Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 41
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: Pour une épingle   Dim 8 Juil 2018 - 22:38

C’était toujours étrange d’évoquer son ancienne vie de perdu, même pour les plus tenaces des pirates sans ombre. Regret, amertume, nostalgie ; il y avait toujours quelque chose qui traversait le regard de ceux qui s’attardaient sur leurs souvenirs liés à leur ancienne camaraderie de l’Arbre. La plupart des bannis qu’il connaissait gardaient en mémoire la frustration de se voir retirer leur nom, leur droit à vivre au sein de la communauté. S’en suivait alors une rancoeur sans faille envers l’enfant roi, le tyran qui avait osé abattre une telle sentence sur un pauvre adolescent ayant fait l’erreur de grandir. L’issue la plus probable était la mort, ou au moins le danger ; et puis, souvent, rejoindre les rangs de Hook pour ne pas sombrer face à la loi terrible de l’Île. 
Devenir une proie pour maintenir l’équilibre. 

Ce n’était pas son cas. Certes, il n’appréciait pas Peter, mais au fond, il ne l’avait jamais fait ; il ne lui en voulait pas tant, de l’avoir exilé. Il avait connu les règles depuis le début, connaissait la punition d’un grandissement trop soudain, et il avait alors facilement accepté son sort. Au fond, Aaron avait longtemps su qu’il n’était pas fait pour rester un enfant ; il avait toujours réfléchi comme un adulte. Il ne saurait l’expliquer, mais son esprit avait rapidement assimilé des concepts trop complexes et cruels pour demeurer innocent pour l’éternité. 
Il n’avait jamais été si candide, pour demeurer un gamin. Cela avait été si facile, de commencer à changer. Dans sa manière de réfléchir, son ambition grandissante, sa maturité, tout chez lui criait à la vieillesse. 

Il se demanda alors pourquoi quelqu’un comme elle s’était mis à se transformer. Traumatisme soudain ? Trahison ? Angoisse ? 
Il ne tarderait peut-être pas à le découvrir. 
Ainsi, elle n’appréciait pas sa nouvelle vie de pirate, ce qu’il pouvait comprendre. Il existait un certain confort dans le fait d’être un garçon perdu. Terrain de jeu moins rude, peut-être, un peu plus chaleureux. Entre les bras réconfortants des mères et les feux de camp, lui-même s’était reposé de temps en temps. Ici, sur le pont du Jolly Roger, il avait dû affronter un nouvel environnement moins accueillant, plus rude. Il ne s’en était pas plaint ; bizarrement, il préférait. 
Le tableau du bateau bavait moins d’hypocrisie. 

« Le regret n’est qu’un fardeau, malheureusement. Vous feriez mieux de vous détacher de cette ancienne vie. Même si j’avoue que je me demande ce qui a bien pu pousser Pan à vous bannir. »

Puis, elle lui fit remarquer qu’elle ne connaissait pas son nom, ce qui était vrai. Il n’y avait pas songé, lui qui en réalité n’avait pas l’habitude de se présenter. Même si son visage pouvait évoquer méfiance et méprise au sein d’une assemblée, sa simple identité laissait de marbre : il n’était personne. Un simple fantôme errant, s’ennuyant et frappant parfois pour s’occuper. 

Il haussa les épaules, tendant une main sans y songer. 
Sourire placé sur ses foutues lèvres à peine gercées. 

« J’en oublie mes bonnes manières, il faut m’en excuser. Je m’appelle Aaron. Aaron Dirtyhands. »

Elle pourrait bien rire de son nom de famille, qu’il n’avait pas choisi, il s’en moquait. Quelques lettres à placer sur sa tombe, cela ne signifiait rien pour lui, pas plus que l’ancien surnom qu’il avait porté chez les perdus. 
Pocket. C’était ridicule. 

« Enchanté. Même si j’imagine que la réciproque n’est pas vérifiée. »

Non, sans blague, Aaron ? 
M’enfin, peut-être qu’elle le surprendrait en affirmant le contraire. 

