Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ancienne Pirate
avatar

Invité



MessageSujet: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Sam 30 Déc 2017 - 16:07

C’était une belle nuit au Pays du Jamais. Une belle nuit pour un océan mort, plat, sans remous, sans vagues, sans rien de nouveau. La pluie salée a défiguré l’océan que la jeune femme aimait tant. Ce soir, elle ne se retrouve pas en lui. Elle ne se retrouve pas non plus dans la bouteille de rhum à ses pieds, quelques lampées amères auront suffi à calmer ses ardeurs. Une fois n’est pas coutume, Merry May n’est pas d’humeur à boire du rhum. Pas devant une mer aussi plate, aussi peu familière.
Alors par dépit, elle lance son pied droit avec violence contre la bouteille, l’envoyant se fracasser sur les rochers un peu plus loin. Cette nuit, regarder les vagues ne calmera pas sa colère. Par soir de tempête, avant tout le remue-ménage météorologique, la tempête avait un effet cathartique sur son humeur. L’océan exprimait les mots coincés dans sa gorge, les vagues fouettant les falaises étaient ses cris, le mugissement du vent exprimait sa hargne et l’écume éclaboussant son visage était les miettes de son amertume. Et lorsque le calme revenait, Mary-May redevenait Merry Mary. Elle était apaisé.

Mais c’était avant, ça. Avant que ce foutu gosse ne se décide à déprimer, foutant en l’air toute velléité de rébellion de la part de l’océan. Et elle, elle était là. Seule, même pas ivre, une rage irraisonnée et sans raison apparente bouillonnant à l’intérieur d’elle-même. Elle était tellement en colère que les esprits s’agitaient autour d’elle. Seuls les habitants du Bayou pourraient les voir, pour les autres.. Les différents gris-gris et bricoles étranges accrochés autour de la taille de Mary-May tremblotaient, les crânes de minuscules oiseaux s’agitaient comme habité par la vie de leurs défunts propriétaires, ses lourdes boucles noires se mouvaient comme sous l’effet d’une brise légère, pourtant inexistante. Si quelqu’un aurait osé s’aventurer près d’elle, il aurait senti une moiteur dans l’air, comme s’il devenait poisseux, lourd, humide, désagréable. En bref, bien imprudent serait celui s’approchant de cette sorcière vaudou d’humeur aussi maussade.

Cependant, elle n’en a pas conscience. Elle est seule. Inquiétante, peut-être effrayante même, mais seule. Que lui importe donc l’effet qu’elle peut produire sur les autres ? En règle générale, elle n’y avait jamais vraiment donné de l’importance, ce n’est donc pas maintenant que ça allait commencer. Pour le moment, toutes ses pensées sont tournées vers le petit Roi. C’est qu’elle allait régler le problème à sa manière si ça continuait, en lui faisant avaler une bonne grosse rasade de rhum ! Il serait tellement saoul qu’il oublierait sa morosité, et lui rendrait l’océan qu’elle aimait.
Oh, c’était de l’ordre du fantasme bien entendu. Elle sait pertinemment qu’elle ne mettra jamais son plan fameux en pratique.. Mais cela lui fait du bien d’imaginer des solutions, même si elles sont toutes plus tordues les unes que les autres. Ça a le mérite de détourner son esprit de cette foutue colère sans explications. Rien qu’elle, ses pensées tumultueuses et le grand Large tant convoité à l’horizon. Pas l’ombre d’un nuage ailleurs que dans ses yeux, pas l’ombre d’une présence humaine pour la déranger.

Juste le vide autour et à l’intérieur d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Dim 31 Déc 2017 - 11:18

Il l'avait sentie arriver. Au mauvais moment, forcément, lorsque le jour commençait à décliner. C'est dans les doigts que ça avait commencé. Le filet qu'il s'évertuait à ranger devenait lourd et piquant comme un milliard de petites lames. Les phalanges ne pouvaient finalement plus se plier et s'agitaient de tremblements incontrôlables. Chaque mouvement, au bout de ses doigts, étaient semblables à un coup d'électricité remontant jusqu'à ses épaules.
Dès les premières douleurs, il avait cessé de pêcher et avait réuni toutes capacités encore présentes pour rejoindre le rivage. Mais voilà. Dans sa tête, tout était devenu flou. Les méandres de ses souvenirs déjà bien chaotiques s'étaient un peu plus embrouillés encore.

Il avait d'abord perdu son sens de l'orientation. Le rivage, il le voyait. Mais où était le Port ? Il avait tourné comme il le pouvait pendant un laps de temps inconnu, tout en sentant, petit à petit, son état empirer. Le souffle court, ses mèches bouclées collées à son front, il avait lutté contre ce mal invisible en vain. Ses jambes lui faisaient mal. Petit à petit, un voile blanchâtre venait handicaper sa vue. Bientôt, il serait dans le noir complet.
Jusqu'à ce qu'il oublie même le Port. La raison de sa présence sur cette barque de fortune lui fila entre les doigts. Un long moment, il demeura ainsi, immobile, à tenter de remettre de l'ordre dans ses pensées. Toujours en vain. Il avait oublié. Et il avait beau garder ses yeux fermés, masser ses temps, regarder autour de lui, rien à faire : que faisait-il ici ? Depuis combien de temps était-il là ?

Alors, la Mer fit son travail. Adam n'étant pas l'un de ses enfants, elle le renvoya lentement sur le rivage, là où était sa place depuis plus d'un siècle. Avec précaution, les vagues faisaient glisser la barque au plus proche, et l'Eteint laissait faire, perdu, pétri de douleurs. Il aurait aussi bien pu tomber sur une Sirène qu'il n'aurait pas pu plus réagir.
L'embarcation fut arrêtée par le sable. Instinctivement, le pirate l'emjamba comme il le pouvait, trempant ses chausses et ses habits, fit quelques pas et s'écroula comme une masse, ses jambes ne le soutenant plus. Ainsi, il demeura couché, visage tourné vers le ciel nocturne, paupières plissées, à moitié aveugle.

- Ca va passer …
souffla-t-il pour lui-même. Ça va passer …







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Dim 31 Déc 2017 - 14:24

Au début, ce n’était qu’une tâche d’ombre au large. Un point mouvant, indéfinissable mais venant troubler l’horizon, détruire la ligne continue et régulière. Elle se contenta de froncer les sourcils, intriguée mais pas inquiétée. Troublée peut-être. Qu’était donc cette ombre qui venait interrompre ainsi ses pensées ? Mais c’est qu’elle grossissait en plus de ça !
D’ombre indéfinissable, elle devenait oblongue. Une barque, certainement. Quelqu’un était-il à bord ? Elle ne saurait le dire pour le moment.

