-45%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 Go
23.75 € 42.99 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Fauteuil gaming CGM à 99€ (Appui-tête et oreiller lombaires – ...
99.99 €
Voir le deal

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Timber
Timber

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 88
✘ SURNOM : La Chapka !
✘ AGE DU PERSO : 16-17 balais

✘ DISPO POUR RP ? : Quand tu veux dude
✘ LIENS : Girl from the North Country
Forever young
Blowin' in the Wind

Thanks Apache :
I'm sexy and cool

We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: We came, we saw, we kicked its ass !   We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 EmptySam 9 Nov 2019 - 17:56

We came, we saw, we kicked its ass !



Just' a l'esprit vif et il analyse rapidement la situation en déposant la bûcheronne qui se jette sans attendre sur l'écorce rigidifiée par le froid. A eux deux ils arrivent à en arracher un bon morceau et en peu de temps, mais face à un Orbleu c'est jamais assez rapide. Alors ils ralentissent pas, au contraire, toujours plus vite, ils sautent sur la luge improvisée et Timber prend même pas le temps de protester quand son compagnon s'assoit à l'arrière, alors qu'avec ses très longues jambes ça aurait dû être elle. Elle prend place, encadrée par le corps chaud et dur du beau gosse et malgré la situation de merde, elle ne peut s'empêcher de profiter et frissonner dans cette position, ainsi serrée tout contre Just' et... Putain son entre-jambe, je sens son paquet ! OMG !!!

"Prête ?"

Elle se secoue intérieurement alors que la Sentinelle les lance sur la pente raide. Putain meuf, focus ! C'pas l'moment d'avoir la culotte en feu, on va fucking die !
Ils vont vite, très vite, leurs poids combinés les fait filer sur la neige verglacée et elle se laisse guider par la voix et le corps de Justice. A droite. A gauche. Elle tient ses interminables jambes recroquevillées contre elle, il suffirait d'un orteil dépassant pour les planter et les faire voler.
Elle a l'habitude, la fille du Nord, des courses en luge : elle en a fait plein avec ses frères, même si le souvenir est flou et à moitié bouffé par l'Oubli.
Un vrombissement venant de derrière passe à côté des deux fuyards. Justice prend le risque de se retourner et de quitter la "route" des yeux, mais il peut, il peut compter sur sa partenaire qui ne lâche pas la pente des yeux afin de repérer toute branche ou micro obstacle qui s’avéreraient mortels pour eux.
Un nouveau vrombissement et cette fois une gerbe de neige explose à quelques mètres devant eux : les deux jeunes ont le même réflexe et font virer la luge dans un ensemble parfait.
La Chasseuse n'a pas besoin de tourner la tête pour savoir que l'Orbleu est en haut de la pente et les vise et lorsqu'ils passent à côté de l'objet fiché dans la neige ses yeux s'écarquillent C'est pas des cailloux, c'est des fucking stalactites !! remarque qu'elle est incapable de garder pour elle :

"Il les sort d'où ces merdes ? De son cul ?!"

Rien de très constructif, mais faire de la luge sur un bout d'écorce qui pourrait craquer sous leur poids à tout moment, sur une pente truffée d'arbres, de rochers et autres obstacles tout en se faisant mitrailler par un taré surpuissant lançant des stalactites sorties d'on ne sait où : la rousse avait besoin de gueuler un bon coup, histoire d'extérioriser toute cette merde. Ça y est, elle en a oublié de profiter de sa position entre et contre le beau gosse, c'est une bonne chose en soit, mais ça prouve aussi bien que leur situation est critique. Et la rangée de rochers qui apparaît devant eux confirme cette sensation, taisant toute voix intérieure et tendant le grand corps de la bûcheronne, prête à manœuvrer avec Justice pour év...

"Oh fuc..."

