Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1106
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: En république l'Anarchie !   Jeu 25 Jan 2018 - 21:09

A l’extérieur, le vent sifflait, emportant dans sa danse invisible quelques taches blanches de froid, quelques flocons hasardeux qui n'en étaient en fait que des esquisses, comme une promesse de grandes neiges à venir qui ne viendraient peut être jamais puisque c'était bien dans le pays de celui ci que l'on se trouvait.


A l’extérieur, oui.
Car à l’intérieur, l'ambiance était tout autre.
Chaleureuse ?
Peut être un peu, d'une certaine manière, plutôt à la solitude en l'occurence.
Mais ou est ce qu'il se trouvait, ce garçon, tranquillement installé sur une lourde table de bois épais, assit dessus, les jambes allant d'avant en arrière puisque ses pieds ne faisaient que frôler le sol.
Petit ?
Certains disaient ça oui. Mais peut être que cette table était simplement haute ! Qui savait.
Ou se trouvait-il alors, ce punk isolé, sa guitare électrique blanche et rouge calée sur ses cuisses, la tête baissée, les yeux noirs effilés rivés sur les cordes de sa belle, concentré.
On ne savait pas trop, en fait.
Une grande pièce pleine de bardas, remplie d'étagères elles même alourdies de bouquins, de boites et autres bric à braque poussiéreux. Un genre de réserve, visiblement. Et au centre de cette pièce, une grande table de bois sombre longée de deux bancs qui auraient put accueillir facilement six ou sept gamins chacun.

Une note hurla, froide et grinçante, qu'Apache répéta, par quatre fois, pour ensuite recommencer un ton en dessous, encore et encore. Ça dissonait, tranchant le silence comme on découpait de la chair avec un couteau cranté et rouillé.
Ça déchirait l'atmosphère et faisait grincer des dents.
Ça venait d'en dedans.
C'était la vraie voix d'Anna qui se faisait entendre, et comme pour rappeler la teneur inhabituelle de cette électricité qui parcourrait l'instrument, de petites étincelles sautaient parfois, faisant grimacer l'Hérissé qui pourtant continuait son enchainement de notes, désormais habitué aux petits caprices de cette énergies magiques qui déferlait.

A ses pieds, un peu plus bas, il y avait ce caisson de ferraille bricolé et qui inspirait tout sauf la confiance. A l’intérieur, ça brillait d'une lueur excitée, celle de Volt, la fée folle des révoltés, et la guitare avait été raccordée à ce drôle de dispositif cabossé, celui la même qui donc lui permettait de grogner sa litanie métallique aux arrière-gouts d'angoisse urbaine.

Les doigts sombres et tatoués du punk glissaient sur les cordes, les notes s'enchainant soudain un peu plus rapidement, un peu moins saccadée, un peu mieux rythmées, comme si tout à coup se composait un véritable morceau, plus écoutable, plus reconnaissable en tant que tel, gardant cependant les mêmes intonations rances, inspirant plus une gorge serrée par des barbelés que de jolies fleurs dans un pré.

"Je haïs mon pays et je haïs la France"
Avait alors commencé à entonner Apache d'une voix crispée, finalement plus parlé que chanté. "Je haïs la patrie et je haïs les gens" Les mots roulaient et semblaient s'entrechoquer. "Je n'suis qu'un survivant de l'armée rouge soldat, ne crois plus comme avant et suicide toi." Pas si bien articulé, comme trop pressé.
Ça n'avait aucune putain d'importance.

"Je haïs le pouvoir et je haïs les ooordres, je haïs les lois et je haïs la force"
Le tout en français, bien évidemment. "Je n'suis qu'un survivant de l'armée noire SOLDAT ! Je n'suis qu'un survivant et suicide-toi !" Il y avait une certaine colère, voir une haine qui suintait de ces mots presque crachés comme on vomissait l'amertume.

"Je haïs l'arméééée et je haïs la gueeeeerre"
Un peu plus grogné alors que sur sa mine ça grimaçait. "Je haïs les curés et je haïs la haaaaïne" Grognement qui se changeaient en grondement. "Oh je haïs les armes et je haïs les larmes !" Et il enchainait, sans se préoccuper de la répétition des accords qu'il grattait, sa guitare gémissante entre ses doigts.
"Je haïs les jouets et je haïs les bombes, je n'suis qu'un survivant de l'armée bleue SOLDAT, je n'suis qu'un survivant et suicide-toi."
Rapide inspiration pour continuer un peu plus rapidement, cassant complètement le rythme qui s'était pourtant installé mais s'en foutant visiblement allègrement.

"Socialisme Soviétique, cataclysme militariste, alternative réussite, en république l'anarchie !" Qu'il avait énuméré, relevant la tête et le visage toujours crispé, pas très alerte sur ce qui l'entourait, plus concentré sur ce qu'il chantait. Ce qui lui sortait des tripes, qui venait de loin, du fond du bide comme on gerbait sa bile.
Pendant quelques tours d'accords, il ne dit plus rien, se mordant la lèvre inférieure tout en faisant chanter sa guitare, avant de reprendre...

"En république l'anarchie !"

Et de répéter, un peu plus fort.
"En république l'Anarchiiie !!"
Encore un peu plus fort.
"En RÉPUBLIQUE L'ANARCHIE !!!"


Et encore, encore, encore plus fort, il répétait tout en jouant.

"EN RÉPUBLIQUE L'AAANARCHIIIIIIIE !!!!!"






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yell
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 121
✘ SURNOM : La CRIARDE
✘ AGE DU PERSO : 16 Pijes

✘ DISPO POUR RP ? : CARREMENT BABE
✘ LIENS : Le Groupe
Prime sur l'Individu

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Jeu 25 Jan 2018 - 22:11




C'est le rouge, c'est le sang sur les doigts, c'est le sang sur les bras.
Ce sont des blessés a soigner,  des sourires placardés sur des visages pourtant meurtris par une douleur qui les tordaient il y a encore le temps d'un orbite solaire.
C'est une routine assez morose, des bandages, des brancards, des brisés.

Le semblant de porte est poussé, et l'hémoglobine laisse place a l'orange, La criarde s'évade de sa routine, c'est fini pour aujourd'hui.

Un léger soupir s'échappe alors qu'elle fait face au soleil couchant, vous savez, cet afflux d'air qui veut dire "Bordel, enfin, jsuis claquée", et dans le langage de notre jolie blondes au lianes blondes, ca veut surtout dire "Il est temps de se fumer un bon gros Pétard, plein de cette jolie herbe verte."

Une main glissée dans la poche de son short, encore teintée de rouge, elle n'a pas pris le temps de se les laver, elle étouffait.
Un briquet et une feuille, ironiquement, c'est en s'enfumant que mademoiselle prend l'air.

Elle marche, semblant comme regarder ses pieds, la lumière orangée de l'astre tendant au repos l'éclaire encore assez.. des doigts comme pincés, ça s'effrite, puis ça tombe, puis c'est roulé et enfin, ça s'allume.

Calé entre l'index et le majeur, la fantastique et envoûtante trompette se voit balancée a intervalles régulier de la hauteur des cuisses a la hauteur du visage, il est chanceux ce joint !  il goûte tout le long de sa vie au délicieuses lèvres de la soigneuse, qui sont d'ailleurs colorées de vert, comme a son habitude.

Elle marche, a demi perdue, dans le dédale aérien des passerelles et pont de singes, le pétard du soir, c'est une occasion d'un peu oublier, d'un peu s'oublier, de se laisser aller aux plaisirs doux de l'inconscient, c'est pas qu'elle aime ça, c'est qu'elle en a besoin.