Que faire ? Attendre ? Voir ce qu’il se passerait ? Ou au contraire, oublier et partir ? Rester dans sa solitude. Elle n’était pas d’humeur à bavasser ce soir. Mais c’est qu’elle était curieuse tout de même. Qui laissait sa barque voguer ainsi sur une mer aussi plate, sans ramer, sans but évident, sans raison satisfaisante ? Un bermudon perdu ? Un pirate fuyant ? Un enfant perdu en quête d’aventure ?
Ça valait le coup de rester. Peut-être aurait-elle le droit à une histoire des plus divertissantes.

Elle ne fut pas déçue. Merry May s’était approché du rivage, prudemment, tandis que la barque s’échouait à quelques mètres d’elle, crachant un homme l’air mal en point. Ce dernier s'effondra sur le sable sans sommation, sans même remarquer sa présence. Que lui arrivait-il ? Était-il blessé ? Elle ne pouvait remarquer aucune blessure, aucun saignement. Et pourtant…

-Ça va passer… Ça va passer…

Quelque chose n’allait pas. Et il était hors de question qu’elle reste ici à le contempler sans ne rien faire. Merry May se précipita à son côté, s’agenouillant près de cet étrange inconnu qui pourrait avoir besoin d’elle.
Mais… Quelque chose n’allait décidément pas. En plus de son piteux état bien entendu. Non, quelque chose de plus spirituel, de plus… Insaisissable. Les Loas étaient nombreux à suivre cet homme. Ils lui collaient à la peau. Chose que la sorcière du Bayou n’avait jamais vu auparavant. Pourquoi se comportaient-ils de la sorte ? Elle ne saurait le dire. Et n’avait surtout pas le temps de creuser la question. L’homme souffrait, il fallait agir.

La question était de savoir comment désormais. Il n’y avait aucune hémorragie à stopper, la douleur était donc interne. Elle pouvait tenter quelque chose, à défaut de le soulager, ça ne pourrait pas lui faire plus de mal. Ses mains cherchaient frénétiquement dans ses nombreuses poches, jusqu’à trouver le précieux sésame : un sachet de graines de pavot, puissant antidouleur. Avec quelques difficultés, elle en inséra quelques unes dans la bouche de l’homme, déserrant tant et si bien sa mâchoire crispée par la douleur.

-Allez, mâche… C’pas bien difficile, tu vas voir…

Maintenant sa bouche fermée d’une main, Merry May arracha de sa ceinture une bourse remplie d’une poudre verdâtre qu’elle saupoudra légèrement sur le visage de l’homme. Les graines de pavot étaient pour une douleur physique, la poudre pour repousser un mal plus spirituel. Elle ne savait de quoi il était atteint, tout était donc à tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Jeu 4 Jan 2018 - 16:47

Son visage était fermé, sa mâchoire cripsée. Le peu de lumière qu'émettait les étoiles lui faisaient mal aux yeux. Son corps entier n'était plus que douleur. Il avait l'impression de ne plus ressentir, d'être bloqué dans son enveloppe charnelle.

Une silhouette barra son champs de vision, mais il ne parvint pas à détailler les traits de son visage. Ce fut à peine s'il la remarqua. Bloqué dans son esprit et dans son corps, il se contentait de lutter, même s'il savait que ça ne servait à rien. La crise était là, et tenter d'aller à son encontre ne faisait rien d'autre qu'empirer les symptômes.
L'Eteint eut un sursaut lorsqu'un contact se fit sur son visage. Il ne l'entendit pas. La pauvre inconnue se trouvait face à un pantin de bois, rigide et absent.

Vaguement, il sentit quelque chose dans sa bouche. Ce fut par réflexe qu'il mâcha et qu'il déglutit. Avant de tousser. Même avaler correctement, il n'en était plus capable. Les graînes étaient mal passées et même s'il ne s'étouffait pas, elles lui avaient bien irrité la gorge.

Les minutes passèrent. Où lentement, Adam finit par accepter son sort. Il avait l'habitude, après tout, non ? Pourquoi luttait-il à chaque fois ? Par peur, peut-être. Parce qu'il n'arrivait pas à admettre ne pas être maître de son corps. Parce qu'il redoutait de voir à chaque fois son état se dégrader un peu plus, et peut-être aussi parce que, au fond, il était terrifié par l'idée qu'une énième crise ne lui permette pas de revenir.

La douleur s'atténua doucement. Assez pour qu'il puisse respirer plus convenablement. Ses mains tremblaient de manière démesurées.
Un long soupir tremblant lui échappa. Yeux plissés, il reprit plus ou moins contact avec la réalité. À peine assez pour pouvoir remarquer la présence à ses côtés. Il lui jeta un bref coup d'oeil en biais, avant de se redresser avec peine. Beaucoup de peine. Ses os, rendus subitement fragiles lui faisaient mal. Il avait l'impression d'être fait de pierre.

À présent assis, il devait prendre toute sa concentration en main afin de ne pas rebasculer sur le côté.







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Jeu 4 Jan 2018 - 19:21

Elle était impuissante. Il avait recraché les graines de pavot, incapable de les avaler. Elle resta donc à son côté, de longues minutes, examinant sans le toucher son corps tremblant, à la recherche d’une explication. Rien de concret, seulement un mal-être intérieur et insidieux, ainsi que des esprits trop nombreux à ses côtés. Mary-May n’avait que ses ingrédients les plus basiques sur elle. Et visiblement, cet homme souffrait de quelque chose de bien plus original… Peut-être qu’en le ramenant chez elle…
Ce n’était pas dans ses habitudes pourtant, d’octroyer gratuitement ses services. Dans le Bayou, tout avait un prix. Mais elle ne pouvait pas le laisser comme ça, sans rien faire. Et puis ces Loas qui lui tournaient autour… C’était intriguant. Trop pour qu’elle laisse passer l’occasion d’étudier la question de plus près.

Elle attendit donc. Inerte, il semblait trop lourd pour qu’elle puisse le déplacer avec facilité et sans dommage. Mais heureusement, il commençait à reprendre un tant soi peu ses esprits. Suffisamment pour lui permettre de s’asseoir. S’il était capable de marcher, le chemin devrait se faire rapidement.

