Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
L'Ombre
L'Ombre



✘ AVENTURES : 2107

L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyMer 11 Juin 2014 - 12:32

L'Odyssée des Songes





L'Ombre est morose, amère, presque déçue. Elle aimait plutôt bien courber l'échine de ceux qu'elle avait condamné à un cauchemar sans fin. Elle aimait cette domination, cette emprise, qui avait fini par dépasser son petit maitre. Elle aimait la crainte qu'elle inspirait, se nourrissant des cris, s'abreuvant des larmes. Mais tout était fini. La fleur de Brise-Songe avait été trouvée, utilisée, et même son pouvoir à elle n'était pas assez étendu pour contrer la force curative que la plante possédait. Alors l'Ombre avait ruminé cette offense, arrachant les ombres et les noms des arrivants avec plus de violence que jamais. Jusqu'à ce qu'elle se décide à agir. Jusqu'à ce qu'elle décide d'investir à nouveau les rêves des habitants du Pays de Jamais. L'odyssée des songes pouvait commencer. Elle en serait le Maitre du Jeu.


Vous vous endormez, comme chaque soir, après une journée de labeur, d'amusement et d'horreur. Votre sommeil peut être bercé d'une sérénité lourde et profonde. Mais il peut aussi servir de terrain de chasse à l'Ombre, qui continue de capturer quelques endormis dans sa toile. Elle vient vous chercher, au creux de votre inconscient, et vous amène dans ce monde irréel qu'elle a façonné. Le monde des rêves. Pour l'instant, rien de bien méchant ne s'y trouve. Un simple désert, d'une délicate couleur rosée. Vous y êtes projetés sans comprendre. Votre aspect peut être totalement différent que celui que vous avez dans la réalité. Votre nature toute entière même. Certains se sont transformés en animaux, d'autres en végétaux, d'autres encore n'ont plus de visage, ou six bras, ou des dents de vampire. Certains ont même changé de race. Il n'y a pas de sens à tout cela, aucune logique, aucun but. Vous êtes dans ce désert de sable rose, au milieu d'une petite foule de rêveurs hagards. Vous attendez. Vous essayez de comprendre. Ne vous en faites pas. Ça viendra.


★   ★   ★


Cet event est un gros n'importe quoi qui vous permettra de faire péter votre imagination à loisir. Vous pouvez jouer votre personnage sous la forme que vous voulez, lui faire changer de sexe, le couvrir de poil ou le faire rajeunir/vieillir comme c'est pas permis. Il peut d'ailleurs changer tout au long de l'aventure, aussi radicalement que vous le voulez ! Pour les sirènes, à vous de trouver un moyen pour que votre petite dame ne soit pas mal en point ! Seuls les pouvoirs sont interdits. Vous pouvez aussi inventer toutes les choses que vous voyez autour de vous, inventer des animaux, des endroits, des objets, des paysages, tout tout tout !

Au cours de cet event, qui n'est autre qu'un vaste rêve, une foule de bouleversements surgira régulièrement, notamment via des changements de décor radicaux, auquel aucun rêveur n'est préparé. Vous êtes libres de poster quand vous le souhaitez, même si ce n'est pas régulier. Votre personnage peut en effet se réveiller et ainsi quitter le rêve. Il peut aussi se rendormir et rejoindre le rêve plus tard. Un personnage peut aussi gagner le rêve en cours de route, il suffit qu'il s'endorme et que l'Ombre l'ait élu pour victime. En gros, vous postez selon vos inspirations, votre temps, votre envie, quand vous voulez. Vous êtes libres de mentionner ce rêve dans vos RPs aussi.
Un résumé de tous les posts précédents sera posté à chaque changement de décor, pour ne pas obliger les arrivants à lire tous les posts.

Pour l'instant, votre personnage déboule dans ce désert rose qu'il ne reconnait pas. Il se sent bizarre, à la fois léger et nauséeux. Il remarque, parfois, quelques détails modifiés de son apparence. Il sent la terre vibrer doucement sous ses pieds. Et surtout, surtout, il se demande ce qu'il fait là.



Revenir en haut Aller en bas
http://neverneverland.forumactif.org
Ancien Perdu
Anonymous

Invité



L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyMer 11 Juin 2014 - 18:31

Tu t'allonges sur une paillasse, le corps fatigué d'une longue chasse. Tu n'es rentré qu'aujourd'hui après plusieurs jours d'absences, le dos courbé sous le poids du gibier que tu ramènes au campement. Une telle prise, seule n'est pas suffisante pour tous vous nourrir, mais combinée aux divers lapins et oiseaux attachés à ta ceinture c'est bien plus que suffisant. Tu as pris plaisir à voir les yeux écarquillés des plus jeunes enfants devant tes prises, mais maintenant tu n'aspires qu'à une chose, au sommeil. Lors d'une chasse tu ne dors jamais vraiment que d'un oeil, trop conscient de l'environnement hostile où tu te trouves pour dormir pleinement. Car il serait dommage de fermer les yeux pour ne plus jamais les ouvrir. Maintenant que tu n'es plus en territoire hostile tu peux te permettre de te laisser aller entièrement au sommeil. Alors bien installé dans ton lit tu fermes les yeux...

