Le deal à ne pas rater :
Fauteuil gaming CGM à 99€ (Appui-tête et oreiller lombaires – ...
99.99 €
Voir le deal

Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1729
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

The Long Way Home Empty
MessageSujet: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyDim 2 Oct 2016 - 17:36

Il marche d'un pas sautillant, entre les flaques. Il trouve ça drôle, d'ailleurs, de les éviter, puisque de toutes façons il est déjà trempé ; ses cheveux collent à son front et ses chaussures font à chaque pas un de ces bruits spongieux. Elles s'arrachent à la boue avec réticence comme il s'arrache de son hamac tous les matins. Il pleut. Freckles aime l'eau, et il essaie de se persuader qu'il aime la pluie aussi. Il s'entête à se dire que le bruit des gouttes qui s'écrasent sur les feuilles est charmant, que le bleu est la plus belle couleur qui soit. La vérité, c'est qu'il a froid. L'eau s'infiltre à travers ses vêtements jusqu'à sa peau et le glace de l'intérieur. Elle dégouline jusqu'à sa bouche et laisse un goût salé sur sa langue, et il a toujours l'impression désagréable d'être en larmes à cause de ça. Ça l’énerve.

Il a remonté la rivière pendant un petit moment; c'est son chemin habituel du matin. Le courant est plus fort de jour en jour. A travers l'eau sombre, des éclats percent ; des morceaux d'étoile, on lui a dit, et il a de la peine à croire qu'il y a des étoiles dans sa rivière. C'est poétique et irréaliste; mais aussi un problème, pour les fées de l'eau, et pour eux. Il se promet de s'en occuper, plus tard.
Inévitablement son esprit dérive. Sur les trucs dont il doit s'occuper, à l'Arbre. Des trucs nuls et tristes. Il grimace tout seul. Shoote dans une flaque du bout du pied. L'eau s'infiltre de nouveau dans sa chaussure et il se dit que bientôt il ne sentira plus ses orteils.

Brutalement il diverge, s'éloigne de l'eau en direction de la lisière des arbres. Ce n'est pas comme s'il avait une destination. Ou un but. Peut-être qu'il en a un, mais il l'a oublié. Ce n'est pas une chose nouvelle, pour lui, l'Oubli, mais habituellement ce n'est pas comme ça que ça marche. Il oubliait les morts et les noms et les événements, mais pas ce qu'il faisait ou devait faire. Avoir un but, ça permet d'avancer sans réfléchir. Depuis la pluie Freckles réfléchit trop et oublie ses buts. Dans sa tête il a de l'eau jusqu'aux genoux et il n'avance plus.
C'est une façon de parler, il se dit. Parce qu'en vrai il avance : regardez, il a même déjà atteint la forêt.

« Hey. »

Parce qu'il y a quelqu'un là. Une fille. La Fille ? Il a un sourire hésitant parce que son nom lui échappe. C'est un bon, familier trou de mémoire comme il les aime.

« Qu'est ce que tu fais sous la pluie ? »

Qu'est ce que tu fais sous la pluie ?
Il n'a pas d'excuse.
Revenir en haut Aller en bas
Her
Her

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : La Fille
✘ AGE DU PERSO : 15

✘ LIENS : #normalité

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyLun 3 Oct 2016 - 0:29

Elle avait fuit, une fois encore. Fuir l'arbre, le monde. Apache un peu, peut-être. Fuir le bruit, fuir les questions qui la suivent quand même quoi qu'elle fasse. Apache démolisseur ? Non. Si ? Qu'a-t-il apporté à part des larmes, au fond ? Une place. Des rires un peu, aussi. Est-ce assez pour justifier le reste ? La Nuit, la Cassure ? C'est qu'il l'avait vu en morceaux, qu'il l'avait pulvérisé, même. Ouais, mais ils avaient joué, aussi. C'est vrai. Et elle l'a aussi vu en miette. Alors, quoi. Est-ce que c'est ça, que ça les résume ? On se voit mutuellement cassé, et c'est tout ?

Dieu qu'elle est fatiguée.

Machinalement, Her tripote le ruban azur noué à son poignet. Azur azur azur. Pretty, où est le beau temps ? Léger plissement de ses lèvres. Changer, c'est pas forcément mauvais. Comment savoir si c'est un bon ou un mauvais changement ? Comment savoir si ça en vaut la peine, justement ?

Her ma fille, tu te prends trop la tête.
Fuck you.

Et c'est là-dessus qu'elle s'endort comme une merde. Glorieux, hein ? Faut dire que ses cernes lui rongent assez la gueule pour que y ait pas besoin de se justifier, et son teint pâlot témoigne lui aussi de sa triste mine. Une vraie moribonde, c'est pathétique. Et pourtant elle tient, elle fait son taf, allez savoir comment. Peut-être grâce à ce genre de micro sieste que la Fille fait de plus en plus.

Quand la sentinelle se réveille, il fait froid comme avant. Humide comme avant. Rien n'a changé, si ce n'est la nuque raide et le dos rouillé. Quelle idée de pioncer contre un tronc, aussi. Y a mieux, question confort, quand même. Plus loin, du feu avec des jambes. Freckles. Pas moyen de le louper, sa tignasse fait très tâche dans le décor maussade. Qu'est-ce qu'il fout là, lui ? Y a rien à acheminer, dans le coin, si ? Perplexe, elle te regarde t'approcher.

Le mieux c'est ta question, en fait. Jor. Elle doit se justifier devant toi ?
Y en a un que ça aurait fait grincer, tient.

Cette pensée la fait sourire, et la Fille se redresse et s'étire en te répondant.

- Hey. Bah je m'étais calée un moment tranquille pendant une accalmie, et je me suis endormie. Et toi, qu'est-ce que tu fiches ici ?

Tranquille mais fatiguée. Encore un peu embrumée, elle se frotte les yeux puis t"observe à nouveau. Vous n'avez jamais vraiment discuté, mais tu dégages de bonnes vibes.

De toute façon, elle n'a pas l'énergie pour trop t'analyser. Pas aujourd'hui. Ce sera juste le minimum, donc.






Hidden truth:
 

Her parle en #99cccc.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1729
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyLun 3 Oct 2016 - 23:36

Elle s'appelle Her. Il s'en rappelle maintenant qu'elle lui parle de sa voix si tranquille : c'est la fille à qui Scar fait Confiance (un fait si impressionnant que Freckles est tenté d'y mettre une majuscule). Il n'a jamais eu l'occasion de parler à la sentinelle, mais se rappelle avoir bugué longtemps en entendant son nom. Il se demande comment on peut se retrouver face à une fille bien vivante avec de la peau, une voix et des cernes et décider on l'appellera Her, et la résumer à trois petites lettres et un vague signe de la main. Vous savez, elle. Celle-là.

