Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Noiraud
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 508
✘ SURNOM : L'Incapable
✘ AGE DU PERSO : Pas bien vieux ; c'est encore un enfant

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : We Go Where No One Goes.

MessageSujet: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Mer 21 Jan 2015 - 20:25




La Cocotte MoineauLa parole n'est pas un moineau ; une fois envolée, tu ne la rattraperas plus.



La faim le tiraillait depuis plusieurs heures déjà, tant et si bien que la Comète n'avait pas hésité à s'approcher du camp des Delaware, dans l'espoir de pouvoir leur dérober quelque chose à se mettre sous la dent. Néanmoins, si son estomac était vide en apparence, une boule nerveuse s'y était logée ; l'empêchant de trop approcher ses éventuelles victimes. Que faire ? Oser le tout pour le tout et attaquer ; ou espérer surprendre un homme rouge dans les bois ? C'est qu'ils devaient bien chasser à un moment où à un autre, pour ne pas se laisser mourir de faim, eux non plus. La petite furie n'aurait qu'à attendre et déroberait leur butin au dernier moment, avant de fuir dans les arbres puis dans l'ombre. Quel plan ! Noiraud ne pouvait que le mettre à exécution. Et, s'il ne marchait pas, le bébé finirait par trainer ses lourdes pattes jusqu'aux Cabanes. Il était tellement simple de leur voler de la nourriture ! Même si, souvent, l'Incapable en sortait avec des écailles en moins.

Même si le Croquemitaine avait plongé l'île dans les ténèbres et avait par la même occasion apporté le chaos, Noiraud ne s'en plaignait pas plus que ça. L'obscurité permanente lui permettait de fuir avec bien plus de facilité et les vols l'étaient également. Si la plupart des hommes de l'île étaient incapables de voir correctement, ce n'était en rien le cas du reptile. Il se serait presque sentit capable de discerner la moindre feuille tombante à des lieux devant ses yeux. Enfin, c'était tout de même un peu exagéré. Cependant, la démarche gracile d'un oiseau ne put qu'attirer son attention.

Tapit dans les buissons, l'Incapable finit par poser son regard sur le volatile qui s'était posé sur un rocher, dans une minuscule clairière éclairée par les rayons de la lune. Ainsi, il avait tout l'air d'un esprit ; mais son cri puissant lui rappela l'Aigle. Il n'y avait aucun regret à avoir, alors. Pouvait-il seulement le chasser ? La petite ombre ne le savait pas ; mais se connaissait incapable en tous points. Pourtant, ça ne l'empêcha pas de fondre hors des ténèbres, tout en maternant le sol de ses puissantes pattes. Et l'oiseau, lui, de s'envoler dans les airs. C'était un échec total. Tout ce que la Comète récolta, ce fut une grande plume perdue par hasard.

Vexé, Noiraud plissa les yeux avant de grimper sur les rochers, plume dans la gueule. Là-haut, dans le ciel, le piaf semblait presque se moquer de lui tout en décrivant des cercles réguliers. A moins qu'il ne cherche à le chasser en retour ?

« Saleté. » maugréa-t-il entre ses dents, tandis que son arrière-train se posait sur son piédestal.

Désormais grandit de par cette position assise, le reptile garda durant de longtemps minutes son regard sur le ciel ; tandis que des étoiles semblaient se perdre dans le noir de ses yeux. S'il pouvait voler, il aurait prit cet Aigle en chasse et en aurait fait son quatre-heure, ou son dîner, ou autre. De toute manière, personne ne savait quel moment de la journée cela pouvait bien être. Tout ce que Noiraud savait, c'était qu'il avait toujours aussi faim.

Il n'avait désormais plus qu'à attendre un éventuel bruit dans les bois qui pourraient attirer son attention.


© Jawilsia sur Never Utopia







Better be brave O braver than me
Look all around you and see: deep in the forest the dragons will be.
Look all around you and you will find me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://http://niutellat.deviantart.com/.forumactif.com/
Ancienne Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Ven 6 Fév 2015 - 19:38





Une nuit d'encre, sans étoiles, nuageuse. Bien trop oppressante, pour la silhouette qui progressait le long du sentier dessiné par la Nature. Le chant boisé des Sylvains, et celui de tout oiseau et de toute bestiole nocturne ne se faisait plus entendre. Le Bois Joli n'est plus ce qu'il était, depuis l'apparition du Croquemitaine. La Peau – Rouge demeurait anxieuse et incertaine, quant à la suite des événements. Tôt ou tard, que ce soit L'Enfant Éternel ou le Croquemitaine, l'un des deux agirait. Restait à savoir comment tout cela se finirait. Le regard d'émeraude de L'Aérienne se perdit dans la contemplation de la cime des arbres. Dans de telles situations, il valait mieux songer à quelque chose de meilleur. Un remède efficace, pour éviter de souiller son âme.

L'ombre continua sa marche silencieuse, jusqu'à entendre un cri animal qui lui était bien familier. Le chant de l'aigle. Un chant solitaire, qui brisa le silence de la nuit. Même les aigles se taisaient. Eux qui, d'habitude, ne cessaient de piailler après les prédateurs qui s'approchaient de trop près de leur nid, les voilà désormais silencieux, comme s'ils craignaient un danger potentiel. La jeune Delaware accéléra son pas silencieux, jusqu'à déboucher sur cette clairière si familière, ou elle passait la plupart de son temps. Éclairée par la lueur blafarde de la lune, l'Indienne leva les yeux au ciel après avoir aperçu l'ombre d'un oiseau glisser sur l'herbe humide. Son aigle – comme elle aimait à le dire – tournoyait au dessus de la petite clairière, tout en ne cessant de lorgner vers le bas, avant d'apercevoir la Peau – Rouge. Le rapace poursuivit néanmoins son vol, tout en laissant échapper de sa gorge un cri puissant.

Une autre ombre, glissant au sol, se mêla à celle de l'oiseau.

L'Indienne reporta son attention en direction des rochers moussus présents dans la clairière, affichant un drôle d'air en apercevant la Créature qui dévisageait avec une certaine impatience le rapace. Il s'agissait à première vue d'une Comète, aussi noire que la nuit. Le regard brillant de la Créature croisa alors celui de l'Indienne. A première vue, ce dernier semblait de loin ravi de voir une humaine dans son champ de vision. La Peau – Rouge n'en était, cependant, pas certaine. Un drôle de sourire se peignit néanmoins sur son visage, après qu'elle ait comprit ce pour quoi la Comète était là.

- Si tu comptes faire de cet aigle ton repas, je te conseille de changer de proie. Celle-ci risque de t'être forte agaçante.

Le cyle de la Nature, après tout. La Peau – Rouge resta à distance de l'Artifice, s'étonnant que ce dernier n'ai pas pris son envol pour croquer Ouray. Surtout que le rapace restait un adversaire relativement agaçant et rapide, au vu de son jeune âge.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noiraud
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 508
✘ SURNOM : L'Incapable
✘ AGE DU PERSO : Pas bien vieux ; c'est encore un enfant

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : We Go Where No One Goes.

MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Dim 8 Fév 2015 - 1:16




La Cocotte MoineauLa parole n'est pas un moineau ; une fois envolée, tu ne la rattraperas plus.



