Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 59
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: [Flashback] Nuit jolie, glisse aux oreilles des âmes perdues   Lun 1 Oct 2018 - 23:44

De la fierté. Aaron était certainement suffisamment ambitieux pour en connaître le concept, arrogant pour s’en targuer, mais peut-être pas assez humain pour totalement la ressentir. Certes, il connaissait la satisfaction, cette envie d’aller toujours plus loin dans ses larcins, et pouvait parfois apprécier le simple fait d’atteindre un but fixé à la volée dans son esprit vacillant. 
Mais était-il fier pour autant ? Il n’en était jamais certain ; il regardait filer devant ses yeux vitreux ses victoires comme il toiserait ses échecs, avec le même ennui et cette sempiternelle lassitude qui ternissait le moindre de ses coups d’oeil sur son entourage. Réussir ou bien échouer dans un monde régi par un jeu auquel il était certain de perdre, cela n’avait au fond aucune réelle importance. 
Dirtyhands avait beau posséder tous les pions, toutes les pièces sur son échiquier, il savait que se plaçait au-dessus de sa main une autre, bien plus grande, pour l’écraser. Il pouvait jouer sur de fines parcelles de terrain, collectionner des conquêtes aussi infimes que quelques miettes époussetées du dos de la main, mais certainement pas espérer se réjouir de plus. 

Il était un avare des petites choses. Collectionnait les sourires, les froncements de sourcils et les coeurs. Gourmand de vices, de luxure et parfois de supplices, il n’avait pourtant pas l’âme d’un tyran, ni d’un héros. Il était un obstacle volatil, ou bien un sauveur malhabile. Il n’avait rien d’un protagoniste, juste d’un figurant dont on avait parfois la malchance de se souvenir du nom, quand on arrivait encore à le prononcer sans trembler. 
Il n’osait s’intéresser à la fierté ; il défendait simplement son maigre territoire. 

Mais lorsque les prochaines paroles de Fib s’échappèrent d’entre ses lèvres écorchées, Dirtyhands ne put s’empêcher de laisser s’échapper quelques ricanements incontrôlés. Un rire qui puait le cynisme, transpirait la moquerie : non mais, sérieusement ? Mener une révolution, retourner la terre et la mettre à feu et à sang ? C’était sa, son projet ? 
Lui qui se disait plus sain d’esprit qu’il ne l’avait jamais été avant son voyage dans les Landes, Aaron commençait à craindre pour la santé mentale de tous ceux qui avaient fait l’erreur de le rencontrer avant sa mésaventure. Il devait délirer, pas vrai ? Ne pas réaliser l’ampleur de ses mots. 

Il n’avait absolument aucune chance, face à Peter et à l’Île. Si elle se mettait à se faire consumer par un incendie, qui sait, peut-être qu’une seule larme de l’enfant roi suffirait à faire s’abattre sur la terre une pluie si torrentielle qu’elle viendrait à bout des flammes en un battement d’ailes de fées. 
Pouvait-on tuer l’immortel ? Simplement tuer le rêve ? 

Ses épaules se secouaient encore, mais il ne saurait rejeter la faute sur son hilarité ou le froid. 
Peut-être un peu des deux. 

« Eh bien. Pour quelqu’un qui dit que la fierté ne mènera qu’à la perte, je te trouve bien présomptueux. »

Un gabier avec l’âme d’un révolutionnaire, d’un libérateur ? S’agissait-il là d’une volonté d’assouvir une vengeance envers Peter ? 
Aaron était curieux, désormais. De savoir ce qu’on déjanté pareil pouvait bien préparer, et surtout avec qui. En serait-il l’instigateur, ou un simple complice ? 

« Je me demande comment tu vas bien pouvoir t’y prendre, Steiner. Pour renverser toute l’Île, je veux dire. J’imagine que tu as un plan qui tient la route, toute une armée à tes côtés, un bataillon tout entier même ! Tu as volé des bateaux, des armes ? Non, attends, laisse-moi deviner ! Tu vas tuer Peter directement ? »

Il se moquait gentiment, parce qu’il n’y croyait pas. C’était tout simplement impossible de songer à une telle éventualité, même pour lui qui espérait secrètement pouvoir sortir de cette hypocrite prison dorée. 
La naïveté de Fib avait au moins le mérite de l’amuser. 

