Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Crow
avatar

☠ Apprenti Doc du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le hibou
✘ AGE DU PERSO : 19 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Moyen !
✘ LIENS : Nouveau Dé à coudre

Nouvelle Fiche

Ancien Dé à coudre

Ancienne Fiche

Hurle en Jaunepipifluo
#ccff00



MessageSujet: Recoudre, résoudre !   Jeu 5 Nov 2015 - 1:23

Un sommeil dépeint de rêves, de couleurs et d'émotions. Tout avait été noir, vide et pourtant il croyait n'avoir été inconscient que quelques minutes tout au plus. À son réveil, tout était pour lui engourdis, son corps ne donnait pas de signal, aussi a-t-il cru pendant un instant s'être envolé vers le monde des morts. Mais non, quelque temps après ce fut la douleur qui lui prouva le contraire.

Il était bien en vie, mais surtout bien conscient de ce qui l'attendait. Il avait vécu aujourd'hui soit, demain n'était encore qu'une ambition. Un souffle le traversa à l'instant où il scruta l'étrange tente dans laquelle il avait été installé. Souffle qui pendant quelques secondes le libéra des douleurs qui le tirait de ça et là. Drôlement, il était seul dans la tente, pas de pirate, ni d'indien. Pourquoi l'avait-on mis à part ?

Était-ce parce que...

— AH !

Le corps dénudé qu'il retrouva sous les peaux le fit pâlir comme un drap. Il s'agita bien malgré ses blessures et se couvrit du plus haut qu'il le pu. Retrouver là l'image de ce qu'il était vraiment le troublait, qui voulait aussi dire que Crow n'avait pas été le seul à se voir nu.

Ce qui l'inquiéta d'avantage.

Mais, quelque part il se disait que les chances que ce soit un pirate étaient beaucoup plus faibles que ce soit un indien. Et c'était peut-être pour ça qu'on l'avait transféré. Bon, peut-être pas en prenant en considération que les indiens et le sens moral faisait deux.

Soit.

À nouveau, il haussa les peaux pour vérifier dans quel état il se trouvait, pas trop mal, il aurait quelques bleus et cicatrices d'ici là, mais ça partira. Tout le dégât avait été encaissé par ses vêtements, qui probablement étaient à la décharge à l'heure actuel. Rabaissant les peaux, il essaya de se lever.

— Wow, j'ai même pas été enchaîn- ... !

Un cordage attaché à son poignet droit l'empêcha d'aller plus loin, il devait rester assis tout près de où ce qu'on l'avait attaché. Les mains libres, il tenta de détacher ce qui semblait être une corde, mais ne réussit pas à faire grand chose. Intelligents, ces sauvages ! De toutes façons, les chances d'évasion étaient plutôt faibles.

Alors qu'il s'apprêtait à voir plus en profondeur ses plaies, les peaux qui recouvrait la tente se poussa sur un indien foncé qui y entrait. Pendant quelques secondes, il put remarqué derrière lui d'autres de la tribu et quelques reliefs lointains, accompagné de divers chants et cris de peaux-rouges. En gros, ils étaient nombreux à l'extérieur.

Dans un réflexe, Crow remonta les peaux sur lui et jeta un regard à la fois haineux et craintif vers celui qui l'avait approché, ne sachant pas encore qu'il avait été son sauveur plus tôt.

— Si t'es pour me tuer, fais vite. J't'aurais pas fait souffrir si j'étais à ta place.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Jeu 5 Nov 2015 - 22:04

- Crow
Recoudre, résoudre





La chaleur monte sans être la canicule des futurs jours de feu. Elle fait perler sur sa peau une sueur toujours toxique dont il protège les autres par des mises en garde fermes. Kokoï cherche l’ombre sans toutefois s’y reposer, pillant les herbes et les feuilles dont il a besoin pour soigner. Car telle est sa place au clan, et aujourd’hui plus que jamais les hommes et les squaws ont besoin de ses connaissances pour surmonter l’attaque menée contre les pirates.

Une attaque réussie, pour le moins qu’on puisse juger. Un simple regard sur le Jolly Roger échoué près du rivage et éventré par l’explosion lui a suffi pour comprendre que les pirates auraient bien vite d’autres missions à accomplir que de s’amener sur leurs terres pour agresser les indiens et les indiennes. Une bonne chose, même si cela leur a valu la mort de valeureux guerriers. Cheval Aguerrit, Chevreuil Tremblant, Putois Odorant, Phoque Balbutiant, Pélican Gracieux. Des guerriers Piccaninny, des guerriers Hurons, des guerriers Delaware, des victimes Peaux-Rouges. Certaines ont pu être ramenées en leur terre pour y être saluées avant de rejoindre le monde des Esprits, d’autres ont dû rester sur le Jolly Roger, corps peut-être jetés à la mer sans hommages. Tous ont été pleurés. Tous resteront dans les mémoires. Pour leur bravoure et leur sacrifice.

Tous, jusqu'à la prochaine bataille.

La satisfaction d’avoir menée cette vengeance à bien a quelque peu calmé les esprits, et c’est en profitant de cette atmosphère de danses de victoire, de feux aux flammes hautes lancées comme un dernier défi à la plage où se sont échoués les pirates, que Kokoï a réussi à placer Christopher sous son propre tipi. Les blessures de ce dernier sont sérieuses, causées par son propre poison autant que par le coup de couteau, et il a fallu le veiller pour ne pas que la mort emporte Mulot Agité. Bien évidemment, il n’est pas le seul pour lequel Kokoï s’inquiète. Car Mamba a été recraché par les flots, gisant sur le rivage avant de pouvoir être récupéré. S’il est vivant, ses séquelles sont importantes. Mais Hyène prend cela avec humour, comme pour maquiller la peur de perdre son mari.

« Déjà que j’ai Mamba à materner, il faut encore que je m’occupe de cette tâche de pirate qu’on m’a refourgué. Sale caractère pour sale gueule, à croire que sa mère l’a bercé trop près du mur. »

Il est vrai que sa mère adoptive n’a pas eu trop de chance avec l’échalas à crête qu’elle doit dresser. Moins en tout cas que lui-même, dont les soins furent partagés entre Mulot et un étrange individu au secret vite découvert.

