Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Clenched
Clenched

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 209
✘ SURNOM : La Désenchantée
✘ AGE DU PERSO : 17

✘ DISPO POUR RP ? : Yep yep
✘ LIENS : -Θέμις -Ἀλήθεια

-Her insecurities

-And her being


Le coeur d'une trahie amoureuse. Empty
MessageSujet: Le coeur d'une trahie amoureuse.   Le coeur d'une trahie amoureuse. EmptyMar 12 Jan 2021 - 16:54

V1 et Disclaimer:
 
 
Clenched

   
Angel Down

   
Le coeur d'une trahie amoureuse. Ffa22d150c555e464bc3646bf2f9a8e4
Surnom : La Désenchantée
   Groupe :GP
   Age :17
   Rôle :Armurière (orfèvre et entraîneuse)

   
   

Corps
Au retour de L'Ordinaire, Crow...ou plutôt Clenched, a délaissé ses teintures sombres et l'aspect timide du corbeau pour révéler ses vraies couleurs plus chatoyantes, fortes, la raison de ce changement fût le retour à la normale après sa transformation en fée qui lui a laissée une couleur de cheveux naturelle (blond très clairs) avec de légers reflets lavandes visibles selon l'éclairage.

Elle n'est plus fragile, elle a des émotions oui, mais elle apprend encore à ne plus se laisser envahir par elles, elle est plus forte, plus déterminée que jamais.

Elle a pu s'entraîner et devenir plus forte, plus rapide avec ses rapières.

Née avec un « sang noble » elle a été conditionnée à avoir des manières et des goûts que n'importe qui pourrait qualifier de « snobs » ou d' « arrogants ».

Elle garde ses habitudes et manières, mais ne les laisse plus la définir, elle refuse le surnom de Lady ou de bourgeoise.

Elle est gracile et de taille moyenne, avec le travail en tant qu' Armurière (forge mais surtout entraînement), la jeune fille a gagné un peu de muscle de travail

Elle prend mieux soin d'elle (surtout grâce à Nobod), et aime de plus en plus porter des vêtements élégants et des bijoux de sa fabrication.

A tendance à serrer ses poings et sa mâchoire pour contenir sa colère d'où son nom: Clenched, son âme est serrée autant que ses poings. Elle serre tellement des fois que ses ongles se plantent dans ses paumes.

Elle cherche la vérité sur qui est bon et qui est mauvais, sa seule allégeance va envers elle même.

Elle a un nez un peu décalé à cause d'Apache.

Elle a pleins de petites coupures sur ses mains dû au travail.

Elle a d'anciennes cicatrices sur les cuisses à cause des maltraitances de ses parents.

On la voit d'abord comme une fille stricte et guindée mais plus on la connaît, plus on voit sa sensibilité, sa patience et sa douceur.

Elle est une jeune fille transgenre, elle connaît un peu mieux ce qu'elle est et tente au mieux de s'aimer un peu plus: les personnes connaissant sa transidentité sont: Léon, Sense, Capricorne, Reaper et Phasme.

Elle ne se sent pas encore prête à faire son coming out.
   

   

Crier tout bas
Clenched reste sensible.

Elle se définit en tant que fille, c'est tout, le transgenre n'est pas nécessaire même si ce terme l'aide à pouvoir se définir et s'appeler par autre chose que "monstre".

Elle aime le thé.

Elle aime s'entraîner.

Elle est douée à la double escrime.

Elle est toujours comme avant avec les autres, douce et patiente, et a de moins en moins de mal à se socialiser.

Elle s'habille entièrement dans une garde robe que lui a confectionné Nobod qui est un style que l'on pourrait définir comme un mix entre le Royalcore et l'Academia. Évidemment, elle n'a pas des dizaines et des dizaines de tenues comme celle ci.

Elle aime danser mais ne connais que des danses de salon. Elle danse bien, très bien même...mais il lui faut un partenaire.

Elle aime lire et lit beaucoup sur son temps libre.

Elle ne s'attarde plus sur le thé, bien qu'elle en fabrique encore et en boive beaucoup, elle ne passe plus autant de temps qu'avant.

Elle s'entraîne plus qu'avant, presque délaissant son travail pour ça.

Elle est thantaphobe (phobie de perdre un être aimé).

Elle n'aime pas à proprement parler se battre, mais elle sais maintenant donner le premier coup, et ne tente plus de « résoudre le problème par le dialogue ».

Elle se voit comme une aléthique: étymologique de la Déesse Alétheia, ce terme définit une vision philosophique utilisant les modalités de la vérité : vrai ou faux, nécessaire ou contingent, possible ou impossible; elle essaye de savoir ce qui est vrai ou faux et ce qui est bon ou mauvais, et ceux qui mentent ou non.

Elle fait beaucoup de suppositions trop vite à cause du fait qu'elle réfléchisse trop et est anxieuse.

Elle fait lors de moments impliquant d'extrêmes surcharges émotives, des crises qui entraîne un évanouissement et il est arrivé qu'elle rêve alors de moments "audio" de son ancienne vie mais elle oublie souvent.

Depuis le retour de L'Ordinaire lors du Givre, elle est méfiante, elle a un sentiment de malaise très souvent présent, comme si elle ressentait que quelque chose n'allait pas, et alors qu'elle allait demander des comptes à Peter concernant la mort de Mirka, elle a oublié, elle ne sait plus.

Cependant, son affection envers Peter n'est plus le même, elle n'est plus aveuglement tournée vers lui, elle connais les opinions de chacun et maintenant oscille, elle est constamment en quête de la vérité, d'où son surnom.

Elle s'habille des tenues confectionnées par Nobod, et l'amulette de Capricorne ne la quittes jamais.

Elle entretient une relation amoureuse toute neuve, toute cachée avec Nobod.

Elle a nommé ses épées: Thémis et Aléthée
   

   

The Village
Comment vis-tu ta vie à Never Never Land ?
Elle ne sait plus trop ce qu'elle croit, elle est en quête de vérité.


