Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Thomas Psy Whitman
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 240
✘ SURNOM : Le Penseur
✘ AGE DU PERSO : La trentaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Présentation
Fiche de Liens
Tableau
Playlist
Musée des horreurs




MessageSujet: Égarés    Ven 27 Oct 2017 - 10:32

Le silence s'étire, brisé seulement par un anarchique battement d'ailes. Je vois passer une corneille à trois yeux, la trajectoire tordue. Elle vole un moment, avant de s'évaporer dans la brume. Puis, plus rien.
Ma main se pose sur l'écorce d'un arbre proche. Noir, longiligne : ils parsèment le paysage comme un tapis d'épine décharné. Au sol, une toundra sèche s'étend à perte de vue. Des carex, des graminées... Une infinie variété de mousses mornes, autant de lichens pour ronger les surfaces, grimper aux arbre. Tout est gris ou verdâtre, en dehors des fût noirs.
Au loin, le paysage se noie dans le brouillard épais, mais l'on devine aisément qu'il se poursuit sur des kilomètres. Identique... Morne, tout juste angoissant.

D'un bref mouvement de tête, je jette un regard en arrière : le triangle qui m'a mené ici clignote doucement, comme pour me narguer de ne l'avoir pas remarqué. Impossible de l'emprunter pour rebrousser chemin, toutefois... Il semblerait que la chose fonctionne à sens unique.
Tant pis.
Cette mésaventure aura, au moins, le mérite de m'en enseigner les effets. Cela fait un moment que les anecdotes se multiplient à leur sujet, au port. Des hommes reviennent des quatre coins de l'île, hébétés. D'autres ne reviennent pas du tout. Mais il aura fallu un moment pour que le lien soit formellement établis entre ces triangles et les téléportations impromptues.
Certains en venaient même à développer une forme de superstition à l'endroit des triangles en général, au point de partir chercher des amulettes auprès des bayouteux.
Folie passagère...

Quant à moi... Il semblerait qu'à défaut d'attente anxieuse, il me faille embrasser la réalité de ma situation : l'on disait beaucoup de choses sur la contrée des monstres. Je suppose que l'occasion m'est à présent donnée d'examiner cela par moi-même.

Ma main quitte doucement l'écorce rêche de l'arbre noir. Je jette un regard vers le ciel, dans l'espoir un peu vain d'y voir scintiller un point de repère... Mais il semblerait que la brume soit trop épaisse, pour le moment. Elle me cerne de toutes parts, me réduisant à l'état d'un insecte que l'on aurait capturé sous une tasse en porcelaine.
Je n'ai plus qu'à m'en remettre à la chance, pour espérer quitter les lieux dans les plus brefs délais. J'entreprends donc d'avancer, relativement confiant en dépit de la situation.

Quelques cris, çà et là... Des bruissements au loin. Rien d'inquiétant, seulement une présence diffuse, vague. Peut-être suis-je observé : sans doute. L'on dit que les monstres de la contrée ne sont pas tous dangereux. Certains seraient même ouvertement accueillants.
Je suis curieux. Un peu.

Mon regard est soudain happé par un scintillement léger : j'approche et découvre un autre de ces passages facétieux, en tous points semblable à celui qui m'a mené ici. J'hésite à le toucher, toutefois... Ma situation n'a pas besoin de s’aggraver. Et l'idée de jouer mon sort à pile ou face me déplais quelque peu.

Tant-pis. Me redressant, je décide de m'éloigner du passage et trouver une autre issue. La journée est à peine entamée : j'ai du temps devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renarde Fleurie
avatar

♐ Guérisseur des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 124
✘ SURNOM : la Douce ;
✘ AGE DU PERSO : la vingtaine ;

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5 ;
✘ LIENS : a fox is a wolf who sends flowers.

MessageSujet: Re: Égarés    Jeu 9 Nov 2017 - 17:59

- Regardes où tu mets les pieds un jour tu vas finir par avoir de sérieux problèmes !

Pour toute réponse, Renarde Fleurie leva les yeux au ciel. Doli, perchée sur la branche d'un arbre, la toisait de ses petits yeux brillants tandis que la peau-rouge se redressait, s'éloignant du buisson duquel elle venait de cueillir quelques baies.

La Douce jeta un regard vers le ciel, qui s'était couvert d'un coup. De gros nuages étaient apparus. Faisant quelques pas pour se rapprocher de sa compagne animale, la Huron essuya ses mains tâchées de terre sur sa tunique, y laissant quelques traces qui se mêlèrent à celles qui étaient déjà là depuis quelques temps.

Il fallait bien se salir les mains de temps à autres - elle n'était pas du genre à se plaindre. Contrairement à Doli.

Renarde secoua légèrement la tête, manquant de faire tomber les primevères violettes qui se trouvaient dans ses cheveux - elle fit quelques pas de plus, avant de se stopper. Son regard fut immédiatement attiré par la source de lumière sous ses pieds.

Un triangle ?

- Que ?

Oh non, fut tout ce qu'elle pu penser, avant d'être happée par la source lumineuse. Elle entendit les couinements de Doli, puis plus rien. Clignant des yeux, tentant de repérer où elle se trouvait, elle vacilla quelques instants.

Encore une manifestation du caractère farceur de l'île et de son Roi.

- Doli ?

Mais la belette n'était pas avec elle - évidemment, elle avait dû assister à la disparition de Renarde depuis son arbre. Tant mieux, d'un certain côté - la peau-rouge n'aurait pas à supporter ses plaintes et ses remontrances. Elle pouvait les entendre d'ici. "Je t'avais dit de regarder où tu mettais les pieds!". Un léger sourire naquit sur les lèvres de la Douce, avant de disparaître - son regard s'assombrit légèrement en voyant la faune autour d'elle.

La Contrée des Monstres.

Elle était bien loin du Bois Joli, maintenant.

Ici, le sol était dur - elle pouvait le sentir sous ses pieds nus, rugueux, loin d'être accueillant. Par réflexe, sa main se porta à sa besace - sentir le contact familier de la liane tressée sous ses mains la rassura un peu.

Les arbres noirs qui se dressaient devant elles semblaient la toiser avec malveillance - et la silhouette qui lui faisait face un peu plus loin la poussa à reculer légèrement. Grande, fine, masculine.

Une créature, ou bien un humain ?
Illusion ou réalité ?

