Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Lun 16 Nov - 11:19

Kokoï Avide se sentait accusé par Serval Délicate et pour cause, cette dernière avait laissé son ressenti influer sur ce qu'elle avait sous les yeux, oubliant l'espace d'un bref instant qu'au vu des blessures du Pirate, il avait forcément fallu le déshabiller pour le soigner convenablement. Mais la jeune femme était ainsi, elle éprouvait parfois ce trouble négatif qui s'emparait alors d'elle, réagissant vivement et sur l'impulsion du moment. C'est ainsi qu'elle s'assura que la prisonnière soit convenablement couverte, notant le léger son qui lui échappa, avant de se tourner vers lui, souriant doucement, radoucie. Sa main vint se poser sur son épaule, rassurante et réconfortante.

"Pardonne-moi mon Frère, je n'aurais pas du m'emporter. Je sais que jamais tu ne ferais ce genre de chose à une Squaw, fut-elle Pirate. Je n'aime juste pas voir une squaw dénudée."

Elle sourit ensuite à Crow, hocha la tête comme si ce dernier l'avait remercié, comme si elle avait compris, puis se détourna pour ranger ce qui avait été utilisé tandis que Kokoï Avide parlait d'un repas qu'il pourrait lui donner. C'est vrai, peut-être la faim étreignait-elle son corps et, avec toutes ces blessures, il lui faudrait manger. N'avait-elle pas dit la même chose à Ours Élancé ? Serval Délicate se retourna vers le Pirate, en même temps que son Frère, percevant alors les aiguilles tendues, le Guérisseur qui pivotait pile à ce moment précis, les doigts qui se referme sur le métal, protégeant ainsi la gorge de son Frère, qui heurta malgré tout le poing, poing qui fut ramené rapidement contre sa propriétaire. Et la prisonnière qui parle, semble presque inquiète, choquée. Une chance pour elle que les deux Guérisseurs comprennent la langue des visages pâles.

- Donner.

La jeune femme s'avança vivement, ses mains vinrent enserrer doucement le poing et lui déplièrent lentement les doigts, son regard inquiet, scrutateur, cherchant les aiguilles et les blessures qu'elles avaient pu causer. Comment Kokoï Avide allait-il réagir ? S'était-il sentit menacé ? Il aurait raison, après tout il s'agissait d'un ennemi, mais peut-être qu'il percevrait lui aussi le danger qui venait d'être évité. Le métal avait percé la peau, causant l'apparition d'une vague de sang dans la main. Rien de méchant, les extrémités saignaient toujours beaucoup pour pas grand-chose, mais il allait falloir de nouveau nettoyer et soigner. Serval Délicate eut un léger soupir, puis leva sur Crow un regard presque attendrit, un peu comme lorsqu'une mère regarde son enfant après qu'il ait une fois encore fait une petite bêtise sans gravité. Pour un Pirate, cette squaw n'était pas très habile face aux Peaux-Rouges.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Lun 16 Nov - 12:37

- Crow, Serval
Recoudre, résoudre





Le malaise se dissipa sous un sourire confiant de la jeune Serval. Et Kokoï se promit intérieurement de se montrer plus délicat vis à vis de la pirate et de sa possible pudeur. Un instant, il se surprit à se demander si ses réactions, de fait, étaient bien normales. Et se morigéna mentalement. Que Hyène, sa mère, se permette certaines piques vis à vis de ses interactions défectueuses avec la gente féminine était une chose. Ne pas ressentir de supériorité, de plaisir à la vue d'un corps nu de femme, en était une autre. Non, il n'était pas un monstre. Et il avait bien mieux à faire que déshumaniser une squaw, ennemie ou amie, la rabaisser à un simple besoin reproducteur.

Se rapprochant une nouvelle fois de Crow, avec un nouveau regard sur la tunique lâche qui lui serrait la poitrine, il guetta sa réponse concernant son appétit, toujours sans se méfier. Par ses soins, la discussion qui avait commencé entre eux avant l'apparition de Serval et sa somptueuse docilité en se laissant rhabiller, Kokoï en avait stupidement déduit que la pirate ne tenterait rien contre eux. Et il s'apprêtait à lui tendre un cordon pour attacher ses cheveux et dégager son dos de tout poids, de toute chaleur inutile, quand la voix, et le geste, le prirent au dépourvu.

