-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Nike React Live – Chaussure pour Homme
57.47 € 114.99 €
Voir le deal

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mère
Anonymous

Invité



Quelques pétales dans l'eau Empty
MessageSujet: Quelques pétales dans l'eau   Quelques pétales dans l'eau EmptyMer 26 Aoû 2020 - 10:41

A l'heure des loups, quand l'obscurité engloutit l'univers tout entier, les cauchemars quittent leur tanière et errent à la recherche des âmes les plus fragiles... les enfants. Rampants, grinçants, grimaçants, ils sont les yeux qui luisent derrière la porte entrouverte du placard à vêtements, ils sont les petites chatouilles sur les orteils qui dépassent de sous les draps, ils sont l'ombre dans un coin de la pièce qui semble guetter le bon moment pour bondir. Dieu merci, quand la lumière s'allume et que Maman, protectrice des nuits calmes, arrive, les cauchemars se retirent, feulant leur défaite, admettant leur faiblesse. Entre les bras rassurants, sous la tendre berceuse, les petiots du Monde Ordinaire se rendorment et entrent alors les doux songe...

Fichée là comme un épouvantail au milieu d'un champ de maïs, Lottie regarde droit devant elle, les pieds léchés par l'eau fraîche. Dans son dos, grouillant parmi les herbes folles, un tourment s'échappe en ricanant. Ici, point d'illusions dirigées par l'imagination débordante de quelques gosses créatifs. La menace est réelle, elle n'est pas qu'ombres et lueurs. Elle est larmes et cris, elle est... peut-être pire encore.
Lottie retire ses petites chaussures vernies, les chaussettes blanches de coton grossier. Soigneusement, elle dépose ces dernières dans ces premières, laissant avec soin ses affaires sur la rive. Pourquoi se presserait-elle ? Pas à pas, 1, 2, 3... la voilà qui pénètre les flots, sans prendre la peine de remonter sa jupe qui bientôt, se gorge et s'alourdit à mesure qu'elle s'enfonce. Le courant entoure sa taille, la pousse à quelques mouvements maladroits, manque de la faire trébucher comme le ferait un mauvais partenaire de danse. La jeune fille se raccroche à une pierre, y érafle la pulpe de ses doigts. Encore quelques pas... 1, 2, 3... avant qu'elle ne tire à elle le tissu olivâtre coincé là, qu'elle ne dégage d'un barrage de fortune fait de bois et de cailloux... une petite silhouette vêtue d'une robe qu'elle ne connait que trop bien et à raison. C'est elle qui l'a fait il y a quelques jours à la demande de la petite fille, à la demande de...

"Gritty... G-Gritty... GRITTY !!"

Lottie se raccroche comme elle le peut à une branche coincée là, tout en tirant à elle le corps mou de l'enfant. Les petits cheveux noirs se collent à son front, sur les paupières parcourues de veines bleuâtres. Lottie l'attire contre sa poitrine... et une dernière fois, hurle.
Les cauchemars et tourments sont bien plus que quelques stupides fantaisies qui craignent la lumière. Ici... ils sont la maladie et le crime, les accidents et les empoisonnements. Ici... ils sont la mort.

----------------------------------------

"Quelques fleurs blanches, Maman, qui sentent si bon ! Tu pourras les mettre sur la table ou... avec les vêtements ? Pour les parfumer ? Hein Maman, hein, Maman ?!"

Lottie jette un petit coup d’œil amusé à la fillette qui, à ses côtés, trépigne d'impatience. Tout juste arrivée, elle est la plus jeune des éclaireurs et s'il ne faut point trop compter sur elle pour des missions complexes, elle a l'art de trouver la beauté dans les coins les plus reculés, des trésors qu'elle se hâte de rapporter au Grand Arbre.
Lottie, alors fort occupée à repriser quelques culottes et bonnets lui donne son autorisation... elle a toujours aimé les fleurs. Gritty se charge de son petit sac où repose un ourson en peluche et son goûter et file à l'aventure, chargée de sa si tendre mission. Elle reviendra avec le plus beau des bouquets !

