Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Lun 9 Fév 2015 - 0:23

Tempête siffla de rage.

La proie leur avait échappé !

La sirène dévoila ses dents, grognant sourdement, tandis qu'elle nageait à la rencontre de sa cadette. Son empathie s'étendit sur Aigue-Marine, tentant de capter un flux de douleur. Mais seule la surprise et la rage arrivèrent jusqu'à elle, et aucun sang ne souillait l'eau. Le pirate avait du rater son coup. Pirate qui, encore, les visait avec son arme. Décidément, il y tenait beaucoup à ce joujou.

Tempête ne connaissait pas grand-chose des armes à feu, hormis que toute détonation était suivie d'une balle. Un projectile incapable d'être suivi du regard, et pouvant se révéler dangereusement mortel. Les yeux de la sirène se posèrent sur l'arme, avant de remonter sur le visage de Wesker. Le pirate jubilait. Ce sac à viandes osait les traiter comme de vulgaires humaines, tout justes bonnes à satisfaire les besoins de mâles en rut.

Quelle infamie !

« Des catins, hein ? Regardez donc ce que vous avez manqué, mes jolis ! »

Des deux mains, Tempête souleva sa poitrine exhibant ses appats féminins comme une maraichère vendrait ses melons.

« Vous n'aurez qu'à penser à moi quand vous vous caresserez dans votre cale de pirates puants. Que vous vous étoufferez avec votre haleine empestant le rhum, enfermé dans votre cage à lapins. Vous vous souviendrez alors de ce que vous avez manqué... Une sublime nuit en compagnie d'exquises femmes qui auraient su vous offrir le plus grand des plaisirs ! »

Qu'ils aillent dormir sur leur béquille, après ça.

La sirène laissa retomber ses seins, et enserra ses bras autour des épaules d'Aigue-Marine.

« Laissons ces déchets nourrir la jungle de leurs tripes. Nous aurons notre vengeance la prochaine fois. Les sirènes vivent bien plus longtemps que de simples steaks sur pattes. »

La doyenne déposa un baiser sur la joue de sa cadette, laissant son regard lorgner les pirates.

Citation :
Je me suis laissée emporter par Tempête. Le post sonne un peu conclusion, mais si vous avez des idées/envies pour relancer l'action, ne vous gênez pas !
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm DogFish
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1024
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Mer 11 Fév 2015 - 5:48

DogFish avait nagé comme un dératé jusqu’à la berge et s'était accroché a son rebord comme s'il s'agissait d'une véritable bouée de sauvetage, ce qui en l’occurrence, n’était pas vraiment loin d’être le cas.

Il rampa sur le sol et planta l'une de ses machettes dans la vase avant de se hisser a moitié hors de l'eau, ne cessant de jeter des regards en arrière, terrifié a l'idée qu'une des sirènes ne le rattrape.
Il entendit un coup de feu, puis, une main se présenta juste devant ses yeux.

Son héro! Le capitaine Wesker!
Enfin le canonnier quoi! Ouais! Le canonnier!

Il releva la tête, des étoiles plein les yeux et attrapa la main salvatrice. Wesker tira ainsi le blond définitivement hors de l'eau et loin des créatures démoniaques qui en avaient après sa peau!

Ho, terre ferme! Wilhelm n'avait jamais autant aimé se retrouver sur le planché des vaches!
Cependant, il était complétement trempé et frigorifié...
Ses cheveux étaient collé a son visage, dégoulinant d'eau et a chaque légers courants d'air, le souffle du vent devenait glacial au contact de sa peau.
Au loin, il pouvait voir son pull flotter, dérivant lentement vers les profondeurs abyssales, perdu aux mains de l’ennemi.

— Alors ton bain annuel, c'était  bien ? Un peu agité peut-être. Hein merdeux ?


DogFish ne pu s’empêcher de réprimer un grognement et secoua la tête pour se débarrasser du surplus d'eau, éclaboussant le canonnier au passage sans même le remarquer.

— Tututu mes petites catins. On ne bouge pas, sous peine de se retrouver avec un joli petit trou supplémentaire dans le corps !

Le blond se passa une main sur le visage, reprenant doucement contrôle de ses pensées et de ses sensations. C'est qu'en effet, le bain avait été plus que mouvementé, très agité comme disait le sadique!
Il ramassa ses machettes, les secouant par accoues pour en retirer l'eau et la vase qui les recouvraient avant de les rengainer a ses hanches.

Wesker se tenait a un arbre d'une main et de l'autre tenait en joue les sirènes. Le canonnier était blessé, mais il semblait tenir le coup.

« Des catins, hein ? Regardez donc ce que vous avez manqué, mes jolis ! »


DogFish tourna tout naturellement la tête vers Tempête qui venait de les interpeller, et la, il eu soudain un gros coup de chaleur.
La sirène avait carrément soulevé sa poitrine de ses mains et l’exhibait a qui voulait regarder!

« Vous n'aurez qu'à penser à moi quand vous vous caresserez dans votre cale de pirates puants. Que vous vous étoufferez avec votre haleine empestant le rhum, enfermé dans votre cage à lapins. Vous vous souviendrez alors de ce que vous avez manqué... Une sublime nuit en compagnie d'exquises femmes qui auraient su vous offrir le plus grand des plaisirs ! »

Si jusqu'ici Wilhelm avait eu très froid, il avait désormais la sensation d'avoir été enfermé dans un four!
Non mais de quoi la sirène parlait-elle??
Le pirate, choqué devant une telle assurance plaqua une de ses mains sur sa bouche, les yeux écarquillés.
Il n'en revenait pas.

Les brusques changements de température que subissait son corps manquèrent de peu de lui faire tourner de l’œil.
DogFish se sentait mal.
Le pirate vacilla, la main toujours sur le visage, comme s'il allait rendre son repas. Sauf que son estomac était vide en l’occurrence, et depuis un bon moment, ce qui ne semblait pas beaucoup l'aider.
Il se passa la main sur le front, essuyant la sueur qui y perlait.
Non, décidément, ça n'allait pas...
Le pirate sentait le sol tanguer sous ses pieds, ce qui n’était pas normal, non, il n’était pas sur le Jolly Roger!
Le visage de Wilhelm était pale comme la mort et des frissons parcouraient son corps par intermittence.

"Je... je... Il tenta d'articuler quelque chose mais les mots restèrent coincés dans sa gorge.

Il leva la main pour attraper l’épaule de Wesker et du s'y reprendre a deux fois avant d'atteindre son but, les premières fois se soldant par un échec, brassant le vide a quelques centimètres de son collègue.
Il était complétement désorienté!
Était ce du a un trop plein d’émotion? Au bain glacial forcé ou le tout couplé a trop de repas sauté?
"W.. Wesker... J'crois que j'vais... me sentir mal la..."

Tout son corps lui faisait mal. Ses cotes le faisaient souffrir, son cou lui brulait d'avoir été mordu
C’était trop, trop, trop pour lui.
Trop d’émotions fortes.
Trop de froid, trop de chaud.
Trop de pieds, trop de poitrine, trop de déceptions, trop de sensations..!

