Le deal à ne pas rater :
Codes promo Cdiscount : -30€ dès 399€, -100€ dès 999€
Voir le deal

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Écorce
Écorce

☼ Fée des Forêts ☼


✘ AVENTURES : 108
✘ SURNOM : L'Archéologue.
✘ AGE DU PERSO : Plusieurs saisons.

✘ DISPO POUR RP ? : Potêtre !
✘ LIENS : Récits & Annexes.

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyLun 2 Aoû 2021 - 13:01

Évidemment, Écorce avait noté à quel point Eclipse lui avait paru perturbé lorsqu'elle lui avait dit qu'elle n'avait jamais été si proche d'une fée. Si la remarque était innocente, l'Archéologue n'était pas dupe, et elle le comprenait davantage en voyant la réaction de son ami : elle avait compris qu'il se passait plein de choses dans sa tête et dans son cœur quand elle est avec la fée des étoiles. Il lui était cependant de plus en plus difficile d'en faire abstraction, d'autant que ce n'était pas le moment : Eclipse n'était simplement pas en état. Il avait d'autres choses à penser, et la fée des forêts ne voulait pas donner l'impression de profiter, ou de lui en demander trop.

Fort heureusement pour elle, l'interjection de douleur d'Eclipse la ramène à la réalité et lui évite de se perdre dans son flot éternel de pensées, de questionnements. Écorce sursaute et, inquiète, elle décide d'entourer son bras autour du sien, même si la fée des étoiles a déjà pris sa béquille. Si le geste est soudain, il n'en demeure pas moins naturel.

- Non mais quel étourdi je fais...
- Ne sois pas si dur avec toi-même, lance la fée des forêts, sur un ton qui sonnerait presque comme un ordre.

Eclipse la cherchait des yeux, et Écorce s'accroche bien vite à son regard. Si elle se détache doucement de son bras afin d'aller chercher la cape à laquelle il ne pense plus, elle garde une main posée sur son bras, comme si elle craignait qu'il ne chute au premier mouvement.

Puis il a l'air de vouloir lui demander quelque chose. Tenant délicatement la cape entre ses mains, Écorce lui lance un regard à la fois surpris et intéressé : elle attend une suite qui ne vient pas. Pourquoi a-t-il l'air si hésitant ?

- Est-ce que.. ?
- Oui ? Demande-t-elle très vite, sous l'impulsion de l'élan d'Eclipse.

Élan qui retombe bien vite, puisqu'il lui demande simplement s'ils pourront continuer à discuter ensemble. ... C'est suffisant pour qu’Écorce arque les sourcils, et réponde sur un ton amusé.

- Euh... bien sûr. Même si Sa Majesté vit dans le palais, tu as le droit de discuter hors de ta chambre, tu sais ?

Écorce se rapproche d'Eclipse et se permet de le vêtir de la cape qu'il avait - comme elle le pensait bien - oublié depuis le début de cette étrange discussion. Alors qu'elle lui tend naturellement son bras afin qu'il s'appuie dessus, elle lui lance un nouveau regard, cette fois-ci intrigué. Elle avait en effet bien compris qu'il se tramait quelque ; d'autant que les fées sont toutes d'un naturel très curieux, et ne lâchent jamais l'affaire... ou rarement.

- Tu voulais me demander autre chose ?








Des cheveux et des livres. - Page 2 Crush211

Revenir en haut Aller en bas
Éclipse
Éclipse

☼ Fée des Etoiles ☼


✘ AVENTURES : 196
✘ SURNOM : L'Infortuné
✘ AGE DU PERSO : 24 ans comme humain - Fée nouvellement formée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS :
Close your eyes and pretend it's just all a bad dream. That's how I get by.

Drames en cours :
III - VII - VIII - IX - X - XI - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XX - XXI

Achevé : I - II - IV - V - VI - XII - XIX

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyLun 9 Aoû 2021 - 18:24

"Non mais quel étourdi je fais...
- Ne sois pas si dur avec toi-même

- Ce n'est pas..."

Vijendra arrêta bien vite de parler et détourna les yeux, incapable d'expliquer sa démarche, qui avait été plus instinctive que préméditée. Il aurait au moins voulu réussir à dire à Écorce qu'il ne cherchait qu'à plaisanter, mais étrangement, quelque chose le retenait.

Décliner ses intentions, s'il avait su les analyser plus rapidement, aurait en fait été assez embarrassant, puisque cette remarque concernant sa prétendue étourderie n'avait justement été là que pour noyer le poisson. Vijendra n'avait jamais été du genre à s'appuyer tout seul sur la tête, et si les événements récents l'avaient durement affecté et transformé, il n'en était pas encore rendu à se dévaloriser tout seul à la moindre occasion. Pas sans raison valable.

Bien vite, il perdit le peu de bénéfices que sa tentative de fuite ratée lui avait offerts. Éclipse n'était plus en contrôle de grand chose. Désorienté, sur le fil, il voulait éviter le sujet qui lui brûlait la langue autant qu'il aurait voulu l'aborder, et c'est ainsi qu'un malheureux début de question lui échappa et mit sous le feu des projecteurs toute la confusion qu'il avait précédemment cherché à cacher.

"Est-ce que.. ?
- Oui ?"


Il se rétracta, mais trop tard. Écorce n'était pas aveugle. A ses réactions, ses expressions, l'Infortuné l'avait bien remarqué : son amie avait compris que quelque chose se tramait, mais que Vijendra n'osait pas lui en parler. C'est avec une maladresse affligeante qu'il chercha une fois de plus à noyer le poisson, au moins jusqu'à parvenir aux jardins du Palais, qu'Écorce lui avait proposé de visiter.

"Est-ce que... euh. On pourra continuer de discuter... là-bas ? N'est-ce pas ?
- Euh... bien sûr. Même si Sa Majesté vit dans le palais, tu as le droit de discuter hors de ta chambre, tu sais ?"


Le sourire embarrassé de la fée des étoiles se crispa encore un peu plus. Il eut soudain l'impression de ne plus savoir où se mettre. L'équivalent d'un rire gêné lui échappa sans qu'il parvienne à le contenir.

"Euh je... Oui. Oui je me doute que j'ai le droit mais je veux dire euh... Bref. D'accord."

Avec tout ça, l'Infortuné n'avait même pas remarqué la façon dont son amie avait récupéré sa cape, qu'il aurait oublié d'emporter si Écorce n'avait pas été là. Il ne prit conscience de ce détail que lorsque la fée des forêts mit le vêtement sur les épaules à sa place.

".. Oh ! Merci..." commenta t-il sous le coup d'une nouvelle impulsion mal contrôlée. Surpris, il fixait Écorce sans ciller. Il fallait vraiment qu'il soit confus pour en arriver à oublier cet élément de garde robe. Ainsi qu'il l'avait expliqué à l'Archéologue plus tôt, il en avait besoin pour se cacher, au cas où les regards des autres fées du Palais deviendraient trop difficiles à soutenir.

Éclipse baissa les yeux une fois supplémentaire, sa nervosité devenant de plus en plus flagrante à mesure que la "discussion" avançait. Il tritura les attaches de sa cape pour l'accrocher autour de son cou autant que pour tenter de se redonner une contenance. Dans un cas comme dans l'autre, il n'eut qu'un très médiocre succès. Il osa à peine toucher le bras qu'Écorce lui tendait et il se raidit sans transition alors qu'elle lui posait une question qui lui fit perdre le peu de contrôle qu'il avait réussi à retrouver :

"Tu voulais me demander autre chose ?"

Glacé, il écarquilla encore les yeux et eut l'impression de sentir le sang quitter son visage.

"EUH..."

Coup d'oeil rapide dans la direction d'Écorce. Etait-ce donc qu'elle n'avait vraiment pas compris où il voulait en venir quand il avait demandé à ce qu'ils continuent à parler plus tard, ou bien ne souhaitait-elle simplement pas lui accorder le répit qu'il avait implicitement demandé ? Craignait-elle qu'il en profite pour chercher et trouver le moyen de se défiler ?

... Si c'était le cas, peut-être n'avait-elle pas entièrement tort de se méfier. Vijendra n'était pas sûr de savoir ce qu'il était effectivement prêt à partager. Il ne trouvait aucun moyen d'exprimer ses interrogations à Écorce sans que cela ressemble à un aveu dont il ne se sentait pas prêt à assumer les conséquences. Si elle lui laissait le temps de réfléchir, peut-être allait-il tout simplement choisir d'éluder les sujets qui fâchaient par une quelconque pirouette verbale, qu'il aurait eu le temps d'inventer pendant le trajet jusqu'aux jardins.

"C'est à dire que j'aurais préféré attendre avant de... Euh."

Mais ne nageait-il pas en plein délire, là ? Rien ne lui disait qu'Écorce avait pensé à tout ça. Il était peut-être seul à se faire des films, noyé dans une panique si profonde qu'il en perdait tout ses repères. Il aurait probablement mieux géré cette situation s'il avait encore été humain. Là, c'était impossible : il n'y avait rien pour contrebalancer l'émotion, trop pure, trop forte. Il en était donc le jouet impuissant, balloté en tous sens à l'instar d'un naufragé transporté par des courants redoutables, ou comme un cerf-volant dont le fil aurait cassé, lors d'une journée particulièrement venteuse - sans vouloir rappeler par cette dernière image l'un des plus malheureux épisodes de la vie de Vijendra.

"...Je... Je... Je... C'est..."

Il se força à fermer la bouche et à museler son long hurlement intérieur. Il ferma les yeux et garda le silence pendant un court instant. Une grande inspiration. Peut-être qu'après ça, il allait réussir à faire mieux que d'incessamment bégayer les mêmes choses.

Il se rendit finalement compte qu'il n'était pas même capable de tout déballer sans réfléchir : les mots étaient bloqués en lui. Vijendra avait la sensation très intuitive qu'ils n'étaient pas encore mûrs et que de les forcer hors de lui aurait été une très mauvaise idée, un peu comme de cueillir un fruit trop jeune qui refusait de tomber de l'arbre.

"... Je ne sais pas exactement que ce que je veux dire ou demander, en fait. C'est... difficile. Et ce n'est pas l'endroit, ni le moment. Est-ce qu'on peut juste... y aller, pour l'instant ? S'il te plaît."

Il espérait très fort que cette pause dans les jardins lui offrirait les clés dont il avait besoin pour désamorcer en douceur la bombe qu'il avait l'impression d'avoir sur le bout de la langue.






Cadeau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Écorce
Écorce

☼ Fée des Forêts ☼


✘ AVENTURES : 108
✘ SURNOM : L'Archéologue.
✘ AGE DU PERSO : Plusieurs saisons.

✘ DISPO POUR RP ? : Potêtre !
✘ LIENS : Récits & Annexes.

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyLun 16 Aoû 2021 - 13:44

Écorce n'aurait peut-être pas dû poser cette question : hélas, tiraillée par sa curiosité, il faut dire qu'elle aurait eu bien du mal à résister. Mais voir son ami aussi mal à l'aise l'attriste, même si la fée tente tant bien que mal de le cacher. Après tout, c'est elle qui a commencé. Et elle continue à le détailler du regard, à l'observer fermer les yeux, inspirer. Bégayer. Pâlir ? Sans doute un peu de tout.

- ... Je ne sais pas exactement que ce que je veux dire ou demander, en fait. C'est... difficile. Et ce n'est pas l'endroit, ni le moment. Est-ce qu'on peut juste... y aller, pour l'instant ? S'il te plaît.
- ... Bien sûr.

C'est la première chose que la fée lâche. Sa voix est douce, même si elle doit bien avouer qu'elle se demande à quoi il pense depuis le début - sauf que ce n'est pas le moment d'insister. Il n'est pas à l'aise, et il lui fait comprendre que ce n'est pas non plus le moment. Plus tard, peut-être : toujours est-il qu’Écorce n'insiste pas, et se contente de tendre davantage son bras pour son ami. Elle a l'impression qu'il ose à peine s'y agripper.

- Je suis désolée, je ne voulais pas insister et te mettre mal à l'aise. Mais... si tu as besoin de quelque chose, n'hésite pas.

Ainsi se clôt leur discussion. Elle est si concentrée sur l'état d'Eclipse qu'elle n'a même pas le temps de s'apitoyer sur sa maladresse et sa gêne : il faut dire qu'à son contact, elle apprend au moins à mettre tout cela de côté. Dans le pire des cas, elle chouinera lorsqu'elle sera seule.

