Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
O
avatar

≈ Doyenne Suprême ≈


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : L'Originelle.
✘ AGE DU PERSO : Ancestral.

✘ DISPO POUR RP ? : Oui.
✘ LIENS : Ocean will be

MessageSujet: Re: regarde bien le monde qui t'entoure, dans l'océan parfumé.    Dim 14 Juin 2015 - 21:15


Capusinge prend la main. Capusinge revient. O se redresse, comme si ce simple geste lui redonnait énergie. Idiot. Pas possible. Mais pourtant vrai. O incline la tête et O sourit. Essaye. Cet endroit la trouble, et Capusinge aussi. Il avait Peur, elle 'la senti. Peur avec un grand P. Endroit de mort et de folie, pas bon d'y rester.

- Cadeau ? Quoi ?

Léger silence. O sourit presque, O a presque les yeux qui pétillent. Mais ce serait trop humain, comme réaction. Non ?

- O sait. O connait des endroits cachés. Un peu.

Mais certaines soeurs doivent les connaître aussi.

Capusinge propose de partir, Oui. Il faut. Ami froid. C'est presque avec soulagement que la sirène l'entraine plus loin, toujours plus loin. Mais plus haut.

Ami froid. Haut chaud. Aller plus haut.

Vite vite, ils remontent. Vite. Mais même si le trajet se fait rapidement, tous dexu étaient profondément enfouis dans les eaux sombres. C'est trop long pour O, trop long à son goût. Capusinge ami froid.

Si O pouvait, elle réfléchirait. Elle repenserait à son lien avec Capusinge, à ce petit bout de Debout pas Homme. Lien étrange et fort. Au fur et à mesure qu'ils remontent, les eaux s'illuminent et s'apaisent. O avec elle. Beau. Bleu. Calme. Son deuil repart comme une marrée basse.

Finalement ils crèvent la surface et le soleil les inonde. Chaud.

Sans lâcher la main, O replonge vivement pour les roch.. Bulle. Capusinge. Eau. O regarde le Debout Ami et remonte aussitôt. Eau. Air. Soleil. Mais air. La grande bulle pour Capusinge qui n'a plus la sienne.

Au loin, le rivage et la Lagune son devinable.

- Pas ici. Pas soeurs. Quoi cadeau ?

O nage tranquillement sur le dos et tire Capussinge derrière elle. O curieuse. O presque joueuse.

Cette main, ce lien, c'est comme un bain de jouvence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capucin Farouche
avatar

♐ Papoose des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 238
✘ SURNOM : La Bestiole
✘ AGE DU PERSO : 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 1/2
✘ LIENS : Hear me roar in the Jungle Book !

MessageSujet: Re: regarde bien le monde qui t'entoure, dans l'océan parfumé.    Mar 21 Juil 2015 - 11:50

Heureusement que Capucin Farouche a l’habitude d’être bringuebalé sans ménagement. Le bras à la fois doux et puissant d’O le tire, le traine, l’entraine, le ramène, l’enfonce et le remonte. Son petit corps brun suit le mouvement malgré lui, semblable à un pantin très souple, tandis que ses cheveux trop longs ondulent sauvagement au gré de la gestuelle aquatiques de l’Originelle.
Par automatisme, Capucin inspire une énorme bouffée, ouvrant une très grande bouche, lorsqu’ils atteignent pour de bon la surface. Il toussote, barbote et, plaquant son épaisse tignasse en arrière, se tourne vers la figure inhumaine d’O. Elle aussi a percé la surface. La Bestiole reste un moment rivé sur son crâne visqueux qui émerge de l’eau. C’est une vision étrange : O hors de l’eau. Presque contre nature. Sa peau grisâtre luit, elle semble dure et animale, ses yeux aussi sont différents. Tout en respirant avec bruit, Capucin l’observe longuement.

« Quoi cadeau ? »

Il cligne des yeux et renifle, mouvant sa tête dans tous les sens afin de s’assurer qu’effectivement, ils sont seuls. Un petit sourire, fatigué mais sincère, éclaire son visage ruisselant. Rares sont les êtres qui peuvent déclarer avoir été réjouis d’un moment intime et exclusif avec O. Capucin Farouche fait partie de ces êtres.

« Oui ! »

Il a déjà oublié ce qu’il projetait d’offrir à O. Il ne s’en inquiète pas, tout en crispant la mâchoire d’un air déterminé. Son présent pour l’Originelle ne doit pas être n’importe quoi. Il ne peut pas se contenter des colliers biscornus – dont il est tout de même très fier – qu’il offre à Lys Tigré.
Mais quel objet peut bien gagner le cœur d’O ? Quel artifice saurait lui plaire ? O est animale, élémentaire, O n’a pas cette capacité toute humaine d’apprécier ce qui n’est pas utile ou sensé, O ne connait rien de la futilité, O ne s’encombre pas. Capucin est un peu comme cela lui aussi. Moins.
Il nage grossièrement vers le rivage, fend difficilement l’eau avant de gagner le sable. Ses cheveux sont plus longs à présent, lestés par l’eau qui les imbibe. Épuisé et heureux, il ne résiste pas à la tentation de se jeter sur le sable, bras et jambes écartées. Le soleil nimbe son corps nu déjà cuivré et fait scintiller les gouttelettes qui l’ornent joliment. L’océan était plus beau et chaleureux qu’il n’aurait cru, mais les retrouvailles avec son propre élément le gonflent de joie et de sérénité.
Couvert du sable qui lui colle à la peau, la Bestiole se redresse presque aussitôt, élancé par ce mélange de hâte et de gaucherie qui le caractérise. A quelques dizaines de mètre, la tête d’O continue de crever la surface étincelante de la mer. Elle a l’air alors si petite, si fragile, que Capucin lui trouve un air d’enfant.

