Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Wilhelm DogFish
Wilhelm DogFish

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1142
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

MessageSujet: Re: Pale Sailors   Dim 21 Oct 2018 - 18:04

La Rouille avait bafouillé quelque peu, visiblement déstabilisé par les mots, les attaques, même si Wilhelm aurait sans aucun doute nié cet aspect violent des ses dires d'un peu plus tôt.
Ca faisait un peu bizarre de le voir comme ca, Zeb Skelton. Mais il y avait aussi un petit coté très satisfaisant que ressentait l'Orbleu, ou plutôt ce qui restait des traits caractériels adolescents de ce qui était pourtant sensé être un adulte. Un pirate.
Tellement immature parfois. Souvent. Et c'était pour ne pas dire toujours.

Ce bref instant durant lequel le charpentier sembla perdre pied, façon de parler, et ses mots en passant ne dura cependant pas, l'homme de sa trempe revenant vite au galop et réassurant le respect qui lui été du tout en se redressant de toute sa carrure.

"Je t’interdis de me dire ça Wilhelm, tu entends ?!"
Le blondinet aux joues bleuies par le froid en sursauta presque, ravalant sa salive et baissant la tête, comme prit en faute. "Je te l’interdis !" Une faute grave, en l'occurence, la mine toujours baissée bien que ses yeux pales ne quittaient pas son interlocuteur, DogFish se mordait la lèvre inférieure avec nervosité. Peut être bien qu'il regrettait déjà un peu ce qu'il avait osé dire à La Rouille. "Je n’en ai rien à foutre de Steiner et tu le sais mieux que personne ! " Pas de réels remords, il ne fallait pas trop en espérer, plutôt ceux d'un gamin qui venait de se faire attraper à chaparder un sachet de bonbon tout entier et qui redoutait bien plus la punition que la raison de la sanction. Un gosse qui craignait plus le jugement d'un adulte que la douleur d'une carie, et son sourire infernal pouvait en témoigner.

"Tu veux savoir de qui je m'occupe?"
Wilhelm s'écrasa quelque peu sur lui même, lâchant le rouquin des yeux, peinant visiblement à assumer le retour de flamme. "Je suis avec Braumeister et Jim, qui passent leur temps à chercher un remède rien que pour toi." Le Pied Beau fronça les sourcils, faisant une moue qui reflétait quelque peu ses regrets. Rien que pour lui ? Mais un remède à quoi ... "Je suis avec Tijl, et Earl, et Keith. Je suis avec le seul fils qui me reste, merde!" L'insulte qui ponctua la fin de phrase du plus vieux fit sursauter le blond pour de bon cette fois.
Wilhelm savait que Zeb pouvait employer ces mots la, mais ca l’impressionnait toujours quand il s’énervait et que ca sortait, pire encore quand ça lui été destiné.
Le lourd et doux poids de l'autorité.
Celui qui enchainait mais surtout rassurait. Protégeait. Guidait.

"Et on ne t'a pas abandonné. Je ne t’ai pas abandonné."

La voix de la Rouille s'était faite plus basse, le ton changeant sensiblement même s'il restait ferme alors que le traqueur relevait les yeux vers lui.

"Qu’est-ce que je fais là, à ton avis ? Je cherche une solution. Et je la trouverai. Si elle existe, je la trouverai, et je reviendrai te chercher, tu m’entends Wilhelm ? Je reviendrai te chercher."
Il avait la rage, Zeb Skelton, et ca s'entendait. De cette colère contenue et maitrisée, celle qu'exprimaient les hommes, les vrais, du moins ce qui correspondait à la définition de Wilhelm en donnait.

"Tu sais que je tiens mes promesses."

Le Pied Beau hocha doucement la tête à la positive, un peu comme s'il lui donnait raison, un peu comme s'il partageait les convictions du Charpentier.
Comme s'il était d'accord.

Comme si, oui.

