Le Deal du moment : -45%
SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 ...
Voir le deal
23.75 €

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyDim 21 Déc 2014 - 18:19

Jiminy a des frères, à nous de les trouver !


Une mission... ce simple mot donnait désormais des sueurs froides au grand garçon : mission. Ce n'était pas grand chose, juste un son, un petit bout de bruit, avec un souffle au bout de la lèvre et un O un peu ouvert avec la bouche. Ça se prononçait vite et bien, ça chatouillait un peu, c'était beau à l'oreille... mais alors pourquoi était-ce si terrifiant ? Dés l'instant où Moony avait appris qu'il partait en mission pour Peter il s'était mis à avoir mal au ventre, comme si tout la peur, toute l'appréhension nichée dans son petit ventre avait décidé de mettre le feu sous la marmite pour lui faire flamber l'estomac. Il n'avait pas dormi de la nuit et maintenant c'était le matin, un matin sans matin, comme d'habitude, un matin sans temps, un matin tout plein de nuit et sans vrai horaire : un matin du croquemitaine.

Moony n'aimait déjà pas sortir de l'arbre en temps normal, sauf si c'était pour trouver de jolies choses qui lui permettraient de fabriquer ses petites inventions, mais alors quand en plus il y avait sur l'île une nuit permanente peuplée de monstre... disons que ça devenait de plus en plus compliqué de survivre, il le fallait bien pourtant, parce que mourir c'était être mort, pour de vrai. Le pléonasme peut faire sourire mais pendant longtemps Moony n'avait pas eu conscience que la mort était vraie, que la mort c'était une fin qui ne reviendrait jamais, parce que plus rien ne commencerait. Maintenant qu'il savait ce qu'était la mort il avait peur de tout. Moony ne voulait pas mourir ce qui, vu les exigences du petit tyran qui les avait amenés ici, s'avérait un désir plutôt difficile à combler.

Cette fois encore Peter avait fait fort... Il voulait des sauterelles, des sortes de sauterelles un peu magiques qui faisaient de la musique. C'était merveilleux, vraiment, et ça aurait fasciné Moony s'il n'avait pas été obligé d'aller les chercher dans l'un des endroits les plus dangereux de l'île. Bon... ok presque tous les endroits de l'île étaient dangereux, mais celui-là attirait vraiment les monstres comme la confiture de nuages attire le serpent de pluie — animal particulièrement gourmand mais qui déteste les miettes, c'est bien connu.

Comme une mission se faisait rarement seul, on l'avait mis de concert avec quelqu'un ce qui, vu le but de la mission, semblait très approprié à Moony. Il avait mis son petit sac à dos improvisé, dans lequel se trouvait ses outils et plusieurs autres objets indispensable à la mission, de quoi capturer les sauterelles et survivre aux différentes bestioles du labyrinthe. Moony ne savait plus quand il était arrivé sur l'île mais parfois, quand il était très fatigué, il avait l'impression que ça faisait vraiment très, très longtemps, et qu'il connaissait un peu trop bien les environs.

L'artisan était quelqu'un de particulièrement gentil, et il faisait très attention aux détails ; c'est pour cette raison qu'il avait préparé pour son ou sa camarade un autre sac à dos. Peut-être que le coéquipier en aurait un, mais il ne serait jamais aussi solide et aussi pratique que celui de Moony, à ça non ! Moony n'était pas prétention ni imbus de lui-même mais il constatait que son sac à dos tenait mieux que les autres ! Il était bien renforcé, fait avec des matériaux secrets dont Moony avait testé l'efficacité, comme un vrai petit inventeur ! Il était fier de son travail et comme il voulait que son camarade sorte aussi vivant de l'aventure que lui même il avait décidé de tout faire pour l'aider. Même s'il ne savait pas encore de qui il s'agissait. Peter l'avait certainement dit en lui confiant la mission mais à ce moment là le garçon perdu était si dépité qu'il n'avait pas vraiment fait attention.

Maintenant ne restait plus qu'à attendre le copain de mission. Moony s'était placé bien devant l'arbre pour être vu. En même temps avec sa grande taille et sa tignasse de mouton noir sur la tête... Il était difficile de le rater.


Code appartenant au forum rpg NNL




Dernière édition par Moony le Sam 17 Jan 2015 - 12:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amy
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptySam 27 Déc 2014 - 16:55




Jiminy a des frères...... à nous de les trouver.



Ce n’était pas son travail, assurément que non. Amy, c’était une mère et par conséquent, elle devait s’occuper de ses garçons perdus, de l’entretient de leurs cabanes, des repas du matin-midi-soir et des siestes des plus petits, ainsi que toutes les tâches ingrates qui allaient de paires avec ça. Voilà ce pour quoi elle était sur l’île – si on mettait de côté ses recherches ardues concernant sa fratrie – et ce n’était sûrement pas pour aller chercher des bestioles au fin-fond du territoire des monstres. Car oui, c’était bien ce que ce fichu gamin en habits verts lui avait demandé : aller chercher des sauterelles musiciennes dans le labyrinthe des monstres. Il fallait être fou pour croire que de telles bêtes pouvaient être assez stupides pour aller faire leurs concerts là-bas. Enfin, qui sait, peut-être que les monstres aimaient ce genre de choses ? La foraine ne les savait pas mélomanes. Dans tous les cas, ces grosses bêtes ne seraient sans doute pas d’accord qu’on leur vole leur musique ; pis qu’on rentre sur leur territoire, aussi, accessoirement.

Mais on ne discutait pas les ordres de Peter Pan, c’était bien connu sur l’île. N’ayant aucune envie de finir dans le cachot où bon nombre de pauvres gamins pourrissaient sans doute, la jeune mère avait accepté non sans rouspéter un peu. Enfin, au moins, elle n’y irait pas seule. Dans sa bonté légendaire, l’Enfant Roi avait assigné un artisan aux côtés d’Amélie ; un certain Moony. Si la jeune fille n’avait absolument aucune idée quant à son identité véritable, elle ne put qu’espérer que ce ne soit pas un bambin ou un petit adolescent, craignant qu’une telle mission ne lui coute la vie. Ne leur coute la vie. Enfin, cela n’était sans doute pas dans les priorités du tyran.

Après avoir préparé le repas du midi et l’avoir pris aux côtés de ses grimpeurs, le Tourne-Disque mit les plus jeunes au lit et assigna l’une des garçonnes perdues à leur surveillance pour l’après-midi. La petite broncha un peu, mais au final, mieux valait rester à l’abri ici plutôt que d’aller affronter les ténèbres omniprésentes instaurées par le Croquemitaine. Ah, si seulement Peter Pan se décidait à aller le combattre une fois pour toutes, afin de calmer les cœurs tremblants des enfants ; mais non, il préférait sans doute rester caché dans son arbre, bien à l’abri, pendant que d’autres partaient à la recherche de sauterelles. C’était ridicule comme situation. Néanmoins, Amélie avait fini par se préparer à la mission, attrapant une veste pour éviter de mourir de froid, à cause de la fraicheur de la nuit éternelle. Poignard toujours dans la poche, surtout depuis cette escapade dans le désert avec Vinyle, la mère semblait enfin prête à partir à l’aventure. Quelle barbe, tout de même. Elle avait bien mieux à faire.