-------------------------------------------

Sous l'éclat de la lune, la Sucrée observe la rivière qui continue de couler, inconsciente du drame qu'elle a causé. Entre ses bras si fins, Gritty dort du sommeil du juste, le visage serein, les cheveux encore trempés. Juste à côté, le petit sac est ouvert, Nounours a perdu un œil dans l'aventure et le goûter est bon à jeter. Lottie serre la fillette un peu plus fort, réprime un frisson. Les cauchemars tournent autour d'elles comme des prédateurs attirés par l'odeur du sang, prêts à venir récupérer leur dû, riant de la bonne farce qu'ils ont fait. Au matin, ils disparaîtront... laissant Lottie composer avec l'enfer laissé.
Revenir en haut Aller en bas
MadMax
MadMax

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 1125
✘ SURNOM : L'Increvable.
✘ AGE DU PERSO : La bonne quinzaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance, renaissance & La Meute

Quelques pétales dans l'eau Empty
MessageSujet: Re: Quelques pétales dans l'eau   Quelques pétales dans l'eau EmptyDim 6 Sep 2020 - 16:56

Il ne pleut plus, pourtant le ciel reste gris. Les plantes, cahin cahat repoussent. Le soleil n'est pas plus présent, le temps pas plus clément. L'équilibre de l'île reste vacillant, et l'air qui se fait chaque jour un peu plus frais n'est pas de bon augur. Max, elle veut ignorer tout ça. Il sera toujours temps de s'inquiéter, mais pas aujourd'hui, pas maintenant. C'est ce qu'elle prétend, en tout cas, quand elle annonce a ses enfants qu'elle veut se promener. Qu'il faut que sa patte se dégourdisse, qu'elle peut pas juste rester au Grand Arbre. Personne ne l'avait retenu, et l'Increvable avait compté dessus : ce n'est pas pour rien que ses enfants sont parmis les groupes les plus indépendants !

MadMax, elle revit. Depuis les Landes, ah ! Quelle énergie. Ca n'avait pas été simple, évidemment. Mais depuis quand cela l'empêche-t-elle d'affronter ce qui vient à sa rencontre ? Parce qu'il faut redoubler d'efforts pour lutter contre le morne des choses, pour donner l'exemple. Pour soutenir les vacillants, pour garder son aplomb. Tant de raisons mêlées en une seule, au fond : la survie.

Elle se promène, Maddie. Elle sort, à nouveau. Avec sa fière patte de fer, avec son couteau de chasse qui leste sa ceinture. Comment avant, du temps où elle chassait. Si elle avait pu, à l'époque, elle aurait gardé ce rôle. Après tout, elle y a passé parmis les plus belles de ses années. Une pensée pour ses enfants dont elle a désormais la garde, et le sourir s'adoucit. Eux aussi, ils lui apportent tant. Tant de tout, de peine comme de joie. Elle ne changerait de vie pour rien au monde, au moins pour eux et pour Peter.

Et la forêt, même ainsi elle la retrouve avec joie ! C'est pas sa première balade, et comme toujours Yag l'accompagne. Le bisours est moins en permanence collé à ses basques, depuis qu'elle a sa propre basque. Il reste souvent avec elle, bien sûr, mais reprend un peu de sa propre vie aussi. Tous les deux, à vrai dire. Ca leur fait du bien de se manquer, de se retrouver tous les soirs. Mais quand elle va dans la forêt ? Oh jamais il ne la laisserait partir sans lui, s'il peut l'éviter ! Trop de risques, de dangers ! Et puis se retrouver tous les deux sans le brouhaha autour, c'est aussi un petit plaisir qu'ils dégustent en connaisseurs. Mais voilà : le temps est étrange, sur l'île. Sans qu'ils ne comprennent pourquoi, soudain le ciel se fait d'encre. Et des deux, c'est Yag qui en est le moins friand.

- On Devrait Rentrer, Mad.
- C'pas Grav'té. On est c'naissance d'ch'minage de r'tour !

