Le Deal du moment : -29%
Prix cassé sur le PC portable LENOVO IDEAPAD 3 ...
Voir le deal
499.99 €

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Belladone
Belladone

† Vampire †


✘ AVENTURES : 222
✘ SURNOM : La Veine
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Non ♡
✘ LIENS : I purge you now.
Sujet en cours : I - II - III - IV

Purge Empty
MessageSujet: Purge   Purge EmptyMar 12 Avr 2016 - 23:12

La pluie tombait sur le Pays de Jamais. La pluie tombait, la nature avaient des bleus, le silence se faisait.

Les créatures détalaient sur son passage, avertis sans doute par son absence de chaleur, la rapidité de ses gestes délicats ou le silence mortel qui l'entouraient. Pas de battement de coeur, pas de souffle de vie : juste la démarche gracieuse et agile d'une prédatrice aux aguets, le contact de pieds froids comme la mort contre la pierre et le sol des forêts.

Belladone était seule et c'était comme si - sous la bruine - elle était capable d'entendre l'Île entière. Eveillée par la tombée du soir, la famine qui doucement commençait à lui tordre l'estomac aiguisait ses sens : elle voyait chaque goutte avec précision, entendait pulser ce qui se cachait sous les racines ou dans les arbres. Les odeurs de pluie, de sel et de terre l'enveloppaient, agrémentant sa champêtre sortie d'un délicieux parfum.

Jusqu'à ce que - arrivée aux portes du Château des Singes déserté pour l'heure de ses occupants - la présence de bétail ne frappe la Créature comme un coup à l'estomac.

Ils étaient trois, trois coeurs qui battaient. Trois qu'elle n'eut aucune peine à trouver, guidée par leurs pulsations. Trois garçons, trois souffle vitaux dont l'un était si puissant qu'il semblait englober toute la vie alentour, qu'il pulsait fort comme avec le rythme même de l'Île. Souffle omniprésent, coeur tout-puissant.

Le Roi Bétail.

Les yeux de Belladone s'écarquillèrent lorsque, dissimulée derrière une arche, elle le reconnut.

Elle tenta de se concentrer sur les autres humains présents mais peine perdue : ses griffes raclaient la pierre avec fébrilité, animées par un nouveau plan : elle les boirait, elle boirait les deux grands garçons puis capturerait Pan pour l'amener à son maître.

Dracula serait si fier si elle y arrivait !

Une seconde, deux secondes pour se fustiger, se calmer en silence. Pour se passer la main dans les cheveux à la hâte, se pincer les joues pour les faire paraître plus roses - en vain. Puis la Créature sortit de l'ombre de l'arche et fit quelques pas vers le trio avant de s'incliner en une révérence porcelaine, d'une élégance sauvage alors que sa robe - mélange vénéneux de transparence et de noir, indécence signée par le Chef des Raccommodeurs - suivait les contours de sa malingre silhouette.

Sa peau était froide et grise, elle appelait à elle le sang des garçons. Belladone l'entendait pulser, sentait leurs odeurs se mêler à celle de la pluie en une appétissante toile olfactive. Elle en aurait presque tremblé.

- Bonsoir.

Sa voix était douce, mutine comme son sourire alors que ses prunelles jaunes passaient de l'un à l'autre, les dévorant du regard.

Elle avait si froid.

- Loin de moi l'idée de paraître indiscrète, mais vous semblez bien loin de votre Arbre.

Et si soif.

- Vous n'avez pas peur que les Singes reviennent ?

Belladone refusait toujours de partager son bétail.






Purge Tumblr_mab1yw47mx1qjaj9lo1_400

Cold wind will come
I'll purge you


Playlist
Thème de Belladone par Dreamer ♥️

Mirobolants cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://elorecohlt.tumblr.com
Peter Pan
Peter Pan

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2816
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : jeune à jamais

✘ DISPO POUR RP ? : dur dur
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
→ Et aussi tout ça !

Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyVen 22 Avr 2016 - 19:38

hrp:
 



purge

PETER PAN & BELLADONE & SCAR & FAIL





Dépression.
Définition : région de l’atmosphère caractérisée par une pression atmosphérique plus basse que celle de l’ensemble des régions adjacentes situées à la même altitude. Les dépressions sont généralement accompagnées de mauvais temps : vents forts et précipitations. Leur étendue horizontale s’étend sur une large gamme d’échelles qui va de quelques mètres à plusieurs milliers de kilomètres. Elles peuvent être associées à de simples tourbillons de poussière, des trombes, des tornades ou des nuages d’orage.
Synonyme : cyclone.



Il y avait une légende qui disait que les larmes de Peter Pan avaient un pouvoir phénoménal. Les fées prétendaient qu'elles pouvaient réveiller les fées éteintes. Les sirènes qu'elles conservaient le secret de la vie éternelle. Les peaux-rouges évoquaient, dans les contes qu'ils transmettaient à leurs enfants, le potentiel de magie qu'elles contenaient. Certaines créatures étaient convaincues que les boire donnaient au corps une énergie intense, bonne ou mauvaise, et certains prétendaient même qu'elles pouvaient transformer ou détruire un organisme. Les pirates, peu fantaisistes, ne voyaient en ces larmes que l'hypotypose d'une revanche douce-amère si ardemment convoitée...
Les Garçons Perdus, eux, ne semblaient pas avoir d'opinion particulière sur les larmes de Peter Pan. En vérité, peu d'entre eux avaient conscience de ce qui, en son être, dépassait le simple "garçon merveilleux". Ses larmes provoquaient tout au plus un curieux malaise du fait qu'elles étaient si rares, si contre-nature. Certains le plaignaient, le réconfortaient. D'autres s'en réjouissaient. Il y en avait, aussi, qui se contentaient de poursuivre leur mission comme à l'ordinaire, car que le roi fût heureux ou triste, le Grand Arbre ne pouvait cesser d'exister.

C'était le cas de Scar, dont le rôle avait depuis longtemps dépassé celui de la stricte surveillance. Scar était, plus qu'un Sentinelle, le garde du corps de Peter Pan. Peter avait besoin de lui pour le protéger des méchants, des enfants fous – comprenez ceux qui voulaient attenter à son intégrité, et ceux-là ne pouvaient qu'être fous – ou trop zélés – qui ravissaient Peter autant qu'ils le terrifiaient. Il arrivait que Peter oubliât d'où le Rouge tenait sa cicatrice disgracieuse et lorsqu'on le questionnait à ce sujet, il inventait chaque fois une histoire différente. Chaque fois pourtant, Scar était décrit en héros valeureux. Car Peter estimait profondément Scar. Il faisait partie de ces chefs dont l'importance n'opérait plus seulement dans l'équilibre du système, mais aussi et surtout dans celui de son propre esprit.
Or, en ce moment, Peter était si fragile et abattu qu'il lui semblait irrévocablement essentiel d'être protégé de tout.

Cette nuit-là, il s'éveilla alors que l'Esprit Nuit commençait seulement à étendre son manteau sur le ciel. Enroulé dans ses couvertures, il ouvrit les yeux sans pousser un cri, mais on devinait à son regard qu'il venait de s'extraire d'un songe pénible.

Bow... Bow ! BOW !!!

Comme par magie, le Chambellan apparut à ses côtés.

Je pleure... Regarde comme je pleure...

Peter s'était redressé, vaguement tremblant, et essuyait les larmes qui s'écoulaient en cascade de ses yeux comme s'il s'était agi d'une substance étrange et inconnue.

Mes pauvres yeux, qu'est-ce qui leur arrive... C'est certainement un empoisonnement... N'est-ce pas, Bow ? N'est-ce pas que Hook a soudoyé un enfant pour qu'il me transmette ce mal ? J'ai bu la potion de Mirka... Oh ! Oh !! C'est certainement Mirka... Wendy m'a bien trahi, elle aussi... Oh ma mère, ma mère... !

Il sanglota de plus belle, plongeant la tête entre ses genoux repliés.

Allons, majesté. Mirka n'y est pour rien. Elle vous aime de tout son coeur. Si vous pleurez, c'est à cause de... de ce collier.

Il releva la tête.

Maudit collier, comme je le hais ! Je voudrais les massacrer tous ! Pourquoi me faire pleurer ? Ils étaient plusieurs, il y avait, il y avait...

Les visages dansaient et l'effrayaient et il pleurait davantage.

Fang les tuera, je jure qu'il le fera !

Bow eut un air sombre, mais ne dit rien.

Je suis le roi... Je vais au Château.

Pardon ?

Je vais au Château des Singes. Ce sera mon château.

Mais il y a déjà la Forteress...

NON ! C'est là-bas que je l'ai affronté, ce satané capitaine, mais il a fui, je, je m'en souviens ! Car ce n'est qu'un lâche ! J'y retournerai, peut-être est-il revenu.

