Le deal à ne pas rater :
20 Boîtes de 50 masques médicaux type IIR (1000 masques, 1,50€ la ...
29.99 €
Voir le deal

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aaron Dirtyhands
Aaron Dirtyhands

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 59
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptyMer 20 Juin 2018 - 23:14

Aaron Dirtyhands


Les Trucs

Surnom :  Le Bâtard
Groupe : Pirate des mers
Age : La vingtaine
Rôle :  Apprenti cuisinier


Les Révérences

De quelle couleur est l’amertume ? Quel est le parfum de la solitude ? La saveur de l’ennui ?
Comme livré sur un plateau de cuivre, Aaron est ce mystère à l’aura tendrement suffocante, épaisse et parfois délicate ; il est brume, il est fumée, il est brouillard. Souriant comme un prédateur, soupirant à l’instar d’une proie, il est un peu tout et rien à la fois.
Il est le murmure perdu dans un vacarme, la goutte noyée dans l’océan, le grain de sable soufflé sur les dunes ; il est un l’invisible qu’on ne peut oublier, cette chose qu’on ne peut espérer isoler. Accroché au monde par le corps, dissocié de l’univers par l’esprit, Aaron est cet être qui s’échappe aussi facilement qu’il entre dans vos vies.

Un parasite. Ou encore un serpent lové dans des draps blancs.
Il est un mauvais présage, une menace silencieuse.
Il est le démon à l’aura délicieuse, qui attend.
Une caresse avant la griffure, le baiser précédant la morsure ; il est ce qui attaque et en même temps rassure.

Être Aaron est une chose compliquée : une merveille de muscles et d'organes, de synapses et de nerfs. D’un calme perturbant, Aaron porte magnifiquement la lassitude. Ne semblant s’amuser de rien, ou alors des petits malheurs, il est assez rare de le voir exprimer autre chose qu’une sévérité peu commune. Il a les traits fins, encore juvéniles, mais ces derniers sont marqués d’une maturité à la limite de la morosité.
Silencieux, discret et à l’apparence disciplinée, Aaron est un monstre d’impassibilité.
Ou peut-être un monstre tout court.
Parce qu’au fond, sa morale est vacillante, peu équilibré ; il bascule et chatouille cette fine limite entre la folie et la raison qui le sépare du Bien du Mal. Parfois trop cartésien et pratique, il peut se montrer cruel et faire preuve de très peu d’empathie. C’est un mécanisme de défense, ou encore un masque fondu sur son visage lisse ; il l’a décidé ainsi. Quitte à souffrir ou à périr, autant être le plus monstrueux de ses ennemis.

Charismatique, lorsqu’il se décide à parler, il n’est pas rare de le voir jouer des mots et des claquements de langue pour se faire comprendre ; ou plutôt, attirer la sympathie des autres. C’est ce don qui poussa d’abord Peter à en faire un diplomate, alors qu’il n’était qu’un garçon perdu.

Lui arrive-t-il seulement de s’emporter ? Très peu sont ceux capables de répondre à cette question. La majorité des gens le dirait trop calme pour être impulsif, et ils ont à moitié raison.

Parce que.
Il y a un presque.
Essayez simplement de le provoquer, de pointer une arme sur lui, ou encore de vous moquer de ses manies. Prenez le risque de l’attaquer de dos, de ne serait-ce que le traiter de nabot.
Allez-y, faites cette erreur. Tentez de lui percer le coeur.
Vous lirez la satisfaction de vous le faire payer sur son visage avant de pouvoir vous excuser.

C’est certainement pour ça qu’il a commencé à grandir. Parce qu’il est trop ambitieux, trop vindicatif, aussi ; il a des pensées et des actes qui n’ont rien d’inoffensifs.
Néanmoins, malgré l’air intouchable qu’Aaron aimerait tant se donner, ce dernier ne montre qu’une partie rapiécée de ce masque pourtant fragile. Il suffirait de pas grand chose, finalement pour le briser ; une fissure, une simple faille, et le voilà explosé à ses pieds.
Aaron aime le contrôle, il ne s’en cache pas : peut-être est-il même légèrement obsédé par l’envie de toujours prendre le dessus. Si bien que la simple idée de perdre ses moyens le paralyse, le fait passer de jeune adulte à gamin un peu crédule. Sans aller jusqu’à trembler, il ne serait pas surprenant de le voir au moins reculer de quelques pas ; juste pour se défendre face à l’imprévu.

