Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1451

MessageSujet: La vie de Perdu   Ven 5 Sep 2014 - 17:04

☁ La Vie de Perdu ☁

« Où est ma maman ? »







 Les Garçons Perdus sont, comme beaucoup, réveillés par le chant du coq. La seule différence, c'est que c'est celui de Peter. Ainsi, leur réveil dépend entièrement de celui de leur roi. La journée commence quand Peter le décide. Aucun enfant ne quitte sa Cabane, à l'exception bien sûr des Sentinelles, tant que le chant n'a pas sonné.

 Dès lors que Peter chante, les enfants émergent. Les mères, qui possèdent toute leur propre cabane personnelle au centre de leur zone, ont le devoir de faire le tour des cabanes pour les sortir du lit, réveiller les plus ensommeillés, et distribuer le bisou et le câlin du matin. Elles préparent ensuite le petit déjeuner, généralement composés de fruits et de lait, et donne sa pitance à chacun.
Les chefs sortent alors de la Maison Souterraine pour se rendre dans leur zone de cabanes. Les enfants se mettent debout en respect, et le chef les salue un à un, façon militaire. Il vérifie l'état de ses garçons et s'entretient avec la mère pour s'assurer que tout va bien. Il doit aussi prendre connaissance des éventuelles fautes commises par les enfants (les rapporteurs sont récompensés et encouragés) et les transmettre à Peter qui décidera d'une punition. Après ce premier rapport, le chef annonce aux enfants les tâches qu'il auront à effectuer pour la matinée. Raccommoder tel pile de vêtements, récolter les fruits de tel zone de l'île, remplir tel nombre de seaux, stabiliser tel pont ou telle plateforme... Le chef supervise et délègue en fonction de son groupe. Une fois sa tâche terminée, l'enfant a temps libre. Il joue, dort, discute, se promène...

 Le midi – même s'il n'est jamais VRAIMENT midi – les mères appellent les enfants de leur cabane, qui viennent un à un recevoir leur repas dans une gamelle. Ils mangent en même temps, perchés sur les branches, assis sur les plateformes ou installés dans les cabanes... Par contre, si un enfant vient après l'heure du repas (par exemple, qu'il est en retard dans sa tâche), tant pis pour lui. Il attendra le soir pour manger.

L'après-midi est bien plus chaotique. Les chefs commencent par contrôler le travail du matin. Les enfants pas assez efficaces sont réprimandés, voire punis. Ce genre de fautes n'est pas châtié par Peter qui ne punit que les délits, c'est donc la mère qui s'en charge. Par la suite, bien souvent, vient le temps des aventures. Peter donne aux enfants des missions, ou alors il lance des grands jeux, des aventures plus ou moins fantasmées, plus ou moins dangereuses, qui vont du jeu innocent à la guerre avec les peaux-rouges en passant par l'abordage du Jolly Roger... Pendant ce temps, soit les mères accompagnent les enfants s'ils s'éloignent beaucoup de Grand Arbre afin de s'occuper des plus affaiblis, soit elles restent dans les Cabanes en s'adonnant aux tâches domestiques (rangement, nettoyage, préparation du diner dans la Cabane à manger...).
Lorsque le groupe d'enfants parti à l'aventure revient, les enfants s'organisent autour d'eux et écoute le récit de leur aventure du jour. On enterre les éventuels morts et on soigne les blessés. Les enfants sont généralement surexcités.

 Au moment où l'Esprit Nuit commence à s'élever dans le ciel, c'est l'heure du Grand Repas. Il se déroule dans la Cabane à Manger. Grâce à un sortilège des fées, cette Cabane possède un potentiel magique plutôt épatant. D'apparence, c'est une Cabane moyenne, décorée de couverts variés, au centre du Grand Arbre. Toutefois, lorsqu'on entre à l'intérieur, c'est une toute autre histoire ! Car la Cabane grandit chaque fois qu'une nouvelle personne y pénètre. Inutile de vous dire que lorsque tous les enfants y sont réunis pour festoyer, elle devient alors gigantesque. C'est dans cette Cabane à Manger que les mères préparent le repas du soir, et que la nourriture, le lait et l'eau sont entreposés. L'ambiance est souvent survolté, et le diner se déroule dans un vacarme assommant. Les mères peinent bien à faire régner l'harmonie, et chacun se sert et mange dans un désordre qui manque sacrément de savoir-vivre. Lorsqu'il est d'humeur, Peter lance des batailles de nourriture imaginaire. Il arrive souvent que des fées gourmandes se joignent au souper.

