-44%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer Incurvé – ACER – Nitro 23,6″ FHD 165 Hz 1ms
159.99 € 286.99 €
Voir le deal

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Prisme
Prisme

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : L'Irisé.e
✘ AGE DU PERSO : Né.e pendant la Pluie Salée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS :
It's a double rainbow !
Oh my god.

Farces et jeux : I - II - IV - V - VI - VII - VIII

Achevé : III

En noir et blanc Empty
MessageSujet: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyMar 18 Aoû 2020 - 10:22

Face au miroir, Prisme brossait ses cheveux sans prendre grande attention à la scène. Sa peau était trop pâle, elle avait la teinte de l'albâtre. Ses yeux gris verts paraissaient anormalement mornes. Par réflexe et par habitude, il voulut colorer ses lèvres de vert mais la teinte qui sortit de ses doigts et qu'il appliqua sur sa bouche n'était pas celle qu'il avait souhaitée.

Trop gris, trop terne. Son apparence entière semblait être sortie d'un vieux film dont la pellicule abîmée peinait à reconstituer les couleurs. Il n'avait plus accès au spectre des teintes saturées. Il avait d'ailleurs annulé ou repoussé un certain nombre de promesses qu'il avait faites aux habitants de la Citadelle : il n'était actuellement pas en état de travailler correctement.

Il y avait quelques jours de cela, Prisme avait fait une scène durant une soirée à laquelle il avait été invité par l'intermédiaire d'Ether, ce que son mentor avait omis de lui dire. Malheureusement pour eux deux, on avait mis Prisme au courant et il s'était présenté à la fête avec la ferme intention de se venger du Messager et de l'obliger à tenir compte de son existence.

Ses efforts n'avaient mené à rien d'autre que toujours plus de fuite et de désintérêt de la part de celui qu'il considérait comme son père. Prisme était issu d'une génération de fées à qui on avait octroyé une figure parentale personnelle et la fascination, la compréhension de l'humanité que lui avait transmis Ether et qu'il s'était ensuite échiné à développer sur le Port où il s'était longtemps fait passer pour un bermudon avaient encore accentué cette caractéristique chez l'Irisé.e.

L'absence de la bague à son doigt était un déchirement perpétuel. Sous le coup de l'émotion, il avait rendu à Ether son cadeau. A quoi bon garder ce symbole représentant leur lien lorsque le Messager s'échinait à le briser, et à faire comprendre à Prisme qu'il n'était plus le bienvenu dans son entourage ?

Mais cet objet, c'était finalement tout ce qui lui restait de la période bien plus heureuse où Ether éprouvait encore de l'intérêt à son égard, et où il s'occupait encore de lui.

Qu'avait-il fait de mal ? Où avait-il échoué ? Prisme ne comprenait pas. Il se sentait misérable, esseulé, dénué de la moindre valeur. Il avait fui la fête à toutes ailes et s'était installé sur les toits du palais où il avait pleuré toutes les larmes de son corps durant un temps interminable. Depuis, il pleurait encore chaque nuit, et parfois même pendant la journée. Ses affreux doutes se confirmaient : Ether n'en avait rien à faire. Il n'était pas venu le chercher malgré ce qu'il lui avait dit. Il n'avait jamais essayé de lui rendre la bague, ce qui prouvait bien l'insignifiance qu'elle avait à ses yeux. Si ça se trouve, il l'avait déjà donnée à quelqu'un d'autre.  Ether l'avait-il jamais aimé ou bien s'était-il contenté de l'élever pour faire plaisir à la reine, parce qu'elle le lui avait demandé ?

Dans tous les cas, il l'avait abandonné.

Honteux du spectacle pathétique qu'il donnait, Prisme s'était enfermé dans sa chambre et n'en était que très rarement sorti depuis. Il lui fallait pourtant fuir l'ambiance mortifère de ses appartements de temps à autre, ce pourquoi il venait de faire l'effort de s'habiller. Plus ou moins.

Ses traditionnelles plumes de corbeau restaient aussi noires que ses cheveux. S'il avait tenté de porter des couleurs, il n'aurait fait que rendre plus évidente la désaturation involontaire dont il était atteint et il n'avait pas envie qu'on le remarque trop. Paradoxalement, l'isolement lui faisait du mal, mais il ne s'en rendait pas vraiment compte. Il poussa timidement la porte et glissa le nez dehors. L'air plus frais le libéra d'un poids ténu. Il referma le battant derrière lui puis s'éloigna dans le couloir, le vol lent, peu énergique. Un tour dans les jardins lui ferait peut-être du bien... Même si les bénéfices de cette promenade ne dureraient guère.

Ses ongles grattaient nerveusement le doigt trop léger sur lequel il était encore en mesure de sentir le bijou fantôme, ou peut-être son absence. C'était une sensation angoissante.
Revenir en haut Aller en bas
Absinthe
Absinthe

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : La Fée Verte
✘ AGE DU PERSO : Adulte

✘ LIENS : Une illusion dans un verre de méthanol

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyDim 13 Sep 2020 - 19:54

L'air avait un goût de spleen, un petit quelque chose. Mais impossible de prédire de quoi il s'agissait. Absinthe s'était contentée de suivre un chemin parmi tant d'autres, savourant les regards sur elle, et l'odeur d'anis qui l'annonçait, elle voyageait.

Dans les couloirs de son enfance, sur les carreaux de ses plans d'échecs, à côté des rebords de fenêtres anciennement sièges d'amourette... la Fée Verte passait le temps inexistant. Les pas la portèrent jusqu'à une sombre conclusion. Une silhouette connue, une silhouette qui semblait nier le vaste des couleurs diverses. Alors que... pourtant... Prisme savait y faire. Probablement, la pupille d'Ether sentirait le parfum devenir plus fort au fur et à mesure qu'Absinthe s'approchait. Sauf si l'esprit était déjà bien occupé.

Petite caresse sous le menton de la sombre fée alors qu'elle le doublait pour finalement se présenter au regard.

- Prisme, pourquoi t'es-tu donc changé en poète épleuré ?

Fit-elle dans un alcool sucrée, mais l'Irisé pouvait savoir qu'Absinthe ne se jouait pas de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Prisme
Prisme

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : L'Irisé.e
✘ AGE DU PERSO : Né.e pendant la Pluie Salée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS :
It's a double rainbow !
Oh my god.

Farces et jeux : I - II - IV - V - VI - VII - VIII

Achevé : III

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyLun 14 Sep 2020 - 12:13

L'odeur d'anis qui devenait progressivement plus forte à mesure qu'il avançait aurait dû mettre la puce à l'oreille de Prisme, mais l'Irisé était trop enfoncé dans sa propre psyché pour faire le lien entre cette senteur si particulière et la présence d'une fée qu'il connaissait pourtant très bien. C'était une odeur capiteuse, intime, et qu'il eut l'impression d'inventer. Une senteur produite par la profondeur torturée de ses états d'âme. L'inconscient dont les vapeurs remontaient, si denses, si tangibles qu'elles prenaient corps dans la réalité. Dans sa réalité, tout du moins.

Puis Absinthe apparut face à lui, et il se rendit compte qu'il n'en était peut-être pas encore rendu là. Il n'en était probablement pas très loin, cela dit.