Et puis. Aaron, qui est-ce que tu crois tromper ? T’es une grenade dégoupillée. Tu gardes tout, rien dis jamais rien ; pourtant, ton coeur, il bat, hein ? Et un coeur, ça se brise.
Alors, s’il pense pouvoir le protéger pour toujours, il se trompe certainement. Certes, les barricades autour de lui sont solides, mais un coup de canon pourrait facilement les faire s’effondrer. Pour qu’il n’explose, jusqu’à couler.
Plus que de la tristesse, qu’un peu de mélancolie ; il pourrait bien sombrer dans une dangereuse folie.  

Au fond, si Aaron aborde un air si inaccessible, le genre de celui qui ne veut de la présence de personne aux côtés de la sienne, c’est parce qu’il sait. Que quiconque de trop proche aurait un pouvoir sur lui, celui de le tordre et de le torturer ; alors, il préfère rester fermé.
En sécurité, pour ne pas s’effondrer.

Puis, attendez. Quelque chose se murmure, non loin. Un souffle qui s'égare, dans vos oreilles aiguisées.
Vous saviez qu'Aaron, au fond, craint l'obscurité ? Aviez vous remarqué qu'il dort avec une bougie allumée ? Que lorsque les ténèbres tombent sur lui, l'enveloppent dans ses draps épais, il arrête de respirer ? Il cherche à tâtons une sortie, une fissure dans le mur, une échappatoire : il gratte, il frappe, il commence à suer.
Il ne sait pas pourquoi. Il ne l'expliquera sans doute jamais ; mais emprisonné dans le noir, le voilà en proie au pire désespoir.
C'est un secret, quelque chose qu'il garde pour lui. Qui d'autre que des enfants, garderait une veilleuse près de son lit ?  

Ainsi, cette mine froide se colle sur un visage aux allures charmeuses - quelle drôle d’ironie. Traits fins, regard pénétrant, Aaron se balade souvent avec une allure trop assurée. Bien bâti, suffisamment grand sans trop se faire remarquer, il se déplace avec une lenteur presque exagérée. Ses pas sont silencieux, sa silhouette paraît agile, mais également constamment surmenée. Il a l’air épuisé en permanence, de la vie ou bien de ses propres pensées, lui donnant ainsi un air éteint.
Un peu mort, sans doute.

Il a l’air de celui qui se lasse, que la monotonie enlace.
Peut-être a-t-il simplement envie qu’on le laisse tranquille, hélas.




L'Unique au monde


- Comme tout jeune homme appréciant le contrôle et le rationnel, Aaron est pourvu de plusieurs tics qui lui sont propres. D’abord, il y a sa manière systématique de remonter les manches de sa chemise par-dessus ses coudes, ou encore de plonger ses mains dans ses poches quand il se tient debout.

- Lorsque la nervosité semble à peine le submerger, ou qu’il commence à montrer des signes d’agacement, le jeune homme se surprend à toujours se mordiller la lèvre inférieure, comme s’il se retenait de laisser quelques injures en passer la barrière.

- Habile de ses mains, Aaron possède un petit côté kleptomane, ayant été pickpocket dans sa tendre jeunesse - bien qu’il ne s’en souvienne pas.

- Son prénom a été rapidement choisi, Aaron préférant ne pas s’encombrer trop longtemps de cette formalité. Quant à son nom de famille, Dirtyhands, ce dernier lui a été attribué par le Capitaine et plusieurs membres de l’équipage, en rapport à son sang-froid légendaire et son sens du devoir : il n’a nullement peur de se salir les mains, et malgré son statut d’apprenti cuisinier, il n’est pas rare de le voir attribué de tâches plus sanglantes.
Le Bâtard, ce surnom plus disgracieux, évoque également sa nature peu scrupuleuse, mais fait principalement écho à son statut de banni. Sa manière de dévaler les chemins et les foules rappellent celle d’un chien errant, trébuchant sur les pavés des rues bondées d’une ville fumante.
Si seulement ils savaient que ce surnom correspondait parfaitement à ses origines présumées, ses pairs s’en vanteraient certainement.