- Eh, ça va …?

Elle n’attendait pas vraiment de réponse. Plutôt un assentiment. Ou un signe lui signifiant qu’il l’entendait. Son regard en biais lui suffit.

- Bon désolée mon vieux, mais j’vais t’embarquer chez moi… Tu m’as pas l’air en état pour trouver ton chemin tout seul là.

Sans attendre, Mary-May passa son bras sous ses épaules et se releva difficilement, suivi par l’homme. Il était faible, très faible. Mais il tenait relativement sur ses jambes. Du moins, si elle ne le lâchait pas, supposait-elle. Ils partirent donc, clopin-clopan. Heureusement qu’elle habitait à l’entré du Bayou et non pas dans les profondeurs du marais ! Peut-être l’aurait-elle laissé sur la plage, si ça avait été le cas…
Le trajet se fit en silence. Trop concentré sur sa route et sur le poids qu’elle avait contre elle, Mary-May ne s’empressa pas de demander des nouvelles à son chargement. Et il n’avait pas l’air suffisamment robuste pour lui en donner de lui même.

Combien de temps cela lui prit-il pour arriver jusqu’au seuil de sa maisonnée ? Elle n’aurait su le dire. Mais l’important, c’est qu’ils y étaient arrivés, et qu’il n’avait pas perdu un seul morceau en route. Ouvrant d’un coup d’épaule la porte de bois sombre, Mary-May s’engagea prudemment dans le bric-à-brac qui composait son lieu de vie. Des talismans et autres décorations macabres pendaient du plafond, rendant l'ascension peu aisé quand on ne connaissait pas le chemin. Ou qu’un homme-poupée-de-chiffon gisait dans vos bras.

Sa demeure était constitué de deux salles. La première consacrée à sa pratique du vaudou (et à un petit peu de cuisine, tout de même). Une grande table et un foyer la composait, accompagné de trois chaises et de nombreuses armoires et vitrines où débordaient les ingrédients et les objets plus étranges les uns que les autres. Elle traversa cette salle sans s’arrêter, pour le conduire dans ce qui lui servait de chambre. Plus petite, il n’y avait qu’un lit, une malle et une table avec une vasque et des bougies. Elle laissa choir cet étrange homme sur sa couche, avant de tremper un linge propre dans la cuvette d’eau claire pour le lui passer sur le front. Il avait l’air… Vivant. Encore hagard, mais pas totalement remis. Peut-être pourrait-il lui parler cette fois-ci ?

- Comment tu t’sens ? Tu sais ce qu’il t’arrive ? C’est la première fois peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Mer 10 Jan 2018 - 20:56

Il ne lui répondit pas, ne l'entendit pas, de nouveau. Imperméable au monde extérieur, le voilà qui referme ses bras contre son buste, frissonnant. Néanmoins docile, il se mit sur ses jambes avec cette aide venue de nul part et marcha, dans un état second, à la merci de l'inconnue. Il lutte, il lutte, marche et respire, inspire et expire, un pas devant l'autre, attentif, cependant, au soutient qu'on lui apporte. Et il croit alors qu'il s'agit d'Eliette, son amie, une autre employée de la fumerie, toujours là pour lui lorsque ça ne va pas. Oui, c'est ça, c'est Eliette. Tout va bien, à présent, puisqu'elle est là.

Absence.

Quand il reprit conscience, ce fut sur un plafond en bois que ses yeux accrochèrent. Ses prunelles s'agitaient, vives, perdues dans cette vague d'inconnu, à la recherche de réponses silencieuses. Adam resta couché. Il leva ses deux mains face à son visage et remarqua leur tremblement irrégulier. Une rapide introspection lui fut nécessaire. Douleurs aux reins, aux jambes. Voile blanchâtre sur les yeux. Perte de la notion du temps et de lieu. Oubli. Ça aurait pu être pire, n'est-ce pas ?

Une voix le tira de ses pensées. Un bref sursaut lui fit tourner le regard vers une silhouette qui n'était pas celle d'Eliette.
Décontenancé, Adam redressa vaguement la tête, sourcils froncés, et détailla cette jeune femme assise à son chevet. Était-ce sa mémoire qui lui jouait des tours, ou ne la connaissait-il vraiment pas ? Elle était d'une beauté troublante et son regard d'émeraude, perçant. Quelle peine cela serait de ne pas se souvenir avoir côtoyé pareille dame.

- Je …

Il laissa son regard vagabonder dans la pièce tandis qu'il s'appuyer péniblement sur les coudes. Le souffle court, désorienté, il suivit des yeux les mains de l'inconnue qui trempait un linge.

- Non, c'est … c'est …

Il soupira et se coucha à nouveau. Paupières un instant fermées, il prit le temps avant de répondre. Tenta de remettre de l'ordre à l'intérieur de son crâne. Y'avait quelque chose qui lui échappait. Il n'arrivait pas à sortir de cette prison mentale.

- Je sais pas...

Un œil s'ouvrit sur cette femme qui semblait sortir d'un rêve.

- Je sais pas si je vous connais. Je sais pas où je suis. Je sais pas ce qu'il se passe.

Il secoua lentement la tête, agacé. Conscient que quelque chose n'allait pas. Il craignait avoir oublié cette personne qui se tenait devant lui, chose qui arrivait régulièrement.

- Comment je m'appelle ? Vous le savez ?







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Ven 26 Jan 2018 - 15:30

Le réveil avait l’air particulièrement difficile pour cette pauvre âme. L’air hagard, perdu, perclu de douleurs, il ne parvenait visiblement pas à faire le point. Et encore moins à s’exprimer facilement.
Après une première tentative pour se redresser, il finit par se laisser choir sur le dos, position qui lui semblait la plus confortable. Ou la moins pénible du moins.
Merry May ne savait pas ce qu’il avait. Mais lui, il savait une chose. Il savait qu’il ne savait plus rien.
Ce trait d’humour mental aurait habituellement arracher un ricanement à la sorcière. Mais elle n’était pas d’humeur. Elle était inquiète. Intriguée. Par cet homme, par son mal-être et par les esprits qui l’entouraient. Si elle ne faisait peu cas des autres pirates, celui-ci réveillait une certaine.. Bienveillance en elle. Était-ce dû à son apparente faiblesse, à cette fragilité qui émanait de lui ? Ou simplement parce qu’on son état avait rendu l’aide de Merry May nécessaire ? L’espace d’un instant, elle était indispensable en apparence. Importante. Quelqu’un avait besoin de sa présence et son geste n’était pas vain.