Stalactite, trop prêt, collision, choc, vol, rochers, en boule, protéger.
Le cerveau de Timber ressemble à ça pendant la seconde où tout à vraiment merdé. Et alors qu'elle mange littéralement la neige tout en roulant sur plusieurs, mettre, la tête entre les mains et ses jambes toujours aussi repliées que lorsqu'ils étaient sur la luge, la Chapka voit son partenaire voler, bien plus loin - plus lourd et propulsé par l'arrière de la luge - avant de s'écraser contre les rochers qu'ils étaient sensés éviter.
Le craquement et le bruit sourd du choc la font grimacer et elle se rétablit pendant sa chute, utilisant son élan pour bondir sur ses pieds. Pas le time pour les galipettes. Putain Just', sois toujours conscient, sois toujours conscient, please. Sinon on est morts. elle se répète ça alors qu'elle court vers le corps inerte du cowboy - son chapeau à volé plus loin. Elle soupire intérieurement quand elle le voit soulever, difficilement, la tête de la neige, le regard hagard.

"Just' !" qu'elle hurle pour l'aider à rester conscient alors qu'elle bondit dans la neige. "Reste avec moi Just', j't'en supplie !"

Vu le sang sur la tempe du garçon et dans la neige en dessous, il est vraiment salement touché. Elle se laisse tomber à côté de lui et essaye de le relever, mais il est trop lourd, trop mou, un vrai poids mort. Un regard paniqué vers le haut de la colline. C'est l'heure de la cueillette de cet asshole.
Certains auraient pensé à l'abandonner, Timber a été épargnée, ne boite quasiment pas, mais Timber est une louve : elle se bat pour protéger sa meute, jusqu'au bout ; et après avoir combattu côte à côte, Justice fait désormais partie de sa meute.
Alors, la Chasseuse se lève, glissant un "Repose toi Just'." à son compagnon tombé. Les jambes écartées, ses grosses chaussures plantées dans la neige, elle sort sa hache et la tient à deux mains, le regard brillant de rage et de détermination.
Elle sait qu'ils vont crever, mais jamais elle se laissera tuer sans combattre. Et alors que la Mort sourit en descendant, le silence résonne dans l'âme de la jeune fille, pour une fois seule avec elle même.

© Codes de Star. ★






Moodboard:
 




Dernière édition par Timber le Jeu 20 Fév 2020 - 17:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Justice
Justice

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 585
✘ SURNOM : la Main
✘ AGE DU PERSO : 17 (16, en fait)

✘ DISPO POUR RP ? : On peut en parler -u-
✘ LIENS : Fiche clic | Dé clic

We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: We came, we saw, we kicked its ass !   We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 EmptyLun 2 Déc 2019 - 16:16


Il entend le léger craquement des pas sur la poudreuse. Cadence rapide. Un bruit de plus en plus fort. Quelqu’un se rapproche. Timber, peut-être. Il entend son nom. On l’appelle.

Il prend appui sur son bras gauche, ramène son genou droit pour le planter au sol. Mais ses jambes se défilent et il parvient tout juste à se renverser sur le dos. Il encaisse le choc dans un grognement échappé du tréfond de sa gorge.

Le monde tangue autour de lui. Il voit les flocons descendre sur lui, ça picote sur ses joues. Il a la nausée. Des mains se referment sur son bras, on le tire, on essaye de le redresser. Le sentinelle ferme les yeux pour ne pas voir le monde tourner. Si ça continue il ne va pas pouvoir… Une chaleur remonte son estomac, gagne sa gorge. Il déglutit à temps et ça retombe aussitôt, lui laissant une sensation chaude désagréable. C’est pas passé loin.

Quand il rouvre un œil, il voit Timber s’éloigner. Il n’a pas le courage de tourner tête pour la suivre du regard. De toute façon, il a compris ce qui se passe.

Dans son état, c’est un poids mort.
A sa place, il en aurait fait autant.
C’est de bonne guerre.

Il se sent partir et il accueille l’abime. Au moins, il ne sentira rien.


* * * * *


L’Orbleu n’est pas pressé.

Parmi les siens, il y en a qui acceptent sans concession leur nouvelle existence et il est de ceux-là. Ce qu’il était jadis, il l’a rangé dans un coin reculé de son esprit mais il en subit parfois quelques résurgences. Par exemple, il y a le plaisir qu’il tire de la traque d’une proie. Peu lui importe la quantité. Lui, il fait ça pour le sport, la performance.
Descendre cette colline à son rythme, tout en sachant les deux gamins à sa merci, ça lui donne presque chaud. Il a peut-être été chasseur autrefois… Ou même sportif ! Quand il a lancé ces stalactites, il lui a semblé que son corps infecté se rappelait du geste, qu’il l’avait répété à de nombreuses reprises et même… perfectionné.