- Lorsqu’il était un garçon perdu, il se prénommait Pocket, en raison de sa manie de toujours faire disparaître ses mains dans ses poches, mais aussi pour sa fâcheuse tendance à y fourrer quelques trésors arrachés à celles de ses camarades.

- Pour une raison qu’il ne saurait expliquer, sa seule once de sympathie se dirige vers les filles de joie du port. Il trouve en leur compagnie comme un peu de réconfort, quelque chose de tendrement familier, bien qu’il essaie de ne pas trop y penser.

- Il n’est pas rare de le voir une cigarette pendue aux lèvres.

- Il est loin d’être doué au combat rapproché ; il préfère en général être passif.



L'île

Comment vis-tu ta vie à Never Never Land ?  

Loin de percevoir l’Île comme un monde merveilleux et enchanté, Aaron est pourtant habitué à ses codes. S’étant rapidement familiarisé avec les lieux, il semble s’être rapidement adapté à son environnement, sans pour autant s’y intéresser. La perte de notion de temps et d’espace a néanmoins un étrange effet sur lui, le réconfortant ironiquement dans son ennui : les heures ont beau se confondre avec des minutes, ce manque de repères le plonge dans un tourbillon de lassitude.
Il s’y sent damné, condamné à y périr après s’y être trop longtemps ennuyé ; comme une jolie prison dorée.


Qu'éprouves-tu pour l'Ordinaire ?

Aaron ne saurait exactement comment se situer. Ayant oublié une majeure partie de son passé, il n’est pas certain de vouloir exactement retourner dans le monde ordinaire. Sachant pertinemment qu’il n’y trouverait aucune famille et sombrerait dans les petits délits et une vie de hors la loi - c’était la voie la plus facile, et il y est trop habitué pour s’en éloigner -, il préfère certainement se conforter dans cette situation trouvée sur l’Île. Au moins, ici, il est apprécié pour ses capacités et son manque de bonté apparente.
Néanmoins, une certaine curiosité résonne en lui. Et s’il était parvenu à retrouver ses parents ? Qu'aurait-il fait ? Aurait-il cherché à retrouver son père, et profiter de sa fortune ? Aurait-il rejoint les jupons chaleureux de sa mère ?
Il essaie de ne pas y penser. De ne pas être parasité par ces questionnements insensés.
Aaron, au fond, il a peur d’être nostalgique d’une vie dont il ne fait que fantasmer.


Que représente Peter Pan pour toi ? Et le capitaine Hook ?

Peter est celui qui l’a banni, lorsqu’Aaron a commencé à grandir. Se pliant à la règle sans rechigner, le jeune garçon a facilement accepté son exil, sans chercher à se rebeller. S’il conserve une certaine amertume à l’égard de cet acte, il ne peut en tenir rigueur à l’enfant roi : les règles sont les règles, et il le savait. Néanmoins, Aaron n’a jamais porté aucune réelle confiance envers le garçonnet, le trouvant parfois trop tyrannique, trop aérien dans ses pensées. Fut un temps où il l’admirait sincèrement, lors de ses premiers pas sur l’île et lorsqu’il a été choisi comme diplomate, mais se rendant rapidement compte que le tableau dressé par le gamin éternel du Pays Imaginaire n’était qu’une chimère, cette dévotion s’étiola avec le temps, tout comme lui commençait à s’empreigner de pensées trop adultes.

Quant au Capitaine, il lui est reconnaissant. Ce dernier lui a attribué une place dans son équipage peu après le renvoi de Peter, lui donnant de nouveau des responsabilités et un poste à occuper. Apprécié pour ses qualités, Aaron a rapidement trouvé sa place au milieu des balafrés et des sanguinaires.