L'affrontement s'était produit des lunes auparavant, mais aux yeux de Peter il s'agissait sûrement de la veille ou l'avant-veille.

Ce sera mon château et si Hook le foule, il aura affaire à moi !

Bow tenta de l'inciter à se recoucher, mais Peter le repoussa d'un geste fébrile avant de se lever en hâte. Il grelottait tant que tandis qu'il gagnait la Maison Souterraine en se prenant les pieds dans ses jouets dispersés, Bow, sur ses talons, intima à Mirka de le couvrir d'une pèlerine. Mirka le vêtit d'un épais chaperon rouge.
Cela jurait sur le bleu.


*


C'était ici...

Peter désigna, de sa main grisâtre trempée par la pluie, le sommet d'une colonne.

J'ai fait une sorte de saut périlleux et... avec mon sabre...

Sa voix s'éteignit. La pluie faisait du bruit quand elle s'écrasait sur la roche. Les singes n'étaient pas là. Ils n'aimaient pas la pluie. Le Château était quasiment désert depuis la fin de la Canicule.
Scar et Fail le suivaient, l'encadraient. Il avait l'air si frêle à côté d'eux. Peter n'avait pas peur, d'une part parce qu'il avait rarement peur, mais aussi parce qu'il n'imaginait pas que quelqu'un pût l'atteindre si Scar l'escortait. Sans parler de Fail, que Peter aimait autant pour sa candeur que parce qu'il mettait beaucoup de coeur à remplir son rôle.

Bonsoir.

Peter se retourna subitement, et chancela un peu tant il était faible.
Il observa la silhouette, floutée par les gouttes qui tombaient sans discontinuer, se préciser en s'approchant.

Vous n'avez pas peur que les Singes reviennent ?

Elle était toute proche à présent.

Peter ne répondit pas. Son visage était figé, absorbé presque littéralement par l'apparition. Il paraissait envoûté, mais pas éteint ou inerte. A l'inverse, il affichait une expression intense, comme aspirée. Il ne respirait plus.
Puis l'Enfant Roi sentit un mouvement s'esquisser près de lui – Scar – et il repris légèrement contenance.

Les Singes ne viennent plus... Les Singes n'aiment pas la pluie... Personne n'aime la pluie...

Ses yeux, tellement bleus sur sa peau presque argentée, fixaient ceux de la créature. Il Ses pupilles se dilatèrent un peu. Il pencha très faiblement la tête sur le côté.
Ses yeux à elle, étaient si dorés. Si brillants.
Comme les siens, il y a quelques temps.
Brillants comme le feu, le sang, la vie.




Codage by TAC








La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.




le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 


Dernière édition par Peter Pan le Ven 13 Mai 2016 - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://neverneverland.forumactif.org/
Scar
Anonymous

Invité



Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptySam 23 Avr 2016 - 16:24

Gamin capricieux, Roi capricieux, les deux revenaient à peu près au même. Tout et tout de suite, même pour les choses les plus ridicules et bornées. Mais le Rouge n'avait pas son mot à dire, il se contentait d'obéir, accompagnait le Tyran par-ci par-là pour le tirer de la mouise, au cas où. Mais quand même, Bow aurait pu tenter de se montrer un peu plus persuasif, il avait assez de verve et la langue suffisamment doucereuse pourtant, le Chambellan.

« C'était ici... »
« Mmh. »
« C'était ici...J'ai fait une sorte de saut périlleux et... avec mon sabre... »

Par principe et histoire de montrer à Peter qu'il suivait plus ou moins son baragouin décousu, Scar avait brièvement levé les yeux vers la colonne mais son attention s'était bien vite remise à scanner les environs. Il n'était pas à l'aise, la pluie larmoyante qui coulait le long de l'arrête de son nez et collait ses cheveux sur son front réduisait de beaucoup les sens essentiels du Sentinelle. Le bruit de ses ricochets sur la pierre, le sol et eux-mêmes l'empêchait d'entendre si quelqu'un approchait. Quant à son rideau humide, il floutait et raccourcissait le champ de vision. Ses doigts se resserrèrent autour de la lance dans sa main, il espérait que le petit Roi se lasserait vite de ce nouveau château décrépit, qu'il demanderait à rentrer rapidement au Grand Arbre.

Son oeil capta la forme humaine à travers la pluie à peine un quart de seconde avant qu'elle ne se révélât par choix et parlât.

« Bonsoir. »

Fail, rapproche-toi.
Peter, recule.
Méfiez-vous, gardez vos distances.

Tant de choses qui lui traversèrent à peine l'esprit alors qu'il aurait du les exprimer à haute voix. Sauf qu'il était incapable de prononcer le moindre foutu mot. Un parfum capiteux lui emplissait les narines et il avait l'impression que son thermostat interne venait d'augmenter la température de plusieurs degrés. Who was she, peut-être qu'elle était perdue, who was she, il ne l'avait jamais vue mais elle avait sans doute besoin d'aide, who was she, elle-

Le Chef avait lâché sa lance et le mouvement dans son champ de vision le tira momentanément de sa fascination. Pas entièrement peut-être, mais assez pour qu'il puisse à nouveau réfléchir avec un minimum de discernement.

« Merde. »

Succinctement. C'est bien ce qu'il disait.

« Les Singes ne viennent plus... Les Singes n'aiment pas la pluie... Personne n'aime la pluie... »

Se baissant lentement pour ramasser sa lance, le Rouge ne quittait toujours pas la jeune fille du regard. Sauf que cette fois c'était par prudence. Enroulant ses phalanges autour du manche en bois, il chuchota à l'attention de Fail sans le regarder.

« Tu protèges Peter, d'accord ? Même si vous devez fuir, tu le protèges avant de te battre. »

Scar ne savait de quoi était capable la fille - la chose - devant eux, mais il était sûr que ce n'était pas plaisant. Son regard, déjà, faisait se dresser le duvet sur ses bras et dans sa nuque. C'était des yeux jaunes de serpent mais aussi acérés que ceux d'un oiseau de proie, aussi affamés que ceux d'un fauve de cirque. Mais c'était bien tout ce qui semblait vivant chez elle, parce que pour le reste, sa peau ressemblait autant à celle d'un cadavre que celle de Peter depuis qu'il avait commencé son burn-out.

Se redressant, le Sentinelle avança d'un pas, son arme pointant en direction de la créature. Pas encore agressivement, mais déjà comme un avertissement. Elle était belle et envoûtante mais il ne se ferait pas avoir une seconde fois, après tout il était passé maître dans l'art du contrôle de soi, n'est-ce-pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
Anonymous

Invité



Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyMer 27 Avr 2016 - 2:58

Fail acquiesce.
Non seulement il y est doué, mais il aime le faire.
D’un discret et vif hochement de tête, il acquiesce aux mots de Peter. Il acquiesce aux mots de Scar. Il acquiesce comme s’il comprenait toujours tout et peut-être même un peu plus. Avec sérieux, une main enserrée autour du manche de sa lance, il acquiesce presque en un salut militaire. Le cœur y est. Ne manque que le geste.
Il reste que, fou pas si fou pas moins fervent fidèle qu’il est, il acquiesce. Attentif.
Peter ne leur raconte pas n’importe quelle histoire, là sous la pluie qu’ils sont tous les trois. Aussi Fail écoute-t-il, yeux plissés de par les gouttes qui les visent, frange collée sur ses sourcils froncés d’intérêt et de tentative toute grande toute fumante d’entendre raison dans les mots du roi.
C’était ici.
Mmh.
Mmh.
C’était ici…Mmh.J’ai fait une tentative de saut périlleux et…Mmh !avec mon sabre…