Et en effet, DogFish tourna de l’œil, tombant comme un poids mort devant le canonnier.


Hrp:
 






"Cause you love, love, love
When you know I can't love / You love, love, love
When you know I can't love you"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Jeu 12 Fév 2015 - 12:03


Le coup partit, la faisant sursauter. Pendant un instant elle crut que c'était la fin. Que sa vie, si peut vécue, allait se terminer ainsi, pleine de la vacuité d'un désir jamais atteint. Comme son existence aura été vide si elle devait se terminer ainsi. Jouer, rencontrer des hommes, des enfants, les dévorer. Voilà à quoi pouvait se résumer la centaine d'année écoulée. A part cela elle n'avait rien fait. Rien.

Heureusement, ce n'était pas terminé pour elle. La balle ne fit que la frôler avant d'aller se perdre au fond de l'Océan. Elle aurait presque rit de son moment de panique si le beau pirate ne continuait pas à pointer cette arme sur elle et sa sœur. Poussant un feulement de dépit et de rage, la sirène ne dit mot pendant un moment, laissant Tempête exprimer sa colère. Sa doyenne avait de quoi être enragé après les événements de ce soir et c'est donc sans contestation qu'Aigue-marine la laissa s'adresser aux pirates. Et alors que tout indiquait que la rencontre allait s'achever ainsi, elles retournant vers le large, un pistolet pointé sur leurs têtes, un événement vient tout remettre en cause et changer la donne. Le blond s'était évanoui. Tout cela commençait à être trop pour lui alors qu'il souffrait affreusement de ses blessures.

Il s'agissait là d'une vraie opportunité, la chance de pouvoir se venger, de détruire les deux hommes. Après tout celui avec l'arme n'était pas très en bien en point non plus, peut-être qu'elles pourraient le désarmer, peut-être qu'elles pourraient le dévorer.... L’occasion était trop belle, cependant la sirène ne savait quoi faire. Toute cette lutte l'avait fatigué et Tempête souffrait encore de sa blessure. Que faire, que faire ?

*Doyenne, c'est une opportunité comme nulle autre, nous devrions en profiter pour mettre fin à la vie de ces misérables une bonne fois pour toute !*

Alors qu'elle projetait ses pensées vers sa compagne, Aigue-marine regretta un instant la situation. Le beau pirate, bien que devant se laver la bouche avec du savon pour y nettoyer les insultes qu'il aimait y déverser, était ... hé bien... beau, et surtout partageait une ressemblance certaine avec le capitaine. Perdre sa substance serait un tel gâchis...
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Lun 16 Fév 2015 - 22:16


Tempête s'esclaffa à grand bruit, rejetant sa tête en arrière, sa bouche s'ouvrant toute grande pour dévoiler ses dents allongées par la faim. La façon dont DogFish était tombé dans les vapes l'amusait tant que la sirène en pleurait de rire. Tout son corps tressautait, sa queue frappant même la surface de l'eau à grand bruit. Mais un brusque mouvement de sa queue la fit frissonner de toutes parts, ravivant la douleur de sa blessure. De sa mutilation.

La voix de sa cadette vint alors la caresser, posant un baume sur sa plaie. Avec un pirate en moins en lice, le rapport de force revenait en leur faveur. La nuit éternelle avait ce doux privilège de leur permettre d'être puissantes, même sur la terre ferme.

« C'est une belle idée, ma chérie. Mais les tuer serait un supplice encore trop doux. Ils pourraient encore nous amuser. Non, j'ai un bien meilleur projet pour eux. Agissons selon les lois de la Nature. Œil contre œil, dent contre dent. L'un d'eux m'a prélevé un bout de chair, faisons-en de même avec leurs corps. Ce n'est guère cher payé. »

Continuant à tisser le lien de télépathie avec sa cadette, Tempête sortit de l'onde, juste devant les pirates. Ses yeux se retrouvèrent juste en face du canon, l'arme lui caressant même le front tandis qu'elle se relevait devant Wesker. Debout face au Sadique, la sirène pencha légèrement la tête pour observer le corps de DogFish à ses pieds.

« Pauvre trésor, ses hormones ont eu raison de lui. Vous devriez le rendre plus endurant. Je connais quelques filles des plus saines qui pourraient l'aider à... développer sa condition physique. »

Tempête sourit, laissant le pirate décortiquer l'énigme que ses paroles venaient d'ériger.

La sirène lança son corps à la rencontre du maître-canonnier, ses seins se collant contre le torse du pirate. Ses doigts se glissèrent furtivement dans l’entrebâillement de la chemise. Du bout des ongles la créature traça des symboles, imprimant des tracés sanglants dans la chair. Tempête colla sa joue à celle, râpeuse, du pirate, sa bouche à son oreille.

« Tu as été un vilain garçon... Un très vilain garçon... Maman doit te punir. »

Les dents de la sirène se plantèrent dans le lobe de l'oreille. D'un mouvement de menton, Tempête tira d'un coup sec.

Citation :
Je me suis permise de répondre avant Wesker vu que sa réponse dépendait de mon action. Je laisse la fin flou, à toi Wesker de voir si tu finis mutilé ou non. 8D Je vous présente Fifty Shades of Tempête.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Pirate
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Mer 18 Fév 2015 - 9:57

Wesker vit le matelot tomber littéralement devant lui. Wesker lui donna un petit coup de pied dans le bras pour voir si ce dernier ne jouait pas la comédie. Mais à son grand regret, non. A ce moment précis Wesker n'eut envie que d'une chose : jeter le Pied-Beau aux sirènes et se barrer de ce lieu, vite fait bien fait, pendant que les deux sirènes boufferaient le pirate. Mais il ne pouvait pas faire cela. L'absence de DogFish se ferait vite remarquer. Si le capitaine Hook apprenait qu'il avait délibérément laisser un autre pirate se faire dévorer par des sirènes, il lui ferait manger un sacré savon. Il lui fallait donc une autre solution.

Wesker s’aperçut seulement que Tempête était sortie de l'eau et s’était approché bien trop près de lui. Le pirate se savait en mauvaise posture. Mais il savait très bien aussi qu'il ne pouvait pas montrer le moindre signe de faiblesse, surtout pas face à Tempête. Qu'elle se tienne là devant son arme ne l'arrangeait vraiment pas. Avait-elle compris que son arme était vide ? Pas le temps d'y penser .

« Pauvre trésor, ses hormones ont eu raison de lui. Vous devriez le rendre plus endurant. Je connais quelques filles des plus saines qui pourraient l'aider à... développer sa condition physique. »

La réplique de Tempête amusa le pirate. Il aurait plutôt préféré entendre cela de sa propre bouche.

— Que veux-tu femme. Les morveux n'ont pas la même vigueur qu'un vieux loup de mer...

Wesker n'eut pas le temps de finir sa phrase que la sirène colla son corps contre le sien. Fuck. Il devait reconnaître que cette catin était bandante. Elle était douée de ses doigts gelés, à vous faire frissonner le corps tout entier.