Le temps de se répérer, de rentrer. La nuit le l'inquiète pas en soi, Maddie. Mais se faire prendre par surprise quand il y a tant à faire au camp maintenant que le soir est arrivé sans préambule.. Et puis c'est là que Yag se redresse, museau au vent. Comme s'il avait senti quelque chose, soudain. Se dressant sur ses deux pattes arrières, la chimère hume l'air avec un air concentré pendant quelques secondes avant de retomber lourdement sur ses quatres pattes.

- Kesstah grosse bête ? T'es r'pérage d'chose camouflée ?
- Pas Méchant. Mais Quelqu'un, Je Crois.

C'est comme ça qu'ils te trouve au bord de la rivière. L'ambiance est triste et pesante, et il ne leur faut pas longtemps pour comprendre ce qui s'est passé, au moins en partie. Doucement, MadMax s'avance vers toi. Elle te connait de vu, sans jamais t'avoir réellement parlé.Et d'ailleurs, quoi te dire elle ne sait pas vraiment. Les mots c'est pas son domaine, et dans cette situation là ils sonneront sans doute faux quoi qu'il arrive.

Avec une délicatesse qui peut surprendre venant d'elle, Mad pose sa main sur ton épaule. Elle ne s'est pas faite discète en s'approchant, mais n'avait pas trouvé comment t'aborder avant d'arriver à ton niveau.

- J'suis Désolation et Tristesse d'c'qu'est arrivé. Viens. On est rentrage ensemble, avec elle aussi.

C'est dit doucement, sans te brusquer. Mais à rester là indéfiniment, tu ne pourras pas plus te sauver que tu n'as pu le faire pour la petite. Une morte à la fois, c'est déjà bien assez. C'est déjà une de trop.






J'suis Parole en #cc3300.

Merci Dog. ♥:

Merci Arrow. ♥:

Merci Coquillage. ♥:

Merci Sindri. ♥:

Merci Blue. ♥:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Quelques pétales dans l'eau Empty
MessageSujet: Re: Quelques pétales dans l'eau   Quelques pétales dans l'eau EmptyJeu 10 Sep 2020 - 12:08

Des morts, l'on garde toujours une image parfaite. Pardonnées, les erreurs passées, les conflits, les sentiments mauvais et grouillants qui tordent le ventre et empêchent d'aimer pleinement. En cet instant, Lottie n'a jamais tant aimé Gritty, jamais tant aimé un être vivant tout court, d'ailleurs.
Doucement, elle glisse ses doigts entre les fins cheveux noirs, caresse du pouce la joue encore ronde, les lèvres entrouvertes qui ont laissé filer leur dernier soupir il y a longtemps, déjà. Elle est gelée... la mort n'est qu'un sommeil long et sans chaleur, un sommeil dont l'on est jamais tiré. Lottie embrasse le front encore humide, y appose le sien, brûlant. Un instant, un instant seulement, juste entre elles avant que n'arrive le grand bouleversement, les larmes partagées, l'enterrement. Avant que le départ de Gritty appartienne à toutes et tous, que le tristesse emplisse tous les cœurs et que l'ombre tombe sur le Grand Arbre. Un instant seulement juste entre une Maman et sa Garçonne...

La nuit est noire, le vent glace les os et fait claquer les dents. Lottie n'a pas bougé et ce n'est pas le pas irrégulier derrière elle qui la fera se relever. Elle sait qui est là... qui d'autre peut se targuer d'être doté d'une telle façon de se déplacer ? La toute jeune fille ne relève pas les yeux, elle est simplement tendue, refermée sur elle-même et surtout, refermée sur Gritty, qu'elle tient d'autant plus fortement, comme si l'intruse venait avec l'intention de lui arracher. Va-t-elle lui reprocher d'avoir laissé la Mort emporter l'une de ses petits ?

"Je ne veux pas rentrer. Ils ne savent pas encore... ils seront si tristes, tous. Non, je ne veux pas rentrer."

La main sur son épaule lui semble terriblement lourde, comme si son simple contact allait la faire chuter. Il y a de la douceur, pourtant, dans la voix habituellement bourrue, dans le geste offert. Lottie détourne le regard et laisse encore quelques minutes s'écouler, le temps, peut-être, d'accepter qu'il n'y a plus de secret, que quelqu'un sait, faisant de cet instant maudit, une réalité.

