Le deal à ne pas rater :
TCL TDS-6110 – Barre de son Home Cinéma 2.1 avec caisson de basses ...
69.99 €
Voir le deal

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyDim 20 Sep 2020 - 21:16

Réprimant un frisson, Ainhoa accéléra le pas en frottant avec énergie ses mains contre ses bras dans l'espoir de les réchauffer. La Pluie Salée ne l'avait pas dérangée plus que cela, mais le Givre était une horreur. La plupart des vêtements qu'elle affectionnait étaient immettables par ce temps, la forçant à ajouter couche sur couche pour espérer arriver à une température corporelle satisfaisante. Cela ne lui plaisait pas du tout. Et encore, elle savait que c'était bien pire là où la magie du Bayou n'opérait pas.

Alors qu'elle marchait rapidement en direction de chez elle, la Bohémienne leva le nez vers le ciel. Rien de particulier, mais avec le temps elle avait appris à reconnaître à reconnaître le langage du ciel. Lundi n'était pas de la meilleure des humeurs. Probablement l'ennui : avec ce temps, personne ne sortait dehors sans en avoir expressément besoin. Il y avait certainement bien peu de gens à observer, et encore moins sur lesquels faire tomber la foudre.

L'épouse elle-même avouait qu'elle était curieuse : depuis que les pirates rebelles avaient choisi le Ranch pour lieu de villégiature, il n'était pas rare d'en voir passer quelques uns par ici, traverser le Bayou pour rejoindre le Ranch après une expédition quelconque. Les plus hardis s'arrêtaient pour saluer les habitants, tentaient même parfois de marchander avec eux... elle en avait vu d'autre choisir sciemment de faire le tour du Bayou pour atteindre le Ranch, semblant préférer faire faire aux Orbleus qu'à Maman Brigitte et ses Fils.

...Elle ne voyait vraiment pas pourquoi.

Réprimant un rire, Ainhoa monta les marches qui menaient à l'immense bâtisse grandissant au fil des femmes et des enfants. C'était une construction anarchique, mais qui parvenait à fonctionner. D'ailleurs, il lui semblait que quelques zombis étaient encore en train d'ajouter une pièce.

Parcourant les différents halls, couloirs et autres salons, échangeant quelques mots de ci de là avec les comparses qu'elle croisait et prenant des nouvelles des jeux des plus jeunes tout en leur rappelant de ne pas courir à l'intérieur -comme si on allait l'écouter- l'épouse se dirigea vers le lieu où elle était presque certaine de trouver son mari : elle le savait ronchon, et elle avait une idée pour le dérider un peu. Arrivée devant la porte, elle frappa deux coups secs avant de prendre la parole.

"Klere ? C'est Noa, je peux entrer ?"

Dans un foyer où transitait autant de monde, mieux valait toujours demander la permission avant d'ouvrir une porte. On ne savait jamais ce qu'on allait trouver à l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyMer 23 Sep 2020 - 20:17

Il tournait en rond, en observant le bassin d'eau si peu profond au centre de la pièce circulaire. Le Baron n'y voyait rien d'intéressant, il commençait à se demander si le monde avait décidé d'être ennuyeux au possible... Quelques âmes s'étaient battues contre ces zonbis-gelés, en étaient ressorties transformées ou tuées. Et Lundi perdait ainsi quelques esprits distrayants. Plus le temps passait, bien que conceptuel, plus il grognait de ce givre qui empêchait de s'amuser pleinement. Le Céleste passait beaucoup de ses journées dans cette pièce rien qu'à lui, cette pièce pour la magie.

La tête se leva vers le plafond présentant un puit de lumière menant au ciel, le visage sembla interroger directement Hevioso. Un grondement, léger, naquit du royaume céleste. Lundi balaya la légère fumée parfumée qui venait caresser ses chevilles, et s'installa dans une pile de coussins avant de s'allonger sur le côté en glissant les phalanges dans l'eau. Il fit disparaître le spectacle de l'Île figée, retirant la fiole contenant une mèche de cheveux de la personne qu'il épiait. Une personne qui ne sortait plus vraiment par ces temps.

- Ou desevwa mwen.

Des mots aboyés au lien qu'il tenait dans le flacon, qu'il veilla à ne tout de même pas briser quand il l'abandonna sur le plancher.

"Klere ? C'est Noa, je peux entrer ?"

Lundi releva les yeux vers la porte à l'autre bout de la pièce, face à lui. Le corps suivit en se postant en position assise cette fois. Le sourire dévoila le bonheur gravé dans la mâchoire.

- Ainhoa, ma belle, tu peux entrer oui !

Envolé l'ennui pour le moment, envolé la déception pour l'instant. La foudre se tenait loin, laissant l'amour prendre la place. Le Céleste aimait tant voir ses épouses, plus que les âmes épiées par les cieux. Elles rayonnaient bien plus que les étoiles de la nuit.

Elles réchauffaient plus que le soleil ardent.

- Tu m'avais manquée~ Qu'est-ce qui te mène à moi ?

C'était donc sa troisième épouse qui venait le sauver de la gueule de l'ennui mortel ? Ça lui convenait au Baron.
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyJeu 24 Sep 2020 - 11:34

Elle entendait déjà le soleil dans la voix de celui qui lui répondait et esquissa un léger sourire satisfait. Il ne sera pas bien difficile à dérider, cette fois. C'était le cas la majeure partie du temps, en réalité, car les humeurs de Lundi étaient aussi éclatantes que changeantes. Il n'y avait que lorsque sa colère était immense qu'il devenait compliqué.