Elle n'était pas une guerrière. Tout ce qu'elle savait faire, c'était courir, très vite, sans se retourner. C'était exactement ce que son instinct lui soufflait de faire. Est-ce que cela serait d'une quelconque utilité ici ? Pourrait-elle échapper aux monstres seulement en courant ?






Lost in skies ♒︎ of powdered gold Caught in clouds of silver ropes Showered by the empty hopes As I tumble down, falling fast to the ground.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Psy Whitman
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 240
✘ SURNOM : Le Penseur
✘ AGE DU PERSO : La trentaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Présentation
Fiche de Liens
Tableau
Playlist
Musée des horreurs




MessageSujet: Re: Égarés    Sam 11 Nov 2017 - 19:56

L'air se tend. D'impression fugace, j'ai désormais l'intuition franche d'être épié. Reliquat de sixième sens : quelque chose en moi crie de rester sur mes gardes. Je marque l'arrêt et tend l'oreille, à la manière d'un chien de chasse. Et c'est poussé par cet instinct que, finalement, je décide de faire volte face, afin de jeter un œil derrière moi.

Quelqu'un : une femme. Sa silhouette contraste distinctement d'avec les arbres sombres. Elle est petite, svelte, à la manière d'une jeune pousse. Je distingue sans peine, dans ses traits, le sang des peau-rouges natifs de l'île. Un sang métissé, à en juger par la clarté relative de son teint et ses traits. Mais le plus étonnant réside sans conteste dans la teinte particulière de sa chevelure : vert de feuille tendre. Les étrangetés physiques sont monnaies courante, ici bas... Je suppose que celle-ci s'attache aussi à quelque anecdote.

« Qu'es-tu ?

Je demande. Une indienne égarée, comme moi... Ou bien ? Je ne suis pas d'humeur à me faire piéger par une créature.

« Tu es seule ?

J'ajoute, la voix claire et forte. L'idée de me faire surprendre par une bande d'indien ne me tente guère plus que de frayer avec les bêtes sauvages. J'ai suffisamment confiance dans mon habileté à déceler le mensonge pour me permettre une question aussi frontale. De la confiance additionnée à un défaut de patience, à dire vrai...
Quand à expliquer sa présence ici... Hé bien, je présume qu'elle est le fruit d'un accident semblable au mien. Cette femme semble bien frêle et mal équipée. L'idée qu'elle soit partie de son propre chef au cœur de la contrée des monstres ne me convainc guère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renarde Fleurie
avatar

♐ Guérisseur des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 124
✘ SURNOM : la Douce ;
✘ AGE DU PERSO : la vingtaine ;

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5 ;
✘ LIENS : a fox is a wolf who sends flowers.

MessageSujet: Re: Égarés    Jeu 16 Nov 2017 - 12:59

Ce qu'elle est ? Le corps Renarde se tendit le temps de quelques secondes - et s'il décidait de l'attaquer pensant qu'elle était une menace ? Ce n'était pas comme si elle était vraiment capable de se défendre - c'était là une de ses plus grandes faiblesses.

Pour toute réponse, elle leva brièvement les mains en l'air - montrant qu'elle n'était pas armée. C'était déjà bien visible à sa tenue - tout ce qu'elle portait étaient sa tunique, et sa besace. Rien d'autre. La seule chose tranchante qu'elle possédait était un minuscule couteau qui lui permettait de trancher les tiges - et il n'était pas très aiguisé.

- Seulement une guérisseuse huronne. Son regard méfiant toisait son interlocuteur. Je vous retourne la question. continua-t-elle tranquillement.

Nulle animosité n'émanait d'elle. Et puis, pouvait-elle seulement se permettre d'être menaçante ? Elle était loin d'être impressionnante.

Un léger soupir s'échappa de ses lèves tandis qu'elle jetait un regard aux alentours.

Si elle était seule ?

- Oui. Elle secoua légèrement la tête. Je n'avais pas prévu de me retrouver ici. dit-elle, désignant du bras les longs arbres noirs et la flore sèche qui les entouraient.

Puis, elle pencha légèrement la tête tandis qu'une légère lueur brillait dans son regard - de la curiosité.

- Et je suppose que vous nous plus .. ?

Si la voix de son interlocuteur était forte, trahissant sa méfiance, celle de la Douce, elle, était beaucoup plus tranquille - elle gardait pas une certaine prudence néanmoins. Il lui suffisait d'un regard à l'attention de son interlocuteur pour comprendre qu'elle ne ferait pas le poids s'il décidait de faire quoi que ce soit. Elle ne savait rien de lui - et c'était réciproque, leur méfiance mutuelle n'était pas infondée.

Surtout que, sur l'île, on ne savait jamais à quoi s'attendre.






Lost in skies ♒︎ of powdered gold Caught in clouds of silver ropes Showered by the empty hopes As I tumble down, falling fast to the ground.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Psy Whitman
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 240
✘ SURNOM : Le Penseur
✘ AGE DU PERSO : La trentaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Présentation
Fiche de Liens
Tableau
Playlist
Musée des horreurs




MessageSujet: Re: Égarés    Ven 17 Nov 2017 - 22:39

La jeune femme lève les mains docilement. Elle me montre qu'elle ne porte aucune arme, qu'elle n'est pas une menace. Je continue de l'observer sans mot dire. Puis, coopérant toujours, elle répond à mes questions. Une guérisseuse huronne : cela lui va bien et ne me surprend guère. Elle n'a pas l'allure menaçante d'une Piccaninny, pas plus que l'apparence fantasque d'une Delaware. Quand à la raison de sa présence ici... Il semblerait qu'effectivement, elle soit identique à la mienne.

C'est donc tout naturellement que j'acquiesce à sa dernière remarque.

« Vous avez marché sur un triangle.

Fais-je d'un ton ironique. A croire que ces choses avaient été conçues pour favoriser les rencontres incongrues.

« Oui, c'est aussi ce qui m'est arrivé.

Je hausse les épaules, fataliste. Le silence retombe sur nos têtes, tandis que mes iris glacier s'affairent à la détailler. Elle semble sereine, en dépit d'une pointe de méfiance fort à propos. Le calme et la tranquillité doivent certainement compter à la liste des traits les plus saillants de sa personnalité. Quelques secondes s'écoulent, puis je reprend.