Les sens altérés par l'hallucinogène incandescent, la jolie blondes au yeux de jade marche lentement, a son rythme, comme attirée par le charme dissonant d'un son électrique rugissant au loin.

"Une gratte ?"


Curiosité aiguisée, pas pressé.
Elle se dépêche d'achever le papier roulé, jette même la fin de ce dernier.

"Ca fait tellement longtemps, putain."


Elle est pressée, elle n'a pas pu entendre de musique depuis son arrivée récente au grand arbre, de plus que le semblant de musique qu'elle entend lui plaît, ce qui n'était il y a quelques minutes que le semblant lointain de quelques notes dissonantes et hasardeuses semble s'être concrétisé, devenant peu a peu une vrai musique, une mélodie se pose, sans pour autant ôter au son le moindre degré de son orientation brutale, puissante, violente.

Alors qu'elle s'approche de la source de ce magnifique brouhaha symphonique, elle crois entendre une voix. Ca chante plutôt bien, ça lui parle même, bien qu'elle ne connaisse en rien la langue, les paroles sonnent a ses oreilles comme habitée d'une colère, une rage enfouie sous des foutu kilos de retenue, se relâchant, explosant enfin.

Elle a trouvé la cabane en question, porte fermée, pas un problème, un coup de savatte et voilà son Eden finalement ouvert.
La tête de l’inter-mitant se tourne vers elle, sans pour autant que les mains ne cessent de jouer, la musique c'est ça, c'est tellement fort, t'es tellement pris au tripes que t'oses pas t'arrêter.

Un pas, puis un autre, on ressent bien dans la démarche nonchalante de la rebelle comme les reste de ce qu'elle vient de s'envoyer, enfin, comme elle aime a le dire, ou plutôt a le hurler :

"Je préfère m'enfumer à m'en faire exploser le crâne que d'écouter une seule foutue seconde de ces conneries conformistes"

Elle se pose sur un banc en face de l'artiste après avoir enjambée une machine.. particulière, ça brille un peu, du jaune de la foudre, elle croit que ça bouge, ou ça bouge vraiment, enfin, elle en sait rien, elle est fatiguée, et allumée.

Elle dévisage le musicien, elle le connais, enfin elle l'a déjà croisé, la bête rousses au trois crêtes hurlant le communisme est une figure Connue, Apache qu'il s'appelle.
Elle l'aime bien, il s'en balance un peu de tout, et on dit qu'il serait punk, enfin, ça pour le coup ça se voit, pas la peine d'être un foutu génie sorti de Harvard pour comprendre que ce jeune hérissé est animé par des idées Révolutionno-Anarchistes.

Yell prend un grand souffle, ferme les yeux, se calme.
Elle est bien là, ça pète a ses oreilles, mais bordel, elle revit.

Les paupières s'ouvrent de nouveau, et un grand sourire se dessine, elle hésite.
L'envie de chanter lui prend a la gorge aussi bien qu'elle se débat pour garder la bouche fermée.

Elle a envie de chanter, mais elle comprends rien, elle connait pas ce langage, alors elle va attendre que le petit métisse vêtu de cuir sente sa voix et ses poignets se calmer, là elle fera son show.

C'est assez rare pourtant, c'est peu souvent que la Criarde se retient de beugler, surtout après une journée de travail confinée avec des patients dont ont lui a interdit de briser les tympans, mais que voulez vous, c'est la musique, ça la berce.

En attendant, elle le regarde, Il est beau, quand même.






Ya Know what I say to The chosen Whites ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1106
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Jeu 25 Jan 2018 - 22:35

Lorsqu’elle avait débarqué en foutant un putain de coup de pied dans la porte, Apache avait manqué de sursauter, relevant les yeux et la tête vers cette nouvelle venue de nul-part. Cependant, il n'avait pas pour autant lâché sa guitare, continuant de jouer les accords les un après les autres, sans ralentir, sans faiblir.
Il fallait dire qu'il n'étaient pas bien compliqué, cet enchainement de notes. Le punk n'avait que faire des démonstrations musicales, il se foutait de savoir si ça sonnait bien ou pas, l'important c'était d'exprimer son truc et ça lui allait bien comme ça.

"En république l'Anarchiiiie...."
Qu'il grognait tout en fixant la blondinette qui s'était tranquillement installée juste en face de lui, le fixant sans rien dire. Elle avait l'air de plutôt apprécier le spectacle à en juger de sa petite bouille aux airs ravie.
Mignonne. Se disait le punk tout en lui rendant son regard avec des yeux acérées. Il ne la connaissait pas.
Jamais vu.
Il s'en souviendrait, sinon. Ce rouge a lèvre vert, ça se retiendrait, c'était sur.

Nouveau chapelet de notes alors que les doigts sombres dansaient sur les cordes noircies et soudain, une étincelle plus puissance jaillit de la guitare, faisant sursauter pour de bon l'Hérissé qui en lâcha le manche de sa belle, grimaçant.
"Putain..." Il secoua la main, la mine contrite, une moue dessinée sur la bouille alors qu'il jetait un coup d’œil aux bout de ses doigts noirs, légèrement brulés.

Ca piquait un peu, mais rien de bien grave.
Alors que le silence avait brutalement reprit possession des lieux, l'attention du chasseur revint automatiquement vers son drôle de public improvisé, un sourire aux coins des lèvres, visiblement piqué par la curiosité.

"J'peux t'aider ?"






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yell
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 121
✘ SURNOM : La CRIARDE
✘ AGE DU PERSO : 16 Pijes

✘ DISPO POUR RP ? : CARREMENT BABE
✘ LIENS : Le Groupe
Prime sur l'Individu

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Ven 26 Jan 2018 - 15:55

La tête calée entre ses deux paumes, la jeune fille au lèvres de vert continue de contempler le spectacle, l'artiste n'est en rien sorti de sa transe, c'est a peine si il lui a accordé un regard. Mais ca ne lui fait rien, elle est venue ici pour la musique, pour le son.

Enfin c'est ce quelle pensait en premier lieu, mais elle est bien forcée d'avouer que le musicien lui tape a l'oeil, là ou ses oreilles se ravissent du son et acceptent sans trop de problèmes les quelques dissonance et faux accords, les yeux eux sont perdus, se baladent du visage au corps, des crêtes au lèvres.

La chanson continue, et c'est alors que le chanteur improvisé engage un dernier râle assassin qu'une étincelle se propage, de l'étrange boite au cordes de l'instrument, passant bien entendu par les mains du chasseurs.

Un sursaut, il s'arrête, et daigne enfin accorder a la blondinette un léger brin d'attention, après avoir bien entendu juré, ça doit faire mal quand même faut pas déconner.

Le sourire du chasseur laisse place quelques temps a l'afflux de mots, de vrais mots, de mots qu'elle comprends, mais rien a faire, même si il parle plutôt vite il n'a pas le temps de placer sa question avant que la Soigneuse ne vienne s’asseoir a ses coté.

Un petit duel de regard s'engage, elle ne dit mot, et alors qu'il la calcule, intrigué, les mains de la criardes s'emparent de l'instrument, un petit coup net, discret, et voilà la guitare au rouge terni se tenant sur les genoux de l'éternelle adolescente.

