Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Marée
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 39
✘ SURNOM : La bricoleuse
✘ AGE DU PERSO : 153 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 3/5 rp

MessageSujet: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Lun 23 Juil 2018 - 21:18

Au fil que les jours passaient et que les températures baissaient je devenais de plus en plus nerveuse. Pour cause : la séparation avec mon ami. J’avais toujours été sociable, à rechercher du contact. Surtout avec mes sœurs, mais du coup il m’arrivait de m’attacher à des humains aussi ou des créatures qui peuplent l’île. Quoi de plus normal de m’attacher au garçon perdu qui avait voulu voler la même chose que moi ? Lui comme moi aimions jouer, lui comme moi était vif d’esprit. Une combinaison dangereuse mais qui nous valu de nous lancer des défis l’un à l’autre, des fous rires face à nos faux pas et des missions communes palpitantes. Lui il volait, moi j’étais fascinée par les mécanismes. Imaginez l’attrait d’une rumeur d’un coffre inviolable pour nous deux ? Nous avions travaillé dur pour y arriver mais l’aventure en valait la peine et l’amitié qui en découlait était un bonus personnel. J’eu un moment de méfiance quand j’appris qu’il avait grandi et rejoint les pirates, mais rien ne changea vraiment entre nous. De ce fait, je n’eu jamais peur de finir au menu de l’équipage de Hook. Notre dynamique était joueuse, l’un flirtant avec l’autre, le mettant toujours aux défis. Mais il y avait de la confiance aussi. Je savais qu’il n’aimait pas s’attacher et il maintenait une certaine distance, mais au fond je savais que je pouvais compter sur lui.

Nos rendez-vous n’étaient pas toujours planifiés mais nous avions la même cachette secrète depuis des années et des messages y circulaient souvent entre nous. Jusqu’à dernièrement où le froid s’est abattu sur l’île. Depuis mon passage dans le monde ordinaire j’était beaucoup plus prudente et inquiète. Quand les premières rumeurs sur le capitaine de mon ami commencèrent à circuler ce fut plus fort que moi. Je devais m’assurer qu’il allait bien. Un soir je m’étais donc approché prudemment du bateau et avais réussis à lui parler un instant. Quelques mots à peine furent échangés, mais plus important encore : une promesse. Une promesse de se revoir bientôt. Mais cela trainait déjà depuis quelques temps et mon inquiétude grandissait. J’avais migré du côté du canyon, y fréquentant des eaux plus chaudes et me joignant à des enfants perdus réfugiés sans pour autant quitter l’eau, lui avait été se réfugier dans le ranch des rebelles. Entre les deux ? Une surface touchée par le froid, une lagune infectée et le bateau de Hook.

De ce fait j’avais préparé mon expédition avec prudence. Une petite rivière pouvait me permettre d’atteindre le bayou et j’avais soigneusement tracé mon chemin. Malheureusement le chemin le plus rapide passait par une zone touchée du Givre. J’avais hésité avant de me dire que je ne risquais pas grand-chose en restant dans l’eau. Emmitouflée dans les tissus que j’avais alors collectionné pour leurs couleurs et leurs textures, et donc jamais envisagé pour me réchauffer, je m’étais mise en marche. Malgré quelques frayeurs et un froid inquiétant sur l’île j’étais parvenue à destination. L’eau se fit plus chaude et la nature plus vivante. Me délestant de mes tissus, que je rangeais soigneusement dans une sacoche en bandoulière, j’entrepris mon inspection. Méfiante je ne me montrais pas à la surface de manière trop visible et c’est avec discrétion que j’évoluais parmi les habitants du monde marin. Je savais que certaines sœurs étaient venues ici et ce fut un plaisir de les revoir, mais ce soir mon but était tout autre : Aaron. Je me doutais qu’il y aurait des chances qu’il ne soit pas à proximité de l’eau, mais je préférais d’abord rester dans un élément connu que de me précipiter sur cette terre que je boudais.

Finalement ce fut en nageant silencieusement en direction des pontons que je cru reconnaitre sa silhouette. La seule lumière de la lune pour m’éclairer je ne pouvais l’affirmer avec certitude, mais il me sembla reconnaitre son allure. Plongeant, pour émerger près d’un ponton à proximité, je m’approchais doucement du bord pour m’assurer que c’était lui. Un sourire victorieux pris place sur mes lèvres en l’identifiant, sa cigarette habituelle au coin des lèvres et cet air de voyou sur le visage.je profitais d'un moment opportun et du fait qu'il soit seul pour me hisser légèrement et avec précaution, sans qu'il ne me voit, et croisais les bras à même le sol tout en posant mon menton dessus. je souris alors et lançais de ma voix la plus séduisante :

« Vous m’emmener faire un tour matelot ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 41
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Lun 23 Juil 2018 - 22:34

Aaron n’avait pas d’amis : c’était un fait. Quelque chose qu’il érigeait comme un principe, une loi de son propre code de conduite ; jamais il ne devait s’attacher. Pour préserver les défenses de son coeur qu’il savait friable, pour s’éviter des ennuis inutiles, il se refusait le moindre élan d’affection. Ses relations avec le reste du monde se résumaient à des échanges superficiels, restés en surface d’une apparente cordialité qu’il conservait pour s’écarter des chemins sinueux de la discorde. 
Il n'aimait pas le bruit. Il n’aimait pas sentir une main se poser sur son épaule. Il n’aimait pas entendre son nom prononcé dans la bouche de quelqu’un d’autre. 

Aaron, il était sa propre personne avait d’appartenir au monde. 
Et cela devait demeurer ainsi. 