Par ce qu'en vrai, si c'était réellement le cas, les choses deviendraient bien plus simple, n'est ce pas ?
Mais étaient-elles véritablement si compliquées ? Wilhelm DogFish peinait un peu à se rendre compte de la gravité de la situation.
Ou bien plutôt c'était un peu comme s'il savait sans savoir. Comme si un autre lui glacé devinait, s'en amusait, tout au fond, pendant que l'autre pataugeait dans l'incompréhension.

"Alors ramenez moi avec vous."

Le blondinet se rendait-il compte de ce qu'il proposait ? De tout ce que cela impliquait ? De ce qu'il se passerait s'il entrait ne serait ce qu'en contacte avec un non infecté ?
Non. Pas une seule seconde.
Mais l'Orbleu, lui, savait très bien ce qu'il faisait.
Le Givre qui avait prit le cœur du pirate et maintenait fermement la barre de son âme naviguait sans crainte.
C'était l’instinct du mort vivant qui parlait. L’instinct qui le poussait à faire grossir les rangs de son espèce.

"Vous ne voulez pas parler au Capitaine, mais moi je voudrais leur parler."
A ceux qui avait osé trahir Hook. "A nos frères hésitants."
Il y avait eut cette drôle de façon de les nommer, reprenant les termes qu'avait utilisé Skelton un peu plus tôt, et surtout comme un gout amère dans ces mots, comme une ironie étrange.
C'était la voix du froid qui s'était exprimé.
"Ils me manquent..." Et pourtant celle de Wilhelm était toujours la, emprunte de sincérité, comme en écho en arrière fond. "Vous me manquez."






Sourire de l'Enfer



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeb Skelton
Zeb Skelton

☠ Charpentier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 130
✘ SURNOM : La Rouille
✘ AGE DU PERSO : Cinquantaine

✘ DISPO POUR RP ? : Tout se discute, moussaillon
✘ LIENS :
⚓️Le Charpentier et ses Outils
⚓️ Histoires en cours: I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI

MessageSujet: Re: Pale Sailors   Mar 30 Oct 2018 - 2:52

"Alors ramenez moi avec vous."

Juste quelques mots, une simple demande, presque une proposition. Une réponse calme, humble, qui contrastait avec la colère de Zeb, avec la hargne qui transparaissait dans ses explications et ses promesses. Une réponse qui n’en paraissait que plus raisonnable.

C’en était même doucement cruel, comme intervention, parce que c'était vraiment quelque chose que DogFish aurait pu dire. Il avait cet art de réagir aux remontrances en baissant les yeux, en affichant un air penaud et en parlant d'un coup beaucoup plus lentement, d’une voix bien plus basse, qui s’appliquait à paraitre aussi tendre qu’inoffensive. Exactement comme un jeune chien qui vient se coller à votre jambe en gémissant doucement, la queue sous le ventre et en vous faisant les yeux doux, pour bien vous montrer qu’il est désolé, même s’il n’a pas très bien compris pourquoi il devait l’être. Un peu simple, mais tellement sincère que c’en était touchant et donc, le plus souvent, efficace.

Sauf que ce cabot aux yeux de glace ne brillait pas vraiment par sa sincérité, n’est-ce pas ?

"Vous ne voulez pas parler au Capitaine, mais moi je voudrais leur parler. A nos frères hésitants."

Oh, ce n’était pas grand-chose. Le visage gris de l’Orbleu n’avait rien laissé transparaitre, son regard était resté doux et attentif, sa bouche n’avait pas esquissé la moindre grimace. Mais Zeb connaissait trop bien DogFish pour être dupe.

La Rouille souffla trop longtemps, expira un long filet de vapeur d’eau comme il aurait aimé se défaire de la rage et de la souffrance qui vrillaient encore sa poitrine, cet étau glacé que le ton du traqueur venait de serrer d’un cran supplémentaire.

Nos frères hésitants.

