Le Deal du moment : -45%
Logitech MX Keys PLUS – Clavier ...
Voir le deal
59.99 €

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sick
Sick

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le Poison.
✘ AGE DU PERSO : 17 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Nn j'vais mourir
✘ LIENS : Come into my head with me and make it stop.
Sujets en cours : I - II - III- IV - V - VI - VII - VIII

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptySam 12 Déc 2020 - 20:35

Note chronologique : Ce topic se déroule peu avant la première intrigue.

Sick attend.

L’énergie écarlate qui parcourt son organisme est particulièrement fébrile aujourd’hui, assez pour lui donner l’impression que ses veines sont en ébullition. Assise sur une branche, elle ne se rend pas compte que son corps se balance doucement, jamais à l’aise dans l’immobilité. Le Grand Arbre est agité également, c’est une belle après-midi pourtant aucun stimulus n’est dirigé vers elle et cette ignorance la secoue un peu.

Elle attend, pourtant, la Sentinelle. Elle se convainc qu’elle peut tout endurer, encore quelques secondes et frappe ses mains lorsqu’elles remontent vers l’intérieur de ses bras. Toute condition est tolérable, en réalité, tant qu’elle décide de se l’infliger à elle-même. En l’occurrence, c’est même pour une bonne cause ! Il faut qu’elle soit patiente.
Qu’elle compte, comme quand elle était enfant.
Il finira bien par arriver, de toute façon.

Elle finit par se perdre un peu, le Poison. Elle rêvasse en observant les feuilles en contrebas, le mouvement des Enfants Perdus qui lui rappelle une fourmilière, vaguement. De temps en temps, des éclats d’impatience interrompent ses rêveries, la poussant à sortir un couteau pour tracer des symboles sans sens dans l’écorce. L’attente n’est pas agréable, mais elle est supportable même si cette inactivité apparente commence à sérieusement l’agacer.

Il y a un son, un peu plus loin. Un bruit de pas qu’elle n’a pas la capacité de reconnaître. Planquée à l’intérieur une Cabane désaffectée au toit à moitié défoncé, la Sentinelle tourne la tête et guigne de l’autre côté : le Dandy a débarqué, direction sa précieuse distillerie.

Retenant une exclamation de triomphe, le Poison range son couteau et traverse la porte, se dirigeant à pas rapides vers Skunk. Elle ne sait pas s’il l’a remarquée mais peu importe : elle est près de lui, d’un coup, à lui adresser le sourire le plus solaire dont elle est capable.

- Salut, toi.

Il ne faut pas s’y tromper, Sick est heureuse de le voir mais aussi qu’il se passe quelque chose, enfin. Sans lui laisser le temps de répondre, elle insiste :

- Dis, tu me laisses entrer ? Pas le temps, ni l’envie, de s’inventer des raisons. Je veux sentir les vapeurs interdites.






Life is a song, a song
And the fires of hell burn long and dull
Life is a song, a song
And the raging fires of hell burn long

Life is a song, a song

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Hell2611

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Dumb2611
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptySam 12 Déc 2020 - 22:51

Pan doit être de bonne humeur, car c’est effectivement une belle journée; Skunk a déjà renoncé à passer un gilet lorsqu’il s’est habillé, ce matin-là, et à présent il s’est laissé aller à tomber la veste - il la porte sur son épaule, pliée sur l’envers et crochetée au bout de ses doigts. Il a même remonté les manches de sa chemise, qui sont soigneusement roulées juste sous ses coudes. Avec le jean foncé et les baskets noires qui constituent sa “tenue de travail”, lui se sent presque débraillé, mais de l’extérieur il a rarement aussi bien justifié son surnom. Les seuls points qui détonnent un peu, ce sont son sac de Récolteur qui pèse toujours sur son autre épaule, et l’astucieux holster sur mesure fixé sur sa ceinture et sa cuisse, qui contient sa flasque d’alcool et son couteau de poche (merci à Curve pour ses bonnes oeuvres).

Il marche un peu vite, aussi, pour un Dandy en goguette; pas encore assez pour paraitre pressé, mais il a le pas décidé et l’expression distante de celui qui a des “choses à faire”. Il est un peu tendu, aussi, insensiblement: il vient à peine de rentrer de son expédition matinale, il n’a pas encore mangé, il n’a pas pris le temps de se laver ou de se changer. Normalement il l’aurait fait dans sa petite distillerie, avant même d’envisager son programme du reste de l’après-midi, mais la température trop clémente l’oblige à bousculer ses plans, ce qu’il n’a jamais beaucoup apprécié.

C’est qu’il a une fermentation en cours, voyez-vous. Une fermentation presque réussie pour une fois, presque, après que le climat du Grand Arbre soit resté à peu près stable pendant l’équivalent de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines. Mais si la température grimpe d’un coup, tout son travail va de nouveau se casser la figure.

Préoccupé et absorbé dans la liste mentale de ce qu’il doit faire pour sauver sa production, il finit par laisser tomber son sac (visiblement assez lourd) devant la porte verrouillée de la distillerie. Il fouille dans une pochette de son holster pour y piocher la clef. Et c’est là que quelqu’un en haut lieu décide de tester la solidité de son coeur.

“Salut, toi.”

Skunk émet un cri étranglé et a un instinctif mouvement de recul, qui lui fait heurter sans douceur le chambranle tout proche. Avant qu’il ait le temps de paniquer, la douleur fuse dans son bras, et l’arrime à la réalité juste assez pour qu’il enregistre les cheveux rouges et le grand sourire qui lui font face.

“Oh put- Sick, sa mère, bordel!”

Il porte la main à son bras endolori, en tentant de reprendre le contrôle de sa respiration - qui est instantanément devenue beaucoup trop rapide, beaucoup trop laborieuse et bon sang comme il peut détester ça.

“Tu... tu peux pas juste sauter sur les gens comme ç-”

“Dis, tu me laisses entrer ? Je veux sentir les vapeurs interdites.”

La main toujours sur son épaule, il reste un instant perplexe. Puis une lueur de compréhension se glisse dans ses yeux clairs... et une expression ronchonne sur son visage.

Sick continue de sourire, bien sûr. Elle doit bien se douter qu’il va l’envoyer paître. Tout comme lui se doute qu’elle va insister - elle est douée pour ça, insister. Skunk ne sait pas si c’est parce qu’elle ne se rend sincèrement pas compte qu’elle saoule les gens, ou si c’est juste parce qu’elle s’en fout. Sans doute un mélange des deux.

“Tu fais chier, tu le sais ça?”

C’est dit avec mauvaise humeur, mais avec une étrange absence d’hostilité, comme s’il était contractuellement tenu d’être désagréable mais qu’il n’en avait pas vraiment l’énergie. Il se baisse pour ramasser la veste qui lui a échappé et l’époussette attentivement, tout en réfléchissant à un moyen intelligent de gérer la situation - il ne va pas se débarrasser d’elle comme ça, et il le sait.

A un moment, ses yeux glissent vers son sac, puis remontent vers Sick, fixes et calculateurs. Sans pudeur ni émotion, ils s’attardent sur les bras lacérés de la Perdue. Ce n’est pas comme s’il découvrait l’existence de ces cicatrices, ni qu’il ignorait leur origine; simplement, il n’en parle pas, pas plus qu’il ne parle des marques claires qui jalonnent la peau de ses propres avant-bras. Tout ce qui l’intéresse, à cet instant, c’est de vérifier l’absence de sang frais.

Il redresse la tête et dévisage Sick d’un air critique. Puis, avec un soupir, il finit par lâcher:

“... Si je dis oui, tu m’aides. Et tu ne fais rien, tu ne touches rien sans mon autorisation. C’est bien clair?”






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_20[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_21[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_22[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)



Dernière édition par Skunk le Mar 15 Déc 2020 - 13:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sick
Sick

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le Poison.
✘ AGE DU PERSO : 17 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Nn j'vais mourir
✘ LIENS : Come into my head with me and make it stop.
Sujets en cours : I - II - III- IV - V - VI - VII - VIII

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyMar 15 Déc 2020 - 13:10

Est-ce qu'elle est fière de son coup ? Difficile à dire, son sourire n'a pas changé d'un iota. La frayeur de Skunk ne semble pas l'affecter, pas plus que sa douleur, en réalité Sick se concentre dans l'attente d'une réponse.
C'est si difficile, d'être sage !

- Tu fais chier, tu le sais ça?

Sans se départir de son extraordinaire sourire, Sick hoche la tête vivement : on ne lui avait pas attribué son nom - son surnom - pour rien. Le Dandy s'occupe de ses fringues, fidèle à lui-même. Elle avait fini par le connaître un peu, lui et sa peur de ce qui pouvait tacher. Elle sait que c'est pour ça qu'il regarde ses bras, vérifie que rien ne saigne. Et Sick se balance d'un pied à l'autre, attend la sacro-sainte autorisation.
Oh, elle pourrait perdre patience et tenter de lui dérober la clé mais à quoi bon ? Elle l'aime bien, Skunk, et pas seulement parce qu'il sait faire de l'alcool.
La voix du Récolteur la coupe dans ses réflexions.

