Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Capricorne Silencieux
avatar

♐ Assistant du Chaman des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 143
✘ SURNOM : Le Capricieux
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine

✘ LIENS : Un Capricorne capricieux muni de grigris

MessageSujet: Le long de la rivière   Ven 24 Oct 2014 - 13:37

Se retrouver incapable d'aller bien loin à cause de sa transformation, c'était un petit casse-tête pour Capricorne Silencieux. Ce jour-là, il avait reçu comme consigne de ne pas faillir à son titre d'assistant du chaman même lors de sa forme "complètement" métamorphosée. Mais recueillir des éléments se trouvant en général sur la terre ferme alors qu'on ne peut trop se défaire des eaux, cela constituait un véritable obstacle.

Bon, on lui enverrait quelqu'un pour l'aider d'après ce qu'on lui avait dit. C'était donc cette personne que le Capricieux attendait. Patienter était loin de causer un problème supplémentaire pour lui, installé dans la rivière proche du village des Piccaninny. Il s'était trouvé un rocher lisse pour y appuyer son dos ainsi que ses avant-bras. Il s'amusait à brasser l'eau avec sa lourde nageoire recouverte de fourrure. Capricorne n'avait pas l'air humain avec ses peintures recouvrant tout le corps, le tout couplé avec ses cornes et sa longue queue de poisson.

Il ne s'était même pas séparé de ses colliers et bracelets grigris, la superstition le suivait même lorsqu'il avait sa forme la plus proche de son animal fétiche.

La sérénité qu'il appréciait s'envola en un coup d'aile, fuyant la pierre lancée par des maux de tête. Dans l'eau ou sur terre, ils étaient là. Plus ou moins forts, mais plus discrets dans un milieu aquatique.
Il porta sa main au front, se laissant glisser un peu plus sur le rocher, jusqu'à la base de son crâne y trouve appui. Un long soupir fut soufflé pendant que la paume cachait le paysage aux yeux de l'indien. Il resta ainsi durant quelques minutes, puis il se releva un peu, de manière à retrouver sa position initiale.

Il retomba dans des rêvasseries après s'être remémoré ce qu'il devait ramener pour les rituels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Mer 12 Nov 2014 - 14:54

Ours Elancé s'étira longuement, nonchalamment étalé sur sa couchette, ses yeux clairs fixant le haut de son tipi. La vie était dur, se dit-il furtivement. Devoir se lever alors qu'il aurait pu rester couché toute la journée à se reposer, ce n'était pas normal et cela plongeait l'indien dans une flemme plus grande encore qu'à l'accoutumée.
Finalement, il soupira, avant de rouler sur le ventre pour s'aider à se redresser, non sans omettre de ronchonner. Après tout, c'était lui qui avait proposé il y a longtemps au chaman qu'il lui viendrait en aide dès qu'il en aurait besoin. Maintenant, c'était à lui d'assumer.

Et puis, étant donné qu'il possédait pas mal de connaissance au niveau des plantes et que c'était précisément ce qu'on lui demandait de faire, avec l'aide de l'apprenti du chaman, par-dessus le marché, il ne pouvait pas refuser. Non pas que cela lui déplaise, mais on lui avait expliqué pourquoi est-ce que l'on avait besoin de lui, et quand le mot 'eau' raisonna dans sa tête, il fût beaucoup moins enjoué. Enfin, tant que lui n'avais pas à aller dans l'eau, tout irait bien.

- Salut, lâcha-t-il quand il rejoignit l'apprenti.

Ours le détailla d'un oeil suspicieux, gardant une certaine distance entre eux-deux. Il connaissait le ... problème de l'autre indien, et, sincèrement, à sa place, il n'aurait pas survécu.
Il ne savait pas quels genres de plantes ils devraient récolter, et comptait donc sur son partenaire pour l'éclairer.
L'indien aux longs cheveux s'éclaircis la gorge et regarda distraitement autour de lui:

- Je suis Ours Elancé, je ne sais pas si tu me connais. On m'envoie pour te filer un ... coup de main.

Il réprima l'envie de lancer une blague de mauvais goût concernant l'état de l'autre homme. Un petit rire niais lui échappa malgré tout, et, un peu gêné, il s'agrippa à une branche d'un arbre et se laissa pendre à la manière d'un enfant intimidé:

- C'est par où ? s'enquit-il pour se donner une contenance.
Revenir en haut Aller en bas
Le Croquemitaine
avatar



✘ AVENTURES : 42

MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Mer 12 Nov 2014 - 18:16

Je te maudis.



Le froid vous tétanise.
La peur vous électrise.
Vos pires sentiments vous submergent.
Le Croquemitaine de l'ombre émerge.
Vous êtes désarmés, impuissants.
Et lui sourit de toutes ses dents.


Le Croquemitaine maudit Capricorne Silencieux :
CAPRI VOMIT DÈS QU'IL N'EST PLUS EN CONTACT AVEC DE L'EAU.


Capricorne devra utiliser sa malédiction pendant toute la durée du RP.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capricorne Silencieux
avatar

♐ Assistant du Chaman des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 143
✘ SURNOM : Le Capricieux
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine

✘ LIENS : Un Capricorne capricieux muni de grigris

MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Sam 22 Nov 2014 - 11:16

Lorsque Capricorne Silencieux entendit son acolyte arriver, il se retourna. Prenant appui sur la pierre qui lui servait de dossier, roche qui servait dorénavant d'accoudoir.

Il agita sa nageoire hors de l'eau, comme on aurait fait pour un signe de main. Les perles d'eau volèrent brièvement dans les airs avant de rejoindre la rivière. C'était donc Ours Élancé qui lui porterait de l'aide, il était sur deux pattes et avait une connaissance des plantes. Que de raisons sensées. Le Capricieux connaissait un peu l'indien du même clan, après tout il était l'assistant du chaman. Il en voyait beaucoup des membres venir prendre leur essence au centre cérémonial, mais son interlocuteur lui était aussi connu de par son rôle dans le clan. Après tout, Capricorne avait un mustang qu'il décorait avec soin.
Alors que l'apprenti aux peintures chargées et fines se taisait, il finit par donner une réponse à son acolyte, avec un léger sourire fatigué. Il fallait dire qu'il se sentait plutôt mal et n'avait pas bien dormi.

