-37%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer Incurvé – ACER – Nitro 23,6″ FHD 165 Hz 1ms
179.99 € 286.99 €
Voir le deal

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Marianne Oya
Marianne Oya

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 53
✘ SURNOM : L'Ortie
✘ AGE DU PERSO : 16- 18 ans (plus ou moins adulte en apparence)

✘ DISPO POUR RP ? : Peut-être
✘ LIENS : Une Ortie et son Herbier

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyMer 30 Sep 2020 - 19:58

Dino:
 






L'air du Bayou était quelque peu oppressant mais au moins ici il ne pleuvait pas. Dans l'ambiance sombre du lieu, le pirate détonnait avec son beau costume blanc et ses gants de soie assortis. Malgré la boue qui avait un peu tâché le bas du pantalon en chemin, il avait voulu sortir ses plus beaux vêtements pour l'occasion. Cheveux gominés et rasé de frais, on lui aurait probablement donné le bon Dieu sans confession.

Assise contre sa hanche mais surtout soutenue de son bras se trouvait une fillette l'air guilleret. Sa principessa, sa princesse ; c'était pour elle que Dino était là. Cette fois-ce il avait eu le droit de garder sa fille un jour et une nuit à condition qu'il ne l'amène pas au Port. Alors il étaient allés dans la jungle, dans son abri sous la cascade où il affinait ses fromages et rencontrait ses amis du Grand Arbre.

Ce n'était que la quatrième fois qu'il avait eu le droit d'emmener sa petite Maria hors du Bayou. Elle grandissait rapidement, à chaque fois que l'italien la voyait elle semblait avoir un an de plus. Les choses allaient si vite que dès la seconde fois il avait organisé son baptême. Rien des fêtes opulentes de son enfance à lui mais une cérémonie dans la plus grande discrétion. Officiant, le prêtre de l'équipage et comme témoins, marraine et parrain ; sa très chère Moriko et Allan Lorden qu'il trouvait être l'homme le plus digne de confiance pour cette tâche de tous ses contacts.

L'enfant portait désormais une gourmette en or à son poignet où scintillait un petit médaillon de la Vierge miraculeuse. Santa Maria, la mère de tous remplacerait la sienne dans son coeur puisqu'elle ne l'avait pas connue. Et ainsi, même née sur l'Île de Peter Pan, elle serait pour toujours liée au vrai Dieu et à son paradis.

Voilà bambina, plus qu'à attendre ta tata. Je me demande qui sera ta nounou du jour.

Marianne, un peu agitée du départ imminent de son père se mit à fouiller dans le veston blanc du mafieux à la recherche de quelque dernière friandise. Celui-ci la laissa faire, en profitant pour déposer un baiser dans ses cheveux qu'elle avait aussi noirs que les yeux. C’est qu’il avait oublié l’arme qui était soigneusement rangée dans sa poche intérieure. Et lorsque la fillette l’eut sortie, l’air victorieuse, il lui saisit le poignet et la réprimanda gentiment :
Maria, amore, no. il lui reprit doucement le revolver des mains et l’enfila à l’arrière de sa ceinture On a dit quoi ? Les pistolets de papà ne sont pas pour jouer.

Boudeuse de s'être vu refusé le bel objet étincelant, la fillette demanda à descendre sans pourtant s'éloigner des jambes de son papà. Le pirate en profita pour allumer une cigarette, baladant le regard vers le sommet de la tour du Baron. On lui avait dit d'attendre ici, légèrement à distance, hors de la tourbe qui entourait l'édifice. Il se fit la réflexion qu'épouser toutes ces femmes et les enfermer ensemble était une drôle d'idée. Aucune d'elles ne devait être italienne car il imaginait mal sa mère ou ses tantes accepter la polygamie ; trop de fierté. Elles rendaient déjà la vie de son père et ses frères assez difficile pour quelques amantes d'un soir. Dino, lui, avait choisi de n'avoir que des maîtresses. Aucun engagement, l'amour intense de quelques jours, fini avant qu'il n'ait le temps de s'essouffler.

Papà, papà !  Marianne tirait sur son pantalon, ramenant à elle son esprit distrait Pourquoi il faut rentrer ?

Le mafieux marqua un temps de réflexion. Il n'avait guère envie de lui dire qu'elle n'était pas bienvenue au Port et que ses gardiens, lui faisant peu confiance, interdisaient pour l'instant les visites trop longues.

Parce que je dois travailler. dit-il finalement, tirant une bouffée de son mégot.

Mais la réponse n'eut pas l'air de satisfaire la petite dont les yeux d'ombre avaient pris un éclat déterminé.

Moi aussi je peux travailler, je suis forte !

Elle avait déjà du caractère ce qui réjouissait le pirate qui y reconnaissait bien son sang.

Une autre fois cara mia. lui répondit-il en espérant que sa nounou du jour arriverait bientôt car la petite n'avait certainement pas terminé d'argumenter.  
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyJeu 1 Oct 2020 - 23:15

La silhouette n'était pas visible depuis l'endroit où se trouvaient Marianne et son père. C'était intentionnel. Les bras croisés, l'épaule posée contre la colonne de bois qui soutenait le toit de l'avancée sur laquelle elle se trouvait, la Bohémienne observait sans un mot. Son regard fixé sur le duo, elle semblait analyser toutes les interactions dont elle était témoin avec une attention extrême. Elle avait fait en sorte de se trouver juste assez proche pour entendre leur conversation, sans pour autant être trop visible. Elle ne manquait donc pas une miette des scènes qui se déroulaient.