« Mais si tu y parviens vraiment, laisse-moi une place en première loge. J’ai toujours aimé les feux de forêt. »


Dernière édition par Aaron Dirtyhands le Mar 20 Nov 2018 - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fib Steiner
avatar

☠ Gabier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 145
✘ SURNOM : Le Tétrodon
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Nope
✘ LIENS : Pour obtenir un grain de folie
Il faut déjà une bonne recette...

MessageSujet: Re: [Flashback] Nuit jolie, glisse aux oreilles des âmes perdues   Dim 21 Oct 2018 - 11:21

Fib eut un long instant de bug. Il fixa son interlocuteur avec l'air du type qui tentait de connecter ses quelques neurones, et qui pédalait sévère dans la choucroute.
Puis il comprit ce que Dirtyhand lui disait, et partit d'un grand rire hilare, qui le dévora tout entier.

Un fou rire... c'était comme ça qu'on appelait ce genre de crise, quand la joie vous embarque tout entier au point de vous ravager et de secouer votre corps tout entier, dans une série de spasmes incontrôlables.
Il en avait mal aux côtes, tient, se tenait les flancs en les compressant pour faire passer la crampe musculaire.
Non mais vraiment... ce type était impayable. Lui ? Renverser l'île avec ses petites mimines de gabier ? Tellement drôle, oui tellement drôle...

Le Tétrodon ne faisait jamais rien dans l'excès, vous l'aurez remarqué.
Et oui. La phrase du dessus comporte bien une énorme dose d'ironie.

Après avoir essuyé quelques larmiches égarées au coin de ses yeux, le gabier finit par se calmer, retrouvant une certaine pondération. Lorsqu'il prit la parole sa voix étaie encore parcourue de petits hoquets nerveux :
« Tu penses que c'est MOI qui vais faire tout ça ? Je t'ai dit que la rébellion couvait, pas que j'allais la mener... allons soyons malins mon petit ami, aucun homme seul ne peut venir à bout du démon vert, ni même du capitaine de ce bateau, d'ailleurs. L'île a sa volonté propre et au cas où tu ne l'aurais pas encore remarqué elle est surpeuplée : plein de volontés, de colères qui grondent et s'additionnent... ça ne peut rien donner de bon et je n'ai rien à faire pour que tout explose. »
Restait à voir si ça suffirait à déstabiliser Pan. Au moins le « feu de forêt » - comme l'appelait son compagnon – aurait le mérite de faire ressortir certaines choses. Comment l'île – déjà chaotique par essence – réagirait-elle face à un chaos encore plus prononcé que d'habitude.
Un chaos qui ne serait pas provoqué par les humeurs de leurs deux tyrans, mais par les volontés individuelles de ceux qu'ils piégeaient ?

Comme il avait hâte... il fallait simplement savoir qui pousser à la faute, et il avait déjà repéré quelques éléments prometteur, à qui il fallait simplement donner les moyens de réussir. Encourager, en quelque sorte.
Est-ce qu'il allait réussir ? Il espérait bien que non, ce ne serait pas drôle ! Au fond toute cette histoire n'était qu'un divertissement, un moyen de se mettre en danger et de combler ce trou, ce trou immense.

« Alala petit gars, comme la nuit me rend bavard ! »
Pas comme s'il l'était toujours, n'est-ce pas ? Pas comme s'il était naturellement vantard, raconteur de bobard, déchaîné et l'esprit vague, sans la prison d'intelligence qui aurait apporté la pondération et la logique.
« Si t'as pas prévu de m'amener dans un coin pour me lécher la bite je pense qu'il est temps de retourner trouver le sommeil, tu crois pas ? De toute façon on va se re-croiser hein ? Deux aventuriers perdus dans la peur du noir, quelle formidable histoire. J'espère que la prochaine fois t'auras plus de truc à raconter, c'est pas que t'es un peu chiant avec ton calme et ton cynisme mais moi j'aime les gars avec une grande gueule tu vois ? Plus pratique pour la sucette. »
Quelle grâce, quel charme, quelle éducation...
De quoi faire rêver toutes les jeunes filles de bonne famille.






Fib parle en #666666

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Dirtyhands
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 59
✘ SURNOM : Le Bâtard.
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Always.
✘ LIENS : Break a mirror.
Roll the dice.