"Personne d'autre que moi ne doit la toucher."

A cette condition, elle accepte de venir. Elle ne veut pas, mais elle doit. Au Grand Arbre, attendent ses Garçons qui doivent bien se demander ce qu'il est advenu d'elle.
Difficilement, rendue maladroite et boitillante par le poids de sa petite défunte, la fillette se relève, attire le visage tout froid contre son cou et récupère le petit goûter, l'ourson dans sa main libre.
Max l'attend et c'est de deux pas malhabiles que les adolescentes reprennent le chemin de l'Arbre. Le silence, lourd et oppressant, accompagne la morbide avancée, trouvant son rythme dans les lourdes larmes qui roulent sur les joues de Lottie. Elle qui fait habituellement preuve d'une retenue sans limites, ne s'excuse point de ses débordements. Elle se contente de suivre Max, regardant droit devant elle, Gritty toute blottie entre ses bras. Les petites chaussures vernies restent au bord de l'eau, abandonnées par leur propriétaire dont les pieds nus foulent les cailloux, l'herbe sèche qui borde les chemins de fortune.
Le Grand Arbre ne tarde plus à se profiler, après une avancée qui semble bien plus longue qu'une vie toute entière, ici. Et maintenant ? Lottie essuie maladroitement ses yeux, ses joues rafraîchies par la bise de la nuit. Ses bras sont faibles, presque trop pour continuer à y bercer la petite fille qui y dort encore, ses doigts sont rendus malhabiles par le froid. Pourtant, elle la tient toujours avec cette même force, incapable de la confier ne serait-ce qu'un instant à Max, à cette autre Mère qui aurait pourtant les épaules bien assez solides pour la porter.

"... Qu'est-ce que je vais faire de ses affaires ? Et... mes Garçons, comment vont-ils réagir ? Les autres Mères ? Personne ne l'acceptera, est-ce ma faute ? Ne l'ai-je pas assez protégée ?"

Leurs regards se croisent pour la première fois depuis que le secret s'est retrouvé scindé. La lèvre inférieure de la fillette tremble dans une mimique vulnérable, affaiblie par sa tristesse. Comment enterres-t-on une enfant ? N'est-ce pas uniquement les vieilles personnes et les adultes très malades qui meurent ? Pourquoi laisser partir quelqu'un dont on ne peut se passer ? Pourquoi la Mort ne frappent que ceux qui sont aimés... ?

"Max... j'ai peur."
Revenir en haut Aller en bas
MadMax
MadMax

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 1125
✘ SURNOM : L'Increvable.
✘ AGE DU PERSO : La bonne quinzaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance, renaissance & La Meute

Quelques pétales dans l'eau Empty
MessageSujet: Re: Quelques pétales dans l'eau   Quelques pétales dans l'eau EmptyDim 27 Sep 2020 - 23:09

Ca lui fait mal au coeur, de vous voir comme ça. Tristement, Max comprend. Elle aussi, elle a perdu des enfants. Alive est encore une plaie amère dans son coeur, et d'autres la suivent de près. Maddie sait que certains ont disparus pour de bons, qu'ils ont glissé dans l'Oubli quand elle a offert son nom à Peter. Ca n'a pas empêché de nouvelles pertes malgré tout. Il faut être fort, mine de rien, pour aimer sans retenue malgré les trous béants laissés par tant d'absents.

Max attend, sage et patiente. Il ne faut pas te brusquer, elle le sait. Mais elle est également consciente que la route vous attend. Qu'il ne vous sera pas possible de fuire la triste vérité éternellement. Quand elle s'apprétait à reprendre la parole, tu reprends vie. Tu t'animes, tu reparles. A ton exigence, l'Increvable ne peut que hocher de la tête. C'est le pas lourds que vous vous remettez en marche. Yag aurait pu vous porter, peut-être même tous les trois. Mais Maddie sait déjà que tu ne voudras pas. Elle respecte. Alors, par solidarité ou délicatesse, elle marchera sur le retour aussi. Sa patte de fer n'est pas la plus pratique pour les longues promenades, mais qu'importe ! Tout au plus cela lui permettra de muscler sa cuisse.