Ce n’était guère qu’une pointe d’ironie, mais ce fut assez. DogFish ne parlait pas ainsi ; il avait toujours lutté avec le second degré, et bien que parfois le Pied-Beau parvînt à dire quelque chose qu’il ne pensait pas vraiment, il le faisait toujours maladroitement, sans aucun naturel, comme s’il appliquait un protocole soigneusement appris. Il pouvait exprimer son mécontentement vis-à-vis du reste de l’équipage, il parvenait à être cynique, mais pas comme ça, pas aussi subtilement.

Et surtout pas en tentant de dissimuler son dégoût.

Ce ton-là, Zeb le reconnaissait comme celui de la Chose Froide qui les avait chassés du Roger, et sa mémoire d’homme meurtri s’empressait déjà de lui rappeler ce qu’il avait ressenti ce soir-là sur le quai, ce qu’il ressentait à nouveau tandis que l’Orbleu qui lui faisait face utilisait une voix qu’il n’aurait jamais dû posséder :

"Ils me manquent..."

"Wilhelm…"

"Vous me manquez."

Zeb voulut déglutir, mais sa bouche asséchée par le stress et le froid ne daignait plus produire la moindre salive ; il avait à nouveau cette envie de pleurer et hurler en même temps, ce mélange informe et primitif de fureur, de haine et d’indignation qui carbonisait ses pensées et lui donnait envie de dégainer son sabre, là, maintenant, aussi ridicule et inutile que ce fût - n'importe quoi pour faire taire la chose qui avait pris Wilhelm, n'importe quoi pour faire cesser cette conversation ignoble.

Comme lorsqu’il avait empêché Lòng de prolonger son « jeu » avec une gamine, au risque de se faire tuer ou au minimum de voir ses dangereux scrupules dénoncés au Capitaine.

Comme la fois où il avait frappé Big Jack de toutes ses forces pour une insulte hideuse envers Kit, tout en sachant très bien que c’était un combat qu’il ne pouvait pas gagner.

Zeb l’avait déjà fait. Il aurait pu le refaire.

Mais ce n’était ni Lòng, ni Big Jack, n’est-ce pas ? C’était DogFish. Ils en avaient traversé des tempêtes, tous les deux, ils s’étaient mutuellement sauvé la vie trop de fois pour que le maître charpentier en gardât le compte. Alors même si le Froid changeait la manière d’être du Pied-Beau, même s’il lui faisait dire ces choses horribles, même s’il utilisait l’amitié des deux pirates contre eux de manière lâche et odieuse, il allait en falloir plus pour que Zeb Skelton décidât sciemment d’attaquer celui qui était, encore, malgré tout, Wilhelm DogFish.

"Tu me manques aussi mon grand."

Et la Rouille osait croire que l’homme englouti par la glace sentirait à quel point il était sincère.

"Mais je ne peux pas non plus t’emmener jusqu’aux autres. Si tu veux, je peux leur répéter ce que tu as à dire. Tu as ma parole que je le ferai."

Un instant, Zeb hésita. Il aurait dû s’en tenir là, il le sentait ; c’était trop austère, trop distant, mais c’était tout ce que la prudence autorisait. Donner des explications, c’était trop s’avancer. C’était provoquer le Givre.

Mais encore une fois, cet Orbleu, c’était DogFish. Et la Rouille avait le sentiment aussi irraisonné que fort que le vrai Wilhelm était encore là, pas très loin sous le gel. Il l’avait déjà atteint, il l’avait fait douter ; il ne pouvait pas résister à la perspective de lui donner un peu d’espoir.

"Ce n’est pas contre toi Wilhelm. Mais je te l’ai dit, le Givre que tu portes en toi n’a pas l’air d’attendre que les gens soient d’accord pour les envahir. Tant qu’on ne comprend pas comment ça fonctionne, personne ne s’approchera de toi. Et tu ne t’approcheras pas d’eux."