Après avoir embrassé le front de ses enfants endormis, le Tourne-Disque entreprit la longue descente du grand Arbre. Le plus dur restait à venir : trouver son compagnon de mission. Elle qui n’était pas là depuis très longtemps était incapable de mettre un visage sur le nom qu’on lui avait donné. Moony. Moony.. Ce ne serait pas facile de le trouver avec un nom pareil, ce n’était pas comme si on lui avait donné son surnom. Par exemple, il était simple de trouver le Barré ou la Trois-Patte ! Mais Moony.. Pourtant, lorsque la brindille de mère mit pieds à terre, il n’y avait qu’un jeune garçon qui se tenait là, sans bouger, comme un piquet. Exemplaire si tel avait été son rôle. Est-ce que c’était lui ? On aurait pu penser qu’il était albinos, ou un truc du genre, au vu de son nom mais.. pas du tout. Peut-être son regard ? Amy n’en avait pas la moindre idée.

Une fois une mèche de cheveux replacée derrière son oreille, le Tourne-Disque s’avança alors vers le piquet, mains dans les poches, avec son allure habituelle de garçonne perdue. C’est alors qu’elle l’interpella :

« C-C-C’est toi.. … Moony ? » lui demanda-t-elle sans grande conviction. « M-Moi, je s-suis A-A-Amy. La.. … m-mère des g-grimpeurs. »

Au mieux, elle partirait à ses côtés pour se rendre dans le labyrinthe, au pire, elle aurait fait la connaissance de l’un des nombreux garçons perdus. … Cela dit, mieux valait peut-être qu’elle ne trouve jamais le dénommé Moony et que la jeune mère finisse sa journée là où elle l’avait commencé : dans sa cabane.


© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Amy le Lun 29 Déc 2014 - 15:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyDim 28 Déc 2014 - 12:20

Jiminy a des frères, à nous de les trouver !


Moony eut beaucoup de mal à ne pas montrer clairement son énorme déception... D'un coté il était content de ne pas aller se jeter tout seul dans le labyrinthe mais d'un autre... pourquoi ne se retrouvait-il toujours qu'avec des filles ? N'allez pas imaginer que le grand garçon ne les aimait pas, les méprisait ou quelque chose comme ça, oh non, non, non... il avait juste un peu de mal avec la gente féminine ces derniers temps. Il ne les voyait plus comme de grands bras rassurants ou des conteuses d'histoires, ni comme de simples cuisinières ou des ménagères c'était plus... intime, et hormonal. Il les trouvait jolies et gracieuses, même les plus « masculines » et leur présence lui faisait monter le rouge aux joues. Il était tout embarrassé, maladroit et timide. Ce n'était pas bon pour lui...

Le fabricant cligna plusieurs fois des yeux et mit un index dans son oreille, essayant de faire ventouse pour se la déboucher. I... il se passait quoi au juste ? C'était lui ou les lettres se démultipliaient ? Avec la jeune mère les mots s'allongeaient et semblaient ne jamais vouloir sortir. Moony ouvrit la bouche, prêt à dire quelque chose, demandant si c'était normal ou si son cerveau était en train de le lâcher. Puis il se dit que si c'était normal la demande manquerait un peu de gentillesse. Ça ne se faisait pas, ce n'était pas correct, mais un enfant n'en a souvent pas grand chose à faire de la politesse et de la correction c'est pourquoi l'artisan lâcha soudain, prenant son plus bel air benêt :
« C'est bizarre... les mots ils sont plus longs que d'habitude avec toi. On dirait une sorte de grand marshmallow, tu sais ce que c'est les marshmallow ? Ça pousse sur les arbres à bonbon. C'est de la guillaume je crois, quand tu tires dessus c'est tout élastique et ça s'étend. Tes mots ils sont tout élastique aussi... c'est drôle. »
Moony avait parfois du mal avec le nom des choses et il les déformait allégrement, persuadé pourtant d'utiliser le bon lexique. La jeune mère en face de lui n'apprécierait peut-être pas qu'on relève son problème d'élocution mais le pauvre Moony était réputé pour sa maladresse et un franc parler un peu naïf, trop honnête et un peu idiot en même temps. Il ne voulait pas faillir à sa réputation.

Du coup le grand garçon n'avait pas répondu à al question, son esprit avait été trop occupé par la particularité de la mère. Il reprit vite la parole, craignant certainement de se faire engueuler ou houspiller ou en tous cas de voir la jeune fille se vexer après ce que venait de dire Le Fabricant.
« Oui, oui c'est moi Moony, je suis artisan et je dois t'aider à aller chercher les sauterelles qui font de la musique. Je dois construire une estrade... je sais pas trop c'est quoi une estrade mais je dois faire quand même...  »
Il tendit le sac, fixant le sol et traçant des signes du bout du pieds, fuyant le regard de la bégue, évitant le plus possible de rougir.
« Tient c'est pour toi, c'est un sac... tu sais, pour porter les affaires... y'a plein des petites choses utiles dedans je me suis dit que ce serait bien... pour la mission tu sais ?  »
Et pour survivre surtout, ce n'était pas accessoire tout de même comme projet.

Moony finit par relever la tête, essayant de chasser au passage les épaisses boucles brunes qui lui barraient la vue. Il attendait quelque chose, un signe de gratitude, une envie de départ ou juste de la colère, des représailles, à cause de ce qu'il avait dit sur les mots élastiques qui fuyaient de la bouche de la mère.


Code appartenant au forum rpg NNL




Dernière édition par Moony le Sam 17 Jan 2015 - 12:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amy
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyDim 4 Jan 2015 - 22:34




Jiminy a des frères...... à nous de les trouver.



Voilà que fasse à la jeune mère se dressait une grande brindille à l'air un peu perdue et aux joues rosées comme un nuage d'hiver. Était-ce vraiment lui qui devrait faire équipe à ses côtés dans l'un des endroits les plus dangereux de l'île ? Malgré sa taille et son âge avancé - heureusement Amy n'était pas tombée sur un bambin - il ne semblait pas vraiment capable de vaincre un monstre. Enfin, les apparences étaient souvent trompeuses. Cependant, son attitude se révéla très vite déroutante pour la gitane : pourquoi se nettoyait-il les oreilles en pleine conversation ? Certains garçons perdus étaient décidément très mal élevés ; mais que faisait Rose ! Pis avec sa bouche ouverte là, il avait tout d'un poisson hors de l'eau, prêt à lui couper la parole.

Pourtant, il attendit sagement que le Tourne-Disque ait finit de s'enrailler pour prendre la parole. Et d'une certaine manière, elle aurait sans doute préféré qu'il continue à le garder, son précieux silence.

« C'est bizarre... les mots ils sont plus longs que d'habitude avec toi. On dirait une sorte de grand marshmallow, tu sais ce que c'est les marshmallow ? Ça pousse sur les arbres à bonbon. C'est de la guillaume je crois, quand tu tires dessus c'est tout élastique et ça s'étend. Tes mots ils sont tout élastique aussi... c'est drôle. »

Outrée par de telles paroles et un tel air de la part de son interlocuteur, les joues de la jeune mère virèrent au rouge. Ce n'était pas parce qu'il ne faisait pas partie de ses cabanes ou qu'il faisait des têtes de plus qu'elle qu'Amélie ne pouvait pas lui coller une bonne gifle. Pourtant, pouvait-elle seulement le punir ? Il n'avait vraiment pas eut l'air de se moquer, mais bien de rêver tout éveillé.

Dans tous les cas, la bègue n'eut pas le temps d'élever la voix.