C'était très paradoxal car Prisme avait honte d'être vu dans cet état et aurait préféré ne croiser personne dans les couloirs tout en souhaitant désespérément, à l'inverse, qu'on tombe sur lui. Qu'on l'arrête. Qu'on lui parle. Que quelqu'un lui prouve qu'on se souciait encore de lui. Qu'on brise son insupportable solitude. Qu'on lui donne l'impression qu'il n'était pas invisible et dénué de la moindre valeur.

Ainsi, le contact de la main d'Absinthe sur son menton lui fit beaucoup d'effet. C'était un geste modeste, probablement anodin, mais qu'il ressentit comme quelque chose de très tendre et de très attentionné. Il accusa le coup. Ses yeux grands ouverts se gorgèrent d'eau, mais il détourna rapidement le regard.

Il était trop fier pour pleurer si facilement, surtout au milieu d'un couloir du palais. La panique succéda à l'émotion. Soucieux de masquer sa désaturation, il retira, aspira volontairement le peu de vert dont il avait réussi à colorer ses lèvres. Elles se teintèrent de noir. Il espérait qu'Absinthe ne remarquerait pas son teint trop pâle, ni ses pupilles décolorées. Ce genre d'incident ne lui était jamais arrivé. Avant cette dispute affreuse avec Ether, Prisme n'avait jamais perdu ses couleurs.

"Oh, Absinthe, je ne t'ai pas entendue arriver..."

Pouvait-il lui parler de ce qui était arrivé ? Maintenant, le doute dominait. Prisme était déchiré entre l'envie qu'il avait de tout contenir pour se protéger, et celle de vider son sac face à quelqu'un qui était peut-être en mesure de le comprendre et de lui donner un avis qui n'était ni le sien, ni celui de son mentor. Après tout, elle connaissait bien Ether. Et Prisme avait terriblement besoin qu'on l'aide à prendre du recul. A mettre les choses en perspective.

Il frottait son doigt nu si fort qu'il allait finir par irriter la peau.

"... Si je t'en parle, tu me promets de ne rien dire à personne ?"

Et par "personne", il entendait tout particulièrement une autre connaissance mutuelle dont le nom commençait par "O" et qui n'aurait été que trop heureux d'avoir de nouveaux ragots à se mettre sous la dent, surtout s'ils étaient susceptibles de mettre le Séraphin en difficulté.
Revenir en haut Aller en bas
Absinthe
Absinthe

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : La Fée Verte
✘ AGE DU PERSO : Adulte

✘ LIENS : Une illusion dans un verre de méthanol

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyDim 27 Sep 2020 - 18:08

Décidément, Prisme avait trouvé un autre genre de look. La Fée Verte se demandait encore comment est-ce qu'elle devait considérer cette différence. Mais définitivement, à l'oeil observateur de la fée d'anis, quelque chose ne collait pas sur ce tableau. Il transpirait d'une ambiance débordante de mélancolie. Ou était-ce de la tristesse ? De la peine ? Tant de variables... Mais surtout, ce qui détonnait tant, c'était le sujet. L'Irisé.

Et quel était ce tic déplaisant qui semblait déranger l'épiderme de Prisme ? Absinthe haussait un sourcil inquisiteur, mais voilà que les paroles allaient offrir leur réponse.

Peut-être que l'esprit joueur avait eu une petite étincelle, mais rapidement elle se trouva éteinte. La Fée Verte sentait la gravité dans les mots, cette petite lueur devenue si fade qui cherchait peut-être un allié quelque part. C'était que le coeur avait été attendri, elle songeait à Ether. Elle ne voyait pas qui d'autre aurait pu voler les couleurs de l'Irisé. Il y avait quelques êtres qui étaient capable de faire pleurer les plus froids, à condition d'y être lié.

Durant cet instant, Absinthe avait laissé paraître de l'étonnement. Peut-être une touche d'inquiétude. Puis elle reprit son sourire taquin, mais ceux qui la connaissaient bien pourraient y déceler la fausseté. Qu'elle ne faisait que sauver les apparences. Puisque cela semblait être si important.

- Ne t'en fais pas. Viens, allons dans un recoin plus adapté.

D'un geste elle appuyait sa proposition de la suivre. Elle mènerait dans les jardins, là où de beaux vitraux cacheraient de leurs couleurs celles que Prisme semblait griser. Du camouflage.

Absinthe s'assurait aussi qu'elle n'avait pas son Opium dans les parages, ni même Verglas.

Juste elle et Prisme, deux fées connaissant bien les vertiges de l'éther.
Revenir en haut Aller en bas
Prisme
Prisme

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : L'Irisé.e
✘ AGE DU PERSO : Né.e pendant la Pluie Salée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS :
It's a double rainbow !
Oh my god.

Farces et jeux : I - II - IV - V - VI - VII - VIII

Achevé : III

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyMar 29 Sep 2020 - 22:11

Une légère hésitation apparut qui n'aurait peut-être pas été là, avant. La confiance de Prisme en ses congénères avait été profondément ébranlée depuis sa récente prise de conscience : rien de ce que lui avait fait Ether n'avait été accidentel. Il l'évitait à dessein. Il lui mentait sans le moindre scrupule. Il n'hésitait pas non plus à mentir sur lui auprès des autres fées si cela lui permettait de sauver les apparences, quitte à ce que l'Irisé en paie injustement le prix.

Ether n'était pas digne de confiance. Il n'avait strictement plus rien à faire de sa pupille. Cela avait-il seulement été le cas un jour ? Prisme avait-il jamais été autre chose qu'un fardeau dénué du moindre réel intérêt, à ses yeux ?

La jeune fée s'était sentie trahie par l'être qui était censé être le plus proche d'elle, exception faite de Frousse - et Prisme ne passait plus qu'un temps très restreint avec le chatmousse, ces derniers jours. Il n'était pas d'humeur à jouer. Bouleversé, fragilisé, il lui était difficile de croire en l'honnêteté de qui que ce soit, même parmi ceux auxquels il faisait généralement confiance - que cette confiance soit absolue ou conditionnelle.

Il lui fallut se convaincre qu'Absinthe, si friande de ragots qu'elle fut - oh, ils avaient dû en partager un grand nombre par le passé - n'était pas du genre à la lui faire à l'envers. Rien de fâcheux n'arriverait tant qu'Opium était absent. C'était son amie.

... Tout le monde n'était pas comme Ether, n'est-ce pas ? Tout le monde n'allait pas le décevoir ? Il devait s'en persuader, sans quoi l'amertume risquait de lui faire prendre de regrettables décisions.

"Oui.. D'accord."

Et sans poser plus de questions - il n'en avait de tout façon pas l'énergie - il la suivit. Il apparut bientôt qu'Absinthe le conduisait dans les jardins du Palais, ce qui avait été sa destination initiale. C'était parfait ainsi.

Des lumières colorées projetaient de magnifiques tâches contre ses bras, ses jambes. Il observait le résultat sans parvenir à ressentir le moindre enthousiasme. Il était noir, blanc, gris à l'intérieur. Désormais, sa peau avait la couleur du papier. Ses yeux n'étaient plus que deux billes d'acier. Les rayons qui peignaient la toile vierge qu'était son corps ne l'atteignaient que très superficiellement. Il sentit une larme froide couler contre sa joue et il la rattrapa bien vite du dos de la main pour la faire disparaître.