C’était dit comme un constat, mais au fond, cela ressemblait quand même un peu à un ordre. Ce fut sans doute pour cela que Zeb se sentit obligé d’ajouter :

"Je suis vraiment, vraiment désolé. J’aimerais te ramener avec moi, j’aimerais vraiment, et beaucoup d’autres seraient ravis de te revoir. Mais pas maintenant. Pas tout de suite."

Une inspiration, juste un peu trop forcée.

"Aujourd'hui, Wilhelm, je dois rentrer tout seul."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilhelm DogFish
Wilhelm DogFish

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1142
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

MessageSujet: Re: Pale Sailors   Mar 20 Nov 2018 - 21:19


"Tu me manques aussi mon grand."

Et dans le froid, dans la glace pourtant si solide qu'était devenu le cœur de DogFish, il y eut comme une touche de chaleur.
Une goutte.
Toute petite goutte d'humanité réchauffée.
Était ce lié a ce qu'exprimait Zeb à son sujet ? Il lui manquait. Ou bien à cette façon qu'il avait eu de l'appeler. Mon grand. Paternelle. Protectrice. Plus qu'un simple collègue de travail, une famille.
Sa famille lui manquait.
Sa famille...

"Mais je ne peux pas non plus t’emmener jusqu’aux autres."
Et soudain, le vent de glace se remit à siffler et souffler de plus belle en Wilhelm, ses hurlements inhumains recouvrant la chaleur des mots de l'instant d'avant. la neige et la glace, coupante et glaçante étouffants ce minuscule débris de feu humain. "Si tu veux, je peux leur répéter ce que tu as à dire. Tu as ma parole que je le ferai." Et pourtant, sur le visage gris aux joues et lèvres bleuies par le froid, il n'y avait plus rien de lisible.
L'orbleu s'était refermé aussi vite que son cœur avait cessé de battre.
Une pulsation.
Rien qu'une.
Et tout s'était de nouveau arrêté.
Engloutis par la mort froide.

"Ce n’est pas contre toi Wilhelm. Mais je te l’ai dit, le Givre que tu portes en toi n’a pas l’air d’attendre que les gens soient d’accord pour les envahir. Tant qu’on ne comprend pas comment ça fonctionne, personne ne s’approchera de toi. Et tu ne t’approcheras pas d’eux."

Lentement, le blond gelé avait penché la tête sur le coté dans cette mimique qui le caractérisait tant. Pourtant, ici, elle n'exprimait en rien un questionnement naïf ou une curiosité digne d'un enfant.
Cela se voyait.
Zeb aurait pu aisément le remarquer.
Par ce que le regard que lui lançait présentement Wilhelm n'avait rien d'innocent.
Il s'y reflétait plutôt comme un éclat malsain, angoissant peut être, pas réellement de la colère, mais un quelque chose qui s'en rapprochait d'une certaine manière.

Personne ne s’approchera de toi. Et tu ne t’approcheras pas d’eux.
Ca sonnait comme un ordre. Et quelque chose en lui, une entité malfaisante, grondait sourdement, faisant vibrer ses veines et rendait son regard plus mauvais.

Sa famille...

Peut être que c'était par ce qu'il avait remarqué ce changement d'attitude chez le Pied Beau que Zeb Skelton ajouta, dans une volonté certaine d'adoucir les angles :

"Je suis vraiment, vraiment désolé. J’aimerais te ramener avec moi, j’aimerais vraiment, et beaucoup d’autres seraient ravis de te revoir. Mais pas maintenant. Pas tout de suite."


Sans succès aucun.

Sa famille...


Le blondinet ne bougea pas, son expression figée dans une poker face étrange.
Calme olympien qui lui allait si mal.
Serein.
Il n'y avait que ses yeux pales et bleus qui brillaient de cette lueur méchante, menaçante, et qui ne lâchaient plus l'autre pirate, comme s'il était capable de lire dans son esprit.

"Aujourd'hui, Wilhelm, je dois rentrer tout seul."