- Je te connais, je vois beaucoup de membres du clan. Et ton rôle de dresseur aide aussi.

Il brassa une fois l'eau avant d'ajouter toujours avec son sourire dessiné parmi ses peintures.

- Je suis Capricorne Silencieux, l'assistant du chaman. Et comme on te l'a expliqué, je ne suis pas dans ma période bipède.

Il réfléchit un instant, regardant autour de lui. Il finit par désigner de la main aussi décorée que le reste de son corps, la direction à prendre. Évidemment, toujours en suivant la rivière. Capricorne ne pouvant pas en sortir pour marcher, pour ça il faudrait des jambes. Sans plus attendre, le moitié capricorne se laissa engloutir par les eaux. Perçant un peu plus loin la surface avec ses cornes de rouges et jaunes dégradés. Il frappa la rivière avec sa lourde queue de poisson en fourrure, brassant le liquide afin d'avancer. Il était rapide, un ou deux coups suffisaient pour faire un bon nombre de mètres.

Il vérifia qu'Ours Élancé le suivait, sur le rivage. Puis, trouvant un point tas de caillasses donnant un point en hauteur afin d'observer, Capricorne Silencieux se hissa sur le point d'observation. Son poids était bien plus lourd avec que sans sa nageoire. Une fois en haut, et tout en reprenant un peu son souffle, il se trouvait complètement hors de l'eau. Il cherchait une plante poussant à légèrement l'ombre mais bénéficiant tout de même de beaucoup de soleil. Il tourna son regard sur le dresseur, tout en désignant du doigt la zone où les ingrédients devaient se trouver. Il ne les voyait pas d'ici, mais il voyait que les conditions pour qu'il y en ait étaient réunies.

Mais lorsqu'il voulu donner le nom de la plante a acquérir, il porta sa main droite à la bouche, gardant appui sur son autre paume. Un mal de ventre, une nausée plus forte que de normal. Il se pencha en avant avec hâte, s'accrochant à la minuscule montagne rocheuse de ses deux mains. Et dans une faible toux, le contenu de son estomac refit le chemin inverse. L'acide lui brûlait la gorges ainsi que le palais. Une fois l'épisode désagréable passé, sentant un nouvel élan de mal, il se laissa tomber dans la rivière. À nouveau dans l'eau, les maux disparurent, ne lui léguant qu'un léger mal de crâne.

Il soupira de manière plaintive.

- J'espère que tu connais assez bien les plantes pour te débrouiller sans que je ne t'indique avec certitude, où poussent celles dont on a besoin.

Il releva les yeux sur l'homme.

- Ce sont des Chèvrefeuilles que l'on doit chercher par là. Pour les infections liées à l'élément de l'eau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Lun 24 Nov 2014 - 22:52

Il ne pouvait pas s'empêcher, malgré tout son bon vouloir, de garder une bonne distance entre lui et la rivière, et donc de Capricorne. En plus de l'eau, qui le terrifiait, le physique atypique de l'autre Peau-Rouge n'était, pour lui, aucunement esthétique, bien au contraire. Il le trouvait effrayant, et craignait qu'il tente de l'attaquer.    
Quand l'autre indien se présenta, expliquant qu'il 'n'était pas dans sa période bipède', Ours fit une moue un peu moqueuse avec haussement de sourcils en prime. Ouais, effectivement. Tant qu'il resterait loin de lui, tout irait bien. Il n'y avait pas de raison que cette petite excursion matinale se passe mal. Les deux hommes se mirent finalement en marche, Ours longeant les arbres du mieux qu'il le pouvait. Rien que le clapotis de l'eau lui donnait des sueurs froides.        

Il était rapide, le Capri. Mais notre feignant national n'avait pas envie de trottiner pour être à sa hauteur, et se contenta de traîner la patte derrière lui, les mains liées derrière le dos, le nez en l'air, humant le parfum de la forêt.
Finalement, son ami sortit de l'eau, assez pour qu'Ours Elancé s'arrête net et fasse même un pas en arrière dans la crainte qu'il n'essaie de s'approcher de lui. Il l'observa vomir ses poumons d'un œil un peu hautain, un peu dégoûté, aussi, toujours sans un mot, alors que Capricorne retournait dans l'eau.
Ours hocha frénétiquement la tête quand l'homme mi-humain mi-autre-chose lui indiqua la plante à récupérer. Il connaissait, le Chèvrefeuilles, il n'avait pas besoin de lui pour en trouver.

De sa démarche à la fois souple et un peu empoté, comme marcherait un Ours, il s'éloigna de son partenaire non sans faire un grand détour pour éviter de trop s'approcher de l'eau, trouva le lieu où poussait la plante – un coin lumineux et bourré de couleurs -, en cueillit quelques-unes le plus lentement du monde, dérobant du regard la beauté des fleurs, avant de mettre délicatement sa cueillette dans sa précieuse sacoche en cuire.

- Trouvé,
affirma-t-il en rejoignant Capricorne. Il faut quoi d'autre, maintenant ?

Il s'étira longuement, non sans omettre le baillemment sonore. Une bonne sieste le botterait bien, tiens. Il savait qu'il n'aurait pas dû quitter son tipi, il y a des jours où il faut juste rester seul à dormir. Probablement qu'il entrait dans une sorte de période d'hibernation.

- En fait, reprit-il, assistant du chaman, ça se résume à faire les tâches ingrates, non ? Tu balaies son tipi et tu lui fais sa vaisselle, aussi ?

Un petit rire lui échappa. Il imaginait bien Capricorne avec un petit tablier digne des Mères des Enfants Perdus, en train de préparer une bonne soupe à son chaman. C'était très amusant, rabaissant pour le concerné, certes, mais amusant. Ours aimait bien se moquait des gens, et cela lui apportait souvent des problèmes. Il ne connaissait pas très bien Capri, mais en le taquinant, il saurait bien assez vite à qui il avait affaire. Les politesses d'usages étaient terminés depuis l'instant où les deux énergumènes s'étaient présentés, maintenant, il pouvait passer plus ou moins aux choses sérieuses.

