Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rainbow
avatar

♣ Grimpeur ♣


✘ AVENTURES : 172
✘ SURNOM : Le Carambar
✘ AGE DU PERSO : 16 ans par légère anticipation

✘ DISPO POUR RP ? : Oui et Non, à voir ♥
✘ LIENS : Over the rainbow, there is a quiet companies

MessageSujet: Rétrospective [Freckles]    Lun 1 Jan 2018 - 19:57


The Final Chapter

Le voile sur les paupières de l’Arc-en-ciel se déchire et Rainbow s’éveille. Sa mémoire est tout à la fois vague, désorganisée et saturée de l’impression lourde du malaise.
Dans la semie-obscurité, il se retourne sur le côté, vaseux et, sous ses yeux, se découvre la silhouette immobile de Justin.
Le sellerboy.

Son cœur rate une pulsation et le Grimpeur reprend  conscience du temps.
La fuite la camionnette les policiers la chute la panique le sang le sang le sang le sang le sang le sang.
Sa faute.  

Puis plus rien.
Le noir.

Il tremble, se relève, électrique, crispé sous le flot d’informations retrouvées. Il dévisage le décor qui l’entoure. Il est seul dans une petite cabine avec le garçon. Ils sont seuls mais tout autour d’eux, autre part, fourmillent mille voix pressées, affairées. Rainbow comprend alors.
Le Zeppelin.
Ils ont réussi. Ils volent. Vers l’île.
C‘est un soulagement et une détresse nouvelle.
Il a échoué. Plus jamais Sellerboy ni lui ne retourneront dans le monde ordinaire.
Plus jamais. A jamais. Sur l’île.

L’arc-en-ciel se rassoit sur sa banquette, hagard, les yeux fixés sur ses mains translucides. Ces même mains qui tout à l’heure étaient encore rouge du sang d’autrui, de son inconscience et de sa connerie.
Il serre ses dents et les poings, le regard troublé vers Justin, rempli de larmes.
Ce n’est pas le Sellerboy qui aurait du être blessé. Il  ne méritait tout cela… Le sang, la captivité, le fait d’être arraché à sa vie paisible. Il n’avait rien fait. Ce n’était pas lui le fautif.

Le grimpeur crispe davantage ses doigts dans ses paumes. C’est lui, uniquement lui, qui aurait du saigner, souffrir, repartir. C’est lui… le coupable de cette connerie de vie.

Ses joues s’humidifient. Il pleure en silence, le cœur en deuil, l’âme triste, vide.
Il pleure des heures, aussi longtemps que vogue dans les cieux le Nautilus. Il reste immobile, prés de Justin jusqu’à ce que le jour se lève, que l’île apparaisse.
Quelque chose d’étrange arrive alors. Son corps perd sa transparence, retrouvent ses chairs. Ses sens éclatent d’odeurs, de lumières, de subtilités oubliées et ses veines de bien-être grisant.
Il est heureux, viscéralement, car l’ile est là devant lui et que son corps, dépendant, en manque, peut de nouveau s’abreuver d’elle.
Il est heureux, charnellement alors que son cœur crie et pleure et c’est peut-être là ce qu’il fait le plus mal.
Il est heureux, malheureux, en vie, brisée et loin, si loin de ce qu’il souhaitait réellement retrouver.

Il agonise, si plein d’énergie de vie, s’isole pendant des jours dans sa cabane, fuit ceux qu’il appelle « amis » . Il veut mourir l’Arc-en-ciel. S’éteindre et retrouver la pluie. L’enlacer et enlacer celle que l’ondée lui a pris.

Il a perdu ses couleurs l’Arc-en-ciel puis le temps passe. Les semaines défilent. La pluie s’arrête et le soleil réapparait. Les habitudes, les rires, les chants, tout reprend autour de lui. Comme après la canicule.  Encore et encore, semblable à un cercle éternel de joie et de peine, à un monde à part qui n’est pas le sien et qu’il ne peut entendre que de façon feutrée, étouffée.
Un monde dont la distance se réduit doucement, qu’il perçoit de mieux en mieux chaque jour car  son audition revient, ses cordes vocales s’apaisent.
L’Arc-en-ciel peut de nouveau communiquer à présent. Il ne le veut pas néanmoins mais le doit pourtant. Pour se relever, oublier et  continuer à survivre sur cette île où chacun n’a que deux choix :  Evoluer ou crever.

Il soupire, sort de son hamac puis de sa cabane.
Il a besoin de parler à celui qui fut le plus proche de Laila, à celui là même qui l’a sauvé dans le monde ordinaire. Il a besoin de le connaitre et de partager pour se raccrocher à quelque chose. A Quelqu’un.

Il descend de quelques branches, interroge un livreur de l’endroit où se trouve celui qu’il veut voir. Il remercie distraitement, mal à l’aise encore de ce retour au dialogue puis va à la Citerne, frappe  timidement sur la porte entrouverte de la cabane par peur de déranger. Il la pousse légèrement et voit la silhouette de son Chef.