Elle dit qu'elle s'est endormie et il rit comme si c'était une bonne blague. La vérité c'est que ce n'est pas drôle et que ça ne l'étonne pas. Lui-même crève d'envie d'une sieste. Pas sous la pluie, mais au fond d'un hamac avec six couvertures, de la musique et un chocolat chaud avec de la chantilly. L'image est si nette qu'il reste quelques secondes à savourer sa chaleur, alors qu'en réalité il est bien debout à grelotter sous la pluie.
Il hausse une épaule.

« Je sais pas. Je m'ennuie. »

C'est assez terrible comme aveu. Freckles qui s'ennuie. S'ennuyer au Pays Imaginaire ! Son sourire se fait un peu coupable comme il le réalise. Ce n'est pas de l'ennui, en réalité, mais juste une lassitude immense qui l’empêche de se concentrer sur les choses et les gens. Comme un truc dans le bide qui menace d'imploser, lui donne envie d'envoyer se faire foutre tout ce qu'il apprécie d'habitude. L'impression qu'il y a quelque chose qui manque. C'est une sensation désagréable et étrangère.
Faute d'autres mots, il s'ennuie.

« J'allais par là. » il montre la forêt et s'invente une destination. Puis s'entend dire : « Tu veux venir ? »

J'allais par là, ça ne répond vraiment à aucune question. Il n'a pas mieux. Il veut cacher ce flou artistique derrière l'assurance de sa proposition qui sort de nulle part même venant de lui. Il ne sait pas bien pourquoi ; ça lui semble normal, de lui proposer. Pour ne pas être tout seul même si c'est ce qu'il cherchait à la base et même si c'est ce qu'il voudra peut-être dans dix, vingt minutes. Mais il propose. L'idée de parler avec Her ne le dérange pas, peut-être parce qu'elle ne le connaît pas.
Il enfouit ses mains dans ses poches et veut prendre un air nonchalant. L’éternuement qui suit gâche tout son effet.
Revenir en haut Aller en bas
Her
Her

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : La Fille
✘ AGE DU PERSO : 15

✘ LIENS : #normalité

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyJeu 6 Oct 2016 - 15:10

Frecky Freckles, t'es un drôle de bonhomme avec ta dégaine flamboyante mais gênée. le sourire que tu lui offres, Her le capte. Fatiguée mais maintenant réveillée. Un sourire embarrassé, de quoi ? De l'ennui ? Faut-il vraiment ne se laisser aucun repis, même quand le coeur est maussade ? Pauvre toi, faut-il que tu te mette la pression même avec elle. Et pourtant, her, c'est loin d'être la pire question pression, pas vrai ? L'anodin n'est jamais vraiment stressant. Si ?

Mais est-elle vraiment anodine, avec ses coups de sang, ses actions folles, son carafon bien trop trempé à son goût quand le crétin crêteux est dans les parages ?

Pff. Nul.

- C'est ok de s'ennuyer, tu sais. La pluie n'a jamais éte réputée pour son côté énergisant ou stimulant. Enfin, je ne crois pas.

Peut-être que dans d'autres peuples, oui ? Les sirènes, par exemple, est-ce qu'elles aiement la pluie ? Et les fées des eaux ?

La Fille s'étire pour éviter de trop réfléchir, pour éviter de rouiller. Mais ça, c'est sans doute déjà trop tard. La preuve, elle fait la moue en bougeant, quand ses fringues glacées se rappellent à son bon souvenir. Bordel. il fait froid. A quand un peu de chaleur, à quand des jours meilleurs ?

A maintenant peut-être. Une virée avec Freckles ? Pourquoi faire ? Pourquoi pas ? Ce n'est pas comme si elle avait grand chose de prévu, ni comme si tu avais l'air chiant. Allez. Allons-y, Alonso !

- Tu vas faire quoi "par là" ? T'as besoin d'un coup de main pour quelque chose ?

T'as pas l'air très décidé. Sauf pour choper la crève, mais ça, c'est plus une fatalite qu'autre chose. Her t'aurais bien demandé de ne pas la lui refiler, mais y a des chances qu'elle la chope comme une grande à s'endormir sous la flotte comme uen demeurée.

- Je ne t'ai jamais croisé dans la forêt avant, et pourtant j'y traîne pas mal. Tu fais souvent ça ?

Faut dire que c'est grand, l'île. Même si elle est minuscule, ons 'y perd, on découvre mille et un trucs nouveaux qui avant n'y étaient pas. Ou alors, ils ont toujours été là sans attirer l'attention ?

Va savoir. Cette pluie, ça noie ses neurones et son énergie, à force.






Hidden truth:
 

Her parle en #99cccc.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1729
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyJeu 6 Oct 2016 - 23:07

Il ne sait pas ce qui le terrifie le plus, en fait, l'idée d'un refus ou l'idée qu'elle accepte. Il est du genre à décider des choses sur un coup de tête, à engager des conversations sans se soucier de quoi que ce soit. Le genre sociable, on lui a dit. Peut-être même trop. Là c'est différent, d'une certaine façon. La fille normale l'intimide. Elle a un air stoïque sous ses paupières tombantes, mais rien de vide. Non, cette fille là, elle a l'air de réfléchir avec les yeux. Il se sentirait con qu'elle l'accompagne, pour ensuite se rendre compte qu'il ne va nulle part. Qu'il n'a rien à faire, rien à dire, qu'il n'est pas grand chose d'autre qu'une perte de temps. Ça l'emmerderait vachement, d'être une perte de temps.
Il a aussi un peu peur qu'elle refuse pour toutes les raisons évidentes. Ce qui le laisse dans un dilemme où il a tout à perdre.
(Ou au choix, à gagner.)

« Un peu de pluie ça fait pas de mal, » il marmonne.

Le un peu perd de sa crédibilité vu ce qui dégouline sur ses joues et l'arrête de son nez. Ça lui file le cœur en vrac quand il pense que quelque part, Peter a assez de chagrin pour générer cette apocalypse. Mais c'est vrai que c'est mieux que la canicule. Que tout est plus vert et bleu et vivant, enfin, et que cette morosité qui pèse sur leurs épaules c'est bien mieux que de les voir crever. Que la rivière s'est mise à revivre et qu'il était tellement content, qu'il aurait pu l'embrasser, cette rivière, si elle n'avait pas été un putain de cours d'eau sans sentiments.