Développe ta chronologie en dates ou en intrigue :


Aaron est arrivé sur l’île dans les années 1920, durant la prohibition ; plus précisément en 1923, à l’âge de 14 ans.
Il fut rapidement désigné comme diplomate par Peter, avant de commencer subitement à grandir. Il deviendra par la suite pirate, et notamment apprenti cuisinier.




Le Bout d'aventure

Lui, il avait des mains de magicien. De ses doigts, il pianotait sur l’air, effleurait des nuages invisibles ; il dessinait l’indescriptible. De fines arabesques suivaient le bout de son index, alors que dans sa paume se perdaient des trésors déjà oubliés. Il était rapide, habile ; il touchait sans heurter, caressait sans blesser. Contre sa peau glissaient le métal de quelques pièces, la douceur d’une fleur, ou encore la rigidité d’une talisman de bois.
D’une poche à l’autre, l’artefact voyageait. On ne distinguait qu’à peine le froissement des vêtements dans ce numéro agile, et encore, il fallait certainement y prêter une attention toute particulière.
Mais il avait un don, ce garçon. Celui de la détourner. Il lui suffisait de s’agiter, de bousculer, de charmer un peu. De faire passer ses attaques pour un aveu, de confondre la lueur dangereuse dans son regard avec un sourire plein d’excuses.
Faire passer la proie pour une muse.

Feindre l’intérêt pour une montre à gousset pour mieux récupérer une boucle d’oreille, baisser la tête d’un air innocent pour capturer le bien en un court instant.

Charmeur, tendre baratineur ; croirez-vous une seule seconde cet être effacé voleur ?

Vous n’oseriez pas.
Vous en auriez trop peur.
De vous dire que ce gamin un peu trop silencieux irait jusqu’à vous arracher le coeur.

Entre ses doigts, Aaron faisait courir une seule pièce de cuivre, trouvée quelque part dans la poche d’un matelot. Assis sur un tabouret grossièrement taillé dans un bois sombre, l’échine courbée vers l’avant, le voilà qui se surprenait encore de sa dextérité presque naturelle. C’était facile, pour lui, de faire disparaître les choses ; presque autant qu’il affichait cet air constamment morose.

Il se l’était demandé, un jour. Si c’était normal, d’être tant doué pour quelque chose d’aussi peu courant. D’être bien plus qu’un simple enfant. D’avoir des mains qui dérobent, qui effacent, qui emprisonnent. Il n’avait jamais osé le demander, il avait peur de paraître fou ou bien attardé.
Quel genre d’enfant demande si tout le monde est doué pour voler ?

Il avait toujours su le faire. C’était ancré. Comme inscrit dans son patrimoine génétique, frappé dans ses réflexes frénétiques.
Comme l’ennui, la lassitude ; tendre et rassurante amertume.
Il était bon. Bon pour le vice. Bon pour savourer de bien honteux délices.

Et puis. Il y avait ces moments étranges, où il se perdait dans son propre esprit. Où une odeur de brûlé réveillait quelque chose en lui, où la sensation d’un tissu particulier le faisait sourire sans raison. L’écho de ses pas contre un parquet usé, la fragrance de café chatouillant ses narines, les embruns d’alcool polluant l’air.
Comme une impression familière. Une signification particulière.
Son corps réagissait à des choses qu’il découvrait pour la première fois, comme s’il y était habitué depuis des millénaires.

Il n’était pas certain, parfois, de comprendre ce qu’il ressentait. Il était certainement trop habitué à l’ennui, au rien du tout, au néant ; évidemment qu’il s’inquiéterait de ces moments de pure émotion - de nostalgie, peut-être. Comme de s’accrocher à une illusion, un mirage un peu flou à la surface de son esprit. Il n’était pas sûr de pouvoir dissocier les fantasmes de ses rêves de potentiels souvenirs.
Il voyait parfois des paysages qui n’avaient rien à voir avec les tableaux enchantés de l’Île. Des rues citadines, pavées et agitées ; des machines et des caisses emportées sur des bateaux chargés. Lorsque ces visions disparaissaient, il avait l’impression de se réveiller.