- En fait, tu vis avec lui ? C'est comme un papa. Ou un papi, plutôt.

Détrompez-vous : Ours Elancé avait beaucoup de respect et d'admiration pour le chaman. Les vannes qu'il lançait était, de son point de vu, pas du tout dégradante pour le grand chaman du village.
Revenir en haut Aller en bas
Capricorne Silencieux
avatar

♐ Assistant du Chaman des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 143
✘ SURNOM : Le Capricieux
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine

✘ LIENS : Un Capricorne capricieux muni de grigris

MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Mar 25 Nov 2014 - 13:32

Capricorne attendait, l'avant du corps posé sur le rivage, la nageoire en fourrure brassant l'eau en faisant des boucles.  Cette queue de poisson plutôt longue et lourde pouvait donner l'impression de bouger comme un serpent, elle avait été compliquée à maîtriser pour le Capricieux. Mais maintenant, il savait s'en servir avec aisance.

Il pouvait ressentir la distance qu'entretenait Ours avec lui, distance physique qui aurait pu être expliquée par la flemmardise de l'homme ne voulant pas presser le pas à la suite de l'apprenti du chaman. Mais Capricorne Silencieux y voyait autre chose, de l'inquiétude peut-être. Il avouera que son apparence pouvait être une source de méfiance.

Ours Élancé avait trouvé les Chèvrefeuilles. Parfait. Ils pouvaient passer à la suite des récoltes.

- Il faut de la Sauge maintenant, je connais un endroit où il y en a assez.

Alors que le Capricieux commençait à prendre la continuation du chemin d'eau, il se retourna vers Ours une fois ses paroles dites. Et aux mots prononcés, il haussa un sourcil. "Balayer son tipi et faire sa vaisselle" ? Capricorne avait l'habitude que l'on se moque de lui, une suite logique d'après lui. S'il avait écouté son clan, il ne se serait pas retrouvé avec ces maux. Et puis, il avait ignoré l'habitude de son clan de prendre des animaux de la jungle. Se tournant plus vers les mystères de l'océan et des mondes aquatique. Il fallait être fort pour supporter les contrecoups et y ajouter l'attitude des autres. La plupart des Piccaninny voyait mal le Capricieux, mais qu'importe. On le "voit".

Ensuite vint cette histoire de papi. Là, Capricorne lâcha un léger soupir tout posant sa tête sur une main dont le coude reposait sur la terre. Il n'avait nullement besoin d'être materné et ne servait pas de femme d'intérieur. Cette réflexion le faisait rire au fond.

Il avait lâché sa nageoire, la laissant frapper l'eau. Eau qui se retrouva dans les airs, tout comme s'il aurait voulu éclabousser quelqu'un. Il resta un instant sans rien dire. En fait, il mesurait si rompre son silence aurait été nécessaire. Il jugea que oui, autant répondre à ces "questions". C'est donc nonchalamment, avec une voix qui ne trompait pas, qu'il répondit.

- Si recueillir les ingrédients te semble ingrat et apprendre les rites chamaniques te semblent ingrats, alors ça l'est. Mais c'est ta vision. Assistant revient à être apprenti, et assister le chaman aide à apprendre au mieux.

Il avait un léger sourire s'était dessiné parmi ses peintures extravagantes.

- Tu es créatif, on ne m'avait encore jamais posé cette question. Je possède tout de même mon propre tipi, aussi décoré que moi.

Un air las avait accompagné cette phrase, il se dit qu'il n'aurait pas été si nécessaire de répondre à cela au final.
Il ajouta, presque moqueur à son tour, n'attendant pas vraiment de réponse.

- Cela t'intéresse tant que ça ?

Question qu'il passa au second plan en mettant en avant une autre réplique, réplique dite de manière amusée.

- Selon tes dires, ne suis-je pas comique ? Pourquoi cette pointe de crainte ou de je ne sais quoi dans la distance que tu entretiens avec la rivière ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Jeu 27 Nov 2014 - 19:12

Capri ne semblait pas vexé des paroles de l'Ours. Il paraissait limite blasé, et pour le coup, c'était bien l'autre indien qui se senti vexé. Lui qui s'attendait à ce qu'il lui réponde, voir même qu'il monte sur ses grands chevaux, sincèrement, c'était décevant.  
Ours eut, sans s'en compte, un imperceptible mouvement de recul lorsque la queue du jeune homme claqua à la surface de l'eau. Finalement, il lui répondit, lui arrachant un sourire moqueur. C'est clair que c'était cool, d'être assistant du chaman. D'ailleurs, Ours avait souvent été le voir pour lui demander des conseils en tout genre, et il vouait une certaine admiration à son égard. Bon, pas autant que l'admiration qu'il ressentait pour lui-même, mais tout de même, c'était déjà pas mal.

Alors que le Peau-Rouge allait simplement reprendre sa route, comme si de rien n'était, comme s'il n'avait jamais provoqué Capricorne, ce dernier surenchérit, touchant du doigt le point faible d'Ours.
Le jeune indien s'arrêta dans son élan et fixa son interlocuteur par-dessus son épaule avant de lui faire face, le visage neutre. Il se mordit l'intérieur de la joue et porta une main à sa chevelure, où il attrapa une dread qu'il fit distraitement tourner entre ses doigts :

- On ne sait pas ce qu'il peut se cacher, sous l'eau lança-t-il sans honte. Quand tu te feras bouffer par une bestiole sous-marine, tu comprendras ma manière de penser.

Il marqua une pause avant de croiser les bras contre son torse coloré, posant un sourire un peu niais sur ses lèvres :

- Alors, de la Sauge, c'est ça ? Je te suis, allez, on se bouge, on traîne pas.

Oui, Ours changeait de sujet comme on clignait des yeux. Il aimait faire croire qu'il ne s'en rendait pas compte, alors que c'était en réalité un simple stratagème pour ne pas continuer une conversation qui ne lui convenait pas. Pour le coup, parler de sa phobie ne l'enchantait guère, et même s'il n'avait pas explicitement avoué sa peur de l'eau, ses propos la laissaient sous-entendre cela.