Mais ces grandes colères, aux yeux de la troisième épouse, étaient très souvent justifiées.

La femme ouvrit donc la porte et se glissa à l'intérieur de la pièce une fois autorisée. Le Guédé passait une grande partie de ses journées ici, à observer le monde à travers des liens qu'ils récoltait. Parfois, l'un ou l'autre des membres de sa famille l'accompagnait. Cette fois-ci, cependant, il semblait seul. Ainhoa quitta son long manteau, qu'elle posa dans un coin près de la porte, avant d'avancer en direction du bassin d'eau face auquel se trouvait son époux. La pièce était certes ouverte au plafond, mais il y faisait bien moins froid qu'au-dehors. Elle pouvait donc exhiber ses tenues habituelles, colorées et faites de tissus superposés assez légers pour virevolter au rythme de ses pas. Elle portait néanmoins un gilet de plus qu'à l'accoutumée : tomber malade en cette période par péché d'orgueil serait bien mal avisé.

"Bonjour, mon amour..."

Souriante, la Bohémienne traversa la pièce pour rejoindre Lundi. Elle s'accroupit derrière lui, passant ses mains contre son torse pour l'enlacer et déposer un rapide baiser dans son cou en guise de salutations. Elle s'était depuis bien longtemps habituée aux petites décharges électriques qui la parcouraient dès qu'elle le touchait. Avec le temps, elle avait fini par s'en amuser. Enfin, elle s'assit à ses côtés et désigna le bassin d'un geste élégant de la main.

"Pas grand chose à voir, hein ?"

Ainhoa n'avait pas besoin de sa confirmation : la fréquence avec laquelle elle observait elle-même les différentes sorties des humains des alentours lui disait tout ce qu'elle avait besoin de savoir. Tournant son visage vers celui du Céleste, elle lui fit un sourire mutin.

"Que dirais-tu d'aller les espionner pour de vrai ?"

Non pas qu'elle prenait les séances de visions de Lundi pour du "faux" espionnage, mais ce qu'elle voulait dire par là était de se déplacer pour observer par eux-mêmes. Depuis qu'elle les voyait passer de temps en temps en rentrant d'expéditions, Ainhoa devait avouer que sa curiosité était titillée. Ca, et le fait qu'elle ne pouvait plus vraiment sortir pour aller négocier avec les sirènes actuellement, probablement. Elle n'aurait pas pensé pouvoir avec la bougeotte, et pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyJeu 24 Sep 2020 - 23:46

Le Baron avait observé sa Bohémienne traverser la salle, admirant toujours ses mouvements et à quel point elle embellissait les couleurs qu'elle portait. Lorsqu'elle l'enlaça il put glisser les doigts d'une main dans quelques mèches de cheveux rebels. Rapidement, il s'intéressa à la suite. Son épouse désignait le vide qui hantait leur monde, et elle avait bien malheureusement raison. Le Céleste sentit une vague de flemme le parcourir.

Il avait envie de dormir, tant l'ennui paraissait être une allergie que les Guédés se partageaient.

La proposition offerte avec un sourire qui illuminait le visage d'Ainhoa, fit froncer les sourcils au Baron. Lundi inclina légèrement la tête, comme si l'information allait mieux pénétrer sa raison de cette façon. Un rictus en coin finit par se dévoiler. Un léger grondement avait éclaté au lointain. Ce n'était rien, juste l'idée que sa troisième épouse s'en aille à l'aventure par ces temps, qu'il vienne ou non, qui lui déplaisait. Cependant, Lundi savait pertinemment qu'il ne pourrait pas enfermer sa belle. Elle fanerait.

Et lui qui la voulait étincelante, ça ne convenait pas.

La flemmardise l'habitait, mais l'ennui était bien trop présent aussi.

- Hmmm... T'irais même sans moi, hein ?

Klere glissa un index sous le menton de la Bohémienne, avec tendresse.

- Je te suis. Observons-les de nos yeux. Qu'ils nous déçoivent ou pas, je te préfère savoir avec moi.

Lundi se pencha pencha vers son épouse pour lui donner un baiser, tandis qu'il attrapait le flacon qu'il avait auparavant abandonné. Puis il se détacha pour user à nouveau de son sort, dévoilant le Ranch lorsque les nuages s'écartèrent sur le reflet de l'eau.

- Désolé, là-bas non plus. Tu ne pourras pas montrer tes beaux habits.

Il s'était servi des yeux des cieux pour juste vérifier le temps. Puisque tout était devenu si fade, même les pouvoirs y faisaient écho... Au moins, il avait ses épouses. Il avait Ainhoa pour changer les idées, pour garder l'âme inventive. Peut-être pourrait-il récupérer quelques liens à collectionner dans des flacons ? Un sourire satisfait faisait doucement apparition.

Et puis... il pouvait bien faire plaisir à son amour.
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyVen 25 Sep 2020 - 22:37

Si l'idée semblait l'amuser profondément, ce n'était pas encore le cas de Lundi. Elle le voyait froncer les sourcils et jauger de la situation d'un autre œil que le sien. Visiblement, ils n'étaient pas du même avis. Pourtant, Ainhoa ne s'inquiétait pas : ce ne serait ni la première, ni la dernière fois. Et heureusement, dans un sens. La Bohémienne n'avait pas choisi son homme pour qu'il soit aveuglément de son avis et ne la contredise jamais. Elle préférait le challenge qu'il pouvait y avoir dans une recherche constante de convaincre l'autre... et de parfois faire les concessions qui s'imposaient.

