Le Deal du moment : -40%
-40% GARNIER Ma routine ultra doux avocat karité
Voir le deal
8.99 €

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ainhoa Selès
Ainhoa Selès

☠ Habitante du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 50
✘ SURNOM : La Bohémienne
✘ AGE DU PERSO : Fin de vingtaine, début de trentaine, difficile à dire.

✘ DISPO POUR RP ? : Oh, oui.
✘ LIENS : Ésta es la historia de une diosa como nunca hubo ninguna ... ♪♫

Hechizos : I - II - III - IV - V - VI

C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty
MessageSujet: C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès   C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès EmptyJeu 17 Sep 2020 - 18:13

Nota Bene:
 

Ainhoa Selès


Les Trucs

Surnom : La Bohémienne
Groupe : Pirate - Bayouteuse
Age : Probablement fin de vingtaine, début de trentaine. Difficile à dire.
Rôle : Épouse du Baron Lundi.


Les Révérences


Ambiance

Ésta es la historia de una diosa como nunca hubo ninguna
Corría el arte en su mirada de color verde aceituna
De padre moro y de mujer cristiana
Con piel de reina y cuerpo de sultana
Movía sus manos como una gitana
Y su embrujo te robaba el alma...

Ses tenues flamboyantes, vives et colorées, feraient presque tâche dans le paysage morne du Bayou. Elles épousent ses formes, tout en les parant d'un voile dont elle use sans discontinuer avec une élégance flagrante. Elle est de ces figures sur lesquelles on se retourne. Pas qu'elle soit d'une beauté spectaculaire, mais il y a chez elle un petit quelque chose qui amène à s'attarder. Peut-être parce qu'on l'a déjà vue, aux côtés des figures importantes du Bayou. Peut-être parce que les bijoux d'or qui parent son cou, ses poignets et ses oreilles font des reflets qui attirent le regard presque autant que la vivacité des couleurs qu'elle porte. Peut-être à cause de son allure gracieuse ou de ce léger déhanché étudié qui montrent qu'elle est parfaitement consciente de l'effet qu'elle dégage, sans chercher à trop en rajouter. En tous les cas, Ainhoa Selès ne passe pas inaperçue. Pas tant qu'elle ne l'a pas décidé.

Sa peau naturellement hâlée trahit des origines métissées dont elle ne parle jamais. Son passé est d'ailleurs une énigme pour la grande majorité. A l'entendre, il n'y a jamais eu que lui. L'olive de son regard, presque toujours rehaussé d'un maquillage étudié, vous transperce lorsqu'elle daigne vous fixer. Initialement, ce sera pour vous mettre à l'épreuve. C'est qu'elle juge ses pairs, en permanence. Elle est convaincue d'être bien au-dessus d'eux. Néanmoins, ce n'est pas uniquement une preuve d'ego démesuré (pourtant bien nécessaire au vu de son nom et de son titre d'épouse de Baron) : Ainhoa teste. Elle s'assure de la sincérité des autres femmes, de leur ténacité, de leur loyauté. Lundi n'a pas besoin de le lui demander et elle ne le fait pas pour lui faire plaisir : c'est elle-même qui a à cœur de protéger sa famille. Cette famille qu'elle s'est forgée et à laquelle elle tient bien plus que ses paroles ne le disent et que ses gestes en public ne le montrent.

Car la troisième femme est ainsi : dévouée, loyale et impitoyable. Si elle trouve une faille, elle n'hésitera pas à l'exploiter, allant jusqu'au bout afin de s'assurer que la nouvelle venue a mérité sa place. Et si elle s'aperçoit que ce n'est pas le cas, elle n'aura aucun remord à s'arranger pour la faire disparaître, peu importe le temps que cela peut lui prendre et le nombre de manigances qu'il lui faut mettre en oeuvre. Son mari n'est pas le seul à avoir la rancune tenace, et Ainhoa ne laisse rien se mettre en travers de sa route et du bonheur parfait dans lequel elle évolue. Oh, ce n'est certainement pas le cas de toutes les épouses, mais celle-ci est parfaitement heureuse de son sort.

Cela n'a pas toujours été le cas.