...Et les rouvres sur un paysage inconnu. Du sable à perte de vue, pas un arbre, pas une ombre, pas une goutte d'eau. Le désert s'étend devant toi. Que fais-tu là ? Où es-tu, d'ailleurs ? Ton esprit s'embrume, t'empêchant de réfléchir correctement. Les sensations qui traversent ton corps te rendent malade, mais pourtant si léger. Tu ne te sens pas toi-même... Mais qui es-tu toi même ? Avec effroi, à travers le brouillard dans ta tête tu te rends compte que tu ne te souviens pas de ton nom, de ton âge... De rien du tout en fait. Tu es comme une page blanche, et cela t'effraie.

Tu regardes autour de toi, cherchant un quelconque indice mais ne trouve rien. Par dépit tu te mets à marcher, dos au soleil, te mettant en quête de réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Pirate
Anonymous

Invité



L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyJeu 12 Juin 2014 - 1:22

Charlotte était allongée sur son lit à baldaquin. La nuit était tombée depuis un moment et pourtant elle n'arrivait pas à fermer l'oeil. Le balancement régulier du navire faisait bouger son lit de fortune et la laissait divaguer dans ses pensées. Soudain, une vague de fatigue passa sur ses yeux et ils se mirent à se fermer doucement, l'emportant aux pays des songes.

Elle avait l'impression que des heures s'étaient écoulées avant d'atterrir dans son rêve. Cette fois-ci, elle se trouvait dans un désert de sable... rose. Le vent lui caressait le visage la rafraîchissant de la chaleur pesante, et elle sentait sa chemise taper sur son torse lorsque la brise soufflait. Mais quelque chose n'allait pas et elle ne mit pas longtemps à mettre le doigt dessus. Les choses paraissaient bien plus réelles, elle les sentait. Mais elle sentit aussi un changement en elle-même. Elle palpa son torse. Il avait changé, à la place de sa poitrine, elle avait des pectoraux. Elle était un homme.
Elle se palpa tout le corps. Ses cheveux étaient plus courts, elle était bien plus grande et large, elle se sentait plus forte aussi, mais plus bête.

Une soudaine envie de crier lui vint. Son coeur s'emballa, elle paniqua. Et elle ne se gêna pas. Elle se mit à courir sur les dunes et à crier comme une dératée. Elle se prenait les jambes dans le sable et tombait tous les deux mètres. Mais elle ne s'arrêtait pas, elle criait et elle courait comme la dernière des imbéciles. Tout ça parce que cela faisait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Stealth
Stealth

♣ Chef des éclaireurs ♣


✘ AVENTURES : 876
✘ SURNOM : L'Ardente
✘ AGE DU PERSO : 19 ans ou plus

✘ DISPO POUR RP ? : À voir en MP !
✘ LIENS : Une flamme dans la nuit, un sourire dans les ombres.

L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptySam 14 Juin 2014 - 23:56





L'Odyssée des Songes
Quel étrange voyage
Event

L'Odyssée des Songes Tumblr_m6x1wdnLR41ranhnao1_400



Ce n'est qu'une chute dans un monde connu, celui du rêve et de l'Imaginaire. Celui que vous arpentez chaque jour depuis que Peter est venu vous chercher. Car l'Île du Jamais est l'Île de vos songes.
Vous n'êtes que des songes évoluant dans un songe.
Que de songes.
Tu te laisses tomber sur ton lit bricolé, tu as le droit à ce confort en tant que cheffe.
Et comme il n'y a pas assez de songes, tu plonges toi même dans un songe, comme chaque soir.
Mais celui-ci est bien différent...
Est-ce ta poitrine qui te semble bien plus grosse que d'habitude ? Tu aurais presque du mal à apercevoir tes pieds. Ou alors ces tentacules qui se trouvent à la place de tes mains ? Tiens, que fait cette branche au coin de ton œil ; viendrait-elle de ton oreille ?
Est-ce une seconde, une heure, une semaine, un siècle qui s'est écoulé ? Qui a vu tant de changements en toi ?
Tu ne sais même plus ce que tu es. Qui tu es.
Tu sais seulement que le sable est rosé, infini et perturbant, au point de perturber ton estomac. Ce rêve est bien fort pour te perturber l'estomac. Mais est-ce un rêve ?
Des noms, des images, des sons tourbillonnent autour de toi : "Feu", "Ombre", "Veilleuse", "Stea...". Ce mot s'efface. Un nom peut-être ?
Pour l'instant tu n'es qu'un ours, le reste compte peu, ou pas du tout.

Quelque chose bouge à tes côtés : deux choses sur deux pattes. L'une court, prise de panique il te semble. Tu t'approches d'eux pour leur demander à manger, comme du poisson :

"Brrrr... Grrrr... Huuuuuurm !"
Les sons que tu émets t'étonnent et pourtant te semblent normaux pour ta condition. Quelle condition ? Ah oui, l'ours, c'est vrai...



(c) MEI SUR APPLE SPRING









Stealth's Song

Composée, écrite, chantée par Peter Pan et Stealth



Dernière édition par Stealth le Sam 19 Juil 2014 - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peter Pan
Peter Pan

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2816
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : jeune à jamais

✘ DISPO POUR RP ? : dur dur
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
→ Et aussi tout ça !