Du coin de l'oeil il vit cette main se tendre au moment où, par réflexe, il se tournait vers elle pour lui faire face. Son poing heurta sa gorge, sans force ni pression. Mais au regard choqué de la femme, il comprit que le geste, bien qu'accidentel, n'avait pourtant rien d'anodin.

Pour cause. Le sang commençait déjà à filtrer entre ses jointures. Et son corps, réagissant à l'instinct, se couvrit de sa sueur empoisonnée.

Vivement, Kokoï s'écarta, s'empêchant au dernier moment de saisir son poignet, par réflexe, laissant Serval agir pour le mieux. Les doigts dépliés de la pirate livrèrent les aiguilles, jusqu'alors abandonnées sur la paillasse.

Le regard du guérisseur se plissa de mécontentement.

Au soupir de son amie, il finit par se lever. Le souffle à peine plus court, les sourcils froncés. En un geste il attrapa la coupe d'eau ensanglantée qui avait servit à nettoyer les plaies de Crow, et s'y rinça le visage et la nuque d'un geste vif, avant d'y plonger les mains. D'un regard il assura à Serval la distance nécessaire à ses ablutions. Hors de question qu'elle se retrouve blessée accidentellement blessée par un contact physique de soutien.

« Prochaine fois. » commença-t-il d'une voix qu'il voulu ferme. « Toi laisser objets sur paillasse. Plutôt que de donner. Nous savons quoi faire. » Et son regard noir vint la toiser, entre la suspicion et l'hésitation.

Si cela avait été une tentative, ce dont il n'était pas sûr, il devait mettre les choses au clair.

« Nous sommes là pour soigner. Aucun mal être fait. Alors ne cherche pas la guerre. »

Puis s'appliquant, il retrouva les formulations de cette langue supérieure tant vantée.

« Tu comprends ce que je dis. Pas vrai pirate ? Nous avons même intérêts. Alors réponds. Pendant que Serval te soigne. » Il n'allait pas s'en rapprocher de sitôt. Et surveillait d'ailleurs le moindre geste de sa compagne à l'égard de la femme, et inversement. « Est-ce que tu - as - faim ? »

Et plus important encore.

« Nom, à donner ? Ton nom ? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Mar 17 Nov - 5:20

Le sang gicla dans sa main lorsqu'il l'ouvrit, mais le pirate n'en fit pas une histoire, à vrai dire sa seule réaction fut d'observer cette main nouvellement blessée. Il ne laissa pas la femme faire son travail, préférant s'arracher les aiguilles de ses doigts et sa paume comme si ce n'était rien. Pas un bruit.

Des yeux agressifs vinrent croiser les ceux, plus sereins, de l'indienne. Un regard qui voulait dire "ne touche pas." Une fois ceci fait, il redonna tranquillement les aiguilles à la dame, montrant qu'il n'y avait rien à craindre.

— Ça va, j'avais pas l'intention de vous tuez, faites pas en sorte que j'en ai l'envie par contre...

Un grognement, un retroussement de lèvre et des canines dévoilées, il resta distant vis-à-vis celle qui s'occupait de lui. La nervosité de Kokoï s'attaquait maintenant à Crow. Qui se mit à lorgner Kokoï, l'air grave et les sourcils froncés.

— De la nourriture, je veux bien. Mais je refuse de rester enfermé ici plus longtemps, attachez-moi si vous le voulez, avec des chaînes de métal, tout ce que vous avez, mais laissez-moi sortir. Je veux aller dans la forêt. Moi aller forêt, compris ?

Il poussa un soupir, il n'allait pas non plus dire non à de la bouffe, il avait sacrément faim, si faim qu'il en avait mal à l'estomac. Mais le plus important encore était qu'il pouvait aller respirer l'air frais, il en avait vraiment marre, des tipis.