La Bohémienne n'a cependant pas que des mauvais côtés. Son dévouement à la communauté -mais plus encore à la famille au sens large du terme, beaux-frères et beaux-enfants inclus- est total et elle n'a pas peur de se salir les mains. Lorsque l'on entre dans ses bonnes grâces, son air hautain se pare d'un sourire qui, même s'il est presque systématiquement tinté de sarcasme, n'est pas feint pour autant. Il lui arrive même de prendre sous son aile les nouvelles venues qui lui tapent dans l’œil, pour des raisons diverses et variées. Elle a le sens de l'humour, pour peu qu'on l'aime ironique et grinçant, ne manque pas de répartie et n'hésite pas à remettre à sa place quiconque le mérite d'une réplique bien placée, même si elle n'est pas initialement partie prenante de la discussion. Si les moments entre épouses peuvent être faits de rires et d'amusement, il va sans dire que les piques et prises de becs sont toutes aussi courantes, et qu'Ainhoa n'est pas en reste, d'un côté comme de l'autre. C'est qu'il est toujours bon de rappeler à chacune ce que l'on a de plus. Et, parfois, on se prend en retour une remarque bien sentie sur ce que l'on a de moins.

On la distingue clairement s'éloigner des autres dans les événements les plus heureux. Les bruits vont alors bon train, dépeignant la femme comme insensible, secrète ou pire : jalouse et orageuse, à l'image de son mari. L'explication est pourtant toute autre, mais Ainhoa n'est pas celle qui va démentir les rumeurs. Elle préfère de loin qu'on la pense peu maternelle (ce qui est de toute façon le cas) plutôt qu'on réveille la blessure et l'incertitude qui l'étreignent à chaque hurlement de nouveau-né. Dès lors, elle part, les mains sur son ventre, ignorant l'imperfection qui la tiraille et laissant ses compagnes et son époux à l'expression d'une joie sincère. Il n'y a que lorsque la mère se meurt, donnant sa vie pour l'enfant qui vient au monde, qu'Ainhoa reste dans les parages, se promettant de garder un œil sur la progéniture de la défunte. Rien n'est plus important que la famille. Pas même ses propres sentiments. Ni l'image qu'on peut dépeindre d'elle.

En réalité, elle se complaît dans les rumeurs qu'elle entend sur son passage. Dans l'autre surnom qui se murmure. Dans les bruits de couloirs qui disent qu'elle est capable, d'une danse, de corrompre l'esprit de celui qui la fixe. Elle s'en amuse, "l'Ensorceleuse". Elle regarde ces hommes qui s'éloignent dès qu'elle se met à danser quelques pas et sourit, tentatrice, les enjoignant à rester plus que de raison. S'ils savaient ce dont elle est réellement capable, seraient-ils rassurés ou au contraire plus apeurés encore ? Car ce n'est pas tant par les mouvements de son corps qu'elle hypnotise ses spectateurs, mais par la potion vaudou qu'elle vaporise discrètement sous leur nez, sous couvert d'élégants mouvements de foulards. Rien de plus malléable -et donc détroussable- qu'un homme sous le charme...

Cela fait bien longtemps qu'elle n'use plus de ces artefacts. Lundi lui a offert tout ce dont elle a besoin et plus encore. Il lui arrive cependant de monnayer ses services. Ce n'est pas donné, car l'ingrédient principal n'est pas sans risque à récolter, mais elle peut faire des efforts pour qui sait y mettre le prix. Autrement, Ainhoa garde ses connaissances et ses capacités pour son cercle privé, qu'il s'agisse des danses ou des potions qu'elle est capable de réaliser.

Ainhoa Selès ne quitte quasiment jamais le Bayou. Pourtant, certains clament avoir vu une silhouette rappelant celle de l'épouse se déplacer furtivement hors des limites du domaine de Brigitte. Les cheveux coincés sous une gavroche, le torse plus plat et les vêtements plus sombres qu'à l'accoutumée, mais avec cette allure qui rappelle quelque chose sans pouvoir mettre un nom dessus. Il s'agit de Noah. C'est ainsi qu'il se présente aux sirènes lorsqu'il tente de négocier avec elles et obtenir quelques gouttes de leur salive, si précieuse pour l'élaboration de ses potions de charme. C'est un jeu dangereux, mais l'adrénaline est plus forte que la crainte. Un jour, peut-être, cela se retournera contre elle.