« Et vous ? »


Dernière édition par Aaron Dirtyhands le Ven 13 Juil 2018 - 12:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tayysan Ne Lwin
avatar

☠ Employée de la Fumerie du Port ☠


✘ AVENTURES : 37
✘ SURNOM : L'Effacée.
✘ AGE DU PERSO : Pas plus de vingt ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : Go slowly now, sands of time.

MessageSujet: Re: Pour une épingle   Ven 13 Juil 2018 - 12:12

- Le regret n’est qu’un fardeau, malheureusement. Vous feriez mieux de vous détacher de cette ancienne vie. Même si j’avoue que je me demande ce qui a bien pu pousser Pan à vous bannir.

Silencieuse, elle hocha simplement la tête. Il avait raison. Et le pire, c’est que la birmane en était parfaitement consciente. Elle n’était au Port que depuis la Pluie Salée, et elle avait encore bien de mal à se faire à cette nouvelle vie. Certaines personnes lui manquait et ici, elle se sentait bien moins en sécurité. Alors oui, elle se cachait. Elle tentait de paraître plus femme ; parce qu’il s’agissait de ne pas trop détonner dans ce décor où tout pouvait arriver à n’importe qui, n’importe quand. Pourtant, Tayysan savait bien que cela ne suffisait pas. Il lui faudrait parfois être vicieuse, maligne, sans pitié. Des choses qui la feraient, inéluctablement, grandir.

Même si elle n’avouait pas qu’elle avait déjà bien changé, depuis qu’elle avait quitté le Grand Arbre.

- Je n’ai pas été bannie, à vrai dire. Mais j’imagine que c’est votre cas.

Elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille, sans rien ajouter de plus.
Puis, elle le regarda tendre une main vers elle. Pour autant, Tayysan ne bougea pas, se contentant de l’écouter. Elle sourit, simplement. Davantage, même, en entendant son nom de famille. Il faut dire qu’elle y sentait une ironie palpable, qui ne pouvait que l’amuser. Ou l’intriguer, au demeurant.

- Je m’appelle Tayysan Ne Lwin.

Le tout dit dans un bel accent qui ne la quittait jamais. En y repensant, elle ne savait même plus pourquoi elle avait choisi ce nouveau nom. Pourtant, elle avait simplement additionné quelques mots de sa langue natale, sans même s’en rendre compte.

- A moitié enchantée pour ma part, continua-t-elle dans un sourire.

Après tout, il lui semblait qu’Aaron n’avait fait que la provoquer par... ennui. Ça va. Cela aurait pu être pire, surtout pour un Pirate. Au final, elle l’avait presque oublié, son épingle. Pas totalement cependant.

- Vous travaillez sur le Jolly Roger habituellement ? Je ne vous ai jamais aperçu au Port.

Travailliez aurait été plus approprié.
La question sortait de nulle part, mais n’en était pas moins sincère.







နီလာ စန္ဒာ နေ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 41
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: Pour une épingle   Mar 17 Juil 2018 - 1:27

L’air avait changé. Si quelques secondes avant, ce dernier avait été chargé d’une terrible électricité digne des orages les plus déchaînés, le voilà s’apaisant dans un calme étrange. Les voilà discutant sur un ton bien plus courtois, s’échangeant des banalités tandis qu’ils évoquaient brièvement un passé de perdu presque oublié. S’il avait d’abord pensé qu’elle avait été bannie, tout comme lui l’avait été, elle l’infirma bien vite, clamant que cela n’avait pas été la cause de son départ de l’Arbre - ainsi, la curiosité d’Aaron était d’autant plus piquée. S’il s’agirait certainement d’un fardeau pour elle que d’être accablée de l’avidité de connaissance de son interlocuteur, lui-même y voyait une parfaite occasion d’encore gratter à ses heures d’ennui des secondes d’intérêt. 
Il la laissa poursuivre, manquant d’oublier que la pièce principale de cette entrevue se trouvait toujours en sa possession ; la belle s’était-elle apaisée ? L’idée de planter une lame salvatrice dans on flanc l’avait-elle quittée ? 