— Mon... Nom ? Huh.

Il se mit à réfléchir, sa langue venant frotter contre l'une de ses dents située sur le bas. Puis finit par hausser les épaules.

— Le hibou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Mar 17 Nov - 10:42

Le Pirate eut un regard si agressif que Serval délicate ne tenta pas d'insister lorsque les mains s'arrachèrent aux siennes le temps d'en retirer les aiguilles. Elle regarda faire cette femme pirate qui possédait le mental d'un guerrier, respectant son désir d'agir seule, de prouver peut-être aussi qu'elle n'avait pas besoin d'aide, à moins qu'elle n'aima pas qu'on la touche. Kokoï Avide était également ainsi, mais pas pour les mêmes raisons. Lui pouvait tuer d'un seul contact et, avec cette canicule qui perdurait, il ne pouvait empêcher le poison d'être sécrété et passait son temps à faire attention et à prendre moultes précautions. D'ailleurs la Guérisseuse lui jeta un bref regard passablement inquiet, puis le voyant se nettoyer consciencieusement les mains, hocha la tête avant de reporter son attention sur leur "invité" qui répondit aux paroles de son Frère, avec une sorte de menace qu'elle ne fut pas sûre de comprendre. Ils avaient de quoi manger, bien sûr, en revanche pour la réclamation qui suivit, c'était une autre histoire.

- Sortir ?

Serval Délicate jeta un regard incertain à son Frère, hésitant visiblement face à la requête qu'elle ne pouvait pourtant que comprendre. Le Pirate était prêt à être attaché autant qu'il le faudrait pourvu qu'il puisse aller dehors, sans doute souffrait-il d'être ainsi enfermé et, à bien y réfléchir, il est vrai que les forbans pouvaient très souvent aller sur le pont de leur navire, respirer l'air de l'Océan. Ou de la forêt, puisque apparemment c'était celle-ci qui lui manquait. Mais la forêt n'était pas un endroit où ils avaient le droit d'emmener un prisonnier, aussi la jeune femme secoua-t-elle doucement la tête, retenant le nom qui fit naitre un léger sourire sur ses lèvres.

- Hibou pas aller forêt, interdit. Mais Hibou peut sortir et marcher dans village. Personne fera de mal, promis.

Oui, promis, parce qu'avec les guerriers qui gardaient les alentours, les squaws qui préparaient le repas ou s'attelaient à leurs tâches quotidiennes, utilisant toutes des outils qui pourraient trancher aisément une gorge, il suffirait d'une seule tentative de vengeance pour qu'il en soit finit de la prisonnière. Mais heureusement Puma Sanguinaire savait se faire obéir des membres de sa tribu et les Piccaninny, bien qu'élevés dans la possibilité de prendre les armes à tout instant, savaient également se comporter de manière pacifique lorsque la guerre était écartée.

- Hibou être forte, mais Hibou doit faire attention blessures si marche dehors, d'accord ? Soleil brûler peau maintenant, tout rouge partout.

Serval Délicate acheva de bander la main blessée de Crow, puis se tourna vers Kokoï Avide, attendant sa décision : il était son ainé, le "chef" Guérisseur, c'était à lui qu'incombait la responsabilité de la prisonnière Pirate, donc à lui de prendre la décision.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Mar 17 Nov - 13:07

- Crow, Serval
Recoudre, résoudre





Des menaces, encore. Que cherchait-elle à prouver cette pirate ? Son absence de soumission,sa valeur de combattante aux peaux-rouges, même attachée, même blessée ? Le genre d'orgueil qu'il ne pouvait critiquer ou mépriser mais elle n'était pas là pour donner des ordres, encore moins pour brandir le poing. Qui pouvait-elle tuer, dans cet état ? Elle ne réussirait qu'à faire céder les points fraichement cousus et raviver les brûlures de son dos. Il y avait quand même une frontière nette entre la fierté et l'inconscience. Ours pouvait en témoigner.