...On aurait pu croire que son mari lui avait bien appris, mais la vérité était qu'elle s'était toujours bien débrouillée là-dessus. Lundi et elle avaient toujours eu le goût de l'observation en commun.

D'extérieur, la scène paraissait plutôt attendrissante : le père et sa fille semblaient partager une certaine complicité, mais Ainhoa savait de source sûre que ce n'était jamais aussi simple que cela. Au moins, la fillette ne donnait pas l'impression de vouloir fuir son père, et restait volontiers dans ses bras. C'était une bonne chose... jusqu'à ce qu'elle trouve le moyen de sortir une arme à feu de sa veste.

La Bohémienne fronça instantanément les sourcils, mais ne bougea pas d'un pouce. Le père n'avait pas perdu de temps pour réagir, même si elle n'était pas tout à fait convaincue par les arguments. Elle remarqua, non sans un léger sourire amusé, que la gamine ne l'était pas beaucoup plus qu'elle. C'était amusant, comme Marianne pouvait lui rappeler sa mère, par moments.

Perdue dans les souvenirs d'un passé bien moins lointain qu'on aurait pu l'imaginer, Ainhoa n'écoutait plus la conversation que d'une oreille. Elle revint cependant rapidement au moment présent lorsque la discussion se fit plus pressante. L'enfant commençait à s'impatienter. C'était probablement le moment d'entrer en scène.

Se dégageant de sa cachette, Ainhoa vint donc à la rencontre du duo. Comme à l'accoutumée, elle portait de longues robes faites de pans de tissus de couleurs et hauteurs variées, voletant au rythme de ses pas. On distinguait également une chevillière en or garnie de minuscules grelots qui annoncèrent son arrivée plus efficacement que n'importe quoi d'autre.  Son cou était orné d'un collier de henné dont les couleurs laissaient entendre qu'il était là depuis un petit moment déjà. Les traits délicats sur sa main et son poignet gauche, eux, semblaient plutôt frais.

"Crois-tu vraiment qu'elle pourra l'attraper moins facilement là-bas, maintenant que tu l'as posée à terre ?" fit-elle en désignant du menton la ceinture de l'italien, à l'arrière de laquelle il avait rangé son arme. "Elle est peut-être jeune, mais déjà bien assez bornée pour ne pas se laisser berner aussi facilement."

Baissant le regard vers la petite, Ainhoa ajouta avec un peu plus de douceur -ce qui n'était pas bien difficile.

"Bonjour, Marianne. Je suis Ainhoa, c'est moi qui vais m'occuper de toi aujourd'hui."

Elle s'était sentie obligée de le préciser, car les deux n'avaient pas passé beaucoup de temps ensemble par le passé : Noa n'était pas celle qui se précipitait pour prendre soin des enfants, même ceux sur lesquels il pouvait lui arriver de garder un œil, comme c'était le cas de la petite de Tamara. N'ayant pas vraiment la fibre maternelle, on évitait de lui proposer ce genre de mission. Quand elle avait appris que la fillette allait rester la nuit entière auprès de son père, cependant, elle avait éprouvé le besoin de voir d'elle-même ce qu'il en était. Les autres avaient été étonnées, mais avaient laissé faire : elles n'avaient pas vraiment de raison de le lui refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Marianne Oya
Marianne Oya

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 53
✘ SURNOM : L'Ortie
✘ AGE DU PERSO : 16- 18 ans (plus ou moins adulte en apparence)

✘ DISPO POUR RP ? : Peut-être
✘ LIENS : Une Ortie et son Herbier

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyMer 7 Oct 2020 - 10:57

L'attention de Dino fut détournée de la conversation avec sa fille par la vue d'une femme aussi colorée de peau que de vêtements qui se dirigeait vers eux. Il la détailla un instant, se faisant la réflexion que le Baron devait vraiment être un homme exceptionnel ou un très bon amant pour s'entourer de telles beautés. L'italien s'apprêtait à la saluer mais elle le devança.

Crois-tu vraiment qu'elle pourra l'attraper moins facilement là-bas, maintenant que tu l'as posée à terre. Elle est peut-être jeune, mais déjà bien assez bornée pour ne pas se laisser berner aussi facilement.

Le pirate haussa un sourcil, ne saisissant pas tout de suite ce que la jolie dame cherchait à lui dire. Puis il se souvint du revolver qu'il avait glissé dans son dos et un sourire étira ses lèvres. C'est qu'elle les avait donc espionnés. Elle se présenta ensuite sa petite Maria qui leva vers un elle un regard hésitant.

Et où étais-je censé le mettre zingara ? il récupéra le pistolet, fit semblant d'y enlever amoureusement une poussière Le lancer dans la boue ? C'est un trop bel objet pour ça, on ne jette pas les belles choses.

Remettant l'arme à sa place dans son veston, il caressa la tête de l'enfant qui s'accrochait encore un peu à lui et lui dit d'une voix douce.

Amore, tu veux montrer à ta tata ce que tu as amené?

Les traits soudain illuminés, la fillette sorti un sachet en papier d'une sacoche de cuir qui jurait avec sa robes et ses froufrous. Elle tendit l'emballage à Ainhoa, le visage très fier. A l'intérieur se trouvait des petits biscuits de sésame grillés au miel.

Regarde ce que j'ai fait tata ! Papà et Photon ont un peu aidé mais c'est moi qui a fait ! C'est des gugulena.

