Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 14  Suivant
Invité
Anonymous

Invité



Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyJeu 19 Avr 2018 - 21:50

- Il est encore un peu tôt, que diriez-vous de faire un tour de la salle ? On ne peut nier qu’il y a eu un effort dans la décoration.
- Barrez Capt'aine Mercy! Mon coeur vous suit, lui dis-je avec une tape amicale sur la fesse avant de m’arrimer à sa taille.
- Qu'es-tu, homme sourire ? demande alors la princesse glacée.
- Je suis c'qui me plait, et surtout c'que tu voudras, Chérie de Moi ! Que je roucoule d'une voix de crooner , en lui pressant l'épaule de mon doigté de velours.

Une chanson du vieux mange-disque de Tatie Toinette me revient dans les esgourdes. C’est une chanson qui fait comme ça...

- Aujourd'huiiiii
Je fais ce qui me plaît, me plaît
Devinez, devinez, devinez qui je suis
Derrièr' mon loup,
Je fais ce qui me plaît, me plaît
Aujourd'huiiiiiiiiiii, tout est permiiiiiiis !
Aujourd'huiiiiiiiiiii, tout est permiiiiiiis !


Ma carcasse tangue et dandine (C'est la fiesta, gadjo) ! J'invite ces délicieuses donzelles à suivre mon pas. Cependant, notre bourlingueur de la Marine ne semble pas prêt à larguer les amarres !

- Je proposerai bien une danse, mais je n’ai pas le cœur à semer le ridicule sur la piste.

Je feins de ne pas l'écouter, chacune de mes mains se plaquant sur les hanche de l'une et l'autre. Mon déhanché (emprunté au Diab' lui même, puisqu'il est de mes frères ) fait vaciller leurs bassins au gré de ma houle.

- Au bal masqué, ohé, ohé !
Ell' danse, ell' danse au bal masqué
Ell' ne peut pas
S'arrêter, ohé, ohé
De danser, danser, danser, danser, danser.

- Bonsoir eh ! Bonsoir ! Belle soirée, belle compagnie, hmm ?
- Ohé du croco ! T'a bouffé de l'oiseau de paradis ? que j'balance, sourire sous le sourire. Tiens, Cap'taine Mercy pense que la danse est sans merci avec elle ! Montre lui comment on nage en eaux...

Fracas de planches et dérapages de violons effarouchés.

-.... Troubles.

Éclats de voix, Diffamations, le Chaos me fait lâcher prise sur la poupée-glaçon. Je m'imprègne de ce foutu et joyeux bordel. Mon rire fuse, ma canaillerie en éveil ! Je fomente mes réplique, aiguise mes mots, je vais entrer dans le tango et jongler avec la controverse ! Il y a une fortune à faire, une fortune en intrigues, jalousies et ressentiments diverses !
J'ouvre les bras pour inspirer ce doux parfum de litige, quand soudain...

- Heh, Matelot oh oh ! Sa a kote jwèt la se, huh? On y va ? C'est pas ennuyeux, là bas, c'est pas habituel.


Le souffle me manque.
( Foutre-cul de fils de pute unijambiste ! Ce connard c'est taillé au jus ! REVIENS !)
Mes poumons contractent.
( Hey ! HEY ! Déconnez pas les loas ....)
Ma cage thoracique n'est plus que barreaux. J'ai mal, je m'étouffe. ( Je meurs pt'êt bien ! ) J'attrape la manche du Crocodile puis son foutu serpent, puis le rien. Je tombe.
Au ralenti, hoquetant.
Je tombe et je suis au pavé.

- ... 'anblan.... (Sifflement dégueulasse)... 'anblan....

A l'aide, mon frère : On me tue !

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyVen 20 Avr 2018 - 13:45

Une ombre se penche au dessus de Xen. Une ombre au masque rouge, aux cornes blanches, aux seins pointues, tout d'or et de joies fondus. Ce visage a tout de la Mort riante qui se gausse de ses péchés.  Et pourtant, il se dépiaute et sous la peau de pus et de lambeaux, il y a ce visage d'ange.

Le visage de l'Amour.

- Mwen bèl rena ble, pensais-tu pouvoir m'échapper ?

Un doigt sur sa bouche, sur son visage blême, presque vert -comme ces perles qu'il chérit tant. D'un geste tendre, maternel au dernier degré, elle étanche la commissure de ses lèvres, abîmées de sucs gastriques. Son toucher est doux, réconfortant peut-être même.

- Tu pues ti gason ti kras mwen.

Elle rit un peu, sans vergogne, ce qui la rend plus jolie encore. Un regard alentour, pour mieux remarquer qu'elle a pris soin de faire asseoir Mister Smee, dos contre le mur, épouillé de sa toge, de même avec Fib et son fruit turgescent sur le crâne et Jack dodelinant des fânes. Les trois ont l'air aussi foudroyés et mal en point qu'il ne l'est. Le pirate qui fermait la marche a disparu.

- Voyons quel vilain petit esprit est venu logé dans tes intestins... fait-elle accroupis, la carcasse de son patient à sa merci.

Elle ouvre les pans de tissus qui lui couvre le torse pâle, aux côtes saillantes. Ce petit mâle est si malingre. Ses doigts courent, sautillent, se laissent aller au détour d'une courbe de nombril ou d'une épine de hanche.

- Shhhh... Shhhhhhh.... Shhhhhhhhh..... Siffle-t-elle, ses yeux d'or brillants et fendus aux pupilles. Là -juste là- n'était-ce pas une langue de serpent qui a vibré hors de sa bouche à bisous ? La fièvre te fais surement délirer, pauvre fou... Shhhh... Shhhhhhh.... Shhhhhhhhh..... Ah ?! s'interrompt-elle soudain en arrêtant son index à un endroit précis.

Ses sourcils se froncent. Il y a comme une forme de défi dans ce regard qu'elle lance. Sans crier gare , elle se mord le majeur. Ses dents pénètrent la pulpe de ses chairs, coupent et déchiquettent. Le sang perle puis crée un sillon carmin sur sa peau mulâtre. Elle dessine un cercle concentrique autour du nombril d'où s'échappent brusquement milles dessins compliqués, tortueux et exotiques. Elle retrace les lèvres de Xen d'un bout du doigt, lui donnant des allures de clown - ou bien de putain - et l'embrasse en brusquerie douce. Les marques s'agitent comme des serpents, grouillent en lui tels des vers voraces. C’est insupportable et terrifiant mais le résultat est probant... Le mal s'atténue.
Erzulie lèche le nez de Xen et remonte jusqu'à son front.

- Okenn moun pa manyen pitit mwen...

Elle l'abandonne là, comme soudain lasse de cette "progéniture" ingrate et trop bleue.

Elle s'en prendre ensuite à Smee, perverse et langoureuse créature qui agite désir et magie, à cheval sur le pauvre migraineux. Elle insiste sur son front plus que sur son abdomen, cette fois. Mais le baiser scelle de même un semblant de guérison.

- Tu as bon gout, tu me plais...fait-elle à l'homme aux quatre yeux. Et ton cœur semble lointain, prisonnier du brouillard. Mais l'Amour est fille des marais et de ses vapeurs, sais-tu, Kat Je... Elle lui accorde un nouveau baiser -par gourmandise dira-t-on.

La courgette est trop difficile à effeuiller, aussi se contente-t-elle de lui dessiner sur les joues.

Elle garde la banane pour la fin, la vilaine banane avec de la folie et du venin dans les veines. Elle effectue sa magie vaudoune, le gratifie de la même conclusion que ces deux comparses puis, elle ricane en se relevant. Elle lui écrase l'entre-jambe du pied.

- Tu es drôle, Pouri Bannann. Mais l'insolence ne fais pas rire tous les bayouteux... Elle hausse les épaules et sourit. Une chance que j'aime les fruits confis, tu ne crois pas ?