Son dilemme est résolu ; elle ne répond ni oui ni non. A la place elle veut des explications, pas impressionnée par sa réponse approximative. Freckles grimace. Il faut qu'il trouve un truc, vite. Il envisage de mentir, dire qu'il a perdu un truc, qu'il est en mission. Ou alors sortir un ça te regarde? avant de se barrer en courant. Il pourrait l’appâter avec quelque chose d'extraordinaire et d'extravagant. Il ne sait pas mentir et son imagination s'est perdue en chemin. Il remarque qu'elle lui propose son aide comme si de rien était. Her est une fille serviable.

« La forêt c'est grand, » il rétorque. Puis la réalisation le frappe. « Mais c'est vrai que j'y vais pas souvent. »

C'est vrai. Que tous les jours ses pas suivent le même chemin, un truc automatique et systématique. Grand Arbre, rivière, rivière, Grand Arbre. Merde. Une routine. La forêt c'est juste à côté, pourtant. Il lui a fallu deux pas pour y être. Il a l'impression de devoir se justifier.

« Enfin, j'y vais, des fois. Mais y a plein d'endroits mieux. Que je connais. » il conclut, comme pour se convaincre lui-même. D'ailleurs t'y fais quoi dans la forêt ? Des rondes ? Des ballades ? Tu vas rejoindre les réunions de ta secte ? »

Un sourire lui tord le coin des lèvres.
Puis merde, il opte pour la sincérité.

« En vrai je sais pas ce que je vais y faire, par là.  Rien d'intéressant. J'ai juste envie de marcher. J'aime bien marcher et ça réchauffe. Peut-être que je vais tomber sur un truc cool en chemin. Ou un truc pas cool, peu importe. Tant qu'il se passe un truc ! » il baisse d'un ton. « T'es pas obligée de venir. C'est juste, genre, si t'as envie. »

Il fait glisser son poids d'un pied sur l'autre, summum de nervosité, se proclamant intérieurement « personne la plus naze du monde ».
Revenir en haut Aller en bas
Her
Her

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : La Fille
✘ AGE DU PERSO : 15

✘ LIENS : #normalité

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyMer 12 Oct 2016 - 23:47

T'es marrant, avec ta gentille bougonnerie. Tu fais un peu chien mouillé, avec cette prestance piteuse et détrempé que tu essayes de garder. Her t'offre un sourire mi-figue mi-raisons en réponse. Un peu de pluie, hein ? Même elle ne te trouve pas crédible, et pourtant elle ne te connait pas vraiment. Mais tu sais quoi ? Ça passe. Ça passe parce que t'as pas ce côté écrasant, cette fausse prestance de mauvais mâle qui roule des mécaniques factices. T'as l'air d'être un mec simple qui se perd tout seul et qui le sait. Les gens trop sûrs d'eux, voilà ceux qui vous toisent de haut.

- C'est vrai. C'est mieux que la chaleur d'avant. Au moins, on ne risque plus de tout voir cramer d'un coup.

Juste de le voir inondé. Mais pour la Fille, absurdement, ça sonne moins définitif. Comme s'il valait mieux patauger que griller. Comme si la noyade était préférable. C'est vrai que ça, au moins, elle connaît.

Et tu débites et tu débites. Une vraie pipelette. Mai ça la fait sourire, et Her a vers toi le regard franc et droit. Tu dégages décidément de bonnes vibes. Elle se marre même un peu à tes conneries. Des ballades, oui, des ronds aussi. La Secte ? Ah, y a pas eu de gros meeting révolte, pas encore. Mais peut-être, qui sait ? Tu débites et tu déballes, Freckles, et ta sincérité lui plaît. Au fond, c'est sans doute ça qui la pousse à se décider.

- Ok. Pourquoi pas ?

Tu lui rappelles Pretty, à avoir cette nervosité mal cachée. Même si Her sait pertinemment que son frère de cœur est doué pour mettre un voile sur ses émotions, pour montrer un rire au lieu d'une larme. C'est juste qu'entre eux, il n'y a plus de ça.

- Ça me va de me dégourdir les jambes, tu sais ? A force de ronfler sous la pluie, je crois que j'aurais rouillé sinon. Tant qu'à faire, autant s'ennuyer à deux. Dans le pire des cas, on sera solidaire dans la merde, et au mieux ça distraira.

Ça fait simple, dit comme ça. Her essaye. De moins se prendre la tête, de moins s'agripper à chaque respiration pour l'ausculter. D'avoir sa voix, tranquillement et discrètement. Mais sa voix quand même. Avec un sourire au coin des lèvres, Her te fait une petite révérence.

- Je suis le guide.






Hidden truth:
 

Her parle en #99cccc.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1729
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyLun 17 Oct 2016 - 19:00

Rien ne transparaît, vraiment. Elle est sympa. Elle est plutôt cool. Elle a l'air vaguement nonchalante quand elle balance des banalités. Freckles décide que ce n'est pas possible qu'elle ne soit que Her. Il scrute le visage de son interlocutrice avec une concentration non feinte quand elle parle. Il n'est pas du genre à analyser. Il n'est pas du genre à vouloir comprendre comment les gens fonctionnent ou même penser y arriver seulement. Mais il essaie, comme s'il avait quelque chose à prouver.
Il hausse vaguement une épaule à sa réponse, ne voulant pas s'aventurer sur le sujet de la canicule. Puis elle finit par accepter, et il essaie de ne pas avoir l'air trop content.

« Cool, cool », il dit en voulant avoir l'air aussi détaché qu'elle.

Her parle de rouille, et d'un coup ça lui fait repenser à une autre rencontre moins agréable, plus sanglante et tout aussi pluvieuse. Une sale tête qu'il voudrait oublier en même temps que son bras métallique. C'est si facile d'oublier d'habitude, mais là ça veut pas. Détail. Il veut sourire mais il a plutôt l'air de s'être coincé la main dans une porte. Heureusement Her n'a pas l'air de savoir lire dans les pensées, aussi perçant que soit son regard. Elle est passée à autre chose, et met des mots très justes sur ce que Freckles pense : s'ennuyer à deux, c'est mieux que s'ennuyer tout seul.

Je suis le guide.

Il se marre.
Ça aussi, ça enlève comme un poids de ses épaules, sans bien qu'il sache pourquoi. Il lui rend sa révérence avec tant d'obséquiosité que c'est lui qu'on va bientôt pouvoir appeler Bow.

