Le Deal du moment : -40%
-40% sur le Bureau gaming Alpha Omega Players
Voir le deal
89.99 €

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Howl
Howl

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le Protecteur
✘ AGE DU PERSO : Environ 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : As you want !
✘ LIENS : When two paths open up before you, always choose the hardest one.

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyMer 10 Jan 2018 - 20:21

Howl depuis son arrivée, n'a pas une fois cessé d'être attiré par la montagne dressée en titan sur l'île de Jamais, mais trop conscient du fait qu'il n'y retrouvera pas les chemins connus de sa mémoire, les crêtes et les lacs et les plateaux également, il s'est promis en arrivant de ne pas s'y aventurer. Howl il n'a pas peur d'une simple déception, non, car il sait que ça ne sera pas que ça, que le soucis principal c'est la nostalgie qui risque de lui revenir de plein fouet dans la tronche et de le briser un peu. Et ça, il refuse Howl, il refuse de se laisser percuter par la vague de tristesse, de se rompre sous ses assauts, de se laisser engloutir, parce que c'est ce qui se passera. Y aura tous les souvenirs en force qui viendront s'abattre sur son esprit et faudra qu'il lutte pour pas sombrer. Et y aura un vainqueur et un perdant, à voir qui sera quoi.

Alors pourquoi un jour il s'y dirige quand même ? Pourquoi il a les yeux rivés dessus et les pieds qui avancent sans que sa tête réagisse ? Il sait pas Howl, il marche et c'est comme ça, y a rien qui semble réussir à l'arrêter. Rien non, et ses pas craquent sur la  neige tendre du bas de la montagne, l'air frais glace ses poumons en gorgées bienfaisantes, et toujours toujours il avance, le noir de ses yeux plongés vers la cime masquée par les nuages.

Il a pas froid, avant de partir il a enfilé son poncho.

Et il marche il marche il marche, il savoure le silence, grimpe doucement. Il va pas trop vite, il prend le temps, et ça a beau pas être comme chez soi ça lui fait du bien, un peu comme une renaissance. Puis au bout de quelques instants ses yeux tombent sur une bête allongée là, une bête dont les flancs battent rapidement et qui gémit, qui mugit. Howl il hésite pas, tout de suite il va vers elle. C'est aussi gros qu'un yak, ça lui fout un coup au cœur, et ça a la tête un peu, ou peut-être que c'est à cause de son imagination. En tout cas le poil est plus court et moins épais, la bête est jeune, n'a rien a faire là. Sur la neige blanche, il y a aussi un peu de sang, il sait pas d'où ça vient. Il approche, murmure des mots qui rassurent, passe la main sur la tête. Elle se débat pas, souffle des nuages par ses naseaux. Elle est belle, il songe, et morte s'il n'y fait rien.

Comme avec son yak il se essaye de la pousser mais mon dieu qu'elle est lourde, et il l'encourage, il gronde, et un instant elle se soulève, lui donne un espoir, et puis Howl remarque l'angle de sa jambe, les traces de griffures, rouges sur l'encolure, de laquelle perlent les quelques gouttes qui s'échappent. Alors il commence à comprendre, ça arrivait parfois à leurs yaks qu'ils se fassent attaquer par des pumas, et si celle-ci en a réchappé, sans sa jambe elle n'en a plus pour longtemps, condamnée à s'endormir de mort lente, on dit au moins qu'elle est douce. Seulement on lui a appris à épargner les souffrances inutiles. "चिन्ता नगर्नु हुस[..." (ne t'inquiètes pas) "एवेर्य्थिंग विल ओक..." (tout va bien)

Il murmure dans sa langue natale, il a la gorge nouée parce que ça fait trop longtemps, mais il sait aussi que c'est quelque chose à laquelle il ne peut rien faire, ça fait partie de la vie. Il a attrapé le couteau à sa ceinture, et il a le cœur qui bat trop fort, bien trop fort alors qu'il glisse le couteau sous la gorge. Et rapide, d'un seul coup, il tranche tout en laissant s'échapper quelques prières pour ses dieux, yeux fermés afin de ne pas voir le sang s'écouler. Il le sent sur ses doigts de toute façon, et il entend les gémissements de la bête alors qu'entre ses mains elle s'éteint. Ça ne dure pas bien longtemps heureusement. Mais Howl il tremble un peu, souffle longuement, se courbe pour enfouir son visage contre l'épaule, continuant d'y réciter des prières comme il les a entendues, gamin, au Haut Dolpo.
Revenir en haut Aller en bas
Rain X. Nataku
Rain X. Nataku

☠ Apprenti-e Médecin ☠


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : L'Impardonnable
✘ AGE DU PERSO : 21 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Why not~
✘ LIENS : I'm on a sugar crash, I ain't got no fuckin' cash
Maybe I should take a bath, cut my fuckin' brain in half

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyMer 10 Jan 2018 - 21:52

Il pleut du silence
© FRIMELDA


L'ombrelle presse contre son épaule, en un poids dénué d'équilibre. L'objet part en arrière de temps en temps, alors que son attention le quitte. L'air glacé qui s'immisce sous les vêtements suggérerait une protection plus adaptée, un couvre-chef par exemple. Xen ne s'est pas offert le temps de la réflexion, s'écartant de son lieu de vie sans un regard en arrière. Une telle lubie est bien dangereuse, là où les monstres guettent leur proie à la moindre occasion. Le port a quelque chose d'étrange ces derniers temps, depuis qu'il s'est développé. Ou bien c'est lui qui a l'impression de ne plus totalement y être à sa place. Quelle pensée fantasque ! Au sein de ce jeu sans fin, ne représente t-il pas le pion le plus important ?

Son corps ne tiendra pas la distance, sur le long terme. Nul doute à ce sujet. Ses poumons se contractent un peu trop fort, en une plainte étouffée. Sa cage thoracique a toujours été un mouroir, à peine bonne à soutenir tout ce qui s'y cache. L'ombrelle bleutée tourne dans l'air, en une cible à peine déguisée. Là n'est pas la raison de son existence pourtant. Elle occupe les mains de l'Oublié, lui évite de jouer avec son bracelet ou sa mitaine. De trop s'attarder sur les défauts qui couvrent son corps, de sa chevelure presque redevenue noire au maquillage trop sobre pour une telle aventure.

S'il venait à perdre la vie, tout pourrirait à l'intérieur, jusqu'à ce que les insectes grouillent et se répandent. La pensée lui retournerait l'estomac, si ce dernier n'était pas à moitié vide, fidèle à ses terribles habitudes. La neige n'est pas un spectacle habituel, ni une nouvelle positive. Au vu de sa position, pas si élevée, Xen songe que l'Hiver arrivera bientôt, emportant tout sur son passage. Au contraire de cette pluie acide qui le soulageait, le manteau blanc ne peut qu'étouffer. Prenant les vies jusqu'au retour d'un temps plus clément. Vient-il, ou plutôt Bright venait-il, d'un lieu où la neige était trop abondante ? Le Nord du Japon ? A quoi bon s'y attarder ! Marche, au lieu de te plaindre autant, il s'ordonne fermement. Qu'il est pénible d'être ainsi, toujours à la recherche d'un quelconque problème. Des gémissements minimaux sont autorisés, mais rien d'autre.

Le bleu ne va pas avec le rouge.
Le rouge représente le sang qui s'écoule, la mort qui vient et vole tout ce qui l'intéresse.
Ah, le scalpel de Green contre sa gorge, en un coup sec et précis.

Sa main libre presse contre les bandages autour de cette dernière, traçant la marque de mémoire. Le liquide carmin qui a réussi à atteindre ses chaussures l'amène à redresser la tête. Elle s'incline sur le coté, l'ombrelle faisant de même. La lame qui tranche sans s'arrêter est un miroir peu agréable de sa mémoire. La fureur gronde, menace de tout détruire sur son passage, sans absolution possible. De quel droit, Xen laisse son regard flou s'arrêter sur l'enfant, tu manies la lame ainsi ?

Puis la réalité refait surface. L'Oublié est un tueur, un qui a infligé pire traitements à des humains que l'enfant envers l'animal. Ah, mais ça fait un moment, ça ne compte plus tant que ça, hein ? L'ombrelle tourne son épaule et il s'approche, évitant, tel un jeu, le filet rouge qui glisse toujours plus bas.

« Est-ce un rituel ? Une quelconque plaisanterie pour une bien-aimée divinité ? Ou encore une exécution maladroite ? » Qu'importe le couteau, les conséquences d'interroger ainsi. Xen s'accroupit, à côté de l'enfant dont il ne distingue le visage.

Ses épais vêtements pèsent lourd sur ses épaules tandis qu'il attend une réponse.

« Enfant de Peter, enfant des esprits ? Lequel es-tu donc ? »






Yoneda Ame
Victim of the great machine, in love with everything I see
Neon lights surrounding me, I indulge in luxury
I'm not lonely, just a bit tired of this fucking shit×by lizzou.