« Oui, oui c'est moi Moony, je suis artisan et je dois t'aider à aller chercher les sauterelles qui font de la musique. Je dois construire une estrade... je sais pas trop c'est quoi une estrade mais je dois faire quand même... » reprit-il avec le même ton qu'auparavant, avant de fuir son regard et de lui tendre un sac, « Tient c'est pour toi, c'est un sac... tu sais, pour porter les affaires... y'a plein des petites choses utiles dedans je me suis dit que ce serait bien... pour la mission tu sais ? »

Surprise, le Tourne-Disque en aurait presque oublié sa colère. Un cadeau, il venait de lui faire un cadeau ! Certes, la jeune mère en avait reçu beaucoup de la part des garçons perdus lors de son arrivée sur l'île, mais même après tout ce temps - combien, d'ailleurs ? - Amélie ne pouvait s'empêcher de ressentir un petit pincement au cœur.

« M-M-Merci.. ... M.. Moony. » fit-elle tout en prenant le sac dans ses mains, avant de porter son regard sur ce dernier. « Il.. est.. hm.. ... j-joli. C'est.. C'est toi.. ... qui l'a f-fait ? »

Il fallait toujours gratifier un enfant pour l'une de ses production, quand bien c'était un grand et non pas un bambin. Un sourire naquit même sur les lèvres de la foraine et ce, sans aucun cynisme.

D'un léger coup d'épaule, la mère des grimpeurs prit le sac sur son épaule ; ce n'est que là qu'elle se rendit compte qu'il était remplit d'objets. Curieux, ça. Enfin, peut-être que c'était remplit d'objets en tout genre pour la mission ? Car elle, malgré un couteau, elle n'avait pas grand chose pour construire une estrade pour les sauterelles musiciennes. D'une main, elle invita son compagnon de mission à la suivre ; afin qu'enfin la mission puisse commencer.

Ce ne fut qu'après quelques minutes de marche qu'elle lança finalement, comme si elle avait cherché ses mots depuis tout ce temps :

« P-P-Plus vite on s-sera.. partis.. P-Plus vite ce se-sera réglé. » lança-t-elle après un grand effort. « T-Tu as.. m.. mis quoi d-dans le.. ... sac ? »

Puis avant même qu'il ne puisse imaginer pouvoir lui répondre, le Tourne-Disque se remit à tourner avec ferveur.

« P-P-Parle en.. encore une f-fois des.. m.. m.. m.. marshmallow.. et.. de ma v-voix.. ... Et.. Ce s'ra av-vec ta t-tête qu'on.. f'ra l'estrade. »

Parce que bon, il fallait pas pousser non plus. Les mots d'Amy étaient certes vifs et secs, mais n'en demeuraient pas en proie d'une profonde détresse pour autant. Les enfants pouvaient se montrer cruels mais lui, c'était encore différent ; alors, pour une fois, elle fut indulgente. Presque.


© Jawilsia sur Never Utopia



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyMer 7 Jan 2015 - 16:22

Jiminy a des frères, à nous de les trouver !


Ah non hein ! Moony n'était pas mal élevé il avait reçu une épu... ému... on l'avait bien éduqué ! Enfin c'est ce qu'il pensait, parfois, quand il voyait que ses manières étaient moins épouvantables que celles de bon nombre d'autres garçons.

Le grand garçon pencha un peu la tête de coté, oh à peine, parce qu'il savait que tyrop pencher ça risquait de faire tomber la matière à penser. Les adultes appelaient ça cerveau mais Moony n'aimait pas trop ce mot : cerveau. Il ne savait pas bien pourquoi mais à son oreille ça sonnait mal, alors il préférait inventer ses propres mots, des mots qui auraient plus de sens pour lui. Le garçon perdu hocha positivement la tête lorsque la jeune mère demanda s'il avait fabriqué le sac. Oui bien sûr, c'était son travail après tout ! A l'intérieur il avait même glissé un couteau, de quoi faire du feu, quelques pièges et d'autres éléments du genre qui pourraient toujours être très utiles en cas de problèmes. Moony n'était pas trop fort, Moony ne savait pas se battre et il n'était pas courageux, mais par contre il était prévoyant, et astucieux. Ces deux caractéristiques lui avaient permis de survivre jusqu'à présent.

Sa camarade de mission partit et le garçon aux cheveux noirs lui emboîta aussitôt le pas. Il avait de grandes jambes et il marchait vite, il faisait des ponts, des grands ponts qui passaient au dessus de la terre et faisaient marcher sa carcasse. Moony ouvrit la bouche pour répondre à la première question mais une deuxième remarque la lui fit fermer aussi sec. Il était étonné, très, très étonné. Pourquoi ne pas parler de marshmallow ? Et surtout quelle idée de faire une estrade avec sa tête... l'artisan ne put s'empêcher de faire la remarque d'ailleurs :
« Mais enfin... on fait pas une estrade avec une tête ! Je sais encore pas trop comment fabriquer ça mais une chose est sûre ce sera pas assez solide, puis j'ai trop de cheveux tu comprends ? Ça va pas le faire... Faut du matériel solide et des choses jolies aussi. »
Décidément les filles n'y connaissaient rien en bricolage, à part faire des câlins et raconter des histoires elles ne savaient pas se débrouiller ! Aucune intelligence, à quoi elles servaient ?

Lorsqu'il pensait ça Moony était un peu rassuré. Il n'avait jamais beaucoup aimé les filles, il les voyait comme des sortes de pleurnichardes, des êtres trop différentes de lui et qu'il ne comprenait pas. Depuis quelques temps sa vision changeait, il était plus... attiré par elles, il les regardait avec une vision nouvelle, celle d'un petit garçon chez qui naît les pensées d'un homme. Ce n'était pas pour le rassurer et lorsqu'il retrouvait ses habitudes d'enfant, ses a priori de petit garçon, quelque chose de chaud et de rassurant venait s'installer dans sa poitrine. Tout allait bien.

Moony rêvassait, et comme il rêvassait il ne savait pas très bien ce qu'il faisait et où il allait. Il suivait la mère et c'est tout, se calant sur ses pas, la laissant guider. Comme le temps était étrange sur l'île et qu'en plus il faisait toujours nuit en ce moment, le perdu était bien incapable de dire en combien  de temps ils parvinrent jusqu'à l'entrée du labyrinthe. Lorsqu'il vit se profiler les haies il éteignit la petite torche qu'il avait allumée pour marcher tranquillement. L'endroit était censé abriter toute sorte de bêtes plus terribles les unes que les autres, mieux valait ne pas attirer leur attention. Moony savait très bien qu'il ne pourrait jamais les affronter mais il s'était bien préparé, et avait tout fait pour ne pas risquer de les croiser...
« Attends deux secondes s'il te plaît. »
Notez la politesse, si c'est pas du garçon bien éduqué ça, hein ? La mère des artisans pouvait être fière de lui !

Le Fabricant retira le sac de ses épaules et fouilla dans l'une des petites poches à l'intérieur. Il en tira une fiole qu'il ouvrit avant de verser un peu du liquide dans ses mains. Il les frotta entre elles puis passa la lotion sur son visage, sa nuque et ses avant bras, ouvrant ensuite un peu sa tunique pour étaler sur le torse, il tendit ensuite à la mère en expliquant.
« Ce sont des hormones renforcées d'araignée toxique à douze pattes... je crois que les autres bêtes ont peur de l'odeur... je me suis dit que ça pourrait servir... »
Ça sentait très mauvais mais ça pouvait les sauver alors bon... une fois tout ça bien frotté ils pourraient se jeter dans la gueule du loup et foncer à travers les haies.


Code appartenant au forum rpg NNL





HRP:
 


Dernière édition par Moony le Sam 17 Jan 2015 - 12:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amy
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyJeu 8 Jan 2015 - 17:37




Jiminy a des frères...... à nous de les trouver.