Et elle pensera à tout ça : à tout ce drôle de tourbillon qu'elle ressent dans son cœur lorsqu'elle lui parle, qu'elle est à ses côtés, simplement avec lui. Si elle est bien loin de se douter ou de minimiser que c'est également le cas pour Eclipse, elle pense sensiblement la même chose : ce n'est pas le moment. De son côté, parce qu'elle n'a pas envie d'en profiter. Et surtout parce qu'elle ne sait pas comment ça marche ! Personne ne pense à écrire des modes d'emplois sur la vie en société ?

Écorce ouvre délicatement la porte, et indique la direction des jardins. Elle tourne la tête vers son ami, lui sourit, et change volontairement de sujet.

- Les jardins sont magnifiques, tu verras. Je les trouve si apaisant que j'hésite parfois à en faire un chez moi.








Des cheveux et des livres. - Page 2 Crush211

Revenir en haut Aller en bas
Éclipse
Éclipse

☼ Fée des Etoiles ☼


✘ AVENTURES : 196
✘ SURNOM : L'Infortuné
✘ AGE DU PERSO : 24 ans comme humain - Fée nouvellement formée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS :
Close your eyes and pretend it's just all a bad dream. That's how I get by.

Drames en cours :
III - VII - VIII - IX - X - XI - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XX - XXI

Achevé : I - II - IV - V - VI - XII - XIX

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyMar 17 Aoû 2021 - 2:05

Éclipse se calma très brutalement, à l'instant exact où il entendit l'Archéologue prononcer les désormais trop courants mots d'excuse. L'Infortuné tourna un regard vif sur son amie et fit preuve d'autant de bonne volonté qu'il en était capable pour limiter la casse : il saisit le bras qu'elle lui tendait pour de bon et le serra chaleureusement. Il ne voulait pas lui donner l'impression qu'il la fuyait.

"Ne t'inquiète pas. Ce n'est pas un problème. Et c'est moi qui ai commencé. Je... n'ai juste pas les idées très claires pour le moment... Marcher va aider."

Ce n'était qu'à moitié vrai malheureusement, car l'acte était encore laborieux pour Vijendra, qui était tenu de ne s'appuyer que très prudemment sur son genou abîmé. Il saisit sa béquille et la cala sous son bras. Si ce n'était pas le trajet qui allait lui donner l'inspiration, alors ce serait le temps, ou bien le paysage des jardins, qui devait sans doute être sensationnel. Ce n'était pas parce que son ancienne vie lui manquait qu'il était incapable de se rendre compte des qualités de son actuel foyer : dans la Citadelle féérique, et a fortiori au Palais, tout était magnifique, un peu comme dans un rêve (... dont il continuait encore régulièrement de vouloir se réveiller).

Écorce donna d'ailleurs raison à cette pensée en même temps qu'elle ouvrait la porte. Le sourire de la fée des étoiles s'élargit. Il émit un gloussement amusé.

"Les jardins sont magnifiques, tu verras. Je les trouve si apaisants que j'hésite parfois à en faire un chez moi.
- Si tu faisais ça, nous serions vraiment voisins. Mais j'ai déjà beaucoup de chance : tu viens ici très souvent."

Son visage s'assombrit légèrement tandis qu'une pensée désagréable lui traversait l'esprit : sur le long terme, Vijendra ne savait pas s'il allait rester ici. On ne lui avait pas encore tout expliqué, mais s'il avait bien compris quelque chose, c'est qu'il était désormais une fée des étoiles, et que la plupart des fées des étoiles vivaient ailleurs, dans une arche magique au sujet de laquelle il ne parvenait pas à se sentir curieux - lui qui était pourtant curieux de tout en règle générale. Éclipse commençait à peine à s'habituer au Palais et à la nouvelle vie qu'il y menait. Il ne voulait pas qu'on lui arrache ce maigre sentiment de routine et de familiarité, bien difficilement acquis. Il se demandait s'il pourrait trouver sa place ici : après tout, l'endroit n'était pas habité que par la Reine et sa sphère personnelle.

"Je me demande si je devrai partir... Je n'en ai pas très envie."

L'Infortuné jeta un regard anxieux dans le couloir avant de s'y engager. Pour l'instant, il n'y avait personne, mais une silhouette pouvait à tout moment surgir d'un des passages voisins. Il sortit finalement en donnant l'impression qu'il aurait voulu disparaître entre ses propres épaules. Par réflexe, Vijendra voulut attraper sa capuche et la rabattre sur sa tête, mais il se rappela des efforts qu'Écorce avait faits sur sa coiffure et il abandonna immédiatement l'idée. Il arborerait ces sobres atours aussi longtemps que ses nerfs le permettraient.

Vijendra resta étrangement muet sur tout le reste du trajet qui les séparait des jardins. Ca n'avait pas été tout à fait volontaire : il était contrarié de n'avoir pas su répondre à son amie, et très conscient de n'avoir fait que retarder une discussion qu'il jugeait nécessaire. Il s'était donc inconsciemment plongé dans les pensées qu'il avait été préalablement incapable d'exprimer.

Force était de constater qu'il ne savait toujours pas par quoi commencer. Aurait-il dû parler de ce qu'il ressentait ? Encore aurait-il fallu qu'il parvienne à comprendre les ressentis en question, or Vijendra n'avait ni les mots, ni les certitudes suffisantes. Était-il censé demander à Écorce si les fées connaissaient l'amour, à leur manière personnelle ? S'il faisait une chose pareille, ça allait être affreusement gênant. Elle allait forcément comprendre que cette question n'avait rien d'innocent. Et si c'était réellement possible, s'il ne s'était pas fait d'idées, Vijendra ne se sentait pas prêt. Il avait peur. C'était un sujet trop sensible pour lui.

La perte de son humanité lui paraissait déjà très lointaine. Pourtant, certains détails invariablement cuisants étaient capables de lui donner l'impression qu'elle était arrivée hier. Sur le Port, le scribe métamorphosé avait été incapable de s'approcher de la maison close à plus de vingt mètres. Il évitait avec soin toutes les situations de flirt bon enfant dans lesquelles il s'était senti à une époque comme un poisson dans l'eau - avec Carmine, par exemple. Ces jeux étaient devenus pour lui un crève-cœur déchirant. Cela ne faisait que lui rappeler ce qu'il avait définitivement perdu. De la même façon, quand Maelle s'était jouée de lui, faisant mine de lui arracher un baiser, sa première réaction avait été un mouvement de recul horrifié. Il détestait sentir son corps incapable de répondre à la moindre sollicitation sensuelle. Il préférait encore ne provoquer aucune situation qui lui rappelait combien tout était devenu différent.

Accepter la réalité de ses sentiments, ce serait devoir faire face à cette différence et comprendre comment l'apprivoiser. C'est ce qu'Éclipse faisait déjà avec tous les autres fragments de son existence ramassée à la petite cuillère, mais à ce sujet particulier, faire l'autruche restait ce qu'il y avait pour lui de plus confortable. Avec son espérance de vie brutalement tronquée, ce sujet faisait partie de ceux qui lui nouaient le ventre la gorge et le coeur dès qu'ils avaient le malheur de revenir au premier plan dans son esprit.

Il y avait autre chose qui lui faisait peur : s'engager dans une nouvelle relation romantique, après ce qui était arrivé la dernière fois. Il y avait désormais en lui un truc qui coinçait. Un garde-fou, un cran de sécurité, quelque chose qui l'empêchait de se jeter à corps perdu dans une nouvelle aventure, de se laisser emporter par des sentiments trop puissants qui allaient immanquablement l'écraser s'ils se retournaient contre lui. Il avait eu confiance en Maëlle et elle l'avait trahi. Il s'était fait des idées. Il avait tout interprété de travers et s'était fait avoir par les discours fumeux de cette femme cruelle, menteuse et manipulatrice. Écorce n'avait rien en commun avec elle. Éclipse était persuadé - et avec de bonnes raisons de l'être cette fois - qu'elle ne lui ferait jamais de mal volontairement.

Pourtant, il restait terrorisé.

Peut-être fallait-il qu'il cesse de penser pour de bon à toutes ces choses trop humaines. Ca faisait beaucoup trop mal. Peut-être que l'amour fée n'existait pas. Ca aurait sans doute été plus simple.

Ce qui n'était pas simple en attendant, c'était de s'en convaincre.

"Tu avais raison, c'est magnifique." annonça t-il comme Écorce et lui arrivaient à destination.

Gêné, il détourna les yeux quand il se rendit compte qu'il avait fini sa phrase en fixant la fée des forêts, et qu'on aurait aisément pu imaginer qu'il ne parlait plus que du paysage. C'est qu'il trouvait Écorce vraiment jolie, et considérant les pensées pas tout à fait innocentes qui lui tournaient dans la tête depuis un bon moment maintenant, il avait peur d'être trahi par un de ses propres regards. Ironiquement, c'était peut-être son actuel air fuyant qui allait finir par mettre la puce à l'oreille à son interlocutrice. C'est que la façon dont il s'était subitement passionné pour les ramures des arbres qu'ils avaient au dessus de la tête avait été particulièrement maladroite.

"... Je ne crois pas t'avoir déjà raconté pourquoi j'ai décidé de participer à cette expédition dans l'Ordinaire... Je veux dire. Au-delà des raisons évidentes."

Oh, il était même certain de n'avoir jamais rien dit. C'est qu'il n'en était pas très fier, et d'ailleurs, il n'était pas sûr que ce fut une bonne idée d'en parler à Écorce. Avait-il vraiment le choix, cependant ? Il n'avait trouvé que ça pour aborder l'air de rien le problème dont il voulait absolument lui causer. Et puis ce serait peut-être aussi une bonne chose qu'elle soit au courant de ce qu'il avait traversé avec Maelle, dans le cas où euh... d'une manière ou d'une autre elle serait intéressée. Et puis s'il parlait "innocemment" de ses déboires amoureux, peut-être Vijendra parviendrait-il à amener tout aussi innocemment Écorce à lui exposer l'avis du peuple féérique sur ces questions.

Bref. C'était bancal, mais certainement moins que s'il avait mis les pieds dans le plat en désespoir de cause.






Cadeau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Écorce
Écorce

☼ Fée des Forêts ☼


✘ AVENTURES : 108
✘ SURNOM : L'Archéologue.
✘ AGE DU PERSO : Plusieurs saisons.

✘ DISPO POUR RP ? : Potêtre !
✘ LIENS : Récits & Annexes.

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyMar 17 Aoû 2021 - 21:22

Écorce se contente de renvoyer un sourire lumineux à son interlocuteur. De plus en plus, elle sent qu'il se permet d'être plus expressif, parfois plus léger dans ses propos. Une telle évolution lui fait sincèrement plaisir, même si elle ne cherche pas à le pointer : loin de là l'envie de mettre mal à l'aise Eclipse. Tout comme à son habitude, elle préfère l'accompagner en silence, être là lorsqu'elle le peut. A force, elle arrive presque à distinguer ces moments ou sa mine s'assombrit, bien qu'elle ne puisse y faire grand chose si ce n'est lui changer les idées. Quant à savoir ce qu'il pense...

Si Eclipse reste muet, elle aussi ne décroche plus un mot jusqu'à ce qu'ils arrivent dans les jardins du palais. Mais ses préoccupations se portent sur la dernière remarque de son ami : était-ce trop tôt pour évoquer ce sujet ? Il pouvait très bien décider de quitter sa faction et de s'installer au sein du palais. Bon nombre de fées l'avaient fait bien avant lui, mais évidemment, il ne pouvait pas le savoir. Une petite moue se dessine sur le visage d’Écorce à cette pensée, parce qu'elle doit bien avouer qu'elle le voit mal vivre à l'Archecristal. Les galeries de cristal ne lui plairaient sans doute pas pour y vivre : encore moins le fait que les fées des étoiles reçoivent peu de visites, et restent très mystérieuses, même pour leurs autres sœurs.

- Tu avais raison, c'est magnifique.

Écorce tourne la tête au moment où Eclipse détourne son regard et se prend soudainement de passion pour les cimes des arbres. Si elle est, au fond, sincèrement ravie qu'on lui donne raison - parce qu'elle reste après tout une fée - elle doit bien avouer que le comportement d'Eclipse l'intrigue beaucoup depuis avant. Et fort heureusement pour son ami, Écorce n'est pas très douée lorsqu'il s'agit de remarquer de drôles de signes avant-coureur de quelque chose. Enfin, pour l'instant.