MB:
 


Dernière édition par Xen Nataku le Jeu 11 Jan 2018 - 0:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Howl
Howl

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le Protecteur
✘ AGE DU PERSO : Environ 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : As you want !
✘ LIENS : When two paths open up before you, always choose the hardest one.

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyMer 10 Jan 2018 - 23:35

La montagne plusieurs fois elle a pris des hommes mais y en a pas eu beaucoup. Elle lui a pris des yaks surtout à Howl, un peu comme un droit de passage, un sacrifice pour tenir à l'écart les démons impatients de tous les emporter, et quand elles s'écroulaient il était le premier dessus à essayer de les redresser, en criant, en encourageant, en essayant de pousser dans leur cœur le courage. Il les abandonnait pas, fallait qu'on le force, qu'on l'attrape par les bras, qu'on l'oblige à avancer. Pas le temps quand y a la tempête d'achever les bêtes, fallait les laisser là et écouter les mugissements s'éteindre avec les pas qui craquent la neige et le blizzard qui hurle aux oreilles, les laisser là oui et guider les autres, les faire tenir bon, marcher marcher marcher, surtout ne rien lâcher. Si on s'arrête on meurt, Howl il le savait bien ça, pourtant le jour où Peter est venu le chercher, ce jour là, Howl s'était arrêté et personne cette fois-ci n'était venu le chercher. Sûrement s'en sont-ils rendu compte après, quand ils ont monté le campement. Sûrement sont-ils retournés chercher près du corps gelé du yak pour ne rien y trouver. Sûrement... Oui sûrement ont-ils pensé à une chute, un accident.

Mais il avait le pied sûr et il n'aurait jamais commis une telle erreur, et ça son grand-père il le savait. Comment a t-il vécu après ça ? Howl souvent se le demande, il essaye d'imaginer ses parents, ses grands-parents, de savoir s'ils ont pleuré sa disparition, sa mort, car il n'y a pas moyen de la décrire autrement, et s'ils l'ont cherché. Oh comme il voudrait pouvoir leur envoyer un signe parfois, leur dire que ça va ! Juste pour les rassurer... Sauf qu'il peut pas, tout comme il pouvait pas achever les yaks pendant la tempête, non, de toute façon le froid se charge de tout. Mais pour la pauvre bête contre laquelle il s'est enfoui c'est bien différent, car la nuit ne tombera pas immédiatement et elle aura tellement de temps pour souffrir, et puis ici bas les températures sont trop hautes pour l'emporter comme ça. Alors il a fait ce qu'il avait à faire, il regrette pas.

Même pas quand il entend une voix. Ça lui fait doucement relever la tête et ses doigts sur le couteau se desserrent, le lâchent, il tombe dans un bruit mouillé de sang, le même qu'il a contre ses mains, tandis que Howl enfin tourne le visage. L'autre a arrêté de parler, il prend une seconde pour observer, d'abord – surtout – les cheveux noirs avec les reflets bleus. Howl il en a pas vu souvent des comme ça, c'est joli il pense. Bien sûr comme souvent il est un peu lent à répondre, mais c'est pas parce qu'il le veut, c'est qu'il a toujours un temps de latence pour construire les réponses. Après tout l'anglais n'est pas dans sa bouche une langue parfaitement maîtrisée. Puis de toute façon l'homme – car s'en est un – reprend bien trop rapidement la parole. Le Népalais sourit, juste un peu, puis se penche sur le corps sans vie pour récupérer l'arme qu'il nettoie sans prendre garde entre deux de ses doigts.

"Elle était blessée." Il a son accent quand il parle. "Elle souffrir, je pas pouvoi.. -pouvais la laisser comme ça." Sa main est aimante et caresse avec douceur la jolie tête. Il ignore ce qu'un autre ferait du cadavre, mais lui il peut pas le laisser comme ça. On doit rendre à la nature ce qui est à la nature et elle en fait partie, il n'y a pas de monstruosité dans les gestes qu'il devrait faire. Qu'il aurait déjà fait si le Bleu n'était pas arrivé, car c'est pas toujours quelque chose de plaisant à regarder.

"Je suis un enfant de la montagne. Et cette bête devoir être rendue à elle." Il a levé les yeux vers la neige d'abord, puis vers les sommets. Et son regard, oh Howl, son regard il est si triste sur l'instant, car enfant des esprits il est tant qu'on ignore desquels l'homme parle, tout comme il est celui de Peter. Howl est enfant des deux, enfant de partout. "Et toi, d'où venir ?" Il le regarde plus pour le moment, alors il fait avec les traits retenus. "Tu n'es plus un enfant." Port, peaux-rouges, il n'y a pas trente six endroits à Neverland où l'on peut grandir.
Revenir en haut Aller en bas
Rain X. Nataku
Rain X. Nataku

☠ Apprenti-e Médecin ☠


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : L'Impardonnable
✘ AGE DU PERSO : 21 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Why not~
✘ LIENS : I'm on a sugar crash, I ain't got no fuckin' cash
Maybe I should take a bath, cut my fuckin' brain in half

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyJeu 11 Jan 2018 - 0:14

Il pleut du silence
© FRIMELDA


Ôter la vie ne demande pas de talent particulier. N'importe qui, avec le timing opportun, peut se débarrasser d'un autre. La rendre, à l'inverse, demande tant d'ardeur que cela en devient un espoir un peu fou, si propre aux humains. Le pardon est une notion si abstraite et Xen ne s'embête pas à se questionner sur les dernières pensées de l'animal. Sans doute était-ce la peur et la douleur, se mélangeant pour former une sorte de hurlement incapable de se terminer. L'Oubli a fait son œuvre, malgré tout, il conserve le souvenir d'une sentence similaire, alors qu'il jouait avec des allumettes. Tant de dangers dans la vie d'un enfant, et cela est encore plus vrai sur l'île. Le garçon à ses côtés n'est pas si jeune, pourtant la ligne entre le monde adulte et l'enfance paraît bien plus nette ici qu'ailleurs.

Aussi coupante que la lame que l'inconnu conserve toujours– un brin trop près d'ailleurs. Ses genoux se plaignent de l'effort, jusqu'à ce que Xen les presse dans la poudreuse. Le froid se répand un peu plus rapidement que prévu, trempant sa jupe à cet endroit, et le bas de l'habit épais qu'il porte par-dessus. Un souci temporaire, du moment que tout ça ne s'étend pas outre mesure. La bête est encore chaude, un détail qui se sent alors que sa main libre s'approche du pelage du yak. Xen n'apprécie guère les animaux, et ces derniers le lui rendent bien. Peut-être est-ce à cause de l'odeur de la mort qu'il attire dans son sillage, que le sang sur ses mains (plus métaphorique qu'autre chose) n'a jamais réussi à partir.

"Elle souffrir, je pas pouvoi.. -pouvais la laisser comme ça."

Pitié donc. Pas forcément une excuse, mieux que rien du tout. L'Oublié n'a guère la possibilité de juger qui que ce soit et le bracelet autour de son poignet est définitivement trop serré, lui donnant envie de l'arracher. S'il s'autorisait un tel geste, alors briser le poignet de son si cher ami n'aurait plus aucun sens. Pour ne pas se remémorer le passé, Xen tente de mettre l'ombrelle en équilibre sur son épaule, le bout du manche contre la neige. Histoire d'avoir les mains libres.

"Je suis un enfant de la montagne. Et cette bête devoir être rendue à elle."

La réponse n'en est pas une. Le garçon évite, ou bien il ignore comment, de justifier son existence. Quelle perte de temps, de s'être arrêté pour le questionner ! A présent, impossible de s'en aller sans que tout ça ne se termine, d'une façon ou d'une autre.

"Tu n'es plus un enfant."

Fascinante constatation. Ses doigts tentent de faire quelque chose de sa chevelure en bazar, repoussant la frange et les mèches plus longues derrière ses oreilles. Ah, il devrait cesser de balancer de la teinture dessus, ça finira par les ruiner.

« Je suis pirate. Un qui n'a que faire de ton existence ou de ce qui vit au sein de cette montagne. » Au vu des difficultés dans la voix du plus jeune, Xen ne devrait pas formuler des phrases trop complexes. D'où cet effort pour être plus direct que d'habitude. Ce n'est pas grand-chose, si ce n'est que ça lui évitera de se perdre dans une colère sourde et insensée si l'adolescent ne comprend pas ses paroles.

« Comment voudrais-tu rendre cette créature à ta montagne ? En la brûlant ? » Dans sa culture, n'est-ce pas ainsi que ça se passe ? Xen doute, et la réalisation que sa mémoire lui joue des tours à ce sujet est désagréable. Ses doigts tirent un peu sur les mèches sombres, jusqu'à ce que l'ombrelle glisse pour tomber en arrière. Le bâton lui heurte presque le visage, rattrapé uniquement d'un mouvement maladroit au dernier moment. Embarrassant, sans être inhabituel.