« Tu as été un vilain garçon... Un très vilain garçon... Maman doit te punir. »

Ses murmures étaient une provocation comme elle savait bien le faire. Il le savait mais il aimait qu'une « femme » lui résiste, le provoque. Par contre la douleur qu'il venait de ressentir au niveau de son oreille, il appréciait moins. Mais il est vrai qu'avec Tempête, chacune de leur rencontre finissait dans divers fluides.

Wesker attrapa brutalement le sein de Tempête, le molestant sans ménagement.

— Un méchant garçon... Oh pauvre maman qui va devoir punir son enfant... Laisse-moi rire, sirène. Tu n'aimerais pas que je sois ton petit garçon. Tu préfères l'homme qui est devant toi et qui te tient tête. Tu devrais voir ton visage, tu me fait pitié. Est-tu sûre de réussir ton coup seule face à moi ? Ou te faut-il l'aide de l'autre rousse ?

Wesker lâcha le sein de Tempête, qui tomba d'un coup sec, sous la masse de ce dernier. Il attrapa les hanches de la sirène des deux mains, plaçant le bassin nu et humide de Tempête contre le sien. Il alla lui murmurer à l'oreille à son tour.

—Tu vois, c'est comme ça qu'on provoque. En réduisant les distances au minimum. Mais ça ne sera pas pour aujourd’hui !

Wesker serra les hanches du tas de viande bien dodu, et le jeta au loin sur la terre ferme. Le pirate ne se souciait plus des sirènes. Il prit Dogfish par le col et lui claqua un aller-retour tout en s’éloignant le plus possible des deux succubes, en espérant réveiller le bon à rien.
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Lun 23 Fév 2015 - 0:01


Aigue-marine acquiesça aux conseils de son aîné bien qu'elle sentait toujours la rage lui tordre l'estomac. Certes le tuer trop vite serait une erreur, il fallait le faire souffrir, les faire souffrir. Cependant, bien que comprenant l'attitude provocatrice de sa doyenne, la sirène ne la cautionnait pas. Pour elle la situation était aller trop loin, bien trop loin pour que les sous-entendus et belles paroles puissent sembler légitime. A présent il ne devait plus y avoir que la violence et la vengeance.
Cependant la rouquine ne dit rien lorsque Tempête sortit de l'eau, défiant le canon de l'arme avant de coller son corps à celui du pirate. Elle ne dit rien lorsque celui-ci, visiblement "chauffé" répondit à son tour. Elle ne dit rien lorsque l'autre sirène planta ses crocs dans la chair du marin. De son côté elle n'attendait que ça, le cri de douleur et de mutilation du beau pirate. Elle allait apprécier de le voir souffrir ! Malheureusement pour elle, il n'en fut rien. Au lieu de cela elle le vit rejeter violemment sa doyenne loin de lui avant de se précipiter sur l'immonde matelot qu'elle venait d'embrasser. Là elle ne pouvait plus ne rien dire.

"Pirate à face de phacochère putride !" fut son cri lorsqu'elle sortit de l'eau pour porter secours à sa sœur. Ses jambes se formèrent bien vite alors que son corps nu et ruisselant se penchait au-dessus de la sirène à terre.

"Tout va bien ? Vite il faut agir avant qu'ils s'échappent, cette fois-ci laissons tomber le jeu et tuons les vite !"

Se tournant vers le beau pirate qui venait de frapper son compagnon, la sirène feula de rage une nouvelle fois. Se relevant vite elle se jeta toute griffe dehors sur les deux hommes, prête à leurs crever les yeux. Cependant, mesurant mal son élan et surtout la fatigue qui avait commencé à l’envahir, la jeune sirène se sentit tomber. Ne pouvant éviter la chute, elle serra les dents pour affronter le choc. Les mains en avant pour se protéger, la rousse sentit une forte douleur lui traverser le corps alors qu’elle heurtait le sol. Ses coudes et ses genoux, aillent prit le plus de dégâts, la firent horriblement souffrir pendant un court instant. Cherchant à se relever au plus vite, pour ne pas laisser ses proies s’échapper, elle ne put réprimer un petit cri de douleur lorsqu’elle fit passer son poids sur son pied gauche alors qu’elle tentait de se relever. Très vite elle comprit qu'elle s'était foulée la cheville. Les yeux alors pleins de rage et de douleur, l'ogresse, qui ne pouvait supporter l’idée de rendre les armes malgré le ridicule de sa situation, tendit prestement sa main. Elle enserra alors la cheville du pirate blond avant d'y planter fermement ses griffes, décidée à ne plus lâcher sa proie.

Spoiler:
 


Dernière édition par Aigue-marine le Sam 7 Mar 2015 - 10:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm DogFish
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1024
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Mar 24 Fév 2015 - 15:26

Des étoiles.. des étoiles.. C'est beau toute ces petites étoiles... C'est ce que voyait DogFish devant ses yeux, plein d’étoiles! A moins que ce ne soit plein de petits points noirs? Difficile a dire... C’était beau mais Wilhelm se sentait mal. Sa tête et sa poitrine étaient comme compressé dans un étau, des flashs lui traversaient l'esprit, des sons violents laissaient place a des silences avant de revenir, lui vrillant les oreilles. Le rire de Tempête... le bruit des vagues...

Il sentit une brulure au niveau des joues qui le dérangea dans son "sommeille" Il fronça les sourcils. Non, il n'avait pas envie de se réveiller, pas maintenant! Il avait encore envie de dormir, il était trop fatigué... Encore cinq minutes capitaine! Juste cinq minutes...
Alors que l'angoisse de ne pas avoir obéit aux ordres de son supérieur commençait a se diffuser en lui, un choc le fit frissonner, remontant tout le long de sa colonne vertébrale.

On attaquait sa cheville. Son pied était en danger.


DogFish ouvrit brutalement les yeux.

La première chose qu'il vit fut le visage de son capitaine... Non.. De Wesker, le canonnier! Il était blessé, son oreille ruisselante de sang.

Hein? Mais.. Ha oui.. Les sirènes!!

Le blond ne s'attarda pas sur son collègue qui pourtant, encore une fois, se démenait pour sauver sa peau, non, il y avait plus important.
Son regard se déplaça rapidement sur sa cheville et la, il vit les griffes de la créature rousse plantées dedans!
Il lui sembla que son cœur avait raté un battement et sa respiration se bloqua brutalement, le faisant hoqueter.

Le pirate réussi a se contrôler pour ne pas arracher sa cheville des griffes d'Aigue Marine dans un reflex, ce qui aurait pu plus abimer encore sa peau.
Il était hors de question de subir plus de dégât... Seule sa cheville avait été touché, pas son pied, mais il était en mauvaise posture!

La colère prit rapidement le pas sur le choc et DogFish serra les dents, réveillant une vieille douleur, voyant presque son sang pulser a travers ses propres yeux.

"Petite sirène... "Susurra t-il a voix basse, presque comme un grognement. "T'aurais pas du faire ca.." Tout en parlant il avait planté ses grands yeux bleus bizarres dans ceux d'Aigue Marine, la fixant comme s'il allait la dévorer toute crue. Tous les deux étaient a la même hauteur,au sol, DogFish n'ayant pas prit le risque de se relever

Puis, ni une ni deux, il tendit le bras et attrapa la belle chevelure rousse, tirant dessus, la rapprochant violemment de lui tout en dégainant une de ses machettes, la fichant sous son cou gracile. La sirène, ainsi calée entre ses jambes, au dessus de lui n'avait que très peu de liberté de manœuvre.