« Je vais chercher manger. Ca doit être prêt maintenant. » Le soleil était levé depuis quelques heures déjà et les squaws s'attelaient déjà au déjeuner en compagnie des enfants affamés. Leur prendre des vivres pour rassasier le pirate serait chose aisée, même s'il se préparait déjà à une foule de regards noirs.

Tournant la tête vers Serval, il se confronta à son regard interrogatif. Mais Kokoï la fixa sans répondre à sa question. Lui laissant ainsi toute la possibilité de choisir du sort de la pirate. Si la jeune femme était son apprentie, il lui était important d'établir entre eux une relation d'équivalence, même dans ses leçons. Kokoï n'était pas le seul guérisseur du clan, ni le plus important. Et il était hors de question qu'il donne des ordres et mène le tipi des soins à la baguette. Serval était assez âgée, assez intelligente et assez sage pour décider seule de la liberté du pirate.

Et encore une fois, elle ne le déçue pas.

D'un simple sourire, Kokoï affirma ses propos. Le clan, c'était une bonne idée. Les Piccaninny n'avaient rien à cacher et Hibou, puisque tel était son nom - un nom de Delaware, mais il ne commettrait pas l'impair de le lui faire remarquer - serait parfaitement en sécurité et surveillé au milieu des tipis.

« Nous n'avons pas chaines de métal. Nous n'avons pas cordes pour tenir en laisse. Tu n'être pas un chien. » Et comme pensé plus tôt, Hibou n'irait pas bien loin avec une jambe dans son état.

Sortant du tipi, Kokoï laissa Serval gérer son absence sans malaise ou manque de prudence. A grands pas rapides il se rapprocha du feu, le regard ferme, décidé à couper court à toutes conversations. Pourtant, cela n'empêcha pas Chèvre Amère de se rapprocher, les sourcils froncés, tendant une main vers la louche qu'il voulu saisir, sans toutefois le toucher - la vieille n'était pas stupide.

« Pour qui ?
- Le pirate.
- Mérite pas de la viande. Mérite du pain de terre. Et le fond des abreuvoirs des chevaux.
- Puma Sanguinaire les veut en bonne santé.
- Pour l'eau. Pour les échanger. Et ils reviendront tuer nos hommes, prendre les femmes, piétiner les enfants ?
- Ce n'est pas à moi de décider Chèvre. Mais c'est à moi de veiller à leur santé. Laisse moi lui prendre de quoi. »

La peau-rouge lui lança un regard mauvais, sans plus l'empêcher de se servir. Marmonnant dans sa barbe des propos indistincts qui ne devaient pas être des compliments, ni pour Hibou, ni pour Kokoï - une tête brulée, un inconscient qui s'en allait chercher les morts chaque jour, qui ne laissait pas les cercles se tracer et s'effacer dans les temps du Grand Esprit - elle finit par observer la gamelle d'un oeil mauvais.

Et cracha dedans.

« C'mettra du sel. » Avant de faire demi-tour d'un pas claudiquant. Dans sa jeunesse, elle avait scalpé assez de pirates pour construire un tipi en cheveux plutôt qu'en peaux, se plaisait-elle à raconter. Et elle gardait un couteau rouillé pour la tonsure de Hook quand il viendrait à tomber entre ses mains. Elle en voulait à Puma, l'ancienne, de ne pas les écorcher en plein centre cérémonial. Ils n'avaient pas besoin des pirates pour survivre. Ils n'avaient pas besoin de traiter avec eux.

Ni besoin de les adopter, mais cette dernière phrase, adressée semble-t-il à Hyène, ne trouva pas d'échos. Hyène était bien la seule que Chèvre craignait autant qu'elle la respectait. Un pouvoir de grande gueule sans doute, mais Kokoï fut soulagé d'être sous la protection de la chasseuse.

Touillant la gamelle sans se permettre de jeter la viande tâchée, il revint au tipi. Et posa l'écuelle sur les genoux de Crow. Son sang coagulait déjà à ses doigts boursoufflés. Mais il lui tendit un baume de menthe sauvage.