Elle te guide, Max, mais quand bien même tu n'es pas une de ses enfants elle n'en reste pas moins une maman. Du regard, elle vérifie que rien ne reste derrière. Tu as rassemblé toutes les affaires de ta petites, mais ne prend pas gare aux tiennes. C'est peut-être fait exprês, ou peut-être pas. Toujours est-il que tu laisses derrières de jolis souliers bien proprets. D'un regard, d'un geste, la borgne demande à son ami de les récupérer pendant qu'elle te guide sur le retour. Si Max s'arrête, elle a peur que tu ne t'effondres. Surtout maintenant que tu as décidé de rentrer. Quand il vous rejoint, les deux souliers sont glissés dans une des sacoches qu'il porte. Depuis qu'il a pris l'habitude d'aider les perdus comme Max a transporter ça et là de lourds cargo, on les voit souvent le vêtir.

Vous marchez en silence tous les trois, et le retour est morne et lourd d'une émotion qui sera bientôt partagée. Ce n'est que lorsque vous arrivez vers le grand arbre que tu reprends la parole. Ton angoisse touche Max, qui une fois de plus comprend un peu trop bien ce que tu traverses. Mais pas le temps pour ça, pour ses perdus à elle.

- Les habits, c'souvent Donnage. Toujours b'soin kekpart. T'chiards, c'dépend. F'dra êtr' Calinade, R'conford. Explicationner c'qu'a été Drame, d'fois c'est Aidage.

Des conseils pragmatiques, autant faire que se peut. Parce que c'est plus simple à répondre que le reste, parce qu'elle n'est pas très douée avec les mots subtiles et le réconfort.

- Mais t'es pas Fautage. T'pas Pouvoir d'Protectionner cont' l'Monde Entierté.

Vos regards se croisent, et elle ne sourcille pas en affrontant le tien. Tu montres un peu plus ta douleur, et le sentiment d'injustice sur une île où on ne devrait jamais mourir est présent. Mais Max est la depuis trop longtemps, sans doute, pour encore s'indigner.

- J'suis Présence. S'tu veux, j'peux êtr' Accompagnage.

Une fois de plus, sa main va à ta rencontre. Dans ton dos cette fois. Peut-être pour ne pas rajouter du poids sur tes épaules qui semblent déjà bien chargées.

Devant vous, les sentinelles vous ont repéré et ont déjà compris la situation. Ca crie des instructions, on envoie des soigneurs même si c'est trop tard. La machine est en route, la nouvelle déjà se propage.

Il n'est plus possible de cacher la triste réalité.






J'suis Parole en #cc3300.

Merci Dog. ♥:

Merci Arrow. ♥:

Merci Coquillage. ♥:

Merci Sindri. ♥:

Merci Blue. ♥:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Quelques pétales dans l'eau Empty
MessageSujet: Re: Quelques pétales dans l'eau   Quelques pétales dans l'eau EmptyJeu 8 Oct 2020 - 16:44

En temps normal, Lottie aurait sévèrement pointé du doigt les balbutements, divagations et fantaisies linguistiques de Max. Avec suffisance, elle lui aurait expliqué que si des adultes ont oeuvré si longtemps pour se targuer d'avoir créé une si belle langue, ce n'est pas pour qu'une enfant capricieuse et marginale en fasse un tel carnage. Cette fois-ci, pourtant, le vocabulaire extravageant de l'adolescente a quelque chose de... rassurant. Des petits mots glissés en toute amitié pour la consoler et l'apaiser, juste de quoi lui faire comprendre qu'elle n'est pas seule. Elle n'est pas protectionnage du monde entierté... ? Sans doute pas. Mais une chose est sûre, elle a besoin de cet accompagnage. Lottie se raccroche à son oeil et à ses paroles comme à une bouée dans un océan agité.

"Restes avec moi."