La, a quelques centimètres a peine de son beau visage de porcelaine, le pirate continuait de la fixer, oubliant même de cligner, ses yeux grands ouverts a l’extrême.

"Laaache.... La cheville" Articula t-il de façon exagéré, comme s'il parlait a un petit animal mal éduqué. "Lache la! Douuuuucement...." Un sourire de dérangé se dessina lentement sur ses lèvres abimées alors que de la sueur commençait a perler sur son front.

Sa cheville garderait peut être des marques, c’était déjà difficile a accepter, mais il était absolument hors de question que son pied souffre d'une quelconque blessure.

Hrp:
 







"Cause you love, love, love
When you know I can't love / You love, love, love
When you know I can't love you"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Ven 27 Fév 2015 - 14:47

Tuer. Le tuer et dépecer son cadavre, lentement, lui faire crier grâce jusqu'à l'ultime moment. Aigue-Marine avait raison. Elle avait eu raison depuis le début. Fini de jouer, place au combat. Ces pirates ne fuiraient pas indemnes de la confrontation. Ils avaient été beaucoup trop loin. Surtout le maître-canonnier.

Tempête se rua à la suite de sa cadette. La douleur qui se mit à sourdre de sa cheville parvint à la doyenne. Serrant les dents pour contenir sa propre douleur (venant elle de son talon tranché), la sirène avança à quatre pattes sur la berge. Elle vit alors le Pied-Beau revenir parmi les vivants et, surtout, menacer Aigue-Marine. Même s'il parlait lentement, Tempête pouvait sentir que sa voix était plus tendue que la corde d'un arc. Une corde prête à se rompre. Le sabre était suspendu, prêt à s'abattre au premier geste brusque. Tempête leva les mains, à genoux sur le sol.

Par le Père Océan, qu'elle haïssait commercer avec les humains.

« Du calme flibustier, elle va relâcher ton foutu pied. Baisse simplement ton arme et lâche... »

La sirène se raidit et leva la tête. Elle avait perçu un bruit. Le bruit provoqué par des buissons traversés par un être vivant. Posant un doigt sur sa bouche, la créature marine invita tout le monde à se taire. Se relevant à demi, la sirène essayait d'observer les alentours. Mais l'obscurité de la nuit éternelle n'aidaient guère rendant les contours flous, les données difficiles à saisir.

Ce que Tempête perçut en premier fut le grognement. Un grognement tenant plus de l'humain que de l'animal, accompagné de bruits de déglutitions. Cela ne ressemblait pas à une de ses sœurs se remettant d'un succulent repas. Les accents étaient bien plus grossiers, plus... masculins. Des yeux vitreux se firent voir ensuite, trouant l'obscurité. La créature s'avança pesamment, chancelant comme si le moindre coup de vent allait la faire tomber.

L'odeur de putréfaction qui émanait d'elle arracha un cri de dégoût de la part de Tempête. La sirène planta ses griffes dans le sol, arquant son dos tel un félin. La créature lui était hostile. Elle avait déjà vu ses semblables dévorer des êtres sur l'île et, jusqu'à présent, la sirène avait veillé à les éviter. Jusqu'à aujourd'hui.

Tempête tendit la main en direction de DogFish.

« Pirate. Lâche ma sœur. Cette créature se déplace rarement seule. Ses compagnons doivent se trouver dans les environs... »

La sirène osa poser sa main sur celle du pirate, celle-là même qui tenait la machette.

« Si tu restes ainsi, tu seras victime des attaques de la créature, et tu finiras dévoré vivant. Et crois-moi, cette créature-là est bien moins raffinée que nous. »

Il fallait que le Pied-Beau lâche sa sœur, sinon c'en était fait d'eux. Pirates comme sirènes.

Certaine que le blond se plierait à ses injonctions, Tempête se remit debout. La sirène s'appuya sur l'épaule du maitre-canonnier afin de ne pas déposer son talon manquant sur le sol.

« Je sais que nous avons une relation houleuse mais, mon tout beau, on remettra nos différends à un autre jour. Je ne voudrais pas que ce monstre te tue. Si quelqu'un doit te dévorer, ce sera moi ou une de mes sœurs. Et personne d'autre. »

Les sirènes n'étaient pas partageuses avec les autres races.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Pirate
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Ven 6 Mar 2015 - 21:16

Wesker sourit à la vision du matelot qui venait ENFIN de se réveiller. La sirène allait regretter d'avoir touché cette partie du Pied-Beau. Wesker avait déjà vu DogFish trancher les mains d'un pirate qui lui avait marché sur le pied. Là il avait l'air d’être encore un minimum maître de lui même.

Puis vint ce risible moment où Tempête se prosterna devant DogFish. Elle était si faible, si pitoyable,. Cela lui fit lâcher un juron, assez fort pour que tous l'entendent. La voir si pitoyable le dégoûtait, elle qui, d'habitude, était si délicieusement odieuse.

Puis il vit Tempête s'approcher et prendre appui sur lui. Il avait pensé directement à reculer, la laissant lamentablement tomber. Mais le maître canonnier venait de penser à autre chose de plus amusant.

« Je sais que nous avons une relation houleuse mais, mon tout beau, on remettra nos différends à un autre jour. Je ne voudrais pas que ce monstre te tue. Si quelqu'un doit te dévorer, ce sera moi ou une de mes sœurs. Et personne d'autre. »

« Houleuse ». Pouvait-on vraiment appeler cela comme ça ? Wesker laissa la sirène s'appuyer contre lui.

— Tu espères toujours pouvoir me dévorer un jour. C'en est presque mignon femelle.

Wesker se tourna vers Tempête, collant son corps au sien. Il amena son visage à quelques centimètres de celui de la sirène, avant de lui donner une bonne claque sur la fesse droite.

— Redresses-toi et ne me déçois pas. Tu es ma sirène ! Ma femelle ! Mais, pour le moment, allons nous amuser à faire retourner six pied sous terre ces choses. Amusons-nous sur leurs cadavres pourrissants !

Car en effet quatre autres zombies étaient arrivés, non loin du premier, avançant dans une démarche molle.

— Hey les merdeux. Fini de jouer. Prenez exemple sur vos ainés et abattez-moi ces cadavres ambulants !

Wesker et Tempête se mirent à courir vers un premier zombie pour l'attaquer ensemble, comme un couple pas tout à fait se liguerait contre l'ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Lun 9 Mar 2015 - 22:22


Ses ongles étaient profondément enfoncés dans la peau du pirate, si profond que le sang perlait le long de ses doigts. Ah du sang, merveilleux liquide, si doux, si délicat. Il était l'augure de l'excellent repas qu'elle ferrait sur son corps, du festin de sa chair. Car oui elle comptait bien le dévorer, le dévorer et le faire souffrir, lui arracher les entrailles et s'en repaître alors que son souffle ne l'aurait pas encore quitter. Oh oui que cela allait être plaisant. Elle qui avait toujours apprécié de dévorer ses proies vivantes elle allait savourer cet instant lors qu’enfin elle pourrait planter ses crocs dans la chair de celui qui avait blessé sa doyenne.

