-44%
Le deal à ne pas rater :
REALME C21 64 Go Cross Black
109.91 € 196.57 €
Voir le deal

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spooky
Spooky

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 4
✘ SURNOM : L'Horreur
✘ AGE DU PERSO : CINQ ans !!

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS :
Trick or treats ?

Frayeurs en cours : -

Frayeurs passées : -

BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! Empty
MessageSujet: BOUH ! Je t'ai fait peur, hihi !   BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! EmptyJeu 22 Avr 2021 - 12:33

Spoiler:
 

Spooky


Les Trucs

Surnom : L'Horreur
Groupe : Garçon perdu
Age : J'ai CINQ ans !!!
Rôle : Soigneur (... assistant. Mais le meilleur assistant du MONDE.)


Les Révérences

Ce qui marque le plus chez Spooky, et l'un des premiers trucs qu'on remarque à son sujet, c'est le goût absolument démesuré qu'il a pour les choses qui font PEUR. Il éprouve pour elles un sentiment d'affection et de familiarité profond, un peu comme si elles faisaient partie de sa famille. Dans l'Ordinaire, il se passionnait pour tous les contenus télévisuels horrifiques pour enfants : Beetlejuice et autres oeuvres de Tim Burton, les Drôles de Monstres, les Contes de la Crypte... Même maintenant qu'il ne se souvient plus de tout en détail il garde pour ces fictions un penchant tenant de l'obsession. S'il peut (re)découvrir ces contenus en parlant à d'autres perdus qui les connaissent/peuvent les lui faire connaître, vous pouvez être sûr qu'il va se transformer en pot de colle ambulant !

Son goût pour l'horreur ne s'arrête pas aux dessins animés dont il se gavait avec ses céréales matinales. Spooky adore les histoires qui font peur en règle générale et n'arrêtera pas d'en inventer pour les raconter, ou bien à l'inverse il demandera aux plus grands qu'ils lui en racontent - parce que les plus grands inventent et connaissent de supers histoires ! Sa fête préférée est évidemment Halloween. Il en apprécie vraiment tous les aspects. Les décorations associées le ravissent et si ça ne tenait qu'à lui, on en mettrait partout, en permanence !

Pour toutes les raisons qui ont déjà été citées, Spooky peut devenir vite ingérable pour ceux qui s'arrachent les cheveux à tenter de le garder vivant : Halloween (... la version de l'Île) correspond à sa définition du paradis. Il y a fait régulièrement (et continue d'y faire occasionnellement) des fugues, ainsi que des rencontres merveilleuses qui pour certaines ont eu une issue catastrophique. Spooky cherche toujours à voir des choses effrayantes et à devenir ami avec les "créatures qui font peur" quelles qu'elles soient, complètement inconscient du danger qu'il court et persuadé d'avoir avec elles un lien profond qui ne peut que nécessairement aboutir sur une complicité entre "monstres". Car Spooky se considère comme l'un des monstres. Et c'est d'autant plus vrai depuis le Givre, dont l'enfant a passé la plus grande partie sous les traits d'un mini-orbleu... malaisant ? Malfaisant ? ...les deux.

Spooky est petit et chétif. Il a l'air d'une crevette qu'on pourrait casser avec une pichenette. Son visage de poupon est encadré par une épaisse tignasse noire qui ne sait pas se décider entre le raide et le souple et qui ne reste jamais bien coiffée toute la journée (il faut dire qu'il s'agite trop pour ça). Il a d'immenses yeux clairs, dont la couleur est assez saisissante : elle se place à mi-chemin entre le bleu et le gris. Spooky a toujours eu le teint pâle mais les restes de son orbleuisation l'ont carrément rendu livide - il en est très satisfait, parce que comme ça il ressemble à un vrai vampire, comme Leopold. Des veines bleuâtres transparaissent sous la peau trop claire de son visage, particulièrement autour des yeux. Il lui arrive occasionnellement qu'un cristal se forme dans ses larmes (qu'il soit en train de pleurer ou non, d'ailleurs. C'est assez douloureux donc ça il aime pas trop, même s'il aime bien la tête que ça fait tirer aux autres perdus quand ça arrive).

Depuis que Leopold (Mephisto) lui a offert un costume (... d'enterrement), Spooky n'accepte plus que de s'habiller de cette façon. Il adore vraiment le costume que Leopold lui a offert alors il le porte tout le temps. Ce costume s'est abîmé très vite mais c'est pas grave : ça fait encore plus peur, Spooky l'aime encore mieux comme ça. Il n'accepte d'ailleurs de porter d'autres costumes qu'on aura pu lui coudre que si on les abîme au préalable pour qu'ils ressemblent à l'original. Et gare à ceux qui tenteront de repriser ses vêtements et donc de tout gâcher... Si on touche à ses précieux, Spooky peut piquer d'énormes crises de colère et/ou de larmes (... et par ailleurs ça n'aura servi à rien de tenter de réparer les habits en question; voire ça n'aura fait qu'empirer les choses, car il va s'empresser de tout user rageusement à nouveau avec ce qui lui passe sous la main - ce qui peut aller du gros caillou à la rape de cuisine).

Spooky a des notions du bien et du mal très... personnelles. Il ne cherche pas à être méchant (même quand il fait peur aux gens, tout ce qu'il cherche, c'est à s'amuser, et il ne se rend probablement pas bien compte de la contrariété qu'il peut causer). Il ne prend pas grand chose au sérieux et ne se pose aucun cas de conscience - après tout il n'a que cinq ans. Il ne se rend compte de l'importance de rien, pas même de la mort - dont il n'est pas certain qu'il ait bien saisi le concept et le caractère définitif. Il n'est pas aidé pour ça par le fait que sur l'Île, il y a des morts qui se relèvent et "vivent" encore. Pour lui, absolument tout est un jeu, une pièce de théâtre dont il aime jouer le rôle du méchant qui fait peur. Ca explique pourquoi il était une telle terreur capable d'actes d'une cruauté inouïe lorsqu'il était orbleu : il était devenu un vrai MONSTRE dangereux et terrifiant et c'était juste trop bien. Cela explique aussi pourquoi désormais qu'il est redevenu "normal", le souvenir de ce qu'il a fait ne lui pose aucune forme de problème. Il a même tendance à être fier de ce passif.

Spooky (sauf s'il a décidé d'essayer d'être effrayant) est généralement adorable. Quand on le contrarie, cependant, il peut devenir un peu soupe au lait, bouder très fort en essayant d'avoir l'air en colère, se montrer plus têtu qu'une mule... Il peut même dire des choses très méchantes pour se venger. Et c'est bien fait !



L'Unique au monde

Spooky adore se déguiser. C'est vraiment sa seconde passion après les trucs qui font peur, et il lie bien évidemment les deux entre elles : il se déguise en trucs qui font peur à longueur de temps, n'hésitant pas à solliciter un peu tout le monde pour arriver à ses fins. C'est qu'il n'a que rarement conscience d'embêter le monde (... et probablement qu'il s'en moque aussi un peu). Puis comme il a une bouille d'ange, beaucoup trouvent qu'il est difficile de lui refuser quoique ce soit (... quand il décide d'être mignon, toujours).