Les cordes en sont a quelques teintes d'être aussi noires que le jais, le rouge de la guitare a décoloré, mais pourtant, elle lui plait, çà lui fait énormément de bien, de revoir un truc avec des cordes, et qui fait du bruit, ça aurait pu être un banjo ou un ukulélé qu'elle aurai aussi eu cette petite mine impatiente scotchée a la tronche.

Le pouce s'éclate a la première corde, une deux trois fois.
Elle s'arrête, manipule quelque peu, accorde un peu plus.

"Voila, la on va jouer"

Lance-t-elle en regardant brièvement son interlocuteur.
Le pouce frappe donc encore, puis le majeur et l'index pincent a la remontée, et ça continue, de plus en plus vite, les quelques fausses notes s'évadent, laissant aux main de la chanteuse le choix de la dissonance voulue.

Ca fait longtemps qu'elle a pas jouée, encore moins en slap, mais pourtant, ça lui revient.
Il y a des choses comme ça, le corps les oublies pas, la musique, le rythme, c'est dans son sang, c'est dans les veines de ses doigts encornés par plusieurs années de pratique.

Un long solo dissonant s'engage, elle reprend ses marques, claque des pieds pendant qu'elle joue, elle est aux anges.
Après quelques longues dizaine de seconde a torturer sans la moindre pitié les cordes de l'instrument, tout s'arrête.

Elle a repris confiance, elle est a l'aise, il va maintenant falloir chanter, comme au bon vieux temps.
Premiers accords, premiers mots balancés en avant, le diaphragme vibre, l'air ressort, modulés par la volonté de renouer avec cette vieille passion qui la faisait vivre.

"This was our country, Our county"

Ça reste étonnement calme, mais ce n'est que le début croyez moi

"It was Our pain, your faults"

Elle s'excite, ca gagne en puissance, la colère fait trembler les cordes vocales et anime le visage de la rebelle.

"It was your mistakes"

a chaque mots la voix gagne quelques douloureux décibels"
Un dernier accord, a peine vibrant mais déjà stoppé par une main bloquant le mouvement de la famille de six cordes.
Une dernière inspiration, les yeux se ferment, elle imaginerait presque tenir un micro de sa main, comme avant.

"Our"

C'est Parti.

"SORROOOOOOOOOOOOOOOOOOWS"

Le bruit ricoche sur toutes les murs de la pièce, et il est sur que la porte ouverte et le manque cruel d'insonorisation auront permis a la voix de la criarde de parcourir une grande partie du grand arbre, les réveillant, pour certaines âmes fatiguées,de leur sommeil crépusculaire.

La revoilà, baignant dans sa passion passée, elle n'a rien perdue, ni de son corps ni de son coeur. Ni de son âme, ni son art.






Ya Know what I say to The chosen Whites ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1106
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Ven 26 Jan 2018 - 18:21

A peine avait-il tenté d'engager la conversation que la blondinette avait migré d'en face à juste à coté de lui, comme ça, Pof! J'pose mes fesses, pousse toi d'la que j'm'y mette.
Un échange de regards, un peu bizarre, noir trop noir contre vert éclatant.

Surpris, le punk ? Oui, Mais pas autant que juste après, quand la jeune fille inconnue s'amusa à lui arracher sa guitare des mains.
L'iroquois n'eut pas vraiment de réaction, tout juste celle d'ouvrir la bouche sans pour autant rien dire, ses sourcils désormais bien haut attestant de son étonnement.
Il y tenait à sa guitare, la n'était pas la question. Mais Apache avait le partage facile, et tant qu'elle ne se mettait pas à cavaler en emportant la précieuse avec elle, il n'y avait pas de quoi s'inquiéter.

Mais c'était qui cette meuf ?

En tout cas, une chose était sur, elle aimait les guitares.
Ça se voyait rien qu'à la façon dont elle la matait, désormais entre ses mains, et très vite les doigts de la soigneuse s'étaient fait plus entreprenant, naviguant sur les cordes, caressant la ferraille, tournant les molettes.
Ha, elle réa cordait. Carrément.
Bah vas y fais comme chez toi, te gène surtout pas, meuf !

"Voila, la on va jouer"

A ces mots, Apache ne put contenir un ricanement à moitié soufflé, son sourire un peu de travers ne le quittant désormais plus, balayant la surprise et faisant place à la constatation.
Bah voyons, c'était que lui jusqu'ici il faisait de la poterie !
S'il était vexé ?
Non. Pas vraiment. Une esquisse tout au plus, mais que le garçon prenait pour l'instant plus à la rigolade qu'autre chose.
C'était pas sérieux.

Et puisqu'elle avait dit qu'elle allait jouer, elle joua ! Sous le regard et l'oreille attentive du petit punk juste à coté d'elle, qui n'avait pas bougé d'un iota ! Question de principe.
Se pousser quand on le poussait, c'était pas dans ses habitudes.
Et elle jouait, ouais.
Pour de vrai.
Avec des notes, des enchainements, des accords, des mélodies. Du slap, du rythme, ça sonnait bien, ça sonnait juste, ça sonnait propre.
Trouble aurait détesté.
Lui ?
Un chouilla impressionné, mais jamais il ne l'avouerait !

Apache, lui, c'était pas un artiste, il fallait le rappeler. La musique au fond, il s'en foutait. Lui il préférait quand c'était crade, raté, que ça gueulait, que ça gerbait.
Quand ça suintait la cave d'un vieille immeuble même pas abandonné, dans le 20ème de Paris, pas loin de Ménilmontant.
Quand le son découpait l'air, soufflait de la poussière à en faire tousser.
Ouais...
C'était pas un artiste.
Et puis la guitare se tue.
C'était terminé ?
Quelque chose lui laissait penser que non, et il avait bien raison, l'Hérissé, car déjà la deuxième partie arrivait ! Plat de résistance. Le meilleur, en somme.
Elle chanta.
Au début, calmement. Jolie brin de voix pour une jolie fille, mais très vite, ça se corsa.
Et ça montait, et ça montait... En puissance.
Les cordes vocales vibraient et il sembla un instant à Apache que les murs allaient bientôt suivre.
C'était bien deviné, car déjà, la blondinette prenait une profonde inspiration, de celle que le révolté connaissait bien pour les pratiquer régulièrement ! Alors, comme dans un reflex, l'iroquois du macadam fit de même, emplissant ses poumons, ne lâchant pas la musicienne des yeux, sourire carnassier en prime et .. et .. et...

"SORROOOOOOOOOOOOOOOOOOWS"

"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH"


Les deux avaient hurlé d'une même voix ! L'une un mot chargé de sens, l'autre un hurlement animal et inintelligible. Mais le garçon avait beau être un pratiquant régulier du braillement sauvage à la barbare, sa partenaire particulière d'un hurlement l'avait pourtant bien distancé !
QUELLE VOIX, PUTAIN !!!
Le chasseur en était quelque peu tombé à la renverse, terminant son propre cri dérailé en éclat de rire déjanté, s'étalant sur la table tout en se marrant.

"Et bah Puutaiiin !!!! T'en a dans le coffre toi dis donc !!!" Qu'il avait balancé tout sourire, tout en continuant de se marrer, et puis il s'était un peu calmé, se redressant, toussant deux ou trois fois pour s'éclaircir la voix.

