Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Happy Returns   Mar 13 Sep 2016 - 15:49

- Tu vas le regretter.

- Je sais.

Le visage du soigneur s'éclaire à nouveau d'un pauvre sourire. Bien sûr qu'il s'en doute. Qu'il sent, encore et toujours, ce qui arrivera, ce qu'ils auront tous à souffrir de ses choix.
Mais il ne peut l'empêcher. Il ne veut pas l'empêcher. Bình est ce qui le rattache à la réalité, à son passé, Bình est ce qui le rattache à l'humanité, paradoxe cruel, lui qui au contraire se perdait de plus en plus à devenir un monstre...

Pour cette fois, cette fois unique, Soul se fait égoïste, à n'écouter que son coeur, le leur, à faire taire les chuchotements d'appréhensions, la morbide anticipation.

Silence.
Raison, tais-toi, singe donc l'absence.

Se laisser l'illusion encore quelques instants, que ce n'en était pas qu'une.

- Évite de crever.

Un effort - encore - il tend la main vers son meilleur ami. Un dernier contact oui, une dernière fois le toucher pour être certain qu'il n'aura pas rêvé, que ce n'était pas une part de délire fiévreux d'un patient agonisant.

- Je ne peux pas... (non plus), Je n'ai pas le droit.

Et le chef des soigneurs aussi commence à percevoir du bruit, comme des piétinements, comme des bruits de sabots ?

- On doit se revoir après tout.


Et malgré tout, malgré l'avenir, malgré l'horreur, malgré l'effroi et les carnages que Lòng perpétuerait. Malgré son coeur à lui, noyé de remords mais... sans regrets.






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Lòng Sơn Mai
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 620
✘ SURNOM : Le Dragon
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine. Pas plus, peut-être moins.

✘ DISPO POUR RP ? : Si tu l'oses ♥
✘ LIENS : Watch me become just an animal
Sujets en cours : I - II - III

MessageSujet: Re: Happy Returns   Jeu 15 Sep 2016 - 0:55

Il n'est pas si tactile que ça, le Dragon. Il a appris à l'être avec ceux que ça dérange mais là, pour l'occasion, il accepte le contact sincèrement.

- Je ne peux pas... Je n'ai pas le droit.

A son orgueil de sale bête à écailles, Soul oppose cet altruisme qui ne cesse de causer sa perte. Lòng le fixe sans s'attendrir, soupire : c'est que - quand même - il fait tellement plus fatigué, son meilleur ami. Tellement plus vieux.

- On doit se revoir après tout.

- Ouais.

Son ton est badin, il feint une nonchalance qui ne trompe plus personne. Puis brise le contact, se relève. Les bruits se rapprochent, ils ne proviennent pas d'enfants. C'est dur de faire un pas en arrière, encore plus compliqué d'en faire un autre. C'est mécanique de se figer, d'envisager une dernière fois un changement de dernière minute.

Et s'il l'enlevait, de force. Et s'il le ramenait quand même sur le Jolly Roger, et s'il s'en foutait.

L'idée le traverse donc, il la repousse sans difficulté - étrangement. Les piétinements occupent toute son attention, il recule, lame sortie désormais, prêt à défendre s'il le faut. Un dernier regard à Soul avant de se fondre dans les ombres de la forêt, disparaître.

Et rester aux aguets, pourtant.

Les bruits se rapprochent, ils ne proviennent pas d'enfants.

Et Lòng ne quittera les lieux que lorsqu'il sera sûr que Soul rentrera vivant.








Choking on the smoke from the fire you started
Choking on the ash from the bridges you've burned


Playlist


Cadeau :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Sindri
avatar

☯ Légendaire ☯


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : Le Baron Forêt
✘ AGE DU PERSO : Sans doute plus vieux que lui-même le pense

✘ DISPO POUR RP ? : A voir par MP! ^^
✘ LIENS :
❄️Dans la forêt, un grand cerf
❄️Regardait par la fenêtre
❄️ Aventures en cours: I - II - III

MessageSujet: Re: Happy Returns   Mar 20 Sep 2016 - 17:22

Au cœur de la jungle étouffée par la nuit sans lune du Croquemitaine, on entendait bel et bien un bruit de sabots.

Difficile de confondre avec un autre son ce léger heurt de la corne sur l’humus, de plus en plus net, trahissant une approche. Néanmoins, plus le son devenait discernable, plus il était évident qu’il ne s’agissait pas que d’un seul individu : les pattes étaient nombreuses, et bien que volontairement lentes et discrètes, elles peinaient à se frayer en silence un chemin parmi les fougères et racines denses du sous-bois. Bientôt, en plus des pas, on put deviner de nombreux souffles dans le noir, autant de respirations courtes et tendues, marquées occasionnellement de quelques glapissements, hennissements, murmures inquiets... et bourdonnements de minuscules ailes.

La rumeur n’était plus qu’à quelques mètres lorsqu’elle se tut brusquement, se fondant dans le silence de la jungle avec une immédiateté qui n’avait rien d’humain ; d’une seconde à l’autre, on n’entendit plus rien, que le bruissement de quelques feuilles dans la brise froide qui émanait du pays d’Halloween. Pourtant la présence restait là, perceptible dans le noir.

Quelques secondes. Puis le froissement des feuilles mortes. Et une main vint écarter une fougère toute proche, révélant l’expression attentive et curieuse d’une tête cornue.