L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyMar 17 Juin 2014 - 13:37



L’ODYSSÉE DES SONGES

Tous les Rêveurs

Peter s'était enfermé dans sa chambre de petit roi. Il avait tiré les rideaux jusqu'à ce qu'aucun trait de lumière ne pût infiltrer la pièce. Il avait repoussé les bibelots, les jouets et les dessins éparpillés qui jonchaient le sol. D'où lui venait cette terrassante sensation d'épuisement ? Il avait mis du temps, il avait eu du mal à se remettre de l'Expédition. Passée l'effervescence provoquée par la victoire épique qu'ils avaient remporté. Passé l'arrogance, le soulagement, le pouvoir.
Passé tout ça, il avait des courbatures, des maux de tête, des picotements acides dans les yeux. Son sourire avait flétri. Pan était au comble du harassement.

Il se laissa tomber sur son vaste lit couvert de peaux, et enfouit sa tête dans les oreillers. La seconde d'après, l'Enfant Roi avait sombré dans le monde des rêves, où l'Ombre, ravie de profiter de cette situation de faiblesse, l'attendait.

Ce fut le sable qu'il sentit en premier. Le sable entre ses doigts, contre ses lèvres closes. Peter se redressa lourdement. Il observa son environnement, qu'il ne reconnut pas. Il n'existait qu'un désert au Pays de Jamais, et il n'était pas rose. Ce ne fut qu'après cette constatation qu'il aperçut tous les autres. Amassés, hagards, affolés. Ils étaient tous bizarres. Soit par leur regard, soit par leur aspect tout entier. C'est cela qui lui fit comprendre qu'ils se trouvaient au pays des rêves. Il en fut soulagé, au fond, car les rêves, c'était son domaine de prédilection. Il ne savait pas encore que... Il ne savait pas encore.
Certains avaient été changés en insectes, d'autres en pieuvres volantes, d'autres encore avaient le corps en pierre ou couverts de feuillages. Derrière lui, il entendit un rugissement. Il ne fut pas capable de reconnaitre l'ours, du moins pas tout de suite. Mais en s'attardant sur ses iris, d'un bleu vif, Peter finit par comprendre qu'il s'agissait de Stealth. Elle le considérait bizarrement.
Plusieurs rêveurs semblaient complètement désemparés, paniqués même, par leur métamorphose. Un pirate avait hurlé, était tombé. Un enfant avait essayé de s'arracher les antennes qui avaient investi son crâne. Une fille, se découvrant grand-mère, tâchait de s'arracher la peau ridé qui couvrait son visage. La terreur envahissait les esprits.

Mais... Et lui ?
Peter sentit son coeur s'emballer. Lui. Lui ! A quoi ressemblait-il ? Quel était son reflet ? Et s'il s'était mis à vieillir, lui aussi ? L'angoisse lui serra les tripes. Il observa ses doigts, ses bras, plaqua ses paumes contre son visage. Sa tunique feuillue avait disparu, supplanté par des vêtements. Des vêtements comme les gamins des rues en portaient dans l'Angleterre du début de siècle. La panique s'insinua en lui. Il sentit un filet de transpiration descendre dans son dos. Son souffle devenait rauque.

Peter courut en direction d'un espèce d'attroupement, poussant les créatures bariolés de grands coups de bras. Un enfant s'était transformé en miroir, semblable à celui qu'on trouvait dans le conte de Blanche-Neige. Peter se décortiqua des yeux, haut en bas, bas en haut, chaque détail passait en inspection. Ses lèvres tremblaient.
Il n'avait jamais eu l'air si ordinaire. Il tâta ses oreilles. Rondes, désespérément rondes. Ses yeux aussi étaient plus ronds, moins étincelants. Son visage ne dégageait plus cette assurance lutine, cette magie instinctive propre à son être.
Déglutissant, il tâcha de quitter le sol. Il s'élança dans les airs d'un bond, comme à chaque fois. Mais cette fois, il ne s'envola pas. Il ne décolla pas. Il atterrit sur le sol aussitôt, dans un nuage de poussière. Il réessaya, une fois, deux fois, trois fois. Puis frénétiquement. Il hurla.

Peter n'était plus Pan. Peter n'était plus rien. Rien que l'enfant qu'il serait devenu sans sa magie, un enfant mort, mort-né. Un enfantôme. Son hurlement déchira le ciel. Mais rien ne réagissait à sa détresse. Son pouvoir n'était plus, lui non plus.


Codage by TAC









La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.




le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://neverneverland.forumactif.org/
Ancien Perdu
Anonymous

Invité



L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyVen 27 Juin 2014 - 3:17

Loony était O.
Mais il ne pouvait pas être O.


Il se trouvait dans un désert au sable rose qui ne lui disait rien, il n'avait aucune idée de ce qu'il avait fait pour s'y retrouver. Ses idées étaient trop embrouillées pour qu'il parvienne à se souvenir de ce qu'il avait été en train de faire avant le moment présent. Et là, maintenant, il avait soif, mal au cœur et les yeux trop secs. Il se sentait vidé et impuissant, comme s'il arrivait au bout d'une marche qui aurait duré plusieurs jours. Mais s'il avait marché si longtemps, il s'en souviendrait.

Et pour avoir marché si longtemps, encore lui aurait-il fallu avoir des jambes.
Il baissa la tête. Il avait des jambes.


