Le Deal du moment : -45%
Nike Air Zoom SuperRep 3 – chaussures de HIIT ...
Voir le deal
71.47 €

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 180
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Tout juste quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptyJeu 18 Mar 2021 - 22:11

--- Après l'Hiver ---


- Du Givre sous les Braises -


Yesterday, any way you made it was just fine
So you turned your days into night-time
Didn't you know, you can't make it without ever even trying?
And something's on your mind, isn't it?




Comme souvent depuis la fin de l'Hiver, la nuit est douce, scintillante de lucioles et de lumière d’étoiles. Le Grand Arbre porte toujours quelques cicatrices de l’Hiver, ponts affaissés et cabanes effondrées qui n’ont pas encore été réparés. Mais son bois est redevenu vivace, ses branches sont à nouveau chargées de feuillage et de fleurs qui attirent les fées. Il revit, reprend sa place dans le rêve de Peter Pan, et bientôt même les Perdus qui l’habitent auront oublié qu’il a pu être froid et sec. Tout comme ils auront oublié tous ces hamacs qui, le soir venu, restent vides.

Skunk reprend sa routine, lui aussi, avec une résolution morne qui contraste avec la joie de si bon ton en ces beaux jours de printemps. Se lever aux aurores, partir en forêt ou sur le Rivage des Objets, chercher l’utile, le malin, l’astucieux. Puis essayer de s’occuper, de s’instruire, lutter contre ce temps qui passe sans passer et contre l’Oubli qui s’y cache. Se préoccuper (des amis) de ceux qui en valent la peine. Garder l’alambic en tête, toujours un peu, pour ne pas arriver à court de fruits fermentés, à court de sucre - à court d’alcool. Grappiller un dîner dans la Cabane à Manger, participer au repas commun s’il en a la force et la patience. Fuir le rituel du coucher. Et à un moment, peut-être, essayer de dormir.

Entre les cauchemars gluants et ricanants qui se glissent à sa suite dans son sommeil, entre les souvenirs de glace et de sang qui sont peut-être à lui, ou peut-être aux Autres, ces anciens reflets de gel qu’il ne sent plus dans sa tête et que pourtant, parfois, il se terrifie à chercher.

Skunk fait comme (avant) d’habitude. Il fuit les rêves en sortant malgré le couvre-feu. Il va lire dans sa distillerie, il rejoint le Bassin où il pourra laver ses précieux costumes, il cherche un recoin de l’Arbre où il pourra s’allonger et observer le ciel nocturne.

Il essaie de ne pas trop penser que quand il était Orbleu, il dormait.

Ce soir-là, il s’est décidé pour la corvée de lessive, quelque chose qu’il aime et exècre tout à la fois. C’est long, exténuant, l’eau froide et le savon crevassent ses mains, la planche à laver lui ruine les épaules et le dos - Owl n’en finit plus de se défoncer les doigts sur ses muscles tétanisés. Mais malgré tout, le Dandy éprouve une satisfaction profonde, presque sauvage, à chaque fois qu’il repasse et plie ses chemises immaculées. Rester impeccable, d’une propreté irréprochable, même dans ce camp scout à la con, c’est devenu sa fierté, la preuve qu’il a la force de rester qui il est, malgré les jugements, malgré les moqueries, malgré l’incompréhension et le rejet, malgré ce foutu nom qu’on lui a infligé. S’il n’y réfléchit pas trop, il arrive même à faire passer cela pour de l’honneur plutôt que du désespoir.

Et il essaie de ne pas trop penser que quand il était Orbleu, il n’avait plus peur de la saleté.

Fatigué, courbaturé, mais satisfait, Skunk remonte lentement le long des échelles et escaliers de l’Arbre. Son sac à dos est plein à craquer d’un linge humide, qu’il laissera sécher dans sa distillerie. Alors, dans sa hâte de poser son lourd paquetage, il prend un raccourci à travers les branches des Armuriers. Et soudain, malgré l’heure tardive, il est surpris de voir la Forge allumée.

Puis il se rappelle. Et il comprend.

Skunk n’est pas... exactement à l’aise, avec Nasty. Doux euphémisme pour exprimer le fait qu’elle lui fout un peu la trouille, avec ses sautes d’humeur imprévisibles et sa tendance à envahir l'espace vital des gens, mais que surtout elle le gave - beaucoup, très vite, tout le temps. Elle lui parle comme à un chien (il fait pareil), elle se fout de sa gueule (il fait pareil), elle le provoque (il fait pareil). Pour lui, gérer une conversation avec Nasty sans péter un câble, c’est faire du saut d’obstacle avec un cheval qui vient de se faire agresser par un essaim de guêpes.

Pourtant, il lui parle, de temps en temps. C’est qu’elle sait faire des bouteilles en verre, voyez-vous. Et lui, il sait trouver les denrées rares dont les gens ont besoin. L’association est assez évidente et rentable pour valoir quelques petits coups bas.

Et puis, parfois, au détour d’une vanne un peu moins hargneuse ou d’un travail un peu plus appliqué, Skunk a l’impression d’entrevoir quelque chose chez Nasty qui ne lui déplait pas tant que cela. Son art de souffler le verre, notamment, le fascine en silence - c’est quelque chose qu’il ne connait pas, qu’il n’a jamais vu. De temps en temps, il hésite à demander une explication, une démonstration. Mais il n’a jamais osé ; il lui parait bien trop évident que Nasty va l’envoyer chier comme un gosse envahissant, et ce n’est pas un type de rejet que le Dandy sait bien encaisser.

Cependant, ce soir-là, quelque chose est un peu différent. Skunk n’a pas vraiment discuté avec Nasty depuis l’Hiver, mais il y a eu ce petit moment de grâce, à la boum, ces précieuses minutes de jubilation quand elle a chanté et défoncé sa batterie devant tout le monde. Même si le Dandy était fin saoul, il se rappelle encore très bien de cet instant. C’était... Il ne sait pas trop ce que c’était. Mais il en a retranscrit chaque seconde dans son carnet le plus récent.

Alors, suivant l’une de ses rares impulsions, Skunk décide de déposer son précieux chargement à l’abri dans un coin et de s’approcher silencieusement de la Forge. Il ne sait pas s’il va aller jusqu’à signaler sa présence à Nasty ; il se dit qu’il verra bien.

Il a juste vraiment envie de voir comment elle souffle son verre. Et depuis son retour au Grand Arbre, il a cessé de remettre les choses à plus tard.