Le petit.

C’est comme ça qu’il l’appelle à défaut de connaitre son nom. Non pas à cause de sa jeunesse mais de sa taille, médiocre pour un basané. Il suppose que sa peau burinée, il la doit au soleil. Mais il y a quelque chose d’étranger, de pas-blanc dans ses traits d’endormi.

Longtemps, le petit a plongé dans un sommeil troublé par la douleur. Longtemps, les femmes se sont relayées à son sujet pour sa toilette, changer les bandages graisseux de crème apaisante à l’aloe verra, à la fleur de soucis et à l’hamamélis. Le petit sent le soufre et la sueur crasse, la souffrance et la cannelle. Il a les cheveux longs et épais comme un serpent noir, que Kokoï a du attacher en même temps que son poignet. Le petit a des bleus, des brûlures plus ou moins sérieuses car ses vêtements n’ont pas pu tout protéger, et surtout une profonde coupure, le long de sa jambe, effleurant son genou.

L’Avide y a placé un bandage en espérant que la somnolance de son patient durerait assez longtemps pour que les bords cicatrisent. Mais à revenir au tipi, soulevant les peaux et croisant le regard furibard de celui qui, finalement, s’est réveillé, il sait qu’il a commis une erreur. Pas la peine de retirer ce qui lui sert de drap pour sentir l’odeur du sang.

Paisible, l’Avide fait face à la défiance de cet animal de pirate qui a apparemment retrouvé son énergie.

« Aowh. » Le salue-t-il sans amabilité.

Les sourcils froncés, le dominant de toute sa stature, Kokoï prend quand même le temps de poser à terre ce qu’il venait d’amener, à savoir de l’eau fraiche jaunie par de la poudre d’arnica, avant de s’approcher. Hors de question de se prendre un coup de pied mal placé envoyant valser sa mixture.

En premier, ne pas nuire. Notamment à ses propres soins.

« Calme. » Tonne-t-il. Non il n’a pas l’intention de le tuer. Ça serait stupide. Pourquoi prendre le temps de poser sur son corps tant de cataplasmes pour lui trancher la gorge une fois réveillé ?

Trempant ses mains dans un petit tonneau d’eau placé en tête du couchage de paille, il les essuie son pagne pour en évacuer la sueur. Et en pose une fermement sur le front de son patient, tout en s'agenouillant.

Chaud mais sans fièvre. La bouche propre de tout vomissement. L’haleine chargée mais sans relances nauséeuses. Salive claire. Blanc de l’œil terne mais pas injecté de sang. C’est bon signe.

« Si tu bouges, tu saignes. Tu veux vivre, pirate ? Alors laisse-moi faire. »

Et d’un geste vif, repoussant la peau à ses pieds, il dévoile ce corps de fille jusqu’alors caché.


Revenir en haut Aller en bas
Crow
avatar

☠ Apprenti Doc du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le hibou
✘ AGE DU PERSO : 19 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Moyen !
✘ LIENS : Nouveau Dé à coudre

Nouvelle Fiche

Ancien Dé à coudre

Ancienne Fiche

Hurle en Jaunepipifluo
#ccff00



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Ven 6 Nov 2015 - 3:09

"Calme"

Crow ne tut. Il prit à la place le temps de fixer l'étranger peau-rouge, de le détailler de la tête aux pieds. Il était vêtu maigrement, trop peu pour Crow. Soit, il avait vu bien des hommes nus sur le Jolly-Roger et en voyait encore, mais eux c'était différent. Ils portaient ces accoutrements à longueur de journée en appelant ça "habillé". Crow les jugeait, comme il jugeait tout ce qui l'approchait, mais la défaite lui était particulièrement difficile à supporter, surtout en sachant qu'il était captif dans leur camps de sauvages.

Sauvages, comme des animaux... Comme lui.

Il s'agita un peu, puis bougea sa cuisse, chose qu'il regretta sur-le-champ. Immobilisant son corps, les muscles soudain tendus, il se mit à grogner et à serrer les dents sous cette atroce douleur. Sa jambe, il savait qu'il ne pourra pas marcher avec quelques nuits.

Des nuits enfermé dans cet environnement.

L'indien se faisait arrogant envers lui, il était subtil, mais Crow pouvait le deviner. C'était une femme pas vrai ? Les femmes n'étaient pas aussi bien vues auprès des indiens, inférieures, c'est ce qu'on lui avait dit. Dans tous les clans de toutes façons, les femmes étaient inférieures, c'était injuste, médiocre. Aussi détestable que le comportement qu'il avait vis-à-vis le hibou, ce qui l'agaçait vraiment. Après, il ne pouvait pas être surprit, il n'avait pas l'habitude d'être clément avec les prisonniers, même qu'il était beaucoup plus pénible que l'était l'autochtone. Il ne pouvait pas se plaindre.

Lorsque les peaux s’abattirent à l'extrémité de ce qu'on pouvait appeler "lit", le pirate fut un sursaut, il s'agita et tenta de les rattraper, et de finalement se cacher de sa main libre, ainsi que de sa jambe. Semi-recroquevillé, il lança un regard violent vers le mate, laissant échapper un petit grondement, suivit d'un jurons. Ses yeux, peint par la gêne, la colère et la peur, avaient un étrange reflet orangé. Ses lèvres étaient retroussés et ses dents étaient à découvert.

— Je veux me couvrir, peau-rouge !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Ven 6 Nov 2015 - 12:53

- Crow
Recoudre, résoudre





Corps maigre pour poitrine creuse, Kokoï contemple cette féminité sans être attiré. Il ne la sexualise pas, cette gamine à peine moins jeune que lui. Celle qui lui montre les dents, grognant sa colère et sa crainte comme un animal ferré dans un cage tâcherait de partir la tête haute. Mais son geste de repli lui fronce les sourcils, et c'est avec fermeté qu'il pose la main sur son genou pour l'écarter.