L’un des mômes git au sol et vu sa chute, il ne va pas se relever de sitôt. Peut-être est-il déjà mort ?
L’autre s’est relevée. Elle tient son arme, affiche un air menaçant. Mais lui, il ne s’y laisse pas tromper. Elle est affaiblie, effrayée. Elle s’inquiète peut-être pour l’état de son camarade, elle est pressée de rentrer chez elle pour trouver du secours. Alors que lui, il a tout son temps.

Il s’arrête à quelques mètres d’elle. Un sourire étire ses lèvres violacées. Il ramène une jambe en arrière dans un arc de cercle parfait, fléchit les genoux et se penche en avant comme pour une révérence. Mais son regard ne trompe pas : c’est une posture d’attaque.

Un frémissement presque imperceptible de sa cuisse annonce qu’il s’apprête à bondir. Moins d’une seconde après, il s’élance dans les airs, bras étendu, griffes déployées. Sa gueule ouverte révèle des crocs acérés capables de plonger trancher dans la chair comme dans beurre.

Il n’est qu’à quelques centimètres de sa proie quand une masse puissante le heurte de plein fouet et le projette sur le côté. Il roule plusieurs mètres plus loin mais ses yeux grands ouverts ne quittent pas la scène des yeux : quelque chose vient de s’interposer entre lui et la môme. Il plonge ses griffes dans le sol pour mieux s’arrêter et lève la truffe.

C’est un cheval comme il n’en a jamais vu. Huit pattes puissantes, une robe brune striée de reflets rougeoyants. Des braises à la place des yeux et une fumée brûlante s’échappant de ses nasaux. C’est la première fois qu’il est face à quelque chose de semblable mais il comprend vite l’essentiel : plus qu’un ennemi, c’est son total opposé. La chaleur émanant de cette apparition éveille en lui un sentiment bien humain qu’il avait cru oublié : la haine.

L’Orbleu s’élance. Il n’a pas réfléchi à un plan mais il est confiant en ses capacités. Il est rapide, tout le monde le dit depuis toujours. Il veut être le premier à attaquer. Ce qu’il n’avait pas prévu, c’était que son ennemi se rue dans sa direction au même moment et qu’il soit… bien plus rapide. Ses sabots rougeoient, faisant fondre la neige sous ses pas.
A cette vision, un part de lui crie danger. Sa nature d’Orbleu craint d’affronter seul cette source de lumière et de chaleur. Mais une autre part de lui, la part humaine, refuse d’écouter son instinct. Mais plus il avance et plus cette angoisse l’envahit. Il sent ses jambes s’alourdir, ralentir sa course. A mesure qu’il approche, il mesure l’écart de taille et l’étendue de son erreur.

Sa peur l’avale tout entier.

Il sent le souffle de l’animal le frôler quand il fait soudain demi-tour. Il détale sans un regard en arrière, plus vite qu’il ne l’a jamais fait. Il a beau ne pas entendre le bruit des sabots derrière lui, il a beau savoir qu’il n’est pas poursuivi, il ne ralentit pas.

Tant pis pour ses proies.
Il y aura d’autres occasions.






Revenir en haut Aller en bas
Timber
Timber

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 88
✘ SURNOM : La Chapka !
✘ AGE DU PERSO : 16-17 balais

✘ DISPO POUR RP ? : Quand tu veux dude
✘ LIENS : Girl from the North Country
Forever young
Blowin' in the Wind

Thanks Apache :
I'm sexy and cool

We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: We came, we saw, we kicked its ass !   We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 EmptyJeu 20 Fév 2020 - 17:15

We came, we saw, we kicked its ass !