« Freckles… C’est Rainbow… Je… euh… j’aimerais te remercier et m’excuser… »

Un instant de silence vient peser sur atmosphérique et le Grimpeur mord sa joue trop creuse de dizaine de jours à peu s'alimenter.

« Je peux rentrer ? »

Il a tant de chose à dire après ces semaines de silence







Merci Joy. Ton LSD, c'est de la bonne *_*

Playlist du bonheur

Les pensées de rainbow :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1517
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Dim 14 Jan 2018 - 0:26


A chaque fois qu'il expire son souffle fait des nuages blancs dans l'air. C'est le froid. C'est pas nouveau, le froid, y en avait aussi quand il pleuvait, mais les nuages de vapeur c'est nouveau, ça. Freckles se rattrape à ça. Que la pluie est pire que le froid. A chaque fois qu'il pleut pas on a le droit de se dire qu'on a bien fait de faire tout ça.

« Ils commencent à être un peu longs tes cheveux. »

Il est dans la cabane avec une autre livreuse qui s'appelle Snowball. A la base, ils devaient bosser. Faire l'inventaire, ce genre de trucs, mais ils ont fini affalés dans un coin. Plus personne ne s'inquiète pour l'eau. C'est plus la canicule ni la pluie salée, y a rien qui manque, rien à filtrer, rien à évacuer. C'est le désœuvrement total, dit Snowball. Ouais on se fait chier quoi, répond Mud.
Freckles effleure distraitement la mèche de cheveux que la livreuse vient de toucher. Elle grimace quand il touche sa main par erreur : il a toujours les doigts glacés. Même dans la cabane, on se les gèle. La plupart des autres gosses ont sorti les peaux de bête. Freckles, lui, porte encore ce vieux pull, emprunté et jamais rendu.

« T'es sûre? »
« Ouais. Faudra les couper. »

Il baille.
Ses cheveux sont pas sa préoccupation première, en ce moment, ça le décontenance un peu que d'autres gens s'en soucient.

« J'demanderai à Alice. »

Snowball ouvre la bouche pour dire quelque chose, mais finalement la referme. Elle plonge la main dans une boite posée sur le bord d'un meuble, celle où on range tous les objets trouvés, et en sort une barrette noire, toute simple, qu'elle accroche dans les cheveux de son chef en manquant de lui égratigner la peau.

« Voilà, comme ça t'as l'air débile. »

Il lui tire la langue.
Elle se marre.
Quelques minutes après son départ, Freckles pense à l'imiter. Il a plus rien à faire, il a froid, mais au moment où il se dirige la porte, celle-ci s'ouvre doucement sur une figure familière.

« Freckles… C’est Rainbow… Je… euh… j’aimerais te remercier et m’excuser… »

Freckles est presque reconnaissant à Rainbow de s'être présenté. Avec la tête de déterré qu'il tire, pas sûr qu'il l'aie reconnu. Pendant un bon moment de vide et de panique intérieure, le chef le fixe en clignant des yeux : il arrive pas à trouver une seule bonne raison pour que Rainbow le remercie ou s'excuse.

« Je peux rentrer ? »

Ça le surprend encore plus qu'on lui demande l'autorisation de rentrer.
Comme si c'était sa chambre et pas la cabane des livreurs.
(Il a même pas de chambre.)

« Euh. »

Alors il regarde autour de lui, les citernes d'eau au fond, l'espèce de tas de coussins qui servent de fauteuil, le bordel laissé par les enfants, et reporte son attention sur Rainbow pour conclure d'un éloquent :

« Ouais. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rainbow
avatar

♣ Grimpeur ♣


✘ AVENTURES : 172
✘ SURNOM : Le Carambar
✘ AGE DU PERSO : 16 ans par légère anticipation

✘ DISPO POUR RP ? : Oui et Non, à voir ♥
✘ LIENS : Over the rainbow, there is a quiet companies

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Sam 17 Fév 2018 - 19:53


The Final Chapter

Freckles l’autorise à rentrer et  c’est déjà un pas de fait vers l’inconnu, une délivrance pour Rainbow qui pense être détesté par le Lionceau depuis l’incident dans le monde ordinaire.
Il sourit, à peine et cette esquisse timide, triste, est tout à la fois un bourgeon et une fleur fanée.  
Il remercie, pousse la porte qui grince et le chef des livreurs s’écarte, se renfonce dans le fond de la cabane, se fait happer par l’obscurité apparente.
L’Arc-en-ciel, lui, plisse les yeux, ses pupilles non-habituées au peu de lumière intérieure que laissent filtrer les fenêtres de la cabane.
Il se déplace sur la gauche de Freckles, attend quelques instants et les garçons, se retrouvent face à face, debout, comme deux piquets qu’un mètre séparerait. Un silence s’installe, pesant, en mal de mot puis Rainbow prend la parole, hésitant, les mains agitées,  à peine, pour se donner une contenance.

« Je suis désolé de vous avoir trahi au musée… Je… »

Son regard fait des va-et-vient nerveux et gênés entre le sol et le visage du chef puis, en milieu de phrase, se fige, change.
Il se froisse et chacun de ses traits se déforment sous la contrariété, sa voie, jusqu’à présent mal-assurée, devient tranchante.