Manque de chance le blond se réveilla, lui et sa folie. Lorsqu'il planta ses yeux dans les siens la sirène y vit quelque chose qui la déstabilisa. Elle le vit autant qu'elle le ressentit, ce sentiment qu'elle ne connaissait trop bien, celui de l'obsession, une obsession noir, profonde, lunatique. Ce sentiment elle le reconnu car c'était celui qui l'habitait tous les jours, à chaque instant. L'échange fut bref mais étrange. Bien vite l'action reprit son cours alors qu'une main venait d'empoigner sa chevelure. La douleur l'obligea à suivre le chemin qu'on lui imposait et elle se retrouva alors couchée sur le pirate, une machette sous la gorge alors qu'il lui susurrait d'une voix douce de le lâcher. Pendant un bref instant Aigue-marine eu peur. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas ressenti cela.

Fascinée par ce sentiment ainsi que par la folie qu'elle reconnaissait dans ces yeux, c'est plus par instinct que par une véritable prise de conscience qu'elle lâcha prise. Portant alors sa main pleine de sang au visage du pirate elle lui caressa doucement la joue laissant une trace pourpre de long de celle-ci.

"Tu es un cas intéressant" Ces mots furent tout juste chuchotés, comme si elle ne se rendait pas vraiment compte de ce qu'elle disait.

Pendant ce temps Tempête était intervenus, demandant au pirate de la relâcher, il était bien normal que sa doyenne vienne à son aide, comme elle-même lui avait porté secours un peu plus tôt. Cependant ce qui jusqu'ici était un duel entre sirènes et pirates, de par l'arrivé d'un troisième parti, se transforma en alliance. Bien malgré eux il fallait à présent coopérer face aux sombres créatures qui se rapprochaient dangereusement. Déjà sa doyenne et le beau pirate se préparaient au combat tout en flirtant outrageusement l'un avec l'autre. Aigue-marine ne pouvait qu'être admirative devant un tel sang-froid de la part de Tempête, elle-même n'était pas spécialement rassurée à cause de sa cheville. Cependant il fallait faire face. Tout en soutenant le regard du pirate elle écarta la machette et se releva, très calmement. Elle ne savait pas vraiment quoi dire et au final il n'y avait peut-être tout simplement rien à dire.

Se décalant de quelques pas, admirant le couple  qu'ils se précipitaient au combat, la sirène porta sa main pleine de sang à sa bouche pour y lécher le liquide qui commençait à sécher. Cela aurait été une honte de gâcher ainsi ce subtil nectar. Une fois son membre propre et ses lèvres légèrement rougis, la sirène se tourna en direction des zombies, prête à s'élancer à son tour. Soufflant une fois puis deux, elle ramassa une lourde pierre qui se trouvait non loin. Se rapprochant d’un des monstres qui se trouvait sur la droite, la sirène souleva son lourd fardeau pour l'abattre violemment sur le crâne du zombie de façon frénétique. Elle frappa, encore et encore jusque la créature tombe au le sol. Ce déchaînement de violence, elle l’accueillit avec joie, elle avait besoin du soulagement que cela lui apportait, de ce défouloir pour toutes les émotions qu'elle avait accumulé tout au long de la soirée.
 
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm DogFish
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1024
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Jeu 12 Mar 2015 - 1:33

Elle avait obéit, la belle sirène aux long cheveux rouges, elle avait lâché sa cheville. Sentant les griffes desserrer lentement leurs prises, cessant ainsi d'abimer sa peau, DogFish se détendit perceptiblement, relâchant a son tour le piège qu'il exerçait avec sa poigne sur la chevelure de la créature sans pour autant la relâcher complétement.

Ils étaient doux les cheveux de la sirène, et ils sentaient bon le sel marin.
Comment était-il possible qu'une telle couleur existe a l’état naturel? C’était fascinant... Ses cheveux, a cette poupée des océans, avaient la couleur du sang! Wilhelm se mordit la lèvre inférieur alors qu'Aigue Marine portait sa main a sa joue, le caressant délicatement du bout des doigts, le faisant frissonner.
Le pirate était partagé entre l'indignation et le trouble, se rendant soudain compte de leur position ainsi que de leur proximité! Après tout, il s'agissait de la même sirène qui l'avait embrassé un peu plus tôt!

"Tu es un cas intéressant"


DogFish pencha la tête sur le coté, plissant les yeux, ne la lâchant pas du regard.
Un cas intéressant? Se répéta t-il mentalement. Qu'est ce que cela signifiait?

"Du calme flibustier, elle va relâcher ton foutu pied."

Pour la première fois depuis ce qui lui semblait "très longtemps", Wilhelm lâchât Aigue Marine du regard, fusillant Tempête des yeux.
Cette sirène n'avait-elle donc aucun respect pour ce qui faisait battre son cœur a longueur de nuits et de journée? Elle était magnifique, celle la aussi, pour un monstre a queue de poisson, mais bon sang, qu'est ce qu'elle parlait mal!! Rien que de repenser aux horreurs qu'elle avait proféré pas plus d'un quart heure avant ca, Le Pied Beau ne pu réprimer un frisson.

"Baisse simplement ton arme et lâche..." L'attention de Tempête fut attirée par quelque chose, la coupant dans son élan, mais DogFish se refusa a suivre son regard, trop sur les nerfs pour que la curiosité ne l'emporte. "Pirate. Lâche ma sœur. Cette créature se déplace rarement seule. Ses compagnons doivent se trouver dans les environs... » Puis, alors que le blond campait sur ses positions, ignorant l'appel bien qu'une angoisse commençait a se distiller en lui, le peu d'assurance dont il faisait preuve s’effritant face a celle de Tempête, celle ci posa sa main sur la sienne, finissant ainsi de le déstabiliser. « Si tu restes ainsi, tu seras victime des attaques de la créature, et tu finiras dévoré vivant. Et crois-moi, cette créature-là est bien moins raffinée que nous. » Et enfin, elle s’éloigna, s’intéressant soudain de très prêt a Wesker. DogFish la suivit du regard, abasourdit. C'est a ce moment la qu'enfin, il daigna s’intéresser aux monstres qui venaient de débarquer, s'extirpant de la foret avoisinante.
Des zombis!
Il grimaça de dégout! Ha ce qu'ils pouvaient être moche ceux la!

Le pirate laissa Aigue Marine s’éloigner et se releva a son tour, ne pouvant malgré tout pas s’empêcher de sourire en lorgnant l'un des cadavres ambulants perdre son bras putréfié.
"C'est dégoutant..." Cracha t-il au zombi, comme ci celui ci allait lui répondre quelque chose! Le son d'une claque se fit entendre et DogFish leva les yeux vers l’étrange couple qui s’était formé un peu plus loin.
Wesker venait de claquer la fesse de Tempête et lui avait signifié son "attachement", entrainant la sirène a aller massacrer du zombi.