Mais. C’était plus fort que lui ; même s’il respectait ses propres règles, il ne pouvait que plier l’échine face à la détermination d’un destin auquel il refusait pourtant de croire. Ainsi, malgré le fait qu’il s’efforçait toujours de rentrer et sortir de la vie des gens qu’il croisait le plus rapidement possible, certains regards continuaient de se poser sur lui, et il s’autorisait encore plus rarement à les rendre. 
Une sirène faisait partie de ces exceptions, de ces âmes peut-être trop tendres auxquelles la sienne avait su reconnaître une réponse à ses appels désespérés. 


Elle était belle, elle était taquine ; elle était tout ce qu’il n’aimait jamais chez les autres. Elle parlait trop, flirtait avec lui, s’amusait de ses manies d’adulte trop sérieux. Ils s’étaient connus lorsqu’il n’avait pas encore été banni, avaient appris à s'apprivoiser depuis ; sa présence était la seule qu’il pouvait rapprocher d’une agréable compagnie. 
Oserait-il aller jusqu’à l’appeler « amie » ? Non. Parce que c’était lui. Parce qu’il ne pouvait en avoir : parce qu’il n’en aurait jamais, il s’en persuadait. Il pouvait se contenter d’une camaraderie, d'une alliance mouchetée de quelques rires et d’une poignée de sourires, mais c’était tout. 

C’était ce qu’il se disait toujours. 

Cela faisait longtemps qu’il ne l’avait pas vue, la belle créature ; il blâmait le froid. Ses pensées étant occupées ailleurs, il n’avait pas pensé à elle trop longtemps non plus, la moindre de ses réflexions s’attardant sur la situation critique qui animait l’île. Il se concentrait sur le givre, la menace du Seigneur Hook et sa propre survie. 
Et son combat éternel contre la nuit. 


Il faisait sombre. Beaucoup trop sombre, depuis que le froid s’abattait sur les terres imaginaires. Les journées étaient courtes, les soirées se rapprochaient, grignotaient les heures. 
Et lui, se plongeait dans ses horreurs de plus en plus tôt. Ne supportant plus les ronflements de ses voisins dans le ranch, ni les réprimandes qu’on lui accordait lorsqu’il voulait encore allumer une bougie près de son couchage, il était sorti comme la plupart des soirs. Bravant les vents et les flocons de neige, enfouissant son visage dans une lourde écharpe, il traçait sa route parmi le manteau blanc drapant les bords du bayou. 

A sa main, une lanterne, pour le rassurer. Au-dessus de lui, la Lune, pour le guider. 
Tout un ciel étoilé pour faire passer ses angoisses silencieuses. 

Son corps frissonnait, tremblait, et il fut suffisamment réconforté pour pouvoir entièrement porter la faute sur le froid. La tête penchée vers l’arrière, il observait les cieux d’un air rêveur, le genre de regard qui faisait penser à un bel amour pour l’horizon. 
Lui, ne voyait que les limites d’une trop belle prison. 

Néanmoins, ses réflexions ne purent s’étendre plus loin que le champ de ses désillusions, lorsqu’il entendit une voix familière se hisser dans son dos. 
Il fit rapidement face à Marée, la belle mécanicienne. 

Il ne s’était pas attendu à la voir ici, certainement pas ce soir. 
Etait-ce une mauvaise chose ? Non. 
L’ennui de ses nuits le hantait autant que ses cauchemars ; au moins, sa présence lui ferait oublier ses démons. 

Il lui adressa un rictus déjà moqueur. 


« Tu ne me dis même pas bonjour ?, s’étonna-t-il sur un ton faussement vexé. Je pensais pourtant t’avoir terriblement manqué. »

Il n’était pas sérieux. Jamais il ne songerait pouvoir un jour manquer à quelqu’un, certainement pas à une anthropophage. 
Mais il avait cru comprendre que Marée portait une réelle affection envers le voleur, alors pourquoi pas ? 

Puis, il se mit à réfléchir. Au fond, il n’était plus rare de voir des sirènes traîner vers le bayou la nuit. Celles qui avaient refusé de s’offrir à Hook réclamaient de la nourriture auprès de leurs cadavres. 
Peut-être la belle était-elle également affamée. 


« Hélas, je crois qu’il n’y ait rien de bien intéressant à te montrer, poursuivit-il. Mais es-tu réellement là pour t’intéresser aux environs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marée
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 39
✘ SURNOM : La bricoleuse
✘ AGE DU PERSO : 153 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 3/5 rp

MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Lun 23 Juil 2018 - 23:05

Mon sourire fit reflet au sien, plus chaleureux cependant. Mais c’était comme ça qu’il était et c’était comme ça que je l’appréciais. Ça faisait du bien de le revoir. Son humour me fit du bien aussi et je me rendis compte à quel point je m’étais sentie seule au bayou. Avoir de la compagnie de gens en qui on a confiance était chose rare ces dernier temps. Séductrice mais joueuse je répliquais d’une voix suave :

« Approche pour un baiser et laisse-moi te montrer à quel point tu m’as manqué ! »

Bien sur ce n’était qu’un jeu, mais ce serait mentir que de dire qu’Aaron n’était pas séduisant. Il avait pris des traits plus adultes, perdant les signes d’un visage d’enfant au profit de ceux d’un jeune homme. Il devait certainement faire tourner des têtes sur la terre ferme. Est-ce qu’il en jouait ? Est-ce qu’il savourait ? Je n’en savais rien. Et comme toutes les sirènes, j’avais envie de sortir les dents rien qu’à l’idée qu’il pense à une autre en passant du temps avec moi. Heureusement, le soulagement de le revoir m’éloignais de ces sombres pensées. Je rigolais doucement alors qu’il me répondit qu’il n’y avait pas grand-chose à voir et le regardais avec un peu plus de tendresse que de malice dans le regard avant de répondre doucement :