On apprendra sans surprise que Spooky aime aussi beaucoup faire peur aux autres (et c'est là qu'il peut justement devenir un peu moins mignon). Avant sa période en tant qu'orbleu, ça se résumait surtout à se cacher pour sauter devant/derrière/à côté des gens et leur faire "BOUH !" très fort (potentiellement déguisé en fantôme). Mais le Givre l'a changé et l'a rendu ambivalent. Parfois, il donne l'impression d'être le même qu'avant : un gamin bizarre mais innocent et vraiment adorable, malgré ses babillements incessants. A d'autres reprises... Ca peut devenir beaucoup plus flippant. Exemple parmi d'autres : il arrive désormais à Spooky de se figer et de dévisager les autres sans ciller, sans rien dire, avec aux lèvres un sourire absent au moins aussi inquiétant que le reste de son expression. S'il parvient à effrayer sa cible, il éclatera probablement d'un rire ravi (... avant de potentiellement retrouver son visage d'ange à l'instant suivant). Il lui arrive un peu trop souvent d'aller voler des objets contondants partout où il y en a, parce qu'il a remarqué que de se présenter avec aux autres décuple son potentiel terreur.

Spooky aime beaucoup quand on le porte (dans les bras, sur les épaules... que ce soit pour jouer ou pour se déplacer). Il a tendance à sauter dans les bras de tous les grands, qu'il aime bien, avec ou sans leur accord, et sans chercher à savoir si l'affection qu'il leur voue est réciproque. De toute façon, elle l'est forcément, non ? S'il aime quelqu'un, il s'imagine simplement que ses émotions sont aussi celles de la personne en face de lui.

Spooky a commencé à apprendre à jouer du violoncelle avec Leopold (Mephisto). Il en est très fier, même si ça fait très longtemps qu'il n'a pas vu son ami vampire et qu'il n'a plus touché à l'instrument (... qu'il fait encore crisser comme un chat auquel on aurait coincé la queue dans une porte).

Son surnom, l'Horreur, lui a été donné par les garçons perdus faute à... absolument tout ce qu'il est et ce qu'il aime, de son goût pour Halloween à sa façon de se déguiser en toutes les créatures qui pourraient le peupler, en passant par sa tronche de zombi/vampire/fantôme lugubre, que beaucoup trouvent dérangeante même quand il est habillé "normalement" (comprendre comme un cadavre prêt à être inhumé), et même s'il reste paradoxalement tout choupi. On ne lui a pourtant pas donné pour lui faire plaisir, mais Spooky aime beaucoup son surnom et en est très fier.

Spooky ne sait plus pourquoi mais il sait que c'était déjà le cas dans l'Ordinaire : il adore les serpents. C'est son animal préféré !! Même s'il aime aussi beaucoup les écureuils. Il voudrait trop avoir un écurserpent, ou un serpencureuil !

On lui dit souvent qu'il est trop petit pour s'occuper des gros bobos mais tant qu'il peut aider, il s'en fiche. Spooky est très sage quand on lui demande de l'aide à l'Infirmerie, il veut être un bon assistant ! Il amène tout ce qu'on veut et arrête même de poser des questions si les grands ont besoin de se concentrer. ... Bon par contre, si on le laisse en roue libre, il arrive couramment qu'il prenne des initiatives malheureuses (allant de la prise de parole peu rassurante gratuite à la transformation d'un quelconque bras qui traînait à sa hauteur en membre de momie recouvert de quatre rouleaux de bandages entiers, en passant par le verre d'eau maladroitement renversé sur des draps parce qu'il a trébuché en tentant de l'emmener à quelqu'un qui avait l'air d'avoir soif). Il lui arrive aussi de proposer aux grands des objets qu'ils n'ont pas demandé pour voir s'ils vont accepter des les utiliser. A ce sujet il a une préférence pour tout ce qui ressemble à un truc aiguisé qui coupe fort (... et il est souvent déçu, il est trop rare à son goût que les grands en aient besoin. C'est même pas drôle).

Il aimait bien se promener avec Nut et Amnesia, ils disaient plein de choses qui font peur. Bon maintenant, Amnesia n'est plus là mais il continue de parler à Nut parce qu'il fait de toute façon peur même tout seul.

Il aime BEAUCOUP jouer avec Wobbly, ils ont le même âge et ils peuvent jouer à faire comme dans les films ! Même si parfois ils ne sont pas très d'accord sur le contenu. Mais ils ne se disputent jamais très longtemps ! (Généralement ça se solde sur un medley bizarre de James Bond avec quelques unes des références horrifiques de Spooky). Pis c'est rigolo d'être un espion, même si c'est moins bien que d'être un vilain monstre effrayant. Pis Wobbly n'est jamais contre se déguiser lui non plus et c'est TROP BIEN !



L'île

Comment vis-tu ta vie à Never Never Land ?  
C'est trop bien !! Y a des vrais monstres ici. C'est mes amis !


Qu'éprouves-tu pour l'Ordinaire ?
*hausse les épaules* Ils ont la télé et des dessins animés mais sinon c'était un peu nul je crois donc ça va. Pis ici on a les choses en VRAI alors c'est encore mieux.


Que représente Peter Pan pour toi ? Et le capitaine Hook ?
Peter ? Bah il est bien. Il nous a amenés ici pis c'est lui qui décide de toute façon. Mais je le connais pas si bien moi ! Le Capitaine Hook je l'avais jamais vu avant, je trouvais qu'il avait l'air de faire peur. Mais c'était dommage parce qu'il aime pas les enfants alors je pouvais pas lui parler. Après je l'ai vu BEAUCOUP et il faisait encore plus peur. Mais c'est fini et il aime de nouveau plus les enfants c'est un peu nul. Peut-être qu'il aime encore les monstres ?


Développe ta chronologie en dates ou en intrigue :
Né à San Diego, Californie, en 1991, sous le nom de Rafael Reed. Les événements décrits dans le bout d'aventure ont tous lieu en 1996, alors que Rafael a cinq ans et son frère Manuel dix-sept ans. Leur drame familial a commencé un an au préalable, en 1995.

C'est aussi en 1996 que Rafael et Manuel rejoignent l'Île, le premier sous le nom de Spooky, le second sous celui de Stern.

Spooky est assez intemporel, les événements l'affectent peu.

L'apparition d'Halloween lors de l'Intrigue 3 le rend absolument extatique (et, pour ses aînés, plus difficile encore à garder en vie qu'il ne l'était déjà).

Il rencontre Leopold (Mephisto) et Nycteris à Halloween au moment de la Pluie Salée (cf. fiche de Mephisto). Peu de temps après, l'événement provoque la mort de Stern, tué dans un accès de rage par Mephisto.

Spooky devient orbleu rapidement lors de l'Intrigue du Givre Mortel, peu de temps après l'installation des perdus au Canyon.