« On m'appelle Psy.

Je détourne alors les yeux en direction de la forêt. Par delà la brume, le paysage se répète à l'infini... Morne, aliénant. On le croirait presque sans fin.

« Pirate... Matelot.

La chose est assez évidente, mais qu'importe.

« Écoutez... Fais-je, avant de prendre un instant pour songer à la suite. Je serais ravi de poursuivre cette conversation, mais l'endroit me semble assez peu approprié pour cela.

Je fais quelques pas dans sa direction, de sorte à pouvoir baisser la voix. Mon regard furète toujours à droite et à gauche, alerte.

« Nous pouvons nous séparer ici, ou bien chercher une issue à cet endroit ensemble. Je ne vous forcerai à rien, sachez juste que je ne tiens pas à m'attarder...

A ces mots, je lui adresse un dernier regard, plus appuyé. Presque perçant. Les peau-rouges me sont étrangers en terme de fréquentation et de mœurs. Je ne connais d'eux que ce qui se raconte au port... Autant résumer cela à tout et n'importe quoi. Cela dit, l'idée de prêter ma confiance à cette femme ne me semble pas exagérément téméraire... Mais si elle n'en veut pas, je n'insisterais pas.
Ce n'est pas le moment de tergiverser.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renarde Fleurie
avatar

♐ Guérisseur des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 124
✘ SURNOM : la Douce ;
✘ AGE DU PERSO : la vingtaine ;

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5 ;
✘ LIENS : a fox is a wolf who sends flowers.

MessageSujet: Re: Égarés    Dim 19 Nov 2017 - 14:35

Lui aussi a subi la même mésaventure ? L'île fait bien les choses (ou mal, cela dépend du point de vue). Pour toute réponse, la peau-rouge secoua hocha légèrement de la tête - maintenant, que faire ? La réponse s'imposait d'elle-même : quitter cet endroit au plus vite. Elle n'était pas à l'aise ici.

Psy. Un pirate.

La Douce hausse les sourcils. Un pirate. Elle qui se méfiait d'eux se retrouvait à faire équipe avec l'un d'entre eux - était-ce là un tour de l'île, qui se jouait des craintes et angoisses de ses habitants ? Cela ne l'aurait pas étonnée.

- Renarde Fleurie. souffla-t-elle, se présentant à son tour. Après un court silence, elle ajouta : Mais Renarde suffit.

Elle avait fini par se rendre compte que les noms peau-rouges sonnaient étranges aux oreilles des Visages Pâles, parfois à cause de leur longueur - et beaucoup préféraient les raccourcir. Cela ne la dérangeait pas personnellement, mais elle savait que certains de ses camarades n'aimaient pas ça.

- J'aimerai rentrer au plus vite également. répondit-elle, jetant un regard circulaire autour d'eux.

Les arbres noirs semblaient menaçant, sans parler de la nature qui semblait morte - mais aux légères agitations qu'elle percevait, et aux sons qui lui arrivaient aux oreilles, elle pouvait sentir la Vie.

Son regard vif se posa sur Psy, tandis qu'il avançait légèrement dans sa direction - la Douce réprima un mouvement de recul. Des années de méfiance envers les pirates, voilà ce que cela lui avait fait - qui pouvait l'en blâmer ? Elle n'avait entendu d'eux que des horreurs, et n'en avait rencontrés que très peu.

Nouveau hochement de tête de la part de la Huronne.

Elle n'était pas contre l'idée de faire équipe avec lui - peut-être était-il plus combatif qu'elle. Renarde leva la tête, fixa une dernière fois les alentours - comme pour analyser la meilleure direction à prendre.

Un sifflement s'échappa de ses lèvres - aigu, identique à celui poussé par les oiseaux du Bois Joli. Puis le silence, pendant quelques secondes, avant d'obtenir une réponse un peu plus loin.

- Par là-bas. lança-t-elle, désignant du bras le nord.

Si cet endroit était apprécié par les monstres, logiquement, les animaux de la forêt en seraient plus éloignés n'est-ce pas ? Ainsi, il leur faudrait aller dans la direction des sifflements obtenus en réponse - à supposer qu'ils arrivent à les atteindre.

Pour être sûre, elle recommença une nouvelle fois - la réponse fut plus rapide, cette fois. Elle laissa échapper un léger soupir rassuré.

- Faites attention où vous mettez les pieds - les Monstres peuvent être partout. dit-elle, jetant un regard vers le pirate.

Elle connaissait cet endroit, beaucoup avaient déjà été envoyés dans ces lieux pour récupérer leur fiente, connue pour ses bienfaits efficaces et rapides. Les Monstres pouvaient être de toute taille, toute texture, et possédaient différents comportements - il ne faudrait pas qu'ils écrasent par mégarde un nid ou autre, et s'attirent les foudres d'une mère surprotectrice.

Les femelles pouvaient être très violentes concernant la sécurité de leurs petits.

- Il faut que l'on soit partis avant la nuit. souffla-t-elle, après avoir jeté un regard vers le ciel.






Lost in skies ♒︎ of powdered gold Caught in clouds of silver ropes Showered by the empty hopes As I tumble down, falling fast to the ground.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Psy Whitman
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 240
✘ SURNOM : Le Penseur
✘ AGE DU PERSO : La trentaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Présentation
Fiche de Liens
Tableau
Playlist
Musée des horreurs




MessageSujet: Re: Égarés    Dim 19 Nov 2017 - 15:29

La bien nommé Renarde Fleurie accepte finalement de se joindre à moi, en vue de quitter la contrée des monstres. Ma foi, il semblerait que le destin ait décidé de nous gratifier d'une curieuse aventure. Je dois bien admettre que la perspective ne me déplaît pas.
A la réflexion, ce sera l'occasion d'en apprendre un peu plus sur cette peuplade et, qui sait, affiner mes travaux relatifs à l'île... J'ai toujours trouvé leur place quelque peu... Ambiguë. Ils semblent mener une vie relativement paisible, presque parallèle au reste. Leur rôle n'est pas aussi évident à définir que celui des pirates, des fées ou des sirènes, dans le psychisme de l'enfant roi.