- ... Si je dis oui, tu m’aides. Et tu ne fais rien, tu ne touches rien sans mon autorisation. C’est bien clair?

Le sourire de Sick s'agrandit, ses yeux brillent.

- Oui, c'est clair ! La voilà qui trépigne à nouveau. - Merci S... Sa langue trébuche, elle se rattrape de justesse. ... Dandy ! T'es le meilleur !

C'est fou, ce qu'elle a envie de lui sauter au cou ! Mais il n'aime pas ça, elle croit se souvenir. Et elle ne voudrait pas le contrarier, pas maintenant qu'il est sur le point de lui donner accès aux vapeurs de la distillerie, celles qui font tourner la tête quand on y reste trop longtemps.
C'est qu'elle en aurait bien besoin, Sick. Elle faisait à nouveau des cauchemars, ces temps, il fallait qu'elle se perde un peu sinon ça allait être dur de rester dans sa peau.

Mais ça, personne n'a besoin de le savoir.






Life is a song, a song
And the fires of hell burn long and dull
Life is a song, a song
And the raging fires of hell burn long

Life is a song, a song

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Hell2611

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Dumb2611


Dernière édition par Sick le Jeu 24 Déc 2020 - 1:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyMer 23 Déc 2020 - 22:01

Quand il accepte, même si c’est le “oui” le moins enthousiaste de l’Univers, Sick semble s’illuminer de l’intérieur de manière presque littérale; son sourire passe de grand à immense, son regard s’éclaire, elle sautille comme une petite fille et Skunk se surprend à faire un infime pas en arrière de peur qu’elle décide de le prendre dans ses bras - parce que Sick fait ce genre de trucs, il le sait, et d’accord c’est (nettement) moins pire quand elle n’a pas du sang plein les mains, mais c’est tout de même beaucoup trop brusque et intime à son goût, et... Et il ne sait juste pas comment gérer ce genre de choses, voilà tout. L’affection spontanée et sans filtre, ça n’existe pas. Il y a toujours une part de calcul plus ou moins consciente, une réciprocité attendue, que lui ne comprend pas et qui le crispe. Tout ce qu’il sait, c’est qu'au fond Sick n’est contente que parce qu’elle va pouvoir planer gratis; lui n’est au mieux qu’un moyen pour arriver à cette fin, et au pire un obstacle qu’elle a évité.

Même si Skunk doit bien avouer que, moyen ou obstacle, il ne lui est pas complètement désagréable d’avoir joué un rôle dans l’apparition de ce sourire-là.

“Merci S... Dandy ! T'es le meilleur !”

L’adolescent laisse un tic tirer sur son épaule et fait un geste un peu agacé pour écarter le compliment: il n’est pas dupe. Mais bon, encore une fois, Sick a au moins la décence d’être claire et directe dans sa demande, elle ne fait pas semblant. C’est ce qui fait que Skunk ne l’envoie pas se faire foutre à chaque fois qu’elle l’approche, d’ailleurs: elle est peut-être (sûrement) un peu (très) folle, mais elle ne cherche pas d’excuse, elle n’invente pas de prétexte. En échange de son alcool, elle essaie de lui ramener quelques petits trucs qui lui sont presque utiles. Elle ne l’insulte pas, elle l’écoute presque - sauf quand ses phrases deviennent vraiment trop longues.

Et puis, parfois, elle fait de vrais efforts. Il le sait à cause de cette histoire de nom et de surnom; la plupart des gosses qui veulent obtenir quelque chose de lui tentent la carte du “Dandy” au début, mais c’est tellement forcé que même lui s’en rend compte, et de toute façon ça tient rarement très longtemps. Sick... Sick commence par l’appeler “Skunk” quasiment à chaque fois. Et elle se rectifie quasiment à chaque fois. Ce n’est pas grand chose, peut-être juste un moindre degré d’hypocrisie. Mais elle le fait tout le temps. Elle qui zappe tellement de choses, ça, elle ne l’oublie pas.

Et tiens, d’ailleurs: elle ne lui a pas sauté au cou, finalement.

“... Tu ne touches à rien.”

Il se répète, l’air plus grincheux qu’il ne l’est réellement, et cale sa veste sur son bras le temps de déverrouiller le cadenas de la petite distillerie. Il ouvre grand la porte, sans égard pour des vapeurs qui pour l’instant n’existent pas, vu que l’alambic est éteint - évidemment, Skunk n’est pas fou, il ne va pas le laisser allumé sans surveillance.

Il attrape son sac et le laisse tomber près de la structure de cuivre, à côté de l’entrée, puis passe sa réserve de bouteilles pour filer au fond du petit réduit où se trouve tout un réseau d’étagères, certainement négocié avec les Artisans au fil du temps. On y trouve un bric à brac impressionnant, qui va du bol de bicarbonate de soude au jeu d’échec - qui doit dire quelque chose à Sick, d’ailleurs: Skunk a eu l’idée de s’en procurer un le jour où elle lui a ramené une pièce, un cavalier noir, sans aucun contexte ni explication.

Ce mélange hétéroclite est cependant soigneusement ordonné, exempt de toute poussière. Sur une étagère à part, des livres sont rangés par ordre alphabétique, des carnets de note par ordre chronologique. Et en-dessous, sur une barre horizontale, improbables au Grand Arbre, on trouve un alignement de costumes et pantalons, tous soigneusement pliés sur des cintres. Skunk y range sa veste avec une attention machinale, rajuste la pince qui retient sa cravate bleu marine contre son torse, et revient à l’alambic en désignant à Sick les nattes tressées posées sur le sol de bois:

“Assieds-toi là. Et passe-moi le petit tonneau, juste à côté - tu fais attention, il y a des fruits fermentés à l’intérieur; c’est ma seule charge, alors si on les renverse, pas de distillation.”

Puis, alors qu’il s’agenouille près de l’alambic pour allumer un feu sous la cuve, il pense à traduire:

“Et pas de vapeurs.”






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_20[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_21[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_22[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Sick
Sick

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le Poison.
✘ AGE DU PERSO : 17 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Nn j'vais mourir
✘ LIENS : Come into my head with me and make it stop.
Sujets en cours : I - II - III- IV - V - VI - VII - VIII

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyMer 30 Déc 2020 - 20:03

Il ne réagit pas tant que ça à son compliment, mais Sick s’en fout : ce n’est pas parce que Skunk râle beaucoup que rien en doit l’atteindre, forcément. La preuve, il la laisse rentrer.
Presque sans conditions.

- .. Tu ne touches à rien.

Ça risque d’être difficile, pourtant le Poison est déterminée à faire de son mieux. À ne pas trop trépigner lorsqu’il déverrouille le cadenas et ouvre la porte de la distillerie de fortune. Aussitôt, le Dandy file au fond de la pièce, laissant Sick examiner du regard la pièce et le bazar organisé qui y règne. Oh, ça devait être fatiguant, de garder tout ça en ordre. Est-ce qu’elle était du genre ordonnée, dans le Monde Ordinaire ? Sans doute pas, mais assez pour dissimuler certaines choses, forcément.
Tu mens. Elle s’en foutait.
Un sursaut, vif comme le souvenir qui lui échappe presque immédiatement, se perdant dans les méandres d’une mémoire morcelée. Perturbée, Sick fronce les sourcils.

La voix de Skunk résonne, la tirant quelque peu de sa perplexité :

- Assieds-toi là. Et passe-moi le petit tonneau, juste à côté - tu fais attention, il y a des fruits fermentés à l’intérieur; c’est ma seule charge, alors si on les renverse, pas de distillation.

Elle hoche la tête, encore un peu perturbée, et identifie ledit tonneau. Alors qu’elle se baisse pour le récupérer, le Dandy rajoute :

- Et pas de vapeurs.

- Bon argument. Qu’elle balance tout en soulevant le récipient. Une odeur âcre lui monte aux narines, elle a envie de rire mais se concentre trop pour se l’autoriser. À la place, ses mains se crispent sur le tonneau, qu’elle passe au Récolteur avec une certaine raideur. Très appliquée pour un bête geste, sans doute un peu trop même. Mais mieux vaut être prudent lorsque l’on possède une capacité de destruction comme la sienne.

Une fois débarrassée des précieux fruits, Sick se laisse tomber sur la paillasse, s’asseyant en tailleur au passage. L’un de ses bras la lance, ses cicatrices les plus récentes tirent. Elle grimace, mais ne fait pas grand chose pour apaiser la douleur. C’est devenu une habitude, avec le temps.