D'autant qu'elle n'a même pas encore pris le temps de se poser, et de s'interroger sur tout ce qui passe dans son petit cœur et sa petite tête lorsqu'elle est avec lui. A cette pensée, elle presse inconsciemment son bras contre le sien. Comme si elle cherchait à se rapprocher de lui.

- ... Tu sais, tu n'es pas obligé de partir du palais.

Elle a lâché ça sans prévenir, sur un ton sérieux.

- Beaucoup de fées quittent leur caste pour travailler et vivre dans le palais ou la citadelle. Mais si tu n'es pas encore sûr, tu as tout le temps d'y réfléchir. Il n'y a pas de délai pour ce genre de décisions.

L'Archéologue se perd dans la contemplation des parterres de fleurs épanouies du jardin. Si les deux fées marchent toujours, leurs pas se sont quelques peu ralentis. Ils donnent l'impression de flâner au milieu des allées fleuries et boisées.  Comme elle l'avait d'ailleurs bien pensé, les jardins sont encore vides. Pas une fée, ni un animal.

- ... Je ne crois pas t'avoir déjà raconté pourquoi j'ai décidé de participer à cette expédition dans l'Ordinaire... Je veux dire. Au-delà des raisons évidentes.

Ce n'est qu'en l'entendant qu'elle revient à la réalité. Écorce tourne un regard surpris vers son ami. De sa part, elle ne s'attendait pas à ce qu'il parle si tôt de cet événement. Elle le dévisage un court instant et répond, après une courte hésitation :

- Non... tu ne m'as jamais raconté.

Au fond, elle espérait d'ailleurs qu'il en parle de soi-même. Si les raisons de sa présence dans l'expédition du Monde Ordinaire l'intéressait, Écorce n'avait jamais voulu le brusquer en évoquant trop tôt un sujet encore très douloureux pour lui. Une nouvelle fois, elle presse délicatement son bras : cette fois pour l'encourager en silence.

- Tu veux m'en parler ?








Des cheveux et des livres. - Page 2 Crush211

Revenir en haut Aller en bas
Éclipse
Éclipse

☼ Fée des Etoiles ☼


✘ AVENTURES : 196
✘ SURNOM : L'Infortuné
✘ AGE DU PERSO : 24 ans comme humain - Fée nouvellement formée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS :
Close your eyes and pretend it's just all a bad dream. That's how I get by.

Drames en cours :
III - VII - VIII - IX - X - XI - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XX - XXI

Achevé : I - II - IV - V - VI - XII - XIX

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyMer 18 Aoû 2021 - 0:09

Ouf ! Écorce semblait ne pas avoir remarqué son moment d'égarement. Du moins, si c'était le cas, alors elle n'en montrait rien... Afin que la discussion reste fluide, que l'échange ne devienne pas trop gênant, Vijendra allait partir du principe que son amie n'avait rien vu et royalement ignorer les autres éventualités, hein.

Écorce pressa leurs bras l'un contre l'autre. Cela amena l'Infortuné à se rendre compte qu'il fixait le paysage un peu trop intensément. Vif, mais surtout nerveux, il accrocha à ses lèvres un sourire maladroit et tourna à nouveau les yeux sur l'Archéologue.

"... Tu sais, tu n'es pas obligé de partir du palais."

Voilà qui le calma instantanément, même s'il attendait qu'Écorce développe un peu plus à ce sujet, ainsi qu'en témoignait la lueur interrogatrice dans ses yeux. La fée des forêts ne se fit pas prier et Éclipse opta pour un silence attentif. A mesure qu'il buvait les paroles de son amie, il sentit une tension désagréable qu'il avait en lui disparaître.

Il ne savait pas à quel point Écorce en avait conscience, mais elle lui faisait un merveilleux cadeau en lui offrant cette information. L'ancien scribe lui en était extrêmement reconnaissant. Ainsi aurait-il le choix. Personne n'allait le déloger. Il n'y avait pas d'échéance à respecter. Il avait soudain l'impression de mieux respirer.

"... C'est bon de savoir que mes options sont ouvertes. Oui, je vais y réfléchir. C'est une décision qu'il faudra que je prenne en connaissance de cause... Pour le moment je ne sais même pas à quoi ressemble l'endroit où... Bref. Mais... je pense que j'aimerais rester ici. Je commence à m'y habituer un peu, je crois. Je suis fatigué de devoir quitter les endroits où je me sens chez moi..."

C'était une réflexion plus profonde que Vijendra n'en avait sans doute conscience. Le jeune homme n'avait jamais bien mesuré l'impact que les malheurs de son enfance avaient réellement eu sur lui. Passées ses plus jeunes années, il avait eu une vie facile. Il s'était pensé plus ou moins indemne alors que c'était loin d'être le cas.

On l'avait arraché au monde Ordinaire et à son mode de vie privilégié, puis on l'avait arraché au Port et à son humanité. Autant d'événements qui étaient en quelque sorte les récidives d'un premier traumatisme qui l'avait beaucoup fragilisé : il avait perdu sa mère et à l'instant d'après, on l'avait arraché à son pays, à sa culture, et même à sa langue natale.

Vijendra était encore très loin de se sentir "chez lui" à la Citadelle. Qu'il laisse entendre que cela pourrait devenir le cas était cependant l'une des choses les plus positives qui étaient sorties de sa bouche depuis un très long moment. Il ne s'en était même pas rendu compte. Il fixait désormais le chemin qu'il avait devant lui avec une vague moue d'émotion. Ses yeux brillaient faute au fin voile de larmes qui les recouvrait.

L'heure n'était pas à se poser toutes ces questions. Vijendra était encore convalescent. Trop fragile, de bien des manières. Il n'était généralement pas capable de se projeter si loin dans l'avenir. C'était sans doute la présence d'Écorce qui lui donnait des ailes - sans mauvais jeu de mots. Lorsqu'elle était là, il se sentait toujours beaucoup mieux. Il était de meilleure humeur. Il ruminait moins et se montrait légèrement moins fataliste. Reste que de penser à ce qu'il allait faire de sa carcasse une fois qu'il serait entièrement guéri l'angoissait encore beaucoup. Il faudrait qu'il démarre pour de vraie dans sa nouvelle vie, et il n'était pas sûr de savoir comment s'y prendre, sachant qu'il peinait encore à démêler les noeuds dans sa tête au sujet de ce qu'était devenu son identité. Autant essayer de prendre la route avec un véhicule en feu.

Il n'avait qu'une certitude : il voulait qu'Écorce fasse partie de cette nouvelle vie. De fil en aiguille, cela l'amenait à reprendre la réflexion où il l'avait laissée vis-à-vis de ce-dont-il-fallait-absolument-qu'il-lui-parle. Pour plein de raisons qui lui semblaient excellentes, il décida qu'il devait et voulait lui parler de Maelle.

"Tu veux m'en parler ?"

Les douces attentions de son amie lui arrachèrent un sourire triste, attendri. Éclipse avait senti les hésitations de la fée des forêts et il comprenait sans mal qu'en lui posant cette question, elle cherchait à lui donner les moyens de battre en retraite s'il ne se sentait pas prêt. Mais il était prêt. Ce n'était pas un sujet facile, certes, mais y en avait-il un qui l'était ? S'ils avaient échangé des banalités, ou même s'ils s'étaient parlés des livres qu'ils avaient consulté récemment oui, peut-être. Mais l'heure était actuellement à des échanges plus intimes, et Éclipse n'avait pas envie qu'il en soit autrement. Il tenterait de se ménager mais ne s'inquiétait pas trop. Il allait parler de choses au sujet desquelles il était encore très amer. Cependant, Vijendra avait l'impression que durant les jours qu'ils avaient passé ensemble dernièrement, il y avait eu des aveux beaucoup plus difficiles que celui qu'il s'apprêtait à faire.

"Oui... J'aimerais t'en parler." affirma t-il, comme s'il voulait lui faire comprendre que ce qu'il avait à dire revêtait pour lui une certaine importance, et qu'il tenait vraiment à ce qu'elle l'entende. "... Mais peut-être pas debout..." ajouta t-il avec un sourire d'excuse "Ce n'est pas très pratique de marcher avec cette béquille, j'ai hâte de pouvoir m'en passer."

Alliant le geste à la parole, Vijendra invita Écorce à dévier un peu de sa trajectoire de sorte à s'approcher d'un banc qui, bienheureusement, était installé à même le sol. C'est que beaucoup d'entre eux étaient perchés dans les airs, là où Éclipse ne pouvait actuellement pas les atteindre, même en se forçant. Il s'installa, réfléchissant vaguement à la façon dont il allait tourner ses explications.

"... Bon." échappa t-il finalement lorsqu'il fut installé. Voilà qu'il se triturait nerveusement les doigts et qu'il les fixait sans ciller.

"En réalité, je me sens un peu idiot. C'était stupide de ma part de me lancer là-dedans alors que j'ai le vertige. Surtout pour des raisons pareilles."

Lorsqu'on voyait les conséquences dramatiques qu'avait eu son manque de pondération, on pouvait effectivement le dire : (comme souvent) il s'était comporté comme un abruti, et pour cela, il payait un très lourd prix. Il était vrai qu'il ne s'était pas si mal débrouillé sur place, et qu'il ne s'était égaré que faute à une malchance monstrueuse. Mais voilà : s'il n'avait pas eu le vertige, il ne serait jamais resté coincé sur ce fichu immeuble. Il aurait pu rejoindre les autres avant que cela soit trop tard. Sa vie n'aurait pas été bouleversée. Bref : participer à l'expédition alors qu'il se savait désavantagé avait été téméraire. Vraiment pas judicieux.

"Sur le Port, j'ai rencontré une danseuse qui me plaisait beaucoup. Elle s'appelle Maelle. Elle plait à beaucoup de monde, mais elle m'a laissé penser... Enfin. Je croyais qu'on partageait quelque chose de spécial. Ca ne m'était jamais arrivé avant. Je ne pensais pas que j'avais ça en moi... Pourtant, je suis tombé amoureux d'elle. Ce n'était pas facile d'être avec elle... Parfois, j'avais l'impression qu'on était parfaitement sur la même longueur d'onde, et c'était magique. Mais parfois, elle devenait très distante. Et là j'avais l'impression que je n'étais plus assez bien pour elle. Qu'elle préférait passer son temps avec les autres. Que je devais... regagner son intérêt. Elle était là, quand il y a fallu que les volontaires pour l'expédition se désignent... J'y ai vu une opportunité de lui montrer que moi aussi je pouvais participer à des missions importantes, et que je pouvais dépasser ma peur du vide... Faire preuve de plus de courage qu'elle m'en pensait capable, tout ça. C'était vraiment bête. J'aurais dû mieux réfléchir... Mais bête ou pas, c'est ce qui est arrivé."

Il avait une boule dans la gorge. Il espérait qu'Écorce n'allait pas le juger pour ce comportement qu'il trouvait désormais excessivement immature et inconséquent. A croire qu'en plus de le transformer profondément, ces événements l'avaient fait beaucoup murir.

"... Je.. Hm. Est-ce que c'est bizarre que je te parle de ça ? Ca sonnait moins.. plus... Euh. Différent. Dans ma tête."

Peut-être aurait-il pu lui parler de Maelle sans se perdre dans ces malheureuses justifications... Bref. C'était trop tard. Ne restait plus qu'à prier pour qu'Écorce ne lui rie pas au nez, et qu'elle ne lui demande pas non plus, complètement perplexe, pourquoi il lui faisait l'étalage de ses aventures humaines. Sous pression, il attendit qu'elle réagisse sans tout à fait oser la regarder dans les yeux.






Cadeau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Écorce
Écorce

☼ Fée des Forêts ☼


✘ AVENTURES : 108
✘ SURNOM : L'Archéologue.
✘ AGE DU PERSO : Plusieurs saisons.

✘ DISPO POUR RP ? : Potêtre !
✘ LIENS : Récits & Annexes.

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyMar 7 Sep 2021 - 13:42

L’Archéologue avait rendu un sourire triste à Eclipse en l’écoutant. Même si elle l’avait senti se détendre au fur et à mesure qu’il l’écoutait, le sous-entendu de sa dernière phrase – sans les nuances qui lui échappaient – n’avait pas manqué de l’attrister. Elle le cacha tant bien que mal, rapidement détournée par la discussion sérieuse qui s’amenait. Presque trop solennelle, comme si elle voulait montrer à Eclipse toute l’écoute et le respect qu’elle lui offrait, elle le suit et s’assied à ses côtés. Les mains jointes, elle attend patiemment que son ami accepte de se lancer, tout en observant en silence les gestes qui trahissent sa nervosité.

