Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Never die who ever lie   Lun 5 Sep 2016 - 23:39

But never lied this plant.


« Okay les gars. C'en est trop. »

Josh Pattefolle avait parlé en regardant ses camarades blessés. Bras cassés, jambes en miettes, yeux perdus, mâchoires brisées, pour ceux qui étaient revenus. Lui-même avait perdu sa jambe.

« Avec ça, si Peter me file pas le rôle de chef des chasseurs à la place de cette gonzesse, je mange mon chapeau ! »

C'était Hatter, un jeune chasseur sot à la tête d'une escouade de têtes brûlées. Son but, éliminer une menace qui rôde dans les forêts. Définitivement. Il avait vu certains de ses camarades disparaître dans la gueule béante du monstre. C'était à la fois une vengeance et un échelon pour monter.

« Il est temps de faire taire ses gargouillements. Que Puma Sanguinaire le veuille ou non, j'irai. Si les braves veulent me suivre, qu'ils viennent. Sinon, qu'ils restent, je ne leur en veux pas. »

Glouton Stoïque avait parlé. Il prit sont tomahawk et se dirigea vers la forêt. Derrière lui un brave se leva, puis un deuxième, et c'est petit à petit qu'une petite troupe se forma.

Les trois groupes d'humains n'avaient qu'un seul but. Un but commun.

Une certaine plante en avait trop fait.

Il était temps d'arracher la Mauvaise Herbe.

Dans la nuit, dans les ombres de la forêt, des silhouettes furtives à quatre pattes courraient dans une direction.

[ On va y passer, chef... ]

[ T'as le droit d'avoir peur. Mais il faut faire ça. Pour la Meute. ]

[ Ouais. Pour la Meute. ]

« GRWLMWRGL ! »

[ Il est là. ALLONS Y ! ]

Trois loups sortirent d'un coup des fourrés, sautant vers la gorge enflée du monstre végétal. Mais Cogneur les attendait. Et tandis que le premier se prit un coup de bogue de chaque côté du corps, les deux autres ne mordirent que la chair dure des branches-bras du Cogneur. La plante s'agita mais les loups tinrent bon.

[ Reste accroché ] grogna l'alpha à l'autre. [ Je sens les deux-pattes arriver ]

Cogneur secoua les bras, puis regarda le loup alpha d'un air mauvais. Celui-ci répondit par le même regard.

« GRWLMWRGL ! »

Malgré le poids mort qui y était attaché, le bras de Cogneur restait vif et frappa le loup qui lâcha sa prise, laissant au passage quelques dents sur la branche. Satisfait de ce résultat, le boxeur végétal s’apprêta à faire subir au troisième loup le même sort que son compère. C'est alors que le coup de feu retenti. Le choc avec la balle arrêta la créature dans son élan. Et la fit reculer.

Le mousquet encore fumant, Josh sortit de l'ombre.

« CHARGEZ ! »

Et tandis qu'il commençait à recharger, le sabre au poing, l'air plus saoul que d'habitude, deux pirates sortirent des fourrés pour foncer sur l'arbre à poings. Le loup alpha se releva et suivit les deux humains, mais s'arrêta net quand l'un d'entre eux, hurlant, se fit attraper par l'énorme gueule végétale, alors que l'autre se prit le loup qui avait tenté de rester accroché. Avalant le pirate, Cogneur émit un gargouillement de guerre.

La rage envahissait la plante. Tous les sacs à viande avaient décidé de l'attaquer ce soir. La pluie salée s'écoulant sur lui ne l'avait pas aidé à se rétablir, et il n'était pas en pleine possession de ses moyens. Mais ces choses allaient payer et le nourrir. Il fit mine d'avancer, mais un autre coup de feu le fit reculer.

Un mousquet met du temps à se charger. Et pendant ce temps Cogneur pouvait avancer. Le loup alpha se mit à grogner en reculant. Josh vit la plante se rapprocher. Et sa mort avec elle.

« Merde. Merde merde merde. »

« Les gros mots, c'est pas bien ! »

« Uh ? »

Une pierre vola de derrière Josh pour atteindre l’œil de Cogneur qui grogna de douleur avant de hurler de rage.