Cuentan que hubo muchos que intentaron conquistarla
Y otros tantos se quedaron hechizados solo con mirarla
Aunque hace tiempo nadie ha vuelto a verla
Yo sé que ella no es una leyenda
Y sé muy bien donde podre encontrarla...



L'Unique au monde

-Une taille moyenne, un hâle café au lait des pieds à la tête, des formes agréables mais sans plus, un ventre plat et un déhanché particulièrement étudié.

-De longs cheveux noirs ondulés qui lui tombent dans le milieu du dos, souvent remontés jusque dans son cou par un foulard. Elle ne les laisse entièrement voler que lorsqu'elle danse (ou que son époux lui en fait la demande).

-Divers tatouages temporaires au henné qui varient selon ses humeurs, dans le cou, sur les mains, le dos des pieds et autour des chevilles. Parfois ailleurs. Elle en dessine volontiers à ses consœurs.

-Ainhoa, parfois Noa pour les proches, Noah pour les sirènes.

-Elle est chronologiquement la troisième épouse de Lundi et porte donc le nom qu'il a choisi pour ces dernières. Elle ne regrette absolument pas son nom de jeune fille et refuse même de le divulguer.

-Elle parle créole (comme la grande majorité des habitants du Bayou) et anglais. L'espagnol est sa langue maternelle, bien qu'elle refuse de le parler (ou de faire mine de le comprendre). Il ne s'agit que du témoin d'une époque révolue.

-Elle ne parle jamais de son passé avant Klere, pouvant se montrer particulièrement sèche, distante et mauvaise avec quiconque se montrant trop insistant.

-Elle est la seule à avoir conquis le Baron avant qu'il ne soit touché par la foudre (et en est particulièrement fière).

-Si son mariage était initialement une simple mascarade pour elle, lui permettant de s'échapper, elle s'est rapidement et véritablement éprise de son époux, lui vouant un amour et une dévotion sans limites.

-Noa s'occupe elle-même des traîtresses qu'elle compromet, même si cela implique de nombreuses manigances et des planifications sur le long terme.

-Elle a fait plusieurs fausses couches et ne semble pas pouvoir porter d'enfant, ce qui la culpabilise et la rassure à la fois, car elle n'a pas vraiment l'instinct maternel.

-Elle pratique un mélange danse flamenca et de danse du ventre, dont elle se servait à l'origine pour détrousser les hommes qui venaient l'admirer. Aujourd'hui, ce spectacle est essentiellement réservé à son mari et ses autres femmes (à moins qu'on ne lui en fasse la demande explicite).

-Il lui arrive de concocter des potions de charme qui attirent les hommes et permettent de les manipuler légèrement (un peu à la façon des sirènes -dont la salive est l'ingrédient principal de ses potions- bien qu'en beaucoup moins puissant). Le philtre agit sur la capacité de jugement, faisant inconsciemment baisser la garde pendant un moment. Il n'est cependant pas fiable à 100%, dépendant notamment de la force de volonté du sujet, et est de base moins efficace sur les femmes.

-Ainhoa se déguise en homme pour marchander avec les sirènes (et se présente comme "Noah" auprès de ces dernières).

-Lorsqu'elle œuvrait encore pour elle-même, elle laissait croire que c'était la danse, et non la potion, qui agissait sur les hommes, en les aspergeant via une fiole de parfum qu'elle dissimulait dans ses foulards ou les plis de sa jupe longue lors de ses performances. A présent, elle laisse ses clients trouver leur propre stratagème... mais rien ne dit qu'elle ne s'amuse pas encore lorsqu'elle danse exceptionnellement pour un public étranger.

-Malheureusement, elle n'a jamais été très douée pour les nattes : ses talents de coiffeuse se sont améliorés avec le temps, mais elle s'arrange toujours pour faire celles qui se verront le moins sur la coiffure finale de son époux (quand elle participe à celle-ci, ce qui n'est pas toujours le cas).

-Par contre, elle se débrouille plutôt bien dans tout ce qui concerne la cuisine et affectionne particulièrement les mélanges épicés.

-On la voit parfois disparaître pendant un long moment dans les sous-sols sans savoir où elle va. Lorsqu'elle remonte, elle a toujours l'air à la fois vainqueur et étrangement maussade. Seul Lundi sait exactement de quoi il en retourne.