Qu'éprouves-tu pour l'Ordinaire ?
Peut être que ce qu'elle cherche est en fait là bas? Est ce qu'elle devrait y retourner? Mais comment?


Que représente Peter Pan pour toi ? Et le capitaine Hook ?
Peter l'inquiètes, elle ne sait plus que croire et encore moins ce qu'il dit ou fait.
Hook est toujours aussi infâme et mauvais, il ne montera jamais dans l'estime de la demoiselle.


Développe ta chronologie en dates ou en intrigue :
-Arrivée en 1919 (une des premiers arrivant)
-Devient Armurière quelque jours après son arrivée et le reste tout ce temps
-Elle se fait plus ou moins discrète jusqu'au Givre Mortel
-Elle est une réfugiée au Camp lors du Givre et commence à questionner son allégeance et la vérité cachée par l'Île.
-Elle vit très mal le retour du Monde Ordinaire, consciente d'avoir participé à ce qu'il est arrivé aux enfants.
-Elle veut alors connaître la vérité, est ce que Peter est mauvais? Est ce que L'Île n'est pas ce que l'on pense être?


She's somebody else

Ressentissement

Ressentiment :nom. Fait de se souvenir avec animosité des torts qu'on a subis, d'une trahison etc...

Nemesis, resentment and retribution

Resentment and retribution
Be careful, who shall hear those words
Because I am Nemesis, the Goddess of the righteous rage
As I spread my wings upon your crowns

When Kings abuse their people
And monsters betray their kind
I am here to make sure the revolt rises
I am here to make sure the guilty ones pays off

I strike when all hope is gone
And when the victim becomes the victor
My hubris grows and I cannot be prouder
That is the retribution

Don't you dare cheat or deceive the weakest
Beacause even you, knows what it means when all hope is gone
And what it means when you have nothing to lose
You just rise and overthrow the established « order »
Rose

Nobod ne m'en a pas voulu de partir, il n'étais pas réjouis non plus, et le quitter n'a pas été un déchirement, je savais que j'allais revenir saine et sauve.

Le retour au Pays de Jamais s'est fait sans encombre, chacun a retrouvé son peuple, chacun a redonné son cristal à La Reine des Fées, qui elle même a déployé leur magie pour sortir Peter de son Cocon...et la suite, tout le monde la connaît.

Plusieurs jours ont passés alors que j'observais de loin le Cocon, tout le monde trépignait d'impatience, et alors que les espoirs faiblissaient de plus en plus, Peter s'est enfin éveillé.

Je vois l'éveil de Peter, ce n'est pas la joie qui m'étreint, ce n'est pas non plus le fait d'être rassuré...mais juste mes mains et ma mâchoire serrées, mon cœur remonté jusque dans ma gorge, et mon regard vissé sur Peter et tout les autres enfants qui l’accueillent à bras ouverts, la Cheffe des Hurons, le sourire aimable et la mine radieuse dû au retour du printemps s'est présentée devant lui pour signifier son respect, mais moi je n'ai pas rejoins les autres, autrefois je l'aurais fait, j'aurais même été la première au devant du groupe, mais plus maintenant...pourquoi?

Est-ce parce que ce qui est arrivé aux enfants de l'Ordinaire est de ma faute et que La Reine nous a tous guidé pour commettre une telle horreur?
Est ce parce que Peter a...il a...je ne sais plus...pourquoi je ne sais plus?

Je me souviens des conversations passées, avec Tool, avec Reaper, avec Capricorne et toutes ces autres conversations sur la vérité, sur qui a raison, qui est bon et qui est mauvais?

Une main se pose sur mon épaule, et une pirate grande, au cheveux sombres et pipe à la bouche qui regardais elle aussi les gens qui s'ameutaient vers notre chef, et elle s'adressa à moi derrière un sourire carnassier:

-Ne soit pas aussi crispée gamine, tu devrais te réjouir du retour du Hérault de l'Île.

Hérault? Je me retourne, lui faisant face et le regard plongé dans le sien, son sourire blanc qui affronte mon regard noir, qui est-elle, qu'est ce qu'elle me veut?

-Pas très loquace...je vois...

Elle relâche mon épaule et marche vers l'aube, celle qui guide jusqu'au Port avant de se retourner une dernière fois et me dire:

-Le doute n'est pas permit dans ce monde jeune fille, met au clair les choses, ou oublie les.

Avant que je n'ai pu dire quoi que ce soit, la femme est repartie sans un reste, me laissant hébétée.

Mon attention se reporte sur les rires et cris de joie.

Une silhouette familière alors plus loin dans la foule d'enfant, accompagné d'une tête blonde dont je me suis méfié pendant longtemps...et que peut être je n'aurais pas dû considérer comme quelqu'un à éviter ? Peut être...

Je vois donc Nobod, mon cher ami accompagner Pit et je ne me suis pas sentie la force de l'appeler, d'aller le chercher, de lui dire que je vais bien, qu'il m'a manqué, que je n'aurais pas dû partir.

Mais les cris et réjouissances commencèrent à fuser encore plus fort dans Le Canyon et je n'ai pas rejoins la fête, je n'en ais pas eu la force...je me suis juste dirigée vers la mer et j'ai écouté le son des vagues contre les rochers, avant de hurler...longtemps, crachant tout et craquant sous ce ressentiment...

Thantophobie

Thantophobie :subst.Fém. Variante de la thanatophobie, peur pathologique de la mort d'un être aimé.

Lost ones

Denial,
When Psyche was hidden, Eros went blind
They thought they couldn't get caught
But the lovers were distraught
When his mother punished them and their love redefined

Wrath,
When Hyacinthus died, Apollo's rage shook the ground,
Enrage by the jealousy of the Lord of the Wind
He held onto the poor boy who had never sinned
Crying his ΑΙ as the world fell around

Bargain,
When Ganymede disappeared, Zeus asked
But the baffled Queen stood her ground
She did not bend, he did not cry
And she immortalized the boy in the sky

Grief,
When Adonis was killed, Aphrodite's tears flooded the soil
It drowned the vast prairies and the golden hills
Saying no one could of known how it feels
Birthing in the end just a single Blooddrop

Acceptance,
When Ampelos died, Dionysus did not cry
He knew, way before everyone, that his love would die
He was aware of the risks they were taking by loving
He knew and accepted, and for a millenia was chanting
Rose

Une main se pose alors sur mon épaule, je sursaute et me retourne avec vivacité, main sur une lame mais...