Le feu, ce n'est jamais un sujet de conversation à poursuivre, Xen devrait le savoir à force.

« Enfant de la montagne~ Je suis un adulte du port. Un qui est curieux de ton but, et de ta présence. Peu fréquentent ce lieu. » Au vu du froid qui s'infiltre dans ses vêtements et de l'humidité de la neige, Xen n'a pas le moins du monde envie de se geler dans le coin. Blâmer l'opium pour justifier son errance dans le coin serait pourtant trop facile. C'est un peu plus complexe et c'est avec plus de soin qu'il tient l'ombrelle cette fois.

A deux mains.






Yoneda Ame
Victim of the great machine, in love with everything I see
Neon lights surrounding me, I indulge in luxury
I'm not lonely, just a bit tired of this fucking shit×by lizzou.


MB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Howl
Howl

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le Protecteur
✘ AGE DU PERSO : Environ 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : As you want !
✘ LIENS : When two paths open up before you, always choose the hardest one.

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyJeu 11 Jan 2018 - 19:21

Le regard de l'enfant s'arrache finalement aux cimes cachées pour effleurer sans jugement le visage de l'adulte juste à côté de lui. Il a des traits agréables et même doux, différents de ceux qu'il imagine souvent quand il se base sur les quelques pirates qu'il a pu croiser jusque là. Le premier par exemple, celui face auquel il a crié, était homme mûr et dureté, et Howl pendant longtemps a cru que c'était ça grandir sur l'île, d'un coup devenir vieux et voir son cœur noircir et haïr, devenir plein de colère, plein de rancœur envers les enfants et Peter. Pour ce qui est de devenir vieux, il suffit d'un regard sur le visage lisse pour comprendre qu'il est pas beaucoup plus âgé que lui, alors forcément il se demande comment ça se passe, pourquoi pour certains enfants ça va pas vite alors que pour d'autres si. Cependant Howl se demande s'il a de l'ombre dans le cœur le Bleu, il en sait rien, le connaît pas, et malgré les premiers mots qu'il a entendu – et qu'il entend encore –  il ne juge pas.

Il le fait même sourire un peu parce qu'il a jamais eu l'occasion vraiment de discuter avec un pirate et celui qu'il a sous la main... hé bien à Howl il lui va bien parce qu'il a pas encore parlé de l'égorger, de l'étriper ou même de le brûler comme il l'hypothèse pour la bête. Et en entendant ça il peut pas s'empêcher de laisser un éclat de rire franchir sa gorge et résonner un peu dans le silence de la montagne, et puis s'éteindre sur une simple réponse. "Non pas brûler." Il a les yeux malicieux mais elle s'échappe en voyant le bâton manquer frapper le visage. S'il avait eu le temps il aurait jeté sa main en avant pour l'attraper, mais le pirate le devance et l'enfant du coup ne remue pas.

Il laisse l'incident couler sans une remarque, sourit encore et à la question hausse les épaules. Il le lui a dit non ? Il est fils des grands monts. "La montagne être ma maison et je suis né dedans, dans l'autre monde.'" Le couteau dans sa main il aurait déjà dû commencer à trancher mais il sait pas comment présenter la chose à l'homme, après tout ce rituel c'est sûrement pas le sien et il veut pas passer pour... il sait pas vraiment quoi Howl, pour un monstre ou autre chose.

"Dans ma montagne quand quelqu'un devient mort on l'emporte en dehors du village. Et puis y a des paroles et on coupe le corps pour le donner aux oiseaux." Peut-être qu'il trouvera que c'est brutal mais ça évitait les maladies la haut dans le Dolpo. Puis c'était un moment d'harmonie, une offrande à cette nature qui donne et qui reprend. "Chez toi vous brûlez ?" Puisqu'il en a parlé, il suppose que c'est le cas, quoiqu'il ignore comment ça se passait dans le reste du monde. Il ignorait même parfois qu'il y avait un reste du monde. "Toi venir d'où, adulte du Port ?"
Revenir en haut Aller en bas
Rain X. Nataku
Rain X. Nataku

☠ Apprenti-e Médecin ☠


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : L'Impardonnable
✘ AGE DU PERSO : 21 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Why not~
✘ LIENS : I'm on a sugar crash, I ain't got no fuckin' cash
Maybe I should take a bath, cut my fuckin' brain in half

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyJeu 11 Jan 2018 - 22:54

Il pleut du silence
© FRIMELDA


Le choc n'aurait pas été d'une gravité suffisante pour causer une quelconque douleur. Abîmer son visage un peu plus qu'il ne l'est déjà, à l'inverse, serait un crime impardonnable. L'ombrelle n'apprécierait guère de terminer dans la neige non plus. Le papier qui la recouvre est bien trop fragile, menaçant de se déchirer dès qu'une bourrasque s'infiltre en dessous. L'esthétisme prime une fois encore sur le côté pratique chez le jeune pirate. Tout comme s'attarder sur le garçon outre mesure ne lui vient pas du monde en tête. Il n'est qu'un visage de plus à ajouter à une longue collection qui s'égarera dans sa mémoire sur le long terme. A quoi bon perdre son temps pour un vulgaire enfant ? Xen préfère se dire que la peau du Yak se vendrait plutôt bien au port.

Son épais poncho blanc n'est pas adapté à la situation, et il doute d'avoir la volonté de manipuler le gamin pour obtenir ce qu'il souhaite. Surtout que le gosse a l'air attaché à la montagne et à ses habitants plus que n'importe qui. Tant mieux pour lui, Xen présume. Le rire provoque un changement sur ses traits, quelque chose de sombre qui traverse son regard. Le contrarier est un jeu d'enfant, qu'importe ses efforts pour ne pas le montrer. L'Oublié tire la langue en réponse, un peu plus provocateur que prévu. Une brève négation aurait été suffisante, au lieu de moquer son manque de connaissances. Qui se soucie des enfants qui meurent certainement de froid dans les montagnes auprès de yaks, hein ?

« La montagne être ma maison et je suis né dedans, dans l'autre monde. »

L'aîné note dans un coin de son esprit sa facilité à s'ouvrir au sujet de leur ancien monde. N'est-ce pas une offense punissable pour les enfants perdus ? Peut-être est-il bien un peau-rouge adopté finalement. Négligemment, il ferme un œil, celui qui a le plus de mal à distinguer ce qui l'entoure, pour se concentrer sur l'insupportable gamin.

"Dans ma montagne quand quelqu'un devient mort on l'emporte en dehors du village. Et puis y a des paroles et on coupe le corps pour le donner aux oiseaux."

C'est certainement une méthode. Comme n'importe quelle autre. Le ridicule des paroles le laisse abasourdi un moment. Balancer des morceaux de cadavres partout dans la montagne, c'est le meilleur moyen de contaminer le tout avec des bactéries et d'attirer des créatures dont on ne désire pas la présence.

"Chez toi vous brûlez ?"

Xen résonnerait presque comme un soigneur !
Une pensée déconcertante tant cela est inhabituel.

« Il me semble. » Les mots s'écoulent sans que Xen n'y prête un soin quelconque. «Tes méthodes pourraient paraître barbares à d'autres, tu le réalises certainement. » Le pirate n'a plus tant la capacité de se soucier du sort des cadavres, au vu de son rôle de pilleur.

« Tu poses bien des questions, est-ce que ta curiosité est si grande que ça ? » Amusé, Xen libère une main pour la glisser sur la fourrure encore chaude du yak qui a quitté ce monde. Quel gâchis de ne pas tout simplement revendre le corps. Les traditions sont un point qu'il est en mesure de comprendre, bien que sans souhaiter accepter celles d'un étranger.

« Du Japon. D'une ville grise où la pollution étouffait jusqu'à ne rien laisser d'autre qu'une fumée aussi sombre que la nuit. » En parler lui permet de vérifier qu'il s'en souvient, ce qui ne fait jamais de mal. « Est-ce que l'enfant de la montagne possède un nom ? Ou dois-je continuer à t'adresser en tant que tel ? » L'autre est plus grand qu'il ne l'est, et se moquer n'est certainement pas le meilleur choix.

Xen n'en a que faire, ça l'amuse.






Yoneda Ame
Victim of the great machine, in love with everything I see
Neon lights surrounding me, I indulge in luxury
I'm not lonely, just a bit tired of this fucking shit×by lizzou.


MB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Howl
Howl

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le Protecteur
✘ AGE DU PERSO : Environ 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : As you want !
✘ LIENS : When two paths open up before you, always choose the hardest one.

