Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Last Wills
avatar

☠ Maitre-Artillerie du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 103
✘ SURNOM : Le Mélodrame.
✘ AGE DU PERSO : 25 années et une éternité.

✘ DISPO POUR RP ? : Plus avec lui pour l'instant !
✘ LIENS : Dans sa loge, l'artiste se pend, et le casting du spectacle contemple son cadavre.

MessageSujet: Thanks for the memories   Mer 21 Déc 2016 - 20:14

Ce qui faisait la particularité de Last, c'était qu'il n'était pas un forban vulgaire comme beaucoup. D'accord, il avait son lot de folie en cas d'attaque (toujours saupoudré de ces alexandrins qui lui allaient si bien) mais dans le fond, il n'était que ça : un mélancolique. Le Mélodrame portait bien son nom, tant pis si le mot ne taillait pas comme un adjectif. Comme certains, il était joueur, mais comme des cas rares, il était littéraire, créatif, même poétique. Et surtout, une facette que peu de ses camarades lui connaissaient, c'était qu'il pouvait parfois être en harmonie avec le côté sain de Neverland.

Par sain, on parle surtout des Garçons Perdus, des Fées... les gentils de l'île, quoi. Les pirates, les adultes, les criminels, les méchants, il était tout à fait improbable qu'un seul d'entre eux n'était un brin sympathique. C'est ce qu'on dit partout, en tout cas. Mais pas Last, sûrement pas lui. Que personne n'essaye de le comprendre lui allait très bien, son petit monde intérieur ainsi que sa vision des choses lui suffisait parfaitement. C'était un peu son secret, de pouvoir être là, au milieu du Bois Joli, sans intention digne des barbares aux épées ou pistolets. Last avait certes les mains sales, mais il avait deux parties bien distinctes : le fou et le passionné.

Cette nuit, il était d'humeur nostalgique. Après avoir passé de longues heures à boire (enfin, plus à parler qu'à boire) avec certains camarades, il s'est jugé plus envieux à se retrouver seul, avec juste ses idées pour compagnie. Les clairières étaient denses, calmes, si tranquilles que même un pirate pouvait y trouver sa sérénité... surtout un gaillard space comme Last. Il était passé devant le village des fées, non sans une pensée pour le fantôme de...

Lui, là...

Bref...

Il y pensait tout le temps, quoi.

Les bras et jambes écartés et reposés comme une étoile de mer, il faisait face au ciel étoilé et avait même ôté son cache-oeil, posé à quelques centimètres de sa tête, révélant ainsi la totalité de son visage. Signe qu'il se sentait donc bel et bien seul - surtout que, depuis peu, il ne portait plus d'oeil de verre, sa rencontre avec une Mère ayant résulté en la retrouvaille de ce cratère à la place de son faux iris. La brise fit bouger les brins d'herbes, et s'il n'était pas un ennemi des gentils, il se sentirait suffisamment à l'aise pour s'endormir.

Last était calme, et il se reposait même l'esprit pour ne pas conter d'autres didascalies en solitaire.


Dernière édition par Last le Ven 30 Juin 2017 - 12:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Photon
avatar

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 51
✘ SURNOM : Le Précieux
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS :
De la Poésie au Théâtre

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Dim 25 Déc 2016 - 14:13

Si la muse est certes essentielle, un magicien des mots se doit de chercher l’inspiration sous différentes formes afin de trouver les justes vers qui rendront hommage aux êtres de son cœur.

Photon, esthète absolu et fée de son état, ne concevait rien de mieux que de s’émouvoir des beautés de sa vallée. Il avait voltigé avec les papillons de l’après-midi et caressé le museau des faons au crépuscule. À présent, le Bois s’était recouvert de son drap nocturne sans ni étoile ni lune pour l’éclairer, celles-ci trop couardes pour oser aventurer leurs pâles rayons à travers les nuages qui dominaient le ciel depuis longtemps.

Ou peut-être n’avaient-elles simplement pas le courage pour tenter de rivaliser avec cette fée, dorée et scintillante, qui, suivie d’une horde de lucioles, menait un ballet merveilleux entre les troncs noirs de nuit.

Le petit être alignait pirouettes et voltiges tout en dirigeant d’une main de chef d’orchestre la multitude lumineuse qui se soumettait à ses ordres sans broncher, formant de si fabuleuses arabesques qu’elles en auraient fait pleurer le plus rigoureux des jansénistes.

« Dansez mes belles, et comme disait Sartre ce grand homme : Plus claire la lumière! plus sombre l'obscurité!... »

Et tous étaient aveugles et ignares face à la beauté de ce spectacle, endormis ou pris par de plus terre-à-terre occupations. La fée valsait en solitaire entourée de sa nuée de lumière.

Mais soudainement, les ténèbres ne furent plus, les arbres s’arrêtèrent et, rentrant la tête dans leurs épaules, laissèrent Photon seul face à l'immensité de la clairière. Sa Cour de lucioles était restée en arrière et une lune ronde et grasse déversait son argent sur l'herbe, lui retirant son éclat vert vif pour la revêtir d'une teinte plus sombre et poétique.

Prenant de l'altitude jusqu'à ce que le vent l'empêche de monter plus haut, le jeune aristocrate plana en un long cercle autour de la trouée au milieu des arbres de la même façon qu'un rapace survole la plaine, l'oeil attentif aux souris.

À un moment, une forme allongée attira l'attention de la fée. Celle-ci ne pouvait voir de qui il s'agissait. Depuis sa hauteur, ce n'était qu'une masse d'une argenté différent sous le clair de lune qui avait su piquer sa curiosité et elle rejoignit donc l'inconnu dans une belle imitation d'étoile filante.

Atterrissant délicatement près de son bras, Photon tendit de minuscules doigts comme couverts de paillettes d'or vers la main d'homme près de lui. On prêtait aux aristocrates un pouvoir d'envoûtement, une capacité à réduire pour quelques temps de plus grands êtres en esclave. Il n'avait jamais été doué pour cette partie, le grand de son pouvoir résidant dans la lumière dont il portait le nom. Pourtant, malgré ce manque psychique, il le reconnu avant de voir, par le simple effleurement de son énergie. De la même façon qu'il pouvait deviner la présence de son Héron lorsqu'il allait le retrouver et ce avant d'avoir franchit le seuil de sa fenêtre.