C'est Nobod...je le regarde un temps et détend tout mon corps, lâchant ma garde et n'osant pas le regarder dans les yeux.

Il m'a suivit jusqu'ici et je ne l'ai pas vu ou entendu:

-Tu es là depuis combien de temps? Tu m'a entendu hurler?

Je lâche ça vivement, sèchement.

Nobod me sert brusquement contre lui, entourant mes frêle épaules de ses grands bras.
Je me tend sous son embrassade soudaine et finalement lui rend son étreinte; les larmes qui mouillent au coin de mes yeux.

Mais je sens alors sa langue qui me lèche une joue, puis l'autre, puis le nez et le cou, me laissant mal à l'aise et rouge, légèrement...bizarre, comme si mon cœur était descendu d'un coup...et je le repousse, les mains sur ses épaules et encore rouge je lui dit juste:

-Je n'ai pas mal Nobod...
-Ah. Tant mieux., signe-t-il.
-...et tu n'es pas un animal!
Il hausse les épaules.
-Pourquoi non ? Je suis "le Clebs". C'est plus simple d'être un chien que d'être un humain, moi, je pense. L'humain ça ment.

Je le regarde, blessée, un instant je ne dis rien car ses mots blessent, et en même temps je les connais, je les ais moi même dit, mais je ne sais pourquoi, quand c'est lui qui me le dit ainsi, je ressens comme un coup dans le ventre, qui humilie et me plonge dans une pièce noire.

J'ai peut être été trop dure et sèche d'un coup mais sa façon d'agir me donne l'impression qu'il se considère comme moins qu'un chien, et cette idée ne me fais aucunement plaisir, c'est mon ami et il est plus que ça.

Je m'excuse encore et l'enlace à nouveau, me lovant dans ses bras et glissant ma main dans sa paume avant d'embrasser celle ci, cherchant réconfort et affection:

-Nobod...j'ai fais quelque chose d'horrible je....cette quête ne s'est pas déroulée comme je le pensais et je crois...

J'inspire fortement, profondément et le coeur lourd je finis par lâcher, les larmes aux yeux:

-Je ne pense pas que je suis une bonne personne.

Mais alors que je lui dit ce que j'ai sur le coeur, il réplique avec sévérité et puissance, trouble et supplication, m'affirmant que je ne suis pas une mauvaise personne:

-Faux.
Il me regarde intensément et trace une croix sur son poitrail.
-C'est Faux !
Il secoue la tête vivement, sourcil froncés.
-Archi-faux !
Du bout de ses doigts, il effleure mon front soucieux, puis mes lèvres et enfin il pose la paume de sa main au creux de ma poitrine. Il sert ensuite mon poing et l'embrasse.
-Ta tête, ta bouche, ton coeur. Chez toi tout est bon. Il n'y a rien de pourri, rien de mauvais.
Quand sa main effleure mon torse, je suis prise d'un sursaut et quand elle caresse mes lèvres je retiens mon souffle, tout est trouble et différent, comme si en une nuit tout avait changé et que mon ami n'étais....plus vraiment ça...enfin si...mais plus...profond, plus intime et orchestrant nos cœurs en rythme.

Il fait de nouveau crépiter ses doigts tout près de la bouche de son amie, puis semble pincer un ruban imaginaire pour le dérouler.
-Raconte-moi.

Un duo lyrique, imageant des fleurs et des cœurs palpitants à nu, à même l'herbe dans laquelle ont l'a déposé, comme une fraîche brise qui effleure une peau, s'engouffrant sous des vêtements et léchant de sa langue froide nos fêlures et nos fragilités.

Alors je m'assoie à même le sol, l'entraînant dans ma descente, nos mains liés dans une étreinte douce qui se réchauffe avec le retour doux et si singulier du printemps après cette ère glaciaire.

Et je lui raconte, tout, de A à Z, Mab, les vols des rires, les enfants qui ne vivront plus vraiment et mes doutes sur Peter, sur Pit, sur l'intégrité même de l'Île et sur le fait que peut être que Peter n'est pas le gentil dans l'histoire, et que je ne peux plus vivre dans un conflit intérieur constant, je ne peux plus être la gentille Crow qui fait ce qu'on lui dit sans broncher.

Je conclus alors par ces mots, les poings serrés et le front inquiet qu'il a l'habitude d'aplanir d'une caresse de son pouce dessus:

-Je veux...je dois savoir la vérité, ce que j'ai vu dans l'Ordinaire...ce n'est pas assez...et peut être que la réponse est là bas qui sais?

Je retiens mon souffle et lâche ses mains, inquiète de sa réaction, de s'il me trahira, si il dénoncera mes pensées à Peter et aux Chefs:

-Je comprendrais si tu ne veux plus me parler..ou si tu veux me dénoncer.

Soudainement, il s'enflamme, il signe de façon vive et l'expression qu'il affiche est amère, je ne lavais jamais vu me parler ainsi et il s'en fallut de peu que sa façon de me regarder me fasse pleurer, mais je ne dit rien, je tente de retenir les larmes et l'écoute juste me parler.
Le feu dans ses yeux et son expression est comme un feu de forêt impossible à arrêter, comme le Soleil blessant de la Canicule.

-Tu penses sincèrement que je pourrais te balancer ?! Tu sais pourquoi on m'a cousu la bouche ?

Une pause. Je retiens mon souffle, je n'avais jamais osé lui demander ça, je ne pense même pas que qui que ce soit sache la vérité sur les cicatrices qui comme pour un soleil définissaient les rayons de son sourire, son si beau sourire, rayonnant et émouvant, chaleureux. Un sourire qui soigne et touche, un sourire qui te prends dans ses bras et t'embrasse tendrement.
Mes pensées s'évadent et puis reviennent vite vers lui, et il me dit tout:

-Parce que je refusais de livrer la position du Grand Arbre. Alors on ma reprisé les lèvres pour que je ne parle plus jamais.