Il aurait voulu qu'on s'occupe de lui, qu'on lui amène à boire et qu'on le porte jusqu'au grand lit qu'il partageait avec son frère. Mais la petite foule éparse lui semblait distante et indistincte, comme si sa vue était brouillée par des larmes. Ses yeux étaient pourtant si secs. Il se laissa tomber à genoux dans le sable. Il avait des genoux.
Il essaya d'appeler quelqu'un mais aucun son ne sortit de sa gorge déshydratée. Il entendait des voix, des grognements et des cris étouffés autour de lui. Personne ne prêtait attention aux autres, chaque silhouette, humaine ou non, semblait se préoccuper de son propre sort. Et tous ces bruits... Ils étaient comme assourdis. Cela lui faisait penser à la clameur des garçons perdus qu'il entendait, atténuée, lorsqu'il plongeait la tête dans l'eau du bassin.

Tout à coup, il réalisa qu'il se noyait.
Mais il ne pouvait pas se noyer dans le sable, il mourait de soif.
Il ne pouvait pas se noyer dans l'eau, il était O.
O qui suffoquait dans le désert rosé.


Loony se sentit ramené au monde réel. Il avait rêvé. Il était bien là, dans son lit, auprès de son frère, son cœur palpitant.
Il ouvrit les yeux sur la croix de bois qu'il avait dressée en guise de tombe pour son jumeau. Il s'était endormi à côté, la joue contre la terre fraîche. Non, il n'avait pas tout rêvé. Le Pays de Jamais était sa nouvelle réalité, cette croix de bois était réelle, O était réelle.
Il avait soif. Somnolent, il se hissa dans le Grand Arbre et se trouva un bidon d'eau auquel se désaltérer enfin, puis il traversa un pont de corde pour rejoindre l'une des cabanes. Il s'assura de ne marcher sur personne avant de s'allonger à nouveau au milieu de fourrures diverses – il n'aimait beaucoup pas les hamacs, il s'y sentait trop isolé.
Il écouta le son régulier de la respiration des autres garçons qui partageaient sa cabane. Ce n'était pas aussi familier que celui de son frère, que le sien, mais il parvint à se rassurer malgré tout en se rappelant qu'au fond, son frère était toujours en lui, et il s'endormit.

Il fut aussitôt de retour dans le désert rosé.
Il était O.
Oh, oui, son frère était en lui, O l'avait englouti, il l'avait absorbé.



Dernière édition par Loony le Sam 2 Aoû 2014 - 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne fée
Anonymous

Invité



L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyDim 29 Juin 2014 - 19:38

L'Odyssée des songes.


Quel rêve étrange !





Pas un bruit, pas un murmure, pas un souffle ne pouvait altérer la tranquillité qui régnait dans le petit boudoir de Tinkerbell. Posée sur son lit luxueux à la courtepointe légèrement irisée, la fée dormait à point fermés, sa faible lumière éclairant les ombres de ses meubles d'une clarté presque inquiétante. Son sommeil était parsemé de rêves, de pensées, d'illusions. Le pays des songes, lentement, mécaniquement, vint s'ouvrir en son esprit. Et la Clochette fut inconsciemment catapultée dans cette contrée étrange.

Ses yeux bleus s'ouvrirent sur le ciel vide, sans soleil, sans étoiles. Elle tourna la tête, contempla l' immense étendue rose, rose et encore rose qui l'entourait. Puis, elle se redressa, lentement, doucement, pour finalement se retrouver assise sur le sol sablonneux où elle avait atterri.
«Quel est cet endroit?», pensa-telle, perdue.
Elle plissa ses fines paupières, essayant de dissiper le malaise et la nausée qui s'engouffrait peu à peu en elle. Rien à faire.

Enfin, elle les vit. Enfants, sirènes, fées. Tous différents. Tous métamorphosés. Tous plus bizarres les uns que les autres.
Comme elle, ils semblaient effrayés, perdus dans ce monde où aucune loi ne semblait être instaurée.
Et, soudain, elle compris. Le Pays des Songes faisait des siennes.
Un doute s’insémina en elle. Si tous les autres avaient été transformés... à quoi pouvait-elle ressembler ?

La fée se releva avec une certaine difficulté, et essaya de contempler son corps. Ses cheveux blonds, lâchés, emmêlés, étaient là. Sa peau, ses membres qui portaient la marque rouge des grains de sables sur son épiderme blanc, étaient là. Ses ailes, translucides et délicates, étaient là.
Incompréhension.
Était-elle la seule à s'en être sortie indemne ? Elle secoua ses épaules frêles, prise d'un petit rire sournois. Elle voulait voir le nouvel aspect de ces idiotes de mères, de peaux-rouges, de sirènes, de garçonnes, et de tout autre entité féminine ? Elle voulait contempler leur corps meurtris, et sûrement affreux, tandis qu'elle, elle n'aurait rien, absolument rien.
«Quel rêve délicieux! », songea-t'elle, guillerette.

Un Garçon Perdu, dont la tête était rattachée à un corps de serpent, ondula et rampa jusqu'à elle, la fixant avec curiosité.
«Hé, r'garde l'ventre qu't'as !», s'exclama-t'il, hilare.
La femme miniature pâlit, puis rougit de fureur, avant d'essayer d'empoigner l'enfant, qui, effrayé de voir la lueur écarlate qui entourait Tinkerbell, s'enfuit en glissant à toute vitesse dans le sable rosé.