« Après toi, alors, chef. »

Sous les arbres la pluie s'arrête.
Enfin, non, elle ne s'arrête jamais. Mais il pleut loin là haut au dessus de leurs têtes et le bruit est étouffé et amplifié à la fois. Après le déluge, les seules gouttes qui leur tombent dessus sont celles qui glissent des feuilles. Il fait sombre et bleu. Pas d'autre présence qu'eux, pas de bruits d'oiseaux, rien. Rien que la pluie. Freckles n'en peut plus du bruit de la pluie. C'est peut-être aussi pour ça qu'il a besoin de compagnie, entendre une autre voix pour ne pas devenir dingue. Et d'ailleurs … D'ailleurs, ça fait trop de secondes qu'aucun d'entre eux n'a parlé et il sent déjà le stress monter. Trouver un sujet de conversation. Trouver un sujet de conversation.

« T'es sentinelle, c'est ça ? C'est vachement cool, comme job. » il lâche. « T'aimes bien ? Je crois j'aurais jamais pu, ça demande trop de euh. Concentration. »

C'est du remplissage d'espace sonore mais ce n'est pas un mensonge. Sentinelle, comme éclaireur ou chasseur, est un de ces rôles qui pètent la classe et que certains envient. Lui ? Non, non, pas vraiment. Il ne saurait pas, de toutes façons. Mais il est bien d'accord que c'est classe. Plus que livreur.

« Fin bref. Tu connais un truc cool dans le coin ? A part des arbres. » il remplit le vide, il ne sait faire que ça. Pirouettes verbales pour éviter le blanc. A un œil extérieur, c'est presque comme s'il était pote avec Her depuis la nuit des temps. « Remarque c'est pas si mal, les arbres, je connais un arbrabouffe, une tuerie. Qui fait des pâtisseries, genre des donuts. Enfin, faisait. J'espère qu'il a pas cramé. S'il existe encore, on peut y aller. C'est au nord. Ou à l'est ? Je sais plus. Fin, fin …. » il lève les mains comme pour s'excuser de ne pas savoir tenir sa langue. « C'est toi le guide. Pardon. »

En vrai ils avancent. Il ne sait pas bien qui suit l'autre, mais déjà la forêt se referme derrière eux. Leurs pieds font des bruits mous en s'enfonçant dans le sol humide. C'est calme. Presque reposant. Alors Freckles essaie de se taire, un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Her
Her

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : La Fille
✘ AGE DU PERSO : 15

✘ LIENS : #normalité

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyMar 18 Oct 2016 - 22:54

Cool cool. Koulkoul. Ça fait nom d'animal bizarre, dit comme ça. Une sorte d'oiseau, grand sur pattes, un peu guindé et maladroit mais plutôt sympa. En fait, elle te voit un peu comme ça. D'un gars qui sait pas quoi faire de son corps, à gesticuler sur place, pinailler, plaf plof dans la boue avec tes panards nerveux. Ça la fait sourire, un peu. Elle écrira peut-être un truc sur ce drôle de volatile, tiens. Une histoire sur le Koulkoul.

Et puis..
Hein ? Chef ? Révérence ? Akedekoi ?

Elle te regarde avec un drôle d'air, sans trop comprendre pendant quelques instants. Où est-ce que ça lui a échappé ? Et puis, Her repense à sa phrase, à ta réaction. Oh, merde. T'as pris ça pour une prise d'autorité ? .. Wait, t'es chef et t'es content de t'incliner ? Là, on va pas mentir : elle te regarde encore plus avec une mine interloquée. T'es bizarre, mec. T'es ..

Marrant.

La Fille a ce micro sourire amusé qui pointe sur ses lèvres, et s'agrandit un peu, un peu plus, ça fleurit. T'es rigolo, comme type. Calme, mais on ne s'ennuie pas. Ses yeux pétillent un coup, elle te sourit donc, et ouvre la marche avec un haussement d'épaules. Ok, soit, si tu veux. Advienne que pourra. Mais elle n'est pas certaine non plus de votre destination.

C'est à peine si Her a eu le temps de se mettre en route avec toi à sa botte que déjà, tu reprends la parole. T'as la bougeotte des mots, non ? On dirait, en tout cas. Le silence te met mal à l'aise, peut-être ? Pourtant, c'est bien parfois, un peu de sérénité. Écouter ce qui se passe autour, s'imprégner du calme ambiant. S'apprivoiser un peu, aussi. Mais non. Bla bla bla. Ça la fait rire, un peu. Tout doucement, pas le gros éclat de rire, mais ouais. T'es marrant.

- Je sais pas si j'aime. Je m'en fiche un peu, c'est là qu'on m'a mise, voilà tout. C'est tranquille. J'aime bien faire des rondes la nuit, c'est calme, et j'ai moins besoin de gueuler contre des gens.

Il y a quelques temps, elle t'aurait juste donné un haussement d'épaule et les deux premières phrases. Il y a quelques temps, Her ne t'aurait pas accompagné, pas sans peser le pour, le contre, le pourquoi et pourquoi pas.

- Baaah. Dans ce coin là, pas trop. Je suis plus de l'autre côté en général, et puis. Ça a changé, quand même, depuis quelques temps.

Normal. Entre la canicule puis la pluie sans fin, c'est un sacré grand écart pour la faune et la flore.

- Tu me montreras ton arbrabouffe ? Tu as bien su le vendre, là. Puis les donuts, c'est bo-

Et voilà que tu remets ça. Her éclate de rire à ta nouvelle réplique, et te fiche un petit coup de coude. Rien de bien méchant, mais juste assez pour attirer ton attention alors que vous marchez côte à côte.

- Tu sais, tout à l'heure, je faisais pas un putsch, hein. Ce que je voulais dire, c'était "Je suis le guide" du verbe suivre. Je te suivais toi, quoi. Pas que c'était moi le chef, ça je m'en fiche et au contraire, j'm'en passe volontiers.

Léger silence. Une seconde. Deux.

- T'avais l'air content de me refiler la patate chaude. T'aimes pas être chef ?

C'est vrai ça. T'as peut-être pas eu le choix ? Ça arrive, après tout. Comme elle, quand Scar était parti. Ça n'avait pas été forcément supra cool, mais bon. Il avait fallu le faire.






Hidden truth:
 

Her parle en #99cccc.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1729
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyJeu 20 Oct 2016 - 19:12

C’est une de celles qui préfèrent le calme. La tranquillité de la nuit, ne pas voir de monde. Il n’est pas vraiment surpris, ni même déçu, juste un peu résigné. Il est souvent voué à les côtoyer, les gens qui préfèrent le calme, et il se demande parfois comment ils font pour le supporter, alors que le calme est son antithèse. Peut-être qu’ils ne font que semblant de le supporter. C’est une pensée qu’il a souvent, quand il parle avec Harmony, entre autres. Dans ces moments là il fait attention, il se force à peser ses mots. Il pense à utiliser sa voix d’intérieur.
Si Her ne le supporte pas elle n’en montre rien. Elle sourit même, de façon assez constante, et ses phrases font plus que le minimum syndical de mots. C’est bon signe, ça, non ?