« Lave mains. » Avant de se reculer. Et de s'adresser à Serval. « Tu te sentirais, en tant que squaw, de prendre le relais de ces soins ? D'être avec elle à ses côtés ? Les peaux-rouges sont mécontents de sa présence. Tu es calme. Tu es douce. Tu sauras les apaiser par ta présence. Tu sauras mieux la défendre que moi. Je risquerais de les blesser sans le vouloir. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Ven 20 Nov - 5:17

Kokoï sortit, Crow se prépara mentalement à se lever, il regardait l'état de ses blessures. Ça n'allait probablement pas être facile, il le savait, mais refusait catégoriquement de rester assis ou allongée plus qu'une journée. Il devait avant-tout s'échapper, il n'avait pas sa place ici, même si on l'avait bien traité. Il ne pouvait pas non plus être assuré qu'on allait prendre soin de lui jusqu'à la fin, sans parler de la liberté qu'il perdrait, vis-à-vis le Jolly Roger.

Il sentit des pas revenir, quelques minutes plus tard, puis aperçu Kokoï Avide arriver avec un plat de poterie fumant, qu'il déposa aux pieds de Crow. Le pirate ne savait pas exactement ce qu'il y avait dans ce bol, ni ce qu'ils pouvaient y avoir mis, mais il avait faim, il devait manger.

C'est sans attendre que Crow attrapa avec ses mains la viande très...Très chaude pour l'ingérer d'un seul coup. Une grimace, le dos qui se tendit. Cette viande était définitivement trop chaude pour la manger maintenant.

Donc il attendit.

Puis attendit.

Les minutes passées, il se remit à manger le plat qu'on le lui avait servit, il était pas mauvais, mais pas au point de la bouffe qu'on leur servait sur le Navire, c'était loin de la gastronomie, ça. Mais pas de gaspillage, Crow avait trop faim pour ça.

C'est donc après avoir finit qu'on le détacha et l'autorisa à se lever pour explorer le village.

Enfin.

Le Hibou posa d'abord une main sur le sol du tipi, puis se donna une poussée pour se lever, un genou sur terre, il y alla lentement, très lentement, faisant gaffe à ne pas trop bouger sa jambe. S'appuyant sur son autre jambe, il se leva presque d'un coup. Il avait les épaules penchées vers l'avant, mais lorsqu'il essaya de marcher, sa jambe blessée le lâcha, il bascula et se tint une main sur sa blessure, échappant un cri de douleur, suivit de sons plaintif, qu'il étouffa par orgueil.

Il fit un signe raide de la main pour exprimer qu'il ne voulait pas d'aide, se redressant à nouveau de lui même. Son dos était cette fois-ci plus droit, il regardait la fente de la sortie et gardait le menton haut, titubant vers ce qu'on appelait la porte du tipi, poussant les peaux pour sortir et, se faire éblouir par le soleil qui lui avait, oui, manqué. Il respira un bon coup et marcha, lentement, très lentement vers l'extérieur, s'arrêtant pour se pencher vers sa jambe, qui lui était terriblement douloureuse. Il jeta ensuite un regard sur la foule qui, un à un se mettait à le fixer, regard noir, regard moqueur. Certains en le voyant se mettait à l'imiter boiter, d'autres s'immobilisaient ou cessait leur tâche pour le détailler, rire et se moquer. Des hommes peaux-rouges l'observaient, elle, pas lui. Se mettant à scruter les courbes qui paraissaient désormais, sous ces peaux, sans bandages pour couvrir sa poitrine.

Il les regardaient alors en échange, impassible, l'air grave, et se mettait à marcher, lentement mais surement, dans la cours des indiens. Il avait de la difficulté à se tenir, mais il ne se laisserait pas crouler sous tous ces regards haineux. Puis il s'arrêta, se pencha à nouveau sous une douleur tandis ce que son souffle s'entre-coupait, respirant par la bouche pour ne pas faire trop de bruit.

À nouveau redressé, il regardait maintenant les outils à porté de mains, des bâtons, des sarbacanes, couteaux et autres. Il pouvait se servir de tous ces objets pour fuir, de les voler furtivement, mais pas maintenant, il devait attendre.