Si une grande partie des garçons perdus n'hésitaient pas à se moquer de sa façon de parler - tout du moins, ceux qui ne connaissaient pas ses coups de poings ou qui étaient plus grands qu'elle - Moony était.. différent, sans vraiment l'être. Ses histoires de guimauve et de mots à rallonge, la mère n'avait su - à contre-coup - si elle devait les prendre pour une moquerie bien dissimulée, ou pour une simple constatation un peu rêveuse. Puis, il n'y avait aucune animosité dans sa voix, ni aucune intonation qui pouvait lui faire croire à une quelconque raillerie. Quoi qu'il dise lors de ses phrases à rallonge, son ton était toujours le même ; et c'était sans doute ce qui déroutait le plus Amy.

Dans tous les cas, la jeune fille espéra lui clouer le bec pour un petit moment suite à sa remarque cinglante. Bon, certes, en soi, cela n'avait pas voulu dire grand chose mais.. souvent, certains enfants craignaient plus ces incompréhensions que de véritables sanctions. Leur dire que le grand Marabout viendra les chercher s'ils ne sont pas sages marchait mieux qu'un repas privé. Qui était-il ? Amy elle-même ne le savait pas.

Et pourtant, pourtant ! Le Fabricant finit par laisser ses propres guimauves sortir de sa bouche.

« Mais enfin... on fait pas une estrade avec une tête ! Je sais encore pas trop comment fabriquer ça mais une chose est sûre ce sera pas assez solide, puis j'ai trop de cheveux tu comprends ? Ça va pas le faire... Faut du matériel solide et des choses jolies aussi. »

Sur le cul, le Tourne-Disque ne trouva absolument rien à redire à ses quelques paroles. Le garçon perdu lui avait répondu avec simplicité, comme s'il avait prit ses paroles au premier degrés ; et pourtant, pas le moindre signe d'agressivité. Pour la première fois, ce ne fut pas son handicap qui lui vola des mots.

« V-Vu co.. c-comme ça. » avait-elle simplement dit en retour, résignée à insister sur ce sujet.

Déroutée, la jeune fille ne dit plus un mot du reste du voyage.

Pourtant, tandis que les deux jeunes aventuriers parcouraient l'île dans la noir complet pour se rendre jusqu'au Labyrinthe aux Bestioles, Amélie ne put s'empêcher de jeter un coup d’œil à l'intérieur de son nouveau sac. Une chose était sûre : Moony était doué, et prévoyant. Elle y trouva rapidement un nouveau couteau, des morceaux de cordes, d'autres babioles, mais surtout, des allumettes. Ça, ça lui aurait vraiment été utile lorsque Vinyle et elle avaient fait face à cette affreuse momie ; elles seraient gardées précieusement. Foutu Croquemitaine, songea-t-elle alors.

Puis, après un si long moment passé dans le silence de cette nuit éternelle, ils finirent par s'arrêter. La flamme de l'artisan permettait d'éclairer une partie du labyrinthe et pourtant, impossible de voir le bout du premier couloir. Il était encore temps de faire demi-tour ; mais la lumière finit par disparaitre.

Surprise, le Tourne-Disque reporta enfin son attention sur le rêveur. Certes, une torche risquait d'attirer les monstres mais.. s'en sortiraient-ils dans l'obscurité la plus totale ?

« Attends deux secondes s'il te plaît. »

Ah, d'accord. Silencieuse, la foraine observa son acolyte s'étaler une sorte de lotion sur le corps. Le pire, ce ne fut pas cette étrange vision, mais l'odeur. Soit Moony ne s'était pas lavé depuis des semaines et le nez d'Amy se réveillait d'un coup, soit ce truc cocotait la mort. En plus, il lui tendit la lotion, tout penaud, comme à son habitude.

« Ce sont des hormones renforcées d'araignée toxique à douze pattes... je crois que les autres bêtes ont peur de l'odeur... je me suis dit que ça pourrait servir... »

Tout en tirant une mine écœurée, Amélie prit la fiole dans sa main. Pendant un instant, elle se contenta de l'observer avant de finalement répliquer :

« Vu c-c-comment ça.. ... fouette-te.. ça m-m'ét.. tonne pas.. ... q-qu'ils aient p-p-p-peur. »

Malgré sa mine à coucher dehors, un sourire - un brin cynique - finit par traverser le visage de la chanteuse. Tout en remontant ses manches et son pantalon, la mère s'appliqua à s'étaler la lotion, avant de faire de même pour son ventre, sa poitrine inexistante, sa nuque et son visage. C'est que ça piquait les yeux cette saloperie ! Enfin, c'était le prix à payer pour éviter d'être dévoré par un monstre.

Une fois aussi nauséabonde qu'un putois trempé dans une camembert avarié, le Tourne-Disque remit la fiole entre les mains de son propriétaire. Puis, d'un regard brillant d'une étincelle d'angoisse, elle reporta son attention sur le labyrinthe.

« B-B-Bon, ben.. ... A-Allons-y. »

Après un bref coup d’œil en direction de son comparse, le Tourne-Disque se mit en route dans ces couloirs sombres. Il ne restait plus qu'à ne pas se perdre, à trouver ces sauterelles, à les attraper et à réussir à revenir vivants. Un jeu d'enfant ; ce qu'ils étaient.


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyMer 14 Jan 2015 - 13:24

Jiminy a des frères, à nous de les trouver !


Remarque très juste et pertinente de la part de la jeune mère : vu l'odeur dégagée par la lotion Moony comprenait en effet mieux pourquoi les autres bêtes fuyaient l'arachnide... Peut-être sa forte capacité à tuer d'un coup de mandibule, ou encore à liquéfier le corps de ses victimes à l'aide d'une simple piqûre y était-elle aussi pour quelque chose, mais dans le doute... mettons ça sur le dos de l'odeur, c'était beaucoup plus amusant ! Vous imaginez un peu ? Un animal que l'on fuit parce qu'il sent des pieds ! Certes les araignées avaient des pattes — douze, pour être un peu plus précis — mais comme Moony ne savait pas trop si on pouvait dire à quelqu'un « tu pues des pattes », il préférait garder l'expression d'usage pour le moment. Un instant l'esprit du grand garçon se perdit dans ces amusantes inventions mentales puis il finit par réintégrer brutalement son corps. Ce n'était pas le moment de rêvasser, pas en mission et surtout pas quand on tenait à sa tête, ses bras, ses jambes ou n'importe quelle autre partie de son corps.

Moony essaya de ne surtout pas s'attarder sur le corps de la demoiselle tandis qu'elle s'étalait l'infecte lotion. Ce n'est qu'un peu de peau... une maman est une machine à câlins... oui... et à chanter, et à raconter des histoires... c'est comme avec maman Love, ce n'est rien... Le grand enfant fut tout de même soulagé quand la mère baissa à nouveau son t-shirt. Il n'y avait pas grand chose à voir mais c'était un début de quelque chose quand même, un début que les hormones naissantes et mal maîtrisées de l'enfant/adulte avaient du mal à gérer.

MISSION. Voilà mission, c'est parti ! Comme le disait si bien Amy : allons-y !

Oui... oui allons-y, mais allons-y où ? Non parce que le principe d'un labyrinthe c'était tout de même de ne jamais bien savoir où on mettait les pieds et dans quelle direction il fallait aller. Moony avait entendu tellement d'horribles histoires sur cet endroit, il avait vu tellement d'enfants disparaître après une mission là-bas... Moony ne voulait pas disparaître, jamais. Il devait être prudent.