— Hey les merdeux. Fini de jouer. Prenez exemple sur vos ainés et abattez-moi ces cadavres ambulants !

Wilhelm se redressa soudainement, comme prit en flagrant délit de.. de quoi au fait? de matage? Le blond secoua la tête, levant les yeux au ciel. Hey ho, c’était pas lui qui donnait des fessés en publique, comme ca! Et Wesker lui intimait de prendre exemple en plus... Lui intimait, non! LEUR intimait de l'imiter!
Automatiquement, le pirate chercha l'autre sirène du regard. La rousse était en train de se lécher les doigts et la main d'une façon... .. Troublante.
Les yeux de DogFish triplèrent de volume face a ce spectacle bien étrange, piquant d'un fard.
C’était donc son sang qui l'a mettait dans cet état? Il baissa rapidement les yeux sur sa cheville, l'inspectant vite fait. La blessure saignait encore, coulant sur son pied, s’immisçant entre ses orteils, mais le principal n'avait pas été touché. Peut être qu'il garderait un souvenir de cette entrevue, mais rien de grave en somme.

Il releva les yeux vers Aigue Marine qui s’était lancé dans la bataille, explosant allégrement le crane d'un des monstres a coup de grosse pierre.
Le pirate grimaça, s’imaginant un bref instant  a la place du zombi, tout en lorgnant d'un œil pas tout a fait désintéressé la rousse complétement nue qui se recouvrait de sang.
C'en deviendrait presque artistique mais DogFish n'avait pas vraiment l’œil pour ces choses la.

Soudain, Wilhelm vit un autre mort vivant s'approcher de la sirène, elle ne semblait pas l'avoir vu et ni une ni deux, il se précipita sur le monstre, le découpant en trois avec ses machettes sans trop se fatiguer.
Comme un adolescent face a son premier béguin, il lui fit un large sourire a faire pleurer les miroirs et planta sa machette dans un second monstre sans pour autant changer d’expression. Il repoussa la créature de son pied, retirant son arme de la chaire putréfiée avant de lacérer la chose, la découpant a son tour.

Le blond se rapprocha de la sirène, admirant la bouillie qu'elle avait réalisé avec le zombi et prit une expression impressionné dans une sorte de moue surjouée, comme s'il s’était soudain retrouvé dans la peau d'un fameux connaisseur en la matière.
Un instant, l'idée de mettre une claque aux fesses d'Aigue Marine traversa l'esprit tordu de Wilhelm et il tendit la main, prenant son élan, tendant les doigts pour que sa paume sois bien raide, se mordant les lèvres en appréhendant ce moment délicat ou le son de sa claque s'envolerait dans les airs comme l'avait fait Wesker un peu plus tôt. Après tout, n'avait-il pas dit de prendre exemple?

Son regard croisa celui d'Aigue Marine et subitement, le pirate se ravisa, faisant mine de se gratter l’arrière de la tête, désamorçant son mouvement l'air de rien.
Non, quelque chose lui disait que c’était peut être pas une si bonne idée.

Découper du zombi, ca créait des liens, mais peut être pas a ce point la!
N’était pas Wesker qui voulait après tout!






"Cause you love, love, love
When you know I can't love / You love, love, love
When you know I can't love you"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Sam 14 Mar 2015 - 13:58

Mignon n'était pas un terme qui convenait à Tempête. Mignon est un mot trop doux, trop enrobé de sucre. C'était un mot pour les petites filles emplies de candeur. Tempête n'avait rien en commun avec ces sucrettes. Elle n'était qu'aigreur et acide. La sirène siffla quand le pirate la gratifia d'un tel terme. Il l'insultait ! Elle sursauta quand la main du pirate heurta sa peau. Tempête claqua des mâchoires, tentant d'agripper un bout de chair en guise de représailles.

Comment osait-il ?!

Elle n'était pas une possession, et encore moins un vulgaire trophée qu'on brandissait fièrement pour recevoir des félicitations. Sa femelle ? Allons bon.

« Je suis certaine que tu dis la même chose à toutes tes... conquêtes. »

Mais la sirène se devait de faire fi des remontrances qui lui brûlaient la gorge. Les Cauchemars se déversaient, telle une houle noirâtre. Serrant les dents pour ne pas hurler sa douleur, la sirène s'élança aux trousses du maitre-canonnier, chargeant dans les rangs des enfants du Croquemitaine.

Un zombie, amputé de ses jambes, se traînait au sol en gargouillant des mots inintelligibles. Etaient-ce même des mots ? Ce n'étaient, apparemment, que des sons sans aucun sens, des bruits ignobles sortant d'un cadavre. Les mains glacées du zombie se saisirent de la cheville de la sirène. De son pied valide, et libre, Tempête frappa le zombie sur le crâne jusqu'à ce qu'il lâche. Les os, effrités, finirent par se briser déversant un mélange de cervelle et de fluides à la puanteur nauséabonde. La sirène dut se retenir, à grand peine, de ne pas déverser le contenu de son estomac sur le zombie. Zombie qui ne bougeait plus, comme si toute étincelle de vie avait disparu à l'instant où le contenu de son crâne s'était répandu sur le sol.

Tempête venait de trouver le point faible des créatures.

« Visez la tête ! » hurla-t-elle à l'ensemble des combattants, pirates comme sirènes. « Si on leur explose le crâne, ça les met hors d'état de nuire ! »

La sirène s'éloigna du cadavre, non sans frotter son pied sur le sable pour en ôter toute souillure. Voyant Aigue-Marine s'attaquer à un zombie, Tempête ne put qu'approuver son geste. Sa cadette avait, encore une fois, su réagir selon la situation et en tirer parti. Par contre le geste, amorcé, du Pied Beau ne lui échappa pas. Se rapprochant du blond, la sirène lui décocha une tape vigoureuse derrière le crâne.

« N'essaye même pas, petit anchois. On ne pêche pas les sirènes avec de si vulgaires appâts. »

Se penchant à l'oreille de DogFish, elle ajouta.

« Si tu veux séduire Aigue-Marine, je te conseille de lui ramener un enfant. Vivant. Elle aime materner. »

Conduite que Tempête ne cautionnait pas particulièrement, mais comme les maternités finissaient invariablement par la dégustation de l'enfant, elle avait, jusqu'à maintenant, rien dit.

Avec tout ça, elle avait complètement occulté le Sadique. La sirène se retourna et put constater que plusieurs zombies s'étaient rués sur l'homme, s'agrippant à ses bras et ses jambes. Tempête leva les yeux au ciel, en poussant un soupir digne d'une tragédienne.

« Mais pourquoi cherche-t-il toujours le conflit ? Je ne comprendrais jamais les hommes et cette envie, insatiable, de susciter l'admiration de la femelle en jouant les fiers à bras. »

Ramassant des galets jetés là par le Père Océan, Tempête les lança sur les zombies. Les créatures poussèrent des couinements douloureux, certains y perdant leurs yeux ou leurs membres, d'autres se retrouvant assommés. On aurait dit que la sirène jouait à un jeu de quilles, sauf que les quilles étaient remplacés par des créatures molles.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Pirate
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Jeu 26 Mar 2015 - 23:32


— Peux-ton dire dans ce cas que tu es une de mes conquêtes, comme tu le dis, sirène ? Mais aucune d'elle n'a ta repartie si cinglante et plaisante.

