Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Grenouille
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 313
✘ AGE DU PERSO : 9 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

MessageSujet: Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part.    Ven 26 Sep 2014 - 15:58



Ce qui embellit le désert

Grenouille & Couleuvre Sereine


D'ordinaire, Grenouille longeait longuement la rivière pour se rendre au Pays des Monstres. Il n'aimait pas avoir à traverser le Désert Doré. Pourtant, c'était certainement un des plus beaux lieux du Pays de Jamais, car aucun autre endroit ne diffusait une telle lumière, une telle chaleur. Même le vent était chaud, tandis que ses pieds chaussés de galoches effleuraient le sale naissant. Comme une caresse. Pendant un instant, Grenouille resta là, à la lisière du désert, les yeux mi-clos afin de ressentir de tout son être la douceur du vent. Il se souvenait, très vaguement, d'un éclaireur qui s'en était allé au sein des dunes sableuses et n'était jamais revenu. A moins que ce n'eût été qu'une légende... Comment savoir. Les rêves, les histoires et les vérités se mêlaient sans cesse à Neverland.

Finalement, Grenouille se laissa entrainer par une bourrasque tendre qui poussa ses jambes frêles plus loin dans le sable. Il hésita, puis se mit en marche. Au début, il n'eut pas trop chaud, ni trop soif. Ces sensations pesantes s'insinuèrent très progressivement en lui, de sorte qu'il mit un certain temps à de les mesurer. En tant qu'éclaireur, le Funambule portait sur lui une gourde et un couteau – dont il ne se servait quasiment jamais – mais sa conscience lui intima d'économiser son eau. Il paraissait qu'un puits, un puits magique évidemment, était caché quelque part dans l'immensité d'or, mais Grenouille une fois encore ne sut dire si c'était de l'ordre du mythe ou de la réalité.
Le soleil irradiait, il était si dense et lumineux que Grenouille sentait les ongles du soleil s'enfoncer dans sa nuque. Le soleil lui fit penser à Peter. Il songea à ôter ses vieux souliers de cuir, mais le contact du sable était si brûlant qu'il y renonça aussitôt. Les dunes se succédaient, les unes après les autres, semblables et distinctes à la fois. Les arbres noirs de la Contrée des Monstres n'apparaissaient toujours pas.

Grenouille retira son chandail sans manches, sa chemise, et noua cette dernière sur son crâne échauffé. Ses cheveux noirs ruisselaient dans sa nuque et se collaient à son front. Il ne buvait toujours pas, pour économiser l'eau. Afin de ne pas être brûlé par la morsure du soleil, il enfila son chandail de tricot élimé directement sur son torse nu. Il ne cessa de marcher, mais comme le temps n'existait pas vraiment, il n'aurait su dire combien de temps. Il ne buvait toujours pas.

Au bout d'un moment, son petit corps chancela, culbuta, et s'effondra dans le sable, soulevant un petit nuage de poussière. Il aurait du boire, un peu.










Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part.    Dim 28 Sep 2014 - 1:22

Couleuvre est désincarné. Son essence, son esprit errent dans la stratosphère, et l'Entre-Deux observe en silence, comme toujours, de loin, comme toujours, les vies de tous ces gens qui en ont tant. Tant de vie, tant de possibilités. Des fois, s'il se concentre, il pourrait presque se persuader qu'il arrive à voir les différents chemins, les voies que les gens ouvrent et ferment sans s'en rendre comptent, balayent d'un mot sans réaliser. Mais c'est peut-être juste la fatigue qui le fait délirer. C'est peut-être juste trop de temps passé à laisser son esprit errer qui lui fait perdre la tête et imaginer, rêver, prendre ses rêves pour la réalité. Mais ça ne se peut pas, n'est-ce pas ? Voir tous les chemins des possibles. Ca n'existe pas. Non.

Couleuvre regarde ailleurs. Elle regarde le désert doré. L'esprit ne ressent pas la morsure brûlante du soleil, alors elle aime s'y perdre. La solitude ne la dérange pas, au contraire, bien au contraire, elle a tendance à la rechercher avidement. Mais le désert n'est pas vide, aujourd'hui. Au cœur du désert, un corps pâle a les cheveux plaqués sur la nuque, collés par la sueur, la peau tannée par le soleil qui frappe sans relâche, sans le moindre répit.

Ca brûle. Ca brûle, ça brûle, ça brûle. Et Couleuvre se souvient soudain. La douleur, le corps, la vie. Chaud, très chaud, trop chaud, ça brûle. Le corps qui gît dans le désert, inanimé, la peau rougie, brûlée par le soleil et le sable, c'est le sien. Trop chaud, trop chaud, alors Couleuvre a fui, comme d'habitude, comme souvent. Le corps a lâché, l'esprit a pris la relève. Et maintenant, quoi ? Maintenant qu'il a reconnu la douleur comme étant sienne, son corps l'appelle. Ce corps fatigué et usé et marqué et brûlé, l'appelle et l'attire et Couleuvre le retrouve avec réluctance.