Elle n'a jamais été faible, au contraire. Elle est cette gamine qui se tenait au-milieu des grands, la seule qui a su faire face à une situation qu'eux-mêmes fuyaient. Ici, elle est la mère qui protège et même si ses propos sont trop sucrés, presque dégoûtants, tous ses Garçons comptent sur elle, la suivant, s'accrochant à ses vêtements de leurs mains poisseuses, de leurs doigts collants. Aujourd'hui, pourtant, elle a besoin d'aide pour franchir la porte, pour pouvoir mettre un pied devant l'autre. La faute au petit corps tout mou qui pèse lourd dans ses bras. La paume chaude, posée au creux de son dos, est d'un réconfort bienvenu. Si Max venait à rompre ce contact, peut-être qu'elle ne trouverait plus la force d'avancer.

"Une couverture... une couverture, pour l'envelopper. Elle est trempée, gelée."

L'ordre est lancé d'une voix clair et quelques instants plus tard et alors qu'elle continue son avancée vers le quartier des Eclaireurs, ses petits pieds laissant des traces humides sur le sol, on lui apporte un drap de tissu marron. Il est grossièrement taillé, mais d'une douceur qui réchauffe, assez pour accueillir confortablement un petite fille décédée.
Tout autour d'elles, les Garçons se pressent avec curiosité pour regarder qui est tombé. Lottie les ignore, s'agenouille et borde la fillette comme un nourrisson tout juste né. Ne dépasse du drap qu'un minois endormi, à la peau sombre et aux yeux cernés. Une petite mèche tombe sur son front doux et d'un geste, la Sucrée la brosse sur le côté.
Elle se relève et reprend sa route, laissant là les enfants qui déjà, se désintèressent du drame. La tristesse pour habitude et la petite compagne de jeux sera vite remplacée. Il n'y a qu'une Mère pour pleurer ses louveteaux et encore, nombreuses sont celles habituées à les voir arrachés de leur étreinte. Combien de petits corps oubliés dans l'immensité de l'île, à pourrir à l'air libre avant de finir dévorés ? La Mort est là, opressante, cruelle. Cette nuit ce fut Gritty, demain c'en sera un.e autre. L'idée ne rend pas la douleur moins présente, mais peut-être plus amère. N'importe quel gamin stupide aurait fait l'affaire, mais il eut fallu que ce soit elle.
Lottie ne jette pas un seul regard aux enfants croisés. Elle se contente de jeter un coup d'oeil derrière elle, régulièrement, pour s'assurer que Max est toujours là, à ses côtés. Le curieux animal qui d'elle, ne s'éloigne jamais, marche également à leurs côtés.

"J'irai la rendre à la terre, dès que le soleil sera levé. Mais avant..."

Les voilà là où tous les Garçons et Garçonnes dorment. Sous les couvertures, roupillent les éclaireuses que rien ne saurait perturber. Dans un coin de la pièce, un tas de vêtements à repriser, quelques peluches en mauvaise santé. Lottie dépose Gritty sur son lit, comme s'il était simplement temps pour elle de se reposer. Puis elle récupère dans sa sacoche son nécessaire de couture, quelques beaux bouts de tissu. D'un geste, elle fait signe à Max de la rejoindre, assise par terre à côté du petit lit. Elle s'assied à ses côtés, tout près tout près, juste assez pour que leurs bras se touchent et qu'elle sente son parfum, rassurant d'une certaine manière. Maintenant, elle a jusqu'à l'aube pour coudre une dernière tenue à sa Garçonne et repriser Nounours, avant de lui offrir le grand départ qui lui épargnera l'Oubli...
Revenir en haut Aller en bas
MadMax
MadMax

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 1125
✘ SURNOM : L'Increvable.
✘ AGE DU PERSO : La bonne quinzaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance, renaissance & La Meute

Quelques pétales dans l'eau Empty
MessageSujet: Re: Quelques pétales dans l'eau   Quelques pétales dans l'eau EmptySam 2 Jan 2021 - 17:37

C'est étrange comme parfois, des alliances improbables se forment dans l'adversité. Tu n'es pas le genre de personne vers qui spontanément Max irait pour sociabiliser. Vous êtes justes.. Différentes. C'est pas un mal en soi, ceci dit. Max est différente de beaucoup trop de monde pour le prendre activement en compte trop longtemps. Ta demande est un peu triste, un peu émouvante. Cette solidarité dans la douleur, dans cette tragique routine des enfants disparus, est au moins une bonne chose qui arrive. Il en faut, surtout au sein d'un même groupe. Maddie a une âme de louve, et veut se montrer un soutien pour quiconque de la meute.