- Tu viens, Capri ? Lâcha-t-il encore alors qu'il s'agrippait à la branche d'un arbre. On a pas toute la journée !

Il éclata ensuite d'un rire un peu stupide, comme s'il venait de sortir une blague absolument drôle. Il reconnaissait qu'il était parfois un peu bizarre, mais il s'en moquait. Tout le monde était bizarre, à NeverLand. Et ce n'était pas un type mi-homme mi-poisson-moche qui pouvait dire le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Capricorne Silencieux
avatar

♐ Assistant du Chaman des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 143
✘ SURNOM : Le Capricieux
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine

✘ LIENS : Un Capricorne capricieux muni de grigris

MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Dim 30 Nov 2014 - 11:51

Visiblement, Ours était pressé de passer à autre chose. Alors qu'il avait été à la traîne, le voilà qui demande à ce que l'on se dépêche. Capricorne ne pouvait qu'hausser les sourcils face à cet homme qui, visiblement, craignait l'eau. Ou du moins, ce qui s'y trouvait.

Il fallu nager, marcher pour Ours, un petit moment avant d'arriver aux Sauges. L'assistant du chaman partait quelques minutes complètement dans le monde aquatique, engloutissant même ses cornes sous l'eau. Puis, le Capricieux s'arrêta, sans un mot, faisant la planche. Ils étaient arrivés où la plante se trouvait.

La rivière était agréablement calme. Il brassa de sa nageoire en fourrure un peu d'eau. Ensuite, Capricorne Silencieux rompit son silence, affichant un léger sourire tout en gardant le visage dirigé vers les cieux.

- C'est vrai que les êtres peuplant les eaux sont menaçants, mais aussi magnifiques. C'est un monde mortel, calme et silencieux.

Il ferma les yeux, imaginant ce qu'il avait pu voir lors de ses escapades marines.

- Les sirènes belles ou effrayantes, certaines vont même à l'encontre de ce que l'on connait d'elles.

Il évitait de trop s'approcher de ces créatures aquatiques mangeuses d'hommes, il na savait pas trop s'il devait s'en inquiéter ou non. Mais celle qui préférait les femmes, il la voyait régulièrement. Il devait lui apporter à manger chaque mois après tout, et elle, lui donner des informations sur les capricornes. Mais en réalité, cela ressemblait presque à un prétexte pour s'approcher d'une rare sirène dont il n'aurait pas à craindre la faim.

- Je peux comprendre ta crainte, l'immensité des eaux et les mystères y sont particulièrement présents et inquiétants.

Son sourire ne s'effaçait pas, c'était un monde effrayant mais il ne pouvait pas s'empêcher de vouloir s'y plonger.

Effrayant, calme, silencieux et mystique. Ce sont les mots qui trottaient dans la tête du faux capricorne. Malgré les maux de tête, il s'apaisait en se disant être au calme. Mais, même en y faisant le moins attention, il dû se redresser. Prenant sa tête entre ses mains, la migraine revenait, la nausée soudaine qu'il avait subit juste avant avait dû éveiller ses contrecoups. Il soupira, il pouvait sentir les battements de son cœur résonner dans son crâne.

Son essence lui menait la vie dure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Jeu 4 Déc 2014 - 19:43

Capricorne écouta notre cher Ours et prit la route, enfin, plutôt l'eau, disparaissant totalement, si bien que notre apache dû se rapprocher à contrecœur de la rivière pour ne pas le perdre de vu. Il pesta intérieurement, prêt à déguerpir si une créature surgirait d'entre les eaux cristallines.
Dans la forêt, des bruits d'animaux, qu'il connaissait, le firent légèrement sourire. C'était bien plus agréable d'avoir un calme quelque peu troublé par la vie qui nous entourait plutôt que de baigner dans un calme plat. C'était plus rassurant, même s'il lui arrivait parfois d'être alerté par certains bruits qu'il ne reconnaissait pas, comme à l'instant, une sorte de cri qu'il n'avait jamais entendu jusqu'à présent. C'était rarement un danger, mais cela l'agaçait toujours un peu.
Son partenaire de récolte finit par sortir sa tête des profondeurs, lui donnant raison quand à la dangerosité des animaux marins, sans pour autant le rassurer. E n'était pas que des bêtes aquatiques dont il se méfiait, mais de l'eau en général. C'était indéfinissable. Alors que beaucoup appréciait son contact, Ours se sentait oppressé, comprimé, il avait l'impression d'être comme pris au piège. C'était d'ailleurs souvent délicat pour se laver, il devait ramener de l'eau au village et c'était toujours un moment ridiculement angoissant. Bien sûr, ce n'était pas le genre de chose que le Peau-Rouge racontait à tout va.

Il se contenta donc de hausser les épaules de manière immature, sans répondre. Pour lui, le débat était clos, cela ne servait à rien de s'étaler sur le sujet à par le mettre mal à l'aise.
Après lui avoir lancé un regard un peu hautain, Ours s'éloigna ramasser de la Sauge, oubliant d'or et déjà les paroles emplies de sagesse de Capricorne. Il n'aimait pas spécialement réfléchir sur sa phobie. Il avait peur, c'était tout, il n'y avait aucune explication à faire.

- Y'a beaucoup de trucs, à prendre, encore ? S'enquit-il quand fût de retour.

Il s'était dépêché de récupérer ce qu'il fallait, le cri entendu plus tôt s'était fait de nouveau entendre, ne le rassurant pas plus que cela. Il avait beau être armé, et savoir se défendre, il aimait rester loin du conflit, surtout lorsqu'il s'agissait d'un animal. S'il pouvait tuer le moins possible, il le faisait.
Sans attendre de réponse, il se mit à marcher droit devant, jetant un regard à Capricorne, toujours troublé de voir un homme mi-homme mi-bestiole-étrange. Il n'arrivait pas à se faire à cet ensemble, déjà que les Sirènes étaient des créatures effrayantes et bizarres, alors, version homme, et version fourrure, c'était encore pire.