Il lui sourit de ses dents jaunes et gâtées, mais son sourire est beau tout de même.
Il réfléchit au cadeau. Qu’est-ce que Pan ferait ? Lui qui connait tant les sirènes, lui qui sait toujours ravir le cœur des femmes. Mais O n’est pas une femme. O n’est même pas vraiment une sirène. Capucin tripote sa queue de singe, en mordillant l’extrémité, sans trop s’en rendre compte. Pan. Le Roi. Roi des airs et des enfants. Pan de feuillages et O de tentacules. Les entités s’affrontent, s’équilibrent, s’unissent dans l’esprit de Capucin. O, reine de l’eau.

Une couronne.
Capucin bondit, courant à quatre pattes jusqu’à l’arbre le plus proche. Il ne cesse de jeter des regards furtifs, rejetant comme il peut les grosses mèches qui recouvrent son front mat, en direction de l’Originelle. Il ne veut pas qu’elle pense qu’il est en train de l’abandonner ! Cette angoisse agite ses gestes, le brusque, le presse. Il arrache deux lianes et court de nouveau vers le rivage, tellement vite qu’il manque de se fracasser deux fois.
La Bestiole brandit les lianes, sans se douter qu’O ne doit rien y comprendre. Il sait qu’elle ne restera pas bien longtemps, que sa patience est déjà quasi miraculeuse. Il se hâte, encore plus. Il parvient à choper des algues, des coraux et deux fleurs de nénuphar en vadrouillant parmi les rochers qui habillent la plage. Il s’assoit ensuite en tailleur et entreprend sa création.

La couronne n’est pas belle. Elle parait plutôt solide car son tissage est serré, mais son aspect est disgracieux, grossier, enfantin. Les fleurs pendent d’un côté et de l’autre, les algues sont emmêlées sans ordre et les coraux jaillissent anarchiquement. Capucin Farouche trouve son ouvrage élégant, lui, mais il redoute tout de même la réaction d’O. Plongeant précautionneusement dans l’eau salée, il nage de nouveau vers la sirène et lui pose tout aussi délicatement la couronne sur la tête.

« O est reine. Reine de l’eau. »

Il devine sûrement, tout au fond de lui, qu’O n’y entendra rien. Reine d’elle-même.
Soudain, l’enfant sauvage fait un geste brutal, comme pour dire « oh, attends ! ». Il saisit sa queue qui ondule derrière lui et en arrache vivement quelques poils lisses et bruns, serrant les dents sous la douleur. Il les coince alors méticuleusement dans la couronne, éparpillés comme s’il s’agissait de pétales charmants. Il fait signe à O d’observer son reflet tremblotant dans l’eau.

« O est belle. »

Il lui avait déjà dit.
Elle n’avait pas tellement compris.
Ce n’est pas grave. Lui, il le sait.








Capucin rugit en brown.
.......

cadeau de césar:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
O
avatar

≈ Doyenne Suprême ≈


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : L'Originelle.
✘ AGE DU PERSO : Ancestral.

✘ DISPO POUR RP ? : Oui.
✘ LIENS : Ocean will be

MessageSujet: Re: regarde bien le monde qui t'entoure, dans l'océan parfumé.    Sam 15 Aoû 2015 - 1:41


Capusinge vient. Capusinge suit. Sa main un peu fripée par l'eau est chaude, vivante. Fripée, comme O. O est là, Capusinge là, O cherche le contact avec lui. Ses doigts sans âge autour du poignet, ses tentacles qui frôlent la jambe.. Douce, O. Tranquille, O.

Et puis la plage, le sol. O reste dans son domaine, mais Capusinge s'enfuit. Loin sr la plage et le sable, mais son élément, normal. Pas poisson. Sol. Sable. Solide. O incline la tête et le regarde se rouler dans le sable, et courir. Avec Capusinge au loin, la jeunesse de O s'essouffle pour laisser place à l'Appel. L'Appel de la chasse, de la faim. Depuis combien de temps n'a-t-elle pas mangé ? Longtemps. Au moins deux heures. PLus. Moins. Trop longtemps. Un souffle impatient, deux tentacules qui fouettent la surface de l'eau en signe d'impatience. O fixe Capusinge qui court, O se concentre sur Capusinge qui bouge. Enigmatique Capusinge.

Quoi cadeau ?