« Pourquoi tu la portes ?! »

La lumière s’est frayé un chemin jusqu’à la rétine de l’Arc-en-ciel et ce qui était invisible ne l'est plus. Sur la crinière fauve de Freckles, une pince se détache . Elle est familière, emprunt d’histoire.
C’est une réminiscence de ce qui a disparu, pique au cœur de Rainbow qui, sous le heurt et la détresse ravivée, serre les dents, aboit .

« Cette pince c’était à elle ! T’as pas le droit !  »

C’était à Elle, à Laila.
Sa Ritournelle dont le chant, à jamais, s’était tu.








Merci Joy. Ton LSD, c'est de la bonne *_*

Playlist du bonheur

Les pensées de rainbow :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1517
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Dim 25 Fév 2018 - 22:36

Ils se font face à face en restant debout et balançant un peu les bras dans un silence gênant ; Freckles remarque les traits tirés de Rainbow, ses yeux cernés et ses joues creuses et se demande s'il était comme ça avant. Sûrement pas. On ne s'appelle pas Rainbow avec une tête pareille. Il prend la parole finalement, pour dire de quoi il s'excuse, et sans pouvoir s'en empêcher, Freckles a un rictus un peu moqueur.

C'est bizarre. Il a jamais mis le mot trahison sur les actions du grimpeur. Il avait juste trouvé ça stupide. Tout ce qu'il arrive à se dire, c'est que Rainbow est vraiment une tanche de même pas avoir réussi à s'enfuir, si c'est ça qu'il voulait.
Et que ce serait pas une grande perte.
Il se mord la lèvre. C'est méchant de penser ça.

« C'est pas- »
« Pourquoi tu la portes ?! »

Il s'interrompt.
Il sait même plus ce qu'il voulait dire.
C'est pas grave ? C'est pas important?
L'expression de Rainbow est passée de la désolation à une colère brute et sauvage qu'il a beaucoup de peine à comprendre.

« De qu- »
« Cette pince c’était à elle ! T’as pas le droit !  »

Et lui le regarde juste avec un air interloqué, bouche entrouverte et sourcils froncés, comme si Rainbow était vraiment injuste ou légèrement dérangé.
Il essaie de comprendre de quoi il parle, de qui il parle, finit par enregistrer l'information et lève une main jusqu'à ses cheveux, dans lesquels l'objet fait des vagues faussement élaborées.

« Cette pince ? »

Il pense la décrocher mais au dernier moment, se ravise.
Parce qu'il commence à se sentir un peu en colère aussi, que Rainbow lui parle comme ça, il se prend pour qui ?

« Je fais ce que je veux. C'est juste une pince », lâche-t-il sèchement.

Une pince noire en plastique.
Une pince aux dents épaisses et solides (pour des cheveux épais et solides).

« Quoi ? Tu la veux ? C'est à toi peut-être ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rainbow
avatar

♣ Grimpeur ♣


✘ AVENTURES : 172
✘ SURNOM : Le Carambar
✘ AGE DU PERSO : 16 ans par légère anticipation

✘ DISPO POUR RP ? : Oui et Non, à voir ♥
✘ LIENS : Over the rainbow, there is a quiet companies

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Ven 16 Mar 2018 - 21:19


le Tunnel d'or, Aaron


Freckles semble ne pas comprendre tout d’abord. Il ouvre la bouche comme un poisson dans un bocal, le regard bête, plissé. Il est interloqué puis comprend, amorce un geste vers la pince puis interrompt son action.
Son visage change d’expression. Le ciel se couvre dans la pensée du récolteur et Rainbow voit que son humeur s’échauffe au fond de ses yeux, entend le début d’un orange dans le timbre de sa voix.

« Je fais ce que je veux. C'est juste une pince . »
Il y a un instant de silence, un regard en chien de faïence et le chef réattaque verbalement.
« Quoi ? Tu la veux ? C'est à toi peut-être ? »

C’est à l’Arc-en-Ciel d’ouvrir grands les yeux, surpris de la réponse . Il ne s’attendait pas à de l’insoumission. Il ne s’attendait pas à grand-chose et l’instant de flottement ne dure qu’un instant.
Il se raidit, le grimpeur, serre les poings pour ne pas les balancer.
Il a envie de cogner Freckles là. Tout de suite. Il veut le frapper car il ne sait pas que cette pince appartient à Laila. Car il n’en a rien à foutre le Chef. Qu’il l’a déjà surement oublié. Elle, sa mère. Celle qui l’a épaulé.
Oubliée.
L’idée même serre son cœur lui qui ne peut s’empêcher de penser à elle à chaque battement.
Il est jaloux quelque part Rainbow car Freckles ne souffre plus du poids de l’absence. Il s’en fout. Il a avancé.

« C’était à Laila putain… »

Il a murmuré, les paroles soufflées, la mâchoire crispée, la colère contenue.

