Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Renarde Fleurie
avatar

♐ Guérisseur des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 124
✘ SURNOM : la Douce ;
✘ AGE DU PERSO : la vingtaine ;

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5 ;
✘ LIENS : a fox is a wolf who sends flowers.

MessageSujet: Re: Égarés    Dim 17 Déc 2017 - 20:08

Tout va trop vite.

Le souffle, Psy qui la tire, l'arbre.

Sa poitrine va exploser. Pourtant, elle garde son sang-froid - il le faut, après tout. On disait que c'était ce qui faisait un bon guérisseur - on le lui avait toujours appris.

Elle colle son dos si fort à l'arbre qu'elle ne serait pas surprise de s'y retrouvée synchronisée - elle peut presque sentir la sève couler sous l'écorce. Le coeur de la Terre battre, au rythme du sien - effréné, car malgré son calme apparent, elle a peur, la Douce.

L'île est un Danger.

La Bête est là - elle renifle, ses grosses pattes écrasent les feuilles. Le son est désagréable.

Plus bas, le pirate est agenouillé - réfléchit-il ? Il semble, comme elle, chercher une solution. Comme lui, elle plaque sa main contre sa bouche - minimiser le bruit.

Psy lui montre alors quelque chose. Une pierre. Ronde, simple - et pourtant, elle voit où il veut en venir. Un éclair traverse alors le regard de la huronne - une idée. Lentement, elle se penche, s'empare de la pierre - d'un léger hochement de la tête, elle lui fait comprendre qu'elle a une idée.

D'abord, elle cherche dans sa sacoche en liane - le plus silencieusement possible, elle en sort une racine à l'odeur forte. Elle la mâche, puis la recrache, et se l'applique sur le visage, les bras - pour masquer son odeur. Elle sort une deuxième racine, et la tend à Psy - tout en faisant une légère grimace, pour lui signaler que le goût est amer.

Puis elle se tourne vers l'arme, serre la pierre dans son poing. Inspire. Expire. Comme lorsqu'elle s'apprête à rentrer dans méditation - et elle grimpe. Sans un bruit. De la même façon qu'elle espionnait ses aînés guérisseurs, quand elle était encore une papoose.

De là, elle voit la Bête. Silhouette sombre, poilue - à cheval entre le tigre, le loup et le lièvre. Elle renifle, partout - cherche une odeur, qu'elle semble avoir perdue : la leur ? Les racines doivent commencer à faire leur effet.

La seconde partie du plan entre alors en marche.

Elle met ses mains autour de sa bouche, ouvre les lèvres : imite le cri du hibou. Hoot, hoot, hoot. Ensuite, elle lance la pierre à travers les arbres - elle fait bruisser les feuilles, à la manière d'un oiseau qui prend son envol.

Le temps semble s'arrêter.

Elle espère de toute son âme que ça va marcher.






Lost in skies ♒︎ of powdered gold Caught in clouds of silver ropes Showered by the empty hopes As I tumble down, falling fast to the ground.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Psy Whitman
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 240
✘ SURNOM : Le Penseur
✘ AGE DU PERSO : La trentaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Présentation
Fiche de Liens
Tableau
Playlist
Musée des horreurs




MessageSujet: Re: Égarés    Dim 31 Déc 2017 - 15:30

Par les regards, nous communiquons en silence.
Renarde me voit lui tendre la pierre : elle comprend. Puis, d'un simple geste, m'indique qu'elle a une idée en tête. Sans la quitter des yeux, j'acquiesce à mon tour et l'imite, lorsqu'elle me tend la plante. Le goût est désagréable, conformément à ce que j'avais pu comprendre de son expression faciale... Mais qu'importe, il y a plus urgent.
Je crois cerner où elle veut en venir... L'animal, ou créature s'il en est, semble à même de nous détecter à l'odeur. Brouiller les pistes est vraisemblablement la meilleure stratégie à adopter pour contrer cela.

Pendant ce court laps de temps, Renarde se prépare à agir. Je décèle, à travers son attitude, toute l'intensité de sa concentration. Courageuse, elle prend une profonde respiration, avant de s'élancer.
En cet instant, je capte la réalité de sa nature : un élément parfaitement inscrit dans son environnement. Renarde est souple et silencieuse, comme une feuille vole au vent. Un battement de cil et là voilà érigée au sommet de l'arbre rompu.

J'aimerais pouvoir voir à travers ses yeux, afin de mesurer l'importance du danger qui nous guette. Observer le monstre, juste un instant. Une partie de moi ne peut contenir un genre de curiosité fort mal à propos, en un moment pareil. Tout ce qui naît de l'île me fascine, quand bien même cela menacerait de me tuer.