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
Du Givre sous les Braises Skunk_20Du Givre sous les Braises Skunk_21Du Givre sous les Braises Skunk_22Du Givre sous les Braises 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Nasty
Nasty

♣ Artisan ♣


✘ AVENTURES : 414
✘ SURNOM : le Panda
✘ AGE DU PERSO : 16 piges

✘ DISPO POUR RP ? : Faut voir
✘ LIENS : + "So Raw !"
+"Deeper in the dirt, making bodies hurt !"
+"Deep Down !"


Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptyDim 2 Mai 2021 - 13:13

Du Givre sous les Braises 93f91905317fc6a7078a8081bc53fca1

We all sin, so why am I so guilty?
Back to the trenches of the life I lead
This hole, the only place that I can be free

Don't follow me

La nuit.
Mon refuge.
Aucune garantie de répit cependant.
Les flammes de la forge dansent, comme si c'était facile de s'allumer et de s'éteindre. Comme si oublier était simple.
J'ai ce visage qui flotte sur mes rétines quand je ferme les yeux. L'île a décidé que ce souvenir là, serait indélébile.
Mon vide souffle son rien dans des bocaux. Bulles fragiles de vacuité. J'espère y laisser le trop plein qui m'encombre, mais le poison reste accroché à mes veines. Saloperie! J'entends sa voix qui me susurre ses mots pleins de venin : mon palpitant en a le vertige, encore, PUTAIN !

J’ai une famille,
plus de douleur.
Je suis vivant. Plus que toi.

Je balance ma canne de souffleur à travers la pièce. La pâte de silice au bout s'écrase comme un soufflet tout mou, et agglutine les résidus de terre battue au sol. La beauté limpide du verre est souillée.

Pourquoi ?
Pourquoi tu veux pas me lâcher ?

Je suis vivant. Plus que toi.

Mon poing s'écrase sur l'établi jonché de verroteries qui attendent d'être livrées sur commande. La planche cède sur ses tréteaux envoyant valser bocaux, lunettes, loupes, godets... Fracas de la chute. Pluie de tessons.

Plus vivant que toi.

Une onde de rage brute inonde la moindre fibre de mon être. Je réduis en miette tout ce qui se trouve sur mon passage, tout mon bel ouvrage. La destruction est le dernier moyen de me libérer. J'ai jamais demandé à éprouver cette honte, cette douleur, ce rejet ! J'ai jamais voulu croire en Lui, jamais désiré crever la dalle pour une miette de son affection à Elle, jamais souhaité au point de chialer qu'On me choisisse moi plutôt que des salauds ou des macchabés.
Mais surtout, je lui en veux.
Je lui en veux d'avoir réussi à ne plus rien ressentir quand moi, je continue de marcher pieds nus sur du verre pilé, quand moi je me bats contre ce cancer qui fait grandir.

Quand je m'arrête essoufflée, tremblante, je constate que j'ai bousillé tout ce que j'avais réalisé ces dernières semaines. J'ai les métacarpes écharpées par la castagne et même brulée d'avoir frappé dans les braises. J'ai mal mais je m'en fous. Mes joues sont détrempée de sel et des sillons noirs se diluent de mes yeux jusqu'au menton. Aquarelle de cauchemar. Alors, seulement, je relève la tête et je le remarque.

Le fanboy du concert, avec ses bières.

- Hé bien quoi ? que je fais d'une voix rauque et cassé d'avoir crié. Pas d'acclamations ? Pas de binouses ? J'ouvre les bras, trônant au centre de mon œuvres explosives. Je crache un rire pathétique. Y'a d'quoi, pourtant....

Mes bras retombent, ballants. Je tourne mon regard vers le feu qui continue de crépiter, en toute tranquillité. Je m'y jetterais bien. Un bouton arrêt, ça ferait tellement de bien.

Mais c'est pas aujourd'hui que je meurs.
Pas comme ça,
Pas sans faire de bruits.






Du Givre sous les Braises Bannas10
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 180
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Tout juste quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptyDim 2 Mai 2021 - 21:53

Il n’a pas voulu espionner Nasty. Ce n’est pas son genre.

Bon d’accord, il aurait pu s’approcher moins discrètement, ou s’annoncer : dire bonsoir, c’est une convention sociale assez standard, même pour lui. Peut-être que dans d’autres circonstances il aurait fait un effort. Un petit “oy”, tout sauf spontané, mais qui fait le job - coucou compagnon humain, je suis là et je ne suis pas un ennemi, merci de ne pas me sauter à la gueule.

Mais là, face à Nasty ? Skunk la côtoie peu, mais depuis assez longtemps pour savoir que toute politesse va simplement entraîner une moquerie, dont le degré d’acide sera directement proportionnel à la mauvaise humeur du Panda. Le Dandy peut s’en accommoder, évidemment - question sarcasme, lui-même n’est pas exactement un petit ange tombé du ciel. C’est juste que parfois cette grognasse tape un peu trop juste, et qu’en ce moment le Perdu craint certaines (accusations) insultes plus que d’autres ; éviter un duel inutile n’est pas pour lui déplaire.

Juste un coup d’oeil, c’est ce qu’il s’est dit. Histoire de tâter le terrain, peut-être d’entrevoir quelque chose d’intéressant. Et décider ensuite de se montrer, s’il s’en sent encore le courage et que Nasty ne semble pas être dans un mauvais jour.

Sur ce dernier point, en tout cas, la stratégie de Skunk est payante : il ne doute pas longtemps.

Il vient d’arriver sur le seuil de la Forge, sans avoir eu le temps de passer la tête dans l’encadrement, quand la canne de verrier de Nasty vient rouler dans l’entrée, quasiment jusqu’à ses pieds. Interdit, le Dandy fixe l’amas de cristal chaud imprégné de terre, qui rougeoie au bout du long bâton creux. Puis un violent fracas de bois qui s’écroule et de verre brisé le fait tressaillir.

Pas autant, cependant, que le hurlement qui suit.

Trop hébété pour songer à fuir, Skunk relève la tête et découvre que cette nuit-là, Nasty ne crée pas. Elle casse.

Tout, sans distinction, sans préférence, sans précaution ni prudence. Elle brise, ravage, saccage, réduit en poussière scintillante ce qui doit représenter des heures de travail. Les braises et les éclats de verre arrosent le sol de terre battue et l’adolescente pleure et crie en même temps, comme ces bêtes prises au piège qui finissent par se mordre elles-mêmes pour tenter de se libérer.