C'était également une des raisons pour lesquelles elle aimait tellement sa famille : elle n'était jamais à court de fortes têtes sur qui tester ses derniers arguments.

Sans se soucier du petit tonnerre qui grondait, Ainhoa attendait donc que son mari se décide à lui répondre. Il le fit par une question qui lui retira un nouveau sourire amusé, tandis qu'elle levait légèrement le menton suite à son geste. Elle répondit avec une honnêteté qu'elle n'avait quasiment que pour lui.

"Sûrement. J'avoue que je suis intriguée. On les voit de plus en plus passer à proximité du Bayou pour rejoindre leur lieu de vie actuel et je me demande bien ce qu'ils y font... Certains osent même traverser les lieux, mais ils sont si timiiiiides..."

Le dernier mot sonnait comme une insulte ironique dans la bouche de la troisième épouse, qui usait vraisemblablement d'un euphémisme pour décrire la peur qu'elle avait croisé sur les traits de la plupart -et qu'elle n'avait rien fait pour atténuer, bien au contraire. C'était beaucoup plus drôle de les suivre sur quelques mètres en regardant leurs épaules se tendre.

"Les as-tu vu ?"

Enfin, le Baron laissa tomber son verdict et accepta de l'accompagner, retirant un sourire ravi à son interlocutrice. Elle avait prévu cette sortie dans tous les cas, mais n'était pas mécontente de la partager avec l'homme qu'elle aimait. Ils profitaient rarement de ce genre de promenade : elle était bien trop indépendante pour qu'il l'accompagne dans chacun de ses déplacements et il le savait bien. Peut-être était-ce pour cela qu'il décidait d'accéder à sa demande.

Elle répondit à son baiser sans se faire prier et tourna ensuite le regard vers le bassin, au travers duquel on pouvait apercevoir le Ranch. Tout le monde paraissait être à l'intérieur. A la remarque de Lundi, elle fit brièvement la moue avant d'hausser les épaules, tourner son visage vers le sien et déclarer en lui faisant un clin d'œil malicieux et aguicheur à la fois.

"Tant pis pour eux ! Ils ne savent pas ce qu'ils ratent !"

D'un mouvement élégant, la Bohémienne se releva et tendit la main en direction de son époux toujours au sol.

"On y va ?"

Il y avait dans son ton et sa gestuelle une sorte d'impatience enfantine. Et peut-être un brin d'anticipation à l'idée des tours qu'ils seraient potentiellement capables de jouer, certes.
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyLun 28 Sep 2020 - 19:30

Tant pis pour eux. Elle avait raison son épouse. Lundi se redressa, sans bouder la main qu'il saisit pour ensuite s'amuser à faire tourner les pans de la robe colorée. Sourire aux lèvres, Klere était toujours amusé de cette touche de folie. Ainhoa n'avait pas froid aux yeux, et rendait sûrement bien des choses plus éclatantes qu'elles ne l'auraient été sans la Bohémienne.

Un coup d'oeil à l'image dans le bassin, ça faisait toujours des rondes, mais ça n'attaquerait pas ceux qui les protégeaient de leur magie. Hein les chers Diurnes, comme dirait le grand frère, vous n'êtes pas si bêtes ? Pourtant, ce n'était pas les clans qui empêchaient les coups de foudre de s'abattre. Peu importait, pour le moment il était juste question de jouer un peu.

De distraire. D'amuser un peu sa troisième épouse.

Même si cela engendrerait un peu de violence.

- On y va.

Le Céleste s'éloigna de Noa pour s'enquérir d'un manteau chaud, le froid l'empêchait de laisser les cicatrices sur le buste de briller comme dans le ciel. Tant pis, tant pis. Ce givre forçait les concessions. La patience de Lundi arrivera un jour à sa fin, peut-être qu'il mourrait d'envie de faire exploser la grotte servant de miteux palais aux givrés...

Peut-être.

Il y avait quelques orbleus qui faisaient partie de sa collection après tout...

- Tu sais ce que tu veux observer ?

Un temps, ressortant les nattes qui s'étaient retrouvées prisonnières du vêtement. Et il se tourna vers son épouse.

- Je me demande si on est les seuls à jouer à ça...

Derrière les mots, Lundi laissait deviner qu'il imaginait une réponse négative. Que peut-être ce serait ceux qu'ils pourraient trouver dans les alentours qui deviendraient leur distraction. Un genre de chaîne infinie, les espions espionnés.
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyJeu 1 Oct 2020 - 22:31

Les différents pans de la robe colorée voltigeaient toutes à des hauteurs différentes, sous l'impulsion de la main qui les faisaient tourner. Ainhoa souriait avec l'innocence d'une enfant, mais reprit bien tôt son air mutin qui ne la quittait jamais totalement derrière son regard austère. C'était qu'elle avait beau dire, la troisième épouse, elle était souvent beaucoup plus immature qu'elle ne voulait bien le montrer. Lorsqu'on avait dû grandir trop vite, d'une façon ou d'une autre, on appréciait plus que de raison ces moments où l'on pouvait trouver une insouciance jamais connue.