« Bien sûr que non ! J’avais envie d’avoir de tes nouvelles… et puis on s’était fait une promesse non ? »

La promesse de se revoir. Je l'avais prise à la lettre, et je l'avais interprétée comme sincère et sérieuse. Je savais qu’Aaron avait du mal avec le concept d’amitié, ou des effusion affectives trop grandes. Mais j’avais appris qu’à petite dose il laissait passer. Et j’en profitais amplement. Je plongeais alors mes yeux verts dans les siens, joliment dorés, avant de demander :

« Ça va de ce côté de l’île ? Vous n’avez pas trop d’ennuis ? Tu fais les poches aux autres ? »


Le froid touchait beaucoup de monde, et de manière variée. Prendre des nouvelles des évènements par ici ne peut être que bénéfique si on veut rester prudent. Et c’est bien ce que je comptais faire. Pas vraiment confortablement mise, je me hissais finalement sur le bord pour m’asseoir, posant ma sache à côté de moi, tapotant l’autre côté pour y inviter le voleur. Ma nageoire balançait doucement dans l’eau et j’enroulais un de mes tissus autour de mes épaules histoire me couvrir un peu face au froid qui régnait, malgré le sortilège.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 41
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Mar 24 Juil 2018 - 0:41

Ils étaient étranges, ces deux-là ; deux belles anomalies restées au clair de lune. Un duo façonné dans l’ennui, dans le défi et la provocation. Un compagnon d’infortune aux mains baladeuses, une sirène taquine à la langue joueuse. 
Ils s’étaient quittés pendant longtemps, mais à les voir ainsi se retrouvant, il était difficile de songer qu’ils s’étaient un jour perdus de vue. Elle le regardait avec la douceur qu’elle portait avec une si belle ironie, la mangeuse d’hommes. Lui, répondait à ses oeillades chaleureuses avec le même coup d’oeil taquin qu’il lui adressait d’habitude ; comme pour répondre à ses avances par l’absurde. Elle était l’une des seules créatures féminines qui osait s’approcher de lui, passer ses mains quelque part sur son corps raidi. Pire, elle proposait de lui offrir un baiser, une caresse de ses lèvres rosées. 
Si n’importe quel homme normalement constitué aurait certainement sauté sur l’occasion, et accessoirement dans l’étreinte de la belle, Aaron ne sentit même pas ses joues s’empourprer. Il ne répondait jamais à la séduction par de la gêne, encore moins par de l’envie ; il y avait comme un problème, dans la mécanique de son coeur. 
C’est grave, docteur ? 

Lorsqu’elle évoqua finalement cette promesse qu’ils s’étaient fait, Aaron ne put s’empêcher de soupirer. C’était vrai qu’ils s’étaient dit qu’ils allaient se retrouver, mais Dirtyhands n’était pas quelqu’un de fiable. Conclure un marché avec lui, c’était comme pactiser avec le diable ; un accord peut-être, mais dangereux. 
Il trahissait, mentait. Marée était peut-être l’une des seules personnes à qui il accordait un semblant de parole. 
Mais pas non plus sa confiance. 

« Je suis surpris, confia-t-il. Je ne pensais pas que tu t’en souviendrais, ou simplement que des nouvelles de ma personne t’intéresseraient. »

Il était sincère. Il minimisait toujours son importance dans la vie des gens, par choix plus que par conviction. 
Drôle d’habitude. 

Resserrant un instant son écharpe autour de son cou, la laine colorée de cette dernière étouffa un semblant de rire qui s’éleva dans les airs dans un peu de buée. 

« Oh, des ennuis. A part les maladies, la menace permanente d’une attaque, le manque de nourriture, les tensions entre les rebelles ou simplement le froid qui nous paralyse… j’imagine que ça va. Et ne t’en fais pas pour mes affaires, ce n’est pas un peu de vent qui m’arrêtera de dérober. »

Même s’il devait souvent porter des gants, désormais. 
Mais ce n’était qu’un détail. 
Dirigeant son regard vers la sirène, Aaron laissa malgré lui ses yeux glisser sur sa silhouette. Quelques gouttes d’eau ruisselaient le long de sa peau, brillant à la lueur argentée de la lune comme de magnifiques perles salées. 

C’était une belle vue, pour l’enlever à ses visions d’horreur que lui inspirait la nuit. 
D’ailleurs, Marée n’était certainement pas au courant pour sa phobie nocturne ; c’était mieux ainsi. La connaissant, elle proposerait sans doute de se glisser dans son lit pour le bercer. 
Non pas que cela l’idée le dérangeait, mais il ne voulait pas lui offrir une raison de se moquer de lui. 