- On s’connait pas non… Pas encore du moins.

Le coin gauche de sa bouche esquissa une moue ironique. Pas totalement un sourire, ses yeux ne suivaient pas

- Et je sais pas comment tu t’appelles, désolée.. T’as pas vraiment eu l’temps de m’le dire en fait.

Plus par automatisme qu’autre chose, la sorcière lui passa une nouvelle fois le linge frais sur son front, dans l’espoir que cela lui vienne en aide pour reprendre ses esprits. Ses pensées s’agitaient à la recherche d’un quelconque remède qui pourrait le requinquer. Si le vaudou ne pouvait avoir de solution pour ça, alors à quoi servait-il réellement ?

- Je suis Merry May. T’as p’t’être entendu parler de moi au port. Ou p’t’être pas, c’est pas important. Et là t’es chez moi, dans le Bayou.

Sans attendre de réponse, la jeune femme se leva afin de fouiller frénétiquement dans ses étagères rempli à bloc de fioles, d’amulettes et autres bric-à-brac hétéroclite. Jusqu’à finalement mettre la main sur une petite bouteille rempli d’un liquide épais et rouge vif.

- J’sais pas trop ce qui t’arrive, mais j’essaie de t’aider. Je t’ai trouvé quasi inconscient sur la plage et j’t’ai ramené ici du coup. On va voir ce que je peux faire pour toi.

Revenue à son chevet, la sorcière agita vivement la bouteille. Attrapant un linge à la propreté douteuse sur le côté, elle arracha le bouchon de liège de la fiole avant de la coller immédiatement contre le bout de tissus.
Même si l’action n’avait duré qu’une fraction de seconde, il émanait de la mixture une odeur acre, agressive, puissante et presque douloureuse. De quoi réveiller un mort, comme aurait dit l’autre !

- Ça risque de piquer un peu, tu m’excuseras.


Et sur ses paroles peu engageante, Merry May passa le tissus imbibé par les vapeurs pimentés sous les narines du convalescent. Habituellement, elle s’en servait pour réveiller les alcooliques plongés trop profondément dans leur coma et leur donner un bon coup de fouet. Ce qui était diablement efficace quand elle leur collait la bouteille sous le nez. Malheureusement, cela risquait d’être trop violent pour son malade. Le tissus servait donc de filtre, qu’elle espérait suffisant pour lui remettre les idées en place.

Revenir en haut Aller en bas
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Lun 5 Fév 2018 - 16:21

Il fronça un peu plus les sourcils, confus. Mais s'ils ne se connaissaient pas, qu'est-ce qu'il fichait ici ? Une légère pointe d'anxiété lui tordit le ventre tandis qu'il regardait autour de lui, le souffle court. Son agitation fut calmée presque dans l'oeuf par le linge que la femme passa sur son front, le forçant, par la même occasion, à se tenir tranquille. Les yeux à présents bien ouverts, il fixait le plafond en bois. Bouche entrouverte, l'air perdu, il fouillait au plus loin dans ses souvenirs.

- Merry May … répète-t-il du bout des lèvres.

Merry May, au Bayou. Pourquoi ça ne lui disait toujours rien ? Néanmoins, sa mémoire troublée lui indiqua un autre chemin. Bégayant un peu, il enchaîna.

- J'y ai vécu, là-bas.

C'était totalement faux, mais ça, il ne le savait pas. Il répétait juste ce que son cerveau fragile lui soufflait sans vraiment pouvoir démêler le vrai du faux. Malgré cela, la sorcière ne pouvait pas ne pas voir et ressentir le trouble du pirate.
Une main tremblante se glissa dans sa tignasse. Il avait l'impression de reprendre un peu de contenance. Une fausse contenance, offerte gracieusement par sa maladie.

Du coin de l'oeil, il l'observa farfouiller dans tout le désordre qui traînait-là.

- Qu'est-ce... qu'est-ce que vous faites ? Ce sont mes … mes affaires.

Elle prit la parole et expliqua la situation en revenant jusqu'à lui, une bouteille à la main. Les prunelles de l'Eteint lorgnèrent dessus, effrayées. Elles suivirent les gestes de la femme avec une avidité déconcertante.

- Inconscient ? C'est quoi, ce truc que vous tenez ? Vous … vous …

Il eut un tic agacé du visage, incapable de trouver ses mots. Il avançait dans le flou. À vrai dire, il avait l'impression de se noyer dans ses propres pensées.
Il n'eut, néanmoins, pas le temps de plus se questionner sur ce qu'elle lui passait sur le nez. L'effet fut immédiat et lui cloua le bec. Sa respiration s'accélera, et, d'un geste vif, il attrapa le poignet de la jeune femme. Tout s'embruma un peu plus dans son esprit. Il papillonna des paupières tandis que son étreinte se serrait un peu plus.
Jusqu'à ce que, lentement, ses idées reviennent en place. Que les souvenirs embrouillés se dénouent les uns des autres, et se détachent de sa simple imagination. Adam finit par fermer les yeux et déglutir. Le tremblement de ses mains doucement.

Quand il rouvrit les yeux, il ne savait pas plus où il se trouvait, mais une chose était certaine : il savait que ce n'était pas chez lui. Et il savait qui il était.

Après de longues secondes, il finit par remarquer qu'il enserrait peut-être douloureusement la jeune femme. Il relâcha son étreinte, doigt par doigt, avant de lui jeter un regard pleins d'excuses.

- C'est … C'était quoi, ce truc ? Souffla-t-il.

L'odeur avait été puissante, et avait empli son crâne en une fraction de secondes. Un peu surpris, il regarda ses mains. Cette sorcière tenait entre ses mains un possible remède contre ses trop nombreuses crises.

- Merry …
articula-t-il.

Avec mille précaution, il se redressa sur le lit, demeurant en position assise. Il nota qu'il était trempé, mais ne parvint pas à restituer réellement le contexte.
Il se passa une main las sur le visage, osa à peine regarder son interlocutrice.

- Pouvez-vous … m'expliquer, s'il vous plaît ? Ou me réexpliquer, je ne sais plus.