Il appose mes mains contre ses lèvres et c'est alors que je comprends, enfin, je crois capter le double sens:

-Mes lèvres sont scellées par toi et pour toi.

Et l'émotion me prends, je sais que je n'ai pas le droit de douter de lui, pas le droit de lui demander de me faire confiance, car ce serait remettre en cause cette même confiance.

Et alors que mes mains tombent sur ses épaules et que nos souffles se synchronisent, que mon coeur va de bas en haut et se serre de plus en plus, je dit ces quelques mots:

-J'ai juste peur de te perdre, si peur...

La pluie de mes yeux s'assèchent alors que son feu grandit et me réchauffe, je retrouve ce feu d'antan, celui qui soigne, celui qui réconforte, celui des Phénix et de Prométhée, celui qui glisse sur ma peau lorsque l'été arrive, celui qui danse dans les branches et laisse seulement de petites pointes de lumières entre les feuilles pour nous éclairer.

Ce feu qui nourrit et fait naître.

Et là, alors que mes yeux verts tombent dans ses iris sauvages, une envie, une peur aussi se glissent dans ma tête, devrais-je? Oserais-je?

Et pendant un instant seulement, je perds mes repères, plus d'Île, plus de Peter, plus de monstres et plus de Hook, plus de Pit, plus de mal, plus de bien, juste nous deux dans ce monde blanc, vierge et pur, qui ne nous donne que l'opportunité de créer nous même tout ce qui le peuplerait.

Je m'avance juste un peu et mes mains se joignent derrière sa tête, et nos lèvres se pose les unes sur les autres, le cœur battant et l'impulsivité qui me pousse vers lui.

Je ne veux pas rouvrir les yeux, et si il est mal à l'aise?

Je ne pense à rien, je ne fais que fermer les yeux et je l'embrasse, les conséquences de ce baiser n'existent pas, elles ne nous feront jamais mal, tant que nos lèvres restent scellées.

Orenda

Orenda :nom(Huron et Iroquois). flux invisible que certains clan natifs (notamment les Hurons) croient envahir tous les objets naturels en tant qu'énergie spirituelle.(synonyme:Manitou)

Athena's conviction

Some say I have an ego
Some say I'm not an impartial Goddess
They are not wrong, I am not impartial
And I certainly do not lack an ego

I am not impartial
Because I always win
I have an ego
Because I can have one

I have seen empires fall against my armies
Led by the herault I have chose for command
I am the one with the mind
And the venom in her eyes

The one with the strength
The one with the spear
The Aegis
And the weaving loom

I am Pallas Athena
I bow to no one
No God, no man
And certainly not to the feeble ones
Rose

Bien après l'Eveil de Peter, les choses, bien que plus légères sont revenues à la normale, chacun reprenait ses tâches et travaux d'avant, sa routine ; et moi comprise...enfin...plus ou moins ; ma relation avec Nobod même si secrète, me rend heureuse.

Mais moi aussi j'ai dû reprendre mon rôle d'Armurière, et m'entraîner pour pouvoir enseigner aux plus jeune l'art du combat.

La clairière dans laquelle je m'arrête est vide et je commence ma danse, accompagnée de mes lames glissantes dans le vent et fendant l'air dans un sifflement vif.

-Bonjour jeune enfant.

Je me retourne alors, sursautant et mal à l'aise, et à quelques mètres de moi se trouve plantée la Cheffe des Hurons qui me « regarde », un sourire satisfait sur le visage.

-Pourquoi vous êtes là ? J'ai laissé ces mots bruts m'échapper.

-Le printemps est revenu, je m'assure que tout renaît, c'est mon rôle...

-Je vois...

Je rengaine mes lames et ramasse mon manteau, je veux m'en aller et retourner vers Le Grand Arbre, mais elle me pose alors une question :

-Et toi ?

-Quoi moi ?

-Tu es dérangée par ma présence ?

-Certainement pas, j'avais finis de toute façon, faîtes ce que vous voulez...

J' entame une marche mais avant que je puisse poser le deuxième pied vers les autres Perdus, la grande femme aux plantes m'attrape le bras, doucement, comme un oisillon tombé du nid qu'elle aurait sauvé en plein vol.

Je retire ma main de la sienne, et sur mes gardes je la regarde longuement avant de poser une question, froide et vive comme la glace qui autrefois recouvrait ces étendues :

-Qu'est ce que vous me voulez ?

-Je te connais jeune fille. Tu es une guerrière de Peter...

Je me mord la lèvre, le regard vers le sol qui veux creuser un trou pour m'enterrer. Je ne suis plus sûre que mon allégeance est encore à-

-Mais ton cœur penche et doute...

-Comment vous...

-Je suis peut être aveugle, mais pas sotte...

Alors qu'elle prononce ces mots, La Dryade appose son index sur sa tempe et le fait tapoter son crâne plusieurs fois en affichant un sourire satisfait.

Puis, elle s'assoit en tailleur, ses longues boucles vertes parsemées de fleurs et de baies glissèrent au sol alors que le lierre dans ses bois joliment entortillés forme des arabesques.

Je reste là un instant jusqu'à ce qu'elle me fasse signe :

-Allons...assis toi jeune fille.

-Je n'ai pas envie de m’asseoir.

-Et bien pars alors.

Dans un esprit de contradiction, je me refuse alors à partir, par curiosité peut être ? Ou par pure envie de ne pas faire ce que l'on me dit de faire.

-Je ne veux pas.

Elle inspire un instant, toujours calme et souriante et enfin me propose une solution :

-Et bien reste debout.

Je rougis, c'est peut être bien la première fois que je me suis opposé à un ordre, c'est nouveau, troublant, excitant...libérateur je crois ?