« Oh Fantôme...»

Le fortuit avait pris le pas sur l'excitation et la fée fit un pas en arrière, son éclat s'étiolant un peu. Les représentants de son espèce, en cause de leur taille dérisoire, n'avaient pas la place dans leur cœur pour plusieurs émotions à la fois. Ne sachant à laquelle s'abandonner, Photon se retrouvait donc fort désemparé, un brouillard de larmes désorientées venant peu à peu lui obstruer la vision.






Merci Azel ♥️
Avatar : Fool-ish Golden Lord by A6A7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Last Wills
avatar

☠ Maitre-Artillerie du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 103
✘ SURNOM : Le Mélodrame.
✘ AGE DU PERSO : 25 années et une éternité.

✘ DISPO POUR RP ? : Plus avec lui pour l'instant !
✘ LIENS : Dans sa loge, l'artiste se pend, et le casting du spectacle contemple son cadavre.

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Dim 25 Déc 2016 - 15:36

- -


Alors qu'il manquait de sombrer dans un sommeil à la durée indéterminée, Last rouvrit les yeux - pour ne distinguer que le côté gauche du ciel constellé. Sans brusquer, il se redressa sur ses coudes, non sans cacher de sa main l'oeil dénudé de son cache; un réflexe qu'il avait acquis depuis la perte du verre bleu. Croyant s'être finalement endormi pour partir au royaume des songes, il mit un temps difficile à réaliser que non : la petite fée qui venait d'apparaître n'était pas un mirage. Sanglotant, soupirant, Photon son ancien élève de lettres ailé était là. Que Last adorait, mais évitait soigneusement.

Mélange de regrets et de bons sentiments, le souvenir du Précieux était l'ombre de moments tendres, comme tristes, comme uniques... comme avec n'importe qui, dirons-nous. Mais Photon, toute fée ennemi qu'il était, a su lui bercer le coeur. Fût une époque où il lui avait attendri son esprit de Mélodrame, touché par les mêmes oeuvres et auteurs. Leur ami commun, Shakespeare, était un secret bien gardé des autres peuples. Parmi tout les acteurs de l'île, il était le plus important des personnages secondaires. Tant pis s'il n'avait aucun lien avec Hook, il ne pouvait pas se résoudre à le traiter comme une partie du décor. Et pourtant, Last ne cherchait pas la compagnie des fées !

Photon était spécial à ses yeux. Puisqu'il était capable même de lui briser le coeur...

... s'il en avait un.

- Mon... mon Précieux...

Comment l'appeler par son nom, si soudainement ? Last le regarda d'un oeil gauche et bien portant surpris, veillant à bien masquer l'autre. Il ne voulait pas le voir plus laid qu'avant. Qu'il remarque le trou noir qui avait remplacé son oeil de verre perdu. Celui presque similaire à son interlocuteur, bleu comme un ciel printanier.

- Combien de... lunes ont passé, depuis ? ... Laisse-moi te regarder de plus près...

L'hésitation dans la voix, il était aussi heureux de le retrouver que triste de se sentir interdit à lui parler. Que dirait-on d'eux, si on les voyait visiblement contents de se retrouver ? Photon en larmes, et Last souriant. Un petit sourire impossible à retenir, qui trahissait son bonheur à rencontrer par hasard celui qui était responsable de ces inconnus battements de coeur.

Cependant, ôtant sa main de l'oeil et fermant alors la paupière de ce dernier, le pirate retira ses gants noirs, révélant ses blanches mains propres. Il voulait préserver la pureté du petit être, refusant de l'accueillir avec ces odeurs de sang et de poudre à canon. Avec un espoir infime, mais une invitation bienveillante, Last lui montra sa main, paume tendue comme durant le bon temps.


Dernière édition par Last le Ven 30 Juin 2017 - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Photon
avatar

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 51
✘ SURNOM : Le Précieux
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS :
De la Poésie au Théâtre

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Lun 16 Jan 2017 - 21:05




Un rosissement de baie prit possession du visage de la fée lorsque celle-ci se sentit reconnue. Non loin de faillir, le petit être s'enveloppa de ses ailes et s'y dissimula un instant, pudique face à son émoi. De cristallines larmes ruisselaient sur ses joues, chatouillant l'ourlé de ses lèvres puis venant se perdre dans la minuscule dentelle de sa jolie tenue bleu de nuit.

« Combien de... lunes ont passé, depuis ? ... Laisse-moi te regarder de plus près... »
Photon frotta ses pleurs, soucieux de son paraître, et souligna ainsi - sans s'en rendre compte - son oeil gauche d'une traînée de poussière scintillante. Forçant son coeur au courage, il abandonna son manteau de papillon et fit face à son Fantôme.

« Ah! mais qu'il n'est pas sage de remuer ces plaies, mon maître. »

Devant cette main offerte, la fée n'avait eu nulle force de refuser. La peau était d'une pâleur laiteuse sous la lune et Photon se souvenait avoir déposé mille bisous sur chacun de ces doigts lors de leurs envolées passionnées de jadis. Prudemment, il grimpa donc sur la paume du spectre, un sentiment de faute lui étreignant délicieusement le cœur. N'était-ce pas d'une bien belle tragédie, que ces deux anciens amants et leur fortuite rencontre au plus sombre de la nuit ?

À genoux sur la ligne de vie de son Fantôme, le petit aristocrate leva vers lui une paire d'yeux humide.

« Tu sais bien, pourtant, que nous sommes maudits. Que notre talent dépasse l'affection et qu'immanquablement nous reviendrons à ces mots de Racine. Comme disait le bel homme ''J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer.'' »







Merci Azel ♥️
Avatar : Fool-ish Golden Lord by A6A7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Last Wills
avatar

☠ Maitre-Artillerie du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 103
✘ SURNOM : Le Mélodrame.
✘ AGE DU PERSO : 25 années et une éternité.

✘ DISPO POUR RP ? : Plus avec lui pour l'instant !
✘ LIENS : Dans sa loge, l'artiste se pend, et le casting du spectacle contemple son cadavre.