« TAÏAUT ! »

Une demi-douzaine de gamins, tous armés de frondes, lancèrent sur Cogneur une pluie de projectiles qui le fit reculer un peu plus. Mais guère plus. Utilisant ses feuilles pour se couvrir les yeux, il avança sous la pluie de projectiles, ricanant et regardant les êtres de chair reculer à leur tour.

Mais Hatter ne se démonta pas.

« HEY LE MONSTRE ! »

Il fila droit vers Cogneur, jusqu'à le dépasser et à être derrière.

« MÊME PAS CAP' DE M'ATTRAPER ! »

Et le jeune gars se mit à courir, poursuivi par la créature monstrueuse.

Ne pas le laisser me rattraper. Ne pas le laisser me perdre. Hatter avait peur, mais c'était lui qui avait amené les autres dans cette merde. C'était à lui que revenait la responsabilité de faire en sorte qu'ils reviennent.

Cogneur en avait marre. Tous ces tas de viande qui le provoquaient. Tous ces repas qui l'attaquaient. Depuis quand une proie traquait le prédateur ? Il allait leur faire voir. A tous. Ce soir, après ceux-là, le Cogneur allait raser le Pays de Jamais. Dévorer tous ses habitants. Détruire tous les arbres. Ravager toutes les tanières. Cogneur allait tout casser.

Josh, l'alpha, le loup, le pirate et les enfants poursuivirent Cogneur qui courrait après Hatter. Qu'est-ce que ce petit con avait fait ? Ça allait mal finir pour lui, pour eux. Pour tout le monde. La Mauvaise Herbe allait devenir berserk. Et certains se souvenaient encore des ravages qu'elle avait fait lors de l'attaque contre les cauchemars.

Alors il fallait l'arrêter, maintenant.


Un éclair tomba. Hatter était à bout de souffle. Devant lui, une falaise. Et l'Océan. Derrière lui, fulminant, Cogneur. Un second éclair fit luire sa tête de façon sinistre. Un sourire mauvais s'étala sur son visage alors qu'il arma son poing.

*C'est la fin* pensa Hatter.

Alors il ferma les yeux, et attendit. Attendit. Attendit.

« Qu'est-ce t'attends p'tit con ? Casse-toi ! Vite ! »

C'était Josh qui l'appelait. Hatter ouvrit les yeux et vit Cogneur en lutte avec trois indiens plutôt musclés. Il n'en demanda pas plus et détala rejoindre ses camarades qui s'empressèrent de le prendre dans leurs bras.

Un par un, les braves tombèrent sous les coups de la plante. Mais Glouton Stoïque, poussé par son essence, resta encore longtemps avant de finir par reculer sous les coups du monstre végétal.

Trônant en maître sur le bord de la falaise, Cogneur émit un gargouillement de victoire. Ce soir, en ce lieu, Cogneur allait marquer sa première victoire contre l'île et ses habitants. Les pirates. Les enfants. Les indiens. Les animaux. Toutes ces créatures allaient y passer.

En face, la résistance savait ce qui allait se passer. Si Cogneur quittait cet endroit, ce serait pour raser le monde. Il fallait l'arrêter ici et maintenant. Si seulement ils pouvaient le pousser...

C'est alors que, surgi de derrière le groupe, un petit raton laveur chargea.

« EN AVANT, SVEN ! LE MONSTRE EST FINI ! »

Le raton-laveur sauta sur les yeux de Cogneur qui recula sous le choc, et esquiva adroitement les coups que tentait de lui porter le monstre végétal.

« SAUTE, ROCKET, J'ARRIVE ! »

Le raton finit par sauter des yeux du Cogneur qui vit une paire d'andouillers lui foncer dessus. Puis il vit le ciel, nuageux. Il sentit le vent dans ses feuilles. Il chutait.

Puis il atteint l'eau salée où les vagues le submergèrent. L'Océan lui-même avait décidé d'en finir avec ce monstre, et les courants commencèrent à l'emmener loin, loin au fond. Là d'où il ne pourra jamais revenir.

Un cadavre de pirate à moitié digéré commença à remonter vers la surface tandis qu'avec difficultés, le Cogneur se débattait. En vain.

La Mauvaise Herbe coulait vers les abysses d'où elle ne reviendrait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Nacre
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 45
✘ DISPO POUR RP ? : MP moi !