- Vraiment ?
Et le masque de glace s'était envolé, la mine de Wilhelm se mouvant dans une expression ironique qui encore une fois collait si mal avec ce qu'il était.

Sa Famille... C'était les Orbleus.
Il n'était plus lui.
Il n'était plus Wilhelm DogFish.
Il était Orbleu.
Il était eux.

Et il fit un pas dans la direction de la Rouille.
"Rentrer ? Déjà ?"
Sous ses pieds, alors qu'il avait exécuté un pas de plus vers le charpentier, la neige se durcissait, craquant méchamment.

Il n'avait aucun ordre à recevoir de Zeb Skelton.
Il lui manquait.
Il était Orbleu.
Unité.
Ils ne faisaient qu'un.
Et le Givre hurlait en lui dans une tempête assourdissante alors que doucement, avec une douceur glaçante, des flocons de neige s'étaient mis à tomber autour des deux pirates.
L'atmosphère changeait.

"Je veux bien que vous leur passiez un message de ma part, monsieur Skelton."
Un sourire doux qui contrastait avec ce regard qui brillait comme l'Enfer.

"Dites leur que j'arrive."










Sourire de l'Enfer



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeb Skelton
Zeb Skelton

☠ Charpentier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 130
✘ SURNOM : La Rouille
✘ AGE DU PERSO : Cinquantaine

✘ DISPO POUR RP ? : Tout se discute, moussaillon
✘ LIENS :
⚓️Le Charpentier et ses Outils
⚓️ Histoires en cours: I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI

MessageSujet: Re: Pale Sailors   Sam 19 Jan 2019 - 23:16

Il avait suffi de deux mots et d’un pas.

C’était tellement dérisoire. Après tant d’hésitations, de doutes, de douleur et de colère, après tous ces efforts pour négocier, apprivoiser, convaincre, pardonner, voilà que tout s’effondrait pour si peu.

Deux mots.

"Rentrer ? Déjà ?"

Un pas.

Celui de Wilhelm DogFish, un pied nu qui fit crisser la neige.

Celui de Zeb Skelton, une botte qui esquissait un geste de recul.

Et c’était fini. Toute illusion de fin heureuse s’était enfuie, tout espoir de pouvoir régler cette situation à l’amiable avait disparu. Ils n’étaient plus ces deux amis qui se connaissaient et se faisaient confiance depuis des siècles, ils n’étaient plus ces hommes de la mer qui avaient survécu aux tempêtes du Monde Ordinaire comme à la sorcellerie du Pays de Jamais. Ils n’étaient plus des pirates du Jolly Roger.

L’un était un Orbleu, vivant pour et par le souffle glacé du monstre expansionniste qui se faisait appeler Seigneur Hook.

L’autre était un traitre en exil, qui s’était juré de défendre le peu de famille qui lui restait et de récupérer ce qu’on lui avait pris.

C’était peut-être tout ce qu’il y avait à savoir sur leur tragique conversation : elle était vouée à l’échec dès le départ. A l’instant où DogFish avait vu Zeb allongé là, en train d’observer le royaume du Givre, la fin de leur rencontre était écrite. A coups de sabre et de machettes.

"Je veux bien que vous leur passiez un message de ma part, monsieur Skelton."

Wilhelm fit un autre pas, son visage figé dans un doux sourire qui prenait des airs macabres sous l’éclat gelé de ses yeux trop bleus.

"Dites-leur que j'arrive."

Zeb sentit un froid péniblement littéral se glisser le long de sa gorge, mordre ses yeux, geler ses dents. Il vit une fine pellicule de givre bleuir la surface de la neige, d’étrange flocons se mêler aux courants d’air glacés qui s’agitaient soudain autour d’eux. L’Orbleu souriait, car l’Orbleu était sur ses terres, et il le savait.