L'acquiescement de Lundi signa leur départ. Chacun s'éloigna en direction des épaisses pelures qu'il leur fallait porter par ces temps bien trop frais, et Noa renfila son long manteau cachant ses couleurs. Elle n'était plus qu'une femme parmi d'autre dans les profondeurs du Bayou. Cela ne la dérangeait pas lorsqu'elle optait d'elle-même pour cette configuration. Ici, le Givre le lui imposait. C'était ennuyeux, mais pas insurmontable. De plus, le Céleste était avec elle. Elle ne serait jamais une femme comme les autres.

La Bohémienne regarda son époux avec un sourcil haussé et un sourire clairement amusé en entendant sa question.

"Ce qui tombera sous nos yeux, bien évidemment ! Où est passé ton sens de l'aventure, Klere ?" Après un éclat de rire, elle lui renvoya la question. "Et toi, n'y-a-t-il pas certains de tes acteurs préférés que tu souhaites voir à l'œuvre ?"

La référence au bassin était loin d'être obscure. Dans la maisonnée, il n'était pas rare que certains se rejoignent dans la pièce pour une séance de "théâtre". C'était un agréable moment passé en famille, quand on y pensait. Un nouvel éclat de rire alors qu'elle ouvrait la porte, enjoignant son mari à la suivre.

"Si jamais nous croisons de quoi nous occuper, le trajet sera moins long..."

-

Ils ne croisèrent personne. Ainhoa en était à la fois extrêmement satisfaite et un peu contrariée. Jouer avec les pirates du port était toujours très amusant -et plus facile lorsqu'ils étaient seuls et ne faisaient pas les fiers dans leur fief- mais cela aurait également écourté la promenade. Elle était donc plutôt contente de cette issue, même si elle avait râlé pour la forme -elle aurait certainement pu convaincre Lundi de continuer dans tous les cas et faire d'une pierre deux coups. Enfin.

Ils étaient arrivés à l'orée du Ranch sans croiser âme qui vive. Soudain, une porte claqua dans le lointain. Ainhoa tourna la tête dans la direction du bruit. Une musique enjouée -mais pas autant que les rythmes endiablés des tambours de Dimanche- s'était fait entendre une poignée de secondes avant que la porte ne se referme. La silhouette qui se détachait du bâtiment, semblant quitter la fête, ne lui disait absolument rien. Mais elle ne connaissait pas grand monde en-dehors des habitants du Bayou et des sirènes, ce n'était donc pas particulièrement étonnant. Lundi, en revanche...

"L'as-tu déjà vu quelque part ?" Un temps, puis elle tourna le visage vers lui. "Que faisons-nous, kè mwen ? Est-ce qu'on suit celui-là, ou est-ce qu'on s'approche un peu du reste ?"

Aux yeux d'Ainhoa, le choix n'avait que peu d'importance : elle était certaine que dans un cas comme dans l'autre, ils allaient trouver des moyens de s'amuser follement.
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptySam 3 Oct 2020 - 20:46

Il avait simplement ri en réponse, accompagnant le tout d'un sourire en coin pleins de faux secrets. Il ne savait simplement pas encore. Il n'était pas un aventurier, plutôt l'élément en plus qui s'invitait dans les aventures. Ou alors... Ainhoa faisait peut-être référence aux chemins qu'il avait pu faire pour rejoindre des coups de foudre ? Que de grandes questions restées en suspension, flottantes dans les airs comme les nuages annonciateurs d'humeurs.

Mais Klere réfléchissait en effet à quelques acteurs du Port ou du navire. Ce n'était jamais pareil de les voir en vrai, ils semblaient déjà un peu plus grands en général... Quoi qu'il en fut, le Baron était attendri part la légèreté du projet de son épouse. Enfin, "légèreté", selon lui. Quelque chose d'enfantin. L'Île volait l'enfance de leurs petits, mais elle ne pouvait pas dévorer celle de leurs âmes. Enfin, Lundi le pensait. Un étrange mélange entre l'expérience et les jeux.



Pas âme qui vive, rien sur le chemin. Juste le couple dans la pénombre, un moment plutôt calme qui n'avait en rien déplu à Klere. Il se laissait emporter dans le projet de la Bohémienne, en complice. Une fois au Ranch, le temps était à l'observation. Il semblait y avoir une bonne ambiance, commune à celle de la taverne. Mais jamais aussi bien que celle du Bayou.

Lundi observait la silhouette qui mettait le nez dehors, écoutant d'une oreille les questions de sa belle. Un sourire s'élargit, les bras se croisaient alors que les prunelles restaient à fixer la démarche du "diurne" -comme aurait dit Samedi.

- Il boîte légèrement.

Il ricana.

- Manman... je crois que cette marche de canard me dit quelque chose.

Le Céleste invita Ainhoa à le suivre, la décision fut donc prise. Ils allaient suivre le malheureux canard boiteux, le Baron se remémorait la raison pour laquelle il le connaissait. Quel était l'origine de cet acteur ? Pourquoi l'avait-il déjà vu depuis les yeux du ciel ?

Que de curiosité.

Le pirate sembla s'arrêter brusquement, en réponse Lundi s'adossa au tronc d'un arbre et attrapa son épouse par la taille. Adressant à celle-ci un index sur les lèvres. Ce n'était qu'un jeu. Le Baron Lundi aurait tout autant pu se révéler au pauvre humain sans magie. Cependant, ce ne fut pas ainsi. Non, non. Sa Bohémienne voulait qu'ils s'amusent, alors ils allaient s'amuser.

Un peu de lumière révéla le visage de l'espionné, mais déjà le Céleste avait reconnu le lien qu'il avait avec cette âme...

- Aaaah, c'est Jeorges.