Fort de ces quelques considérations, je suis les manœuvres de ma compagne d'aventure du regard. La manière dont elle s'y prend pour déterminer le chemin à suivre et son assurance à frayer à travers la végétation me laissent à penser qu'elle compte bel et bien au rang des natifs de l'île. La regarder faire a quelque chose d'exotique, moi qui ne suis coutumier que des manières grossières des gens du port. Car en dépit du contraste d'avec le décors terne de la contrée des monstres, elle semble un élément à part entière de la nature environnantes. Comme le détail d'un tableau harmonieux.

« Je vous fais confiance.

Fais-je, avant de m'engager à sa suite. La journée est à peine entamée. J'ai bon espoir que nous quittions cet endroit rapidement... Encore que, peut-être est-ce un peu optimiste de ma part. Je ne sais pas. Nous verrons bien.

« Renarde Fleurie. Fais-je alors, les yeux plantés dans les herbes, à l’affût de quelque monstre à éviter. Puisque cela risque de durer un moment, je me permet de vous faire la conversation...

J'esquisse un petit sourire. Intéressé par la perspective d'un échange enrichissant, je dois bien admettre que notre situation m'inquiète de moins en moins.

« A quoi ressemble la vie d'une guérisseuse huronne ?

La curiosité est un trait contre lequel il est difficile de lutter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renarde Fleurie
avatar

♐ Guérisseur des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 124
✘ SURNOM : la Douce ;
✘ AGE DU PERSO : la vingtaine ;

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5 ;
✘ LIENS : a fox is a wolf who sends flowers.

MessageSujet: Re: Égarés    Dim 19 Nov 2017 - 17:03

Je vous fais confiance. Renarde hocha doucement de la tête à ces mots, tout en continuant sa route. Son regard traînait au sol - elle n'aimait pas du tout cette sensation rugueuse et agressive sous ses pieds. La terre était si sèche, ici. Mais de manière contradictoire, cet endroit semblait vivant malgré tout - étrange.

Discuter avec lui ne la dérangeait pas tant que ça - c'est pour cette raison que d'un léger signe de la main, elle lui fit signe de continuer. Sa question la prit de court.

- Pourquoi cette question ? demanda-t-elle, sur la défensive.

Il n'en restait pas moins un pirate - et elle se méfiait d'eux. Voulait-il des informations ? Apprendre à connaître leurs moeurs ? La Douce se mordit très légèrement la lèvre - si elle avait accepté d'avancer avec lui vers le bon chemin, cela ne voulait pas pour autant dire qu'elle lui faisait confiance.

Fallait-il qu'elle soit autant sur ses gardes avec lui ? Il ne semblait pas mauvais, ou plein de mauvaises intentions. Mais pouvait-elle en être sûre ? Sur l'île, beaucoup avaient l'air bons et se servaient de cette apparence comme d'une façade.

- Ce n'est rien d'extraordinaire. fit-elle, après un court silence.

Pendant un instant elle s'arrêta et leva la tête vers le ciel. Nouveau sifflement. Réponse. Elle faisait en sorte de ne pas perdre le cap - il ne faudrait pas qu'ils s'égarent en ces lieux pour ce bon, cela serait malheureux.

Elle jeta ensuite un regard en direction du pirate, pour voir s'il suivait toujours - il semblait prêter une grande attention à l'endroit où il mettait les pieds. Il avait donc écouté ses mises en gardes - elle hocha de la tête, d'un air approbateur. Il n'était donc pas stupide.

- Nous nous occupons des blessés, malades, peu importe leur appartenance - qu'ils soient humains, animaux, ou créatures.

Pendant quelques secondes, elle attendit que Psy se soit rapproché avant de reprendre sa route, toujours vers le nord.

- C'est beaucoup de travail, mais je suppose que l'on tous faire ça.
Sinon, on n'aurait pas choisi de devenir guérisseurs. Cela ne se passe pas comme ça chez vous, n'est-ce pas ?


Il était vrai que cela leur demandait beaucoup, de soigner les corps et âmes en peines qu'ils croisaient. En énergie, et en ressources - mais les Hurons ne tournaient jamais le dos à un Frère, une Soeur, un Enfant.

- Quel genre de pirate êtes-vous, monsieur Psy ? finit-elle par demander.

On lui avait conté les histoires d'hommes cruels et agressifs, qui semaient la terreur et le mal - il n'en avait pas l'air, comme ça.

Elle était curieuse.






Lost in skies ♒︎ of powdered gold Caught in clouds of silver ropes Showered by the empty hopes As I tumble down, falling fast to the ground.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Psy Whitman
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 240
✘ SURNOM : Le Penseur
✘ AGE DU PERSO : La trentaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Présentation
Fiche de Liens
Tableau
Playlist
Musée des horreurs




MessageSujet: Re: Égarés    Dim 26 Nov 2017 - 18:50

Ma question semble susciter la méfiance de ma jeune compagne d'infortune. Pas assez pour l'empêcher de répondre, toutefois, puisqu'elle s'y employa après une courte hésitation. La suivant toujours j'écoute, non sans attention, ce qu'elle consent bien à me raconter.
A première vue, une vie de dévotion, où toute forme de discrimination serait absente. Je dois bien admettre que cela correspond fort bien au portrait que je me faisais des Hurons. Une tribus pacifique, vivant en accord avec la nature... La chose me semble, malgré tout, un peu lisse.

Mais voilà déjà qu'elle me retourne la question. Esquissant un sourire, je prends quelques secondes pour réfléchir, les yeux toujours alertes.

« Le genre curieux.


Fais-je simplement. Ma foi, cette formule résume bien la chose. Je ne suis pas certain qu'elle soit très réceptive à ma véritable fonction au sein du navire. Renarde fleurie semble de ces âmes pures que la vie aurait épargnée de toute salissure. A ignorer l'ambivalence du réel... Consciemment ou non, cela reste à voir.

« La société pirate est plus complexe qu'elle n'y paraît.


Je poursuis, le ton tranquille. Après tout, cela fait également parti de ses interrogations. Je n'ai guère de mal à avouer que la vision d'une étrangère sur mon groupe d'appartenance, s'il fallait le nommer ainsi, m'intéresse assez.

« L'équipage originel du capitaine est une chose... Mais le gros de ses hommes est avant tout composé d'anciens enfants perdus rattrapés par le grandissement. Vous imaginez bien qu'à partir de là, leur rapport à l'île, à Peter Pan et à leur propre allégeance n'est pas à résumer à de la simple barbarie.