Des hommes tout autour se mettaient à rire grassement à voyant l'état misérable - il allait l'avouer - de Crow.

Vengeance.

Riront-ils lorsqu'il les éventera, jusqu'au dernier. Qu'il les scalpera pour en faire des perruques. Riront-ils lorsqu'il tuera enfants comme femmes, qu'ils tortureront leur proches sans le moindre remord.

Les voir se moquer ainsi fit grandir chez Crow une haine, ses yeux brillaient de colère, pourtant impénétrables. Il bouillait à l'intérieur et se promettait une vengeance, de toutes les façons possibles, il se vengerait d'eux, même s'il ne s'agissait pas de violence, il allait leur montrer qu'il était puissant. Quoiqu'il le prouvait un peu rien qu'en était debout aujourd'hui, alors que la veille il mourrait sur le pont du navire.

Il prouverait un jour qu'il est puissant, qu'il est quelqu'un, femme ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Ven 20 Nov - 12:20

Serval Délicate s'était affairée à appliquer un baume apaisant sur la couture fraichement faite à la jambe de Crow et, sitôt Kokoï Avide revenu, l'écouta avec attention avant de hocher gravement la tête en se relevant. Oui, elle prendrait soin de ce Pirate, non pas parce que son statut de squaw la faisait paraitre plus vulnérable à ses yeux -si elle était de l'équipage, ce n'était certainement pas pour son minois- mais parce que c'était son devoir et qu'elle l'accomplirait, fut-ce au risque d'encourir la colère de certains des leurs. Puma Sanguinaire avait ordonné et chacun se devait d'obéir à ses ordres, car il était leur chef et, malgré sa grande puissance, ne manquait pas de sagesse. C'est ainsi que la jeune femme profita que Crow attendait pour manger son repas, encore trop chaud, pour y ajouter quelques herbes médicinales au goût particulier, mais qui assurerait ainsi une certaine hygiène à ce repas.

- Goût moins bon avec herbes, mais herbes aider à guérir.

Le Pirate avait grimacé, n'appréciant visiblement pas le mélange des herbes avec la nourriture, mais il avait tout mangé, sous le regard attentif de la Guérisseuse qui avait acquiescé doucement. Bien, au moins ne se laissait-elle pas mourir de faim, sa volonté était indéniable, tout comme lorsqu'elle voulu se mettre debout et que la Piccaninny accouru pour la soutenir. D'un geste elle la repoussa, sans réelle violence, mais avec l'intention évidente de réussir à se mettre debout seule, quittant l'abri du tipi pour affronter la canicule du dehors et les regards des membres de la tribu. Son frère, Kokoï Avide, lui avait confié la mission d'être à ses côtés, aussi Serval Délicate sortit-elle avec des béquilles faites mains, celles qui servaient à certains blessés, comme dernièrement le jeune Faucon qui était tombé de cheval quelques lunes plus tôt et s'était brisé la jambe, pauvre garçon. Heureusement il s'était bien remis et, aujourd'hui, il galopait aussi vite qu'un Mustang. Il y eut des regards, une fois la Pirate hors du tipi. Leur tribu était réputée pour son respect envers les femmes, mais si les squaws se contentaient d'écarter les papoopes en lançant des regards mauvais, il y eut certains guerriers, de jeunes guerriers et d'autres à peine sortis de l'enfance, pour commencer à ricaner en observant le pas difficile du prisonnier. On parlait dans leur langue en désignant Crow, on disait que les Pirates étaient des aveugles qui n'avaient même pas vu qu'il y avait une femme parmi eux. D'autres imitèrent le boitement de la pirate et, cette fois, ce fut Serval Délicate qui s'avança d'un pas vif. Elle vint faire face à Crow, la fixant d'un air à la fois autoritaire et bienveillant, lui plaquant fermement les béquilles dans les bras avant de se retourner vers les autres, faisant quelques pas avec un regard furieux qu fit taire immédiatement les rires.