Quoi !? Quoi quoi quoi !? La suite !
Fail baisse la tête, regarde de ses grands yeux interrogateurs Peter, mais n’ose pas demander. Tout petit grand roi qu’il est, à le regarder comme ça, sous son chaperon rouge, Fail voudrait bien le prendre sur son dos, rien que parce que. Parce que maintenant, maintenant… C’est peut-être bien lui le grand, grand frère.
Grand petit roi oui, le prendre sur son dos et, au grand petit galop, rebondir sous la pluie, qu’il rit un peu, et qu’ils s’en racontent des tas, des histoires, avec des sauts périlleux, et aussi moins périlleux.
Fail se coince un faux sourire dans la joue. Plus comme une grimace qui dit : ouais ben, je suis qu’un Moineau t’façon.
Sans compter que, d’un simple « Bonsoir » y’a soudain plus d’autres histoires que celle-là même dans laquelle ils ont leurs pieds englués.
D’instinct, Fail porte sa main au dos de Peter dont l’équilibre semble fragile.
Qui c’est, elle ?
Il cherche sa réponse dans les yeux du Rouge. Car malgré la distance, l’inconnue, là, c’est un peu comme si elle avait sa main autour de sa gorge. Sait pas pourquoi. Ni comment.
Mais Scar se penche pour ramasser sa lance et ne quitte pas la fille des yeux.
Mauvais. C’est mauvais ce qui a dans l’air.
Et quand bien même Peter arrive à tenir sur ses deux pieds, la main de Fail reste un moment en suspens.
Il est question des singes. Le Moineau n’a pas tout suivi.
Haussant un sourcil, fronçant l’autre, il dévisage la nouvelle venue. La pauvre, sous la pluie dans c’te robe, c’est quasiment triste. Faudrait la réchauffer. Fail baisse les yeux sur son t-shirt. Non seulement il l’a enfilé à l’envers, mais déjà il est trempé. Bon à rien, du coup.
Tu protèges Peter, d'accord ? Même si vous devez fuir, tu le protèges avant de te battre.
De ?
Mais Fail acquiesce avant de comprendre. Vif. Sérieux. Car comprendre est facultatif. Scar dit : tu protèges ? Alors c’est simple : tu protèges.
Et à Fail, aussitôt, d’un pas glissé de côté, de se rapprocher de Peter et de baisser un instant les yeux sur son chaperon rouge, de lui adresser un sourire sans se soucier d’être vu ou pas, lèvres closes, mais large le sourire, rien que gentil, rien que ça, rien que : je suis avec toi, au cas où tu pourrais l’oublier, au cas où on te ferait l’oublier. ☺
Un sourire et puis un sérieux.
Mimant le mouvement de Scar, Fail incline légèrement sa lance. Cependant la sienne ne pointe pas la fille, plutôt, c’est à se faire rempart entre l’Enfant Roi et l’inconnue, qu’elle se pare. Calme, Fail attend, le muscle tendu juste ce qu’il faut, prêt à réagir.
L’ordre était clair.
Tu protèges.
Aussi le Moineau peut-il s’en remettre au silence de sa cocologie. Silence tout de réflexes. Inutile de s’accaparer l’idée de pensées s’il peut tout simplement s’en remettre à l’agir.
C’est presque apaisant, c’te frisson dans l’air.
Revenir en haut Aller en bas
Belladone
Belladone

† Vampire †


✘ AVENTURES : 222
✘ SURNOM : La Veine
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Non ♡
✘ LIENS : I purge you now.
Sujet en cours : I - II - III - IV

Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptySam 7 Mai 2016 - 0:16


Elle la sentit, la tension dans l'air. Elle la sentit dans le regard de Pan, la respiration du garçon brûlé et l'attitude de l'autre, celui qui souriait. La Veine, elle, ne cessait de garder ses lèvres étirées, détendue. En contrôle total de la situation, en connaissance normale de ce qu'elle déclenchait. Parce qu'elle le sentait, le désir. Elle le sentait aux effluves, aux coeurs qui battaient un peu plus vite. Elle sentait, à cet instant, qu'elle avait toute leur attention.
Et cette pensée... la ravissait.

Un bruit de lance contre la pierre.

- Les Singes ne viennent plus... Les Singes n'aiment pas la pluie... Personne n'aime la pluie...

Belladone hocha la tête, doucement. Elle ne quittait plus le petit Roi des yeux, tête penchée sur le côté comme un doux animal. Ce qu'il l'intéressait, avec ses constatations déprimantes et son sang qui filait ! Peut-être qu'il serait bleu lorsque Dracula le boirait ?

Un mouvement, dans son champ de vision. Un murmure sous la pluie. Le sourire de la Veine s'intensifia.

Elle ferma les yeux.

- Tu protèges Peter, d'accord ? Même si vous devez fuir, tu le protèges avant de te battre.

Le plus abîmé des deux était donc supérieur de l'autre et il se méfiait. Fort bien. Sans broncher, Belladone rouvrit les yeux, adressant au Roi Bétail un regard terrible, aussi doux que carnassier. Comme celui d'une mère qui voudrait vous dévorer.

- Je n'aime pas la pluie non plus. Elle me donne froid...

Un temps, un soupire. Belladone se redressa, son sourire se fanant alors qu'elle faisait un pas en avant.

- ... si froid...

Mais ils allaient la réchauffer, n'est-ce pas ? Elle avait besoin d'un peu d'amour, d'un peu de chaleur elle aussi. Elle n'était pas si différente d'eux.

De sa démarche mouvante, lente, Belladone continua de s'approcher. S'arrêta devant le garçon aux yeux d'ambre. Presque comme les siens, presque.

L'index griffu de sa gauche droite vint, en un geste lent mais taquin, se poser sur la pointe de sa lance. Sourire à peine retenu : rien ne brûlait, ils n'avaient sans doute pas pris la peine d'y glisser un peu d'argent. Un point pour elle, dommage pour eux.

- Je n'ai pas l'habitude que l'on lève son arme aussi vite en me voyant...

Elle roucoulait, la Vampire. Elle roulait des épaules, le regardait par en-dessous comme un chat qui réclamerait des caresses. Ingénue. Avant de se le quitter des yeux, s'attarder sur les deux autres. Oh, comme le plus grand des deux avait l'air heureux même dans son sérieux ! Plus que son Roi. Et le ciel qu'il portait dans ses yeux, il était bien moins pluvieux que celui de Pan. C'était... adorable. Elle le voulait vraiment désormais.

- On devrait s'abriter. Je ne voudrais pas que vous ayez aussi froid que moi.

Bientôt, ils ne ressentiraient plus rien de toute façon.

Ou trop, si elle décidait d'être gentille.

J'ai oublié de la mettre au premier post, mais voici la tenue portée par Belladone:
 






Purge Tumblr_mab1yw47mx1qjaj9lo1_400

Cold wind will come
I'll purge you


Playlist
Thème de Belladone par Dreamer ♥️

Mirobolants cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://elorecohlt.tumblr.com
Peter Pan
Peter Pan

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2816
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : jeune à jamais

✘ DISPO POUR RP ? : dur dur
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
→ Et aussi tout ça !

Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyMar 17 Mai 2016 - 14:12

hrp:
 



purge

PETER PAN & BELLADONE & SCAR & FAIL





C'est curieux, toutes ces énergies diverses qui se répondent, s'affrontent, se mêlent. Il y a celle, magique, féérique, atmosphérique, de l'Enfant Roi, qui vibre dans l'air. Celle, positive, lumineuse et simple de Fail, un peu chaude, en tous cas Peter sent sa chaleur. Il y a celle de Scar, brûlante et glacée en même temps, sombre, ombrageuse, puissante. Et c'est celle de Scar qui ressemble le plus à celle de la femme. Oh mais ce n'est pas une femme. C'est une fée noire, une sirène terrestre, une créature.
L'esprit affaibli de Peter est accaparé par la fascination, il sent vibrer dans ses veines une pulsation nouvelle. Il se sent vivant, avec son coeur en urgence, en émoi, il ne comprend pas mais il adore ça, en vérité. La vie qui crie en lui, peut-être de peur et de surprise, le fait frissonner. Et c'est agréable, plus qu'agréable, c'est bon, c'est essentiel.


*


L'arme de Scar brisa de nouveau la fascination, et Peter lui en voulut brusquement. Il ne dit rien, car il savait que Scar le protégeait, et qu'il ne comprenait pas, il ne comprenait pas pourquoi il n'avait surtout pas envie d'être protégé, en cet instant. Alors il ne dit rien, la confusion scellait ses lèvres crispées.
Il n'avait pas entendu le commandement de Scar à l'égard du Moineau. La lance de ce dernier s'abaissa en symétrie à celle de son chef, et Peter les contempla mollement, longuement, comme déconnecté.

La créature se remit à parler et les yeux du petit roi, dociles, s'accrochèrent de nouveau à son visage, avides de quelque chose qu'il ne saisissait pas.

On devrait s'abriter. Je ne voudrais pas que vous ayez aussi froid que moi.

Il avait si froid, c'est vrai, lui aussi. Comme elle, comme elle.

Oui, on devrait s'abriter. Sa voix était pâteuse, molle, un peu désincarnée. Scar et Fail, on devrait s'abriter.

Il passa sous les lances, rabattit son capuchon, et la pluie le trempa aussitôt. Ses lèvres étaient toutes blanches. Il était tout près de la femme.

Es-tu une sorte de sirène ? Une sirène avec des jambes... Avec des yeux...

L'incohérence revenait, il ne parvenait plus à réfléchir et cela se vit sur sa figure.
Il se tourna de côté et s'adressa à ses Sentinelles.

Peut-être que nous pourrions suivre la dame ? Je ne veux plus avoir froid, Scar. Moi aussi, j'ai vraiment trop froid. Trop froid.

Il ne pourrait rien lui arriver. Fail était tellement fort et tellement grand. Scar était tellement impressionnant, avec son visage sans sourire, avec sa grosse cicatrice. Il ne craignait rien.
Rentrer dans les yeux jaunes, comme du feu, comme des veilleuses, pour se réchauffer un peu.