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Mer 25 Jan 2017 - 16:28

Avec la plus innocente – pour un pirate ! – des complicités, Last laissa la petite fée s’aventurait entre ses doigts, inhalant sans doute de précieux souvenirs que le forban, malgré tout, n’oubliera jamais. Photon. La première fois qu’il l’avait vu, c’était caché entre les pages d’un de ses précieux ouvrages qu’il avait égaré et qui était tombé à l’eau. Il ne se souvenait plus trop de comment, mais le bouquin avait peut-être chuté de la rambarde du navire, là où il l’avait posé par inadvertance, avant que le courant de la mer ne le ramène à la rive. Lui qui était partit à sa recherche, il avait trouvé cet être pur qui faisait tout juste la taille de sa main, sans doute terrorisé à l’idée de tomber sur un barbare. Pour être honnête, oui, Photon risquait. Last ne prenait pas spécialement plaisir à torturer les fées (elles faisaient un peu parties du décor, pour lui) mais « jouer » avec cinq minutes aurait été un loisir de passage. Lui arracher les ailes ou lui tirer les bras et les jambes, fins comme des baguettes... 
 
Mais il avait trouvé en lui quelque chose de beaucoup plus intéressant. 
 
Photon semblait prendre part à la curiosité de l’ouvrage. Les mots de William Shakespeare, sans doute l’auteur favori de Last, avaient attisé la curiosité d’une « personne » qui ne savait pas ce qu’ils signifiaient. Plutôt que de cruauté, il fit preuve de pité. Non... En fait... plutôt que de pitié, il faisait preuve de... complicité. Ainsi, il lui transmit le savoir des lettres, et de la lecture. Last ne connaissait pas Photon. Il n’avait aucune raison d’exprimer sa sympathie envers lui. Pourtant, cet intérêt soudain pour les mots écrits, pour la poésie, le théâtre... son cœur en battait d’un rythme différent. Sur le Jolly Roger, il n’avait personne avec qui partager ce trésor lyrique, à qui exprimer le côté doux de sa folie... 
 
Mais le Précieux... 
 
Le pirate cessa cette nouvelle rétrospective dans ses souvenirs, et profita du vieux contact de la fée qu’il n’avait pas ressentit depuis longtemps. Oui mais, du temps, combien, exactement ? Pouvait-il parler de jours, ou d’années ? Quand bien même il venait du monde réel, cela faisait cependant si « long » temps qu’il n’avait pas vu d’horloge censée qu’il ne comptait plus de date dans sa tête, ni même d’heure. Il n’y avait plus que le jour et la nuit (et en ce moment, cette fine pluie permanente). 
 
« Tu sais bien, pourtant, que nous sommes maudits. Que notre talent dépasse l'affection et qu'immanquablement nous reviendrons à ces mots de Racine. Comme disait le bel homme ''J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer.'' »
 
Un sourire visiblement attendri, mais trompeur, orna ses lèvres. C’était un sourire triste, et au fond tiraillé par un regret amer. Si Last s’était amnistié d’une fée alors que leurs camps étaient ennemis, leur quotidien passé était aussi irrégulier que fréquent. Ils se voyaient en cachette, comme des amants, alors que les cœurs n’étaient pas forcément épris de la même chose. Le Mélodrame savait de Photon qu’il avait la tendance à s’attacher amoureusement à beaucoup de monde. Qu’est ce qui le différenciait des autres qu’il a dû embrasser ? 
 
Rien. Encore moins du Peau-Rouge qui avait captivé le plus gros de son attention. 
 
Ça pouvait le rendre malade, mais il tourna à nouveau ses pensées vers le petit être pour ne rien gâcher. Il profita du contact de ce minuscule corps contre sa paume, écoutant paisiblement la fée rappeler la triste vérité. 
 
- Je le sais, mon élève... Mais comment rejeter une telle occasion offerte par le destin ? Tu m’as manqué... Excuse-moi, je serai un peu égoïste. 
 
Il lui manquait, seulement parce qu’il venait de le retrouver. Et il n’avait rien fait pour cela. À moins que ses jambes ne l’aient inconsciemment guidé jusque-là ? 
 
Ça pouvait tourner mal, hélas. 
 
- Photon, le Précieux, mon ancien élève de lettres et de tendresse... J’ai l’impression de t’écrire une missive pour te poser mille questions, alors que tu es là, face à moi... Aah... Je n’aurais jamais cru que moi, simple narrateur, je serais de nouveau confronté à une scène aussi... Une scène dont... je suis l’un des protagonistes. 
 
Et il ne s’était jamais pensé comme tel. Last replia doucement un doigt pour frôler le fragile visage de la fée, dont même les mèches blondes le chatouillaient d’une douceur qu’il aurait adoré toucher en y plongeant la main, sur une tête à taille humaine. Ah... Si Photon était aussi haut que lui, il lui aurait peut-être même caressé la joue, ou l’aurait certainement prit dans ses bras sans qu’il ne risque de l’écraser. C’était minable, pour un pirate, de se perdre dans de tels songes. Un pirate était vil, cruel, criminel... 
 
Last, cependant, était également romantique. 
 
Hélas, oui... 
 
Il est... ou était amoureux.


Dernière édition par Last le Ven 30 Juin 2017 - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Photon
avatar

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 51
✘ SURNOM : Le Précieux
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS :
De la Poésie au Théâtre

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Lun 13 Mar 2017 - 11:15

Outrageuse caresse que celle du Pirate, mais Photon se sentit faillir malgré tout. De peu s'était-il retenu d'enlacer les phalanges de son maître comme jadis. Ainsi aurait-il larmoyé ensuite la scène à la Cour lors de son retour, avec toute l'emphase sublimes et dramatique que méritait leur passion perdue.

Mais non oubliée.

"Ah! mon fantôme ! Que sommes-nous face au destin qui a choisi de nous faire rencontrer à nouveau. Nous voici, deux anciens amants réunis au creux de la nuit. Beaux comme nous sommes sous l'argent des étoiles, n'est-ce pas d'une insupportable poésie ?"

La fée était en émoi, ne voyant désormais plus que la splendeur de leur scène. Une si petite créature, était-elle, toute faite d'imagination et de magie et pourtant emplie dans son coeur de si grands sentiments !

Se redressant, Photon porta un regard brûlant sur le forban.