"Je t'avais jamais vu dans le coin, t'es nouvelle ? Elle te plait, Anna ?" Questions posées avec une petite mine détendue, désignant la guitare du menton.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yell
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 121
✘ SURNOM : La CRIARDE
✘ AGE DU PERSO : 16 Pijes

✘ DISPO POUR RP ? : CARREMENT BABE
✘ LIENS : Le Groupe
Prime sur l'Individu

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Ven 26 Jan 2018 - 20:13

Alors qu'elle prononçait son ultime mot, qu'elle tenait son ultime syllabe, le cri du Hérissé s'est greffé au son de son timbre, une note maintenue, pleine de puissance, de colère.
Elle a l'habitude Yell, de chanter avec le fin fond de son cœur, de laisser ses idéaux résonner et s'échapper a travers sa gorge, c'était sa vie, et au fond, même si défendre son utopie n'est plus vraiment sa priorité maintenant qu'elle habite l'île de jamais, le cri restera encore et à jamais son moyen de communication, une voix féminine mais puissante, une mine et des habitudes calmes mais pourtant, une véritable force, une véritable haine.

Ils sont là, a hurler, comme deux loups se renvoyant l'écho de leur hurlements, après une dizaine de seconde a soumettre les cordes a un rude exercice, le chasseur s'épuise, sa voix, bien qu'accordée a celle de la chanteuse, s'étouffe, et laisse place a l'aigu de la jeune fille, une note délicate portée par une brutalité sans précédents, une sorte de paradoxe musical, anti-conformiste, Anarchiste, là ou aucune règle ne règne, une jolie voix peut beugler des horreurs.

Alors qu'elle stoppe nette l'envoi d'air a travers ses cordes, et qu'elle relâche ses mains de l'instrument, son choriste improvisé la flatte, il faut dire qu'on ne s'attend pas a entendre un aussi gros cri venant d'un petit corp comme le sien, ca lui fait plaisir, même si il est seul, et qu'elle le connais peu, c'est un peu son seul public, elle en rougit même.
Elle a beau avoir enregistré et partagé des tonnes de trucs, elle a beau s'être produite sur scène, parfois, le jugement de certaines personnes l'affectent plus que d'autres.

Alors qu'elle se bat avec elle même pour ne pas rougir d'avantage, le punk continue, encore une question, il a l'air amusé, il a l'air de s'être éclaté, c'est l'essentiel, c'est la musique.

"Je t'avais jamais vu dans le coin, t'es nouvelle ? Elle te plait, Anna ?"


Il lance ça, désignant d'un mouvement de tête la guitare, la jeune fille mets un peu de temps a comprendre, oui, fumer c'est bien, mais ca ralenti.

"Ah.."

Elle a saisi, en même temps, elle n'a jamais donné de nom a ses instruments, non pas qu'elle n'y tenais pas, plutôt qu'elle trouvais ça étrange, de donner un nom a un objet, l'important finalement, c'est pas comment il est nommé, ni combien il a coûté, c'est surtout ce qu'on en fait au final. La fin plus que les moyens.

"Anna, je l'aime bien, elle m'a flashé au premier coup d'oeil, ce rouge.."

Elle marque un temps, elle peut le dire ? Evidemment que tu peux le dire, t'en a jamais eu rien a foutre de crier tes idéaux, d'autant plus que là, le beau garçon a tes cotés a l'air d'en partager quelques aspects, alors vas-y, fonces, t'as rien a craindre, et rien a perdre.
Effaçant toute hésitation, elle enchaîne :

Elle me rappelle des gens, des idées, une philisophie... un combat..

Elle pose sa tête sur l'épaule du punk, et regarde dans le vide, les yeux plein de nostalgie, les oreilles pleines de mélodie..
Les paupières se ferment, elle y est, dans le van, calée contre Josh et bien évidemment sans ceinture, elle somnole, pareil, la même sensation, l'herbe la fait chavirer, la chaleur la réconforte.

C'est peut être mal venu, elle le connait pas, mais elle s'en fout, elle en a besoin, il lui faut cette chaleur, parce que c'est la seule chose que tout le monde possède vraiment, et c'est dans son esprit la plus belle des choses a partager.
Etre ensemble, pour être plus forts.






Ya Know what I say to The chosen Whites ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1106
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Ven 26 Jan 2018 - 20:46

Elle avait hurlé à plein poumons en compagnie du punk, donnant l'impression au garçon qu'elle était du genre survoltée ! Cependant, le chasseur fut surpris de constater qu'il y avait eu comme une décélération brutale dans le rythme de cette blondinette. A ses questions, elle ne se montra pas des plus "vive", répondant à la moitié de celles ci, par ailleurs, et semblant s'envoler ailleurs, à peine posées.

"Anna, je l'aime bien, elle m'a flashé au premier coup d’œil, ce rouge..."

Ha ouais, elle aimait bien le rouge ? Apache aurait pourtant plutôt parié sur le vert. Cependant, il ne put s’empêcher de sourire, avec une mine attendrie, regardant la soigneuse avec attention, ne la lâchant pas des yeux, très attentif à ce qu'elle lui racontait. C'était qu'étrangement, malgré le chant et le braillement de juste avant, il semblait qu'elle peinait un peu à aligner trois phrases.
Comme ailleurs.
Déconnectée.

"Elle me rappelle des gens, des idées, une philosophie... un combat..."

Petit mouvement de sourcils vers le haut, accusant réception.
A ce point la ?
Mais pas vraiment le temps de se demander plus que déjà, la tête tressée se posait tranquillement sur l'épaule d'Apache, comme ça, comme un oiseau se perchait sur sa branche.
Un peu pris au dépourvu, ne sachant pas vraiment comment réagir, le métisse finit par relever le bras, la passant autour des épaules fines et pratiquement nues de sa mystérieuse visiteuse.
Elle avait pas froid comme ça ?
Lui n'avait pas chaud, et pourtant portait son blouson.

"Ca va ?" Doucement, il se pencha un peu sur elle, cherchant son regard sans le trouver, un peu inquiet, au final. Alors, du bout des doigts, ceux qu'il s'était brulé un peu plus tôt, il lui releva le menton, plongeant ses yeux noirs dans les siens,  proche, concentré, la mine tellement sérieuse, le regard fixé avec une insistance atypique.
Tout ce vert.
Du vert à perte de vu.
Une prairie ? Non.. Une foret.
Du vert mais pas que.

Du rouge aussi.
Tiens donc...

Et comme s'il avait finalement trouvé ce qu'il cherchait, un sourire taquin fendit son visage, ses yeux aiguisés se faisant rieur.

"T'es défoncée, toi !"
Ce n'était pas une question mais bel et bien un constatation !






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yell
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 121
✘ SURNOM : La CRIARDE
✘ AGE DU PERSO : 16 Pijes

✘ DISPO POUR RP ? : CARREMENT BABE
✘ LIENS : Le Groupe
Prime sur l'Individu

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Ven 26 Jan 2018 - 21:19

Un moment d'absence, elle sent des choses, ça bouge, ça la secoue, elle s'est abandonnée quelques secondes au sommeil, elle devrait dormir plutôt dormir poings serrés, mais non, elle est là, comme posée sur un inconnu, dans le froid et bientôt, dans la nuit.

Elle entend une voix, elle déchiffre, lentement, perdue entre la réalité et le doux monde de ses songes, si ca va ?
Ca pourrait aller mieux, mais elle est bien là, contre un camarade, elle sait pas vraiment d'ou ni de quand il vient, mais elle l'apprécie déjà, c'est comme ça, c'est un feeling, ça s'est fait tout seul, par la force des choses.
Elle lui fait confiance, au moins pour pas la rejeter et la laisser croupir seule, n'ayant que quelques degrés Celsius pour lui tenir compagnie.
Yell aurait aimée répondre, mais elle y arrive pas, elle n'en est pas capable, un semblant de bruit s'échappe de sa bouche pourtant toujours close.