La plupart du temps, il ne voulait pas s’y attarder. Pour ne pas se déconcentrer, sans doute, ou simplement sombrer dans la folie.
Mais parfois, il plongeait. A corps perdu, sans aucun regard vers la matérialité du monde l’entourant : il sautait. Un grand bond dans ses songes.
Il creusait, inlassablement, à la recherche du trésor de ses souvenirs. Mais à chaque fois qu’il lui semblait sentir quelque chose, une bribe ou un indice, il filait.
Il remontait à la surface.
Il étouffait.
Comme arraché à un cauchemar.

Mais ça. Ce qu’il faisait avec ses doigts. C’était bien réel. Des restes, des vestiges d’un passé qui avait bien dû exister.
Personne n’y arrivait comme lui.
Personne.

« Hey, Dirtyhands !, s’écria une voix, non loin de lui. Tu vas arrêter de rêvasser, un peu ? Le chef t’attend en cuisine !
- Mh. »

Il demeura immobile, ses yeux rivés vers cette pièce qu’il continuait de malmener. Devant ses yeux tombaient quelques mèches de cheveux, dissimulant son regard songeur, sa mine rêveuse. Agacé, l’homme l’ayant interpellé s’approcha à grands pas, avalant la distance les séparant trop rapidement.

« Eh oh, j’te cause ! Tu vas me répondre ?
- Oui, pardon. »

La seconde suivante, la pièce avait disparu.
Quelque part dans sa poche, elle s’était perdue.

« Tu vas en cuisine, maintenant. Arrête de me faire perdre du temps.
- D’accord.
- Sale gamin. »

Il se leva. Doucement. Trop doucement.
Se tourna, le menton relevé, le regard illuminé ; il se donna des airs de brasier. N’était-il pourtant pas un fleuve apaisé, une rivière à peine agitée ? Sur des flots calmes, il avait l’habitude de naviguer.
Alors, depuis quand s’était-il mis à brûler ?

Dans ses yeux ambrés crépitaient les flammes d’un agacement nouveau. Une colère sourde, silencieuse, vicieuse ; violence délicieuse. Il avait le regard d’un échappé de l’enfer, lorsqu’il le voulait. Celui qui dissuade et intimide, qui fait regretter et rend frêles les plus intrépides.
Mais peut-être pas les meurtriers.

L’autre homme se tut. Plongea ses yeux cernés dans les siens. Evidemment que non, il n’était pas impressionné. Bien sûr qu’il ne se mit pas à trembler.
Mais, il ne put s’empêcher de le remarquer.
Que dans ses yeux, ça criait le danger. Parce que vous voyez, Aaron, il a un regard étrange. Qui dérange.
Un coup d’oeil qui assassine et enterre. Qui glace et contamine l’air.

« Dépêche-toi, ordonna-t-il. »

Il hocha la tête, et commença à avancer d’un pas trop nonchalant, ses mains se perdant dans ses poches.
Le matelot, lui, resta immobile un instant, soupirant encore d’agacement.

Et puis, il l’entendit.
Un ricanement, discret, résonnant comme un souffle ; un peu fantomatique, il eut même l’impression de le rêver.

Mais Aaron venait de le faire, il s’était moqué - de quoi, de qui, rien n’était moins sûr. Peut-être du fait de s’être encore laissé engloutir dans ses songes, de son âme pleine de mensonges ; peut-être s’en prenait-il à lui-même, pour s’être si facilement baigné dans la mer de la colère.
Mais il venait de rire.
Et entre ses sourires et ses silences, difficile de dire ce qui était le pire.



L'Invisible pour les yeux

T'as un Pseudo ? Beetlejuice.
Et un âge ? 19 ans !
C'est quoi ton Avatar  ? Avilio Bruno/Angelo Lagusa de 91 Days.
Comment t'as découvert l'île ? Beleriande, cc.
Tu la trouves comment ? Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin !
Dis, tu crois bien aux fées ? EVIDEMMENT.


Dernière édition par Aaron Dirtyhands le Jeu 21 Juin 2018 - 12:16, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
MadMax
MadMax

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 1114
✘ SURNOM : L'Increvable.
✘ AGE DU PERSO : La bonne quinzaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance, renaissance & La Meute

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptyJeu 21 Juin 2018 - 0:14

Ahoy moussaillon et bienvenue !