L'Orbleu s'arrête à une dizaine de pas, mais il faut aps se fier à la distance : en un bond il sera sur Timber. Alors qu'il se met dans une position bizarre entre la révérence et la posture de combat, la bûcheronne raffermit sa prise sur la hache, les mains moites et glissantes de peur. Il y a un instant de silence qui flotte autour de la scène, comme une bulle prête à exploser au moindre frémissement.
Ces comme la balle d'un revolver : la créature bondit et, même si elle le sait, Timber ne peut 'empêcher de hurler intérieurement devant la vitesse surhumaine. Elle n'a aucune foutue chance. Et même si l’imminence de sa mort lui permet de voir la scène dans une espèce de ralenti, son corps, lui, est incapable de suivre la cadence et ne serait-ce qu'éviter les griffes acérées qui fusent vers son cou.
La scène reprend sa vitesse normale alors que l'équivalent d'un train vient percuter l'Orbleu, l'envoyant valser à plusieurs mètres.
Timber est sous le choc d'être encore en vie, les yeux écarquillés et les mains cramponnées à sa hache. Elle est aussi sous le choc de l'immense masse rougeoyante et fumante de... Du... Cheval ? Whaaaaaat theeee fuuuuck ???!!!
S'en suit un combat de titans : l'Orbleu ayant laissé son sourire de prédateur pour un rictus de rage et le... cheval faisant fondre la neige sous ses coups de sabots puissants. Ils s'élancent l'un vers l'autre mais à une telle vitesse que la pauvre garçonne ne voit que deux masses en mouvement.
Et puis... Que... Quoi ?! La silhouette bleue s'élance de l'autre côté et disparaît en un instant dans la forêt blanche.
L'Orbleu a fui.
L'improbable de la situation porte le coup final à Timber qui se laisse tomber le cul dans la neige, les yeux et la bouche ouverts. J'suis pas morte... On est pas morts...

"On est vivants."

Mais la créature équine et embrasée se tourne vers les deux adolescents et la Chasseuse recule précipitamment vers son compagnon à terre, tentant de faire barrage de son corps entre lui et la créature peut-être pas bien intentionnée.
Celle-ci s'approche doucement, la tête baissée en signe d'apaisement d'où j'comprends le cheval moi ? Ses yeux se plantent dans ceux de la garçonne et plus personne ne bouge pendant... Un moment.
Finalement, Timber hausse un sourcil et lâche :

"Salut, Yeux de Braise, t'es bien membré dis donc."

Elle tend lentement une main, paume vers le haut et laisse l'équidé la renifler. Il baisse la tête et la bûcheronne a bien assez vécu à la campagne pour savoir que c'est l'équivalent d'un feu vert. Pourtant elle hésite Il a l'air drôlement chaud ce bestiaux.. La fumée qui s'échappe de ses naseaux, les lignes rougeoyantes sur son corps... La rouquine tente quand même le coup et pause sa main sur une partie noire, entre les lignes de lave. C'est chaud, très chaud, mais supportable.
Le cheval  contourne Timber qui esquisse un mouvement de défense mais laisse finalement faire. La créature renifle Justice, farfouillant dans sa tignasse et pas loin de lui brouter le crâne. Finalement ses deux yeux de braise se plantent de nouveau dans ceux de la Chasseuse qui lève les mains.

"Ok ok, message reçu, me regarde pas comme ça, ça me fout mal à l'aise, jeez."

Pas besoin de parler cheval pour comprendre que celui-ci veut les aider no shit Sherlock, il a fait fuir l'Orbleu. et qu'il est temps de se tirer d'ici.
La Chasseuse se relève, s'époussette et attrape Just' par les aisselles pour le tirer sur le dos de l'équidé. Celui-ci s'est allongé dans la neige, la faisant fondre avec force de vapeur et de pshit. Avec beaucoup de grognements et d'injures, elle finit par hisser le garçon un peu trop musclé et lourd sur Yeux de Braise.

"Attends ! qu'elle lance en courant vers un truc plus loin dans la neige. "On peut pas partir sans." tout en époussetant le chapeau de cowboy.

Non, vraiment, elle sait ce que ça représente. Elle serait détruite si elle perdait un jour sa chapka.
Timber grimpe sur l'immense créature qui se relève dans des mouvements trop puissants : elle laisse échapper un cri et se cramponne a la crinière noire sans lâcher Justice allongé devant elle.