Skunk ne bouge pas. Il reste planté là, à la porte, en silence. Son expression est illisible, en-dehors d’un curieux détail : quelle que soit l’émotion qui le fige ainsi, ce n’est pas de la peur.

Pourquoi aurait-il peur? Il sait.

C’est rare qu’il comprenne de manière aussi vive et sans filtre ce qu’il se passe dans la tête de quelqu’un d’autre, qu’il puisse se projeter dans la douleur d’autrui aussi aisément qu’il enfilerait l’un de ses costumes taillés sur mesure. Pour lui qui d’habitude voit plutôt les sentiments de ses semblables comme un brouillard illisible, cette soudaine connivence s’avère d’une violence inouïe, aussi nette et brutale et impitoyable qu’un projecteur braqué sur sa figure.

Nasty danse avec ses démons et Skunk reconnait chaque pas, chaque geste. Il sent cette envie, ce besoin de détruire. Il sait qu’un corps ne peut contenir qu’un certain niveau de colère, de douleur, de haine, et qu’à un moment il faut que ça explose. Au moins contre quelque chose, à défaut que ce soit contre quelqu’un.

Mais c’est la première fois qu’il le voit de l’extérieur, qu’il réalise à quel point c’est encore plus sombre et terrible qu’il le pensait. Et il repense à toutes les fois où quelqu’un l’a surpris dans cet état. Il comprend à quoi il a ressemblé, aux yeux des autres. Quel visage il a montré à Owl, Witted, Apache, Her...

Et pour ses proies de l’Hiver, quel visage avait-il ?...

D’un coup, Skunk se sent froid, d’un gel qui n’a pourtant rien à voir avec les traces de glace incrustées dans son regard pers. Le choc est si rude qu’il en oublie presque la souffleuse de verre, l’espace d’un instant qui n’existe pas.

Puis, soudain, il réalise qu’elle a cessé de hurler.

Nasty le fixe, de ses yeux féroces et éteints. Avec son visage blafard et son maquillage délavé par les pleurs, elle ressemble moins à un joli panda qu’à l’un des squelettes du Croquemitaine. Elle écarte les bras. Le regard du Dandy accroche (le sang la cendre) l’état de ses mains. Il devient livide et fait au mieux pour dissimuler son instinctif mouvement de recul.

"Hé bien quoi ? Pas d'acclamations ? Pas de binouses ? Y'a d'quoi, pourtant..."

Elle émet un ricanement défait. Skunk met quelques secondes avant de comprendre à quoi elle fait allusion. Puis il sent quelque chose vriller dans sa poitrine, tandis que deux pointes de rouge viennent marquer ses joues trop pâles : Nasty parle de la boum, de ce moment qui soudain n’est plus vraiment un bon souvenir. Elle se fout de sa gueule, et il réalise qu'elle a raison, bien sûr qu’elle a raison. Rétrospectivement, il s’est comporté comme un nigaud trop enthousiaste, comme... comme un putain de gosse, oui. Un pathétique chiard en mal d'attention, trop content qu’on le laisse traîner avec plus cool que lui. Qu’est-ce qu’il a cru?

... Qu’est-ce qu’il fout là, en fait?

Soudain extrêmement conscient de l’erreur qu’il vient de commettre, Skunk esquisse un pas en arrière ; Nasty a l’air mal en point, mais qui est-il pour lui demander si elle a besoin d’aide ? Lui n’aimerait pas qu’on le fasse. Enfin, il ne pense pas. Il n’est pas sûr.

Il ne devrait pas être là.

Indécis, Skunk recule encore. Son talon bute alors dans la canne à vent, toujours au sol. En baissant machinalement les yeux, il se rend compte que le verre en fusion touche maintenant l’un des montants en bois de la Forge. Même si la matière brûlante s’est bien refroidie, elle reste visiblement assez chaude pour arracher quelques filets de fumée à la poutre.

Sans réfléchir, en bon locataire habitué à faire du feu dans un arbre (et à avoir un pote qui s’endort régulièrement la clope au bec), Skunk ramasse la canne. Il pourrait se contenter de la pousser du pied, mais sourdement, il a conscience que c’est un objet important qui n’a rien à faire par terre.

Le Dandy se redresse et hésite un instant, incapable de décider où il doit poser le précieux ustensile. Puis, toujours sans un mot et en esquivant le douloureux chantier de crasse qui s’étale sur les mains de Nasty, Skunk se décide à tendre la canne à sa propriétaire. Peut-être comme une vague excuse. Pour avoir vu ce qu’il n’aurait pas dû voir. Pour le fait d'être resté là. Pour avoir cru...

Il ne sait pas vraiment ce qu'il a cru. Mais cela n'a plus d'importance, maintenant.






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
Du Givre sous les Braises Skunk_20Du Givre sous les Braises Skunk_21Du Givre sous les Braises Skunk_22Du Givre sous les Braises 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Nasty
Nasty

♣ Artisan ♣


✘ AVENTURES : 414
✘ SURNOM : le Panda
✘ AGE DU PERSO : 16 piges

✘ DISPO POUR RP ? : Faut voir
✘ LIENS : + "So Raw !"
+"Deeper in the dirt, making bodies hurt !"
+"Deep Down !"


Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptyLun 3 Mai 2021 - 20:03

Les flammes dansent sur mes rétines. Combien de temps je reste comme ça, figée, poupée de cire sans âme qui songe au délice de fondre? Le craquement des tessons me ramène à l'instant présent. Je louche sur mon précieux bâton et sur cette main étrangère. Je lève le pif pour mieux voir au bras de qui elle est attachée.

Tiens.
Toujours là.
Moi j'aurais fui, à ta place. Tu brilles pas par ton instinct de survie.
C'est quoi son blaze déjà ?
Chipmunk ? Skull ? Monk ?
Un truc avec un "k" qui sonne creux quand on tape dessus.

....... Skunk !

C'est ça. Skunk.
Mon dealer de "trucs". (que j'ai jamais appelé autrement que "l'dealer" du coup, son nom m'important si peu.)

