Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kâduin
Kâduin

☙ Chimère Naturelle ☙


✘ AVENTURES : 60
✘ SURNOM : Le Nécrophage
✘ AGE DU PERSO : adulte peut-être

✘ DISPO POUR RP ? : yup
✘ LIENS : Tant que les coeurs ne me laisseront pas seul ...

Odeurs familières Empty
MessageSujet: Odeurs familières   Odeurs familières EmptyJeu 21 Juin 2018 - 21:11


Tout ces changements, tout plein de nouveaux aménagements... Kâduin avait beaucoup observé, essayant tantôt de ne pas être dans les pattes, tantôt d'apporter de l'aide. Mais rien que la chaleur, il ne l'avait pas. Il était froid comme du fer, mais cela ne signifiait pas qu'il en était épargné. Loin de là, il craignait le givre mortel. Il craignait ces orbleus dont les battements semblaient... un. Comme un être unique divisé en une multitude de coeurs lents, mais aux semblants invincibles.

Kâduin se rappelait les nuits du désert face à ces monstres, ou dans la température de cet hiver engendré par Peter Pan.

Il se souvenait de cette odeur ferreuse, mais aussi de celle de ceux qui boudaient. Ceux qui ne laissaient pas leur coeur battre pour la chimère naturelle.

Ce temps ne facilitait pas la chose au Necrophage, il s'était éloigné du Ranch dans le but de trouver cette odeur qui l'attirait tant malgré les coeurs battants dans le refuge des rebelles. Il surveillait, essayait de savoir où il partait. Pattes après pattes, il marchait, et enfonçait sa truffe sous la neige parfois. Mais les odeurs semblaient se cacher dans le blanc, le froid conservait mieux que le chaud.

Puis quelques odeurs, quelques êtres étranges, ils marchaient mais le coeur était étrange.

Oreilles dressées, la tête un peu baissée, Kâduin s'approchait. Se faufilant entre les racines bizarres qu'il n'avait nommées, le Bayou se dessinait. Les odeurs y étaient un peu différentes, mais il y avait un petit quelque chose que le Necrophage aimait.

La route poursuivie, le fit se rapprocher des silhouettes. Des humains, cela y ressemblaient, mais le chacal ne savait pas si le coeur battait, il ne parvenait pas à se concentrer... il voulait traverser mais la présence de l'eau l'inquiétait. Sa vue ne le permettait même pas de réellement distinguer s'il y avait de la glace, ou encore si la profondeur l'engloutirait. Kâduin avait le squelette bien trop lourd et ne pourrait pas remonter à la surface, ou pourrait se retrouver prisonnier de la vase.

Il fit les cents pas en observant les silhouettes, les lumières, sans distinguer clairement de quoi il s'agissait. La myopie l'handicapait, et l'envie d'aller vers ce qui, pour la plupart des gens, puait... était forte. Il poussa quelques glapissements.

- Kâduin peut-il entendre les coeurs ?

Kâduin essayait de parler à des zombies, sans le savoir. Mais il y avait un battement différent qui attirait sa curiosité.
Il aurait peut-être pu sauter par-dessus l'eau, cependant, le Necrophage sentait l'humidité un peu par tout, même avec ce froid. Il craignait de couler.

Sans doute il aurait dû s'en soucier avant. Il avait pourtant déjà entendu parler du Bayou, évidemment.






Odeurs familières 1459982773-kad-signa2

If I Had A Heart
I could sing
The Lullaby Of Woe
For The Deads

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Samedi
Baron Samedi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 56
✘ SURNOM : Le Fétide.
✘ AGE DU PERSO : Indicible.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : And he will greet them in a smile that sticks like vaseline.
Sujet en cours : I - II - III

Odeurs familières Empty
MessageSujet: Re: Odeurs familières   Odeurs familières EmptyVen 6 Juil 2018 - 23:45

La neige a beau avoir englouti le Bayou, ce dernier reste le même. Et Kaplata y évolue avec une aisance presque similaire à auparavant, bien que légèrement entravée par la rage de dents. Comme à son habitude, le Baron Samedi ne quitte pas ses terres : il y pratique ses rituels et y vit sa vie obscure, aidant toutefois à maintenir son lieu de vie sûr.