MessageSujet: Re: Never die who ever lie   Mar 6 Sep 2016 - 18:18

Comme toute nouvelle aventure, celle de Nacre avait débuté dans les abysses. Elle s'était réveillée en découvrant un spectacle qui l'avait laissé surprise. Étirant ses muscles, elle se laissa porter par le courant fatigué.

« Bonjour petit indien, comment allez-vous aujourd'hui ? »

Le squelette était immobile, enchâssé dans le fond abyssal. Comme s'il était doué d'une vie propre, une créature qui logeait dans son crâne s'éveilla. Étant natif d'un pays de ténèbres, il avait cette faculté magnifique qu'était la bioluminescence. Et de ce fait, en se réveillant, les yeux du crâne de l'indien semblèrent s'éveiller.

Nacre salua toute ses amis, amies et choses. C'était un rituel d'éveil qui la menait ensuite au centre de ce cimetière sous-marin : la porte qu'elle gardait vers un autre univers, vers le Pays Ordinaire.

« Pourquoi as-tu revêtu cette forme ? Essaies-tu de me communiquer un message ? »

La porte était un grand arbre qui étendait ses branches dans toutes les directions. En été et sur la terre ferme, dans une forme humaine et entouré de vivants, cette scène aurait été le cliché parfait d'un après-midi de vacances.

Totalement réveillée, les muscles prêt à se contracter pour remonter des milliers et des milliers de mètres cubes d'eau, Nacre promit à tous ses amis de revenir très vite. Et c'est ainsi que petit à petit, les noires des ténèbres furent percés par les rayons de luminosité. Toujours excitée au réveil, son esprit nettoyé et fonctionnant innocemment comme celui d'une petite fille : Nacre perça la surface de l'eau et respira l'air frais.

Mais ce n'était pas de l'air frais. C'était une atmosphère poisseuse, arrosée par une pluie légèrement salée. Le ciel était gris et les environs étaient vides. Sans charme, le Lagon n'était rien de plus qu'une mare d'eau stagnante dans laquelle patientait les prédatrices au corps de déesse.

L'ambiance minée, Nacre replongea dans l'eau. Rencontrant quelques animaux marins et quelques autres sirènes, elle en oublia un temps les soucis de la surface. La pluie n'existait déjà plus dans sa mémoire.

Puis elle remonta. Un besoin qui naissait dans son bas-ventre. Une espèce d'ordre inconscient. Sa tête blanche et chauve perça de nouveau la fine frontière entre l'élément marin et l'élément aérien.La pluie tombait toujours. Les visiteurs et les aventuriers étaient rares. Trop loin ou déjà l'attention d'une de ses sœurs.

Elle se laissa alors aller, découvrant bientôt qu'elle était attirée par un remue-ménage. Quittant sa nage sur le dos, elle plongea dans l'eau, accéléra pour se rapprocher des éclats de voix. Sa tête reparut jusqu'au milieu de son nez. Un observateur aurait associé son geste à celui d'un crocodile épiant sa future victime.

Il y eut un cri. Suivi d'un « plouf ».

Minée par les larmes, affamée de son sommeil abyssal, Nacre se jeta sur le pirate tentant de garder la tête hors de l'eau. Il s'affolait, criait à l'aide et buvait la tasse. Finalement, d'autres tombèrent à l'eau mais personne ne le vit subitement disparaître par le fond.

Nacre mâchonnait un morceau de sa cuisse lorsqu'elle ressentit une grosse vibration faire « plouf » elle aussi. Intriguée, elle en lâcha son pirate et nagea prudemment vers la source de ce mystère.

Là, à moins de cinq mètres de la sirène à la peau d'albâtre se trouvait une créature végétale de deux mètres de hauteur. Tout de suite, à cette vision se superposa l'image de la porte qu'elle gardait. Cette arbre gigantesque ouvert à sa base, dans laquelle une porte avait été installée.

*Es-tu ma coïncidence ? *

Elle s'approcha d'un ou deux mètres du colosse qui semblait s'amuser à faire des bulles. C'était soit ça, soit il criait. Mais pour Nacre, c'était à n'y rien comprendre.