« Tu seras couvert après. Je dois vérifier blessure. »

Et notamment le risque d'une potentielle infection. Glissant ses doigts sur le creux de sa cuisse, il se prépare à riposter à n'importe coup de défense, cherchant la bosse caractéristique d'un ganglion gonflé. Mais rien ne roule sous ses doigts et il n'obtient aucune réponse corporelle à son contact, aucun geignement plaintif découlant d'une douleur, d'une sensibilité anormale. Une très bonne chose donc, malgré le saignement clairement visible sous le bandage de lin qui lui ceint encore la jambe. Kokoï ne s'y attarde donc pas, recule pour attraper sur le côté l'un de ses propres pagnes, et le jeter avec un certain mépris sur le bassin de l'inconnue.

« Je ne suis pas un pirate. » Se permet-il de préciser, les dents serrées. Il n'irait même pas jusqu'à le brutaliser pour venger ceux que cette pirate a sans doute assassiné. Sa mission est de la soigner, de la maintenir suffisamment en état pour pouvoir l'échanger. Contre qui, contre quoi ? Rien n'a encore été décidé, mais tout est en bonne voie.

« Je vais défaire bandage. Tu vas me dire si tu as mal quand je toucherai la plaie. » C'est donc avec des gestes presque précautionneux qu'il retire le lin sans le lui arracher, essuyant du même coup les rigoles qui tentent de percer. La plaie est longue d'au moins 9 centimètres, profonde sans dévoiler la graisse ou l'os. Hors artère, mais gênante. Il va falloir du fil mais pour l'instant, Kokoï s'y penche, la renifle tel un chien.

Revenir en haut Aller en bas
Crow
avatar

☠ Apprenti Doc du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le hibou
✘ AGE DU PERSO : 19 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Moyen !
✘ LIENS : Nouveau Dé à coudre

Nouvelle Fiche

Ancien Dé à coudre

Ancienne Fiche

Hurle en Jaunepipifluo
#ccff00



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Sam 7 Nov 2015 - 2:54

Oui, Crow était maigre, des jours privé d'un minimum de nourriture le rendait maigre, en revanche, il était musclé, pas comme un homme, mais il n'était pas mou.

Soit, qu'importait ce qu'avait l'air Crow nu, tout ce qui comptait à présent pour le pirate, c'était une sortie. La liberté, retrouver son confort, le navire, les pirates. Tout le monde, son petit nid. Sauf qu'il ne pouvait pas faire ça avec l'état de sa jambe. Parlant de cette dernière, elle lui arracha une douleur lorsqu'on vint lui déplacer le genou. Pas de beaucoup, mais suffisamment pour déranger l'apprenti-doc, qui se mit à foudroyer des éclairs sur l'indien, claquant automatiquement cette main dérangeante, bien que ça ne changea rien, mis à part la mauvaise humeur chez le sauvage.

Il continue à toucher sa cuisse, comme s'il possédait un quelconque droit à le faire. Si bien que Crow en était impressionné, tant d'arrogance. Tellement que ça en faisait trembler le pirate. Lorsqu'il eut terminé de sa jambe, Crow reçu un maigre vêtement qu'il scruta d'un air sévère.

— C'est une blague bordel, Je veux des vêtements, pas un filet de pêche !

Il grogna, mais se contenta de couvrir l'important, son entre-jambes avant-tout. Bien qu'il continuait à être malaisé, très malaisé. Il avait presque froid tant il n'était pas habitué, mais au bout d'un moment il commençait déjà à se sentir libre, surtout sa poitrine.

Mais son petit nuage éclata lorsque le peau-rouge le rejoignit à nouveau pour soigner sa jambe. Le ténébreux finit par lever le menton vers le ciel, comme exaspéré. Il reniflait, sérieusement ? En le voyant faire, il eut un petit recul, un visage trop près de ses parties génitales, c'était troublant. Pas qu'il en était bien conscient, mais son instinct le lui criait, au fond.

— Hé, je suis médecin, moi aussi. T'auras pas b'soin de faire ta prière du dieu de la salade pour me soigner, je peux me recoudre toute seule...  

...

Sa mâchoire serra si fort que l'on put entendre ses dents grincer. Il s'était mis au féminin ?

— ... Et me bander. Tout... Ce que j'ai besoin ce sont des herbes médicinales, t'as des herbes, non ? Montre les moi. Et pas la peine de renifler...

Pour les rares fois, Crow se montra un peu moins agressif, plus calme. Comme si la médecine l'apaisait, ou l'environnement, qui sait.

Sauf que, sans vouloir dénigrer le peuple indien, il était clair que ces gens là n'étaient pas aussi avancés en science que ne l'était les pirates. Ou du moins ils avaient un train de retard. Ce qui donnait presqu'envie à Crow de donner quelques cours, mais ce serait du suicide, surtout pour les pirates.

Mais retrouverait-il les pirates ? ...

Y penser le rendait dépressif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Sam 7 Nov 2015 - 13:42

- Crow
Recoudre, résoudre





Que n’en a-t-il à foutre de ses protestations concernant le pagne. Il a voulu de quoi se recouvrir, Kokoï était en droit de le lui refuser, alors que la gamine arrête ses jérémiades incessantes car même s’il ne les comprend pas, elles commencent sincèrement à lui taper sur le système nerveux. Aussi tendu que l’apprenti médecin, Kokoï continue de renifler la plaie, l’inspectant en même temps d’un coup d’œil minutieux. Il n’y voit aucun gravillon, sable, terre, morceaux de tissu entre les chaires, aucune verdissure des bords de la plaie. L’odeur est celle du sang, ni celle de l’amande, ni celle de la putréfaction. Par prudence néanmoins, il affirme sa volonté de vouloir constater la sensibilité de l’épiderme aux abords de la coupure. Et s’écarte, non pas pour lui laisser le temps de retrouver son espace personnel, mais dans le but de ramasser son attirail de couture.

Aiguille d’os, fil désinfecté au thym, crème antiseptique à apposer avant toute opération, et une bougie qu’il allume d’un coup sec de silex. Kokoï prend tout de même le temps de se rincer à nouveau les mains avant de poser son matériel de guérisseur sur la couche de paille, à proximité de Crow. Mais si sa tension s’est apaisée pour mieux se préparer à la couture, les propos agressifs et immanquablement méprisants de ce médecin ne manquent pas de le mettre hors de lui.