Ce jour-là - ou plutôt cette nuit, puisqu'au Bayou il ne fait jamais vraiment jour - Samedi est entouré de zonbi, résultats d'un rituel qu'il a mené sans grand enthousiasme mais avec discipline, mué par la force de l'habitude. Il ne perçoit pas tout de suite la présence qui, de l'autre côté du rivage, tourne en rond confusément depuis quelques minutes.

Cette dernière, d'un glapissement, finit par attirer son attention.

- Kâduin peut-il entendre les coeurs ?

Le Baron tourne la tête et - plissant les yeux - avise une créature à l'odeur différente de celles du Bayou. Et visiblement dotée de voix. Le dénommé Kâduin semble d'ailleurs tenté de s'approcher de lui et les zonbis qui errent, mais quelque chose le retient.

L'eau ?

Kaplata sourit, retient un rire qui prend alors la forme d'un frisson qui parcourt ses épaules : la scène est aussi absurde que comique.

D'un pas félin, le Baron consent à s'approcher. Se plantant de l'autre côté de l'eau, il hume : l'odeur de fer s'est amplifiée. Elle a quelque chose d'infect mais de charmant, également.

- Si tu cherches des coeurs en vie, créature, tu frappes à la mauvaise porte.

Quoique.
Il y a bien le sien.






Offrande :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Kâduin
Kâduin

☙ Chimère Naturelle ☙


✘ AVENTURES : 60
✘ SURNOM : Le Nécrophage
✘ AGE DU PERSO : adulte peut-être

✘ DISPO POUR RP ? : yup
✘ LIENS : Tant que les coeurs ne me laisseront pas seul ...

Odeurs familières Empty
MessageSujet: Re: Odeurs familières   Odeurs familières EmptyVen 10 Aoû 2018 - 11:27

Les oreilles de l'animal se dressèrent, des pas venaient vers lui. La myopie de la chimère naturelle n'aidait pas toujours, mais là, la distance permettait tout de même de distinguer des traits. De reconnaître plus ou moins un visage. Mais ce fut surtout l'odorat et l'ouïe qui prirent la main, comme presque toujours. Cependant, Kâduin voulu plisser les yeux pour voir mieux. Rendre les tracés un peu plus nets.

C'était un humain, en apparence du moins. L'odeur avait quelque chose que le Nécrophage appréciait. Quelque chose comme les coeurs qui boudaient, sauf qu'il semblait entendre quelque chose tout de même. C'était cela qu'il avait entendu ?

Mais pourtant, l'homme avait dit qu'il n'y avait pas de coeur en vie. Ils ne battaient pas ? Mais les corps bougeaient. Et quelque chose battait un peu tout de même. Non ? Et surtout, où était la porte ?

La chimère observa autour d'elle, cherchant la porte en question.

Puis les yeux se portèrent à nouveau sur le chef. Il avait l'air d'être un chef.

Kâduin se tendit en avant, pas trop par peur de l'eau, et snifa l'air vers la personne qui parlait aussi. Il aimait bien l'odeur.

- Pourquoi tu sens comme les coeurs boudeurs, alors que tu ne semble pas bouder ? Pourquoi les autres bougent alors que leurs coeurs ne veulent pas partager leurs battements avec celui de Kâduin ?

Sur ces questions d'une grande profondeur intellectuelle, le Nécrophage se gratta derrière l'oreille avec sa patte arrière. Quelques asticots, les petits êtres frétillants, s'échappèrent. Désolé Azami, Kâduin avait encore passé du temps couché à côté d'un cadavre.