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptySam 13 Jan 2018 - 17:18

Oui, Howl avant son arrivée sur l'île avait cette fâcheuse tendance à oublier qu'ils n'étaient pas seuls au monde son peuple, ses yaks et lui et que sa montagne n'était pas non plus seule montagne de l'univers. Howl il connaissait pas non plus la plupart des choses dont parlaient tout le temps les enfants comme les créatures faites d'imaginaire, dragons ou licornes par exemple, ou même la langue, oui simplement la langue qu'il avait eu bien du mal à apprendre. Alors il avait dû beaucoup apprendre, ça c'est sûr, et il avait peu à peu découvert des choses différentes, des coutumes et des cultures étrangères, d'autres façons de faire. Mais sans doute que ce qui l'a le plus choqué c'est bel et bien la manière dont on s'occupe des morts ici, enterrement considéré comme inutile, dégradant même pour la nature. Et pourtant... pourtant il n'a jamais critiqué non, parce qu'il a bien compris que c'est là l'habitude de la majorité, ce que beaucoup ont connu là bas, dans leur pays du Monde Ordinaire. Aussi n'en avait-il jamais parlé avec personne pour ne pas se voir traité de sauvage ou autre synonyme peu agréable en plus d'être faux

Aujourd'hui cependant le voilà qui en discute, et il serre un peu les dents quand le mot barbare survient dans les propos du pirate sans s'en insurger. Après tout il le savait. Puis le Bleu n'a pas lui-même l'air de le penser. Au moins, songe t-il, est-il tombé sur quelqu'un d'assez intelligent pour ne pas tout de suite clamer à la bestialité de cet acte plus naturel que tout autre à ses yeux, et c'est pourquoi il hoche la tête, parce qu'il en a parfaitement conscience. Il a suffisamment fait face à l'incompréhension Howl quand un élément n'est pas traité de la même façon d'une culture à une autre, à l'intolérance qui s'insurge, aux "pourquoi ?" et "c'est dégueulasse !" car ouais c'est déjà arrivé. Et dire qu'il leur a même pas parlé de la façon dont ils honorent leurs morts... Sans pouvoir s'en empêcher il sourit un peu en coin, sourire qui s'agrandit à l'entente d'un simple curiosité.

S'il l'est ? Bien sûr, Howl est avide d'apprendre ce que pensent les autres êtres humains et d'en savoir plus sur un nombre incalculable de sujets. Mais plus que tout il aime discuter, échanger, connaître de nouvelles personnes qu'elles soient adultes ou enfants, pirates, peaux-rouges, fées, sirènes également même si du Port il ne s'approche jamais trop, refusant à passer un sale quart d'heure si on lui tombe dessus. "Je croire que c'est enrichissant de parler avec les autres !" Comme à son habitude il est joyeux Howl – même s'il est un peu stupéfait de la description de la ville lui qui a été habitué à l'air sain de la montagne –, et la tristesse lorsque la lame a tranché la gorge s'en va paisiblement pour son plus grand soulagement.

"Je n'a jamais vu de ville..." qu'il murmure pour lui même, pas que ça lui manque cependant vu la façon dont le Bleu en parle. "Mon nom être Howl, parce que je crier très fort pour faire peur à ceux qui veulent attaquer les yaks ! Enfin pour ici, les enfants !" Il rit de lui même maintenant mais il a eu vraiment honte de ce prénom durant un petit temps, en plus de ça il avait subi les foudres de Stealth et ça le mettait vraiment mal. "Et toi ? Tu es le premier pirate que je rencontre." Howl toujours est le garçon de la franchise.
Revenir en haut Aller en bas
Rain X. Nataku
Rain X. Nataku

☠ Apprenti-e Médecin ☠


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : L'Impardonnable
✘ AGE DU PERSO : 21 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Why not~
✘ LIENS : I'm on a sugar crash, I ain't got no fuckin' cash
Maybe I should take a bath, cut my fuckin' brain in half

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyLun 15 Jan 2018 - 13:39

Il pleut du silence
© FRIMELDA


La mort n'a guère d'importance dans l'après. C'est la réalisation de l'acte qui pèse sur le coupable, pas ce qui se produit avec le cadavre. Sushi doit toujours se trouver au fond de la rivière, à moins que les chairs aient pourri suffisamment pour qu'elle remonte et dévie dans le courant. Ou bien l'enfant maudit est venu récupérer son âme. Il ne s'est pas posé la question jusqu'à ce jour, pour son propre bien. Le souvenir reste un peu plus douloureux que les autres, l'encourageant à presser la paume réchauffée par la fourrure contre sa propre joue. A quoi bon s'attarder, ce genre de crime restera toujours impardonnable.

Xen n'a pas le souvenir du lieu exact, ni la force de résoudre les catastrophes provoquées par Bright. Sushi restera là, dans son lit de vase jusqu'à ce que les os s'effritent ou se brisent. Impossible de retourner dans le passé pour réparer cette erreur. De la même manière, l'adulte n'a guère de raison de juger les méthodes du perdu. L'aveu est déjà lointain et l'esprit embrumé par l'opium ne souhaite pas relever les incohérences du procédé. De la part d'une personne qui a manqué de se brûler des années avant de mourir, ça serait ironique, de se plaindre à voix haute de tels détails.

« Je croire que c'est enrichissant de parler avec les autres ! »

Quel esprit inconscient. Converser avec l'ennemi ne pourra que se retourner contre son innocence. Ah, Xen ne peut s'empêcher l'ombre d'un sourire de naître sur ses lèvres. Une telle naïveté est plaisante, dans le fond. Il n'a jamais apprécié de se battre, malgré ses petites manies. Bien vite, son visage reprend son air habituel, celui qui lui donne l'impression de s'être égaré sur le flanc de la montagne.

« Mon nom être Howl, parce que je crier très fort pour faire peur à ceux qui veulent attaquer les yaks ! Enfin pour ici, les enfants ! »

Est-ce qu'il a posé une quelconque question en vu d'obtenir une explication ? Non. Xen ne s'intéresse même pas à la réponse, outre pour le nom. Howl, protecteur des yaks. Visiblement terrible à accomplir cette tâche, au vu de la créature morte allongée devant eux. Autant ne pas le remarquer à voix haute, c'est que l'Oublié apprécie, à courtes intervalles, d'être encore en vie.

« Hm. Howl. Tu es tel le loup qui ne peut s'empêcher de hurler pour appeler les siens. Ne me dévore pas, cela m'embêterait. »

Son œil fermé le reste, pour mieux détailler ce enfant à l'apparence si différente que la sienne. Au moins, sa peau n'est pas aussi claire que la neige. La pensée est agressive, encore. Xen se fatigue, alors qu'il agit ainsi, dénué d'empathie pour qui que ce soit. Lorsque la question tant attendue arrive enfin, il s'en délecte.

« Moi ? Je suis Xenophobia. » Le pirate est prêt à parier son existence que Howl ne connaîtra pas le mot. « Xen est suffisant. » La prononciation est répétée, pour ne pas que le garçon l'abîme. En général, ça ne lui fait ni chaud ni froid. Mais il est agréable d'obtenir un minimum de respect. « Méfie-toi des pirates, notre raison d'être est de représenter l'antithèse de l'enfance. L'opposé, si le terme te convient mieux. Il n'y a guère d'innocents dans nos rangs. » Lui n'en est certainement pas un, en tant que meurtrier.

La position le fatigue un peu, l'encourageant à se redresser et à frotter ses genoux couverts de neige. Au lieu de s'en aller, Xen patiente. Le spectacle promet d'être quelque chose de spécial, n'est-ce pas ? A moins qu'il existe une règle cruelle pour l'empêcher de rester.

« Qu'attends-tu pour accomplir ton œuvre ? »






Yoneda Ame
Victim of the great machine, in love with everything I see
Neon lights surrounding me, I indulge in luxury
I'm not lonely, just a bit tired of this fucking shit×by lizzou.


MB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Howl
Howl

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le Protecteur
✘ AGE DU PERSO : Environ 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : As you want !
✘ LIENS : When two paths open up before you, always choose the hardest one.

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyMar 16 Jan 2018 - 22:41

hrp:
 

De nouveau il a un rire franc qui éclot tendrement sur la bouche Howl en même temps que ses yeux disparaissent dans son sourire le simple temps d'une seconde. C'est pourtant pas réellement une blague que le Bleu a fait, mais il a toujours eu le rire facile, la joie débordante dans le cœur et sur les lèvres, communicative bien souvent même s'il ne fait aucun doute que ça ne sera pas le cas avec cet homme là. Pas parce qu'il est pirate pourtant, non Howl ne croit pas que grandir puisse faire perdre le bonheur d'un seul coup, mais parce qu'il voit bien que cet adulte là n'est pas comme les autres, peu enclin à sourire ou à rire, à se laisser transporter. Sûrement pas par l'allégresse en tout cas et il s'en veut un peu de cette pensée presque méchante qui lui passe par la tête, après tout c'est lui, il le sait bien, qui laisse éclater son amusement avec trop de facilité. Il est comme ça après tout, il ne se morfond pas et préfère attraper à deux mains cette seconde chance offerte par Peter le jour où il l'a amené sur l'île, volé son nom et son ombre, et vivre vivre vivre, vivre comme on ne vit jamais.