La Clochette, après quelques minutes à s'énerver seule, finit par se calmer.
«Je ne suis PAS grosse.», clama-t'elle en son esprit, sans grande conviction.
Ses yeux se baissèrent d'eux-mêmes sur son corps miniature. Son regard dériva sur la fine tunique blanche qu'elle portait pour dormir, sur ses jambes potelées habituelles, pour finalement arriver sur son ventre. Ou plutôt, sur son énorme ventre.
Sa tremblante main vint effleurer son abdomen démesuré. Pourquoi?

Soudain, comme si la conscience de posséder un membre pareil sous sa poitrine avait changé quelque chose en elle, Tinkerbell sentit quelque chose bouger en elle. Elle se raidit, incertaine. Et, sa nausée s'intensifiant brusquement, tomba à genoux par-terre, avant de recracher la bile qui s'écoulait de sa bouche charnue.
Impossible. C'était impossible. La petite fée connaissait ces symptômes, non pas pour les avoir elle-même vécus, mais pour les avoir contemplés avec effarement lors de visites chez les indiens, trouvant cette manière de donner la vie écœurante et incompréhensible.  

La lilliputienne ailée se mit à trembler de tous ces membres.
«Non. Je ne suis pas capable de ça. Je dois me tromper.»
La présence dans son ventre se mouva, comme pour lui prouver le contraire.
Enceinte. Tinkerbell était enceinte, malgré l'étrangeté de la situation, puisque les fées sont absolument incapables de se reproduire.
Sa main, posée sur son abdomen, retomba mollement le long de son corps.
«On n'a jamais vu une sensation aussi désagréable. », se surprit-elle à penser.





[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Grenouille
Grenouille

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 356
✘ AGE DU PERSO : 9 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyLun 30 Juin 2014 - 18:47



L'Odyssée des Songes

Grenouille & Les Rêveurs


Grenouille se sentait plus grand. Plus costaud, plus coriace. C'était dur à expliquer, comme sensation. Contrairement à pas mal d'autres, il comprit assez vite qu'il se trouvait dans un rêve. Une panique affolante régnait sur tous les rêveurs parachutés dans cet endroit loufoque. Grenouille faillit crier en apercevant Tinkerbell, la fée de Peter, le ventre arrondie d'une grossesse impossible. Il y avait même des enfants transformés en animaux, ou en objets. Heureusement qu'il n'avait pas été changé en grenouille. Ça aurait ressemblé à une mauvaise farce.
Des cris fusaient dans tous les sens, c'était atroce. Et ça lui rappela un souvenir très amer où la main de sa maman fut arrachée à la sienne, dans un endroit encerclé de barbelés terribles, et ne revint jamais.
Grenouille, comme tant d'autres cette fois, passa un certain temps à se palper, à observer son corps muté. Ses mains étaient légèrement différentes, un peu plus épaisses, mais c'était minime. Ses yeux voyaient de la même façon, plutôt nettement, et si Grenouille avait pu les voir, il aurait même constaté qu'ils étaient de ce même bleu pâle.
Il portait un pyjama ample, sale et miteux. Ou du moins cela ressemblait-il à un pyjama. A l'endroit du coeur se trouvait cousue une étoile à six branches, comme celles qu'ils avaient été contraints de porter avant... Avant.
Grenouille tâta son crâne. Il eut un hoquet de surprise. Il était chauve, entièrement rasé. Il ne comprenait pas encore, mais la logique pernicieuse s'insinuait doucement, tendrement dans son esprit. La peur aussi.

Un cri, distinctif, fendit le silence. Grenouille sursauta et se tourna vers son origine. Il peina à reconnaitre Peter. Il était ordinairement triste. Tristement ordinaire. C'en était horrifiant. En fait, Grenouille ne se serait pas attendu à en être aussi saisi. Il fixa sur son roi, déchu, un regard empli d'une compassion réelle, lourde. Pauvre Peter. Il perdait tout. Il perdait un reflet. Et il perdait tout.

Grenouille ignorait que lui avait retrouvé, un reflet. La seule chose, c'est que ce n'était pas le sien. Pas exactement.


Codage by TAC








Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Ancienne fée
Anonymous

Invité



L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyMar 1 Juil 2014 - 17:16


Il était tard, la journée avait été fastidieuse. Les libellules du soir voletaient bruyamment autour du palais, et leur bourdonnement monotone eut tôt fait de plonger Tea dans une léthargie rêveuse. Dans une lenteur infinie, son esprit glissa dans le monde des songes, et après quelques instants qui semblèrent s’éterniser, il ouvrit les yeux dans un décor neuf, vide, et rose.

Il cligna des paupières pour s’apercevoir que tout n’était pas si vide qu’il ne l’avait d’abord cru, çà et là des silhouettes se dressaient, rendues étrange par l’absence d’élément de comparaison. Tout cela ressemblait à un bizarre dessin d’enfant vu de loin, et par conséquent, ne troublait pas le légendaire flegme du majordome.