Seulement, Kokoï n’est pas du genre à crier. Il est du genre à vous regarder, d’un œil froid et implacable, prenant soin de détacher chacun de ses mots quand il vous parle.

« Médecin. Guérisseur. Pour les pirates. Toi réparer beaucoup de ceux que nos flèches ont atteints. Mais pas être là pour soigner femmes que pirates prendre. Fleurs de charbon pour arrêter saignements. Essence de sauge, pour la douleur. Millepertuis, pour l'esprit. »

A la lueur de la flamme, il désinfecte l’aiguille. Et la pique dans la chair de la plaie sans pour autant la planter, le visage faisant toujours front à celui du médecin. Non lui ne méprisera pas les techniques des pirates, même s’il les imagine bien traiter la moindre plaie par l’amputation, l’alcool, ou le sel de mer. A chacun sa vision archaïque des traitements. Mais il ne se laissera pas juger par un prisonnier.

Sa nature de femme n’est par contre pas en cause dans son appréciation. Il pourrait faire entrer Hyène, pour le lui prouver. Mais il rirait d'abord de ses pensées ridicules s'il pouvait seulement les entendre.

« Mal ? Pas mal ? Alors pas infection. Je vais recoudre. Serre les dents. Ou toi crier prières au dieu salade, puisque toi croire qu’il existe. »

Imbécile.


Revenir en haut Aller en bas
Crow
avatar

☠ Apprenti Doc du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le hibou
✘ AGE DU PERSO : 19 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Moyen !
✘ LIENS : Nouveau Dé à coudre

Nouvelle Fiche

Ancien Dé à coudre

Ancienne Fiche

Hurle en Jaunepipifluo
#ccff00



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Dim 8 Nov 2015 - 12:10

À l'égard du sauvage, Crow prit un air grave, outre les yeux de mort qu'il lui envoyait. Il avait vu bien pire, fait bien pire. Son petit regard méprisant, il pouvait se le renfoncer où il le pense... Mais pour l'instant, Crow se devait d'être gentil, il allait devoir se passer d'un commentaire.

Soit.

Pas le temps pour les chamailleries. Crow devait être sérieux, adulte. Il ne devait pas faire de conneries, sinon il pouvait déjà s'imaginer ce qui pourra bien lui arriver.

Bof.

Un rictus sur le front, il serra des dents et émana une énergie agressive, d'un coup, comme piqué par quelque chose de très dérangeant.

— On appelle ça de la psychanalyse, ou une thérapie. Je fais beaucoup pour les pirates, et non, je ne guéris pas la douleur de ton peuple, car vous êtes l'ennemi... Et je ne viole pas vos femmes, comme tu as pu le constater, je ne peux pas. Et je crois être mieux placée pour les comprendre.

Il secoua la tête, et lâcha un petit son plaintif à l'aiguille, il avait pour habitude de se recoudre seul et ça n'avait pas changé, il avait toujours aussi mal. Restant calme, il observait l'aiguille recoudre sa blessure, tremblant de douleur tandis ce que le mate s'occupait de lui. Bien agacé par son changement de comportement, quel manque de classe ! Ces tous nus.

— Je crois que t'as des difficultés de compréhension, c'est dur hein, de parler la langue de la race supérieure ?

Un énorme sourire étira les traits déjà malins du pirate, oui bon il avait été méchant, mais c'était ce qu'il était, un pirate.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Dim 8 Nov 2015 - 12:50

- Crow
Recoudre, résoudre





Au moins il ne pouvait s’attrister d’être fixé sur les intentions de cette femme. Balayant sa prise de conscience d’un regard agressif, ce fut nue et sincère qu’elle lui cracha sa haine et son mépris au visage. Ainsi donc pour les pirates il n’y avait pas d’hésitations. Les peaux-rouges étaient les ennemis et devaient être détruit. Cette femme l’avouait elle-même sans honte aucune. Si elle ne pouvait accomplir ce que ses pairs masculins s’acharnaient à obtenir de force auprès de ses sœurs indiennes, ce n’était que par manque physique, pas par manque de volonté. Et Kokoï la fixa sans ciller, s’essayant à renflouer le dégoût qui lui montait aux lèvres.

Devait-il argumenter ? Devait-il inverser les rôles, justifier les attaques de son clan à l’encontre du sien, et se placer ainsi en position de supplicié implorant la compréhension ? Ça non. Il n’y avait rien à faire pour cette âme. Elle n’avait rien à voir avec Christopher qui n’avait agi sur le pont que pour défendre sa loyauté double envers la piraterie face à leur amitié.

Si elle en avait la poitrine et le sexe, cette femme n’en était plus une. Juste un pirate sous des atours trompeurs. Un crotale prêt à mordre au moindre acte de faiblesse.

Se détournant, Kokoï ramassa un pot de miel et confectionna rapidement un baume, s’occupant les mains sans plus regarder le corps de son ennemi. Bientôt il servirait de monnaie d’échange, bientôt il serait soigné et lui-même débarrassé de sa présence nauséabonde.

Seulement, la vipère n’avait pas fini de siffler. Et c’est au moment de la couture qu’elle vint le frapper, non pas au corps mais à l’esprit, découvrant la faille sans tarder. La nouvelle piqure de Kokoï fut à peine plus accentuée.

Si le guérisseur était de nature calme et à l’écoute, il n’en demeurait pas moins un guerrier prêt à défendre les valeurs de sa famille, de son clan, et sa propre fierté d’homme. L’entendre le railler sur son langage et cette « race supérieure » lui fit monter la haine comme la lave au sein d’un volcan.

Brusquement il eut envie de la saisir à la gorge, ses pouvoirs décuplés. La faire hurler pour ses termes, ses idées. Se venger et venger les femmes bafouées, les hommes morts, les enfants piétinés sous les pas de tous ces marins. Entendre son cœur s’affoler sous la toxine, sa peau être marquée de ses doigts histoire qu’elle n’oublie jamais – si jamais elle y survivait. Et pourquoi pas lui faire boire le contenu empoisonné du tonneau à sa tête, pour rendre son déclin plus long, s’écartant quand elle vomirait du sang avant de s’éteindre comme une bougie soufflée ?