Giurgiulena corrigea le mafieux, attendri par la scène. Bien sûr la chose n'avait pas été sans calcul, il cherchait avant tout à faire bonne impression, mais ils avaient passé un bon moment et il avait été fier de transmettre à sa fille cette recette de famille. Il releva ses yeux gris clair vers la jeune femme.

Tu vois, zingara, comme je m'occupe bien de ma Maria. Ce n'est pas mon père qui aurait fait des pâtisseries avec moi. Je suis plutôt sucré comme pirate.
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyLun 12 Oct 2020 - 23:22

Noa eut un très léger sourire amusé à la réponse du pirate, tandis qu'elle se redressait pour revenir à sa hauteur. Oh, il n'avait pas la langue dans sa poche, c'était certain. Un sens de la réplique et un franc-parler assumé. Elle pouvait comprendre pourquoi Tamara l'avait choisi comme passe-temps. Il avait le mérite de se rendre intéressant.

"Oh, voyons... Pas la peine de se rendre à de telles extrémités. Il doit bien y avoir une partie de ton corps qu'elle ne touche pas, non ?"

C'était dit avec un sourire tout ce qu'il y avait de plus aimable et la lueur amusée dans son regard olive ne mentait pas : Ainhoa était en train de jouer. Pour autant, elle guettait la réaction du pirate avec bien plus d'attention qu'elle n'en donnait l'air. Ce n'était probablement pas ce genre de riposte qui pourrait le déstabiliser, mais si elle était capable de lire quoi que ce soit de malsain en lui à l'égard de cette petite, ce serait certainement l'occasion rêvée.

Néanmoins, le sujet changea bien vite et alors que Marianne fouillait dans sa sacoche, la Bohémienne adressa un regard à l'adulte. Sourcil haussé, lèvres légèrement recourbées, son visage tenait d'un "Bien joué" qu'elle n'aurait jamais mentionné à voix haute. Il serait présomptueux de penser qu'elle ne voyait pas clair dans son jeu, mais elle décida de faire comme si, l'espace d'un instant.

Pour la petite, bien que cette dernière ne se doutait probablement de rien.

S'accroupissant à nouveau pour être à hauteur de la fillette, Ainhoa posa sa main sous la sienne pour la tirer tout doucement vers elle afin d'observer le contenu du sachet qu'on lui tendait. Son autre main naviguait au-dessus des biscuits, semblant vouloir les analyser sans oser y toucher.

"Oh, je vois... Ca a l'air délicieux ti chou, tu as dû te donner beaucoup de mal ! Je peux goûter ?"

Même elle avait assez l'habitude des enfants pour savoir qu'il fallait prêter attention à ce qu'ils disaient et les féliciter. D'autant que ses compliments étaient sincères. Les petits gâteaux avaient peut-être une forme aléatoire, mais ils n'en restaient pas moins appétissants.

Tu vois, zingara, comme je m'occupe bien de ma Maria. Ce n'est pas mon père qui aurait fait des pâtisseries avec moi. Je suis plutôt sucré comme pirate.

Sans se relever, cette fois, Ainhoa leva les yeux vers le Mafieux. Elle était bien plus basse que lui dans cette position, et pourtant donnait l'impression de le toiser du regard. Sa voix avait retrouvé une froideur qu'elle avait pourtant laissée de côté un peu plus tôt.

"Dois-je te féliciter d'être un parent décent ?"

La question était visiblement rhétorique. Se redressant lentement -avec ou non un biscuit à la main selon la réponse de Marianne- la Bohémienne reprit, non sans une étincelle d'amusement dans son regard clair. Elle avait beau dire et montrer les crocs, elle arrivait tout de même à se prendre au jeu. Il fallait dire que les deux n'étaient pas incompatibles.

"C'est dommage... Personnellement, je suis plutôt piments."

Il l'aura remarqué.
Revenir en haut Aller en bas
Marianne Oya
Marianne Oya

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 53
✘ SURNOM : L'Ortie
✘ AGE DU PERSO : 16- 18 ans (plus ou moins adulte en apparence)

✘ DISPO POUR RP ? : Peut-être
✘ LIENS : Une Ortie et son Herbier

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyVen 23 Oct 2020 - 20:23

Sans attendre particulièrement de félicitations, Dino trouvait qu’il les aurait bien méritées. Il se pensait un bon père pour Maria, aurait tout aussi bien pu rejeter l’enfant et sa paternité et continuer sa vie comme avant. Mais il avait ce respect du sang et puis l’idée d’avoir une descendance interdite lui plaisait bien. Peter l’avait peut-être berné en le coinçant ici mais ne s’était-il pas bien moqué en menant sa vraie vie d’homme d'honneur ? Certes il vieillissait plus lentement que sur Terre mais il n’avait jamais cessé.  

C’est dommage, personnellement je suis plutôt piments.

La réponse fit sortir le pirate de sa rêverie et étira encore le sourire qui quittait rarement ses lèvres. Il termina de manger le biscuit que sa fille lui avait volontiers offert ainsi qu’à Ainhoa puis approcha celle-ci d’un pas nonchalant.

Je me serais bien douté que tu es plutôt épicée, zingara dit-il en faisant semblant de humer l’air près d’elle, se demandant si elle sentirait le léger parfum qu’il avait appliqué sur ses joues fraîchement rasées.

Dino en profita pour observer la jeune femme de plus près. Sans la toucher, appréhendant de son regard gris le café de sa peau et ses beaux yeux fiers.