"C'est..."

Ce n'était pas parce que les choses avaient besoin d'être dites et partagées que c'était facile à faire. Prisme ne savait pas même par quoi il aurait dû commencer. Que faire de cette douleur béante ? Comment lui offrir un moyen d'expression adéquat sans que cela se change tout de suite en sanglots inconsolables ? Il avait brutalement cessé d'avancer, déconcentré par les lueurs des vitraux et rendu moins prudent par le désert végétal alentours. Aucune oreille indiscrète à proximité.

Il y avait mille et une questions qu'il avait besoin de poser, mais il se sentait parfaitement incapable d'ajouter le moindre mot dans cette direction. Plutôt que de rester bêtement muet, il dévia finalement sur un sujet plus trivial.

"... Je crois qu'on peut s'arrêter ici. Qu'est-ce que tu en penses ?"

Le regard fuyant, il venait justement de repérer un perchoir parfaitement adapté. Personne ne viendrait les embêter ici.
Revenir en haut Aller en bas
Absinthe
Absinthe

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : La Fée Verte
✘ AGE DU PERSO : Adulte

✘ LIENS : Une illusion dans un verre de méthanol

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyMar 27 Oct 2020 - 11:19

C'était une bien étrange situation. Et lorsque Prisme proposa de s'arrêter, Absinthe cessa la marche et jeta un regard sur le banc sculpté qui pourrait les accueillir. Evidemment, la zone semblait être parfaite pour leur discussion. Du moins, s'il y en avait.

Alors, incitant Prisme à la suivre, elle prit place avec toute l'élégance qu'elle estimait incarner. Bon certes, ce n'était vraiment pas le moment pour jouer aux muses. L'Irisé ne semblait pas du tout dans son assiette. Comme un arc-en-ciel sans couleur. Une vision qui ne pouvait pas cacher le mal qui se tramait derrière. Et pour que le masque soit difficile à tenir, c'était bien une situation au-delà des ragots et taquineries.

Le jeune fé était arrivé en ces lieux alors que la grande réforme prenait place, Absinthe avait été un peu surprise de voir qu'Ether revêtait le titre de mentor pour cette nouvelle lumière à la Citadelle. Peut-être qu'Opium ou elle-même avaient déjà voulu faire un pari sur la situation. Mais il n'en fut rien. Prisme avait paru se glisser facilement dans le monde des rumeurs et jeux de cours.

Mais voilà tout ce qu'elle savait, Absinthe. Elle ne prenait pas autant de plaisir que le Narcisse pour se jouer du Messager, elle se contentait de ne pas comprendre ce qu'il pouvait bien trouver aux humaines. La Fée Verte se contentait de dire qu'Ether s'était juste détourné des fées car jamais plus il n'atteindrait le sommet qu'elle avait été. Juste quelque chose pour l'égo.

Il en fallait bien.

Mais là n'était pas l'histoire de ce moment précis.

- Même cet endroit ne réchauffe pas ta lumière ?

Absinthe ne masquait pas l'interrogation sur son visage, vraiment elle se demandait ce qui se passait. Cela semblait être si blessant.

- Au moins, il pourra masquer les apparences.

C'était rare, mais la Fée Verte essayait de se faire douce. Elle-même avait dû un jour se cacher, durant plusieurs même. À son retour de l'Ordinaire, terrée chez son glaçon de frère. Une si grande faiblesse qu'elle n'a jamais voulu qu'Obéron et encore Opium ne soient au courant. D'ailleurs, si Verglas l'avait vue brisée, il ne savait quand même pas la raison.

- Tu es en sécurité, personne ne verra ta cassure.

Elle-même ne portait pas un long regard sur Prisme, elle observait les vitraux et les plantes qui se portaient mutuellement.
Revenir en haut Aller en bas
Prisme
Prisme

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : L'Irisé.e
✘ AGE DU PERSO : Né.e pendant la Pluie Salée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS :
It's a double rainbow !
Oh my god.

Farces et jeux : I - II - IV - V - VI - VII - VIII

Achevé : III

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyMar 27 Oct 2020 - 18:12

Les larmes lui montèrent instantanément aux yeux. L'émotion bloqua sa gorge. Prisme fit de son mieux pour ne pas la laisser déformer son visage en une grimace disgracieuse. Assis à côté d'Absinthe sur le banc, il ramena ses genoux contre lui et les entoura de ses bras. A cet instant il lui semblait que plus jamais rien ne saurait réchauffer sa lumière. Il était là, au milieu de cette douce ambiance, de ces couleurs vives, et il n'était qu'un intrus. Prisme était comme séparé du monde. Rien ne l'atteignait plus.

Absinthe avait des mots et des attentions délicates. L'irisé n'était pas en mesure d'en avoir pleinement conscience, mais malgré tout il lui était reconnaissant d'être ici avec lui et de se montrer si rassurante. Plus en confiance, il aurait voulu être capable de parler, mais il n'arrivait pas à retrouver sa voix. Tout était bloqué en dedans. Il avait trop gardé, et désormais il ne savait plus comment faire pour sortir tout cela de lui.

Une petite partie de Prisme craignait d'être ridicule. Les anciennes fées n'avaient pas ses préoccupations. Elles n'avaient pas de mentor. Absinthe pouvait-elle comprendre ce qu'il traversait, compte-tenu de leurs expériences différentes ?

Peut-être que oui car après tout, elle paraissait connaître et pratiquer la notion de famille. Ce n'était pas le cas de tout le monde à la Citadelle. Mais n'allait-elle pas trouver que Prisme avait été naïf ? Qu'il avait mis trop d'enjeu dans sa relation avec le Messager ? C'était tout de même d'Ether qu'on parlait.

Comment aurait t-il pu faire autrement, cependant ? Il était alors si jeune... Il ne connaissait presque que lui et la Reine Mab qu'il harcelait de questions toutes plus nombreuses les unes que les autres. Ether avait longtemps été son monde, son modèle. Comment aurait-il pu être insensible au changement de comportement du Messager à son égard, dans ce contexte ?

Prisme était à deux doigts d'éclater en pleurs. Il lui semblait qu'Absinthe ne lui en tiendrait pas rigueur, si bien qu'il devenait de plus en plus difficile de résister à l'appel d'une nouvelle crise de sanglots.

Mais il pleurait tout le temps. Il savait que ça ne le consolait jamais vraiment. Alors il se retint, même s'il eut tout de même quelques hoquets mal contrôlés. Même si des tremblements irréguliers le secouaient.

Le silence s'éternisait tandis que Prisme cherchait encore et toujours sa voix, ainsi que le courage de dévoiler sa blessure au grand jour.

Puis, cela lui vint d'un coup. Et ce qui lui vint n'était pas des aveux. Non, c'était plutôt une question. On aurait pu se dire qu'elle n'était là que pour amener le sujet en douceur, mais Prisme se rendit compte qu'il avait réellement besoin qu'on lui réponde. Il avait besoin de comprendre.

