Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1451

MessageSujet: La vie de Pirate    Sam 31 Mai 2014 - 22:16

Yoho yoho, a pirate's life for me !





Mode de vie


La vie de marin n’est pas aussi facile qu’on le rêve. Les membres de l’équipage se lèvent peu après l’aurore, et toute leur matinée est consacrée à l’entretien du Jolly Roger. Il faut briquer le pont, vérifier la voilure, être prêt à appareiller si le navire si déplace un peu. C’est le rôle des matelots « normaux ». L’après-midi, on s’occupe à terminer ce qui n’a pu être fait le matin, on collecte la nourriture, on nettoie les armes, bref, cela dépend des jours. Une fois leurs tâches effectuées, les marins sont libres de vaquer à leurs occupations.

Il existe des postes spécialisés à bord, qui ont tous leur importance. Le capitaine les régit tous, ou plus fréquemment le second, lorsque le capitaine est occupé à autre chose. Le médecin de bord s'occupe des blessés, des malades et des mourants, son rôle est aussi essentiel que celui du second sur le navire. Le maître-voilier s’occupe comme son nom l’indique de la voilure, le charpentier de tout ce qui est des travaux de bois, le maître-artilleur  des canons et de la poudre, le médecin du bord soigne les hommes après les batailles ou lors de maladies, le navigateur s’occupe des cartes, le trésorier/intendant gère non seulement l’or trouvé mais aussi les ressources du bord, et le cuistot maintient le moral des troupes. La plupart d’entre eux ont des apprentis, plus ou moins indépendants, et il existe des rôles spécialisés parmi les spécialistes (comme un responsable de la voilure du mât de misaine par exemple).

Tous les matelots à l’exception du capitaine et du médecin dorment dans l’entrepont. Le médecin dispose d’un bureau qui lui sert à la fois d’infirmerie et de cabine.
Durant la nuit, plusieurs matelots restent de garde et sont relevés toutes les deux heures, question de sécurité.


Les postes d'un équipage


Sur un navire, et donc sur le Jolly Roger, on trouve un Capitaine, un Second, un Timonier (qui tient la barre), un Médecin de bord, un Cuistot, des Navigateurs, une Vigie, des Maitres-Voiliers, des Charpentiers, des Maitres-d'artillerie, des mousses et divers apprentis, ainsi que, principalement, de simples matelots.

Pour découvrir les rôles déjà occupés, on jette un oeil ici : Rôles Choisis.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1451

MessageSujet: Re: La vie de Pirate    Mar 5 Avr 2016 - 11:29

Histoire du Port et du Bayou






D'où vient le Port ? Et d'où vient le Bayou ? Beaucoup d'enfants du Pays de Jamais, en découvrant ces lieux hostiles, se sont posé la question. Et peu connaissent la vérité.

L'histoire du Port est connue du Capitaine Hook et de quelques uns de ses rares intimes. Le début de cette histoire, elle, est plutôt ordinaire. Suite à l'attaque du Jolly Roger par les trois tribus Peaux-Rouges réunies, le navire subit des dommages tel qu'il n'était plus capable de voguer. L'équipage fut contraint d'accoster. Pour un bon moment.
Afin de se protéger malgré tout des sirènes et des créatures – sans parler des peaux-rouges avides de vengeance – les forbans durent user de tout leur savoir-faire afin de se protéger : ainsi débuta la construction, tout autour de la Taverne Rhumantique, d'un grossier bidonville destiné à faire rempart avec le reste de l'île. Les jours passant, ce qui à l'origine n'évoquait qu'un amas de cabanons bancals, se changea au fil du temps et de l'effort en véritable petit hameau. C'est alors que l'idée vint au Capitaine. Depuis la résurrection flamboyante de Peter Pan, il était demeuré terré dans sa cabine. Mais sous le spectacle qui se déployait sous ses yeux, l'évidence lui apparut. Si Peter Pan était capable, lui et sa précieuse île, de faire pousser des lieux magiques, ses hommes n'étaient pas en reste. Ils crééraient leur lieu, leur refuge, leur Tortuga, où l'adulte et ses plaisirs triompheraient. Le chantier dépassa largement sa première ambition. On construisit des auberges, des échoppes, des routes et des lampadaires. On peignit, on sculpta, on fabriqua. Le Jolly Roger aurait désormais un Port où amarrer. Les Pirates ne possédaient pas seulement la Mer, ils auraient à présent conquis un bout de la Terre. Mais Hook sentait toujours ses hommes aigris, fatigués, parfois au désespoir. Eux n'étaient pas impulsés par cette haine vivace qui le maintenait en vie. Il devait agir, au risque de ne plus avoir d'équipage. Qu'est-ce qui est capable de ravir, dans bien des cas, le cœur d'un homme ? Les femmes.