Avant de suivre Le Fabricant fouilla une dernière fois son sac à la recherche d'un sachet de poudre. Il prit ensuite une petite gourde qu'il avait avec lui et mélangea le tout ce qui eut pour effet de créer un liquide à la couleur très vive et surtout qui brillait dans le noir, éclairant un peu les alentours. Une fois cette pâle lampe créée le garçon recommença son petit jeu mais cette fois en versant un peu d'eau sur le reste de poudre. Il malaxa, obtenant ainsi une espèce de pâte collante et elle aussi luminescente dont il barbouilla l'entrée du piège de buissons. Voilà ! En faisant ça tous les 500 mètres ils pourraient se retrouver et sortir de là sans aucun problème ! Entrer c'était bien beau mais il fallait bien penser à sortir aussi, ça pouvait être très utile.

Un peu rassuré par ses ingénieux dispositifs le petit homme entra à son tour définitivement dans ce terrifiant endroit. Les taillis épais qui créaient le labyrinthe avait pour effet néfaste de cacher encore un peu plus la lumière. Moony se mit à trembler : il avait peur, une peur terrible et angoissante qui redoubla d'intensité lorsqu'un cri lugubre se fit entendre. Il ne savait pas quel animal pouvait être capable de faire un bruit pareil mais une chose était sûre : il ne voulait surtout pas le rencontrer !
«  Tu... »
Commença Moony, un peu rassuré par le son de sa propre voix.
«  Tu sais comment on va trouver les sauterelles ? »
Non parce que bon... lui il n'en avait absolument aucune idée...


Code appartenant au forum rpg NNL




Dernière édition par Moony le Sam 17 Jan 2015 - 12:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amy
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyMer 14 Jan 2015 - 17:12




Jiminy a des frères...... à nous de les trouver.



S'aventurer ainsi dans le labyrinthe n'était pas des plus aisés, ni même des plus intelligents ; mais que faire d'autre ? Des lumières vives auraient capté l'attention des monstres et il faisait trop sombre pour jeter des petits cailloux blancs derrière sois. Où en auraient-ils trouvé de toute façon ? La nuit était totale, omniprésente et menaçante. Pourtant, une fois de plus, l'adaptation et les prévisions de Moony quant à cette missions étaient terribles. Grâce à de drôles d'ingrédients, il fut capable de fabriquer un liquide luminescent qui les éclairait suffisamment pour voir devant eux sans être repérable de très très loin. Sans doute devaient-ils ressembler à de gros vers luisants en marche. Ou alors, à des lucioles s'étant perdues ici bas. Avec un peu de chance, les monstres ne les mangeaient pas et, les sauterelles étaient amies avec elles.

Comble de tout, le jeune garçon fut également capable de modeler de la pâte luisante pour les étaler sur les buissons qui étaient sur leur chemin. Ainsi, ils seraient capable de faire marche arrière dans le labyrinthe sans disparaitre à tout jamais. Le Tourne-Disque ne put qu'être impressionnée devant tant de savoir faire ; Moony était vraiment le partenaire idéal pour une mission aussi périlleuse.

« T.. Très in-ing.. g.. nieux.. ... Tes t-t-trucs, là. » se permit-elle de commenter. « On.. On va.. f-faci.. cil'ment r.. r.. r'trouver n.. notre ch-chemin c-c-c.. comme ça. »

Ce genre de compliments venaient du cœur, que le Fabricant les garde bien pour lui. Il faisait de magnifiques sacs bien robustes, d'étranges mixtures, avait d'excellentes idées.. Que faisait Amy avec lui pour une telle mission ? Avait-elle seulement été envoyée pour lui apprendre à construire une estrade et pour le surveiller ? Le chevelu était grand, sans doute aurait-il très bien pu se débrouiller tout seul. Ce fut un cri strident qui semblait venir de partout à la fois qui la sortit de ses pensées.

Son cœur se mit à battre la chamade et elle sentit tous ses poils se hérisser d'un seul coup. Il y avait quelque chose dans le labyrinthe.. mais il n'était pas encore l'heure de s'arrêter.

« ... C-C-Continuons. »

Mieux valait avancer avant que cette bête ne leur tombe dessus. Amélie préférait largement rester dans l'ignorance plutôt que de découvrir l'identité de cette créature ; qui, n'avait rien à voir avec celles qu'elle avait pu connaître au cirque. En seulement un cri, c'était comme si toute leur assurance avait disparue.

« Tu... » souffla-t-il tout d'abord, avec difficulté. « Tu sais comment on va trouver les sauterelles ? »

Bonne question, tiens. C'est que des sauterelles, c'était minuscule - tout du moins, dans le monde réel - mais là, elles pouvaient très bien faire la taille de leur main, comme de l'un de leurs cils. Impossible à savoir. Pourtant, il y avait un moyen de les retrouver sans trop se fatiguer.

« Elles s.. s.. sont mu.. music-ciennes, n-n-non ? »

Question rhétorique, elle n'attendait aucune réponse de son acolyte.

Levant un doigt devant sa bouche, la mère des grimpeurs intima le silence à l'artisan. Si le calme semblait régner à prime abord, Amélie crut entendre une mélodie infime provenir du plus profond du labyrinthe, à des couloirs de ça. En se concentrant un peu plus, elle put l'entendre avec plus de distinction ; mais impossible de dire si c'était un concert de sauterelles musiciennes ou juste le chant du vent.

« J-Je c-c-crois en.. enten.. dre du b-bruit. ... Là-bas. » fit-elle tout en désignant un des couloirs du labyrinthe. « A-Allons.. ... v-voir. »

De toute manière, ils n'avaient pas vraiment le choix. Leur tyran de Roi ne les laisserait pas revenir sans sauterelles ou sans une chose équivalente à sa requête. Ils devaient avancer.


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptySam 17 Jan 2015 - 12:13

Jiminy a des frères, à nous de les trouver !


Moony ne se pensait pas très intelligent ni très vif ni très... adapté... mais il était observateur et cette capacité d'observation lui rendait bien des services. Il avait passé du temps à observer la faune et la flore, avait donc remarqué tel insecte dont les os brillaient, tel autre qui dégageait telle odeur ou alors cette plante qui produisait une substance permettant de soigner les petits bobos ou teindre le bois. Cette île était terrible mais aussi fascinante, elle possédait bon nombre de secret fantastiques que Moony aimait découvrir et exploiter. Parfois c'était juste pour rigoler, parce que c'était drôlement amusant et que ça passait l'ennui, et puis d'autres c'était juste très utile, comme maintenant.

Le Fabricant eut un petit grand sourire. Oui, oui, les deux en même temps, un sourire content mais en même temps un peu timide quand même. Il était heureux du compliment, heureux que ses inventions parfois loufoques marchent et aident les gens.

Lorsque la mère proposa de continuer Moony accéléra le pas sans hésiter, mais il ne savait pas où aller... La mère eut une logique efficace qui leur permit de se faire une idée approximative de l'endroit où les bêtes se trouvaient. En effet elles étaient musiciennes et la musique ça s'entend forcément ! C'était faible mai bien présent, difficile cependant de savoir avec précision d'où naissait le bruit. Le grand garçon leva un peu plus haut sa lanterne improvisée et ouvrit la marche avec prudence. Il se dirigea vers l'endroit où il lui semblait entendre de la musique mais quand il s'approcha le bruit disparut... les sauterelles avaient peut-être eu peur... ça semblait logique...