Il hoche la tête. Oui ça a pas mal changé. La forêt, la rivière, autour du camp, partout. Le changement est une constante sur l’île, c’est pas ça qui va le perturber. Les éclaireurs referont des cartes qu’il sera incapable de lire, et il ré-apprendra tout, à l’instinct. L’adaptation, c’est une des choses dans lesquelles il est doué.

« Si je le retrouve, promis. Même si je sais pas si c’est si bon que ça, les donuts à l’eau salée. »

Elle lui donne un coup de coude en riant et -merde, elle tape fort ! - il lui sourit de toutes ses dents. Ses lèvres forment les contours du mot - putsch, ça sonne comme une onomatopée de bouchon de bouteille - et il ouvre les yeux grand en réalisant.

« Ooooh. »

Le verbe suivre. Oui. D’accord. Elle suit le guide. Elle n’est pas le guide. A vrai dire ça ne l’a pas étonné une seule seconde qu’elle prenne la tête comme ça. Quoi, elle a l’âme leader derrière sa banalité, pas vrai ? Pas pour rien que Scar l’a nommée en interim. Et puis elle a bien dit connaître la forêt mieux que lui, non ?
Malgré tous ses arguments il reconnaît qu’il n’a pas réfléchi du tout.
Pour changer, il a l’air con.

« Merde », il conclut avec un sourire grimace. « J’avais pas compris. Désolé ? »

Parce qu’au final, il l’est un peu. D’avoir refilé la responsabilité dont il ne voulait pas à la Fille, même pour quelques minutes.

-T’avais l’air content de me refiler la patate chaude. T’aimes pas être chef ?

Il a changé d’avis. En fait peut-être que Her sait lire dans les pensées.

« Quoi ? Non ! Enfin si bien sûr ! »

C’est une réponse automatique quoiqu’un peu bafouillante. Il prend un air indigné qu’elle puisse insinuer ça. Tout le monde aimerait être chef. Décider de ce que font les autres, trainer dans la maison souterraine et tout son équipement, et avoir les meilleures places dans à peu près tout. Être un des préférés de Peter. Avoir un nom dans un flot d’anonymes. Y en a qui se battent pour ça. Y en a qui sont prêts à tuer pour ça.

« C'est trooooop bien d'être chef. »

Il y a quelques temps il aurait été sincère et dégoulinant d’enthousiasme, mais là l’ironie est presque tangible. On s’attendrait à ce qu’il balance un ou pas. Il a presque envie de le faire d’ailleurs, d’avouer à Her qu’elle a un peu raison, mais que c’est plus compliqué que ça. Que ce n’est pas qu’il aime ou qu’il n’aime pas, que y a des questions de devoir, de choix, de statut et d’honneur qui sont en jeu. Il voudrait bien lui expliquer tout ce qu’il n’arrive même pas à s’expliquer lui-même, mais il se souvient soudain qu’il connaît Her depuis une petite poignées de minutes.
Non vraiment.

Il lui rend son coup de coude avec malice.

« Entre nous là tout de suite je suis chef de rien. J’ai même pas ma médaille. » Où il l’a foutue, d’ailleurs ? Ça ne fera que la millième fois qu’il la perd. « Et puis t’es sentinelle techniquement j’ai pas d’ordre à te donner. »

Il ricane parce que des fois même les livreurs n’écoutent pas ses ordres.

« Bon, du coup, donuts ? C’est par là. »

Il fait un geste et avance par là, au nord, ou à l’est, il ne se rappelle pas.
Revenir en haut Aller en bas
Her
Her

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : La Fille
✘ AGE DU PERSO : 15

✘ LIENS : #normalité

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptySam 22 Oct 2016 - 23:25

Ça la réjouit, ça. Les arbrabouffes, elle n'en a pas vu si souvent, il faut dire. Ok, y en a quelques uns. Mais pas tant, au final. Et puis c'est vrai qu'elle traîne surtout dans le même genre de secteur, il suffit que ça ne soit pas dans les siens. Mentalement, Her se dit qu'il faudra explorer un peu plus. Pour changer, pour se redonner un goût de nouveauté et arrêter de rouiller sur place ou de s'enliser.

Le moment où tu réalises le quiproquo, Her décide de te sourire gentiment et de ne pas enfoncer encore plus le clou. Parce que ça serait mesquin, inutile. Et que t'es sympa, donc la Fille l'est aussi.

- Oh, t'excuse pas. C'est pas grave, et j'aurais pu faire la même à ta place tu sais.

Possible après tout. Les quiproquos, c'est tellement banal. Tellement courant, tellement normal. Ta réponse, par contre.. Ça fait tiquer Her et elle te jette un regard en coin. Si, cool d'être chef ? Menteur. Tu te contredis trop, ça fait cri du cœur censuré. Et ton ironie est palpable même si discrète. Mais pourtant, t'es chef. Pourquoi ? Un bref instant, elle repense à elle, à son remplacement de Scar. Est-ce qu'elle avait aimé ? Oh non ! Est-ce qu'elle l'avait fait ? Oui, il avait bien fallu. Même sans aimer. Même sans vouloir. Est-ce que Freckles est dans ce cas là ? A faire les choses sans goût mais par responsabilité ? Est-ce qu'il est du genre à être responsable ? Pour t'avoir un peu observé pendant les rondes, la sentinelle peut juste dire que t'as l'air d'aimer tes gamins. Que t'as très souvent un sourire qui te bouffe la gueule. Tes bonnes ondes, on y revient.

Tu sais, j'aimais pas être cheffe non plus. Mais il fallait bien.

C'est ce qu'elle a hésité à dire.
Le temps qu'elle se décide à te le dire ou non, le moment est passé et tu lui donnes un coup de coude jovial. Avec ce sourire, celui qui fait vivre ta gueule constellée. T'as l'air tellement simple et facile d'approche. T'as l'air tellement reposant, Freckles.

- Ok, y en a aucun qui est chef de l'autre alors. Ça me va ! Juste l’égalité.

Bordel, ça aurait plu à Apache, ça. A tous les coups, il aurait adoré.

- Va pour les donuts ! Et puis j'ai jamais vu d'arbrabouffe, en plus. Ça craint, pour une meuf qui aime bien se promener en forêt, hein ?

Tellement, que ça craint.
Elle te suit tranquillement, du coup mais en restant à tes côtés. Pas de leader, pas de chef. Ça lui plaît, décidément.

Et puis.. Et puis rien.
Le noir.