Mais les paroles de Wesker n'avaient, peut-être pas, atteint la sirène qui était partie du côté des deux gamins. Wesker haussa les épaules. Ce n'est pas comme s'il savait qu'il n'avait rien à attendre d'une femme quelque qu'elle soit. Wesker entendit une voix au loin mais ne comprit rien. Trop de grognements et d'os qui craquaient sous ses coups de poings. Wesker laissa échapper un rire à s'en éclater les poumons.

Le pirate s'amusait. Chaque coup résonnait dans ses poings, dans son âme. Les os putrides qui craquaient les uns après les autres, les côtes, et le fémur d'un... La mâchoire et la colonne vertébrale d'un second... Wesker aimait ces créatures. Du moment qu'on ne leur arrachait pas la tête, elles restaient en vie. Leurs grognements sonnaient plus comme des gémissements aux oreilles du sadique. Les deux corps sans vie gisaient à ses pieds, alors que leurs sangs coulaient sur le corps du pirate.

Wesker riait encore et encore, d'un rire effroyable à faire trembler n'importe quel enfant perdu, ou autre adulte un tant soit peu intelligent, qui ne s’approcherait pas sans se méfier des réactions de l'homme.

Wesker était au-dessus d'un zombie et tapait, encore et encore, la cage thoracique de sa pauvre victime qui était venue le chasser. La chair de la créature volait en éclats sur les habits du pirate. Le sang giclait de plus en plus à chaque coup. Ce sang qui coulait jusqu'à tomber goutte à goutte des longs cheveux du sadique. Cela ne semblait être qu'un jeu pour lui, un simple passe-temps.

Wesker se releva. Deux zombies lui sautèrent de nouveau dessus pour l'immobiliser. Il aperçut, un peu plus loin, Tempête qui jetait des cailloux... Des cailloux. Pourquoi ne fonçait-elle pas toutes crocs et griffes dehors ? Elle agissait bien de la sorte avec lui.

— Si tu viens me gêner FEMME, reste où tu es. Je m'amuse en ce moment-même. L'odeur du sang, la texture du sang... Encore, j'en veux encore plus ! Aaah tout cela est si bon...

Wesker attrapa la tête du premier zombie pour tordre la nuque de ce dernier, dans un bruit sourd d'os brisé. Avant d’arracher cette tête qui se détacha comme un couteau dans du beurre, laissant le sang gicler du corps sans vie devant lui. Il leva la tête, comme pour prendre une douche... de sang.

C'est avec le regard d'un fauve que Wesker tourna la tête vers le reste du groupe. Pour leur parler avec une voix grave, en avançant, tout en boitant à cause de ses précédente blessures.

— Qui veut être le prochain ? Peut-être une des deux femmes de la mer ? Ça pourrait être palpitant comme divertissement. Il n'y a plus que vous deux, moi, et l'autre pied beau. Voulez-vous vraiment qu'on en reprenne là où on en était, mes petites femelles ? Ou vous voulez arrêter les frais ?



Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Mar 7 Avr 2015 - 10:59


Frapper, encore et encore. Sentir le sang l'éclabousser, la peindre de sa belle couleur vermeil. Frapper, frapper, sentir la pierre retomber encore une fois sur le crâne et les craquements odieux que cela provoquait. Douce musique que celle du zombie agonisant dans un dernier râle. Enfin la créature ne bougeait plus, totalement inerte sous elle. La sirène lâcha la pierre et se releva légèrement sur le cadavre, tentant de reprendre son souffle. La violence lui avait fait du bien. La violence l'avait soulagée. C'était pour ça d'ailleurs que la violence se perpétuait sans cesse, c'était parce qu'elle était accompagné de ce sentiment de libération et de satisfaction malsaine capable de griser les sens des hommes.

Le son d'une lame pénétrant la chair tout proche d'elle la fit se retourner. Le marin blond avait finit par se relever et venait tout juste de charcuter un zombie qui se trouvait non loin d'elle. La créature avait du s'approcher alors qu'elle était occupée à réduire en petite morceau le crâne de son camarade. Observant étonnée le pirate qui venait probablement de la sauver d'une situation désagréable, Aigue-marine put assister à l'étrange spectacle de cet homme au sourire de petit garçon aillant mangé bien trop de bonbons, découpant, visiblement joyeusement, la chaire putride de leurs assaillants. Il était vraiment amusant à courir partout comme ça, tout en tranchant les monstres, et son sourire, bien qu'atroce, était divertissant.

Toujours à bout de souffle au-dessus de son cadavre et couverte de sang, comme d'un drap pour cacher sa pudeur, la sirène vit le pirate s'approcher, encore tout sourire. Décidément il avait du bien s'amuser à démembrer du zombie tant il avait sourit tout en la regardant pendant le spectacle. La rouquine aurait presque pu croire qu'il s'agissait d'une parade amoureuse de la part du pirate cependant, au vu de son épuisement, la sirène n'avait pas du tout à la tête à ce genre de préoccupation pour le moment. Laissant le blond s'approcher de son zombie la rousse tourna soudainement la tête alors qu'elle vit du coin de l’œil une main se lever. Anticipant un coup ou une quelconque trahison l'ondine foudroya du regard le marin, qui ne fit finalement que se gratter l'oreille. Mouais, c'était suspicieux tout ça.

Ce fut encore plus suspicieux lorsque son aînée s'approcha pour ce qui ressemblait à une réprimande de sa part envers le pirate. "Pêcher de la sirène ?" Pardon ? Le petit blondinet serait intéressé ? Et bien voilà qui était amusant. Aigue-marine aurait certainement cherché à tirer avantage de la situation si les choses étaient différentes, cependant pour le moment elle n'avait que faire de cela. Elle était fatiguée, blessée et sa doyenne encore plus qu'elle même. Il était temps de rentrer. La vengeance allait malheureusement devoir certainement attendre. Se relevant tout en ramassant sa pierre, la rouquine ne put s'empêcher de voir Tempête murmurer quelque chose à l'oreille du pirate (dont au passage elle ne connaissait toujours pas le nom). Se demandant vaguement ce qu'elle pouvait dire la sirène décida qu'elle aurait le temps de la questionner à ce sujet plus tard.

Pour le moment les zombies étaient un sujet plus pressant et déjà Tempête s'occupait de les mettre hors d'état de nuire en les visant avec des galets. Les derniers monstres entouraient le beau pirate qui devenait de plus en plus belliqueux à mesure que le temps passait. il venait d'ailleurs de décapiter l'une des dernières créatures pour s'asperger de son sang. Charmant spectacle que celui d'un bel homme couvert de liquide rouge. Cela enflamma les sens de la sirène qui s'imaginait déjà festoyant dans les tripes, le sexe et le sang, sur le corps du marin. Un jour peut-être, un jour. Pour le moment elle se contenta de rester silencieuse, observant le massacre se terminer. Enfin les zombies étaient exterminés et le groupe était de retour à la case départ. Alors, massacre ou pas massacre ?