Mais quoi de mieux que le mélange des saveurs ? lui souffla-t-il à l’oreille.

Depuis la naissance de la petite, le mafieux, qui trouvait qu’il avait eu suffisamment d’ennuis, s’était promis de ne plus chercher à séduire les femmes du Baron. Mais il avait toujours eu un faible pour les dames de caractère et puis ce n’était pas du jeu quand elle lui répondait si facilement.

Ça doit être ennuyant des fois avec un mari trop lisse et trop perfetto.
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyVen 23 Oct 2020 - 21:10

Ce n'était pas avec les yeux du ciel que Lundi avait observé la scène. Il ne faisait que garder un oeil sur la situation. Rien de plus, là-haut sur la Tour. Autant dire que le Céleste n'aimait pas le Mafieux.

Les cieux, déjà lourds, s'épaississaient de nuages sombres. Ça grognait. Ça sentait l'orage, le Baron était ronchon tout grognon. Ainhoa saurait y faire, et elle connaissait très bien la situation. Klere n'y trouvait rien à redire. Mais le pirate, ça...

Trop près, il se prenait pour qui ce simple humain ?

L'éclair éclata juste au-dessus, le tonnerre hurla. Un coup. Pas besoin non plus de se mettre en colère.
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyVen 30 Oct 2020 - 20:40

Son biscuit à la main, Ainhoa donnait la réplique à l'italien avec un sourire amusé sur les lèvres. Elle aimait bien lorsqu'on avait du répondant, et même si Dino partait avec quelques points en moins par principe, il commençait sérieusement à enchaîner les bons points.

Elle sourit en le voyant approcher, une étincelle de malice dans ses yeux vert olive. Sans lui répondre de suite, elle prit une bouchée de la friandise préparée par la petite, l'observant avec un intérêt qui tenait plus de la science que d'autre chose. Même si elle devait admettre que le Mafieux avait un certain charisme. Tamara n'était pas connue pour mal s'entourer, après tout.

"Mais quoi de mieux que le mélange des saveurs ?"

Elle pouvait sentir son souffle dans son cou, bien qu'il gardait une légère distance. Les yeux d'Ainhoa se levèrent instinctivement vers le ciel, qui noircissait à vue d'œil au-dessus de leurs têtes. Bien entendu, Klere n'était pas loin. Elle ne savait pas s'il regardait la scène depuis un balcon de la Tour ou son bassin particulier, mais nul doute qu'il observait avec attention. La jalousie possessive de Lundi avait tendance à la rendre d'humeur plus joueuse encore...

Cependant, elle savait aussi que la récente mort de Tamara pesait lourd sur le cœur du Céleste. Maintenant n'était peut-être pas le moment idéal pour s'amuser avec la météo. Aussi se contenta-t-elle de poser un doigt sur ses lèvres en tournant la tête vers Dino, l'air sincèrement intrigué par sa dernière réplique.

"Trop lisse ? Es-tu certain que nous parlons de la même personne, zanmi ?"

Posant la main sur l'épaule de l'italien, elle avança d'un pas, se décalant juste assez pour ne pas lui foncer dedans. C'était à son tour de lui parler à l'oreille.

"N'as-tu pas vu le temps passer à l'orage ? Il n'y a rien de lisse là-dedans."

Elle termina le biscuit offert par Marianne en se reculant un peu.

"Les épices sont déjà multiples, tu sais. A côté, même le sucre le plus mielleux peut paraître fade..."

Elle s'amusait, et cela se lisait clairement sur son visage. Elle n'avait pas la moindre intention d'aller plus loin qu'un simple badinage, mais elle aimait le bagout de cet homme et se demandait bien jusqu'où il pouvait aller...

Marianne n'allait pas se plaindre de passer un peu plus de temps avec son papà, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Marianne Oya
Marianne Oya

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 53
✘ SURNOM : L'Ortie
✘ AGE DU PERSO : 16- 18 ans (plus ou moins adulte en apparence)

✘ DISPO POUR RP ? : Peut-être
✘ LIENS : Une Ortie et son Herbier

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyLun 2 Nov 2020 - 13:49

Principessa Maria - Flashback Dinova10


Au-dessus d’eux, l’éclair soudain et son tonnerre assourdissant fit sursauter Dino qui ne s’y attendait pas. Mais à peine commencé, l’orage s’était déjà tu au point qu’il se demanda presque s’il ne l’avait pas rêvé.

De son côté Marianne savait que le tonnerre était synonyme de mauvaise humeur sans en comprendre les détails. Le bruit lui faisait peur et mal aux oreilles aussi. De plus il avait fait fuir la jolie grenouille qu’elle s’apprêtait à attraper. Sa jolie nouvelle robe déjà toute souillée par le marais, la fillette voulu faire part de son désarroi à son père mais celui-ci avait l’air de discuter de choses importantes avec sa tata sans faire attention à elle. Grisée par cette soudaine liberté elle en profita pour s’aventurer plus loin dans le Bayou. Peut-être qu’elle trouverait une fleur ou un joli animal à ramener à sa tata.

Sans remarquer les errances de sa fille car trop occupé à son petit jeu, le pirate contemplait la jeune femme face à lui qui semblait tout autant s’amuser de la situation.

Trop lisse ? Es-tu certain que nous parlons de la même personne, zanmi ?