"Mmm.."

elle est déjà endormie ? faut croire, ca pèse, sa tête est lourde, lourde parce que bien remplie, elle a abandonnée ses quelques derniers milligrammes d'adrénaline au chant, c'était plus fort qu'elle, maintenant elle est exténuée, elle a brillé un temps, mais s'éteint doucement, alors elle dort, enfin elle aurais aimée somnoler, si seulement le jeune chasseur ne lui avait pas ouvert les yeux de force... arborant une certaine douceur certes, mais la réveillant tout de même de son trop court sommeil, la tête blonde calée au creux d'une paume, il inspecte, se perd dans l'océan de verdure de ses yeux. Mais son expérience lui révèle un détail, détail qui explique a lui tout seul l'état de la soigneuse

"T'es défoncée, toi !"

En effet, la criarde est totalement cramée, ses neurones sont épuisés, et elle pue l'herbe a des kilomètres, il aurait quand même pu remarquer avant, faut croire qu'il avait l'esprit... ailleurs.

"Je.. Ouai"

Autant être franche, elle a rien a cacher.
Fumer c'est une grosse partie de sa vie, avant c'était le plaisir du soir, maintenant c'est la médecine du crépuscule, ça l'aide a tenir, mine de rien.
Parfois la saveur d'un bon pétard la remet face a ses vieux démons, parfois ça l'amène juste dans le flou, ça dépend des jours, aujourd'hui, c'est bien le flou qui la berce, le flou artistique.

"Fait.. fait pas genre... avec ta tronche"

Les yeux clignent, plus longtemps que d'habitude, puis s'ouvrent a nouveau, se plissant de plus en plus.
Elle baille, puis reprend:

"Avec ta tronche, jsuis sûre que toi aussi tu t'envoie des... sales trucs"


Cash, violence, pas de respect, le bougre a pris ses aises, et vas y que je te prend la tête entre mes mains, et vas-y que je te rappelle que t'as vie est merdique au point de te foutre en l'air a grandes taffes.
Il a de la chance, si il lui avait sorti ça en journée, il saignerai des oreilles.
Et c'est pas moi qui le dit, c'est elle qui le pense.

Si j'avais encore un peu de force, je briserai tes foutus tympans, beau gosse.

Malgré sa furie habituelle, banale, elle est plutôt attendrie, mais bon, ça elle le montrera pas, pas tout de suite en tout cas.






Ya Know what I say to The chosen Whites ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1106
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Ven 26 Jan 2018 - 21:39

"Je.. Ouais"
- Ouais Qu'il avait confirmé, un peu rigolard, la relâchant et se reculant un peu, le sourire lui dévorant toujours le visage.

"Fait.. fait pas genre... avec ta tronche"

Nouveau ricanement alors qu'elle se mettait à bailler, à s'en décrocher la mâchoire.
Houuu ça avait l'air de taper fort ce qu'elle s'était envoyé ! Ca donnait envie, ouais !

"Avec ta tronche, jsuis sûre que toi aussi tu t'envoie des... sales trucs"

Cette fois Apache se mit à rire franchement, comme pour valider l'information.
"Je suis percé à jour !" Qu'il balança tout rigolard, et fier de lui avec ça. Un bien piètre exemple à suivre.
"Mais faut pas se mettre dans des états comme ça, hein, miss."
Et ça lui allait bien de faire la morale, à lui. C'était vraiment l’hôpital qui se foutait de la charité ! C'était bien par ce qu'elle ne le connaissait pas qu'il pouvait se permettre de lui dire chose pareille.

"Et t'as un nom ou c'est moi qui vais devoir deviner ?"
Nouveau sourire, du genre solaire, comme il en donnait de temps en temps à ses camarades ou aux gens qu'il aimait bien. Pas tant que ça, en sommes. "Fais gaffe sinon ce sera chat perché !" Et un clin d’œil au passage, l'air de dire je blague !






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 




Dernière édition par Apache le Sam 27 Jan 2018 - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yell
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 121
✘ SURNOM : La CRIARDE
✘ AGE DU PERSO : 16 Pijes

✘ DISPO POUR RP ? : CARREMENT BABE
✘ LIENS : Le Groupe
Prime sur l'Individu

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Sam 27 Jan 2018 - 11:16

Il se fend la poire le rouquin, c'est vrai que y'a de quoi, mais c'est pas très respectueux, tout de même.
C'est pas son genre a Yell, de semontrer toute faible, fatiguée.
D'habitude la criarde est tout sauf claquée,elle est rayonnante, éclatante.

Mais là, c'est différent, elle en peut plus, elle s'est enfilée tout le spliff en un rien de temps pour aller voir le musicien en question, si elle avait su de qui il s'agissait, elle en aurait certainement rien a eu a faire de lui fumer sous le nez, elle aurait même partagée !

ca lui tape dans le fond du crâne, les yeux peinent a rester ouvert, même s'il est vrai qu'en temps normal elle aurait puisée au fin fon de son être pour se "défendre", ici, elle n'en a pas envie, adoucie par la présence d'un être qui au fond, lui ressemble.

Il continue a se marrer, lances quelques piques, c'est assez surréaliste, quand on sait ce que l'Hérissé peut s'envoyer de temps à autres, mais bon,La criarde ne le sait pas.
Enfin, disons plutôt qu'elle n'as pas de preuve, parce qu’honnêtement, ca se voit que le petit métisse tend a se la mettre minable, c'est perçant, ca troue les putains de mirettes, ce type a la défonce dans le sang.

Enfin, au moins lui aussi il assume, ça leur fait un point commun, celui d'en avoir rien a foutre, enfin lui, il est pas déglingué.
Ca nous laisse au moins une personne... Lucide ?
Il sera au moins capable de pas laisser la blondinette comater toute seule, c'est déjà ça.

Un sourire au lèvre, le tri-crêtes relance la conversation, comme pour garder la soigneuse éveillée, le tout en apprenant a la connaître, j'appelle ca lier l'utile a l'agréable.

"Et t'as un nom ou c'est moi qui vais devoir deviner ?"

Elle entend, comprend, entrouvre la bouche.

"Ye.."

Et le voilà qui reprend, la coupant dans son élan, il ne se rend pas compte de l'effort surhumain que représente la prononciation d'un seul petit mot.

"Fais gaffe sinon ce sera chat perché !"

Putain mais laisse moi finir, tu tournes au speed ?

Ca agace notre chanteuse, mais elle n'a ni l'envie ni la force de le montrer, il y a quelques semblant d'étoiles qui se baladent dans ses yeux, naviguant entre le vert et les rayures de rouges qui lacèrent ses orbites.
Elle l'aime carrément bien, ce Petit con , il est pétillant, plein de vie, et il porte sur ses épaules le poids d'un lourd combat, celui contre la normalité, celui pour le partage, l'égalité.

Comme animée d'une énergie nouvelle, elle retrouve la force de prononcer un semblant de phrase, sans se retenir d'ajouter une certaine dose d'ironie, c'est pas parce qu'on tient pas debout qu'on a pas le droit de se marrer.

"Ah, pour être perchée, je le suis. Sale nain"

Elle répond au clin d’œil par un petit sourire, de nouveau capable de communiquer sans s'endormir, elle continue sur sa lancée, espérant que le Punk ne la coupe pas encore en milieu de phrase.

"Moi c'est Yell, Soigneuse, et défoncée, aussi."