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Mer 7 Fév 2018 - 19:58

Le pauvre homme délirait complètement. Mais sa remarque sur sa possible appartenance au Bayou la fit sourire pour son absurdité. Il était clair qu’il n’avait pas le profil, et encore moins le physique. D’autant plus que si cela avait été vrai, elle l’aurait connu.
Le mal qui l’habitait était somme toute bien étrange…

Comme elle l’espérait, le filtre eut l’effet escompté. Si bien qu’en lui attrapant le poignet dans un geste brusque, la bouteille failli lui échapper des mains. Heureusement que son réflexe fut le bon, le liquide épais était si puissant qu’il aurait gravement brûlé soit son malade, soit la sorcière, selon sur qui il serait tombé. Voir même les deux. Et là, ils auraient été dans de beaux draps…
Cependant, elle ne tenta pas de se dégager de son étreinte, même si cette dernière était douloureuse. Il revenait peu à peu à lui et c’est ce qui comptait. La jeune femme notait ses réactions, afin de juger si elle avait trop forcé la dose ou non.

Après quelques secondes de doute, elle peut (heureusement) constater que non. Cela avait suffi. Son regard, d’embrumé et perdu, redevenait clair. Après avoir fermé les paupières quelques secondes afin de se rassembler, il eut tout le loisir d’ausculter réellement la pièce, sans pour autant comprendre où il était. Les explications de Merry ne serait pas vaine cette fois-ci.

- C'est … C'était quoi, ce truc ?

Elle lui laissa encore le temps de souffler et se redresser avant de lui répondre. Ne pas le brusquer… Ne pas prendre le risque d’une nouvelle réaction étrange…

- Pouvez-vous … m'expliquer, s'il vous plaît ? Ou me réexpliquer, je ne sais plus.

Son regard se fit fuyant, peut être honteux. Si cela lui arrivait souvent, elle pouvait comprendre que ça ne lui plaisait certainement pas de se retrouver face à une inconnue dans cette situation.

- J’sais pas si ça va t’éclairer mais soit… Il n’y a pas grand chose à dire en fait. J’t’ai trouvé comme ça, allongé sur la plage, en train de perdre complètement tes esprits. Et d’en souffrir apparemment.

Elle soupira, s’amusa mécaniquement avec les breloques qui pendaient autour de sa ceinture, tic de quand ses mains n’étaient pas occupés intelligemment.

- Honnêtement, j’ai pas compris c’qui t’arrivait. Donc j’t’ai ramené ici, pour essayer de t’aider.

Et essayer de comprendre, mais cela, elle le garderait pour elle.

- Et ce que j’t’ai fait sentir… C’est c’qu’on appelle de la liqueur de piment. Il y a pas que ça dedans évidemment. Et encore ! J’t’en ai fait sentir qu’à petite dose, alors imagine la puissance de cet élixir hahaha !

Elle n’avait pas encore trouvé une victime suffisamment méritante pour lui en faire boire, mais nul doute que l’effet serait désastreux. Autrement dit, extrêmement drôle pour la sorcière.

- Tu sais ce qui t’arrive toi ? C’est la première fois que ça t’le fait ou non ? Si j’en sais plus, j’pourrai peut être t’aider en mettant une potion au point.. Du moins je l’espère.

Puis se rendant compte -un peu en retard- qu’elle faisait une hôte déplorable, elle se leva afin d’aller chercher un verre d’eau fraîche à son malade. Cela lui ferait du bien, elle l’espérait.

- Bon et sinon, comment tu t’sens maintenant ? Ça va mieux ? Et surtout, qui es-tu ? Ce s’rait bien que je sache hein.
dit-elle en lui tendant le verre.



Revenir en haut Aller en bas
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Ven 16 Fév 2018 - 18:50

- Oh … je vois …

Il opina du chef. Mal à l'aise, il détourna le regard, abaissa les prunelles vers ses mains abîmées et eut un vague petit rire dénué de joie.

- Merci, ajouta-t-il dans un petit sourire, assez sincère pour creuser les petites rides qui décoraient le coin de ses yeux.

La jeune femme lui parla, à sa demande, du produit qu'elle avait utilisé sur lui. Un mélange puissant, et à, à haute dose, apparemment très corrosif. En tout cas, il lui avait été très efficace, et rien que pour cela, Adam aurait aimé pouvoir s'en procurer un.
Il laissa glisser ses jambes sur le rebord du lit et se tint un peu penché en avant. De petites étoiles lui brouillaient un peu la vue. Il lui fallait du temps pour s'en remettre totalement.

Il accepta le verre avec grand soulagement et s'efforça de le boire lentement. Si, en premier lieu, il se surprit à ne pas vouloir répondre à Merry, il se fit la réflexion qu'après tout, il lui devait bien ça. La plupart des gens au Port étaient au courant de ce qui lui arrivait régulièrement, c'était, ainsi, plus simple pour lui venir en aide. Alors, pourquoi pas étendre cette rumeur jusqu'au Bayou ? De toute manière, ça faisait parti de lui, il n'y pouvait rien. C'était ainsi.

- Oui, hm … c'est plus ou moins régulier. Ce sont des genres de … 'crises'. Qui peuvent arriver n'importe quand, et pour rien. Ça peut aller de la simple perte de mémoire à la perte totale de mes facultés mentales, motrices, ou les deux. J'appelle ça le 'Syndrôme du grand-père'. À croire que l'Île me rappelle, d'une manière ou d'une autre, que je suis bien plus vieux que ce que l'on pourrait croire.

Comme s'il y avait un problème avec la magie de NeverLand, et que lui n'arrivait pas à s'y fondre totalement.
Il expliquait ça d'une voix éteinte, Adam. Son intonation était monotone, et il fallait presque tendre l'oreille pour pouvoir l'entendre.
Il fit tourner le verre entre ses doigts, but une autre gorgée, avec précaution. Il était impressionné par ce remède qui l'avait réveillé en une grosse poignée de secondes. Même s'il sentait qu'il devait se concentrer pour pouvoir se tenir, les résultats étaient là, et il se sentait vraiment mieux.

- Jusqu'à présent, j'ai toujours eu de la chance, ça ne m'est jamais arrivé pendant que je pêchais en mer. Il faut bien un début à tout, je suppose … En tout cas, j'ai eu de la chance de tomber sur … sur vous.