Tout était resté calme durant de longues minutes, où seuls les bruits de la forêt résonnaient avec harmonie ; plus les cris agaçants de cet oiseau. Oh qu'il aurait aimé le croquer, le déchiqueter entre ses crocs, lui arracher chacune de ses maudites plumes pour qu'il ne puisse plus jamais voler. Oui, il ne le mangerait pas, se vengerait juste de son arrogance. S'il avait pu voler, jamais la Comète ne lui en aurait voulu, l'aurait juste dévoré en un bon claquement de dents. Mais malheureusement, l'Incapable restait là, sur son rocher jonché de mousse et où quelques insectes se perdaient par-ci par-là. Puis, d'un coup, des sons inhabituels se firent entendre à l'oreille du reptile, lui faisant tendre l'oreille et montrer les crocs ; tandis que ses pupilles se fendaient, malgré le peu de lumière présente.

De petites prunelles claires croisèrent les siennes, et c'est là qu'il vit qu'un intrus était arrivé dans on champ de vision. C'était un homme, un de ces grands ; donc soit un rouge, soit un des mers. Les furies n'étaient pas souvent très grandes. Sur ses gardes, la créature se retrouva sur ses pattes avant tout en montrant les crocs. Prêt à sauter à tout moment.

« Si tu comptes faire de cet aigle ton repas, je te conseille de changer de proie. Celle-ci risque de t'être forte agaçante. »

Elle l'était déjà. Fichu piaf. Légèrement détendu, Noiraud mangea ses crocs pour reporter son attention sur le ciel, là où le volatile continuait de tournoyer en criant. Quelle horrible créature. L'estomac toujours noué, le pauvre orphelin se lécha les babines, avant de donner un coup de mâchoire dans le vide. Comme s'il avait eut l'espoir que l'oiseau ne se retrouve dans ses crocs pour lui remplir le ventre.

« Casse-croûte, rapide. »

Vexé, l'animal secoua la tête avant de reporter son attention sur l'homme qui lui avait parlé ; et, au vu de sa voix et de sa allure, c'était une elle. Sans doute une rouge au vu de son accoutrement. Après avoir humé l'odeur entourant la clairière, l'Incapable ne put que renforcer son hypothèse ; ceux des mers sentaient la poudre, la fumée et la crasse, tandis que les furies, n'en parlons même pas ! Malheureusement, l'inconnue ne portait aucune odeur de gibier, rien, pas le moindre petit lapin. Peut-être était-elle capable de tuer ? Pourrait-il la suivre pour lui voler les fruits de sa chasse ? A moins que.. ce ne soit lui, sa proie ?

Suspicieux, l'Incapable descendit de son rocher pour s'approcher de son interlocutrice, le ventre presque plaqué au sol. Les crocs de nouveau visible, le solitaire reprit rapidement la parole :

« Chasseuse ? » lui demanda-t-il tout en la toisant, « Quel, clan. Ours ? Nature ? Fête ? »

Tel un chasseur, il se mit à tourner autour de la jeune femme, tout en gardant une grande distance de sécurité. Ainsi, il longeait la clairière, sautant parfois de côté dès qu'elle bougeait un peu trop. S'il venait à avoir le moindre doute, Noiraud fuirait dans le buisson le plus proche ; avant de disparaître dans les ténèbres.

Comme il faisait si bien.


© Jawilsia sur Never Utopia







Better be brave O braver than me
Look all around you and see: deep in the forest the dragons will be.
Look all around you and you will find me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://http://niutellat.deviantart.com/.forumactif.com/
Ancienne Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Jeu 12 Fév 2015 - 17:25





La Peau – Rouge observa la Créature, tandis ce que cette dernière tournait autour d'elle, méfiante, sans doute, vu la distance qu'elle avait établie entre elle et Aigle. Cette Comète l'intriguait, et elle ne pouvait s'empêcher de la regarder en détails. Après tout, elle n'en croisait que rarement dans le Bois Joli. Et la présence de cette dernière l'intriguait bien assez pour qu'elle baisse sa garde. Voyant que la Créature était occupée à autre chose, l'aigle perdit de l'altitude, pour finalement se reposer sur la cime de l'arbre le plus proche, en guise de perchoir. Ouray semblait intrigué par l'attention que portait la Comète à la jeune guerrière. Pourvu qu'il n'ai pas l'idée de la croquer. L'Aérienne, de son côté, finit par lever ses bras, en signe de paix à la jeune Créature.

- Je ne suis pas chasseur. Je suis du clan de la Fête, répondit la jeune femme en reprenant les propos de la Comète.

Aigle Rêveur finit par s'accroupir, son attention portée sur la Comète. Deux regards clairs qui se dévisageait dans le noir d'encre de la nuit. Après un silence, la voix de la Delaware s'éleva à nouveau dans la petite clairière.

- Je ne te veux pas de mal... poursuivit la Peau – Rouge en tendant sa main en direction de la Comète.

L'Aérienne restait à bonne distance de la Comète, tout en lui adressant un sourire qui se voulait rassurant. Cette Créature semblait différente de ses congénères, aussi étrange que cela puisse paraître. Une Comète autre que celle-ci aurait sans doute prit son envol depuis un moment en apercevant un être humain. Peut-être avait-il des raisons de ne pas fuir ? Par simple faim, les êtres vivants pouvaient faire beaucoup de choses. Aigle en était consciente. Mais, après tout, la Peau – Rouge respectait tout autant les Créatures que les Esprits.

- Tu sembles avoir faim, on dirait. Je n'ai pas de nourriture sur moi, si tu pensais le contraire. Mais je pense que tu pourras trouver des fruits dans le coin.

L'Indienne semblait aimer parler d'avantage aux Créatures du Pays de Jamais qu'aux hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Noiraud
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 508
✘ SURNOM : L'Incapable
✘ AGE DU PERSO : Pas bien vieux ; c'est encore un enfant

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : We Go Where No One Goes.

MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Dim 15 Fév 2015 - 14:38




La Cocotte MoineauLa parole n'est pas un moineau ; une fois envolée, tu ne la rattraperas plus.



Tout en tournant autour de la jeune femme, l'Incapable ne put s'empêcher de plonger ses loupiotes dans son regard azur. Il était étrange, intriguant, différent. Celui des hommes rouges était souvent sombre, tout comme leur peau, mais là, cela captivait l'animal. Peut-être, qu'au fond, c'était à cause de ça qu'il n'avait pas prit la fuite ; si on oubliait le fait que Noiraud ne pouvait s'empêcher d'espérer obtenir de la nourriture de sa part. Ou d'en voler à ses congénères. Mais au vu des effluves qui se dégageaient dans les airs, il ne semblait pas y avoir le moindre autre homme dans les environs ; pas plus qu'une proie fraichement tuée. Peut-être étaient-ils effrayés par la nuit éternelle ?

Perdu dans ses interrogations intérieures, la Comète ne put s'empêcher de sursauter et de montrer les crocs lorsque l'inconnue leva les bras ; avant de finalement se raviser. Ce n'était pas un geste d'attaque, fort heureusement.

« Je ne suis pas chasseur. Je suis du clan de la Fête. »
« Moi, Comète. » trouva-t-il bon d'ajouter.

Et, tout en gardant ses distances, le reptile observa la non-chasseuse se mettre accroupie, se montrant alors bien moins impressionnante pour lui. Toujours aussi activé par son regard, l'Incapable ne bougea pas, ventre presque à terre. Il n'aurait su dire combien de temps ils avaient passé à se fixer ainsi droit dans les yeux ; mais sans doute une demi-éternité. Au moins.

« Je ne te veux pas de mal... » souffla-t-elle finalement tout en tendant une main en sa direction.

Face à ce geste, Noiraud ne put qu'afficher une drôle de grimace ; à mi-chemin entre la peur et la bêtise. Mais, lorsque la jeune femme laissa un sourire traverser son visage - et ses deux billes glacées le faire briller - il ne put qu'afficher une mime interloquée. L'heure n'était pas encore aux mimes ; son estomac criait bien trop famine pour se laisser aller à de tels jeux. Et, étrangement, son interlocutrice le ressentit.