"Easy Yeux de Braise ! J'suis montée deux fois sur un cheval et clairement pas un de ton gabarit alors sois sympa"

Un henissement profond, comme le grondement d'un volcan prêt à entrer en éruption, lui répond et l'équidé se met en route, au pas, certes, mais le pas d'un bestiaux pareil équivaut à des tremblements de terre de magnitude 3.
Alors Timber serre très fort le garçon contre elle, son chapeau dans une main et les fesses en train de chauffer grâce à la chaleur de la créature.

"Just', t'as pas le droit de crever maintenant : y a un fucking cheval de feu qui vient de nous sauver. Ce serait vraiment lame de clamser maintenant, hein dude ?"

Elle lui parle comme ça, pour essayer d'accrocher sa conscience, de le réveiller, pas qu'il sombre trop loin, là où personne ne pourrait le récupérer. Et elle lui caresse les cheveux, les lui tire un peu, lui caresse le visage, puis lui pince doucement la joue. Elle tente de le stimuler.

© Codes de Star. ★






Moodboard:
 


Revenir en haut Aller en bas
Justice
Justice

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 585
✘ SURNOM : la Main
✘ AGE DU PERSO : 17 (16, en fait)

✘ DISPO POUR RP ? : On peut en parler -u-
✘ LIENS : Fiche clic | Dé clic

We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: We came, we saw, we kicked its ass !   We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 EmptyDim 23 Fév 2020 - 23:09


Le froid attaque les extrémités comme un loup affamé puis il remonte lentement mais sûrement jusqu’à envelopper tout reste du corps. Les vaisseaux sanguins se contractent. Certains tissus n’étant alors plus oxygénés, les cellules gèlent puis meurent. Le corps part en morceau. On peut y perdre un doigt, une main, une oreille, ou même un nez. Il y a quelques jours de cela, Just avait croisé un gamin d’une dizaine d’année défiguré après une nuit au grand air, le visage barré par un bandage épais. Sa curiosité avait vite fait place à l’indifférence, il s’était seulement dit qu’il tâcherait de ne pas commettre une erreur aussi stupide.

Et maintenant le voilà. Allongé sur épaisse couche de neige dans laquelle son corps semble s’enfoncer. Bien qu’il ait sombré dans l’inconscience, il sent encore le contact humide et glacé de la poudreuse qui s’infiltre dans ses vêtements. Quelque chose d’épais et d’inéluctable le tire vers le fond.

Pourtant, au milieu de cette obscurité, il trouve une chaleur. D’abord fugace, il croit se tromper. Mais il la sent sur son front comme une fièvre des mauvais jours. Et bientôt tout son corps s’embrase. Ça le réconforte.

Ça lui rappelle ces longs après-midis d’hiver où il regardait des dessins animés sur le canapé en sirotant un lait chaud. A sa droite, sa petite sœur luttait pour ne pas s’endormir et manquer une miette du nouvel épisode. Derrière, sur la table de la cuisine, sa mère feuilletait des magasines en se demandant de quelle couleur elle allait repeindre sa chambre. Elle l’avait toujours voulue jaune mais papa ne supportait cette couleur. Et pour la première fois dans ces six mois de longue absence, elle osait envisager de sauter le pas. Il l’entend le raclement de la chaise quand elle se lève pour se planter derrière lui. Elle se penche sur le dossier du canapé, passe ses longs bras chauds autour de son cou. Elle lui demande ce qu’il regarde. Les nouvelles aventures de Spiderman. Elle demande si ça lui plaît. Il aime bien mais ça ne vaut pas les originaux. Il sait qu’elle se force alors il joue le jeu et fait semblant de ne pas remarquer la manière dont elle se cramponne à lui pour trouver du réconfort. Cette fois, Papa ne reviendra peut-être pas.

— … dude ?

De légers picotements sur son visage le tirent de son sommeil. Il n’a pas la moindre envie de retrouver sens. Pas la moindre envie d’affronter le monde et ses problèmes, ses orbleus et ses deuils. Ça ne l’ennuierait pas de poursuivre sa sieste. Il dodeline de la tête pour tenter d’esquiver ces picotements incessants mais se réveille malgré lui.