L’italien haussa les épaules. En vérité il n’avait jamais vu le Baron Lundi, ne le connaissait que de description. Lisse, n’était peut-être pas le bon mot mais à ses yeux il restait non-humain et ne pouvait de ce fait posséder la même nuance, le même charisme brut qu’un homme de chair intouché par la magie ; comme lui-même par exemple.

N'as-tu pas vu le temps passer à l'orage ? Il n'y a rien de lisse là-dedans.

Appréciant son souffle tiède contre sa peau alors qu’elle parlait, sa phrase mit quelques secondes à faire sens. Mais quand le mafieux comprit réellement il éclata alors d’un rire franc et solaire.

C’est ton marito qui fait ça, zingara ? il s’esclaffait encore tout en parlant. C’est qu’il était un homme à l’humour facile. Il avait entendu parler des pouvoirs du guédé mais n’avait pas fait le lien tout de suite.

Les épices sont déjà multiples, tu sais. A côté, même le sucre le plus mielleux peut paraître fade...

Dino leva la tête, observant les nuages sombres et remarqua avec malice. Tu parles d’épices, moi je sens plutôt le sel.

Le Baron était-il vraiment jaloux de lui ? Les observait-il depuis une quelconque cachette ? Il avait pourtant cru qu’il laissait une grande libertés à ses épouse mais peut-être lui en voulait-il un peu pour le destin tragique Tamara. Pourtant la mère de sa Maria n’était pas morte par sa faute, elle avait fait le choix de se sacrifier pour l’enfant tout en sachant qu’il y avait une possibilité pour qu’il ne soit pas de son mari. Lui n’avait été averti qu’après la naissance. Il avait pleuré la mort de la jeune femme car il l’avait tout de même aimée l’espace de quelques nuits mais il n’était pas de ceux qui gardait le deuil au cœur. Il continuait néanmoins à la remercier dans ses prières pour le don qu’elle lui avait fait en mettant leur fille au monde.

Alors l’italien comprenait un peu mais cette humeur d’époux jaloux était trop drôle pour qu’il n’en profite pas.

On va bien voir si c’est a cause de nous, zingara. Donnons-lui de quoi être jaloux.

Se rapprochant d’Ainhoa, il passa un bras autour de sa taille et l’attira contre lui. Hanche contre hanche comme s’ils s’apprêtaient à être pris en photo ou esquisser un pas de danse. Si la motivation du pirate était avant tout la provocation, le contact était loin d’être désagréable ou de lui déplaire. La femme était une si belle création de Dieu, qu’y avait-il à faire sinon la louange du corps de chacune d’entre elles ?

Qu’il ait droit à un baiser ou une baffe, le pirate s’en fichait pas mal. Il ne cherchait même pas réellement à séduire la femme du Baron, bien qu’elle fut belle et à son goût. Il savait de toute façon ses chances très minces.
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyMer 11 Nov 2020 - 21:48

Il était toujours intéressant de voir la réaction des Diurnes -comme son beau-frère les appelait- aux manifestations des humeurs de Lundi. Les habitants du Bayou y étaient tant habitués que la plupart n'y prêtaient plus la moindre attention. A moins d'avoir une raison d'être concerné par ces orages, bien entendu. Ainhoa, elle, avait appris à décoder les orages. Certains étaient moins dangereux que d'autres. Celui qui venait de leur passer au-dessus, par exemple, n'était qu'un simple avertissement. Court, mais puissant, pour remettre à leur place ceux qui prenaient trop leurs aises... faire fuir les plus peureux.

Bien que surpris, l'italien paraissait plus curieux que réellement apeuré. Noa décida de voir jusqu'où cette curiosité pouvait aller, jouant à son tour. Le rire confiant et communicatif du Mafieux tissa un sourire qu'on pouvait presque qualifier d'appréciateur sur les lèvres de l'épouse. Elle voyait de plus en plus dans ce caractère bon vivant, cet humour et cet ego (plus ou moins bien placé) ce qui avait pu attirer Tamara.

Elle se demanda brièvement ce que Marianne allait récupérer de tout cela, avant que ses pensées ne soient interrompues par une nouvelle réplique salée (c'était le cas de le dire) de la part du père de l'enfant. Ainhoa lui sourit avec amusement, sans répondre. Il fallait dire que Dino n'avait pas tort, et que même si elle aimait profondément son mari, elle n'en était pas rendue au stade où elle prenait aveuglément sa défense. Certains des traits de caractère du Baron étaient plus ou moins agréables, sa jalousie quasi-maladive était l'un de ceux-là.

...même si la Bohémienne s'amusait toujours beaucoup à le titiller à ce sujet.

Ce fut sûrement la raison pour laquelle elle ne réagit pas lorsqu'elle sentit la main se glisser sur sa taille. Elle suivit le mouvement, tournant la tête vers le père de Marianne sans rien dire ni faire de particulier, si ce n'était ce sourire en coin qui s'étirait toujours autant.

"Es-tu sûr de toi, zanmi ? Jusqu'où es-tu prêt à aller pour vérifier ta théorie ?"

Elle approcha son visage du sien, minimisant au maximum l'espace sans pour autant qu'ils se touchent réellement.

"Le caractère orageux de mon époux n'a pas vocation à être uniquement valeur d'avertissement, tu sais..."

Elle tourna la tête sur le côté, l'air de rien. Comme si la suite ne l'intéressait pas. Elle n'avait cependant pas bougé le moindre autre muscle.

"Je pensais qu'un père qui s'occupe bien de sa fille tiendrait un peu plus que cela à la vie."