- Et toi, commença-t-il, t'as peur de quoi ? Me dis pas de rien, personne n'a peur de rien.

En ce qui le concernait, c'était bien l'inverse, il avait peur de beaucoup de chose, mais évitait d'en parler. Il était humain, et il pouvait mourir, il en était parfaitement conscient. Et même si la mort était sacré et respectée dans sa tribu, il s'arrangeait pour la repousser le plus possible. Était-il parano ? Peut-être. Le jeune homme avait toujours la sensation qu'une épée de Damoclès était prête à s'abattre sur lui.
Le cri animal se refit entendre, plus fort encore, stoppant net Ours dans sa marche rapide qui tendit immédiatement l'oreille, prenant inconsciemment sa hachette en main.

- T'as entendu ? Chuchota-t-il à l'intention de Capricorne. J'suis pas fou, y'a bien un truc bizarre qui traîne par là ? Tu sais c'est quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Capricorne Silencieux
avatar

♐ Assistant du Chaman des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 143
✘ SURNOM : Le Capricieux
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine

✘ LIENS : Un Capricorne capricieux muni de grigris

MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Sam 13 Déc 2014 - 21:49

Ours ne semblait pas bavard au sujet de l'eau, du moins, concernant la méfiance qu'elle lui inspirait. Capricorne ne comptait pas chercher plus loin, bien que la curiosité aurait pu le pousser à ramener le sujet.

- Y'a beaucoup de trucs, à prendre, encore ?

Le Capricieux fit un signe négatif de la tête. Ce n'était pas une mission périlleuse dont la durée se compterait en journées. La dernière plante poussait un peu plus loin, mais il faudrait s'approcher de la lisière de la forêt. Élément qui n'inquiétait pas l'apprenti chaman, son acolyte étant sur ses deux pattes.

Il avança de quelques coups de nageoires insolites, mais les paroles de l'Ego le fit s'arrêter.

- Et toi, commença-t-il, t'as peur de quoi ? Me dis pas de rien, personne n'a peur de rien.

Il le regarda sans rien dire, silencieux. Il n'était absolument pas sans peur, c'est impossible. Mais il ne lui semblait pas avoir de phobie maladive. Il leva les yeux en direction des étoiles, qui semblaient devenir de plus en plus visible. Il était déjà si tard ? Ou bien l'île avait choisi de se laisser aller à la nuit plus tôt ?
Revenant sur la question concernant les peurs, il se souvint de ce qui l'empêchait de dormir au mieux. De ce qui le faisait se réveiller en sursaut. Les cauchemars. De celles dont il craignait et subissait la rancune, du moins, dont il pensait en subir la rancune. Les étoiles.

Les étoiles, et les cauchemars nés de leur vengeance. Oui, Capricorne croyait que les contrecoups qu'il subissait était une forme de rancœur due à la prise de l'essence de son animal fétiche. Un animal légendaire dont une constellation portait le nom.

- T'as entendu ? J'suis pas fou, y'a bien un truc bizarre qui traîne par là ? Tu sais c'est quoi ?

Le Capricieux n'avait rien entendu, le bruit de l'eau prenait déjà trop de place dans son attention sonore. Il s'approcha du rivage, en tenant compte de ne jamais sortir entièrement de l'eau, ou bien en gardant un contacte avec le liquide.

Capricorne Silencieux n'apprécia pas tellement de voir la réaction d'Ours, réaction qui lui inspirait une forme de danger et ainsi risquait de ruiner en partie la simple tâche de chercher des plantes. La créature qui semblait donc s'inviter, d'après ce qu'avait dû entendre l'indien sur deux pattes, venait en quelque sorte troubler la tranquillité de la mission pourtant si facile.

- Je n'en ai aucune idée, je n'ai véritablement d'affinité avec les bruits des animaux... C'était quel genre de bruit ?

La rivière étant assez profonde, certaines bêtes ne se risquaient pas à la traverser. Mais certaines le pourraient parfaitement. Il aurait suffit à Ours de changer de rives, mais Capricorne ne donna pas cette proposition pour le moment. Son partenaire de cueillette ne serait pas très enchanté d'après ce qu'il avait compris.

Alors, pour le moment, il fallait attendre. Du moins, continuer de suivre le rivage jusqu'à la prochaine plante.  Et ce, tout en restant vigilant, les branches semblaient bouger un peu. Un peu trop pour que ce ne soit que le vent... Capricorne mit la main sur un couteau qu'il gardait accroché à une ceinture, même s'il n'était pas sur ses deux jambes, il était un minimum armé au cas où. Il serait impensable de partir de son tipi sans au moins une lame ou un arc et des flèches. Il en avait vu des dangers vicieux durant les trois années de chasse pour l'essence de capricorne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Mer 17 Déc 2014 - 21:16

Plutôt que d’ignorer la méfiance d’Ours, Capricorne s’approcha du bord de l’eau, attentif. Le jeune apache tendit aussi les oreilles, son regard clair scrutant à travers les branchages touffus. Il n’aimait pas trop ce genre de situation, encore plus de se sentir pris ainsi au dépourvu. Si un animal déboulait, que pouvait-il faire à par sauter dans l’eau ? Se laisser se faire dévorer, l’attaquer à mains nues ? Il avait déjà tenté le coup contre un ours et il en avait gagné des lèvres déchirées et une méchante trouille. Et malgré tous ses efforts, il avait tout de même terminé sa bataille dans l’eau.

- Hum … C’était un genre de … cri d’animal, quoi, expliqua-t-il maladroitement après avoir réfléchi un instant.

Il n’était pas d’une grande aide à son ami, c’était certain. Lui-même n’avait pas reconnu ce bruit, alors comment pouvait-il le décrire ?
Son tomahawk maintenant enserrée entre ses doigts, l’apache entreprit de continuer la route, sans se défaire de son attention. Apparemment, il ne pouvait pas trop compter sur l’aide de Capricorne, et c’était bien cela qui l’inquiétait. Ça l’embêterait vraiment de se faire bouffer devant un mec de sa tribu sans que celui-ci ne puisse rien faire. Non, si Ours voulait mourir, se serait en spectacle, histoire de marquer les foules. Oui, il était de ce genre. Mourir seul, très peu pour lui. Quitte à se faire tuer, autant que ce soit avec classe.