« Voudrais-tu venir avec moi ? Je peux t'emmener voir mon trésor, si tu veux. »

Nacre s'enroula autour de Cogneur. Pas assez prêt et trop rapide pour qu'elle puisse être attraper. Suffisamment prêt et rapide pour donner l'impression au noyé qu'il voyait le tunnel de lumière blanche ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Never die who ever lie   Mer 7 Sep 2016 - 19:41

Déni

Ça n'allait pas finir ainsi. Ça ne pouvait pas finir ainsi. Cogneur était une plante. Cogneur pouvait flotter. D'ailleurs, du peu qu'il arrivait à voir, la surface se rapprochait... Enfin, c'est ce qu'il voyait, non ? La lumière à la surface ? Quelque chose de blanc qui se rapprochait... La surface. Forcément la surface.

Cogneur reviendra sur la côte, et commencera par les humains du port et leurs bâtons à foudre. Et il les exterminera. Et une fois exterminés, il les tuera, puis les écrasera, puis les dévorera. La Mauvaise Herbe le savait. On n'arrache pas la Mauvaise Herbe, c'est la Mauvaise Herbe qui vous arrache. Alors EVIDEMMENT que Cogneur allait sortir de l'eau, hein ?

Une voix l'interpella. Venir avec la voix ? Pas le temps ! Si Cogneur arrivait à savoir d'où elle venait, il la frapperait, la réduirait en purée. Enfin, en temps normal. Là, il devait éradiquer toute vie à la surface. C'était sa Mission. Cogneur s'agita en essayant de remonter. Il SAVAIT que la surface se rapprochait.

« Rlwrglaissrl mwargl grwangrwirl ! » gargouilla la plante à la voix, tout en s'efforçant de remonter.

Son esprit tentait désespérément d'ignorer la sensation de descente qui l'envahissait...
Revenir en haut Aller en bas
Nacre
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 45
✘ DISPO POUR RP ? : MP moi !

MessageSujet: Re: Never die who ever lie   Ven 9 Sep 2016 - 14:02

Incompréhension. Nacre avait arrêtée de tourner autour de Cogneur et s'était éloignée pour observer la plante mutante couler inévitablement. Ce n'était pas le fait qu'une plante fasse deux mètres de hauteur et se retrouve en train de couler qui dérangeait la sirène. Non, c'était le fait que la plante avait deux yeux et une bouche et que, tout ce qui en sortait, étaient des bulles remplies de gargouillis, de colère et de mauvais scrabble.

*As-tu vraiment un lien avec mon trésor ? *

Doucement, elle se remit à nager vers les profondeurs, pour se remettre au même niveau que l'ancre verte. Elle passa si près de lui qu'elle sentit les espèces de poings frôler sa peau si fine, cette farce qui devait lui permettre de protéger ses précieux organes internes.

« Est-ce que tu me comprends ? »

Visiblement, non. La chose continuait de s'agiter. Elle semblait nourrir l'envie de remonter au vu de ses efforts répétés et nuls.

« Tu veux remonter là-haut ? »

Les grands yeux de la sirène blanche s'agrandirent de tristesse. La tâche bleue qu'était ses pupilles disparurent, laissant un instant seulement deux yeux aveugles. Puis la vue lui revint en même temps que Nacre avait pris sa décision.

« Je suis certaine que tu dois venir voir mon trésor. Alors je vais t'aider ! » (dit-elle avec un sourire naïf)

Bandant ses muscles, elle se propulsa et enlaça une nouvelle fois Cogneur de son corps blanc. Elle tourna deux ou trois fois avant de se retrouver entre les abysses et la plante mutante. Alors elle déploya sa queue et enserra dans son étreinte les espèces de bras.

« Tu vas voir, tout ira bien. Personne ne connaît aussi bien les abysses que moi. Et tu dois savoir que je n'ai encore jamais perdu personne. »

Un nouveau sourire. L'excitation rosissait légèrement les extrémités du corps de la sirène. Désormais, c'est en fredonnant qu'elle emmenait sa nouvelle plante chez elle. Sa queue empêchant les bras de Cogneur de la frapper.

Mais les abysses étaient encore bien loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Never die who ever lie   Dim 11 Sep 2016 - 14:46

Colère

Ce que Cogneur avait cru être un reflet de la surface n'était qu'un de ces vils êtres marins qui ne remontaient jamais assez proche de la surface pour pouvoir les frapper, les écraser, les dévorer. Mais là, il était dans leur monde, à ce petits provocateurs imbéciles et plein de suffisance. Comme un poisson dans l'eau, hein ? Comme ils disaient, les autres. Là, Cogneur pourrait déverser toute sa rage sur ces êtres aquatiques, sur l'OCEAN lui-même ! Ce sale fourbe, traître ! Il pourrait.