Au retour du printemps, il revient au Grand Arbre comme une fleur, simultanément changé et égal à lui-même.




Le Bout d'aventure


TW/CW : Mentions à la médication, propos durs avec fond de psychophobie.

Le téléphone sonnait avec entêtement. On avait déjà manqué deux appels, mais les sonneries reprirent une troisième fois sans que cela surprenne moindrement Rafael, dont les yeux ronds restaient fixement collés au petit écran cathodique de la cuisine. L'enfant enfonça une grosse cuillère pleine de lait et de sphères croustillantes dans sa bouche. Les images dessinées laissèrent place  à une page de pub ennuyeuse, alors Rafael tourna la tête et s'intéressa plutôt aux motifs qui ornaient la bouteille de jus de fruit. A défaut de pouvoir lire les inscriptions, il passait son doigt sur les couleurs, suivant leurs contours et dessinant leur forme dans l'humidité brumeuse qui recouvrait le carton.

Manuel dévala les escaliers avec une telle humeur et tant de mauvaise volonté qu'on aurait cru que son pas lourd allait finir par trouer une marche. Il soupira très fort, puis se résigna à répondre au combiné. Il savait déjà qui se trouvait au bout. Il n'y avait qu'elle pour insister comme ça.

"Allo.
- Allo chéri... Tu n'as pas l'air bien luné.
- Qu'est-ce que tu veux savoir, Veronica ?
- Manuel... Ne m'appelle pas comme ça, je suis ta mère.
- Ca fait plus de trois mois que t'as cherché à prendre aucune nouvelle et t'as raté l'anniversaire de Rafael donc comment te dire que j'en ai absolument rien à foutre de te faire plaisir ou pas, je t'appelle comme je veux.
- ... Vous n'avez pas reçu le paquet ?
- Quel paq... Oublie, on s'en fout. T'aurais pu appeler pour prévenir.
- Tu n'as pas cherché à me contacter non plus.
- Comme si c'était à moi de le faire." siffla t-il haineusement entre ses dents. Un silence significatif s'étira. L'un comme l'autre savaient ce qu'il en était : Manuel faisait le travail de Veronica à la maison pendant qu'elle était absente. La mère chercha à se justifier :

"On a besoin de cet argent, Manuel.
- Oh ferme là... Rien ne t'obligeait à prendre un job à San Francisco, surtout si c'est pour payer un loyer supplémentaire.
- C'est un bon travail, avec de bonnes perspectives de carrière, et ça paie b...
- Maman, ta gueule. Je m'en fous. Tu fous n'importe quoi depuis qu'il est là-bas, arrête de faire genre que c'est pas ça que tu fuis. Cette maison te fait gerber et t'es pas foutue de t'occuper de Rafael, t'as jamais aimé ça mais maintenant t'as juste plus les épaules. T'es juste pitoyable. Tout ce que tu sais faire aujourd'hui c'est gober des pilules et bosser 15h par jour pour oublier que t'es qu'une merde déséquilibrée, et pour endormir ta culpabilité à la con. T'en as rien à foutre de nous de toute façon donc assume."

Il y eut un autre silence, celui-ci plus vibrant. Manuel pouvait sentir la colère de Veronica frôler sa peau au travers du téléphone.

"... Tu es injuste. Tu sais ce qu'il s'est passé. Tu sais que je fais ce que je peux.
- Je sais et je m'en fous. Ca reste insuffisant. Pas mon problème. Pas celui de Rafael non plus. On a aussi vécu cette situation. C'est notre père je te signale.
- Justement. Tu me fais peur, parfois. Ton frère est trop jeune pour comprendre mais toi, j'ai l'impression que ça t'as à peine touché.
- T'oses me dire ça après ce que je viens de te balancer ?
- A partir de la semaine prochaine, les visites seront possibles.
- Je sais.
- ...  Dis moi que tu ne vas pas y aller.
- Peut-être bien que si. Peut-être qu'il mérite que j'y aille plus que tu ne mérites que je continue à répondre à tes appels à la con.
- Manuel. Sean est un monstre.
- Toi aussi." cracha t-il finalement, avant de lui raccrocher au nez sur un coup de tête.

Suite à un bref instant d'hésitation, Manuel délogea le combiné de sa base pour empêcher tout nouvel appel. Il prit le temps de se calmer en faisant les cents pas dans le couloir pendant bien cinq minutes, puis il décida d'aller rejoindre Rafael, qui était toujours en train de prendre son petit-déjeuner dans la cuisine. Manuel s'installa à côté du bambin et plongea un regard vitreux sur les figures de cartoon horrifiques qui défilaient sur le petit écran. Au bout de quelques longues secondes, il commenta :

"... Et tu fais pas des cauchemars, à regarder des trucs pareils tous les jours ?
- Non ! Pourquoi je ferais des cauchemars ? Je les aime bien c'est mes amis !
- Ca peut pas être tes amis c'est juste des gugusses dans la télé tête de nouille... Tu te dépêches un peu par contre ? Faut que je t'amène vite à l'école sinon je vais être à la bourre.
- Tu vas à l'école aussi toi aujourd'hui, Mano ?" c'était le petit nom que Rafael donnait à son frère depuis qu'il était capable de placer deux syllabes l'une devant l'autre en préméditant leur signification.
- Nan. J'ai des trucs à faire avec les gars.
- Moi aussi je veux y aller... Je veux voir Naja !
- Sois pas chiant, tu la verras ce week-end..."

Ravi par cette affirmation, Rafael leva ses deux poings vers le ciel et poussa un long cri de joie strident, qui vrilla les tympans d'un Manuel lassé, mais qui n'osait pas se plaindre. D'autant que le bambin venait de se lever pour courir vers la salle de bain.

--

"Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!"

Pan pan pan pan pan pan pan, firent les souliers de l'enfant tandis qu'ils frappaient le béton du garage aux odeurs rances d'huile et d'essence. Souriante, l'étrange femme à la tignasse orange se baissa pour ouvrir grands les bras à un Rafael qui n'allait pas tarder de lui sauter dessus. Il y allait avec tant d'enthousiasme qu'il était déjà arrivé qu'ils tombent à la renverse, ce qui les faisait immanquablement rire tous les deux.

"C'est quiiii mon sucre d'amour que j'avais pas vu depuis trop trop trop longtemps ?"

Blam. Rafael s'écrasa brutalement dans les bras de l'adulte qui n'en fut aucunement perturbée. Elle se redressa en le faisant sauter dans ses bras, pour le plus grand ravissement du petit qui émit un gloussement ravi. Mais tout de même, il fallait qu'il revienne sur ce qu'elle avait dit. Il prit l'air très sérieux en même temps qu'il levait une main - et tous ses doigts - devant le visage de la dame.