Pourtant cette fois, la Rouille ne recula pas. Certes, il avait fait un pas en arrière quand tout éclat d’humanité avait quitté le regard de DogFish, quand le traqueur avait baissé le menton dans cette attitude si caractéristique de l’animal en chasse – parce que le maître charpentier avait eu peur, bien sûr, jamais il n’aurait prétendu le contraire : il aurait fallu être stupide pour sous-estimer Wilhelm « Pied Beau » DogFish, il aurait fallu être fou pour ne pas craindre le monstre qu’il était devenu.

Mais Zeb connaissait la peur. Il la côtoyait depuis son enfance, il l’avait épousée en choisissant d’être pirate. Et le jour il était devenu père, il avait accepté qu’elle ne le quitterait jamais. Il savait comment la maîtriser. Il savait ne pas se laisser paralyser.

La peur faisait la différence entre le courage et la témérité : elle gardait en vie. Mais elle pouvait aussi tuer, si on se laissait faire.

Et même si la Rouille savait que mort, il l’était déjà un peu, il ne comptait pas se laisser faire.

"Recule, Wilhelm."

La voix de Zeb était calme, mais ceux qui le connaissaient l’auraient trouvée bien trop sèche, trop basse : il était tendu, nettement moins sûr de lui qu’il ne voulait bien le laisser paraitre. L’angoisse et la dangerosité de la situation avaient brusquement calmé aussi bien sa rage que sa souffrance, laissant son esprit tourner à pleine vitesse dans un lugubre silence. L’inconvénient, c’était que du coup, il avait très conscience que quelques mètres derrière-lui, il n’y avait qu’une longue chute libre, des eaux glaciales et des Sirènes affamées, et que son seul espoir de sortir de là vivant passait par l’Orbleu qui se tenait en face de lui. Un Orbleu aussi décidé que lui à tuer pour honorer son serment.

Zeb n’avait plus qu’une seule incertitude, dans laquelle subsistait peut-être aussi sa dernière chance : ils étaient tous deux prêts à tuer, certes. Mais tuer qui ?

"Recule."

Quand Wilhelm s’était avancé pour la seconde fois, Zeb avait, d’un geste sec du bras droit, déployé le poignard fixé sur son gant. La lame s’était bloquée au-dessus de son poignet avec un déclic. Mais ce n’était qu’une diversion : la véritable menace venait de sa main valide, qui avait instantanément filé dans sa sacoche et qui maintenant en extrayait lentement l’une de ces bouteilles mal dépolies dont Braumeister se servait pour remiser son tord-boyau.

Elle n’était fermée par aucun bouchon. Seulement par un foulard humide.

"Tu sais ce que c’est, Wilhelm ? En deux mots, quand on le brise, ça explose. Puis ça brûle."

Zeb plissa légèrement les yeux face à la neige qui se densifiait, sans que cela atténue l’éclat d’acier qu’avaient prises ses prunelles claires. Sous sa barbe de plus en plus encombrée de flocons, la ligne de sa mâchoire s’était durcie, des ombres creusaient sa lèvre supérieure qui semblait frémir en un début de grognement. S’il bluffait, il n’en avait pas l’air.

"Laisse-moi passer. Je n’ai pas envie d’utiliser ce truc contre toi. Mais si tu ne me laisses pas le choix, je le ferai."

Un frémissement des paupières, une ombre de tristesse dans la voix.

"Tu sais que je le ferai. Ne m'y oblige pas, garçon. Ne m'y oblige pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilhelm DogFish
Wilhelm DogFish

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1142
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

MessageSujet: Re: Pale Sailors   Lun 21 Jan 2019 - 0:42

"Recule, Wilhelm."

La voix de Zeb était calme, mais sèche. Ne laissait place à aucune discussion.
C'était un ordre qui avait été prononcé, et pourtant le chien malade n'avait pas obéis, continuant de fixer son collègue plus ancien avec un regard méconnaissable.
Son sourire s'était fait moins grand cependant, bien qu'il le regardait toujours un tantinet par en dessous, l'éclat de ses yeux glacés se faisant plus mauvais que jamais il n'avait été jusqu'à cet instant.