« Tu sembles avoir faim, on dirait. Je n'ai pas de nourriture sur moi, si tu pensais le contraire. Mais je pense que tu pourras trouver des fruits dans le coin. »

Elle avait visé juste ; et lui également. Ah, qu'il aurait aimé qu'elle possède quelque chose à se mettre sous la dent ! Une proie qu'il aurait pu lui voler ou.. lui demander, tout simplement. Étrangement, l'Incapable ne se voyait pas lui dérober quoi que ce soit. Peut-être à cause de son regard, ou de son aura si différente.

« Pas, l'odeur. Des proies. » répondit-il à son attention tout en s'asseyant à nouveau, sachant pertinemment qu'elle ne possédait rien sur elle.

Visiblement bien embarrassé par toute cette situation, la Comète ne put s'empêcher de laisser sa queue s'agiter sur le sol, tout en soulevant de temps à autres un petit nuage de poussière. Le regard levé vers les arbres, il finit par souffler :

« Fruits, nourrissants. Mais. Pas assez. »

C'était tout juste bon pour couper une petite faim, ou pour terminer un repas ; mais pas assez pour remplir un estomac affamé. Et, à choisir, Noiraud préférait largement la viande à ces petits trucs sucrés ; même s'il ne dirait jamais non à l'un comme à l'autre. De plus, les fruits, il fallait encore réussir à les atteindre. Si la Comète savait grimper aux arbres, certains de ces gouters poussaient sur des branches fines ; et son lourd poids l'empêchait bien souvent de les atteindre. Alors qu'en volant, il pourrait tous les attraper ! Enfin, s'il avait été capable de voler, sans doute se serait-il concentré sur la chasse, plutôt que la cueillette. Hormis par gourmandise.

« Trop hauts, aussi. » finit-il par avouer.

Car, au fond, même s'ils n'étaient pas assez nourrissants dans l'état actuel des choses, l'affamé ne refuserait en aucun cas de se mettre quelque chose sous la dent. Mais que la Delaware en soit rassurée : il ne pouvait la prendre en chasse. Elle, comme ce vulgaire moineau.


© Jawilsia sur Never Utopia







Better be brave O braver than me
Look all around you and see: deep in the forest the dragons will be.
Look all around you and you will find me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://http://niutellat.deviantart.com/.forumactif.com/
Ancienne Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Lun 16 Fév 2015 - 19:48





Silencieuse, l'Indienne reporta son attention en direction de la cîme des arbres. Bien que cette nuit soit sans lune, Aigle avait l'habitude du noir, étant donné qu'elle errait régulièrement dans le Bois Joli à la tombée de la nuit. Elle plissa les yeux, et laissa son regard s'habituer à une forme autre que celle de la Comète qui lui faisait face. Comme elle le pensait, il y avait bien des fruits aux arbres, en hauteur. Certes, ces fruits ne semblaient pas très gros. L'Aérienne comprit rapidement pourquoi la jeune Comète préférait s'en contenter en cas de dernier recours. Au vu de sa taille, ce n'était pas ce genre de coupe – faim qui allait le rassasier.

La Delaware reposa son regard sur la Comète, la tête penchée sur le côté. Elle dévisagea une nouvelle fois la Créature, une expression de curiosité sur son visage. Une curiosité empreinte d'un certain respect, évidemment. Volontairement ou non, la guerrière préféra ne pas relever le dernier propos de la Comète, jugeant cela encore trop tôt. Le silence reprit ses droits au sein de la clairière, durant un temps qui n'était pas, jusqu'à ce que la voix presque chuchotée de la Peau – Rouge s'élève, brisant ainsi la monotonie de cette nuit artificielle.

- Tu as souvent du mal à te trouver un repas décent, on dirait. Je peux t'aider, si tu le souhaites.

Oh, ce ne serait sûrement pas elle. Les Delaware n'étaient pas réputés pour leurs capacités à chasser, et Aigle faisait partie de cette affirmation. La jeune femme leva cette fois-ci la tête en direction d'une branche d'arbre qui se trouvait juste au dessus d'elle. Et en un instant, un éclair bleu frôla le sommet de son arbre. Son oiseau, ce drôle d'oiseau qui ne cessait de la suivre, venait de quitter son perchoir, avant de rejoindre une branche qui se trouvait au dessus de la Comète. L'aigle poussa un cri perçant, avant de baisser sa tête plumée en direction de L'Incapable.

- Je l'appelle Ouray, précisa la Peau – Rouge en désignant l'oiseau. Je ne sais pas chasser, contrairement à lui. Il est capable d'attraper des proies plus grosses que lui. Je suis sûre qu'il serait ravi de t'aider.

En même temps, l'Indienne ne lui laissait pas trop le choix. D'ailleurs, au vu de son regard, elle ne semblait pas prête à lâcher l'affaire. Et il était amusant de constater à quel point cet aigle semblait humain, lorsqu'il était mécontent, ou contre une idée. Il adoptait parfois, les mêmes mimiques. Finalement, l'oiseau prit son envol, comme l'aurait fait un gamin contraint de faire quelques corvées journalières ; avec une certaine lassitude, et un certain agacement. Ouray disparut bientôt dans la nuit d'encre. L'Aérienne préférait ne pas s'inquiéter pour 'son' aigle, par les temps qui courraient. Il était habitué. Et il encourrait moins de risques en volant. Du moins l'espérait-elle.

Après un nouveau temps de silence, moyen de communication privilégié par Aigle, cette dernière finit par s'asseoir à même le sol. Elle observa une nouvelle fois la Créature, cherchant à le convaincre de s'approcher par un simple regard. La Peau – Rouge n'aimait pas parler, malgré les apparences. Son air redevint rapidement songeur, comme si elle laissait son esprit vagabonder dans un endroit dont elle seule connaissait l'existence. Et de nouveau, les deux êtres s’entre-regardèrent, sans rien dire de plus. Pas besoin de mots, après tout, lorsqu'on avait le regard pour communiquer.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noiraud
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 508
✘ SURNOM : L'Incapable
✘ AGE DU PERSO : Pas bien vieux ; c'est encore un enfant

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : We Go Where No One Goes.

MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Mar 24 Fév 2015 - 6:28




La Cocotte MoineauLa parole n'est pas un moineau ; une fois envolée, tu ne la rattraperas plus.



Lorsque la jeune femme leva les yeux vers les fruits dans l'arbre, la Comète ne put s'empêcher de faire de même une nouvelle fois. Ces choses n'étaient pas plus grande que ses yeux ; bon certes, ils étaient plutôt gros, mais proportionnellement ces fruits n'étaient pas bien dodus pour le reptile. Alors qu'au fond, un seul - voire éventuellement deux - d'entre eux aurait sans doute apaisé un estomac humain. Peut-être que s'il mangeait une dizaine de ces coupe-faim, il irait un peu mieux mais.. encore fallait-il grimper à l'arbre sans briser la branche ni même ses os. Et on en revenait toujours au même constat : s'il avait su volé, alors il aurait pu manger les fruits ; mais si tel avait été le cas, jamais il n'aurait été affamé et cet oiseau de malheur aurait été son goûter. Mais voilà, la vie en avait décidé autrement.

Quand Noiraud détourna le regard de ces encas tout en se léchant les dents et babines, il croisa celui de la guerrière ; avant de rentrer sa langue dans sa bouche dans un petit bruit et air surprit. Comment un enfant qu'on aurait prit avec les doigts dans le nez.