Mais alors qui serait supérieur ?
Qui aurait gagné ?

« Sois supérieur à toi-même pirate. Arrête de faire l’enfant. »

Sa propre nonchalance le surprit mais il termina la couture proprement et sans mal inutile, coupant le fil d’un coup de canif qu’il éloigna rapidement de la couche. Kokoï attrapa ensuite le baume pour étaler une bonne couche de miel sur la plaie refermée et sans fluides. Observant son travail pensivement avant de hocher la tête.

Puis, aussi tranquillement qu’il avait ignoré l’attaque, il lui tendit le bol d’arnica, ordonnant.

« Bois. Après je m’occuper de ta toilette. »

Et décidant de prendre soin de l’impotent qu’il était actuellement. L’humiliation pouvait prendre d’autres formes, et Kokoï cette fois ne pourrait s’empêcher d’en ressentir de la satisfaction.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Crow
avatar

☠ Apprenti Doc du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le hibou
✘ AGE DU PERSO : 19 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Moyen !
✘ LIENS : Nouveau Dé à coudre

Nouvelle Fiche

Ancien Dé à coudre

Ancienne Fiche

Hurle en Jaunepipifluo
#ccff00



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Jeu 12 Nov 2015 - 7:59

Le sourire du ténébreux ne quitta pas son visage aussi longtemps qu'on lui permit. Suite de quoi il se mit à fixer, à nouveau d'un air neutre, son adversaire face à lui. Il haussa d'abord les épaules, sans vraiment s'enflammer à la remarque, zen, du guérisseur Peau-rouge. Son heure de douleur à sa jambe, lui, prit fin lorsqu'il eut terminé avec sa couture. Laissant un moment la peau enflée et sensible, avant qu'on ne pose du...

— ...Miel ? Je sais que cette substance guérit et soulage la gorge irritée, mais c'est bon pour les plaies ?

Le faisait-il mariner dans le sucre du miel pour mieux pouvoir le faire cuire plus tard ? Ou c'était une mauvaise blague ? Il continua à se douter de sa technique lorsqu'on lui tendit le petit pot contenant ce liquide mystérieux, qu'il renifla dans les premiers temps, avant de longuement l'observer.

— Poison ?

Il plongea son regard orangé dans le sien, plus foncé, du mate pour enchaîner ses dires. Pour finalement boire la boisson. Il ne savait pas exactement ce qu'il y contenait, mais c'était soit ça, soit on le faisait boire de force.

— Oh, je peux faire ma toilette moi-même, mes mains sont intactes. Mais ce serait plus facile si j'étais détaché...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Jeu 12 Nov 2015 - 21:15

La Grande Bataille avait causé à la fois fierté et peine, dans les deux camps, mais en ce qui concernait Serval Délicate, elle avait surtout été source d'inquiétude et d'un surplus de travail. La seule chose qui la dérangeait réellement, c'était la présence de pirates au sein du village, fussent-ils leurs prisonniers. Ces êtres abjectes sans foi ni loi, d'une cruauté sans pareille et capables du pire pour arriver à leurs fins, ces monstres se trouvaient à quelques mètres seulement des membres de la tribu, séparés d'eux par les tipis et retenus par quelques cordes qui, bien qu'étroitement serrées et surveillées par les guerriers, ne suffisaient pas pour autant. Malgré tout Puma Sanguinaire avait été très clair : ils devaient être soignés si l'on voulait qu'ils survivent et servent de monnaie d'échange. Pour quoi, personne ne le savait encore vraiment, mais chacun s'en faisait une idée. La Guérisseuse avait accepté d'obéir sans émettre la moindre opposition, respectant leur chef qui savait ce qu'il faisait, bien que cela lui parut être une dangereuse idée. Kokoï Avide avait bien voulu prendre en charge les pirates blessés, laissant sa cadette s'occuper des membres de leur tribu, mais pour autant il fallait bien fournir de quoi bien faire et ce fut la raison qui poussa à contrecœur Serval Délicate en direction du tipi où était gardé Crow. Alors même qu'un dernier échange avait lieu, elle poussait le pan de peau tannée pour pénétrer à l'intérieur de la tente.

« Bois. Après je m’occuper de ta toilette. »

— Oh, je peux faire ma toilette moi-même, mes mains sont intactes. Mais ce serait plus facile si j'étais détaché...

La jeune femme ressentit une froide indignation à l'idée même de détacher cette créature, lui lançant un regard peu amène avant de venir s'accroupir près de Kokoï Avide, lui apportant une bassine d'eau propre ainsi qu'une nouvelle préparation destinée à servir de cataplasme pour les blessures. Elle sourit légèrement à son frère, puis jeta un bref regard à Crow avant de détourner la tête, avec l'intention évidente de ne pas la regarder, de la mépriser. Dire qu'il fallait les soigner, eux... Non, c'était leur devoir de guérisseur, fut-il difficile à accomplir dans une telle situation.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Ven 13 Nov 2015 - 18:30

- Crow, Serval
Recoudre, résoudre





La remarque du médecin fit tressaillir ses commissures. Sa neutralité et ses questions semblaient comme un calme relatif après ses débordements, mais c'était appréciable, et plutôt que de se moquer ou de le prendre de haut, Kokoï lui tend le baume pour qu'il puisse regarder. Une pâte de miel, préparée par Serval comme certaines de ses décoctions les plus simples - non pas qu'elle soit peu débrouillarde ou maladroite, mais la préparation des décoctions demeuraient autant un plaisir qu'une nécessité pour Kokoï, un rappel constant de mesurer ce qu'il pouvait apporter en terme de soins. Ou de poisons.

« Gorge irritée a besoin cicatrisation. Miel aide pour ça. Plaies, brûlures. Je fais cataplasmes pour corps. Je fais boisson aussi. Sucre et acide aide à combattre dévoreurs-de-chairs. »
Les bactéries en d'autres termes, mais si Kokoï savait regarder et comprendre, il ne savait pas tout nommer.