"Je suis pas un sucre je suis grand j'ai CINQ ans, maintenant !
- C'est vrai ça t'es pas un sucre t'es mon p'tit monstre..." elle lui ébourriffa les cheveux énergiquement, provoquant un nouvel éclat de joie du côté de l'enfant. "... Et c'est vrai que c'était ton anniversaire y a pas longtemps. Ton frère a été gentil avec toi ? Il t'a offert quoi ?
- EH BEN ! Eh ben, eh ben, eh ben... J'ai eu un gros gâteaaaau, il a mis CINQ bougies dessus et je les ai soufflées et je les ai TOUTES éteintes du premier coup...
- Ooooh bravoooo...
- Après j'ai eu des cassettes vidéo et c'était TROP BIEN ! J'ai déjà TOUT regardé ! Et même que..."

De son côté, Manuel avançait avec moins d'empressement. Il avait un peu merdé, la dernière fois, et il sentait bien qu'il n'était pas aussi bienvenu qu'à l'habitude. Il passa la silhouette peu engageante d'Antonio, un grand type musculeux qui ne bronchait jamais, puis celle de Javier avec son bandana et ses tatouages qui lui donnaient l'air d'un foutu cliché vivant. Le type ne lui avait jamais pardonné d'être "aux trois quarts gringo". Il ne lui avait jamais fait confiance, mais désormais qu'il avait déglingué la carrosserie de sa bécane, l'autre lui donnait carrément l'impression de vouloir le bouffer.

C'était l'un des pires comités d'accueil qu'on aurait pu lui réserver, mais tant pis. Manuel n'en avait en réalité rien à foutre, tant que le chef ne le foutait pas dehors - ou pire. Et il n'avait pas merdé à ce point. Il s'arrêta justement devant Jorge qui leva sur lui son regard broussailleux. Difficile de lire l'expression de son visage avec la grosse barbe rousse qui lui en cachait les trois quarts.

"... Va falloir que tu paies pour les dégâts sur la machine de Javier, mon gars.
- Je sais. J'ai de l'argent, c'est pas un problème." ... Pour une fois que la thune que Veronica lui envoyait allait réellement servir à quelque chose.
"Cool. Je suis ravi de l'entendre. Aussi, j'ai un autre plan à te proposer et j'espère que tu vas pas chier dans la colle cette fois. J'ai vraiment besoin de toi sur ce coup. T'es jeune, t'as le profil parfait, personne te soupçonnera.
- ... Vas-y explique.
- Mais avant ça. T'es obligé d'emmener ton frangin avec toi à chaque fois là, y a personne qui peut s'occuper de lui ? On est pas une foutue garderie."

La femme qui était en train de jouer avec Rafael trouva bon de se retourner pour intervenir.

"Détend toi Jorge... Je l'aime bien ce petit bout, moi, il met de l'ambiance, ça change de vos tronches d'ours mal dégrossis...
- Je t'ai sonnée Naja ? Mais si tu veux gérer le mioche c'est ton problème..."

Pendant que Manuel continuait de s'entretenir avec le chef, Naja se tourna vers Rafael et roula des yeux en exagérant son agacement. Elle souffla bien fort pour faire voler une mèche de cheveux. L'enfant échappa un nouveau rire perlé, vite caché derrière sa main comme Naja mettait un doigt devant sa bouche pour l'intimer à se montrer plus discret. Rafael l'imita, l'air complice. Puis il demanda à voix basse :

"Dis Naja... Tu peux faire ta langue ?"

Sans plus le faire attendre, elle tira de sa bouche la langue en question et s'amusa à lui en agiter sous le nez les deux sections séparées chirurgicalement. L'enfant lui appuya sur les joues et commenta, extatique :

"J'aime trop ta langue elle est trop bien ! Je veux la MÊME !
- Bah...T'as le temps de voir venir mon chou. Tu pourras le faire si t'en as toujours envie, quand tu seras grand !
- J'en aurai toujours envie ! J'en suis SÛR !"

Rieuse, Naja éloigna les oreilles innocentes du poupon de ce qui se tramait au fond du garage. Ca commençait à parler de trucs trop peu nets pour qu'on le fasse devant ce pauvre gamin.

--

TW/CW : Evocation de scènes de meurtre/démembrement (pas de détails donnés). Discussion malaisante avec un serial killer + relation père/fils malsaine en rapport. Pensées peu morales.

Il avait encore laissé Naja garder Rafael. C'était une sacrée chance qu'elle le fasse gratuitement, sous le seul prétexte qu'elle craquait pour sa trogne de petit morpion. Manuel n'aurait pas pu le prendre avec lui, aujourd'hui. On ne l'aurait jamais laissé faire. C'était déjà pas mal qu'on lui ait autorisé cette visite sans broncher, même s'il était lui-même encore mineur. Il n'avait eu qu'à falsifier l'autorisation de sa mère. Il s'était attendu à ce que ça soit plus compliqué, genre à devoir mentir sur son âge.

On le conduisit jusqu'au parloir. C'était comme il l'avait imaginé : une chaise inconfortable. Trois murs étroits qui donnaient l'impression d'être coincé dans une cabine téléphonique, dont cette fameuse paroi transparente derrière laquelle Manuel s'apprétait à le voir apparaître d'une minute à l'autre.

"N'hésitez pas à nous solliciter. Au moindre problème."

Manuel jeta un regard peu amène au garde qui l'accompagnait. J'ai pas besoin de ton aide, pauvre salaud, c'est mon père, eut-il envie de lui cracher au visage. Il s'en garda bien : il n'aurait plus manqué qu'on révoque son autorisation sous prétexte qu'on ne le jugeait pas suffisamment stable pour rencontrer Sean.

L'adolescent s'installa et attendit pendant ce qui lui sembla durer des plombes. En réalité, trois minutes à tout casser. La silhouette anguleuse d'un prisonnier de haute stature se détacha bientôt sur fond d'un couloir trop blanc, trop aseptisé.

Il était vêtu de cette sorte de pyjama ridicule dont on affublait les prisonniers, à croire que les enfermer ne suffisait pas : il fallait aussi les humilier jusqu'à briser toute forme de volonté et de personnalité en eux, histoire qu'ils se transforment en gentils petits toutous, et qu'ils rentrent dans le moule. C'était vraiment son père, ce truc ? La prison lui allait vraiment pas au teint.

Puis Sean s'approcha de la vitre et immédiatement, l'atmosphère perdit quelques degrés. Il avait toujours disposé de ce charisme débordant, par lequel il se faisait respecter même des élèves les plus récalcitrants à qui il enseignait le sport à l'université.

Mais ce regard détaché, débordant de malice métallique, c'était nouveau. Manuel découvrait son paternel sous un jour nouveau. Il avait l'impression de faire face à l'abysse. Son vrai visage, Sean l'avait tout ce temps caché avec brio. Fasciné, Manuel sentit l'adrénaline se répandre dans ses veines.

... Ok, il retirait ce qu'il avait pensé. C'était vraiment son père, mais sans les défauts qu'il lui trouvait avant. Il pouvait faire abstraction du pyjama.

C'était mal de ressentir cette forme de fierté tordue ? Oh. Manuel s'en foutait. Pour changer.