Le petit sourire s'étend, se révélant après quelques secondes avoir été la genèse d'un très léger rire, on pourrait croire qu'elle délire, elle est pourtant encore plutôt consciente, au moins assez pour se rappeler de son nom, c'est déjà ça.

Il est temps de retourner au chasseur sa question, parce que bordel, a force de se taper des monologues, il va croire qu'elle est morte, voire Pire, timide, et ça, elle se l'interdit.

"Et toi, c'est sous quel nom que tu les traînes, tes putains de convictions ?"


Ca aurait pu être délicat, poétique, sympathique, mais n'oubliez pas, c'est Yell.
Si on essaye de la comprendre ne serait-ce que 2 foutues minutes, on comprend que les grossièretés font office de ponctuation, un bon "PUTAIN" en fin de phrase, un petit "BORDEL" en guise qu'adjectif, ça donne une bonne dose de panache a votre discours, croyez moi.

Dans le monde réel les politiques aiment a s'exprimer en prenant leurs grands airs, vocabulaire soigné, prononciation audible...
Tout n'est qu'artifice, c'est comme t'annoncer un décès sur fond de musique d'anniversaire, ça sonne faux.

Alors oui, la criarde elle agrémente ses dires de bonnes petites insultes, classique, simple, efficace, et pourtant pas méchant, c'est comme ça, quand elle cherche ses mots, ça lui revient en premier, c'est pas de sa faute.

Elle est comme ça Yell, pas comme les autres.






Ya Know what I say to The chosen Whites ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1106
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Sam 27 Jan 2018 - 13:30

Peut être qu'Apache était un peu speed, c'était vrai. Plus connu pour ses éclats, ses colères, ses pétages de plombs que pour ses moments de calme et d'apaisement. Mais ici en l'occurence, il semblait plutôt que ce soit la petite Yell qui tournait au ralenti, toute enfumée qu'elle était, creusant de ce fait le contraste entre ces deux la.

"Ah, pour être perchée, je le suis. Sale nain"

ET PAF dans les dents. Et dit avec le sourire, avec ça. Visiblement, qui qu'elle soit, elle avait du mordant, pas du genre a se laisser faire.
L'iroquois accueillit la petite pique avec une mine surprise suivit d'un sourire de travers, mais ne s'en formalisa pas vraiment. Pas vexé, non. Ça allait encore, même si les commentaires sur sa petite taille avaient le don en général de l'exaspérer.
Il était pas si petit, bordel !!! Il y avait tout un tas de gens plus petit que lui au Grand Arbre... Non ?
Si si.
Mais il fallait quand même préciser qu'ils avaient rarement 16 ans, ceux la.
Pfff...

"Moi c'est Yell, Soigneuse, et défoncée, aussi."

Aussi, oui ! Ça, ça se remarquait.
Une soigneuse, donc. Tiens tiens, une recrue de Soul ! Et bien la pauvre, elle était pas dans la merde avec un chef pareil.

Yell qu'elle s'appelait. Et elle se marrait, toujours perché à 10 000 kilomètres. La voir dans cet état fit un peu plus sourire le punk.

"Et toi, c'est sous quel nom que tu les traînes, tes putains de convictions ?"

Mouvement de sourcils vers le haut, ne se départissent cependant pas de son sourire.

"Apache" Prononcé à la française, comme toujours. C'était qu'a l'anglaise, il trouvait que ça sonnait un peu comme le nom d'un toutou.
Insupportable.
Eupatchi, que ça se disait. Putain. Et les plus chiants s'amusaient à raccourcir en Patchi.
L'horreur.
Est ce que c'était pire que les Pachou intempestif de Pretty ?
Bonne question.

"Et c'est quoi mes putains de conviction d'après toi ?"


Pas une goutte d'agressivité dans le ton employé, mais il fallait dire que l'entrée en matière de Yell avait quelque peu titillé le punk.
C'était vrai que l'Hérissé n'avait rien de discret, ses frasques le rattrapant bien souvent et lui collant une belle étiquette de trouble fête sur la face. Ca et le "Fuck the systèm" écrit en gros dans le dos de son blouson qu'il portait actuellement, par ailleurs.
Mais lorsqu'une inconnue, certes très mignonnes, certes capable de pousser des gueulantes impressionnantes, certes complètement défoncée lui parlait de ses convictions à lui, comme ça, il aimait bien savoir exactement de quoi il en retournait et ce à quoi elle faisait référence !
C'était pas qu'il était parano mais bon. C'était pas non plus comme s'il était en train de fomenter une révolte au sein du Grand Arbre et qu'il risquait de ce fait de se faire trancher la gorge.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yell
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 121
✘ SURNOM : La CRIARDE
✘ AGE DU PERSO : 16 Pijes

✘ DISPO POUR RP ? : CARREMENT BABE
✘ LIENS : Le Groupe
Prime sur l'Individu

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Sam 27 Jan 2018 - 14:51

je crois que je l'ai fait un peu tilter

Oui, Yell, ces sourcils qui se froncent ne sont pas anodins, mais regardes, ils n'arrachent en rien a l'Hérissé son joli sourire, il est peut être étonné, mais pas énervé, tant mieux pour elle, tant mieux pour lui, tant mieux pour eux.

Il prononce avec un accent étranger un mot qu'elle n'arrive pas tout de suite a déchiffrer, faut dire que le francais, pour une fille des Etats soi disant unis d'amérique, c'est pas forcement le truc le plus naturel, toujours perdue entre la réalité de jamais et celle de ses rêves, elle s'essaye a la prononciation de ce mots étrange.

"Eu.. Pash ?"

C'est le mieux qu'elle puisse faire, pour l'instant tout du moins, c'est pas exactement ça mais ca se reconnait, on remettra l'hésitation notoire sur le compte de la substance psychotrope.
Elle rigole un petit temps, enfin on ne sait pas réellement si elle se marre ou si elle tousse, une sorte de fusion bâtarde des deux, disons.

"Mignon."

Elle se redresse, ses yeux regagnent un peu d'espace, elle baille toujours, elle n'est toujours pas super en forme, mais ça va un peu mieux, sa cogne moins fort sur son ciboulot, elle passe sa main sur son front et dégage quelques tresses qui lui bloquaient partiellement la vue.

Alors qu'elle repose son regard intéressé sur le punk, celui ci lui repose une question, toujours avec ce ton gentil, a la limite de la bienveillance, si ce dernier n'était pas sapé comme un putain de criminel, elle aurait pu croire parler a... je sais pas moi, une bonne soeur ?
Fort heureusement, ce n'est pas le cas, et a voir la blondinette dévorer discrètement le chasseur de ses yeux verts, j'en déduis qu'elle est bien contente du style de ce dernier.

"Et c'est quoi mes putains de conviction d'après toi ?"


La question est légitime, c'est vrai qu'elle l'avait un peu agressé, en lançant ça comme ça, mais elle a quelques doutes, habillé comme il est, avec le rapport qu'il dit entretenir avec la drogue, avec cette voix qui beugle comme un foutu animal enragé,elle pouvait pas croire que ce type était un mec lambda, elle refusait de le croire, parce que ça lui enlèverait beaucoup de charme selon elle,et ça, ça l’embêterai beaucoup, ça la ferai carrément chier, pour reprendre ses mots.

Elle sourit, encore plus, ses yeux sont grands ouverts, elle se laisse un peu tomber en arrière, et tape un petit coup dans le dos de L'hérissé, laissant sa main claquer sur son blouson, ou était gravé un slogan qui lui était familier, très familier.