« Et toi ? J’imagine que les eaux sont moins agréables à traverser, ces temps-ci. Tu n’as pas trop faim ? »


Réflexe de cuistot de poser une telle question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marée
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 39
✘ SURNOM : La bricoleuse
✘ AGE DU PERSO : 153 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 3/5 rp

MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Mar 24 Juil 2018 - 23:54

La bonne entente entre nous me fais sourire. Ça fait tellement du bien de le revoir. De revoir un visage familier ! Je me rendais compte à quel point la solitude m’avait pesée jusqu’ici, s’entend finales son poids s’alléger sur mes épaules. Je ne m’attends pas à ce qu’il saute dans mes bras, c’était Aaron après tout, mais suis soulagée de voir qu’il me réponde avec son clin d’œil habituel. c'était bien assez pour moi. Je l’entends soupirer quand j’évoque sa promesse, ce qui me fait froncer les sourcils. Est-ce que je l’ennuyais ? Est-ce qu’il s’attendais à autre chose ? Je ne sais pas… A aucun moment je doute cependant de cette promesse. Je savais qui il était, je savais que la fiabilité n’était pas sa première qualité, mais je savais aussi que cette situation n’était pas normale. Ce froid immense, Hook, Peter… Dans ce genre de situation, ce genre de promesses se tient ! Du moins c'est ce à quoi je croyais dur comme fer, alors j’étais venue.

Je roule des yeux face à sa remarque. Aaron avait toujours tendance à minimiser l’importance qu’il avait pour les autres.

« Je viens de traverser l’île de part et d’autre, en passant par des zones touchées par le givre, pour m’assurer que tu allais bien. Fais-moi le plaisir d’être moins surpris la prochaine fois ! »

Mon ton est légèrement remontant, sans pour autant être méchant. Je fais passer le message avec humour comme d’habitude. Je passe ensuite à la suite, me hissant sur le bord pour m’installer plus confortablement. Je lui propose de se joindre à moi silencieusement tout en lui laissant le choix, m’entourant d’un ou deux tissus pour me tenir un peu au chaud. Bien sur il y avait un jeu de flirt entre nous, mais Aaron n’avait jamais essayé de réellement m’approcher physiquement, du coup je n’avais aucune gêne face à lui concernant ma nudité, caractérielle pour un buste de sirènes. Je perds cependant le sourire quand il évoque la situation actuelle, un voile de tristesse me couvrant le visage. Je ne relève même pas sa touche d’humour concernant ses affaires, perdues dans les images de la lagune avant mon départ.

« Je suis partie du côté du Canyon. Les eaux y sont encore vivables, le froid n’y est pas total mais c’est loin des sources tièdes que j’affectionne. J’ai pris mes précautions avant de venir, m’éloignant de l’île pour aller chasser un peu plus loin. Mais ce n’est pas … Evident. »

Le mot semble si pâle comparé à la réalité. J’avais peur de me retrouver dans l’ordinaire, restant toujours proche de l’île. Mais si je voulais me nourrir à ma faim il faudrait bien traverser la frontière... La peur qui me tordait le ventre à chaque fois faisait que je me retrouve entre les deux, incapable de passer entièrement d’un côté et de me nourrir de l’autre. Je fais un petit sourire triste à mon ami.

« Mes sœurs me manquent… Je pense rester un ou deux jours, pour reprendre des forces, puis repartir vers le Canyon, peut-être que je pourrais croiser l’une ou l’autre ! Vous êtes beaucoup du Jolly à être ici?  »


C’était le plan : m’assurer qu’il aille bien, prendre de ses nouvelles, me reposer et repartir. Si je pouvais croiser l’une ou l’autre sœur en plus ce serait génial. Mais je n’étais pas rassurée de partir si loin du Canyon, et quelque chose me disait aussi d’y retourner. Peut-être simplement la peur du Bayou, ou le souvenir désagréable du jour ou j’avais obtenu ma première cicatrice dans ce port… Je chassais mes pensées sombres et lançais un regard complice à Dirtyhands.

« Au moins je sais que tu as des ressources pour t’en sortir ! Si la réalité est à toujours à la hauteur de la rumeur bien sûr ! »

De l’humour pour remplacer un « fait attention à toi ». De quoi le challengé aussi de faire attention, de ne pas se faire prendre… Et ce, peu importe par qui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 41
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Mer 25 Juil 2018 - 16:54

Aaron avait toujours eu du mal à comprendre la nature de l’affection que portait la sirène à son égard. Lorsque l’on se perdait à éprouver le moindre sentiment pour le monstre d’impassibilité qu’était Dirtyhands, il n’y avait en général aucune trace de sympathie ou de tendresse dans tout ce qu’il inspirait au coeur de ses interlocuteurs. Il avait croisé des regards emplis de dégoût, de méprise face à son arrogance et sa nonchalance ; il était plus familier avec la haine des autres que leur douceur. Après tout, sa présence n’incitait ni au rapprochement, d’autant plus qu’elle n’était pas des plus agréables. Aaron parlait peu, et lorsque quelques mots se risquaient à passer la barrière glacée de ses lèvres, ils voguaient toujours sur des flots dangereux ; sarcasme, cynisme, insolence ou simplement absence total d’intérêt pour la personne lui faisant face, voilà ce qu’il laissait entendre dans ses phrases. 
Sa langue transpirait la fatigue, la paresse et le mensonge. Qui serait suffisamment fou pour vouloir s’attacher à un être aussi froid ? 

Marée avait été la première à correspondre à ce paradoxe. 
Elle s’inquiétait pour lui ; pire, elle le lui laissait savoir. Qu’elle voulait prendre de ses nouvelles, jusqu’à s’assurer qu’elles fussent bonnes. Il y avait de la sincérité dans sa manière de lui demander s’il allait bien, si la vie n’était pas trop rude en ces temps compliqués. 