Nombre d'entre eux, à l'inverse, haïssaient chaque camp équitablement. Ou bien tentaient de s'en sortir dans l'indifférence. Dans un cas, comme dans l'autre, il était bien difficile de se départir de ces deux entités antagonistes.
Ayant légèrement hâté le pas, je me trouve à son nouveau. Mon regard bleu s'en vient cueillir ses prunelles viridiennes. Je lui adresse un petit sourire.

« Car c'est comme cela que vous nous percevez, n'est-ce pas ? Des barbares.


La chose est dite d'un ton courtois, comme s'il s'agissait d'une remarque tout à fait anodine.

« Je ne vous donnerais pas tort.


Fais-je alors, en guise de conclusion. Mes yeux la quittent seulement. L'on entendait parfois crier des femmes le soir, autour du port. Parfois, on les retrouvait chez Lady Ruby, quelques jours plus tard. Parfois non. Dans le lot, beaucoup d'indiennes d'allure comparable à celle de Renarde Fleurie.

« Les médecins, chez nous, doivent répondre d'un serment qui les invite à soigner les uns et les autres, indistinctement. Cela revient à peu près à ce que vous m'expliquez de vos mœurs... Cela dit... Je ne connais pas personnellement le médecin du port. J'ignore le détail de ses pratiques...  


Nous progressons toujours vers le nord, guidé par l'expérience et l'instinct de la Huronne. J'ignore s'il s'agit d'un regain de paranoïa ou d'autre chose, mais la sensation d'être observé s'amplifie doucement, au creux de mes entrailles. Pourvu que cela ne soit rien.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renarde Fleurie
avatar

♐ Guérisseur des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 124
✘ SURNOM : la Douce ;
✘ AGE DU PERSO : la vingtaine ;

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5 ;
✘ LIENS : a fox is a wolf who sends flowers.

MessageSujet: Re: Égarés    Sam 2 Déc 2017 - 2:43

- Curieux .. donc vous aimez apprendre des choses ? Poser des questions ? Satisfaire votre esprit ? demande-t-elle d'un ton léger, tout en continuant de marcher.

Elle n'en donne pas l'air, mais ses sens restent en alertent. Ils ont beau avoir l'air hors de danger, ici, tout peut arriver bien vite. L'île testait en permanence ses habitants, et leurs réflexes - il n'y avait qu'à fois comment ils avaient tous les deux terminés ici. Était-ce d'ailleurs un plan de l'Île, de la coincer ici avec un pirate ?

Pour Renarde, l'île agissait comme une entité vivante à part entière, quand bien même son esprit et sa façon de fonctionnaire restait incompréhensible, presque aléatoire.

Psy la rattrape en quelques pas, puis plante ses yeux dans les siens. Sur le coup, ça la déstabilise - qu'est-ce qu'il y a ? Elle a l'impression qu'il va lire dans ses pensées, elle n'aime pas ça. Il a beau être poli, il semble bien différent des pirates qu'elle a pu observer.

Si elle les voit comme des barbares ?

- Oui. laisse-t-elle tomber, sans honte.

C'est la vérité après tout - n'est-elle pas celle qui a craint les pirates pendant des années, et qui le fait toujours ? Elle a toujours fui face à eux, sans demander son reste, ayant entendu ce qui était arrivé à beaucoup de femmes, d'enfants, et d'hommes. Elle ne voulait pas faire partie d'entre eux.

Et pourtant, elle était là, avec Psy. Qu'avait-il de si différent ?

Ce qu'il dit l'intéresse. Il semble conscient de beaucoup de choses, ça l'intrigue comme ça la rend méfiante. Est-ce qu'il s'arrête seulement de penser, parfois ?

Une légère lueur passe dans le regard de la Douce, quand il mentionne le serment fait par les médecins.

- Pourquoi faire un serment ? Cela semble les forcer .. non .. les contraindre. Elle peine à trouver ses mots, qui lui viennent bien moins naturellement qu'en langage Huron.

Faire un serment ... cela lui semble étrange. Chez eux, il n'y a pas de ça. Quand tu deviens guérisseur, tu n'as pas à le dire, tu sais que tu soigneras tous ceux qui en auront besoin. Pour Renarde, ça c'est fait comme ça - elle ne l'a jamais dit, et n'a jamais rien demandé en retour à ses patients.

- Je ne vois aucune contrainte à soigner quiconque en a besoin. continue-t-elle, pensive.

Aucun jugement n'est perceptible dans sa voix, seulement de l'incompréhension et un peu de surprise : il faut dire que pour elle, ça n'est pas habituel de converser avec un pirate.

- Il y a des médecins qui refusent de soigner certaines personnes, d'où vous venez ? qu'elle demande après quelques secondes de silence.

Elle parle de l'Ordinaire, dont les Garçons Perdus et certains Pirates viennent.

Là, son regard se fait un peu plus brillant. Un médecin qui refuse de soigner quelqu'un est-il vraiment un médecin ? Son esprit si pur et dévoué aux autres n'arrive pas à concevoir qu'un soigneur puisse refuser de s'occuper d'une âme en peine ... mais tous ne sont pas aussi altruistes qu'elle, hélas.

- Il n'y a qu'un médecin pour tout le ... Port ? Il a dit "le médecin du port", elle suppose alors qu'il n'y en a pas d'autres. C'est peu, pour autant de monde.






Lost in skies ♒︎ of powdered gold Caught in clouds of silver ropes Showered by the empty hopes As I tumble down, falling fast to the ground.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Psy Whitman
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 240
✘ SURNOM : Le Penseur
✘ AGE DU PERSO : La trentaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Présentation
Fiche de Liens
Tableau
Playlist
Musée des horreurs




MessageSujet: Re: Égarés    Dim 3 Déc 2017 - 18:35

J'acquiesce en silence aux multiples questions de Renarde Fleurie. Apprendre, poser des questions et me satisfaire l'esprit : tout ceci me semble fort bien résumer les choses. Il n'y a rien de plus à en dire. Pour le reste, j'accueille ses réponses du même vif intérêt. La Huronne est franche et cela me plaît bien.

« Il y a un médecin au port et un sur le navire. Nous avons aussi une herboriste, me semble-t-il.