- Comment s’appelle la dernière plante ? s’enquit-il, tentant de se peigner un faux air décontracté sur le visage. C’est que je commence à avoir fai …

De nouveau, l’étrange cri animal se fit entendre, coupant Ours dans ses paroles. Il se faisait plus proche, semblant venir de ses buissons verdoyants.

- Et là, t’as entendu, hein ?

Le ton de voix de l’indien s’était considérablement adoucie. Il resserra l’étreinte autour de sa hache et s’approcha lentement de la flore, le cœur battant. Le bruit de ses pieds nus était étouffé par la mousse qui tapissait le sol, et les buissons, proches de la rivière, remuaient par à coup, signalant explicitement la présence d’une quelconque créature.
Une fois assez proche, en position d’attaque, Ours siffla. Un long sifflement, aigue, qui avait pour particularité d’attirer les bêtes. Et cela ne manqua pas.
Ce fut si rapide, si surprenant que le Piccanniny ne comprit pas de suite de quel genre d’animal il s’agissait. Tout ce qu’il sut, c’était qu’il se jeta sur son visage, lui arrachant un cri et le faisant tituber. Dans la foulée, il aperçut des plumes, et ce ne fut que lorsqu’il bascula en arrière qu’il comprit que ce n’était pas du tout un monstre.
Son cœur manqua un battement alors que ses bras battirent désespérément dans le vide, il se sentit happé par l’eau grouillante qui se referma sur lui. Aussitôt, la panique le saisit aux tripes et dans une tentative d’hurlement, il avala une grande goulée du liquide. Il ne voyait plus rien, ne savait pas s’il se trouvait à l’envers, à l’endroit, à l’horizontale ou à la verticale. Ses sens étaient brouillés autant que ses capacités de réflexions. Il aurait pu rassembler un minimum de clarté pour nager, il avait appris, il y a longtemps. Mais à cet instant, le plus logique pour lui était de se battre contre un démon invisible, de donner des coups de pieds, faire de grands mouvements de ses bras et de se tordre dans tous les sens dans l’unique but de s’extirper de l’étreinte du diable.

Ours était un indien qui ne savait pas nager. Ours était un indien qui ne savait pas nager et qui n’était pas doté de sagesse. Ours était un indien qui ne savait pas nager et qui n’était pas doté de sagesse ni de réflexion propre aux indiens. Ours était un indien inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Capricorne Silencieux
avatar

♐ Assistant du Chaman des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 143
✘ SURNOM : Le Capricieux
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine

✘ LIENS : Un Capricorne capricieux muni de grigris

MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Mar 23 Déc 2014 - 10:41

Le mystère restait complet concernant le cri animal, cri que Capricorne Silencieux put finir par entendre. Mais lorsqu'Ours siffla, la hauteur du son donna l'impression au Capricieux qu'on lui passait une lame au travers des oreilles. Il porta ses mains violemment aux orifices abritant les tympans, puis l'appel du monde silencieux le prit. Il plongea complètement dans la rivière. Replié sur lui-même, il essayait de se reprendre, ce n'était pas le moment. En plus, il n'avait pas pu dire à son acolyte qu'elle était la dernière plante...

Une fois remis de l'affreux bourdonnement dans ses oreilles, il sortit la tête de l'eau et vit Ours tomber dans le monde aquatique, celui qui n'inspirait pas confiance à ce dernier. Le Capricieux passa la main sur son front afin de mettre en arrière les mèches trempées aussi sombres que la nuit, elles l'empêchaient de voir correctement.

Il vit aussi une bête à plume voler loin de la scène. Mais l'important maintenant concernait l'Ego qui tombait dans les profondeur apaisés des eaux.

Capricorne Silencieux avait aussi frôlé la mort lors d'une noyade étant encore enfant... C'est là qu'était né son goût pour le calme et le silence du monde marin. Il aurait aimé qu'on le laisse dans ce monde... mais lui, il ne s'était pas débattu lors de son accident. Ours, lui, se battait de toutes ses forces pour y échapper. L'apprenti chaman devait bien voir qu'il était impensable de laisser un des siens mourir.

Un coup de nageoire suffit à atteindre l'emplacement de son acolyte. Il dû tourner autour, essayant de trouver comment le ramener à l'air libre sans se retrouver assommé par l'un des coups hasardeux du dresseur de mustangs. Dans l'eau, Capricorne était semblable à un serpent si l'on ne voyait que sa longue queue de poisson, mais la fourrure trompait cette image. Les bulles nées de la panique de l'autre homme brouillaient la vue et le calme des lieux.

Un peu comme une spirale, l'apprenti chaman avait fini par pouvoir porter Ours par au niveau des épaules. Bien sûr, il avait dû se placer derrière l'autre indien, il s'était déjà pris quelques coups sur la nageoire et au bras. Mais difficile d'en vouloir à une personne qui essayait de se défendre d'une créature qui l'avait emmené dans un monde peu rassurant. La spirale que formait la nageoire à fourrure se détendit, puis d'un coup sec et rapide les deux hommes retrouvèrent le monde bruyant.

Le Capricieux amena l'Ego rapidement proche de la rive, il n'y avait que deux mètres à peine à parcourir. Le faux capricorne s'accrocha aussi à la terre, les coups de poing ou de pied n'étaient jamais très agréables. Et puis, il avait bien cru qu'il allait se retrouver avec une corne en moins. Il l'aurait sans doute récupéré lors de sa prochaine prise d'essence, mais durant ce temps, il serait affreusement agacé par l'asymétrie qu'une corne unique provoquerait. Il observa sa queue de poisson, la sortant un peu de l'eau, il ne manquait pas de fourrure. Capricorne fut rassuré.

L'apprenti s'adressa de manière un peu fatiguée à Ours, déplaçant encore des mèches plaquées devant ses yeux.

- Ne siffle plus comme tu l'as fait avant.

Un soupir, reprenant ses esprits.