"Bonsoir ?..."

Dans cette nuit surnaturelle, le centaure n’y voyait pas plus qu’un homme ordinaire, mais ses oreilles qui s’agitaient constamment et ses narines qui goûtaient l’air avaient senti une présence humaine – une présence humaine en sale état, s’il en croyait le parfum ferreux d’hémoglobine qui sourdait de la petite clairière. Il ne paraissait pourtant pas effrayé, l’étrange homme-daim ; prudent, oui, mais pas effrayé. Il prit son temps pour examiner ce petit recoin de forêt, et ne tarda pas à découvrir la silhouette recroquevillée contre l’un des troncs.

"Oh…"

A peine une hésitation, un ersatz de bon sens sous la forme d’un dernier regard alentour, et Sindri émergeait des fourrés. Dans la morne lueur de ce ciel vide, et de surcroit dans l’ombre de la jungle, il était à peine visible : sa peau et ses bois étaient d’une profonde couleur bleu nuit, à peine une nuance plus claire que ses cheveux et sa fourrure, qui auraient été entièrement noirs s’ils n’avaient pas été émaillés d’un peu d’argent – quelques mèches sur le crâne, quelques taches en forme d’étoiles le long de l’échine. Tout ce qui renvoyait un peu de lumière, c’était son regard d’un gris très clair, qui parcourait sans heurt le corps meurtri auquel il faisait face.

Un jeune humain mâle, de toute évidence. Déjà assez grand, néanmoins, l’esquisse d’une mâchoire d’homme sous la peau glabre d’un enfant : vieux Garçon Perdu, ou jeune pirate ? D’habitude Sindri faisait la différence à l’équipement et aux vêtements, mais l’inconnu ne portait pas d’arme en évidence, et sa tenue aurait déjà été difficile à examiner dans cette obscurité si elle ne s’était pas en plus résumée à quelques lambeaux de tissu maculés d’une rouille de mauvais augure.

Le centaure piaffa, vaguement conscient que cela ressemblait à un piège et qu’il n’était pas censé faire courir de risque à la masse anonyme qui attendait, plus loin, dans le noir. Mais à cet instant, le garçon leva les yeux vers lui ; Sindri le sentit plus qu’il ne le vit.

Le Baron Forêt leva une main, paume vers le haut, et une danse de minuscules étincelles se mit à virevolter entre ses doigts – peu, si peu par rapport aux lueurs des fées assassinées par la peur, au soleil et aux étoiles étouffés d’angoisse, mais néanmoins assez pour éclairer le visage sombre du centaure, jeter quelques reflets de lumière dans ses iris clairs, et surtout lui permettre de distinguer le visage du jeune inconnu, de découvrir la merveille verte et or qu’était son regard. Et Sindri vit.

Malgré toute la douleur, la fatigue, la solitude… il y avait de la poussière de fée dans ces yeux-là.

D’un pas soudain beaucoup plus assuré, le Baron Forêt s’approcha, sans faire taire ses étincelles. Il resta précautionneux dans ses gestes, mais pas par souci d’auto-préservation : avec son habituelle bonhommie, il avait déjà presque tout oublié de la méfiance qui s’imposait. Il cherchait simplement à ne pas effrayer celui qu'il ne considérait déjà plus que comme un enfant, bien trop jeune pour les blessures que l’on devinait dans la faible lueur dorée.

"Bonsoir. Tu es tout seul ? On t’a laissé ainsi, tout seul ? J’ai cru entendre des voix…"

Indécis, le centaure releva la tête et renifla encore l’air du sous-bois ; le vent ne lui apportait rien, que de vagues relents de cendres et de peur venus du pays du Croquemitaine. En d’autres temps, il en serait resté là. Mais Sindri, comme tous les autres habitants du Pays de Jamais, avait pris la triste habitude de combattre en permanence ses propres cauchemars, et il avait appris à écouter cet infime instinct, à peine plus fort que sa curiosité, qui l’incitait à la prudence : la jungle n’avait jamais été sûre. Depuis l’avènement des Horreurs, elle l’était encore moins.

Et quelque chose, dans cette clairière, n’était pas à sa place.







Award - moult luv sur Green ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Happy Returns   Jeu 20 Oct 2016 - 17:28



Il s'est fondu dans la nuit, son meilleur ami. Pourtant Soul sent encore son regard sur lui. Il sait. Il sent.  D'un instinct bizarre qui pourrait toujours le situer. Le retrouver. Comme l'étoile du Nord, Lòng devenait berger.

Le silence s'était fait. Soudainement, presque pesant. Mais l'Immuable ne parvenait pas à s'inquiéter, bercé par les relents de nostalgie et par la magie - encore - du sacrifice de la fée; c'était comme s'il... ne pourrait rien lui arriver. Protégé de l'île, des éléments. Ce qu'il adviendrait ne pourrait qu'être bienveillant.

Et l'Île, étrangement, lui donne raison.
C'est avec un émerveillement quasi enfantin qu'il accueille l'apparition, l'ombre qui se détache des bosquets pour s'en faire  l'écho :

- Oh...

Soul n'avait jamais rencontré de centaure, il n'en connaissait que les légendes, les rumeurs, qu'il répertoriait avec grand intérêt et si peu de temps pour s'y confronter.