La Nuit.

Ça la saisit, d'un coup, et Her se fige. La Nuit. La Nuit la Nuit la Nuit. Merde merde merde. Apache, tu l'avais repêché, pourtant. T'es où bordel, pour la faire remonter ?

Mais non, pas de Apache, juste de la Nuit, du noir, du rien.

- Freckles ?

Her a de la panique dans la voix, ça se brise même un peu à la fin. Et la Nuit partout, la Nuit la Nuit la Nuit. Du bras qui était de ton côté, elle te cherche dans l'espoir que tu sois là, qu'elle puisse s'arrimer à toi. Panique panique. Une profonde inspiration. On expire lentement. Et sa voit est un peu plus ferme quand à nouveau Her t'appelle. De la peur toujours, mais de la détermination. Tu ne peux pas le voir, mais Her a les sourcils froncés. C'est une montagne, et elle tremble. Mais si Apache a pu surmonter la sienne, alors elle pourra aussi.

- Freckles t'es où ? J'te vois pas !

Elle avait entendu parler de ce coin de rien, sans jamais être tombée dessus.






Hidden truth:
 

Her parle en #99cccc.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1729
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyMar 25 Oct 2016 - 17:57

Ils sont bien partis pour avoir la conversation la plus légère du monde, à base d'égalité et de donuts sucrés-salés. Légère et pas du tout orientée sur des histoires de chefs ou de pluie. Une conversation cool et facile. Freckles s’apprête à répondre que ça craint, oui, ça maxi-craint, putain que ça craint, mais que c'est pas grave, ils vont remettre les choses dans l'ordre et se gaver de pâtisseries jusqu'à être drogués de sucre. Il est au milieu d'un rire quand la nuit tombe d'un coup.

Fondu au noir.
Il a le réflexe de s’arrêter dans ses pas et ne bouge plus. Cligne des yeux, regarde à la ronde, à droite, à gauche, se dévisse le cou pour regarder derrière. Tout se dégrade en noir et gris. Tellement sombre qu'il ne distingue pas plus loin que le contour de ses doigts à quelques centimètres de son visage. Son cœur s’accélère, il le sent d'autant plus que la forêt s'est tue d'un coup. Il ne comprend pas. Ils marchaient juste, à la seconde d'avant. Tout était bleu. Et là tout est noir. Noir et silence. Non pas tout à fait silence, il y a des bruissements, des trucs qui hérissent les cheveux sur sa nuque, et le bruit de sa propre respiration en écho.
On lui a déjà parlé de la Sylve. Régulièrement, des enfants s'y perdent, et parfois arrivent à en sortir. Parfois. C'est de sa faute, s'ils sont là. C'est lui qui a convaincu Her de l'accompagner, c'est lui qui a choisi le chemin. Il se rend compte que ce n'est pas de se perdre qui l'angoisse autant. C'est d’entraîner quelqu'un d'autre là dedans.
T'es pas foutue de faire une seule chose correctement, dans ta vie, pas vrai?
Faut croire que non. Et aussi, ta gueule.
Freckles ?

Sa bulle de pensées éclate. Il réalise que ça fait deux fois qu'on l'appelle et qu'il n'a pas répondu. La voix de Her lui semble presque paniquée et la culpabilité lui ronge encore un peu le ventre.

« J'suis là. Pardon. »

Sa propre voix lui paraît étouffée, comme si l'obscurité était plus dense que l'air. Il tend le bras à l'aveugle, en direction de la voix, et ne rencontre que le vide. Puis sa main heurte quelque chose de solide, et s'y agrippe. Un bras ? Le bras de Her ?

« Dis moi que c'est bien bien ton bras, et que je suis pas en train de tenir la main d'un espèce de monstre. »

Il prend le ton de la plaisanterie, mais la perspective est assez horrifiante.

« Pas de panique. On a qu'à … on a qu'à juste. Faire demi-tour. On fait demi-tour ?»

Mais il ne se convainc pas lui même. Il sait à demi que ça ne marchera pas. Il fait un pas, deux pas en arrière. Ça ne marche pas.
Mais au moins son cœur s'est calmé un peu. Il arrive à dessiner du regard le contour des arbres, découpés sur une brume fantomatique.

« Je crois que mes yeux s'habituent un peu, au moins », il ne sait pas bien comment il arrive à avoir l'air optimiste. Il serre moins fort le poignet de Her, embarrassé comme s'il se rendait seulement compte qu'il le tenait toujours. « Euh, pardon, je peux te lâcher, si ça te gêne. » Puis, après une seconde de silence. « Her, est-ce que tu as peur du noir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Her
Her

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : La Fille
✘ AGE DU PERSO : 15

✘ LIENS : #normalité

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyDim 6 Nov 2016 - 0:48

Un bref moment, elle avait eu l'angoisse de ton silence. Le vide absolu. Assez pour sentir sa détermination flanche. Assez pour sentir des sueurs froides et son souffle devenir erratique. Sa mâchoire se crispe, ses muscles aussi. Her a les yeux qui s'ouvrent grand, et pourtant elle est aveugle. Her est incapable de bouger, ni même de savoir si elle dort ou est réveillée. C'est peut-être un cauchemar, au fond, non ?

Et puis ta voix. Ta voix bordel, ça lui faire retoucher terre, ça lui fait reprendre de l'air.

Tout d'un coup un truc agrippe son bars et la Sentinelle sursaute, bande le bras. Prête à frapper, oui même comme ça. Même sans cible, sans voir, sans rien. Faut se défendre, pas vrai ? Mais là encore, ta voix. Ta voix qui la calme, qui la fait expirer doucement de soulagement.

- Ouais. Euh. ouais oui, ouais, c'est.. C'est moi.

Panique pas ma fille. Ce n'est que lui.
Et arrête de compter sur Freckles comme sur un sauveur. C'est pas un sauveur, tu m'entends ? C'est rien qu'un humain, un mec.

- Non c'est. Moi. Ça va, c'est que moi. Mais j'ai flippé quand tu m'as attrapé le poignet sans prévenir.

Y a presque du reproche. Presque. Parce que Her sait qu'elle l'aurait agrippé aussi, sans prévenir non plus, si en tâtonnant elle l'avait frôlé. Calmons nos nerfs, c'est vraiment pas bon de s'emballer comme ça.

- Demi tour ? Je sais pas si ça va..

T'as déjà bougé. Tu t'es déjà arrêté et autour de vous rien n'a change. Pas besoin d'être devin pour comprendre que ce truc ne marche pas. Mais c'était bien tenté. T'es plein d'initiative, elle te reconnait ça. Plein d'énergie, et tu cherches des solutions quand elle, bah.. Pff. Chouineuse. Et après ça se permet des commentaires sur les gens ?