Je récupère mon précieux bâton, dans un silence orchestral. Il y a dans le mutisme de Skunk un truc qui retentit en moi comme un solo de guitare électrique nerveux et abyssal. Pas besoin d'avoir une oreille pour entendre cette foutue mélodie. La mélodie. Celle de la connivence secrète entre gens de même acabit.
Je sers ma canne de souffleur contre ma poitrine. Je me sens soudain pudiquement à poil, mon instrument comme seul paravent. Skunk m'a vue. Sous la peau, sous le tatouage de papillon, sous le fardeau de mes os, sous les muscles en trop. Il m'a vue toute crue.

L'envie de  m'immoler revient me chatouiller.

- Tu ris pas... ? que je demande tout doucement, la voix toute éraillée. T'auras jamais meilleure occasion de porter ton nom que maint'nant, tsais...

Mon sourire est tordue, par une éruption d'émotions qui me pousse comme de l'acné. Pustule sentimentale. Plutôt crever de la laisser éclater devant un inconnu. Un presque inconnu. (Il vient de fourrer le nez dans mes plaies, y'a quoi de plus intime au fond ?)
Il faut que je fasse diversion.

- Qu'est-ce tu fous là, au fait ?

Putain, on dirait presque une conversation, au calme.
Surfant sur cette vibe "Je badine tranquille", je pose mon bâton en équilibre sur un tabouret et je trempe mes mains défoncée dans la flotte qui sert aux armuriers pour refroidir le fer forgé. Je grimace en retirant un bout de verre ou deux. Me suis pas loupée. Je grogne un peu en jurant quelques saloperies fleuries.

- 'Fait longtemps qu't'es pas v'nu dealer....J'aurai bien eu b'soin d'toi pendant l'Hiver...

C'est vrai, ça, t'étais où, Skunk ?






Du Givre sous les Braises Bannas10
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 180
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Tout juste quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptySam 22 Mai 2021 - 22:34

De ses mains lacérées, Nasty reprend son bâton creux et le serre contre elle, avec une étrange pudeur qui pousse Skunk a regarder ailleurs. Un instant qui s’étire en longueur, ils restent tous les deux plantés là, dans la lumière rougeâtre de la forge. Le silence est lourd, sépulcral même, peuplé des fantômes de ce qu’elle ne veut pas avouer et de ce que lui refuse de reconnaitre.

Le Dandy devrait partir, il le sait. Il n’a rien à foutre là, tout comme il n’avait rien à foutre avec Apache et Nasty après le concert. Il est venu attiré par une vague idée de complicité, qui n’existe pas et n’a jamais existé ; maintenant que l’adolescente le lui a rappelé sans délicatesse, il n’a plus aucune raison d’insister. Il ne lui reste qu’à tourner les talons et laisser Nasty tranquille avec ses blessures. Et s’il se sent vraiment d’humeur altruiste, il n’aura qu’à lui envoyer un Soigneur en passant, voilà tout.

...

... Sauf que l’Artisane ne voudra pas d’un Soigneur, n’est-ce pas ? Quand on est une Nasty ou un Skunk, quand on peut détruire si fort, en se faisant si mal, il y a certaines plaies dont on ne peut s’occuper que soi-même. Cela aussi, il le sait.

Alors il hésite. Et pendant qu’il hésite, il reste. Debout, silencieux, au milieu des braises et des tessons de verres. Jusqu’à ce que l’adolescente le mordille encore, d’une voix sourde qui ne lui va pas :

“Tu ris pas... ? T'auras jamais meilleure occasion de porter ton nom que maint'nant, tsais...”

Skunk lui jette un drôle de regard, d’abord fait d’une indignation sincère, puis de quelque chose de bien plus froid et artificiel. Imperceptiblement, le Dandy se redresse, recule, se ferme. Ses mains s’enfoncent dans ses poches et il lève légèrement le menton, pour lâcher d’un ton péremptoire :

“Mon nom n’a aucun rapport avec le fait de rire. Tu dois me confondre avec un autre connard.”

Est-ce que cela le vexe qu’elle le pense capable de se marrer devant un tel spectacle ? Un peu. Et qu’elle ait pu oublier son nom, même si c’est celui qu’il ne supporte pas ? Aussi, oui. Mais d’un côté, cette nuit-là, c’est une bonne chose : si Skunk avait encore besoin d’une preuve que Nasty le voit juste comme un trouduc sans importance, c’est fait.

Quand il s’agit d’enterrer ses illusions, le Dandy n’a jamais trop de clous à planter dans le cercueil.

“Qu'est-ce tu fous là, au fait ?”

“J’ai vu de la lumière, alors je suis rentré.”

Réplique pas très aimable, mais plus ronchonne que vindicative : Nasty ne s’est sans doute même pas rendue compte de la baffe qu’elle lui a mise d’entrée de jeu. Et quand bien même, de quoi se plaindrait-il ? C’est sa faute, son erreur ; il ne peut s’en prendre qu’à lui-même et à ses foutus accès de naïveté. Alors non, il n’a toujours aucune envie de s’engueuler avec Nasty. Il ne tient juste pas à s’attarder sur le sujet.

“'Fait longtemps qu't'es pas v'nu dealer... J'aurais bien eu b'soin d'toi pendant l'Hiver...”

Les yeux clairs de Skunk se détournent de manière opportune, pour aller contempler le feu dont il s’est rapproché sans y prendre garde - malgré la taille impressionnante du foyer et ses trois couches de vêtements, sa peau toujours trop froide perçoit à peine la chaleur.

“J’étais... occupé.”

Cyniquement, il se fait la réflexion qu’il a de la chance : avec cette histoire de Perdus éparpillés entre trois campements, difficile de savoir qui était où. Et qui n’était pas là du tout.

Nasty, elle, était sans doute à l’Ossuaire, avec Apache. Skunk ne se rappelle pas l’avoir vue (là où il chassait) près du Canyon.

Réprimant un frisson, le Récolteur jette un coup d’oeil à l’eau troublée de sang sur laquelle l’adolescente se penche. Il grimace sans s’en rendre compte, avant de demander avec une prudence qui trahit le double sens un peu trop évident de sa question :

“... Est-ce que tu as besoin de quelque chose, du coup ?”






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
Du Givre sous les Braises Skunk_20Du Givre sous les Braises Skunk_21Du Givre sous les Braises Skunk_22Du Givre sous les Braises 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Nasty
Nasty

♣ Artisan ♣


✘ AVENTURES : 414
✘ SURNOM : le Panda
✘ AGE DU PERSO : 16 piges

✘ DISPO POUR RP ? : Faut voir
✘ LIENS : + "So Raw !"
+"Deeper in the dirt, making bodies hurt !"
+"Deep Down !"


Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptyDim 3 Juil 2022 - 16:52

-J’ai vu de la lumière, alors je suis rentré.

Evidemment.
Ils sont tous attirés par le feu qui couve dans le grand foyer de l'armurerie. Il s'agglutine comme des putains de papillons, s'y réchauffe (je pense à Elle.) ou s'y brûle (Je pense à Pit.) Mais tous, autant qu'ils sont, repartent, disparaissent de ma vie et me laisse seule devant les braises à entretenir.
Seule avec l'envie de crever chevillée aux trippes.
Y'a des jours d'ivresse où je gueule plus fort que ma détresse, et d'autre, comme maintenant, où l'illusion explose.
Skunk.
Lui aussi va se casser, suivant le cortège des visiteurs de mes nuits sans sommeil, ces enculés de fuyard qui me laisse frigorifiée.

- Fait longtemps qu't'es pas v'nu dealer... J'aurais bien eu b'soin d'toi pendant l'Hiver...
- J’étais... occupé.
- Occupé à quoi ? T'branler la nouille ? J'me d'mande bien ...


Mon petit trafic avec Cyber m'a forcée à vadrouiller d'un camp à l'autre, j'ai même flirté avec la frontière, en circulant près du Moulin des pirates. Lui : jamais vu nulle part. Après, il pouvait être bien planqué, hein ? J'ai pas poussé le vice jusqu'à fouiller le Grand Arbre inondé ou m'aventurer trop loin dans le Canyon.
Une fois le plus gros des tessons retirés, je me palpe pour chercher les copaux invisibles à l'oeil nu. Je sens pas de tiraillement particulier. Je m'enroule les mains dans un chiffon que je déchire avec les dents pour en faire des bandages de fortune.

-...Est-ce que tu as besoin de quelque chose, du coup ?
- Ouep... Un peu d'main-d'oeuvre pour nettoyer mon p'tit bordel. J'dois rendre l'armur'rie impec aux premières lueurs du jour. T'sais t'nir un balais et un tourne-vis, Skunk ?


Silence.

- Putain mais ça pue comme blaze, sans déconner! J'ai l'impression de roter en l'prononçant sans l'plaisir sonore qui va avec, t'vois  l'idée ? J'peux pas t'app'ler comme ça, mec ! Si t'avais pu choisir ton matricule t'aurais pris quoi ? Balance-vite une suggestion sinon j't'appelle Binouze ou Dealer...

Je me lève avec une grimace et une sensation de vertige qui me fais perdre l'antenne : mes yeux font pas le point noyant l'image sous de la neige de téloche. Toujours le même souci quand je me purge de toute ma rage autrement que dans mon tube de souffleur de verre....






Du Givre sous les Braises Bannas10
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 180
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Tout juste quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptyLun 4 Juil 2022 - 17:46

“J’étais... occupé.”

“Occupé à quoi ? T'branler la nouille ? J'me d'mande bien ...”

“Est-ce que tu as regardé dans ton cul, au fond à droite ?”

Il n’a pas bronché, pas détourné le regard des flammes, pas sorti les mains des poches. Sa réponse, agacée sans être vraiment hostile, est sortie par réflexe, parait naturelle, et le sauve d’un silence potentiellement très embarrassant... et très suspect.

Mais au fond de lui, Skunk sent quelque chose qui grince. Il n’a pas apprécié la question de Nasty, encore moins le ton sur lequel elle l’a posée. Comme si elle avait déjà des soupçons à son égard, presque comme si elle savait quelque chose.

... Est-ce qu’elle sait quelque chose, en fait ? Est-ce que Her a évoqué son absence, pendant l’Hiver ? Est-ce que Apache a vendu la mèche ? Le doute laisse une sale sensation à Skunk, un mélange d’émotions vaseuses. D’un côté, il craint que ce soit vrai, que ses propres (amis) proches aient pu nuire à son secret sans même le vouloir. D’un autre, il se surprend à être dépité par l’idée que ce soit faux ; parce qu’après tout, pourquoi Her ou Apache parleraient de lui en son absence ? Il a du mal à croire qu’il a assez d’impact sur leur vie pour que ce soit le cas.

De plus en plus mal à l’aise et méfiant, Skunk regrette d’avoir fait preuve d’un semblant de sollicitude envers Nasty : il est vraiment con, il aurait dû déguerpir tout de suite. C’est déjà assez difficile de feindre l’indifférence alors que le Panda est en train d’extirper des tessons de verre de ses mains martyrisées, alors si leur discussion commence à tourner dangereusement autour du Givre...

C’est alors que Nasty décide de répondre à la malencontreuse offre faite par le Récolteur. Et certes, sa demande change le sujet de la conversation. Mais du point de vue du Dandy, c’est son seul mérite.

“T'sais t'nir un balais et un tourne-vis, Skunk ?”

Là, pour le coup, l’adolescent se détourne du brasier pour regarder Nasty bien en face, avec l’air digne mais outragé d’un chat qu’on vient d’asperger au vaporisateur : non mais elle le prend pour qui, en fait ? Est-ce qu’il a une gueule de soubrette ?!

Il ouvre la bouche pour l’envoyer paître, mais le Panda lui coupe (encore) l’herbe sous le pied :

“Putain mais ça pue comme blaze, sans déconner! J'ai l'impression de roter en l'prononçant sans l'plaisir sonore qui va avec, t'vois l'idée ?”

Le Récolteur grimace, dégoûté en égales mesures par le jeu de mots sur son “blaze qui pue” (ah... ah... ah...) et par l’idée que roter est un plaisir ; finalement, il aurait préféré que Nasty ait vraiment oublié son nom.

“J'peux pas t'app'ler comme ça, mec ! Si t'avais pu choisir ton matricule t'aurais pris quoi ? Balance-vite une suggestion sinon j't'appelle Binouze ou Dealer...”

L’expression contrariée de Skunk se dilue alors dans un drôle d’entre deux, une espèce de surprise prudente dans laquelle le jeune Anglais lui-même est étonné de ressentir... quoi, un certain plaisir? Un vague amusement ?

“Ce serait déjà moins pire.”

Un silence, bref, pendant lequel son regard s’attarde un peu trop dans le bleu perçant de celui de Nasty. Puis, comme s’il atteignait brutalement un point de saturation, il recommence à s’intéresser au coeur de la Forge.