Comme certains habitants de cet étrange lieu paraissaient forts différents, Tea s’étira afin de vérifier son propre aspect. Il n’aurait pas voulu les effrayer. Ses mains, ses bras, et le reste de son corps étaient parfaitement normaux, il toucha son visage : deux yeux, un nez, une bouche, des oreilles et ses inoubliables cheveux étaient tous toujours là. Ce n’est que lorsqu’il se tendit en arrière qu’il s’aperçut qu’il n’avait plus d’ailes. Voilà qui était perturbant, mais pas pour autant alarmant.

Il portait des vêtements noirs et blancs uniquement, un long manteau foncé, et une chemise qui lui enserrait le cou. Un haut de forme couronnait le tout et il se sentit très à l’aise dans ce nouvel accoutrement qui relevait plus de l’aristocratie anglaise du siècle précédent que de son rôle au Palais de Mab. L’absence d’échelle ne lui permettait pas de le constater, mais de ses quelques centimètres il était passé une taille respectable pour un homme et ses traits n’arboraient plus aucune caractéristique féérique.

Il aperçut un enfant pas très loin, peut-être savait-il ce qu’il se passait et où ils se trouvaient ? Il s’approcha doucement du garçon, salua d’une brève révérence formelle avant de demander.

"Pardonnez-moi, sauriez-vous où nous nous trouvons ?"


Précision:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nassim Sept-Lames
Anonymous

Invité



L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyVen 4 Juil 2014 - 19:18

Tout le monde a ses faiblesses, comme on dit. Après tout, quel homme pourrait passer l'essentiel de ses journées à contempler l'infini horizon sans sourciller une seule seconde ? Neverland est une terre magnifique, mais même le magnifique peut être lassant lorsqu'on y est confronté quotidiennement. Alors, parfois, lorsque le temps est calme et que les hommes ne font pas trop de bordel sur le pont il lui arrive de s'assoupir. Calmement, dans un soupir, il se laisse envelopper par le doux linceul des songes, n'offrant aucune vaine résistance. Son corps s'engourdit, peu à peu les quelques voix qu'il entend en bas semblent se faire plus basse, moins attirante même, jusqu'à ce qu'il ne les entendent plus. Le vent même ne lui faisait plus rien.
Et vînt le désert.

Un désert comme il avait perdu l'habitude d'en contempler. Une horizon nouvelle pour un lieu nouveau, ça avait quelque chose de stimulant. Cependant, la ferveur de la nouveauté ne parvenait pas à lui enlever l'étonnement qu'il éprouvait à cet instant précis. Lorsque l'on rêve, on ne le sait pas. La nature du rêve n'est révélée qu'au moment où les yeux s'ouvrent pour la première fois, les lueurs du soleil venues. Alors... Qu'était-il en train de vivre ? En plus de ça, il n'était pas seul dans cet étrange désert. il reconnu quelques têtes mais n'était pas encore en état d'aller les voir. Pour le moment, il devait déjà réaliser ce qu'il était en train de d'arriver avant d'aller voir ce qu'en pensaient les autres.

Mais une voix se porta à ses oreilles. « Pardonnez-moi, sauriez-vous où nous nous trouvons ? » C'était une fée. Ou... Un fée ? En fait il avait jamais su comment appeler les fées mâles. Bref. Il toisa quelques secondes l'individu et lui offrit un sourire moyennement rassurant. « Et bien... Non. J'ai bien peur qu'on en soit tous au même niveau, mon ami. » Dit-il en soupirant, jetant un regard perdu en quête d'un signe qui lui donnerait la moindre information sur leur situation. « Je pensais m'endormir tranquillement, quand... » Il ne termina pas sa phrase parce qu'il su d'avance qu'elle n'avait pas de sens. L'étrangeté de ce monde n'allait quand même pas pousser jusqu'à s'introduire dans les rêves de ses propres habitants...
Revenir en haut Aller en bas
L'Ombre
L'Ombre



✘ AVENTURES : 2107

L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyLun 21 Juil 2014 - 22:54

L'Odyssée des Songes




Le sol tremble, brusquement. Au loin, vous apercevez une masse brumeuse qui semble se rapprocher. Vos yeux s'agrandissent d'effroi lorsque vous réalisez que ce n'est rien de moins qu'une tornade. Vous courez, vous criez, mais tout est vain. La tornade vous tombe dessus comme un monstre vorace et vous emporte dans sa farandole. Vous n'avez même pas le temps de comprendre ce qui vous arrive.

Lorsque vous sentez de nouveau le sol sous vos pieds, vous mettez un temps considérable à prendre conscience de votre environnement. De la musique endiablée vous parvient. Autour de vous, des façades colorées, des confettis projetés dans les airs et une foule en délire pourvus de masques bariolés. Vous entendez ce mot, lancé à la volée : "CARNAVAL, CARNAVAL, CARNAVAL !"

Vous êtes à Venise, en plein carnaval. Les gens qui vous entourent sont démesurément grands. A moins que vous ne soyez démesurément petits ? Le brouhaha vous affole, fait vibrer votre coeur. Le peuple vous embarque sans que vous puissiez lui résister. Certains d'entre vous ont changé d'aspect, d'autres non, d'autres sont revenus à la normale. Mais tous, tous, vous portez un masque. Il représente une crainte, une honte, un désir secret, un animal qui vous incarne. Vous ne parvenez pas à l'ôter. Vous paniquez.