La curiosité ne pouvait qu'être partagée, et sans s'offusquer d'être ainsi sondé, Soul ne pouvait s'empêcher de le dévisager à son tour, de marquer chaque détail, chaque élément se détachant de la créature.
Et de s’exclamer de nouveau, avec ravissement cette fois à l'étincelle qui surgissait. Si Bình avait trouvé son meilleur-ami vieilli, à l'instant, il retrouvait une innocence qu'il n'avait manifesté que rarement.

L'île lui offrait un moment précieux, comme pour rendre cette nuit plus mémorable, l'éclairer d'un espoir qui l'irradiait déjà. Un cadeau de plus pour soulager l'âme bien trop chargée du Chef des Soigneurs.

Il admire la bête, sa main qui lui paraissait si lourde tout à l'heure, semble être revigorée d'une force nouvelle. Soul voudrait toucher les étincelles, sans se douter du tableau qu'il offre lui-même.

- Bonsoir. Tu es tout seul ? On t’a laissé ainsi, tout seul ? J’ai cru entendre des voix…

Son timbre grave et profond l'étonne, semble matérialiser le merveilleux, et Soul lui sourit.
Pas l'une de ses esquisses timides, pas l'expression tout juste retenue, non. Un sourire vrai, laissant apparaître de discrètes fossettes trop peu marquées. Un sourire spontané qui voudrait l'embrasser comme on le ferait d'un vieil ami que l'on vient de retrouver.

Deux pour une même nuit.

- Je te connais. Il ne sait pas vraiment comment ni pourquoi. C'est plutôt qu'il le reconnaît en fait ? Ou l'aspiration secrète de ne pas vouloir se tromper... qu'il s'agisse bien de lui.

- Tu es le Baron Forêt. Celui qui a sauvé Fitz.

Il n'avait pas peur, il n'avait pas même douté. Il savait son meilleur-ami toujours aux aguets. Ses dernières assertions avaient été prononcées un peu plus fort, dans l'espoir qu'elles atteignent le pirate dissimulé, qu'il puisse s'éloigner en paix.

Car ses yeux argentés ne pourraient décemment pas intenter quoi que ce soit.

Il laisse cependant échapper:

- Je n'étais pas seul, mon meilleur ami vient de me quitter.

Peu conscient de sa bévue, Soul continue;

- Il ne pouvait rester. Plus maintenant et je dois retrouver les miens.

C'est vrai. Ils doivent s'inquiéter. Ce terrible quotidien.
Le chef des soigneurs fait mine de se relever, une lenteur étirée qui arrache la clameur discrète d'une douleur bien réelle.






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Sindri
avatar

☯ Légendaire ☯


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : Le Baron Forêt
✘ AGE DU PERSO : Sans doute plus vieux que lui-même le pense

✘ DISPO POUR RP ? : A voir par MP! ^^
✘ LIENS :
❄️Dans la forêt, un grand cerf
❄️Regardait par la fenêtre
❄️ Aventures en cours: I - II - III

MessageSujet: Re: Happy Returns   Mer 5 Juil 2017 - 1:13

Le garçon recroquevillé contre l'arbre tendit une main vers les étincelles qui dansaient dans la paume de Sindri, et le centaure en oublia de sonder l'obscurité; un sourire d'une ridicule douceur passa sur ses lèvres, et il abaissa délicatement le bras pour venir à la rencontre de ces doigts tendus. Juste avant le contact, il s'arrêta et ouvrit la main en grand, libérant la myriade de minuscules lueurs; elles tombèrent en cascade sur les phalanges du blessé, rebondissant sur sa peau pâle en y semant de furtifs baisers de chaleur. Puis, alors qu'elles coulaient le long de son poignet et paraissaient prêtes à chuter jusqu'au sol, elles s'élevèrent à nouveau, avec la soudaineté que l'on attend d'un tour de magie particulièrement habile - ce qu'elles étaient, assurément: devenues lucioles, les lueurs s'éparpillèrent autour du garçon sans ombre et du centaure, pas assez nombreuses pour les éclairer vraiment, mais toujours assez brûlantes de magie pour repousser, brièvement, les ténèbres du Croquemitaine.

Sans cesser de sourire, Sindri ploya les pattes et s'agenouilla auprès de ce garçon aux yeux bien trop vieux, dégustant son expression avec un plaisir évident: l'émerveillement, il le connaissait bien, et jamais il ne s'en lassait. Il adorait voir cette lueur qui s'allumait dans le regard, le sourire qui s'élargissait, il aimait entendre les soupirs émus ou les cris d'enthousiasme. Rien ne le ravissait tant que de voir un visage s'illuminer d'une joie ébahie, neuve, naïve, au-delà de ses rides ou de sa fatigue. Oubliées, la douleur, l'angoisse, la mort. Sur ces traits lissés par l'un des bonheurs les plus purs qui soient, soudain, il n'y avait rien d'autre que de la Vie.

Et ne nous y trompons pas: pour Sindri, ce spectacle là était d'autant plus beau et délicieux qu'il s'en savait l'auteur. Le centaure ne perdait jamais une occasion d'être bêtement satisfait de lui-même, et il était peu dire que la réaction de ce garçon le mettait en joie. Difficile alors de décrire le niveau stratosphérique de plaisir auquel l'amenèrent les quelques mots qui suivirent:

"Je te connais. Tu es le Baron Forêt. Celui qui a sauvé Fitz."