Il en doutait. Ce moment n’était qu’un rayon de soleil perçant les épais nuages de leur entreprise. 
Le prochain éclair ne tarderait pas à le frapper, il en était certain. 
Et étrangement impatient. 

« Vous avez vu juste, dit-il en haussant une épaule. Je travaillais sur le Jolly Roger, en tant qu’apprenti cuisinier. J’imagine que c’est aussi ce que je fais ici, au ranch. Si la faim vous gagne, c’est à moi qu’il faudra vous adresser, j’imagine. »

Même si cela n’était pas dans ses habitudes de délivrer de la nourriture gratuitement ; cette remarque était une simple preuve de son cynisme. Un semblant de bonté offert au coin d’un sourire. 

« Je me demande tout de même ce qui a pu vous pousser à quitter les perdus. Si ce n’est pas un bannissement… qu’est-ce donc ? Qui aurait l’idée de partir, et de se livrer à la dangerosité de l’Île ? »

Il pencha la tête sur le côté, prenant un air faussement innocent, mais sincèrement intrigué. 
Ses yeux aux reflets ambrés glissèrent sur la silhouette ondulée de la belle asiatique, détaillant la moindre de ses courbes sans l’ombre d’une miette de pudeur ; il la dépeignait dans son esprit, comme une oeuvre d’art. 
Elle avait grandi. Comme lui. C’était indéniable. Avant ou après le départ de l’Arbre ? Cela restait à savoir. 

« C’est un joli nom, au passage, confia-t-il dans un hochement de tête. Vous l’avez trouvé toute seule ? »


Dernière édition par Aaron Dirtyhands le Lun 23 Juil 2018 - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tayysan Ne Lwin
avatar

☠ Employée de la Fumerie du Port ☠


✘ AVENTURES : 37
✘ SURNOM : L'Effacée.
✘ AGE DU PERSO : Pas plus de vingt ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : Go slowly now, sands of time.

MessageSujet: Re: Pour une épingle   Lun 23 Juil 2018 - 13:03

Tayysan resta droite, lorsqu’elle vit ses prunelles ambrées détailler son corps dans les moindres détails. Bien que gênée, elle ne le montra pas pour autant ;  la birmane n’acceptait pas la simple idée qu’elle ait pu grandir. Pour elle, ce n’était pas possible. Dans l’Autre Monde, elle avait peur des adultes, si peur. Tant et si bien qu’elle ne pouvait pas grandir. C’était une question de logique. Le déni se faisait sur sa poitrine, sa taille, ses hanches, son visage aminci. Peut-être aurait-elle moins peur si elle daignait accepter ce qu’elle était désormais.

Pour l’heure, elle n’avait toujours pas fais le deuil de sa vie au Grand Arbre. Et cette discussion avec Aaron le lui faisait comprendre - d’une certaine façon. Silencieuse, elle hésitait à lui donner de plus amples détails. L’espace d’un instant, elle se ravisa. Puis se força. Allait-elle passer le reste de sa vie à se cacher, à avoir peur ? Aaron était la première personne avec qui elle avait une aussi longue discussion, sans compter Moriko. Il était difficile pour elle de savoir quelle position adopter. Pourtant, elle parvenait à garder cette assurance charmante qui la plongeait dans son cocon protecteur.

Pensive, elle se lissait les cheveux, constatant par la même occasion qu’ils devenaient bien trop longs.

- On m’a... enlevé. Je crois que j’étais dans une arène du Bayou quand j’ai repris connaissance, avant de réussir à m’enfuir. Depuis, je travaille à la fumerie du Port en temps normal.

« En temps normal » était le mot, en témoignait les bourrasques glaciales de vent qui fouettaient avec violence les murs du Ranch.

- Oh. Merci, répondit-elle dans un sourire. Bien qu’il soit moins sarcastique que le vôtre.