Curiosité dangereuse...

Le cri du hibou. Le bruissement désordonné des feuille, un peu plus loin. Mes yeux couleur glacier s'écarquillent sous l'effet du suspense. J'ai l'impression même que mon cœur s'est arrêté, trop avide de découvrir ce qui va advenir. La tension est à son comble et je peux constater sans mal que ma compagne d'infortune se trouve dans le même état.

Une seconde, puis deux...

Silence...

La bête émet un genre de glapissement indéfinissable. Peut-être regarde-t-elle alentour... Je ne saurais le dire. Tout ce qui me parvient, c'est un son comparable à de grands mouvements. Plus de pas, en revanche : elle s'est immobilisée.

Une seconde encore...

Les bruits de pas reprennent... Mais ils partent dans une autre direction : celle de la pierre, sans doute. Je laisse s'écouler un moment encore, afin d'être sûr. Un moment fort bref mais qui m'apparaît comme une véritable éternité.

Et puis, quand la chose semble assez loin, je me décide finalement à me redresser. Lentement... Mon regard balaie l'espace alentour. La chose est à bonne distance, elle nous tourne le dos et s'éloigne encore. Si nous partons sans bruit, nous devrions arriver à la semer pour de bon.
Je reporte mon attention sur Renarde Fleurie. Après ce court épisode, je n'ai plus aucun doute sur le fait que nous partageons les mêmes idées. Aussi, un simple signe de tête me suffit à lui signifier qu'il est temps de lever les voiles.

Fort de mille précautions, je commence donc à avancer en silence, en veillant bien à nous maintenir à vue de l'orée du bois. Bientôt, nous perdons simplement toutes traces du monstre qui nous a attaqué, comme s'il n'avait jamais été qu'un mirage sans consistance.

Ce n'est qu'alors que je m'autorise à souffler véritablement. Marquant l'arrêt, je me tourne vers la huronne afin de voir un peu où elle en est.

« Vous êtes très brave.


Fais-je, toujours à voix basse : sait-on jamais.

« Pendant un moment, j'ai bien cru que cette chose allait nous réduire en pièce.


Je me passe une main distraite sur le front, comme pour y chasser tout résidu d'anxiété.

« J'ignore si c'est votre première escapade avec un pirate, mais en ce qui me concerne, je m'en souviendrais.


Je lui adresse un petit sourire, comme pour détendre davantage l'atmosphère. La tension a grand besoin de redescendre d'un cran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renarde Fleurie
avatar

♐ Guérisseur des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 124
✘ SURNOM : la Douce ;
✘ AGE DU PERSO : la vingtaine ;

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5 ;
✘ LIENS : a fox is a wolf who sends flowers.

MessageSujet: Re: Égarés    Jeu 4 Jan 2018 - 21:41

Le silence lui-même semble se figer.

Dès qu'elle lance la pierre, elle s'immobilise, la Douce - le bras devant elle, le regard fixé dans la direction de la pierre, les jambes fléchies. Un peu à la manière d'un animal sur le qui-vive - d'un chat sauvage sur le point de courir dans la direction opposée.

Tout est si figé qu'il en fait froid - un vent frais passe, fait frissonner sa peau. Elle serre les dents, la Renarde - tente de calmer les battements de son coeur, qui tambourine dans sa poitrine aussi fort que les tambours de ses frères Delaware. Il bat si fort qu'elle en a mal.

En quelques secondes, elle a le temps de se remettre complètement en question.

Est-ce qu'elle a fait le bon choix ? N'aurait-elle pas plutôt dû laisser Psy faire quelque chose, au lieu d'elle ? Après tout, peut-être était-il plus compétent ? Si elle connaissait la faune et la flore, peut-être qu'il avait déjà eu à affronter des bêtes plus féroces encore ?

Elle a l'air calme, la Douce - c'est vrai. On le lui en accorde, du sang-froid - on dit qu'elle est toujours réfléchie, toujours calme. Mais l'on ignore la tempête en elle - le doute, qui la ronge tout le temps. L'anxiété. Le regret - la peur de faire les mauvais choix. Elle doute beaucoup - trop. Sa mère le lui disait.

Un bruit.

Des pas.

Ses pupilles se dilatent tandis qu'elle jette un coup d'oeil à Psy, en bas - lui aussi a entendu. Elle le voit. Plaque son dos contre l'arbre - l'écorce rugueuse lui irrite le dos, mais elle y est habituée. Elle a passé sa vie dans la forêt, dans la Nature - la Mère fait partie d'elle.

Renarde a l'impression de ne faire qu'un avec l'arbre tant elle reste plaquée à lui - elle n'ose ni bouger, ni respirer. Pourtant, les bruits de pas ont cessé - mais comment être sûr que ce n'est pas une ruse ?