Absorber l'essence de son existence.
S'enrichir de tout même de ce qu'il connaît pas.
Vivre comme s'il allait mourir bientôt, mourir demain.

Et du prénom du Bleu il s'en empare également, le tourne et le retourne dans sa tête, ne l'a jamais entendu et ignore s'il y a quelque chose à en comprendre mais l'inscrit dans un coin de sa mémoire. Au cas où. Pour poser les questions, plus tard mais pas devant lui, il risquerait de passer pour un idiot. Et il le répète plusieurs fois à l'intérieur de sa tête, xenophobia, xenophobia, xenophobia, pour être sûr de retenir, avant de se retrouver à dire à voix haute le raccourci employé. "Ku-sei-nu." Il se force à bien dire et c'est pas si difficile, après tout c'est ce qu'il fait tout le temps, essayer de pas se tromper et de bien prononcer. Mais peut-être qu'il ferait moins l'effort s'il s'agissait d'un autre enfant qui sait, Howl n'est pourtant pas sélectif, mais les pirates sont antithèse ou opposition comme dit le Bleu, et si lui rirait sans doute de voir son prénom écorché ça ne sera peut-être pas la même chose pour l'autre.

Malgré tout ça le fait sourire, juste une légère illumination au coin de sa bouche qu'il ne parvient que difficilement à masquer, c'est pourtant pas pour se moquer mais si Xen pense l'effrayer ça n'est pas le cas. "Je croire que tous les pirates ne pas être comme ça." Il cligne des yeux. "Adulte ne vouloir pas dire qu'il y a besoin de détester les enfants." Ça lui semble naturel à lui, puis c'est pas parce que le corps vieillit que l'âme grandit nécessairement. C'est ça qu'il comprend pas toujours dans les bannissements, même s'il se doute bien le Protecteur que y a pas le choix, après tout y a pas moyen de vérifier que l'âme est restée celle qu'elle était avant. En tout cas lui il veut pas grandir. Pas pour le moment. Peut-être un jour, quand il sera prêt ! En attendant il trouve ça bien lui d'être un adolescent, au Grand Arbre c'est sa maison et les éclaireurs sa famille.

Il voit la Montagne quand il se lève et puis quand il se couche. Il rêve et c'est beau, c'est doux, et y a pas à se préoccuper de tout un quotidien trop grand. Est-ce que c'est ça qui les rend si triste, si moroses les hommes du Port ? Lui ce qui est sûr c'est qu'il veut pas devenir comme ça. D'ailleurs il croit bien que le pirate va partir mais non, il prononce des mots qui le font tressaillir, sursauter, lever vers lui des yeux interloqués. "Toi vouloir voir ?" Il est surpris. Ça a pourtant rien de "gore" ou "dégueu" – c'est comme ça que parlent les enfants parfois – mais ça peut être dérangeant. "Tu pouvoir aider moi si toi vouloir." Même si vu le blanc du poncho il ne pense pas que ce soit une bonne idée.

Et il reprend le couteau fort dans sa main. C'est pas un très bon ustensile pour faire ça, mais il a pas le choix. Au départ il doit couper le poil et il le fait en silence, puis y a ses paupières qui se ferment à demi et il plonge, il plonge dans ses souvenirs. Ils sont vagues au départ. Y a les mots qui viennent dans sa langue jusqu'à sa bouche et c'est comme une chanson un peu triste, un peu belle, qu'il prononce sans presque d'hésitations. Puis il revoit la neige et les maisons, le drap blanc étendu sur l'homme mort et qu'on emporte et qu'on monte jusque là haut sur le plateau. Et plus il plonge profond plus il revoit des choses, des visages, des traits un peu familiers et qu'il avait oublié, et ça le fait trembler même si ses mains elles semblent connaître les gestes.

Il voit les vautours aussi qui attendaient.
Mais les vautours ils sont pas là, pas autour de lui, alors il prie et les appelle.
Il pleure juste là dans son cœur toute sa détresse et son besoin de les avoir avec lui pour le rituel. De pouvoir toucher du bout des doigts un simple morceau de souvenir.

Après tout ce sont pas des monstres les vautours, ils nettoient et empêchent les maladies. Ils font leur travail comme tous les autres. Et quand il rouvre les yeux il a la main pleine de sang et mon dieu ! Juste devant lui un gros oiseau au cou déplumé, un peu rose ou un peu bleu, même parfois vert tout dépend, il est toujours différent à chaque clignement des yeux, un gros oiseau qui ressemble à un vautour. Il hoquette d'abord et la bête le regarde, lui et le morceau de viande dans sa main, et semble lui dire "Je suis là maintenant.".  Alors Howl le jette vers lui tout en prononçant toujours les prières et il observe la tête, le bec, l'œil qui de temps en temps l'observe.

Continuant de rendre à la nature ce qui lui revient de droit en un massacre captivant.

Il s'en colle partout sur les doigts, c'est chaud, ça poisse, il essaye de pas s'en mettre sur les vêtements. Le vautour lui il mange, il mange comme s'il pouvait en avaler trente comme ça, et Howl il reste un moment juste là à l'observer. Quand il se relève y a du sang partout sur la neige et lui il est sale aussi. "Je crois qu'il avoir entendu parce que j'a appelé très fort..."
Revenir en haut Aller en bas
Rain X. Nataku
Rain X. Nataku

☠ Apprenti-e Médecin ☠


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : L'Impardonnable
✘ AGE DU PERSO : 21 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Why not~
✘ LIENS : I'm on a sugar crash, I ain't got no fuckin' cash
Maybe I should take a bath, cut my fuckin' brain in half

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyDim 28 Jan 2018 - 0:42

Il pleut du silence
© FRIMELDA


La crainte devrait-elle l'envahir, face à la brutalité de l'acte qui risque de suivre s'il n'accepte pas de quitter les lieux ? Xen considère cette possibilité comme minime. Son esprit a déjà tant de détails qui s'entrechoquent dans sa tête. Et c'est épuisant, de ne pas être en mesure de toutes les repousser, de s'entendre rire dans un coin de son cerveau. Pourquoi traîner auprès d'un enfant, alors que le port serait un lieu plus plaisant ? Ah oui, il est vrai que ses jambes ont besoin de se ménager, s'il veut repartir ensuite. L'ombrelle glisse, une fois encore, en arrière, retenue par le poignet gauche de Xen. Si Howl-qui-criait-au-loup décide de l'attaquer, il n'aura qu'à lui donner un coup franc avec l'arme improvisée. Quoique ça risquerait de causer des dégâts à l'ombrelle. Ce que le vendeur souhaiterait éviter. C'est que tout a un prix au port, et l'opium doit être en mesure de rester la priorité.

A quoi bon, pourtant. La drogue ne soigne rien, elle ne fait qu'étouffer le problème. Ah, une lobotomie serait une voie plus directe, bien qu'il n'aimerait pas totalement se perdre. Pas à ce point, en tout cas. Hésitation. Son œil se rouvre. Si les deux avaient une vue égale, il n'aurait pas à jouer ainsi pour mieux voir ce qui l'entoure. Pas que ses lunettes soient loin, mais elles cachent un peu sa beauté. Et si l'Oublié les brisait, il s'en voudrait pendant longtemps, puisqu'elles lui servent à lire chaque soir.

« Ku-se-i-nu, » Il corrige sans un regard pour l'enfant, appuyant un peu plus les syllabes. Ce n'est pas un Anglais, par conséquent, faire preuve d'un minimum de patience lui convient. Leurs langues maternelles sont certainement bien différentes. Pas que Xen s'intéresse le moins du monde à celle d'Howl. De la même façon que sa curiosité se limite à l'instant présent. Le gamin parle tant, pour quelqu'un qui ne maîtrise pas les conjugaisons. Les idées, l'aîné les repousse en clignant les yeux. Sans haïr les enfants, on peut les tuer. Ne serait-ce que pour se défendre et éviter de périr le premier. Telle est la justice de Peter et Hook, et ils n'en sont que des pions malencontreux. Aucun besoin de le formuler à voix haute. Si le garçon ne l'a pas encore réalisé, ce n'est pas Xen qui ira lui offrir la vérité sur un plateau. L'autre ne parviendrait pas à le croire, de toute façon.

« Tu pouvoir aider moi si toi vouloir. »

Et puis quoi encore. Sa tenue ne permet pas de tels jeux, et Xen secoue la tête. Les mèches soigneusement placées derrière son oreille s'échappent, retombant contre son visage. D'un pas, il recule, pour signaler qu'être un observateur silencieux lui convient parfaitement. Sans compter que l'adulte ignore tout du rituel, et qu'il n'a pas particulièrement envie de participer à un tel échange culturel.