Odeurs familières 1459982773-kad-signa2

If I Had A Heart
I could sing
The Lullaby Of Woe
For The Deads

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Samedi
Baron Samedi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 56
✘ SURNOM : Le Fétide.
✘ AGE DU PERSO : Indicible.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : And he will greet them in a smile that sticks like vaseline.
Sujet en cours : I - II - III

Odeurs familières Empty
MessageSujet: Re: Odeurs familières   Odeurs familières EmptyDim 7 Oct 2018 - 21:04

La créature se penche, tente de s'approcher mais l'eau le retient. Pourtant, au vu de sa taille, ce n'est pas la rigole qui passe entre eux qui l'emportera ! Enfin bon, le Fétide n'ira pas lui dire comment mener sa vie, ni apaiser ses peurs. Il faut dire qu'il a plutôt tendance à les exacerber, l'aîné. Du moins, c'est ce qui se dit.

- Pourquoi tu sens comme les coeurs boudeurs, alors que tu ne semble pas bouder ? Pourquoi les autres bougent alors que leurs coeurs ne veulent pas partager leurs battements avec celui de Kâduin ?

S'il en prenait la peine, nul doute que le Baron parviendrait à déchiffrer le langage du chacal. Mais voilà : il n'a guère envie de faire l'effort. Ainsi, se penchant au-dessus du filet d'eau, Samedi sourit et énonce calmement :

- Je ne comprends rien à ce que tu racontes, créature. Sois moins cryptique.

Se moquerait-il de la Chimère ? Peut-être, avec lui, ce n'est pas toujours évident. Se redressant, le Fétide commence à se déplacer, longeant l'eau sans se presser. La créature suivra-t-elle ? A voir. Il l'espère, sinon il se retrouvera à parler seul.

- Tu ne viens pas du Bayou. Il le sait, il le sent. Qu'est-ce qui t'amène ici, charognard ? L'appellation s'apparente à un coup de bluff : Samedi s'y connait, en cadavres, et il lui semble bien que la créature fait partie de celles qui en dévorent. Toujours nonchalant, le Fétide sent comme du mouvement derrière lui.

Les zonbi, désoeuvrés, qui évidemment le suivent.






Offrande :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Kâduin
Kâduin

☙ Chimère Naturelle ☙


✘ AVENTURES : 60
✘ SURNOM : Le Nécrophage
✘ AGE DU PERSO : adulte peut-être

✘ DISPO POUR RP ? : yup
✘ LIENS : Tant que les coeurs ne me laisseront pas seul ...

Odeurs familières Empty
MessageSujet: Re: Odeurs familières   Odeurs familières EmptyMer 24 Oct 2018 - 18:32

Kâduin battait de ses dernières vertèbres, il était content. C'était amusant. Il était grand l'étrange personnage. Il se penchait presque comme un roseau, et la Chimère pu sentir un peu plus l'odeur qu'il aimait bien.

Cryptique ? Kâduin ne comprit pas non plus. Il se secoua la tête, et se souvint qu'il devrait utiliser le "je" plus souvent. Il essayait mais c'était encore un peu flou. C'était de ça que parlait l'amusant monsieur ?

Pendant qu'il réfléchissait, il vit que le Fétide se déplaçait le long de l'eau. Le Nécrophage hâta les pattes pour arriver à la hauteur, écoutant les mots. L'animal se retourna un instant pour tenter de mieux voir ce qui se balançait en suivant l'humain. Ça sentait les coeurs boudeurs. Mais il retrouva plus d'intérêt au Fétide.

- L'odeur et les battements de coeur. Kâduin aime entendre les coeurs battre, mais Kâduin est triste quand ils boudent. Ils boudent quand ils ne battent plus. Alors Kâduin attend à côté de ceux qui ne battent plus, après quelques jours Kâduin les mange. Comme ça ils seront avec Kâduin pour toujours.

Il y avait de l'engouement et un peu de tristesse. Le Nécrophage était triste quand il y avait des êtres boudeurs.

- Kâduin doit écouter les coeurs battre pour vivre. Moriko laisse Kâduin écouter le sien.