Il déformait un peu le nom d'origine qui était Georges. Il avait été la cible d'une vengeance, ou le commanditaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyDim 11 Oct 2020 - 18:42

Aux réponses de Lundi, son épouse devinait qu'il était plus que probable qu'ils suivent cet énergumène qui n'était certainement pas sorti de la fête sans raison. Actuellement, les pirates qui s'aventuraient seuls étaient rares, que ce soit au travers du Givre ou simplement hors des murs rassurants de leur Ranch. Celui-là avait certainement une raison particulière, et Ainhoa était curieuse de savoir laquelle.

Elle suivit donc son mari sans faire la moindre difficulté, un sourire amusé aux lèvres. Son regard olive fixé sur l'homme, elle notait les détails mentionnés par Lundi, ainsi que quelques autres : en effet, il boîtait. Il semblait également manquer cruellement de goût vestimentaire, malgré une envie manifeste de faire un effort -certaines personnes n'étaient simplement pas douées pour cela.

Et aussi, il ne paraissait pas totalement serein...

Il s'arrêta brusquement et Ainhoa sentit plus qu'elle ne vit l'emprise sur sa taille, l'attirant auprès de son époux et -surtout- à l'abri des arbres. Elle manqua de perdre l'équilibre contre une racine, mais se rattrapa efficacement en s'agrippant brièvement au Céleste. Elle répondit à son geste avec un hochement de tête sobre, quelque peu mis à mal par la façon dont son regard étincelait.

Elle n'allait pas faire de bruit, certes. Pour le moment. Car elle mourrait d'envie d'enquiquiner ce pirate bien trop nerveux pour être honnête.

Lundi le reconnaissait. Cela jouait clairement en leur faveur. Sa femme leva les yeux vers lui, sourcil haussé en signe de réflexion. Elle murmura.

"Hmm... Celui-là ne me dit rien."

Il arrivait bien évidemment au Baron de parler des acteurs qu'il regardait depuis les yeux du ciel. Il s'agissait d'une de ses activités favorites, qu'il pouvait commenter comme d'autres débattaient d'un livre. Il arrivait fréquemment aux épouses de prendre le train en route et de tenter de mettre des visages sur des noms murmurés, parlés ou scandés avec un agacement tel que l'orage n'était souvent pas bien long à suivre. Pour autant, Georges ne parlait pas aux oreilles de la Bohémienne... Pas que ce soit nécessaire pour continuer de s'amuser, néanmoins.

Un sourire de chat s'étendit sur les lèvres de la bayouteuse, avant qu'elle ne se tourne dans la direction du pirate.

"Geo-ooorges...~"

Sans cesser de sourire, Ainhoa se défit délicatement de l'emprise de son mari et avança le plus silencieusement possible en direction d'un autre arbre, où elle recommença son manège, faisant signe à Lundi de faire de même de son côté.

"Geo-ooooorges...~"

Le pirate s'était tendu et il regardait dans tous les sens pour trouver la source de la voix. Entre la pénombre et les arbres qui les cachaient, il était incapable de les voir. Il faudrait qu'il s'avance pour tenter d'en avoir le cœur net, mais il n'avait pas l'air très motivé par l'idée.

Ainhoa s'amusait comme une petite folle. Le jeu du chat et de la souris était certainement l'un de ses préférés.
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyDim 11 Oct 2020 - 20:16

Lorsqu'Ainhoa s'écarta délicatement de lui en appelant le pirate, Lundi fronça les sourcils mais se retint de s'exprimer. Sa femme préparait quelque chose, et peu à peu le sourire revint. Il comprenait qu'elle semblait avoir décidé de faire tourner en bourrique le fameux Georges. Lundi s'éloigna donc dans d'autres cachettes de bois, imitant la Bohémienne. Il se retenait de rire.

Il réfléchissait à la raison pour laquelle il avait cet individu dans sa collection... Finalement, un flash revint en mémoire. Leur cible avait été commanditaire, le Céleste avait juste décidé ce jour-là de prendre une mèche au visiteur. Parce qu'il sentait beaucoup trop l'anis, au point d'en perturber la douce odeur de l'encens. Le pirate avait donc sang sur les mains, une vengeance avait été demandée. Et obtenue. La colère avait peut-être servi à créer un éclair, la voilà donc envolée. La force de l'acte avait été explosée. Georges vivait-il avec des démons du passé ? Peut-être une peur des fantômes ?

Le pauvre Georges semblait être un lapin paniquant au moindre bruit, il tenta d'articuler une question si souvent beuglée "Qui est là ?".

Discrètement, en croisant à nouveau Noa, Klere lui glissa ce dont il s'était souvenu.

- Il était venu me voir, pour foudroyer un de ses camarades. Histoire de vengeance.

Il avait jugé bon que sa femme soit au courant du probablement sentiment de culpabilité présent dans l'âme du rescapé du Port. Continuant sur la lancée, Lundi poursuivit son parcours. Il regretta de ne pas avoir emmené de zonbi.

- L'enfer t'attend...~

L'homme avait été aveuglé par la colère, une fois qu'elle fut envolée, il avait été terrifié. Les idées claires, sans plus d'émotion pour brouiller la raison... il y avait des gens qui n'assumaient simplement pas leurs actes. Hein, Georges ?

Même si, pour être honnête, Lundi s'en fichait bien. Il aimait juste se créer des zonbi par des foudres passionnées. Et puis, il aimait tant les drames qu'il pouvait parfois observer.