Il est sûr que dans d’autres circonstances, elle se serait moquée ou aurait été profondément dépitée par ce genre de comportements. Parce que c’était bien là quelque chose de typiquement humain de faire preuve d’autant d’orgueil pour l’un, d’égoïsme et de méchanceté pour l’autre. Même si elle est loin, ne serait-ce que de chercher à comprendre, les relations amoureuses humaines, Écorce ne dit rien jusqu’à ce qu’Eclipse ait fini de parler. Perdue dans ses pensées, son visage n’exprime aucun jugement particulier. Bon. C’est sûr que ce n’était pas un choix judicieux de participer à cette expédition, mais ce serait cruel de revenir dessus : Eclipse avait déjà suffisamment payé le prix de son acte.

- ... Je.. Hm. Est-ce que c'est bizarre que je te parle de ça ? Ça sonnait moins.. plus... Euh. Différent. Dans ma tête.

Les sourcils d’Écorce se froncent un peu. Elle glisse son regard vers lui comme s’il venait de dire une bêtise, même si Eclipse n’ose visiblement pas la regarder dans les yeux.

- Pas du tout, au contraire. Ça explique certaines choses. Je… je suis vraiment désolée de tout ce qui t’es arrivé.

Elle était sincère, même si sa phrase semblait respirer la maladresse. Puis quelque chose lui vient à l’esprit, et elle lève à nouveau son regard vers son ami.

- Euh. Je me demandais…

Écorce hésite à poursuivre et c’est à son tour de se triturer les doigts nerveusement, à la recherche de ses mots. Elle a trop peur de le blesser involontairement, ou de ne pas utiliser les bons mots. Pourtant, ça la travaillait vraiment qu’il s’arrête ainsi, sans évoquer ce qui s’est passé par la suite avec Maelle. Même si elle n’y connait pas grand-chose, il a bien dû retourner la voir, non ?

- Je… je sais que tu es resté au port quelques temps après être revenu de l’expédition. Mais tu as revu cette humaine, depuis ? Elle t’a dit quelque chose ?








Des cheveux et des livres. - Page 2 Crush211

Revenir en haut Aller en bas
Éclipse
Éclipse

☼ Fée des Etoiles ☼


✘ AVENTURES : 196
✘ SURNOM : L'Infortuné
✘ AGE DU PERSO : 24 ans comme humain - Fée nouvellement formée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS :
Close your eyes and pretend it's just all a bad dream. That's how I get by.

Drames en cours :
III - VII - VIII - IX - X - XI - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XX - XXI

Achevé : I - II - IV - V - VI - XII - XIX

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyMer 15 Sep 2021 - 19:08

Si Éclipse ne soupira pas de soulagement à la réponse de son interlocutrice, qui était en train d'essayer de le rassurer, il était à deux doigts de le faire et cela se vit comme le nez au milieu de la figure. Les épaules de la fée des étoiles se détendirent. Il osa enfin soutenir le regard d'Écorce et il esquissa même un faible sourire, soucieux comme à son habitude de se montrer aussi avenant que possible. Vijendra détestait l'idée d'être de mauvaise compagnie. A défaut de rester le gai luron qu'il avait été presque toute sa vie, il voulait au moins parvenir à se montrer agréable, accueillant, dès qu'il y parvenait.

Cette tendance s'accentuait encore lorsqu'il était avec Écorce, pour des raisons que l'Infortuné commençait doucement mais sûrement à cerner, même s'il était perclus de doutes et d'appréhensions. Il n'osait pas encore "y penser pleinement", et encore moins mettre des mots dessus.

"Je suis vraiment désolée de tout ce qui t’es arrivé.
- Je te le dis souvent mais... Merci pour ta sollicitude."

Venait le moment un peu délicat où, usant de ce tremplin qu'il s'était offert tout seul, Vijendra devait cesser de tourner autour du pot pour entrer dans le vif du sujet qu'il avait vraiment voulu aborder. Il avait l'impression qu'une force invisible le poussait et l'amenait à s'approcher trop vite, avec une régularité impitoyable, d'un précipice dans lequel il comptait se jeter volontairement.

Un bref silence s'installa donc tandis qu'Éclipse cherchait ses mots, les yeux rivés sur les feuillages des arbres au-dessus.  Ce ne fut pas lui qui rompit ce silence - une partie de Vijendra en fut instantanément soulagée. Il allait gagner un peu de temps, et avec un peu de chance, une possibilité d'orienter la discussion là où il le souhaitait d'une manière plus discrète que celle qu'il avait failli adopter.

"Euh. Je me demandais…"

Il se tourna encore vers Écorce, son visage invariablement mélancolique exprimant un trait de curiosité. Il ne la regarda pas longtemps car il se rendit vite compte que ce qu'elle avait à dire lui coûtait. Il ne voulait pas la mettre mal à l'aise, alors il fixa plutôt ce qu'il avait face à lui - quoique ce fut. Il ne regardait pas vraiment.

"Je… je sais que tu es resté au port quelques temps après être revenu de l’expédition. Mais tu as revu cette humaine, depuis ? Elle t’a dit quelque chose ?"

Il se rendit vite compte qu'il n'était pas surpris. Il eut un pincement au cœur et son expression se mêla d'une douleur diffuse à laquelle il avait appris à s'habituer, mais son attitude ne trahissait vraiment aucun étonnement. Il avait su que ce type de questions pouvaient venir, en réaction à l'histoire qu'il venait de raconter. Il avait implicitement accepté d'y répondre au moment où il avait commencé à parler de Maëlle. Ca faisait mal, bien sûr, mais ça n'était pas un sujet tabou. Il l'avait déjà abordé avec d'autres, et parfois même avec des personnalités improbables, dans un contexte qui ne l'était pas moins. Parler de ses toutes récentes peines de cœur au chapelier du Port avec une tête d'enfant coupée en guise de décorum, découvrir par là-même que les rumeurs concernant le fameux chapelier étaient finalement fidèles à la réalité... brr. Vijendra se souviendrait probablement de cette mésaventure horrifiante pour le restant de ses jours.

Un pic de bonheur éphémère le transporta trop brièvement pour qu'il en accuse le coup. La raison en était évidente : il était en réalité plutôt content qu'Écorce lui demande de parler de ça. Cela signifiait qu'elle l'avait écouté, et qu'elle s'intéressait vraiment à ce qui lui était arrivé.

... Si on réfléchissait un peu plus loin il pouvait même y avoir d'autres implications. Des raisons peut-être plus personnelles, pour l'Archéologue, de vouloir obtenir ces réponses. Pour le moment, Vijendra ne voulait pas imaginer des choses pareilles. Il ne se sentait pas capable de supporter l'espoir ni les craintes que cela ferait immanquablement naître en lui.

Bon. L'heure était venue qu'il ouvre la bouche. S'il restait silencieux plus longtemps, ça allait finir par devenir malaisant. Écorce allait peut-être se dire qu'elle avait posé une question indiscrète et malvenue, ce qui n'était pas le cas. Vijendra ne voulait pas qu'elle imagine ce qu'il ne fallait pas, alors il baissa le nez sur ses genoux pour les fixer, et puis il se botta mentalement le train pour parler, même s'il constatait avec une certaine contrariété qu'il avait un mal fou à trouver par quel bout commencer. Pourtant, d'habitude, ça ne lui posait jamais autant de souci. Peut-être était-ce plus difficile d'expliquer tout ça à une fée, pour qui les relations humaines dont il allait devoir parler étaient, euh....

... étrangères. Au bas mot.

"... Oh, oui. Je l'ai revue. Je l'ai croisée assez rapidement à la Taverne et j'ai voulu aller lui parler... Maëlle et moi on avait une relation complètement libre, elle a toujours fonctionné comme ça et moi aussi, mais... Je tenais à elle, et je pensais que c'était réciproque. Elle me disait que ça l'était, à une époque... Enfin bref. Elle m'a largué. Dans l'absolu, ce genre de choses arrive. Mais ça a été... violent. J'ai trouvé ça violent."

Il se perdit brièvement dans ses pensées, confus. Il essayait de se souvenir de ces moments où Maëlle et lui avaient été complètement sur la même longueur d'onde, et où elle lui avait fait part de son affection. Est-ce qu'il avait mal compris ? Est-ce qu'elle lui avait menti ? Le comportement et le discours de la chanteuse avaient changé du tout au tout, sans transition. A ses yeux, ça n'avait pas eu de sens, pas de cohérence. Maëlle s'était montrée très malveillante avec lui, à la fin, alors désormais il avait tendance à penser qu'elle l'avait mené en bateau tout du long.

"Je voulais continuer à passer du temps avec elle même si... ça allait forcément être différent. Mais elle m'a bien fait comprendre que ça ne l'intéressait pas. Que... je n'avais plus ce qui l'intéressait. C'est comme si en devenant défectueux à ses yeux, je n'étais plus qu'une nuisance qui ne méritait pas qu'elle lui accorde un peu de son temps. Je ne sais pas, c'est comme si je n'avais jamais vraiment été une personne pour elle. Juste... un outil qu'elle a jeté une fois devenu incapable de remplir sa fonction."

Bon, d'accord. Ca restait dur, pour lui, d'évoquer tout ça sans émotion. Il n'était plus sous l'effet de l'hilaris, ce qui changeait considérablement la donne. La tristesse excessivement concentrée qui bouillonnait en son for intérieur n'allait pas tarder de devenir handicapante. Il avait une boule douloureuse dans la gorge. Cordes vocales ou non, ça lui rendait l'acte de parler difficile.

Le souvenir fantôme de son échange avec Maëlle lui fit lever une main nerveuse à proximité de l'oreille avec laquelle la main de la chanteuse avait joué. Il avait l'impression de sentir à nouveau son doigt taquiner le cartilage trop long avec une mesquinerie, une perfidie jusqu'alors insoupçonnée. Vijendra tremblait légèrement. D'autres souvenirs beaucoup plus dangereux étaient en train de se superposer.

"Elle a tout fait pour retourner le couteau dans la plaie. Et quand les marins m'ont mis dans cette bouteille et m'ont emmené à la Taverne pour s'amuser avec moi, elle n'a rien fait pour m'aider. Elle était de leur côté. Elle s'est moquée de moi avec eux."

Et soudain, c'était trop. Tout était glacé. L'air autour de lui, celui qui passa entre ses dents alors que sa respiration devenait erratique, et les larmes qui se mirent à rouler sur ses joues. Maëlle n'avait pas été la seule à le traiter comme s'il n'était plus une personne, mais juste une créature dont la vie et les souffrances n'avaient pas la moindre importance et avec laquelle on pouvait de ce fait se divertir à l'envie.

Comment les humains pouvaient-ils être aussi cruels, insensibles à tout ce qui ne leur était pas exactement semblable ?






Cadeau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Écorce
Écorce

☼ Fée des Forêts ☼


✘ AVENTURES : 108
✘ SURNOM : L'Archéologue.
✘ AGE DU PERSO : Plusieurs saisons.

✘ DISPO POUR RP ? : Potêtre !
✘ LIENS : Récits & Annexes.

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyLun 27 Sep 2021 - 14:23

A bien y repenser, elle avait posé cette question sans réfléchir, sans vraiment se douter de ce qu'elle pourrait entendre. Comme si au fond, elle espérait qu'il n'y ait plus rien de particulier et que tout soit terminé. Elle tentait tant bien que mal de contenir ses pensées tourmentées durant le silence qu'il y eut entre sa question, et le premier mot d'Eclipse.

Désireuse de ne pas l'interrompre, elle ne prononce pas un mot, et donne l'air de retenir sa respiration pendant un moment. Écorce n'a aucune peine à dessiner dans sa tête - à sa façon - ce que son ami lui raconte. Elle fait même un effort pour écarter son incompréhension et son jugement des relations humaines. Elle imagine si bien ce qu'il raconte qu'elle se crispe progressivement au fur et à mesure des mots qu'il prononce et des émotions qui le traverse.

A contrario d'Eclipse, Écorce n'est pas bouillonnante de tristesse, mais de rage.

- Quelle... !!

Elle s'arrête d'elle-même.
Trop petite et trop fée pour retenir ce sentiment si négatif qui la traverse et la déstabilise, sa lumière d'un habituel vert doux vire au rouge vif. Tout ce qu'elle porte de végétal - de vivant - se met à flétrir si vite qu'elle se lève par réflexe afin de ne pas étendre sa colère à ce qui l'entoure. Que ce soit les plantes du jardin du palais, et bien évidemment Eclipse.