Tout fier d'avoir trouvé un recoin où aller se nicher, cela lui semblait d'une telle évidence. Il évita des troncs et des racines. L'animal n'avait pas une bonne vue, il anticipait presque au dernière moment.

- Vous êtes qui vous ? Et pourquoi ceux qui vous suivent sentent bons et bougent ?

Il s'arrêta, s'éloigna le temps de faire le tour d'un arbre un peu plus gros. Il évitait encore l'eau. Et revint vers le centre de son intention.






Odeurs familières 1459982773-kad-signa2

If I Had A Heart
I could sing
The Lullaby Of Woe
For The Deads

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Samedi
Baron Samedi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 56
✘ SURNOM : Le Fétide.
✘ AGE DU PERSO : Indicible.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : And he will greet them in a smile that sticks like vaseline.
Sujet en cours : I - II - III

Odeurs familières Empty
MessageSujet: Re: Odeurs familières   Odeurs familières EmptyDim 23 Déc 2018 - 13:48

Kâduin le suit, Kâduin s'explique, et Kaplata écoute.

- L'odeur et les battements de coeur. Kâduin aime entendre les coeurs battre, mais Kâduin est triste quand ils boudent. Ils boudent quand ils ne battent plus. Alors Kâduin attend à côté de ceux qui ne battent plus, après quelques jours Kâduin les mange. Comme ça ils seront avec Kâduin pour toujours.

C'était donc ça. Sa curiosité satisfaite, le Baron se redresse, prêtant une oreille un peu moins attentive à la chimère bavarde.

- Kâduin doit écouter les coeurs battre pour vivre. Moriko laisse Kâduin écouter le sien.

Moriko ? Kaplata met quelques instants à situer le nom. Mais le visage poudré se rappelle à lui, celui d'une pâle imitatrice des frasques du Bayou, esclave des rêves dont elle fait commerce. Le regard de l'aîné des Guédés glisse vers l'animal, s'amuse de ses esquives maladroites : ainsi la créature loge chez les Diurnes.

- Vous êtes qui vous ? Et pourquoi ceux qui vous suivent sentent bons et bougent ?

S'amusant d'entendre la créature parler comme un enfant, le Baron ne met pas longtemps à répondre, avec une fierté et un panache exacerbé :

- Je suis le Baron Samedi, fils de Maman Brigitte. Ma mère règne sur le Bayou, et mes frères et moi la soutenons. Quant à ceux qui me suivent...

Il s'arrête et met la main sur l'épaule d'un zonbi, l'attirant vers lui et la créature par la même occasion. Mais soudain, la distance que met la chimère l'agace : si cette dernière ne voit rien, autant qu'elle se rapproche. Avec un amusement teinté d'impatience, Kaplata énonce :

- Passe par-dessus l'eau, Kâduin, si tu veux comprendre.






Offrande :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Kâduin
Kâduin

☙ Chimère Naturelle ☙


✘ AVENTURES : 60
✘ SURNOM : Le Nécrophage
✘ AGE DU PERSO : adulte peut-être

✘ DISPO POUR RP ? : yup
✘ LIENS : Tant que les coeurs ne me laisseront pas seul ...

Odeurs familières Empty
MessageSujet: Re: Odeurs familières   Odeurs familières EmptyDim 23 Déc 2018 - 14:49

Kâduin tendait les oreilles, et aimait ce qu'il entendait. C'était Samedi ! La chimère savait un peu, vaguement, que c'était important. Il sentit l'approche d'un des être à l'odeur de bonne augure à ses babines, mais la suite des paroles se changea.

Les oreilles encore plus droites, les yeux bleus saphir figés sur le Baron, l'animal venait d'entendre quelque chose de bien moins plaisant. Que faire ? Il y avait une si bonne odeur, mais l'eau était là elle aussi. Kâduin savait qu'il coulerait dans les eaux.

La première pensée fut celle d'abandonner, évidemment.