- Dis, on a déjà essayé de forcer ton cadenas ? Y’a beaucoup de choses ici, quand même. Elle réfléchit à haute voix, ne lui laisse pas d’espace pour répondre. Faudrait que tu mettes des pièges. Genre de l’acide ou du poison. En plus comme ça, si quelqu’un essaie de rentrer, ça se verra sur sa gueule même après !

L’idée semble provoquer une vague d’enthousiasme en elle, au point de faire pétiller son regard.






Life is a song, a song
And the fires of hell burn long and dull
Life is a song, a song
And the raging fires of hell burn long

Life is a song, a song

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Hell2611

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Dumb2611
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyDim 10 Jan 2021 - 18:24

En quelques gestes fluides qui trahissent des années de pratique, Skunk a chargé de petit bois et d’étoupe le poêle placé sous l’alambic, attrapé son briquet à silex dans son sac de Récolteur et démarré un feu avec une remarquable efficacité. Il referme le clapet du petit compartiment et s’assure d’un coup d’oeil que la fumée s’échappe bien par le tuyau de cheminée dédié, qui débouche à l’extérieur en passant par un angle découpé dans la porte; les vapeurs réclamées par Sick ne sont déjà pas inoffensives, mais celles-là peuvent facilement les tuer tous les deux, et Skunk les préfère dehors.

Même s’il parait que le monoxyde de carbone ce n’est pas si mal, comme mort. On est un peu malade au début, mais ensuite on s’endort et on ne se réveille pas. Lui-même a déjà vécu bien pire.

L’adolescent passe distraitement la main sur sa jambe aux cicatrices toujours sensibles (un bruit de ressort et des mâchoires qui claquent), avant de pivoter sur ses genoux pour récupérer le tonneau que Sick lui passe. L’odeur aigre qui filtre de la bonde lui tire un infime sourire: bon, tout n’est peut-être pas perdu cette fois.

Est-ce qu’il a noté les efforts démesurés de la jeune fille pour ne pas renverser le précieux chargement? Difficile à dire. Il est lui-même concentré sur ce qu’il est en train de faire, et cela ne le rend pas exactement très attentif aux autres. La preuve, il met plusieurs secondes avant de réaliser que Sick lui parle. Et de comprendre de quoi elle parle.

“... beaucoup de choses ici, quand même.”

Skunk redresse brusquement la tête pour jeter au Poison un regard méfiant, pour la première fois lesté d’une franche hostilité (“si tu t’avises de toucher à mes affaires...”). Mais Sick ne semble pas s’en rendre compte, toute occupée qu’elle est à réfléchir à voix haute en observant la minuscule distillerie.

“Faudrait que tu mettes des pièges. Genre de l’acide ou du poison. En plus comme ça, si quelqu’un essaie de rentrer, ça se verra sur sa gueule même après !”

La joyeuse cruauté avec laquelle elle évoque cette possibilité ricoche sur quelque chose du côté de Skunk, qui se surprend à se détendre un peu alors même qu’un demi-sourire pas très sympathique étire le coin de ses lèvres.

“La réalisation pratique risque de laisser à désirer. Mais c’est une idée qui a son charme.”

Il a à peine besoin de se déplacer pour se saisir d’une bassine métallique, qui contient un généreux morceau de savon et dont l’une des poignées est ornée d’un chiffon, vieux mais aussi ridiculement propre que tout le reste. Skunk ramène l’ensemble entre Sick et lui.

“Bien sûr que certains ont cherché à forcer ma porte. Un cadenas, pour ces crétins, ça équivaut à un panneau “soyez les bienvenus”.”

Il attrape un seau plein d’eau, visiblement laissé là en guise de réserve - et de sécurité, parce que Skunk a beau trainer avec des idiots qui s’endorment avec leur clope au bec (oui Apache c’est toi qu’il regarde), lui-même n’envisagerait pas de faire du feu dans un arbre sans anticiper un minimum les risques d’incendie.

Skunk soulève le seau, en essayant de faire comme si le machin ne pesait pas la moitié de son propre poids, et en verse un peu au fond de la bassine. Puis il s’empare du savon et se lave les mains d’une manière juste un peu trop insistante, en remontant bien haut sur les poignets et en passant trop de temps sur ses ongles.

“Ils ont déjà réussi à rentrer, deux ou trois fois. Ils ont volé quelques bricoles, cassé le reste. Au fond ça ne les intéresse même pas, ce que je garde ici; ils font ça juste pour le plaisir de détruire quelque chose.”

Un soupir, morose. Il jette un regard circulaire sur la petite pièce, visiblement perdu dans un souvenir amer. A aucun moment il ne semble se rendre compte qu’il est en train de raconter cela à quelqu’un qui a justement un rapport très particulier avec le “plaisir de détruire”.

“Mais bon. C’était il y a longtemps. J’ai sécurisé les gonds, et mon verrou actuel est nettement plus solide que les précédents. Ça devrait aller.”

Il pousse doucement la bassine vers Sick.

“Tiens, lave-toi les mains, comme ça tu pourras m’aider avec les fruits frais. Et...”

A peine une hésitation.

“... Ne force peut-être pas trop. Sur les croûtes.”

Est-ce qu’il dit ça par égard pour elle, parce qu’il sait l’effet que cela fait de passer des fruits acides sur des plaies fraîches? Ou parce que la simple idée d’avoir du sang (du sang) dans son distillât vient de le faire pâlir?

La seconde raison est prioritaire, à n’en pas douter. Mais peut-être que la première n’est pas sans importance. Allez savoir. Lui-même l’ignore.






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_20[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_21[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_22[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Sick
Sick

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le Poison.
✘ AGE DU PERSO : 17 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Nn j'vais mourir
✘ LIENS : Come into my head with me and make it stop.
Sujets en cours : I - II - III- IV - V - VI - VII - VIII

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyMer 20 Jan 2021 - 22:07

- La réalisation pratique risque de laisser à désirer. Mais c’est une idée qui a son charme.

C’est positif, comme remarque, elle en est quasiment certaine. Provoquer une réaction du genre chez Skunk est loin d’être évident, Sick s’en sentirait presque fière. Il n’y a pas de petites victoires, quand on est un déchet de son genre.

Le Dandy récupère un seau, le place devant elle. Elle en examine l’intérieur, ne s’étonne pas de voir du savon. C’est qu’il est clean, le Récolteur, sans doute même trop pour que ce soit sain mais qui est-elle pour juger ? Elle aime se dire qu’ils font tous de leur mieux, ici. À chacun sa façon de gérer.

- Bien sûr que certains ont cherché à forcer ma porte. Un cadenas, pour ces crétins, ça équivaut à un panneau “soyez les bienvenus”.

Elle ricane, à cause de l’insulte ou de la comparaison, peut-être. C’est qu’elle peut comprendre l’attrait de piquer des trucs, mais pas quand c’est exagérément dur. En face, Skunk se lave les mains avec un soin maniaque, elle l’observe en penchant la tête, tente de ne pas trop s’agiter. Tant qu’il y a de l’interaction, de toute façon, elle pourra tout endurer.

- Ils ont déjà réussi à rentrer, deux ou trois fois. Ils ont volé quelques bricoles, cassé le reste. Au fond ça ne les intéresse même pas, ce que je garde ici; ils font ça juste pour le plaisir de détruire quelque chose.

Il soupire, l’histoire a l’air de l’ennuyer et elle peut le comprendre, même si elle aime bien détruire des choses aussi. Skunk reprend :

- Mais bon. C’était il y a longtemps. J’ai sécurisé les gonds, et mon verrou actuel est nettement plus solide que les précédents. Ça devrait aller.

Sick se surprend à espérer que ce soit le cas.

Le bac s’avance vers elle. Vaguement perplexe, le Poison ne comprend qu’au moment où son interlocuteur parle :

- Tiens, lave-toi les mains, comme ça tu pourras m’aider avec les fruits frais. Et... Ne force peut-être pas trop. Sur les croûtes.

Elle tique, un peu. C’est qu’elle ne parle jamais volontairement de ses marques, elle n’aime pas trop que les autres les mentionnent. C’est impossible à ignorer, pourtant, que ce soit pour elle où ceux qui la croisent. Un problème de plus qu’elle n’a jamais su régler.

Elle adresse un drôle de regard à Skunk, accompagné d’un sourire de travers.

- T’inquiète, je vais pas salir ta planque.

Sans plus attendre, elle saisit le savon et entreprend de laver ses mains. Elle n’est pas très méthodique mais fait de son mieux, tente de ne pas oublier de surface et ne pas se faire mal. Sa peau frémit, parfois, mais on ne dirait pas qu’elle s’en rend compte. Ce n’est pas la première fois que ses bras lui donnent l’impression d’être l’intérieur d’une pomme qu’on aurait trop fait tomber, c’est une douleur qu’elle connaît.