Parce qu'il ne comprenait pas. Il était perdu. Sa vie toute entière était-elle un mensonge ? Ou une sorte d'expérience un peu ratée ?

"Dis Absinthe... Qu'est-ce que tu en penses, toi ? Est-ce que tu as une idée des raisons pour lesquelles Ether m'a adopté ?"

Et parce que c'était impossible de dire une chose pareille sans que l'émotion ne déborde outre mesure, deux fils d'eau coulèrent irrémédiablement sur ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
Absinthe
Absinthe

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : La Fée Verte
✘ AGE DU PERSO : Adulte

✘ LIENS : Une illusion dans un verre de méthanol

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyMar 27 Oct 2020 - 19:35

Les yeux perdus dans le spectacle de couleurs et de flore, comme pour se forcer de ne pas se poser sur un être qui pourrait s'effondrer en sentant le poids d'un regard. Elle inspira l'air frais du jardin, le décor semblait douillet. Un cocon pour une âme blessée, peut-être les douloureuses déchirures d'une métamorphose de chenille à papillon ?

Même à la Fée Verte, cela lui faisait de la peine de voir un arc-en-ciel s'effacer.

Le silence était long, mais durant tout ce temps, Absinthe essayait de juste attendre. Elle n'avait jeté un regarde discret que pour s'assurer de l'état de l'Irisé, un triste spectacle d'ailleurs.

Alors qu'elle s'apprêtait à trouver autre chose à dire, Prisme prit la parole. Des mots semblaient venir de bien loin, porteur d'une masse aussi lourde que du plomb. Là, elle avait posé les yeux sur Prisme, découvrant une fée qui avait un masque craqué de deux petits ruisseaux.

Cette question était teintée d'une tristesse si grande... Elle-même n'avait jamais soulevé de questionnement sur les raisons qui ont poussé Obéron à la prendre sous son aile, puis de lui apporter Verglas plus tard. La réforme avait apporté cette sorte de notion "familiale", un genre de lien probablement aussi particulier que celui qu'elle avait eu droit. Quelqu'un qui serait là, quoi qu'il arrive. Quelqu'un qui veillerait, vers qui se tourner. Vers qui baisser la garde.

Pourquoi Ether avait-il adopté Prisme ? Quelle grande question que de savoir ce qui se passait dans la tête du messager. Elle n'en savait rien, elle n'était pas là lorsque cela s'est passé.

Absinthe s'en alla dans ses souvenirs, elle cherchait des épisodes d'avant l'amour des humains. De quand elle était avec le Séraphin, une énorme faute de goût selon Opium d'ailleurs. Elle n'y pouvait rien, elle devait admettre que les yeux verts avaient toujours eu de l'effet. Maintenant, elle était revenue à elle de toute manière.

Doucement, elle approcha la main pour essuyer d'une phalange un peu d'eau sur ces joues tristes. En réaction, Absinthe devint toute de bleu pâle. À bien y réfléchir, Ether était particulièrement égocentrique. Il n'avait rien d'Obéron. Elle le voyait bien. Elle ne pourrait pas mentir, mais elle ne savait pas la vérité non plus.

- Un lien, peut-être. Tous deux, vous vous intéressez aux humains. Vous avez en commun.

Doucement la lueur bleue reprenait le vert.

- Mais Ether... est Ether. Il est incapable de voir les lumières qui sont trop fortes pour lui.

Elle se demandait si les humains intéressaient le Séraphin car ils ne pouvaient pas briller, et lui oui. Oh, c'était tellement plus facile sans concurrence brillante apparemment. Absinthe a peut-être été la dernière fée à avoir pu intéressé le messager, avant qu'il ne tombe dans une fosse de mauvais goût. Elle se retiendra de médire sur le tuteur de la pauvre fée éplorée.

- Je n'ai malheureusement que mon avis pour te répondre... Je ne sais pas ce qu'Ether a fait, mais il n'est pas doué.
Revenir en haut Aller en bas
Prisme
Prisme

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : L'Irisé.e
✘ AGE DU PERSO : Né.e pendant la Pluie Salée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS :
It's a double rainbow !
Oh my god.

Farces et jeux : I - II - IV - V - VI - VII - VIII

Achevé : III

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyMer 28 Oct 2020 - 1:45

Son regard tristement monochrome se leva dans celui d'Absinthe, dont les doigts glissant sur sa joue lui inspiraient un sentiment indescriptible. C'était comme de boire lorsqu'on avait très soif. Il y eut brièvement de la chaleur là où tout était devenu très froid. Prisme eut un frisson imperceptible. Quelques couleurs vacillèrent brièvement, puis s'éteignirent à nouveau.

Le jeune regard avait perdu la fraîcheur, l'innocence certes insolente qui l'avaient longtemps caractérisé. Dans ses yeux désormais, quelque chose qui ressemblait à du doute, ou à de la désillusion. Lorsque Prisme était né, il ne savait pas ce qu'étaient les humains. Il avait bien fallu lui apprendre, comme tout le reste. Il doutait que ce fut cela qui avait décidé Ether à le prendre sous son aile.

Mais ce qui était certain, c'est qu'il avait longtemps pensé que leur goût des ragots et leur amour commun pour l'humanité avait effectivement permis à Ether et lui-même d'éprouver une certaine forme de complicité. Oui, le Messager était très absent, pas forcément très attentionné, mais lorsqu'ils se retrouvaient, ils passaient toujours un bon moment. Il lui avait semblé qu'ils se comprenaient. Prisme était fier de leurs ressemblances, et il espérait rendre Ether fier à son tour de le voir évoluer sur ses traces, sans pour autant perdre sa singularité.

Mais désormais, Prisme ne savait plus. Tout avait dérapé il ne savait trop comment. Prisme ne savait pas ce qu'il avait fait. Il ne savait même pas s'il avait fait quelque chose en particulier. Il commençait à se demander s'il n'avait pas trop idéalisé Ether. Si le Messager ne lui avait pas servi le même visage hypocrite que celui qu'il donnait à tout le monde lors des occasions mondaines. Si tout ce que Prisme avait eu l'impression qu'ils partageaient n'était pas juste une illusion. Car Ether ne donnait pas l'impression d'y tenir le moins du monde, lui, désormais. Leur relation était devenue une non-relation, et le Messager semblait se porter comme un charme. Pire : il manœuvrait dans son dos pour que les choses restent en l'état.

Si tout cela n'avait effectivement été qu'illusoire, alors Prisme était seul depuis le début. Absolument tout seul.

"Mais Ether... est Ether. Il est incapable de voir les lumières qui sont trop fortes pour lui."

Ses sourcils se froncèrent. Il cligna des yeux. D'autres larmes coulèrent. Prisme, en un sens, le savait. N'en avait-il pas joué lorsque par désespoir, il avait essayé de le piéger ? De lui voler ses lauriers pour l'agacer, au cours de cette fameuse soirée ? Il ne cherchait alors qu'à attirer son attention, incapable de trouver comment faire autrement. Rien ne semblait fonctionner. Oh, comme il regrettait d'avoir agi ainsi... Mais ne l'aurait-il pas fait, cela aurait-il vraiment changé quoique ce fut ? Le problème était là avant. Cet événement n'avait finalement tenu lieu que de révélateur.