Si cette vipère blanche ne l'avait pas immobilisé de sa puissante queue. Impossible de frapper ou de mordre. Impossible de résister. Cette fois, Cogneur ne pouvait plus ignorer qu'on l'emmenait loin de la surface, et, même si c'était encore faible, le froid et l'absence de lumière et d'air commençaient déjà à l'engourdir.

Mais ce n'était pas l'heure de désespérer.

« GRWLMWRGL ! RWLAISSE MWARGL TRWANQRWILLE ! JRWE VWRAIRL BRLISER TRWLON TRWLESWORL ! »

Cogneur se débattit violemment pour tenter d'échapper à l'étreinte de son abyssal adversaire, en vain. Ce qui attisa encore plus sa colère.

« JRE VWRAIL TWRE TWRUER ! JRE VWRAIRL TWRE MWRLANGER ! JRE VWRAIRL TOUWRL CWASSERL ! »

Le trésor ne l'intéressait VRAIMENT pas.
Revenir en haut Aller en bas
Nacre
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 45
✘ DISPO POUR RP ? : MP moi !

MessageSujet: Re: Never die who ever lie   Lun 12 Sep 2016 - 17:53

Que venait-il dire ? La progression vers les abysses ralentit.

Est-ce qu'elle avait bien entendu ? Nacre tourna la tête vers cette chose qui ne faisait que s'énerver.

Si c'était vrai, alors...

Nacre se rapprocha de Cogneur. Elle ne fredonnait plus. Sa douce et gentille expression venait de laisser place à un masque sévère. Déjà de premières rides venait troubler la beauté irréelle de la sirène.

« Tu veux briser mon trésor ? »

La queue resserra son étreinte sur le corps végétal.

« Tu veux me tuer ? »

Si cette créature avait eu des poumons et des cotes, les deux se seraient déjà embrassés mortellement.

« Tu veux me manger ? »

Son visage n'était plus celui de la magnifique mais troublante sirène d'albâtre. Non, son faciès était celui d'un prédateur des abysses. Tous les muscles de son visage roulait de rage. Sous l'effet de la colère (et d'une faim non nourrie), les dents aiguisés de Nacre s'allongèrent d'au moins deux fois leur taille originelle.

« JE REFUSE QUE L'ON MENACE MON TRÉSOR ! »

Alors la gueule abyssale sembla pouvoir avaler la moitié du visage de Cogneur. Ce n'était peut-être pas la vérité vraie, mais on ne pouvait exclure cette mâchoire qui s'était déplacé pour permettre d'ouvrir monstrueusement cette gueule mortelle.

Nacre venait d'arracher un premier morceau qu'elle avala goulument.

Sans attendre, elle accéléra brusquement et fonça à toute vitesse vers les abysses.

Cette maudite plante en colère serait bientôt conquis par le silence magnifique des ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Never die who ever lie   Jeu 15 Sep 2016 - 20:04

Marchandage RAGE

La gueule de la chose s'ouvrit. Et pas qu'à moitié. Ce fut la première fois de sa vie que Cogneur vit une bouche de l'intérieur. Puis il ne vit plus que d'un œil. La chose venait de lui arracher une partie de la corole supérieure, lui dévorant un œil à l'occasion. C'était la première fois qu'il manquait à Cogneur autre chose qu'une feuille ou un fruit.

Et loin de le calmer, cette perte attisa sa rage.

« GRWLMWRGL ! »

Comme pour rivaliser, Cogneur ouvrit sa grande gueule, capable d'engloutir un être humain, et essaya de mordre la sirène abyssale. Sa gueule claqua dans le vide, mais Cogneur en avait juste ras-le-bol de tout. Sur terre, dans les airs, sous la mer, rien ne se passait comme ça devrait. Rien ne se passait comme il voulait.

La Mauvaise Herbe s'agita fortement, afin d'échapper à l'étreinte, dépensant plus d'énergie qu'elle n'en avait jamais dépensé. Cette fois, le Cogneur allait se libérer et frapper cette sale masse viandeuse blanche et décrépie. Il réussit à libérer un de ses poings, et sans attendre arma le coup pour viser la tête.