- J'suis Présence.

C'est une tranquille affirmation. Parce qu'elle s'est proposée pour t'accompagner et te tenir compagnie. Parce que la solitude ne sied pas à tous les deuils ni toutes les peines. Parce qu'elle aurait aimé avoir ce choix, quand certains de ses gosses étaient partis et qu'il n'y avait eu personne d'assez disponible pour le lui proposer. Ce n'est pas dit qu'elle aurait accepté, mais au moins il y aurait eu la possibilité. Rien que ça, ça change beaucoup de choses.

Ca s'agite autour de vous, et Max t'accompagne sans savoir quoi dire de plus. Mais peut-être qu'il n'y a pas vraiment besoin de mots, au fond, pour le moment. Ces adieux là, il n'y à que toi qui puisse vraiment les formuler. Alors l'Increvable te suit docilement et récupère au passage tes affaires que Yag avait récupéré. Celui-ci hésite, puis sur un signe de tête de Max vous laisse partir de votre coté une fois à votre destination. Vers la cabane des éclaireurs, donc. A part les quelques soigneurs qui avaient été appelés pour jeter un coup d'oeil à la fillette et les sentinelles qui sont de service cette nuit, peu de gens avaient pu voir votre étrange équipée.

Quelque part, c'est mieux qu'il fasse nuit. Il n'y a pas à se soucier de faire manger les enfants en plus, de les coucher, de maintenir une facade active avec tout ce monde autour. Ca vous laisse un moment d'intimité, à toi et Gritty, pour vous dire au-revoir. Max comprend bien que tu veux qu'elle reste, mais au-delà de ça.. Elle ne sait pas trop quoi faire. Alors elle s'assoit tranquillement à coté de toi, pose respectueusement les souliers contre le mur. Autour, les autres enfants dorment et la plupart n'ont pas bronché lorsque vous êtes entrées.

Parlant à voix basse pour ne pas les réveiller, Max se tourne vers toi.

- J'peux êtr' Aidage d'kekchoz ?


Juste faire la plante verte, c'est possible mais. Heh. La nuit va être longue. Et même si tu as juste besoin d'une présence, Max n'est pas certaine de ce qui te conviendrait le mieux. Parler ou pas, par exemple. Ce n'est sans doute pas le meilleur endroit avec tes enfants qui roupillent dans le secteur, mais Maddie est bien placée pour savoir qu'on ne choisit pas toujours les endroits les plus pragatiques pour vider son coeur du trop plein.






J'suis Parole en #cc3300.

Merci Dog. ♥:

Merci Arrow. ♥:

Merci Coquillage. ♥:

Merci Sindri. ♥:

Merci Blue. ♥:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Quelques pétales dans l'eau Empty
MessageSujet: Re: Quelques pétales dans l'eau   Quelques pétales dans l'eau EmptyDim 7 Mar 2021 - 20:02

C'est Grand-Maman qui lui a appris à coudre. C'était une bonne femme détestable, avec les lèvres serrées, tirées dans la grimace d'un enfant qui après une bonne rasade de jus de citron. Pour elle, les filles devaient savoir manier l'aiguille, mais également cuisiner, s'occuper des enfants, faire la conversation sans prendre position et autres curieuses pratiques aussi ennuyeuses qu'assujettissantes. Si Lottie en a conscience, il n'empêche que les mots dits et répétés par l'odieuse vieillarde ont fait leur chemin, insidieusement. Aujourd'hui, coudre lui semble presque... rassurant, tout comme veiller sur son enfant mort. Elle est à la place qu'on lui a désigné.

"Tu te souviens du premier mort, parmi tes petits ?"