Pourquoi Ether évitait-il de se montrer dans les mêmes soirées que lui, en premier lieu ? N'aurait-il au minimum pas dû être heureux d'exhiber sa pupille, à laquelle il avait si bien appris ? N'aurait-il pas dû ressentir la gloire de Prisme comme la sienne propre ?

Avant qu'il en vienne à se demander si il ne faisait pas honte à son mentor pour une raison qui lui échappait et qu'il boucle sur ces pensées noires, Absinthe prit à nouveau la parole et détourna son attention. Prisme observait ses propres pieds tristement.

"Je ne sais pas ce qu'Ether a fait, mais il n'est pas doué."

"... Je ne sais pas si c'est qu'il n'est pas doué ou bien s'il n'en a juste rien à faire."

Voilà qu'il grattait à nouveau ce doigt trop dénudé.

"Ca fait un moment qu'il ne veut plus être vu avec moi nulle part. Récemment, je me suis rendu compte qu'il m'évitait volontairement. Je n'arrive plus à lui parler. Je me suis énervé et je lui ai rendu la bague qu'il m'avait donné et... Depuis... Plus rien... Il s'en fiche complètement... Je ne sais plus quoi faire..."

Il marqua une pause. Ses larmes coulaient plus drues, et il se surprit à avoir un sanglot coincé au milieu de la gorge.

"Est-ce que j'ai fait quelque chose de si mal que ça.. ? Ou bien est-ce que ça a toujours été comme ça ? Je ne veux pas que ça ait toujours été comme ça... Je préfèrerais que ça soit de ma faute..."

Et de perdre sa tête entre ses mains. Oh... Tout s'emmêlait à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Absinthe
Absinthe

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : La Fée Verte
✘ AGE DU PERSO : Adulte

✘ LIENS : Une illusion dans un verre de méthanol

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyVen 30 Oct 2020 - 13:37

Décidément, Ether ne pouvait pas s'empêcher de se faire remarquer. En bien ou en mal. Du moins, c'était à se demander s'il savait seulement ce qu'il entrainait dans le sillage de ses caprices. Et la manie de Prisme, avec cette pauvre phalange, commençait à évoquer une bien triste image à la Fée Verte. Les paroles qui passèrent le mur de silence que l'Irisé avait bâti avaient le goût d'un poème si lourd... Voilà donc l'histoire qui parvenait aux oreilles d'Absinthe. Celle-ci comprit alors la violence du lien qui se rompait entre Prisme et Ether. Elle qui aimait le drame, qui aimait voir les Hommes mourir pour un amour, devenir fous pour la création, elle n'aimait pourtant pas la peine vraie des fées.

Voici donc la différence entre jeux et réalité, tout comme le théâtre qu'elle se créait pour ignorer l'approche de sa fin inévitable. Un retour au monde faisait toujours mal, mais elle, elle avait eu la chance d'avoir avec elle des personnes à qui se rattacher. Elle avait pu se cacher chez Verglas pour masquer sa faiblesse. Elle pouvait jouer pour toujours avec Opium, jusqu'à ce que la lumière de l'un ne s'éteigne. Elle pouvait danser avec Obéron pour penser remonter le temps.

Prisme semblait dénué de ces piliers, sans poète pour écrire sa peine et soulager sa propre conscience non plus. Les pleurs devenaient si grandes, et les mots encore plus pesants. Absinthe regardait l'Irisé se recroqueviller sous ces tourments infernaux. Elle en était presque surprise, elle leva juste le regarde sur les alentours pour vérifier qu'ils étaient encore seuls. Et lorsque sa conscience fut rassurée, la Fée Verte s'approcha doucement de Prisme et posa les mains sur les épaules de l'Irisé.

- De vous deux, on penserait que c'est plutôt lui la jeune fée a faire tant de caprices... Il délaisse tout le monde sauf la reine. Je me suis déjà posé la question : Pourquoi cherche-t-il a briller parmi nous alors qu'il ne veut pas de nous ?

Haussement d'épaules.

- Jamais je n'ai trouvé de réponse, j'ai d'abord cru qu'il s'essayait à attirer l'admiration pour se faire des amis.

S'était-elle déjà seulement réellement posé la question ? En réalité, elle ne s'y était pas attardée. Trop occupée à jouer avec Opium, à se baigner ou à lancer des petites piques au Vitrail. Elle avait déjà vu comment Prisme avait été présenté aux autres, comment le Séraphin semblait fier au début. Mais le voilà donc lassé ? Décidément... elle ne le trouvait bon qu'à la faire rire de temps à autre. Elle l'appréciait toujours, mais notait qu'il pourrait les blesser.

- Prisme... ne te mets pas en faute. Tu t'es accroché à un "parent", mais ce parent n'est pas à la hauteur. Je pense que comme -

Elle s'arrêta dans sa phrase, hésitante un peu, mais elle poursuivit. Ce n'était pas un secret, mais elle aimait plutôt quand elle pouvait tourner les choses à son avantage.

- ... comme moi, tu es une fée. Et ses yeux sont tournés vers les Hommes.

Un sourire un peu moqueur prit place.

- C'est un nigaud tout de même... il veut se fondre parmi les humains mais ne comprend pas l'importance de liens qui doivent perdurer au-delà même du temps.

Ces fameux liens de sang, ce nom qui se perpétuait. L'héritage.

- Les témoins de notre passage dans l'existence.

Elle aura peut-être la chance de vivre encore dans la mémoire d'un "père", elle portera dans la sienne le visage d'Opium. Celui-ci étant plus âgé qu'elle d'ailleurs, elle craignait un peu le jour où elle serait seule. Mais encore, elle avait des piliers à qui se raccrocher.

Prisme lui semblait seul.

- Ether est fautif, c'est tout.

Un peu rude, pour cacher probablement l'émotion qu'elle ressentait tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Prisme
Prisme

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : L'Irisé.e
✘ AGE DU PERSO : Né.e pendant la Pluie Salée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS :
It's a double rainbow !
Oh my god.

Farces et jeux : I - II - IV - V - VI - VII - VIII

Achevé : III

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptySam 31 Oct 2020 - 12:24

Prisme aimait briller, lui aussi. C'était une émotion qu'il comprenait. Il y avait une forme de plaisir à rechercher la gloire en soi, pour elle, sans qu'elle se rattache au moindre lien véritable. C'était là l'essence des jeux de cours.

Ce qu'il ne parvenait pas à comprendre, c'était la volonté inconditionnelle de vouloir briller seul, au détriment des autres lueurs. Quelqu'un avait dû le persuader qu'elles étaient toutes uniques. Il ne sentait pas menacé par le succès des autres : le sien propre lui suffisait. Et jusqu'à présent, celui d'Ether le rendait fier aussi. Il avait été heureux d'y contribuer.

Mais désormais, c'était comme si on l'avait mis à la porte. On lui laissait entendre qu'il n'avait plus sa place, et on lui donnait l'air idiot. On aurait dit qu'Ether cherchait à l'humilier. On aurait dit qu'il cherchait à lui faire comprendre qu'il n'avait aucune forme de valeur, et qu'il fallait que les autres fées s'en rendent compte.