Trois personnes pour l'ensemble des pirates. Le remède le plus convoité demeure néanmoins le rhum, l'opium et les filles... Mais il en faut beaucoup pour nuire aux habitants de la baie. Le temps endurcit les cœurs, fauchait les faibles. Un triste tableau, comme une agonie.

« Il arrive toujours qu'un médecin refuse de soigner un patient. Peu importe les peuples. Ce n'est pas toujours une question d'argent.

Mon regard la détaille longuement. Il est étrange de se trouver aux côtés d'une femme qui n'a jamais connu l'ordinaire. Une pure création de ce monde, en un sens. Née de l'esprit d'un enfant à la Psyché toute puissante... Qu'est-ce qui la distingue des fées, des sirènes et des créatures, en fin de compte ? Son lien avec la magie ? La forme ? L'humanité ?
Rangeant soigneusement ces interrogations dans un coin de mon esprit, je m'en retourne à notre sujet premier.

« Les serments permettent la reconnaissance des pairs. C'est un symbole.
Fais-je doucement. N'avez-vous donc aucun rituel qui requiert des symboles chez vous ?

Ma compagne d'aventure semble bien prompte à préjuger de nos intentions, semble-t-il. Il est absurde de comparer des pratiques culturelles avec sa propre échelle de valeur.  

« Que vaut la parole d'un homme qui ne la donne jamais ?


J'ajoute, l'ombre d'un sourire passant sur mes lèvres. Ne faire aucune promesse, c'est s'abstenir d'avoir à tenir le moindre engagement. En définitive, c'est s'épargner de toute forme de responsabilité vis à vis de la communauté et soi même. L'on ne peut manquer à son devoir, si l'on n'a jamais juré que l'on s'y tiendrait : tous les systèmes moraux nécessitent des promesses et des engagements. C'est ainsi.

« Soigneriez-vous quelqu'un qui a blessé l'un des vôtres ? Et face à un ennemi blessé, dont la survie mettrait en péril votre peuple, que feriez-vous ?

Fais-je alors, après qu'elle m'ait avoué n'éprouver aucune contrainte à l'idée de soigner les individus dans le besoin. Renarde Fleurie semble d'une innocence candide. J'ai envie de voir jusqu'où tient son raisonnement.

« Le Capitaine Hook, par exemple.

Je capte son regard de mes iris glaciers, amusé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renarde Fleurie
avatar

♐ Guérisseur des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 124
✘ SURNOM : la Douce ;
✘ AGE DU PERSO : la vingtaine ;

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5 ;
✘ LIENS : a fox is a wolf who sends flowers.

MessageSujet: Re: Égarés    Lun 4 Déc 2017 - 21:04

- Et cela vous suffit ? s'enquit-elle, d'un ton léger.

Pour une tribu, ils étaient plusieurs soigneurs - alors deux soigneurs et une herboriste lui semblaient peu, mais ils devaient bien se débrouiller vu le ton avec lequel le Penseur lui avait annoncé la chose.

La Douce leva les yeux vers le ciel, étrangement bleu. Autour d'eux, la végétation changeait doucement - les arbres se faisaient de plus en plus nombreux, signe qu'ils s'éloignaient de la Contrée lentement mais sûrement.

- Contrairement aux autres tribus, nous n'avons pas de signes qui nous différencient. Les Delaware chantent autour du brasier, les Picanniny ont des peintures de guerres colorées. Nous, nous n'avons rien de ça. Pas de peinture. Pas de bijoux. Nous sommes très simples. Non pas qu'elle critique le mode de vie de ses pairs - seulement, sa tribu leur est opposée en tous points. Les Hurons sont les moins bruyants des trois tribus peaux-rouges. Peut-être que le manque d'artifice est notre symbole ? continue-t-elle sur un ton interrogatif - elle ne sait pas si elle a satisfait la curiosité du Penseur.

Que vaut la parole d'un homme qui ne la donne jamais ?

Elle met quelques secondes à comprendre le sens de la phrase, mais finit par hocher de la tête.

- Je comprends mieux, je n'avais pas vu les choses ainsi. répond-elle d'un ton d'excuse, elle a jugé trop vite. C'est comme une promesse ? Et pas comme une ... laisse ? demande-t-elle d'un ton un peu plus maladroit - est-ce que laisse était le bon terme à utiliser, laisse ?

Il faut dire que les pirates sont et ont toujours été des barbares à ses yeux - et elle est la première à reconnaître qu'elle les diabolise. Le fait est qu'elle n'a jamais cherché à les côtoyer - c'était l'île qui lui forçait la main aujourd'hui. Peut-être n'était-ce pas une si mauvaise chose.

La question du Penseur est pertinente. Elle hoche doucement la tête, plisse doucement les yeux tout en continuant de faire attention à où elle met les pieds.

Autant être honnête jusqu'au bout - il n'a pas tort, après tout. Elle s'en rend bien compte, la Douce.

- J'aimerai dire oui avec assurance, mais la vérité est que je n'en sais rien. Pause. Elle réfléchit, puis hausse des épaules. Jusqu'ici, je n'ai jamais eu à me poser la question - et j'espère pouvoir continuer à faire ainsi. termina-t-elle d'un ton penseur.

La vérité est qu'elle ne s'était jamais retrouvée dans une situation semblable - peut-être était-ce la raison pour laquelle elle était si assurée. Jamais elle n'avait eu à se poser la question "dois-je soigner cette personne ou non?" pour la simple est bonne raison qu'elle avait toujours croisé la route de personnes supposées innocentes. Animaux, enfants perdus, son Fils ..

Qu'advenait-il de lui à l'heure actuelle ?

La Douce secoua légèrement la tête, avant de se stopper. Quelque chose avait bougé autour d'eux - ou était-ce son imagination et sa méfiance qui la rendaient paranoïaque ?

Mauvais pressentiment. Habituée à écouter son instinct qui grondait en elle, la peau-rouge fit un signe de la main vers le pirate. Jambes fléchies, prête à bondir, elle scrutait les alentours.

- Faites attention. souffla-t-elle.

- Faites attention ! Attention ! Tion ! répéta sur un ton joyeux une voix, à la manière d'un écho.

C'était donc ça, cette sensation qu'elle avait eue ? Celle d'être observée pendant leur trajet ?

Était-ce une créature dangereuse ? Ou bien quelque chose d' "autre" ? Elle n'était jamais sûre de rien, ici.