Codage by TAC








La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.




le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://neverneverland.forumactif.org/
Invité
Anonymous

Invité



Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyMar 17 Mai 2016 - 21:00




Big black shape with eyes of fire
Telling people their desire
Satan's sitting there, he's smiling



Réaction épidermique lorsque la Chose s'approcha. Aurait-il été un animal, le Rouge aurait déjà eu ses babines retroussées et les crocs dévoilés. Elle n'était pas bien grande, pas bien imposante, pourtant il se sentait comme une souris - allez, un rat peut-être - prise entre les griffes d'un chat.

« Je n'ai pas l'habitude que l'on lève son arme aussi vite en me voyant...»

Scar ne répondit rien, tenta de fixer son regard ailleurs que dans les yeux de la créature, de détourner le regard tout en la gardant en joue. Mais les iris jaunes l'attiraient, il ne parvenait pas à s'écarter des flammes pâles qui scintillaient sous la pluie. Et puis cette douce senteur qui disait confort, maison et plaisir à la fois, le Chef sentit sa volonté faiblir une nouvelle fois et ses doigts manquèrent de se délier. Mais la monstre coupa le contact d'elle-même, le laissa froid et en colère.

« Salope » grogna le Rouge, redressant le buste et la menaçant un peu plus franchement.

« On devrait s'abriter. Je ne voudrais pas que vous ayez aussi froid que moi. »

La peur battait jusque dans sa gorge en rythme avec l'attrait. Durant toutes ses années il avait confronté des dizaines de créatures différentes. Des difformes, des horribles, des mignonne, des dangereuses et il en passait. Mais celle-ci était différente, définitivement pas humaine mais quoi ? Prédatrice, elle était comme une flamme dans l'obscurité et eux les phalènes, prêts à s'y précipiter avec entrain. Il l'avait sur le bout de la langue, un vieux folklore oublié de quand il était gamin dans l'ancien monde.

« Oui, on devrait s'abriter. Scar et Fail, on devrait s'abriter. »
« Non. On devrait rentrer. »

Ça avait presque sonné comme un ordre, un peu trop même, et bien sûr personne n'ordonnait au Roi Peter. Il fallait partir, maintenant, quitte à le forcer. Mais est-ce qu'il oserait le faire ? Et si la Chose était plus rapide et les rattrapaient par derrière, courroucée de voir ses proies tenter de s'échapper ?
Parce qu'il n'y avait aucun doute, ce n'était pas juste de la paranoïa, elle tissait petit à petit sa toile autour d'eux.

« Es-tu une sorte de sirène ? Une sirène avec des jambes... Avec des yeux...»

Scar avança d'un pas, tenta une approche plus soumise « Peter, mon Roi, s'il-te-plaît. »

Mais il n'eut pas le temps de poursuivre.

« Peut-être que nous pourrions suivre la dame ? Je ne veux plus avoir froid, Scar. Moi aussi, j'ai vraiment trop froid. Trop froid.»

À ce point il aurait préféré les singes. Son corps savait davantage se battre que son esprit. Il fit l'erreur de fixer un instant la jeune femme.

« Eh bien peut-être que... » le Sentinelle se mordit l'intérieur des joues avec une violence suffisante pour que le goût métallique du sang vienne lui couler sur la langue. Pas femme. Monstre. Surtout ne pas confondre, ne pas se laisser distraire par la ressemblance.

« Mirka est ta maman, elle pleurerait si tu laisses une inconnue te consoler à sa place. » Ferme, pas autoritaire.

Il se tourna ensuite vers Fail, surveillant toujours Peter et la créature du coin de l'oeil, et dit avec toute l'assurance qu'il ne ressentait pas « Tu ne crois pas Fail ? En plus, si je me souviens bien, Clumsy m'a dit qu'il avait trouvé de nouvelles fèves de cacao, encore meilleures. Mais peut-être que notre Roi n'aime plus les chocolats chauds. ».
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
Anonymous

Invité



Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyLun 23 Mai 2016 - 21:11

Quand elle avance… Y’a plus qu’elle. Sans les mots ni la pluie.
Fail sourcille.
Car quand elle avance… On lui voit toute la jambe. Et de une, et de deux.
Lui qui croyait que y’avait que les filles dans les bandes dessinées, qui portaient pareils accoutrements. Lui qui se disait que c’était tant mieux, parce que sinon elles auraient tout le temps froid, et parce que pareils accoutrements, ça fout des noeuds dans la gorge et le ventre, ça renverse les idées comme un coup de vent, ça enfonce comme un doigt griffu dans l’oreille pis ça vient chatouiller d’abord et puis carrément écorcher le bon sens.
Sans qu’on sache pourquoi. Du moins le Moineau sait pas, non, sait pas. Sait juste que la dame-là juste-là devant eux et au-devant de qui va le Roi est une de ces écorcheuses de bon sens.
Fail secoue la tête.
Y’a comme un trou dans le fil de ses idées.
Peter veut s’abriter.
Scar veut rentrer.
Fail veut… Fail veut…
Fail cligne quelques fois des paupières et, à défaut de vouloir quoi que ce soit outre obéir à l’ordre qu’on lui a intimée, il rejoint son Roi, reprend position à ses côtés, près, mais cette fois, sa lance appuyée au sol, bien en main cependant à la verticale.
Et il attend. Qu’on lui dise quoi faire, par exemple. Car lui ne saurait le faire : décider. Rentrer, s’abriter… Du pareil au même, en un certain sens. On peut rentrer s’abriter. Rentrer à l’abri.
Les idées tournent en rond, mais le Moineau n’en fait nul cas, occupé qu’il est à fixer la dame et ses drôles d’habits qui en disent trop. C’est ce qu’aurait dit… Qui déjà?
Fail hausse les épaules.
Maman, papa… Sait plus, ça non plus. Mais qu’importe, l’aurait dit, n’importe qui, et Fail aurait compris, cette fois, belle et bien compris ce que ça voulait dire.
Non sans peine, il déglutit.
Est-ce qu’on s’embarrasse de petites culottes, quand on porte un truc du genre?
SHLAC! que le gardien de son bon sens vient aussitôt le fouetter entre ses deux oreilles. Et à Fail d’en rougir fortement tandis qu’il détourne le regard; préférant, à la vue de quelque cuisse, la vue de quelque basket trempe.
Tu ne crois pas Fail ?
Qui redresse vivement la tête. Dont la main se resserre subitement sur le manche de sa lance. Qui ouvre plus grands ses grands yeux qui ne savent plus ce qu’ils doivent « croire ».
Je crooois… croasse-t-il mollement.
En plus, si je me souviens bien, Clumsy m'a dit qu'il avait trouvé de nouvelles fèves de cacao, encore meilleures. Mais peut-être que notre Roi n'aime plus les chocolats chauds.
Ah! Enfin de quoi se raccrocher! Ah oui! Chocolat chaud! commence-t-il en tapotant l’épaule du petit Roi. … Tout trempe. Tout pâle. Tout froid, le Peter. Même pas besoin de toucher pour savoir. Et ça lui inspire que du chagrin, à Fail, de le voir comme ça. C’est, du coup, une nouvelle idée qui se pointe et lui inspire la suite.
Peut-être que… Peut-être que… On pourrait attendre la fin de l’averse oui? Se réchauffer un petit peu juste un tout petit peu à l’abri de la pluie… Faudrait pas attraper un rhume oui? Non?
Et ça grimace, grand garçon qui ne sait pas s’il dit bien ou pas, s’il obéit ou pas, et à qui…
Pour Scar, il grimace un air désolé.
Désolé de trop souvent ne pas tout piger.
Tentant de rattraper le coup, Fail s’accroupit, dos à Peter.
Je te porte jusqu’au Château? Tu seras le connquouisstadorrr et moi le fidèle destrier.
Revenir en haut Aller en bas
Belladone
Belladone

† Vampire †


✘ AVENTURES : 222
✘ SURNOM : La Veine
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Non ♡
✘ LIENS : I purge you now.
Sujet en cours : I - II - III - IV

Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyVen 27 Mai 2016 - 0:53

Elle les sent, les battements de coeur qui accélèrent au fur et à mesure qu'elle s'approche. Elle les sent, les chaleurs vivantes qui émanent d'eux, la vie qui coule dans leurs veines comme l'envie coule dans les siennes. Elle les sent, leurs regards braqués sur elle et la vampire doit se retenir de gémir tant, à force de les sentir, elle les veut.

C'est cruel de se retenir, si cruel d'attendre...

Et le petit Roi qui acquiesce et vers elle s'avance.

- Oui, on devrait s'abriter. Scar et Fail, on devrait s'abriter.

Scar et Fail, Scar et Fail, Scar et Fail.