Llevo tu nombre de norte a sur
(Al Andalus) eres la luz que deja ciego al que te mira
(Al Andalus, Al Andalus)
Grito tu nombre en la multitud
Eres deseo (Al Andalus)
Y estoy soñando con hacerte mia



L'île

Comment vis-tu ta vie à Never Never Land ?  
Sortant assez peu du Bayou, Ainhoa n'est pas perturbée plus que cela par la vie sur l'Île. L'avantage est qu'on semble y trouver tout ce dont on peut avoir besoin en terme de plantes et de créatures (et donc d'ingrédients). L'inconvénient ? Ces gens-là ne savent pas faire la fête correctement. Heureusement que le Bayou est là.


Qu'éprouves-tu pour l'Ordinaire ?
L'Ordinaire, pour elle, c'est le Bayou. Elle ne fait donc pas grande différence entre l'Île et l'Ordinaire. Si elle a pu avoir des rêves d'évasion vers ce dernier fut un temps, ils ont disparu à l'occasion de son mariage. A présent, lorsqu'on lui parle de l'Ordinaire, elle se contente de hausser les épaules.


Que représente Peter Pan pour toi ? Et le capitaine Hook ?
Ils l'indiffèrent. S'ils ont dernièrement eu une certaine influence sur sa vie, ce n'est la plupart du temps pas le cas, et Ainhoa ne comprend pas cette adoration sans limites que peuvent éprouver certains, à l'égard de Pan comme de Hook. Elle sait ce que c'est, que d'être liée pour la vie à une personne importante et omnipotente, mais cela ne l'empêche pas d'avoir son libre-arbitre et de dire ce qu'elle pense, tant qu'elle joue dans les règles. Pourquoi les Enfants Perdus et les pirates du Roger ne pourraient pas en faire autant ?


Développe ta chronologie en dates ou en intrigue :
Ainhoa est arrivée avec l'ensemble du Bayou, lors de la Pluie Salée. Elle est essentiellement restée auprès de sa famille depuis, si ce n'est quelques escapades de ci de là pour ses potions. Elle n'a participé à aucune expédition, se tentant loin des diverses intrigues.




Le Bout d'aventure

Un dernier regard dans le miroir. Ses cheveux d'ébène tombent jusque dans son dos, en d'élégantes vagues de longueurs diverses qui encadrent joliment son visage. Son regard vert olive, surmonté d'un maquillage discret mais présent, plonge dans celui d'un interlocuteur imaginaire avec un éclat aguicheur étudié. Ses lèvres pulpeuses se redressent dans un sourire à la douceur discutable, mais attirant. Enfin, Ainhoa hoche la tête. Elle se sent prête. Il est temps de défier la foudre.

Elle se lève et s'approche de l'entrée de la petite scène de fortune dressée à l'occasion de cette soirée improvisée au Bayou, comme il peut y en avoir tant. La ceinture qui entoure ses hanches sonne élégamment à chacun de ses pas. La jupe, fendue jusqu'à mi-cuisse, laisse apercevoir une cheville également pourvue d'une chaîne à petits grelots et à hauteur de laquelle grandit une composition florale stylisée au henné, remontant plus haut que l'ouverture ne permet d'entrevoir, laissant libre court à l'imagination. En s'y attardant de près, on peut distinguer plusieurs touches de couleurs, comme si chaque fleur avait son ton : un léger rouge, une pointe de jaune, une teinte violacée.

La musique résonne. D'un pas assuré, elle s'avance. Elle sent les regards posés sur elle, curieux, intrigués, intéressés, avides. Elle sourit. Elle aime cette attention qu'on lui prête. Enfin, parmi les spectateurs, elle en repère un dont le regard est initialement plus morne, peut-être un peu boudeur. D'instinct, elle lève le nez vers le ciel. Le temps n'est pas au beau. Elle cache une moue ennuyée en tournant le dos à son public. Cela s'annonce plus compliqué que prévu. Elle ne se décourage pas pour autant.