" Nous sommes ensemble comme dans un songes, deux âmes vouées à se retrouver par soif l'une de l'autre lorsque les autres se reposent."

Aurait-il possédé cette magie d'envoûtement dont il était né presque démuni que l'aristocrate n'aurait pas paru plus charmant. À peine faisait-il paraître ses traits plus scintillants et ethérés, un mince rayon de lune venant sciemment couler le long de sa pommette.

" Écrivons un sonnet de nos esprits mêlés, donnons-le à chanter aux sirènes afin que notre souvenir transcende l'oubli de notre Île."






Merci Azel ♥️
Avatar : Fool-ish Golden Lord by A6A7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Last Wills
avatar

☠ Maitre-Artillerie du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 103
✘ SURNOM : Le Mélodrame.
✘ AGE DU PERSO : 25 années et une éternité.

✘ DISPO POUR RP ? : Plus avec lui pour l'instant !
✘ LIENS : Dans sa loge, l'artiste se pend, et le casting du spectacle contemple son cadavre.

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Lun 13 Mar 2017 - 13:56

Si Photon brillait, alors le monde de Last aussi.

Il était quand même fou de constater à quel point la lumière de la petite fée faisait rayonner l'intérieur du corps du pirate; lui prodiguant ainsi les sensations que seul le sentiment « d'amour » pouvait donner. Pour cette petite chose si pure, il éprouvait en plus de cela de la pitié, de la tendresse, et même l'envie de protection. Ah, que diraient ses pairs s'ils le voyaient ainsi : soupirant et rêveur. Le Précieux était-il capable de le deviner ? Tout forband côtoyant quotidiennement le Mélodrame trouverait, d'ici et avec facilité, cette lueur dans l'oeil qui le rendait changé. Plus que le passionné, et plus le fou. Disparu, le fou. Il se cachait de sa timide honte à aimer dès que l'élu de son coeur était dans les parages.

« Élu. »

Mais quel rêveur.

Allait bien venir un moment où il allait redescendre sur Terre - enfin, sur l'île. Photon et lui n'étaient pas que opposés et naturellement ennemis. Ils étaient... Ils n'étaient rien. Aux yeux du reste, leur union sentimentale était improbable, et donc inconsidérée. Qu'à cela ne tienne, seul Last s'en attristé d'une manière différente. S'il manquait à Photon tant par ses souvenirs, Photon manquait à Last comme s'il s'était envolé avec un morceau de son coeur.

« Écrivons un sonnet de nos esprits mêlés, donnons-le à chanter aux sirènes afin que notre souvenir transcende l'oubli de notre Île. »

L'oeil vert du pirate s'ouvrit un peu plus.

Ces mots, limpides dans l'air mais vibrants dans son âme, amenèrent un déclic à Last.

Photon lui avait échappé, si bien qu'il était persuadé que leur dernière entrevue équivalait à un adieu. Il ne s'attendait vraiment pas à le retrouver cette nuit. Et pourtant, il les sentait revenir. L'amour, la joie, le bonheur, la tendresse, la gentillesse, la chaleur...

La possessivité, la jalousie, l'égoïsme...

L'Envie. Le péché qui pousse à mal agir pour satisfaire ses désirs, arrachant à d'autres ce qu'il convoite...

Pourquoi, pourquoi a-t-il fallut que le petit coeur soit déjà épris ? Épris, mais pas de lui.

Un sentiment enfoui derrière cet amour à sens unique se dévoila aux yeux de Last. Il le voulait pour lui. Le garder Précieusement, le cacher, l'enfermer, l'éloigner de la vue de tous.

L'emprisonner dans un bocal pour qu'il n'en ressorte jamais.

À cette idée, la main du forband se referma très légèrement, frôlant une aile de l'objet de ses désirs et de ses passions folles. Il n'aura peut-être jamais d'autres occasions... Son regard se crispa aussi doucement que se dessinait un sourire nerveux sur ses lèvres. Il était tellement perdu entre hésitation et encouragements enragés intérieurs que Photon put voir sur son visage un début de folie qu'il chercha à maîtriser tant bien que mal.

À moi, lui chuchota son conseiller moral diabolique. À moi, à jamais.

Il en oubliait de garder son oeil vide complètement fermé et laissa la paupière s'entrouvrir légèrement, laissant deviner l'absence de ce vieil oeil de poupée à l'iris pourtant similaire de la fée.


Dernière édition par Last le Ven 30 Juin 2017 - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crocodile & Cie
avatar



✘ AVENTURES : 271

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Dim 19 Mar 2017 - 14:54

Que vois-je ?





Soudain, un gigantesque saumon (à peu près de la taille d'un homme) pourvu de deux jambes arrière surgit des arbres. Il se poste devant vous et ses yeux s'agrandissent à la vision de Photon. Il bave même de gourmandise actuellement. C'est alors qu'il court en cette direction (et il court super vite) tout en crachant de grosses bulles d'eau, probablement dans le projet d'y enfermer la fée !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Photon
avatar

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 51
✘ SURNOM : Le Précieux
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS :
De la Poésie au Théâtre

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Dim 16 Juil 2017 - 22:24

Photon, alors même qu’il était au comble d’une passion endiablée, remarqua le soudain changement d’atmosphère. La main qui frôla son aile le fit frissonner d’une toute autre façon mais il tenta de le cacher de la meilleure façon.

« Mon fantôme… »

Une sourde culpabilité l’étreignait en même temps qu’une amorce de peur. En effet, comment osait-il craindre son ancien amant ? Lui qui lui avait tout donné et dont la fée se souvenait avoir dormi au creux de l’épaule…

Celle-ci n’osait bouger, un sourire toujours aussi délicat bien qu’un peu tendu aux lèvres et un léger frémissement dans sa lumière. Son fantôme ne devait pas voir, il serait sans doute blessé s’il comprenait le malaise de l’aristocrate ; et celui-ci ne voulait le faire souffrir d’aucune façon.

Lorsque la paupière auparavant fermée révéla une esquisse d’orbite creusé, Photon couvrit sa bouche de deux petites mains. Il ne pouvait quitter ces ténèbres du regard, une morbide fascination l’entravant. Une larme coula pour l’homme martyrisé et il voulut lui dire qu’il restait beau ainsi, la peur oubliée, mais un bruit de course le coupa dans son élan.