Alors qu’elle termine sa besogne, elle lance :

- Je comprends les gens qui détruisent des trucs, mais pas ceux qui s’acharnent. Perso, si j’ai pas de récompense immédiate je vais pas me faire chier à faire de gros efforts. Une mentalité de junkie, il ne faut pas s’attendre à mieux de sa part. Un peu trop nonchalamment, elle reprend : C’est toujours les mêmes qui t’emmerdent ?

Elle a peut-être une idée en tête, peut-être. Ou peut-être qu’elle essaie juste de faire la conversation, sans se soucier de si les thèmes font mal ou non.
C’est que ça l’embête, quelque part, l’idée que Skunk se fasse harceler. Ça réveille des trucs vieux, d’autres choses plus récentes. Des souvenirs que l’Oubli n’a pas dévorés encore, des dynamiques sociales qui lui ont toujours échappé.
Sick reprend, sans doute un peu vite :

- Comment tu fais pour transformer des fruits en tise ? Elle se marre un peu. Ça a l’air magique mais je vois pas de Fée par ici.






Life is a song, a song
And the fires of hell burn long and dull
Life is a song, a song
And the raging fires of hell burn long

Life is a song, a song

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Hell2611

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Dumb2611
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyJeu 28 Jan 2021 - 18:16

Sa phrase sur les plaies de Sick est en trop. Comme souvent (trop souvent), il s’en rend compte dès qu’il l’entend passer ses lèvres (tout de suite et pourtant trop tard) et le regard que lui jette l’adolescente ne fait que le lui confirmer. Elle lui adresse un sourire cassé et Skunk sent quelque chose se serrer dans sa poitrine, comme à chaque fois qu’il se plante sur quelque chose qui aurait pourtant dû être évident.

“T’inquiète, je vais pas salir ta planque.”

La constriction dans son torse s’accentue encore et il se sent rougir, rajoutant de la honte à sa culpabilité. Il entrouvre les lèvres, prêt à dire que non, voyons, que ce n’était pas de cela dont il voulait parler... sauf que si, un peu, quand même. Et il sait que cela va s’entendre s’il essaie de dire le contraire. Qu’est-ce qui est pire, ne pas répondre et acquiescer de manière tacite? Ou nier, mais risquer que Sick se rende compte qu’il ment?

Consterné par sa propre incompétence sociale, Skunk reste planté là, muet, comme un idiot. Et Sick baisse les yeux sur la bassine d’eau savonneuse avant qu’il ait réussi à décider ce qu’il devait faire.

Penaud, l’adolescent reste encore un peu immobile, l’air de ne plus trop savoir où il en est. Finalement, il parvient à ramener son attention sur le tonnelet de fruits fermentés posé à côté de lui, et entreprend d’en casser délicatement le joint avec son couteau de poche. Ses gestes sont nettement moins assurés qu’ils devraient l’être, lestés par le silence qui s’est brusquement installé dans la petite pièce. Il dérape, deux fois, et il en est au stade où il porte la main à sa flasque quand Sick décide soudain de reprendre la parole:

“Je comprends les gens qui détruisent des trucs, mais pas ceux qui s’acharnent. Perso, si j’ai pas de récompense immédiate je vais pas me faire chier à faire de gros efforts.”

Le discours n’est pas spécialement réjouissant, mais Skunk ne peut retenir un soupir soulagé en l’entendant reprendre la conversation comme si de rien n’était: il est content qu’elle ne se soit pas vexée. Agacer les autres et frapper là où ça fait mal est un art qu’il cultive, mais il a horreur de le faire de manière involontaire. Et quand cela tombe sur l’une des rares personnes qui ont l’air de le supporter un peu, cela devient juste une torture.

Mais les deuxièmes chances, cela se gâche aussi, n’est-ce pas?

“C’est toujours les mêmes qui t’emmerdent ?”

Ce sont toujours les mêmes.”

C’est sorti tout seul. Skunk s’insulte mentalement et jette un regard un peu paniqué à Sick, avant d’embrayer comme il le peut:

“Pour les vols, tu veux dire? Je... je ne sais pas, je n’ai jamais retrouvé les coupables. Mais...”

Il réalise soudain le vrai sens de la question. Une suite de sourires corrosifs lui traverse l’esprit, calmant net son début de panique, mais assombrissant aussi son expression de manière perceptible. Cette fois il reste silencieux un moment, à regarder Sick et son joli sourire, sans trop savoir ce qu’il a envie de dire ou pas. Puis, lentement, comme s’il s’approchait un peu trop près du bord d’une falaise, il concède:

“J’énerve beaucoup de gens. Mais ceux qui... insistent... Oui, ce sont toujours les mêmes.”

Les vicieux, les costauds, les sadiques. Ceux qui ont mordu dans son vernis d’orgueil et goûté la peur, juste en dessous. Ceux qui ne craignent pas l’arène. Ceux qui savent pour le cachot.

Le silence dure juste assez longtemps pour que Skunk sente une boule familière s’installer dans sa trachée. Encore une fois, il porte la main à sa flasque.

Et encore une fois, Sick l’interrompt.

“Comment tu fais pour transformer des fruits en tise ?”

Le changement de sujet est si abrupt que le Dandy sursaute. Il pose sur Sick un regard un peu perdu, vaguement suspicieux, mais cette fois il entend bien le ton à peine trop rapide de l’adolescente, il voit son sourire juste un peu crispé, et il comprend qu’elle l’a fait exprès. Savoir si c’est pour elle ou pour lui, c’est trop lui demander; mais de toute façon, cela lui convient très bien.

En plus elle a posé une vraie chouette question, cette fois.

“Ça a l’air magique mais je vois pas de Fée par ici.”

Sick se marre et Skunk esquisse un petit sourire sibyllin: les fées, on ne les voit pas toujours. Parfois on ne peut que deviner le parfum d’anis qu’elles laissent derrière elles.

“C’est parce que c’est de la science. Mais cela ne veut pas dire que ce n’est pas un peu magique.”

Son sourire se fait plus naturel tandis qu’il achève de faire sauter le joint du tonnelet. Il l’ouvre, laissant échapper une odeur acide mais pas désagréable et  révélant une masse dense et poisseuse de fruits confits. Avec une spontanéité étonnante pour qui le connait un peu, il passe un doigt dans le mélange et le porte à ses lèvres, avant de hocher la tête d’un air satisfait - d’un air heureux.

“Oh génial, ils sont encore bons... Tiens, tu peux goûter. C’est acide, mais sucré. Et déjà un peu alcoolisé, même si pour l’instant le sucre couvre tout.”

Il appuie son invitation d’un geste encourageant, avant d’ouvrir le couvercle de son alambic.

“Les fruits contiennent naturellement des bactéries capables de transformer le sucre en alcool, c’est ce qu’on appelle la fermentation. Mais ces bactéries travaillent mieux sans oxygène. Le but est donc d’enfermer les fruits de manière étanche, éventuellement après avoir rajouté un peu de sucre ou de levure pour stimuler le processus, puis d’attendre que la fermentation se fasse. Malheureusement, c’est une transformation assez délicate, qui dépend de nombreuses variables que...”

Il s’interrompt brusquement, soudain conscient des mots (trop compliqués) qu’il utilise et des phrases (trop longues) qu’il fait. Il se racle la gorge et jette un regard gêné à Sick, avant de prendre le tonnelet pour le vider doucement dans la cuve de l’alambic. Après quelques instants, il reprend d’un ton plus mesuré:

“Normalement, la fermentation doit se faire à une température entre dix-huit et vingt degrés et prend plusieurs semaines. C’est compliqué, ici, avec le temps et le climat qui font n’importe quoi. Mais ce moût-là n’a pas l’air trop mal. Le but maintenant, c’est juste de le faire chauffer, pour que l’alcool qu’il contient s’évapore.”

Il montre le tuyau qui part de l’alambic pour rejoindre la seconde cuve, qui n’est guère qu’un bac d’eau dans lequel le tuyau s’enroule.

“La vapeur passe là-dedans, se cond-... redevient liquide sous l’effet du froid... et ça fait de la tise.”

Skunk émet un fugitif sourire, referme le couvercle de l’alambic, remet dans le feu un peu de bois tiré de son sac. Puis, après un temps de réflexion presque imperceptible, il désigne à Sick les bouteilles stockées contre le mur opposé:

“Tiens, attrape la deuxième en partant de la droite. Il y a des tasses à côté. Il va bien falloir qu’on s’occupe, le temps que ça chauffe.”






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_20[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_21[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_22[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Sick
Sick

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le Poison.
✘ AGE DU PERSO : 17 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Nn j'vais mourir
✘ LIENS : Come into my head with me and make it stop.
Sujets en cours : I - II - III- IV - V - VI - VII - VIII

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyMar 2 Fév 2021 - 23:59

Comme à chaque fois qu’il corrige sa grammaire, Sick se marre. C’est vraiment une manie de petit con, pourtant elle ne lui en veut pas : c’est vrai qu’elle parle mal, Skunk est déjà sympa de passer outre le fait qu’elle ne retient aucune de ses corrections.
Elle n’a jamais été bonne élève, après tout.