C'était sans compter la résistance de l'eau. Cogneur... Ne pouvait pas Cogner.

Désespoir


C'en était fini de lui. Tout ce qui était Cogneur venait de lui être retiré. Ses poings ne lui servaient plus à rien. Sa gueule avait été à moitié dévorée. La peur qu'il inspirait n'existait plus. L'air lui manquait. Le froid l'envahissait. Une force venue de l'extérieur le compressait.

La plante était en train de disparaître...
Revenir en haut Aller en bas
Nacre
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 45
✘ DISPO POUR RP ? : MP moi !

MessageSujet: Re: Never die who ever lie   Lun 19 Sep 2016 - 21:25

Il y eut un moment de panique quand la plante parvint à libérer son poings. Nacre imagina tout de suite le pire : ce poing énervé passant à travers sa peau si fine qu'elle en était transparente. Elle se vit en train de tomber jusque dans ses abysses, laissant des morceaux d'elle-même tandis que cette maudite plante parvenait à remonter.

Mais il n'en fut rien. Fatiguée, la créature n'avait plus de force dans son corps magique. Plus d'énergie pour gueuler des bulles. Rien. La lutte était terminée.

Alors Nacre se remit à fredonner tandis qu'elle ondulait toujours plus profondément.

Puis le fredonnement devint des paroles qu'elle découvrait en même temps que Cogneur.

« N'aie plus aucune crainte,
gentille plante mutante.
Abandonne ta complainte,
elle est si assourdissante.

Laisse-les te noyer.
Laisse les abysses t'absorber.

Cette île tout là-haut,
elle était polluée.
Abandonne tes maux,
Laisse derrière les huées.

Laisse-les te noyer.
Laisse les abysses t'absorber.

Bientôt, tu seras un gardien,
Bientôt, tu seras le cercle.

Tu verras que tout en bas,
la terre y est fertile.
Je sais que tu t'y plairas,
personne n'y est hostile.

Alors laisse-les,
oui laisse-les.
Laisse-les te noyer.
Laisse les abysses t'absorber.

Les abysses si profondes... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Never die who ever lie   Mar 20 Sep 2016 - 14:37

Acceptation

Alors que la chanson de la sirène berçait ses derniers instants, alors que son étincelle de vie disparaissait pour de bon, Cogneur revécut ses moments les plus terribles. Ce jour où il est apparu. Ce jour, contre le pirate plus grand que lui. Tous ces combats contre Puma Sanguinaire, qui sans sourciller l'avait maint fois renvoyé dans la jungle, aussi affamé et énervé.

Il se rappela de cette faim horrible qui chaque jour le brûlait, de cette haine envers lui-même, envers l'Île, envers ses habitants. De toutes ces fois où il chassait chimères et hallucinations. Il se souvint de cette plante qui avait essayé de le dévorer. De ce lézard aux griffes tranchantes. Du Croque-mitaine, de cette mare de zombies qu'il avait affronté. De la peur. De la douleur. De l'horreur. De la faim. De la rage.

De tous ces sentiments qui ne l'avaient jamais quitté.

Finalement, mourir n'était pas si mal. Pour la première fois dans sa vie, Cogneur était apaisé. Serein. Sans préoccupation. Il n'avait plus faim. Il n'avait plus envie de tout démolir.

Et alors, dans un dernier souffle, fermant les yeux pour la dernière fois, Cogneur chanta. Pour la seule fois de sa vie.

« Bwrlintôt jwe swerwai drwlans le cwrwlcle
Bwrlintôt jwe swerwai un grwlarwldien... »


Adieu Cogneur. Aujourd'hui, c'est la fin.
Revenir en haut Aller en bas
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1613

MessageSujet: Re: Never die who ever lie   Ven 23 Sep 2016 - 14:28

The End


Ainsi la plus abyssale de toutes les sirènes,
Par son chant d'un autre âge qui perd autant qu'il mène,
Aura su offrir à une plante en colère,
Un ultime voyage loin, très loin sous la mer,
Adieu monstre fleuri, sache que ton souvenir,
Restera en nous pour le meilleur et le pire.


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Never die who ever lie   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: L'Océan Bariolé-