Fort heureusement le bruit recommença un peu plus loin et Moony s'y dirigea sans hésiter, non sans oublier de faire une petite marque avec la pâte phosphorescente. Mais pareil... dés qu'ils approchaient les animaux se taisaient et disparaissaient, se déplaçaient pour recommencer plus loin. A ce rythme même la pâte ne leur permettrait pas de retrouver leur chemin, ils s'enfonçaient trop dans le labyrinthe et risquaient de croiser un endroit où ils étaient déjà passés, emmêlant ainsi les marques. Après trois nouveaux essais infructueux, dans le silence le plus complet, Moony finit par s'arrêter. Il leur fallait un plan. Une idée naquit dans sa petite caboche frisée et il proposa...
« Ce sont des sauterelles musiciennes ! Mais oui je suis bête ! »
Il se frappa le front un peu rudement, puis le frotta du plat de la main avant d'ajouter. 
« Tu es une maman non ? Tu peux chanter ! Les musiciens ne peuvent pas résister à une bonne chanteuse ! Les sauterelles vont forcément vouloir t'accompagner ! Aller chante ! »
Il ne voyait pas quoi faire d'autre et l'idée ne lui paraissait pas géniale mais pas idiote non plus alors... à défaut d'autre chose...


Code appartenant au forum rpg NNL


Revenir en haut Aller en bas
Crocodile & Cie
Crocodile & Cie



✘ AVENTURES : 286

Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyMer 21 Jan 2015 - 21:30

Surprise !




IH !

Amy perd une dent.

Sa dent disparait dans un coup de vent coloré et est remplacée par un jouet de son enfance : une poupée. Le jouet se transforme en poupée vivante, capable de parler.


Revenir en haut Aller en bas
Amy
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyDim 25 Jan 2015 - 21:04





Jiminy a des frères...... à nous de les trouver.



C'était comme une course, une stupide course après le temps. Dés que les deux compagnons s'approchaient de là où semblait provenir la musique, celle-ci se taisait pour réapparaitre ailleurs. D'une certaine manière, on aurait dit que le groupe de sauterelles s'amusaient à les faire tourner en bourrique et à les perdre dans le labyrinthe ; car, à force de tourner en rond comme deux parfaits idiots, c'était ce qui allait arriver. Peut-être que tout ceci n'était qu'un piège et qu'au fond, il n'y avait aucun groupe de musique ici, seulement des monstres camouflés dans les ténèbres pour venir les dévorer ; ou des créatures plus sombres encore.. Pourtant, Amy et Moony ne perdirent pas patience, réessayant encore et encore. Une fois, deux fois, trois fois même ! Avant de finalement abandonner. Où étaient-ils exactement ? La jeune fille n'aurait su le dire. Quelque part au milieu des couloirs du labyrinthe, sans doute ; ou alors au beau milieu d'un piège. Au choix.

Énervée, la mère des grimpeurs serra le poing tout en marmonnant des injures que seule elle pouvait réellement comprendre ; tant celles-ci étaient soufflées et basses. Pourquoi Peter Pan les avait-il envoyé si loin, dans un endroit si dangereux, tout ça pour des foutus insectes ? Il n'y avait qu'une seule réponse envisageable : parce qu'il était le Roi. Quelle misère. Heureusement, le Fabriquant avait la science infuse.

« Ce sont des sauterelles musiciennes ! Mais oui je suis bête ! » clama-t-il avant de se frapper le front avec force, peut-être même un peu trop. « Tu es une maman non ? Tu peux chanter ! Les musiciens ne peuvent pas résister à une bonne chanteuse ! Les sauterelles vont forcément vouloir t'accompagner ! Aller chante ! »

Surprise, le Tourne-Disque cligna des yeux un nombre incalculable de fois sans pour autant réussir à détourner le regard de celui de l'artisan. Non pas qu'elle ne soit pas habituée à chanter pour endormir ses garçons mais.. c'était vraiment soudain, comme demande. Tant et si bien qu'elle en perdit ses moyens. D'un geste vif, Amélie se tourna de sorte à faire dos à son interlocuteur, puis prit une profonde inspiration avant de fermer les yeux. Quelques secondes passèrent ainsi dans le silence ; tandis qu'au loin, la musique recommençait à se faire entendre.

« B.. ... B-B-Bon. Ç-Ça n.. ne c-c-coûte ri-ien d.. ... d'ess-sayer. »

Nerveuse, la jeune fille resta à nouveau silencieuse pendant quelques instants. La jeune fille se rassura, songea à ce qu'elle avait à faire et surtout, à ne pas craindre d'élever la voix. Après tout, il n'y avait pas de honte à avoir à chanter face à un garçon perdu, même de l'âge de Moony ; et encore moins pour des insectes qui n'existaient peut-être pas. Alors, en un souffle, la brunette se mit à chanter. Si la foraine avait bien un don, si elle était au moins capable d'une chose, c'était bien de chanter. Aucune paroles, seulement un chant mélodieux qui ne fut coupé à aucun moment par des soubresauts nerveux. Durant les longues secondes de son chant, Amy ne se concentra plus que sur sa voix, ne faisant même pas attention à ce qu'il pouvait bien y avoir autour d'eux ; monstre poilus, insectes musicaux et autres trucs.

Tout du moins, jusqu'à ce que sa voix ne se déchire en un gémissement crié ; douloureux et vif, comme.. une dent arrachée.

« P'tain ! »  pesta-t-elle d'une traite, sans même bégayer. « Ch-Cha f-f-fait un m.. mal de ch-ch-chien ! F-F-Fais chier. »

Aussi vivement que si on venait de lui cracher au visage, le Tourne-Disque se mit à se frotter la joue droite dans l'espoir de faire passer cette affreuse douleur dans la gencive. L'une de ses molaires avait disparue ! Pouf ! Sans raison aucune ! Y avait-il un monstre mangeur de dents dans les parages ?

« Bonjour ! » siffla une petite voix guillerette à leurs pieds. « Vous voulez jouer avec moi ? »

Main toujours collée au visage, la mère des grimpeurs esquissa une mine déconfite tout en baissant le regard vers la Chose qui venait de parler. Tout portait à croire que c'était une poupée ; pire encore, une de celles d'Amélie lorsqu'elle était plus jeune. Comment était-ce seulement possible ?

« C-C-C'est.. ... q-quoi c'truc. » souffla-t-elle, même si au fond, elle connaissait très bien la Chose.

Voilà qu'après les momies qui croquaient des jambes, les monstres dévoreurs d'enfants, les sauterelles qui font des concerts et les voleurs de dents, Amy avait affaire à une poupée tout droit sortie de son enfance. C'était à n'y plus rien comprendre.


© Jawilsia sur Never Utopia



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptySam 31 Jan 2015 - 11:37

Jiminy a des frères... à nous de les trouver.


La mère sembla quelque peu... bloquée, par la demande, et Moony se fit la reflexion qu'avec la chance qu'il avait il était peut-être tombé sur la seule mère de l'arbre qui ne savait pas chanter ! Ce n'était pas de chance tout de même parce que lui non plus il ne savait pas, et il n'avait jamais su d'ailleurs. Il avait beaucoup de talents dans son domaine, un esprit vif et ingénieux, mais au niveau des qualités ça s'arrêtait à peu prés là, il ne savait rien faire d'autre ou en tous cas le faisait très mal.

Pourquoi se tournait-elle ? Elle était fâchée ? Peut-être Moony avait-il touché un point sensible, peut-être ne savait-elle réellement pas chanter et que du coup ça la blessait ? Oh bah flûte alors ! Peut-être même que c'était lié à ses marshmallow dans la bouche qui faisaient se répéter les lettres ? Oui c'était ça, c'était forcément ça ! Ou pas... la mère sembla vouloir essayer tout de même et ce que Moony entendit était joli, très joli même. Il en resta un peu comme un idiot, tout rêveur, à écouter la mélodie hypnotique qui sortait de la bouche de sa partenaire. Un petit sourire idiot lui étira les lèvres et il continua à rêvasser jusqu'à ce que le chant soit coupé par des nuisances. Que se passait-il ? Pourquoi arrêtait-elle ?