Il se redresse péniblement, les muscles endoloris et meurtris, les lèvres et les joues sèches, le corps en surchauffe. Les os craquent. Combien de temps s'est-il perdu hors de lui ? Quelle importance ? Avec un soupir résolu, elle porte sa gourde à ses lèvres, et boit une petite gorgée. L'eau est chaude et écœurante. Mais c'est de l'eau. Et l'eau, c'est la vie, au même titre que le sang. Le sang, le corps, la vie. Le corps. Ce traitre corps, trop frêle, trop fatigué, qui la lance et qui lui fait encore une fois défaut. Il s'était préparé, pourtant. Un tissu noué autour de ses longs cheveux noirs, pour éviter au soleil ardent de taper sans merci sur son pauvre crâne de pauvre humain, le visage caché par un linge, de longues manches, une longue tunique blanche. Couleuvre était prête à affronter le désert, à mettre son corps à l'épreuve, à se prouver à lui-même que non, son corps n'est pas si faible, pas si fragile, et que oui, il peut tenir. Mais non. Son corps est faible, fatigué. Et elle peine, mais elle avance, vaillamment, lentement.

Parce que son Esprit à vu, avant, plus tôt. Si Couleuvre a retrouvé son corps, ce n'est pas que par défaut. C'est parce que de loin, il a vu le petit nuage de sable qui s'est élevé, pas si loin de son corps à lui. Il a vu l'enfant perdu s'écrouler dans le sable chaud. Et qu'il faut aller récupérer l'enfant. Couleuvre connaît le chemin le plus court pour sortir du désert et elle a de l'eau. Alors elle avance. Le temps passe et les minutes deviennent des heures, peut-être. Elle n'en a pas la moindre idée, c'est peut-être son corps douloureux qui lui joue des tours. Peut-être qu'elle n'a que marché de courts instants, quand elle rejoint l'enfant.

Avec des gestes précautionneux, il s'agenouille dans le sable, attire la tête de l'enfant sur ses cuisses, entrouvre les lèvres du garçon, et fait couler entre un fin filet d'eau.

– Allez. Reviens, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Grenouille
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 313
✘ AGE DU PERSO : 9 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

MessageSujet: Re: Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part.    Mar 30 Sep 2014 - 16:34



CE QUI EMBELLIT LE DÉSERT

Grenouille & Couleuvre Sereine


Allez, reviens maintenant. Allez, reviens maintenant. Allez. Allez, reviens maintenant.

Il en avait envie pourtant. Il le voulait. Il voulait ouvrir les yeux. Ses paupières soudées étaient brûlées par le soleil. La dernière chose qu'il avait vu, mais il devait s'agir d'un mirage, c'était une forme vaguement humaine, vaporeuse, blanchâtre, qui ondoyait dans l'horizon comme un fantôme fumeux. C'était sa dernière vision. Allez, reviens maintenant.

Grenouille était tombé sur les genoux, qui avaient heurté le sol mou sans bruit, puis son corps harassé s'était sourdement étalé sur le côté. Le vent avait agité ses cheveux de jais, tandis que des vautours alléchés tournoyaient déjà au-dessus de sa silhouette condamnée. Allez, reviens maintenant.

La voix l'appelait, l'ordre s'insinuait en lui. Il s'agrippait tenacement à sa conscience, refusant de la laisser s'éteindre. Allez, reviens maintenant.
Les paupières rougies par le soleil s'entrouvrirent. Le fantôme était là. Penché sur lui, de sorte que son souffle se mêlait à celui du vent et que sinon odeur aigre-douce s'infiltrait dans ses narines. L'être sentait la nature. Grenouille ressentit alors une sensation bizarre, désagréable, au niveau du cou. Quelque chose le chatouillait. En redressant péniblement la tête, il se rendit compte qu'il s'agissait d'une mèche de cheveux. Elle était noire, plus noire que les siens, noire et dense, très lisse. Le vent les faisaient ondulé gracieusement. L'être n'était pas un fantôme.

Grenouille toussa et l'eau pénétra sa gorge comme un remède miraculeux sur le point de sauver une vie. Ce qu'elle était, en vérité. Il aurait voulu boire encore, mais la gourde s'éloigna de lui sans qu'il l'eût décidé.
Le Funambule parvint à redresser son buste et se tint assis dans le sable doré, tâchant de reprendre ses esprits. Il se demanda tout de même s'il n'hallucinait pas, car l'être avait quelque chose d'irréel. Grenouille le fixa alors, longuement, intensément. Il approcha très lentement ses doigts, pâles et constellés de grains de sable, du visage de l'être.