Reposant le baume au sol, il se leva pour laver ses mains poisseuses, tout en regardant la femme avaler son eau après un dernier regard méfiant.

« Arnica. Aidera pour les coups. Pour sang. » Et secouant ses doigts, il revint s'accroupir auprès d'elle. Au moment où Serval fit son apparition.

L'entrée discrète amena sous le tipi un flot continu de tensions que Kokoï, sans être chaman, pu sentir aisément. Tournant la tête pour la saluer d'un sourire, il remarqua aussitôt l'expression renfermée de son visage, peu agréable en cette occasion. Mais il la comprenait. Son passé se rappelait à elle et par son statut de guérisseuse, suivant les ordres de Puma, il lui fallait prendre soin de ceux qu'elle considérait comme des meurtriers.

Kokoï lui avait demandé son aide pour prendre soin de Christopher à ses côtés, lui parlant longuement de son amitié avec l'ancien peau-rouge du Monde Ordinaire, ses propres souvenirs, ses croyances, ses mésaventures avant d'être arrivé sur l'Île et le courage dont il avait su faire preuve en s'interposant entre ce pirate aux dreads et l'indien, essayant seulement de leur sauver la vie à tout deux. Fort heureusement, il avait la confiance et l'amour de Serval.

« Si tu veux quitter le tipi au lieu de m'assister, je comprendrai. » Se permit-il d'annoncer dans sa langue pour ne pas que la pirate les comprenne. Et plus doucement il ajouta. « Mais tu es brave. »

Brave de se confronter à sa haine pour l'aider lui, pour soigner cette ingrate qui n'en finissait pas de réclamer des privilèges. La délivrer ? Bien mal lui en aurait pris certainement.

« Serval est là pour aider dans lavement. Toi pas avoir besoin de tes mains. »

Lentement, il retira les bandages usagés qui recouvraient les brulures de la femme. L'obligeant à gestes doux à se redresser assise, le lien de son poignet lui permettant uniquement cette position. Son dos était encore abîmé et lentement, il effleura chaque ondulation de cette peau maltraitée, pour en tester le grain, la chaleur. Non, le soleil n'était pas parti de ce corps.

« Echynacée, souci, aloès et miel, Serval, s'il te plait. »


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Crow
avatar

☠ Apprenti Doc du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le hibou
✘ AGE DU PERSO : 19 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Moyen !
✘ LIENS : Nouveau Dé à coudre

Nouvelle Fiche

Ancien Dé à coudre

Ancienne Fiche

Hurle en Jaunepipifluo
#ccff00



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Sam 14 Nov 2015 - 6:11

Ironiquement, Crow ne gronda pas lorsqu'on lui refusa ce "privilège". Plutôt, il se mit à étudier un peu tout ce qui l'entourait. Un moyen de s'échapper, des techniques nouvelles pour la médecine. il préférait prendre ce moment pour quelque chose de pratique dans les temps futurs. Un regard posé sur l'indigène, il retint un sourire. Ennemi, ami, tout ce qui se reliait à la médecine lui donnait quand même un bonheur nouveau. Il ne pouvait le nier. Il se mit à observer le miel et les autres huiles qu'on lui mettait sur le dos, profitant de sa propre douleur pour analyser ce que ça faisait. Un rafraîchissement qui soulageait tranquillement. Ils étaient plutôt pas mal, finalement, ces indiens. Leur mixture végétarienne arrivaient à enlever les maux du pirate.

— Passionnant... Y'a aussi le... Le giseng, c'est une plante reconnue pour ses bienfaits sur le corps, ça guérit tous ou presque, les maux, les...

Il se mit à s'expliquer, gesticulant le plus qu'il pouvait en laissant montrer un pétillement dans ses yeux orangés. Sur le Jolly Roger il avait cessé d'en montrer autant de passion, sinon les pirates se moquaient de lui.

Mais sa paix d'esprit se brisa lorsqu'on infiltra la tente, un autre des leurs. Cette fois-ci il était question du sexe féminin. Elle n'avait pas l'air bien différente de l'autre, foncée, vêtue de peaux, tout ce qui caractérisait un sauvage. Un air grave dessina les traits du pirate, tandis qu'il l'observait, méfiant. Mais il pencha le menton lorsqu'on lui retira ses bandages et qu'on prit soin de sa peau. Jeta un bref coup d'oeil au peau-rouge - beaucoup plus sage, on allait se le dire - que la seconde. Il se fit silencieux, plus calme et plus à l'écoute. Il n'était pas prudent de trop parler, surtout en présence d'ennemis.

Son calvaire réapparut, à nouveau confronté à cette réalité, celle qu'il avait réussit pendant un court instant à oublier avec la science et la médecine. Même vis-à-vis Kokoï, il montra une nouvelle haine. Après-tout, ils étaient du même clan.

Grinçant des dents, il ne parla plus, leva plutôt les yeux vers le haut de la tente, puis vers l'extérieur. Un moment de s'évader, par où ? Peut-être devait-il attendre la nuit, de briser ce qui le maintenant là et de partir en douce vers la plage. Il devait trouver quelque chose de pointu, assez rigide pour couper la corde.

Réfléchit, Crow.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Dim 15 Nov 2015 - 15:32