Moony sentit les petits poils de sa nuque se dresser lorsqu'un cri de douleur remplaça la ligne mélodique qui naissait de Amy. Quoi ? Une attaque ? Où ? Quand ? Elle était morte ? Zut ! Ah bah non elle ne semblait pas morte du tout... Blessée ? Plus probable. Le jeune fille se frottait la joue sans s'arrêter et le grand perdu continue à la fixer bouche bée, sans bien comprendre ce qui arrivait. Il comprit encore moins lorsqu'une poupée fit son apparition aux pieds de la mère. Il ne trouva rien de plus idiot que de répondre :
« C'est une poupée... mais qui parle ».
Merci Sherlock... on ne s'en serait pas douté...

Le garçon perdu ne semblait même pas s'étonner. L'île leur faisait un cadeau, un cadeau dont il fallait se méfier, ils étaient toujours empoisonnés, ou en tous cas souvent... mais d'un autre coté... elle était bien mignonne cette petite poupée. Le Fabricant s'approcha un peu, fasciné, et s'agenouilla, prenant l'objet dans ses grandes mains pour la retourner dans tous les sens. Il souleva les vêtements, tripota le tissu, les cheveux et finit par se faire mordre sans aucune autre forme de procés ― et puis même s'il y avait eu procés ils ne sont jamais équitables sur l'île... tout le monde sait ça.

En sentant les toutes petites dents s'enfoncer dans sa chair Moony relâcha aussitôt l'objet qui alla s'écraser au sol avant de se mettre debout pour se réfugier derrière les jambes de Amy.
« Qui parle... et qui marche aussi... »
Mais qu'allaient-ils donc faire de ça...



Code appartenant au forum rpg NNL



Revenir en haut Aller en bas
Amy
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyJeu 12 Fév 2015 - 9:27




Jiminy a des frères...... à nous de les trouver.



Quelle aventure étrange, lorsqu'on y songeait avec un peu d'intérêt. Les deux comparses étaient partis pour retrouver une troupe de sauterelles musiciennes, en plein milieu du territoire des monstres et se retrouvaient finalement avec une poupée qui parle. Était-ce l'un des faits du Croquemitaine ? Non, impossible ; elle semblait là pour les aider. Le Patapon ? Pourquoi ne s'était-il pas montré ? A moins que ce ne soit les faits d'une fée des dents invisible ? Allez savoir, on était jamais vraiment certain de ce qu'il passait sur cette île. C'était comme vivre dans un rêve permanent ; et tout le monde savait qu'il ne fallait qu'un pas pour passer au cauchemar, avant de revenir dans les songes agréables, et ainsi de suite. Dans tous les cas, cela n'empêchait pas la nuit d'être mouvementée ; et avec l'île qui était plongée dans une nuit éternelle, c'était d'autant plus vrai. Et si Amélie n'avait en réalité jamais quitté son lit d'hôpital ?

La question était légitime, mais la jeune fille n'avait pas le temps de penser à de telles choses ; la petite créature était toujours là, à les fixer de ses grandes billes rondes. Le Fabricant se retrouva également bouche-bée face à l'arrivée de la poupée, soulignant ce qu'elle était, ainsi que le fait qu'elle était douée de parole. C'était invraisemblable ; donc, tout à fait possible à Never Never Land.

Visiblement interloqué face à la " fillette " sortie de nulle part, Moony ne put s'empêche de l'attraper entre ses doigts, l'examinant sous toutes les coutures, comme pour chercher à en comprendre son mécanisme. Après tout, un artisan comme lui ne pouvait que se montrer curieux vis-à-vis d'une telle création. Peut-être souhaitait-il en créer une à son tour ? Devrait-il l'éventrer pour connaître son mécanisme ? Oh, pas sûr que la petite chose ne se laisse faire bien longtemps ; ni même que la mère ne lui laisse lui faire le moindre mal. Après tout, la poupée était un fragment de sa mémoire. En se concentrant un peu, la foraine revoyait sa mère la lui offrir, sans parvenir à revoir correctement son visage. Cette pensée serra douloureusement le cœur du Tourne-Disque : elle ne devait pas rester sur cette île éternellement.

Un petit bruit sourd remit Amy sur terre, tandis que ses yeux se posaient vers la poupée qui se relevait avec difficulté du sol ; avant d'aller se réfugier derrière les jambes de sa propriétaire.

« Qui parle... et qui marche aussi... » finit-il par faire remarquer.

Bon, avec tout ça, ils n'étaient pas vraiment avancés. Sans trop savoir quoi faire, la jeune fille finit par se mettre accroupi sur le sol, afin de tendre sa main à la poupée. Celle-ci en profita alors pour grimper le long de son bras comme on grimpait à un arbre, avant de s'asseoir sur son épaule. Au moins, là, elle serait à leurs côtés sans qu'ils n'aient besoin de baisser la tête pour la voir.

Après un court instant de silence, les mirettes sombres de la mère des grimpeurs finit par se reporter vers Moony, tandis que ses lèvres s'entrouvraient à nouveau ; pour en laisser s'échapper ses marshmallows.

« N-N-Nous d.. ... dev-vrions rep-p-partir. ... A.. ... leur r-recherch-che. »

Au loin, la petite musique de la troupe de sauterelles se remit à retenir. Alors, comme pour les appeler, la jeune mère se remit à chanter avec douceur, les yeux à nouveaux fermés. Presque étrangement, la petite fille miniature se mit à chanter à son tour, accompagnant sa propriétaire de sa petite voix fluette. Et, chemin faisant, la mélodie des sauterelles commença à s'approcher, lentement mais sûrement, tandis que les insectes s'approchaient avec précaution. Le Tourne-Disque ne bougea pas un instant, n'ouvrit même pas les yeux, de peur d'effrayer le groupe de musiciens. Mais ce ne fut pas le cas de la poupée, qui finit par stopper sa chansonnette.

« Vous avez entendu ? Là-bas, juste là ! De la musique ! » s'exclama la petite chose avant de sauter de l'épaule d'Amy.

Poussée par sa fougue enfantine, la poupée se dirigea en direction du son des musiciens qui s'approchaient toujours ; car Amélie, malgré cette cassure du rythme, n'avait cessé de pousser la chansonnette. Peut-être que la petite créature pourrait approcher les insectes avec plus de facilité qu'eux deux ? Et que Moony serait capable de les convaincre de partir avec eux, en échange du plus bel estrade jamais construit ?

C'était à voir.


© Jawilsia sur Never Utopia



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyDim 15 Fév 2015 - 13:23

Jiminy a des frères...


Aventure étrange ? Oui ça collait parfaitement en effet... mais ce mot était si approprié à l'ensemble de l'île qu'il en devenait pléonasme. L'île était bizarre, étrange, inattendue... on ne savait jamais ce qui allait nous tomber au coin du nez.

Moony restait bouche bée face au prodige. Il avait l'habitude pourtant, ce n'était pas la première fois qu'un cadeau tombait du ciel pour leur venir en aide ou au contraire les mettre dans la panade. La voix rayée de Amy tira le grand artisan de son ébahissement et il hocha la tête pour dire qu'elle avait raison. Mieux valait ne pas trop perdre de temps dans ce labyrinthe, on ne savait pas ce qu'ils pouvaient y croiser... même si la décoction de Moony était censée faire fuir les animaux sauvages elle avait ses défauts et si jamais une araignée toxique à douze pattes traînait dans les parages l'odeur risquait plus de l'attirer que de la repousser.