“Dandy. Je préfère qu’on m’appelle Dandy. C’est pas trop du goût de notre Seigneur et de ses laquais, mais je ne pense pas que ce soit une transgression qui te bouleverse ?”

Pour la première fois, il laisse échapper un rictus presque joueur : il ne s’avance pas trop. Même avant le concert de la boum, il savait très bien que l’anti-autoritarisme de Nasty est aussi célèbre que celui d’Apache.

Les yeux de Skunk se détachent du feu et traînent sur le chaos de la pièce. Puis il lâche un soupir, comme s’il venait de prendre une décision qu’il est certain de regretter.

“Je peux t’aider pour ranger le bordel. Mais ce ne sera pas gratuit. J’ai toujours besoin de bouteilles, surtout maintenant que les affaires reprennent.”






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
Du Givre sous les Braises Skunk_20Du Givre sous les Braises Skunk_21Du Givre sous les Braises Skunk_22Du Givre sous les Braises 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Nasty
Nasty

♣ Artisan ♣


✘ AVENTURES : 414
✘ SURNOM : le Panda
✘ AGE DU PERSO : 16 piges

✘ DISPO POUR RP ? : Faut voir
✘ LIENS : + "So Raw !"
+"Deeper in the dirt, making bodies hurt !"
+"Deep Down !"


Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptyMar 19 Juil 2022 - 9:07

-Est-ce que tu as regardé dans ton cul, au fond à droite ?
- Vu l'étroitesse d'mon fond'ment crois-moi qu' j't'aurais vite choppé.

Je scrute le bestiau de mes prunelles perçantes. Un mec qui se contraint à une totale immobilité alors qu'il suinte la nervosité est un mec qui a un truc à cacher. Mon instinct me le souffle : lui, il cache son craspec sous son joli blazer.
Et après, on a tous nos secrets. Le miens foutra le Grand-Arbre à feu et à sang.

Y me demande si j'ai besoin d'aide, je saute sur l'occase pour le coller au turbin. C'est qu'il en serait presque offusqué le petit fanboy du Revolt Rock Band. Je trouve son blaze pourri. Je lui dit sans filtre. On va pas se mentir, entre crapules, tout de même. Je lui propose, la bouche en coeur, de se renommer, de gouter à la véritable liberté de se réapproprier son identité.

Un premier pas vers la Révolte.
- Dandy. Je préfère qu’on m’appelle Dandy.
- Oooowh voyez-vous çaaaaa ?
que je fais en redressant ma carcasse efflanquée à la verticale pour réduire la distance entre nous. T'es du genre distingué comme ça, toi ?

J'attrape son col de veste et je fais mine de le lisser avec les pouces, un sourire narquois en bouche.

- C’est pas trop du goût de notre Seigneur et de ses laquais, mais je ne pense pas que ce soit une transgression qui te bouleverse ?

Mon rictus s'élargit, ourlant mes lèvres noires sur une dentition immaculée.

- T'sais qui était un des plus fameux dandy du monde ordinaire ? Oscar Wilde ! Tu connais C'bon vieux Oscar ? : L'était gay, il chiait sur l'conformisme d'son époque, il t'défonçait la gueule par la tchache pour t'finir au poing. Et tout ça, avec le style ! Je tapote les ailerons de son col et finit par une pichenette sur le menton. Tu m'envoies du rêve avec c'nom là... Maint'nant faut être à la hauteur d'son panache !

Je m'écarte, appréciant l'écho de mon sourire sur sa face de premier de la classe. Mains sur le hanche, je jauge à présent l'étendu de mes propres dégâts. Putain, je vais devoir cravacher pour récupérer le moindre bri de verre.

-Je peux t’aider pour ranger le bordel.
- Nice ! Voilà ton arme...


J'attrape un balai et lui balance à la volée.

- Mais ce ne sera pas gratuit.
- Y'a un truc qui l'est dans c'bas monde ?
- J’ai toujours besoin de bouteilles, surtout maintenant que les affaires reprennent.
- Fais gaffe d'bien ramasser un max d'tessons et d'en évacuer la poussière. J'vais recycler tout c'que j'peux.
Je m'accroupis pour prélever les plus gros morceaux du désastre à mes pieds. Cause moi d'ton bizz, Dandy... Moi aussi j'en ai un, pt'êt qu'on peut établir des plans sur la comète toi et moi...








Du Givre sous les Braises Bannas10
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 180
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Tout juste quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptyDim 24 Juil 2022 - 20:13

Skunk avoue qu’il préfère qu’on l’appelle Dandy, et Nasty lui répond d’un petit sourire railleur que le garçon déteste aussitôt.

“Oooowh voyez-vous çaaaaa ? T'es du genre distingué comme ça, toi ?”

Sans lui laisser le temps de réagir, elle tend les bras et ses mains se referment sur le col de Skunk, qui tressaille. Mais il ne cherche ni à s’esquiver, ni à repousser l’adolescente.

Il faut dire que le geste n’est pas ouvertement hostile ; Nasty le tient à peine, elle se contente de caresser son revers du bout de ses doigts (heureusement) propres et bandés. Et puis, le Dandy n’est pas si surpris, il côtoie le Panda depuis assez longtemps pour connaître son mépris de l’espace personnel.

Pourtant il y a quelque chose de résolument invasif dans l’attitude de l’adolescente. Elle s’est approchée trop vite, se tient trop près, elle lui fait sentir qu’elle fait pratiquement une tête de plus que lui. Et surtout, elle a ce rictus ambigu, cette riante grimace à la Nasty, un sourire empoisonné de sale gosse que Skunk a aussi vu chez Sick, chez Apache, qu’il maîtrise lui-même assez bien. Le genre de sourire dont on ne sait jamais s’il annonce une simple plaisanterie ou un coup de boule qui vise le nez.

Nasty ne l’a encore jamais frappé. Mais Skunk ne se fait aucune illusion sur le fait qu’elle en est capable.

Alors non, il ne recule pas. Il se contente de sortir les mains de ses poches et de rendre fixement son regard à cette grande sauterelle au maquillage filant qui le surplombe. Il est méfiant, tendu, contrarié. Mais il n’a pas peur. Et il sait que ça se voit. Il sait que ça compte.

Cependant, cette fois-ci, Nasty ne semble pas d’humeur très bagarreuse : au lieu de pousser la provoc, elle entame une tirade sur... Oscar Wilde ?