Mais, l'odeur était si bonne, et c'était curieux ceux qui suivaient... la chimère de fer piétinait un peu le bord de l'eau. Voyant son poids si lourd, sentant son squelette si dense.

Les oreilles un peu baissées, il commençait à reculer. Lentement. Il fallait qu'il se reprenne, le monde qu'il connaissait changeait et il apprenait peu à peu. Il amassait ce que sa mère n'avait jamais pu lui enseigner, une mère froide et dure. Sans coeur battant.

Il pouvait continuer à apprendre, en connaissant les choses, il saurait mieux ce qui se passait autour de lui, non ?

Le Nécrophage reculait encore un peu, gardant les yeux figés sur cette eau. Est-ce qu'il voulait avancer ? Apprendre mieux ?

Kâduin avait grandi en apparence, mais son esprit restait encore jeune. Alors que l'odeur du fer se faisait encore plus présente sur la terre de l'Île. Il faudrait

Il couru, prit son élan, sauta et atterrit lourdement sur le sol. De l'autre côté, mais sa patte arrière avait touché l'eau. De ce fait, l'animal la secoua farouchement avant de se décaler un peu... ses pattes s'étaient un peu enfoncées dans la terre tant la masse de la créature pesait. Kâduin était surpris, il ne pensait pas pouvoir sauter aussi bien que les chacals au squelette normal.

Kâduin venait d'apprendre quelque chose sur lui-même. Il ses muscles savaient manier le poids de la bête.

Les oreilles droites, un pas enjoué, le Nécrophage s'approcha de Samedi et de l'être qui sentait bon. Non sans fierté, mais il s'écrasa un peu afin de sentir les diverses senteurs. Les yeux plissés, il distinguait un peu. Il comprenait que cela ressemblait à ceux qu'il mangeait.

Il s'assit, relevant la tête pour regarder le Baron.

- Kâduin veut comprendre, comme il vient de se comprendre !

La chimère avait encore l'esprit malléable, créant ses convictions et ses logiques de ses expériences. Jusqu'à ce qu'elle soit enfin mature.

- Kâduin aime l'odeur ici.






Odeurs familières 1459982773-kad-signa2

If I Had A Heart
I could sing
The Lullaby Of Woe
For The Deads

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron Samedi
Baron Samedi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 56
✘ SURNOM : Le Fétide.
✘ AGE DU PERSO : Indicible.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : And he will greet them in a smile that sticks like vaseline.
Sujet en cours : I - II - III

Odeurs familières Empty
MessageSujet: Re: Odeurs familières   Odeurs familières EmptyDim 10 Fév 2019 - 16:27

Il y a quelque chose d'amusant, à voir la chimère hésiter devant une rigole qui jamais ne lui sera mortelle - à moins qu'elle ait été remplie d'acide, mais Kaplata connait assez bien son Bayou pour savoir que ce n'est pas le cas. Avec une patience exemplaire, Samedi voit donc Kâduin piétiner, prendre son élan et faire un magnifique bond avant d'atterrir - un peu trop lourdement - de l'autre côté du ruisseau.

Visiblement fière, la créature s'approche d'eux.

- Kâduin veut comprendre, comme il vient de se comprendre !

Décidément, plus le chacal parle et plus Samedi le trouve enfantin, malgré sa taille. Mais bon, n'est-ce pas là l'essence même des créatures qui grandissent hors du Bayou, au Pays de Jamais ?
La voix de Kâduin résonne une fois encore.

- Kâduin aime l'odeur ici.

Sourire à dents. Apprécier la décomposition ? C'est preuve d'un goût rare. Resserrant son appui sur la canne qui ne le quitte jamais, Samedi désigne le zonbi qu'il tient toujours.

- Comme tu peux le voir, j'ai le pouvoir de contrôler vie, mort et tout ce qu'il y a entre les deux.

Lâchant le zonbi, il l'encourage d'un geste à se pencher vers la Chimère, la laissant ainsi l'examiner à sa guise pendant qu'il poursuit, plus doctement.