L'homme du port tremblait comme une feuille. Le sabre en main, heureusement que ce n'était pas un pistolet. Ce n'en était pas un, hein ? Non, il ne saurait pas tirer droit.

Le Baron avait terriblement envie de se moquer ouvertement, en crachant des insultes diverses, mais cela ne correspondait pas encore à cette partie de chat et de souris que sa femme semblait vouloir tisser. Plus tard peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyLun 12 Oct 2020 - 21:58

Prise par son nouveau jeu, Ainhoa ne remarqua pas les sourcils froncés de son époux. Il n'avait pourtant rien à craindre et le savait parfaitement, mais il restait possessif et jaloux. C'était un trait qu'elle adorait chez lui, aussi paradoxal cela puisse être. Il lui arrivait souvent d'en jouer, mais toujours dans des mesures raisonnables : c'était qu'elle ne voulait aucunement donner à Lundi des raisons de douter d'elle.

Auraient-ils encore été dans le Bayou, peut-être qu'un léger orage aurait éclaté. Cet indice-là lui aurait probablement mis la puce à l'oreille. Mais voilà, ils n'étaient plus dans le Bayou, mais au Ranch des Rebelles, jouant avec un pirate qui a eu le malheur de passer par là. Et la Bohémienne trouvait cela particulièrement amusant.

Du coin de l'œil, elle nota que son époux partait de son côté, rentrant dans son jeu. Elle s'en ravissait, et lui adressa un sourire éclatant avant d'appeler une nouvelle fois le pauvre homme, dont la tête tournait déjà dans tous les sens sans parvenir à identifier la provenance de la voix féminine qui le hantait. Evidemment, car la belle faisait de son mieux pour se déplacer silencieusement entre chaque réplique.

Croisant le Céleste entre deux arbres, Noa l'écouta attentivement. En réponse à ses informations, elle hocha la tête, glissant une main le long du bras du Guédé en signe de reconnaissance tandis qu'ils se séparaient à nouveau. Elle appréciait vraiment qu'il lui donne ainsi les moyens d'élargir son jeu.

"Comment as-tu pu, Georges... ~"

La voix était douce, suave, et pourtant pleine de ce danger que les proies savaient reconnaître. Le pirate n'en menait pas large. Même de là où elle était, Ainhoa pouvait le voir trembler. C'était délicieux.

Elle entendit la voix de Klere et fit mine de le chercher à son tour. Au contraire de Georges, elle le repéra rapidement. Elle était plus proche et, surtout, savait exactement qui elle cherchait. Elle le rejoignit en quelques pas et l'embrassa sans plus de cérémonie. Le fait qu'il la suivre, non seulement jusqu'ici mais également dans ses jeux de tourmente la mettait d'excellente humeur.

Les bras autour du cou de son homme, elle détacha ses lèvres des siennes pour continuer, sans quitter Lundi du regard.

"Repends-toi, Georges...~ Repends-toi ou les flammes de la Terre te brûleront comme le Ciel l'a brûlé...~"

Si ses lèvres transmettaient un message, ses prunelles olive fixées dans celles de son époux en transmettaient un autre, celui de l'amusement sincère et de la joie qu'elle pouvait éprouver à l'idée de passer un tel moment en sa compagnie. Georges n'était qu'un jeu, et elle ne lui accorderait jamais plus d'attention que cela. Lundi, lui, était tout.

En attendant, les voix faisaient leur effet. Leur victime n'osait plus bouger le petit doigt. dans son regard hanté, on pouvait presque voir les souvenirs de ce fameux jour où il avait scellé son destin -du moins ce dont il était capable de se rappeler, où qu'on lui avait suggéré de se rappeler. La main sur son arme, il la pointait de manière aléatoire dans le bois, essayant de marmonner un "Montrez-vous !" qui ne paraissait pas très convainquant.
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyMar 13 Oct 2020 - 18:08

La lente marche s'arrêta quand commença les retrouvailles avec la Bohémienne. Une des déesses pour lesquelles le Guédé déchirerait la voûte céleste. Evidemment, il ne se fit pas prier pour la tendresse qui lui fut offerte alors que le pirate commençait à glisser dans la peur. Ainhoa devait être plutôt contente du petit jeu qui se ficelait au fil des montées de stress du pauvre homme. Et le regard qui s'adressait au Céleste lui confirma ce qu'il supposait assez bien. Son épouse s'amusait.

Le sourire était toujours à sa place, et ne pouvait pas s'empêcher de se demander si ça aurait pu amuser Dimanche de condamner ce cher Georges aux flammes de la terre. Tant pis, tant pis. Une autre fois. Pour le moment, c'était Noa qui prenait la place centrale. Le Céleste passa la mains dans quelques mèches sombres, avant de daigner observer l'âme tourmentée exigeant des réponses.

Comment un pirate pareil pouvait-il penser être en mesure d'exiger quoi que ce soit ? Le Baron ne savait pas encore comment il voulait que la suite se présente, surtout s'il s'agissait du jeu de sa Bohémienne. Ce qui détacha empêcha Klere de poursuivre la contemplation de sa troisième épouse, ce fut le boucan de Georges. Celui-ci commençait à frapper dans les branches, voyant des ennemis dans les brindilles. Lundi ricana, mais décida qu'il fallait tout de même s'éloigner un peu. L'homme semblait avancer et frapper à l'aveugle, mais il s'approchait dangereusement.

Il bougea doucement dans une nouvelle direction, incitant Ainhoa à le suivre. Puis il souffla à l'oreille de sa belle.