Les yeux de Belladone semblent s'agrandir, bouffis d'avidité et de convoitise. Son regard passe d'une Sentinelle à l'autre, se délectant de l'information.

Scar et Fail, Scar et Fail, Scar et Fail...

- Non. On devrait rentrer.

La Créature tique, comme si quelqu'un venait de lui tirer les cheveux. Se redressant, elle reporte son attention sur le grand garçon balafré - Scar - et son regard se fait très fixe, presque animal dans son immobilité. Elle n'aime pas son ton, elle n'aime pas sa méfiance. Il a l'air si sévère, si rigide, comme ça ! A croire qu'il est incapable de se détendre.

Une moue vient barrer les lèvres de la Créature. Peut-être ne lui a-t-on pas donné assez d'amour ? Belladone se dévouera, alors. Belladone se glissera entre sa cage thoracique pour saisir son coeur entre ses griffes.

- Es-tu une sorte de sirène ? Une sirène avec des jambes... Avec des yeux...

- Peter, mon Roi, s'il-te-plaît.


Non, pas de s'il-te-plaît qui tienne. A nouveau absorbée par l'aura pluviale de l'Enfant-Roi, Belladone a reporté toute son attention sur lui et se noie dans la tristesse grelottante de ses yeux.

Elle le sent fasciné, séduit. C'est réciproque.

- Peut-être que nous pourrions suivre la dame ? Je ne veux plus avoir froid, Scar. Moi aussi, j'ai vraiment trop froid. Trop froid.

A l'entendre, Belladone a l'impression que son coeur se fend en deux. Elle le comprend, elle le comprend tellement ! Elle aussi a froid, tellement froid depuis que les crocs ont pénétré sa peau à elle pour la boire et la laisser à l'agonie dans les rues de Paris. Elle aussi a les yeux humides à ce moment, la peau mouillée de larmes célestes, honnies puisque tout ce que son corps réclame, c'est du sang.

- Eh bien peut-être que...

Elle y a cru, un instant. Au point de jeter à Scar un regard sincèrement surpris.

Qui meurt aussitôt.

- Mirka est ta maman, elle pleurerait si tu laisses une inconnue te consoler à sa place.

Mirka, Mirka... Belladone ne sait pas qui c'est mais une chose est sûre : elle la déteste à présent. Tout sourire disparu de son visage, pétrifiée dans un immobilisme de très mauvaise augure, elle observe la suite.

- Tu ne crois pas Fail ?

- Je crooois…

C'est vrai qu'il y a Fail, encore. Belladone fixe ses yeux jaunes sur lui : elle avait failli l'oublier...

- En plus, si je me souviens bien, Clumsy m'a dit qu'il avait trouvé de nouvelles fèves de cacao, encore meilleures. Mais peut-être que notre Roi n'aime plus les chocolats chauds.

Belladone sent ses griffes s'enfoncer dans ses paumes alors qu'une colère glacée lui brûle les entrailles. Quelle fourberie que d'utiliser du chocolat comme appât, alors qu'elle-même n'a rien d'autre que sa solitude son corps froid ! Pour un peu, elle en feulerait presque.

Et le pire... c'est que ça marche.

- Peut-être que… Peut-être que… On pourrait attendre la fin de l’averse oui? Se réchauffer un petit peu juste un tout petit peu à l’abri de la pluie… Faudrait pas attraper un rhume oui? Non?

Une nouvelle idée qui s'immisce, comme sortie de nulle part. Retrouvant un peu de sa superbe, Belladone lève la tête vers le grand oiseau qui s'approche, fait dos au Roi.

Ils sont tous si proches, désormais, tous les quatre. Impossible d'ignorer leurs coeurs qui se battent.

- Je te porte jusqu’au Château? Tu seras le connquouisstadorrr et moi le fidèle destrier.

Et Belladone de répliquer :

- Attends...

Sa main blanche fend l'air, s'arrêtant à quelques centimètre à peine du visage du Roi.

- Ne me laisse pas, Peter.

A l'ourlet de ses yeux perlent des larmes écarlates. Sourire errant sur les lèvres, la Vampire laisse ses genoux heurter la pierre. A la prédatrice assurance se succède une peur poignante alors que son autre main se tend, encadrant ainsi le visage du tyran sans le toucher.

Pas encore.

- Je peux t'empêcher d'avoir froid, moi. Tu peux venir dans mes bras, on se tiendra chaud...

S'il suit Fail, ils pourront s'enfuir. Elle n'aura plus que Scar à boire et après, elle sera seule.

A cet instant, la Veine ignore pourquoi mais c'est ainsi : sa plus grande peur est qu'ils l'abandonnent.

- Je ne suis pas une Sirène... sa voix tremble je suis mieux encore.

Charme déchirant, qui vous prend par le coeur alors qu'avant elle vous prenait par ailleurs.

Et les larmes de la Créature coulent, rouges contre la pierre. Tout son être hurle le manque.

S'ils osent la laisser...

Nouveau sourire, désespéré.

- Tu veux que je te montre ?






Purge Tumblr_mab1yw47mx1qjaj9lo1_400

Cold wind will come
I'll purge you


Playlist
Thème de Belladone par Dreamer ♥️

Mirobolants cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://elorecohlt.tumblr.com
Peter Pan
Peter Pan

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2816
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : jeune à jamais

✘ DISPO POUR RP ? : dur dur
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
→ Et aussi tout ça !

Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptySam 4 Juin 2016 - 20:26



purge

PETER PAN & BELLADONE & SCAR & FAIL





Le regard était voilé, et Scar remuait le voile de sa lance effilée. Il ne le laisserait pas retomber, s'échaufferait les muscles des bras jusqu'à l'en déchirer.

Mirka est ta maman, elle pleurerait si tu laisses une inconnue te consoler à sa place.

L'évocation de Mirka le troubla, et Scar savait que cela le troublerait, troublerait le voile, et le ramènerait un peu en arrière. Il se tourna lourdement vers son Sentinelle et soutint son regard d'un drôle d'air. Il fronçait des sourcils.
Pourquoi Scar parlait de consoler ? La dame ne voulait pas le consoler. La dame voulait qu'ils aient chaud, et ce besoin auquel Peter était jusqu'alors imperméable  – enfin...— était devenu de plus en plus urgent, son assouvissement de plus en plus essentiel ! Il fallait qu'il la suive, qu'il ait chaud. Lorsqu'on a tellement tellement froid, on est prêt à tout pour un peu de chaleur. On ignore le risque, on ignore le danger, pour ce tout petit espoir qui ressemble à une flamme de bougie.
Le plus étrange dans tout cela était qu'il sentait parfaitement la froideur que diffusait l'aura de la créature.

Le chocolat chaud ne le séduisit pas, et cela le rendit triste, car il adorait les chocolats chauds d'ordinaire – moins pour le goût que parce que c'était amusant d'y tremper des morceaux de nuages. Son vide sidéral d'enthousiasme l'ébranla beaucoup.
Il se crispa au contact inattendu de Fail. Tiens, lui aussi voulait s'abriter, lui aussi voulait avoir chaud. Il ne pensait pas à Mirka. Seul Scar pensait à Mirka. Pourtant, c'était bien elle qui l'avait fait pleurer, oui oui, bien elle ; elle aurait du l'empêcher de pleurer, tout était sa faute car tout était toujours plus la faute des mères que de tous les autres.

Tu seras le connquouisstadorrr et moi le fidèle destrier.

Il ne savait pas ce qu'était un conquistador. Cela sonnait pas mal. Ah, il y crut un instant, que sa joie flamboyante profiterait de cette brèche pour revenir au galop, triomphale comme l'enfant prodigue revenu en son foyer ! Mais la joie était terrassée, toute écrabouillée en lui-même, et rien ne savait la dresser. Tout en levant les yeux vers Fail, le menton bas, Peter eut une mine triste, encore plus triste à cause de ses cheveux détrempés.

Tout cela était inutile. Ni le combat fantôme de Hook, ni le chocolat chaud de Scar, ni le jeu épique de Fail ne lui rendraient sa joie et ses ailes. C'était peine perdue, et il plut encore plus fort.

Mais...

Attends...

Quel drôle d'effet provoquait en lui cette voix !
C'était comme un petit ruban de soie qui entrerait par ses oreilles et caresserait son esprit, embrouillant sa pensée sans que ce fut aucunement désagréable.

Mais la femme tomba et ça éclaboussa, ses yeux aussi étaient éclaboussés, et ce rouge-là pétrifia Peter Pan. C'était terrifiant, c'était captivant, ça lui faisait tellement mal à l'intérieur, et ça l'attirait plus grandement encore. Les larmes rouges tombaient sur le sol martelé de gouttes qui les entrainaient, elles tombaient en même temps que les mots étaient lâchés. Peter avait le tournis, emporté par les larmes rouges et les mots tremblants. Il fit un pas en avant et son pied se planta dans un petit ruisseau rouge.