Même s'il n'était pas sûr de se sentir dans son élément, dans cette petite maison au décor étouffant. Une lourde odeur, mêlée d'encens et d'autres effluves qu'il ne reconnaissait pas, lui prenait les narines. Il y avait des accessoires de partout et même par terre. Des objets qu'il n'avait jamais vu. Des bijoux et des étoffes, des bidules en bois, des machins en tissus … Les yeux fatigués de l'Eteint avait du mal à se faire une idée : l'endroit était-il effrayant ou grotesque ?

- Je … je vais mieux, oui, reprit-il après avoir balayé le lieu du regard.

Il finit par reporter son attention par cette superbe femme au regard envoûtant. Une sorcière, c'était évident. Après tout, il se trouvait au Bayou, c'était logique. Mais il ne s'était jamais trouvé en vrai tête à tête face à l'un de ses habitants, surtout dans leur propre demeure.
Il ouvrit de nouveau la bouche, bégayant un peu malgré lui, troublé par les prunelles de la dénommée Merry.

- Je … A-Adam. Je suis employé à la fumerie de Moriko. Hm … j'aide aussi Lady Ruby, de temps à autre, à la maison Close, en tant qu'homme de ménage. Le reste du temps, je … pêche.

Il eut un piètre sourire, jamais très fier de sa vie et de sa routine. Que cela devait sembler barbant, pour une Sorcière ! Il en avait conscience. Mais il aimait pouvoir se rattacher à des habitudes. Ça l'aidait, beaucoup.
Distraitement, il baissa les yeux sur les pieds de la jeune femme. Ce fut avec un certain regret qu'il remarqua qu'elle était toujours en possession de son ombre.

- Sommes-nous loin du Port ?







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Lun 19 Fév 2018 - 11:24

Il appelait ça le syndrome du grand-père… Fascinant. Vraiment fascinant. Ce n’était pas anodin comme nom, dans l’île du Jamais où l'âge jouait un rôle tellement important. Ce qu’on pourrait qualifier d’anomalie temporelle se manifestait comme un traumatisme chez lui, comme si son corps ne supportait pas cette magie… Était-ce la raison pour laquelle les esprits lui suivaient ? Lui collaient à la peau ? Ou bien, était-ce la conséquence ? Intrigante question, cas intriguant… Les prunelles de la jeune femme se paraient d’une intensité rare quand son esprit était sollicité de la sorte. Et quelle énigme cet homme lui offrait ! Pour une sorcière, c’était du pain béni.
Sans vraiment sans rendre compte, ses yeux scrutaient l’homme qui se tenait devant elle, l’analysaient, le transperçaient. Jusqu’à trouver le détail, ce qu’elle avait manqué et qui pourtant était crucial : il n’avait plus d’ombre. Un ancien garçon perdu.

- Je … A-Adam. Je suis employé à la fumerie de Moriko. Hm … j'aide aussi Lady Ruby, de temps à autre, à la maison Close, en tant qu'homme de ménage. Le reste du temps, je … pêche.

La jeune femme secoua légèrement la tête, afin de reprendre pied avec la réalité, d’éloigner le flot de pensée et de réflexion. Chaque chose en son temps, elle réfléchirait à ça plus tard. Pour le moment, elle devait en apprendre plus sur lui, l’aider à se remettre. Et ainsi, rassembler les pièces du puzzle.

-Oh ! Un pirate de terre ? J’ai pas souvent l’occasion d’en rencontrer ! Et ça m’fait toujours bizarre pour rien te cacher. Pourquoi préférer le port quand on peut voguer sur l’océan hein ?


Elle lui sourit, de façon indulgente. Elle ne disait pas ça méchamment, simplement pour taquiner. Et pour comprendre aussi. Pour une fois, elle n’avait pas envie de secouer son interlocuteur, le faire réagir par tous les moyens. L’homme, Adam donc, qui se tenait devant elle était touchant, faible. Un spécimen rare chez les pirates, que sa particularité rendait d’autant plus exceptionnel. Elle avait envie de lui venir en aide. C’était un sentiment nouveau chez la jeune femme.
Dans le Bayou, tout service à son prix. Alors qu’ici, elle ne comptait rien lui demander en échange. Mais cette idée de “dû” était tellement ancrée en elle, en sa culture, qu’il lui apportait forcément quelque chose, même si ce n’était pas consciemment. Pour lui, comme pour elle. Elle ne saurait définir ce qu’elle pourrait retirer de cette opération, si ce n’est la satisfaction d’avoir résolue l’énigme qui se présentait à elle.

Elle trouverait. Pas maintenant, mais elle trouverait. Mais pour ça… Il faudrait qu’il revienne la voir.

- T’as d’la chance, on est pas très loin du port. J’habite à la frontière du Bayou. Faut dire, j’trouve plus de clients du côté du port hein, pour les affaires c’est quand même mieux ! Mais j’sais pas si tu es en état de partir tout d’suite hum ?

Elle se leva de nouveau en un tourbillon de jupons et de breloques. Toujours avec un sourire, si sincère qu’il en devenait inquiétant pour qui la connaissait, elle reprit le verre d’eau vide de ses mains.

- C’que j’te propose : tu restes te reposer encore un peu et moi en attendant, j’essaie
d’te concocter un remède ! La liqueur t’a fait du bien, j’pense pouvoir te préparer quelqu’chose d’approchant. M’enfin, si le coeur t’en dit bien sur !


S’approchant de la table encombrée d'ustensiles, la jeune femme releva la tête vers Adam afin de plonger ses pupilles d’ambre dans les siennes.

- Et si ça t’inquiète, j’te demanderai pas de paiement. T’as pas demander à être ici, ce
s’rait injuste. Mais… J’aimerai bien que tu m’expliques pourquoi t’as choisi le port à la mer. Juste ça.


Sans attendre une réponse positive de la part de son patient quant au possible remède, ses mains s’activèrent seules, piochant dans les différents bocaux, jetant différentes poudres dans un mortier, mélangeant, rajoutant quelques gouttes à l’aspect visqueux et autres ingrédients indéfinissables.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Sam 24 Fév 2018 - 19:37

Il sourit, en écho à celui de Merry. Poliment, et intimidé surtout. Il sentait qu'il faisait tâche, ici, alors que la femme se fondait à merveille dans son décor. Beauté inquiétante aux prunelles hypnotisantes.

- Ma santé me l'interdit, répliqua-t-il d'une voix, dont la douceur pouvait surprendre.