Ses yeux se relèvent un instant, vacillent dans l'obscurité. Elle ne regarde pas Max, elle n'en a pas besoin. Les petites voix qui pépient à droite et à gauche disent d'elle qu'elle a une sacrée grande gueule, le sang bouillant et la main lourde mais aussi qu'elle a un bon petit cœur tendre et que sa sacrée grande gueule, elle est capable de la fermer pour écouter. Alors Lottie a confiance, pas encore assez pour s'en faire une amie, mais ce sera suffisant pour la garder à ses côtés et rechercher le contact de son bras contre le sien. Il faut qu'elle parle, que le silence se brise. Une conversation au rythme de l'aiguille qui plonge et trace des lignes nettes dans le tissu, assemble les motifs pour créer la plus ravissante des tenues.

"Est-ce que tu as pleuré ?"

Du coin de l'oeil désormais, elle observe. De loin elle l'a contemplée, souvent. A parler plus fort que les autres et à donner ses directives d'une voix assurée, de celle qui ne laisse place ni au doute, ni aux contestations. Ses petits suivent chacun de ses ordres parce qu'ils la savent juste. D'ici, de plus près, dans le noir, elle est un petit peu différente... plus calme. C'est aussi, sans doute, son absence de peur qui rassure Lottie. Le petit corps dans le lit est glacé, ses pieds sous une couverture grossièrement tricotée. N'importe qui en aurait le dos tendu et la chair de poule, à rester là, à quelques centimètres d'une fillette décédée. Max, elle, ne craint rien. Avec un couinement, Lottie porte son index à ses lèvres, baise le doigt meurtri par l'aiguille. Silence.

"Les êtres que l'on aime finissent toujours par partir, tôt ou tard. Plus ils sont aimés et plus ils s'arrangeant pour s'envoler précocement. Tu n'es pas d'accord ?"

Elle la regarde réellement, cette fois-ci. L'étrange pupille vide de vie marque une asymétrie dans son visage, un peu déroutante. Dans le noir de la chambre, on dirait presque une petite entrée lumineuse qui mène droit dans sa tête, où ça a l'air de cogiter pas mal. Lottie ne sait pas si elle est dérangée par cette particularité, ou si elle l'apprécie. Peut-être que cette soirée sera décisive sur son opinion et sur ses sentiments. Voilà une idée plutôt nouvelle. La Sucrée soupire, chassant au passage l'odeur de Max. C'est d'elle qu'émane ce parfum d'herbe, pas le genre où on court pieds-nus, mais celle que les adultes fument et qui noircit les idées. Max est une adulte. Lottie, une petite fille qui en pleure une autre. La robe, presque finie, achève d'attirer son attention. Entre ses doigts fins, la tissu glisse et crisse, elle observe son travail. Le soleil est encore loin, la nuit emportera ses larmes... Lottie se lève et, doucement, comme pour éviter de la blesser, déshabille le corps chétif de l'enfant et lui revêt difficilement sa nouvelle tenue d'apparat. Il ne manquerait qu'une couronne de fleurs... en a-t-elle le temps ? Max n'a peut-être plus la patience de la voir choyer sa petite morte.

"Nous devrions peut-être y aller ?"
Revenir en haut Aller en bas
L'Ombre
L'Ombre



✘ AVENTURES : 2459

Quelques pétales dans l'eau Empty
MessageSujet: Re: Quelques pétales dans l'eau   Quelques pétales dans l'eau EmptyMer 6 Juil 2022 - 17:23

The End


Nul ne sait comment cette aventure s'achève,
On l'aura oublié, dès que le jour se lève.


FIN DE L'AVENTURE


Revenir en haut Aller en bas
https://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




Quelques pétales dans l'eau Empty
MessageSujet: Re: Quelques pétales dans l'eau   Quelques pétales dans l'eau Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pieds dans l'eau, tête dans l'au delà.
» Un pas dans l'eau, des bulles dans les mains. [Libre]
» Une, deux... quelques têtes de trop.
» Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur
» Des os dans la boue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Vallée des Fées :: Les Eaux Enchantées :: La Rivière Mystérieuse-