Il n'y a rien qui va dans ce qu'il raconte, même si au fond, elle n'est guère étonnée de la cruauté des humains : tout ça parce qu'il lui "manque" quelque chose. Et être différent de leurs normes donne visiblement le droit de se moquer, de l'humilier, de le blesser et de le traumatiser. C'est la première fois de sa vie qu’Écorce éprouve une telle colère... non. Une telle haine.

Des tas d'insultes passent au bord de ses lèvres, mais Écorce serre les dents puisque de toute façon, aucune n'est à la hauteur de ce qu'elle pense réellement. Le pire étant peut-être qu'elle sait que ce n'est pas le moment, et que si elle veut s'énerver, elle le fera lorsqu'elle sera seule : mais pas devant Eclipse, qui n'a pas à supporter sa virulence. Il lui faut un court temps pour se calmer, surtout lorsqu'elle pose son regard sur le visage d'Eclipse : est-ce vraiment le moment de s'énerver ? Ce n'est pas productif.

- Ils auront ce qu'ils méritent.

Elle lâche ça d'une drôle de voix. Sa Majesté sait sans doute déjà tout cela, et elle ne doute pas que ces humains pourront continuer à vivre librement au Port après avoir osé attenter à la vie d'une fée. Elle s'en réjouit un très court instant, avant de revenir à l'essentiel : l'essentiel est devant elle, et il a besoin de son soutien. Alors elle vient s'accroupir face à lui et saisit ses deux mains.
Son geste se veut délicat, même s'il est plus gauche que d'habitude à cause de sa colère. Écorce laisse à nouveau planer un moment où elle inspire et expire profondément, comme elle apprend à le faire lorsqu'elle est trop anxieuse. Elle ne veut pas rester en colère

- Pardon de m'être énervée devant toi.

Elle doit avoir l'air maligne avec les fleurs fanées qui piquent ses cheveux et les feuilles qui parcourent son corps, mais tant pis, elle verrait cela plus tard. A la place de la colère se substitue la tristesse. Voir les larmes d'Eclipse humidifie ses yeux, mais elle se retient de ne pas pleurer. Passer d'une humeur à l'autre la fatigue déjà tant...

- C'est pour ça que je n'aime pas les humains. Ils sont horribles entre eux dès que quelque chose leur est inconnu ou différent. ... Je t'assure que tu ne subiras jamais ça ici. Personne ne se moquerait de toi parce que tu es différent.

Elle serre un peu plus ses mains, et cherche maladroitement à changer de sujet.

- Tu sais, il y a plein de choses que j'aimerais faire avec toi quand tu te sentiras mieux. Ce serait chouette que tu puisses voir où j'habite... par exemple.








Des cheveux et des livres. - Page 2 Crush211

Revenir en haut Aller en bas
Éclipse
Éclipse

☼ Fée des Etoiles ☼


✘ AVENTURES : 196
✘ SURNOM : L'Infortuné
✘ AGE DU PERSO : 24 ans comme humain - Fée nouvellement formée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS :
Close your eyes and pretend it's just all a bad dream. That's how I get by.

Drames en cours :
III - VII - VIII - IX - X - XI - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XX - XXI

Achevé : I - II - IV - V - VI - XII - XIX

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyMer 3 Nov 2021 - 12:02

Éclipse pleurait trop fort et à trop grosses larmes pour prendre immédiatement conscience de la réaction de son amie, qui à côté de lui était en train d'exploser sous l'effet d'une colère aussi soudaine qu'immense. Une lueur rouge passa sous ses paupières à demi-closes et au travers des gouttes qui lui brouillaient la vue. Une microscopique partie de lui se demanda d'où cette lumière inattendue venait, mais rien de tout cela ne détourna son attention de sa peine. Du moins pas avant que l'Archéologue prenne la parole sur un ton perturbant, et pour dire des choses qui ne l'étaient pas moins.

"Ils auront ce qu'ils méritent."

Vijendra n'était pas bien certain de savoir comment il se sentait, ni ce qu'il voulait répondre. La tristesse refluait aussi brutalement qu'elle était venue, remplacée par un magma confus qu'il ne préférait pas franchement. Les larmes roulaient encore sur ses joues quand il chercha les yeux de la fée des forêts dont il constata la rousseur inhabituelle.

L'Infortuné avait toujours très mal supporté la violence. Ainsi n'avait-il pas spécialement envie de savoir ce qui allait arriver à ses agresseurs, même s'ils l'avaient bien cherché. Bien sûr, si on avait besoin de son témoignage pour agir, il coopérerait avec toute la bonne volonté dont il était capable malgré ses réticences. Mais il préférait largement ne pas être impliqué plus longtemps dans cette histoire.

Quoiqu'il se passe, ils ne pourront plus recommencer. Aucune fée n'aura plus à subir ce traitement de leur main. C'est censé être une bonne chose, non ?

Étrange comme une même pensée pouvait devenir alternativement rassurante et inquiétante selon  la manière dont on la creusait. La fée des étoiles détestait ces émotions contradictoires qui la traversaient bien trop souvent, à divers sujets. Elles participaient largement à l'impression quasi-permanente qu'Éclipse avait de se perdre, de devenir fou, de ne plus savoir ce qu'il voulait, et surtout de ne plus savoir qui il était.

Vijendra ne bronchait pas, mais il ne quittait pas non plus Écorce des yeux. Il ne savait pas quoi répondre mais il voulait maintenir la connexion qu'il y avait entre eux. Il ne voulait pas laisser penser à son amie qu'il rejetait son soutien, ses propositions, et encore moins cette colère éclatante qu'elle arborait pour lui, contre ce qui lui était arrivé. Il serra les mains de l'Archéologue avec douceur, même si la poigne de la fée végétale était plus maladroite qu'elle ne lui en avait donné l'habitude.

"Pardon de m'être énervée devant toi.
- Ne t'excuse pas... J'apprécie que tu prennes ça à coeur. Même si je ne voulais pas te contrarier à ce point... Je ne pensais pas que ça allait.... sortir comme ça."

Son intention n'avait pas été de faire remonter les affreux souvenirs de ses derniers jours sur le Port mais bel et bien de parler de sa dernière (et seule) mésaventure amoureuse pour rebondir sur un sujet proche. Étourdi, comme souvent, il avait oublié qu'il ne s'agissait plus d'un simple "rateau" - même si ce rateau avait été spécialement douloureux, car lié à son changement de condition non-consenti. Maëlle était devenue l'une des actrices de sa séquestration. Elle ne l'avait pas physiquement violenté, mais elle avait largement participé à la torture psychologique qui avait accompagné les maltraitances.

C'est pour ça que je n'aime pas les humains. Ils sont horribles entre eux dès que quelque chose leur est inconnu ou différent. ... Je t'assure que tu ne subiras jamais ça ici. Personne ne se moquerait de toi parce que tu es différent.

Le visage de l'Infortuné se décomposa  et son esprit s'enfonça plus profondément encore dans ce magma intérieur qu'il détestait tant. Un pic de panique tenta maladroitement de monter sans réussir à percer - et c'était sans doute une bonne chose. Une tempête de pensées contradictoires se leva, à tel point qu'il entendit à peine l'invitation d'Écorce, à laquelle il aurait dû réagir avec beaucoup plus d'enthousiasme qu'il ne le fit :

"... J'aimerais beaucoup voir où tu vis."

Ce n'était pas un mensonge, mais on sentait que Vijendra n'avait actuellement pas le coeur à ce qu'il disait. Il venait de s'exprimer sur un ton distrait, machinal. Les épaules voutées, il observait ses mains tremblantes, qu'Écorce tenait encore entre les siennes. Tout en prenant garde à ne pas trop en demander à son articulation encore douloureuse, il remontait lentement mais sûrement les genoux contre son torse. C'était devenu l'un des moyens habituels par lesquels Éclipse tentait de se rassurer lorsqu'il perdait ses repères, comme c'était le cas tout de suite.

C'est vrai... Les humains sont impitoyables et ils n'acceptent pas la différence.

Mais pas tous... Ce n'est pas parce qu'il y a des monstres parmi eux qu'ils sont tous comme ça...

Ils sont immenses et brutes. Ils considèrent les fées comme des insectes.

Mais ils ne sont pas tous comme ça n'est-ce pas ? Je connais plein d'humains très bien... Henrik par exemple. Eileen aussi. San aussi. Et... plein d'autres encore sans doute.

Je... J'étais humain. Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à être sûr ? Pourquoi est-ce que je n'arrive plus à me souvenir de comment c'était ? Je n'étais pas comme ça, n'est-ce pas ?

... Est-ce que j'ai déjà écrasé des insectes ? J'ai probablement déjà écrasé des insectes. Les humains le font sans réfléchir, n'est-ce pas ? Est-ce que j'étais un monstre aussi ?

... Ce sont les marins du Jolly Roger le problème. Ils m'ont toujours fait peur. Ils font des choses horribles à tout le monde, aux humains aussi s'ils ne font pas partie du bon groupe. Pense à ce pauvre gamin...

Mais ce ne sont pas les seuls qui se sont moqués, n'est-ce pas ? Personne ne voulait que je sois là. Même Henrik voulait que je parte.

Mais lui il le voulait pour ton bien.

Maëlle a dit la même chose et c'était faux.

Henrik n'est pas Maëlle. C'est vraiment quelqu'un de bien. il y a toujours eu quelque chose qui clochait avec Maëlle, tu le savais mais tu n'as jamais voulu l'admettre. C'est différent.

... Mais tous les humains sont immenses et forts comme des machines, ils font des choses implacables sans réfléchir. Ils sont simplement trop grands, même ceux qui essaient de bien faire ne doivent sans doute pas se rendre compte...

Mais est-ce que je ne fais pas comme ces affreux pyromanes, si je les mets tous dans le même panier ?

C'est vrai que j'ai été si bien accueilli ici... Les fées sont bienveillantes, elles.

... Mais si elles l'ont à ce point été, c'est parce que je ne suis plus vraiment différent, n'est-ce pas ? Elles n'acceptent pas si bien les humains que ça elles non plus, la preuve.

Je ne sais même plus si j'ai vraiment été humain un jour. Je suis juste né différemment, avec des souvenirs d'une vie différente.

Qui suis-je ?
J'ai peur de les voir à nouveau et d'avoir peur.
J'ai peur de tous les détester.
Pourquoi est-ce que je n'arrive plus à les voir comme des personnes entières ?
Est-ce qu'Écorce ressent la même chose ? Est-ce que c'est normal ?

Je ne veux pas être comme ça... Je veux me souvenir... Je veux avoir été moi...


Et subitement, quelque chose ressortit de cet amas de questions et de notions emmêlés. Éclipse s'exprima. Son tintement était devenu très faible, mais étrangement clair et précis. C'était d'autant plus bizarre et décalé qu'il n'y avait rien de clair ni de précis à l'intérieur de lui.

"... Dis, Écorce..."

Il faillit se raviser, mais c'était trop tard. Puisqu'il avait commencé, il fallait oser finir.

"... Est-ce que j'étais déjà ton ami, lorsque j'étais humain ? Ou bien est-ce que tu me voyais aussi comme... comme 'ça'."

Il était incapable de décrire ce "ça" en des termes plus précis, mais on comprenait au ton qu'il avait adopté et à l'expression de son visage que ça n'était franchement pas mélioratif. Et que cela ne faisait pas seulement écho à ce qu'Écorce venait de dire : c'était aussi quelque chose qu'il ressentait au plus profond de lui, viscéralement, et qui lui faisait beaucoup de mal. Il avait honte. Il était triste. Il ne voulait pas ressentir cette inimitié profonde, cette peur instinctive à l'égard de ceux qui avaient été ses semblables.

Et il détestait l'idée qu'Écorce ait pu éprouver des réserves au sujet de la relation qu'ils avaient eue avant sa transformation. Penser que tout cela n'avait vraiment été rendu possible que parce qu'il était devenu une fée lui était insupportable.

... Au temps pour la notion du romantisme féérique dont il aurait voulu discuter. Visiblement, il faudrait attendre encore un moment - voire une autre occasion - avant d'y revenir.






Cadeau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Écorce
Écorce

☼ Fée des Forêts ☼


✘ AVENTURES : 108
✘ SURNOM : L'Archéologue.
✘ AGE DU PERSO : Plusieurs saisons.

✘ DISPO POUR RP ? : Potêtre !
✘ LIENS : Récits & Annexes.