Une confirmation, suivie d’explications. Le Poison range l’information dans un coin de son esprit, espère qu’elle ne la perdra pas. Elle sent à peine l’hésitation de Skunk, le fait qu’en l’interrogeant ceux qui insistent, elle tape dans les bleus. Elle ne s’en rend jamais compte, de toute façon. À ce stade, ça tiendrait presque du talent.

- C’est parce que c’est de la science. Mais cela ne veut pas dire que ce n’est pas un peu magique.

Sick penche la tête de côté, curieuse. C’est que le Dandy joue le mystère, avec son sourire de chat et cette phrase qui promet. Presque inconsciemment, le Poison ramène ses genoux à elle. Elle déteste attendre, d’habitude, mais peut se faire patiente encore quelques secondes. Le temps de voir Skunk ouvrir le tonneau, tester le mélange. Il aurait presque l’air serein, et peut-être que quelque part, c’est contagieux car Sick se sent un peu moins fébrile.

- Oh génial, ils sont encore bons... Tiens, tu peux goûter. C’est acide, mais sucré. Et déjà un peu alcoolisé, même si pour l’instant le sucre couvre tout.

Sick fronce les sourcils. Goûter, elle ? C’est une sacrée invitation, elle l’a sans doute comprise de travers. Mais le geste du Récolteur est clair, même pour elle.

Ah, le sourire qu’elle lui décroche ! Un peu plus fort et Skunk aurait dû mettre des lunettes de soleil.

Sick se rapproche, trempe un doigt inquisiteur dans le liquide visqueux. Elle n’attend pas avant de goûter, s’étonne de pouvoir apprécier quelque chose qui n’est pas totalement de l’alcool. Enfin, son interlocuteur répond à sa question, se lançant dans une longue explication. Et Sick fait de son mieux pour suivre, malgré le vocabulaire qui lui manque encore. C’est qu’elle n’a pas l’habitude de rester concentrée, faire autant d’efforts pour comprendre quoi que ce soit.

Au moment où elle se sent décrocher, Skunk s’arrête, un air embarrassé sur la tronche. Immédiatement, Sick se fige : est-ce qu’elle aurait fait une connerie, renversé un truc pendant qu’elle écoutait ? Ou peut-être qu’elle avait l’air trop stupide, ça lui arrive parfois. Peut-être qu'il s'est dit que ça n'en valait pas la peine, finalement.
Elle ne lui en voudrait pas ; Dandy est vraiment plus intelligent qu’elle et cette différence lui fait un peu mal, pourtant elle n’a pas envie qu’il s’arrête.

L’envie lui prend de le rassurer, lui dire qu’elle pense avoir compris l’essentiel, qu’il n’a pas besoin de s’arrêter pour elle. Au moment où elle se décide, Skunk reprend :

- Normalement, la fermentation doit se faire à une température entre dix-huit et vingt degrés et prend plusieurs semaines. C’est compliqué, ici, avec le temps et le climat qui font n’importe quoi. Mais ce moût-là n’a pas l’air trop mal. Le but maintenant, c’est juste de le faire chauffer, pour que l’alcool qu’il contient s’évapore.

La fermentation, ça doit être le truc dont il parlait avant. Elle ignore ce qu’est le moût par contre, devine qu’il doit s’agir du contenu du petit tonneau. Il lui manque encore le concept d’évaporation, mot qu'elle a déjà entendu mais qu’elle peine à relier à quelque chose qu’elle connaît. Son regard suit le geste du Récolteur, observe la cuve.

- La vapeur passe là-dedans, se cond-... redevient liquide sous l’effet du froid... et ça fait de la tise.

Elle glousse un peu de l’entendre parler comme elle après tant de jolies phrases, puis tente de se repasser les explications. C’est que ça l’intéresse vraiment, elle aimerait comprendre le processus même si elle l’oubliera sans doute bien assez tôt.

Le regard dans le vide, elle ne revient à elle que lorsque le Dandy reprend la parole :

- Tiens, attrape la deuxième en partant de la droite. Il y a des tasses à côté. Il va bien falloir qu’on s’occupe, le temps que ça chauffe.

Une bouteille ? Des tasses ? Alors qu’elle tend un bras couturé pour saisir les objets, l’idée lui vient - fugitive et brûlante - qu’il y aurait sans doute là une bonne occasion de casser un truc. Mais maintenant qu’elle sait la purge que c’est de fabriquer de la tise, elle n’a pas trop envie d’être mauvaise.
Elle fait attention alors, une fois encore.

D’abord la bouteille, puis les tasses. Sick pose le tout entre elle et le Récolteur. Un peu hésitante, elle lance :

- Si j’ai bien compris... pour faire de la tise, il faut enfermer des fruits avec du sucre - elle a oublié l’autre ingrédient - et attendre qu’ils fassent leur truc pendant un moment ? Et il faut qu’il fasse pas trop froid ou trop chaud, c’est ça ?

Un temps, Sick s’autorise un sourire.

- Ça veut pas dire que les fruits font le taf à ta place, en gros ?

L’idée la fait bien rire. Son regard erre du côté de la deuxième cuve : elle n’a pas compris la seconde étape, mais passe outre. Skunk fait déjà des efforts pour se mettre à son niveau, et puis elle a assez de fierté pour ne pas avoir envie d’admettre son ignorance.

- Ça a l’air d’être chiant, de faire de la bonne tise. Surtout avec Peter qui change la météo tous les jours. Elle ricane, se fout du tabou évident qu’elle est en train de briser. Et conclut, à la place : C’est cool que tu fasses ça. T’assures.

Nonchalant, le compliment. Pourtant ça se voit à son regard qui brille un peu, entre deux mèches de sang : ce que Sick dit là, elle le pense vraiment.






Life is a song, a song
And the fires of hell burn long and dull
Life is a song, a song
And the raging fires of hell burn long

Life is a song, a song

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Hell2611

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Dumb2611
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyMar 9 Mar 2021 - 20:29

Pendant que Sick récupère la bouteille et les tasses désignées, Skunk achève de fermer la cuve de l’alambic. Dans une autre vie, qui survit davantage dans ses carnets que dans sa tête, quelqu’un lui a montré comment fabriquer un joint avec juste un peu de cendre mêlée d’eau. C’est un geste qui lui a toujours plu ; la cendre noircit ses doigts, poudre ses poignets et s’immisce sous ses ongles, mais bizarrement, cela ne le dérange pas trop. C’est une saleté sèche, qui se lave bien. Et malgré le temps qui a passé, cela lui rappelle toujours (un demi-sourire, la gentillesse d’une main qui guide la sienne) quelque chose d’agréable. Un peu comme le parfum et le goût des fruits fermentés.

Pensif, mais légèrement plus détendu, Skunk finit de poser le joint, remet encore une bûche dans le feu, s’assure que la porte de la petite cabane est juste entrebâillée. Puis il se détourne pour rincer ses paumes dans la bassine d’eau savonneuse, tout en jetant un coup d’oeil à Sick. L’adolescente achève de placer bouteille et tasses, avec des gestes appliqués que même le Dandy parvient à remarquer. Et soudain, il réalise que depuis qu’elle (lui a sauté dessus) l’a abordé devant la porte, elle a fait absolument tout ce qu’il lui disait de faire. Elle s’est assise sans broncher, n’a rien touché sans son autorisation, rien cassé. Elle n’a pas interrompu son laïus dix fois trop long et compliqué sur la fermentation, elle ne lui a même pas tenu rigueur des indélicatesses et loupés répétés qui ont émaillé la conversation.

Skunk baisse les yeux, perturbé. Ce n’est pas normal qu’elle en accepte autant, personne n’est aussi patient avec lui. Même Her, Apache ou Witted finissent par le reprendre quand il dépasse les bornes - et ils ont raison, Skunk a compris qu’ils ont raison. Il se connait, il sait qu’il a besoin d’avertissements, de limites, il a besoin qu’on lui signale qu’il va trop loin dans ce qu’il dit, qu’il risque de faire du mal sans le vouloir. Que Sick ne le freine pas est certes grisant. Mais au fond, cela reste un peu malsain. Même lui s’en rend compte.

Peut-être que c’est volontaire ? Peut-être qu’elle veut de lui quelque chose de plus substantiel que quelques vapeurs d’alcool ? Cela semble plausible, ou plutôt cela pourrait l’être venant d’un autre Perdu... Mais Sick ? Sick, qui n’a de la patience pour rien, qui met des baffes au hasard à ceux qu’elle croise, qui va sortir Apache du lit au milieu de la nuit pour aller faire une connerie juste parce qu’elle s’ennuie ? Cela ne lui ressemble pas de faire un tel calcul, de faire semblant pendant si longtemps.