- Vous devriez avoir honte ! On se moque des ennemis au combat, pas de ceux qui sont tombés. Regardez-vous ! On dirait des chacals sans honneur tout juste bons à s'abaisser au niveau des pirates ! C'est indignes de notre tribu et de nos guerriers qui ne sont plus !

Rares étaient les fois où Serval Délicate haussait la voix et faisait valoir son autorité de guérisseuse, mais son Frère lui avait confié la blessée, tout comme leur chef avait exigé qu'ils soient soignés et traités convenablement. De ce fait, elle ne laisserait personne se moquer impunément de la Pirate alors que celle-ci faisait tout pour se tenir, debout et fière, face à eux.

- Cette squaw est une guerrière, elle a fait couler le sang de nos braves et mérite donc notre respect. Retournez chasser et chercher de l'eau pour les papooses au lieu de vous moquer.

La silhouette de Kokoï Avide se découpa dans la lumière à ses côtés et Serval Délicate su alors qu'il était près d'elle, à la soutenir en tant que Guérisseur, mais également en tant que Frère. Non, personne ne dira des Piccaninny qu'ils n'ont aucun honneur ni aucun respect, car la jeune femme ferait ce qu'il faut pour que chaque chose soit faite convenablement. Elle revint vers Crow, laissant son ainé prendre le relai, offrant un doux sourire à la pirate, de ceux dont elle avait le secret.

- Ca aider à marcher. Hibou prouvé courage, pas besoin rouvrir blessure. Marcher avec bâtons, pour Serval Délicate.

Elle posa sa main à l'emplacement de son propre cœur, pour lui montrer que cela lui ferait plaisir qu'elle accepte, son sourire se faisant apaisant dans sa douceur, autant que le ton de sa voix.

- Pas faire attention à eux. Trop jeunes, tête en feu, comment vous dites... impulsif ? Toi bien traitée avec nous. Moi et Frère, Kokoï, promettre te soigner toujours. Toi pas colère contre jeunes guerriers, toi courageuse. Serval le sait.

Elle s'assura ensuite que Crow ajustait correctement les béquilles et s'appuyaient bien dessus, sans quoi la plaie à la jambe allait se rouvrir en faisant sauter les points, c'était là une certitude absolue et la Pirate devait forcément le sentir, au vu de la douleur qu'elle avait tenté de dissimuler au mieux lorsqu'elle avait "trébuché". La jeune femme Guérisseuse lui désigna l'abri d'une grande peau tendue pour permettre de s'abriter un peu du soleil brûlant, avec de l'eau fraiche dans un grand récipient où chacun venait se servir une louchée quand le besoin se faisait sentir. Cette eau-là, personne ne la souillerait jamais et elle demeurait encore fraiche.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Ven 20 Nov - 17:32

- Crow, Serval
Recoudre, résoudre





Les pensées ne pouvant être entendues, Kokoï se moqua bien des sourcils froncés de la pirate, surveillant seulement du coin de l'oeil qu'elle termine son assiette, crachat ou non. Une vague culpabilité le saisit au corps quand Serval y ajouta des herbes et goûta à la viande avant de lui rendre son assiette, mais il n'y avait rien à avouer, ni faute ni erreur, aussi garda-t-il silence, attendant simplement que la squaw prenne le relais des soins, rangeant son propre matériel. Attachant ses tresses pour ne plus les laisser pendre dans son dos, en poids mort désagréable l'effleurant parfois d'une aiguille dissimulée, il prit conscience des efforts d'Hibou pour sortir du lit. Vacillante mais déterminée, cette dernière finit par se trainer à l'ouverture du tipi. Vite suivie par Serval.

« Les béquilles ? » Demanda simplement le guérisseur mais déjà sa compagne s'était précipitée pour les attraper et les ramener à la pirate vite enfuie. Kokoï poussa un soupir désoeuvré, certain que cette folle, satisfaite de liberté, arriverait à faire sauter ses points par des gestes malheureux. Mais les rires d'au-dehors lui firent abandonner son rangement. Et Kokoï sortit à son tour, les sourcils froncés, curieux de savoir ce qui provoquait cette hilarité chez les peaux-rouges.