« C’était à elle… Elle l’avait toujours dans les cheveux  et quand elle l’enlevait, la posait systématiquement devant la boîte des objets trouvés car elle savait que si elle l’égarait elle la retrouverait dedans. Elle avait l’impression de jamais la perdre alors. »

C’était un truc qu’elle faisait invariablement et que Rainbow, sans jamais bien saisir le concept, avait toujours trouvé mignon. Attachant.
Il s’en était créé un souvenir tendre. Doux-amer.

Surtout amer à présent.

« C’était ta Mère et tu le savais même pas… Elle a disparue et t’a rien fait … Tu l’as même pas cherchée… Tu t'en foutais. »

Laila n'avait était qu'une mère.Jetable, oubliée, remplacée par son apprentie.
Une mère, qui, comme elle, avant elle, avait été Elis.







Merci Joy. Ton LSD, c'est de la bonne *_*

Playlist du bonheur

Les pensées de rainbow :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1517
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Mer 21 Mar 2018 - 21:41


« C’était à Laila putain… »

Freckles regarde Rainbow avec un froid immense.

Un froid dans l'expression d'abord, un genre de vague froncement de sourcil, de regard de dédain, une expression qui ne lui ressemble pas. Et un froid à l'intérieur aussi, qui descend tout doucement, à mesure que l'information s'intègre dans sa tête.
Ses lèvres épellent.
Qui ça?
Mais aucun son ne sort.
(Il sait en réalité, il a pas oublié.)

Il écoute Rainbow parler, la mâchoire crispée, le regard dur, comme s'il allait exploser, comme si c'était sa faute à lui, il l'écoute parler de Laila et de sa stupide pince noire, et il hait comme il porte tant d'importance à l'objet le plus banal, le plus impersonnel du monde.

« C’était ta Mère et tu le savais même pas… Elle a disparue et t’a rien fait … Tu l’as même pas cherchée… Tu t'en foutais. »

Mais peut-être qu'en fait le problème c'est pas la pince.

« T'es qui pour me dire ça ? » crache-t-il.

Il ne sait plus à quoi ressemblait le visage de Laila, ou sa voix, ni quel genre de pinces elle pouvait porter dans ses cheveux, et si Rainbow n'était pas venu aujourd'hui, il ne se serait même pas rappelé de son nom. Mais ça le rend furieux, que le grimpeur puisse venir le voir et l'accuser de faire la seule chose normale à faire.
Oublier, merde !

« On est potes Rainbow ? On parle des fois ? On s'échange nos petits secrets ? J'crois pas nan. Et on a jamais été potes, alors viens pas me dire que je m'en fous, parce que tu me connais pas et t'en sais rien. »

Il arrache finalement la pince de ses cheveux - peut-être un peu trop fort mais il s'en fout – il fait deux pas vers Rainbow, on dirait presque qu'il va le frapper. Mais sa colère retombe comme un soufflé. Il ne veut pas se battre pour ça.
Il lui fourre la pince dans les mains.

« C'est bon, prends là. C'est bon. »

Oui il détesterait, se battre pour ça, ce serait encore pire, ce serait faire comme si c'était important. C'est pour ça qu'il rajoute, d'une demi-voix :

« Je savais pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rainbow
avatar

♣ Grimpeur ♣


✘ AVENTURES : 172
✘ SURNOM : Le Carambar
✘ AGE DU PERSO : 16 ans par légère anticipation

✘ DISPO POUR RP ? : Oui et Non, à voir ♥
✘ LIENS : Over the rainbow, there is a quiet companies

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Mer 28 Mar 2018 - 9:41


Lost Highway, Aaron


Rainbow se heurte à la violence muette de l’indifférence.
Freckles le regarde avec mépris, l’expression de marbre froid comme s’il n’était Rien. Il n’est rien d'ailleurs le Grimpeur et le Lionceau lui fait comprendre par les mots.

« T'es qui pour me dire ça ? » Celui qui aimait Laila. Personne. Pour toi.
« on est potes Rainbow? » Non. « On parle des fois ? » Non.  « On s’échange nos petits secrets? » Non. Jamais. «[…]tu me connais pas et t'en sais rien. » Non il ne le connait pas mais si, il sait. Il sait ce que c’est de ne PAS POUVOIR OUBLIER, d’être amoureux, de se réveiller la nuit en pleurs d’un rêve trop prégnant, de sentir son cœur battre et se serrer sous un mot prononcé ou devant l’objet le plus banal, de se sentir égoïste, seul et abandonné, de lui en vouloir à « elle » alors qu’il l’aime tant et sans qui cette vie semble n’être qu’une imposture sans sens.
SI, il sait ce que c’est d’être endeuillé d’un amour et d’un mort et SI, il sait que Freckles devant lui ne l’est pas. Ne l’a jamais été . Il n’en a toujours eu rien à foutre car c'est un Perdu. Il avait oublié. Comme les autres. Comme chacun ici sauf lui.
Il avait oublié car c’est ce qu’il fallait faire. Parce que c’est ce que l’Île ordonnait.
Pour ne pas grandir. Continuer à vivre l’instant présent. Sans passé, sans remord. Sans regret. Sans rien. Libre, lâché contre le temps.  