Le sourire de Sindri se fit éclatant et ses oreilles s'agitèrent vivement, tandis qu'il portait une main théâtrale à son cœur:

"Oh, ainsi, tu as entendu parler de moi? Tu m'en vois ravi, mon jeune ami!"

Honnêtement, là tout de suite, il ne savait plus qui était Fitz; mais il avait bien fait de le sauver, apparemment. Il ouvrait la bouche pour demander à son interlocuteur d'où il connaissait cette histoire (qui à coup sûr devait être excellente), quand l'adolescent reprit:

"Je n'étais pas seul, mon meilleur ami vient de me quitter."

D'un coup, l'expression de Sindri redevint sérieuse, voire un peu effrayée:

"Oh? Veux-tu que je le rattrape? Il ne doit pas rester seul lui non plus, c'est dangereux par ici pour les enfants..."

Il releva la tête et sonda la jungle de ses yeux d'argent, ne sachant trop s'il cherchait à repérer l'ami en question ou l'un des dangers qu'il venait lui-même d'évoquer. De plus, si la gravité de la situation avait (comme trop souvent) un peu échappé à Sindri, elle lui réapparut brusquement lorsque le garçon tenta de se lever, avec un gémissement de souffrance qui sembla faire au centaure l'effet d'une décharge électrique:

"Nom d'une licorne, ne bouge pas!"

D'un geste un peu paniqué, il fit peser ses mains graciles sur les épaules de l'adolescent pour l'obliger à se rasseoir:

"Tu ne peux pas te lever voyons, tu es blessé..."

Comme il parlait, les oreilles de Sindri s'affaissèrent, et il frôla d'un regard contrit le corps ensanglanté du jeune inconnu. Ce ne fut qu'à cet instant, dans la lueur faiblissante des lucioles, que le Baron Forêt nota que si les vêtements du garçon n'étaient guère plus que des guenilles imbibées d'hémoglobine, sa chair ne paraissait pas aussi meurtrie qu'elle aurait dû l'être - oh, le pauvre était bel et bien blessé, il suffisait pour le savoir d'observer la crispation qui gagnait son visage trop pâle à chaque mouvement qu'il esquissait. Mais tant de sang perdu aurait dû le mener bien au-delà d'une telle souffrance, au moins aux portes de l'inconscience, si ce n'était à celles de la mort.

Avec un soudain pressentiment, Sindri sonda ces yeux clairs qui avaient accroché les siens dès son entrée dans la clairière; il lui semblait y avoir vu quelque chose, alors. Quoique ce fut, il dût le retrouver, car son expression s'adoucit à nouveau, non sans se teinter cette fois d'une certaine tristesse:

"Moi aussi je te connais, tu sais. Tu es leur guérisseur. L'ami du Renard. Il m'a parlé de toi."

Il marqua une hésitation, avant de poursuivre avec un pauvre sourire:

"Les fées parlent également beaucoup de toi, Soul. Mais tu ne dois pas bouger, tu risques de rouvrir tes blessures... et elles ne pourront pas t'aider deux fois."







Award - moult luv sur Green ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Happy Returns   Jeu 27 Juil 2017 - 16:30


Le sourire du soigneur s’agrandit encore, ses yeux pétillant d’émerveillement, l’écho aux lueurs rebondissant avec chaleur sur ses mains. De la magie ! De la magie. Il n’y avait qu’avec Peter qu’il y avait vraiment été confronté. L’île parsemait bien ça et là, du merveilleux auquel il s’était habitué mais loin des flamboyances que ces simples jets de lumière provoquaient en lui.
Peut-être que son cœur avait si faim de miracles renouvelés, que son âme était avide d’arracher à son tortueux quotidien quelques moments heureux… que toute occasion, du plus petit tour à la grande exclamation, ne pouvait être que prodige.

Ou simplement… N’était-il pas si vieux.
Moins qu’il ne le laissait paraitre.
Pas entièrement.

Il y avait encore de la place au ravissement. Et la myriade d’ailes minuscules qui l’entouraient, n’aurait pu le rendre plus heureux qu’il ne l’était.
Le Baron s’était rapproché, s’était plié. A sa hauteur. Et Soul avait tout loisir de l’observer de plus près (il ne savait à dire vrai, plus où donner de la tête, entre les scintillements, le regard si particulier du centaure et les reflets maculant sa peau et sa robe, Soul aurait donné n’importe quoi pour que cet instant se fige éternellement).

Aux dangers pour les enfants évoqués, le sourire du soigneur s’était mué en une grimace plus douloureuse. Part de sa tentative infructueuse de se relever et… éclairs de lucidité quant à ce qui le séparait désormais de son meilleur ami.

Le temps.

Cet ennemi inconstant.

La pression du Baron l’empêche de réitérer tout nouvel effort. Le garçon a bien compris l’étendu de ses blessures. Il sait, en fait, qu’il devrait être mort. Il sait combien sa dette est grande, comme l’est… comme l’a toujours été sa volonté. Son obstination à continuer. Il doit rejoindre le Grand Arbre.

Il y avait toujours… un enfant à sauver.

- Moi aussi je te connais, tu sais. Tu es leur guérisseur. L'ami du Renard. Il m'a parlé de toi."