Il ne comprenait pas. Il ne comprendrait certainement jamais. 
Il en vînt même à ressentir un drôle de sentiment d’injustice, parce que lui même savait parfaitement qu’il ne lui poserait jamais les mêmes questions. S’il s’interrogeait sur son confort, c’était plus par automatisme que réel intérêt ; s’il appréciait sa compagnie, il n’irait jamais jusqu’à fendre son coeur sur l’idée qu’elle fût en proie à un quelconque danger. 

Aaron ne s’inquiétait pour personne, pas même pour lui. 

« Du moment que tu as été prudente, c’est le principal, dit-il alors simplement. »

C’était tout ce qu’il pouvait lui offrir pour l’instant, même s’il persistait à croire qu’elle n’aurait pas dû prendre autant de risques pour lui rendre visite. Malgré leur promesse, Aaron ne serait jamais allé jusqu’à braver le givre et les froids dangereux pour profiter de quelques instants à ses côtés. 
Il était trop égoïste pour cela. 
Un nouveau soupir traversa sa bouche, alors qu’il passait ses mains dans les poches de son pantalon. Son regard glissant toujours sur la silhouette dévoilée de la sirène, il se demanda un instant si elle ne mourrait pas de froid, ainsi dénudée. Seul le visage d’Aaron était dévoilé au vent, et le givre manquait déjà de mordre la peau de ses joues jusqu’à l’en faire frissonner ; alors elle, à moitié nue ? 
Il réprima un tremblement rien qu’en essayant d’imaginer d’être à sa place. 

Il secoua la tête. 

« Nous sommes pas mal, je crois. Beaucoup sont restés sur le Jolly Roger et ont suivi Hook, mais d’autres sont devenus des rebelles, comme moi. D’ailleurs, j’ai entendu dire que des sirènes aussi s’étaient transformées en ces créatures gelées… tu en connaissais ? »

L’une des mains d’Aaron se dirigea ainsi vers l’écharpe enveloppant sa nuque, qu’il baissa doucement pour dévoiler sa bouche. La cigarette qu’il tenait entre ses doigts ne tarda pas à gagner la commissure de ses lèvres. 
Une lourde inspiration plus tard, quelques cendres incandescentes chutant sur le bout de sa chaussure, un épais nuage de fumée vint couvrir son champ de vision. 

Il s’apaisait doucement, oubliant l’obscurité et le froid en remplissant ses poumons de toxines et autres substances néfastes. 
C’était sa manière à lui de se calmer : se détruire de l’intérieur. 

« J’espère au moins que tu trouves toujours le temps d’agrandir ta collection de mécanismes. Tu as trouvé un cadenas, pour moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marée
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 39
✘ SURNOM : La bricoleuse
✘ AGE DU PERSO : 153 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 3/5 rp

MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Jeu 26 Juil 2018 - 23:43

Je hochais doucement la tête. J’avais été prudente oui. Eviter la terre, avancer doucement dans l’eau, rester tapie et silencieuse. Pas sur que je ferais le voyage tous les jours, mais si jamais il fallait recommencer j’y arriverais. En attendant le plus important étaient les nouvelles concernant la situation. Après tout, tout le monde essayait de survivre tant bien que mal. Ma mine s’attriste à la mention de mes sœurs. Je hoche cependant la tête affirmative.

« Bien sur, on se connait toutes les unes les autres. Le lien télépathique et le fait d’être relié à notre père aide beaucoup. Elles ont fait leur choix je suppose. »

Je baisse la tête, jouant nerveusement avec l’ourlet d’un des tissus enroulés autour de moi pour me protéger du froid.

« Depuis qu’elles se sont transformées j’ai l’impression de moins être connectée cependant… Avant on sentait la présence d’une sœur, aujourd’hui c’est plus diffus... Plus froid. »

Et je ne parlais pas que de la température. Le lien entre sirènes était puissant et unique. Mais ces derniers temps nous nous étions éloignés les unes des autres et pas que physiquement. Nos différences d’opinions avaient des conséquences directes sur notre famille, sur l’unité de notre cercle. Je n’ai toujours pas relevé les yeux, ressassent mes propres démons. La solitude était mon fardeau, ma peur. Avant le muséum il m’arrivait de dormir de temps en temps avec l’une ou l’autre de mes sœurs, depuis c’était presque une obligation. Mais depuis la division j’étais seule, arpentant les eaux proches du Canyon, croisant de temps en temps une sœur. La peur et la méfiance me hantais et je n’osais plus m’approcher de la lagune ni des autres silhouettes aperçues dans les eaux troubles. Je fus tirée de mes pensées sombres lorsqu’Aaron repris la parole. Un sourire espiègle vint alors étirer mes lèvres, pensées noires chassée momentanément, et je me tournais vers ma sacoche pour en sortir quelque chose enroulé dans ce qui restait d’une chemise.

« Qu’est-ce que tu crois ! Tu n’es pas le seul qu’un pue de froid ne décourage pas ! J’ai dégoté ça dans un navire japonais qui à coulé il y a un certain temps déjà. Il était abimé naturellement mais j’ai su le réparer. C’est basé sur un système de casse-tête. »

Je lui tendis le cadenas qui avait une forme étrange. Un bloc carré en verre par lequel on faisait passer un anneau noir spécial avec deux trous aux extrémités et qui ne formait pas un cercle entier. Dedans un mécanisme de tiges et roues édentées formait le verrou. Les tiges devaient s’insérer dans les trous et étaient verrouillées via les roues édentées qui en bougeant correctement défaisaient les tiges.  A l’extérieurs des roulettes étaient disposées à plusieurs endroits de différentes formes. Le tout était de savoir jouer avec de la bonne manière car tourner une roulette revenait à mettre en route plusieurs roues édentées et bouger plusieurs tiges. Le tout était d’avancer et reculer les roulettes en suivant un certain ordre donc. Une fois le mécanisme déclenché on arrivaient à en extraire l’anneau. Le verre permettait de voir le mécanisme à l’intérieurs et de jouer donc avec les diverses roulettes. Pour éviter certainement que le verre ne se brise, un cadre en métal avait été conçu pour courir le long de chaque coté et reliait aussi les roulettes entre elle, les encadrant également.