« Tu as souvent du mal à te trouver un repas décent, on dirait. Je peux t'aider, si tu le souhaites. » fit-elle avec perspicacité.

Hésitant, l'Incapable se demanda s'il pouvait accepter une telle proposition ; tout du moins, l'espace d'une fraction de seconde. Il ne pouvait refuser ça ! C'était toujours mieux que de devoir voler de la nourriture à quelqu'un et d'être blessé par des cailloux ou des flèches. Qu'allait-elle lui apporter ? Des fruits ? Sans doute, après tout, elle lui avait bien dit ne pas être chasseuse. Dommage, mais c'était toujours mieux que rien. Tout en se redressant sur ses pattes arrières, le reptile se figea. Sans bouger, il leva les yeux vers l'oiseau de malheur qui venait de se poser sur une branche au-dessus de sa tête. Ah ! Il venait le narguer, la sale bête ! Noiraud ne put s'empêcher de grogner en silence tout en dévoilant ses crocs ; avant de se raviser.

« Je l'appelle Ouray. » reprit la jeune peau-rouge tout en désignant le casse-croute volant. « Je ne sais pas chasser, contrairement à lui. Il est capable d'attraper des proies plus grosses que lui. Je suis sûre qu'il serait ravi de t'aider. »

Grimaçant, la Comète reporta ensuite son attention en direction de la femme rouge ; alors comme ça, ce poulet avait un nom ? Il n'y avait pas lieu de nommer ce qu'on allait manger.. Toutefois, il semblait plutôt être un allié qu'un ennemi. Sans doute pouvait-il lui ramener une proie plus consistante et agréable à manger qu'un vulgaire piaf qui craque sous la dent.

« Ami, Ouray ? » demanda-t-il à l'attention de la jeune femme, avant de relever la tête vers le concerné. « Pas, repas. »

Puis, dans un cri, l'animal à plumes s'envola et disparut dans la nuit noire ; comme s'il venait tout juste de partir pour la lune et les étoiles. Peut-être ne reviendrait-il jamais, qui sait. Penaud, l'Incapable s'assit à nouveau, posant cette fois-ci ses pattes avant sur le sol, soulageant un peu son dos de l'étrange posture dans laquelle il s'était mise auparavant. Non loin de lui, la jeune femme avait également prit place dans la clairière. Pourquoi ne retournait-elle pas auprès des siens ? Elle avait sans doute mille fois mieux à faire que de rester aux côtés de l'animal. Et pourtant, ce dernier semblait apprécier cette rencontre.

Durant de longues secondes, ils se fixèrent sans un bruit, tandis que le reptile penchait la tête de temps à autre, mâchonnant même parfois dans le vide ; plus machinalement qu'autre chose. Des nuits entières auraient pu passer ainsi, même si, au fond, il n'y en avait plus qu'une seule, unique.

« Nom ? » finit-il par demander, brisant le silence après de longues minutes.

Mais la jeune femme n'eut pas le temps de répondre, que déjà un nouveau cri retentissait dans la clairière. Méfiant, Noiraud fit un pas en arrière avant de voir un lapin tomber à ses pattes. Sur le coup de la surprise, il ne put s'empêcher de sursauter et de hoqueter quelques flammèches. Lorsqu'il leva les yeux vers le ciel, l'abandonné y vit l'oiseau - enfin, Ouray - perché, nettoyant son plumage. Au fond, il s'était montré bien utile. Tout en le remerciant d'un regard brillant, l'Incapable laissa son corps choir sur le sol, et ses pattes massives se poser sur son repas, pour ensuite arracher des morceaux de ses crocs aiguisés.

Lorsqu'il commença à manger, il eut l'impression de revivre à nouveau.


© Jawilsia sur Never Utopia







Better be brave O braver than me
Look all around you and see: deep in the forest the dragons will be.
Look all around you and you will find me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://http://niutellat.deviantart.com/.forumactif.com/
Ancienne Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Mar 3 Mar 2015 - 20:08

- Pas repas, en effet. Je préférerais que tu ne le manges pas, bien qu’il soit agaçant. J’aime beaucoup cet oiseau, finit-elle par préciser en souriant.

La petite Comète semblait ravie d’avoir enfin devant elle un repas décent, bien qu’il ne s’agisse que d’un simple lapin. Silencieuse, Aigle jouait machinalement avec un de ses nombreux colliers, n’osant déranger le repas de Noiraud. Son rapace finit par voleter jusqu’au sol, face à la Comète. Sans doute désireux de piquer quelques morceaux de viande crue. L’Aérienne fronça des sourcils et claqua des doigts, pour rappeler Ouray à l’ordre. Et ce dernier finit par s’éloigner de quelque peu, sans pour autant lâcher les restes du lapin du regard.

Si cet oiseau s’était décidé à apprendre le langage des humains, nul doute qu’il aurait nargué comme il se doit l’assemblée.

- Mon peuple m’a appelé Aigle Rêveur. Et le tien ?

Si la nuit éternelle était étouffante et angoissante de par son silence prononcé, les bruits de mastication de la Comète et les paroles de la Delaware semblaient réveiller le sommeil craintif des aigles qui vivaient dans la cime des arbres de la clairière. Certains passèrent la tête hors du feuillage, empreint à la curiosité. Mais leur chant, qu’affectionnait tout particulièrement la Peau-Rouge, ne se fit entendre pour autant.

L’Aérienne finit par se relever, emmenant avec elle le tintement de ses innombrables perles. Elle s’approcha du tronc d’un arbre, dont la branche la plus proche était garnie de fruits qui au regard de l’Indienne, malgré la nuit noire, lui semblaient comestibles. Elle posa sa main sur l’écorce rugueuse, l’air songeur. Ce n’était pas dans ses habitudes, de rendre service à des Créatures qui pouvaient à tout instant se retourner contre elle. Mais Aigle ne semblait avoir peur, loin de là. La petite Comète lui inspirait tout, sauf de la méfiance. Si l’Artifice avait encore faim, la Delaware était prête à monter lui cueillir quelques fruits. Elle le lui montra, d’un simple regard, sans prononcer un mot. Aigle dévisagea les ailes de la Comète, étrangement repliées. Peut-être un peu trop. Chose qui attisa la curiosité de l’Indienne.

- Je n’ai jamais vu de Comète se déplacer autant au sol... Tes ailes t’en empêchent ?

Malgré cette question délicate, le ton adopté était à la fois doux, bienveillant. Et demandé comme si l’éventuelle réponse ne changerait pas l’attitude de la Peau-Rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Crocodile & Cie
avatar



✘ AVENTURES : 271

MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Mar 10 Mar 2015 - 19:47

Que vois-je ?




Un bruit dans les buissons... Un tressaillement... Une silhouette émerge dans la nuit. C'est... Une Comète ! Plus grosse que Noiraud, pourvue d'un oeil unique et d'une cuirasse carmin, elle toise son frère avec curiosité. Puis, elle aperçoit l'oiseau sur l'épaule d'Aigle. Convaincu qu'il s'agit de la proie de ce même frère, Noiraud devient aussi un rival. La Comète rouge grogne et sort les griffes. Elle s'apprête à bondir sur cette proie qu'elle entend bien dévorer !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noiraud
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 508
✘ SURNOM : L'Incapable
✘ AGE DU PERSO : Pas bien vieux ; c'est encore un enfant

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : We Go Where No One Goes.

MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Lun 16 Mar 2015 - 21:45




La Cocotte MoineauLa parole n'est pas un moineau ; une fois envolée, tu ne la rattraperas plus.