D'ailleurs, en parlant de fille... Le regard olive de l'Ensorceleuse se mit à chercher la silhouette de la petite.
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyVen 13 Nov 2020 - 15:44

Du vent dans le ciel, les nuages qui tournaient en cercles, ils ne s'étaient pas encore écartés que l'humeur reprenait ses airs de colère. Les avertissements tombaient si souvent dans les oreilles des sourds, peut-être que le tonnerre avait hurlé trop fort.

Le Baron, du haut de sa Tour hésitait presque à se prendre la foudre pour laisser son épouse s'occuper de tout. Il la connaissait bien sa Bohémienne, elle aimait que le ciel se déchire.

Le Céleste ne voyait pas si bien de si haut, évidemment qu'il monterait des tours ! Bon sang, c'était quoi ce tèt zozo ?! Encore plus lorsqu'il s'agissait d'un homme qui avait engendré la mort d'une épouse aimée.

L'orage gronda, hurla et cracha trois éclairs sur terre. Explosant les arbres les plus proches du ponton où se tenaient Ainhoa et Dino, l'odeur de brûlé acheva les effluves d'encens de la Tour. Du haut de celle-ci, Lundi scrutait appuyé à une poutre. Cette fois l'orage ne se calmera pas, mais les éclairs n'apparaitraient pas à nouveau. Pas trop près de Noa. Le quatrième coup pourrait être de chair grillée.

L'orage noir tournait dans les cieux du Céleste.
Revenir en haut Aller en bas
Marianne Oya
Marianne Oya

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 53
✘ SURNOM : L'Ortie
✘ AGE DU PERSO : 16- 18 ans (plus ou moins adulte en apparence)

✘ DISPO POUR RP ? : Peut-être
✘ LIENS : Une Ortie et son Herbier

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptySam 28 Nov 2020 - 13:24


Nei sogni proibiti di due innamorati
Nel posto più bello che c'è
Lontano dal mondo, portati dal vento,
Respira la tua libertà
Giocare un momento poi corrersi incontro
Per fare l'amore qua e là.


DINO

Si proches que le pirate pouvait presque la goûter sans l’embrasser. Il aurait pourtant volontiers pressé des siennes les lèvres charnues de la jeune femme mais cela n’arriverait pas, il manquait à ses yeux d’olive l’éclat d’envie qui l’y aurait encouragé. L’italien aimait ses conquêtes tout autant charmées que lui, ça demandait parfois du grand travail mais un baiser sans passion ne l’intéressait pas.

Le caractère orageux de mon époux n'a pas vocation à être uniquement valeur d'avertissement, tu sais...

Je n’en doute pas… chuchota-t-il, leur souffles mélangés. Elle détourna ensuite le visage, lui offrant la vue de sa jolie nuque Mais il faut bien rappeler de temps en temps à tous ces époux de ne pas prendre l’amour pour acquis.

Des bien paroles quand Dino savait qu’il n’aurait certainement pas été meilleur eût-il été marié. C’est pourquoi le rôle d’amant lui convenait parfaitement ; il montrait ce qu’il voulait et ses conquêtes avaient rarement le temps de se lasser de lui ou de découvrir quelque trait de caractère moins ravissant.

Je pensais qu'un père qui s'occupe bien de sa fille tiendrait un peu plus que cela à la vie.

Son sourire amusé perdit un peu de son éclat, il se sentit davantage remis à sa place par ces paroles que toutes les précédentes. Ca ne lui plaisait pas trop qu’elle inclue sa Maria et son devoir de père dans leur discussion plus légère. Ses doigts se serrèrent légèrement sur sa taille avant de relâcher la pression. Elle n’avait pas tort.

Je n’aime pas beaucoup être raisonnable, zingara, mais tu as raison. La petite n’a déjà pas sa mamma alors autant ne pas mourir bêtement.

A peine le pirate eut-il le temps de finir sa phrase. Trois éclairs les aveuglèrent et déchirèrent leurs tympans. Dino fit un bond en arrière, tirant par réflexe Ainhoa avec lui par le bras pour l’éloigner du danger. Mais bien sûr elle ne risquait rien. Si les arbres carbonisés étaient une menace c’était pour lui seul.

Les oreilles sifflantes, il lâcha finalement la jeune femme, soudainement plus préoccupé par sa fille que le tonnerre avait du au moins un peu effrayer. La cherchant des yeux sans la voir il appela :

Maria ! Vieni qui !


***

MARIANNE


Le cri du tonnerre, bien plus fort qu’avant, effraya une Marianne concentrée à attraper une salamandre et elle tomba les fesses dans la vase, finissant de ruiner sa jolie robe blanche. Sa première pensée fut que son papà serait triste et peut-être un peu fâché.

Une fois un garçon beaucoup plus grand qu'elle lui avait dit que l'orage c'était quand on avait fait une bêtise. Alors la fillette se fit la réflexion que sûrement c'était à cause d'elle parce qu'elle était allée trop loin alors que son papà avait bien spécifié qu'elle ne devait pas s'éloigner toute seule.

Quand quelque chose lui effleura la cheville sous la boue elle se rappela que le garçon avait aussi dit que les sangsues viendraient lui manger les pieds si elle allait dans le marais. Qu'elles avaient de grandes dents comme des requins qui coupaient toutes la jambe.