"Je pensais bien que ça serait toi qui viendrait. Ta mère est trop flippée pour ça.
- ... J'ai pas spécialement envie de la défendre, mais je pense surtout qu'elle peut plus te piffrer. Au cas où tu l'aies oublié, t'as découpé sa meilleure amie en morceaux dans sa cuisine, avant de la congeler dans le freezer où elle stockait encore des sorbets y a trois ans."

Manuel énonçait ça comme s'il s'était agi de banalités. C'en était devenu. Il s'était habitué à l'idée que son père soit un serial killer qui semblait faire une fixette sur les scies égoïnes. Le père émit un ricanement sombre.

"Et toi. Tu me détestes ?
- ... Je sais pas. Je suppose que je devrais. T'es mon père donc on s'en fout de toute façon, nan ? J'veux dire, je vais devoir traîner tes conneries quoiqu'il arrive."

Nouveau gloussement entendu de la part du meurtrier, qui observait son fils avec l'air d'en savoir plus qu'il ne le disait, et sans vraiment chercher à cacher son amusement.

"Comment va Veronica, alors ?
- Mal. T'en as quelque chose à faire ? Parce que moi pas. Elle nous a lâchés pour fusionner avec son boulot, elle a pris un appart à San Francisco. Y a pas grand chose de plus à en dire.
- Tu t'occupes seul de ton frère ? Rafael n'est pas trop perturbé ?
- Boarf. Il comprend pas tout, il pose quelques questions. Il suffit de lui expliquer quoi pour les bonnes et de mentir sur les mauvaises. Mais tu sais ce gosse, il en faut, pour vraiment le bouleverser. Il passe sa vie devant ses trucs de vampires et de fantôme, et ça lui suffit il est content." Une hésitation. "Mais est-ce que tu t'en soucies vraiment ? J'ai l'impression qu'on t'as jamais vraiment connu."

Bref silence, qui suffit à Manuel pour savoir qu'il n'aurait pas la réponse à cette question. Il ne pouvait que supposer.

"Tu es sûr que c'est vraiment ce que tu veux me demander ?"

Nouveau silence, cette fois-ci marqué par la fascination ravivée de l'adolescent, qui ne pouvait plus quitter le regard de son père. Il baissa d'un ton. Il avait peur qu'on les écoute. Qu'on cherche à mettre une fin prématurée à la conversation.

"... Tu les as vraiment tous démembrés ?"

Est-ce que c'était mal d'avoir envie de savoir ce qu'il avait coupé, exactement ? Quelles parties. En combien de bouts. Post-mortem, ou lorsqu'ils étaient encore vivants ? C'était des détails qui n'avaient jamais été rendus publics, pas même pour la famille.

Et est-ce que Manuel se souciait vraiment de savoir si c'était mal ou pas ?

Sean laissa s'étirer sur ses lèvres un sourire malfaisant. Il ne répondit rien. Evidemment. Il pouvait pas. Ils étaient surveillés. Sean raccrocha et se redressa lentement. Il lui fit coucou avec un air moqueur qui donna à Manuel l'envie de fracasser la vitre. Puis le prisonnier suivit les gardes qui le ramenaient à sa cellule, laissant l'adolescent profondément perturbé. Manuel regardait dans le vide. Il aurait pu rester ainsi longtemps si on n'avait pas appuyé sur son épaule pour lui demander d'évacuer.

--

Des lumières rouges et bleues clignotaient par la fenêtre, éclairant à un rythme irrégulier les murs et les meubles du salon, autrement plongé dans le noir. Rafael s'était levé pour piquer des gâteaux dans la cuisine. Cet étrange spectacle n'avait pas su le détourner de son objectif initial, mais l'avait en revanche convaincu de grimper sur le canapé plutôt que de retourner directement dans sa chambre.

Ses pieds nus battaient l'air. Ses yeux grands ouverts fixaient ce qu'il se passait de l'autre côté de la vitre tandis qu'il rongeait l'un des biscuits secs qu'il avait fourré dans ses poches, en commençant par râcler la couche de sucre qui rendait la surface de la sucrerie irrégulière.

Il y avait des monsieurs et des dames en uniforme qui attendaient avec un air très sérieux à côté de voitures de polices. Certains discutaient, d'autres semblaient chercher quelque chose sur la maison. Est-ce qu'ils voulaient la repeindre en pleine nuit ? Ce n'était pas très malin, et puis les policiers ne repeignaient pas les maisons, si ?

Il entendit Manuel jurer très fort depuis sa chambre à l'étage. Son aîné courut à l'autre bout du pallier.

"... Rafael ? Merde, il est pas dans son lit. RAFAEL, t'es où ?"

Avant que le petit n'ait eu le temps de lui répondre, son grand-frère dévala les escaliers et le repéra. Manuel pâlit et manqua de jurer une seconde fois, encore plus fort. Seule la peur irrationnelle que les flics l'entendent faire depuis la rue l'en empêchèrent. Il fonça dans la direction de l'enfant et attrapa sa main, l'incitant vivement à s'éloigner de la fenêtre puis à le suivre tandis qu'il se dirigeait vers l'arrière du pavillon. Il y avait un trou dans la clôture des voisins. S'ils passaient par le jardin, s'ils étaient suffisamment rapides, ils pouvaient fuir. Jorge aiderait sans doute à les planquer. Après tout, c'était de sa faute si ça en était arrivé là. La thune de Veronica n'allait pas les aider ce coup-ci : hors de question de retirer quoique ce fut à la banque, et pas le temps d'aller chercher les espèces qu'il avait planquées dans la maison.

"Rafael, j'ai besoin que tu sois très sage et que tu m'écoutes. C'est super important. Tu m'écoutes ?
- Pourquoi t'as peur, Mano ? T'as jamais peur d'habitude.
- Les policiers dehors, ils sont pas gentils.
- C'est des monstres ?
- Oui... NON. C'est pas des monstres. C'est pas nos amis. Si ils nous trouvent ils vont m'emmener et tu vas être tout seul. Tu veux pas être tout seul Rafael, si ?"

Rafael ne comprenait pas tout mais il jugea bon de hocher de la tête en signe de négation. C'est sûr qu'il ne voulait pas être tout seul. Manuel marchait à toute vitesse en tenant sa main pour rejoindre la baie vitrée qui donnait sur la cour arrière.

"Ils doivent penser qu'on dort et ils vont entrer par devant, ils savent pas encore qu'on peut sortir derrière, alors on va s'en aller par là nous et on va passer par le trou.
- Je croyais que c'était pas bien de passer par le trou ?
- Non, d'habitude c'est pas bien. Mais là t'as le droit. C'est comme un jeu d'accord ? Mais il faut être très silencieux, sinon on perd. Dès qu'on arrive dehors  tu dis plus rien. D'accord Rafael ?
- Oh. D'accord Mano. Je peux vraiment passer par le trou ?
- OUI. Et même si tu déchires tes vêtements je te dirai rien. Maintenant on y va ok ?
- D'ACCORD !
- Shhhhhhhhhhhhhhhhhhht !!"