"Ravale ta langue et ses paroles vulgaire pirate." Dit la sirène tout en crachant par terre, histoire de se débarrasser du sang de zombie qu'elle aurait pu avaler. "Si c'est la mort que tu veux tu l'auras je t'en fais le serment." Ah elle fanfaronnait la sirène, cependant elle sentait bien que tout le monde était totalement épuisé et que tout ici n'était plus que du bluff.

*Tempête, que faire ? Se battre encore alors que nous sommes toutes deux blessées ? Ou renter malgré les insultes de cet homme odieux et sans t'avoir venger du traitement infligé par le blond aux dents viciées ?*

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm DogFish
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1024
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   Ven 10 Avr 2015 - 5:14

Le pirate souriait toujours bêtement a Aigue Marine lorsqu'il se reçut une tape derrière la tête. Il lâcha un petit aie de circonstance et avisa Tempête, autrice de l'attaque sournoise qui visait clairement a lui remettre les idées en place.

« N'essaye même pas, petit anchois. On ne pêche pas les sirènes avec de si vulgaires appâts. »

Petit anchois? C’était lui le petit anchois? Il grimaça mais ne dit rien, l'air penaud. Après tout, la belle sirène aux couleurs de l'océan n'avait sans doute pas tord, ce n’était pas avec une claque sur les fesses qu'il allait pécher du joli poisson femme.
Mais voulait-il seulement la pécher? Qu'en ferait-il de toute manière...?
Ses gestes suivant ses pensées, le pirate plongea distraitement sa main dans sa poche, effleurant le bout de chaire qu'il avait soigneusement récolté. Le talon de Tempête, vestige d'une information d'envergure; l’impossibilité de garder des pieds coupés venant d'une sirène. Automatiquement, les créatures perdaient de ce fait un grand intérêt aux yeux du Pied Beau.

« Si tu veux séduire Aigue-Marine, je te conseille de lui ramener un enfant. Vivant. Elle aime materner. » Lui susurra Tempête a l'oreille, le faisant, une fois n'est pas coutume, frissonner.

"La séduire"... Répétât-il, quelque peu perdu dans ses pensées en fixant de nouveau la belle rousse un peu plus loin qui les regardait d'un air soupçonneux.
Ainsi donc la belle aux cheveux rouges s'appelait Aigue Marine... Et elle aimait les enfants! Un sourire tordit les lèvres du pirate, alors que son regard balayait le corps nu et taché de sang de la rousse.
Il secoua la tête.
Non mais a quoi pensait-il? C’était une sirène! Une SI-RE-NE!
Elles n'ont pas vraiment de pieds! Oui mais elles ont de sacrés autres atouts...
Le blond soupira, pestant intérieurement après lui même. C’était n'importe quoi!
Il lâcha un grognement et souffla, cherchant a remettre de l'ordre dans sa tête, chose plutôt difficile lorsque l'on était entouré par de belles femmes complétement a poils.
Oui elles sont belle mais elles ont essayé de te tuer, DogFish! Alors un peu de concentration!
Oui.
Un peu de concentration.
Les yeux de Wilhelm triplèrent de volume alors qu'il se rendait tout juste compte qu'ils étaient focalisés sur l’arrière train de Tempête qui balançait des cailloux sur Wesker.. Enfin les zombies qui entouraient Wesker.

Le pirate s’énerva de nouveau, détournant les yeux vers Aigue Marine qui... matait le canonnier comme s'il s'agissait d'un superbe steak cuit a point.
Ses sourcils se relevèrent et il pencha la tête sur le coté, une pointe de jalousie lui piquant les nerfs.
Son regard finit par se poser presque paresseusement vers le dit steak, alias son collègue.
Et dans le genre steak.. il était plutôt saignant.
Wilhelm porta la main a sa bouche, comme pour se prémunir d'un futur probable haut le cœur. Wesker venait d'arracher la tête de l'un des zombies et s'amusait a prendre une douche d'hémoglobine avec... C’était...
C’était...

Wilhelm toussa en grimaçant, la main toujours sur ses lèvres, horrifié.

C’était très Weskerien.

— Qui veut être le prochain ?

DogFish ne pu s’empêcher d’amorcer un pas en arrière. C'est que quand le Sadique était dans cet état la, il ne valait mieux pas se trouver sous ses yeux, au risque d’être le prochain a faire les frais de son hobby, soit; massacrer allègrement les gens.

Peut-être une des deux femmes de la mer ? Ça pourrait être palpitant comme divertissement.
Ouf, soulagement, il avait toujours les pieds sur terre. Mais bon, méfiance! Le Sadique restait le Sadique.

Il n'y a plus que vous deux, moi, et l'autre pied beau. Voulez-vous vraiment qu'on en reprenne là où on en était, mes petites femelles ? Ou vous voulez arrêter les frais ?

"Ravale ta langue et ses paroles vulgaire pirate."
DogFish tourna la tête vers Aigue Marine, quelque peu étonné d'un tel aplomb.
"Si c'est la mort que tu veux tu l'auras je t'en fais le serment."

Alors qu'elle parlait, DogFish s’était dirigé vers le canonnier, se postant a ses cotés sans pour autant se mettre trop près de lui, gardant une mine quelque peu déconfite face au spectacle que donnait Wesker.
Bien que clairement encore d'attaque, le capitaine, ou plutôt celui qui lui ressemblait tant était blessé! Quand au Pied Beau, il commençait très sérieusement a se geler, désormais privé de son pull, et a ressentir la fatigue et les courbatures pointer leurs nez.
Il récupéra ses bottes qu'il avait laissé dans un buisson et s'installa brièvement sur le sol pour les renfiler, grimaçant lorsque sa cheville griffée glissa contre le cuire.

"M'sieur Wesker, j'pense qu'elles ont eu leur compte!" Lâcha t-il finalement avant de se relever, une fois correctement chaussé. Il jeta un œil au canonnier, pas très sur de lui. Prendre des initiatives du genre, ce n’était pas vraiment son style, mais bon... Il regarda Tempête en déglutissant puis Aigue marine, un petit sourire aux coins des lèvres. "On pourrait les laisser partir pour cette fois..." Il haussa les épaules. "Elles sont morte de trouille, ca ne se fait pas de courir après les demoiselles en pleine nuit" Il ricana et leva les yeux vers la Lune étrange. "surtout quand elles sont.. si peu vêtu." Il se racla la gorge et se passa la main sur le visage pour se donner un peu de contenance, baissant les yeux sur les pieds de son collègue en attendant sagement sa décision.

Hrp:
 






"Cause you love, love, love
When you know I can't love / You love, love, love
When you know I can't love you"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La pêche aux sirènes   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Grotte des Sirènes
» La pêche aux sirènes
» Le chant des sirenes
» "L'éroscope d'Emmy" --> La fin d'une aventure :
» Antiques et curiosités

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Lagune aux Sirènes-