Mon train de pensée est alors à nouveau coupé par la voix de la Cheffe :

-Et donc...que veux-tu ? Qu'est ce qui te donne une telle Orenda ?

Perplexe et légèrement agacée qu'elle puisse me poser autant de questions sans que je puisse répliquer, je finis tout de même par lâcher prise et abandonner un combat que je considère perdu d'avance étant donné que je sais qu'elle aura le dernier mot dans tout les cas :

-Une telle quoi ?

-Orenda...c'est ce qui afflue en tout être vivant, ce qui nous donne la force de vie, la force de combattre, d'aller jusqu'au bout...et d'avoir l'ambition pour aller jusqu'au bout.

-Au bout de quoi ?

Elle affiche alors un plus grand sourire alors, il n'y a...je ne sais quoi chez cette femme qui force le respect et aussi l'envie de lui dire tout...je n'ai pas tellement envie de tout lui dévoiler...

-A toi de me le dire.

Je ris un peu, nerveusement...il est clair qu'elle sait quelque chose et que c'est à moi de deviner.

Je m’assois en face d'elle et m'avoue vaincue...et les mots viennent vite :

-Je ne sais plus quoi faire...qui est bon, qui est mauvais ?

-Bon...mauvais...personne ne l'est au fond totalement mauvais ou totalement bon, même le Capitaine à sa part de bonté, et même moi, je peux être mauvaise. Très peu ont expérimenté le Mal Incarné.

-Vous avez déjà vu le Mal Incarné vous ?

Elle se pause un temps, n'a pas répondu, il m'a semblé voir son sourire s'effacer rien qu'un instant puis revenir et elle à répondu sobrement :

-Oui.

-Mais comment je peux le savoir ?

-C'est toi...

-Comment ça ?

-C'est toi qui choisis, c'est toi qui définit qui est mauvais, et qui ne l'est pas.

-Ça ne peut pas être aussi simple...

-Et pourtant si.

Je la dévisage longtemps cette vieille dame, je la regarde respirer et se taire dans un sourire omniprésent, dans une aura de pure bonté et un calme olympien.

Elle lève alors la main, et la repose sur la mienne, elle la glisse ensuite sur ma joue et je me fige, peu habituée à ce qu'on me témoigne telle tendresse, mais elle le fait quand même, ne s'arrêtant pas dans son geste ; elle caresse la joue et prononce alors ces quelques mots :

-Tu manques à des gens jeunes fille, retourne les voir. Vas.

Alors, sous sa douce injonction je me lève et sans me retourner, pars rejoindre Le Grand Arbre, le doute encore plus grand et la peine au cœur.

Anthrodynia

Anthrodynia :n. un état d'épuisement, de frustration et de colère causé par la réalisation que les gens peuvent être horribles les uns envers les autres, provoquant généralement un sentiment d'affection compensateur pour des choses qui sont sincères, qui sont purement joyeuses et innocentes.

Themis

I have seen the lies of the men
The wrenching pain it occured
The destruction it caused
And the injustice it provoked

I judge and I punish
I am the jury and the hangman
The sponsor and the executor
They fear my judgment, thinking I am biased

But don't let your hubris blind you
Because mortals cannot compare
To the weight of my scales
And the ruling of my sword

I may be blinded by a veil on my eyes
But I can assure you
That I keep the balance
By giving my decree, my last verdict
Rose

Encore un soir, une fête, et les garçons perdus courent et boivent, je regarde, heureuse et le regard doux.

Je me repose sur un tronc pas loin, je regarde tout le monde s'amuser, un sentiment de joie très simple et naïf s'infiltre en moi et pour un instant j'oublie tout mes doutes.

Je vois Nobod passer un peu plus loin, à discuter avec Pit, je lui souris et lui fait un signe de la main, mes joues rosissant un peu et mon cœur à sa vue s'emballer.

Je décide de rentrer alors dans la cabane pour manger quelque chose quand une scène horrible se déroule devant mes yeux.

Du sang au sol, une voix faible et une main tendue vers moi, une petite qui s'est faite tabasser.

Je l'arrache du sol et l’emmène à l'infirmerie en grande hâte où les Soigneurs l'on prise en charge.

Cette nuit fût peut être l'une des plus stressante de ma vie. Une jambe brisée, le visage tuméfié, des côtes cassées, un poumon perforé, un poignet cassé et une plaie au niveau de la rate selon les Soigneurs, un état particulièrement mauvais et peu propice pour espérer une guérison totale ou même, les Soigneurs craignaient qu'elle ne passerais pas la nuit.

Je suis restée pendant plusieurs jours à son chevet, à attendre, la peur et la rage au ventre, me demandant en permanence qui aurait pu commettre une telle horreur ?

Nobod m'apportait mes repas, et attendait à mes côtés quand il avait le temps, me réchauffant et me réconfortant rien que par sa présence.

Un jour, alors que le Soleil allait se coucher, la petite s'est réveillée et je lui ait attrapé la main avant de lui demander tout doucement :

-Bonjour, comment tu t'appelles ?

-Pepper...

Sa petite voix fatiguée et légèrement éraillée par la déshydratation n'avait pas encore assez de force pour parler beaucoup ou même se relever, alors encore une nuit fût passée à attendre et à s'inquiéter pour elle.

Mais c'est après quelques jours que Nobod et moi avons enfin eu une réponse à nos questions, le soleil se couchant traversant les vitre et ma main sur celle de la petite,  je lui demandais qui avait commis une telle chose et pourquoi :

-Ils m'ont dit que vu qu'ils étaient plus grands, alors je devais m'incliner devant eux et faire tout ce qu'ils ordonnaient.

Je soupire :

-Et tu as refusé ?

-Oui...

-Je vois, tu connais leurs noms ? Et dans quelles groupes ils sont ?

Un silence, ses lèvres tremblent, elle n'ose pas et je comprend mais je lui presse doucement la main :

-Ne t'en fais pas, je ferais en sortes que personne ne te fasses plus jamais de mal.