Rafael dansait presque sur place tellement il était content à l'idée de pouvoir se glisser dans le "trou de la clôture", alors que d'habitude c'était interdit.

Manuel déverrouilla la porte et se glissa à l'extérieur, Rafael sur ses talons. Brutalement, un cri déchira ses tympans ainsi que tous ses espoirs de fuite.

"POLICE ! PLUS UN GESTE !"

Eh merde. Ces connards avaient été plus malins, ou en tous les cas ils avaient été plus vite que lui. Manuel voyait les canons d'au moins trois flingues pointés sur lui. C'était pas le moment de déconner. Il n'avait d'autre choix que d'écouter ou de se faire bêtement crever.

Alors, quoique bouillonnant de rage, il obéit à tous les ordres que lui aboyaient ces enfoirés. A genoux. Mains sur la tête. On lui tordit les bras derrière le dos pour lui foutre des menottes. Il n'arrivait même pas à voir où était Rafael.

L'enfant n'avait pas bougé. Il observait la scène, la bouche entrouverte, moins rassuré qu'il n'avait l'habitude de l'être. Un des méchants policiers s'approcha de lui. Rafael recula, méfiant, mais laissa le monsieur lui parler tandis qu'il le fixait en suçant son pouce.

"Hey... Coucou toi. Je sais que ça fait peur tout ce qu'il se passe là, mais ça va aller, d'accord ? On va bien s'occuper de toi."

Le monsieur avait l'air gentil, mais Rafael ne comprenait pas pourquoi on faisait toutes ces choses à son frère. Et puis Mano avait dit que la police leur voulait du mal, et Rafael croyait Mano. De grosses larmes lui montèrent aux yeux.

--

Rafael boudait très fort. Susan avait fait de la soupe de poireaux et il aimait PAS CA. Le petit garçon tapait dans l'assiette creuse avec le dos de sa cuillère, cherchant presque volontairement à en faire voler sur la table pour se venger de l'inacceptable affront.

"Rafael, petit ange... Il faut manger ta soupe elle va être froide. C'est pour que tu grandisses bien et que tu deviennes fort !
- J'aime pas la soupe. Elle est pas bonne. Mon frère il est grand et fort et lui, il faisait jamais de soupe pas bonne !"

Susan soupira, ne trouvant brièvement pas quoi répondre. Elle ne voulait pas que ce sujet ressurgisse. Ca se terminait toujours de la même façon. Rafael n'était pas le premier des enfants qu'elle recueillait à titre provisoire, mais il était plus que certainement de ceux qui lui en faisaient baver.

"Pourquoi je peux pas voir mon grand frère ?"

...Et ça y est, on y était à nouveau.

"Je t'ai déjà expliqué qu'il n'a pas le droit d'aller où il veut pour le moment. Il est dans cette "maison de correction" dont je t'ai parlé, tu te rappelles de ce que c'est ?" Elle attendit une réponse, en vain : Rafael avait décidé de ne pas se montrer coopératif. Alors elle continua : "Tu le verras quand il sortira, c'est promis.
- Pourquoi je suis pas chez ma maman ?
- Poussin, on s'est rendu compte que ta maman ne...
- Je veux pas être chez toi. Je t'aime pas, tu fais de la soupe pas bonne et tes dessins animés ils sont nuls. Je veux voir ma maman ou bien Naja. Naja elle est plus gentille que toi, et en plus elle a deux langues !"

Susan soupira très fort, considérant très sérieusement la possibilité de commander une pizza et de remettre à plus tard toute tentative pour faire avaler au bambin un semblant de nourriture équilibrée. Lorsqu'il était remonté de cette façon, on ne pouvait plus rien en tirer.

--

Un long frisson s'empara de l'enfant qui fronça le nez dans son sommeil, se retourna, poussa un gémissement contrarié puis écrasa son visage plus profondément sous les couvertures. Un courant d'air rafraîchissait considérablement la chambre, la fenêtre au préalable entrebâillée s'étant ouverte en grand. Le vent secouait les rideaux comme s'ils avaient cherché à se libérer des anneaux qui les reliaient à leur tringle.

Le plancher craqua. Une grande silhouette se pencha au dessus du lit de Rafael et toucha son épaule pour le secouer doucement.

"Hey. Rafael. Réveille toi."

L'enfant endormi sursauta mais ne paniqua pas. Dodelinant, il prit le temps de s'asseoir dans son lit puis se frotta les yeux avant de se tourner vers la figure qui l'avait appelé. De surprise, sa bouche forma un petit "o" qui ne survécut pas très longtemps :

"Mano, t'es plus dans la maison décors et skions ?
- Shtt. Parle moins fort ou bien tu vas réveiller tout le monde. On s'en va, Rafael. On va dans un endroit que tu vas vraiment bien aimer.
- Le méchant policier il a dit pareil et après c'était nul...
- Les policiers sont nuls. Mais si c'est moi qui le dit tu me crois, non ?
- ... mmmmouiiii. C'est vrai.
- Tu vas voir, ça va être bien."

L'enfant cligna des yeux avant de les tourner sur la fenêtre béante. Une nouvelle silhouette venait d'y apparaître et se glissait dans la chambre avec fluidité.

--

"Spooky. C'est non. Il faut que tu arrêtes avec ça Tu ne peux PAS retourner là-bas.
- POURQUOI ?"

Spooky était vraiment très contrarié. Il croisait les bras sur sa poitrine et se donnait l'air aussi sévère que possible (ce qui impliquait de froncer les sourcils très fort, comme Stern quand il était énervé. Et même si ça faisait mal, de froncer les sourcils aussi fort que ça).

Stern était justement très agacé. Le grand adolescent soupira, fatigué que son imbécile de frangin soit incapable de se foutre le moindre plomb dans le crâne, même alors qu'il lui avait répété des dizaines de fois POURQUOI il fallait absolument qu'il cesse d'aller se balader du côté d'Halloween. Il n'avait pas le temps de le suivre à la trace tous les jours pour lui éviter de se faire trucider par les diverses créatures qui peuplaient l'Île, bon sang !