Quand bien même la Comète volait les proies des habitants de l'île dés qu'il en avait l'occasion et avait déjà blessé bon nombre d'entre eux, elle n'était pas un monstre pour autant. Si la jeune Peau-Rouge appréciait ce stupide oiseau qui s'était moqué de lui, Noiraud n'irait pas le croquer, même s'il venait à en avoir l'occasion sans la présence de sa maîtresse. Bon, peut-être qu'il trouverait un moyen de se venger de ses actes mais.. Non, en fait non. C'est que depuis que le piaf lui avait ramené un bon petit repas, la tension avait semblé diminuer entre eux deux. Néanmoins, lorsqu'Ouray chercha à s'approcher du reptile pour essayer de s'emparer d'un bon de viande, celui-ci montra les crocs ; et à l'aide de la Delaware, le fit reculer.

Pourtant, après avoir terminé son maigre repas, l'Incapable laissa choir sur le sol l'une des pattes de la carcasse. Tout en se léchant les babines et en s'asseyant de nouveau - l'air ravi - Noiraud en profita pour adresser un regard à son comparse. Il avait accepté de partager.. un tout petit peu.

« Mon peuple m’a appelé Aigle Rêveur. Et le tien ? »
« Aigle. Comme, Ouray. » trouva-t-il bon de faire remarquer.

Sur le coup, on aurait pu croire qu'il répondait à sa question ; mais au vu de l'air amusé qui avait traversé le visage de l'animal, rien n'était moins sûr. Il n'avait en réalité fait que constater le lien qui liait le plumé à celle qui en portait le nom. Parenthèse fermée, l'Incapable se décida bien vite à donner son nom à son tour.

« Noiraud. » répondit-il alors tout en agitant ses oreilles. « Comme, les Esprits. »

Tout en disant cela, il avait levé les yeux vers les milliers d'étoiles qui brillaient dans le ciel. La Comète se mit alors à songer aux siens, à ceux qui lui avaient offert ce nom, cette même famille qui avait osé l'abandonner à cause de son handicap. L'espace d'un instant, il parut même triste ; avant de reporter rapidement son attention vers la femme en rouge. Elle venait de bouger.

Sans qu'il ne puisse expliquer comment, les pas d'Aigle Rêveur étaient accompagnés de légers tintements, comme si de minuscules fées la suivaient gracieusement. Où se rendait-elle ? Vers un arbre ? Pourquoi ? Curieux, l'Incapable pencha la tête tout en se remettant sur ses quatre pattes. En silence, il osa même l'approcher, avant de se figer lorsque la Delaware se retourna en sa direction. Il y eut un long silence, durant lequel le reptile se lécha les dents en posant le regard sur ces fruits juteux dans l'arbre. Mais très vite, la conversation reprit son cours.

« Je n’ai jamais vu de Comète se déplacer autant au sol... Tes ailes t’en empêchent ? »

Surprit par une telle question, l'animal perdit les étoiles qui brillaient dans ses yeux, pour laisser sa mâchoire se serrer. Sans dire un mot, il tourna les talons avant de faire le tour de la clairière, puis d'essayer d'ouvrir un peu ses ailes ; avant de finalement sauter sur l'énorme rocher aux airs de promontoire.

« Mes ailes.. ... Sont cassées. » fit-il d'une petite voix sans la regarder, la gorge nouée. « Depuis, toujours. »

Suite à ces tristes mots, la créature aurait put se perdre dans ses pensées et dans son chagrin ; mais un bruit attira son attention.

Sans dire quoi que ce soit de plus, Noiraud retrouva la terre ferme tout en montrant les crocs par précaution ; sans se douter de l'horreur qui allait le frapper. Très vite, l'un de ses frères émergea des ténèbres : une grande Comète écarlate avec un seul œil qui fixait les prunelles de l'autre. Son unique présence suffit à faire baisser la tête à l'Incapable qui se coucha presque sur le sol en signe de soumission ; sans toutefois afficha une mine inoffensive. Mais son frère avait une toute autre idée en tête : il n'était pas là pour corriger Noiraud, mais bien pour chasser. Et lorsqu'on a quitté le nid, les amis deviennent rapidement ennemis.

Tout à coup, la tension se fit bien plus palpable dans la clairière. Bien décidé à montrer sa force malgré son infériorité, l'Incapable se mit à avancer ventre à terre, afin de se placer entre Aigle Rêveur et son frère.

« Mon territoire.. » lui souffla-t-il tout en dévoilant tous ses crocs.

Pour ponctuer ses paroles, le reptile fit même claquer sa mâchoire dans l'air, afin de montrer qu'il ne se laisserait pas faire. Mais, au fond, l'autre devait bien le sentir : Noiraud était terrifié.


© Jawilsia sur Never Utopia







Better be brave O braver than me
Look all around you and see: deep in the forest the dragons will be.
Look all around you and you will find me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://http://niutellat.deviantart.com/.forumactif.com/
Ancienne Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Mar 24 Mar 2015 - 13:03

Noiraud. Comme les Esprits. C’était le genre de nom qui ne pouvait que plaire à la Delaware, qui adressa un sourire à la petite Comète en guise de réponse. Elle se fit néanmoins plus impassible, lorsqu’elle entendit la réponse de Noiraud à ses dires : il ne savait pas voler. Ses ailes étaient cassées. Triste fatalité, pour un petit être destiné à voler, à trancher le ciel. N’était-ce pas la base de la survie des Comètes ? La Nature était souvent cruelle, et injuste. Abandonner son frère simplement parce qu’il ne pouvait lui aussi voler n’était pas un comportement apprécié par Aigle Rêveur.

Mais il est vrai que la Nature est rarement tolérante, elle aussi.

Les pensées de la jeune femme se stoppèrent net lorsqu’elle entendit un bruissement. Un bruissement provenant des buissons qui se trouvait à l’orée de la petite clairière. L’Indienne tourna la tête, attentive, avant d’apercevoir une silhouette massive émerger de l’ombre. Une silhouette massive dotée d’en tout et pour tout d’un seul œil. Un œil qui figea Aigle Rêveur sur place, lorsque son regard croisa le sien. Il était évident que cette Comète n’avait pas de bonnes intentions. Elle chassait sans doute. Et la simple façon dont elle fixait le rapace de la jeune femme suffit à confirmer ses dires. La tension risquait de monter d’un cran.

Automatiquement, Aigle posa sa main droite sur le plumage de son comparse, qui se tenait toujours sur son épaule. Il était hors de question que ce dernier se fasse dévorer par cette Comète. Qui plus est, Noiraud était terrifié par la présence de son prétendu frère. Il n’était pas difficile de voir à quel point le petit Incapable était terrifié. Silencieuse, Aigle glissa jusqu’aux côtés de Noiraud, faisant à son tour face à la Créature ennemie. Elle glissa sa main dans sa cape, avant d’y extirper un objet brillant, ou se projetait la lueur de la lune blafarde. Malgré le noir, il semblait s’agir d’un long couteau ouvragé. Elle ne prit néanmoins pas la peine de le tendre en direction de la Comète borgne. Néanmoins, elle garda son arme bien en évidence.

L’Indienne avait totalement changé d’expression en une fraction de secondes. Elle adressa néanmoins un sourire calme à la Créature, qui tranchait totalement avec l’apparence qu’elle montrait actuellement. Elle n’était pas guerrière pour rien, après tout. Elle gardait d’autres moyens de défense sous la main.

- Je n’aime pas m’en prendre aux Créatures. Mais je préférerais que tu te trouves un autre repas. Et que tu arrêtes de terrifier un adversaire désavantagé.