Elle soupire et dénonce, elle laisse couler le flot de parole sans regret, sans peur ; et je l'écoute patiemment, mémorisant chaque information et les chérissant comme des petites perles, les filant chacune sur un fil pour les connecter et m'assurer qu'elles ne vacillent et ne tombent pas.

Deux garçons, des grands, un grimpeur et un chasseur: Snatch, un grand  blond élancé avec des jambes fines mais rapide et Gorilla, un type fort, se définit comme un « mâle alpha » selon les dires de Pepper, mais apparemment pas un grand malin.

-Pepper, je te promet qu'ils seront punis, j'en fais le serment.

Je la remercie et sors de la cabane, le pas vif et déterminée, Nobod me suivant, je n'ai pas le temps de lui dire quoique ce soit.

J'attrape mes lames dans mes affaires et les attache à ma ceinture.

Nobod m'arrête un instant, il signe :

-Tu fais quoi ?

-Tu le sais déjà je pense.

Il pose ses mains sur les miennes qui serrent les pommeaux de mes lames à m'en faire blanchir les jointures. Puis il rassemble une mèche de mes cheveux pour la mettre derrière les oreilles et poser ma joue dans le creux de sa main :

-Ce n'est pas normal Nobod.

-Je sais. Signe-t-il.

Je repose mes épées et soupire, peut être à-t-il raison ? Peut-être devrais-je juste attendre que la justice de Peter fasse loi ?

Alors j'ai laissé couler.

Je n'aurais pas dû...

Le lendemain, Pepper était morte, et ma promesse maintenant brisée, ils s'en sont sorti sans aucune réprimande, peut être était ce parce que personne ne les a soupçonné ? Ou sûrement parce que Pepper n'a pas eu le temps de les dénoncer à quelqu'un d'autre que moi.

Et là l'horrible s'éprend de mes pensées, et tout devient terriblement clair, tordu et sombre.

La pluie s'est mise doucement à tomber alors que mes lames se glissent dans ma ceinture une énième fois.

Je les regarde, les deux monstres discuter à l'abri d'une branche large, fumant leur cigarette et  rigolant l'un à une blague de l'autre, je serre les poings à cette vue repoussante, comment de tels personnes peuvent se trouver ici à rigoler sans se soucier du mal qu'ils ont fait ? Comment osent-ils ?

La colère et le dégoût que je ressens à cette vue, à l'idée que des êtres humains puissent être aussi mauvais, aussi méchant avec d'autres membres de leur groupe. Comment un humain peut faire preuve d'un tel désintéressement pour la vie, pour le bien des autres ? Pourquoi sont-ils aussi...démoniaques ?

Mais je m'approche, tendue, crispée jusqu'aux garçons, celui que je suppose être Snatch s'adresse alors à moi :

-Hmm ? Tu veux quelque chose ?

Je me tais, je ne dis rien et les regarde juste, frustrée et la peur au ventre.

-T'as perdu ta langue ?

La main sur mon épaule, presque l'enveloppant complètement, Gorilla rit doucement, pensant clairement qu'il a fait une bonne blague.

Mais la tension se relâche doucement, et quelques mots glissent hors de mes lèvres alors que la pluie tombe plus fortement autour de nous.

-Hein ? Quoi ?

Il n'ont pas entendu la première fois alors je me répète, plus forte, plus vindicative :

-Vous avez tué Pepper ?

Et le sourire auparavant sur le visage des garçons s'écroula pour montrer des mines rageuses, les nez froncés et la dent mauvaise prête à m'arracher la jugulaire.

Mais je reste calme et écoute ce qu'ils ont à dire :

-Fais attention à ce que tu dis pétasse, faudrait pas que tu finisses comme elle.

-Donc c'est vrai ?

La main géante se resserre sur mon épaule, me donnant l'impression qu'elle pourrait se briser sous ce poids.

-Pt'être bien ? Qu'est ce que ça ferait si c'était le cas ?

-Ça me suffit...

Se mêlant à la pluie transformant le sol en fange, un liquide opaque, sombre et épais.

Un grognement enragé :

-PUTAIN !

Sa main a lâché son emprise, ma lame transperçant de part en part son avant bras.

L'autre, Snatch a reculé un instant d'un pas devant l'horreur de la situation, puis à l'appel de son compagnon s'est décidé à dépasser sa couardise et s'est jeté sur moi.

J' esquive en retirant la lame du bras et en tournant vers la gauche, entaillant légèrement son ventre, lui arrachant un couinement.

Je me retrouve face à eux sous la pluie, lames dégainées et le feu dans les yeux, le feu dévoreur.

Quelques Perdus se sont rués aux fenêtres et dehors pour regarder, alarmés par les cris.

Je ne dis rien, je fais juste glisser la pointe des lames sur le sol, mais enfin m'élance et vise leurs cous.

Aléthique

Aléthique:nom. Se dit des modalités de la vérité appliqué dans une logique déontique. Étymologie : Viens du nom de la déesse grecque de la Vérité : Aléthée.
Déontique:nom. Qui constitue une obligation/une nécessité/un devoir moral.

The Truth of Aletheia

I have been told so many times
To speak my mind
And it's not because I'm honest nor wise
But simply because my mouth cannot speak lies

I am a beacon of truth
And one of Zeus's heir
I am a symbol of wiseness
But am no example to compare

Many times, mortals sought my word
And never could I refuse
But when things weren't what they expected to be
Then I was the lie, the Apate, the abused

I have seen hypocrisy
Gods treach, trump, fake and lie
Humans, witch hunt, betray and then die
And empires fall, and blame it on me

But when I tell that I'm not my antinomy
And that my speech always prevail
I know deep down that it's my fate and I cannot ever fail
Even to say, just a little white lie
Rose

Je les ai blessé, à plusieurs reprises, j'ai encaissé des coups aussi, j'ai un œil au beurre noir, un doigt brisé et une cheville foulée.

Alors que les spectateurs admiraient la scène et/ou acclamaient, je m’apprêtait à les embrocher une bonne fois pour toute, les vaisseaux dans les mains qui péteraient presque tellement mes mains se refermait fort contre les poignées de mes rapières.