Espèce de gourde, va.

Et puis elle commence à presque discerner ds trucs, aussi. A force de vouloir reconnaitre un repère familier, ses yeux s'habituent. Il suffisait d'y faire un peu attention au lieu de paniquer. Toi aussi, on dirait. Et quand tu parles de la lâcher, c'est avec un peu de précipitation que sa réponse arrive.

- Non, évite !

Hrm ?

- Il fait trop noir pour qu'on se retrouve sinon, et se repérer à la voix ce serait compliqué. Vaut mieux qu'on garde le contact pour pas se perdre. Par contre je veux bien que ce soit la main plutôt que le poignet, parce que là j'ai l'impression d'être tenue en laisse.

La dernière phrase était plus lancée sur le ton de la boutade. C'est que t'arrives à la rassurer un peu, tu sais? Mais ta question, elle fait BLEUM. Comme le gros pavé dans la mare que c'est. Le gros truc balancé dans le bassin. Her ne te répond pas tout de suite, y a un petit silence. Mais finalement, ouais. La Fille te répond d'une voix qui se veut détachée.

- Une fois j'ai failli me noyer. Au fond, c'était noir. Noir et silencieux. Comme ici. Alors ça m'a surprise, un peu.

Et là aussi, y a quelqu'un qui l'a repêché. Différemment, mais le résultat est le même : soulagement. Quand elle réalise ça, Her respire d'un coup bien fort. Ça sent la prise de décision et la résolution. Et si tu n'as pas encore opte pour sa main plutôt que le poignet, c'est elle qui s'en charge.

- Bon. On va pas y passer notre vie. Vu que faire demi-tour ça ne sert à rien. y a qu'à avancer jusqu'à en sortir. Elle n'est pas éternelle après tout. Faut juste avancer tout droit, je dirais. Pour pas tourner en rond.

Avouons-le. Ce serait con.

- Si ça te va ?

Pas de chef entre vous. Juste deux personnes, sur un pied d’égalité.






Hidden truth:
 

Her parle en #99cccc.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1729
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyJeu 10 Nov 2016 - 11:03

Les  secondes passent et sa vision revient, en sombre et flou et noir et blanc. Ça calme les battement de son cœur petit à petit. Tout va bien. Her le rassure ; elle ne veut pas qu’il le lâche. Tant mieux. Sans ce contact, c’est difficile de croire qu’elle est vraiment là, qu’il n’est pas juste en train d’halluciner sa voix. A sa demande il fait glisser ses doigts de son poignet jusqu’à sa main sans jamais la lâcher complètement. La main de Her est une source de chaleur tangible et bienvenue. On hallucine pas de la chaleur. Il ne voit pas son visage, il ne sait pas si elle plaisante avec sa remarque alors dans le doute il grimace et lâche un énième « désolé ».

La confession de Her dite sur un ton neutre le surprend et le touche un peu. Elle n’était pas obligée, elle aurait pu se contenter de oui ou non ou ta gueule. Mais elle lui dit un truc personnel et sûrement un peu sensible et il ne sait pas quoi en faire. Sa curiosité le pousse à vouloir en savoir plus et sa pudeur le retient. Freckles qui emmène tous les jours des gosses à la rivière, il sait qu’on peut se noyer même en sachant nager.
Donc il comprend. Probablement.

« Je crois que c’est normal d’avoir peur de se noyer et c’est normal d’avoir peur du noir. »

Moi j’ai peur du silence.
Confession pour confession, il voudrait lui dire. Parce que ca le touche que Her confonde la Sylve et son naufrage. Mais Freckles n’avoue pas ses peurs. Il ne veut pas que Her pense qu’il a peur de quoi que ce soit. Il a déjà suffisamment honte de les avoir entraîné là dedans. Alors il se redresse, prend un air assuré et un sourire stellaire, même si techniquement elle ne peut pas le voir. Aller tout droit c’est une bonne idée même si c’est plus compliqué dans les faits. Il y aura des obstacles, des détours. Un chemin droit ça n’existe pas. Peut-être que la Sylve les fera tourner en rond. Même s’ils marquent les arbres sur leur passage, ils ne verront rien dans le noir.
Est-ce qu’ils ont une meilleure option ? Non.

Il fait un vague bruit d’assortiment et ils se mettent en route.
Lentement.
Parce qu’ils ne savent pas où ils marchent, sur quoi ils marchent et sur quoi ils peuvent tomber. Freckles est peut-être excessivement prudent, comparé à d’habitude. Et c’est sûrement pas sans rapport avec la personne au bout de son bras.

« Je suis pas armé », il finit par dire.

Pour rajouter à la liste des choses pour lesquelles il n’est pas préparé. Bien sûr c’est pas dit qu’ils auront à se battre. Mais c’est l’île. C’est la Sylve. Freckles est prêt à parier qu’ils vont tomber sur quelque chose de dangereux un moment où un autre.

« Fin c’est pas grave si on rencontre un truc on le prend facilement à deux. En mode kung fu. »

Il illustre sa remarque par un high kick dans le vide face à lui. Il glisse en posant son pied et tire un peu sur la main de Her en retrouvant son équilibre  (« désolé »).

« Écoute bien. » Il conseille.

C’est un étrange exercice auquel il doit se livrer. Se fier à ses sens en oubliant la vue. Il sent tout plus fort, le froid de la pluie, la poigne de Her, entend les bruissements de la Sylve et un bruit d’eau clapotant plus loin. Et c’est tout ça dont ils doivent se servir pour se sortir de là. Très bien. Il peut voir la chose comme un jeu. Le premier qui tombe a perdu.
(Et entraîne l’autre dans sa chute)
Revenir en haut Aller en bas
Her
Her

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 273
✘ SURNOM : La Fille
✘ AGE DU PERSO : 15

✘ LIENS : #normalité

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyDim 20 Nov 2016 - 19:20

C'est gentil de ta part, de ne pas te moquer d'elle quand la Fille te demande d'attraper sa main. Bêtement, elle s'était sentie gênée en demandant ça. Comme si c'était honteux de tenir la main de quelqu'un. Surtout d'un garçon. Pourtant, elle l'a fait plein de fois avec Pretty. Ou Apache. Ouais mais chut, pas pareil. Ou justement, si, c'est peut-être un bon exemple.

- T'excuse pas, va. Je ne suis pas énervée, hein ? Et je préfère que tu m’aies attrapé le poignet. Justement parce que sinon on pourrait se perdre.