Après le repas, qui dure généralement pas mal de temps, les enfants regagnent leur Cabane pour y passer la nuit. Les chefs poursuivent leur soirée dans la Maison Souterraine. C'est l'heure du dernier bisou, du dernier câlin, mais surtout l'heure des histoires. Entassés dans la Cabane de la mère, les Garçons Perdus l'écoutent conter l'histoire du soir. Les plus petits s'endorment et sont recouchés par les mères, les plus grands partent se coucher le coeur léger. La mère fait le tour de sa zone de Cabanes, éteint les lanternes et borde les enfants. Avant d'aller elle-même se coucher dans sa propre cabane.






Dernière édition par L'Ombre le Dim 7 Juin 2015 - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1451

MessageSujet: Re: La vie de Perdu   Mer 8 Oct 2014 - 12:16

☁ Les Grands Moments ☁

« Ce ne sont que des enfants. »





La vie de Garçon Perdu est également régie par des événements très spécifiques.


 L'arrivée. Lorsqu'un Garçon Perdu débarque sur l'île, une grande fête est organisée dans la Cabane à Manger. La nourriture y est abondante, les fées bien souvent de la partie, et Peter organise un tas de jeux plus ou moins survoltés. Le nouvel arrivant (ou les nouveaux arrivants) sont un peu les stars de la soirée. Peter en fera son/ses chouchou jusqu'à ce qu'il se lasse. Ce n'est que le lendemain matin que Peter décide dans quel groupe les enfants seront affectés.
Pour les mères, l’événement est encore plus important. Peter lui fait lui-même une visite guidée du Grand Arbre, souvent de l'île entière aussi, et s'occupe d'elle personnellement pendant une journée voire plus, tâchant de combler ses moindres désirs tout en entretenant l'émerveillement. Le soir, lors de la grande fête, la mère reçoit de nombreux cadeaux des enfants, en particulier de ses propres garçons (mais généralement d'autres garçons lui font également des offrandes). On lui dépose sur la tête une couronne de fleurs et on chante une chanson en son honneur. La nuit tombée, les enfants sont souvent surexcités et se disputent l'attention de leur nouvelle maman, surtout les plus jeunes.

 L'affectation. Le lendemain de la grande fête de bienvenue, Peter convoque les enfants récemment arrivées. Ils se mettent en ligne devant lui, comme lors d'une inspection militaire, et Peter les étudie en les observant, en les touchant ou en leur posant des questions. Lors de ces moments, il porte souvent une couronne et une cape, parfois un chapeau de général, pour se donner plus de prestige. En général, il choisit d'instinct quel groupe un enfant rejoindra, selon la corpulence, l'intensité du regard, la posture... Mais parfois, il éprouve les enfants via des tests afin de savoir quelle est leur meilleure aptitude. Un enfant qu'il n'arrive pas à sonder se verra donc contraint de s'essayer à plusieurs tâches très diverses (chasse, raccommodage, escalade...) pour que Peter fasse son choix. D'autre part, un enfant peut demander à intégrer un groupe ou changer son groupe originel s'il sent qu'il pourra être plus efficace. Peter lui demandera de prouver sa valeur avant de l'autoriser à changer de cabane.
Une fois le groupe intégré, l'enfant rencontre sa mère et son chef. La mère a pour mission de supplanter la tendresse maternelle de la mère originelle de l'enfant, afin que l'oubli se produise plus rapidement et que le manque ne se manifeste pas trop. L'enfant sera donc, au début, particulièrement couvé par sa mère. Le chef a pour mission de lui expliquer ses différentes tâches, de lui présenter les autres enfants et de lui fournir les éventuels outils dont il aura besoin. Il arrive que les petits nouveaux soient un peu bizutés par les autres...