Ses mouvements sont savamment étudiés, de la chute de ses reins à ses ronds de jambe soulevant le tissu de sa jupe, en passant par ses foulards accrochés à ses coudes qu'elle fait tournoyer de ses mains. En rythme, elle ondule et se déhanche sur scène puis parmi la foule, se dirigeant vers une figure en particulier. Son sourire se fait provocateur alors qu'elle passe une main sous le menton du Céleste, l'invitant du bout des doigts à tourner son visage vers elle. Une caresse, un frôlement de tissus dont le parfum enveloppe la figure du Baron avant qu'elle ne reparte vers d'autres spectateurs, puis la scène. Pourtant, elle le sait avant même d'avoir terminé son numéro : la potion n'a pas eu le moindre effet cette fois-ci. Mais au regard que le Guédé pose sur elle alors qu'elle quitte la pièce, elle sent que tout n'est pas perdu.

---

[TW : Violences physiques]

La violence du coup l'envoie au sol, mais elle ne laisse pas échapper le moindre son. Ce n'est pas la première fois. Elle se retourne pour le fixer d'un regard mauvais, poussant sur ses avant-bras dans l'optique de se redresser. Il ne lui en laisse pas le temps et s'agenouille au-dessus d'elle, ses mains encerclant son cou avec force, la forçant à s'allonger sur le plancher.

"De quel droit ?! Tu es à moi, ¿me entiendes? A moi !"

Incapable de parler pour lui répondre, elle lui crache au visage. L'homme laisse échapper un grondement mécontent sans pour autant desserrer sa poigne. Ainhoa sent sa vue se troubler, des étoiles commencent à apparaître dans le coin de sa vision.

C'est probablement son instinct de survie qui la sauve, une fois de plus. Alors que ses ongles s'enfoncent dans les poignets de l'autre pour tenter de le faire lâcher prise, son genou se redresse brutalement, attaquant directement une partie sensible de l'anatomie de son agresseur, qui tient vraisemblablement moins bien la douleur qu'elle. C'est qu'il a plus l'habitude de donner les coups que d'en recevoir. Profitant de l'instant, la jeune femme roule sur le côté et s'échappe de l'emprise malsaine, se redressant rapidement pour quitter la pièce sans demander son reste.

Elle ne se retourne pas. Pas avant d'atteindre le lieu qui, depuis peu, est devenu son Eden. Elle se glisse silencieusement dans la maison, soucieuse de ne croiser personne : ses problèmes n'ont pas à entrer ici. Elle a tiré une croix sur cette vie, s'est démenée pour en avoir une nouvelle, qu'elle commence à peine à apprécier. Il est hors de question qu'elle le laisse lui gâcher cela aussi.

Alors qu'elle monte les étages pour rejoindre son tout nouvel appartement, une main sur le cou qu'elle masse d'un geste distrait, Ainhoa tombe nez à nez avec une paire d'yeux clairs, éclats brillants dans la nuit. Le regard se pose aussitôt sur les marques déjà visibles. Non loin, le tonnerre se fait entendre.

L'orage gronde, et l'éclair ne tardera pas à s'abattre. Avec violence.

---

Les sous-sols, au Bayou, sont des endroits étranges. Encore plus humides que le terrain sur lequel ils marchent. La jeune femme a l'impression de patauger dans la boue jusqu'aux chevilles. Elle en retire pourtant un plaisir déplacé, à l'idée de savoir qu'il y est coincé pour toujours, avec l'éternité devant lui.

Elle a refusé la proposition de Klere d'en faire son serviteur. Il a certainement vu la peur passer dans son regard à cette hypothèse, malgré tout le sang-froid qu'elle a voulu garder. "Il ne mérite pas d'être libre de ses mouvements", lui a-t-elle répliqué. Et le Céleste a compris. Le voilà donc à pourrir dans une pièce humide et lugubre, privé de tout contact et de toute possibilité de se mouvoir. Pas qu'il en ait réellement besoin à présent, au vu de son état. Une coquille vide, un pantin sans âme.

Mais en a-t-il seulement possédé une un jour ?

De l'autre côté des barreaux, Ainhoa l'observe, sans un mot. C'est elle qui a tenu à descendre. A constater d'elle-même ce qu'il est devenu. Elle remet d'un geste automatique un pan de gilet sur son ventre et croise les bras, sans le quitter du regard. A la lueur d'une bougie, on peut voir le nouveau tatouage temporaire qui orne son cou, collier de henné qui ne parvient pas totalement à effacer les couleurs témoins de l'événement qui les a tous deux conduits ici : un léger rouge, une pointe de jaune, une teinte violacée.