« J’ai réparé le verre qui était brisé, et sinon il suffisait de redresser certains bouts de métal pliés sous la pression et le temps passé dans l’eau. Il est parfaitement fonctionnel. »

Je le tendis à Aaron, un sourire fier aux lèvres. J’avais déjà entamé de réparer cette petite merveille avant que le Givre n’arrive, j’y était parvenue que récemment.

« Et si jamais c’est trop compliqué, j’ai un cadenas à trois niveaux à crocheter dans mon sac… »


A voir pour le quel des deux il était d’humeur ce soir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 41
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Lun 30 Juil 2018 - 14:26

C’était étrange. Malgré l’état critique de la situation de l’Île, le terrible froid qui assaillait chacun de ses habitants et la Mort flottant au-dessus de leurs têtes comme un mauvais présage patient, aux côtés de Marée, Aaron semblait oublier toutes les terreurs de ce monde qu’il côtoyait. L’air semblait plus léger, l’atmosphère moins sévère ; il se sentait apaisé, d’une certaine et drôle de manière. Cigarette perchée à ses lèvres gercés, yeux ambrés perçant l’obscurité, il l’observait comme si absolument rien n’avait changé. Comme si elle ne portait pas sur elle les traces d’une créature affamée, comme si ses soeurs n’avaient pas péri, comme si lui-même ne devait pas faire attention au moindre de ses pas dans la neige pour ne pas craindre une attaque surprise d’un Orbleu ; comme si l’univers, au fond, importait désormais peu. 
C’était peut-être pour ça, qu’il avait toujours silencieusement apprécié la compagnie de la sirène : parce qu’elle éclipsait le reste. Parce qu’elle lui faisait omettre de s’inquiéter pour tout. Avec elle, c’était toujours si simple, sans être trop superficiel. C’était naturel. 
Elle parlait, il l’écoutait. Il se moquait, parfois, et elle répondait en souriant à ses manières trop cyniques. 

Elle menaçait de le dévorer, il se contentait d’hausser les épaules. 

Lorsqu’elle lui tendit le fameux cadenas, fait de mécanismes étranges et autres pièges pour le cerveau, Aaron porta immédiatement toute son attention sur l’objet. Dans sa main, il parut lourd, une merveille de métallurgie et de verrerie qui, dans sa paume, semblait pourtant si fragile. Ses yeux glissèrent sur le moindre assemblage, le plus infime détail avec curiosité. Il aimait ces trésors que trouvait Marée, et qu’elle lui offrait parfois. Même s’il ne possédait aucun coffre ou aucun bien à garder, sauf peut-être son coeur déjà scellé dans sa poitrine glacée, il aimait les cadenas et les serrures. Il aimait l’idée de protéger du monde extérieur et de l’avidité des hommes un objet, précieux ou non en valeur, mais inestimable quand même. Attachement sentimental, réel trésor coûteux, peu importait ce qui était gardé, au fond. Le plus intéressant, c’était la prison. 
Souvent, il s’était demandé s’il suffirait d’une clé, d’ailleurs, pour s’échapper de l’Île. Une combinaison, un code compliqué, ou simplement une formule magique. 

Idée stupide, évidemment.

Il l’écouta à peine, malgré lui, lorsqu’elle commença à lui détailler son travail sur cette trouvaille. Aaron était déjà trop occupée à tenter d’ouvrir le cadenas, les cendres s’amassant sur le bout de sa chaussure. Il ne fumait presque plus, mais un nuage gris continuait de l’envelopper. 

« C’est du beau travail, commenta-t-il simplement. Tu es douée. »

Ce n’était pas vraiment une éloge, simplement une constatation : parfois, Aaron était trop sincère, lorsqu’il se décidait à ne pas mentir. 
Il passait d’un extrême à l’autre. 

D’une main, il continua d’inspecter et de faire tourner entre ses doigts le cadenas, tandis que de l’autre, il se mit à fouiller dans la poche de son pantalon d’un air distrait. Il finit par en retirer un petit objet, qui tenait dans le creux de sa paume, qu’il jeta rapidement en direction de la sirène. 
Il s’agissait d’une chevalière, dérobée un jour plus tôt au doigt d’un pirate de terre inconnu. Il avait suffi de lui serrer la main dans un geste de pure politesse, pour lui ôter cet accessoire argenté. Il s’agissait d’une grosse bague, ornée d’armoiries qu’il ne saurait reconnaître, mais dont l’éclat l’avait attiré. L’intérieur de l’anneau semblait bien plus délicat, désormais, l’extérieur portant des signes d’usage ; cette chevalière était ancienne. Un peu rayée sur les côtés, un peu grisonnante, mais quand même resplendissante.

Son propriétaire s’était rapidement aperçu de sa disparition, d’ailleurs. Mais le mal était déjà fait, et le dérobé dut se résigner à croire qu’il l’avait perdue en se lavant les mains, ou par inadvertance dans la neige. 
Sans savoir que pendant tout ce temps, elle alourdissait la poche d’Aaron Dirtyhands. 