Elle perdit brièvement son sourire, lorsqu’elle réfléchit à la question d’Aaron. Où l’avait-elle trouvé, ce nom ? A vrai dire, elle ne s’en souvenait plus du tout. Elle l’avait choisi au hasard, associant çà et là des mots de sa langue natale.

- Je ne sais plus du tout. Je crois que tayysan veut dire « mélodie », dans ma langue natale.

Laquelle, elle ne le savait plus.
Elle parlait, elle répondait, elle demandait. Tout comme lui. Un étrange rituel, une étrange ambiance. Un peu palpable, peut-être. La birmane n’oubliait toujours pas son épingle.
Mais c’était amusant, de se prendre au jeu.







နီလာ စန္ဒာ နေ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 41
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: Pour une épingle   Lun 23 Juil 2018 - 22:13

Il l’écoutait avec une attention particulière, la belle étrangère ; pire, il semblait boire le moindre de ses mots comme si chacun d’eux avait le pouvoir d’étancher sa soif de connaissances. Ses yeux scrutaient la moindre de ses expressions, jusqu’à la courbe particulière de ses lèvres lorsque ses phrases s’en échappaient sur un ton calme, apaisé ; apaisant, s’il osait seulement l’admettre. 
Il fronça à peine les sourcils lorsqu’elle lui révéla son histoire. Ainsi, elle avait été enlevée ? Etait-ce seulement possible que quelqu’un ait pu pénétrer dans l’arbre pour l’arracher aux perdus ? Si oui, qui, et dans quel but ? Serait-ce cette Mariko qu’elle adorait tant qui pourrait se cacher derrière cette sombre affaire ? 
Trop de questions se bousculaient déjà dans son vif esprit, mais malheureusement pour lui, Aaron doutait que la birmane acceptât d’apporter des réponses à chacune d’entre elles. Qui serait suffisamment fou pour se dévoiler si facilement à un gars comme lui ? Quelqu’un qui en plus, détendait dans ses mains habiles un bien trop précieux ? 
Peut-être était-ce une manière de l’acheter, au fond. Lui donner des informations pour tenter de l’attendrir, et le forcer à lui rendre sa belle épingle perdue dans sa poche. 

Dommage qu’il fût trop peu humain pour s’abandonner au sentimentalisme. 

Néanmoins, lorsqu’elle l’informa sur la signification de son nom, Aaron vit là une autre occasion se présenter. Délaissant un instant sa mine curieuse pour une nouvelle expression amusée, ce fut un rictus espiègle qui déforma le coin de sa bouche close. Ses yeux dorés virent passer une lueur de malice dans leurs prunelles d’habitude éteintes ; cela n’annonçait rien de bon. 
Pour elle, néanmoins.

« Mélodie ?, répéta-t-il sur un ton trop posé. C’est une belle signification. J’imagine qu’elle n’est pas dénuée de sens. »

Après tout, regardez le sien ; Dirtyhands. Lui non plus n’était pas qu’un simple assemblage de lettres. Portant une douce ironie, il était également témoin de toute la dangerosité lancinante que traînait Aaron comme un poids à sa cheville. 
Il paraissait inoffensif, mais n’hésitait jamais à salir ses mains immaculées d’un peu de carmin. 

« Vous jouez de la musique ? Non, attendez. Laissez-moi deviner… vous chantez. C’est ça, n’est-ce pas ? »

Ce n’était qu’une supposition. Et au fond, cela ne surprendrait pas le jeune homme que cette dernière fût vérifiée : il avait décelé dans le fond de sa voix tranquille l’ombre d’une belle litanie. 
Qui sait. Si seulement ils n’étaient pas en pleine journée, peut-être aurait-elle pu se faire passer pour une sirène. 

Il s’approcha encore légèrement, ses pas claquant sur le bois dans un rythme irrégulier. De sa main, il vint piocher dans le fond de sa poche l’épingle détenue prisonnière. 
Il l’agita devant son nez, laissant quelques lumières se refléter sur les pierres qui l’ornaient. 
Vraiment, un joli travail. 