Avec un cri l'enfant se releva et se mit à courir le plus vite possible pour regagner les chemins de terre mais ses petites jambes s'enfonçaient beaucoup et elle avait l'impression de sentir des bêtes partout qui lui glissaient sur la peau.

Quand enfin elle arriva sur un sol plus dur elle n’eut pas le temps de souffler et se retrouva face à une silhouette immense et sombre qui ne fit qu'ajouter à sa peur déjà présente. En voulant l'éviter au pas de course elle ne remarqua pas la racine qui l'envoya rouler dans un buisson.

À peine eut-elle atterri que tout commença à lui brûler. Son visage, ses bras et ses jambes piquaient et commençaient à se couvrir de petits boutons rouges.

Marianne serra les points et les dents pour ne pas pleurer parce qu'elle était forte et fière. Les larmes coulaient déjà silencieusement au bord de ses grands yeux noirs mais elle faisait de son mieux pour les ignorer.

Elle renifla, se mordit la lèvre, et commença à ramper pour sortir du talus rempli d’orties, de petits sanglots lui échappant involontairement.
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptySam 2 Jan 2021 - 19:21

Le regard toujours détourné du pirate pourtant à quelque centimètres d'elle, la bayouteuse retint un léger éclat de rire. Ce Dino avait de l'humour et un sens de la répartie indéniables. Mais il avait également cet air typique de ceux qui ne savent pas balayer devant leur porte. Ainhoa ne répondit pas par la voix. En soi, elle était d'accord avec ce que l'italien était en train de dire. Ce n'était pas pour autant qu'elle allait lui faire le plaisir de le mentionner. Elle se contenta donc de changer de sujet -à moitié- en ramenant Marianne au centre de leurs préoccupations respectives.

Car s'il était toujours agréable de s'amuser un peu -aux dépends de certains- il arrivait toujours un moment où il fallait retrouver son sérieux. Elle se moquait bien d'avoir terni le sourire du Mafieux. Elle avait eu ce qu'elle voulait... ou presque.

Alors que le pirate s'accordait à dire qu'il leur fallait effectivement être raisonnables, le tonnerre retentit. Ainhoa n'eut pas le temps de réagir -autrement que par un sursaut incontrôlé- qu'elle était déjà traînée en arrière. Elle tourna un regard étonné vers Dino. Elle ne pensait vraiment pas que l'homme aurait à cœur de se préoccuper ainsi d'une femme qui se contentait de jouer avec lui pour provoquer la foudre... Décidément, certains Diurnes la surprenaient.

Son regard olive se tourna ensuite vers les trois arbres non loin. Très près, même. Lundi n'était pas amusé, au contraire de son épouse, et il leur faudrait probablement en rester là. Ce qui n'était pas une si mauvaise chose, finalement. La Bohémienne leva la tête en direction du plus haut balcon de la Tour. Elle n'était pas capable de distinguer clairement la silhouette de son époux à cause du ciel sombre, mais elle savait qu'il était là. Elle lui adressa un sourire, et lui envoya un baiser en signe de paix. Tout allait bien.

Enfin, elle baissa la tête pour parcourir la zone du regard. Marianne n'avait pas répondu à l'appel de son père. Ses sourcils se froncèrent brièvement. La petite n'était pas dans son champ de vision, peu importe la direction dans laquelle elle regardait.

"Elle ne peut pas courir aussi vite... Elle est partie depuis un moment."

D'autant que si elle avait eu peur de cet orage, ils auraient dû à minima l'entendre détaler, si elle n'était pas du genre à pousser des cris.

L'avantage du climat étrange du Bayou, c'était qu'il gardait une trace de tout ce qu'il se passait sur son sol. Quand bien même les chemins n'étaient pas totalement boueux, ils n'étaient pas assez secs pour que des empreintes de pas faites quelques minutes plus tôt disparaissent aussitôt. A force de chercher, Noa finit par repérer de petites traces qui correspondaient probablement aux chaussures de la petite de Tamara.

Elle siffla dans la direction du père de l'enfant (elle n'était pas certaine qu'il soit à portée de main) avant de tendre un bras dans la direction que la gamine semblait avoir prise.

"Par là."

Au moins, elle ne donnait pas l'impression d'être sortie du Bayou... Mais était-ce vraiment rassurant ?






Principessa Maria - Flashback Meena_15
Revenir en haut Aller en bas
Baron Samedi
Baron Samedi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 84
✘ SURNOM : Le Fétide.
✘ AGE DU PERSO : Indicible.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : And he will greet them in a smile that sticks like vaseline.
Sujet en cours : I - II - III

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptySam 13 Mar 2021 - 23:00

Ce n’est pas que voir des marmots au Bayou est rare, mais ceux-ci restent rarement petits longtemps. Ainsi lorsque le tonnerre gronde et qu’une petite fille débarque dans son champ de vision, le Baron Samedi se fige. Visiblement très occupée, l’enfant tente une esquive qui se termine de façon aussi brutale qu’hilarante : dans un buisson d’ortie.

C’est plus fort que lui, le Guédé éclate d’un rire sonore, qui disperse les lwas qui, auparavant, l’entouraient. Quoi de plus drôle qu’un enfant qui déboule et se ramasse ainsi, au meilleur des endroits ? Bien sûr que la chute a dû être douloureuse mais la petite - désormais occupée à ramper hors des plantes - n’en mourra pas.

Tout en observant cette curieuse petite fille à la robe en piteux état, Samedi se rapproche et se penche, soulevant l’enfant à deux mains avant de l’asseoir sur son avant-bras. Les marmots aussi jeunes errent rarement seuls, par ici. D’autres adultes bien plus responsables que lui sont sans doute à sa recherche à l’heure qu’il est.