"Recule."

La Rouille insistait, mais le clebs ne bougeait toujours pas, et dans un geste brusque qui ne fit pourtant pas ciller une seule seconde le blondinet, le charpentier avait dégainé une lame, menaçant, cherchant visiblement à garder ce collègue qui n'était plus lui même à distance.
Il avait peur.
Wilhelm pouvait le sentir.
Le humer à pleine narines.
L'odeur de la peur.
Et le vent qui sifflait, glaçant, chargé de neige virevoltante et brulante de froid s'intensifiait, comme accompagnant le changement d'humeur de l'Orbleu. Quelque chose se passait, et la respiration de DogFish se faisait plus forte, augmentant la cadence de sa poitrine qui se soulevait.
Silencieux, le regard du Pied Beau avait suivit le mouvement du charpentier lorsque de sa main gauche il avait sortit un flacon de sa besace.
Une bouteille dans laquelle avait été fourré un tissu qui dépassait du goulot.

"Tu sais ce que c’est, Wilhelm ?"
Énième inclinaison de la tête, comme pour répondre à la négative. Attendant visiblement une réponse. "En deux mots, quand on le brise, ça explose. Puis ça brûle."

Ca brule.
Le feu.
L'attention de DogFish qui s'était re-focalisé sur Zeb revint automatiquement à la fameuse bouteille.
Danger.
Il ne souriait plus.
Plus du tout.
Sa mine s'était faite froide, aussi froide que le souffle qui balayait les deux pirates, les deux amis, et qui les séparait inexorablement, de plus en plus semblait-il.
Quelque chose se passait.
Quelque chose allait se briser ?

"Laisse-moi passer. Je n’ai pas envie d’utiliser ce truc contre toi. Mais si tu ne me laisses pas le choix, je le ferai."

Et Wilhelm avait de nouveau posé les yeux sur La Rouille, la mine fermée.
Sérieux.
Mais il y avait quelque chose qui avait brillé au fond de ses iris trop claires et abimées, comme en écho a cette ombre de tristesse que la voix du plus vieux avait porté.
Un drame qui se jouait.
Une amitié perdu dans le froid, séparé par une tempête de neige, un mur de glace infranchissable.
Wilhelm s'était perdu dans le blizzard, et la voix de cet homme qu'il avait considéré comme un mentor l'appelait au loin, hurlait à travers le torrent de vent glacé, étouffé par le blanc.

"Tu sais que je le ferai. Ne m'y oblige pas, garçon. Ne m'y oblige pas."


Une main tendue dans le froid, tremblante, à bout de force.

Brutalement, Wilhelm avait dégainé une de ses machettes, la plantant aussi sec dans le sol devant lui, dans la neige qui l'instant d'avant avait été tendre mais s'était durcit comme de la pierre au contacte de l'acier rouillé, le sol se fendant, s'écorchant, se zébrant, ses cicatrices se répandant rapidement et ce jusqu'aux pieds de Zeb Skelton, menaçantes, mais ne brisant pourtant pas la terre.

Et sur les joues du jeune chien du Jolly Roger, le bref éclat de quelques larmes gelées.

La main du Pied Beau glissa sur le manche de son arme, la quittant, et sans rien dire, sans rien ajouter, sans prévenir, il s'était précipité vers Zeb, fondant sur lui à toute allure, courant sans mal dans la neige, comme si ses jambes avaient été porté par le vent et le froid, dans un silence dissonant. Fondant sur le rouquin, sans aucune arme à la main, sans aucune émotion sur le visage et sans un son qui aurait pu exprimer de la rage.
Rapide.
Vraiment rapide.






Sourire de l'Enfer



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pale Sailors   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Pale Memories] Premières Photos de ma nouvelle Miss P2
» Deck Pale Moon
» Demri (Pale Memories)
» La jument pales discussion diverse combo possible
» Penny - Pénélope LANE - arrive à la maison (Pale Memories)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Lagune aux Sirènes-