- Qu'est-ce que tu veux en faire de ce type ?

Alors qu'il attendait la réponse de Noa, les bruits et les plaintes du pirate commençaient taper sur les nerfs électriques. Il voulait se concentrer sur Ainhoa, mais la pagaille sonore se rapprochait, comme un satané moustique. Lundi serrait la mâchoire, roula des yeux et... il se tourna brusquement. Découvrant Georges la lame plantée dans un tronc et qui se montrait trop tremblant pour être foutu de retirer son arme. Tout s'était déroulé assez vite, le Guédé n'avait pas pris la peine d'analyser la situation. Quelques pas, et il attrapa l'arrière de la tête de l'homme pour pousser d'un grand coup le visage rose-cochon contre l'écorce. Un coup qui fit résonner les fibres de bois, et sonner l'esprit du matelot ou quoi qu'il fut d'autre au port. De la neige avait accompagné la chute du malheureux se retrouvant au sol. Bref, Georges était bien enfoncé dans les vapes.

Lundi prit une grande inspiration, puis souffla.

- ... il commençait à me taper sur les nerfs.

Un demi-tour vers Ainhoa.

- Je crois qu'il se réveillera, avec du maquillage rouge.

Le nez avait probablement été brisé.
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyVen 16 Oct 2020 - 21:57

Il y avait quelque chose de particulièrement vivifiant dans le fait d'être responsable du sort d'une autre âme. Pour la plupart, ce sentiment de chaleur était procuré par la sensation du travail bien fait, l'idée d'avoir aidé un.e ami.e, ou encore la satisfaction de voir une scène se dérouler comme on l'avait prévue. Ainhoa, elle, trouvait cela dans la façon dont elle parvenait à se jouer des autres. Manipuler les esprits faibles, leur faire croire ce qu'elle voulait et les mener à une fin plus ou moins tragique était ce qu'elle appréciait le plus.

Bien entendu, elle n'agissait ainsi qu'avec ceux qui ne comptaient pas. La famille, elle, était sacrée. Sauf les traitresses, qui dès lors qu'elles étaient découvertes n'en faisaient pour elle plus partie. Pour les siens, elle savait être douce, amicale et aidante. Pour les inconnus qui traitaient leurs camarades comme de la chair à canon sous prétexte d'une simple dispute, elle n'avait cependant aucune pitié.

Accrochée au cou de son époux, sentant ses mains glisser dans ses cheveux, la Bohémienne était à deux doigts de ronronner de contentement. Elle s'amusait beaucoup, c'était indéniable, mais ces moments de douceur étaient la cerise sur le gâteau. Elle n'en oubliait pas son petit jeu pour autant, d'autant que ce Georges n'avait pas l'intention de se laisser négliger. Le voilà qui tapait à l'aveuglette, mais se rapprochait dangereusement de leur position. Docile, Ainhoa suivit son mari sans un mot, détachant ses bras de son cou pour marcher plus facilement. A la question du Baron, elle haussa les épaules.

"Il est distrayant, mais n'a pas l'air particulièrement utile pour quoi que ce soit..."

Elle n'avait même pas cherché à baisser la voix, bien que consciente que le pirate n'était pas loin. Si elle pouvait le frustrer un peu plus, tant mieux. Noa était de celles qui s'amusaient le plus de la colère des hommes. Tant que ces derniers ne levaient pas la main sur elle, toujours. Après tout, elle avait été à bonne école.

Elle connaissait assez bien Lundi pour voir qu'il commençait à en avoir marre. Ses colères étaient souvent imprévisibles, mais il arrivait qu'on devient capable, avec le temps, d'en voir certaines venir. Comme celle-ci.

Aussi ne fut-elle pas vraiment surprise de le voir se tourner brusquement pour rejoindre le pirate. Elle s'arrêta et se tourna à son tour, observant l'action avec un sourire amusé -et légèrement malsain- aux lèvres. Tout en détachant le foulard qui gardait ses cheveux attachés, elle commenta :

"Tu l'as cherché, Georges-chéri~"

Elle se pinça les lèvres en entendant le bruit du nez qui craque. Ce son -cette entière situation, quand on y réfléchissait- lui rappelait des souvenirs ambivalents. La colère de Lundi sur un homme violent lui procurait toujours un certain plaisir... D'un autre côté, elle avait l'impression que des mains serraient à nouveau sa gorge.

Frissonnante, Ainhoa secoua la tête pour se changer les idées et remettre sa chevelure -à présent libre- en place. Elle sourit à l'intention de son mari et le laissa s'approcher avant de passer le foulard qu'elle tenait de ses deux mains au-dessus de lui, l'enfermant entre elle et le tissu.

"Il faut dire qu'il devenait particulièrement bruyant."

Un sourire mutin, alors qu'elle tirait légèrement sur le foulard pour faire approcher son époux. C'était un mouvement qu'elle utilisait bien souvent lorsque la musique s'y prêtait. Là, il n'y en avait aucune : ils s'étaient trop éloignés du bâtiment d'où elle provenait un peu plus tôt.

"S'il se réveille, c'est que tu fais preuve d'une clémence qu'il n'a pas eue. Espérons qu'il pense à te remercier."

Un pas dans sa direction, l'étau d'étoffe qui se resserre.

"Et si nous allions danser ?"