"Les horreurs sont dangereuses. Elles pourraient vraiment te faire du mal, c'est pas un jeu !
- Mais c'est mes amis !! Leopold est gentil en plus il fait de la musique et il m'apprend. Tu vas voir je vais être un vrai volloncediste !
- ... Apprend déjà à le dire, espèce de quiche va. Faut vraiment que tu arrêtes de penser que ces deux vampires sont tes amis. Peut-être qu'ils font bien semblant mais ils s'en moquent, de toi. T'es qu'une réserve de sang sur patte pour eux. Ils te boufferont à l'instant où ton Leopold se lassera de tes fausses notes.
- C'EST PAS VRAI. Et je fais des VRAIES notes !
- SI. C'EST VRAI. Tu y retournes pas point final. Et enlève ce costume affreux pitié, tu sais de quoi t'as l'air là-dedans au moins ?
- C'EST MON COSTUME !! T'AS PAS LE DROIT ! JE TE DETESTE !! EN PLUS TON NEZ CASSÉ IL EST MOCHE !! OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN"

Stern, affligé, observa le gamin qui courait à toute vitesse, vraisemblablement bien décidé à mettre entre eux le plus de distance possible. Des pas sur sa gauche l'incitèrent à tourner la tête. Il reconnut presque immédiatement Mean. Cette fille était chiante - trop collante - mais elle faisait partie de son gang de suiveurs et elle était de ceux qui savaient se montrer très utiles, dans ce genre de situations. S'il lui demandait de faire un truc, elle le faisait. Que ce fut de s'occuper de l'autre idiot vampirophile, ou de nettoyer de quelconques chiottes avec la langue.

"Hey. Vérifie qu'il se tue pas, aujourd'hui. Il me saoule j'ai autre chose à faire.
- Ca marche, Stern..."

--

Le gamin était à peine assez haut pour observer le lit et son occupant en détails. Il se hissait sur le bord, emportant accidentellement les draps dans l'affaire.

"Roh lalaaaaa, t'as fait un gros bobo... Ca fait mal, nan ?
- Euh, oui plutôt...
- Je peux toucher ?
- Quoi ? Non s'il te plaît je viens de te dire que ça faisait mal...
- Mais c'est marrant ça fait un trou... Comme les zombis ! Tu crois que tu vas devenir un zombi ? Ca serait trop bien !
- Euh... Je crois que ça devrait all.. Bref. Ca fait un bail que je t'ai pas vu Spooky. Tu vas bien toi ?"

L'enfant leva ses grands yeux clairs dans ceux du blessé. Spooky le connaissait bien. Stern l'appelait Mop même si son nom complet, c'était Moody. Le petit n'avait jamais trop compris pourquoi. Ca avait pas l'air très gentil, mais c'était comme ça qu'il était, son frère : grand, méchant, et il faisait peur. Comme les monstres ! Spooky aimait bien avoir un frère qui faisait peur comme une vilaine créature.

C'est vrai qu'il n'avait pas vu Mop depuis longtemps. Depuis que Stern était "parti très loin", en fait. Les membres de sa bande ne passaient plus autant de temps ensemble, et s'occupaient moins souvent de Spooky.

Il cligna des yeux à deux reprises avant de répondre, comme s'il s'était agi d'une évidence :

"Ben oui, ça va.
- Ah bon. Mais ton frère te manque pas ?"

Spooky haussa les épaules, une petite moue contrariée sur le visage. Stern lui manquait un peu mais ça allait. Il faisait plein de choses et il avait plein d'amis, alors c'était pas si pire.

"Je vois...
- Il est grand il fait ce qu'il veut.
- Euuuh, mais Spooky. Tu sais ce qui lui est arrivé non ?
- Oui !
- ... Tu sais qu'il ne va pas revenir, n'est-ce pas ?
- Tu sais pas. T'es pas un fantôme. T'es même pas assez mort pour être un zombi !
- . . ."

Moody décida de couper court à la conversation. Il s'inquiétait pour le gamin, mais il n'avait absolument aucune idée de la façon dont il aurait fallu lui parler pour l'atteindre. Il n'était pas non plus certain que le mettre face à la réalité fut la meilleure chose à faire.

--

C'était vraiment trop bien ! Il y avait plein de neige, ici. On pouvait vraiment jouer comme on voulait ! Spooky forma une boule de poudreuse dans le creux de ses mains gelées et la plaqua maladroitement au milieu de la tête du bonhomme qu'il était en train de construire.

"Oh non !" cria t-il, dépité, en voyant le crâne de sa création partir en arrière et éclater en mille morceaux.

Les larmes lui montèrent aux yeux. Sa bouche se tordit dans une moue contrariée. Après quelques instants d'hésitation, Spooky décida qu'il ne voulait pas pleurer. En revanche, il fallait disputer le bonhomme de neige qui n'avait absolument rien compris !

"Mais noooon ! T'es un VAMPIRE ! Comme Leopold. Je t'aurais dit si je voulais un cavalier sans tête ! En plus t'as pas de cheval t'es bête."

L'enfant entreprit de refaire une nouvelle tête au bonhomme. Lorsqu'il eut fini, il sortit de ses poches les deux cailloux triangulaires qu'il avait tout spécifiquement cherché pour faire les dents du vampire des neiges et il les colla au milieu de sa tête. Tout heureux il leva les bras en signe de victoire !

"Ouiiiiii ! Voilà ! Ah. Mais t'as pas des yeux et pas de nez par contre. On va les faire sinon tu vas rien voir et rien sentir du tout ! Tu serais un vampire bizarre. Un vampire taupe !"

Spooky fouillait dans ses poches à la recherche d'objets qui pourraient faire l'affaire. C'est qu'il aurait difficilement pu chercher d'autres cailloux sur ce sol qu'on apercevait à peine.

Soudain, l'enfant remarqua quelque chose dans le coin de sa vision. Il releva la tête et, suite à quelques secondes d'hésitation, il comprit qu'il s'agissait d'une personne ou d'une créature qui venait de l'endroit où on lui avait interdit d'aller : l'endroit du "méchant-mais-pas-bien Givre qui fait mal". C'est comme ça que Mean l'avait appelé, en attendant.

Le bambin resta un long moment immobile, jusqu'à être en mesure de distinguer plus clairement le visage du visiteur. Alors, il oublia immédiatement que les choses méchantes-pas-bien étaient à éviter, et il laissa un immense sourire lui grimper sur les lèvres.

Il était super pâle, comme une Horreur ! Et il avait plein de glace sur lui, c'était super tendance - ça aussi c'était un truc que Mean disait tout le temps. Spooky devait parler à la créature ! Il voulait s'en faire un ami. Sans réfléchir plus longtemps, il courut dans sa direction.

"WAAAAAAAAAAAAAH !!! T'es trop bien j'adore tes yeux ! Ils brillent comme ça tout le temps, tu peux faire des trucs avec dis ? Dis !"

Ce soir, Spooky ne rentrerait pas au Camp.

--

*******

--

Spooky se mordait la lèvre et tentait de ne faire aucun bruit, ce qui impliquait de parvenir à contenir sa crise de rire nerveux. Il ne fallait pas qu'on l'entende, sinon ça allait tout gâcher ! Il faisait en sorte de se tasser, d'être vraiment tout petit derrière le tronc de l'arbre dont il caressait l'écorce du bout des doigts. Il ne fallait pas qu'on le voie non plus, sinon ça serait trop nul !

La garçonne perdue qu'il suivait depuis plusieurs bonnes dizaines de mètres n'avait vraiment rien remarqué. Elle était sur le point de passer à côté de son arbre. C'était le meilleur moment, il fallait qu'il se concentre et qu'il donne tout ce qu'il avait !