Le sang qui s'écoule, encore, est agaçant. L'odeur un peu trop forte est ce qu'il y a de plus dérangeant, ça et les sons qui résonnent lorsque Howl enfonce la lame dans la chair. Le souvenir de l'autre revient. Le vert, pas celui de Slumber, sombre et doux comme la foret, non celui impur et dégueulasse de restes de produits chimiques qui représente Green. Cette teinte qui l'embête tout autant que le rouge qui s'écoule vers ses pieds. Un haut-le-cœur manque de remonter, et il le retient avec le dos de sa main. D'abord, c'est de sa faute, tout ça. Pas Slumber, Green en partie. En grande partie.

Bon, disons que c'était un regrettable incident.

Est-ce parce qu'il est trop absorbé par ce qui se passe dans le passé qu'il ne réalise pas la présence de la bête avant qu'elle ne devienne une évidence ? Xen cligne des yeux, pour chasser le mirage qui s'est immiscé devant ces derniers. L'illusion n'en est visiblement pas une. Est-ce que l'enfant possède un don mystique lui permettant d'appeler les esprits ? Si c'est le cas, l'Oublié n'a guère envie de trop s'attarder à ses côtés. Par principe, parce qu'il se trimbale son armée de fantômes qui le haïssent à ses côtés, et que c'est dangereux. L'ombrelle tournoie dans l'air, tandis que Xen tente d'ignorer comment le vautour (ou ce qui s'en rapproche) se nourrit goulûment de son plat de résistance.

« Je crois qu'il avoir entendu parce que j'a appelé très fort... »

Rassurant. Xen ne conjure pas ses propres démons de la même manière. En un sens, les tours que lui jouent son cerveau échappent totalement à son contrôle. Aucun besoin de s'y attarder, pas alors que le spectacle semble interminable et que ça occupe toute son attention.

« Le rituel a été accompli, n'est-ce pas ? »

Une fois encore, l'aîné recule, d'un pas léger.

« Ne m'approche pas, tu es couvert de sang. » Son ton ne suggère pas un quelconque problème envers le reste de la scène. Ce n'est pas une façon de faire qu'il comprend pourtant. A quoi bon se plaindre et commenter inutilement ? Ah, Xen se sent parfois bien enfantin, lorsque son âme ne peut s'empêcher de vouloir provoquer et détruire. Que de caprices.

« Un peu plus bas, la neige n'est pas encore en mesure de tenir, laissant des flaques derrière elle. Tu devrais descendre retirer tout ça. A moins que toi aussi tu ne doives te servir. »

Si on pouvait éviter de trop s'attarder vers la dépouille, ça arrangerait Xen. Soudainement, il se souvient très bien pourquoi il a décidé de devenir végétarien. Rien à voir avec la nature pourtant. C'est un souvenir plus personnel qui lui arrache un soupir. Un détail qui ne mérite pas d'être partagé. A la place, l'Oublié décide de donner une version édulcorée de son opinion.

« Ton lien à la montagne est vraisemblablement fort. Cependant, il me semblait que le passé était tabou de là d'où tu viens. Es-tu un futur traître ? » Même s'il n'est pas un Perdu, il l'a forcément été un jour, à son apparence. « Ou un ancien ? »

Sa main libre resserre un peu les bandages sombres autour de sa gorge, en un avertissement qui n'aura aucun sens pour Howl.






Yoneda Ame
Victim of the great machine, in love with everything I see
Neon lights surrounding me, I indulge in luxury
I'm not lonely, just a bit tired of this fucking shit×by lizzou.


MB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Howl
Howl

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le Protecteur
✘ AGE DU PERSO : Environ 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : As you want !
✘ LIENS : When two paths open up before you, always choose the hardest one.

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptySam 3 Fév 2018 - 9:05

Howl, après un rituel aussi sanglant, a le regard étrangement calme et même toujours un vague sourire posé tranquille sur sa bouche. Il est un peu plus doux sans doute, moins éclatant que d'ordinaire, mais c'est qu'il a les souvenirs en cascade dans l'esprit, les souvenirs qui font mal un peu car c'est douloureux de revoir les visages quand on les a cru oubliés pendant plusieurs années. A vrai dire il les a pas revu clairement, c'était juste des traits, la couleur d'un regard ou la chaleur d'un sourire, rien de vraiment concret. Pourtant pour lui qui avait oublié jusqu'au son de leurs voix c'est comme la première bouffée d'oxygène : Au début ça fait mal, ça brûle et ça ravage, puis ça s'apaise avec le temps, ça devient même d'ailleurs un tout petit bout de soi, un fragment de mémoire précieux.

Howl, sans sourire même un peu plus, tourne la tête vers Xen à l'entente de sa question et ne répond que d'un simple signe de menton. Le rituel oui est accompli et alors que le vautour se repaît en silence lui vient observer ses mains tâchées de sang. "Je descendre me nettoyer." Il lance son regard vers le Bleu, noir. "Mon peuple n'être pas barbare. Nous pas manger les morts, nous leur rendre hommage." Et son ton sans le vouloir est sûrement un peu plus dur, un peu plus sec qu'il ne l'est jamais. N'était-ce pas pour ça après tout qu'il refusait de se rendre jusque là ? Si, c'était exactement pour éviter ça et il a foncé tête la première dedans.

Bien joué Howl.

Pourtant ça n'est pas tout à fait comme il le pensait car au delà de la nostalgie qui l'étreint de toute ses forces, y a aussi la simple joie de les avoir revus. De savoir que ses souvenirs sont pas encore partis, qu'il y en a un reste juste au fond de sa tête. C'est pas grand chose pourtant mais c'est là pour l'instant, et si à nouveau il doit les perdre alors ce sera en sachant qu'il a eu de la chance que ça n'arrive pas trop rapidement. Après tout y en a qui ont tout perdu bien plus vite que lui et sans son carnet il est fort probable que ça soit également son cas. Pour autant il a toujours essayé le plus possible de forcer son esprit à se souvenir dans la simple optique toujours de retarder l'échéance.

Howl lâche un soupir. Il secoue la tête et il essaye de pas penser à tout ça pour le moment, car seul compte ce qu'il vit à cet instant. Ses pas sont sûrs d'eux et il avance de quelques mètres, trouve une flaque devant laquelle il s'installe, y trempant ses mains avec douceur. C'est froid. Cependant il ne frémit même pas.

Il frotte le pourpre étendu partout, en silence, sur sa peau et ses vêtements, et ça s'en va presque facilement un peu comme si ça n'avait même pas existé. Le visage se détend doucement, c'est rassurant en un sens de se dire qu'il gardera pas de traces de la barbarie de son acte. "Peter nous prendr.." il se corrige rapidement "prend ? Il nous prend nos noms et l'ombre mais il pas pouvoir tout le temps faire la même chose avec les souvenirs de là bas." Par dessus son épaule il lui jette un regard. "Toi pas te souvenir d'avant ?" Ça ne le surprendrait pas que le pirate dise non, mais il lui a parlé de son pays, de cette ville où tout était gris, mais peut-être a t-il oublié le reste après tout.

Souple, il se relève. L'eau marque ses vêtements de tâches plus sombres mais il les ignore tout comme le froid qu'elles font lorsqu'elles se collent à sa peau. "Moi pas pouvoir oublier la montagne. Elle être partie de moi." Cette phrase là est plus douce et pour le Bleu Howl doit paraître sans doute bien trop attaché aux monts neigeux. "Puis toi te souvenir du Japon aussi !" Il jette un coup d'œil malicieux sur le Bleu. Car Howl ne maîtrise peut-être pas la langue mais il retient et enregistre mieux que d'autres tout ce qu'on lui dit.
Revenir en haut Aller en bas
Rain X. Nataku
Rain X. Nataku

☠ Apprenti-e Médecin ☠


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : L'Impardonnable
✘ AGE DU PERSO : 21 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Why not~
✘ LIENS : I'm on a sugar crash, I ain't got no fuckin' cash
Maybe I should take a bath, cut my fuckin' brain in half

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptySam 24 Fév 2018 - 23:55

Il pleut du silence
© FRIMELDA


Dévorer un animal n'a rien d'un crime, n'est-ce pas ? Xen l'ignore, ne s'embêtant pas à consommer de la chair qui fut un jour dotée de vie et d'une conscience parfois plus importante que la sienne. A quoi bon s'autoriser un tel comportement ? L'opium comble le vide mieux qu'un aliment quelconque, se nichant dans ses entrailles jusqu'à les ruiner. Encore et encore. Tout ça pour quelques heures délicieuses où son esprit ne répond plus à ses propres provocations.

« Mon peuple n'être pas barbare. Nous pas manger les morts, nous leur rendre hommage. »

Ah, comment le garçon pourrait-il entrevoir un tel acte, lui qui préfère conjurer des créatures terrifiantes pour le plus grand bien d'un peuple que tous sur l'île ont certainement oublié. S'ils l'ont connu un jour en premier lieu, détail dont Xen doute fortement.

« La survie prend parfois le pas sur les rites, lorsque les temps sont trop difficiles, » Ce n'est pas une excuse. Le pirate n'a pas de raison de s'offusquer que ses paroles aient blessé l'enfant. Si tel était le cas, alors jamais il n'écarterait les lèvres pour s'exprimer. Le bout de sa langue le charrie un peu, lui donnant envie de laisser des phrases un peu moqueuses s'échapper.