- Apparemment les monstres ne sont pas que sous l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Ven 26 Déc 2014 - 22:48

Des éclats de lumière brouillaient pas moment sa vue, avant qu’il ne soit totalement aveuglé par un noir complet. Il sentit quelque chose le toucher, la jambe, le bras, ce qui ne fit qu’accentuer sa panique. La sensation grandissante et douloureuse des poumons se remplissant d’eau obnubilait toute la place dans l’esprit d’Ours. Oui, il crut que sa dernière heure avait sonné, comme la dernière fois qu’il avait failli se noyer. Et alors qu’il commençait à oublier ses souvenirs désagréables, d’autres allaient venir histoire qu’il n’oublie pas, qu’il n’oublie jamais.

Soudain, une explosion de bruits qu’il reconnaissait parfaitement. Il prit une grande goulée d’air avant de se mettre à cracher ses tripes, expulsant l’eau de ses organes, à genoux, les mains plaquées au sol et les paupières fortement fermées. La douleur lui brûlait la gorge, l’estomac, les poumons et le cœur, et il fut secoué de spasmes qui manquèrent à plusieurs moments de le faire vomir.
Il avait l’impression de ne plus pouvoir réfléchir, déjà que c’était un exercice compliqué pour lui d’ordinaire, il n’y avait que deux mots qui passaient en boucle dans sa tête : ‘inspire, expire’.  Ce n’était pas possible, il devait être maudit … Deux fois en l’espace de treize ans, cela faisait beaucoup, surtout pour quelqu’un qui évitait l’eau comme la peste. L’indien avait beau croire au destin, il ne fallait pas non plus se moquer de lui.
Il se laissa tomber en avant, basculant sur le dos, luttant toujours contre la douleur. Il ne pensait à rien d’autre que cela, et il lui fallut un long moment avant de remarquer la présence de Capricorne. Répondant à sa petite remarque concernant son sifflement par un regard mauvais, Ours entreprit de se redresser lentement. Certes, il lui avait sauvé la vie, mais n’oublions pas le surnom du Piccanniny. Il se sentait en effet ridiculisé, lui qui montrait toujours qu’il était fort, insubmersible et snobant la peur. Pour lui, il était totalement illogique qu’il soit reconnaissant envers Capri.
Posant ses coudes sur ses jambes ramenées contre lui, la mine renfrognée et toujours secoué de tremblements, Ours Elancé garda le silence face à la seconde petite pique de son interlocuteur. Il eut pourtant envie de lui lancer une phrase cinglante au visage, mais il eut la présence d’esprit de la garder pour lui. Il gardait un minimum de respect pour lui.

- Ouais ouais, se contenta-t-il de répondre froidement. Y’en as pas que sous l’eau.

Une nouvelle quinte de toux le fit taire, et alors qu’il s’appliquait à rendre toute l’eau qu’il avait avalé, une pensée le traversa.

- Je crois que les plantes que j’ai ramassé ont un peu pris la flotte, lança-t-il une fois calmé.

Il l’avait bien prédit, Ours. Il aurait dû rester terrer au fond de son tipi toute la journée et plus encore. La présence de Capricorne le mettait mal à l’aise, et ce qu’il venait de vivre l’avait encore plus dégoûté de l’eau et tout ce qui y touche, son ami en faisant parti. Comment faisait-il pour supporter d’être ainsi ? Pour supporter d’être constamment en contact avec ce liquide ? Le pire dans tout cela, c’était que lui, lui seul avait fait ce choix.
Lui jetant un regard involontairement hautain, Ours se mit lentement sur ses jambes flageolantes et passa une main dans sa tignasse. Il garda la tête haute malgré le coup qu’il venait de se prendre dans son orgueil. Capri n’était en rien dans cette histoire, mais il ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir.

- Tu crois que papi-Boa nous en voudra si on revient bredouille ?

Il s’appuya contre un arbre, étourdi, surestiment sa capacité à se remettre.
Revenir en haut Aller en bas
Capricorne Silencieux
avatar

♐ Assistant du Chaman des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 143
✘ SURNOM : Le Capricieux
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine

✘ LIENS : Un Capricorne capricieux muni de grigris

MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Mer 31 Déc 2014 - 12:19

Les plantes avaient donc pris l'eau... Capricorne n'eut pas une mine des plus enchantées en apprenant ce détails quelque peu important. Est-ce que "papi-Boa" en serait fâché ? Il ne le montrerait pas, mais le décevoir restait un élément qui ne plaisait pas au Capricieux. Décevoir celui qui le soutenait, même après que l'apprenti ait suivi son caprice... C'était impensable. Le Chaman faisait déjà preuve de beaucoup de patience, et faillir à la tâche ne réjouissait pas l'indien à cornes.

- Je ne sais pas. Il ne le montrerait pas.

Il était inexpressif, du moins, c'était ce que ses peintures sur tout le visage -et le corps- laissaient penser.

- Il est déjà très indulgent envers moi, ne tenant pas compte des mes disparitions durant des jours. Que je suis sur pieds ou en nageoire.

Ton monotone. Puis il s'éloigna de la rive, en continuant de fixer Ours, ce dernier avait une fierté mais ne semblait pas s'inquiéter de ses tâches. Un mal de crâne vint s'ajouter. Capricorne grimaça en portant sa main à sa tempe, la lumière lui devenait dérangeante. Les migraines lui étaient dérangeantes.

- Je vais aller juste là bas, il désigna de sa nageoire quelques mètres plus loin, il reste juste une plante. Je vais aller la chercher. Je ne prendrai que deux ou trois minutes.

Il tourna la tête en direction d'où ils étaient venus.

- En revenant, il n'y aura qu'à reprendre les plantes où t'avais cueilli les précédentes.

Sur ces mots, il plongea. Mais sa nage était moins souple que d'habitude, les maux de têtes brouillait un peu sa concentration. Et puis, il n'acceptait pas l'idée de revenir les mains vides. Avec peine, il arriva vers le dernier ingrédient. Après s'en être emparé, il revint sur ses pas. Toujours avec un peu de peine, la fatigue commençait à l'emporter, et le mal n'aidait en rien.