Accroupi dans un coin de sa cellule, il ne bouge plus. Ne peut plus rien lui faire. Malgré l'obscurité du lieu, elle distingue quelques traits de son visage, qui n'ont plus rien à voir avec ceux d'avant. Un éclat victorieux pulse dans ses yeux clairs à ce constat : son époux n'y est pas allé de main morte. Elle sent une vague d'affection à l'égard de ce dernier se propager dans l'ensemble de son corps. Elle n'aurait jamais cru ressentir une chose pareille. Ce n'est pas ainsi qu'elle imaginait les choses se dérouler. Ce n'était pas le plan initial. Pourtant, elle constate que cela lui convient parfaitement. Un ricanement lui échappe.

"Tu as tout gagné. Il se peut finalement que ce que je ne voyais que comme une unique porte de sortie soit bien plus que cela." Une main se pose au niveau de son coeur de manière inconsciente. "Bien plus que cela... Gracias, Papá."

Sans attendre de réponse -comment pourrait-elle en obtenir une, de toute façon ?- la Bohémienne se retourne et s'en va. Il est temps de tirer un trait sur toute cette histoire, et de profiter pleinement de ce que son nouveau statut a à lui offrir.



L'Invisible pour les yeux

T'as un Pseudo ? Meena
Et un âge ? 30 ans tout rond !
C'est quoi ton Avatar  ? Isabella, de la licence Dragon Age. Ici, par Anna Elizabeth.
Comment t'as découvert l'île ? Il était une fois un partenariat... (Quoi ? Quel déjà-vu ? What a Face)
Tu la trouves comment ? Fun.
Dis, tu crois bien aux fées ?Je risque une bataille interne si j'ose penser le contraire, donc...


Traduction des paroles pour les intéressé.es:
 
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès   C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès EmptyJeu 17 Sep 2020 - 20:06

*charge LE gif...*

C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Tenor

Tu sais déjà ce que j'en pense 8D
J'aime les touches de drama et de foudre, elle a un tempérament qui promet d'être gold inrp en mifa <3

Quelle belle dame charmante que voilà C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès 4198890058 Lundi est sûrement très fier de sa belle Bohémienne C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès 304983004
Revenir en haut Aller en bas
Maelström
Maelström

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 19
✘ SURNOM : L'Envoûtante
✘ AGE DU PERSO : Assez âgée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS :
Fever all through the night

Spectacles en cours : I - II - III

C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès   C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès EmptyDim 20 Sep 2020 - 9:59

Allez, ça doit être le premier commentaire sur fiche que je pose je crois XD (faut bien commencer quelque part)

Ah, bah je te l'ai dit, mais c'est qu'elle me fait penser à une certaine madame au Borsalino, et qu'elle me donnerait presque envie d'agrandir la famille en ramenant mon écossaise 😏 (mais c'est déjà pas pour rien si je pose ça avec Maelström)

Le principe de la potion vaudou dans le foulard qui laisse à penser que c'est la danse qui envoûte c'est super classe je suis fan ! Need la rencontrer inRP (pauvre Vij c'est lui qui va s'y coller en premier vu l'itinéraire que va lui faire prendre son rp actuel avec Mab je crois. Il est pas prêt.)
Revenir en haut Aller en bas
Baron Mardi
Baron Mardi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 51
✘ DISPO POUR RP ? : Oui.
✘ LIENS : La couleur est un corps de chair où un coeur bat.

C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès   C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès EmptyDim 20 Sep 2020 - 12:06

Tres belle et tres dangereuse, honhon. Je n'aimerais pas être sur son chemin.

Ca fait plaisir de voir cette enchanteresse sur l'ile en tout cas et j'ai tres hate de la voir en action sur l'ile. Je ne l'ai pas encore croisé, mais je sens son regard me juger d'ici

Un lien avec Mardi serait-il possible ? C'est que la famille, c'est important. ♥






Mardi trace des vévés en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
Baron Lundi
Baron Lundi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 142
✘ SURNOM : Le Céleste
✘ AGE DU PERSO : Physiquement ~30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : vi
✘ LIENS : - D'abord l'éclair
- Puis le tonnerre

C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès   C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès EmptyDim 20 Sep 2020 - 12:53

Félicitations mon enfant


Tu es condamné.