Tu veux que je te montre ?

Comme il les hait, ces larmes, et comme il les désire ! Elles le blessent follement, il se sent si triste, si absolument triste. La douleur de la dame blanche est devenu sa douleur, étendard de toutes les autres qu'il a enfoui et qui grattent la surface, comme des zombies à minuit.

Il s'est approché, tout près maintenant, et il plaque ses main sur les joues de la femme. Il sait comment elle s'appelle, sans savoir pourquoi, sans savoir le prononcer. Il est saisi de froid, ses doigts se raidissent. Il laisse les larmes rouges s'écouler sur ses doigts, répugnant, magnifique. Son coeur saigne aussi, c'est sûr, il l'entend, il le sent goutter dans lui.

Tu as vu, Fail... dit-il d'une voix absente, sans quitter des yeux la petite source écarlate qui se déverse doucement. Ce sont des larmes Scar... Si Scar pleurait de son oeil rouge, ses larmes seraient comme ça... Mais Scar ne pleure pas, n'est-ce pas. Jamais. Scar n'a jamais froid. Tu le sais toi, Fail. L'as tu déjà vu pleurer ? Jamais. Jamais.

Il le hait à présent, il lui en veut, il le jalouse, il le hait. Sa voix est devenue sombre. On voit le petit orage de rage si on plisse les yeux. Son menton tremble d'amertume, mais son regard est toujours sanglé aux larmes.

Il abaisse ses mains, elles sont écarlates et l'eau du ciel, son eau, les essuie mal.

Montre-moi.

Réchauffe-moi, Belladone.




Codage by TAC








La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.




le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://neverneverland.forumactif.org/
Invité
Anonymous

Invité



Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyLun 6 Juin 2016 - 22:29

Tout au fond, Scar sentit sa dernière petite flamme d'espoir s'éteindre, ne laissant derrière elle qu'une mèche fumante et aucune lumière. Il y avait cru, l'idiot, que Fail le soutiendrait, appuierait son plan bancal. Sauf que le Moineau s'était vite retrouvé la bave au lèvres et inutile.
Mais après tout ce n'était pas de sa faute, il devait son obéissance à Peter avant tout et Peter ordonnait de rester. En plus...il ne pouvait vraiment lui en vouloir de se laisser submerger par l'aura hypnotique de la créature. Lui-même était tenté, attiré, et puis de toute façon ils étaient déjà perdus, alors autant mourir dans l'étreinte de leur prédatrice. Éteindre ces larmes qui lui déchiraient le cœur avec sa chaleur, visiblement si douloureuses qu'elles en étaient carmin.

Rouge pour rouge il voulait bien se sacrifier, oui, pour calmer cette solitude, cette souffrance qu'il sentait émaner de la jeune femme et qui lui creusait un trou noir au cœur des entrailles.

Si profondément enseveli sous les émotions transmises par la froide beauté qu'il était, le Chef n'avait pas vu Peter bouger, Roi tyran qui avait désormais saisi le visage de marbre entre ses paumes. Une pointe de jalousie piqua la poitrine de Scar à cette vision, se disputant avec un sentiment d'urgence qui lui intimait de tirer l'enfant en arrière et fuir le plus loin possible.
...Et laisser la fille mourir de froid sur la pierre ? Sa gorge se serra, non, hors de question, ç'aurait été trop cruel, ils étaient déjà inhumains de la laisser languir si longtemps.

« Tu as vu, Fail... Ce sont des larmes Scar... Si Scar pleurait de son oeil rouge, ses larmes seraient comme ça... Mais Scar ne pleure pas, n'est-ce pas. Jamais. Scar n'a jamais froid. Tu le sais toi, Fail. L'as tu déjà vu pleurer ? Jamais. Jamais. »

Reniflement moqueur, acerbe en réponse à l'Enfant-Roi. C'était de lui qu'il parlait, le petit con, avec ce ton haineux, comme s'il l'enviait, lui, à mourir de rire. Pourtant lui aussi avait froid, lui aussi saignait avec la jeune femme, crevait de franchir les deux pas qui l'en séparait et de s'abandonner.

« Montre-moi. »

Sauf qu'il était trop bien dressé, le Rouge, trop loyal et depuis trop longtemps.

« Fail. » il ne prenait même pas la peine de chuchoter, masquait la peur, et autres, dans sa voix « Occupe-toi de Peter, débrouille-toi pour qu'il reste à l'écart de cette chose. »

Sur ces mots, il lâcha sa lance qui roula sur la pierre et bondit sur le monstre à genoux, l'arrachant aux mains du Roi, utilisant toute sa masse pour l'écraser sur le sol, un bras en travers de sa gorge et appuyant sur sa trachée comme on tient la tête d'un serpent pour l'empêcher de mordre. Ça ne serait pas suffisant, il le savait, il allait sans doute y laisser sa peau. Mais il fallait bien faire quelque chose, et quelque chose était sauver son Roi.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
Anonymous

Invité



Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyLun 13 Juin 2016 - 19:43

Sournoise, subtile et tenace, la peur s’immisce, mélangée à l’air, elle fraie son chemin à chaque inspiration du Moineau.
Celle qui fascine, qui de ses mots caresse et entourloupe se voit, dans le regard de Fail, devenir l’une de celles auprès de qui il fait bon reculer. C’est dans sa voix, sur sa peau exposée, dans ses gestes… Ça émane comme une aura qu’on ne saurait ignorer. Et ça menace, de par ce que ça fait aux sens et à l’entendement, même insignifiant.
Ce qui chez l’inconnue pourrait le bercer, le flouer, en vient à l’effrayer. C’est qu’elle s’en prend, sans le savoir sans doute, à une part de lui qui n’a jamais su trouver terreau où fleurir, dans le cœur du Moineau.
Tu me prends par des sentiments dont j’ignore tout. Tremble la conscience oubliée de l'ombre égarée de F.
Aussi voudrait-il reculer.
Comme devant celles… Celles… Oubliées, elles aussi. Qu’importe.
Reculer.
Mais Fail ne peut pas. Reculer.
Ce serait abandonner son chef et son roi. Hors de question. Il faut donc se contenter de tenir bon, d’attendre, d’être le plus patient en espérant que l’autre rebroussera chemin en allant convoiter outre territoire.
Cependant, de voir Peter s’approcher de l’inconnue, Fail écarquille les yeux et, dérouté, entrouvre les lèvres, aspire son silence.
Tu as vu, Fail...
Pour voir, ça oui, il voit. Les doigts de Pan. Les larmes de sang.
Il voit et de voir, est saisi, le souffle court, les idées en brume, gorge nouée et la peur au ventre.
Et Peter a raison. Scar ne pleure pas. D’ailleurs il voudrait pouvoir tourner la tête, Moineau, tourner la tête et regarder Scar, trouver quelque repère là où tout ne tend plus qu’à s’embrouiller. À force, Fail perd l’équilibre. Mais Scar est un pilier. Hein Scar?
C’est lui qui renifle?
Montre-moi.
Fail tressaille.
Un « Non » bute au pas de ses lèvres en même temps qu’on l’interpelle.
Fail.
Comme libérer, partiellement, il parvient enfin à regarder son chef.
Occupe-toi de Peter, débrouille-toi pour qu'il reste à l'écart de cette chose.
À la sentinelle d’acquiescer d’un unique, mais résolu hochement de tête.
Au fond de lui, un soupir. Car cet ordre est comme une lueur à laquelle se raccrocher dans tout ce désordre. Mais le véritablement soulagement ne viendra, peut-être, que plus tard, car l’heure est à l’agir.
Synchronisés, les deux sentinelles lâchent leur lance en même temps. L’un pour s’en prendre à l’inconnue, l’autre pour saisir l’Enfant Roi.
Fail attrape Peter de dos, l’enserrant de ses bras il le prend contre lui et le soulève de terre en reculant – enfin! – de plusieurs pas tandis que Scar s’en prend à elle.
Comme il recule, en contraste avec la force de ses bras et l’effort qu’il est prêt à fournir afin de retenir son Roi, Fail parle tout bas. Murmure à l’oreille de Pan, triste… Oui triste devant le tragique qui les menace soudain.
C’est une sorcière, Peter… Une sorcière…
Revenir en haut Aller en bas
Belladone
Belladone

† Vampire †


✘ AVENTURES : 222
✘ SURNOM : La Veine
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Non ♡
✘ LIENS : I purge you now.
Sujet en cours : I - II - III - IV

Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyLun 13 Juin 2016 - 22:45

Elles sont là, les mains du Roi. Elles s'approchent de son visage à elle, le saisissent et Belladone entend tout, toute cette vie qui coule et se déverse en lui comme le sang coulerait d'une plaie ouverte. Et ça la blesse si fort, elle se sent pleurer de plus belle. Elle pleure pour lui, pour elle, se rend compte avec terreur que là, maintenant, elle ne pourrait pas le blesser si elle se décidait.