Ses yeux étaient restés baissés vers ses propres pieds, nus. La bayouteuse l'avait apparemment déchaussé. Las, il se pencha en avant et retroussa son pantalon encore mouillé avant de retirer son épais gilet qui pesait lourd une fois qu'il avait pris l'eau.

- Je ne veux pas plus vous déranger.

Mais elle le coupa dans ses politesses, apparemment enchantée de le garder près d'elle. Son attitude joyeuse surpris quelque peu l'Eteint, qui la lorgna du coin de l'oeil tandis qu'elle s'était éloignée, déjà à la recherche d'un remède. Il ne lui répondit pas, resta encore assis au bord du lit un moment. Une main se glissa dans ses cheveux humides et les ramena en arrière. Au creux de son poing, il étouffa une quinte de toux.
Finalement, il se mit sur ses jambes. Dooucement. Avec la même précaution qu'une personne âgée prendrait. Il avait une canne, parfois, Adam, quand vraiment ça allait mal. Et s'il n'avait pas sa canne, il utilisait tout le mobilier pour l'aider à se tenir et à avancer.

Il s'approcha de la jeune femme, curieux de la voir travailler. Elle ne voulait pas de paiement, rien. À vrai dire, s'il n'était pas un habitué de ces crises, il aurait presque pu croire qu'elle l'avait empoisonné pour une raison ou une autre, pour mieux le soigner. C'était peut-être stupide, mais cette pensée effleura l'esprit de l'ancien garçon perdu alors qu'elle s'activait au-dessus de sa table de travail.

- Pourquoi ça vous semble si surprenant ? Finit-il par répondre, réellement intrigué. Vous ne semblez pas plus voguer sur les flots que moi.

Il renifla, perturbé par l'effluve spéciale d'un ingrédient qu'elle venait de saisir. Après un silence, il eut un petit sourire et reprit.

- Je suis pas de ce monde. Les bateaux, la navigation, les grandes aventures … J'ai aucune compétence, aucune condition physique pour ça. Et puis le destin a choisi ma route pour moi. Quand j'ai … grandis, je me suis retrouvé dans cette fumerie, et depuis, j'y travaille. C'est aussi simple que cela.

Il frotta ses mains glacées l'une contre l'autre, garda le silence une seconde avant d'oser lui retourner la question.

- Et vous, alors ? Vous semblez n'avoir que ce mot-là à la bouche … La mer.

L'histoire du Bayou lui était floue, voir inconnue. Il en avait entendu, des rumeurs, de la plus saugrenue à la moins probable, sans jamais trouver de vraie réponse. C'était ça, le Bayou : un puit sans fin, sombre et mystérieux. Il avait l'impression qu'il était apparu-là, un beau jour, avec tous les habitants et ce qui va avec.







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Mer 7 Mar 2018 - 17:16

- Vous ne semblez pas plus voguer sur les flots que moi.

La jeune femme eut un sourire amer à cette remarque. C’est qu’il avait mit en plein dans le mille le pirate… Mais son expression disparut bien vite, au profit de la concentration. Si elle se trempait dans les dosages, le résultat pourrait être désastreux.
Oh, Merry May aimait bien faire des expériences sur les autres. Mais celui-ci, elle s’en voudrait de l’abimer, étrangement.

Il s’était accoudé à sa table, la regardant travailler. Vérifiant peut-être qu’elle ne risquait pas de l’empoisonner aussi ? La jeune femme relevait parfois le regard vers lui, afin qu’il n’ai pas l’impression de parler dans le vide. Mais depuis quand se souciait-elle de ce genre de détail au juste ?

- Je suis pas de ce monde. Les bateaux, la navigation, les grandes aventures … J'ai aucune compétence, aucune condition physique pour ça. Et puis le destin a choisi ma route pour moi. Quand j'ai … grandis, je me suis retrouvé dans cette fumerie, et depuis, j'y travaille. C'est aussi simple que cela.


C’est vrai qu’il ne faisait pas très marin, quand on le regardait. Il avait l’air même plutôt normal, banal… Voir éteint. Était-ce un des effets secondaires de son état de faiblesse, ou donnait-il toujours cette impression d’effacement ? Il était trop tôt pour le dire. Mais c’est comme si le décor l’absorbait… Et donner cet effet dans un environnement aussi coloré et explosif que l’île, cela ne devait pas être chose agréable. Du moins, le supposait-elle, elle qui n’aimait pas passer inaperçue.

Et il travaillait à la fumerie de Moriko. Quelle étrange femme elle aussi. Oh, pas qu’elle faisait peur à Merry May, loin de là ! Cette dernière jugeait simplement qu’elle en faisait des tonnes, avec son maquillage de squelette. Elle n’avait donc pas jugé intéressant de se lier avec elle. Chacune son business et tout le monde est bien chez soi, pourrait-on dire.

- Et vous, alors ? Vous semblez n'avoir que ce mot-là à la bouche … La mer.

Merry sourit face à la seconde d’hésitation qu’il y avait eu. Était-il si impressionné qu’il n’osait pas lui poser une question ? Ou juste timide ?
À vrai dire, il n’avait peut être pas tort… Une autre personne lui posant cette question aurait pu la faire sortir de ses gonds. Parce que tout était prétexte à ce qu’elle soit hors d’elle. Mais cette apparente faiblesse attendrissait Merry May, lui poussait à arrondir les angles, à se calmer… Et autant dire que ça n’arrivait pas souvent.

- Si toi t’acceptes ta destinée, j’dois avouer que j’ai plus de mal. La mer me fascine, mais c’est peut être parce que j’pourrai jamais vraiment l’atteindre… J’aime profondément le Bayou, mais l’Océan…

Elle soupira, le regard lointain. Comment formuler ce tourbillon de sentiment contraire ?

Il m’attire autant qu’il m’effraie. Et je sens que quelque chose m’y attend, sans comprendre pourquoi. Peut-être que j’me fais des idées tout simplement. Mais voilà, j’suis là à rêver d’une vie de pirate quand les pirates me disent que c’est pas leur monde… Plutôt ironique non ?

Elle lui sourit, avant de verser le contenu de son étrange mixture carmin dans une fiole en verre. Un bouchon en liège vint emprisonner son oeuvre, qu’elle tendit au pirate.