De surprise, il s’est figé. Des vagues d’angoisse le ramenant à Sa réalité.

Le Renard ? Il l’avait toujours pris pour un ami. C’était ce qu’il était n’est-ce pas ? Il y avait sur cette île des états bien plus immuables que lui. Il n’y avait aucun doute à avoir ?
Alors pourquoi son cœur se serre ? Ses sourcils aussi se sont légèrement froncés. Il a détourné les yeux, comme s’il ne pouvait plus assumer l’intensité trop franche du centaure qui sait ou qui, vraisemblablement grâce au Renard, doit tout savoir.

- Les fées parlent également beaucoup de toi, Soul. Mais tu ne dois pas bouger, tu risques de rouvrir tes blessures... et elles ne pourront pas t'aider deux fois."

Il se raccroche soudainement à son regard. Rarement le Chef des Soigneurs n’aura été aussi confus. Son cœur s’est mis à battre la chamade. Le Baron a l’air de savoir… bien au-delà. Et cela, cela l’effraie un peu. Même s’il n’a pas envie de douter, non, il n’a pas envie de concevoir d’avantage de malignité sur cette île.

- Je… Je ne l’ai pas demandé…  

Sa voix bute, empreinte de culpabilité. Il le réalise à peine.
Le sacrifice de la fée.

Sa tête s’est abaissée, ses mains ont rejoint la callosité spongieuse de ses genoux. Il n’ose plus l’affronter. Trop conscient de ne pas mériter cet instant de légèreté. Trop coupable d’avoir – cet infime moment – oublié ce qu’il en était.

- Que… Que disent les fées ?

Il ne peut pas s’empêcher. Il doit savoir ce qui se sait. Le cœur gonflé d’appréhension, mêlé à la liesse qu’il fait taire, des émotions si contraires qu’il sent l’épuisement revenir à grande charge.
Soul s’est reprit, sa tête s’est relevée. S’il doit savoir, il ne manquera pas de courage. Il n’en a jamais manqué.
Son regard bien trop lumineux rejoint celui du Baron ;

- Que t’a dit le Renard ?

Il a oublié, quelques instants, que Lòng est toujours proche. Il ne pourrait se douter combien son attention était rivée au moindre son expulsé.






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Sindri
avatar

☯ Légendaire ☯


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : Le Baron Forêt
✘ AGE DU PERSO : Sans doute plus vieux que lui-même le pense

✘ DISPO POUR RP ? : A voir par MP! ^^
✘ LIENS :
❄️Dans la forêt, un grand cerf
❄️Regardait par la fenêtre
❄️ Aventures en cours: I - II - III

MessageSujet: Re: Happy Returns   Ven 19 Jan 2018 - 22:27

Le centaure pencha la tête, troublé : il pensait réconforter le garçon, lui montrer qu'il n'était pas seul, que le petit peuple de l'Île le connaissait et l'appréciait. Il ne s'attendait pas à voir disparaitre son beau sourire, à voir s'éteindre cette jolie lueur d'enthousiasme que les lucioles avaient fait naître sur son visage, et pendant un moment Sindri sentit l'affolement le gagner : idiot qu'il était, qu'avait-il dit, qu'avait-il fait ?

Puis les yeux de Soul accrochèrent les siens, un peu d'opale face à une étrange clarté, transparente comme l'eau d'une source et riche d'autant d'étoiles. Et oui, l'espace d'un instant, Sindri vit.

Il vit la fatigue et la douleur, il vit le poids du malheur des autres et le fardeau de leurs attentes, il vit la tristesse de l'isolement, l'angoisse du futur, l'acide de la culpabilité.

Il vit le courage et la tendresse, tant d'amour et de sagesse, il vit la force d'un dévouement sans faille et sans mesure, la flamme d'une viscérale détermination.

"Que… Que disent les fées ? Que t'a dit le Renard ? "

Alors, face à l'appréhension de plus en plus palpable du pauvre garçon, Sindri se surprit à sourire - un sourire doux et tendre, étonnant de sobriété pour qui connaissait la nature enthousiaste du Baron Forêt. Celle de ses mains qui reposait toujours sur l'épaule de Soul se décala sans heurt et, d'un geste empreint d'une infinie douceur, elle se referma sur celle du Garçon Perdu.

" Oh, pardonne-moi petit guérisseur, je me suis mal exprimé. "

Toujours avec la même délicate lenteur, il attira à lui la main de l'adolescent, d'abord en la tenant du bout de ses doigts longilignes, puis dans une étreinte plus ferme. Lorsque ses deux paumes, aussi fraîches que l'était la nuit, se refermèrent autour des doigts poisseux de sang séché, les lucioles qui voletaient autour des deux compères semblèrent briller d'un surcroît de lumière.

"Le Renard ne dit jamais rien de ce qu'on lui confie. Il partage ses sentiments et sa sagesse, mais toujours il tait le secret de son jugement. Il m'a parlé de toi comme des couleurs que prend le ciel les soirs d'été, sans rien me dire de plus. [brève pause vaguement boudeuse] Mais au fond, je n'avais pas besoin d'en savoir davantage, n'est-ce pas ? "

Un sourire soudain plus franc, flash de dents trop blanches dans ce visage bleu marine.

" Quant aux fées… "

"Sindri ! Mais qu'est-ce que tu fous ?!"