Végétarien et meurtrier, comment un tel rituel pourrait-il lui paraître sensé ? Xen n'a rien à offrir de plus, et il ne suit que pour quitter le flanc de cette montagne trop fraîche. Ses poumons s'en sentiront certainement soulagés. Un bien maigre réconfort fasse à la longueur de cette marche improvisée qui lui a fait oublier le reste de l'univers. La descente lui demande plus de temps, d'application. L'ombrelle danse et tourne contre son épaule jusqu'à ce qu'il rejoindre l'étrange enfant. Un compagnon de route qui s’égarera sous peu, ne pouvant résister à l'appel des siens. Une séparation dont l'Oublié a hâte, ne parvenant guère à se souvenir de ses raisons pour entamer la conversation en premier lieu. L'ennui certainement ?

S'asseyant sur un rocher, Xen croise ses jambes l'une sur l'autre, son regard glissant vers l'eau dont la couleur s'assombrit. La pluie gorgée de sel lui manque, de part sa présence reposante. La voix le tire de sa rêverie, quoique pas assez pour que ses yeux fatigués glissent sur Howl-qui-criait-au-loup.

« Peter nous prend ? Il nous prend nos noms et l'ombre mais il pas pouvoir tout le temps faire la même chose avec les souvenirs de là bas. »

L'Oubli est un ennemi et un partenaire qui vous entraîne petit à petit entre ses mains, arrachant des morceaux petit à petit. Xen est convaincu qu'aucun ne peut tout conserver, que tout se perd. Après, il est logique que certains souhaitent se débarrasser de ce passé un peu lourd qui les étouffe. Son ombrelle pèse dans sa main lorsqu'il la referme. Le bout glisse dans une flaque proche, faisant voler une mince gerbe d'eau dans l'air.

« Pour arriver sur l'île, il faut le vouloir. » La bibliothèque cette nuit là, il parvient à la visualiser en partie. La lampe brûlante, le livre posé contre le sol. Si Xen se concentrait, parviendrait-il à recouvrer le titre, ou quelques mots de la page sous son regard ? A quoi bon perdre son énergie pour une tâche aussi futile ? A la place, l'Oublié utilise l'ombrelle pour tracer un symbole dans l'eau. Si le jeune adulte n'a pas perdu l'écriture de son pays, c'est à force d'entraînement. Il n'a jamais cessé d'écrire, de se forcer à ne pas égarer cette partie de sa culture originelle. Quelques traits sont parfois dans le mauvais ordre, certainement. Et s'il s'en rendait compte, Xen serait furieux de sa propre incompétence. « J'ai conservé quelques parties. »

A neuf ans, j'ai mis le feu à l'appartement familial en jouant avec des allumettes.


Un tel aveu serait impromptu, malheureusement.

« Puis toi te souvenir du Japon aussi ! »

L'affection disproportionnée de l'enfant envers sa chère montagne lui jouera un tour, lorsque l'île décidera de lui reprendre ce droit. La gerbe d'eau causée par l'ombrelle est envoyée en direction du visage d'Howl cette fois, pour en effacer les rares traces sombres qui y demeurent.

« Je pratique ma langue pour ne pas la perdre. Néanmoins, Peter n'a jamais été clément envers ceux qui s'exprimaient positivement au sujet de l'autre monde. Il doit rester, à ses yeux, un territoire ennemi. Une prison dont il a délivré ses perdus. N'est-ce pas cruel ? »

Devrait-il offrir un nom ? Pas le bon bien sûr. Tous sont acceptables, du moment qu'ils ne sont pas baignés de cruauté.

« Ils me nommaient Sushi à l'époque. »

Ah, ça va contre les règles, de la mentionner, de provoquer l'ombre d'un regret au sein de son cœur. En général, Xen se contente d'offrir Darkness à la place. Pas cette fois. Et sa langue se tire tandis qu'il ouvre brutalement l'ombrelle pour se cacher derrière. Au moins le rocher est un refuge approprié, loin d'Howl.






Yoneda Ame
Victim of the great machine, in love with everything I see
Neon lights surrounding me, I indulge in luxury
I'm not lonely, just a bit tired of this fucking shit×by lizzou.


MB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Howl
Howl

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le Protecteur
✘ AGE DU PERSO : Environ 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : As you want !
✘ LIENS : When two paths open up before you, always choose the hardest one.

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyVen 2 Mar 2018 - 14:01

Howl ignore beaucoup de chose encore sur cette île et puis surtout sur le reste du monde dans lequel il a vécu avant. Les autres pays, les autres coutumes, les rituels et pratiques et la simple géographie, aussi il ne saurait dire où se trouve le Japon ou d'autres endroits qu'on pourrait lui nommer, et il a conscience que parfois ça peut lui faire défaut. Ce n'est rien - Il tente de s'en convaincre - il apprendra avec le temps ou alors les autres oublieront, après tout Xen à raison, Peter voit le Monde Ordinaire comme un ennemi à combattre et c'est le cas de beaucoup d'autres Garçons. Pas le sien. Son monde l'a aimé, chéri, bercé dans ses bras en Père attentionné, préparé à la vie et à la survie, il lui a fourni toutes les armes dont il avait besoin. Pour le reste c'est son corps qui a failli, faible humain qu'il est avec une peau à nue, trop tendre pour le froid et capable de se déchirer au plus petit choc, avec ses forces qui s'échappent trop vite, inadapté à la puissance de tous les mondes. Car même ici ils sont inférieurs, même ici ils ne sont pas assez fort. Lui, les autres, il suffit de regarder : combien sont-ils à mourir chaque jour sous les coups et les blessures ? Sous la force de l'humeur d'un roi capable de déchaîner les éléments ?

Howl ça aussi l'ignore mais il sait bien qu'ils sont beaucoup.

Un jour sans doute son tour viendra, et si ça n'est pas encore arrivé c'est par chance ou peut-être aussi par sa volonté, parce qu'il ne se laisse pas faire le Protecteur, il peut se battre de tout son cœur et son âme quand c'est nécessaire. Avec ses poings ou avec ses mots, pour autant il préfère la douceur et l'amour qu'il offre aux autres, il est plus facile de vivre ainsi qu'en éternel combat contre quelques entités qui finiront de toute façon par les prendre. Chacun a sa place après tout dans les bras chauds de Padmasambhava et personne ne peut lutter quand il est l'heure pour lui. Alors peut-être qu'il vivra encore longtemps, ou alors il mourra bientôt, il ne peut pas le savoir. Pour le moment il vit, simplement.

"Beaucoup de choses être cruelles. Le Monde Ordinaire et l'île aussi. L'autre monde être dans mon cœur pour toujours mais ce qu'il y a dans mon cœur Peter pas être obligé de savoir." Il soupire, doucement, ignorant l'ombrelle qui masque à sa vue son interlocuteur. "Peter avoir ses problèmes à lui de toute façon. Lui pas s'occuper des autres pour le moment."

Que fera Howl si un jour le petit tyran découvre qu'il aime toujours l'Ailleurs ? Est-ce qu'il partira ? Attendra t-il le jugement ? Il ne s'est jamais posé la question. Où irait il de plus si on le chassait du Grand Arbre ? Elle est là sa vie, près des éclaireurs et des enfants qu'il accompagne, aux côtés de sa cheffe aux cheveux de flamme, et avec Peter qui l'a sauvé, emmené ici en faisant ce qu'il pensait être juste. Pour beaucoup ça ne l'est pas : Il vole les ombres, prend les noms, fait du mal sans le savoir ou avec conscience, mais Howl sait, sage qu'il parvient à être, qu'il obéit à ce qu'il pense être mieux pour tous les enfants du monde.

"Sushi être mauvaise chose pour toi ? Les enfants être comme ça je crois ici, comme s'ils pas avoir de cœur. Chez moi ça pas être comme ça mais... partout les choses être différentes. Il y a besoin de s'adapter quand on être de ailleurs."