C’était un avertissement. Certes, peut-être que certaines Bêtes de l’Île n’avait pas la notion de « combat loyal », mais Aigle préférait s’informer, avant d’engager un combat qui pourrait se révéler au final inutile. Malgré le fait qu’un duel entre un Peau-Rouge et une Comète était d’avance perdu. Mais Aigle ne s’avouerait pas vaincue. Elle sentit des serres griffer son épaule, celles de Ouray, qui ouvrit grand ses ailes en poussant un cri dont seul un rapace était capable. La situation semblait l’amuser. En aucun cas, il ne se ferait manger de façon aussi lamentable. Et il semblait bien sûr de lui.

Le regard clair de l’Indienne dévia en direction de la végétation qui l’entourait. Les cachettes étaient innombrables. En cas d’affront, elle avait de quoi esquiver les assauts de la Créature Borgne. Bien que cette dernière soit capable de voler, la Delaware estimait avoir un petit avantage. Un avantage dont elle comptait profiter au maximum. Bien qu’elle ne soit pas la proie principale, Ouray ne quitta pas pour autant son perchoir. S’il le faisait, il prendrait le risque de blesser L’Incapable. Il valait mieux qu’il reste là ou il était, pour le moment. L’affront semblait imminent.

Et finalement, l’ennemi bondit en direction de la Comète et de l’Indienne. Prêt à en découdre. Déterminé à s’emparer de son repas.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noiraud
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 508
✘ SURNOM : L'Incapable
✘ AGE DU PERSO : Pas bien vieux ; c'est encore un enfant

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : We Go Where No One Goes.

MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Mar 24 Mar 2015 - 16:52




La Cocotte MoineauLa parole n'est pas un moineau ; une fois envolée, tu ne la rattraperas plus.



La situation n'aurait pas pu connaître une issue plus tragique que celle-ci. Pourquoi avait-il fallut que l'un de ses frères vienne en travers de sa route, surtout un plus gros que celui ? Noiraud savait se défendre et attaquer, comme toute créature sauvage ; mais ne pourrait tenir éternellement face à un congénère plus gros que lui. Sans doute pourrait-il chercher à le repousser et à le faire fuir en le mordant, mais ça, c'était dans l'optique où l'autre ne désirait pas vraiment dévorer Ouray. Car s'il souhaitait réellement en faire son dîner, la lutte n'en serait que plus acharnée. Pour une proie, certaines bêtes étaient prêtes à donner leur vie. Serait-il le cas de la Comète carmin ? Quel était encore son nom d'ailleurs.. l'Incapable ne s'en souvenait plus, avait sans doute désiré l'oublier, tout comme tous les autres. De la même manière que eux l'avaient laissé tomber du nid, sans jamais venir l'aider à se relever.

Son nom n'importait pas, au final ; il n'était qu'un ennemi pour le moment.

Presque couché sur le sol, le reptile noir ne quitta pas un instant l'unique œil de ce frère ; tout en continuant de grogner et de lui montrer ses crocs. Sa queue battant l'air et les crêtes redressées sur le dos du plus petit témoignaient de son animosité, tandis que son aîné semblait bien plus tranquille. Comme si Noiraud ne représentait aucun obstacle entre lui et son casse-croûte. Mais non, Ouray n'en était pas un ! L'Incapable se refusait à aller ce camarade périr sous les crocs de l'un de ses congénères ; et il n'était pas le seul.

« Je n’aime pas m’en prendre aux Créatures. Mais je préférerais que tu te trouves un autre repas. Et que tu arrêtes de terrifier un adversaire désavantagé. » souffla la jeune Delaware.

Surprit par de telles paroles, la créature noire releva un peu la tête tout en détroussant ses babines. Venait-elle de prendre sa défense ? Enfin, indirectement. Aigle Rêveur ne devait sans doute qu'avoir peur pour sa vie et celle de son très cher compagnon à plumes, oui, sans doute. Enfin, Noiraud était-il vraiment si désavantagé que ça ? Bon, d'accord, il ne pouvait pas voler et était plus petit que ce frère carmin, mais tout de même ! La force de ses mâchoire et celle de ses griffes étaient sans doute la même que celle de l'autre ! Par contre, il plierait plus vite sous son poids s'il venait à le charger.. Et c'est ce que le rouge fit après l'un des cris de l'aigle.

Tout se passa vite, bien trop vite.

D'un coup, le borgne chargea son frère et l'indienne à l'oiseau, toutes griffes sorties et gueule béante ; prête à attaquer dés qu'il serait à portée de ses proies. Terrifié, mais poussé par son instinct, l'Incapable se redressa rapidement sur ses pattes arrière pour contrer le rouge. Mais au lieu de jouer aux héros et de l'effrayer, Noiraud se retrouva sur le dos après un puissant coup de patte en plein poitrail. Le souffle coupé, le reptile sombre eut l'impression de voir des étoiles danser devant ses yeux, avant de sentir une vive pression au niveau de ses côtes : son frère prenait appui dessus avec l'une de ses pattes ! Il cherchait à l'écraser ! Paniqué, l'Incapable chercha à s'entortiller et donna plusieurs coups de crocs dans le vent en cherchant à atteindre la gorge de son frère.

Heureusement, avec un peu de chance, cette pression sur la cage thoracique de la créature lui permit de roter une puissante gerbe de flammes sur son assaillant ; qui recula d'un coup en grognant. Le blessé profita de ce moment pour se redresser sur ses quatre pattes et remontrer ses crocs, tandis que de lourdes gouttes de sang perlaient de sa blessure au poitrail. Le souffle haletant, la créature aux prunelles vertes parvint à jeter un regard inquiet à la jeune femme.

« Pars. » lui lança-t-il.

Tant qu'elle resterait ici, la Comète carmin chercherait à s'en prendre à elle ainsi qu'à son oiseau et le combat ne cesserait pas. Noiraud pourrait sans doute retenir son frère pendant quelques temps, avant de profiter de ses écailles sombres pour disparaître dans les bois. Mais.. Pourquoi faisait-il ça pour Aigle Rêveur et Ouray ? Sans doute parce qu'ils l'avaient aidé ; et qu'il ne pouvait pas fuir comme un voleur.

Pas cette fois-ci.


©️ Jawilsia sur Never Utopia



HRP:
 






Better be brave O braver than me
Look all around you and see: deep in the forest the dragons will be.
Look all around you and you will find me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://http://niutellat.deviantart.com/.forumactif.com/
Ancienne Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Lun 27 Avr 2015 - 18:19

La guerrière fixa longuement Noiraud, d’un air presque interdit. L’idée de fuir et de laisser la Comète dans pareille situation ne lui avait pas effleuré l’esprit, tant cette simple idée la dégoûtait. Elle serrait toujours son arme d’une main, son poing de l’autre. Sur son épaule, le rapace bleu claquait du bec en direction de la Comète carmine. Pensive, en position d’attaque, le regard bien trop clair de la Delaware faisait la navette entre son ennemi, et les environs. Dans sa tête, un plan était en train de monter. Un moyen de se débarrasser tant bien que mal de la Créature sans pour autant la tuer. Ainsi, elle pourrait fuir plus facilement avec Noiraud. Chose qu’elle n’aurait pas mis en oeuvre, si la Delaware s’était trouvée seule face à cette Bête.

Un sourire mystérieux se dessina sur le visage de la Peau-Rouge, qui porta ses doigts à sa bouche, avant de siffler. Un sifflement strident, qui arracha une grimace de surprise à la Comète affamée. Aussitôt, une silhouette quitta l’épaule de l’Aérienne, et s’envola. Une silhouette qui laissa derrière elle une plume, puis deux, puis trois. Virevoltantes. Discrète, Aigle s’avança lentement, tout en adressant ce même sourire à L’Incapable. Elle secoua la tête par la suite, sans un mot. Adressant un ‘ non ’ catégorique à l’Artifice.