L'enfant banda tous ses muscles et s'apprêta à bondir hors de sa cachette. Certains réflexes de prédation étaient encore ancrés dans son corps.

"BOUUUUUUUUH !!!" hurla t-il à s'en déchirer la voix.
"AAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!" répondit la petite-fille avant de reculer de trois mètres, de se prendre les pieds sur un caillou et d'atterrir sur les fesses.

Spooky se redressa et éclata d'un rire absolument ravi. Roh lala ça avait trop bien marché ! Il esquissa une rapide danse de la victoire.

"Ouiiiiiiiii ! Je t'ai euuuuue !
- NON MAIS CA VA PAS LA T... Spooky, c'est toi ?"

Le petit s'arrêta immédiatement de frétiller. Tout à l'inverse il se figea, les bras ballants, ses grands yeux trop ronds fixant ceux de l'autre perdue avec une certaine forme de perplexité.

"Bah oui.
- Mais t'es revenu quand ?
- Bah maintenant ! Je te suivais juste, parce que c'était rigolo.
- ... T'es pas mort alors. Cool... Bon sang par contre t'as une sale tête."

Exhibant son teint livide et les veines trop bleues qui lui entouraient les yeux, le gamin esquissa un grand sourire fier. Il forma des serres avec ses mains et les plaça des deux côtés de sa tête.

"T'as vu ? Je fais PEUR, hein !"



L'Invisible pour les yeux

T'as un Pseudo ? Oui. 😏 (C'est Asch)
Et un âge ? Oui. What a Face (Même qu'il a toujours pas bougé)
C'est quoi ton Avatar  ? Hanako/Tsukasa de Jibaku Shounen Hanako-kun
Comment t'as découvert l'île ? Il était une fois...
Tu la trouves comment ? Vous sachez.
Dis, tu crois bien aux fées ? Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!
Revenir en haut Aller en bas
Wobbly
Wobbly

♣ Raccommodeur ♣


✘ AVENTURES : 108
✘ SURNOM : Le Passe-partout
✘ AGE DU PERSO : 5 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Pas trop chaud pour de nouvelles ouvertures actuellement, mais on peut négocier.
✘ LIENS : Mini-007 looking for allies and top-secret missions

BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! Empty
MessageSujet: Re: BOUH ! Je t'ai fait peur, hihi !   BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! EmptySam 24 Avr 2021 - 14:32

"Spookyyyyyyy !!!! Copain !" BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! 1142706710

J'aime comment ce bout de chou parti de rien a grandi pour devenir ce gamin creepy-cute à qui j'ai envie de faire des câlins tout en en restant très éloignée. Et je trouve ça chouette de voir le développement et le passif de Stern en même temps. Plus globalement, j'ai toujours adoré comme tu lies tes persos les uns aux autres dans leurs genèses comme ça. Même si imaginer les interactions entre Spooky et Nut me colle des frissons. What a Face

Dès que tu seras vert, faudra qu'on parte en mission d'infiltration chez les Horreurs ! Chiche ? BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! 4198890058
Revenir en haut Aller en bas
MadMax
MadMax

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 1111
✘ SURNOM : L'Increvable.
✘ AGE DU PERSO : La bonne quinzaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance, renaissance & La Meute

BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! Empty
MessageSujet: Re: BOUH ! Je t'ai fait peur, hihi !   BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! EmptyLun 26 Avr 2021 - 21:56

Félicitations mon enfant


Tu es condamné.





Wooooh ! Spooky fait presque peur, dis donc.. C'est tres cool de le decouvrir un peu plus en détail et d'avoir sa version de la rencontre avec tonton Leopold. Il est plein de vie, d'énergie, maaaais je suis d'accord avec Meena : je ne sais pas si je veux surtout lui faire un calin ou le garder a l'oeil. (Enfin le garder a l'oeil a l'infirmerie, a mon avis il faudra de toute facon, hurm. :') )

Hate de te voir faire peur a tout le monde et devenir copain avec tous les monstres du coin !


_______________________________


Je te serre chaleureusement la main. Cours vite créer ton Dé à Coudre et demander un Compagnon de Jeu afin de vivre une aventure ! Par ailleurs, n'oublie pas de prendre connaissance de L'intrigue du moment. Tu peux aussi participer au RP d'introduction spécialement conçu pour les nouveaux arrivants et qui permet d'immerger facilement ton personnage dans l'univers : Le Bannissement. A moins que tu ne choisisses de te lancer dans Mission Périlleuse ? Si tu préfères passer du bon temps en papotant, rejoins sans tarder la Nursery. Quoiqu'il en soit, que ton séjour à Never Never Land soit fabuleux et éternel.








J'suis Parole en #cc3300.

Merci Dog. ♥:
 

Merci Arrow. ♥:
 

Merci Coquillage. ♥:
 

Merci Sindri. ♥:
 

Merci Blue. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Miss Annabelle
Miss Annabelle

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 217
✘ SURNOM : La Dormeuse
✘ AGE DU PERSO : 20 années

✘ LIENS : L'entrée des Contrées est par la mer, mais Il y dort... prenez garde au Dormeur qui rêve et attend

BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! Empty
MessageSujet: Re: BOUH ! Je t'ai fait peur, hihi !   BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! EmptyMar 27 Avr 2021 - 7:52

Spooky est adorable, huhu BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! 304983004

J'aime son mood avec l'horreur, il sait ce qui est amusant 8D
C'est un peu triste pour son frérot quand même x')

Bref, c'est encore un perso much cool que tu nous sors et que j'aime beaucoup.

La rebienvenue à toi !
(Il pourra venir écouter les histoires du culte comme je te l'ai déjà dit BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! 4198890058)






Hafh'drn'fhalma
~
Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn

BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! 1454353281-signapieuvre



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yell
Yell

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 188
✘ SURNOM : La CRIARDE
✘ AGE DU PERSO : 16 Pijes

✘ DISPO POUR RP ? : CARREMENT BABE
✘ LIENS : Le Groupe
Prime sur l'Individu

BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! Empty
MessageSujet: Re: BOUH ! Je t'ai fait peur, hihi !   BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! EmptyMar 27 Avr 2021 - 19:05

Eh bah,
En voilà un qui doit aimer les monstres.

Plus sérieusement, je le trouve très attendrissant, très mignon, très pipou en fait, plein de ces fascinations et cette innocence qui font un enfant,
vraiment j'ai hâte de le voir jouer au grand méchant ! Et même si ca marche pas, jsuis sure qu'il s'amusera quand même !
J'aime aussi beaucoup cette excitation, c'est une vraie pile, j'adore ça, tant d'énergie,
Bref, un beau bébé, qui va foutre un certain bordel, ca c'est certain.

Amuses toi bien Spook'






Ya Know what I say to The chosen Whites ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! Empty
MessageSujet: Re: BOUH ! Je t'ai fait peur, hihi !   BOUH !  Je t'ai fait peur, hihi ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 241543903 (le titre évoque le fait).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Faire naufrage :: Gais, innocents et sans coeur. :: On s'envole !-