Les implications de leur mésentente sur la réputation de Prisme étaient évidemment un problème, mais à cet instant précis ce n'était pas ce qui froissait le plus la jeune fée. Le manque qu'elle ressentait était bien plus profond. Prisme se soucierait des autres habitants de la Citadelle lorsqu'il serait en état de revenir aux mondanités quotidiennes. Si ce moment arrivait un jour.

Il avait frissonné lorsque les mains d'Absinthe s'étaient posées sur ses épaules et il s'était certainement un peu rapproché, sans vraiment s'en rendre compte. La sollicitude dont elle semblait faire preuve remplissait un vide en lui. Il avait désespérément besoin de ce contact.

"Prisme... ne te mets pas en faute. Tu t'es accroché à un "parent", mais ce parent n'est pas à la hauteur."

Il écoutait tout très religieusement, les yeux vides fixant le haut de ses genoux. Sa lèvre tressaillit. Il faillit se laisser emporter par une vague de désespoir. Que pouvait-il faire alors ? Il n'avait aucun contrôle sur cette situation. Il ne pouvait que la subir.

"... comme moi, tu es une fée. Et ses yeux sont tournés vers les Hommes."

Prisme tourna brutalement son visage sur Absinthe, emporté par une vague d'outrage absurde. Mais enfin ! Prisme passait son temps au Port. Il avait créé Morgan et Rowan. Lorsqu'il le pouvait, il aidait Hermès à convaincre ses proies les plus incrédules. Est-ce que ce n'était pas encore assez humain à son goût ? Est-ce que cela justifiait le désintérêt que Prisme lui inspirait ?

Il y avait une lueur étrange dans les yeux de l'Irisé quand il revint à la contemplation de ses doigts noués par dessus ses jambes repliées. Il découvrait une émotion qu'il n'avait jamais vraiment ressentie au préalable. Ou en tous les cas pas de cette façon, pas tournée dans cette direction.

C'était l'envie d'une validation qui allait encore au-delà de celle qu'il s'était octroyée. Subitement, il ne voulait plus "juste" faire semblant. Il voulait être "pour de vrai". Peut-être pas entièrement, non... Mais assez pour être reconnu comme tel. Il voulait être fée et humain tout en même temps.

Il y avait aussi une forme de jalousie, qui était en lui depuis longtemps, et qui s'était récemment mise à grossir, à tel point qu'il ne pouvait désormais plus l'ignorer :

"... Les humains ont de la chance, de naître avec deux parents d'un coup. J'aimerais bien avoir deux parents." grommela t-il à moitié. Des larmes coulaient encore, mais pour le moment il ne sanglotait plus. Il était juste très mélancolique.

Absinthe aborda un point qui posait beaucoup de questions à Prisme : c'était vrai qu'Ether, puisqu'il s'intéressait tant aux humains, aurait dû comprendre l'importance des relations que ces derniers nouaient. Comment pouvait-il dire qu'il préférait l'Humanité lorsqu'il paraissait absolument incapable de comprendre des notions fondamentales telles que celle de famille ? Il s'isolait. Il semblait se suffire à lui-même. Il était froid, inatteignable. N'était-il pas ironiquement le moins humain d'entre eux ? Ne réprésentait-il pas dans son comportement les pires travers des fées ?

Mais ce n'était pas non plus tout à fait vrai, n'est-ce pas ? Il y avait bien une fée à l'exception de Mab avec laquelle Ether se montrait étonnamment attentionné. Prisme faisait de son mieux pour ne jamais y penser. Il ne voulait pas éprouver de la rancoeur à l'égard du Prince. Il aimait bien le Prince.

"... Il sait le faire pourtant, avec le Prince Ciel. Mais il n'a jamais été comme ça avec moi. Même au début. Il se forçait, c'est tout. J'en suis sûr maintenant."

Pourquoi une telle différence ? Une vague de violence monta à l'intérieur de Prisme qui eut subitement envie d'arracher les plumes de ses vêtements. De changer toutes ses couleurs. De se griffer les joues et de changer de visage. De modifier tout ce qui faisait de lui ce qu'il était. Peut-être, en un sens, de ne plus exister. De ne jamais avoir existé. Le fardeau de posséder une identité propre lui était à cet instant insupportable.

Il perdit le contrôle pour de bon et sa gorge se déchira sous l'effet de sanglots envahissants. Prisme porta les mains sur son crâne et attrapa deux grosses poignées de cheveux. Il tira dessus à s'en faire mal. Il voulait se punir d'exister. Quelque chose n'allait pas avec lui, c'était évident. Quelque chose n'allait pas dans l'essence même de son être, comme s'il était né corrompu et qu'il n'était pas digne d'amour.

Pas d'amour véritable, en attendant. Et si c'était plutôt lui, qui ne méritait de briller que d'une lueur insensible, détachée de toute forme de relations sincères ? Cela ne résumait-il pas exactement son existence, jusqu'à présent ?


Dernière édition par Prisme le Sam 31 Oct 2020 - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Absinthe
Absinthe

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : La Fée Verte
✘ AGE DU PERSO : Adulte

✘ LIENS : Une illusion dans un verre de méthanol

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptySam 31 Oct 2020 - 14:15

L'avait-elle froissé ? Absinthe en eut l'impression, mais craint un peu tardivement de souffler de mauvaises idées à la pupille du Séraphin. Elle qui savait tant inspirer les créations, en tout genre. Elle qui s'amusait des Hommes, ils n'étaient que des pantins. Elle pouvait se prendre à être attachée à ses poètes les plus ambitieux, mais jamais bien plus. Ils brûleront de leur créativité et mourront une fois leur oeuvre parfaite. Vivre était insurmontable une fois la perfection atteinte.

Prisme inspirait bien de la peine dans le coeur de la Fée Verte, la mention de deux parents comme les humains y avaient droit lui paraissait un peu étrange. Mais elle essayait de comprendre autrement, pour le moment, son image des liens qui ne devaient jamais être brisés... des liens porteur d'un amour inconditionnel lui semblait très juste.

Absinthe haussa doucement les épaules à la mention du prince Ciel, c'était bien vrai ce que l'Irisé faisait remarquer.

- Peut-être était-ce parce que Ciel est le prince... Un titre qui marquait une séparation particulière. Alors que nous autre sommes sur un même niveau.

Mais lorsque Prisme se mit à se tirer les cheveux, la Fée Verte sursauta d'épouvante. Oh non, jamais il ne fallait Se punir pour la bêtise d'autres.

Les sanglots déchiraient l'air, remplaçant presque l'envahissant nuage de senteur d'anis.

- Ah ça non, Prisme !

Absinthe attrapa Prisme pour l'enlacer, elle essayait tant bien que mal de le faire cesser ces gestes si mal tournés.

- Non, arrête ça. Ne te fais pas de mal, ton pauvre coeur saigne déjà bien assez.

Pour être honnête, elle s'étonnait presque d'avoir agit ainsi. Elle aurait pu simplement crier, ou essayer de lui souffler des pensées plus douces. Si ça pouvait bien marcher. Mais non, elle n'avait pas réfléchi. Elle voyait tant de détresse.

- Le monde ne tourne pas autour de cette tête de piaf ! Toi aussi tu as ta place, et puis tu sais créer, comme des poètes, mais avec les couleurs. Lui n'a jamais rien su que de porter des messages.