Ils ne peuvent rien y faire, les choses ne changeront pas à cause de l'un d'entre eux. Puis Howl s'en accommode puisque personne (ou bien il se peut qu'il ne l'ait pas compris) ne s'en est jamais pris à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Rain X. Nataku
Rain X. Nataku

☠ Apprenti-e Médecin ☠


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : L'Impardonnable
✘ AGE DU PERSO : 21 ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Why not~
✘ LIENS : I'm on a sugar crash, I ain't got no fuckin' cash
Maybe I should take a bath, cut my fuckin' brain in half

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyMer 7 Mar 2018 - 0:47

Il pleut du silence
© FRIMELDA


L'identité est une notion peu tangible sur l'île, alors que certains changent plusieurs fois de nom et de visage. Grandir, vieillir, mourir, qu'importe dans quel ordre. Bright ne mérite pas qu'on le mentionne. Il est une erreur, un rouage qui a mal-fonctionné dans une machine qui s'essoufflait déjà bien avant son arrivée. Le jeune pirate souffre bien moins d'utiliser des noms secondaires, de créer un grand jeu sans fin où ses victimes ont le droit à une seconde chance. Bien sûr, une langue bien pendue risquerait d'en parler aux habitants du Grand Arbre un jour. Est-ce que ça ferait du mal à Soul, d'apprendre que ses anciens soigneurs sont ainsi maltraités même dans la mort ? Xen n'en a que faire~

« Beaucoup de choses être cruelles. Le Monde Ordinaire et l'île aussi. L'autre monde être dans mon cœur pour toujours mais ce qu'il y a dans mon cœur Peter pas être obligé de savoir. »

L'insolence qui guide ses pensées a toujours été un défaut qui l'amuse. Pourtant, en écoutant le gamin déblatérer sur la cruauté du monde, l'Oublié doit bien admettre qu'il partage sans doute sa vision. Les deux univers sont égaux, tous deux prompts à les attirer vers une fin tragique. Les raisons d'un tel malheur diffèrent juste un peu. Xen doute qu'il aurait fumé de l'opium dans son monde d'origine. Quoique trouver une équivalence n'aurait pas été bien complexe. La pollution n'était pas la seule marque de décadence là-bas.

Protégé par l'ombrelle, le jeune adulte prend un moment à faire danser ses ongles vernis devant son regard au lieu de répondre. Le bleu lui va si bien, tout comme il était une marque de beauté pour l'île en elle-même. Quel sera le prochain caprice de l'Enfant Roi ? Quelle importance~ Xen ne compte pas se battre au nom de qui que ce soit, certainement pas le pirate trop âgé pour être encore attirant qui leur sert de chef. En prêtant allégeance, sa voix n'était pas liée à son cœur, qui lui ne ressentait qu'une colère sourde envers l'univers tout entier. Ah, un sacrifice nécessaire pour ne pas mourir abandonné dans la jungle.

« Je le croyais omniscient, votre petit dieu ? » La moquerie possède une certaine violence, quoique nuancée par une pointe d'ironie. Xen ne croit pas une seconde en ce qu'il vient de dire. Sinon, Peter ne l'aurait jamais laissé réduire les siens à néant. Ou alors peut-être que si, en une purge nécessaire des éléments les plus faibles. Songer à ces choses là, c'est la preuve que son esprit a quelques soucis, tout de même.

« Sushi être mauvaise chose pour toi ? » Xen l'imagine si bien, sa si chère amie, levant son arc pour lui tirer une flèche en plein cœur. Ce ne serait pas si grave, au vu du peu qu'il reste à sauver. L'Oublié devrait regretter un peu plus, se focaliser sur les autres. Il n'en est pas encore capable, voilà tout. Le bracelet autour de son poignet est caché par sa manche, ce qui lui évite d'affronter une déception supplémentaire.

« Qui sait~ Un nom peut être changé, il suffit d'abandonner le passé, de tout détruire pour atteindre une fausse impression de liberté. Je suis Xen, à présent. »

Sushi est morte.
Bright devrait l'être.

Que de contradictions !
L'ombrelle se baisse finalement, dévoilant l'expression distante de l'aîné. La concentration de Xen a tendance à s'effriter, se perdant dans l'air frais qui les entoure. A t-il envie de se lever et de rentrer ? Probablement. Ses pieds retrouvent le sol, et il marche jusqu'au garçon. Un pas après l'autre, maladresse cachée sous sa capacité à ne pas trop poser son poids sur le sol tant que son corps est en mouvement.

« Il y a besoin de s'adapter quand on être de ailleurs. »

Idiot. Sa main libre trace un symbole dans l'air. Celui qui signifie patrie. Il s'y applique, malgré le fait que son regard reste fixé sur un point derrière l'adolescent.

« Pourquoi devrait-on suivre leurs règles, s'ils ignorent les nôtres ? » Tout en s'exprimant, Xen effectue un pas en arrière, se sentant trop proche de cet enfant aimé de la montagne.

« Howl-qui-criait-au-loup, que choisirais-tu entre la vie de perdu et la montagne ? » La morale d'une telle question est que le malheur s'abattra de toute manière, prenant tout ce que l'enfant apprécie au nom d'une justice n'ayant que peu de sens. Ah, à cet âge, on répond souvent, avec un ton convaincu, qu'avoir deux amours n'est pas incompatible.

Naïveté pure.
Si l'on trouve un nouvel amant, autant ne pas laisser l'ancien monopoliser trop d'espace.
Sa langue se tire, inutilement, en une moquerie à peine déguisée pour le garçon.






Yoneda Ame
Victim of the great machine, in love with everything I see
Neon lights surrounding me, I indulge in luxury
I'm not lonely, just a bit tired of this fucking shit×by lizzou.


MB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Howl
Howl

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le Protecteur
✘ AGE DU PERSO : Environ 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : As you want !
✘ LIENS : When two paths open up before you, always choose the hardest one.

Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. EmptyVen 23 Mar 2018 - 17:49

Un signe. Tracé dans l'air. Qui rappelle encore tant de choses à Howl qu'il doit serrer les dents, obliger de toutes ses forces son esprit à ne pas retourner se lover dans les bras réconfortants des souvenirs, car après tout, quoi de plus rassurant que ce qu'on a aimé et vécu ? Et pourtant quoi de pire que les rappels incessants d'un autre temps auquel on n'aura plus jamais accès ? Il le sait lui qu'il n'est pas bon de s'y perdre a nouveau, aussi n'essaie t-il pas de visualiser ces heures passées à tracer des symboles sur du papier jauni, là haut dans sa montagne... De toute façon il n'avait rien d'un très bon élève et préférait assurément courir au milieu des roches et des yaks et ce depuis tout gosse. Vaguement, au fond de sa mémoire, il croit d'ailleurs entendre la voix de sa mère qui passait trop longtemps sur le pas de la porte à l'appeler pour qu'il rentre, mais lorsqu'il jette quelques regards autour de lui il se rend compte que non, il n'y a personne à part Xen et lu et puis les gémissements. Les sanglots du vent au creux des monts neigeux.

Et la voix du Bleu qui reprend sa place et lui tire un sourire parce qu'il a raison au fond, ça devrait être à double sens, sauf que ça se passe jamais comme ça et même lui il est bien placé pour le savoir, après tout ce serait trop compliqué. Alors il hausse les épaules parce que c'est pas grave, il s'en fiche lui d'avoir du s'adapter et d'être obligé de faire au mieux tout le temps, ça fait partie du jeu. Le Pirate cependant ça semble pas être son cas et il peut comprendre. Juste que c'est trop tard pour y changer quelque chose et Howl se demande si c'est ça qui l'a abîmé si fort qu'il sait pas comment prononcer une parole trop gentille ou si c'est autre chose. Quelque chose avant ou bien après, un accident, un autre gamin. Il voudrait savoir, comprendre et pourtant il se risquera pas à poser des questions, c'est que ça le regarde pas.

Pourtant... Pourtant le Bleu se gêne pas lui pour demander et Howl grimace, sur place et immédiatement il se fane, serre les dents, le regard posé sur le sol. La montagne ou les Perdus... N'a t-il pas déjà fait ce choix lorsqu'il a décidé qu'il n'y reviendrait pas ? Sans doute si, mais c'est surtout parce qu'il sait bien que quoiqu'il fasse les monts de l'Île ne seront jamais les siens. Alors ça fait monter une larme au coin de son œil qu'il masque par un sourire éclatant et pourtant d'une tristesse évidente.

"Ces montagnes pas être les miennes. Moi avoir fait le choix quand je prendre la main de Peter."

Il le sait, il l'a toujours su. Ce qu'il ignorait cependant c'est que ce petit garçon n'était pas un rêve, il pensait juste s'envoler vers un Ailleurs et aller se lover dans les bras de la grande Mère. Au lieu de ça il est arrivé au Pays de Jamais. C'est bête n'est-ce pas ? Il est venu parce qu'il savait pas. Malgré tout il parvient pas à regretter.

"Je pas savoir... Mais moi mort si Peter Pan n'être pas venu me chercher." Il rit, y a pas de joie dedans. "C'était le froid. Y avait la tempête et le sel nous avoir prévenu." Et il hausse un sourcil vers le Bleu. "Et toi ? Comment être venu ?"

Oh il se fait pas trop d'idées, il se doute bien qu'il aura sûrement pas de réponses, à moins que Xen accepte de jouer le jeu. Après tout il a répondu lui à ses questions... Et parce qu'il a bien vu que le Bleu s'était éloigné, il se rapproche de deux pas. Pour l'agacer. Parce que Xen aime beaucoup trop se moquer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Il pleut du silence. Empty
MessageSujet: Re: Il pleut du silence.   Il pleut du silence. Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Les Lieux Reculés :: Les Montagnes Capricieuses-