Elle lève le nez et hume l’atmosphère. Quelque chose semble lui déplaire. Ses yeux d'or luisent de colère braisée. Madam Diab' n'est plus amusées.

- Maman vous fera payer pour avoir osé attaquer ses fils.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aurèle Aries
Aurèle Aries

☠ Fermier du Port ☠


✘ AVENTURES : 45
✘ SURNOM : L'Échoué
✘ AGE DU PERSO : Petite vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : A discuter
✘ LIENS : "Quel est le plus profond, le plus impénétrable des deux : l'océan ou le coeur humain.”

Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyVen 20 Avr 2018 - 18:21

Autour d'eux c'est tout agité, il y a un mort et il sait pas qui c'est, en plus devant lui le pauvre Aurèle voit des mots qui apparaissent, écrits avec la décoration (comme son prénom) et c'est le garçon qui les a fait, d'ailleurs ils en a les sourcils qui se froncent. Who is ded ? Il laisse sa tête s'échouer au creux de sa paume, regarde, réfléchit, essaye de se rappeler ce qu'il a déjà appris avec Tijl et soupire. Ah comme ça l'agace ! Il aimerait pouvoir comprendre plus vite, progresser à vitesse grand V, sauf que ça marche pas vraiment de cette façon et que pour le moment il est planté comme un idiot à tenter de saisir trois pauvres mots. Who is ded, who is ded, tourne en boucle en chansonnette, who is ded, who is ded tourne en boucle dans sa tête, et tapoti tapota ses doigts contre la table sans prêter plus attention au monde ; de son regard il fixe juste les lettres.

Who is ded, who is ded., encore, toujours le même rythme, ironique qu'il soit si joyeux quand on prête attention à la situation. Ah comme c'est beau de ne pas comprendre, de ne pas savoir, c'est peut-être bien l'un des seuls que la situation dépasse (ou amuse), quoique ça l'inquiète quand même un peu. Quelqu'un est mort, c'est moche et un peu gênant mais parce que le petit gars face à lui n'a pas l'air plus inquiet que ça Aurèle en déduit que ce n'était qu'un simple accident.

..Non ?

Sa tête voudrait bien le croire mais y a un truc qui ne lui plaît pas dans tout ça et en réflexe attrapé de son père qui le faisait tout le temps : tapoti tapota un peu plus sur la nappe pour montrer que ça l'agace, tapoti tapota qui ne cesse qu'avec la naissance de la désagréable impression dans le nez. Est-ce a cause du masque ? Lui qui n'en porte jamais veut bien le croire et après plusieurs inspirations difficile et l'utilisation de sa bouche pour parvenir à respirer, il se décide à le retirer.

Pas de changements, par contre il fixe le garçon (dont il n'a pas vraiment compris le nom) avec une inquiétude sans nom : maintenant le voilà sûr que tout ça n'est pas normal. Ah, pourtant ce n'est qu'une impression au fond de son âme mais quand il porte enfin le regard sur le reste des invités il remarque tout le chaos qui règne là. Avec des hommes qui tombent comme des feuilles et qui sait pourquoi. Bien sûr Aurèle immédiatement songe au poison, mais quel poison aurait-il lui même ingéré en n'ayant rien consommé ? Il a touché beaucoup de choses cependant mais c'est étrange, ça ne peut venir des pétales puisque son compagnon du soir lui n'a pas l'air trop mal.

Que se passe t-il ici ?

Brutalement il se lève, pose une main sur l'épaule du garçon avant de lui indiquer les autres, et le bermudon a les poumons contractés et gémissants de cette façon presque artificielle qu'il a de respirer. Ce n'est rien, ce n'est rien, il se le répète et tente de se persuader. A vrai dire ça ira seulement quand il aura mis les pieds à terre, mais avant ça il veut comprendre ce qui se passe ici. Juste un peu. En essayant de ne pas mourir.

Le garçon. Lèvres entrouvertes parce que son nez est bien trop encombré, il vient vérifier que tout va bien avec lui, lui tâte un peu le ventre puis les oreilles, pose les questions avec les gestes. Ça va ? C'est tout ce qu'il veut savoir et le petit n'aura qu'à lever un pouce ou hocher la tête pour le rassurer après ça il ira sûrement à la pêche aux infos (comme il pourra), en embarquant Nacre s'il le souhaite. Tant qu'il met un mot sur la situation actuelle...

Masque et costume:
 

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Baron Dimanche
Baron Dimanche

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 94
✘ SURNOM : Le Calciné
✘ AGE DU PERSO : Indicible

✘ LIENS : _Kriké?
_Kraké.

Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyVen 20 Avr 2018 - 20:32

Jusque là, même la chute d’un cadavre n’entachait en rien la soirée du Baron Dimanche : les réparties d’Erzulie l’amusaient beaucoup et l’entrée en matière de la courtisane favorite du Capitaine avait eu de quoi faire sourire le Guédé de tous ses crocs. Son sourire s’entendait même dans sa voix lorsqu’il avait répondu succinctement à sa requête :

 « Un Baron ne fait pas de cadeau. »

Ce fut à cet instant-là qu’Erzulie était revenue vers eux, s’emparant de la Rouz à pleines mains, et jouant les impertinentes entre les voilages fins de la courtisane. Sous son masque le Baron avait haussé un sourcil, certes appréciateur mais aussi intrigué : la courtisane était donc une connaissance de l’Amour ? Le Guédé sembla s’adoucir tandis que ses épaules fléchissaient et qu’il saluait enfin la courtisane d’un mouvement de tête poli. Et à la réplique joueuse de sa fiancée, il répondit tout aussi laconiquement mais non sans une pointe de taquinerie:

 « Non.»

Il ne comptait pas détailler sa pensée devant une étrangère – mais il était facile de deviner que le Baron n’avait pas pour projet immédiat d’user qui que ce soit, et encore moins de partager avec sa fiancée (elle lui avait déjà dérobé son rhum, aster). Dimanche regarda s’éloigner la mambo aux cuisses peintes, puis son regard incandescent revint engloutir Babylone.

 « Moribond oublié ?» Répéta-t-il alors sur le ton de la conversation, mais avec une lenteur mielleuse qui n’augurait rien de bon. Et pour encore ajouter au parfum de danger qui flottait soudain dans l’air entre eux deux, le Baron éleva un index orné d’anneaux fins. Il toucha délicatement l’extrémité de la cigarette de la courtisane – une brève chiquenaude que l’on assènerait à une enfant un peu trop espiègle. La cigarette se mit alors à rougeoyer, et sa fumée se mêla bientôt aux fumerolles cendreuses du Baron. Il n’est point de cadeau chez les Guédés : il satisferait sa gourmandise si elle contentait sa curiosité en retour.

Le décès brutal du pirate imposa alors une pause à son petit jeu : le mouvement de stupeur qui gagna l’assemblée ne sembla pas vraiment atteindre le Baron. Il posa cependant une main placide sur l’épaule de la Courtisane (là où le maillage de ses drapés protégerait sa peau blême d’une malencontreuse brûlure) et l’invita sans un mot à reculer, tandis que son regard s’arrimait à Hook. Le Capitaine chercha aussitôt à dissiper la panique et les murmures en assurant que tout allait bien, en insistant un peu trop sur la nécessité de continuer la fête.
Oh, James, que cachait-il encore ce jeune fou ?
Son regard suivit un moment Kaplata, qui disparaissait à la suite du cadavre – Wa en saurait sûrement plus en  inspectant le mort et les bouts de zam qui lui restaient. Il attendrait son retour pour l’interroger. Sans cesser d’inspecter les alentours avec une suspicion grandissante (et sans accorder le moindre intérêt aux jacasseries des pirates déguisés en fruits et légumes), il fit à sa voisine :

 « Étrange, n’est-ce pas ?»