Et alors que vous vous débattez dans cette folie furieuse aux airs de fête, vous cherchez comment vous extirper de la foule, de l'angoisse et de la violence. C'est loin d'être gagné.


Revenir en haut Aller en bas
http://neverneverland.forumactif.org
Ancien Perdu
Anonymous

Invité



L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptySam 26 Juil 2014 - 18:46

Tu as vu d'autres personnes rejoindre le désert. Certains affolés, d'autres calmes, certains avait l'air normal, d'autre étaient défigurés, déformés, il y avait même des animaux dans le lot. Tu les as vu, mais tu n'as pas osé aller leur adresser la parole. Tu cherches des réponses mais n'ose pas poser de questions. Comment vas-tu t'y prendre alors ? Encore une question qui reste sans réponse. Mais alors que tu te tourmentes dans ton coin, tout change. Le désert s'agite, le vent se lève. Tu lèves un bras pour protéger tes yeux. Une tempête approche. Que faire ? Où aller ? Tu n'as pas le temps de réfléchir, pas le temps de courir que la tempête est sur toi. Et quelle drôle de tempête est-ce la.

Puis d'un coup tout s'arrête. Tes pieds touchent le sol à nouveau, mais le décor est différent. Le vide du désert a laissé place à l'agitation des rues en pleine fête. Tu te retrouves au milieu d'un carnaval si on en croit les cris autour de toi. Tu cherches du regard tes compagnons du désert au milieu de cette nouvelle populace mais tu n'es pas sure de les reconnaitre, car tout le monde ici porte un masque. Tout le monde ? Même toi ? Tu te touche le visage et tu sens le masque sous tes doigts. Quel est ce masque. Emporté par la foule tu cherches l'enlever pour voir ce qu'il est mais n'y parvient pas, comme s'il était collé à ton visage. Tu paniques. Et si ce masque restait collé à ta peau toute ta vie ? Tu es tellement perturbé par cette nouvelle situation que tu ne te rends pas encore compte que tes interrogations du désert n'ont toujours pas trouvé réponses. Tu n'as toujours pas de nom, toujours pas de souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
Anonymous

Invité



L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptySam 2 Aoû 2014 - 13:42

Loony se noyait à nouveau. Il coulait, sombrait, tournoyait malgré lui, essayait en vain de se débattre, comme dans un tourbillon qui voudrait l'emporter dans les fonds marins dont personne ne remontait jamais. Mais ces fonds marins étaient secs. Du sable rose lui piqua les yeux lorsqu'il les ouvrit en plein cœur de la tornade, mais il se dissipa au fur et à mesure que le paysage flou et bouleversé devenait plus net. Il vite alors se dessiner les contours de bâtiments gigantesques et aperçut de l'eau, beaucoup d'eau autour de la place où il semblait devoir s'écraser.

Tout à coup, il se retrouva à genoux sur des pavés qui lui rappelèrent dans un premier temps son village irlandais, mais la musique et les accents n'avaient rien de familier à ses oreilles. Il se frotta les yeux et aperçut de nombreuses petites personnes comme lui qui semblaient paniquer, tandis que les pieds immenses de géants les chassaient sur leur passage. Ils arrivaient de tous côtés, désordonnés et imprévisibles. Loony n'avait jamais imaginé qu'il mourrait écrasé ainsi.
Il courut se réfugier sous une niche dans un muret bas, peut-être l'entrée d'un égout, ne réalisant pas tout de suite qu'il était surprenant qu'un tel abri fût à sa taille. Il observa alors les petites figures qui fuyaient les pas rapides de ces êtres aux jambes interminables, et il s'aperçut que tous portaient des masques. Il leva alors la tête. Les géants aussi en portaient, parés de milles couleurs.

Il se rendit alors compte d'un léger poids sur son propre visage et essaya d'en deviner l'effigie au toucher. Il était caoutchouteux, ses traits semblaient presque lisses et, au niveau de ses tempes, il sentit des sortes de branchies. Était-il encore O ? Une autre sirène, un simple poisson ? Il se mit en quête d'un miroir ou de toute surface réfléchissante, dans l'espoir d'y découvrir une surprise plus agréable. Au fond, il savait déjà très bien qu'il représentait O. Encore. L'Originelle avait pris la sale habitude de hanter ses rêves.

Il longea le muret bas où il s'était réfugié, se dirigeant vers un petit groupe de personnes de sa taille qui s'étaient rassemblées entre un pilier et le muret, où les géants ne pouvaient les atteindre.

Où sommes nous ? leur demanda-t-il une fois parvenu à leur niveau, d'une voix étonnamment fluette. Dans le brouhaha ambiant, il n'était pas certain qu'ils l'aient entendu. Vous venez de Neverland, vous aussi ? cria-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Peau-Rouge
Anonymous

Invité



L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyMer 8 Oct 2014 - 15:31



L'Odyssée des Songes


Ours Elancé


What the f*cking f*ck ...

Mais qu'est-ce qu'il fichait ici ? Où ça avait merdé ? Pourquoi était-il entouré de tout ces gens bien trop colorés qu'ils ne connaissaient même pas ? Pourquoi n'était-il pas toujours perché sur sa branche, son calumet à la main, à rêver gentiment en attendant que le temps passe ?