- Lorsque je ranime un zonbi, il ne perd en rien l'odeur de la mort.

Sourire charmeur adressé à la chimère.

- Tu as bon goût, charognard.

L'idée de dévorer les morts peut sembler sacrilège, mais elle ne dérange pas le Guédé : laisser un cadavre sans rites ni protections, c'est l'exposer à la cruauté de cette vie qui prend toujours tout pour subsister.
Pour autant, la Chimère n'a pas intérêt à vouloir goûter ses précieux zombies. Il y a des limites, tout de même.






Offrande :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Kâduin
Kâduin

☙ Chimère Naturelle ☙


✘ AVENTURES : 60
✘ SURNOM : Le Nécrophage
✘ AGE DU PERSO : adulte peut-être

✘ DISPO POUR RP ? : yup
✘ LIENS : Tant que les coeurs ne me laisseront pas seul ...

Odeurs familières Empty
MessageSujet: Re: Odeurs familières   Odeurs familières EmptyDim 31 Mar 2019 - 13:30

Kâduin écoutait, les oreilles bien droites, la truffe tressautante aux multiples odeurs familières. D'habitude, cette odeur était celle des coeurs boudeurs. Et les coeurs boudeurs ne bougeaient pas. Alors que eux, si, les zonbis comme disait Samedi.

L'animal fit des yeux ronds en se rendant compte du pouvoir du Fétide, même si Kâduin ne comprenait pas bien la mort. Il comprenait la vie, enfin, que les coeurs battaient et partageaient leurs sons avec celui du Nécrophrage.

Cette odeur de décomposition, Kâduin la portait sur lui aussi. Peut-être moins forte lorsqu'il restait auprès de Moriko, là il ne se couchait pas à côté des corps qui dormaient. La senteur qui demeurait était celle du fer, la proche familiarité du sang ouvert à l'air.

Lorsque le zonbi se pencha, la chimère naturelle se dressa un peu pour sentir le visage et lécher la joue morte. Il agissait comme un chien voulant exprimer son affection. Le chacal n'avait jamais rencontré de coeur boudeur qui bougeait.

Il tourna les oreilles et la tête suivit au compliment de Samedi, c'était un compliment ? Une félicitation ? Peu importait, l'animal faisait danser sa queue de contentement.

- Vous savez faire bouger les coeurs boudeurs ! Kâduin attend toujours qu'ils bougent quand il attend nuit et jour, jusqu'à ce que les amis frétillants apparaissent et viennent dans la fourrure. Jamais ils bougent, les gens.

Le Nécrophage se secoua, il n'avait pas d'asticots sur lui, le froid avaient raison d'eux. Et puis, il avait été lavé.

- Kâduin sera comme eux si personne ne partage ses battements de coeur, Kâduin sent celui des gens vibrer au travers des os !

Kâduin se secoua à nouveau, comme pour changer ses idées. Il ne devait plus se soucier d'entendre les battements de tout le monde. Il pouvait écouter ceux de Moriko alors il ne mourrait pas.

Mourir, c'était donc quand le coeur arrêtait, et qu'il ne restait que le corps. Il faut Samedi pour qu'ils bougent. Sinon il faut attendre à côté et veiller, puis manger pour les garder avec soi.

- Samedi est déjà allé dans le désert ? Il y avait un zonbi ?

La vieille histoire de cette amie qu'il n'avait jamais pu voir, ses yeux ne voyaient rien à sa naissance. Et ce qui lui avait donné la vie n'avait jamais rien partagé. Comme un zonbi. Peut-être qu'il était avec un zonbi ?

- Kâduin ne voyait rien avant de manger son amie.






Odeurs familières 1459982773-kad-signa2

If I Had A Heart
I could sing
The Lullaby Of Woe
For The Deads

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Odeurs familières Empty
MessageSujet: Re: Odeurs familières   Odeurs familières Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Baie des Pirates :: Le Bayou Vaudou-