À la place, un cri de frayeur comme mille cloches agitées résonna dans la clairière. Un énorme poisson fonçait sur eux du haut de deux jambes répugnantes. Le monstre semblait même fixer la fée plus particulièrement.

Paniquée, elle s’envola, laissant derrière elle un nuage de poussière.

« Sauve-moi, sauve-moi ! » hurla-t-elle au Pirate en zigzaguant entre les bulles crachées par la créature.

L’une d’entre elles, particulièrement grosse, explosa juste au-dessus du scintillant aristocrate et mouilla ses ailes de papillon ce qui le fit chuter d’un bon mètre. Et à peine eu-t-il le temps de redresser son vol qu’une autre bulle fonça sur lui, l’enveloppant et l’enfermant entre ses parois glissantes.

De ses minuscules poings, Photon frappa contre sa cage transparente, appelant au secours d’un ton étouffé.






Merci Azel ♥️
Avatar : Fool-ish Golden Lord by A6A7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Last Wills
avatar

☠ Maitre-Artillerie du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 103
✘ SURNOM : Le Mélodrame.
✘ AGE DU PERSO : 25 années et une éternité.

✘ DISPO POUR RP ? : Plus avec lui pour l'instant !
✘ LIENS : Dans sa loge, l'artiste se pend, et le casting du spectacle contemple son cadavre.

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Dim 16 Juil 2017 - 23:48

« Mon fantôme... »

Aah... « Son » fantôme. Il savait que ce n'était qu'affectif, mais là était justement le problème : Photon était trop affectif. C'était également désespérant pour lui : là n'était que sa personnalité, sa façon d'être. Pas un sentiment inédit à son égard. La façon dont il le regardait, elle était certes unique, mais certainement moins douce et tendre que celle qu'il réservait à l'élu de son petit cœur. La folie du pirate criait en son esprit, quand elle voulait exploser pour détruire cette douce attitude que Last voulait à tout prix conserver pour la fée, afin de le rendre aussi violent que possessif et aimant que jaloux. Garder Photon jusqu'à lui faire du mal, c'était ce que sa mauvaise conscience lui criait. Cependant, comme Last n'était pas fou, il n'allait pas le faire.

La surprise et la larme du Précieux surprirent Last, et ce dernier comprit qu'il laissait son œil vide un peu trop ouvert. Il l'avait vu. Le Mélodrame s'était montré laid aux yeux de son aimé.

La vigilance de Last était un peu ébranlée, à cause de ce combat intérieur ; si bien qu'il ne remarqua pas la présence du poisson à jambes tout de suite. Pour ça, il dût d'abord constater la petite fée qui s'envole, comme fuyant le pirate. Enfin, il entendit les pas vifs de l'hideuse créature. Le forban se releva et agita un bras pour écarter les bulles qui touchaient presque son visage.

« Sauve-moi ! Sauve-moi ! » entendit-il.

La petite voix, douce il y a quelques secondes, s'égosilla afin de l'avertir. En levant les yeux, il put voir le Précieux s'agiter pour éviter les bulles, pour au final se retrouver prisonnier. Bien sûr, il avait tenté de l'attraper, mais Photon se retrouva trop haut pour être atteint.

La seconde d'après, Last avait déjà sortit sa fine épée.

Le romantique pirate nostalgique et mélancolique venait de laisser place, sans prévenir, au criminel. Il se tourna vers le poisson à jambes, et lança à celui-ci un regard aussi enragé que sombre. Comme s'il se retrouvait en face du destin lui-même qui l'avait toujours interdit de trop s'approcher de Photon.

Mais au Diable ! Qu'y pouvait-il, s'il n'était qu'un pirate ?!

Et à ce cri silencieux, Last mit à exécution la... mit à exécution.

Les bulles devant lui éclatèrent lorsqu'il fonça dedans, afin d'atteindre la chose. Sans pitié, il lui enfonça la longueur de la lame à travers son corps écailleux, et sans doute un organisme assez dérangé par la répétition de ses coups tranchants. Il profita qu'il soit encore debout pour recommencer l'opération, le piquant de part en part jusqu'à ce que la lame ressorte dans son dos. Puis le poisson à jambes s'effondra.

Ça aurait pu suffire, mais Last sentit à peine sa colère monter. La bulle qui enfermait Photon éclata, et d'ailleurs, les autres autour aussi, petit à petit, signifiant la mort de la créature. Mais le pirate ne s'arrêta pas là. Sa rage devait être satisfaite, et sa folie, d'abord dirigée vers son envie pour Photon, changea de cible et s'acharna sur ce qui avait tenté de le lui enlever.

Emporté par son élan, Last donna d'innombrables coups d'épée contre et dans le corps écailleux, et transperça même un œil. Il serra les dents pour ne pas laisser d'exclamations sortir de sa bouche, mais n'en rendit pas la scène moins violente. Faisant valser la fine lame d'un côté, puis de l'autre, régulièrement, le sang gicla sur l'herbe, à gauche, à droite... sur lui-même, évidemment.

Le corps du poisson devint bientôt méconnaissable. Seules les jambes furent épargnées. Peut-être avait-il moins horreur à s'en prendre au reste parce qu'il n'était qu'un poisson. Mais tout de même : il était on ne peut plus mort. Inutile de s'attaquer aussi profondément à ses entrailles...

Une fois la folie apaisée et certain que la chose ne bougeait plus, Last cessa doucement, faisant toujours face à la dépouille, et dos à la fée.

Un silence suivit la reprise de sa respiration.



Il n'était pas ensanglanté, mais ses vêtements étaient tâchés de rouge. Son épée, n'en parlons pas. Elle luisait plus que d'ordinaire au clair de lune. Last se rappela qu'il n'était pas seul – et même, pire, que ce n'était pas juste de la compagnie.

À quoi pensait Photon, qui venait d'assister à une telle scène ? S'était-il enfui entre-temps ? Last avait quelque peu peur de se retourner pour le constater. Il regarda devant lui, ignorant maintenant le cadavre de la créature, et laissa tomber l'épée en signe de regret de s'être montré sous son pire jour devant celui qu'il aimait.