Quelle tornade envoûtante ! Elle brille si bien dans le paysage du Bayou, parmi les ses consoeurs, et peut-être plus encore quand elle pense à comment s'occuper des traîtresses C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès 4198890058 Héhé, tu le sais déjà, mais Lundi est charmé. Ainhoa est loin d'être effacée, et peut en effet être très fière d'avoir attiré la foudre à elle. Elle mérite bien la chanson sur laquelle on lit son histoire.

Je te souhaite la bienvenue dans le Bayou, rejoins ta famille sans plus attendre. Charme de tes danses et potions, sois plus maligne que les sirènes que Noah voudra approcher~ Va, belle ensorceleuse.


_______________________________


Je te serre chaleureusement la main. Cours vite créer ton Dé à Coudre et demander un Compagnon de Jeu afin de vivre une aventure !  Par ailleurs, n'oublie pas de prendre connaissance de L'intrigue du moment. A moins que tu ne choisisses de te lancer dans Mission Périlleuse ?  Si tu préfères passer du bon temps en papotant, rejoins sans tarder la Nursery. Quoiqu'il en soit, que ton séjour à Never Never Land soit fabuleux et éternel.


Revenir en haut Aller en bas
Baron Samedi
Baron Samedi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 84
✘ SURNOM : Le Fétide.
✘ AGE DU PERSO : Indicible.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : And he will greet them in a smile that sticks like vaseline.
Sujet en cours : I - II - III

C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès   C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès EmptyLun 21 Sep 2020 - 16:38

Se m 'pou m' akeyi ou nan Bayou, enchantress.

Ce n’est pas une surprise vu la personne qui l’écrit, mais Noa est aussi aussi intrigante qu’intimidante, aussi charismatique que dangereuse. On se laisse entraîner dans son histoire comme lors d’une danse et on en ressort de la même façon, essoufflé-e et avec l’envie de recommencer.

Tu l’as compris : j’ai vraiment aimé la découvrir et j’aurais des (oui, des) liens à te proposer à l’occasion.

Rebienvenue parmi nous bg C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès 4198890058






Offrande :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://elorecohlt.tumblr.com
Écorce
Écorce

☼ Fée des Forêts ☼


✘ AVENTURES : 108
✘ SURNOM : L'Archéologue.
✘ AGE DU PERSO : Plusieurs saisons.

✘ DISPO POUR RP ? : Potêtre !
✘ LIENS : Récits & Annexes.

C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès   C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès EmptyLun 21 Sep 2020 - 19:55

WOW ELLE EST TROP BIEN...
Belle, bariolée, charismatique mais redoutable...
Fidèle à son aimé et à sa famille...
Son background, cette revanche savoureuse...
Et son nom.

!!!!! épouse moi C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès 2908909977








C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Crush211

Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1729
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès   C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès EmptyDim 4 Oct 2020 - 16:29

Je me demandais en lisant la fiche de Lundi si certaines de ces fameuses femmes allait être jouées et tu viens immédiatement réaliser mon vœu.
C'est une super fiche comme d'habitude, et un perso fort, touchant et plein de nuances. On sent vraiment bien la place qu'elle a dans sa famille et sa relation complexe à celle-ci. Vraiment chouette C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès 1667733026 Et ce petit détail de l'identité secrète hehe.
REBIENVENUE A TOI ♥
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan Mac Banshea
Morrigan Mac Banshea

☠ Diseuse de bonne aventure du Port ☠


✘ AVENTURES : 90
✘ SURNOM : La Horla
✘ AGE DU PERSO : 25 environ

✘ DISPO POUR RP ? : YASS!
✘ LIENS : -Which Witch
-Allies and f*ckers
-Ses peurs et soucis

C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès   C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès EmptyDim 4 Oct 2020 - 18:38

Elle est belle, dangereuse, fatale, forte, puissante, sévère mais aimante, elle est si comment je dirais....versatile en fait et je l'aime beaucoup, elle me touche et Morrigan vas facilement l'apprécier, elle peuvent être potes? Ou au moins elles s'échangent des recettes de potions et d'histoires de manipulation de mecs? Bref, bienvenue bg C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès 3864948088 C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès 3864948088 C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès 3864948088
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty
MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès   C'est l'histoire d'une déesse - Ainhoa Selès Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Faire naufrage :: Gais, innocents et sans coeur. :: On s'envole !-