C'est d'une logique imparable, et il n'y a en effet rien de plus normal. Alors pourquoi t'étais gênée ? Ta gueule. Déjà toi tu continues et décidément, tu es gentil. Vraiment gentil. Ça la fait sourire un peu, tes mots, même si tu ne peux pas le voir. Ça la soulage, aussi, parce que tu ne t'es pas moqué de ses peurs. Ça lui donne envie de bien t'aimer, parce que tu confirmes de plus en plus l'impression que tu donnes, d'être quelques de bien. [strike]Pour un mec.[strike] Chut. Ils sont pas tous comme ça. Pas tous salauds. Elle est normale. Tu lui dis que c'est normal. C'est du baume au cœur, et la voix d'Apache se met à lui sourire en chuchotis. La plus géniale des filles normales. Elle te serre un peu la main, du coup, en remerciement. Sa bouche cointe un peu, parce que pas à l'aise. C'est un drôle de sujet ça quand même.

- T'es gentil. De pas te moquer, et tout. Ce serait facile, au fond.

Et vous continuez à marcher, et elle éclate de rire à ta remarque soudaine. Pas armé ? Prendre en mode kung-fu ? T'as de ces idées ? Mais c'est frais, c'est bien. Ça change et votre situation en devient moins dramatique.

- Moi non plus, tu sais. La lance, on ne l'a que quand on est en service. Mais ça va aller, oh. On n'est pas à l'abri d'un coup de bol.

Elle suit ton conseil, elle écoute. Et t'as beau être là, juste à côté. T'as beau lui tenir la main et respirer juste là, tout lui semble plus pesant. Comme le poids de l'obscurité, le poids de la Nuit. Ça lui donne envie de parler, de hurler, de meubler, juste pour vérifier qu'elle ne fait pas de bulles mais bel et bien des sons qu'aucune eau ne vient étouffer. Plus loin, un clapotis. Des bruissements. Plus rien de votre monde, juste le Bois Joli en négatif.

- A ton avis, c'est grand ?

Va savoir si c'est grand ou pas. Si vous allez devoir marcher longtemps ou pas. Mais elle a craqué au bout d'un moment, un bon moment. Elle a cassé le silence, juste pour t'entendre à nouveau et se dire que non, elle n'est pas sous l'eau.

Mais qui sait, au fond ? La Nuit est partout, peut-être n'es-tu qu'un morceau de rêve. Un fragment de souvenir.






Hidden truth:
 

Her parle en #99cccc.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
Freckles

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1729
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home EmptyMer 23 Nov 2016 - 12:08

Il fronce les sourcils. Il n’a pas pensé une seule seconde à se moquer. C’est vrai que ce serait facile, peut-être que dans une autre situation et avec quelqu’un qu’il connaît bien, il l’aurait fait. Pas méchamment, pas pour blesser, juste comme se moquent les enfants qui prétendent n’avoir peur de rien. Mais ici en plein dans le vif du sujet, il n’y a pas à avoir honte. Her n’a pas honte d’ailleurs. Elle n’a pas l’air d’une fille qui s’épanche et pourtant elle lui dit ce genre de choses avec  naturel. Freckles trouve sa sincérité pétrifiante. Il ne sait pas si c’est une bonne chose : se confier à lui n’a jamais été une très bonne idée.

« C’est pas de la gentillesse c’est normal. T’aurais pu te moquer mille fois de moi aussi. Ou t’énerver. Ou je sais pas. C’est à cause de moi qu’on est coincés ici. »

Il grimace. Cet peut-être plus facile de décevoir quelqu’un qu’on ne connaît pas mais ça n’arrange pas son récent palmarès de nullité.
Mais c’est bon. Ils parlent d’autre chose. La phrase de Her le fait marrer. On est pas à l’abri d’un coup de bol. Faut être désespérément optimiste pour dire un truc pareil. Il garde cette expression dans un coin de sa tête : elle lui plaît. Il essaie d’imaginer Her avec sa lance de service, comme elle dit. Il a jamais su utiliser ces trucs, il est infoutu de leur trouver le moindre équilibre et encore moins de les utiliser pour planter des gens. Oui la lance est définitivement dans le top 3 des armes qu’il aime le moins. Mais il admet que les sentinelles ont un certain style avec. Style garde royale. Ou majorettes (le dites pas à Scar).

Un, deux, trois secondes de silence. Il arrive à entendre Her qui respire à côté de lui, et sa propre respiration qu’il s’efforce de maîtriser ; parce que tout va bien. Parce que si il ne se tait pas ils ne pourront pas repérer les obstacles pour s’en sortir. Le silence n’est pas un ennemi. Pas de panique. Pas de panique. Respire. Écoute. Il y a un cours d’eau plus loin. A une dizaine de mètres sur la gauche, à vu d’oreille. Et une forme de bruissement étrange dans les feuilles, mais aucun bruit de pas à part les leurs. Ils sont seuls. Pas de panique. Ne l’ouvre pas.
Il jure qu’il va craquer mais c’est Her qui parle en premier et il se rend compte qu’il était quasiment en apnée. Il souffle un grand coup. Et se demande si c’est dans sa tête, ou si sa voix à elle est étouffée.

« Probablement ? Ça peut pas être infini. Enfin si, ça peut mais ….. en fait j’en sais rien », il admet.

La logique ce serait de dire que tout à une fin. Mais cette logique là, sur l'île, peut aller se faire foutre. L'île est infinie. Ils sont infinis. Ils sont immortels tant qu'ils n'oublient pas de respirer. Mais invoquer la logique, ici, est le seul moyen de ne pas se décourager.

« Mais je crois que de ce côté y a un bout de rivière. Qui sort forcément de la forêt. Donc si on le longe on finira forcément par sortir nous aussi ? Yep ? » Il a un sourire de triomphe. « Mais mieux vaut quand même rester à distance vu qu’on voit pas où on met les pieds. »

Il arrive à avoir l’air tellement optimiste qu’il se convainc lui-même. C’est vrai, il peut toujours compter sur la rivière ! Brave rivière.
Alors ils marchent un peu dans cette direction qu'il a indiqué. Un peu seulement. Une seconde, il a l'impression que tout va bien, et le sol est solide sous ses pas. Et le suivant, quelque chose cloche ; quelque chose craque. Et il s'en rend compte une fraction de secondes trop tard, il a déjà bougé en avant, crac, ses yeux s'ouvrent en grand, il n'a pas le temps de prévenir, pas le temps de reculer, crac.
Le sol s'ouvre sous ses pieds et il est sous l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




The Long Way Home Empty
MessageSujet: Re: The Long Way Home   The Long Way Home Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Vallée des Fées :: Le Bois Joli :: La Sylve Obscure-