Quand tu avais dit que songeais à t'inscrire, je ne pensais pas que tu le ferais et pondrais une fiche ici quand j'ai le dos tourné ! Et pour quelqu'un qui n'a pas un mois d'xp en rp forum, tu t'adaptes drôlement bien ! Aaron est intéressant et ta plume tout en nuance et mystère lui va très bien. Et tu as souvent de jolies formulations qui plus est.

Juste un ou deux petits trucs peut-être, parce que je suis une reloue tatillonne. :')

Aaron n'a pas beaucoup de faiblesse et/ou de peur. Il n'est quand même pas infaillible, si ? Peut-être lui en rajouter quelques unes, du coup. D'autant qu'à côté il est plutôt bogoss, doué de ses mains (We are all someone's monster. 2106694552)..

Et autre petit point par rapport aux pirates : ce sont des brigands sans foi ni loi, donc je doute qu'un regard n'effraie le pirate moyen au point qu'il ne perde contenance.

Enfin, Hook étant un perso joué (par quelqu'un que tu connais en plus) je te laisse voir avec l'intéressé ce qu'il en est de votre relation et ce qu'il pense de ton loubard.

Ca a l'air de faire beaucoup mais vraiment c'est pas grand chose. Et je le redis encore, c'est déjà très bien compte tenu que tu commences sur forum !

Dés sur toi, et si tu as des questions tu sais où me trouver. Bienvenue une fois encore !






J'suis Parole en #cc3300.

Merci Dog. ♥:
 

Merci Arrow. ♥:
 

Merci Coquillage. ♥:
 

Merci Sindri. ♥:
 

Merci Blue. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Dirtyhands
Aaron Dirtyhands

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 59
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptyJeu 21 Juin 2018 - 0:57

Yo ! J'ai rajouté pas mal de petits détails, du coup, et supprimé d'autres pour le rendre plus "humain", si on veut ! C'était surtout une première ébauche, et je comptais rajouter ces éléments par la suite !
Pareil pour l'aventure, c'est modifié ! J'espère que c'est plus crédible du coup.

Merci beaucoup pour le reste de tes remarques **
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptyJeu 21 Juin 2018 - 21:11

Très joli début de fiche ! Personnage charlatan et charmeur. C'est presque raffiné comme mélange, j'aime beaucoup. Aaron a un certain passif, genre de laisser-aller qui semble totalement l'immuniser à l'anarchie autour de lui, c'est assez déroutant !

La bienvenue ici ! Mais t'as l'air de déjà connaître du monde hihi
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Dirtyhands
Aaron Dirtyhands

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 59
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptyVen 22 Juin 2018 - 16:52

Merci beaucoup ! ** Ça me fait vraiment plaisir !!
Revenir en haut Aller en bas
Fib Steiner
Fib Steiner

☠ Gabier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 163
✘ SURNOM : Le Tétrodon
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Nope
✘ LIENS : Pour obtenir un grain de folie
Il faut déjà une bonne recette...

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptySam 23 Juin 2018 - 18:07

Hey petit gars !

Je t'ai déjà souhaité la bienvenue sur la box mais je le fais aussi ici de manière plus officielle.
Bienvenue au bord du JR Bogoss, j'ai hâte de pouvoir tripoter tes petites fesses et foutre ma langue sur tes petites joues ♥️

Bonne chance pour finir !






Fib parle en #666666

We are all someone's monster. Test210
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Dirtyhands
Aaron Dirtyhands

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 59
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptySam 23 Juin 2018 - 21:56

MERCI BEAUCOUP. (KEN KANEKI OMG. BAE.) We are all someone's monster. 4098581609
Revenir en haut Aller en bas
Zeb Skelton
Zeb Skelton

☠ Charpentier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 190
✘ SURNOM : La Rouille
✘ AGE DU PERSO : Cinquantaine

✘ DISPO POUR RP ? : Tout se discute, moussaillon
✘ LIENS :
⚓️Le Charpentier et ses Outils
⚓️ Histoires en cours: I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptyDim 24 Juin 2018 - 1:22

Mandieu si tu commences à dire "bae" à Fib, même en ne parlant que de l'avatar, tu es tellement maudit mon garçon... -tapote l'épaule avec compassion-

Sois donc le bienvenu, cher nouveau psychopathe! We are all someone's monster. 1567127440 Beau début de fiche, j'aime beaucoup l'ambiance que tu distilles avec ton écriture. ^^ J'ai hâte de voir jusqu'où ce cher Aaron peut... disons, glisser.