La jeune femme reposa son regard en direction de Ouray, qui désormais, semblait s’amuser à piquer la Comète carmine de son bec. Elle continua à s’avancer, longeant les buissons et les arbres. Ouray quant à lui, prenait toute cette histoire pour un jeu ; il voltigeait à l’approche de la Comète, prenait de la hauteur, piquait. Et son prédateur le suivait à la trace. Parfois, l’oiseau sacrifiait quelques plumes. Au sens propre, comme au figuré. Elle paraissait bien tête-en-l’air, la guerrière. Chacun de ses pas la guidait en direction de Ouray, qui pourtant ne cessait de virevolter pour faire tourner en bourrique la Comète ennemie. Au bout d’un temps, Aigle finit par se rapprocher de Noiraud. Elle posa sa main sur l’une de ses écailles, tout en continuant d’observer les va-et-vient de Ouray.

- Tiens toi prêt, Noiraud.

Simple avertissement. L’Aérienne ne donna pas plus de précisions. Elle porta lentement ses doigts vers ses lèvres. Elle attendit, penchée. Comme si elle était prête à partir. Finalement, la Delaware siffla une nouvelle fois à l’intention de Ouray. Ce dernier, qui s’était décidé à rester en vol stationnaire, piqua soudainement en direction du sol, suivi de près par la Créature carmine. Ouray se faufila entre les arbres, avant de foncer droit vers le tronc d’un arbre. Plus gros. Sans doute un chêne. Et à la dernière seconde, lorsqu’il fut face au tronc de l’arbre, Ouray reprit son envol en direction de la cime de la clairière. Le dragon quant à lui, n’eut pas le temps d’anticiper l’arrivée de l’arbre. Un arbre qu’il se prit en pleine figure, avant de se laisser glisser contre ce dernier. Désormais, la Comète était sonnée. Aigle espérait que son état dure suffisamment longtemps. Ainsi, elle et Noiraud auraient un temps suffisant pour s’éloigner le plus vite possible de leur ennemi.

Ainsi, la jeune Delaware se mit soudainement à courir en direction des profondeurs du Bois Joli, suivie de prêt par le jeune rapace qui semblait ravi de l’effet donné. L’Aérienne se tourna vers Noiraud, un sourire aux lèvres.

- Dépêches-toi de filer, avant que ton frère ne se réveille ! Ce serait vraiment idiot que tu te fasses tuer en essayant de le vaincre !

La Peau-Rouge ne voulait pas voir ce petit dragon blessé, après tout cela. Les choses étaient peut-être mieux ainsi. Sans doute aussi vive qu’un aigle, la jeune femme fonça à toute allure dans la végétation. Elle espérait que Noiraud avait prit la bonne initiative de fuir à son tour. Et si ça se trouve, ce dernier la suivait.

Bien qu’une Créature sauvage reste, et restera sauvage.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noiraud
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 508
✘ SURNOM : L'Incapable
✘ AGE DU PERSO : Pas bien vieux ; c'est encore un enfant

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : We Go Where No One Goes.

MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Mar 19 Mai 2015 - 18:28




La Cocotte MoineauLa parole n'est pas un moineau ; une fois envolée, tu ne la rattraperas plus.



Un enfant ou un animal - aussi sauvages soient-ils - pouvaient faire la différence entre les personnes hostiles et celles qui ne l'étaient pas ; tout du moins, Noiraud était capable d'en faire la différence. Aigle Rêveur et Ouray n'avaient pas leur place dans cette bataille, ça, c'était certain. Le frère rouge de la Comète noire était puissant, bien trop pour que des créatures comme les deux volatiles ne s'y frottent personnellement. Au fond, l'Incapable savait ce que leurs crocs et leurs griffes pouvaient infliger comme dégâts à ces êtres plus faibles physiquement ; quand bien même, lorsqu'il attaquait des garçons perdus, il ne se rendait jamais vraiment compte de sa force réelle. Toutefois, malgré tous ces paramètres, la jeune Delaware et son compagnon ailé refusèrent de quitter la clairière afin de s'assurer la vie sauve. Pourquoi ?

Surprit, le reptile sombre reporta alors son attention vers sa compagne de misère. Il aurait aimé lui demander la raison d'une telle décision, parce qu'il ne la comprenait vraiment pas ; mais le sourire qu'il lu sur le visage de l'indienne lui fit se douter de quelque chose. Avait-elle un plan ? C'était fort probable.

En effet, Ouray s'était tout à coup mis à faire des acrobaties dans les airs afin de s'attaquer à la Comète carmin, lui donnant des coups de becs, parvenant même parfois à arracher certaines de ses écailles ; en échange de quelques plumes pour le pauvre oiseau. Que cherchait-il à faire ? A la recherche de réponses, Noiraud tourna de nouveau la tête en direction de sa camarade, remarquant qu'elle avait commencé à faire le tour de la clairière tout en s'approchant du volatile, avant de finalement se retrouver aux côtés du reptile solitaire. Que préparait-elle donc ?

Sans un bruit, Aigle Rêveur posa alors sa main sur les écailles de l'Artifice, tandis que les oreilles de ce dernier se redressaient d'un intérêt plus grand encore. Était-ce à son tour d'agir ?

« Tiens toi prêt, Noiraud. avait-elle sifflé avec une certaine assurance. »

Sans comprendre, la créature blessée se redressa tout en reportant son attention vers son frère. Quelque chose allait se passer, bientôt.

Et là, d'un coup, le fier oiseau nargua le reptile carmin, filant droit vers le sol de la clairière pour le mener dans un piège simple, mais efficace. Alléchée par la faim, la créature partit d'un coup afin de pourchasser sa proie qui.. piqua au dernier moment dans les airs, juste devant un énorme chêne au tronc imposant. Bam. Le frère de Noiraud venait de s'éclater le museau dans le bois de l'arbre, avant de glisser et de laisser ses pattes céder sous son poids, totalement sonné. Sur l'instant, l'Incapable agita ses oreilles tout en sautant sur ses pattes, faisant également balancer sa queue dans l'air ; ils avaient gagné !

Mais il était trop tôt pour crier victoire.

« Dépêches-toi de filer, avant que ton frère ne se réveille ! Ce serait vraiment idiot que tu te fasses tuer en essayant de le vaincre ! lui fit la Peau-Rouge, sourire aux lèvres, avant de filer dans les bois. »

Sans dire un mot, le reptile sombre observa sa camarade partir en courant ; puis après avoir tiré la langue à ce frère tombé dans les pommes, fila à son tour, disparaissant dans les ténèbres.

Courant à toute allure entre les arbres et les immenses racines du bois joli, il ne fallut que quelques instants à la Comète pour apercevoir la silhouette de la jeune femme. Vers où s'enfuyait-elle ? Il n'en avait pas la moindre idée, mais sa direction allait devenir la sienne ! D'un coup, alors, Noiraud accéléra considérablement sa course malgré ses blessures, avant de rattraper Aigle Rêveur et, une fois juste derrière elle, lui donna un vif coup de museau dans le dos pour la faire basculer en arrière, de sorte à ce qu'elle tombe sur sa tête à lui, puis sur son dos.

Ne ralentissant pas pour autant, mais attendant à ce qu'elle s'agrippe à sa nuque ou bien à ses oreilles, l'Incapable se surprit à apprécier cette course poursuite imaginaire.. comme un enfant l'aurait fait.