Le ton invitait à en dire davantage sans avoir l’air d’y toucher. Dimanche n’était pas Mercredi : il n’avait pas son talent pour faire parler les gens et soustraire aux belles tous leurs secrets. Peu importait si la Courtisane parlait ou non : de toute évidence quelque chose de sinistre se tramait et même les enfants de Brigitte étaient incapable de dire ce dont il s’agissait.

Petit à petit, le malaise gagna la salle de bal flottante.

La nausée prit à la gorge certains.
D’autres furent pliés en deux de douleur.
Certains chanceux semblaient juste sidérés de voir autant de leurs convives s’effondrer et gémir tout autour d’eux.
Dimanche était tout disposé à jouer les observateurs encore longtemps, mais le sort en décida autrement.

Baron La Croix fulminait doucement.

Baron La Croix sifflait et de la fumée cendreuse s’écoulait et roulait sur les arpents de son masque rutilant. Cela ne se vit pas mais Dimanche, pour la première fois depuis longtemps, avait mal.
La sensation était ténue d’abord, d’autant plus difficile à percevoir qu’elle était naturellement incongrue – mais le Guédé finit par élever une main (tranquille, mais raide) pour caresser la ligne de sa mâchoire, juste sous le masque. Ses dents ? Son den té po poiké ! La douleur vrillait et pulsait et s’empara de toute sa mâchoire puis son crâne. Il sentit dans sa bouche la lave couler, brûlante et synonyme d’un saignement.

Le Baron demeura silencieux mais l’éclat exacerbé de ses crevasses trahissait son trouble. Il pencha la tête, observa les environs. Clairement il n’était pas le seul affecté par un mal qui ne devrait pas être. Il voyait déjà sa fiancée s’activer à aider des pirates et

Il vit Mercredi tomber.

Les yeux flamboyants du Guédé Dimanche s’arrondirent derrière les minces fentes de son masque, et plus que la douleur c’est la colère qui grondait presque audiblement sous sa peau volcanique.

Le Calciné marche moins qu’il lévite : c’est un petit détail que tout le Port avait eu le temps de remarquer et d’ébruiter. Mais ce fut pourtant à pas lourds – pas de pas de danseur mais le pas du sorcier qui fait trembler la terre – qu’il fendit la foule pour s’approcher de ses deux cadets, délaissant ainsi la courtisane et le reste de ses dalons. Le bois de l’entre-pont craqua et siffla et noircit à vue d’œil sur son passage, où traînait une fumée âcre, qui sentait le souffre et la rage. Il semblait bien se moquer des toux aigres qui saluèrent son passage : il n’avait d’yeux que pour ses frères, qui ne devaient pas être ainsi.

Il entendit non loin la voix de l’Amour menacer – car le nom de Maman à lui seul valait une menace lourde et sombre sur tout le bateau, presque une malédiction. Diab leva la tête, son masque pivota sinistrement tandis qu’il cherchait son aîné du regard : que pensait le Wa de tout cela ? Ou était-il passé ? Et où se trouvait  Panzou ?  
Diab ne dit rien encore, tiraillé par la douleur et une incompréhension rageuse encore plus cuisante. On devinait sans peine l’anomalie, rôdant comme un insecte autour de leurs têtes sans se laisser chasser. Il ploya un genou à terre et tendit une main prudente vers Ozzie, cherchant du bout de ses longs doigts de démon ce qui dévorait son frère de l’intérieur.
La cicatrice qui barrait la gorge du Guédé La Croix sembla gagner en éclat tandis que la peau craquelait comme la terre qui se fend sous la poussée du magma : un peu de son « sang » s’écoula de la brèche, mince filet de lave qui glissa sous ses vêtements uniquement sauvés de la flambée par des sorts noués à leur trame. Oh, il trouverait ce qui torturait Mercredi.

Sombre, le Baron siffla entre ses dents à l’intention de ses frères, répétant avec une virulence à peine contenue les mots du Capitaine :

 « Chasser la Mort de nos esprits?  Li rod sipliss. »

Costume:
 
Résumé:
 






Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 64fd7778530038e5e7ced3ec84e7b977
Gourou fakir dann pié sapan
Sa mon kor, mon lèv sanm ou

Revenir en haut Aller en bas
Zyrrha Ofthesea
Zyrrha Ofthesea

☠ Fermière du Port ☠


✘ AVENTURES : 22
✘ SURNOM : Le Garde-Fou
✘ AGE DU PERSO : 20 ans

✘ LIENS : Cause after all you're my wonderwall

Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyVen 20 Avr 2018 - 21:54


Au moment où elle parvient enfin à localiser sa courgette, elle est perchée sur une table à faire le zouave. Elle laisse échapper une bordée de jurons créoles. Il peut pas se tenir tranquille deux minutes ? L'orangée fend la foule pour le récupérer et le tirer par les oreilles (ou par ce qui dépassera du costume), mais le capitaine s'occupe de les renvoyer froidement dans leurs pénates. Elle soupire de soulagement en entendant le verdict, au moins il a échappé au supplice de la planche. Il est encore temps de le rejoindre pour commencer leur enquête avec discrétion.

« Laissez-moi passer, pardon ! Poussez-vous s'il vous plaît ! »

Sa voix chantante la précède dans sa progression. Les convives n'ont pas l'air décidés à bouger, trop intrigués par les énergumènes dont le simulacre de procès a fait tant de vagues. Pourtant elle finit par apercevoir son ami. Quelques mots à Mr Smee, des sourires contrits, la promesse qu'elle le tiendra à l’œil, ça devrait suffire à le faire libérer de son semblant d'incarcération.

La fatigue lui tombe dessus sans prévenir. Elle s'affaisse, ses jambes n'arrivant plus à la porter. Tous ses muscles se relâchent, elle cligne des paupières difficilement pour tenter de se maintenir éveillée. C'est si flou, tout autour d'elle... Des ombres qui s'effondrent chaque seconde...

« Jack... Jack... »

Elle l'appelle au secours, mais sa voix est faible, un murmure dans la cacophonie ambiante. Son masque tombe. Elle n'a pas la force de le remettre en place.

« Jack... »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Baron Vendredi
Baron Vendredi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : la Canaille
✘ AGE DU PERSO : 18 ans

✘ DISPO POUR RP ? : ( ͡° ͜ʖ ͡°)
✘ LIENS : Timoun nan lanmè a


Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptySam 21 Avr 2018 - 15:44

La voix de l'oiseau est toute enrouée, on dirait qu'elle vient de l'horizon. Peut-être parce que Panzou ne peut pas voir ses lèvres bouger. Il lui sourit, ses dents du bonheur semblent jaunies sous la peinture blanche qui couvre sa peau.
Il va parler, mais un son un peu macabre l'interrompt. C'est très brusque, ça l'a brusqué.
Il ne sursaute pas.
Sa tête pivote doucement vers la source du fracas.

Comme il est éloigné de la scène, il met beaucoup de temps à comprendre. En vérité, il entend un discours avant de voir un corps, et une angoisse diffuse refroidit son sang bleu. Il fronce les sourcils, dardant un regard confus en direction de l'homme banane.

Te gen yon lanmò... *

* il y a eu un mort

Des voix s'élèvent, s'affrontent, Panzou peut presque contempler la tempête de son qui s'annonce. Sa peau s'assèche, ses lèvres aussi, il boit une gorgée et ça ne change rien.
Il ne s'approchera pas. Il n'aime pas ces choses-là – les morts, ça va, mais les tensions, ça sent bien plus mauvais dans ses narines de petit guédé.

Il soupire, jette un coup d'oeil contrarié à l'oiseau – mais comment savoir si elle est troublée, elle porte un masque, et à présent il regrette de ne pas en avoir un.

Ce cadavre n'a pas un état normal et qui ici serait le plus susceptible de déclencher des malédictions hormis les barons, et cette chose ?

Son coeur bondit, se cogne à la paroi de ses côtes. L'eau qui circule en lui se met à bouillir, se remplit de sel et de tourment.