Mais deux bras m'enlacèrent et me tiraient en arrière alors que d'autres relevaient les deux blessés.

Je me retournait et vit Nobod qui m'entraînais vers l'intérieur de l'Arbre.

-Lâches moi !

Avant qu'il puisse signer quoique ce soit, des Sentinelles m'ont désarmé et plus vite que je l'aurais pensé, sans autre forme de procès, je me retrouvais au cachot.

C'est bien la toute première fois que je m'y trouve, je me suis accrochée au barreau et j'ai hurlé de toutes mes forces des mots que je n'avais jamais utilisé auparavant.

Beaucoup plus tard, alors que je pensais que tout le monde m'avais oublié, on est venu me chercher.

Et j'ai compris, on m'emmène dans un endroit que je connais déjà : L'Arène.

C'était bien plus bondé que la dernière fois où j'ai dû combattre quelqu'un, c'était Apache, un moment que je considère maintenant comme étant loin de mes plus glorieux.

Mais cette fois je suis prête, je ne tremble plus.

Gorilla, fraîchement soigné, me fait face, et tout les deux avec seulement nos poings pour nous départager, nous défendre.

Je n'ai pas peur, pas honte, et je ne pleure pas, j'ai juste cette rage calme au fond qui me consume doucement.

Je le sais, elle est là, elle est forte, elle m'aide, me motive.

Le combat est engagé.

Il fût rude, chacun en a pris pour son compte, mais j'ai encaissé ce que j'ai pu et en face, il m'a presque démolie.

Je ne suis pas fière, loin de là, les larmes finissent par lâcher, elles coulent à cause de la frustration.

Mais alors que Gorilla vise ma tête en sang de son gigantesque pied, le combat est arrêté.

L'humiliation est totale, je serre ma mâchoire, mes poings et tout mes membres sont collés.

Je suis envoyée à l'Infirmerie, chacun retourne à sa vie comme si de rien n'était et pendant plusieurs jours je suis alitée, Nobod à mon chevet et je n'ose pas le regarder, il veut alléger l’atmosphère, faire en sortes que ce soit moins pesant pour moi mais je sais qu'au fond je lui ai fais peur, j'ai agis sans le consulter.

La mort dans l'âme, je ne pouvais sortir du lit, mais un soir, alors que mon doux ami vînt me rendre visite, je constatais que ses mains rougies et légèrement gonflées.

Il s'assoit et lâche un soupire, je relève les yeux sur son visage constatant derrière le sourire et les yeux aimant un léger trait de fatigue.

J'attrape alors ses longs doigts, m'assoit à mon tour sur le bord de mon lit et les embrasse doucement, les frotte à ma joue et nous nous étreignons longuement.

Les jours qui suivirent je fût auscultée, et tout les jours, au fil que ma santé mentale et physique s’améliorait mes voisins de lit, habitués comme de passage, ne s'empêchèrent de me faire des remarques : « T'es toute crispée détends toi », « Tu vas pas guérir vite si tu restes tendue jusque dans l'âme ».

Mais c'est alors que lors d'une conversation avec un petit, alors qu'il me demandait pourquoi je m'appelle Crow, que l'évidence me parût :

-C'est vrai que maintenant mes cheveux blonds ne sont plus vraiment en raccord avec mon nom...

-Ben t'as qu'à en changer.

-Haha, ce n'est pas aussi facile.

-Ben moi je vais t'appeler autrement !

Patiente je le laisse réfléchir et remuer ses méninges pour trouver le nom parfait pour moi.

Et enfin, la révélation lui apparût :

-Clenched ! Parce que t'as tout le temps l'air crispée et tendue !

Je manquais de m'étouffer avec mon verre d'eau quand ces mots sont sortis de sa bouche mais alors que j'allais refuser une telle appellation, le petit garçon s'est permit de raconter à qui voulait l'entendre que dorénavant mon nom était Clenched.

Et cette rumeur apparemment vint jusqu'aux oreilles de Peter qui dû trouver l'idée excellente et me rebaptisa ainsi.

Un surnom vînt à la suite de ce nom, La Désenchantée, il ne me réjouissait guère -rappelant ma défaite et la honte qui m' accable- et préfère me faire appeler part un de ma connaissance, plus significatif de mon nouveau but, ma nouvelle vie :
L'Aléthique.

Bien que peu de Garçons Perdus savent ce que ça veut dire, Wobbly a même eu beaucoup de mal avec le mot : « Athé....Alé...Thé??? ATHELETETIQUE! » .

Hiraeth

Hiraeth :nom(gallois).le désir ou la nostalgie, un désir ou un désir sincère, ou un sentiment de regret. Le sentiment de nostalgie d'une maison qui n'existe plus ou qui n'a jamais existé. Un lien profond et irrationnel ressenti avec une époque, une époque, un lieu ou une personne.

Hecate travels

Mountains and rivers I have seen them all
Raging seas and scorching volcanos too
Myriads of hills and even the end of the world
And the space above us all, I've been through

I have travelled to every kingdom
Meeting heads of state and sagacious mortals
Discovered entire cultures and their wisdom
Learned pieces of truth and morals

I am Melana Hecate
The Goddess of the Moon
Magic is my dominion
And my expertise is womanhood

I know thousands and many more things
I've been the one everybody seeks to help
I take great pride in the joy it brings
When I solve problems just with kelp

But the saddest truth is
When I help and solve and learn
I miss my native Thrace
Where I know I can't return
Rose

Je suis retournée sur les Falaises.

Souvent j'y retourne pour voir le temps de mettre en colère, voir les nuages se rejoindre sur l'horizon, et je me demande :

« Qu'y a-t-il de l'autre côté ? »

Le Monde Ordinaire ? Une autre Île ?

Le Monde Ordinaire, je repense souvent à cette nuit terrible où tout mon monde a basculé.

Mais je ne m'en fais pas, je constate, je regarde, je patiente et observe.

Je ne suis pas un oiseau de proie, je ne suis qu'une jeune fille qui cherche à sauver ce qu'il reste de son monde, de ce qui reste de sa vie et peut être une fois cela fait, redécouvrir son passé.