- Kalme ou, petite Ortie. Il doit retenir un nouvel éclat de rire. On va retrouver ton gardien, pa bay tet ou pwoblem.

Malgré les tressaillements silencieux qui agitent ses épaules, son ton est d’une douceur suspecte. Qui irait croire que, derrière sa sombre carapace, le Fétide cacherait un faible pour les bambins ? Personne, voyons. Après tout, il n’y a pas de témoin pour le voir tapoter la tête de la petite en un geste presque affectueux.

Il n’ont pas fait quelques mètres que, tout à coup, l’un des loas qui l’accompagnent usuellement est revenu, signe qu’ils sont dans la bonne direction. Samedi accélère alors le pas, nonchalant malgré le poids impromptu qu’il tient dans ses bras.






Offrande :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://elorecohlt.tumblr.com
Marianne Oya
Marianne Oya

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 53
✘ SURNOM : L'Ortie
✘ AGE DU PERSO : 16- 18 ans (plus ou moins adulte en apparence)

✘ DISPO POUR RP ? : Peut-être
✘ LIENS : Une Ortie et son Herbier

Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback EmptyDim 15 Aoû 2021 - 12:10


MARIANNE

Alors qu’elle luttait pour regagner le chemin et s’extraire du buisson qui la brûlait, la grande ombre effrayante s’était approchée et l’avait soulevée. La fillette avait laissé échapper un petit cri plus de surprise que de frayeur. Dans son folklore personnel les ombres et les fantômes n’avait pas de substance, alors s’il elle se retrouvait à présent perchée si haut, loin des herbes méchantes, c’était que ça ne lui voulait probablement pas de mal.

Les larmes brouillaient encore sa vision mais sous ses petits doigts elle pouvait sentir la chair d’un bras et d’une épaule. Très froide et à l’odeur un peu étrange mais ça ne la dérangeait pas. S’essuyant les yeux avec sa manche elle leva finalement son regard noir vers le visage de l’adulte qui l’avait ramassée.

Kalme ou, petite Ortie. On va retrouver ton gardien, pa bay tet ou pwoblem.

Il avait l’air amusé, pourtant Marianne ne voyait pas ce qu’il pouvait y avoir de très drôle. Elle n’avait pas tout compris non plus mais s’en remettait à lui puisqu’il était un adulte. Elle était un peu rassurée, par contre sa peau lui faisait mal de partout et elle avait très envie de retrouver son papà même s’il allait être triste et peut-être fâché qu’elle ait ruiné son beau cadeau.

Ma robe est toute déchirée... elle renifla Je vais être grondée, je suis partie toute seule dans le marais...




DINO


Elle ne peut pas courir aussi vite... Elle est partie depuis un moment.

Le pirate laissa échapper un léger soupir, un peu irrité.

Elle sait qu’elle ne doit pas s’éloigner toute seule.

A son appel qui avait suivi de près le tonnerre déchirant, il s’était attendu à voir sa petite Maria se précipiter vers eux pour venir se cacher dans ses jambes. Mais l’enfant avait profité de sa distraction pour s’échapper.

C’était principalement de sa faute, ça Dino le savait bien mais ne l’avouerait pas. Il était un peu inquiet aussi, il y avait des êtres et créatures étranges qui vivaient dans le Bayou et les marais alentours. Ca, il le masquait également, du moins en partie, n’ayant pas envie de se faire une fois de plus remettre en doute par la jeune femme.

Alors qu’il cherchait encore la fillette des yeux, un sifflement ramena son attention à quelques mètres sur sa droite.

Par là.

Le bras tendu, Ainhoa semblait avoir trouvé une piste. Il s’approcha.

C’est les chiens qu’on siffle, Zingara, moi je préfère entendre ta jolie voix.

Effectivement les traces étaient indéniablement celles de sa Maria. Le mafieux se mit à les suivre, une minute ou deux, avant qu’apparaisse sur le chemin la haute silhouette d’un indigène dont la réputation le précédait.

Et dans ses bras sa petite fille, toute amochée avec le visage, les bras et les jambes recouverts de plaque rouges. Sa robe était en lambeaux par endroit.

Papà !

Les jolis yeux gris du pirate se teintèrent de violence. On ne touchait pas à la famiglia et encore moins à sa propre progéniture.
Sanguin, Dino ne se posa la question d’à qui revenait la faute, ne songea même pas à mieux regarder les rougeurs d’urticacées qui striaient la peau de l’enfant sans doute signe d’une maladresse davantage que d’une maltraitance. Automatiquement ses doigts gantés glissèrent autour de la crosse de son revolver mille fois empoigné et il en pointa le canon en direction du Baron. Bastardo qui avait osé toucher sa fille.

Lasciala ! Lâche-là. Qu’est-ce que tu lui a fait ?

Pas de peur dans sa voix échauffée malgré l’allure sinistre du guédé et sa réputation toute aussi effrayante. Le mafieux tenait sa joue sans trembler, les mocassins plantés dans le sol terreux et le regard qui scannait son adversaire pour savoir où il allait tirer en premier.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Principessa Maria - Flashback Empty
MessageSujet: Re: Principessa Maria - Flashback   Principessa Maria - Flashback Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Mer Imaginaire :: La Baie des Pirates :: Le Bayou Vaudou :: Gwo Kay Won-