Paralysée.

- Tu as vu, Fail... Ce sont des larmes Scar... Si Scar pleurait de son oeil rouge, ses larmes seraient comme ça... Mais Scar ne pleure pas, n'est-ce pas. Jamais. Scar n'a jamais froid. Tu le sais toi, Fail. L'as tu déjà vu pleurer ? Jamais. Jamais.

Un frisson, la voix du tyran suinte de haine. Belladone, qui a appliqué ses mains glaciales contre les joues de l'enfant, sent la jalousie qui pulse. Oh, ce qu'elle le comprend ! Elle aussi envie ceux qui sont forts. Plus encore, ceux qui vivent. Pourquoi faut-il qu'à cet instant, elle soit si sensible ? Il faut qu'elle se ressaisisse, il faut qu'elle sorte les griffes, qu'elle l'attrape et qu'elle-

- Montre-moi.

Qu'elle l'attrape et qu'elle fuie. Et laisse les autres en vie, tant pis.

Ses lèvres tremblantes articulent un oui alors que ses mains se détachent de la peau du Roi, s'apprêtent à agir. Et ce coeur malade qui bat, elle n'entend plus que lui.

Sauf qu'une voix perce leur bulle comme le ferait un cri.

- Fail.

Les phalanges de la Veine se crispent alors que dans son regard passent des éclats multiples, aussi sauvages que désespérés. Non, arrête.

Laisse-moi.

J'en veux plus, de votre désir.

Je suis si fatiguée.

- Occupe-toi de Peter, débrouille-toi pour qu'il reste à l'écart de cette chose.

Comme au ralenti, elle voit les lances qui tombent de concert. C'est à peine si elle a le temps de reculer, de réfléchir à quoi faire. Le grand garçon-oiseau tire son Roi en arrière et elle... c'est un autre qui lui tombe dessus, la plaque au sol. Sous le choc, Belladone sent la pierre se creuser sous sa peau de Vampire, l'impact du bras en travers de sa gorge, l'empêchant momentanément de mordre. Le bon réflexe, en somme.

Les yeux de la créature s'agrandissent sous l'effet de la surprise. Sait-il que... ?

... a-t-il deviné...


Il est proche, trop proche. Il est au-dessus et Belladone sent son corps qui pulse, sa chaleur qui la brûle. Ses dents la démangent, lui font mal : si elle pouvait seulement...

Le mordre.

Mais je croyais qu'on n'en avait assez.

Belladone a l'impression que sa tête va exploser.

- C’est une sorcière, Peter… Une sorcière…

- N... NON !

Elle crie, la Vampire, d'une voix suraiguë. Et s'agite aussi, faiblement. Du cinéma, si elle voulait vraiment dégager Scar elle le ferait d'un geste. Mais alors quoi ? Qu'est-ce qui la retient ?

Elle n'a pas peur. Ou est-ce qu'elle joue ?

Ses mains s'avancent alors que ses griffes se plantent dans les épaules du balafré, en percent la peau. Et ce sang qui lui coule sous les ongles, cette odeur insoutenable. Ce coeur qui bat. Boum-boum.

- LÂCHE-MOI !

Ce sang qui va bientôt lui couler dessus. Pourquoi elle ne se bat pas ?

Ses larmes coulent, elles n'arrêtent pas de couler. Secouée de sanglots hystériques, elle reprend :

- Je ne suis pas une s-sorcière, j'ai rien fait...

Et quoi ?

Est-ce qu'elle joue ?

Son regard se croche à celui de Scar, l'agrippe, le happe. Et c'est d'une petite voix, toute petite, qu'elle reprend :

- Tu vas... me tuer ?






Purge Tumblr_mab1yw47mx1qjaj9lo1_400

Cold wind will come
I'll purge you


Playlist
Thème de Belladone par Dreamer ♥️

Mirobolants cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://elorecohlt.tumblr.com
Peter Pan
Peter Pan

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2816
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : jeune à jamais

✘ DISPO POUR RP ? : dur dur
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
→ Et aussi tout ça !

Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyMer 22 Juin 2016 - 23:22

hrp:
 



purge

PETER PAN & BELLADONE & SCAR & FAIL





Peter Pan, lui, n'a pas entendu le cri.
Belladone est devenue un monde entier dans lequel il s'est engouffré, où les sensations les plus vives et les plus sauvages sont gommées par une atmosphère lunaire, immatérielle, alors Peter est préservé, de toutes les atteintes, de lui-même, de la Vie. Le rythme des mouvements est ralenti tandis que celui des battements du coeur s'accélère. Qu'importe, il ne le sent pas, son corps ne reçoit plus rien, ni les agressions de la pluie ni les nuisances de la voix de Scar. Scar met tant d'effort et de hargne à le ramener à la Vie, à l'arracher à l'abandon confortable où la lutte parait si bête. Scar se bat contre lui-même, contre sa colère, contre son désir, contre Peter aussi, surtout. Peter ne le verra pas, il n'en a pas conscience, Peter est ingrat dans son insouciance. Les yeux de Belladone, et sa peau si froide qu'elle l'a anesthésié, c'est tout ce qu'il veut, c'est une drogue efficace à laquelle il veut rester perfusé.

...
MAIS !

Peter étouffe un cri, son regard s'arrache avec douleur. Son corps et son esprit se rebranchent au réel, très vite, trop vite, et ça fait mal. Il souffre autant qu'elle ; il se débat dans les bras d'un plus grand oiseau. Fail le tenaille et Peter s'agite tout seul, bien trop faible et tellement furieux.

Lâche-moi, lâche-moi ! Comment oses-tu ! Je suis ton roi, obéis-moi, obéis à ton roi !! Je...

C’est une sorcière, Peter… Une sorcière…

La voix de Fail est si différente, si dépouillée de joie, que Peter en a le souffle coupé. Il ne comprend pas, en plus, pourquoi Fail lui sort ça, comme une évidence, comme s'il avait vu quelque chose que lui n'a pas vu. Il n'a pas envie de le voir, la vie fait encore bien plus peur que les sorcières et leurs larmes de sang.

NON !
Peter a voulu crier, mais il ne peut pas, ça ne sort plus, peut-être à cause des bras de Fail, comme un étau, ou peut-être un autre genre d'étau, un étau invisible. Son cri ressemble à une petite déchirure de la gorge alors qu'il voit Scar se jeter sur la dame blanche.

Scar...

Trop faible, personne n'a entendu, on dirait juste un filet d'air.

Rouge.
Le sang est si rouge et luisant, si envahissant d'un coup, que Peter ressent aussitôt une douleur aiguë qui le foudroie.

Il y a tant de souffrance partout, dans la voix triste de Fail, dans le dos sanglant de Scar, dans les sanglots de la dame blanche, dans cette intolérable pluie !!! C'est submergeant, ça le noie complètement.
Son sang à lui pulse entre ses tempes, trop fort, les battements courent même sous le sol, on les entend.

Tu vas... me tuer ?

Comme sa voix le brise ! Elle ne doit pas mourir, non ! Non, il ne sait pas pourquoi, mais il ne pourra pas le supporter. Si Scar meurt, ça, non, il n'ose pas y penser.
Il ne bouge plus dans les bras de Fail, mais sa main s'est agrippée au bras du Moineau. Sans son étreinte, il ne tiendrait pas debout.
Quelqu'un va mourir, le rouge ou le blanc, l'un des deux perdra plus de sang.
Non.

Peter se faufile alors, doucement, comme les gouttes qui glissent sur les cheveux.
Ses jambes tremblent comme des brindilles dans la tempête. Il tangue, s'accroche, s'acharne, avant de plaquer ses deux paumes sur les épaules lacérées du Chef des Sentinelles.

Arrête de saigner, Scar. Arrête...

Le rouge ne le réchauffe plus, ce rouge là est tout froid.
Peter pleure tellement à présent, même sa voix est imbibée, gonflée de pleurs, et la pluie a redoublée. Elle lave les coulées carmin qui souillent le dos de Scar, mais pas assez vite, le sang revient toujours. Peter y frotte ses mains trempées, encore, encore, pour le faire partir, avec de petits sanglots mous qu'il ne contrôle pas.
Le rouge s'exhale aussi des yeux de Belladone, encore et encore, la pluie lutte sans s'épuiser, les larmes aussi. Peter lâche un petit cri et bondit sur les torrents qu'il martèle de ses pieds, comme pour les tuer, comme des insectes répugnants.

Personne ne va tuer ! Personne ne va mourir ! Dans sa voix vibre une détresse immense. Fail est triste ! Silence. Scar saigne !

Ils sont tout mouillés.
Peter s'effondre sur ses jambes, les bras tendus contre les dalles sales.