Qui a dit ça ? sa voix est à la fois vibrante et douce, toujours douce, c'est fou.

Il n'entend pas le reste.
Ou plutôt, il entend le reste comme on entend la mer gronder.
Plus loin encore, il craint les esprits vengeurs, ceux de ses frères tellement moins doux. Sans vraiment le voir ou l'entendre, il sent l'indignation acide de Samedi. Il sent qu'il s'approche du cadavre.
Il entend le rire de Mardi, et ne sait pas si ça lui fait du bien ou non.

C'est un mensonge. souffle-t-il à l'égard de l'oiseau. Il n'a pas envie qu'elle ait peur de lui, ni de sa famille. Pas aujourd'hui.

Le discours du capitaine lui laisse une drôle d'impression. La fête n'a plus la légèreté si chère au coeur de Baron Vendredi. Elle a perdu sa première saveur, et de toutes les saveurs, l'amer est celle que Panzou supporte le moins.
Il voudrait plonger dans l'eau et boire jusqu'au matin. Il se demande si Ozzie va rester.

Je me sens étourdi. Allons boire, tu veux ?

Il ne sait pas si l'oiseau le suit, sa vision est troublée, des algues invisibles ont enserrées ses mollets. Ça picote.
Il n'y a plus d'oxygène sur ce bateau. Très loin, peut-être même dans sa tête, Panzou entend l'appel des vagues et son ventre se creuse. Il devrait plonger, fuir, nager. Ses yeux tremblent, il ne trouve pas de rhum, pas de rhum...

AH
Un éclat de verre imaginaire se plante dans son dos.
C'est l'appel d'un frère. C'est...
Panzou court.



Les pas de Dimanche ont brûlé le sol.
Est-ce que c'est pour ça que chaque pas de Panzou l'assèche un peu plus ?

Ozzie est allongé par terre. C'est impensable de voir un de ses frères malades. Un de ses frères faible et vulnérable. Si impensable que Panzou n'arrive pas à le penser, et qu'il reste debout, les yeux écarquillés, inutile et figé.

Il sent la haine, la peur, la douleur, qui se chassent et s'entremêlent et forment un typhon grondant qui grossit de minute en minute.

Où est maman ?

Il n'a pas remarqué que Miss Babylone se tient juste à côté.
Il n'a pas le temps de se dire qu'elle le trouvera bien moins beau ainsi tout hébété.

Qui saigne du nez.



résumé:
 









Panzou barbote en royalblue.
.....


Revenir en haut Aller en bas
Claudia Miss
Claudia Miss

☠ Rabatteuse de la Maison Close ☠


✘ AVENTURES : 75
✘ SURNOM : La Bergère
✘ AGE DU PERSO : 25 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui <3
✘ LIENS : Invité, ne te méprends surtout pas. C'est une pirate la jolie fille que voilà.


Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Ikv7Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 103_bm10Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Yytr

Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyDim 22 Avr 2018 - 7:19

Ce n’était pas le bal de ses rêves en fin de compte. La courgette, si elle était fort aimable et faisait de son mieux, n’avait rien d’une princesse charmante et la danse n’était pas des plus exceptionnelle. Mais cela ne faisait que commencer alors Claudia se cramponnait à son maigre espoir, essayant de cacher sa déception et tous les mauvais côtés pour ne garder que les bons. Elle tenait bon jusqu’à ce qu’un cadavre tombe du ciel.

La vue de cette chose lui cola des frissons et, pire encore, son cavalier s’en alla faire l'abruti sur une table, même si ses derniers vers à son égard étaient d’aussi belles qualités que ceux de son début. Elle en sentait presque les larmes lui monter aux yeux. C’était SON bal, son rêve de princesse. Et voilà que ces types, il gâchait tout. Elle s’éloigna le plus possible de l’attroupement pour rejoindre Anatole qui l’attendait sagement près du mur. Il ne semblait pas plus dérangé que cela de toute l'animation. L'habitude de la maison close probablement. Elle l'enviait. Elle le serra contre lui pour ne pas entendre le brouhahaha ambiant et ne respira de nouveau que quand elle entendit la voix du capitaine qui leur disait de ne pas se préoccuper de tout ceci et de retourner danser.
Ah mais elle ne demandait pas mieux elle ! Elle voulait reprendre la fête et oublier ces idiots ! Essuyant ses yeux derrière son masque, elle tenta de reprendre bonne figure. Elle déglutit, inspira un grand coup et repartit sur la piste de danse. Le capitaine était là à parler à tout le monde mais elle n'osa pas vraiment le déranger même si l'envie de le prendre dans ses bras lui traversait l'esprit. A partir de maintenant, elle montrerait avec encore plus de fierté son crochet tatoué....

Elle chercha des yeux une belle jeune femme mais la seule chose qu'elle pouvait voir c'était des gens qui étaient déjà à vomir ou à se sentir mal. Pitoyable. Quelle bande d'ivrogne. Ils ne savaient vraiment pas se tenir ! N'avaient ils donc aucune considération pour les gens qui allaient devoir nettoyer après eux ? Elle les ignora avec superbe et chercha d'avantage. Quelqu'un, quelqu'un, n'importe qui. Elle eut une pensée pour Quartz et son coeur palpita. Même si ce n'était surement pas sa princesse (bien trop hétéro pour ça), peut être que demandé gentiment, elle lui accorderait une danse ? Elle était pratiquement sûre qu'avec sa taille, elle serait capable de lui faire toucher les étoiles (ou le plafond) et cette pensée lui réchauffait le coeur. Sauf que Quartz semblait déjà occupée avec un monsieur et la bergère n'eut pas le courage d'aller la déranger. La connaissant, elle devait aussi être à la recherche de son prince. Elle n'avait pas le temps pour elle....

Elle chercha donc de plus belle, mais en ayant comme idée une femme qui ressemblerait à Quartz... et soudainement, elle en vit une. Collée contre le mur, semblant apeurée, elle faisait peine à voir. Elle aussi scrutait la salle. Claudia se décida aussitôt. Elle se tourna vers Anatole, hésita, pesa le pour et le contre, et finalement monta sur son dos pour aller voir la belle jeune fille. Elle préférait le garder à portée de vue et peut être que la belle inconnue serait moins effrayée ainsi.

Arrivée près d'elle, elle tenta de trouver les mots, échoua lamentablement en baffouillant et s'embrouillant, et pensa en elle même que finalement, la courgette avait eu bien du mérite. Elle finit par demander d'une voix toute timide :


- Est ce que vous m'accorderiez cette danse, s'il vous plait ?

Allez, belle inconnue. Même si l'ambiance était angoissante au point que Claudia refoulait tout pour ne pas craquer en larme de nouveau, même si des gens étaient en train de se sentir mal, même si un cadavre était tombé du ciel... Le bal devait continuer. Il le fallait.

HRP:
 






Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 3541531364  Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 3541531364  Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 3541531364
Revenir en haut Aller en bas
https://www.amazon.fr/dp/B074S4BHG2
Nyctère Flexible
Nyctère Flexible

♐ Membre des Piccaninny ♐


✘ AVENTURES : 47
✘ SURNOM : La veuve
✘ AGE DU PERSO : Vieille, très vieille, trop vieille

✘ DISPO POUR RP ? : Oh que oui
✘ LIENS : Un morceau de passé
Un possible futur

Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyDim 22 Avr 2018 - 9:10

Nyctère n'était pas née de la dernière pluie (et tant mieux car pour le coup, c'était franchement récent). Quand elle entendit quelque chose tomber et l'étrange personne s'en aller en lui disant de ne pas bouger... eh bien elle se barra. Non, sérieusement, elle n'allait pas rester là et prendre le risque qu'il revienne. Elle n'avait aucune confiance en ce type. Elle s'éloigna donc dans la direction opposée, tout en tentant de pouvoir écouter un peu ce qui se disait, histoire de comprendre ce qui se passait.

Et là elle entendit que quelqu'un était mort.