Elle se ramène a la hauteur du métisse, puis reprend, toujours aussi enjouée.

"Ca, c'est ca pour moi, après, je peut me tromper."


Bien qu'elle agrémente sa phrase d'un petit rire niais, dans le fond, elle espère qu'il ne s'agisse pas d'un simple élément de style, elle croise les doigts pour que ce garçon qu'elle vient de rencontrer ne sois pas engagé qu'en apparence, mais également au fin fond de lui même.

Une idée lui surgit alors a l'esprit, elle dégage la partie droite de son cou d'un petit geste de la main, et montre d'un doigt le tatouage qui la décore.
Il est d'habitude plutôt caché par ses tresses, il faut la regarder de face pour bien le voir, mais rares sont les personnes a vouloir s'attarder trop longtemps a l'affronter de face, question de sécurité auditive.
Blague a part, l'éternel débat de la longueur de ses tresses et de la visibilité de son tatouage est de loin le plus gros dilemme qui tortille le cerveau de la Criarde.


"Moi, en tout cas, c'est ça."


Dit-elle, en désignant de l'index le symbole anarchiste, une de ses plus grandes fiertés, juste après sa voix, et certaines autres choses, qu'elle gardera sous clé, enfouies dans le méandre éphémère de ses souvenirs.

Elle pense un temps, est-ce qu'il faut partager un bout de sa vie d'avant avec lui ?
Est-ce qu'elle peut se permettre de s'étaler un peu, de se révéler un peu plus, au risque de déplaire ?

Ca attendra.






Ya Know what I say to The chosen Whites ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1106
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Sam 27 Jan 2018 - 23:06

Lorsque Yell tenta de prononcer le fameux nom en français, le sourire d'Apache redoubla, visiblement attendri par l'essai. Ça lui faisait penser à Nasty, sa pote punk-rock préférée qui écorchait son nom à longueur de journée mais qui était tellement pardonnée, rien que par ce qu'elle essayait.
Tellement mignon.
Eupache.
Ouais.
Ça lui allait, Eupache.
La blonde aussi, elle trouvait ça mignon, comme nom, et le punk ne savait pas trop au final si cela avait été l'effet voulu. En fait, non. pas du tout. Mais bon. Il préférait quand même ça à quand ça ressemblait au surnom d'un chien.

Au final, à sa question concernant les fameuses convictions, la soigneuse se pencha en arrière, mettant une petite tape dans le dos de l’iroquois, désignant les grosses lettres qu'il avait lui même cousu il y avait de ça des années.

"Ca, c'est ca pour moi, après, je peux me tromper."
La réponse fut suivit d'un petit rire amusé qui réaffirma un peu plus la mine souriante du métisse.
"Tu te trompe pas." Comme une vague confirmation, balancée comme ça.
Ca disait sans vraiment dire, mais au final, c'était clair.

Fuck the system


Ca n'avait pas besoin de précisions supplémentaires, et si une seconde le révolté avait pu légèrement se tendre, il n'en était plus rien désormais. Yell était une sympathisante, voila tout. Une camarade ? D'une certaine manière oui. Pas comme Nasty, pas comme Trouble, pas comme Justice, mais une rouge et noire, comme eux.
C'était rare.
Ca méritait toute son attention.
Alors lorsqu'elle repoussa ses tresses blondes pour découvrir sa nuque et surtout son cou, lui désignant ce qu'il y avait à regarder, Apache fut réceptif, s’intéressant à cette marque qu'elle lui montrait.
Les yeux noirs du garçon se mirent alors à briller, s'ouvrant un peu plus grand, sa mine se peignant d'excitation et d'admiration.

"Moi, en tout cas, c'est ça."

"Ho putaiiin..." L'exclamation avait un peu trainé en longueur sur la fin, dénotant de l’intérêt total qu'avait su susciter la soigneuse envers elle.
"Anarchie..." Sur un ton un peu rêveur, un peu lointain, alors que comme par reflex, il envoyait la main, effleurant d'abord ce tatouage du bout des doigts, puis le caressant un peu plus franchement du pouce, comme pour s'assurer que ça ne partait pas, que c'était pour de vrai. Et pourtant il n'en avait pas une seule seconde douté. Ça se voyait que c'était piqué. Et même que ça avait été fait à l'ancienne.
"Génial ! Il est trop classe !"
Et toute la sincérité ressortait de cette exclamation, alors que visiblement le chasseur peinait à lâcher le tatouage des yeux. "C'est fait maison ça !" Un petit rire alors que son regard aiguisé revenaient finalement à celui mentholé de Yell. "Ca a du piquer !" Petite blague en passant, faisant plus référence à l'emplacement du dit tatouage qu'à l'encrage en lui même.
"Moi aussi j'en ai quelques un !" Et joignant les mots à la parole, il tendit ses mains devant les yeux vert de la jeune fille, faisant danser ses doigts sombres une seconde, mettant en avant ses phalanges tatouées pour ensuite tourner un peu sa main gauche pour mieux montrer les trois petits points qui y trônaient, traditionnellement piqués entre le pouce et l'index. Anciennement noire, l'encre avait avec le temps tirée sur le vert sombre, bavant un peu, attestant de sa réalisation à l'arrache et des années passées.

"Tu sais c'que ca veut dire ?"


Peut être qu'elle connaissait, après tout.
Peu de chance en réalité, Apache semblait oublier qu'il s'agissait la d'un tatouage typique à la France, cependant, puisqu'elle avait partagé avec lui, il avait envie de partager avec elle !
Elle était marrante, Yell !
Elle était comme lui.

Une Anarchiste.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yell
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 121
✘ SURNOM : La CRIARDE
✘ AGE DU PERSO : 16 Pijes

✘ DISPO POUR RP ? : CARREMENT BABE
✘ LIENS : Le Groupe
Prime sur l'Individu

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Dim 28 Jan 2018 - 10:10

"Tu te trompes pas"

Merci, Apache.

La criarde est rassurée, elle se sent mieux, c'est comme si une chaleur nouvelle la gagnait, le doute émancipé, du moins au moins un petit peu.
Elle a plus confiance, peut-être qu'elle peut maintenant parler un peu de sa vie au métisse, lui partager un peu du combat qu'elle a mené de son... vivant ?

Le punk est étonné, que dis-je, absolument stupéfait, la présence de ce petit trésor caché sur le cou de la jeune fille révèle en ses yeux un regard que Yell ne lui avait encore jamais vu, des putains de galaxies dans les mirettes.

Il le touche, frotte comme pour vérifier si ca partirai pas, sans vraiment faire gaffe, parfois un peu fort, mais Non mon gars, c'est pas un dessin de gamin, c'est pas du stylo-bille
Alors il caresse, s'en exclame, inonde le tableau vivant minimaliste de compliments et remarques diverses, sans oublier de lâcher une petite pique, c'est son style, sa marque de fabrique.

Ca la fait rougir, notre rebelle, personne n'avait réagi comme ca pour son tatouage jusqu'a présent, ses parents ont menacés de la renier, par exemple.
La verte tourne peu a peu au rouge pivoine, elle essaye de répondre en adoptant un ton pas trop perturbé, faut dire que c'est bizarre ce qui se passe.

"Ouai, bricolé a la main par des amis a moi, et bordel ca m'a arraché le cou."


Elle patiente un temps, fouille un peu au fin fond de son vocabulaire, pour trouver une formule un peu, poétique, sans insultes, sans gros mots, juste quelque de chose de clean, clean certes, mais quelque chose qui claque quand même.

"Mon engagement, je l'ai dans la peau."