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyMer 17 Nov 2021 - 14:00

Ce moment pourrait être l'une de ces fois où Écorce regrette de parler trop vite et de paraître incapable d'apprendre à peser ses mots. Face au visage décomposé d'Eclipse, elle se raidit. Face à sa question, à son geste de ramener ses jambes contre lui, tout son corps s'affaisse, même ses oreilles. Elle pensait avoir appris la leçon depuis sa rencontre avec Dandy, mais rien n'y fait : ces mots n'expriment jamais clairement ses pensées, ses ressentis. Troublée par ses propres paroles et par l'impact qu'ils semblent faire sur son ami, Écorce baisse la tête, fixe avec insistance les pavés du jardin, les fleurs fanées qui ne tiennent plus sur sa tête et tombent au sol. Perdue dans son flot de pensées, elle ne bouge plus et continue de tenir les mains d'Eclipse.

Écorce respire profondément. Elle a au moins assez de recul pour savoir que la bonne chose à faire n'est pas de crier, de s'époumoner, de bégayer que ce n'est pas ce qu'elle voulait dire, que c'est faux. Parce qu'elle a dit la vérité : elle déteste les humains. Plus véritablement, elles détestent ce qu'ils peuvent représenter. La violence et l'imagination grisée des adultes, leurs pulsions destructrices envers eux-mêmes et envers le monde qui leur permet pourtant de vivre. Son silence a peut-être duré quelques secondes, quelques minutes. Enfin, qu'est-ce qu'on en a à faire du temps, sur l'Île de Jamais ?

- Je suis hypocrite.

En relevant la tête, elle pose un regard étrangement affectueux sur les mains d'Eclipse, toujours dans les siennes.

- ... Je devrais plutôt dire que je déteste ce que les humains représentent. Je déteste les adultes violents, à l'imagination aussi grise que leurs villes. Je déteste leurs pulsions destructrices envers tout ce qui les entoure. Pourtant, je suis fascinée par leur histoire et par ce qu'ils ont pu construire.

Par automatisme, elle serre les mains d'Eclipse avec une douceur presque nouvelle, comme si elle tenait le plus précieux cadeau qu'on lui ait fait.

- Ils me font peur, souffle-t-elle, car il s'agit d'un aveu qu'elle n'a jamais formulé. Mais j'ai des amis humains. Tu en as aussi fait parti, et je ne dis pas ça simplement pour te faire plaisir. Je suis sincère. Tu... tu vas peut-être trouver ça étrange, mais même si je t'ai trouvé impoli et un peu arrogant quand on s'est rencontré, plus on se parlait, plus tu m'expliquais ton travail, plus je trouvais que tu avais un cœur de fée.

S'il lui demandait, elle n'aurait su comment expliquer cette expression avec ses propres mots. Sans doute que la Reine le ferait bien mieux qu'elle.

- Je... je peux sentir ce genre de choses, lorsque je fais l'effort. C'est de plus en plus rare que les humains, surtout les adultes, aient le cœur à sa bonne place... J'ai appris avec le temps que les personnes qui se soucient de leur propre héritage sans aucune arrières-pensées ne peuvent être mauvaises.

C'était pour elle une évidence, qu'elle constatait de ses longues lectures, de ses observations lorsqu'elle venait fouiner sur les chantiers archéologiques des humains : certains n’avaient pas que des bonnes intentions, mais force est d'admettre que leurs regards émerveillés, leur investissement total, leur acharnement et leur volonté de comprendre leur passé ne pouvait qu'éveiller en elle une profonde admiration et - elle devait bien se l'admettre, une forme de respect.

- Ne dis pas que tu étais 'ça'. Il lui était important d'appuyer dessus, d'autant qu'elle avait bien senti l'élan péjoratif de ce terme. Que tu te considères comme Vijendra ou comme Eclipse, tu es une bonne personne et tu es un être vivant avant tout, qui respire, qui ressent, et qui souffre de la violence des autres parce que tu es fondamentalement bon. Tu étais et tu es encore mon ami. ... Même si j'ai parfois l'impression que tu es plus.

Accroupie depuis un long moment déjà, Écorce esquisse un mouvement et retourne s'asseoir sur le banc, aux côtés d'Eclipse. Elle a gardé une main dans la sienne.

- Je suis sincèrement désolée. Ce n'est pas la première fois que je n'utilise pas les bons mots et que je te rappelle de mauvaises choses.








Des cheveux et des livres. - Page 2 Crush211

Revenir en haut Aller en bas
Éclipse
Éclipse

☼ Fée des Etoiles ☼


✘ AVENTURES : 196
✘ SURNOM : L'Infortuné
✘ AGE DU PERSO : 24 ans comme humain - Fée nouvellement formée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS :
Close your eyes and pretend it's just all a bad dream. That's how I get by.

Drames en cours :
III - VII - VIII - IX - X - XI - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XX - XXI

Achevé : I - II - IV - V - VI - XII - XIX

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyDim 5 Déc 2021 - 22:18

Éclipse ne comptait pas le temps non plus. Il en était devenu bien incapable : le Jamais avait déjà largement neutralisé la notion qu'il en avait alors qu'il faisait encore partie des pirates. Devenir fée n'avait rien arrangé : il n'avait plus aucune confiance en ses perceptions, en le sens où elles avaient tendance à se faire par rapport à un référentiel qui n'était plus le sien. Il s'en était bien rendu compte au cours  de son séjour sur le Port, même s'il avait  refusé de se l'admettre : tout lui paraissait de plus en plus long. Les gens autour de lui vivaient à un rythme différent. Leurs réactions, lorsqu'il s'agissait de parler de durées, étaient en complet décalage avec ce que ressentait l'ancien scribe.

Depuis qu'il était de retour parmi les fées, le problème était - pour des raisons évidentes - devenu nettement moins flagrant. N'empêche que Vijendra avait conscience de ne plus avoir ses anciens repères. Comme beaucoup d'autres choses, cela le questionnait à longueur de temps, et cela participait à l'impression globale qu'il avait de perdre pied. De n'avoir aucun contrôle sur rien.

Peu importe, donc, combien de "temps" il avait fallu à Écorce pour lui répondre. Son esprit était trop occupé pour que la fée des étoiles éprouve la moindre sensation d'ennui ou d'appréhension. Des questions plus ou moins floues remplissaient sa boîte crânienne à l'en faire exploser. Éclipse sautait de l'une à l'autre incessamment. Elles semblaient ne plus jamais vouloir cesser de pleuvoir.

"Je suis hypocrite."

Une déclaration qui brisa le silence et qui sortit l'Infortuné de sa torpeur, dans une certaine mesure. Il leva un regard perdu sur son amie. Il ne comprenait pas où elle voulait en venir. Pourquoi se jugeait-elle en des termes si durs ? Pourquoi se trouvait-elle hypocrite ?

Cela avait eu le don de couper court au ras de marée d'interrogations dans lesquelles Vijendra s'était probablement déjà noyé trop longtemps. Il fixait désormais la fée des forêts sans ciller. Il écoutait religieusement ce qu'elle était en train de lui expliquer, sans porter de jugement.

Il comprenait ce qu'elle voulait dire... Ou du moins, il pensait le comprendre. Pour en avoir été la victime, il n'avait aucun mal à se figurer la violence et les pulsions destructrices dont pouvaient faire preuve ses anciens semblables.

Toute sa vie, Vijendra avait été persuadé que l'être humain était fondamentalement bon. Qu'il y avait forcément une parcelle de bien, même dans le cœur de la pire ordure. Que la vie avait fait de ces ordures ce qu'elles étaient devenues, mais qu'elles n'étaient pas nées ainsi.

Ce qu'il avait vécu avait brisé cette conviction au point, bien souvent, de l'inverser totalement. Il était désormais convaincu que l'homme était un monstre par nature. Il lui fallait invoquer le souvenir de ceux qu'il considérait encore avec tendresse pour qu'il parvienne à tempérer ce jugement.

"Ils me font peur."

Cette phrase provoqua chez Éclipse une réaction viscérale, immédiate. Son regard avait malgré tout fini par dévier légèrement, comme il réfléchissait à ce que lui disait son amie, mais à l'instant de cette déclaration, il retourna chercher les yeux de l'Archéologue avec une telle intensité qu'on pouvait certainement lire ça comme un appel à l'aide. Un tintement piteux lui échappa, équivalent à un glapissement incontrôlé. Touché.

Moi aussi. J'ai si peur. Ils me font tellement peur. Est-ce que c'est normal ? Est-ce que tu ressens la même chose que moi ? Est-ce que je suis bizarre, moi qui était l'un d'entre eux ?

Autant de questions qu'Écorce lirait peut-être dans ses yeux mais qui ne seraient jamais formulées à haute voix, car la fée végétale n'avait pas fini, et la suite de ce qu'elle avait à dire présentait aussi beaucoup d'intérêt pour Éclipse, même si on changeait totalement  de registre.

Il était heureux et vraiment soulagé d'apprendre que les sentiments amicaux qu'il avait très vite éprouvé pour Écorce lors de leur première rencontre étaient partagés même s'il était encore humain à l'époque, mais il n'avait pas été prêt à entendre certains des aveux que l'Archéologue avait à faire.

"...même si je t'ai trouvé impoli et un peu arrogant quand on s'est rencontré..."

Son visage s'était progressivement décomposé. Impoli ? Oh non, mais.. Comment ? Pourquoi ? Il se souvint encore du moment cuisant où il avait confondu la coiffure d'Écorce avec un tas de saletés qui se seraient coincées dans sa tignasse lorsqu'elle était tombée par terre, et il eut l'envie pressante de disparaître pour cacher sa honte et son désarroi. Il savait que certaines personnes le trouvaient arrogant, mais il n'avait jamais compris où elles voulaient en venir. Il n'y avait rien de mal à être fier de ses réussites, n'est-ce pas ? Ni à avoir des rêves, et foi en sa capacité de les accomplir ? Ce n'était pas parce qu'on ne comprenait pas sa vision, et parce qu'on ne croyait pas en lui qu'il allait abandonner si facilement ! Il sentait au fond de lui qu'il pouvait faire de grandes choses !

... C'était ce qu'il avait longtemps pensé. Tout ça, c'était du passé. Il n'arrivait en tous les cas pas à se souvenir de ce qu'il aurait pu dire ou faire pour paraître arrogant à son amie. Ca ne lui plaisait pas beaucoup, mais ce n'était pas ce qui le dérangeait le plus.

Impoli ? A l'époque où il était arrivé sur l'Île, Vijendra avait beaucoup de chemin à faire. Il savait qu'il n'avait pas tout le temps été très cool avec tout le monde, et il regrettait de s'être montré désagréable ou méprisant pour des raisons stupides. Il avait beaucoup changé. Son cœur s'était ouvert au point que la seule idée de contrarier quelqu'un - qui que ce soit - le rendait vite malheureux. Quant à le faire involontairement, tandis qu'il essayait d'être amical, voire serviable ? C'était encore pire.

.. Je... Je suis tellement désolé... Ce n'est pas ce que je voulais...

Tout allait trop vite, il n'eut même pas le temps d'échapper ces mots par mégarde. En revanche, de nouvelles larmes bordaient ses yeux et son visage était en train de se tordre d'une douleur dont l'intensité l'étonna. Malgré ses doutes concernant la nature de leur relation, Vijendra avait conscience de tenir énormément à Écorce. C'était difficile d'apprendre que la première image qu'elle s'était fait de lui était aussi... négative. Cela même si elle avait changé d'avis presque aussitôt.

Il était trop émotif. Il n'aurait probablement pas dû réagir autant à quelque chose d'aussi anodin - c'était fini, après tout. C'était une impression fugace qu'Écorce avait eue, qu'elle n'avait exprimé que pour mettre en relief l'avis plus informé qu'elle s'était fait par la suite. Mais il ne contrôlait rien du tout. Impossible d'arrêter de penser qu'elle aurait pu rester sur cette idée de lui, et que pendant quelques instants gravés dans l'éternité, elle avait associé à son image un nuage de sentiments désagréables qu'il cristallisait et projetait désormais sur le souvenir qu'il avait de son lui passé, et...

"...plus tu m'expliquais ton travail, plus je trouvais que tu avais un cœur de fée."

... Et c'était sans doute ça le problème : son cœur de fée, qui était encore en train de faire du roller coaster alors qu'il était toujours très fragilisé. Il ne pouvait pas faire autrement que d'être émotif. Ca avait toujours été dans sa nature, et c'était devenu encore plus vrai.