Comment je m'étais retrouvé là ?

Intrigué, je sentais peu à peu l'angoisse me tordre les tripes. J'étais bousculé par la foule, la musique me défonçait littéralement les oreilles à tel point que je me demandais sérieusement si mon cerveau n'allait pas finir par fondre par mes tympans.
Ils portaient tous des masques. Ne pas voir les vrais visages, c'était terrible. Je ne les connaissais pas, et ils ne faisaient qu'une chose: danser. J'avais l'impression que tout NeverLand s'était donné rendez-vous afin de s'amuser de manière un peu trop exubérante, et même moi qui appréciais faire la fête, je trouvais ça ... trop.

A tel point que la panique commençait à me gagner. Je reculai, bousculant le monde au passage, et, comme pour me rassurer, me passa les mains dans les cheveux. Puis sur le visage, et enfin sur le corps. Et je me rendis compte que sur mon torse, il y avait une poitrine que je n'avais jamais senti jusqu'à maintenant, que mes cheveux, bien qu'ils soient toujours longs et rasés d'un côté, étaient noués en une longue natte, et qu'une épaisseur recouvrait mon visage. Je portais moi-même un masque.

- Merdemerdemerde, enlevez-moi ça ! m'écriai-je en tentant d'arracher ce masque de malheur.

Mais ma voix ne sembla même pas franchir mes lèvres.

- Faites quelque chose bordel !

Je titubai, les mains toujours plaquées sur mon visage, une farandole de couleur passant devant mes yeux. Si j'avais été épileptique, je serai mort.



Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
Anonymous

Invité



L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes EmptyLun 8 Déc 2014 - 18:15

Moony avait l'impression d'être encore debout, pas vraiment couché, ni assis d'ailleurs : non. Juste debout.

Il se couchait souvent après tous les autres, trop occupé à fabriquer encore et toujours de nouvelles choses, à rafistoler un pont, confectionner une veilleuse, ou un objet inédit. Avant de s'endormir il avait encore entre les mains le petit objet qu'il s'acharnait à fabriquer, une toute petite figurine articulée, une figurine qui souriait. Il gloussait tout seul en la faisant bouger, persuadé que le jouet plairait aux plus petits, même s'ils risquaient de le casser. Avant ça ne le gênait pas de casser des jouets, il y en avait toujours d'autres, ce n'était pas grave ; mais maintenant c'était plus difficile, il n'aimait pas voir ses projets réduits en miettes par des mains maladroites, des petites mains égoïstes qui n'avaient pas conscience du travail fourni.

L'enfant perdu n'aurait pas su dire à quel moment il avait glissé du point A au point B, mais toujours est-il qu'il avait quitté son petit coin tranquille pour se retrouver ici. Où ici ? Bonne question. A aucun moment Moony n'eut l'intelligence de se dire qu'il rêvait. Le monde autour était plein de vie. Trop de bruit autour, trop de couleurs aussi. C'en était blessant. Au début tout allait bien. C'était inesthétique et inconfortable mais gérable. Puis vint la foule, et cette force vibrante qui se referma sur son cœur et ses tripes. Il eut soudain la nausée, la sensation qu'il était coincé. Moony n'aimait pas être coincé. Être coincé ça voulait dire être mort.

Il y avait des gens autour, des gens de sa taille ou plus petits, et d'autres immenses, plus grands que les grands arbres de la forêt, ceux qui percent le ciel pour aller cueillir la pluie. Moony ne pouvait pas s'échapper. Tout le monde était masqué. Pas de visage. Pas d'émotions... L'adolescent porta une main à sa propre frimousse et ses doigts rencontrèrent la surface un peu rugueuse de son masque. Ça n'avait pas de sens ! Aucun sens ! Pourquoi porterait-il un masque ? Il ne l'avait pas mis, il n'aimait pas ça. Pourquoi les géants tout autour s'amusaient-ils ? Pourquoi riaient-ils ? Ce n'était pas drôle ! Arrêtez de rire ! Arrêtez !

Une sortie ? Où était la sortie ? Il y avait forcément une sortie, toujours une sortie c'était obligé, c'était logique. Depuis quand aimait-il autant la logique ? La foule poussa le garçon contre un bâtiment, il eut l'impression qu'on le broyait et son épaule lui fit mal. Ou son pied ? Où était quoi dans son corps ? Ce n'était pas logique ! Non, non pitié !

Il leva le nez, vit les autres personnes masquées qui se reflétaient dans un morceau de vitre. Elle brillait beaucoup cette vitre. Les autres aussi avaient peur. Les autres aussi ne devaient pas trouver ça logique. Il serra un instant les dents en remarquant la forme de son propre masque. Des gribouillis, d'une hideuse couleur rouge, traçaient sur son visage anonyme la grande marque angoissante d'un point d'interrogation. Un peu stupidement Moony se fit la réflexion qu'il n'aimait pas le rouge. Et il ne savait pas ce qu'était un point d'interrogation.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'Odyssée des Songes Empty
MessageSujet: Re: L'Odyssée des Songes   L'Odyssée des Songes Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'Odyssée Atlante
» Erzulie, si tu me vois tomber dans l'eau, sauve-moi [PV Erzulie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Ailleurs :: Le Monde Extraordinaire-