« Tiens, cadeau, lança-t-il. Pour te remercier du cadenas. J’l’ai volée hier, et elle est sûrement trop grande pour toi, mais tu peux certainement en faire un pendentif. Enfin, tu en fais ce que tu veux. Tu peux très bien la jeter à la mer. »

Pour nourrir les poissons, eut-il envie de rajouter. 
Mais ils étaient probablement déjà tous morts de froid, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marée
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 39
✘ SURNOM : La bricoleuse
✘ AGE DU PERSO : 153 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 3/5 rp

MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Mar 31 Juil 2018 - 22:39

Je le scrutin, essayant de voir ce qu’il pensait de ma trouvaille. J’avais l’impression de voir les rouages de son cerveau se mettre à travailler. Il saure l’ouvrir, j’en savais la certitude. En même temps, il était Dirtyhands ! Du coup j’ai hâte. Hâte de le voir essayer, échouer éventuellement, recommencer de plus belle, mais pour bien finir par l’ouvrir. Les mécanisme et cadenas en tout genre me fascinaient : j’adorais découvrir leur secret pour les démonter et les remonter. Aaron lui adorait les comprendre pour les ouvrir. Mais j’étais persuadée que tous les deux nous avions cette même lueur au fond des yeux dans ces moments où nous cherchions de découvrir : cette soif d’apprendre, de vaincre et dépouiller de tous ses secrets ces objets que nous nous procurions ! Je souris quand il commente. Je ne suis pas une idiote à fleur de peau qui va glousser et rougir furieusement pour un compliment. Ce n’est pas non plus comme ça que j’interprète son compliment. Mais les sirènes sont réputées pour être jalouse, mangeuse d’hommes, mais aussi très fière. J’étais fière de mon travail et de ce que j’avais accomplis. Et j’étais heureuse de lui avoir fait plaisir !

Je le regardais fouiller dans sa poche, sans pour autant y prêter grande attention, plus accaparée par son regard concentré. Je rattrape cependant l’objet qu’il me lance, découvrant dans mes paumes une jolie chevalière. Je laissais le bijou rouler dans ma paume, le soupesant avant de le faire reluire sous le clair de lune histoire de mieux le contempler. Ancienne, ça c’est sûr. Authentique aussi. Ce fut à mon tour de porter toute mon attention sur cet objet. Mon premier reflex fut de penser à notre trésor marin que nous gardions et faisions grandir avec nos découvertes. Mais il était placé dans la lagune… Terre dangereuse en ce moment même. J’eu un pincement au cœur en me demandant ce qu’il devenait et si je le reverrais un jour. Si cette chance me serrait offerte, et que l’eau n’aura pas gelée d’ici là, je me promis d’y poser la bague à ce moment-là. En attendant je pris mon sac sur mes genoux pour fouiller un instant dedans avant d’en sortir un cordon assez grand. J’avais pris un tas de trucs avec pour mon voyage, ne sachant pas ce qu’il m’attendait et il semblerait que j’avais bien faite. Après avoir passé la bague dans le cordon, je la fis pendouiller un instant au bout du fil, laissant la lune se refléter dedans, avant de me tourner vers Aaron.

« Un coup de main serait-il possible très cher ami ? »


Je tendais le collier de fortune en sa direction, relevant déjà légèrement mes cheveux de l’autre main. Mon ton était plaisantin et faussement pompeux. J’essayais de m’occuper l’esprit et de couvrir mes pensées sombres. Etre en compagnie d’un ami m’y aidait grandement d’ailleurs. Mais du coup je me demandais :

« Vous faites quoi de vos journées à la ferme ? Vous élaborez des stratégies pour combattre Hook, ou sauver Pan ou autre ? »


En espérant qu’ils ne se laissent pas tous aller à la dépression…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 41
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Ven 10 Aoû 2018 - 16:59

Aaron ne fut pas surpris de voir la sirène accepter son présent ; après tout, ces belles créatures marines étaient connues pour leur côté tendrement matérialiste. Elles aimaient les choses scintillantes dans le fond des flots, les trésors dissimulés dans de terribles abysses, et les prunelles brillantes d’admiration des marins qu’elles entraînaient dans leur royaume. Collectionneuses, voleuses ou simplement jalouses de la beauté des choses, le pirate avait vu passer dans les regards enjôleurs de ces chimères de vives lueurs avides, et malheureusement pour elle, Marée ne dérogeait pas à cette règle. Néanmoins, il devait l’admettre, que dans les yeux de la belle, Aaron y trouvait autre chose de bien plus intéressant qu’un simple éclat d’avarice : de la curiosité. Enfantine, encore peut-être innocente, mais une soif de connaissances qui forçait l’admiration. 
Chercheuse, bricoleuse et charmeuse ; la voilà, la description de la délicate chanteuse. 

D’ailleurs, le cuisinier s’était demandé à plusieurs reprises pourquoi Marée n’avait jamais fait de lui une proie potentielle. Certes, ils s’étaient entendus sur leurs désirs et leurs envies de ramener à la surface des merveilles disparues, mais l’instinct de l’anthropophage n’avait-il jamais repris le dessus ? L’appréciait-elle au point de réfréner sa faim, ses pulsions animales ? 
Cela ne l’étonnerait pas : après tout, il était toujours entier, même lorsqu’il se risquait à trop s’approcher. Ce fut d’ailleurs ce qu’il fit, lorsqu’elle l’incita à fermer le collier autour de sa nuque gracile. S’abaissant à sa hauteur, coinçant sa cigarette contre la commissure de ses lèvres, ses mains habiles se dirigèrent vers le cordon. Lorsqu’elle releva ses longs cheveux, Marée fit malgré elle voler jusqu’aux narines d’Aaron un doux parfum salé. Une fragrance qui lui rappelait sa vie sur le Jolly Roger, mais également ces instants où il se trouvait en compagnie de la sirène, à presque être tenté de la suivre dans ses baignades. Jamais il n’avait accepté de la suivre le long de la lagune. 
Il était trop tard pour y remédier, désormais.