Aussi, c'est moi, où le poste de cuistot sur un bateau pirate n'attire que des gens encore moins recommandables que le reste de l'équipage?...







"Zeb Skelton, peux-tu s'il-te-plaît cesser ce petit manège du gars attentif et naturel
qui donne envie qu'on lui fasse confiance, merci ?"

Citations by Carmine ♥
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Dirtyhands
Aaron Dirtyhands

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 59
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptyDim 24 Juin 2018 - 2:07

Merci beaucoup ! Et désolée, mais l’avatar provoque en moi des élans d’amour que je ne peux réfréner. Puis au fond, être maudit doit être une sacrément belle aventure.
(Et c’est sûrement parce qu’en cuisine, il y a plein de couteaux. Just sayin’.)
Revenir en haut Aller en bas
Peter Pan
Peter Pan

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2816
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : jeune à jamais

✘ DISPO POUR RP ? : dur dur
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
→ Et aussi tout ça !

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptyDim 24 Juin 2018 - 19:09

Félicitations mon enfant


Tu es condamné.





Bienvenue Dirtyhands ! J'aime beaucoup ce nom. Ton personnage est très nuancé, j'aime cette espèce de fuite en avant dans son propre esprit, c'est presque "graphique", on se l'imagine très bien. Les faiblesses d'Aaron le rendent aussi plus humain, plus attachant, pourtant c'est très palpable cette distance qu'il place entre lui et le monde. Ça va être intéressant de voir ça en jeu.

Sinon tu es sûrement au courant mais il se passe beaucoup de choses sur l'île en ce moment, je te laisse donc découvrir la maj du givre essentielle si tu ne veux pas te perdre dans le blizzard ! (et de remplir ton profil par la même occasion). A la moindre question, n'hésite surtout pas à faire appel au staff, c'est notre travail ! Bon jeu à toi petit bâtard LOL


_______________________________


Je te serre chaleureusement la main. Cours vite créer ton Dé à Coudre et demander un Compagnon de Jeu afin de vivre une aventure !  Par ailleurs, n'oublie pas de prendre connaissance de L'intrigue du moment. Tu peux aussi participer au RP d'introduction spécialement conçu pour les nouveaux arrivants et qui permet d'immerger facilement ton personnage dans l'univers : la Beuverie. A moins que tu ne choisisses de te lancer dans Mission Périlleuse ?  Si tu préfères passer du bon temps en papotant, rejoins sans tarder la Nursery. Quoiqu'il en soit, que ton séjour à Never Never Land soit fabuleux et éternel.










La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.




le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://neverneverland.forumactif.org/
Smoke
Smoke

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 474
✘ SURNOM : Le Rieur
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : The smoke fills my lungs with the need to laugh.

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptyMar 26 Juin 2018 - 22:38

Bienvenue ici Aaron ! C'est un chouette perso que voilà, et je me demande ce qu'il peut bien faire de ses talents de pickpocket en cuisine... =')
(Et oui Zeb, la cuisine du Jolly doit être maudite ou quelque chose comme ça.)






Merci Kane ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Dirtyhands
Aaron Dirtyhands

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 59
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. EmptyMar 26 Juin 2018 - 22:46

COUCOU ! Et merci ! Et tu sais... voler une pomme, une patate, ça peut être utile... ¯\_(ツ)_/¯
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




We are all someone's monster. Empty
MessageSujet: Re: We are all someone's monster.   We are all someone's monster. Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Faire naufrage :: Gais, innocents et sans coeur. :: On s'envole !-