 Les affrontements. Les affrontements, ou combats d'arène, sont hélas plus fréquents qu'on ne pourrait le penser. Une grande partie des enfants en est très friande. Ils représentent les jeux du cirque de Neverland. Plusieurs contextes se prêtent aux affrontements. Lorsque deux enfants sont en désaccord, Peter organise un combat d'arène plutôt que de régler la situation avec diplomatie, sauf si le désaccord se produit lors d'une aventure, d'une mission ou autre événement de ce genre (dans ce cas, ce sera aux diplomates d'intervenir). Lorsqu'un enfant convoite le poste de chef, il peut provoquer ledit chef en duel au sein de l'arène. Mais au fond, n'importe qui peut provoquer n'importe qui en duel. La règle est telle que personne ne peut refuser un combat. Certains enfants, les plus cruels, s'amusent à provoquer régulièrement des garçons qui ne leur ont jamais rien fait, simplement par plaisir de se battre. Il arrive aussi que Peter se serve des combats comme punition. Lors de ses humeurs les plus sordides, il oblige deux garçons liés d'amitié à se combattre. Pour lui, il s'agit avant tout d'un jeu, une sorte de pièce de théâtre, de cirque joyeux ! C'est d'ailleurs lui qui décide de la fin du combat. Parfois, il attend qu'un enfant pleure, qu'il tombe dans les pommes ou qu'il saigne. D'autres fois, le combat ne peut s'arrêter qu'avec la mort d'un des deux concurrents.

 Les annonces. A cadence régulière, Bow organise des sortes de rassemblements à l'Arène, où un Sentinelle sonne la conque pour appeler les enfants à se regrouper et où un Diplomate récite les récents évènements du Grand Arbre. Tout y passe, les changements, les punitions des uns, les fautes des autres, les succès, les bonnes actions, le rapport des missions et l'annonce des prochaines. On en profite aussi pour annoncer la mort, le changement de groupe, la rétrogradation ou l'arrivée d'un enfant. Toute information bonne à entendre pour les Perdus est déclarée à cette occasion.

 Les missions. Les enfants partent très souvent en mission. Leurs missions ne sont pas toujours logiques ou cohérentes, car Peter ne l'est pas. Elles sont de toutes sortes, parfois faciles parfois ardues, parfois même impossibles. Parfois dangereuses, parfois routinières. Peter assomme ses troupes de missions afin d'asseoir sa suprématie et d'entretenir l'activité de ses Garçons. Cela leur permet d'arpenter l'île de long en large et de s'imprégner de son atmosphère, afin de mieux oublier le monde réel. Les enfants qui reviennent victorieux d'une mission sont récompensés et célébrés le soir venu.

 Les aventures. Là où les missions ne concernent qu'un seul enfant ou un petit groupuscule d'enfants, les aventures se font à plus grand nombre. Parfois, Peter décide de qui rejoindra l'aventure, parfois il laisse le choix. La plupart des enfant apprécient beaucoup les aventures. Peter choisit le thème de l'aventure du moment, mais il n'est pas rare qu'il en change (voire plusieurs fois) durant le trajet, soit parce qu'il a oublié son premier choix soit parce qu'il s'est déjà lassé. C'est toujours lui qui mène le groupe. Lorsque le groupe rentre de l'aventure en question, une grande fête est organisée pour glorifier les braves victorieux. Les dépouilles des éventuels enfants tués seront plus tard enterrés par Peter lui-même, qui se charge des tombes.

 Les jeux. Les jeux ne prennent effet qu'au sein du Grand Arbre. Cela peut aller du jeu de la guerre au jeu du papa et de la maman, en passant par jouer à être un peau-rouge, construire une tour, s'asseoir sur un tabouret ou cesser de respirer jusqu'à s'évanouir. Les jeux sont récurrents, parfois très brefs, parfois longs de plusieurs jours. Peter les lance en général, mais les enfants jouent sans cesse entre eux aussi. Le jeu est toujours présent pour les enfants, il rythme leur vie.