Last n'était pas fou. Il était... extrême, oui. Mais en aucun cas il ne lui arriverait soudainement de s'en prendre à quelqu'un d'innocent pour le réduire ainsi à moitié en charpies. Si en se retournant, le Précieux avait disparu...

- Es-tu là... ? demanda-t-il au vide.

Il craignait de ne rien avoir en retour. Il l'avait sans doute fait fuir et n'osait pas bouger pour en être certain. Le ton qu'il employait, calme mais pincé par l'amertume, s'opposait à ce qui venait de se passer.

- Es-tu toujours là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Photon
avatar

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 51
✘ SURNOM : Le Précieux
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS :
De la Poésie au Théâtre

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Jeu 2 Nov 2017 - 11:36


Photon était une fée des plus pacifistes, il se battait en mots et en vers, pas au fil de la lame. Et bien sûr que les preux chevaliers qu’il admirait se devaient d’avoir une épée, mais ce n’était, en cas de combat, que pour porter une précise et mortelle attaque. Pas cette rage brûlante, cette folie sanglante et méthodique.

Les genoux relevés contre sa frêle poitrine, des ailes humides et inutiles enveloppant son petit corps, le précieux aristocrate luisait faiblement d’une lumière jaune et triste à mourir.

Es-tu là... ?

Il n’osa de suite répondre à son fantôme aimé devenu esprit frappeur. Certainement celui-ci ne lui ferait pas de mal, après tout son ancien amant avait détruit le monstre pour lui. Mais la chétive créature ne pouvait s’enlever l’image des gerbes de sang luisant d’un violet sombre sous la lune. Et puis, la douleur lui nouait trop la gorge, Photon avait peur de crier s’il osait ouvrir la bouche.

Es-tu toujours là ?

Lorsque la bulle avait explosée, ses ailes s’étaient retrouvées trop trempées pour amortir sa chute, et la panique l’avait empêché d’user de toute autre forme de magie ou talent pour se préserver. Il avait donc heurté le sol de tout son maigre poids, une pierre pointue ouvrant une longue balafre sur sa cuisse qui saignait d’un sang pailleté et scintillant.

Des larmes assorties brillaient sur les joues de la fée. Elle avait l’habitude des blessures du cœur, du drame des situations et de l’amour, mais était bien peu confrontée à la souffrance physique qu’elle ne savait comment aborder.

Photon laissa échapper un petit gémissement. Son fantôme pourrait-il le sauver ? Ses mains tueuses pouvaient-elles aussi soigner ? Peut-être, mais il était aussi bien trop grand pour pouvoir s’occuper d’un être aussi minuscule que lui-même. Quant à le faire l’emmener jusqu’au Palais…ses frères et sœurs accepteraient-ils un sanguinaire Pirate en leur demeure ? Il avait déjà suffisamment mauvaise réputation auprès de ses pairs.

Restait une dernière solution que l’aristocrate redoutait tout autant. Il savait qu’il en serait malade pour les jours à venir, comme à chaque fois…de plus il haïssait la sensation des choses et la vision du monde à échelle humaine. Mais dans le grandissement qu’accordait la plante hilare, sa blessure se réduirait sûrement, et son fantôme pourrait ainsi l’aider à le soigner.






Merci Azel ♥️
Avatar : Fool-ish Golden Lord by A6A7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Last Wills
avatar

☠ Maitre-Artillerie du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 103
✘ SURNOM : Le Mélodrame.
✘ AGE DU PERSO : 25 années et une éternité.

✘ DISPO POUR RP ? : Plus avec lui pour l'instant !
✘ LIENS : Dans sa loge, l'artiste se pend, et le casting du spectacle contemple son cadavre.

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Jeu 2 Nov 2017 - 21:38

Jamais le silence n'avait semblé aussi cruel pour le pirate. Soit la fée n'osait rien dire, soit elle s'était enfui... Dans les deux cas, ça ne pouvait signifier qu'une chose : il lui faisait peur. Mais quel genre de proche pourrait se comporter normalement après avoir assisté à un tel spectacle ? Tel un invité assis de force au premier rang, Photon avait les mains liées aux accoudoirs du siège, incapable d'applaudir, tétanisé non par l'éclat de la performance, mais sa brutalité. Si seulement Last avait su se retenir... S'il s'agissait de quelqu'un d'autre, sans doute l'aurait-il fait. Mais là ? La fée pour qui son cœur n'a jamais autant battu ? Forcément, qu'il devait déployer ses forces envieuses et égoïstes.

Le Mélodrame portait bien son nom : amas de drames et de tragédies ambulant, mélancolique au fur et à mesure qu'il croisait d'autres personnages et jouait d'autres scènes. Jamais encore il n'avait sentit pareils rebondissements dans une où il était le personnage (principal ? Secondaire ?). Toujours est-il que sa crainte s'était confirmé sans se confirmer : Photon ne disait rien, et sans doute n'acceptait-il pas ce qui venait de se passer.

Tout à coup, il entendit un gémissement.

Assurément, c'était Photon. Mais que faisait-il encore là ? Last s'imagina aussitôt une petite fée qui, en plus de ne pas oser partir, gémissait de peur à cause du massacre qui s'est déroulé sous ses yeux... Sans doute voulait-il s'enfuir et rejoindre son palais, profiter de n'avoir que de la place pour une émotion pour oublier l'existence de celui qui fut son « amant ». Last se sentait aussi idiot que trop grand, trop fort, trop « loin » de lui pour pouvoir réparer cette erreur.

Mais à quoi bon penser à ce qui était bon et ce qui ne l'était pas ? Photon ne voulait plus de lui.

Le pirate lâcha son arme, qui s'écrasa dans l'herbe souillée, puis se tourna vers une source d'eau assez grande – sans doute de là où le poisson à jambes est sortit – là où il s'avança en sentant ses jambes se faire de coton. Ses genoux s'écrasèrent au bord avant qu'il ne tombe tête la première dans l'eau, puis maintint son corps au-dessus de son reflet borgne – l'oeil en question bien ouvert – à l'aide ses bras pour questionner son lui brutal sur une chose évidente : pourquoi avoir fait cela ?