Serval Délicate avait bien eu conscience d'interrompre quelque chose, mais autant elle aurait pu être désolée pour Kokoï, autant ce Pirate ne méritait-il même pas qu'elle se montre compatissante à son égard. Et pourtant. Christopher trouvait encore grâce à ses yeux, de par ses origines et sa propension à vouloir la paix, sans parler du fait qu'il se soit interposé pour protéger son Frère, ce dont elle lui était reconnaissante, mais cette femme forban lui semblait trop étrange, trop anormale. Comment pouvait-on se rallier à ces monstres sanguinaires ? Comment pouvait-on vivre et tuer à leurs côtés ? Y prenait-elle plaisir ? Se complaisait-elle dans cette situation ? Tout cela échappait complètement à la Guérisseuse qui tourna la tête vers son ainé lorsqu'il s'adressa à elle dans leur langue, attentionné comme toujours. Un doux sourire monta aux lèvres de la jeune squaw qui secoua doucement la tête : elle ne lui ferait pas défaut, jamais, fut-ce face à des pirates. Elle le laissa ainsi s'adresser à la prisonnière, inspirant profondément pour retrouver la sérénité qui la caractérisait si bien en temps normal, se lavant consciencieusement les mains avant de venir s'accroupir près de Kokoï Avide, le laissant redresser la Pirate avant de froncer les sourcils à la vue des brûlures. Cela lui rappelait celles de Ours Élancé dont elle s'occupait, bien que le Dresseur de Mustangs avait été plus gravement touché. Cela n'en demeurait pas moins des blessures par le feu et, bien que cette femme ne protesta pas sous les gestes de son Frère, elle devait sans doute souffrir encore. Un rien d'estime remonta dans l'esprit de Serval Délicate, qui écouta son ainé lui demander différents produits naturels qu'elle lui tendit consciencieusement. Puis finalement, le long silence qui avait été le sien se rompit, d'une voix posée et douce malgré son ressentit.

- Personne ne doit avoir mal.

Elle adressa un regard à Kokoï Avide, puis hocha la tête dans un geste de consentement qu'il ne pouvait que saisir, depuis toutes ces années qu'ils vivaient côte à côte.

"Je t'aiderais mon Frère. Il faudra aussi que je masse la peau autour de ses blessures et que je la fasse remuer un peu, sinon elle va se blesser à rester immobile."

La jeune squaw se pencha pour observer attentivement les blessures puis, remarquant que la peau tannée posée sur son entrejambe n'était pas fixée, fronça les sourcils et se redressa, lançant un regard presque courroucé envers son ainé.

"Pourquoi n'est-elle pas habillée ? Je croyais que les Pirates aussi s'habillaient, plus que nous. Et puis c'est une squaw, ce n'est pas correct."

Pas correct et, bien que ce soit une ennemie, l'idée qu'une femme soit dévêtue contre sa volonté provoquait chez elle un dégoût irrépressible. Serval Délicate se leva et alla prendre une tunique courte qui servait d'ordinaire à couvrir les épaules et le haut du buste. Elle revint auprès de la pirate, la fixa en hésitant, inspira, puis s'accroupit pour passer délicatement le tissu par-dessus sa tête, le laissant tomber sur le haut de son corps, l'ajustant avec des gestes emprunt de douceur, le regard pourtant sombre. La nudité ne la dérangeait pas, les leurs y étaient habitués, mais cette femme était un pirate et un prisonnier, cela dérangeait l'indienne de la voir ainsi. Comme si voir son corps lui rappelait qu'il s'agissait d'un être humain et non d'un monstre.

- Mieux ainsi. Pas attraper froid.

Comme si ça avait été le cadet de ses soucis. De la même manière, ses doigts vinrent saisir la cordelette servant au cache-peau qu'elle noua convenablement sur le devant du bassin de son ennemi, s'assurant ainsi qu'il ne bougerait pas et couvrirait ce qui devait être dissimulé. Serval Délicate hocha la tête et recula ensuite, partagée entre son mépris envers la prisonnière et son désir de s'en occuper.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Dim 15 Nov 2015 - 15:56

- Crow, Serval
Recoudre, résoudre





Personne ne devait avoir mal, mais c’était parfois plus simple de se glisser sur la voie de la vengeance, de faire en sorte que l’autre souffre pour payer le prix des douleurs infligées à son propre clan. Les Piccaninny n’étaient pas de ceux qui pardonnaient, qui laissaient passer la peine sans y répliquer. Il leur fallait combattre, il leur fallait écraser l’ennemi, il leur fallait défendre et venger. La paix n’entrait pas dans leurs considérations, même s’il la vivait au sein de leurs familles, au sein de leurs cercles. Ils formaient ainsi une étrange cohésion, de liberté sauvage et d’armes à portée de main à lever contre l’étranger qui trahirait leurs lois, viendrait sur leur terre, prétendre en être le maitre et bafouer leur honneur.

Si la colère, la révolte grondait souvent au sein de Kokoï, il ne laissait pas ces émotions familières guider ses gestes et ses pensées, surtout dans son métier de guérisseur. C’est donc calmement qu’il écouta les paroles de cette femme quand elle s’essaya à répliquer sur les plantes et sa médecine. Herboriste et phytothérapeute, il camoufla simplement un sourire, étonné et presque amadoué par cette innocence de la part du médecin pirate. Le pensait-elle ignorant des choses ou tentait-elle simplement de lui prouver qu’elle ne disposait pas seulement d’un couteau et d’une bouteille de rhum pour soigner les marins de son fichu navire.

Elle avait toutefois raison et il hocha la tête, appuyant chacun de ses propos. Y répondant de même. Quel mal y avait-il à parler médecine ? Les soins apportés par les plantes n'étaient un secret pour personne.

Lavant tout d’abord le corps après avoir retiré les cataplasmes, évitant les zones intimes mais la décrassant de sa sueur et de sa souffrance avec des gestes patients, même parfois trop doux, Kokoï se mit à l’essuyer d’un coton sec et propre, avant d’appliquer les baumes tendus par Serval, la remerciant d’un hochement de tête à chaque fois qu’elle l'aidait à soutenir la pirate, bandait une plaie ou apposait sur les brûlures ces pâtes de miel et de plantes, épaisses et fraîches.

Pourtant, il dû se confronter à son regard soudain courroucé quand, au hasard de leurs soins, la peau de bête camouflant seulement son entrejambe, glissa et manqua de dévoiler son aine. Surprit, et soudain embarrassé, il lui fut reconnaissant de demander des explications dans sa langue plutôt que dans celle du pirate. Et répondit de même, tranquillement.

« Je devais la soigner. Tu sais que tu n’as rien à craindre de moi. Pourquoi te fâches-tu ? Ses brulures recouvrent son dos. Sa coupure va jusqu’à son genou. Elle m’a demandé de quoi être recouverte, je lui en ai donné une. Si tu veux la rhabiller, fais. Mais aie confiance dans mes décisions. Je ne cherchais pas à l’humilier. »

Mensonge ou abnégation ? La squaw avait voulu être reconnue en tant que pirate et non en tant que genre. N’avait-il pas cherché à la contenter en la traitant comme n’importe quel homme, sans lui offrir la dignité de sa condition pour cacher sa poitrine – ou du moins, ce qui lui servait de seins – ainsi que son sexe ?