La voix, sifflante, fit sursauter le centaure qui se releva d'un bond. Ses sabots esquissèrent une arabesque empressée, prêts à fuir, mais le Baron Forêt vit alors ce qui l'avait interpellé d'une manière aussi cavalière, et toute la tension disparut de son corps pour laisser la place à un agacement perceptible :

"Georges enfin ! Sont-ce des manières d'interrompre une conversation ?"

Le centaure croisa les bras d'un air hautement désapprobateur, foudroyant du regard la créature qui avait émergé des fourrés et qui s'avançait à présent dans le petit cercle de lumière des lucioles. A première vue, ce n'était qu'un amas d'étincelles qui cliquetait doucement dans l'obscurité, un étrange assemblage d'épines de cristal qui scintillait de mille feux. Il fallait remarquer ses petits yeux grincheux, son museau et son pas dandinant très anti-paroxystique pour comprendre qu'il s'agissait en fait d'un gros porc-épic. Un gros porc-épic avec des épines de verre, donc. Et un tact très relatif.

"Ca fait des plombes qu'on t'attend ! On est pressés, merde ! C'est pas le moment de faire du tourisme !"

Et Soul put vivre l'expérience très particulière de se faire dévisager avec dédain par un porc-épic.

"C'est quoi ça ?"

" Ça, mon très impoli ami, c'est le jeune homme pour qui Comète a donné sa vie. Tu pourrais au moins faire semblant de lui témoigner un peu de respect."

"Respect mon cul : les Horreurs sont sur nos talons et tu es censé nous emmener à l'abri chez les fées, pas faire la nounou pour un de ces… ces gamins. "

La créature avait craché le dernier mot comme si c'était l'insulte la plus odieuse que comptait son vocabulaire et Sindri leva les yeux au ciel. Ses oreilles s'agitèrent un instant, sensibles à la rumeur qui s'était soudain réveillée par-delà la sombre limite des arbres. Il soupira, avant de fléchir les pattes pour se remettre au niveau de Soul :

"Ne fais pas attention à lui, Peter Pan seul sait où il a appris à parler de la sorte… Comment te sens-tu mon jeune ami ?"

"Qu'est-ce qu'on en a à f- "

"Georges !"

Le porc-épic se hérissa, ses épines tintant les unes contre les autres avec indignation, mais il daigna néanmoins se taire. Avec un nouveau soupir, Sindri se pencha vers Soul pour chuchoter :

" Il est insupportable, mais il n'a pas tort : nous sommes nombreux à fuir le règne du Croquemitaine, et nous espérons que la Vallée des Fées reste un endroit sûr. Peut-être, si je t'aide, pourrais-tu venir avec nous, le temps de te remettre de tes blessures ? Nous ne pouvons pas te laisser là..."







Award - moult luv sur Green ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Happy Returns   Lun 29 Jan 2018 - 18:36



The darkest day
The longest night

Ses yeux vont et viennent ; battements d’ailes aux lueurs palpitantes, les reflets de son regard à lui, si plein de compassion qu’il ne peut comprendre ou n’arrive pas à admettre car l’accepter serait un peu se mettre en danger. Non, Soul était immuable et n’avait aucun droit de changer, d’être… fragilisé.
I should evolve but still I fight
On the run
In a state of flight

Il sent de sa chaleur au travers des doigts devenus glacés, et les scintillement semblent auréoler cette poignée à la fois tendre et franche ; d’une aura miraculeuse. Soul n’a pas bien conscience de ce qui passe, de ce qui réellement… se tient.

Plus qu’une main, c’est un espoir ; c’est un lien.
I’m calming down

Il a retenu son souffle, le soigneur. Comme dans l’attente d’une révélation… Et c’est à la réponse que son temps peut continuer… de s’éroder. Le sourire de Sindri l’a surpris mais Soul ne peut s’empêcher de répliquer du même élan, un peu timidement.

L’arrivée de Georges et la réaction en chaine suspend sa réserve en provoquant un nouvel écarquillement suivit d’esclaffades à peine étouffées du rappel douloureux de sa poitrine scarifiée.
Sa main restée libre rejoint péniblement son cœur, glacé d’épines, quand le nom de la fée est prononcé… celui qu’il avait jusque-là.
What keeps me warm are memories
Now they’re closing in on me
Things should have changed by now

Soul n’aurait pu en vouloir au Porc-Epic, ce dernier n’obtiendrait de lui qu’un peu de lassitude mais aussi une curiosité latente, un émerveillement qu’aucune terreurs n’avait vraiment réussi à balayer.
Suivant le regard du centaure, le Chef des Soigneurs tentent de distinguer « ceux qui attendaient », imaginant sans peine une myriade de créatures agglutinées, aussi diffférentes et colorées que sa délégation le laissait penser.

Et finit par prendre conscience de sa position mais aussi de l’incertitude l’entourant. Il se concentre, ferme brièvement les yeux. Son cœur s’est calmé un peu. Il inspire doucement. Soul s’analyse, pèse les options, en tentant de ne pas laisser sa dévorante curiosité le distraire, à la lumière de ce que Sindri venait d’évoquer…

La Vallée des Fées...

… Qu’aucun humain n’avait le droit d’approcher sans y avoir été invité. Des exceptions qu’on pouvait compter sur les doigts d’un estropié.