Last ne pleurait pas, la dernière fois lui est arrivée il y a bien trop, trop longtemps pour qu'il se souvienne de comment on fait – surtout que sa sensibilité était certes composée d'un verre fragile, mais ô combien épais. Photon était là, mais ne fuyait pas. Il gémissait de peur. Il était effrayé à l'idée d'être à quelques mètres d'un monstre pareil.

Le Mélodrame serra dans ses poings la terre et l'herbe. Il vit dans l'eau qu'il était tâché de sang. Comme si sa veste le brûlait, il ôta précipitamment cette dernière, se débarrassant du plus gros, mais regarda ensuite ses mains rouges de très très près... Ses mains blanches, qui étaient si pures. Dont il n'enlevait les gants que pour toucher sans souillure le corps de la fée amoureuse...

Pourquoi n'avait-il pas pu se retenir pour lui... ?






Love is a delusional thing like those scripts I read, I write, I follow... This unrequited me is not what your persona can keep by it's side. And I'm sorry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Photon
avatar

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 51
✘ SURNOM : Le Précieux
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS :
De la Poésie au Théâtre

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Ven 3 Nov 2017 - 18:54


Parce que son fantôme était trop voué à son drame il ne viendrait pas et ne le sauverait pas. Du coin de l’œil, à travers une brume de douleur, Photon le voyait sans toutefois de réciproque. Il le trouva beau autant que terrifiant, n’ayant pas oublié l’étouffante sensation qui avait précédé l’attaque du poisson. Plus dragon que chevalier. À garder jalousement son trésor plutôt que protecteur d’un ancien aimé.

L’appeler, peut-être, finalement. Mais la fée avait peur de sa force humaine, qu’il ne l’écrase dans son poing dans la frénésie de l’aider. Ou encore qu’il ne profite de sa faiblesse pour l’enlever. Mais son esprit naïf de créature solaire et faite de joie l’empêchait de réellement considérer cette éventualité.

Le chétif aristocrate qui d’ordinaire se pensait invincible dans sa fragilité rampa, déchu et loin de son éclat de toujours, jusqu’au bord de la clairière où il avait aperçu des pousses de la plante rieuse. Celle qui le rendait malade.

Une trace fine de sang scintillant couvrait les brins de prairie en marque de son passage. La poussière de fée qui circulait aussi dans ses veines faisait, sous la lune, comme un chemin de lucioles d’argent rosé.

Enfin, il referma les doigts sur une feuille duveteuse et y mordit à pleine dents, mâcha longuement puis se força à déglutir.

Cela faisait bien longtemps que Photon n’avait pas éprouvé la chose. Celle de son petit être distendu, étiré. Le changement était rapide, presque instantané du moment qu’il avait choisi. Mais Ô dieux la souffrance, pire qu’un cœur lacéré, comme le Jésus du livre la Bible sur sa croix, un martyr qui lui était propre et que ses sœurs fées ne partageaient pas. Son corps refusait la plante, obéissait à sa magie mais le lui faisait déjà payer. Cela irait dans sa forme d’humain mais il subirait mille tourments dès qu’il reviendrait à son état de nature. Sa lumière se teinterait de verdâtre et il passerait une nuit et un jour dans le mal le plus profond, une fièvre qu’aucun sanatorium ne saurait apaiser.

Noble de sa naissance, et noble ailé dans sa transformation, il se redressa, les membres endoloris et ses ailes de papillon démesurées, chatoyantes et irisées de couleur, battant faiblement dans son dos. Sur sa cuisse, la blessure était devenue une longue entaille fine et suintant à peine plutôt qu’une plaie béante. La fée humaine se dit qu’elle pouvait vivre avec cela.

En soi, le poète ne se voyait pas différent, toutes proportions étaient gardées, mais il se sentait autre face à son monde soudain très petit. Odieuse sensation, abhorrée au point qu’il sentit une larme perler. Il tenta de se relever mais la tête lui tourna et il retourna bien vite à genoux.

Son regard mauve se porta finalement vers l’endroit où il avait vu son fantôme pour la dernière fois.

« Viens m’aider…ce corps est étranger, je n’y arrive pas mon aimé, viens m’aider… »

Le ton plaintif, larmoyant et les mots étaient bien les siens mais la voix avait changée. Sans être grave, les clochettes s’étaient muées en un timbre doux et un peu embrumé.






Merci Azel ♥️
Avatar : Fool-ish Golden Lord by A6A7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Last Wills
avatar

☠ Maitre-Artillerie du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 103
✘ SURNOM : Le Mélodrame.
✘ AGE DU PERSO : 25 années et une éternité.

✘ DISPO POUR RP ? : Plus avec lui pour l'instant !
✘ LIENS : Dans sa loge, l'artiste se pend, et le casting du spectacle contemple son cadavre.

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Dim 5 Nov 2017 - 19:13

La voix de Photon le surprit. Le tintement de clochette qu'il avait l'habitude d'entendre et qu'il avait plus ou moins apprit avec le temps, mélangé aux vers et aux exclamations amoureuses du Précieux... Disparus. Transformés en quelque chose de grave et, quelque part, de plus sensuel. Une vraie voix d'homme.

Last se redressa et retourna en même temps. C'était bien Photon, mais à une échelle aussi grande que son amour désespéré pour lui. Celui-ci avait prit taille humaine, et de fragile petit être, est devenu bel homme aux courbes dessinées telles qu'il aurait pu les imaginer. Un aspect plus humain, même s'il s'était déjà évidemment fait au comportement de poète de la « petite » fée.

Il ne l'avait jamais vu comme ça, c'était une première fois.

Comme s'il était en proie à une hallucination, le Mélodrame se leva sans cligner des yeux (ou plutôt, de l'oeil) laissant bien voir son iris émeraude, et l'autre complètement vide et noir – mais là, tout de suite, ce n'était pas le plus important. Photon l'appelait avec une telle voix, un tel corps, et un tel mot... « Mon aimé ». S'il n'était pas sonné par cette vue nouvelle, il grincerait des dents. Ce n'est pas son aimé, malheureusement. Il savait très bien que cela faisait le caractère et la personne de Photon : tout les mots d'amour étaient pour tout le monde. Même lui, encore, ancien amant, mais « amant » quelque part.

Il ne savait choisir entre ce surnom maudit et cette taille : lequel était le plus déstabilisant ?