Sa lèvre tremble quand Freckles arrache la pince de ses cheveux, quand il s’avançe pour le frapper.
Son corps frémit et se tend alors que la pince atterri dans sa paume et qu’aucun coup de vient.
Son visage se tord et ses yeux se brouillent, débordent sous les paroles en demie-voix du Lionceau :

« C'est bon, prends là… Je savais pas. »

Il savait pas…

Il savait pas…

Rainbow explose. En larmes. En colère. En détresse.  
Il n’y a plus aucun soleil dans son regard. Juste l’ondée et ces pensées qui lui font mal, si mal, au bord des lèvres, comme s’il devait les cracher pour ne pas s’y noyer.

« Comment… vous faites tous pour… arriver à toujours à oublier et…. faire votre deuil ? Il n’y a personne… sur cette putain d’ile que vous aimez… assez pour ne pouvoir… la sortir de votre tête… pour ne pas réussir… à l’oublier malgré le temps et…. la douleur de son souvenir? »

Les larmes viennent mouiller le col de son vêtement, inonder son cœur d’un trop plein d’émotions. D’incompréhension.

Putain mais comment faisaient-ils eux tous ? N’étaient-ils jamais tombés amoureux tous ces garçons, tout ses perdus de l’autre côté de la réalité ?
Comment faisaient-ils pour être si impermanents dans leurs sentiments…
Si libres et accordés à  cette Île de l’instant.

Rainbow les déteste.
Il les envie.  
Il n’est pas comme eux tous et un jour, ravagé par ses émotions, serait en décalage total.

Sous les regards captivés et bientôt indifférents, il serait banni.  
Oublié pour avoir ressenti. Aimé.







Merci Joy. Ton LSD, c'est de la bonne *_*

Playlist du bonheur

Les pensées de rainbow :

Spoiler:
 


Dernière édition par Rainbow le Lun 16 Avr 2018 - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1517
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Ven 13 Avr 2018 - 19:49

Peut-être que c'est Rainbow qui va le frapper.
Ou peut-être qu'il va se tirer.
Freckles en sait rien. Freckles se rend compte, en même temps qu'il l'a dit – comme si sa bouche réfléchissait plus vite que sa tête – qu'il ne connaît pas Rainbow. Il ne savait pas que c'était le genre de mec à les abandonner en pleine mission et vouloir fuir l'île et il savait pas qu'il était amoureux de Laila pour de vrai – parce que c'est ça le sujet, non ? Alors ce que fait Rainbow, ça cet instant, c'est vraiment le pire scénario. Il fond en larmes.
Non, il explose en larmes.
Une espèce de détresse si saignante qu'on dirait qu'il va mourir – Freckles a assisté à des noyades moins affreuses que celle là.

« Comment… vous faites tous pour… arriver à toujours à oublier et…. faire votre deuil ? Il n’y a personne… sur cette putain d’ile que vous aimez… assez pour ne pouvoir… la sortir de votre tête… pour ne pas réussir… à l’oublier malgré le temps et…. la douleur de son souvenir? »

Et il se demande s'il ne devrait pas le frapper, finalement.
Et lui hurler dessus.
Pour qui il se prend.
Pour se croire spécial, pour penser pouvoir lui donner des leçons d'amour, comme s'il était le seul à aimer, comme si les autres autour de lui étaient des robots des enfants à qui on a arraché le cœur et qui n'aiment pas comme tout le monde, juste parce qu'ils oublient. C'est ça que Rainbow veut dire ?

Mais Freckles ne dit rien de tout ça, il détourne juste un peu les yeux, ça le gêne de voir Rainbow chialer. Il a jamais été super à l'aise avec les larmes, mais celles là c'est pire.

« Je sais pas ... »

Maintenant il veut juste qu'il le lâche et aille pleurer ailleurs.
Il a pas des potes, le mec ?

« Je sais pas, d'accord ? Tu crois que je fais exprès ? »

Il a lâché ça, et ça le surprend, parce que c'est une bonne question, en fait.
Au Grand Arbre, on oublie par devoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rainbow
avatar

♣ Grimpeur ♣


✘ AVENTURES : 172
✘ SURNOM : Le Carambar
✘ AGE DU PERSO : 16 ans par légère anticipation

✘ DISPO POUR RP ? : Oui et Non, à voir ♥
✘ LIENS : Over the rainbow, there is a quiet companies

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Lun 16 Avr 2018 - 21:00


Nothing else Matters (solo guitare), Metallica.