O hume l'air, O ressent l'Appel. Chasse. Pêche. Poisson. Mais Capusinge là, Capusinge cadeau. O se concentre, fronce les sourcils en fixant intensément le bout d'homme. Ami, pas Debout Humain. Ami Debout pas Humain qui revient en tombant presque, avec cette gauche hâte. Poisson frétillant, poisson vivant. Pas poisson. Faim. Pas manger Capusinge ami. O le regarde revenir vers elle, O frôle les chevilles brunes de ses tentacules. Contact, ami, jeunesse. Vie.

La couronne lui fait bizarre sur la tête. O reine de l'eau, Eau reine de O. Une esquisse maladroite de sourire anime ses lèvres déjà desséchée. O ne comprend pas tout, mais l'O, l'eau, elle connait et comprend. Et la couronne, avec bout de Capusinge, c'est précieux important. O aime. O emue, elle sent qu'il s'est passé quelque chose d'important. Tout son instinct le lui hurle. Son estomac hurle, lui aussi. O ignore. O doit d'abord être avec Capucin, encore un peu, juste un peu.

- Beau cadeau.

O est belle mais O ne comprend pas.

- Beau l'Océan. Beau coeur de Capusinge ami.

O se penche vers Capusinge avec un peu de brusquerie, O est rapide quand elle veut. O tend les bras et agrippe l'enfant, son corps lui hurle le besoin de nourriture.

Chut.

O serre Capu contre elle, en un câlin maladroit mais sincère. O est trop spontanée pour mentir, O est trop Vie et Présent pour se projeter plus que l'instant présent.

- Capusinge ami.

C'est sifflé doucement alors qu'elle hume l'air. Capusinge sent bon.

Faim.

Plouf ! C'est O qui ne tient plus, qui a faim faim faim manger faim. O est sous l'eau, O oublie Capusinge pour un instant ou pour longtemps. Poisson, Debout, faim. Ca ne peut plus attendre, et d'ailleurs plus rien n'existe à part la traque, à part cette douleur de famine.

O part à la chasse, et au fond de sa tête des tambours grondent tranquillement.
Les tambours resteront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capucin Farouche
avatar

♐ Papoose des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 238
✘ SURNOM : La Bestiole
✘ AGE DU PERSO : 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 1/2
✘ LIENS : Hear me roar in the Jungle Book !

MessageSujet: Re: regarde bien le monde qui t'entoure, dans l'océan parfumé.    Dim 6 Sep 2015 - 19:37

Capucin, instinctif.
Il ressent la bestialité réprimée d’O dans leur étreinte. Dans le souffle de l’Originelle qui passe entre ses dents effilées et se dépose sur sa propre peau. Son cœur cogne, sous le choc, l’intensité, la peur aussi parce qu’O lui fera toujours peur en même temps qu’elle l’attire, qu’elle l’émeut. C’est la seule créature qui a cet effet-là sur lui.
Son regard brun, jeune, fragile, pénètre dans celui, abyssal et immémorial, de la sirène. Il sourit nerveusement, la respiration sèche et le corps crispé. Il sent qu’elle va le quitter, que ses doigts crochus délaissent ses bras. Il voudrait lui donner un morceau de sa chair pour qu’elle reste un peu. Mais elle le mangerait. Elle le mangerait tout cru, et Capucin ne l’aime pas moins.

Elle plonge.
La surface de l’eau remue doucement tandis que l’ombre d’O disparait dans les profondeurs. Capucin, le souffle raide et le corps agité, cherche de ses pauvres yeux de terrien sa silhouette qui s’effiloche, qui lui échappe. Elle n’est plus là. Il scrute le dernier endroit où il l’a aperçu, longtemps.

Enfin, il regagne un rocher, s’y hisse, s’accroupit et continue de contempler l’immensité bleue. Jusqu’à ce que l’Esprit Nuit se lève. Il grelotte et les pores de sa peau se gonflent de froid. Il contemple. Il n’attend plus, n’attend pas. Il est tout imprégné de ces instants hors de tout. Lorsqu’enfin il ressent un appel qui sait le réveiller, le même qu’O, il se décide à déplier ses membres raidis par l’immobilité. Il quitte l’océan sans savoir s’il a chaud ou froid. Les deux. Une seule chose tambourine dans son esprit à lui.

Capusinge ami.

Le monde ne sera plus vraiment pareil.








Capucin rugit en brown.
.......

cadeau de césar:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1717

MessageSujet: Re: regarde bien le monde qui t'entoure, dans l'océan parfumé.    Jeu 17 Déc 2015 - 19:07

The End


Ainsi deux êtres hybrides unis par l'amitié,
Ont permis à deux mondes contraires de s'unifier.


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: regarde bien le monde qui t'entoure, dans l'océan parfumé.    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le Monde se met au rétro
» Parce que vous le valez bien...
» Vidéo la plus intéressante du monde !
» [Jeu] Connaissez vous bien votre monde ?
» [Résolu] [Sims 3 / Bugs du jeu: Divers] Terrains du store installés mais n'apparaissent pas dans le jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: L'Océan Bariolé-