À nouveau à la hauteur d'Ours Élancé, il lui tendit son acquisition après s'être hissé sur la terre. Sa nageoire toujours en contacte avec l'eau, il ne prendrait pas le risque de vomir ses tripes.

Ses sourcils étaient froncés, pas comme une expression grave ou négative, mais comme l'on pourrait réagir face à l'éblouissement dû à la lumière. C'était exactement le problème du Capricieux, la migraine entraînait une cohabitation difficile avec les rayons solaires.
Mais cette expression se changea en une de surprise. Surprise accompagnée de douleur vive, douleur de chair. En tournant la tête il laissa un cris de surprise le prendre.

Une sorte d'énorme poisson aux dents acérées plantaient ses mâchoires dans la nageoire en fourrure de Capricorne Silencieux. Il agitait sa lourde queue aquatique, mais la chose restait ancrée et serrait plus. Le rouge commençait à teinte la fourrure immaculée du Capricieux.

Ils étaient pourtant juste partis chercher des plantes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Ven 9 Jan 2015 - 23:24

Le temps que mit Capri à aller chercher les plantes manquantes servit à Ours pour se reprendre presque complétement. Il avait du mal à respirer, sa gorge lui faisait mal et ses poumons le brûlaient. Ses membres tremblaient encore, signe qu’il venait de vivre une grosse frayeur et sa peau avait perdu la jolie teinte mâte pour laisser place à une pâleur inquiétante.
Il ne comprenait pas. Non, vraiment, pas du tout. Il avait pourtant appris à nager, il y a longtemps de cela. Certes, il était seul, certes il avait pied et certes il dû sortir de nombreuses fois sous peine de céder à une crise de panique, mais il avait finalement réussi à nager. Alors, pourquoi était-il incapable de reproduire ces mouvements ? La surprise, peut-être. Après tout, il n’avait jamais essayé sous l’eau, ni quelque part où ses pieds ne touchaient pas le fond.

S’efforçant de réguler les battements de son cœur encore fortement désordonné, le regard d’Ours se porta là où son coéquipier avait disparu, et un reniflement de mépris lui échappa.

- Pff. Et après c’est moi qui suis étrange.

Ce n’est pas qu’il ne l’appréciait pas, mais il vivait presque tout son temps dans l’eau, et en vue de sa phobie, cela ne pouvait pas fonctionner. D’une part, il ne pouvait pas comprendre sa fascination et son délire de capricorne et d’autre part, son absence de réparti l’agaçait gentiment. Lui qui aimait pousser les gens à bout, il allait devoir y mettre du sien avec Capri.
Finalement, il revint tandis qu’Ours s’appliquait à mettre un pied devant l’autre sans vaciller. Hésitant à mettre sa récolte dans sa sacoche détrempée, il opta pour la garder en main, histoire de ne pas abimer ces précieuses plantes.
Il releva les yeux vers son semblable. Quelques secondes s’écoulèrent avant qu’il ne se rende compte de la tâche rouge qui encadrait sinistrement Capricorne et la première pensée qui le traversa lorsqu’il comprit fût, très égoïstement : ‘Fait chier.’
Une expression de douleur marqua le visage du Piccanniny comme s’il compatissait envers l’attaqué. Il eut un mouvement de recul et chercha instinctivement sa petite hache. Hache qu’il avait dû laisser plus loin, peut-être même était-elle restée sous l’eau.
Sa première pensée fût de le laisser se débrouiller seul. Non, il ne voulait pas retourner dans l’eau, surtout pour affronter l’un de ces poissons aux dents acérées ! Il venait d’échapper à la mort, ce n’était pas pour y replonger joyeusement. Et puis, c’était de sa faute. C’était lui qui avait voulu vivre dans l’eau, Our l’avait pourtant prévenu des dangers, il n’avait qu’à s’en prendre qu’à lui-même.
‘Mais voyooons il t’a sauvé la vie tout de même ! Pense à ta conscience, elle risque de te prendre la tête jusqu’à la nuit des dents si tu le laisse se faire dévorer’
L’Ego réfléchit un instant, laissant Capricorne galérer seul encore un peu. Puis, il soupira.
Piétinant de gauche à droite, à la recherche de quelque chose pour lui venir en aide, il dû se rendre à l’évidence : il ne pourrait rien faire sans se mouiller. Un grognement animal lui échappa tandis que l’énervement commençait à grimper en lui. La couleur de ses yeux s’éclaircis jusqu’à ne devenir qu’un bleu délavé se confondant presque avec la sclérotique. Une vive lumière l’aveugla aussitôt alors qu’une douleur lui fit lever ses mains à hauteur de son visage, où il constata que ses ongles s’étaient taillés en griffes.

L’Essence de l’Ours lui servit grandement ce jour-là, car l’animal étant un fin chasseur, il fût aisé pour l’indien de saisir le poisson lorsque la queue de Capricorne se présenta dans sa trajectoire. Plantant d’un mouvement vif ses griffes dans le carnivore à branchies, la poussée d’adrénaline d’Ours Elancé fût telle qu’il envoya le poisson voltiger dans les airs. Il dû bien se demander ce qui lui arrivait, ce poisson.

Toujours soumis à la violente montée de l’Essence, Ours mit quelques secondes avant de retrouver totalement la vue, et la première chose qui s’offrit à lui fût Capricorne.

- On est quitte, maintenant, c’est cool, non ? lança-t-il avec flegme. On rentre ? J’en ai marre d’être ici. Y’a que des bestioles bizarres.

Il regarda ses ongles, qui avaient gardé leur forme allongée et acérée. Cela devrait se calmer d’ici peu de temps. Un petit sourire moqueur éclaira le visage d’Ours alors qu’il reporta son attention sur l’apprenti du chaman :

- Je parle pas de toi, hein, te sens pas viser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le long de la rivière   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Pirates Tueurs de Long Drong Sylver - Bardés de Pistolets
» [Moc] Takanuva avec un long coup
» Menat-la-rivière
» Le grand marché de la baie d'Ha Long
» [Acceptée] Lydis... druidesse au long crocs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Villages Peaux-Rouges :: Le Village des Piccaninny-