Il n’y a pas de réponses dans les paroles de Freckles.
Pas d’excuse. Pas de douceur, pas de réconfort.  Juste l’envie d’en finir. De fuir. De faire fuir par la froideur des mots et Rainbow se braque, les saccades de ses pleurs s’accentuent et devant le regard glissant du livreur, l’Arc-en-ciel quitte la cabane.
Il part car rien ne sert de continuer, Freckles et lui trop différents, trop opposés.
Ils en auraient fini aux mains s’il était resté et c’est à présent des branches qu’il casse ragement du haut de l’arbre où il s’est isolé.
Il lui en veut au Lionceau et ses larmes ne se tarissent pas, coulent et coulent encore jusqu’à ce que son corps et son âme s’épuisent, anesthésiés de fatigue.
Il se tait alors, progressivement, et les hoquets se stoppent, remplacés par le poids de la torpeur.
Il a trop pleuré l’Arc-en-ciel et se sent vide maintenant, laisse ses idées dériver. Il repense à leur échange, à la colère qui l’a pris, à la détresse, aux larmes et aux cris. A l’origine de tout cela, aux émotions auxquelles il n’arrive plus à se raccrocher, qui lui paraissent à l’instant si absurdes et disproportionnées. A Freckles qui n’avait pas à subir tout ça, qui n’avait rien fait d’autre qu’oublier.
A Laila qui, malgré tous les souvenirs, tous les objets, jamais surement ne lui reviendra.
A lui qui s’était détruit, éteint pour elle sans pour autant la ramener.
A l’absence, au futur dépourvu de Ritournelle qu’il faudrait réapprivoiser, réapprendre à aimer, reconstruire à partir des ruines qu’elle avait laissées.