AH.

Elle soupira et partit dans la direction opposée. Evidemment, évidemment. Comment avait elle pu croire, avec sa poisse légendaire, qu'elle pourrait passer une soirée au bal tranquillement ? Pour se distraire, oublier ses soucis. C'était un peu comme si les esprit lui avait envoyé l'invitation pour qu'elle se fasse des idées et que maintenant ils se payaient de sa tête. Enfin, elle ne le pensa pas comme cela mais c'était l'idée globale qui s'en dégageait. Elle était blasée. Elle était même persuadée que, maintenant, si une autre merde devait arriver, ce serait aussi pour sa pomme puissance mille.

Elle n'écoutait pas vraiment les accusations de part et d'autre. C'était lassant. Cependant, elle porta attention aux mots du capitaine mais ceux ci la laissèrent sceptique. Plus personne n'avait le coeur à la fête, à part peut être quelques rares individus nageant dans le déni. L'ambiance était bien trop lourde. Il était temps de rentrer pendant qu'il était encore temps. Elle soupira en pensant que, si elle avait su, elle serait aller danser dès le début. Tout ce chemin pour rien. La déception lui broyait le cœur. Elle chercha Grizzly mais dans l'immensité de la foule, elle ne le trouva pas. Elle entendait vaguement des gens vomir autour d'elle mais n'y prêtait pas attention, trop préoccupée qu'elle était. De même, elle ne se rendit pas compte que, bizarrement, elle se sentait très bien. Ce qui était un comble.

Et puis, alors qu'elle songeait à rentrer seule, elle marcha sur quelque chose de... brûlé ? C'était étrange comme sensation. Par réflexe, elle activa son essence. Il en ressortit ce qu'elle savait déjà : la salle était bombé de monde. Mais ces empreintes semblaient se poursuivre jusqu'à un groupe un peu plus loin. Elle hésita puis la curiosité fut plus grande. Elle s'avança jusqu'au groupe et s'accroupit. Quelqu'un était en train de s'étouffer. Probablement pas avec de la nourriture car sinon ils seraient déjà en train de le faire recracher. Elle "sentait" la présence du corps près d'elle et ne put s'empêcher de demander :


-Qu'est ce qu'il a ? Il fait une attaque ?

Elle n'était pas sûre d'utiliser le bon terme, mais elle avait déjà vu de jeunes papooses qui s'étouffaient soudainement après un effort ou à la fumée. Ils ne vivaient pas très longtemps... Certains garçons perdus aussi mais leur chef soigneur leur trouvait un remède. L'ennui c'est que la seule chose qu'avait Nyctère sur elle, c'était un puissant anti-douleur pour elle. Pas très utile dans la présente situation. Mécaniquement, elle prit la main du souffrant pour chercher le pouls. Celui ci fait du tambour, sans aucun rythme et bien trop rapidement.


-Il faudrait lui retirer son haut au cas où il est trop serré, le mettre sur le dos. Et lui faire du bouche à bouche et des pressions sur la poitrine pour...

Pour éviter qu'il meurt. Elle n'osa pas terminer sa phrase, surtout qu'elle était suivi par "et faire attention à ce qu'il ne s'étouffe pas d'avantage avec son vomi", ce qui n'était pas très... Cela manquait cruellement de tact. Du coup elle laissa planer sa phase en suspend. Nyctère n'avait pas vraiment une formation de soigneuse. Elle s'en prenait juste régulièrement plein la gueule pour avoir quelques automatismes.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Baron Mardi
Baron Mardi

☠ Guédé du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 38
✘ DISPO POUR RP ? : La fiche d'abord !
✘ LIENS : La couleur est un corps de chair où un coeur bat.

Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyDim 22 Avr 2018 - 13:39

Il avait voulu jouer, assouvir sa curiosite au bras de Capitaine Mercy. Charmante, bien que très différente du spectre qui anime la soirée. Mardi, il est arrimé à son matelot, si cher matelot. Il sourit sous son masque à son frère, s'anime, s'amuse. Le corps n'est qu'un détail l'ajout parfait qui anime une soirée trop convenue.

Mais il y a des fausses notes, trop de fausses notes. Il y a son coeur, qui fait une embardée quand son frère tombe et s'agrippe à lui. Janblan essaye de le retenir, oui, accompagne sa chute au sol et cherche le mal dont il est victime. Son corps est tendu, plein d'une force contenue. Mardi ne parle pas, non, il ne dit rien mais reste auprès de son frère alors que les tambours tonnent et tonnent et tonnent dans sa tête, son coeur, son corps, ses doigts dansent en rythme. Son masque soudain l'étouffe alors que des tintements perturbent sa concentration. Allons, allons, chut ! Diab' arrive, il le voit plus loin, et Panzou aussi.. Et l'autre vieille daronne qui s'approche de Mercredi ! Son visage est caché mais Mardi maudit silencieusement cette momie qui s'approche de son frère, le touche. Il s'apprète à la repousser vivement, quand le doute s'immisce en lui, perfide. Est-ce son frère, réellement ? Tout lui semble suspect, soudain, tout lui semble faux. Autour, ils sont là, les autres qui s'amusent et le narguent. Tout se brouille, autour de lui, et des voix l'agressent de toutes parts. Mardi se sent assiégé, seuls les tambours le réconfortent. Ils sont ses seuls alliés, les seuls qui lui resteront fid- Mardi se fige, observe le corps devant lui. Mercredi. Ozzie. Son frère, ses frères. Non, pas eux. Ils lui resteront fidèle aussi, Mardi le sait, malgré ce que les voix peuvent marteler dans son esprit. C'est donc un piège, oui. Les Barons, contre tout le reste. Ainsi soit-il.

Et toujours, toujours les tambours.

- Place. Ozzie a besoin d'air. Debarase m de band nosy!

C'est articulé soigneusement, avec moins de chaleur dans sa voix que l'antarctique tout entier n'en contient. Mes frères, chassez donc cette foule autour. Insidieuses, la certitude que le danger est partout, qu'il faut se défendre. Tout n'était qu'un prétextem tout n'était donc là que pour les anihiler. Soit, puisque la guerre est déclarée : les barons se lèveront. Ainsi soit-il.

Et toujours, toujours les tambours. Plus fort que jamais, ils s'approchent, ils sont là.

Ils sont là, oui, Mardi les entend rythmer son souffle, ses gestes. Des voix s'y mèlent. S'il n'avait pas éte Janblan mais un bayouteux plus commun, il se serait dit que ce sont les Loas qui hurlent à ses oreilles. Les voix sont pernicieuses, certaines lui soufflent que tout n'est qu'un piège. D'autres hurlent et vocifèrent toutes sorte d'insultes et de malédictions contre lui et les siens. Mardi ne dit rien, il s'affaire auprès de Mercredi pour essayer de dégager son espace, repousse les gens. Mesuré, toujours, alors que les tambours tonnent et que les voix hurlent, et que son corps se temps et que sa tête tourne. De Mercy à ses côtés, de l'oiseau, Mardi n'en a plus cure. Ils sont là. Mardi le sait, mardi le sent. Immobile, à observer son frère à terre.

Il enlève son masque, soudain, et celui-ci tombe au sol avec fracas. C'etait un geste vif qui tranche avec ses manières habituelles, tout comme son visage tout entier est crispé de rage.

Or et pourpre, jasmin contre indigo, Mardi tout entier n'est que couleurs chamarrées et mortelles aux formes mouvantes et envoûtantes. Les tambours sont là, ils tonnent en accord avec son coeur, ses gestes, alors qu'il enlève sa cape comme si celle-ci avait pris feu. Mais le feu est son ami, son frère, il est Diab. Mardi rit un peu, un rire mauvais, un rire d'ailleurs. Son serpent, délogé mais sensible à l'humeur d'orage de Mardi, s'enroule autour de lui et se tient, menaçant, face aux autres autour. Les non bayouteux, les intrus. Les ennemis.