Sur son visage, la douleur s'évapora avant d'avoir eu l'occasion de se manifester pleinement. Elle fut remplacée par une profonde confusion dont Éclipse était familier.

... Elle trouve que j'avais un cœur de fée ? Je veux dire elle pensait ça alors que j'étais encore...

Difficile de dire ce qu'il ressentait. Il n'était pas certain de savoir s'il était flatté, ou tout à l'inverse blessé. Et si Écorce avait raison ? Est-ce que c'était pour ça qu'il n'arrivait plus du tout à se sentir humain, désormais que son corps s'était lui aussi converti ? Est-ce que sa nature avait.. Facilité cette évolution, qu'il avait pourtant refusée avec véhémence aussi longtemps qu'il en avait été capable ? Une fée lui aurait dit qu'il avait un cœur de fée quand il était certain de sa condition humaine, il l'aurait sans doute pris comme un merveilleux compliment. Cela aurait prouvé que ladite fée l'acceptait, lui offrait une petite place dans son monde, le laissait franchir en partie la barrière de l'altérité qui les séparait.

Mais depuis, les fées lui avaient offert une place un peu trop grosse à son goût dans leur monde. Une partie de Vijendra luttait encore, se raccrochant aux dernières bribes d'humanité qu'il était parvenu à sauver. Faire le deuil de soi-même n'était pas tâche aisée.

Il se rendit compte qu'il avait cessé d'être assez attentif. Il avait loupé une partie des explications qui avaient suivi.

"Ne dis pas que tu étais 'ça'."

Écorce était parvenue, grâce à cette phrase, à raccrocher pleinement l'attention d 'un Éclipse qui fit de son mieux pour oublier ses préoccupations précédentes. Il aurait tout le temps de se lamenter sur son flou identitaire plus tard. C'était ce à quoi il passait ses journées quand personne n'était avec lui pour lui tenir l'esprit occupé, après tout.

Malgré tout ce qui avait précédé, entendre qu'Écorce pensait qu'il était - et qu'il avait toujours été - une bonne personne lui mit du baume au cœur. Une fois de plus, il n'eut pas le temps d'approfondir la réflexion, car son amie le surprenait avec une déclaration qui raccrochait à la locomotive des wagons que Vijendra avait cru définitivement perdus pour aujourd'hui.

"Tu étais et tu es encore mon ami. ... Même si j'ai parfois l'impression que tu es plus."

Il se figea. Ses pupilles s'élargirent. Le sujet était-il lancé, alors ? Mince. Il ne se sentait pas prêt. Il y avait trop de choses qui avaient été dites. Trop de choses qui continuaient de se passer en lui. Il sautait d'une émotion à une autre, d'une préoccupation à une autre sans pouvoir s'en empêcher. Comment faire pour calmer cette tempête ? Comment retrouver une disponibilité suffisante pour qu'il soit en état de poser les questions qu'il lui fallait absolument poser ?

"Je suis sincèrement désolée. Ce n'est pas la première fois que je n'utilise pas les bons mots et que je te rappelle de mauvaises choses."

Un peu de temps supplémentaire et la transition qu'Écorce lui offrait sur un plateau d'argent feraient peut-être l'affaire. Elle n'avait pas l'air bien sûre d'elle, désormais qu'elle s'était assise à côté de lui, l'une de ses paumes encore au creux de celle de l'Infortuné. Il posa sa main libre sur le dos de celle d'Écorce qu'il tenait déjà, enfermant ainsi les doigts de son amie dans un écrin de douceur. Son tintement manquait un peu d'expressivité quand il prit enfin la parole, mais ce n'était pas par manque de sincérité. Il était encore en train de réunir ses esprits, ce qui le rendait modérément distant, même si ce n'était pas ce qu'il voulait. Il compensa ce manque - dont il était étrangement conscient - en faisant preuve de la plus grande honnêteté possible.

"Tu n'as rien dit de faux. Tu n'as pas utilisé les mauvais mots. Ce qu'ils ont pu m'évoquer, ce qu'ils ont pu réveiller... Tu n'y peux rien. Ce n'est pas ta faute. Écorce... Je ne vais pas bien. Tout... Absolument tout me rappelle les mauvaises choses qui sont arrivées...  Et les mauvaises choses qui sont toujours en moi. En permanence. Je comprends que tu préfèrerais m'éviter ça et je t'en suis extrêmement reconnaissant, mais... Je ne pense pas que ça soit possible. Je... sais que ça ne doit pas me rendre facile à fréquenter. Je suis vraiment désolé de t'infliger ça. Mais s'il te plaît... Rappelle toi que ce n'est pas de ta faute, et que peu importe les pincettes que tu pourrais prendre... Il y aura toujours un moment où ça ne fonctionnera pas. J'aime quand tu t'exprimes aussi librement. J'aime que nous soyons devenus aussi proches. Et je pense que tu dis des choses que j'ai besoin d'entendre, même si ça ne se voit pas forcément."

C'était fou comme les mots sortaient de lui avec fluidité alors même que son esprit n'était pas totalement ancré... Ou du moins qu'il ne l'avait pas été au début. A mesure qu'il s'exprimait, Éclipse était progressivement parvenu à se recentrer, jusqu'à être en mesure de parfaitement ressentir ce qu'il disait. Il avait réussi à mettre le reste de côté pour l'instant. Il fixait Écorce, désormais persuadé que le moment était venu de dire les choses qu'il avait si longtemps retenues. Même s'il ne savait pas encore exactement sous quelle forme elles allaient se manifester.

"Ce que tu as dit tout à l'heure..."

Et voilà. L'instant de bravoure semblait être passé, il perdait à nouveau sa faculté à s'exprimer clairement. Mais peut-être était-ce juste parce qu'il avait peur d'entendre la vérité... Peur aussi de se tromper, et de perdre Écorce d'une manière ou d'une autre.

"Tu es mon amie, et moi aussi j'ai parfois... Souvent... l'impression que tu es plus. Mais... Je suis perdu. Je ne sais pas comment ces choses là fonctionnent... Je n'étais déjà pas très doué avec ça quand j'étais humain, mais au moins je comprenais tout ce qui était... euh. Oublie ça."

Le moment était mal choisi. Lui expliquer qu'il était greyromantique et pas bien dégrossi dans le domaine de tout ce qui s'aventurait au-delà de "l'émotionnellement platonique" était une chose. Par contre, il n'avait certainement pas envie de parler de sa vie sexuelle passée à la fée qu'il se soupçonnait d'aimer alors qu'il était plus ou moins en train de lui déclarer sa flamme. Ca aurait été d'un goût plus que douteux.

"... Ce que je veux dire... Je sais que je ne suis pas très clair mais je n'ose pas utiliser les mots que ça m'évoque, j'ai... peur de me tromper, et que tu te vexes ou bien pire. Je ne veux pas que ça devienne gênant. Oh mon dieu je ne sais pas ce que je vais faire si ça devient gênant... Je ne veux rien casser, j'ai... j'ai besoin de toi."

... Est-ce que ce n'était pas pire que tout, là ? La façon dont ça avait sonné à ses propres oreilles... Au secours. Il espérait qu'Écorce n'aurait pas entendu la même chose. Ou bien si c'était le cas, il espérait qu'il avait vu juste. Même si ça faisait presque aussi peur que l'idée d'être rejeté. Oh non, oh non, oh non... Il paniquait, il était gêné par la maladresse affreuse dont il faisait preuve, il sentait ses joues chauffer... Il était certainement devenu tout violet. Par chance, sa peau très sombre rendait ce genre d'accidents discrets, mais considérant l'intensité de la sensation, il n'était pas certain que cela suffise à masquer son embarras.

"Je.. veux.. d.. dire. De ton amitié. J'apprécie beaucoup ta compagnie et je ne sais pas où j'en serais sans toi, j'irais sans doute encore moins bien. Mais on ne parlait pas juste d'amitié, c'est vrai, du coup puisque... c'était justement... tout le sujet. Justement. Ah. J'avais déjà dit "justement". Je suppose que ça fait trois fois maintenant. Zut. Ce n'est pas du tout ce que je veux dire.

Ce que je veux dire, c'est que... Je ne savais même pas que c'était possible. Je ne comprends pas ce que ça signifie... Je..."


Il ferma les yeux, entra en apnée, se força à se calmer. Lorsqu'il les rouvrit il s'obligea à ne plus poser qu'une dernière question :

"Écorce. Qu'est-ce que ça veut dire, "plus", pour une fée ?"

Restait à espérer qu'il n'avait pas tout fait foirer. Bon sang... Il n'avait pas l'habitude d'être aussi maladroit dans ses relations. Mais il fallait aussi dire qu'il n'avait pas l'habitude de tomber a... am... ça. Et il fallait aussi dire qu'il n'était plus en terrain connu. Nouveau corps, nouvelle culture, nouvelles règles...






Cadeau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Écorce
Écorce

☼ Fée des Forêts ☼


✘ AVENTURES : 108
✘ SURNOM : L'Archéologue.
✘ AGE DU PERSO : Plusieurs saisons.

✘ DISPO POUR RP ? : Potêtre !
✘ LIENS : Récits & Annexes.

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyLun 13 Déc 2021 - 19:57

Écorce n'osait plus regarder Eclipse. Son regard émeraude était rivé sur le vide, tandis qu'elle traitait avec une lenteur exagérée le poids des mots qu'elle venait de dire, tout en essayant tant bien que mal d'écouter son ami, de s'imprégner de ses ressentis et de ses remarques. C'était probablement un des exercices les plus difficiles de sa courte vie - se trouver dans un lieu bondé lui aurait peut-être été plus facile à gérer que tout ce qu'il se passait actuellement.

C'était peut-être la première fois qu'il disait de haute voix qu'il ne va pas bien. S'il s'agit d'une évidence, le reconnaître est autre chose : ironie du sort, le remarquer soulage Écorce d'un poids, qui craint toujours de trop en faire alors qu'elle cherche désespérément à lui changer les idées. Elle ne peut avoir la science infuse, même si elle l'aimerait bien : ce qui veut dire que le mieux qu'elle puisse faire, c'est l'accompagner dans le quotidien avec une patience toujours renouvelée et une présence constante. C'est quelque chose qu'elle se sent capable de faire, qu'elle a envie de faire. Étonnant, venant d'elle ? Sans doute. Écorce aurait aimé répondre, mais tout s'enchaîne. Elle se contente de hocher la tête et d'acquiescer dans sa tête.

C'est lorsque Eclipse enchaîne que la fée des forêts commence à virer très progressivement au rouge pivoine. Grands dieux. Par Mab, par tous les dieux du panthéon grec et du panthéon oriental. Elle ne pensait pas entraîner autant de questionnements chez son interlocuteur. Pourtant, elle aurait dû s'en douter ! A quoi s'attendait-elle ? Qu'il relève sans broncher ? Impossible. C'était un ancien humain dans un corps de fée, il y a sans doute beaucoup de choses compliquées qui, à ce stade, échappent à Écorce. Sentir la gêne d'Eclipse, entendre sa maladresse exprimée par des bégaiements, augmente d'autant plus la rougeur qui l'étreint. Ce n'est plus le rouge de la colère qui l'entoure d'un halo excessivement lumineux, mais le rouge de... de quoi ? De la timidité ? La seule fois où Écorce ose glisser son regard vers Eclipse, elle remarque ses joues violettes. Il lui faut un temps pour comprendre que lui aussi est sans doute en train de rougir en tentant tant bien que mal de s'exprimer. L'espace d'un instant, elle l'envierait presque d'avoir une peau si sombre. Ça ne parait presque pas évident qu'il est en train de rougir... Car pour elle, c'est terriblement flagrant. Écorce a l'impression que son cœur rate un battement lorsqu'elle l'entend dire qu'il a besoin d'elle. Elle se dit que c'est pareil, mais elle ne parvient pas à l'exprimer clairement.

Lorsqu'il pose la question, celle à laquelle elle aurait dû tôt ou tard réfléchir, elle implose. Ses sentiments s'expriment à travers sa magie féerique par les plantes du jardin les plus proches d'elle qui grandissent soudainement, par les fleurs fanées coincées dans ses cheveux bouclés qui éclosent exagérément, et par la mousse qui pousse soudainement à ses pieds.

Un long silence gêné de la part d’Écorce s'ensuit. Les fleurs de ses cheveux ont tant poussé qu'elle ne voit plus rien. C'est tellement gênant ! Et ça ne sert à rien de se battre, puisque réfléchir à la réponse la gêne d'autant plus... enfin. Pas que le fait de ressentir quelque chose l'ennuie. L'expliquer est en revanche compliqué. Rouge comme une pivoine, Écorce se met à bégayer sur un tintement totalement incertain.