Il revint à la réalité en constatant la raison du gémissement et son appel à l'aide : Photon était blessé. Le pirate approcha en faisant quelques pas, puis s'arrêta net en se souvenant qu'il avait les mains souillés de sang – et hors de question pour lui de le toucher avec. Le pirate fit demi-tour afin de les laver avec l'eau, frottant frénétiquement comme s'il avait l'intention de l'arracher. Le sang disparut complètement de sa peau, mais l'impression de les avoir toujours aussi sales demeurait. Last revint sur ses pas en baissant régulièrement le regard vers le reste de son corps. Il voulait s'assurer qu'il n'était pas trop laid à voir... même si cet œil manquant y contribuait déjà trop. Après un tel silence – et une telle scène... - il voulut briser ce blanc et récompenser les efforts de la fée à communiquer :

- Me voilà, mon Précieux... Je viens à toi, avant de rajouter en s'accroupissant devant lui. Pardonne-moi pour cette affreuse entracte qui a coupé court à notre conversation... Je ferai tout pour que tu me le pardonnes.

« Je ferai tout pour que je te paraisse parfait. » « Je ferai tout pour que tu me reviennes. » « Je ferais tout pour que tu m'aimes ». Tout ce qui le brûlait, mais qu'il se retenait de dire. Photon le savait-il ? Fonctionnait-il ainsi à l'Amour ou l'Amour l'aveuglait-il trop dans son comportement ? Sans le toucher, Last examina la plaie qui avait fait gémir de douleur son Précieux, et ressortit la chemise qui était restée dans son pantalon : cette partie, au moins, était certaine de ne pas être souillée. Lui qui préférait prendre soin de ses affaires déchira un long ruban de tissu blanc dont il se servit pour serrer la jambe blessée de Photon. Avec sa taille humaine, elle était moins dangereuse que pour l'ancienne. Last grimaça de désolation en constatant qu'il ne pouvait faire plus. S'il avait une aiguille sous la main, il aurait bien recousu cette vilaine blessure avec du fil de ses vêtements, mais ce n'était pas le cas. Et il était hors de question de jouer au boucher en usant de son épée comme un barbare pour percer la peau.

- Pardon de ne pas pouvoir faire plus, mon adoré... Reste ainsi. Garde cette forme qui te prodiguera une guérison plus rapide que sous celle véritable... Je resterai aussi longtemps qu'il le faudra pour veiller sur toi.

Last leva les yeux vers ce visage qui faisait à présent la taille du sien. Combien mesurait Photon, ainsi ? Était-il plus grand, plus petit que lui ? Quelle force possède-t-il, avec ce corps qui pourrait faire baver d'envie Apollon ? Dire que Last pourrait l'enlacer, l'embrasser...

N'importe quoi de nouveau chez Photon lui donnait milles occasions possibles pour se l'accaparer et l'aimer encore plus.






Love is a delusional thing like those scripts I read, I write, I follow... This unrequited me is not what your persona can keep by it's side. And I'm sorry.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Photon
avatar

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 51
✘ SURNOM : Le Précieux
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS :
De la Poésie au Théâtre

MessageSujet: Re: Thanks for the memories   Jeu 9 Nov 2017 - 22:52

Il y a quelque chose d’inconscient et de profondément ancré en chaque être vivant qui base la dominance sur un rapport de taille. Si son monde avait rétréci, alors son fantôme aussi.

Le visage du Précieux arborait une expression neutre, les yeux légèrement en amande et grands ouverts. Il observait le Pirate à ses pieds qui lui pansait la jambe, dévoué et obstiné dans la tâche de lui venir en aide.

« Pardon de ne pas pouvoir faire plus, mon adoré... Reste ainsi. Garde cette forme qui te prodiguera une guérison plus rapide que sous celle véritable... Je resterai aussi longtemps qu'il le faudra pour veiller sur toi. »

Les conditions eussent été différentes, la fée aurait vrillée et se serait émue avec emphase d’une telle déclaration. Il se serait peut-être même osé à embrasser la joue de son fantôme qui promettait si solennellement de le hanter. Ce silence dans lequel il demeurait lui ressemblait peu, et ce même si William le prétendait preuve de la joie. D’habitude, se savoir en rupture par rapport à la pensée de son Amour de toujours suffisait à lui faire souffrir le cœur et mettre les larmes aux yeux ; mais pas cette fois.

Comme abasourdi, le corps entier encore douloureux, Photon effleura les cheveux de son mentor d’une main hésitante. Le rapport de taille le gênait beaucoup, il pouvait désormais embrasser toute la silhouette d’un seul regard plutôt que de voleter entre les différents traits. Évidemment que son ancien amant était beau, même avec cet œil en moins, même dans cette nouvelle vision, il n’avait pas choisi n’importe qui pour le guider sur les voies de la littérature. Néanmoins, il le préférait lorsqu’il était capable de grimper sur son épaule ou de s’allonger entre ses doigts.

« Tu m’as sauvé, ne t’excuses pas. » l’aristocrate leva un bras devant lui et le contempla. Il était long et mince, à l’instar de ses jambes et de sa taille ; plus Elfe des légendes qu’Homme dans la morphologie. « Je peux rester ainsi quelques temps, mais plus je tarde plus le retour sera difficile. Cette plante me tue, mon fantôme ! Elle donne la fièvre et souille la lumière ! »

La fée avait à demi-crié la dernière phrase d’une intonation naïve et presque enfantine qui tranchait avec sa voix nouvellement masculine.

« J’ai peur, j’ai mal, pourquoi le monde est si petit… » il pressa les paumes sur ses tempes, les ailes frémissantes mais qui ne répandaient pas leur pailleté habituel, réduite à un simple apparat.

Relevant finalement ses iris mauve et troublées de contradictions, il ordonna au Pirate « Aide-moi à me lever. J’ai soif. »






Merci Azel ♥️
Avatar : Fool-ish Golden Lord by A6A7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thanks for the memories   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» cherche code Bubble Memories svp?
» [Pale Memories] Premières Photos de ma nouvelle Miss P2
» [WII] Another Code: R - A Journey into Lost Memories
» ys : memories of celesta,le rpg sur psvita sort du japon
» [Estim] Kingdom hearts : chain of memories GBA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Vallée des Fées :: Le Bois Joli-