Il soupire, las, et sa joue le pique là où une larme saline a séchée.
Il doit se résigner et s’endort sur cette pensée.


~~~oOo~~~

I- Choc et déni
II- Douleur et culpabilité
III-Colère
IV-Marchandage
V-Dépression
VI-Reconstruction
VII-Acceptation
Les sept étapes du deuil.

Quand on lui en parle, Rainbow réalise qu’il n’a jamais cherché à faire son deuil par peur de devoir accepter que Laila est décédée, et non juste disparue . Qu’elle ne reviendra jamais et que le « peut-être » n’existe plus.  

Il comprend la violence de ce refus, la cruauté de l’espoir, le danger de ne pas vouloir l’abandonner et pour la première fois, de longues heures, pleure cette mort et la fin de l’attente. Il dépasse le déni, caresse un instant la culpabilité de ne pas l’avoir protégée mais la colère, le marchandage et la douleur ne l’étreignent pas. Il est déjà passé par ces étapes il y a longtemps et si les plaies ne sont pas encore cicatrisées, réaliser son deuil y a mis fin.
Il doit à présent se reconstruire et dans cette nouvelle lutte, s’y engage à corps perdu.  
Il écume le grand arbre à la recherche de ce qui appartenait à sa Ritournelle par souhait de tout brûler pour oublier et recommencer, va voir les amis et les figures qu’il a rejeté car il pensait trop à elle.
Il s’excuse, libère sa parole auprès de Sand et de Owl, accepte leurs étreintes et leurs mots de réconfort. Il essaye de se mêler de nouveau aux perdus, se laisse approcher à pas prudent et si la Mère des livreurs est toujours partout dans ses pensées, sa présence n’est plus la même qu’avant. Elle est là à présent comme le fantôme d’un souvenir, aura triste et tendre qui le berce quand il pleure la nuit, lui murmure que tout ira bien, tient sa main quand il hésite et doucement, l’appelle à couper le lien. Elle l’accompagne, sa Ritournelle immatérielle, jusqu’à pouvoir totalement disparaitre et se taire.

Il avance jour après jour le grimpeur, reconstruit briques par briques les frondaisons de son âme et quand il découvre que la guitare de Laila appartient à présent à Justice, aucune colère ne l’ébranle.
Il ne souhaite ni la brûler, ni la faire disparaitre mais son regard s’humidifie quand il entend les accords, son cœur se serre quand la Main refuse de lui donner l’instrument. Il se perd un instant puis se raisonne, accepte le refus, demande à ce que la musique de cette guitare ne reste pas muette aux autres, et que, le temps d’une chanson, elle l’accompagne, raisonne pour tous comme elle raisonnait avant, du temps de Laila
En hommage et devoir d’héritage, pour elle, mais aussi pour ceux qui ont disparus qu’ils soient proches, amis, ou frères. Pour chacun d’entre eux et sous les paroles, Justice accepte.
Les répétitions s’enchainent, les voix s’accordent, apprennent à raisonner en cœur avec les cordes. La mélodie et les accords s’ancrent dans les chairs, la balade des doigts devient instinctive et tout, l’instant de quelques semaines, se fait musique, berceuse et ritournelle. Renaissance pour l’Arc-en-ciel qui s’en imprègne, tend doucement les bras vers l’Acceptation, consécration étrange de sa reconstruction.

C’est à cela qu’il pense le « Grand jour », celui du spectacle,  quand il observe le petit public assis en rond autour de lui et Justice.  Il y a là des Perdus de tout âge, des amis de la Main et d’autres à lui, des curieux qui ont entendu parler de l’événement par le bouche à oreille.  
Ils sont venus là pour les écouter eux, ce tandem étrange que l’on n’attendait pas et le tract le prend un instant, se dissipe au premier accord de Justice.
« Nothing else Matters » commence et il ferme les yeux pour se concentrer, attend que l’introduction à la guitare se finisse. Sa bouche s’ouvre sous le chant et quand les mots s’articulent dans sa gorge, quand il pense à Laila en les prononçant, un sentiment nouveau éclot en lui, mélange de tendresse retrouvée et de nostalgie paisible.

Si proche peu importe la distance (*), il la laisse partir sa Belle à la guitare, accepte les adieux, accueille le deuil devant tous ces Perdus qui ne connaissent pas la raison de ce spectacle.

Si proche que ça ne pourrait guère être plus près du cœur, il la garde en souvenir sa Ritournelle et ce sentiment est  semblable un de ces maux doux et intense que l’on chérit et protège car il nous rappelle que l’on peut ressentir encore si pleinement, vivant sur cette terre,  présent malgré les drames et les Adieux.

C’est ce qu'il éprouve confusément quand il achève le morceau, que sa voix se tait sous un dernier accord et que des applaudissements retentissent.

Son regard est brillant mais il ne pleure pas, peint sur ses lèvres un sourire délicat, fragile mais sincère. Il s’incline, salue la petite foule, se tourne vers le guitariste, le gratifie d’un regard de remerciement et l’applaudit à son tour.
Laila a trouvé son successeur.
Cette guitare appartient à présent à la Main, qui perpétuellement, jusqu’à ce qu’elle trouve un héritier prochain, grattera les cordes de son âme de ses doigts.

Rainbow revient fixer son attention vers les quelques spectateurs et son sourire s’élargit, solaire.

« J’espère que cela vous a plu. J’ai fini pour ma part de chanter mais je suis sur que si vous lui demandez, Justice sera d’accord pour vous jouer quelques morceaux supplémentaires. Il a tout un répertoire de qualité mais n’ose juste pas, grand timide qu’il est ! »

Il se moque ouvertement et gentiment du sentinelle et ses yeux pétillent de malice en le regardant.  Cela fait si longtemps que cela ne lui est pas  arrivé spontanément que le cœur de Rainbow s’emplit d’une légèreté étrange, retrouvée.

Il s’éclipse, slalome entre les perdus assis en rond autour du guitariste, imagine sa tête décontenancé et quand il aperçoit la figure qu’il cherche, se stoppe devant elle, imperceptiblement penaud.
Il l’apostrophe avant que le garçon ne se détourne d’une quelconque manière.

« Salut Freckles… T’as trouvé ça comment ? C’était cool nan ? … T’as eu raison de donner la guitare de Laila à Justice… Il gratte bien...  »

Il se tait un instant, mal à l’aise, précipite sa main dans sa poche et devant le livreur rouvre son poing sur une petite barrette noire, la plus ordinaire du monde.

« Tient. Je crois que tu en as besoin, tes cheveux ont vraiment poussés… »

Le Lionceau est le seul qu’il n’a pas osé aller voir avant et lui rendre cette barrette à l’origine de leur discorde, est sa façon maladroite de s’excuser et de tenter de recoller les bouts que la détresse à briser.

« Je suis désolé pour la dernière fois… Si t'es d'accord, j'aimerais bien qu'on fasse la paix … »

C’est ce que Laila aurait souhaité.  Ce qu’il fallait faire. Pardonner et oublier. Renouer car Rainbow ne pouvait plus rester en colère et continuer à se consumer sous ses émotions. Il devait avancer aujourd’hui, recommencer à s’épanouir guidé par les souvenirs, l’espoir et la joie qu’elle lui avait laissés .