Pour la première fois, cette petite graine qui se trouvait au fond de mon âme a bougé un peu, je n'avais jamais eu envie de savoir ce qu'il advenait de « L'Avant ».

Qui étais je ?

Un sentiment de mélancolie soudain me fait retrousser le nez et une sensation de larmes remontant dans ma gorge bloque tout.

Mais je secoue la tête et soupire, retournant au Grand Arbre, plus que jamais prête.

Plus bas, sur la plage, un cercle de corbeaux se forment autour de l'un de ses membres, les croassements se font alors de plus en plus rauques et forts.
   

   
Invisible

   
T'as un Pseudo ? Rose
   Et un âge ? 22 ans
   C'est quoi ton Avatar  ? Un magnifique dessin de mon OC fait par Nephyla pour l'instant, faut que j'en trouve un avec des cheveux adéquats.
   Comment t'as découvert l'île ? Que dire à part que j'ai rencontré Peter et Soul?
   Tu la trouves comment ? Toujours aussi belle
   Dis, tu crois bien aux fées ? Bien sûr! Enfin...faut dire que je fais pas grand chose pour les garder en vie XD
   






Merci Key! <3:
 


I'll cut my hair


Dernière édition par Crow le Mer 17 Fév 2021 - 10:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1728
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

Le coeur d'une trahie amoureuse. Empty
MessageSujet: Re: Le coeur d'une trahie amoureuse.   Le coeur d'une trahie amoureuse. EmptyDim 14 Fév 2021 - 20:04

LE RETOUR DE CROW !! Qui n'est plus Crow du coup hihi.
Il me semble que t'as fini donc je viens pour la modération. C'est une vraie super fiche toute en poésie que t'as fait là, qui décrit bien l'évolution du personnage. Les différents passages de dialogue dans le bout d'aventure sont vraiment cool.

Du coup des points très mineurs :
- Le seul truc qui nous a vraiment fait tiquer c'est le passage avec Phasme. Le dialogue en soit pose pas problème, c'est surtout le lieu : l'arène est non seulement une extension du Grand Arbre mais aussi un endroit sans nature, donc on voit pas très bien pourquoi Phasme y viendrait vérifier que la nature renait. Je pense que si Clenched s'entrainait tout simplement dans la forêt, ce serait plus logique sans que tu aies besoin de changer grand chose.
- A deux endroits différents dans la fiche tu dis que ses cheveux sont blancs, puis blonds, du coup on veut juste savoir si c'est une erreur où que c'est un blond très très clair ou un truc du genre (oui j'ai prévenu c'est TRÈS mineur comme question).

Après ça il restera juste à choisir un surnom du coup ! Les trois premiers que tu as proposé sont cool et typiques mais c'est vrai qu'ils sont peut-être un peu synonymes de Clenched ... Si t'as besoin de propositions on a la Râleuse, la Grognon, l’Énervée, l'Agressive, la Vaincue (rapport à sa mésaventure à l'arène), la Désenchantée (mon préféré personnellement) ... C'est des trucs assez négatifs mais vu qu'elle est sensée ne pas l'apprécier ça peut coller. Si j'ai bien compris ce sera son surnom "officiel" et l'Aléthique une préférence personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Clenched
Clenched

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 209
✘ SURNOM : La Désenchantée
✘ AGE DU PERSO : 17

✘ DISPO POUR RP ? : Yep yep
✘ LIENS : -Θέμις -Ἀλήθεια

-Her insecurities

-And her being


Le coeur d'une trahie amoureuse. Empty
MessageSujet: Re: Le coeur d'une trahie amoureuse.   Le coeur d'une trahie amoureuse. EmptyDim 14 Fév 2021 - 23:46

Hey!
J'ai modifié les détails et ait choisi le surnom, merci de aidé par ailleurs.
Pour ce qui est des cheveux par contre, vu que je suis sur portable je galère à retrouver les passages les concernant mais au final je me suis souvenue que j'ai précisé dans "Corps" qu'elle a ses cheveux blanc mais j'ai changé pour mettre qu'elle a des cheveux blonds très clair ( pas qu'il y ait une grosse différence mais bon.






Merci Key! <3:
 


I'll cut my hair
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1728
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

Le coeur d'une trahie amoureuse. Empty
MessageSujet: Re: Le coeur d'une trahie amoureuse.   Le coeur d'une trahie amoureuse. EmptyDim 28 Fév 2021 - 19:17


Félicitations mon enfant


Tu es condamné.





Merci pour la réponse sur les cheveux, c'était effectivement juste une incompréhension côté staff ! Et merci d'avoir changé le détail du lieu qui colle maintenant parfaitement.
A part ça je ne peux que réitérer mes compliments précédents sur cette super cool évolution de Crow - fin, Clenched ! Et mon affection pour les petites parties dialogue du bout d'aventure. C'est une fiche toute en introspection je dirais ! (si ça a du sens)
Je te valide donc avec plaisir, et merci d'avoir patienté <3 Et plus important, d'avoir choisi mon surnom préféré (je blague).


_______________________________


Je te serre chaleureusement la main. Cours vite créer ton Dé à Coudre et demander un Compagnon de Jeu afin de vivre une aventure ! Par ailleurs, n'oublie pas de prendre connaissance de L'intrigue du moment. Tu peux aussi participer au RP d'introduction spécialement conçu pour les nouveaux arrivants et qui permet d'immerger facilement ton personnage dans l'univers : Le Bannissement. A moins que tu ne choisisses de te lancer dans Mission Périlleuse ? Si tu préfères passer du bon temps en papotant, rejoins sans tarder la Nursery. Quoiqu'il en soit, que ton séjour à Never Never Land soit fabuleux et éternel.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le coeur d'une trahie amoureuse. Empty
MessageSujet: Re: Le coeur d'une trahie amoureuse.   Le coeur d'une trahie amoureuse. Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Faire naufrage :: Gais, innocents et sans coeur. :: On s'envole !-