Clairement, Georges a épuisé son intérêt. Au sol, le nez et le visage rouge, il n'était plus qu'une carte à défausser. Le Ranch redevenait le terrain de jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyDim 18 Oct 2020 - 20:55

Alors qu'il laissait les nerfs redescendre de leur tension orageuse, il laissa évidemment Ainhoa passer son foulard qui l'attirait à elle. Il aimait bien quand elle avait les cheveux libres, et le foulard l'enfermant juste avec sa Bohémienne. C'était comme s'ils n'étaient que les deux. Ça calmait toujours un peu. À la remarque, concernant la clémence aléatoire du Baron, un sourire en coin se traça. Il faudrait en effet qu'il pense à le remercier... si le pirate venait à oublier, peut-être que Lundi le foudroierait juste pour s'amuser.

Noa s'approcha, et la suite tomba.

Son épouse semblait avoir délaissé tout l'intérêt pour Georges. Très bien.

- Aaah tu veux qu'on s'invite ? C'est vrai qu'ils profitent de NOTRE magie, c'est la moindre des choses...

Un ricanement, et il prit un baiser à sa troisième femme. Celle-ci était si bonne danseuse, évidemment que la musique l'attirerait. À moins qu'elle un autre petit jeu en tête ? C'était qu'elle ne manquait pas de ressources sa piquante Ainhoa.

- Allez, kè mwen.

Il se baissa à peine, et attrapa la Bohémienne dans les bras pour la porter en faisant un demi-tour un peu brusque en riant un coup. Juste pour l'amuser un peu. Et puis, c'était plus joli que de juste se défaire du foulard. Les pas menèrent plus ou moins rapidement hors du bois pour se concentrer sur le Ranch qui laissait quelques lumières paraitre à l'extérieur. La musique se faisait entendre, des rires aussi, et sûrement un peu de rhum non ?

- Y a de tout, dans ce ranch... du matelot, de la fille de joie, du commerçant... c'est ça ?

Il n'avait jamais réellement prêté attention aux gens qui y vivaient, mais il se rendait compte maintenant que tout et n'importe quoi était mélangé.
Revenir en haut Aller en bas
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind EmptyJeu 22 Oct 2020 - 23:08

Ainhoa ne fut pas mécontente de voir l'orage qu'était son époux se calmer légèrement grâce à son numéro. Ce n'était pas que les colères de Lundi l'impressionnaient -elle avait au contraire plutôt tendance à s'en amuser- mais elle préférait qu'il ne reste pas trop grognon alors qu'ils étaient en sortie tous les deux. Elle avait bien l'intention de profiter et de passer un bon moment en compagnie de son homme, et ce serait trop dommage de voir son humeur générale ruinée par un pirate qui ne faisait somme toute qu'une distraction moyenne.

La Bohémienne jeta un regard en coin au corps de l'homme toujours à terre, avec une moue déçue. Elle attendait mieux de lui, mais il n'avait fait que taper dans des branches sans réfléchir, ni réellement oser leur répondre. Ce n'était pas avec lui qu'ils allaient s'occuper tout au long le leur sortie... Ne leur restait donc qu'à retourner près du Ranch. après tout, la musique qu'ils avaient vaguement pu entendre n'avait pas l'air désagréable.

Sa proposition fut accueillie plutôt positivement par Klere et elle répondit à sa question rhétorique avec un hochement de tête quasi-enfantin. Il la connaissait bien : dès qu'il s'agissait de danse, Ainhoa était attirée comme un papillon par la lumière. Elle lui offrit le baiser qu'il demandait avec un plaisir non feint et s'apprêtait à reprendre la parole, quand Lundi lui coupa -assez littéralement- l'herbe sous le pied.

Elle se sentit quitter le sol et laissa échapper un son surpris, s'accrochant aussitôt au cou de son mari en riant à son tour. Elle enroula le foulard autour de son poignet avant de se caler agréablement dans les bras du Baron, l'une de ses mains caressant le cou d'ébène à sa portée. Il ne leur fallut pas longtemps pour sortir des bois et retrouver le chemin du Ranch. La musique emplissant à nouveau leurs oreilles, l'un des pieds d'Ainhoa, toujours dans les airs, battait inconsciemment la mesure. Elle hocha la tête, son nez frottant la joue du Céleste.

"Mhm mhm ! Les pirates de tous rangs qui n'ont pas suivi le Capitaine et ses soldats glacés sont rassemblés ici."

Noa ne sortait pas énormément du Bayou, mais il arrivait à Noah de le faire. Et même s'il se contentait généralement de marchander avec les sirènes, il lui arrivait de faire la conversation avec les autres personnes qu'il pouvait croiser sur son chemin. Et puis, elle restait curieuse, mine de rien. Se renseigner était toujours utile.

"J'ai cru comprendre que l'endroit était géré par une femme... C'est certainement pour ça que ça fonctionne."

L'épouse regarda Lundi, un air mutin sur le visage. Elle aimait bien le taquiner. Cependant, quand on y réfléchissait, c'était également le cas du Bayou. Et des Fées. Et des Sirènes. L'Île était-elle majoritairement matriarcale ? Voilà une hypothèse qu'elle tâcherait certainement de discuter avec celles qui la connaissaient mieux qu'elle. Elle trouverait bien parmi les épouses ou coups de foudre de Lundi des personnes ayant toujours vécu au Pays de Jamais, après tout.

Peut-être même pourrait-elle en trouver au Ranch ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




When the skies are blind, love is kind Empty
MessageSujet: Re: When the skies are blind, love is kind   When the skies are blind, love is kind Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Mer Imaginaire :: La Baie des Pirates :: Le Ranch des Rebelles-