– Tu es vrai... souffla-t-il lorsque sa main fut entré en contact avec la peau très lisse de l'être. J'ai cru...

Sa bouche se referma. Le bruit du vent avalait ses paroles et empêchait le silence.

– J'ai cru voir un fantôme.

Il se releva, observant les alentours avec confusion, plaçant ses doigts en visière pour se protéger de la lumière aveuglante. Tout n'était qu'or et sable. Sa chemise nouée avait glissé de son crâne suant et ses souliers étaient usés par le sable.

– Tu es une créature du désert ?

L'être était peut-être réel, mais Grenouille ne parvenait pas à le voir comme un humain.









Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part.    Dim 5 Oct 2014 - 11:49

Et ça marche. L'enfant revient, et Couleuvre lui adresse un sourire doux. Bienvenue dans le monde des conscients, petit. Plus ou moins. Couleuvre est un Entre Deux. Entre Conscience et Inconscience, entre Humain et Esprit, entre Homme et Femme. Mais il n'empêche qu'il est sincèrement heureux de voir le garçon revenir à lui. C'était moins une.

Vision pâle et fantomatique, avec ses longs cheveux du noir de la nuit qui s'échappent du turban qu'elle avait noué sur ses tempes, et qui volent autour d'eux en un halo d'obscurité. Pâle, la peau, pâles les vêtements. Pas étonnant que Grenouille pense voir un être d'un autre monde, un être du Désert. Mais Couleuvre secoue pourtant la tête, et laisse l'enfant se prouver qu'elle est bien réelle. La main du garçon touche la peau de sa joue, et elle lui laisse quelques secondes, le temps de réaliser. Oui. Elle est là. Elle est réelle. Elle n'est ni un rêve, ni une illusion, ni un fantôme. Et puis, elle prend sa main, la retire de sa joue avec douceur et la garde dans la sienne.

– Moi ? Non. Je suis Huron. Je me suis perdu dans le désert aussi.

Avec des gestes doux, il tend la gourde à Grenouille.

– Bois encore. Mais pas trop. Il nous en faut assez pour sortir à deux du désert.

Il récupère la gourde après quelques gorgées, et soupèse le contenu. Ca va. Une gorgée de temps en temps, et ça devrait tenir. Il observe encore une fois l'enfant de son étrange regard sombre. Son visage n'exprime pas grand chose, mais son regard est infiniment doux. Sa main toujours autour de celle de l'enfant, il le tire vers le haut avec douceur, pour l'inviter à s'asseoir, et se lever plus tard.

– Tu peux tenir debout ? Tu penses pouvoir marcher ?

Sinon... Elle peut essayer de le porter. Mais malgré sa taille, elle n'est pas bien épaisse. Musclée pourtant, mais ses muscles sont fins, secs et nerveux. Et là... Ce serait puiser dans les maigres ressources qu'il lui reste. Le désert l'a énormément taxée, et elle sent qu'il va lui falloir de longues heures de repos pour se remettre de son escapade sous le soleil de plomb, et de sa promenade hors de son corps. Tant pis. Si ça peut sauver la vie d'un enfant, ça le vaut bien. C'est un prix qu'elle est prête à payer plutôt deux fois qu'une.

– On pourrait attendre la nuit, mais on n'a pas assez d'eau, et on risque vraiment d'avoir froid. Il faudrait qu'on se mette en marche au plus vite. Je peux te porter, s'il le faut.

S'il le faut. Il observe le gamin, encore. Silencieux. Il attend la réponse du petit, prêt à le charger sur son dos dans l'instant, ou à se mettre en marche au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Grenouille
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 313
✘ AGE DU PERSO : 9 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

MessageSujet: Re: Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part.    Ven 9 Jan 2015 - 21:29



CE QUI EMBELLIT LE DÉSERT

Grenouille & Couleuvre Sereine


Grenouille était complètement embrouillé. Si embrouillé qu'il avait réellement l'impression de coasser quand il percevait sa propre voix, éraillée. La chevelure du Huron, ou de la Huron, volait dans le vent comme une sorte de corbeau éthéré, porté par une brise aussi violente qu'harmonieuse.
A l'entente du mot « marcher », le Funambule sembla se souvenir qu'il était censé actionner ses jambes pour survivre. Ses jambes ne tremblaient pas. Il se sentait davantage atrocement lourd que dangereusement faible. Le vent qui semblait faire danser la silhouette fantomatique de son interlocuteur paraissaient plutôt l'écraser, l'enfoncer dans le sable.