« J’ai une idée, dit-il. Laissons de côté l’idée que vous parveniez à m’arracher votre épingle des mains, nous savons tous les deux que c’est impossible. »

Il se vantait. Mais disait vrai. 

« Je vous propose un nouveau marché. Si vous chantez pour moi, je vous la rends sur le champ. »

Chanter. Ce n’était rien, au fond. Juste éclater sa voix en quelques morceaux de partition. 
Mais oserait-elle le faire, face à lui ? 
C’était là la vraie question. 

« Qu’est-ce que vous en dites ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tayysan Ne Lwin
avatar

☠ Employée de la Fumerie du Port ☠


✘ AVENTURES : 37
✘ SURNOM : L'Effacée.
✘ AGE DU PERSO : Pas plus de vingt ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : Go slowly now, sands of time.

MessageSujet: Re: Pour une épingle   Dim 29 Juil 2018 - 23:11


Spoiler:
 

Tayysan rendit à Aaron un sourire à la fois amusé et quelque peu honteux, lorsqu’il devina sa passion du chant. A vrai dire, ce n’était pas compliqué à saisir, à partir du moment où elle lui avait donné le sens de son nom. Mais cette rapide supposition l’amusait autant qu’elle la gênait ; c’était un peu personnel, pour l’asiatique qui ne parlait plus à grand monde depuis qu’elle vivait au Port. Elle ne savait trop comment réagir. Alors, elle se contenta de garder son air amusé, tout en hochant délicatement la tête.

- C’est ça. Mais je ne chante quasiment plus, depuis que je suis ici.

Le chant lui rappelait le souvenir du Grand Arbre, encore trop vif dans son esprit. Et c’est sûrement pour cette raison qu’elle ne put s’empêcher de se crisper en entendant la requête d’Aaron. Sans répondre, elle se contenta d’observer l’épingle que le Pirate agitait devant ses yeux. Un geste insolent, qui lui donna presque envie de chercher à l’arracher de ses mains - et ce même si Aaron avait pointé une nouvelle fois son incapacité à la lui prendre de force.

Pourtant, elle n’en fit rien. Pensive, elle joignit ses mains entre elle, les camouflant dans ses épaisses manches. Tayysan se surprit à écouter les soubresauts de la tempête de l’extérieur avec une attention particulière, qui lui permit de se fondre dans ses pensées. Le problème n’était pas tant qu’elle n’avait pas envie de chanter ; elle n’osait pas. Elle fredonnait à la fumerie, de tant à autre, quand personne ne l’entendait. Mais depuis quand n’avait-elle pas sincèrement chanté ? Avait-elle gardé son timbre de voix ? Avait-elle oublié ce qu’elle chantait jadis en tant qu’Harmony ?

Elle pesait, difficilement, le pour et le contre. Elle n’osait pas, certes. Mais si elle se lançait, cela lui permettrait peut-être de récupérer son épingle, si précieuse, offerte par sa chère Moriko. D’autre part, Tayysan gardait une certaine fierté, encore trop camouflée sous sa timidité et la peur de cette récente nouvelle vie. Si elle ne se l’avouait pas, elle savait qu’inconsciemment, accepter cette requête pourrait l’aider. Le chant avait, après tout, une valeur symbolique si forte pour la birmane.

- Vous me la rendrez réellement ?

Son ton calme contrastait avec le froncement de sourcil qui barrait son visage.
Au final, elle n’attendit même pas qu’il réponde. Elle poussa un soupir, s’éloigna de quelques pas, jetant un coup d’œil dans les alentours. Personne, pour l’instant. Et même s’il y avait quelqu’un... eh bien, tant pis. Ce n’était pas si grave que ça, non ?

- D’accord, finit-elle par répondre simplement.