Surpris, Skunk cille un peu trop fort : ce n’est pas tous les jours qu’un pensionnaire du Grand Arbre lui parle d’Oscar Wilde. Encore moins comme le fait Nasty, en quelques phrases percutantes et bien balancées qui prouvent qu’elle connait son sujet. Le Dandy se doutait bien qu’elle n’était pas conne, mais il ne s’attendait tout de même pas à ce qu’elle lui sorte une référence culturelle tout à la fois aussi spécifique et passionnée. Cela lui laisse une drôle d’impression. Pas désagréable.

Skunk en oublie presque l’inconvenante proximité du Panda, qui se rappelle néanmoins vite à son bon souvenir quand Nasty finit par le taquiner d’une chiquenaude au menton. Cette fois, même si le contact reste fugace, le Dandy repousse la main coupable d’une tape excédée. Il rajuste sa veste, qui n’a pourtant pas bougé, puis recentre son nœud de cravate pour faire bonne mesure.

“Évidemment que je connais Oscar Wilde. J’ai lu plusieurs de ses livres.”

Deux, en vérité. Mais techniquement, c’est déjà plusieurs.

Il regarde Nasty de travers. Lentement, prudemment, il semble digérer ce qu’elle vient de dire, réaliser que ce n’était pas une réflexion moqueuse sur ce qu’il considère comme son vrai nom. Voire même... que c’était peut-être un compliment ?

Songeur, le Dandy laisse l’idée de côté, avant d’ajouter d’un ton parfaitement égal :

“Et tout le monde sait que je suis un putain de gentleman.”

Un putain de gentleman qui se voit aussitôt jeter un balai à la figure et qui ne le rattrape que de justesse, avec les bras plus qu’avec les mains, dans un geste très brouillon qui le vexe et vaut à Nasty un regard venimeux de garçon un peu trop habitué à ce qu’on lui balance des trucs à la gueule “pour rire”. Mais encore une fois, le Panda ne fait pas grand cas de ses états d’âme et se contente de s’accroupir, pour commencer à trier les débris laissés par sa propre tornade.

“Cause moi d'ton bizz, Dandy... Moi aussi j'en ai un, pt'êt qu'on peut établir des plans sur la comète toi et moi...”

Skunk se redresse imperceptiblement. Puis il se met à balayer les alentours du foyer, rassemblant les tessons de verre d’un geste lent, appliqué et efficace qui contraste avec la maladresse dont il a pu faire preuve en rattrapant le balai.

Il a parfaitement noté qu’au final, Nasty l’a bien appelé Dandy.

“Ma petite affaire n’a rien de très mystérieux. Je suis Récolteur ; quitte à devoir passer ma vie dans cette foutue jungle, j’essaie de rentabiliser mes sorties et d’en ramener des matériaux et ingrédients... disons, plus pertinents que de la simple bouffe ou trois branches mortes.”

Il ne dit pas “comme tu le sais” à Nasty : il ne sait plus ce qu’elle se rappelle de lui, de ce qu’il lui a déjà rapporté ou non, et il s’est déjà exposé à assez de déconvenues pour la soirée.

“Je sais où dénicher du matériel électronique, de quoi faire du bicarbonate de soude ou de la céramique... entre autres. Je prends les commandes, aussi, tant que l’on a quelque chose à m’offrir en échange.”

Regard en coin vers l’adolescente.

“Et quand les conditions sont favorables, je sais produire de la liqueur de bonne qualité.”

Le Dandy laisse passer un silence. Il ne considère pas sa distillation comme quelque chose de monnayable ; pour lui, il s’agit avant tout de se procurer sa propre dose d’éthanol, ensuite de goûter au plaisir égoïste d’une création bien menée (en rendant hommage au passage à une certaine petite muse verte), et enfin d’avoir de quoi partager avec ses quelques proches. Mais il n’est pas dupe, il sait qu’au Grand Arbre, l’alcool est une précieuse monnaie d’échange. Surtout avec les Perdus de l’âge de Nasty.

“De quel “business” est-ce que tu parles, du coup ? Est-ce que tu as élargi ta production au-delà de la cristallerie et de l’optométrie ?”

Un coup d’œil aux éclats brillants qu’il commence à accumuler en un généreux monticule.

“Fabrique de vitraux, peut-être ?”






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
Du Givre sous les Braises Skunk_20Du Givre sous les Braises Skunk_21Du Givre sous les Braises Skunk_22Du Givre sous les Braises 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Nasty
Nasty

♣ Artisan ♣


✘ AVENTURES : 414
✘ SURNOM : le Panda
✘ AGE DU PERSO : 16 piges

✘ DISPO POUR RP ? : Faut voir
✘ LIENS : + "So Raw !"
+"Deeper in the dirt, making bodies hurt !"
+"Deep Down !"


Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptyMer 10 Aoû 2022 - 11:29

-Ma petite affaire n’a rien de très mystérieux. Je suis Récolteur ; quitte à devoir passer ma vie dans cette foutue jungle, j’essaie de rentabiliser mes sorties et d’en ramener des matériaux et ingrédients... disons, plus pertinents que de la simple bouffe ou trois branches mortes...
- Et tu fais pas l'inventaire de ce p'tit surplus des familles j'imagine. Ton couillon de Chef pig'rait sur'ment pas l'concept de "rentabilité" de toute.
- Je sais où dénicher du matériel électronique, de quoi faire du bicarbonate de soude ou de la céramique... entre autres. Je prends les commandes, aussi, tant que l’on a quelque chose à m’offrir en échange.
- Intéressant....J'me souviens qu'tu m'as dépannée une fois ou deux pour des trucs que j'avais pas envie d'me casser l'cul à chercher seule. T'étais pas mal doué dans ton genre... Et puis, y'a eu l'Givre.


Je pose sur Dandy un regard perçant.
Un mec avec ses compétences nous auraient été vachement utile à Cyber, Sinner et moi pendant cette sale période hivernale. Curieux qu'un mec pareil ait pas eu l'idée d'un marché noir avant moi.

- Et quand les conditions sont favorables, je sais produire de la liqueur de bonne qualité.
- Aaaaah... Voilà qui sonne doux à mes oreille Dandy...
que je roucoule presque.
- De quel “business” est-ce que tu parles, du coup ? Est-ce que tu as élargi ta production au-delà de la cristallerie et de l’optométrie ? Fabrique de vitraux, peut-être ?