De feindre ce grand sourire radieux qu’elle a fait, encore une fois, quand il lui a proposé de goûter le moût. Cette expression qui donne l’impression qu’elle a envie de lui sauter au cou.

“Si j’ai bien compris...”

Skunk tressaille ; maintenant qu’il sait que ses fruits ne sont pas perdus, maintenant que l’alambic est allumé et que la pression retombe, sa concentration en prend un coup et il retrouve sa sale habitude de partir à la dérive dans ses propres pensées. Un peu fâché contre lui-même, il ramène son attention sur Sick. Et s’étonne de l’entendre reprendre des explications extrêmement familières.

“... Pour faire de la tise, il faut enfermer des fruits avec du sucre... et attendre qu’ils fassent leur truc pendant un moment ? Et il faut qu’il fasse pas trop froid ou trop chaud, c’est ça ?”

Skunk ne répond même pas. Il reste planté là, lèvres entrouvertes, tellement stupéfait qu’il en a l’air franchement idiot.

“Ça veut pas dire que les fruits font le taf à ta place, en gros ?”

Sick sourit, amusée sans être hostile. Skunk a l’impression de sentir un déclic dans sa poitrine ; là où d’habitude tout est serré, froid et acide, il y a quelque chose d’agréablement chaud qui s’infiltre, se faufile, se répand. Et tout à coup, il se surprend à sourire. Un vrai sourire. Fugitif, mais aussi net qu’un rayon de soleil aperçu entre deux nuages.

Elle l’a compris. Il s’est embrouillé, il s’est mal débrouillé, il a oublié qu’à la base elle ne parle même pas sa langue. Et pourtant elle l’a compris. Et elle reformule spontanément ses explications. Comme si le sujet l’intéressait vraiment.

La méfiance s’efface si vite des traits de Skunk que soudain il fait vraiment son âge, et plus jeune encore. Il lâche un son faussement outré, qui ressemble presque à un rire digne de ce nom:

“Mais je t’emmerde, enfin! T’imagines le temps qu’il m’a fallu rien que pour les ramener jusqu’ici?”

Comme pour illustrer ses paroles, il tend le bras vers son sac à dos et en extrait ce qui l’alourdissait encore, à savoir un grand seau en métal, fermé d’un épais chiffon. Skunk le traîne jusqu’à lui et l’ouvre, pour révéler un autre chargement de fruits. Ceux-là ressemblent à de petits abricots rouge vif.

“Regarde ça. J'ai mis la matinée à les ramasser, et maintenant il faut tout laver, retirer les pourris et les trop mûrs, extraire les noyaux, tout tasser dans le tonnelet, les nourrir de sucre et de levure... Ces fruits sont des putain de divas.”

Il redresse la tête, et son sourire s’adoucit un peu quand il ajoute:

“Mais oui, au final tu as raison: ce sont eux qui font la plus importante part du travail. C’est même exactement ça.”

Un temps. Puis, avec une pointe d’orgueil, comme s’il ne pouvait pas résister:

“Enfin, jusqu’à la distillation elle-même. Là ça demande un minimum de savoir-faire, tout de même.”

“Ça a l’air d’être chiant, de faire de la bonne tise. Surtout avec Peter qui change la météo tous les jours.”

“M’en parle pas...”

Il fait une grimace grincheuse, qui sous-entend bien tout l’amour qu’il porte à Peter Pan. Mais avant qu’il ait le temps de dire quelque chose qu’il serait susceptible de regretter, Sick le surprend. Encore une fois.

“C’est cool que tu fasses ça. T’assures.”

Et encore une fois, Skunk se retrouve muet, à la fixer avec étonnement, comme si ces neurones dont il est si fier s’étaient soudain tous mis à l’arrêt dans un bel ensemble.

Le compliment n’était pas particulièrement emphatique. Mais Sick l’a dit avec une simplicité désarmante, en le regardant bien droit dans les yeux. Et brusquement, Skunk se sent rougir.

“O... Oui. Enfin, je... C’est du travail. Ça rate souvent, quand même. Mais ça m’occupe.”

Il déglutit, sourit un peu et se rattrape aux branches tant bien que mal.

“Et quand ça marche, au moins, ça fait de la meilleure tise que les rebuts des Pirates.”

Il fait un geste vers la bouteille posée entre eux, pleine d’un liquide à la jolie teinte ambrée.

“Vas-y, ouvre. On va voir si tu devines ce que c’est.”

Il refait son petit sourire amusé, avant d’avouer:

“Je pensais qu’on pourrait s’occuper des fruits frais le temps de la première pass- je veux dire, en attendant que la première distillation soit terminée; il en faut deux. Mais...”

Son expression assurée vacille un peu, et il dissimule un tic dans son épaule en se frottant la nuque.

“C’est bon, on n’est pas pressés, je le ferai plus tard.”






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_20[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_21[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_22[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Sick
Sick

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le Poison.
✘ AGE DU PERSO : 17 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Nn j'vais mourir
✘ LIENS : Come into my head with me and make it stop.
Sujets en cours : I - II - III- IV - V - VI - VII - VIII

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptySam 13 Mar 2021 - 23:18

Elle n’a pas rêvé, elle qui se distrait trop pour remarquer quoi que ce soit a vu ce sourire incroyable qui a traversé le visage de Skunk l’espace d’une seconde. Et parce que c’est la première fois qu’elle voit cette expression-là, l’adolescente se sent stupidement fière.

(Elle y pensera plus tard, au fait que ce n’est pas normal, ce n’est pas le genre d’expressions qu’on lui adresse.
Mais plus tard.)

À ce qu’il paraît, quand on comprend bien quelque chose on peut l’expliquer facilement. Lorsque Skunk confirme sa reformulation, Sick s’étonne d’avoir bien saisi le principe, elle en douterait mais ce n’est vraiment pas le genre du Dandy de mentir là-dessus. Curieuse, elle penche la tête en découvrant les fruits, parvient même à les trouver appétissants alors que la nourriture ne l’intéresse jamais vraiment. Il doit y avoir un truc un peu magique, dans cette distillerie de fortune.

Elle est comme ça, Sick, elle ne réfléchit pas. Elle n’a pas cogité en balançant son compliment à Skunk, ne prend pas conscience d’avoir visé en plein cœur.

- O... Oui. Enfin, je... C’est du travail. Ça rate souvent, quand même. Mais ça m’occupe. Et quand ça marche, au moins, ça fait de la meilleure tise que les rebuts des Pirates.

Le Dandy minimise, pourtant Sick n’y croit pas : elle-même n’avait jamais eu de passion, jamais de réelle occupation à part se défoncer, s’accrocher désespérément à quelques malchanceux.
(Et les abandonner, au bout d’un moment.
Ou vice-versa.

- Vas-y, ouvre. On va voir si tu devines ce que c’est.

La réplique la tire de ses constatations. Tendant la main d’un geste assurée et un peu brusque, le Poison saisit la bouteille, qu’elle ouvre sans souci.

- Je pensais qu’on pourrait s’occuper des fruits frais le temps de la première pass- je veux dire, en attendant que la première distillation soit terminée; il en faut deux. Mais... C’est bon, on n’est pas pressés, je le ferai plus tard.

Sick s’immobilise, parle un peu trop vite.

- On peut le faire si tu veux. Une autre pensée la traverse alors qu’un sourire de travers se dessine sur son visage. Mais j’ai rien cassé encore, d’habitude même si je veux pas je fous les trucs en l’air. Je voudrais pas abîmer tes... comment tu as dit, déjà ? Tes divas ?

Elle se marre, porte la bouteille à ses narines et inspire un peu trop fort.

- Ça arrache ! Elle le constate avec satisfaction, avant de froncer les sourcils, farfouiller sa mémoire morcelée. J’ai déjà senti ça, je sais plus où... mais c’est quelque chose que je connais. T’as pas dû le faire avec des fruits trop rares, peut-être des trucs qu’on trouve dans l’Ordinaire ?

Prenant un peu les devants, elle récupère la tasse du Récolteur et commence à y verser une quantité raisonnable de tise.

- Tu dis que c’est rien, mais ici, y’a pas beaucoup de gens qui fabriquent des trucs. Enfin y’a bien les Artisans mais c’est leur taf, ils comptent pas. Sick redresse la bouteille et rend la tasse. Regarde moi, je sais pas faire grand chose à part emmerder le monde. Un sourire violemment retord s’inscrit sur sa face. Mais on peut pas me reprocher de le faire mal !

Elle remplit sa tasse à son tour, avant de reposer la bouteille entre eux. Et repense à l’odeur de la tise, qu’elle désigne d’un geste nonchalant.

- C’est quoi, du coup ?

Tant que ça se boit, peu importe le nom. Mais peu de gens prennent le temps de lui expliquer des trucs, il faut bien qu’elle en profite un peu.