- E-eh bien... C'est... Ah ! S'exclame-t-elle en dégageant maladroitement les fleurs qui cachent son visage. Euh... C'est...

Ils doivent avoir l'air malin, gênés chacun de leur côté. La lumière rouge d’Écorce est si vive qu'on pourrait croire qu'une nouvelle lampe a été installée dans le jardin du palais.

- Ce... ce n'est pas comme les humains.

Sans blague ? Idiote !

- Enfin... c'est... compliqué à expliquer. Chaque fée le vit d'une façon différente... Écorce tentait de se remémorer les rares couples évidents qu'elle a pu observer dans sa vie, en tentant de contrôler ses bégaiements. C'est... faire des choses ensemble, être présent, être tactile ? Par exemple, se tenir la main. Enfin, seulement si la ou les fées sont d'accord !

Terriblement gênée, Écorce joue avec ses propres doigts.

- Je... je suis désolée. J'ai peur de mal expliquer... Une chose évidente - sans doute la seule - lui vient alors en tête. ... Quand... quand une fée veut concrétiser son amour, elle le montre en dansant dans les airs avec son... sa, ou ses partenaires.

Rien d'autre ne lui venait en tête. Pour la deuxième fois depuis le début de cette discussion terriblement gênante mais nécessaire, la fée des forêts glisse son regard vers Eclipse.

- Ça... dépend des fées, j'imagine. Mais, euh... quand je te regarde, je te trouve très gentil et intelligent. Et... très beau.

Les compliments abondent tant dans sa tête qu'elle n'arrive pas à former une phrase correcte pour argumenter ce qu'elle vient de dire. Se sentant profondément idiote, Écorce appuie ses coudes contre ses jambes et cache son visage dans ses mains.

- Ah... soupire-t-elle, avant de reprendre après un court silence, sans bouger : ... Je ne suis pas douée. Je ne sais pas comment m'exprimer. Je ne veux pas non plus te faire peur, ou te presser... On peut juste faire comme d'habitude, et... et voir.

Voir quoi ?

- En plus... je suis une fée. Je ne t'aide peut-être pas, à parler de tout ça. Enfin... je veux dire... je ne sais pas comment ça marche, avec les humains. Je connais juste leur manière bizarre de procréer...








Des cheveux et des livres. - Page 2 Crush211

Revenir en haut Aller en bas
Éclipse
Éclipse

☼ Fée des Etoiles ☼


✘ AVENTURES : 196
✘ SURNOM : L'Infortuné
✘ AGE DU PERSO : 24 ans comme humain - Fée nouvellement formée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS :
Close your eyes and pretend it's just all a bad dream. That's how I get by.

Drames en cours :
III - VII - VIII - IX - X - XI - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XX - XXI

Achevé : I - II - IV - V - VI - XII - XIX

Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 EmptyLun 13 Déc 2021 - 23:12

Au fur et à mesure qu'il parlait, il lui semblait que la tâche représentant le visage d'Écorce en marge de son champ de vision était en train de prendre des teintes pivoines particulièrement marquées. Cela renforçait un embarras qui n'était pas loin de se changer en panique. Lui non plus n'osait plus la regarder. Il avait l'impression d'être en train de réaliser un véritable massacre verbal, sauf qu'il était désormais bien trop tard pour s'arrêter.

Oh non, oh non, oh non, oh non, oh non...

Puis il en eut fini et le silence retomba. Trop long. Beaucoup trop long. Il avait les yeux écarquillés. Il fixait ses genoux et se faisait violence pour ne pas se triturer les doigts. Il ne se rendait pas compte qu'il était presque en apnée.

Il remarqua les plantes autour d'eux qui réagissaient progressivement à la gêne de son amie. Catastrophé, il plongea son nez dans le creux de ses mains. Il avait l'impression qu'il était allé beaucoup trop loin, et/ou qu'il s'était complètement fourvoyé. Écorce essayait peut-être de trouver comment le lui expliquer.

Finalement, la première phrase cohérente qui sortit de la bouche de l'Archéologue ne fut pas du tout de l'ordre de ce qu'il craignait.

"Ce... ce n'est pas comme les humains."

Gagné par la perplexité, il osa finalement jeter un œil craintif du côté de la fée des forêt qui se battait avec les fleurs de sa chevelure. Elle... Ne semblait pas offensée. Elle semblait chercher à répondre sérieusement à sa question. Elle ne semblait pas même vraiment étonnée par tout ce qu'il venait de lui dire. Juste atrocement gênée par la discussion - ce qu'il était aussi.

Cette constatation l'aida à se calmer, même si la phrase d'introduction utilisée par son amie l'avait légèrement éraflé. Ca ne pouvait pas être comme les humains, il en était atrocement conscient. Il avait été humain et il ne l'était plus. Il expérimentait cette différence au sein de son propre corps. C'était bien pour cela qu'il était complètement perdu.

Éclipse posa ses mains sur ses genoux et entreprit d'écouter patiemment chacune des explications de la fée des forêts.

"Enfin... c'est... compliqué à expliquer. Chaque fée le vit d'une façon différente..."

... C'était.. Euh. Jusqu'à là, ce n'était pas si différent des humains, finalement. Vijendra était bien placé pour en parler : il avait été en marge de ce que ses anciens semblables considéraient comme une norme. Il était au courant d'un grand nombre de variantes.

"C'est... faire des choses ensemble, être présent, être tactile ? Par exemple, se tenir la main. Enfin, seulement si la ou les fées sont d'accord !"

La fée des étoiles jeta un oeil sur ses doigts. Écorce et lui se tenaient souvent la main pour une raison ou pour une autre. Ils... étaient déjà un peu entrés dans cette dynamique. Éclipse ne s'en rendait compte que maintenant. Pourtant, rien de ce qu'il entendait là n'était étrange aux oreilles de "l'ancien humain" qu'il avait été. Il savait qu'il y avait des gens qui fonctionnaient comme ça, même si lui n'en avait jamais fait partie. En réalité, il n'aurait pas dû être aussi étonné d'apprendre que les fées étaient capables d'avoir des interactions romantiques même si elles ne connaissaient rien de la notion de sexualité.

Mais... Tout était si différent, sur tous les plans. Être fée n'avait rien à voir avec être humain. Il en était un stade où c'était lorsque les deux espèces présentaient des proximités qu'il était étonné.

"Je... je suis désolée. J'ai peur de mal expliquer..."

Il rechignait à la couper, mais il voulait qu'elle se rassure. Il hocha la tête de gauche à droite et murmura doucement :

"Ne t'inquiète pas. Tu expliques très bien. Je comprends."

En revanche, il ne s'attendait pas à la suite. Dire qu'il vit subitement flou était une manière relativement juste de décrire sa réaction au moment où Écorce lui décrivit le procédé de la "danse dans les airs". Il leva la tête et plongea à nouveau ses yeux dans ceux de l'autre fée. Il s'entendit commenter, vaguement hagard :

"... Je croyais que c'était juste une lubie de Photon..."

Ca ne lui revenait que maintenant. La frétillante fée des lumières lui avait déjà parlé des danses dans les airs, qu'il avait décrites comme bien plus affriolantes que les câlins intérieurs. Vijendra n'en revenait pas d'apprendre que cette pratique était réelle, voire potentiellement répandue... Il s'interdisait tout exercice de visualisation. Il était déjà bien assez dépité par l'information brute. Il ne pouvait tout simplement pas s'imaginer "danser dans les airs" pour exprimer ce qu'il ressentait pour Écorce. A cause de sa peur du vide, déjà, ça ne lui paraissait pas être un exercice extrêmement agréable. Ensuite, il n'arrivait tout simplement pas à comprendre l'intérêt d'une telle chose. Surtout s'il fallait le comparer à l'intensité de ce que les rapports charnels pouvaient apporter à ceux qui les pratiquaient.

Fort heureusement, Écorce détourna son attention du problème avec une vague de compliments à laquelle il ne s'était pas attendu, et qui rendit ses joues plus violettes qu'elles ne l'étaient déjà. Il n'avait pas tant de mal à les accepter en temps normal, mais avec Écorce, c'était différent. Il avait envie de lui dire qu'elle était beaucoup plus intelligente que lui, qu'elle savait tout un tas de choses et qu'elle les racontait de façon absolument captivante. Bien sûr, il la trouvait elle aussi très gentille. Elle était également très belle, et elle le devenait encore plus lorsqu'elle se laissait porter par la passion qui l'habitait. Il adorait la regarder faire et l'écouter. Il se sentait bien en sa présence.

... Subitement il se rendit compte qu'il n'avait plus aucun doute. Les explications d'Écorce avaient levé le voile de ses hésitations, d'autant qu'elle ne semblait elle-même plus se demander "si" mais plutôt "quand" et "comment". Il lui retournerait sans doute ses compliments, mais plus tard. Le moment était mal choisi. Elle n'avait pas terminé de s'exprimer.

"Enfin... je veux dire... je ne sais pas comment ça marche, avec les humains. Je connais juste leur manière bizarre de procréer..."

Le visage de la fée des étoiles se crispa tandis qu'elle détournait les yeux, blessée par le commentaire maladroit de son amie. Éclipse ne lui en tenait pas rigueur, évidemment : Écorce ne pouvait pas savoir. Elle avait toujours été une fée. Elle ne pouvait pas se figurer ce qu'il traversait. Il se rendit compte qu'il fallait qu'il le lui explique. Calmement, il entreprit donc de chercher ses mots :

"Je... Je comprends que ces choses là puissent te paraître bizarre. Il faut le vivre... Je veux dire, il faut être en capacité de le vivre pour en saisir l'intérêt. Tu sais... Je comprends vraiment combien ça peut te paraître absurde, parce que.... Cette capacité, je l'ai perdue avec ma transformation. Maëlle m'a approché pour me prouver qu'on ne euh... Présentait plus assez de points communs pour rester ensemble. Il n'y a que ce genre d'interactions qui l'intéresse, tu vois. J'ai pris peur, j'ai fui, parce que je ne me reconnaissais plus. Parce que.... Plus rien ne se passait à l'intérieur de moi. En vérité, je ne parviens même plus à me souvenir de ce que ça faisait de ressentir ces choses. Mais je suppose que c'est une vérité générale... Je m'en rend bien compte. Je suis en train de perdre ce qui me raccroche encore à l'humanité."

Il faisait d'immenses progrès, à tel point qu'il se surprenait lui-même : il avait réussi à énoncer cette vérité sans prendre peur, même si la constatation l'attristait profondément. Paradoxalement, il ne voulait pas être l'un de ces géants terrifiants et cruels qu'il visualisait dès qu'il pensait aux humains.

Pendant quelques très longues secondes, Éclipse fixa encore ses mains, toujours posées sur ses genoux. Il essayait de comprendre ce qu'il ressentait, afin d'être en mesure de savoir ce qu'il voulait dire.

"... Je pensais que je continuerais à fuir les contacts, parce que ça me rappelle que je suis devenu différent. C'est peut-être parce que tu es une fée que la question ne se pose pas... Être proche de toi ne m'a jamais dérangé."

Il marqua un temps d'arrêt, puis se corrigea, plus sûr de lui :

"C'est sans doute parce que tu es une fée. Mais c'est aussi parce que tu es toi."

Presque aussitôt, il perdit sa confiance. Ses propres aveux l'intimidaient.

"... C'est vrai que j'ai un peu peur. J'ai l'impression de ne pas savoir comment m'y prendre. Et puis ma précédente histoire s'est très mal terminée, mais ça n'a rien en commun avec ce qui arrive maintenant. J'ai confiance en toi. J'ai envie d'être encore plus proche de toi... si tu es d'accord."

Une fois il l'avait enlacée, et le sentiment que ça lui avait procuré lui manquait. Il ne voulait pas de faux-semblants. Il voulait vivre pleinement ce qui se présentait à eux. Il n'était pas prêt à entendre parler de ces histoires de danses dans les airs. Peut-être ne le serait-il jamais. En revanche, il voulait de cette tendresse qu'elle avait évoqué, et qu'ils avaient déjà timidement l'un pour l'autre sans se l'avouer, depuis longtemps.






Cadeau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Des cheveux et des livres.   Des cheveux et des livres. - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Vallée des Fées :: L'Arbre aux Fées :: La Citadelle Féérique :: Le Palais Royal-