Non. Il n’avait pas le droit. Simplement pas. Les fées avaient suffisamment données pour lui. Et il y aura sûrement des éclaireurs qui passeront là où il gisait, non ? Avec un peu de chance

N’était-ce pas justement la chance qui avait placé Sindri là ?

Il pourrait tout aussi bien y avoir d’autres pirates… De ceux qui revenait pour… son meilleur-ami.
I’ll be younger in 50 years
Trying to find what panic fears

Lòng !

Celui qui demeurait. Il le savait. Il pouvait presque le sentir. Et le Dragon prenait tout autant de risques inconsidérés… Sans oublier le terrifiant et simiesque Croquemitaine qui l’avait déjà tant éprouvé. A son évocation, Soul est pris d’une répulsion tremblante dont il tente de s’extraire :

« Pardonne-moi Georges… Il n’a jamais été dans mes intentions… de vous retarder. Je… »

Un autre pauvre sourire, une amertume (ou un spasme ?) difficilement ravalé. Inutile de dire qu’il n’avait pas fait exprès, n’est-ce pas ?
Ses yeux reviennent au Centaure :

« Est-ce que les fées m’accepteraient ? Malgré… »

Il n’arrive pas à continuer sa phrase. Ses traits se sont renfrognés.

« Je sais…. »

Non.

« Je sens… »

Mieux.

« … que ta proposition est sage, Baron Forêt. »

Il est obligé de ralentir la cadence, n’en déplaise aux piaffements de son épineux accompagnateur.

« Je ne sais pas si je tiendrais. »

C’était ça ; la vérité. Celle qu’il accueillait pourtant, le plus simplement.

« Mais avec toi… J’aurai sûrement un peu plus de chance. »

Que le sacrifice d’une fée ne le fut pas en vain, qu’il puisse encore continuer de lutter, au plus sombre d’une nuit sans fin.

I felt myself disintegrate
Figured it out but much too late
Took all that I loved that day
And trashed the rest of it

I happily detached the past
But equilibrium won’t last
In a capsule of poison gas
This solitude is desolate






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 


Dernière édition par Soul le Mer 10 Oct 2018 - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Sindri
avatar

☯ Légendaire ☯


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : Le Baron Forêt
✘ AGE DU PERSO : Sans doute plus vieux que lui-même le pense

✘ DISPO POUR RP ? : A voir par MP! ^^
✘ LIENS :
❄️Dans la forêt, un grand cerf
❄️Regardait par la fenêtre
❄️ Aventures en cours: I - II - III

MessageSujet: Re: Happy Returns   Mer 9 Mai 2018 - 8:53

« Je sens... que ta proposition est sage, Baron Forêt. »

« Bien évidemment. »

Sindri fit un geste négligent de la main, comme s’il pardonnait à Soul d’avoir énoncé une évidence aussi triviale. Georges le porc-épic marmonna quelque chose de très peu distingué sur l’usage que lui-même faisait des conseils du centaure, mais soit ce dernier n’entendit pas, soit il fit semblant de ne pas entendre. Ou alors il ne comprit pas. C’était très possible.

« Je ne sais pas si je tiendrai. Mais avec toi… J’aurai sûrement un peu plus de chance. »

Sindri hocha vigoureusement la tête, ce qui fit claquer ses longues oreilles.

« Tu auras toute la chance du monde et plus encore, petit docteur. Je t’en fais le serment. Après tout, je suis un courtisan très apprécié de la Reine, tu sais ; dans sa grande bonté, elle ne me refusera pas une petite faveur. »

« Une faveur ?! Je te préviens foutu canasson… »

« Daim, Georges. »

« … si tu OSES faire passer cet humain avant NOUS, je te rappelle que j’ai des épines qui cassent sous la peau, et j’hésiterai pas à m’en servir sur ton putain de cul de DAIM ! »

Sindri fit la grimace, sans que l’on pût dire si c’était à cause de la menace elle-même ou de sa formulation relativement colorée. Il s’avéra néanmoins que ce n’était pour ni l’une ni l’autre de ces raisons :

« Je ne fais passer personne avant personne, Georges. Mais j’aide ceux qui en ont besoin. Tous ceux qui en ont besoin. Surtout quand ce sont des êtres de valeur qui eux-mêmes aident les autres. Est-ce que tu as quelque chose contre ça, Georges ? »

Visiblement déstabilisé par le ton soudain très ferme du centaure, le porc-épic se dandina d’une patte sur l’autre. Les petites billes noires de ses yeux se posèrent à nouveau sur Soul, mais cette fois bien malin qui aurait pu y lire quoi que ce soit. Et enfin, avec un grognement, il fit demi-tour et repartit vers la forêt :

« Je t’envoie du renfort. »

« Merci Georges. ^^ Tu sais, c’est une preuve de grande maturité que de savoir reconnaitre ses erreurs, même les plus stupides et humiliantes. »

« Oh ta gueule, Baron. »

Sindri gloussa un peu, avant de murmurer à Soul comme une confidence :

« Il fait le grincheux, mais en fait il a un cœur en or. »

Puis son sourire s’estompa, tandis qu’il se déplaçait de son mieux tout en restant agenouillé, pour présenter son flanc à l’enfant sans ombre. Il ne lâcha pas sa main.