Ils étaient là, attroupés face à Hibou et Serval, se moquant visiblement de l'état pathétique de la première. Le regard de Kokoï se froissa de désapprobation mais il n'eut pas le temps de répliquer que son amie s'en était déjà chargée, les mots justes et le ton ferme, presque colérique. Aussitôt les peaux-rouges se renfrognèrent, jeunes ignorants, trop exaltés et encore inconscient du respect que l'on doit à l'ennemi que l'on combat.

D'un simple pas en avant, le dos bien droit et les yeux rivés sur les plus jeunes, Kokoï empêcha toute réplique désobligeante, si l'un d'eux pensait la prononcer. Mais Serval n'avait pas besoin de lui pour se faire respecter. Et la main qu'il posa sur son épaule était aussi inutile que la leçon à répéter. Chacun avait bien compris sa tâche et tous retournèrent à leurs occupations, délaissant le Hibou au regard furieux.

« Serval parle avec justesse. Nous demeurons à tes côtés. Ne casse pas tes points. Avance prudemment. » Avançant lui-même vers la toile tendue précédemment désignée, il se servit une louche qu'il but patiemment, avant de la remplir, et de la tendre à Serval, puis à Hibou. Qu'elle la prenne ou non, l'attention de Kokoï était à autre chose. Un groupe de chasseuses revenait du clan, une proie fraîchement abattue tendue entre elles sur un bâton de bois. Elles discutaient vivement, se volant la vedette pour le succès de cette traque. Et passèrent rapidement près de la pirate, l'une d'elle lançant une réplique.

« Z'ont des squaws peaux-rouges chez les pirates ? » que les autres reprirent vivement. « Elle a peut-être tué nos braves comme les autres hommes. Peut-être plus encore. »
« Rien ne vaut une squaw pour prendre un homme. »
« Celle-ci se faisait passer pour un des leurs, pas vrai Kokoï ? »
Puis dans la langue anglaise, elle lança à Crow. « Reprend des forces. Toi et moi on verra qui de squaw pirate ou de squaw piccaninny est la plus forte.
- Zèbre Affranchie, as-tu vu Hyène Ricanante ? » La coupa Kokoï d'une voix douce. Qui reçu en échange un regard amusé et flatteur.
« Ta mère doit s'occuper de l'autre prisonnier. Telle qu'elle est. Mamba va mieux ?
- Mamba va bien mieux.
- Et le mignon papoose que tu caches sous ta tente ? »


D'un regard à Serval, Kokoï assura sa réponse.

« Il va bien lui aussi.
- Alors file retrouver ta mère, guérisseur grenouille. Et balade donc cette squaw, qu'elle sache ce qui l'attend si elle cherche la guerre. Essaye donc de lui faire quitter les bancs de ces forbans qui prennent les femmes et les enfants. Elle a plus sa place parmi nous, avec sa tête et ce regard qu'elle me lance »
Et riant, Zèbre Affranchie s'éloigna en compagnie des autres, la tête fièrement relevée et les rayures de son essence apparaissant sous les rayons du soleil.

Kokoï la suivit du regard avant de faire un signe à Serval et à Hibou.

« Nous sommes sortis pour promenade. Alors allons promener. »


La suite ICI

Revenir en haut Aller en bas
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1717

MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   Jeu 26 Nov - 18:44

The End


La philosophie des Piccaninny,
Se révèle parfois plus sage qu'il n'est établi,
Ainsi Kokoi poursuit son grave enseignement,
Sur les chemins de vie, sanglants ou verdoyants.



FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recoudre, résoudre !   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Recoudre, résoudre !
» Il ne parvient pas à "résoudre" p.nabaztag.com.
» Résoudre l’énigme de Rolo sur l’ile du temps figé
» Une nouvelle énigme à résoudre... Un nouvel individu
» Jeu anormalement lent, solution paradoxale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Villages Peaux-Rouges :: Le Village des Piccaninny :: Le Centre Cérémonial-