Deux paupières lourdes se soulèvent paresseusement mais il lui faut quelques minutes pour que sa vision s’éclaircisse et qu’il distingue le visage inquiet de Timber. Sa vision tremblote au même rythme des légères secousses qu’il peut sentir autour de lui. Il se risque à tourner la tête de l’autre côté et reconnaît l’encolure d’un cheval. Sûrement Mercury. Il n’est même pas surpris.

Il reporte son regard sur Timber. Il a encore du mal à émerger mais il trouve l’énergie de souffler :

— … Princesse Justice ?

Un rire rocailleux secoue son corps endolori, fait monter une vilaine migraine. Il regrette aussitôt.

— J’ai pas assuré.

Sa voix rocaille comme celle d’un vieillard mais son air contrit et honteux rappelle plutôt celui d’un gamin de son jeune, ou peut-être plus jeune.






Revenir en haut Aller en bas
Timber
Timber

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 88
✘ SURNOM : La Chapka !
✘ AGE DU PERSO : 16-17 balais

✘ DISPO POUR RP ? : Quand tu veux dude
✘ LIENS : Girl from the North Country
Forever young
Blowin' in the Wind

Thanks Apache :
I'm sexy and cool

We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: We came, we saw, we kicked its ass !   We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 EmptyJeu 19 Mar 2020 - 21:35

We came, we saw, we kicked its ass !



Just' ouvre les yeux et il a la gueule de quelqu'un qui s'est pris une grosses cuite damn t'as les yeux en trous de bite mon pauvre. Mais la rouquine est bien trop soulagée et heureuse pour lui balancer une vacherie, alors elle sourit juste. C'est pas son sourire en coin, c'est un vrai, grand sourire qui lui fend le visage en deux et fait comme briller ses tâches de rousseurs sous le rose de l'émotion.
Le cowboy jette un regard lointain à l'encolure de l'équidé enflammé et revient vers le visage de Timber, sans paraître surpris. dude, c'est un fucking cheval en feu, un peu plus de surprise ça serait pas de refus, mais là encore, elle ne lui dit rien, parce qu'elle est déjà contente qu'il soit conscient.

"… Princesse Justice ?"

Il lâche un rire rocailleux et ça relâche toutes les vannes de la garçonne qui rit avec lui, fort, de son rire qu'elle trouve trop grave mais qui, à cet instant, fait juste du bien. Elle lui assène une tape dans l'épaule et le serre plus fort contre lui.

"J’ai pas assuré."

Elle essuie les larmes aux coins de ses yeux de rire, des larmes de fou rire ok ? et le regarde avec son sourire en coin qu'elle arrive pas trop à empêcher de s'agrandir.

"Tu nous as fait descendre à j'sais pas combien de kilomètres heure une pente enneigée en plein milieu d'une forêt sur un fucking morceau de bois : nan c'est clair, t'as pas assuré, elle lui fout un autre coup dans l'épaule.Dumbass. en riant."

Un coup d’œil à Yeux de Braise qui continue d'avancer.

"Par contre t'as gagné le nom éternel de Princesse Justice, c'est clair. J'viens de sauver ton joli p'tit cul en t'emportant sur mon cheval... Well, pas blanc, mais bien plus badass."

Un hennissement profond, comme une réponse comme si il comprenait ce qu'on dit...

"Just', j'te présente Yeux de Braise, Yeux de Braise, j'te présente Princesse Justice."

Le soulagement est infini alors que la Chapka se sent enfin en sécurité, en route pour rentrer et avec son compagnon dans les bras, vivant.
Ils sont vivants.

© Codes de Star. ★






Moodboard:
 


Revenir en haut Aller en bas
L'Ombre
L'Ombre



✘ AVENTURES : 2247

We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: We came, we saw, we kicked its ass !   We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 EmptyVen 20 Mar 2020 - 18:10

The End


Nul ne sait comment cette aventure s'achève,
On l'aura oublié, dès que le jour se lève.


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
https://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: We came, we saw, we kicked its ass !   We came, we saw, we kicked its ass ! - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Jungle Luxuriante :: Les Profondeurs Périlleuses-