Les sourcils froncés, mais les soins accomplit, Kokoï s’écarta pour laisser à Serval le soin de lui enfiler cette tunique. Avec cette crinière noire en bataille, sa peau basanée, la pirate ressemblait bien plus à un peau-rouge qu’à un marin. Et ce regard sombre, toujours à l’affût, ces lèvres retroussées sur des dents à peu près propre, lui rappela celui de Hyène. Elles partageaient le même caractère d’une femme qui ne se laisse pas écraser par la virilité d’autrui, qui a fait ses preuves et continuera de prouver sa valeur, au combat comme ailleurs.

Kokoï se racla la gorge.

« Pardonne moi Serval. Tu agis mieux que moi. » Tout à sa réflexion, il ne pris pas conscience des aiguilles laissées près du lit. Elles étaient longues, fines mais néanmoins dangereuses pour qui savait s’en servir. Et si sa sœur adoptive était assez proche pour les remarquer, songerait-elle à les attraper et à les tenir éloignées de la main de l’ennemi qui pouvait, à tout moment, tendre ses doigts pour les attraper.

Et s’en servir de la façon dont elle le souhaitait.

« Mieux ? » se contenta de demander Kokoï, le regard rivé sur la squaw. « Corps, plaie, tout être mieux ? Si toi avoir faim, nous pouvons chercher viande et breuvage. Manger aider à guérison. Essentiel. »




Dernière édition par Kokoï Avide le Lun 16 Nov 2015 - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Crow
avatar

☠ Apprenti Doc du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le hibou
✘ AGE DU PERSO : 19 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Moyen !
✘ LIENS : Nouveau Dé à coudre

Nouvelle Fiche

Ancien Dé à coudre

Ancienne Fiche

Hurle en Jaunepipifluo
#ccff00



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Lun 16 Nov 2015 - 5:48

La ténébreuse était assise, là, et prenait le temps de regarder chacun des deux. Chaque mouvement était important, chacune de leur réactions, des gestes et paroles. Même s'il n'arrivait pas une fois sur deux à les comprendre. Parlaient-ils dans son dos ? Que disaient-ils ? "On la soigne, on la vend..." "On la torture..." Tant de questions trottait dans le petit crâne pourri du corbeau. Tandis qu'ils discutaient entre-eux, le pirate les fixaient avec des yeux aussi ronds que deux sous, où dedans un orangé rempli de doutes leur creusaient l'âme. Mais un regard de la part d'un des deux fit tourner la tête de Crow, qui préféra regarder ailleurs à ce moment. Il jouait avec ses doigts, doigts qui n'articulaient plus très bien dû aux brûlures, mais rien de bien grave si on le comparait à tout son corps. Putain, ce qu'il avait mal.

Justement, lorsqu'on prit le temps de lui nettoyer l'épiderme, ses nerfs le firent trembler. La douleur était à la fois sourde et agonisante, mais Crow ne broncha pas. Il était pirate, il était orgueilleux. C'était un médecin, les médecins ne connaissaient que la douleur de son prochain, pas le sien. Il fallait se montrer courageux et impassible, à bord du Jolly Roger, sinon on propageait la panique chez les autres marins. Dur métier ? Bof.

Il trembla à nouveau, réaction qu'il ne pouvait cacher même si ces bruits ne se résumaient qu'à de petites expirations nasales. Mais il fut bien plus agressé par la présence rapprochée de la femelle, cette femme qui couvrit Crow d'un drap sentant le vieux, les fleurs et l’encens. Il écarquilla les yeux pour la regarder et ne la lâcha pas des yeux avant qu'elle ne se recule. En revanche, il ne montra aucun comportement agressif, même qu'il voulu la remercier, mais... Il était orgueilleux.

Il s'essaya, mais ses mots disparurent en un petit "hmn" bref et hésitant, qu'il continua avec un hochement de la tête, suivit d'un regard fuyard. Étrangement, il ne savait pas exactement comment expliquer ce phénomène, celui où l'on s'occupe de lui. Ni les garçons, ni les pirates n'avaient prit le temps de faire ce que ces gens faisaient, le soigner, en prendre soin. Ils le faisaient peut-être par principe, mais ils prenaient tout de même le temps de le faire correctement, sans la brusquer et pensait même à son bien-être personnel. Crow était troublé par l'effet que ça faisait.

Son cœur fit un petit bon, quoi ça ? Des sentiments ?

Bof.

Il reprit vite ses esprits et, bien évidemment, remarqua assez vite les petites aiguilles. L'évasion, LA solution. Il fronça les sourcils, mais se cacha vite pour ne pas attirer les doutes. L'homme le dos tourné, la femme occupée ailleurs, Crow attrapa tel un pro les aiguilles. Il les ramena vers lui et lorgna longuement sans scrupule l'épaule de l'indien tout près de lui. L'épaule, les côtes ? Un endroit qui le ferait saigner à en perdre tout son sang. Il y réfléchit longuement.

Puis, tranquillement, il tendit les aiguilles vers Kokoï Avide.

— C'est à v... Wow !

L'indien se retournait vers lui lorsqu'il le lui tendit et dans son mouvement il manqua de se planter une aiguille dans le cou, mais dans un réflexe bien aiguisée Crow referma sa main sur le pointu, ne venant cogner que sa main à la place.

Le tout en seulement quelques secondes.

Ramenant nerveusement sa main, il regardait les deux autres, un peu choqué.

— C'est pas... J'voulais le donner ! ... J'ai pas voulu...

Oups.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Recoudre, résoudre !
» Il ne parvient pas à "résoudre" p.nabaztag.com.
» Résoudre l’énigme de Rolo sur l’ile du temps figé
» Une nouvelle énigme à résoudre... Un nouvel individu
» Jeu anormalement lent, solution paradoxale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Villages Peaux-Rouges :: Le Village des Piccaninny :: Le Centre Cérémonial-