« Il faut juste que tu parviennes à monter sur mon dos, mon garçon. Après je pourrai t’aider à te tenir. Malheureusement je suis bien plus élancé et mince que ces rustres d’équidés, donc ce ne sera certainement pas très confortable, mais je suis hélas d'accord avec toi: je ne pense pas que tu iras bien loin sur tes propres pattes. »

Un craquement sonore parmi les arbres raviva alors le sourire du centaure, qui pivota sur ses hanches humaines pour regarder derrière-lui et saluer l’énorme silhouette qui émergeait des ombres :

« Ah, les renforts promis… Tu veux bien aider ce garçon à monter sur mon dos sans se blesser davantage, s’il te plaît ? »

Le minotaure qui s’avançait doucement dans la lumière des lucioles sembla prendre le temps de comprendre ce qu’on lui demandait. Il agita brièvement sa tête ornée de somptueuses cornes, ébouriffant l’épaisse crinière qui descendait jusque sur ses épaules musculeuses. Puis il s’approcha du Garçon Perdu, avec une délicatesse surprenante pour quelqu’un doté d’aussi énormes sabots, avant de tendre ses bras épais comme de jeunes arbres et de présenter à Soul les deux battoirs qui lui servaient de mains.

« Ne t'inquiète pas, mon jeune ami: José est très délicat, quand il veut. » ^^







Award - moult luv sur Green ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Happy Returns   Mer 10 Oct 2018 - 14:38




Il suit avec peine la suite de leur étrange échange, les chamailleries du duo lui échappent par vagues, il n’en saisit que l’écho. Son esprit divague à mesure que la douleur se réveille, se révèle. Il ne faudra plus longtemps avant d’être complètement conscient.
Soul doit profiter des relents de torpeurs qui subsistaient encore. Décider, réagir. Suivre, confier sa vie, son espérance aux creux des paumes les plus incroyables qu’il n’ait jamais saisi.

Le jeune soigneur le regrettera probablement toute sa vie restant, de n’avoir pu observer avec plus grande attention et de plus près tout ce qui l’entourait cette incroyable nuit.

Il se sentit plus voler que soulever vraiment, balbutia un merci approximatif à l’égard de « José ». Son regard se voilait, toute la scène se peignait de plus d’abstrait. Seules les lucioles explosaient en scintillement auquel Soul se raccrochait désespérément, comme à la taille de son sauveur sans cesser de s’excuser, du moins, il le pensait, quand de sa gorge ne sortait plus qu’un flot décousu de murmures ; où perçaient ça et là des termes d’Orient et de dragons qu’il adressait…

… A celui qui serait encore capable de les percevoir.


« Chư Phật, linh hồn và ma thuật đó soi sáng bạn, Lồng.
Có thể con đường của chúng ta gặp nhau để không còn tách rời nữa. »
*





Trad :  Que les bouddhas, les esprits
et la magie t'éclairent, Dragon.
Que nos chemins se retrouvent
pour ne plus se séparer.






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Lòng Sơn Mai
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 620
✘ SURNOM : Le Dragon
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine. Pas plus, peut-être moins.

✘ DISPO POUR RP ? : Si tu l'oses ♥
✘ LIENS : Watch me become just an animal
Sujets en cours : I - II - III

MessageSujet: Re: Happy Returns   Sam 20 Oct 2018 - 0:59

L'échange est une torture. Figé dans une immobilité qu'il met tout l'effort du monde à maintenir, le Dragon sent sa mâchoire se crisper alors que l'apparition discute avec Soul, lui fait perdre du temps. Et quand l'hérisson se joint à la discussion, le Dragon doit retenir un élan de colère mâtinée d'exaspération : il y a un blessé ici, quelqu'un d'important.

Oh, toutes les secondes Lòng doit se retenir de s'avancer, les intimer de se grouiller. Mais il sait, la saleté, il sait qu'il ne sera pas le bienvenu dans l'échange. Il est Pirate, après tout.
Et surtout, il est poison.

Quand - finalement - le minotaure fait son apparition - le Dragon doit retenir un soupir de soulagement. Alors que la créature se saisit de son meilleur ami, il ne peut s'empêcher de faire un pas, arme en main, réflexe de protection qui en définitive n'aura servi à rien. Un regard vers Alexandre et les mots qu'il lit sur ses lèvres, dans leur langue.

Et Lòng grimace.

Rien ne pourra plus jamais l'éclairer, non. Il est bien trop perdu, bien trop maudit, bien trop souillé. Mais la prière le touche, réveille quelque chose qu'il avait cru mort.

Un rire, imperceptible, alors que les silhouettes s'éloignent.

Un rire - et deux larmes.

- On se retrouvera, oui.

Et c'est comme si la pureté de son sentiment était happée, embrasée par quelque chose de bien plus fort, bien plus mauvais. Et fort d'une résolution tragique.

J'y veillerai.








Choking on the smoke from the fire you started
Choking on the ash from the bridges you've burned


Playlist


Cadeau :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Happy Returns   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Daphné est arrivée !!! ( Ellowyne WO2 / Get happy outfit )
» HAPPY BIRTHDAY THIERRY
» Happy Birthday Mandy'
» Happy Birthday DIDIER!!
» HAPPY BIRTHDAY SERGE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Jungle Luxuriante :: Les Profondeurs Périlleuses-