- Frè m 'yo, enlevez ses habits, il me faut son buste. Mwen bezwen pou kapab manyen po li.

Et toujours, toujours les tambours.

Il n'a plus que sa propre tunique, qu'il ouvre pour mieux respirer lui aussi. Son corps le brûle, sn souffle se fait court, ce ne sont pas les loas. Mais ils sont là, partout et Mardi sent leur magie le parcourir tout entier. Sa peau n'est plus blanche, elle n'est qu'une chorégraphie de couleurs sur lesquels le baron se concentre afin de trouver la sienne. Les tambours, oh les tambours qui résonnent. Loas, oh zanmi mwen, ede m sove frè m. Si ses frères ne déshabillent pas Mercredi, il le fera lui-même. Il leur a dit : il faut qu'il puisse toucher la peau, pour que vraiment ce soit plus puissant.

Et les doigts de Mardi dansent, les couleurs se mélangent, alors qu'il pose les mains sur le buste de son frère et commence à peindre. S'il contrôle le motif, le Baron ne peut que guider les loas et leur demander de leur magie pour sauver son frère. Mais les loas sont ses amis aussi, et les couleurs fusent le long de ses goigts, passant de sa peau à celle de Mercredi avec un éclat sans pareil. Janblan tremble un peu, mais ses gestes sont sûrs alors qu'il trace les motifs protecteurs et que sa peau retrouve de-ci de-là sa teinte ivoire. Patiemment, sans se laisser distraire, Mardi peint, et peint, et peint encore. Respire disent les motifs. Vis ! chantent les tambours dans sa tête.

Et toujours, toujours les voix qui hurlent et lui lacèrent l'esprit et l'ouïe. Mardi résiste de plus en plus difficilement, contient avec peine son corps tremblant alors que sa tête lui semble sur le point d'éxploser. Il lui faut toute sa force pour terminer sa tâche, alors que son nez se met à saigner. Son coeur le brûle, ses poumons sont en feu, sa respiration devient sifflante. Quelques étoiles dansent devant ses yeux, alors qu'il se redresse et que son oeuvre est terminée. Les loas sont partis, l'ivoire de sa peau est revenu.

Il se redresse, oui, pour mieux s'écrouler avec fracas sur le bois vermoulu. Ses yeux sont toujours ouvert, mais sa conscience s'est envolé. Ne reste que son corps fievreux, son souffle sifflant, son coeur désordonné. Accompagnant son nez, les oreilles se mettent à saigner.

En bref:
 






Mardi trace des vévés en #ffffcc.
Revenir en haut Aller en bas
Miss Mercy
Miss Mercy

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 49
✘ SURNOM : La Déçue
✘ AGE DU PERSO : Entre 20 et 30

✘ DISPO POUR RP ? : 3/3
✘ LIENS : ♣️ - ♠️

Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyDim 22 Avr 2018 - 17:45

Elle ne savait pas trop ce qui lui arrivait Mercy, était-ce ce verre de vin un peu trop fort, ou bien l'ivresse générale ? Elle s'amuserait presque, tout était fou ici. Les costumes, les gens, c'était magique, c'était théâtral. Enfin un rêve plausible, un songe grandiloquent, quelle ironie que ce soit de la main du crochet. Elle se laissa entraîner par Ozzie -qu'est-ce qu'elle pouvait faire eh ? Elle le connaissait trop bien pour protester. Et au fond, le Baron clown lui était sympathique, il ne cherchait nullement à camoufler défauts et horreurs habituelles aux autres. Et qu'à cela ne tienne, l'heure était à la fête, dansons Mercredi si tu y tiens.

Finalement, Baron Crocodile les rejoignit aussi. Elle allait saluer quand le fracas retentit (le coup de théâtre ! l'élément perturbateur ! la pièce suit son court.).  Janblan -évidemment que c'était lui, Baron Croco- voulait s'approcher, alors elle suivit. Elle était curieuse aussi et sans doute ravie de retrouver Mardi dans ce bric à brac, mais ça, elle ne le dirait pas. Mais à peine s'éloignaient-ils, laissant Ozzie tout à la Dame des Neiges que tout bascula.

Elle mit un peu de temps à comprendre. Tous réagirent si promptement, elle n'avait pas réalisé lorsque les Frères accoururent. Mercredi malade ? Attaqué ? Qui diable pouvait blesser un Baron ? Qui pouvait oser ? Elle avait bien une réponse qui lui venait en tête mais elle ne préféra pas la formuler... Et puis, comment ? Elle sentait bien que quelque chose n'allait pas. Les tentures rouges prenaient soudain l'allure de rideaux de sang coulant le long du navire. De l'autre côté, elle vit des hommes tomber, d'autres se plier en deux. Elle écarquilla les yeux, réfléchissant. Son masque la gênait, il tenait trop chaud, il bloquait l'air et la vue, elle l'ôta dans un geste lent, le regard perdu.

La voilà en plein Bayou, Dimanche, Mardi, était-ce Vendredi qui arrivait ? La moitié de la semaine était là. Le bruit des dents de crocodile sur le plancher la sortit de sa torpeur, elle suivit Mardi des yeux, incapable d'aider plus pour l'instant. Elle pourrait approuver la vieille sage indienne qui s'approchait, laissez le respirer ! Enlevez le masque ! Mais Janblan n'écoutait pas. La magie c'était pour ça, la magie ce n'était pas qu'un rêve c'était utile et au moment où rien n'aurait pu être moins important, le spectacle des loas sur la peau de l'albinos, les couleurs, la rage, tout s'imprima si profondément dans son esprit qu'elle resta immobile, silencieuse comme la mort.

Et puis ce fut au tour de Mardi de chuter, la magie, l'effort, ou la suite d'une terrible malédiction ? Elle était trop inquiète pour ressentir pleinement la fureur d'être si inutile. Elle s'aperçut tout juste seulement qu'elle avait suivi inconsciemment le mouvement des deux Barons, s'agenouillant près de Mercredi qui recevait les loas, pour se retrouver finalement entre lui et Janblan à terre.

Elle n'avait pas besoin de demander aux autres d'aider, mais regarda tour à tour les visages au-dessus d'elle, qu'elle discernait avec peine. Le Feu, L'Eau et l'Amour. C'était bien assez pour éloigner la Mort non ?

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Loutre Sage
Loutre Sage

♐ Princesse des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 242
✘ SURNOM : L'Harmonie
✘ AGE DU PERSO : La vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : Venez tenter votre chance
✘ LIENS : Peindre en mille couleurs... L'air du Vent.

Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyDim 22 Avr 2018 - 20:54

Le Bal d'Hiver





La réponse de l'homme sourire ne lui convient pas : trop superficielle. Alors Loutre Sage s'abîme de nouveau dans l'indifférence glacée, se laisse entraîner, bringuebaler, malaxer. Même le chant qui d'habitude aurait ravi sa curiosité ne fait que rebondir à ses oreilles.
Un homme crocodile apparaît sous les yeux vides de l'Harmonie, lui non plus elle ne le voit pas. Elle aurait pourtant dû rire et applaudir ce costume, parler au serpent sur son épaule. Seul le vide et le froid demeure au milieu de la chaleur de cette discussion.
Lorsque le plancher tremble sous le corps chu, la secousse semble atteindre la glace, l'ébranler. Juste un peu. Les cris, le chaos, le Capitaine, les accusations, tout cela glisse sur la gaine autour de son âme, pourtant, ce sont bien des gouttes d'émotions qui s'infiltrent à travers cette minuscule fissure : curiosité, tristesse, indignation, peur. Mais, c'est encore bien trop ténu.
Alors un nouveau fracas ébranle la glace, si fort cette fois que la fissure grandit et s'élargit au point que la peur s'y engouffre entièrement. L'homme sourire est étendu par terre, la cage thoracique secouée d'une respiration trop laborieuse, presque disparue. L'homme sourire continue de sourire mais il meurt. Loutre Sage le regarde, les yeux écarquillés, elle recule d'un pas, le crocodile se précipite déjà vers lui, d'autres êtres du marais apparaissent.
Et l'Harmonie a peur, l'Harmonie s'en veut. Car elle le sent maintenant, à travers cette immense fissure, ce malaise, cette noirceur dans l'air. Elle aurait pû le sentir plus tôt, elle aurait dû. Si elle ne s'était pas murée derrière la glace.
Et alors que le crocodile s'affaire, qu'une sœur peau-rouge propose son aide, la princesse des hurons ne peut que regarder. Car elle n'est plus rien désormais sans sa méditation, depuis que son âme a été amputée par la créature des profondeurs. Elle ne sent plus rien, ne ressent plus rien, elle est inutile. Tout à coup, l'air ne parvient plus à passer par son nez, elle ouvre la bouche afin de remplir ses poumons de l'air vicier de la cale. Elle ne sent plus mais elle recommence à sentir les choses invisibles. Mais si peu, pas suffisamment.
Elle ne peut que regarder l'homme crocodile user toute ses forces avant de s'effondrer à son tour. Elle aurait pû l'aider, elle veut les aider. Son regard paniqué parcourt la salle à la recherche de.... N'importe quoi.
Mais elle trouve quelque chose de très précis. Quelqu'un.
Loutre Sage fend la foule comme elle fendait la jungle : rapide et coulante. Elle se jette sur lui et agrippe ses épaules avant de lâcher, paniquée, implorante et pressée :

"Rends moi ce que tu m'as arraché Grand Esprit des Profondeurs, je t'en supplie : il faut que je leur vienne en aide !"

Elle fixe cette tête de cauchemar garnie de tentacules, ses yeux d'ébène brillant d'une détermination qu'ils n'ont pas connu depuis bien trop longtemps.


Masque & Robe:
 

Résumé:
 






Avatar par Nephyla
Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Signat11




Dernière édition par Loutre Sage le Lun 7 Mai 2018 - 14:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruth Morland
Ruth Morland

☠ Tatoueuse du Port ☠


✘ AVENTURES : 52
✘ SURNOM : La Piquante
✘ AGE DU PERSO : 25 ans environ

✘ DISPO POUR RP ? : Oui, oui
✘ LIENS : Is her need to care born out of compassion or penance
?


Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyDim 22 Avr 2018 - 20:55

La soirée s’annonçait pourtant calme. Elle espérait pouvoir rencontrer des gens, et sortir le nez de ses carnets et de cette encre ébène, au moins quelques heures. C’était ce qu’elle pensait, alors qu’un bruit sourd d’une masse se fracassant contre le plancher sonna tel un glas de misère sur la salle. Le silence s’était abattu aussi brutalement que le corps, avant que les paroles ne se mettent à fuser.

— Te gen yon lanmò...

Elle sentait le froid l’envahir, alors que les mots de Vendredi lui semblaient si lointains. Une sourde envie de fuir à toute jambe venait l’étrangler, mais elle était également comme tétanisée. Elle sentait ce gout de métal emplir sa bouche, qui se déformant ses lèvres en un rictus de dégoût.

Elle était si terrifiée par la Mort. Elle avait fui le bateau pour l’éviter et voilà que la seule fois où la Piquante y remettait les pieds, celle-ci venait une fois de plus saluer la jeune femme. Elle ne se retourna pas vers le corps. Elle se concentrait sur l’homme face à elle. Peut-être que ses yeux criaient de terreur, mais son corps était impassible.

Tout va si vite, le capitaine avait parlé, mais il n’avait fait que souffler sur une étincelle. Celle-ci prend comme sur du bois sec, et les accusations fusent : tout le monde soupçonne son voisin du pire. Ses pupilles sombres se posent sur le Baron lorsqu’elle entend les accusations se porter sur ceux du Bayou. Elle l’entend, presque couvert par l’ouragan des voix des autres convives, puis sourit, avant de souffler comme pour essayer d’évacuer une pression. Elle avait déjà repéré les sorties, et savait par ou courir si il fallait filer. Elle acquiesce alors qu’il lui propose d’aller boire, elle sent aussi qu’elle a besoin de ça.

- Je crois qu’on en a besoin tous les deux.

Elle essaie de ne pas faire transparaitre à travers sa voix la panique et l’angoisse qui l’assaillent, et suit Vendredi vers la table des boissons.

- Tu es sûr que ça va aller ? Tu n’as pas l’air très bien…

Son ton est hésitant, et le garçon tourne les talons rapidement pour courir vers un groupe de personnes sans lui répondre, visiblement appartenant au Bayou. Elle le suit quelques secondes après, restant un peu en retrait de la scène qui se passe devant elle, avec ces êtres pleins de pouvoirs qui semblent tous vouloir déborder.

Elle le savait, elle aurait déjà du foutre le camps.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité



Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyDim 22 Avr 2018 - 21:01

Le Mal est contagieux.
La colère l'est tout autant.

En quelques enjambées,  Erzulie rejoint son clan et son ire dévore son coeur déjà noir.
Ozzie respire, mais à quel prix ? Il ne bouge presque plus, le sifflement inquiétant de ses poumons n'a pas disparu. Il pose un regard ahuri sur son alentour, le masque sourire de travers, des esprits sous la peau.
Janblan est à terre, fourbu, presque macchabée.
Kaplata a disparu, est peut-être lui aussi touché.
Panzou saigne du nez. L'Amour bouscule la Rouj -qu'est-ce qu'elle tripote encore?- et attrape le visage du petit dernier entre ses paumes, son préféré, son brekèkè. Elle lui étanche les narines d'un mouvement de pouce, le maculant de bleu. Il est si chaud !
Et Diab'. Un mouvement de regard vers son fiancé faussement-stoïque dont elle devine la souffrance, plus par instinct que par évidence. Son visage se décompose.

- Byenneme m (L'expression est si naturelle, si spontanée, qu'elle en oblitère le poids), jansiv ou ... Émet-elle d'une voix blanche. Ses sourcils se froncent. Son visage se contracte d'une expression dure. Maman n'est pas là, déclare-t-elle à Panzou en posant sur lui un regard étincelant de rage. Mais moi si ! Et je porterais sa voix...

Erzulie lâche le jeune guédé et se tourne brusquement vers l'assistance, et vers Hook en particulier. Son masque, qu'elle avait renversé sur sa nuque, subit un vol plané pour venir éclater en milles échardes furieuses tout près du Capitaine. C’est un simple avertissement. Un funeste présage.

-Manman Brigit' parèt nan ou menm ak jije ou. Mwen madichon ou. Mwen ban nou madichon tout. Non mwen se Erzulie. Mwen kraze ou,
rugit la Dantor.

Ses boucles se transforment en serpents, qui crachent tous, gueules ouvertes, vers tout ce qui n'est pas du Bayou. Avec une rare brusquerie, la mambo attrape au collet un pirate avec un simple loup sur le visage. Les crocs multiples de sa chevelure-cobra lui déchire la poitrine et laisse le sang bouillonner sur le parquet de bois. Le corps retombe, agité de soubresauts, alors que la sorcière plonge ses doigts dans l'hémoglobine et la cage thoracique ouverte. Elle lui arrache le coeur, ni plus ni moins. Elle s’accroupit auprès de Mardi, avec l'attitude reptilienne d'une gorgone. Il y a un peu de la folie de son Aînée dans ses yeux d'or, mais en moins écrasant, en moins étouffant. En moins suprême. Elle presse le coeur comme une éponge, sur le corps laiteux de son beau-frère et trace tous les vévés que lui susurrent les loas. La magie vaudoune opère. Pour autant...

- Li pa ase! Li pa ase! vrombit-elle.