MessageSujet: Re: [Flashback] Nuit jolie, glisse aux oreilles des âmes perdues   Mar 20 Nov 2018 - 21:13

Le chaos appelait à la guerre, le vide au néant, les ténèbres aux ténèbres ; il n’y avait que le mal pour attiser le Mal. Répondre à quelque chose de déjà ancré, ramasser les éclats de ce qui a déjà explosé. 
Donnez à un coeur en peine de quoi se fendre, il ne tardera pas à imploser. 

Le noyau de l’île battait au rythme de la colère de ses habitants, réagissait à la noirceur de l’âme de son enfant roi. La moindre parcelle de terre était déjà souillée de vices, de péchés ; il n’y avait finalement qu’une étincelle à faire tomber sur la flaque d’essence déjà déversée sur le sol pour tout faire brûler. Aaron comprenait ce que voulait dire Fib lorsqu’il faisait référence à la Révolution qui sommeillait certainement déjà en chacun d’eux. Il n’y avait pas besoin de leader, ni réellement d’armée, si on considérait qu’une seule poussée générale suffirait à tout renverser. 
Un joyeux bordel, songea Dirtyhands en penchant la tête sur le côté. Mais dans vision anarchique,  le cuisinier y voyait encore une sorte d’utopie désolante. Comme si suffisamment d’habitants allaient s’unir pour faire s’écrouler la montagne de l’ordre établi ; comme si eux, de pauvres prisonniers, allaient de toute manière pouvoir rivaliser face au petit tyran qui avait tout un monde pour l’épauler. 

Aaron n’était pas particulièrement pacifiste. Il ne choisissait aucun camp, non pas par esprit de neutralité, mais parce qu’il attendait de voir lequel était le plus proche de la victoire pour se décider. 
Il était un loup solitaire à défaut de dénicher la meute la plus puissante. Alors, il gardait en tête les desseins du gabier, un éternel sourire coincé au bout de ses lèvres gercées. Il était rêveur, dans un sens, ce jeune détraqué aux idées perverties. 
Un peu comme un enfant trop heureux de voir ses jouets détruits. 

Il se garda de le dire. 

Les prochaines paroles de Steiner indiquèrent la fin imminente de leur impromptue altercation - qu’il ne manquerait pas de se remémorer, d’ailleurs. Ainsi, Aaron recula d’un seul pas, tout en continuant de profiter encore quelques secondes du halo de lumière que lui offrait la précieuse lampe de son compagnon nocturne. 

« Je ne suis pas d’un naturel bavard, dit-il en haussant une épaule, je l’avoue. Mais si nous sommes amenés à nous recroiser, j’imagine que tu feras la conversation pour nous deux. »

Après tout, Fib n’avait certainement pas besoin d’un interlocuteur pour se donner un prétexte à lancer la moindre obscénité. Et si Aaron n’était pas connu pour la quantité de dialogue qu’il pouvait faire couler sur sa langue, il pouvait au moins se targuer de sa capacité à bien choisir ses mots. 
Cela ne devait pas dire grand chose pour le tétrodon, néanmoins, qui s’amusait des phrases teintées d’insultes et évocatrices d’images peu puritaines. 

Aaron ne saurait dire s’il appréciait cette facette de sa personnalité ou non. 
Voire s’il l’appréciait tout court. 

« Mais fais attention, Steiner. A force de mes faire des propositions de la sorte, je risquerais de t’y emmener, dans ce coin sombre, plaisanta-t-il. Si tu as la langue pendue, autant t’en servir, non ? »
 
Il s’éloigna encore d’un pas. 
Juste un. 

« J’imagine que c’est un au revoir, alors. Du moins pour ce soir. Il me tarde de savoir où avance ce projet de feu de forêt. »

Non pas pour y participer, non ; juste pour contempler les dégâts de sa hauteur de sempiternel détaché. 
Voire se réchauffer les mains devant les flammes que Fib parviendrait peut-être à faire s’élever. 

Cette nuit avait été riche, se dit Aaron. En découvertes, en rires étouffés et en surprises. 
Etait-ce si étrange, de souhaiter retrouver la compagnie d’un tel dément, juste pour combler ses nuits de terreur ? 

Sûrement. 
Mais comme pour tout le reste, Dirtyhands n’y attachait aucune importance. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] Nuit jolie, glisse aux oreilles des âmes perdues   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [recherche tuto ] réparation d'oreille (couroie qui glisse)
» nuit sanglante
» Oreilles immobiles
» Des oreilles avec des « tatouages » de marques ?
» Tai Chi ou Papotage d'oreilles? STOp- HELP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: Le Jolly Roger-