C'était un peu voulu, de parler de poètes. De parler d'humains. Malheureusement, Prisme semblait les apprécier aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Prisme
Prisme

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : L'Irisé.e
✘ AGE DU PERSO : Né.e pendant la Pluie Salée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS :
It's a double rainbow !
Oh my god.

Farces et jeux : I - II - IV - V - VI - VII - VIII

Achevé : III

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyDim 1 Nov 2020 - 11:37

Prisme avait ouvert une sorte de boîte de Pandore. Tout cela était resté dormant en lui pendant très longtemps. Ether, par son comportement, avait esquinté le couvercle qui dès lors avait commencé à se soulever tout seul. En mettant des mots sur ces petits détails qui le froissaient, qui le chagrinaient depuis qu'il était en âge de se rendre compte que quelque chose clochait, il achevait de libérer les démons qu'au préalable il faisait en sorte de ne jamais regarder en face. Ils étaient dans son dos. Il les sentait. Mais jamais ses yeux ne témoignaient directement de leur existence.

Détachées de toute forme de chaînes, les sombres entités n'avaient pas attendu pour lui sauter à la gorge.

Prisme n'était pas en état d'entendre les arguments d'Absinthe. Il ne voulait pas rationnaliser le problème. Il ne voulait pas trouver d'excuses à son mentor. Il était incapable de se résigner à l'injustice qui se détachait de leur discussion tel un relief dangereusement pointu sur lequel on aurait tôt fait de trébucher puis de s'empaler.

Ciel était peut-être le Prince, mais ce n'était pas le problème. Le problème, c'était que la relation qu'il avait avec le Messager en disait long : Ether était capable. La situation aurait été plus facile à accepter pour l'Irisé si ça n'avait tout bonnement pas été le cas. Là, il avait la preuve qu'Ether ne s'était jamais vraiment impliqué dans leur propre relation. Il l'avait recueilli, élevé, il l'avait vu grandir, il avait été sa première fenêtre sur le monde. Prisme n'avait d'autre titre que celui de fée des lumières, mais il n'en restait pas moins l'unique fée qu'Ether avait jamais eu sous sa responsabilité directe au point de diriger ce qu'elle allait devenir. Une fée sur laquelle le Séraphin avait eu énormément d'influence, qui s'était construite sur son modèle, sous l'effet de ses histoires et de ses discours. Ce n'était donc pas assez spécial à son goût ?

Prisme voyait mal comment un titre pouvait réellement influencer l'attachement que le temps et la proximité produisaient naturellement. Ether ne l'avait jamais aimé, voilà tout. C'était aussi pour ça que du jour au lendemain, sans prendre plus que les pincettes fausses et mielleuses qu'il utilisait avec tout le monde, il l'avait délogé de ses appartements, forçant Prisme à déménager dans une autre suite du Palais alors qu'il ne se sentait pas encore assez mûr, pas encore assez indépendant.

D'une manière ou d'une autre, ce devait être de sa faute. Quelque chose n'allait pas avec lui, et ce depuis qu'il était né. Son rouge inexistant n'était pas la seule de ses tares. Il y avait quelque chose en lui qui repoussait Ether. Quelque chose l'avait empêché de jamais développer les sentiments que leur histoire commune auraient dû faire naître.

Prisme détestait d'être aussi détestable, même s'il ne comprenait pas ce qu'il avait mal fait. Ses crises de vexation ne pouvaient pas être en cause : Ether n'en avait que tardivement été l'objet, justement faute à la négligeance dont il faisait déjà preuve. Il y avait quelque chose en lui de si pourri qu'il n'était même pas capable de le voir. C'était certainement un problème d'essence, il ne pouvait pas se corriger. Il aurait voulu être quelqu'un d'autre, ou bien tout bonnement ne plus exister. Il avait besoin d'avoir mal, et il se tirait sur la tête pour ressentir quelque chose de juste. Quelque chose qui soit en mesure de le remettre à une strate d'existence au niveau de laquelle il avait une place légitime.

Tout s'arrêta lorsqu'Absinthe eut un geste aussi soudain qu'inattendu. Il l'entendit crier sans vraiment l'entendre. Les bras subitement enroulés autour de son dos firent effet instantanément. Abasourdi, Prisme cessa de sangloter. Personne ne l'avait jamais vraiment enlacé. Ce n'était pas quelque chose qu'on faisait très couramment, par ici, lui semblait-il. Il s'était parfois blotti dans la fourrure de Frousse, mais aucune paire de bras ne l'avait jamais vraiment serré de cette manière. Encore moins sans qu'il soit l'instigateur du geste en question.

Tout fondit, autour de lui, dans une sorte de nuage de chaleur cotonneux. La fumée noire qui remplissait son cerveau se mit lentement mais sûrement à évacuer. C'était encore très difficile, mais c'était plus supportable. Il eut envie de pleurer mais pour d'autres raisons, qu'il n'arrivait pas vraiment à cerner. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il était ému. Il ne voulait pas qu'Absinthe s'éloigne.

Le nez perdu quelque part entre Absinthe et les cheveux qui tombaient autour du visage de Prisme, l'Irisé se roula en boule. Ses bras remontèrent dans le dos de la Fée Verte qu'il serra contre lui à son tour, rendu provisoirement muet.

"Le monde ne tourne pas autour de cette tête de piaf ! Toi aussi tu as ta place, et puis tu sais créer, comme des poètes, mais avec les couleurs. Lui n'a jamais rien su que de porter des messages."

Aussi fier de son talent qu'il fut, Prisme le voyait actuellement comme une sorte de fardeau qui rendait tous ses échanges avec le monde féérique hypocrites. Bien sûr, tout le monde aimait sa magie des couleurs. Tout le monde voulait en profiter. Mais...

"... Si mes mains restaient arides, est-ce que j'aurais encore quoique ce soit ? Quel est l'intérêt de briller, si c'est pour être seul ? Je voulais juste qu'il soit fier de moi..."

Prisme avait grandi d'une telle manière qu'il était aussi isolé qu'Ether. Peut-être même plus : le Messager avait un rapport privilégié avec la famille royale que Prisme ne partageait que très partiellement. Contrairement à son mentor, ce n'était pas quelque chose qu'il vivait bien. Mais il ne savait pas s'y prendre. On ne lui avait évidemment pas appris comment faire. Il n'attirait pas la tendresse des autres. Lorsqu'il était encore d'humeur à jouer, il le faisait souvent tout seul. Personne n'avait de temps pour lui. Tous ses rapports étaient faux. Ses amitiés, superficielles.

Ses conversations, distantes, anodines. Jusqu'à présent, tout du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Absinthe
Absinthe

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : La Fée Verte
✘ AGE DU PERSO : Adulte

✘ LIENS : Une illusion dans un verre de méthanol

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyDim 1 Nov 2020 - 14:49

La Fée Verte était rassurée que Prisme s'accroche à elle, et non plus aux cheveux. Doucement, elle caressait un peu le dos de l'Irisé. Réconfortante, comme elle avait pu essayé de l'être auparavant. Dans un monde ordinaire, celui qui lui donnait tant envie de vomir. Oh qu'est-ce qu'elle haïssait cet autre univers.