Qui, sur l'île, pouvait venir en aide au sombre capitaine ? La reine des fées ? Les esprits ? Certainement pas les sauvages... Hook repensa à une femme qu'il avait connu dans le Monde Ordinaire. Une femme pas comme les autres. Une sorcière. Fermant à double-tour la porte de sa cabine, le capitaine sortit d'un coffre secret une bourse rapiécée contenant une boule de cristal vieille comme le monde. Il mit plusieurs jours à se décider, oubliant de manger, dormir, absorbé mais incapable d'agir. Il finit par se décider et, dispersant les osselets contenus par le coffre autour de la boule, récita l'incantation dont, toujours, il se souvenait. Un visage nébuleux apparut au creux de la boule. C'était son premier lien avec le monde réel depuis une éternité. Maman Brigitte. Maitresse  incontestée du Bayou. La conversation fut brève et directe. Un marché fut conclu. Bientôt, un personnage viendrait apposer sa marque sur la carte du Pays.

Lady Ruby est à ce jour la seule adulte ayant été directement importée du Monde Réel à celui de l'Imaginaire. Elle n'était qu'une catin parmi tant d'autres dans la ville de débauche qu'incarnait Tortuga. Maman Brigitte avait envoyé deux de ses fils en repérage et ceux-ci n'eurent aucun mal à distinguer l'aura teintée de malice qui émanait de sa personne. On la ramena au Bayou, alors encore implanté dans le réel, lui exposa le plan. On ne tenta pas de la manipuler. On lui expliqua qu'une île au-delà des frontières du monde et du temps existait et qu'elle pouvait y trouver une place de choix, à condition de traiter avec un capitaine pirate. Elle hésita. Elle se décida. Maman Brigitte avait fait sa part du marché.
La nuit suivante, Hook recevait une missive mystérieuse lui donnant rendez-vous dans une partie reculée de la plage. Il y découvrit une femme rubescente qui semblait l'attendre. Elle fut claire dès le commencement : elle acceptait de vivre au milieu d'eux à trois conditions. La première, on lui permettait de posséder son propre établissement où elle pourrait recueillir décemment toutes les filles grandies bannies par Peter Pan. La seconde, les filles n'ayant pas choisi de travailler à la Maison Close seraient libres d'exercer d'autres professions, y compris pirates, sans être rejetées. La troisième enfin, Hook devrait interdire à ses hommes de violenter les filles du Port. Après moult négociations, Hook accéda à toutes ces requêtes, à l'exception de celle d'autoriser sur son esquif la présence de femmes. Lady Ruby avait gagné sa place au Port.
Elle se débrouilla pour faire propager la rumeur : toutes les filles bannies ou désireuses d'une autre vie devaient se rendre à la Maison Close, où elle leur trouverait une place, si non en catin, dans un endroit du Port. Les filles seraient marquées au fer rouge, mais en sécurité, et libres de grandir. Tout d'abord perplexes, les hommes de Hook s'adaptèrent à ce nouvel ordre et il sembla que la présence de Lady Ruby apportait beaucoup, par son audace, ses idées et ses actions, au Port. Elle participa activement à son expansion et gagna le respect de la plupart des matelots.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là... Un marché avait été conclu. Exceptionnellement, une femme du Monde Ordinaire avait été envoyée sur l'île. Cela avait nécessité une grande force de la part du Bayou. Maman Brigitte attendait que Hook remplisse sa part du marché. Et il le fit, car Hook était un homme d'honneur. Se servant d'un rêve d'enfant esclave cristallisé par les fées des étoiles et sous la directive de Maman Brigitte, le capitaine, aidé de Smee, fit naitre le Bayou. Au départ, ce n'était qu'un marigot d'eau salée sans prétention, presque une flaque. Et chaque jour, il croissait vertigineusement, à l'abri des regards, au delà de la Baie. Bientôt, il fut tout à fait semblable à celui sur lequel Maman Brigitte trônait dans le monde réel. Et bientôt, surtout, elle y déménagea tout son clan. Il y eut de nombreux trépassés lors de ce voyage, que ses fils changèrent en morts-vivants. Depuis, la population du Bayou demeure et se renouvelle. Maman Brigitte autorise une naissance pour un décès seulement, afin de ne pas s'étendre. Elle vit mieux dans l'ombre et le silence. Les bambins grandissent extraordinairement vite dans le Bayou, car l'île considère ces intrus comme des parasites et pompe sans vergogne leur enfance.

C'est ainsi que naquit le Port et le Bayou, qu'il y eut des femmes chez les pirates et des sorciers pas bien loin.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le pirateur pirate
» Dread Mac Farlane, Apprentie Pirate : jeu de lettres !
» [Horde Pirate] La Dent Noire
» PAGAMAS ou comment partager le butin quand on est pirate...
» Epreuve 12 : les prénoms de pirate !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ouvrir la Fenêtre :: Tous les enfants grandissent... sauf un. :: Veilleuses-