 La mort. Qu'advient-il des enfants morts ? Il n'est pas rare qu'un enfant trépasse dans le Pays. Succombant à une infection, se perdant dans les méandres de l'île, gobé par une bête sauvage, tombé dans un ravin, dévoré par une sirène, oublié dans le cachot ou tué lors d'un combat... La mort est omniprésente. Comme il avait l'habitude de le faire dans les Jardins de Kensington, Peter s'occupe des enfants morts. Il creuse leur tombe et les y dépose, il leur chante des mélopées chuchotées et leur murmure des mots tendres. Il faut simplement espérer que les enfants n'étaient pas juste évanouis ou endormis, car Peter ne sait pas bien vérifier ces choses-là...
Pour les Garçons Perdus importants (mères, chefs ou garçons d'une certaine envergure), Peter fait organiser une sorte de cérémonie. Sur l'estrade, un diplomate fait rassembler tous les enfants. Il fait sonner une trompette, après quoi Peter déclare un discours sur le trépassé. S'ensuit un petit temps de silence, où chaque enfant est sommé de se découvrir et de ne pas parler. La trompette sonne de nouveau et chacun vaque à ses occupations. Cette cérémonie peut également s'appliquer aux perdus importants qui ont disparus sans explication. Aucune cérémonie ne se déroule lors de la mise en bière, qui reste toujours l'affaire de Peter. Il est en revanche tout à fait possible de déposer des objets ou de se recueillir auprès de la tombe du défunt par la suite.
Lorsqu'un enfant meurt, il ne peut s'évader de l'île à condition que Peter lui rende son âme. Il somme donc à son ombre de se rendre dans la lande afin de récupérer le nom de l'enfant, le nom étant l'écrin de l'âme. Il prend ensuite la main de l'âme de l'enfant et l'emporte jusqu'au ciel où l'enfant peut demeurer en paix. Ceux qu'il oublie de guider, ceux dont l'âme est restée prisonnière, ceux-là restent enclavés à l'île, condamnés à y errer comme des spectres.  

 Le bannissement. Un sort plus terrible encore que la mort. Les enfants fautifs, traîtres (grandir étant la pire trahison possible) sont bannis. Parfois, Peter tue les plus grands, de peur que le quota de jeunesse de ses troupes ne se trouve ébranlé. Mais depuis que les Garçons Perdus se sont massivement développés, il ne prend guère cette peine. Les bannissements sont des événements assez solennels et humiliants. Peter commande à certains de ses sbires, généralement des sentinelles puisqu'ils lui servent d'hommes de main, de s'emparer du traître pendant son sommeil. Le traître est bâillonné et attaché à un poteau (le poteau du banni), car Peter aime à imiter les façons des peaux-rouges. Au petit matin, Peter rassemble les Garçons autour du banni. Il porte souvent une énorme coiffe d'indien. Le procès commence.
Peter s'entoure des diplomates qui serviront de magistrats douteux. Les sentinelles gardent le poteau. Un diplomate appelle le Chef du groupe auquel appartient le Banni, chef qui a été briefé par les Rapporteurs (il y en a, très souvent, car Peter est trop frivole pour se rendre réellement compte de ce qui se passe autour de lui). Il s'avance du groupe et énonce les faits reprochés au banni. Mauvaise action, mutinerie, traîtrise, grandissement... Le Chef doit également exprimer son opinion, sa déception, voire son hostilité à l'égard du Garçon, afin d'insister sur la gravité de son crime. Peter invite ensuite le coupable à plaider pour sa défense. La meilleure défense reste encore la flatterie en ce qui concerne Peter. Peter prend ensuite l'avis des diplomates (attention, si un diplomate se montre trop régulièrement en faveur des coupables, Peter risque de le bannir aussi, c'est un rôle très subtil et plutôt angoissant). Peter déclare enfin la sentence finale en levant son sceptre de manière très dramatique. JE TE BANNIS. Par la suite, les enfants se mettent à crier en cœur : « Banni, banni, banni... ! ». Ils ont le droit de lancer des projectiles ou des crachats sur le coupable. Ce dernier est ensuite détaché du poteau par un sentinelle et contraint de s'enfuir à toutes jambes dans la jungle.



Voilà à quoi ressemble votre vie, les petits.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» b747-400 f UPS perdu
» photos perdu sur mon PC
» [Raid 10] Chimaeron a perdu son buff d'immortalité
» Nom du Lapin perdu ...
» La catapulte au début... (le jardin perdu du senseï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ouvrir la Fenêtre :: Tous les enfants grandissent... sauf un. :: Veilleuses-