D’accord.
C’est tout. Si simple à prononcer, bien moins à appliquer. Tayysan continua de faire les cent pas, tout en jetant un regard lourd de sens à Aaron. J’espère que vous tiendrez votre promesse. Elle l’espérait. Mais elle ne le dit pas. Elle ne doutait pas qu’il pouvait être bien assez beau joueur pour ne pas mentir... enfin, sait-on jamais.

La birmane s’arrêta à quelques pas d’Aaron. Elle se trouvait désormais au fond de la pièce, lui tournant légèrement le dos.
Et elle chanta.
Sans aucune fausse note.
Les premières paroles, chantées dans sa langue natale, étaient les reliquats de sa vie passée. Ce que les paysans chantaient, dans les champs. Ce que les bouddhistes chantaient. Elle ne l’a jamais perdu, tout cela. Ce qu’elle a oublié, c’est la signification de ses chants, tout comme elle a oublié les valeurs que lui ont inculqué ses croyances, ses grands parents, son travail.

Alors qu’elle se laissait aller à l’exercice, Tayysan sentit peu à peu son cœur se serrer. Lourd de ce que ces paroles, chantées dans un birman étrangement parfait, signifiaient pour elle ; un héritage de sa première vie, une continuité de sa seconde, un poids pour sa nouvelle vie. Alors, l’Effacée bascula de registre, passant du birman à l’anglais, sans pour autant perdre le rythme construit de ses paroles. Les mots qui glissaient harmonieusement entre ses lèvres, constituaient une chanson qu’elle avait entendu de la bouche d’un Pirate qui se rendait souvent à la fumerie. Perdu dans les étouffantes vapeurs d’opium, le marin l’avait fredonné nombre de fois. Tayysan, étrangement, avait retenu chaque parole de cette chanson.

Elle la trouvait belle, vraiment belle. Et si pleine de sens. Et si son visage ne montrait que son calme particulier, le ton qu’elle donnait à ses paroles traduisaient une certaine émotion. Et une certaine passion, qu’elle pensait disparue.
Quand les derniers mots se perdirent dans les limbes du silence, Tayysan se tourna vers Aaron et osa, enfin, le regarder. Sourcil haussé, sourire malicieux aux lèvres, parce qu’elle espérait qu’il tienne sa promesse. Et pourtant, la lueur brillant dans son regard témoignait d’une émotion que la birmane était et est encore incapable de traduire.







နီလာ စန္ဒာ နေ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 41
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: Pour une épingle   Lun 30 Juil 2018 - 20:52

Aaron se targuait avec une étrange fierté de n’être ému par rien. Il pouvait apprécier la beauté naturelle des choses, comme des personnes, mais demeurait en surface de ses contemplations ; seuls ses yeux voyaient, son coeur restait aveugle. Son esprit était hermétique aux sollicitations émotionnelles extérieures, et d’aussi loin qu’il s’en souvenait, jamais il n’avait ressenti le besoin de s’attendrir. Il ne connaissait ni la nostalgie, ni la mélancolie, juste l’ennui : un vide qui le vidait de vie, et le remplissait d’amertume. 
Dirtyhands était un miroir brisé ; le reflet des choses qui osaient y passer était démantelé, détruit, fissuré et imparfait, au moins autant qu’il l’était. Rien ne s’y attardait, rien ne restait entier. 
Tout volait en éclats.

Pourtant. 
Oh, pourtant. 
Lorsqu’il l’entendit chanter, Aaron en oublia de se moquer. Il en oublia de sourire comme s’il se fichait de tout, comme s’il décrochait de ses lèvres une énième victoire, pour l’avoir poussée à bout. Il ne tira aucune satisfaction, aucun sentiment d’accomplissement. 
Plutôt, il se tut. Parce que quelque chose en lui avait réagi. Pire, c’était tout son corps qui s’était réveillé. 
Et son coeur aussi, qui avait bondi. 

Dans sa poitrine, un peu de glace avait fondu, noyant son torse dans un flot tiède, puis chaleureux. Son rythme cardiaque était étouffé par cette eau montante, glissant jusqu’à sa gorge qui se noua, et si seulement il avait continué à fondre, peut-être serait-elle montée jusqu’à ses yeux ambrés. 
Mais non, l’inondation se stoppa en travers de sa trachée. 