Dans cette existence de rencontres et d’adieux, encore et encore, il devait se relever, apprivoiser la tristesse et l’absence pour réapprendre à vivre pour lui-même, à aimer si pleinement et  briller entre soleils et ondées.
Comme un Arc-en-ciel dans le ciel clair-obscur de la vie.  

Rien d'autre n'avait d'importance.








Merci Joy. Ton LSD, c'est de la bonne *_*

Playlist du bonheur

Les pensées de rainbow :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1517
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Lun 7 Mai 2018 - 21:02

Freckles oublie Rainbow à l'instant où il quitte la cabane. C'est un service pratique que lui offre son cerveau, celui de faire glisser en douceur leur conversation dans un univers parallèle, où il n'aura plus jamais besoin d'y penser.
Freckles n'y pense plus jamais.

Et le temps passe, le froid s'installe et reste pour toujours. Peter ne veut pas redescendre du zeppelin. Freckles se blesse, et arrête de parler à Lacerate, et quelqu'un lui manque. Il ne pense plus jamais à Rainbow. Jusqu'à ce qu'il entende en passant, dans un coin de conversation, au détour d'un repas dans le réfectoire, t'as entendu ? Justice et Rainbow vont faire un concert.
Ça lui semble absurde au début, et il se rend compte que ça ne devrait pas. Il connait pas tous les potes de Justice. Ce qui l'étonne en vrai, c'est qu'il accepte de jouer en public ; la promesse d'un concert privé – promesse unilatérale en vérité – s'est faite depuis longtemps oublier.
Le soir du concert, quand on demande à Freckles s'il compte venir, il répond oui.

Rainbow et Justice jouent des chansons qu'il ne connait pas, même s'il sent qu'il devrait les connaître. Par moments les airs et les paroles lui semblent familières, mais quand il se concentre, c'est comme essayer d'attraper un filet d'eau avec ses doigts. Il abandonne. Il écoute seulement, assis en tailleurs au milieu d'autres perdus, le menton appuyé sur ses poings. Certains écoutent, d'autres chuchotent ou gloussent un peu, mais c'est reposant. C'est un soir comme les autres avec quelque chose de neuf.

Quand c'est fini, Freckles se lève. Il parcourt des yeux la foule qui commence à repartir chacun de son côté, espérant trouver Justice, pour aller lui dire que c'était cool, ou peut-être se moquer un peu, il sait pas, mais c'est Rainbow qui s'avance vers lui, traversant les premiers rangs avec un sourire bizarre. Et Freckles grimace ; il voudrait éviter cette rencontre, mais il ne sait pas comment.
Alors il bouge pas.
Il laisse Rainbow l'inonder de questions « Salut Freckles… T’as trouvé ça comment ? C’était cool nan ? …... » auxquelles il a pas le temps de répondre. A peine ouvre-t-il la bouche que le grimpeur lui tend son poing et la barrette dedans.

« Tient. Je crois que tu en as besoin, tes cheveux ont vraiment poussés… Je suis désolé pour la dernière fois… Si t'es d'accord, j'aimerais bien qu'on fasse la paix … »
« Euh. »

Il réalise seulement l'implication du truc. La guitare était à Laila. Et Rainbow, qui avait hurlé pour une barrette en plastique, le félicite de s'être débarrassé de cet objet mille fois plus important, avec mille fois plus de sens.

« C'est juste. C'est juste Just », dit-il, répétant la correction fétiche du sentinelle, il sait pas trop pourquoi.

Un silence. Freckles tape nerveusement du bout de ses pompes sur la passerelle de bois. Puis il passe une main dans ses cheveux – vraiment trop longs.

« Et c'est gentil, mais je pense que je vais les couper plutôt en fait. »

Mais il tend la main quand même.
Et il prend la barrette.
Il sait pas non plus pourquoi.

« T'excuse pas, j'avais super mal parlé. C'était pas ta …. euh, c'était ma faute aussi. On fait la paix, c'est cool. C'est d'accord. »

Il tend la main qui ne tient pas la barrette, vers Rainbow, un peu embarrassé. Il a pas craché dedans, parce qu'il paraît que c'est dégueulasse. Mais le geste est sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rainbow
avatar

♣ Grimpeur ♣


✘ AVENTURES : 172
✘ SURNOM : Le Carambar
✘ AGE DU PERSO : 16 ans par légère anticipation

✘ DISPO POUR RP ? : Oui et Non, à voir ♥
✘ LIENS : Over the rainbow, there is a quiet companies

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Lun 21 Mai 2018 - 11:14


Nothing else Matters (solo guitare), Metallica.

Freckles ne sait pas bien comment réagir et Rainbow ne s’en offusque pas, comprend l’ambiguité et la maladresse de la situation, lui-même un peu troublé, gêné de ce qu’il est en train de se passer.
Il ne se sent pas légitime face à ce garçon qui a repoussé, sourit timidement, à peine, sous la petite réplique du Lionceau à propos de Justice.

Son cœur se serre et s’accélére quand le chef des livreurs tend la main pour saisir la barrette et s’excuser à son tour.
« Il avait super mal parlé »  
Ouais mais Rainbow aussi. Ils s’étaient opposés car ils ne s’étaient pas compris, qu’ils n’avaient pas laissé à l’autre le droit de penser autrement.
Ils avaient été cons mais c’était aujourd’hui du passé, un hier d’erreurs pardonnées pour qu’aujourd’hui, chacun de son côté, ils puissent avancer.
Pas oublier, juste avancer, dépasser la douleur avec leurs souvenirs, leurs peines et leur joie.
Leurs soleils et leurs ondées.

L’Arc-en-ciel tremble légèrement sous l’émotion, la gorge muette de trop d'émotion quand il tend sa main vers celle du Lionceau et qu’elles se serrent énergiquement toute les deux sur une promesse du cœur.

« On fait la paix »

Le grimpeur aurait aimé enlacer sous une étreinte de fraternité le livreur mais cela aurait été déplacé, prématurité.
Peut-être un jour qui sait.  
Quand toutes les plaies de l’âme, totalement, seront cicatrices.

Peut-être un jour si le futur le voulait mais en attendant, aujourd’hui, sa Ritournelle, sereine, pouvait le quitter et s’envoler.
Vers son paradis toujours bercer de chants.







Merci Joy. Ton LSD, c'est de la bonne *_*

Playlist du bonheur

Les pensées de rainbow :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 2027

MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    Mer 30 Mai 2018 - 15:44

The End


Il y a de ces objets qui renferment en leur sein,
Plus de violence encore que dans des coups de poing,
Des objets faits d'orage et de souvenirs d'antan,
Heureusement l'ont dit qu'après la pluie le beau temps.


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rétrospective [Freckles]    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» we are like the earth and sky ☼ Freckles
» Une Rétrospective sur la Génération des Ressource dans SDA JCE - par Ecthelion III Traduit du forum FFG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-