- Et voilà l’travail ! Dès que tu sens une crise arriver, bois-en une gorgée. Mais petite hein ! Va pas m’faire une overdose, ça risquerait de t’être fatal, ton coeur supportait pas autant d’énergie. Ça d’vrait t’requinquer si tu prends la crise suffisamment tôt.


Elle s’essuya les mains sur son jupon, avant de pointer son doigt sur Adam, de façon qu’elle voulait menaçante.

- Par contre, ne t’avise pas d’en prendre plus si finalement la crise arrive ! Ce s’rait dangereux. Et si après en avoir plusieurs fois tu vois aucun changement, viens me trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Jeu 26 Avr 2018 - 22:50

Elle lui expliqua alors, mais cela n'éclaira pas plus l'Eteint. Il ne comprenait pas le Bayou, il ne connaissait pas son histoire, et encore moins celle des habitants. Certains parlaient d'une malédiction. D'autres, d'un simple hasard. Adam n'était jamais parvenu à se faire une idée. À vrai dire, il ne s'était jamais vraiment et pour de bon questionné à ce sujet. Aujourd'hui, il se sentait un peu bête devant Merry, comme un enfant n'ayant pas appris ses leçons se retrouverait interrogé par son professeur.

Il eut un soufflement de nez, qui devait s'apparenter à un rire.

- On pourrait échanger,
suggéra-t-il dans une tentative d'humour, sans connaître le lien qui unissait la jeune femme au Bayou.

Du coin de l'oeil, il l'observait encore, sans pouvoir détacher son regard de ses prunelles émeraudes. Elles luisaient, telles de véritables pierres précieuses, là où les yeux, pourtant clairs, du pirate, restaient fades, comme un portrait dessiné au crayon de papier.

- Vous ... vous ne pouvez pas naviguer ? Vous savez, des fois, je pêche en pleine mer … Il n'y a rien … Enfin, rien que de l'eau. Et des animaux marins. Quel destin pourrait vous y attendre ?

Il était réellement curieux de cette impression que ressentait Merry. Apparemment, la jeune femme était un nid à mystère. Il se demandait si tous les habitants du Bayou était ainsi, et se rappela son étrange rencontre avec cet homme immense, lorsqu'il fut un jour perdu au milieu de ce marais inconnu. Étrange, mystérieux, et effrayant. C'est ainsi qu'il pourrait décrire cet endroit, et ceux qui y vivent.

Fièrement, celle que l'on surnommait au Port la 'Sorcière' lui agita le flacon sous le nez, qu'Adam récupéra en écoutant avec attention ses recommandations. Il porta la fiole près de son visage pour mieux observer le contenu, et osa même le secouer légèrement, une moue un peu sceptique sur le visage. Ce n'était pas qu'il ne lui faisait pas confiance, à cette femme qu'il ne connaissait pas, mais … le doute l'habitait toujours. Pourtant, il ne ressentait rien de mauvais émanant d'elle.

- Combien je vous dois ? Souffla-t-il après avoir glissé l'objet dans sa poche. Je … je n'ai pas d'argent sur moi, mais si vous me permettez de repasser, je pourrai vous apporter ce qu'il faut.

Un petit sourire vint partiellement égayer son visage.

- Merci, en tout cas. De … de ne pas m'avoir laissé comme un naufragé.







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   Ven 27 Avr 2018 - 11:39

Elle eut un sourire attristée à la suggestion d’échange, bien qu’elle avait compris la touche d’humour hésitante. Si seulement elle pouvait échanger sa place avec la sienne en effet ! Elle se sentit étrangement touchée par la réaction de ce presque-inconnu, allez savoir pourquoi…

- C’est c’que j’me demande, en effet… Mais il n’empêche, ça m’attire. P’t’être parce que j’sais que je n’y ai pas accès ? Ce s’rait bien mon genre tiens !

Sa tentative de dérision n’était pas plus glorieuse et efficace que celle d’Adam. L’espace d’un instant, ils partagèrent une mélancolie commune et écrasante. Une connivence se fit dans le mal-être sous jacent. Mais la Bayouteuse n’était pas femme à se laisser abattre et s’ébroua mentalement afin de dissiper ces quelques marasmes qui menaçaient de brouiller sa vue. Elle se devait d’être forte tandis que son patient était encore faible.

En se saisissant de la fiole, Adam lui offrit l’ultime distraction qui manquait pour échapper à la vague de mélancolie. À la suggestion de paiement, Merry May secoua énergiquement la tête en l’accompagnant d’un geste de la main équivoque.

- Tut tut tut ! Pas d’paiement pour toi. À la base, t’as pas demandé à c’que j’t’aide. Ce s’rait injuste de te réclamer quelque chose.

Comme tout Bayouteux qui se respectait, Merry May était dure en affaire. Mais elle n’était pas injuste. Elle était venue au secours du pirate de son plein gré, elle ne pouvait pas lui faire payer un choix qu’elle avait elle-même fait. Cependant, une idée lui vint…

- Par contre, j’aimerai bien que tu repasses oui… Que je sache à quel point l’elixir que j’t’ai donné a été efficace. Je n’ai jamais vu de mal comme le tien, j’apprécierai que tu m’permettes d’en suivre l’évolution. Qui sait, j’pourrai peut-être t’en guérir une fois que j’en saurai plus…

Elle espérait réellement que le Pirate accepte. Étrangement, elle avait envie de le revoir, au delà de ce nouveau mal à étudier. Il était… Attachant. Et si elle pouvait lui être d’une quelconque aide…
Une fois de plus, la jeune femme secoua la tête, surprise par ses propres pensées. Il était temps de prendre congé du pirate, avant que ces étranges pensées s’emballent réellement.

- Bon, tu as encore b’soin de repos, mais tu s’ras mieux chez toi je suppose. Et ne me remercie pas, on a beau dire, j’suis pas non plus cruelle… Enfin bref, tu sais où m’trouver si jamais t’as besoin !

Comme pour les rencontres, la sorcière n’était pas douée pour les au revoir. C’est donc avec un sourire un peu rude qu’elle salua une dernière fois l’étrange pirate.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le vide dans ses yeux, le vide dans son coeur   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Regardez moi dans les yeux... les yeux j'ai dit!!
» Dark-Guigui, une plume dans la main, un baobab dans l'autre.
» « Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide » (pv)
» Post pour recrutement dans la guilde Deus Solaris dans Dofus
» L'arbre fait-il du bruit quand il tombe dans la forêt vide ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Plage Rayonnante-