Et ses yeux, il les avait fermés. 

Parce que quelque chose s’était passé, dans son esprit. Comme si quelqu’un avait ouvert une porte, ou plutôt une fenêtre, voire simplement une lucarne sur un paysage de sa vie. 
De son ancienne vie. Celle qui sentait bon le mauvais alcool et les parfums fleuris, celle qui s’accompagnait des rires de ses voisins et des chants plaintifs de chats de gouttière. Celle qu’il avait oubliée, celle qu’il savait avoir aimé. 

La voix de Tayysan s’était mêlée à une autre. Un timbre sans lèvres pour le chantonner, sans yeux pour l’accompagner de regards émus ; pas de visage, simplement un souffle contre sa joue ronde. Une main dans ses cheveux, passant entre ses mèches sales et parfois sur son front plein de sueur. Il y avait des mots qui résonnaient comme un écho incompréhensible contre les parois de son crâne, comme s’ils cherchaient à s’en échapper. Il crut se rappeler de la chaleur d’une couverture tirée sur son corps grelotant, puis d’une paume posée gentiment sur le dos de sa main. 
On lui avait chanté des chansons, avant. Des berceuses, peut-être. Des comptines pour le calmer, chasser ses démons et l’apaiser ; de belles histoires pour lui rappeler que la nuit, il n’y avait pas que des cauchemars pour l’accompagner.

Il y avait eu Elle. Elle, qui n’avait pas de corps, dont il ne se souvenait ni de la couleur des yeux, ni de la forme de sa bouche. Elle qui n’avait plus de prénom, plus de nom, juste une appellation qu’il pensa comme une confidence. 
Maman

Il sursauta à l’entente de ce mot dans son esprit. 
Rouvrit les yeux, quand Tayysan s’arrêta de chanter, et commença à se tourner vers lui. 

Il ne réagit pas pendant de trop longues secondes, demeurant interdit. Son regard était perdu contre un point flottant entre le regard de son interlocutrice et le sol. Ses mains s’étaient crispés, ses doigts serrés autour de l’épingle précieuse, si fort qu’il aurait pu la briser. 

Il détestait ça. Il haïssait cette sensation ; il perdait le contrôle. 
Il avait déliré trop longtemps. Ou simplement rêvé. 
C’était déjà interdit. 

Il aurait pu se venger, de l’avoir fait se rappeler de quelque chose d’aussi secret, d’aussi enfoui. De l’avoir déstabilisé, perturbé dans son sempiternel sérieux. Il aurait pu la narguer, agiter son épingle sous son nez, et la faire disparaître de nouveau. D’ailleurs, lorsqu’il s’approcha, ce fut ce qu’il fit : il joua de ses doigts de magicien pour perdre l’objet dans ses manches, ou bien ailleurs. 

Mais quand il fut suffisamment proche d’elle pour à nouveau sentir son souffle s’échouer contre sa nuque, il se stoppa. 
Abandonna son air sévère, son air d’assassin. 

Il sourit, presque trop tendrement pour quelqu’un comme lui. 

« C’était magnifique, avoua-t-il. Vous devriez continuer de chanter. »

Sa main s’approcha, vide, jusqu’à effleurer le haut du crâne de la jeune fille. Ses doigts pianotèrent dans les airs, avant de passer entre les mèches ébènes de la birmane. 
Il venait de lui rendre son épingle. 

Son index et son pouce glissèrent contre ses cheveux lisses, caressant imperceptiblement la naissance de son cou, jusqu’à sa clavicule. 

Il avait l’air ailleurs, songeur. 
Si seulement il n’avait pas l’air si mort de l’intérieur, Tayysan aurait pu le croire rêveur.

« J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop, pour cette altercation. Et vous avez raison de vouloir la garder : cette épingle vous va à merveille. »

Il recula. D’un, deux, trois pas. 
Sourit encore comme un démon. 