Tout va de travers...

Il se relève, sans aide, tout tremblant, si pâle qu'il est presque de la même couleur que la dame blanche.

Je veux qu'on conclue un pacte. Personne ne devra tuer personne. Personne ne devra faire saigner. On reste ensemble, personne ne part. Et personne ne se tue. C'est interdit. Je suis le roi, je décide. Je décide qu'aujourd'hui il n'y aura pas de sang ni de mort, et même pas de cri.

Parce que c'est trop fatigant, ça l'épuise, ça fait trop mal à la fin.
Il s'approche de Belladone et essuie du bout des doigts les larmes encore suspendues à ses yeux.

Arrête de le faire saigner. Il est déjà tout rouge. Si Scar saigne, il ne peut plus être là. Pour moi. N'est-ce pas, que tu n'es pas une sorcière ? Scar sait reconnaitre les sorcières. C'est à cause d'une sorcière que sa petite soeur est morte.

Ce n'était pas sa petite soeur, mais Peter a oublié que Scar n'a pas toujours été petit.
Ce n'était pas une sorcière, mais Peter a oublié tout de l'épreuve que le Rouge a subi.
Il ne dit pas un mensonge, il dit sa vérité fardée à laquelle il croit comme s'il en avait tout vu.

Alors chacun doit promettre en posant la main sur son coeur qu'il ne tuera personne aujourd'hui. Et que le sang doit rester à l'intérieur. Sinon, on sera puni. Même moi. Je jure.

Il se tourne vers Fail, les yeux brillant d'une curieuse lueur d'espoir :

Est-ce que ça te rend moins triste, Fail ?

Sa main est déjà sur son coeur.





Codage by TAC








La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.




le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://neverneverland.forumactif.org/
Scar
Anonymous

Invité



Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge EmptyMer 29 Juin 2016 - 23:14




Il y a une différence à se sentir attiré, hypnotisé, par la mer houleuse quand on regarde en bas d'une falaise et être subjugué par les vagues bouillonnantes une fois qu'on a sauté.

Scar n'avait pas réfléchi lorsqu'il avait bondi sur la créature, il avait agi sous impulsion comme il savait si bien le faire. Si facile de donner sa vie, d'être comme un martyr à mourir pour son Dieu, roi, enfant peu importe. Pour quelqu'un d'autre. Mais sacrifice pas consommé il se retrouvait maintenant à lutter avec une petite femme qui luttait à peine, comme si au final elle était la victime et lui l'Ultime Enfoiré. Et puis cette fascination enchanteresse qu'il avait ressenti de loin était maintenant décuplée, avait changé de nature. Il n'était pas construit pour supporter un aussi gros flot d'émotions différentes, se sentait un peu comme un ballon de clown a qui on aurait enfilé trop d'hélium et qui allait bientôt exploser et faire pleurer les enfants. Ou alors on aurait juste le temps de le plier en chien avant.

Il avait envie de la buter, une autant forte de l'embrasser, de fuir, de rester, l'aimait, la détestait. Et pareil qu'avec les couleurs, le mélange de tout faisait un espèce de brun-noir dégueulasse qui l'empêchait d'aligner deux pensées cohérentes et le pétrifiait, conférant une rigueur de mort à ses bras et ses cuisses qui emprisonnaient la fille.

« N... NON ! » qu'elle hurla et le Rouge se fit tout petit au fond de son corps, oubliant un instant ce qu'il faisait et pourquoi. Le cri lui avait brisé le coeur en miettes, il avait envie de vomir, il n'attaquait jamais ceux qui ne se défendaient pas.

Et puis il se demanda s'il mourrait, Tu meurs le Rouge ?, il sentait des tas de petits poings le marteler et une chaleur aiguë dans son dos comme un ange qui l'aurait agrippé pour l'emmener. Mais ça collait pas, parce que d'abord le Paradis n'existait pas et aussi il avait zéro chance d'y être admis.

Scar sentait quelque chose d'épais, plus que la pluie, qui dévalait ses épaules et se dit qu'il devait être en train de saigner comme un goret. Mais ça lui passa au-dessus parce que la petite créature blanche qu'il plaquait toujours au sol avait capturé ses yeux dans les siens de serpent.

« Tu vas... me tuer ? »
« Je sais pas. » c'était une bonne question que la boue qu'était devenu son cerveau n'avait toujours pas résolue.

Quelque chose de froid sur son dos qui brûlait, qui poussait sur les entailles d'ange, un démon pour le pousser à travers le sol en Enfer. Il croyait plus volontiers à ce dernier qu'à son pendant du ciel. Ça l'aurait pas étonné qu'au final on soit tous condamnés à cramer pour l'éternité.

« Arrête de saigner, Scar. Arrête...»

Il dressa l'oreille à cette voix que même dans sa boue intérieure il reconnaissait bien. On aurait dit que Peter portait sur les épaules toute la misère et l'accablement du monde, encore plus qu'avant. Les poings de pluie martelaient maintenant si fort qu'ils en étaient presque douloureux.

« Personne ne va tuer ! Personne ne va mourir ! Fail est triste ! Scar saigne ! »

Si son ordre était de ne pas tuer, il ne tuerait point. Obéir avec l'aveuglement du soldat. Des tâches blanches dansaient devant ses yeux et même quand il les cligna elles ne partirent pas, s'accrochant comme des puces à ses rétines. Pourtant il n'avait pas perdu tellement de sang.

« Tout va de travers...»

Mais rien ne va jamais droit, Peter. On, je, s'efforce de cadrer les choses pour toi mais toujours ça zigzague.

« Je veux qu'on conclue un pacte. Personne ne devra tuer personne. Personne ne devra faire saigner. On reste ensemble, personne ne part. Et personne ne se tue. C'est interdit. Je suis le roi, je décide. Je décide qu'aujourd'hui il n'y aura pas de sang ni de mort, et même pas de cri. »

De minuscules doigts blancs sur la joue encore plus blanche mais zébrée de coulis rouge de la créature. Presque de la tendresse.

« Arrête de le faire saigner. Il est déjà tout rouge. Si Scar saigne, il ne peut plus être là. N'est-ce pas, que tu n'es pas une sorcière ? Scar sait reconnaitre les sorcières. C'est à cause d'une sorcière que sa petite soeur est morte .»

Une telle sincérité pour un mensonge ça tue, et ça crevait encore plus Scar qu'il jalousait presque son Roi de cette capacité. Une sorcière c'était mieux que la vérité, Peter était l'enfant éternel qui pouvait se souvenir comme ça faisait moins mal. Pareil à ceux qui voient leurs parents se faire assassiner sous leurs yeux alors qu'ils viennent à peine de sortir des couches et oublient pour mieux vivre, croyant dur comme fer à l'accident de voiture.

« Alors chacun doit promettre en posant la main sur son coeur qu'il ne tuera personne aujourd'hui. Et que le sang doit rester à l'intérieur. Sinon, on sera puni. Même moi. Je jure. »

Est-ce que Pan aussi se souvenait de tout mais avait oublié comment se rappeler ?

« Est-ce que ça te rend moins triste, Fail ? »

Le Rouge se redressa, lâcha la jeune femme de marbre et recula sur ses talons jusqu'à finir les fesses sur la pierre trempée. Quelle image éclatante devait avoir Fail de son Chef pathétique. Tellement de pluie que la cour du Château des Singes était devenu une pataugeoire et il barbotait dedans comme une truite paumée qui aurait pas rejoint le lit de la rivière à temps après la crue. Rompre le contact lui avait redonné un peu d'esprit mais il se sentait terriblement triste, aussi triste que Peter. Il ne pleurait pas parce que les larmes c'était moins son truc mais il avait l'impression d'être vidé de toute force. Las. Les griffures lui faisaient mal parce que chaque mouvement lui tordait les plaies mais sur ce point la douleur était presque bienvenue.

« Et si je jure, et si on jure mais qu'elle ne tient pas parole ? L'honneur c'est pour les héros, les monstres et la plupart des gens n'en ont pas. »

Apitoiement, self-pity, quel honteux représentant de l'humanité il faisait à cet instant. Tournant la tête sur le côté ses yeux ambrés cherchèrent le regard de Fail à travers les trombes de pluie. Il se sentait perdu et pas du tout hiérarchiquement supérieur mais il y avait toujours ce truc qui le poussait à veiller sur les siens et il pensait que même s'il n'avait pas fait corps à corps avec le monstre, le Moineau serait remué par toute la scène.

« Je vais pas jurer. » tant pis s'il était puni, pas la première fois. Il ne pouvait pas promettre quelque chose qui entraverait à ce point son rôle. « Mais tu devrais obéir à ton roi. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Purge Empty
MessageSujet: Re: Purge   Purge Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Jungle Luxuriante :: Les Ruines Abandonnées :: Le Château des Singes-