Life is a song, a song
And the fires of hell burn long and dull
Life is a song, a song
And the raging fires of hell burn long

Life is a song, a song

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Hell2611

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Dumb2611
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyMer 17 Mar 2021 - 22:58

Quand Sick répond très vite qu’elle est prête à l’aider avec les fruits frais, Skunk se fige, lui aussi. Ce n’est pas qu’il est surpris, non. Bien au contraire, c’est un peu trop dans la continuité de ce qu’il a déjà constaté : le Poison fait vraiment beaucoup d’efforts pour lui, aujourd’hui. Et si l’hypothèse que ce soit par calcul était dérangeante, l’idée toute neuve que ce soit (sincère) pour d’autres raisons met paradoxalement le Dandy encore plus mal à l’aise. Parce que si Sick ne cherche pas à le manipuler, si elle est juste... plus ou moins contente d’être là... Pour Skunk, l’enjeu n’est plus le même.

Ce qui est honnête, c’est précieux. Ce qui est précieux, cela s’abîme et se casse. Et il se trouve que abîmer et casser ce genre de moment, lui, c’est un peu sa spécialité.

Sans se fermer complètement, Skunk devient visiblement hésitant. Il baisse les yeux sur son seau de fruits, l’air préoccupé. Il a pensé que Sick l’aiderait en échange des fameuses “vapeurs” de son alambic, cela paraissait une idée logique et solide : un gain de temps considérable pour lui, un paiement raisonnable pour elle. Et le Récolteur n’aime pas dévier de son programme, surtout alors qu’il l’a déjà fait deux fois de suite - il n’avait prévu ni le beau temps, ni... eh bien, ni Sick.

Mais il n’avait pas non plus prévu que la conversation s’engagerait dans cette voie. Il ne s’attendait pas à ce que Sick lui pose des questions, à ce qu’elle s’intéresse vraiment aux réponses, à ce qu’elle apprécie et comprenne ses explications complètement inadaptées. Et cet imprévu-là a une saveur de jolie surprise que Skunk ne connait que très peu. D’un coup, cela lui donne l’impression qu’il est un peu minable, à penser en termes de paiement et de compensation.

Comme en écho à ses doutes, Sick précise alors avec un sourire juste un peu tordu :

“Mais j’ai rien cassé encore, d’habitude même si je veux pas je fous les trucs en l’air. Je voudrais pas abîmer tes... comment tu as dit, déjà ? Tes divas ?”

Skunk hausse une épaule pour cacher un autre tic, sans vraiment savoir quoi répondre. L’idée que Sick merde avec ses fruits ne le rend pas très serein - c’est vraiment ridiculement long et exigeant de les cueillir, de les ramener au Grand Arbre et de les préparer. Il a bien envie de dire à l’adolescente qu’il n’en est pas à quelques fruits près, qu’elle pourrait au moins essayer. Mais Skunk se connait : si son “invitée” ne fait pas les choses exactement comme il le veut, il va déjà avoir du mal à ne pas monter dans les tours. Alors si en plus elle le fait mal...

“On verra bien. Plus tard.”

Il écarte le seau de fruits. Sick se met à parler de la bouteille qu’il lui a désignée, et tandis qu’elle la porte à son nez, quelque chose de beaucoup plus doux réapparait dans l’expression de Skunk.

Oui, ils verront plus tard.

“J’ai déjà senti ça, je sais plus où... mais c’est quelque chose que je connais. T’as pas dû le faire avec des fruits trop rares, peut-être des trucs qu’on trouve dans l’Ordinaire ?”

Le sourire amusé de l’adolescent réapparait, toujours un peu malicieux, mais avec une remarquable absence de malveillance.

“Tu chauffes.”

Il s’attend à ce que Sick continue sur sa lancée, mais elle préfère prendre le temps de le servir lui. Et de reprendre un point de la conversation auquel Skunk a toujours un peu de mal à croire :

“Tu dis que c’est rien, mais ici, y’a pas beaucoup de gens qui fabriquent des trucs. Enfin y’a bien les Artisans mais c’est leur taf, ils comptent pas.”

Pour le plus grand soulagement du Dandy, cette fois-ci, il ne rougit pas. Bien qu’il peine tout de même à dissimuler son mélange de plaisir et d’embarras.

“Ils m’ont bien aidé pour construire l’alambic, laisse-leur au moins ça. Même si j’ai dessiné les plans et fait les retouches nécessaires.”

Il s’oblige à rester modeste (allons, il n’est pas Raven), mais il ne peut pas s’empêcher de crâner un peu - c’est que ce n’est pas tous les jours que quelqu’un trouve qu’il “assure”, surtout pas en parlant de ses obsessions qui assomment tout le monde.

La suite du discours de Sick n’en est que plus brutale :

“Regarde moi, je sais pas faire grand chose à part emmerder le monde. Mais on peut pas me reprocher de le faire mal !”

Skunk bat des paupières, déstabilisé par le mélange indigeste entre les mots (cruels, violents) de l’adolescente et son expres​sion(fière? féroce? désespérée?) illisible. Lui aussi est loin d’être un parangon d’indulgence quand il parle de lui-même, mais le contraste entre le compliment qu’elle lui fait et l’insulte qu’elle s’adresse le laisse mal à l’aise.

Il ricane quand même, juste un peu, en une vague tentative de complicité pas très assurée :

“Emmerder le monde peut être reconnu comme un vrai talent, je suppose. Je le fais aussi pas trop mal, à ce qu’il parait. Et avec quelques efforts, on peut même baser toute une personnalité là-dessus - regarde Apache.”

Il essaie de rendre son sourire ironique mais affectueux, ne parvient qu’à en faire une grimace un peu viciée. Et quand il avance la main pour prendre la tasse que Sick lui tend, l’espace d’un instant, il voit d’un seul regard les cicatrices de brûlure sur son avant-bras et les longues stries sanglantes qui labourent la chair de l’autre Perdue.

Oh, Peter. Comme tu choisis bien, parfois.

“C’est quoi, du coup ?”

Skunk ramène sa tasse à lui et reprend une attitude un peu plus détendue, une expression un peu moins mordante. Il regarde Sick un petit instant, sans rien dire, pour cultiver son effet. Puis, avec une remarquable pudeur qui ressemble presque à un soupçon de timidité, il répond:

“C’est... Enfin, c’est un peu prétentieux de le formuler ainsi, je ne sais pas trop dans quelle mesure celui de l’Ordinaire ressemble vraiment à cela, mais ce... C’est censé être de l’umeshu.”

Il baisse opportunément les yeux pour renifler sa tasse.

“La personne qui m’a appris comment distiller, dans l’Ordinaire, était spécialisée en whisky et en eaux-de-vie, mais elle appréciait aussi beaucoup de faire des alcools arrangés, dont de l’umeshu. Alors quand j’ai trouvé un arbre avec des prunes qui pouvaient faire l’affaire, j’ai essayé d’en faire un peu. J’en ai eu assez pour trois bouteilles seulement.”

Toujours sans vraiment regarder Sick, il fait le geste de trinquer avec elle et boit une goulée d’alcool. Puis il sourit un peu, visiblement nostalgique.

“Le mien est clairement plus costaud qu’il devrait l’être, mais au goût et au nez, je ne le trouve pas si mal. Même si je n’y connais pas grand chose, dans l’absolu.”

Il hasarde un regard en biais, pour guetter la réaction de Sick.






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_20[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_21[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_22[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Sick
Sick

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : Le Poison.
✘ AGE DU PERSO : 17 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Nn j'vais mourir
✘ LIENS : Come into my head with me and make it stop.
Sujets en cours : I - II - III- IV - V - VI - VII - VIII

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyVen 19 Mar 2021 - 12:50

Même sans jamais avoir su comment lire les autres, Sick sent que quelque chose ne va pas. Ça la traverse comme un frisson avant de se perdre dans leur conversation, puis ça revient un peu plus tard, quand elle parle de sa capacité à emmerder le monde. Et l'idée qu'elle doit quand même mettre Skunk sacrément mal à l'aise - un peu comme tous les autres - fait gentiment son chemin.

Tout le monde nous déteste t'as oublié ?

Déstabilisée par la vivacité du fragment, Sick perd le fil de la conversation et le raccroche juste un peu trop tard alors que le Dandy répond à sa question.

-... à cela, mais ce... C’est censé être de l’umeshu.

Le mot fait remonter des souvenirs qu'elle croyait perdus, sensations confuses et qu'elle n'est pas sûre de vouloir identifier. Toujours est-il qu'elle sait très bien ce qu'est l'umeshu malgré le fait qu'un alcool en vaut bien un autre et qu'elle est censé avoir tout oublié, comme tout bon enfant perdu. Skunk poursuit :

- La personne qui m’a appris comment distiller, dans l’Ordinaire, était spécialisée en whisky et en eaux-de-vie, mais elle appréciait aussi beaucoup de faire des alcools arrangés, dont de l’umeshu. Alors quand j’ai trouvé un arbre avec des prunes qui pouvaient faire l’affaire, j’ai essayé d’en faire un peu. J’en ai eu assez pour trois bouteilles seulement.