Je me marre, tranquillement. Je kiffe les bonnes réparties. Je kiffe aussi les deals juteux. Mais avant cela, il y a certaines choses dont je dois m'assurer.

- Avant d't'en réveler plus, j'aim'rais savoir c'que t'as glandé pendant c'putain d'Hiver. T'es malin, t'as d'la suite dans les idées, d'la ressource. On aurait finit par ce croiser tôt ou tard sur les mêmes plates-bandes. Mais voilà... T'étais pas là : ni à l'Ossuaire, ni au Canyon, ni sur ma route. Je m'approche avec une lenteur prédatrice, pendant ce court silence. J'vais t'poser une seule question. Une seule. Quelque soit la nature d'ta réponse, j'jugerais pas. J'veux juste qu'elle soit vraie. J'vais t'laisser la chance d'poser les bases d'une collab' fructueuse et saine ou d'tout foutre en l'air avec un mensonge. A toi d'voir...

Je plisse les yeux, mes billes bleues le harponnent sans concession, ne lui laissant pas le luxe de la fuite.

- T'étais où, pendant l'Givre ?






Du Givre sous les Braises Bannas10
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 180
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Tout juste quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII
Du Givre sous les Braises Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises EmptyVen 26 Aoû 2022 - 16:57

Il est peu dire que Nasty ne s’exprime pas de manière très subtile.

Oh, Skunk n’a aucun problème avec cela, bien au contraire : il déteste les hypocrites qui cachent leurs intentions derrière des sous-entendus et des demi-tons, les trop calmes, les trop souriants, les trop faux. Avec eux, le Dandy n’est jamais sûr de ce qu’il doit comprendre, de ce qu’il doit répondre, de ce qu’il devine et de ce qu’il rate. Il craint le moindre faux pas et ses conséquences, qui ne peuvent être que terribles. Dans le doute, il choisit toujours l’agressivité plutôt que la naïveté, mais il a du mal à cacher que cela reste une attitude défensive, une parade brutale pour dissimuler cette honteuse incertitude qu’il n’avouera pas sous la torture.

Avec Nasty, au moins, il comprend sans aucun problème qu’elle cherche la merde.

“Avant d't'en révéler plus, j'aim'rais savoir c'que t'as glandé pendant c'putain d'Hiver. T'es malin, t'as d'la suite dans les idées, d'la ressource. On aurait finit par ce croiser tôt ou tard sur les mêmes plates-bandes. Mais voilà... T'étais pas là : ni à l'Ossuaire, ni au Canyon, ni sur ma route.”

Skunk serre les dents : elle commence vraiment à le faire chier, avec ce petit interrogatoire - à le faire chier, et à l’angoisser plus qu’il ne veut bien le reconnaitre. Mal à l’aise, il essaie de feindre la nonchalance. Il ne lève pas la tête et continue son balayage, l’air distant, comme si les paroles du Panda ne le concernaient pas vraiment, comme si ses petits compliments ne le touchaient pas, comme si ses sous-entendus l’indifféraient.

Ça ne fonctionne pas bien longtemps.

“J'vais t'poser une seule question. Une seule. Quelque soit la nature d'ta réponse, j'jugerais pas. J'veux juste qu'elle soit vraie. J'vais t'laisser la chance d'poser les bases d'une collab' fructueuse et saine ou d'tout foutre en l'air avec un mensonge. A toi d'voir...”

Nasty s’approche, lente, menaçante, et cette fois-ci Skunk interrompt son nettoyage. Il ne recule pas, mais ses phalanges blanchissent quand ses mains se resserrent sur le balai, alors qu’il résiste à la tentation de lever le menton pour fixer l’Artisane en face : cela fait plusieurs fois que leurs regards se croisent, et pour l’instant Nasty n’a pas eu l’air de remarquer quelque chose de suspect, mais Skunk a conscience qu’il suffit d’un unique reflet malheureux pour trahir le gel qui lacère encore le vert-de-gris de ses iris, ou l’absence de sueur sur sa peau toujours trop froide. Cela ne fait pas si longtemps que Grenouille l’a percé à jour d’un simple coup d’œil, et même s’il y a (heureusement) bien moins de lumière dans la Forge qu'il n'y en avait sur la Plage où Skunk a croisé le petit Eclaireur, le Dandy a une conscience aiguë que Nasty risque de le scruter bien davantage, de bien plus près.

On dirait vraiment qu’au fond, elle sait ce qu’elle cherche.

“T'étais où, pendant l'Givre ?”

“Mais qu’est-ce que ça peut te foutre à la fin, t’es de la police ?!”

Cette fois Skunk laisse filer sa colère, sans songer à la déguiser en agacement : il n’a rien à dire au Panda, il n’a aucun compte à lui rendre et ne lui doit pas la moindre explication, encore moins sur ce sujet-là.

Ça ne la regarde pas. Ça ne regarde personne.

“Je pourrais te retourner la question : je ne t’ai pas croisée non plus, pour ce que ça vaut.”

Et c’est une bonne nouvelle pour toi.
Tu ne m’aurais pas parlé comme ça.


Aussitôt la pensée formulée, Skunk l’écarte avec vigueur. Mais elle laisse quand même derrière-elle une sensation très froide, un murmure rageur qui électrise l’adolescent de manière désagréable. Sa fureur monte d’un cran, commence à bourdonner dans sa tête, à grignoter sa maîtrise de lui-même.

Tu ne m’aurais pas parlé comme ça.
Tu n’aurais jamais osé me parler comme ça.
Tu aurais hurlé, et chialé, et supplié, comme les autres, comme...


D’un geste brusque, le Dandy tend le bras et heurte Nasty avec le balai plus qu’il ne le lui rend, avant de cracher avec juste un peu trop de conviction :

“Tu sais quoi, laisse tomber les bouteilles. Je fais pas affaire avec les chieuses.”

Puis il pivote sur ses talons pour sortir, sans avoir relevé les yeux.






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
Du Givre sous les Braises Skunk_20Du Givre sous les Braises Skunk_21Du Givre sous les Braises Skunk_22Du Givre sous les Braises 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Du Givre sous les Braises Empty
MessageSujet: Re: Du Givre sous les Braises   Du Givre sous les Braises Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [INTRIGUE 6] MAJ DU GIVRE
» Givre - En cours
» RECENSEMENT GIVRÉ
» Veilleurs [Flashback - Givre]
» INTRIGUE 6 : Le Givre Mortel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-