Les larmes restantes avaient touché Absinthe, la rendant à nouveau bleutée. Cela convenait bien à la peine qu'elle ressentait pour la jeune fée, leur monde était bien cruel. Elles naissaient seules, peut-être était-ce pour cela tout l'amour que Mab portait à son peuple ? Leur figure commune, leur pilier. Mais l'Etincelante ne pouvait pas prendre chaque fée pour lui donner toute l'attention nécessaire. Elle portait déjà un si grand Devoir.

La détresse semblait être si grande.

Et Absinthe peinait à trouver les bons mots, elle pensait même que c'était impossible. Elle ne pouvait pas réparer ce qu'Ether avait brisé. Ça restait entre Prisme et le Séraphin.

Elle caressait maintenant les cheveux de l'Irisé, en essayant de faire de son mieux pour choisir les vers. La jeune fée avait été liée à son mentor, et à personne d'autre. De plus, elle avait le malheur d'évoluer parmi les aristocrates. La cours pouvait se montrer bien cruelle, il fallait parfaitement connaître ses alliés. Mais Ether papillonnait...

- C'est normal, je comprends. Il aurait dû être fier, c'est vrai.

Elle ne savait pas ce que c'était, d'être isolé. Ou peut-être que si, dans l'ordinaire. Mais elle savait qu'elle avait quelqu'un vers qui revenir. Pas Prisme. Absinthe hésitait encore un peu, elle avait l'impression de voler un rôle. Peut-être qu'elle s'en serait amusée et l'aurait raconté avec joie à Opium en temps normal, cependant là tout était différent.

- Je te vois briller, tu sais.

Sinon, elle n'aurait pas vu cette mine aussi triste que l'hiver de l'Île. Aurait-elle dû voir venir la situation ? Aurait-elle dû voir que le messager ferait n'importe quoi ? Non, elle n'aurait jamais pu deviner. Personne n'aurait pu. Pas ceux qui avaient de l'estime pour cette "tête de piaf", ou moucheron, selon Opium.

- Reprends un peu de tes couleurs, ne laisse pas les imbécilités du moucheron t'atteindre... Je sais que c'est difficile, nos émotions sont si fortes.
Revenir en haut Aller en bas
Prisme
Prisme

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : L'Irisé.e
✘ AGE DU PERSO : Né.e pendant la Pluie Salée

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS :
It's a double rainbow !
Oh my god.

Farces et jeux : I - II - IV - V - VI - VII - VIII

Achevé : III

En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc EmptyLun 2 Nov 2020 - 9:36

La tempête à l'intérieur de Prisme se calmait doucement mais sûrement, apprivoisée par les caresses d'Absinthe dans son dos et contre ses cheveux. Il aurait voulu rester là pour toujours. Il était à une place où il se sentait enfin accepté. On lui donnait le droit d'exister. On lui donnait aussi le droit de souffrir.

"C'est normal, je comprends. Il aurait dû être fier, c'est vrai."

Cela lui fit un bien fou de l'entendre, car avec ces simples mots, Absinthe lui redonnait une légitimité, ou en tous les cas un sentiment de légitimité qu'il avait perdu dans la bataille. Alors ce n'était pas lui qui avait trop d'attentes, n'est-ce pas ? Ce n'était pas lui qui avait été stupide d'en demander plus ? Ce dont il avait besoin n'était pas de trop ? C'était normal, n'est-ce pas ?

D'autre part, Prisme n'avait pas à avoir honte de lui, alors ? Il n'avait rien fait pour mériter d'être traité comme une sorte de nuisance, n'est-ce pas ? C'était injuste et Ether aurait dû se satisfaire de ce que Prisme était parvenu à accomplir, même si c'était imparfait ? Même s'il avait du mal à se faire des amis ? Même si parfois, il était sans doute un peu vicieux lorsqu'on le vexait, ou lorsqu'on le contrariait ? En plus, avec son mentor, Prisme s'était toujours montré très conciliant. Sauf tout récemment.

"... Ce n'est pas de ma faute.. ?"

Ca avait encore du mal à rentrer, ainsi qu'en témoignaient les accents de doute dans sa voix, mais au moins les mots d'Absinthe finissaient enfin par faire leur chemin au cœur de l'esprit chaotique de l'Irisé.

"Je te vois briller, tu sais."

Prisme redressa le nez, emporté par une émotion brusque, implacable, qui remplaça les affres de tristesse insupportables dans lesquels il sombrait depuis des jours. Il paraissait étonné. Une lueur intense brillait au fond de ses yeux lorsqu'il les dressa dans ceux de la Fée Verte. Il eut l'impression qu'elle le voyait vraiment. Et lui aussi, peut-être pour la première fois malgré les échanges cordiaux qu'ils avaient toujours eu, il la voyait vraiment.

Il y avait cette grande émotion, et elle lui donnait l'impression que son cœur était en train de grossir et qu'il essayait de sortir de lui pour rejoindre l'autre fée. Il sentait qu'une couleur voulait sortir de lui, elle aussi, pour le recouvrir tout entier, mais cette couleur en était incapable, parce qu'elle s'était perdue.

Le rouge, couleur de l'amour, n'était pas à l'intérieur de Prisme. Alors qu'il aurait dû devenir écarlate, il restait tout noir. C'était ironiquement assorti à la façon dont il se sentait, comme écrasé par une émotion qu'il ne savait pas comment exprimer.

Il ne le relevait jamais (ou rarement), mais Prisme n'aimait pas quand on traitait son mentor de "moucheron". Cela dit, à cet instant précis, il laissa couler l'insulte sans broncher, sans même s'arrêter dessus. Elle était à sa place dans la phrase. Ether l'avait probablement un peu méritée.

Leurs émotions étaient fortes. Les émotions de Prisme souhaitaient à l'heure actuelle qu'il dise quelque de très fort aussi, mais il était un peu désemparé car il n'arrivait pas à savoir quoi.

"... Je ne sais pas si je te l'ai déjà dit, mais ton vert est si joli... Oh !"

Il avait rapproché son doigt d'Absinthe pour que les reflets de son aura rebondissent sur sa peau. La geste eut une conséquence bien inattendue : Prisme absorba le Vert sans même faire exprès. Et voilà qu'au lieu d'être vêtu d'un monochrome noir et grisâtre, il était désormais couvert de cette teinte qu'il affectionnait particulièrement. Sa peau et ses yeux étaient provisoirement devenus verts d'eau. Ses vêtements et ses lèvres avaient pris la couleur de l'herbe. Ses cheveux qu'il tenait pourtant à garder noirs indépendamment du contexte car c'était ainsi qu'il les aimait arboraient une nuance sapin foncée. Il porta d'ailleurs sa main sur sa tête, conscient du changement accidentel faute aux mèches qui lui encadraient le visage et qu'il apercevait.

"... Zut."

On ne pouvait pas vraiment dire qu'il avait retrouvé ses couleurs. Mais au moins, il en avait retrouvé une.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




En noir et blanc Empty
MessageSujet: Re: En noir et blanc   En noir et blanc Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Vallée des Fées :: L'Arbre aux Fées :: La Citadelle Féérique :: Le Palais Royal-