- Qui est là ? demanda-t-elle une nouvelle fois, cherchant la source du bruit - il lui semblait que la - les ? - voix lui provenait - aient ? - d'un buisson.

- Là ! Là ! Là ! encore une fois, ses paroles furent répétées.

Cela venait bien du buisson.

Fallait-il y aller, ou continuer leur route ? Elle glissa un regard vers Psy - prête à continuer dans la bonne direction, comme à aller voir ce qui se cachait dans ledit buisson.






Lost in skies ♒︎ of powdered gold Caught in clouds of silver ropes Showered by the empty hopes As I tumble down, falling fast to the ground.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Psy Whitman
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 240
✘ SURNOM : Le Penseur
✘ AGE DU PERSO : La trentaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Présentation
Fiche de Liens
Tableau
Playlist
Musée des horreurs




MessageSujet: Re: Égarés    Lun 4 Déc 2017 - 23:32

A la question de la jeune femme, je réponds d'un léger signe de tête marquant la négation. Non, trois personnes pour autant d'hommes, ce n'était pas toujours assez. Outre les affrontements réguliers avec l'un ou l'autre de nos adversaires, il fallait endurer les caprices du ciel... La pluie... Le froid à venir. Mais nous n'y pouvions rien. C'était ainsi.

Renarde Fleurie m'explique ensuite les nuances existant entre les différentes tribus indiennes de l'île. Je l'écoute d'un intérêt redoublé, un léger sourire aux lèvres, comme pour l'encourager à poursuivre. Et lorsqu'elle s'interroge sur la simplicité des Hurons, comme symbole distinctif, je rétorque simplement.

« Oui. Pourquoi pas, après tout ?

De mon habituel ton tranquille... Tout ceci éveille en moi de nouvelles interrogations. Je crois bien que si notre sort n'était pas à ce point incertain, je la questionnerais jusqu'au soir. Mon intérêt croît sans fléchir et il me faut presque user de violence pour me rappeler de rester sur le qui vive.
Fort heureusement pour nous, Renarde Fleurie s'en sort largement pour deux. Le paysage ne semble déjà plus tout à fait le même qu'au lieu de notre téléportation. Des compétences admirables et fort bien à propos.

« Comme une promesse.

Je répète alors, après elle. La jeune femme affiche une attitude humble. Cela lui va bien. Il semblerait qu'elle fasse bel et bien parti de ces individus avec le cœur sur la main. La chose est à ce point inhabituelle pour moi, trop habitué à fréquenter les gens du port, que je peinerais presque à le croire.
Devrais-je en conclure que les mœurs de ces hommes m'ont imprégnés d'une certaine façon ? Moi qui me préserve d'eux avec ardeur, ai-je finalement accepté les normes de cette réalité alternative ? Ma foi, voilà qui me donne matière à réfléchir. Il serait bien présomptueux de ma part de me penser hermétique aux influences. Je vis avec eux depuis près de cinq ans.

D'un oreille toujours attentive, mais les yeux furetant, j'écoute Renarde Fleurie répondre à mes petites questions pièges... Si l'on peut dire. Des réponses censées et bien sages. J'esquisse un petit sourire, tout en lui adressant un regard en coin. Je ne peux m'empêcher de me demander à quoi elle pense, toute songeuse qu'elle est.

Une question qui, cette fois-ci, demeurera sans réponse.  En effet, la jeune femme venait de s'immobiliser au milieu des broussailles, prête à bondir. Par réflexe, je l’imite et tend l'oreille. C'est alors qu'une voix s’élève depuis un buisson à proximité, pour répéter les derniers mots de ma compagne d'aventure.
Mon regard croise alors celui de l'indienne : nous partageons visiblement le même état d'esprit, indécis quand à la marche à suivre dans une telle situation. Me redressant doucement, je prends quelques secondes pour détailler l'espace alentour. Le plus sage serait certainement de continuer notre route tranquillement, en espérant pour que cette chose se lasse de nous filer.

Serrant doucement les poings, je décide finalement d'aller voir. La curiosité est trop forte... Qui plus est, rien ne nous garantit que cette chose nous laisse tranquille, si nous décidons de nous éloigner.
Je fais tout de même signe à Renarde Fleurie de rester en arrière. Quitte à prendre des risques, j'aime autant être le seul à en subir les conséquences.
Doucement, j'avance donc en direction du buisson. Mon pas est sûr, mais je veille tout de même à faire le moins de bruit possible. L'éventualité d'un danger fait grimper en moi une certaine forme d'excitation. J'ai envie de savoir.

Mais au moment de regarder entre les branches et les feuilles, je dois me rendre à l'évidence qu'il n'y a... Rien du tout. Non, rien. Bredouille, je me tourne donc en direction de ma comparse et l'informe, d'un simple haussement d'épaule, de mon constat.

« Je crois qu'on se joue de nous.

« Joue de nous, de nous, nous...


Cette fois-ci, la voix émane de plusieurs autres directions. La cime d'un arbre, une vieille souche, un autre buisson... Trois, quatre voix...

Je retourne auprès de Renarde Fleurie. Mon instinct m'alerte. J'ai le sentiment que tout ceci risque de mal tourner, d'une manière ou d'une autre.

« On devrait s'en aller... vite.

Les voix continuent de répéter mes derniers mots, de plus en plus nombreuses. Bientôt, il y en a tellement que l'on croirait se trouver au milieu d'une foule invisible. Je sens la tension croître le long de mon échine. Il n'y a pas d'issue. Les voix sont partout... Qui parlent... Répètent encore et encore...

Et puis, plus rien.

Silence.

Un rugissement terrifiant retentit dans la brume, faisant taire d'un coup toutes les voix. Je sens mon sang se glacer.
Silence.

« Courrez.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renarde Fleurie
avatar

♐ Guérisseur des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 124
✘ SURNOM : la Douce ;
✘ AGE DU PERSO : la vingtaine ;

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5 ;
✘ LIENS : a fox is a wolf who sends flowers.

MessageSujet: Re: Égarés    Sam 9 Déc 2017 - 13:55

Il se décide à aller voir. Anxieuse, la Douce reste où elle est, gardant un oeil sur le Penseur. N'était-ce pas risquer que d'y aller seul ? Ne devraient-ils pas plutôt continuer leur route, et quitter cet endroit au plus vite ?

Elle n'aimait pas leur situation. Le contexte était étrange.