Il faut un coeur aimant, prêt au sacrifice. Un coeur compatissant pour Janblan. Elle renifle, hume l'air et  soudain fixe ses pupilles en fusion sur Mercy. Les mâchoires de sa tignasse claquent et persiflent...
Résumé:
 


Dernière édition par Erzulie Dantor le Dim 22 Avr 2018 - 22:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nacre
Nacre

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 21
✘ SURNOM : La Neigeuse
✘ AGE DU PERSO : environ cent ans

✘ DISPO POUR RP ? : Ouip !
✘ LIENS : Comme une étoile qui s'est perdue loin de l'océan.

Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyDim 22 Avr 2018 - 21:50

Bon, apparemment le garçon avec moi ne sait pas ce qui se passe. Pire, il ne comprend pas ma question, du moins n'a pas l'air de la comprendre. Je le regarde taper sur la table du bout des doigts. Ça fait un rythme amusant, régulier. Tapoti. Tapota. Re tapoti. Et puis re tapota. Il sourit. Et ensuite son visage se fronce et il n'a plus l'air amusé du tout. Je le regarde avec attention, la tête un peu penchée sur l'épaule. J'en oublie même le pirate mort parce que ces doigts qui bougent captivent toute mon attention.

Finalement, il s'arrête et je m'attends à ce qu'il m'explique qu'il n'a pas compris ma question. Ou bien qu'il y réponde. Ou autre chose. Mais il ne semble plus agacé. Mais pas souriant non plus. Il est figé, tout immobile. Ses mains retirent son masque qui dévoile son visage. C'est un joli garçon avec des traits bien dessinés. Il irait bien dans ma collection de belles choses s'il ne risquait pas de s'y abimer.

Sauf que là... on dirait qu'il a du mal à respirer. Comme moi quand je nage trop profond ou que je n'arrive pas à bien reprendre mon souffle quand je remonte à la surface et que je peine à faire la transition entre mes branchies et mes poumons. Je m'inquiète un peu quand même, je crois que je l'aime bien, je ne voudrais pas qu'il meure aussi. En plus je ne pourrais même pas le manger s'il mourrait ici...

L'appel inquiet de Coquillage me distrait un instant. Je ferme les yeux pour essayer de lui répondre. Je sens la crainte sous-jacente dans la salle mais elle ne me touche pas vraiment. C'est un peu comme l'eau qui glisse le long de mes écailles, en fait. Alors je fais de mon mieux pour calmer la peur de ma soeur, et essayer d'envoyer la même chose aux autres sirènes présentes. On ne sait jamais, peut-être que ça leur fera du bien. J'espère qu'il ne leur arrive rien de grave.

Je me tourne encore vers mon drôle d'ami. Il me regarde bizarrement puis ses mains se posent sur moi tandis que ses yeux me posent des questions. Je crois qu'il veut savoir si je me sens bizarre comme lui. Je secoue la tête et lui donne un sourire pour montrer que je vais bien. Mais peut-être que lui a besoin de sortir. Besoin de prendre de l'air plus frais ? Si ça se trouve, la mort a contaminé l'air qu'on respire ici et c'est pour ça qu'il ne va pas bien. Alors c'est à mon tour de faire des gestes dans tous les sens.
Je tends le doigt vers lui.
Puis vers moi.
Puis vers l'escalier en faisant le signe des pattes qui montent.
Et je recommence jusqu'à ce qu'il comprenne.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Carne Salt
Carne Salt

☠ Harponneur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 612
✘ SURNOM : Le Prêcheur
✘ AGE DU PERSO : Entre 25 et 30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Full ! Mais Contacte-moi; je ne suis jamais contre une bonne idée...
✘ LIENS : "Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn"

Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 EmptyLun 23 Avr 2018 - 0:59

Son chant a pris fin et il est comme vide, perdu sur la scène, bousculé par les musiciens qui s'empressent de le chasser. Il échoue sur une marche d'escalier menant à la piste de danse, ballotté par le ressac de convives. Un pantin, sans plus de raison propre. Un arbre creux.

Un arbre creux ?

L'esprit de Carne s'ébroue, il se gratte le cou, à la base du menton, comme si son masque le démangeait. Cette saloperie visqueuse lui épouse la face tel un scaphandre à ventouse. Un poulpe lui roulant une pelle. A cet instant, étranger à l’atmosphère ambiante, il ne remarque que trop tard cette petite main pâle qui le touche.
Frisson.
Cette délicieuse odeur femelle.
Poisson.
Ce téméraire petit oiseau.
Hameçon.

- Tu es…Quoi ?

Quelle bonne question !
Il ne sais pas. Il ne sait plus. Il est un puzzle, une énigme, une quête. Et toi appétissante petite proie ? Es-tu encline à la résoudre ? Les tentacules de son masque s'agitent mollement, viennent caresser le crâne de piaf tendrement, comme pour le découvrir en aveugle.

Il n'a point le temps de lui répondre.
Un cadavre tombe.
On dit qu'un ange passe, en général, pas qu'il crève. Le sursaut a juste rapproché le blafard un peu plus de la sirène, jusqu'à harponner sa menotte fermement à la chair de son bras. L'agitation qui s'écoule comme les flots joyeux d'un typhon n'a pas prise sur Carne. Le anges tombent, en effet, mais pas lui, il a déjà donné.
Même lorsque Fib le Tétrodon ( Fib la Chtouille, non ?) l'accuse, il se contente de sourire sous les tentacules. Il n'y a que le Pequeño Pájaro pour le voir. Même qu'il rit, un rire tout noir.

- Je suis, affirme-t-il soudain, à rebours, tout en déposant cette pogne enfantine dans l'écrin tout aussi blanc de sa paume. ( Petite Soeur.)

Le Pécheur tourne brusquement la tête, comme sensible aux élans de coeur de l'Amour. Erzulie Dantor est en colère et sa fureur fait écho celle des Barons du Bayou. (L'Amour a ses raisons que la raison ne connait guère).
Une furie glacée se jette tout d'un coup, à son cou.

- Rends moi ce que tu m'as arraché Grand Esprit des Profondeurs, je t'en supplie : il faut que je leur vienne en aide !

Les tentacules cajolent soudain le visage de l'indienne, froids et humides appendices qui la sondent.
Sondent son âme.
Son profond désarroi.
Son humanité en tessons.

Coquille vide de son suc, avide de renouveau.
Prends là.
Quoi ?
Prends là !

Les tentacules forcent le passage vers sa bouche, s'engouffrent dans sa gorge, bousculant dents, langue et palais. C'est un baiser immonde et sans pareil. Indescriptible. Désarçonné, le flibustier tire sur la main du Petit Oiseau, s'y accroche fermement. Sa Fibule. Le masque vivant exsude quelque chose dans la trachée de la Peau-rouge. Quelque chose de ténébreux et de puissant. Quelque chose qui la galvanise, lui donne la sensation d'être pleine. Entière.
Complète.
Les ventouses refluent, laissant Pécheur et Pécheresse essoufflés mais libre de respirer

Petite Fibule n'a pas bougé, prisonnière de cette poigne inquiète et surprise. Ils sont deux. Ils sont un en même temps. Il sont plusieurs, multiple, légion. Ils sont
lui.

Et cette indienne à présent, aussi.

- Je suis... bégaie-t-il, plus si certain. Et toi, petite saline ?

Une histoire dit que les sirènes étaient autrefois des femme-oiseaux. Il est bien enclin à le croire.

Résumé:
 







Iä, Iä, Cthulhu naflfhtagn...


NNL Award  Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 3864948088  :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: Event : Le Bal d'Hiver   Event : Le Bal d'Hiver - Page 8 Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 14  Suivant

 Sujets similaires

-
» CR Stahleck
» Jardin d'Hiver
» Joute - Bran Cité Hiver
» [Event Fraouctor Nephthys] L'énigme du Vampyre Maudit.
» Epic event : la solution à la pioche du Barat' ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Mer Imaginaire :: Le Jolly Roger-