Ses doigts s’affairèrent, effleurant parfois doucement la peau frissonnante de sa nuque offerte. Quelques instants plus tard, voilà le collier de fortune fermé, alourdi par le poids de la chevalière sautillant contre la poitrine de Marée. 
Il ne se releva pas tout de suite, prenant une autre bouffée de fumée toxique, qu’il recracha dans un soupir. 

Il était vrai que la vie des rebelles était rythmée par les moyens de survie, mais également les stratégies balancées pour mieux se défendre de la menace du Seigneur Hook. Aaron, lui, demeurait néanmoins en retrait : il n’était pas connu pour être une grande frappe. 

« Je ne peux pas parler pour tous, tu sais. Chacun mène sa vie comme il peut. De mon côté, j’essaie de combler l’ennui. »

En volant, écoutant, épiant du coin de l’oeil. Et puis, finalement, en rencontrant par hasard sa sirène favorite. 
Il était finalement reconnaissant d’avoir croisé sa route ce soir : non seulement il faisait passer les heures plus rapidement en agréable compagnie, mais il oubliait un instant ses terreurs nocturnes et les monstres tapis dans l’ombre du décor. 

« M’enfin, tu le verras par toi-même, puisque tu m’as dit que tu comptais rester quelques jours. Faudra-t-il que je vienne te réchauffer le soir ? »

Plaisantin, moqueur et charmeur ; il retrouvait ses habitudes de baratineur. 
De voleur, même des cœurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marée
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 39
✘ SURNOM : La bricoleuse
✘ AGE DU PERSO : 153 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 3/5 rp

MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   Hier à 23:19

Je frissonnais en sentent sa respiration sur ma nuque. L’air qu’il exaltait était frais lorsqu’il entra en contacte avec ma peau humide et l’odeur de tabac vint me chatouiller les narines. Pas que je déteste spécialement cette substance, mais elle laissait toujours une sensation rugueuse dans la gorge. La sensation de sa peau sur la mienne était cependant agréable. Un contact humain. Un contact tout cour déjà. Par les temps qui couraient ce n’était pas chose simple, loin de là ! Faire confiance devenait difficile entre les sbires de Hook, les sirènes qui lui étaient fidèles et les gens mourant de froid, devenant plus méfiant et agressif pour se nourrir ou survivre. J’étais moi-même plus sur les nerfs, mais j’avais confiance en Aaron. Et au pire, ma nageoire était toujours en contact avec l’eau, j’étais dans mon élément. Même si je serrais fortement attristée de devoir finir notre entrevue sur une telle note.

Je tournais la tête quand Aaron se reculais, lui servant un magnifique sourire en tant que remerciement, caressant du bout des doigts l’anneau accroché au cordon. Je hochais doucement la tête quand il répondit à ma question. C’était une option. Pas fort utile pour faire avancer la situation globale, mais une option tout de même. Je ricanais doucement à sa proposition, entrant dans son jeu par habitude, et plaisir.

« Hmm, la proposition est tentante ! Et comment comptes-tu t’y prendre exactement pour me réchauffer ? »


J’avais minaudé la dernière partie, un sourire espiègle aux lèvres. Il était bel homme, si jamais nous devions partager une couche ce ne serait pas déplaisant. Et pourtant je n’avais jamais fait d’avance, étant plus passionnée par ses atouts en termes de verrous et de vols que d’attributs et aptitudes masculines. Ça avait été ça au début : une concurrence. Puis un jeu. Et puis un point commun, base de notre amitié. Coucher avec lui n’avait jamais été un but à atteindre, je ne m’étais donc jamais appliquée à le séduire sérieusement. J’aurais dû me sentir coupable que l’idée de coucher avec lui me semblait attirante pour la compagnie que ça me ferait, et non pas pour lui en tant que tel. D’un autre côté il était qui il était et « fleur bleu » ou romantique n’étaient pas les adjectifs premiers qui me venaient à l’esprit pour le décrire. Sachant son cœur en sécurité, j’eu moins de scrupules. Mon peuple avait l’habitude de se jouer des humains, leur vendre le rêve d’une romance, d’un trésor, du bonheur pour finalement les engloutir. Mes amis en étaient l’exception à mes yeux.

« Fais attention qu’une des filles de la ferme ne nous surprenne pas, je parie que plusieurs en auraient le cœur brisé, sachant comment ton charme naturel opère ! »

Je lui fis un clin d’œil, avant de me figer en entendant une porte s’ouvrir quelque part sur les quais. Vu les voix qui s’élevaient deux hommes éméchés venaient briser notre moment de retrouvailles. Instinctivement je me laissais glisser silencieusement et rapidement dans l’eau, me collant au ponton pour ne pas être vue, limitant mes mouvements pour que les vagues sur l’eau ne trahissent pas ma présence. Je baissais la voix pour chuchoter à Aaron :

« Ces quais sont surs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La promesse d'une retrouvaille ~Dirtyhands   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Promesse alléchante
» demande de gentlemen car promesse...
» mariage de Brise et Hegdes
» [1458 Niort]Baptême de Magaly
» Des origines du Kidô Butai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Baie des Pirates-