Ça lui fait bizarre, d'imaginer le Récolteur ailleurs qu'ici, dans sa distillerie de fortune, à parler avec un ton étrange qu'elle ne lui connaît pas vraiment. Sick fronce les sourcils, s'interroge sur le genre de vie qu'il a dû mener, avant d'atterrir ici. Et lui souhaite, furtivement, qu'elle ait été plus douce que la sienne.

- Le mien est clairement plus costaud qu’il devrait l’être, mais au goût et au nez, je ne le trouve pas si mal. Même si je n’y connais pas grand chose, dans l’absolu.

Il lui jette un regard qu'elle accroche au vol. Sick goûte le mélange à son tour, y retrouve une forme de familiarité dont elle ne sait que faire. Le mélange est assez fort pour provoquer un frisson reconnaissable, le signe de son corps qui se prépare à encaisser une fois de plus.
Un large sourire étire ses lèvres.

- C'est vrai que ça arrache mais c'est bon ! Tu m'étonnes que ça m'a rappelé des trucs, j'en ai déjà bu avant.

Un ricanement lui échappe, grinçant et pourtant pas aussi corrosif que ce à quoi l'on aurait pu s'attendre. Pour cause : le regard de Sick s'est voilé de quelque chose d'indéfinissable, pas de nostalgie mais peut-être une forme de douceur brumeuse.

- Ça me fait penser à ma mère. Tabou éhonté, pavé qu'elle balance dans la mare avec une insouciance morcelée. Elle en buvait, avec d'autres trucs. C'est fou ce qu'elle buvait, bordel. Un rire sans joie lui échappe. J'aurais pu la faire fuir à coup de bouteilles d'eau, du temps où on vivait ensemble...

Sick est concentrée sur ce qu'elle raconte, au point qu'elle ne se rend pas compte du tremblement qui agite l'un de ses bras. Ça ne la touche qu'au moment où elle tente de porter la tasse à ses lèvres à nouveau et qu'une partie de l'alcool s'échappe pour couler le long de sa peau.

- Ah, merd- putain !

La rencontre de l'umeshu et une plaie plus fraîche que les autres ne fait pas bon ménage. Sans aucune forme de retenue - c'est que ça fait mal, bordel - le Poison plaque sa main libre sur la zone affectée, peau frémissante et pas aussi bien cicatrisée que ce à quoi elle se serait attendue. 

- Ah, sa mère...

Sa voix s'est faite plus aiguë, trop consciente de la douleur qui irradie de sa chair pour remonter en éclairs écarlates jusqu'à son cerveau. Son autre main est restée crispée autour de la tasse - respire - sans parvenir à la reposer, éprouver une forme de considération.

Et c'est sans doute mieux ainsi, Sick ne peut pas permettre que sa faiblesse soit perçue.
Même en cet instant.






Life is a song, a song
And the fires of hell burn long and dull
Life is a song, a song
And the raging fires of hell burn long

Life is a song, a song

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Hell2611

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Dumb2611
Revenir en haut Aller en bas
Skunk
Skunk

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : (Le) Dandy
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, well...
✘ LIENS :
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 I'm surrounded by idiots
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Carnets ouverts : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Rsz_rs10 Recueils ouverts : - -

[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? EmptyDim 28 Mar 2021 - 21:54

Dès que Sick lui confirme en ricanant qu’elle se rappelle de l’umeshu, Skunk se décompose. Avec une brutalité qui ne laisse aucune place au doute, il comprend qu’il a merdé. Dans les grandes largeurs.

Il était tellement surpris et content que Sick s’intéresse à sa distillation, qu’elle lui pose des questions avec l’intention d’écouter les réponses... Pris dans cette inattendue bouffée d’enthousiasme, il a pensé à l’alcool de prunes et juste trouvé que ce serait cool de le faire goûter à son "invitée". Peut-être dans l’idée de l’épater encore un peu plus, de lui montrer qu’il sait ce que c’est et qu’il parvient à en fabriquer. Ou peut-être parce qu’il a eu envie de lui prouver que lui aussi il écoute, qu’il se rappelle qu’elle est Japonaise ; confusément, sans trop oser le formuler dans sa tête, il a dû se dire que l’attention ferait plaisir à l'adolescente.

Stupide, stupide Skunk, qui pense toujours d'abord à lui-même, même quand il se donne l’illusion de penser aux autres.

A aucun moment il n’a songé à cette vérité toute simple, qui ici est pourtant à la portée du premier abruti venu : dans le doute, on ne rappelle pas l’Ordinaire à un Perdu. Vu le passé de la plupart d’entre eux, ce n’est pas une loi, c’est une mesure de survie. Comment Skunk a-t-il pu penser que c’était une bonne idée de le faire avec Sick, Sick et son joli sourire qui casse si vite, Sick et ses lames de rasoir, Sick et les traces de piqûres qui ne disparaissent pas au creux de ses coudes, sur ses mains, et sans doute ailleurs?

Il n’a pas réfléchi. Il aurait dû réfléchir, il réfléchit toujours, il réfléchit trop, pourquoi est-ce qu’il n’a pas réfléchi cette fois?! Lui qui proclame tout le temps qu’il se fiche de l’opinion des autres, comment peut-il devenir si idiot à la moindre esquisse de reconnaissance, comment peut-il perdre tout bon sens au point de commettre des erreurs aussi monumentales?

“Ça me fait penser à ma mère.”

Trop atterré par sa propre bêtise pour réagir, le Dandy a juste la présence d’esprit de jeter un coup d’oeil à la porte entrebâillée, pour vérifier que personne n’écoute : lui se fiche éperdument des tabous de Pan, mais il n’a pas envie que Sick s’attire des ennuis, encore moins à cause de lui.

“Elle en buvait, avec d'autres trucs. C'est fou ce qu'elle buvait, bordel.”

Le Poison rit un peu, un affreux son sans âme qui fait courir un frisson le long de l’échine de Skunk. Il ramène son attention sur elle, pâle, l’air défait. Mais sous sa visible consternation, quelque chose d’autre affleure, le même genre de réminiscence rance qui voile les traits de Sick.

“J'aurais pu la faire fuir à coup de bouteilles d'eau, du temps où on vivait ensemble...”

Carnet numéro un.
Chapitre “Famille”.
Paragraphe “Mère”.

C'est fou ce qu'elle buvait, bordel.

“... Pareil.”

C’est à peine plus qu’un souffle qui lui échappe. Il ne sait pas si Sick l’a entendu. Il ne sait pas s’il a envie qu’elle l’ait entendu. Il n’a pas l’habitude de parler de cela, mais ce n’est pas comme si c’était un secret, c’est juste... Quelque chose de pas très important, au fond. Il ne l’aurait sans doute même pas mentionné, s’il n’avait pas eu la sensation maladroite que compatir avec Sick sur ce point-là pouvait un peu rattraper sa propre connerie.

Malheureusement, pour cela, il est un peu tard. Comme toujours.

Perdu dans ses propres souvenirs mités et ses remords, Skunk n’a pas réalisé que la main de Sick tremble, il ne voit pas son faux mouvement. Il n’entend que son cri, qui le fait sursauter :

“Ah, merd- putain !”

“Quoi, qu’est-ce que...”

La main libre de l’adolescente vient s’agripper à son avant-bras droit si violemment que la peau claque, ses doigts se crispent, sa voix dérape vers ce qui ressemble dangereusement à un gémissement, elle a mal, elle a visiblement très mal, et Skunk sent la panique le saisir à la gorge le temps de quelques cruelles secondes d’incompréhension.

Puis, d’un coup, il voit le liquide translucide qui poisse la peau suppliciée de Sick. Et il comprend. Beaucoup trop vite.

Skunk n’est pas Soigneur. Mais il sait deux trois trucs sur l’effet qu’a l’alcool sur une plaie ouverte. Même s’il préférerait vraiment que ce ne soit pas le cas.

La culpabilité et la peur s’effacent d’un coup de son visage, tandis qu’il pose sa tasse sans égard et qu’il se tourne pour attraper le seau d’eau claire laissé à côté de l’alambic. Il le tire d’un geste vif pour l’amener entre Sick et lui, avant d’ordonner d’une voix étrangement sèche et assurée:

“Mets ton bras là-dedans et frotte. Doucement. Juste pour rincer l’alcool.”






In order to insult me, I must first value your opinion.
Nice try though.
Now please go fuck yourself with a cactus.
[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_20[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_21[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Skunk_22[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? 5t7e
(And if I were you, I wouldn't love me neither.)

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ?   [Flashback] Do you look like me ? Do you burn like me ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-