jouait la comédie, au moins, elle ne saurait pas que sa victime demeurait hésitante et pas encore convaincue.

Tout à coup, les nombreuses mains se retrouvèrent à pelotonner le corps de La Fausseté. Ses yeux bleus s'écarquillaient tandis qu'il se faisait palper le visage comme une pâte à fixe et que les doigts effleuraient les courbes de son corps le plus naturellement du monde.
En fait, il l'aurait volontiers repoussé pour lui dire que, franchement, ça se fait pas de tripoter les gens comme ça, mais un petit détail attira rapidement son attention et lui arracha finalement une vilaine grimace.

Un dessin se traçait sur la télévision.
Enfin, dessin, c'était trop élogieux. C'était plutôt un gribouillis sacrément bizarre ; mais pas le gribouillis amusant d'un enfant, non. C'était le tracé d'un quelque chose qui au fur et à mesure de sa formation prenait des airs carrément glauques et repoussants. En un sens, il fallait avoir un sacré talent pour parvenir à un tel résultat.

Il aurait pu crier haut et fort que c'était tout simplement immonde, le machin qui s'affichait sur la télévision, mais il n'était pas encore suffisamment en confiance pour risquer de se faire étriper.

Puis, soudain :

Pour te faire pardonner l'offense que tu Lui as fait, tu vas l'aider ! Parle-lui de toi, Ça t'écoute.

Pretty resta un instant muet, étonné. Il entrouvrit la bouche sans qu'aucun son n'en sorte.
Il était véritablement pris de court.
Il n'était pas du tout habitué à ce qu'on s'intéresse ainsi à lui. Pas du tout du tout. Pourquoi est-ce qu'on voudrait qu'on lui parle de lui, d'abord ?
Sûrement était-il trop habitué à embêter autrui pour que son entourage ait vraiment le temps de se préoccuper de lui, en tant que personne, plutôt que comme un élément perturbateur et éventuellement un peu rigolo.

Tout cette réflexion se faisait dans son esprit à vitesse grand V ; cependant il ne put empêcher un ange de passer, décidément trop surpris.

Puis il se reprit. Comme si de rien n'était.

Alors, déjà, je suis très tactile et j'adore les câlins. Il gloussa, en apparence sûr de lui. Par contre, j'aime un peu moins me faire tripoter comme tu le fais là. C'est, euh... Trop de mains à la fois, tu vois ? Et trop soudain. Faut prévenir.

Il fit une pause, faisant carburer si fort son cerveau qu'il en serait presque sorti de la fumée de ses oreilles. Un truc intéressant, un truc intéressant....

Hm.... Et je m'appelle Pretty. Je suis Livreur au Grand Arbre.

Merveilleux. Inintéressant au possible.
Il fit mine de réfléchir -peut-être pas tant mine que ça-, penchant un peu sa tête sur le côté, ses cheveux en cascade suivant le mouvement.

Puis, de plus en plus mis en confiance par sa nature espiègle, il ajouta sur le ton de la révélation.

Je suis un garçon.

Pour ajouter du crédible à cette annonce brutale, Pretty avait bien entendu parlé de sa voix véritable. Celle qu'il utilisait si peu et qui lui donnait une impression presque bizarre lorsqu'il la laissé aller. Elle était bien entendu plus grave, quoi que toujours androgyne sur les bords ; chantante comme si le manque d'habitude le faisait hésiter sur la tonalité sur laquelle s'arrêter.

Mais c'était quand même sympa, de temps en temps, de ne plus parler comme une fille. Alors pourquoi pas avec l'Enchantée ?
Au moins, s'il vivait ses derniers instants et qu'il était dans l'incapacité de fuir, enserré dans ses filets qu'il était, il aurait l'occasion de s'amuser une dernière fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1603

MessageSujet: Re: Cette course-poursuite dure depuis bien trop longtemps || Ft Pretty   Dim 15 Jan 2017 - 19:44

The End


Cette révélation fut telle sur la Créature,
Qu'elle se mit à griller, les circuits en rupture,
Pretty l'a fait bugger, c'est là du beau travail,
Les Artisans useront de tout leur attirail !


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cette course-poursuite dure depuis bien trop longtemps || Ft Pretty   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Panpan n'a pas reçu sa fessé depuis bien trop longtemps snif
» Un prof bien trop collant (-16)
» C'est pas trop tau!
» The-Berserker, les jambes tremblantes [accepté]
» Erreur : La partie a divergé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Jungle Luxuriante :: Les Profondeurs Périlleuses-