Le grand garçon se mit à suivre les deux étranges chanteuses. Etrange... ce mot collait encore à la situation. Il se retrouvait à suivre une mère chanteuse au disque rayé et une poupée à la voix aiguë sortie d'on ne sait trop où. Le pire dans tout ça c'est que le doux et rêveur petit Moony trouvait ça tout à fait normal.

Tandis que les deux petites chanteuses suivaient le chemin qui les menait aux sauterelles, Moony fouillait dans son sac pour trouver de quoi fabriquer une petite cage. Il ne pouvait pas mettre en place une petite estrade maintenant, comment allait-il les transporter après ? Impossible... il n'y avait donc qu'une seule autre solution : fabriquer un espace dans lequel les sauterelles se sentiraient à l'aise. Il n'était pas très facile de marcher et de se battre avec tiges, bois et herbes en même temps. Le grand Moony galérait vraiment et il se disait qu'il n'aurait jamais le temps de finir avant de rencontrer les petites bêtes.

Déjà ils arrivaient à l'endroit où s'étaient immobilisées les sauterelles. Moony les voyait, si petite, toutes rassemblées au centre en train d'entamer leur étrange litanie. Il vit la petite poupée sauter et s'approcher, sourit en se disant qu'elle avait certainement une meilleure chance qu'eux de les attraper. Cette mission allait bientôt se terminer, ils allaient pouvoir rentrer et se concentrer sur autre chose de plus intéressant, reprendre leur vie normale et leurs activités habituelle.

Mais Moony leva la tête.
Oui, il leva la tête, quitta les petites bêtes des yeux et lâcha d'un ton angoissé :
« STOP ! Stop ne bougez plus ! »
Dur de donner un ordre en chuchotant, ça n'avait pas le même poids. Etait-il vraiment le seul à avoir remarqué l'énooorme sauterelle géante qui se tenait au dessus des petites musiciennes. Mère ou gardienne ? Quoiqu'il en soit elle avait l'air dangereuse et fort heureusement elle ne les avait pas encore remarqués. Moony ne bougea plus, ce qui ne semblait pas être le cas de la poupée qui commençait à inexorablement s'approcher de la bête et de sa progéniture. Il n'osait pas bouger, il n'était pas courageux, il ne l'avait jamais été et comme tous les enfants normaux, banals et pris dans ce genre de situation : il avait peur. Espérons que la petite mère bègue soit un peu plus bravache...


Code appartenant au forum rpg NNL

Revenir en haut Aller en bas
Amy
Anonymous

Invité



Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. EmptyMar 3 Mar 2015 - 16:43




Jiminy a des frères...... à nous de les trouver.



Pendant l'espace d'un moment, elle y avait crut ; la jeune fille avait pensé que cette aventure allait enfin prendre fin. La mélodie toujours sur le bout des lèvres, tandis que sa petite camarade s'élançait dans le labyrinthe à la recherche des musiciens, Amy en aurait presque oublié toute l'horreur qui les entourait. Cette odeur fétide qui émanait de leurs corps, la présence néfaste des monstres mais aussi la nuit éternelle du Croquemitaine restaient présents, mais à côté de l'idée de mener sa mission à bien, cela n'était rien. A quoi ressemblait ces petites créatures ? A des mini-insectes armés d'instruments de musique, ou bien à des gros insectes de la taille d'homme ayant subtilisé tous leurs accessoires à des habitants de l’île ? Les deux étaient tout à fait possible, ici, à Never Never Land, mais Amélie n'aurait su dire qu'elle option était la plus plausible. Lorsqu'elle les aperçu, la jeune fille s'étonna même de laisser un sourire traverser son visage. Malgré tout ça.

Elles étaient là, toutes petites et vertes, avec leur minuscules instruments. On se serait presque cru dans une fable, ou bien un conte. La poupée animée, un peu plus grande que les musiciennes, s'avança en leur direction tout en leur faisant des signes amicaux. La mission allait être accomplie avec brio, tout allait bien.. jusqu'à ce que Moony fasse entendre le son de sa voix.

« STOP ! Stop ne bougez plus ! » hurla le jeune artisan tout en chuchotant ; étrange paradoxe.

Sortit de ses contemplations d'insectes musiciens, la Vagabonde s'arrêta net tout en clignant des yeux. Ce n'est que là qu'elle vit l'énorme bestiole se tenir derrière eux. Elle leur ressemblait étrangement mais.. bien plus grande et massive, comme une sorte de reine des abeilles, version sauterelle. Qu'est-ce que c'était que ce machin ? Vu les mandibules qu'elle se trimbalait, les deux compagnons pouvaient aisément perdre des doigts en s'approchant un peu trop près ; sans parler de ces pinces qui ne devaient pas faire du bien.

Ah ! Mais pourquoi cette cruche de poupée ne s'arrêtait pas ? Dans les pinces de la bête, elle allait finir en charpie ! Presque inquiète, Amy ne put s'empêcher de tendre la main en direction de la fillette.

« A-A-Arrête-toi ! » siffla-t-elle d'une petite voix également murmurée, pour ne pas effrayer les musiciennes.

Mais la petite chose n'écoutait pas et se rapprochait dangereusement des pinces de la Reine des sauterelles. Nerveusement, le Tourne-Disque tourna un regard inquiet en direction de l'artisan. Qu'allaient-ils faire ? Les musiciennes n'avaient pas encore disparu cette fois-ci et la mère avait cessé de chanter ; combien de temps avaient-ils encore devant eux avant que le chaos ne s'installe ?

Et cette idiote de poupée qui finit par s'arrêter juste devant la troupe, forçant les petits insectes à se dissimuler derrière leur.. mère ?

« OUAH ! C'est quoi ce truc ! » s'exclama la petite chose en croisant le regard de la bête.

Ah ben bravo, tout ce qu'elle allait réussir à faire, c'est d'énerver la créature. Depuis sa place, Amélie voyait déjà l'insecte agiter ses pinces avec colère, prête à s'attaquer à la poupée animée. Ça y est, la petite allait finir en pièces détachées et ça, la mère des grimpeurs ne pouvait le tolérer. L'espace d'un instant, elle fut prête à reprendre sa route pour venir en aide à sa petite protégée ; mais celle-ci semblait avoir plus d'un tour dans son sac. Tel un sujet se présentant à son souverain, la petite tête blonde se pencha en avant avec un grand respect.

« Qu'elle grande dame vous faites ! Vous devez sans doute être leur mère ! Non ! Leur Reine ! »

Étrangement, la créature sembla comprendre les paroles de la petite poupée et cessa d'agiter frénétiquement les pattes ; de là à dire qu'elle était flattée, c'était un grand mot. Mais très vite les petites sauterelles reprirent leur place pour reprendre leur concert endiablé. Dans son coin, la petite fille continua de couvrir la Reine de compliments, tout en laissant son petit corps de chiffon danser sur la mélodie.

« Est-c-ce qu'on.. ... doit la p-p-prendre 'vec nous ? »

Cette question, posée à Moony, se devait d'obtenir une réponse et ce, rapidement. Peter n'avait demandé qu'une troupe de sauterelle, pas leur possible mère. Mais sans doute serait-il impressionné par la créature ? Et celle-ci, accepterait-elle seulement d'accompagner sa progéniture, ou encore de s'en séparer ? Il fallait prendre une décision.


© Jawilsia sur Never Utopia



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty
MessageSujet: Re: Jiminy a des frères... à nous de les trouver.   Jiminy a des frères... à nous de les trouver. Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» 241543903 (le titre évoque le fait).
» 123456789101112131415... Nyw Rol Dream!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Jungle Luxuriante :: Les Coins Mortels :: Le Labyrinthe Infesté-