« La prochaine fois, faites simplement attention à ne plus la perdre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tayysan Ne Lwin
avatar

☠ Employée de la Fumerie du Port ☠


✘ AVENTURES : 37
✘ SURNOM : L'Effacée.
✘ AGE DU PERSO : Pas plus de vingt ans.

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : Go slowly now, sands of time.

MessageSujet: Re: Pour une épingle   Mer 8 Aoû 2018 - 12:34

Tayysan ne savait plus trop ce qu’elle ressentait. « Étonnée », pourrait-on dire, quoique le terme lui semblait quelque peu faible. Elle avait chanté, et la birmane s’était rendue compte à quel point cette sensation au creux de son ventre lui avait manqué. A côté de cela, Aaron lui avait soudainement paru étrange, ailleurs. Si elle guettait sa réaction avec une drôle d’impatience, Tayysan en était presque intriguée par son comportement. Si elle était bien loin du tumulte dans l’esprit de son interlocuteur, l’asiatique se disait qu’il y avait sûrement quelqu’un d’autre au-delà de cette personne agaçante et égocentrique qui lui avait dérobé son épingle.  

Elle était sûrement trop gentille, douce et curieuse, et elle s’en rendait bien compte. C’est peut-être cette même curiosité qui la garda immobile lorsqu’Aaron s’approcha d’elle. Il était proche, sûrement trop proche. Et alors qu’il la complimentait - son ton lui semblait tellement sincère, le Pirate s’amusait d’on ne sait quoi avec l’épingle de la jeune femme, jouant à la faire apparaître et disparaitre. Tayysan se dit qu’une telle habilité expliquait pourquoi elle s’était fait avoir aussi facilement. De même, elle ne bougea pas quand il l’effleura de ses doigts. Ne comprenant pas ce qu’il cherchait ni à quoi il pensait, la birmane resta stoïque. Et tandis qu’il se reculait, elle passa une main dans ses cheveux, jusqu’à rencontrer le contact froid de sa précieuse épingle.

Il avait tenu sa promesse.
Elle souriait. D’avoir récupéré son épingle et plus encore, d’avoir eu une remarque sincère de la part d’Aaron. Une remarque qui lui réchauffait réellement le cœur, même si elle ne pouvait le lui admettre. Un compliment qui la faisait davantage sortir de sa coquille, forgée depuis qu’elle travaillait à la Fumerie.

Son ancienne identité, l’Harmony qui se bataillait en elle, semblait fière de cette nouvelle prise de conscience.

- Je chanterais davantage si vous me rendez visite régulièrement, répondit-elle sans vraiment réfléchir, sourire aux lèvres. C’est qu’il l’intriguait. Même si Aaron était agaçant, même si Aaron lui avait fait perdre son temps. La curiosité de cerner davantage la personne surpassait ses premières impressions.

Quand il recula, la nargua, elle fit de même.
La prochaine fois. Cela impliquait une possible nouvelle rencontre. Ou une altercation, c’est selon.

Mais Tayysan était intriguée.
Alors, elle hocha la tête à ses dernières paroles. Sans répondre, se contentant de lui adresser un sourire oscillant entre l’amusement et le défi. Qu’il venait, qu’il essaye à nouveau de voler son épingle. Elle apprendrait à se faire à cette discrétion trop bien calculée.
Comme lui, elle s’en retourna à ses affaires. Et dans sa tête, une partie de sa carapace s’était fendue.
C’est qu’une étrange rencontre suffit parfois pour s’ouvrir à son nouvel environnement.







နီလာ စန္ဒာ နေ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour une épingle   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Fin de l'association UDE/Ankama pour Wakfu TCG
» CaC pour bi-élément feu/terre
» xp pour panda air
» Pano pvp pour un panda air tutufié lvl 165
» help pour mon stuff panda multi 110

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Baie des Pirates :: Le Ranch des Rebelles-