« Vite ! s'écria-t-il, quand bien même plus personne ne les poursuivait. »

Filant à travers les arbres comme une véritable Comète, la créature ne sut pas jusqu'où leur course pourrait bien les mener. Langue pendante, yeux grands ouverts, le reptile profitait de la vitesse comme il le pouvait ; lui qui était incapable de voler. Puis là, là, juste devant eux finit par se dresser une autre partie de la forêt, plus basse de quelques mètres. Zut ! Incapable de s'arrêter à temps pour descendre la côte à vitesse normale, l'Artifice se retrouva dans le vide quelques secondes, avant de tenter d'ouvrir ses ailes pour planer. Un échec total. Et en seulement un instant, les deux comparses se mirent à rouler sur le sol.

Sonné par cette chute, Noiraud eut l'impression de voir des étoiles danser devant ses yeux lorsque sa tête heurta le sol, tandis que tout son corps était étalé par terre. La vue légèrement floue, la créature mit quelques instants avant de secouer la tête, puis de se rendre compte que la Peau-Rouge était tombée de son dos.

Où avait-elle bien pu atterrir ?


© Jawilsia sur Never Utopia



HRP:
 






Better be brave O braver than me
Look all around you and see: deep in the forest the dragons will be.
Look all around you and you will find me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://http://niutellat.deviantart.com/.forumactif.com/
Ancienne Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   Lun 29 Juin 2015 - 20:27

La course était grisante. A vrai dire, Aigle elle-même ne savait pas ou elle filait. Elle s’enfonçait toujours plus dans le Bois Joli, et ce n’était pas son sens de l’orientation aux limites du douteux qui allait changer les choses. L’Indienne se contentait de filer, de bondir à chaque racine ou buissons qui lui barraient la route. Elle avait instinctivement pensé qu’il était plus sûr pour elle qu’elle s’éloigne le plus vite et le plus loin possible de la Comète ennemie. En repensant à cela, la jeune femme reporta son attention sur Noiraud. L’avait-il suivi, ou non ? Dans sa course, la Delaware allait tourner la tête pour s’en assurer, lorsque le cri de Ouray éveilla son attention. Aigle n’eut pas le temps de s’en assurer que, quelques secondes plus tard, elle sentit un poids percuter le bas de son dos et la basculer en arrière. Suivant ses réflexes, son corps s’était tendu sous l’effet du choc et de la surprise. Elle ne fit pas grand chose, jusqu’au moment ou elle percuta une masse d’écailles noires en mouvement. Instinctivement, la Peau-Rouge s’agrippa à une écaille et se redressa, le dos courbé. Bientôt, son esprit fit le lien. Noiraud semblait l’avoir suivi. L’indienne était surprise. Elle avait sincèrement pensé que cette Créature sauvage se déciderait à continuer son chemin sans demander son reste, plutôt qu’à suivre la jeune femme.

L’Aérienne sentit le regard que lui lançait l’Incapable par dessus son épaule. Il semblait attendre quelque chose. Elle finit par comprendre ce qu’attendait l’Artifice, et glissa prudemment ses bras autour de la nuque de Noiraud. Dès que ce dernier sentit la prise de l’Indienne, sa course s’accéléra considérablement. Le vent fouettait le visage et les cheveux de la jeune femme, qui avait bien du mal à garder son regard rivé vers l’horizon. Elle entendait les cris de son aigle, au dessus d’elle. Bien plus haut, sans doute. L’oiseau avait beau égaler, voir même surpasser la vitesse qu’adoptait Noiraud, il ne pouvait pas voler plus bas. Cela aurait tôt fait la joie des prédateurs... et des obstacles. La jeune femme entendit la voix de Noiraud. Elle semblait tellement lointaine, dans une telle situation. Mais la Comète semblait s’amuser. Aigle, étrangement, le pressentait. Et elle n’allait pas nier le fait que elle aussi s’amusait, au fond. Comme une enfant. Elle avait l’impression de voler. N’était-ce pas agréable, cette sensation ? N’était-ce pas grisant ?

Le cliquetis des perles qui ornaient ses bracelets et ses colliers se mêlaient au sifflement du vent. Et pendant ce temps, elle court la Comète, elle court. L’on aurait tant l’impression qu’elle volait, malgré ses ailes désespérément repliées sur son dos. La Peau-Rouge n’aurait su estimer depuis combien de temps Noiraud et elle s’enfonçaient entre les arbres du Bois Joli. Elle était d’ailleurs persuadée qu’ils avaient plus d’une fois un Sylvain curieux du brouhaha que causait nos deux protagonistes, comme en attestait les petites silhouettes blanchâtres qui apparaissaient sans crier gare dans son champ de vision. Aigle espéra que ces derniers ne se sentaient pas trop dérangé. La course aurait pu durer éternellement - qui sait ?, si le Bois Joli ne s’était pas retrouvé abaissé de quelques mètres. Aigle ne le remarqua qu’au moment ou Ouray poussa un cri à l’encontre de l’Artifice et de la Guerrière. Cette dernière se redressa soudainement, et put constater à son tour que le sol du Bois s’était abaissé de plusieurs mètres. Noiraud et Aigle étaient littéralement en survol.

Décontenancée par cet imprévu, la jeune femme perdit définitivement son équilibre lorsque la Comète tenta - machinalement - d’ouvrir ses ailes afin de parer au choc qui allait venir. Aigle bascula du dos de la Comète, avant de s’écraser lourdement contre le sol de la clairière. La guerrière plaqua ses bras contre sa tête au dernier moment afin de minimiser le choc entre son corps et l’herbe qui tapissait le sol. Dégringolant la pente sans s’arrêter, ses yeux restèrent clos, jusqu’à ce que la tête de la Delaware rencontre un obstacle dur et lisse - sans doute s’agissait-il d’un rocher. La douleur fut vive, obligeant la Guerrière à serrer les dents pour encaisser le choc. Des fragments du temps qui passe filèrent, tandis ce que la Guerrière ne daignait pas se relever. Si elle s’était précipitée, elle aurait perdu l’équilibre, et elle en était consciente. Elle attendit, puis se redressa, lentement. Grimaçante.

Lorsque Aigle se redressa, elle porta sa main à son visage et regarda les alentours. C’était une clairière, ici aussi. Plus grande que la précédente. La Delaware comprit rapidement qu’ils s’étaient enfoncés toujours plus loin dans le Bois Joli, tant la végétation était touffue. Elle le distinguait clairement, malgré la nuit noire. D’ailleurs, où étaient-ils passés ? La jeune femme plissa les yeux et arpenta du regard les alentours. Sans succès. Elle commença à s’avancer, boitillante, jusqu’à ce que ses oreilles perçoivent un bruissement au travers d’un buisson qui se tenait à sa gauche. Prudente, l’Indienne s’y avança, avant de distinguer une silhouette qui lui était bien familière.

- Noiraud, souffla la jeune femme. Tu vas bien ?

Un rire finit par s’échapper de sa gorge, malgré la douleur qu’elle resssentit.

- C’était amusant, tu ne trouves pas ? J’ai eu l’impression que tu volais, tant tu étais rapide. Pas toi ?

Sa question sonnait comme une évidence même, à ses oreilles.

- En tout cas, je pense que nous sommes suffisamment hors de portée de la Comète. Elle ne se risquera peut-être pas à nous suivre, avec le coup qu’elle s’est prit.

Autrement, ce serait fâcheux.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» La Cocotte Moineau - [Pv. Aigle Rêveur]
» Pioupiou dans la cocotte-moineau
» faucon vs grand aigle
» [TO8] L'aigle d'or
» peindre un grand aigle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Vallée des Fées :: Le Bois Joli-