Ouai c'est bien ca, ca envoie !


Je crois qu'elle est fière, d'un peu partager de son monde, d'un peu ressentir les même choses que dans l'ancien monde, être avec des gens qui partagent de près ou de loin son utopie, elle peut enfin repenser a son passé, sans pour autant se sentir seule, la mélancolie devient joie du partage, et la voilà, le sourire au lèvres et les afflux de souvenirs qui inondent sa petite tête blonde, lui forçant a laisser couler quelques larmes.

"Moi aussi j'en ai quelques un !"


Ah ça oui, elle avait remarqué, rien que ses doigts, ils sont déjà pas très blanc, mais avec l'encre bien noire, les mains de l'Hérissé n'en sont que plus sombres.
Enjouée elle aussi, dans un mélange de joie, de curiosité et d'excitation, elle répond.

"Mais carrément, balance !"


Elle contemple les mains du punk, le tout en s'essuyant le plus discrètement possible les quelques larmes qui avaient engagées leur route le long de ses joues.
C'est vrai qu'il sont plutôt classe les tatouages du chasseur, PUNK et DEAD inscrits sur les phalanges, un certain style, percutant.

La Soigneuse reste néanmoins intriguée sur quelques traces particulières, trois petits points, elle croit au début a une erreur, mais la précision et la forme régulières des petits symbole la font douter.

Comme si il avait lu dans les pensées de la blonde, le Punk le mets bien en évidence, il doit en être fier.

"Tu sais c'que ca veut dire ?"

Elle est confuse,  elle pense bien avoir déjà vu des trucs comme ça, sur internet. Celà ne lui revient pas, connaissant un petit peu l'orientation du jeune punk, elle se doute bien que ce petit tatouage discret est un signe d'opposition.

Un petit coup de pression, elle a peur, peur d'être jugée si elle ne reconnait pas le symbole.
Elle prend la main de l'hérissé, la passe autour de sa taille, et se colle a lui, encore un peu plus.
Ils vont avoir chaud, ils en ont besoin, il fait frais au grand arbre.

"Je connais pas, mais tu vas me raconter son histoire, je me trompe ?"


Sa tête vient doucement se caler sur l'épaule du chasseur, mais cette fois, volontairement.

"Pardonne moi, jme les gèle un peu."






Ya Know what I say to The chosen Whites ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1106
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   Dim 28 Jan 2018 - 19:26

Elle pleurait ?
Oui, il semblait bien que quelques larmes avaient tracés leurs sillons sur les joues rosées de Yell, mais celle ci s'était très vite empressé de les effacer, reprenant contenance, faisait comme si de rien. Alors Apache avait suivit, ne relevant pas. Il savait que c'était ce qu'il aurait voulu qu'on fasse pour lui, même si bien sur, il se demandait bien pourquoi elle avait versé ces quelques larmes.
Son engagement, elle l'avait dans la peau.

Référence à son tatouage.
Son engagement... Politique, donc.
Elle était Anarchiste et pas juste pour la pose de toute évidence. L'iroquois savait ce que cela signifiait.
Il s'agissait d'une réflexion, d'une philosophie, d'un espoir.
D'un combat.
Celui la même qu'il menait depuis si longtemps et qu'il avait ramené sur cette maudite île, pensant pourtant échapper au monde des inégalités et des adultes en s'envolant avec Peter Pan.
Déception.
Trahison.

Et bientôt révolution.

Est ce que Yell, fraichement débarquée à Never Land avait pris conscience de ou elle avait mis les pieds ?
Avait-elle réalisé qu'il s'agissait d'un traquenard ?
D'un mensonge.
D'une superbe prison à ciel ouvert.
Qu'en pensait-elle ?
Qu'en penserait-elle ?

L'iroquois préféra ne pas aborder le sujet pour l'instant, continuant plutôt sur un thème plus léger, à première vue; les tatouages.
A sa question, concernant les fameux trois petits points, la blondinette fit une moue de réflexion, et alors que le jeune métisse s'attendait à ce qu'elle lui réponde tout simplement à la négative, la soigneuse s'empara de cette main qu'il lui tendait sans pour autant attendre qu'elle s'en saisisse, la tirant vers elle tout en se rapprochant de lui et la plaçant tout contre sa taille.

"Je connais pas, mais tu vas me raconter son histoire, je me trompe ?"

Apache cligna des yeux plusieurs fois à la suite, le rouge lui montant aux joues, réalisant avec un temps de retard ce qu'il venait de se passer, constatant avec un certain effroi de la proximité toute nouvelle et imposée de la soigneuse, ses lèvres vertes soudainement tellement près, si près qu'il en ravala sa salive, refermant la bouche et se mordant la lèvre inférieures, ne pouvant s’empêcher de détourner un peu la tête, histoire de.

Il se passait quoi la ? Pourquoi est ce qu'elle s'était collé à lui tout d'un coup ? Lui coupant le souffle et la chic dans le même temps.

"Pardonne moi, jme les gèle un peu."
Qu'elle avait soufflé dans son cou, le faisant frissonner alors qu'elle y posait sa tête tranquillement, faisant comme chez elle, en sommes.
Ha elle avait froid ? C'était juste qu'elle avait froid.
Calme toi, putain.
C'était vrai qu'il faisait pas chaud et il avait déjà remarqué que vu les fringues qu'elle portait, elle devait sévèrement se les peler.
Ouais.
Normal. Elle se gelait. Donc rien de plus normal que de chercher à se réchauffer hein.
En se collant serré à lui.

Oui oui.
C'étaitounaturel.
Rien de BIZARRE.
Sois pas parano, bordel.


"P..Pas de problème."
Qu'il avait alors répondu avec un petit temps de retard, fermant les yeux une seconde comme s'il avait mal au crane pour ensuite les lever au ciel, se maudissant pour cette voix tellement mal-assurée.

"C'est euh..."
Il se racla la gorge, cherchant à reprendre contenance, se répétant encore et encore que tout allait bien dans le meilleur des mondes. "C'est le Mort aux vaches" Finit-il par expliquer, mais peut être que ces trois mots en français allait lui paraitre  compliqué, voir carrément incompréhensible. Alors il ajouta "Ca veut dire mort aux flics" Et rien que de le traduire, ça lui rendit le sourire, au punk, même si la gêne prévalait malgré le combat intérieur qu'il menait contre elle.
Dans un reflex irréfléchi, de sa main restée calé sur la hanche de Yell, il la caressa comme pour la réchauffer, mais se ravisa brutalement, se rendant compte que ce n'était certainement pas très approprié, en sursauta même légèrement comme s'il s'était brulé et retira son bras d'autour de la soigneuse un peu précipitamment.
Et puis, afin de donner le change, il fit glisser son blouson de ses épaules, le retirant dans un grincement de cuir avant de le déposer sur les épaules de la Criarde, lui frottant brièvement les épaules.
"Voila t'aura moins froid avec ça" Et maintenant c'était lui qui était en T-shirt, et court avec ça, se frottant le bras dans un geste un peu nerveux, sa main passant sur l'un de ses coudes tatoués, ne pensant même pas à rebondir la dessus.

C'était lui qui allait se les geler maintenant.

Mais très honnêtement, il préférait avoir un peu trop froid qu'un peu trop chaud.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En république l'Anarchie !   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Arrivée de l'Ambassadeur de la République de Sienne
» Configurer un serveur publique
» République de Gênes (SRING) (Informations et Traités)...
» RA république anglaise
» la boite de base Anarchie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-