Grenouille observa les alentours d'un œil fatigué, mais vigilant. Une chose l'effrayait plus que toute autre, les intenses bourrasques qui déferlaient parfois sur le désert, emportant les corps dans les airs aussi aisément que s'il se fût agi de poupées de chiffon. Le sol ne vibrait pas, le vent était égal. Bon. Il s'apaisa quelque peu, mais l'immensité du désert lui serra le cœur. Il ne savait plus par où repartir. Il ne savait plus d'où il était venu.

– Pourquoi tu es venu ici ? Tu es tout seul ? Tu connais le chemin du retour ?

Il se demandait ce qu'un Huron (une Huron) pouvait fabriquer dans un tel coin, eux qui n'étaient pas de grands aventuriers et préféraient à la sécheresse sableuse la végétation vivace de la jungle. Peut-être que ce Huron était un peu différent (différente) du reste de son peuple... Un peu comme lui.

– Je devais aller à la Contrée des Monstres...

Il tenta de repérer le florilège d'arbres noirs, distinctifs du lieu. Le sable emporté par les rafales empêchait de distinguer la moindre ombre posée sur l'horizon. Grenouille soupira. Il n'avait pas vraiment peur... Il était juste fatigué. C'était bizarre.









Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crocodile & Cie
avatar



✘ AVENTURES : 271

MessageSujet: Re: Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part.    Ven 30 Jan 2015 - 20:36

Surprise !




UH !

Un sable d'or saupoudre les cheveux de Couleuvre Sereine.

Un songe de Couleuvre se matérialise en sable pour l'aider. Il s'agit de l'Esprit Lune, qui, sous sa forme sableuse, semble vouloir communiquer avec le Huron.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grenouille
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 313
✘ AGE DU PERSO : 9 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

MessageSujet: Re: Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part.    Sam 4 Juil 2015 - 16:33



CE QUI EMBELLIT LE DÉSERT

Grenouille & Couleuvre Sereine


Grenouille ne dit pas un mot en voyant apparaitre l'immense créature de sable. Le vent égratignait sa surface en dispersant des grains dorés dans l'air, mais elle demeurait intacte. Impressionnante. Oui, elle l'impressionnait. Elle l'effrayait. Il se demandait, peut-être si c'était un mirage ou une réelle apparition.

Le Huron, ou la Huron, n'était pas aussi pétrifié que lui. Il paraissait même... serein. Lorsque sa silhouette filiforme s'approcha du dragon d'or, le Funambule recula de quelques pas, hésitants, contrits. Il aurait fait confiance à une fée, peut-être même une comète. Mais l'être avait jailli trop subitement dans l'immensité du désert. Et Grenouille était si éreinté, si brûlant, qu'il réagissait plus qu'il ne réfléchissait.

Il ne vaut mieux pas l'approcher... souffla-t-il, les paupières bouillonnantes.

Il ne savait plus faire la différence entre une menace et un réconfort. Tout changeait si vite ici. Tout était imprévisible. Comme Peter.

Le Huron ne bougeait pas. Il continuait de se tenir tout près du dragon, avec une placidité qui attisait, comme un revers, l'angoisse de Grenouille. Ce dernier recula de nouveau d'un pas, sans remarquer qu'il se trouvait à la bordure d'une bute. Sa cheville se tordit et son talon glissa, puis il dégringola tout à fait, roulant dans le sable en crachant.

Il termina sa chute le nez dans le sablon, tandis que le vent ardent constellait son visage et ses cheveux de grains dorés. Il y avait, d'ailleurs, beaucoup de vent. Beaucoup, beaucoup de vent. Non... Non !
Avec effort et empressement, Grenouille se remit sur ses pieds. Il tenta de distinguer son compagnon, malgré la petite tornade qui commençait à se former autour de lui. Il ne put qu'apercevoir une ombre sombre et maigre, au sommet de la dune qu'il venait de dévaler, aux côtés d'une longue forme d'or. L'ombre lui héla quelque chose et Grenouille cria en retour, mais le blizzard couvrait leurs voix.
Tâchant de ne pas céder à la panique, il tenta de trouver quelque chose à quoi s'accrocher.

Allez, allez... gémissait-il.

Rien.
Du sable.
Du vent.

Puis, il se sentit brusquement emporté dans les airs.
Sans même avoir le temps de crier.












Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part.    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ne reste pas chez toi, ça n'sert à rien... E&C
» Homme lézard du désert ?
» nano:ztag : ça sert à quoi ?
» Désert Jaune Lasure
» [Le chant du désert] Discussions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Lieux Reculés :: Le Désert Doré-