Bientôt, les voix sont plus nombreuses. Frénétiques. Elles sortent de partout et nulle part à la fois - comme si elles résonnaient dans leur propre tête. Renarde jeta des regards autour d'eux, un peu affolée par la tournure que prenaient les choses.

Mais quelle était cette chose ?

Vite. Vite. Vite. Vite. Vite. Vite. Vite. Vite.

C'est insupportable. C'est intenable. Sa tête va exploser sous toutes ces voix - c'est une sensation désagréable, elle voudrait que ça cesse. Mais comment ?

Le silence revient. Mais elle ne soupire pas. Quelque chose ne va pas.

Son coeur bondit dans sa poitrine à l'entente du rugissement terrifiant qui s'échappe. Cours ! Vite ! Loin ! lui hurle une petite voix dans sa tête - voix que Psy imite bien vite.

Elle hoche de la tête. Courir. Ça, elle sait le faire.

Rapidement, elle sonde les alentours - courir à découvert est une mauvaise idée. Il faut qu'ils retournent vers les arbres, où ils seront couverts, le temps de trouver quoi faire.

Sans plus attendre, elle tira le pirate derrière elle et se mit à courir.

- Par ici ! lança-t-elle, en désignant les arbres, avant de le relâcher.

Le sang-froid reprend bien vite sur la panique - sang-froid qu'elle remercie chaque jour. Si elle se mettait à bloquer à chaque fois qu'elle se retrouvait dans une situation imprévue ou stressante .. elle ne ferait pas long feu.

- ICI ! répétèrent les voix, dans un horrible sont désordonné, grinçant et caverneux.

Pourquoi est-ce qu'elle avait l'impression qu'elles les suivaient ?

- Mais c'est quoi cette chose ? marmonne-t-elle, sans pour autant s'arrêter de courir.

Puis une idée, une lumière qui passe dans son regard. Elle accélère en direction de la forêt aux arbres noirs et secs, elle se stoppe pour reprendre son souffle.

- Il y a des petits animaux qui se protègent en intimidant les prédateurs - comme le lézard à collerette ! ... peut-être qu'il le fait avec sa voix. fit-elle, entre deux souffles.

Ce n'était pas pour autant qu'elle irait voir à quoi ressemblait cette chose. Elle n'aimait pas du tout l'ambiance, qui avait changé du tout au tout, depuis l'apparition de cette voix monstrueuse.

Mais peut-être qu'elle n'était pas si dangereuse ?

Ou peut-être que si.

C'était un coup de poker, à vrai dire, et elle ne savait pas si elle voulait le jouer.






Lost in skies ♒︎ of powdered gold Caught in clouds of silver ropes Showered by the empty hopes As I tumble down, falling fast to the ground.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Psy Whitman
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 240
✘ SURNOM : Le Penseur
✘ AGE DU PERSO : La trentaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Présentation
Fiche de Liens
Tableau
Playlist
Musée des horreurs




MessageSujet: Re: Égarés    Lun 11 Déc 2017 - 22:16

La huronne m’entraîne à sa suite. Sans tergiverser, je me met à courir sur ses traces, le regard braqué en direction des arbres vers lesquels nous allons. Je suppose que Renarde nous pensera à l’abri, derrière les hauts fûts et les broussailles denses. Dans une telle situation, je ne peux que m'en remettre à elle et son expérience bien acquise.
Les voix continuent toutefois de nous harceler. La chose est étrange... Cela dit, il me faut bien admettre un certain dénuement en matière de faune. Si nous avions eu affaire à un autre être humain, la situation aurait été bien différente... Mais dans le cas présent, je n'ai guère que des lacunes à proposer.
Renarde, quand à elle, n'hésite pas à se hasarder en hypothèses. Son idée tient la route, cela dit, je crois qu'aucun de nous n'aura le cœur d'en vérifier la validité.

Comme nous courrons toujours, l'atmosphère s'assombrit. Le feuillage des hauts arbres masque le ciel en un manteau dense. La lumière peine à filtrer jusqu'à nous. Chaque mètre nous éloigne davantage du jour et de nos maigres repères. Tout est lugubre, pesant.

Instinctivement, je freine l'allure.

Mon souffle est lourd, rapide. Je me met à marcher, le regard scrutateur. Mes yeux fouillent l'espace. Je suis inquiet. Derrière nous, le silence s'étend comme une brume insidieuse. Plus rien... Pas un bruit, pas un froissement de feuille. Rien. Je me rapproche de Renarde Fleurie, avide de recevoir son impression sur la situation.

Et puis...

On dirait le bruit du vent. Non, c'est plus rauque que cela... Comme une respiration. Aussitôt, j'attrape la main de ma compagne d'infortune et nous mène derrière le tronc d'un grand arbre déraciné et rongé par le lichen. Je pose ensuite un genou à terre, avant de m'immobiliser tout à fait. Mon regard s'en va chercher celui de la huronne.
Personne ne bouge, personne ne respire.

Pas un son, rien.

Crissement de feuille. Des pas lourds rôdent alentour. Derrière l'imposante souche, hors de notre vue, l'on entend souffler la bête. Difficile d'évaluer sa taille, mais il semble qu'elle soit assez grosse, au son que produisent ses pas. Elle grogne, renifle... Apparemment, elle a suivi notre trace. Sans doute nous cherche-t-elle.
Sans doute.

Une main sur ma bouche, pour mieux étouffer le son de ma respiration, je regarde autour de nous. Une idée, un échappatoire... Quelque chose.
Mon regard se rive finalement sur un caillou... Un simple caillou. Je m'en empare doucement. Des fragments de films d'horreur me reviennent en mémoire, quand un héro tente piteusement de faire diversion en lançant une pierre au loin. J'ignore si cela fonctionne réellement, dans la vraie vie. Ma foi, cela vaudrait peut-être le coup d'essayer. Je ne sais pas...
La chose est peut-être tout à fait idiote.

Mon regard se dirige à nouveau vers l'indienne. Je lui montre la pierre, l'air d'attendre son avis, sans mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Égarés    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un jeune garçon nommé Dylan...
» Lapin égaré
» [RP] Une chèvre égarée...Une grotte découverte....
» Vestiaire mixte
» photos perdu sur mon PC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Lieux Reculés :: Le Désert Doré :: La Contrée des Monstres-