Un mouvement en bas attire son regard. Psy s'est redressé - il a eu le courage de le faire avant elle.

Rien.

Elle entame alors se descente de l'arbre, souple, rapide et agile - comme elle l'a toujours fait. Pendant son enfance, elle grimpait aux arbres pour espionner ses aînés, alors qu'elle était sensée vaquer à ses occupations de papoose - la période de sa vie où elle était encore fougueuse et indisciplinée. Ce manque de discipline qui lui a valu sa fameuse toison verte.

- Vous l'êtes aussi répond-elle doucement au pirate alors qu'elle se réceptionne au sol, le plus silencieusement possible.

Son regard inquiet scrute les alentours - pourtant, elle est presque sûre que le prédateur est parti. Son instinct le lui souffle - elle écoute toujours son instinct.

La huronne hoche de la tête - elle aussi avait senti sa dernière heure arriver. Si elle s'était écoutée, elle se serait roulée en boule - mais son feu intérieur avait été plus fort. Elle voulait Vivre, après tout.

- En effet, c'était la première. Je ne pensais pas qu'elle serait aussi .... agitée. fait-elle, avec un sourire en coin elle aussi.

Agitée. C'est un euphémisme - l'île elle-même est Agitation.

D'un geste machinal, elle gratte la pâte de racine mâchée qui a durci sur ses épaules, son visage - l'odeur doit bien avoir pris, maintenant. Que la pâte soit sur leur peau ou non, leur odeur est masquée - pour quelques temps.

- Nous autres, Hurons, ne nous battons pas. La ruse est plus dans nos cordes souffle-t-elle, tandis qu'elle termine de retirer la pâte - du moins, du mieux qu'elle le peut. Nous apprenons à faire avec. Ou plutôt sans.

Pacifistes dans l'âme, leur mode de vie différait beaucoup de celui des Piccaninny, ou des Delaware. Cela ne montrait-il pas que les peaux-rouges étaient aussi diversifiés que les pirates, garçons perdus, fées et sirènes ?

- Savez-vous vous battre, Psy ? demanda-t-elle finalement, curieuse. On m'a toujours dit que les pirates étaient des barbares,
et que leur compagnie était à éviter car synonyme de malheur.


Sa mère le lui avait toujours dit. Peut-être que c'était le cas de la plupart ? Renarde ne saurait le dire, elle les avait tous évités jusqu'à ce jour - Psy était le premier "vrai" pirate auquel elle avait réellement à faire.

Mais un seul pirate pouvait-il réellement représenter tous ses confrères ? Elle savait bien que non. Tout comme un peau-rouge ne pouvait pas représenter tous ses frères.






Lost in skies ♒︎ of powdered gold Caught in clouds of silver ropes Showered by the empty hopes As I tumble down, falling fast to the ground.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Psy Whitman
avatar

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 240
✘ SURNOM : Le Penseur
✘ AGE DU PERSO : La trentaine

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Présentation
Fiche de Liens
Tableau
Playlist
Musée des horreurs




MessageSujet: Re: Égarés    Ven 2 Fév 2018 - 19:19

J'esquisse l'ombre d'un sourire en réaction à sa remarque. Visiblement, nous découvrons tout deux les joies d'un voyage improvisé en terres hostiles. Une découverte dont on aurait pu se passer des facettes les plus typiques. Car, après tout, que serait la contrée des monstres sans monstres, précisément ?

Nous poursuivons donc notre marche, l’œil toujours bien ouvert. Renarde Fleurie en profite pour me glisser une nouvelle anecdote relative aux mœurs de sa tribus. Les hurons sont donc bel et bien à l'image de ce qui se dit, au port : des êtres pacifiques, intéressés par l'idée de communier avec la nature.
Puis, elle m'interroge sur mes propres habitudes et celles de ceux qu'il me faut bien désigner comme des semblables. Puisque la configuration actuelle aura décidé de nous placer de part et d'autre d'une frontière identificatoire.

« Je me bats très peu. Fais-je doucement. Comme vous, je préfère user de ruse, lorsqu'il s'agit de se tirer d'un mauvais pas.

Et cela suffisait bien souvent, même si j'avais eu à essuyer de cuisantes défaites. Face à la force brute l'esprit, parfois, ne peut rien. Certaines choses arrivaient toujours à me prendre de court : mon intuition était loin d'être infaillible. Et fort heureusement... J'avais encore beaucoup à apprendre.
Le constater me portait.

« Vous aurez sans doute compris que je suis un pirate assez particulier. J'ajoute, la regardant de mes prunelles glacier. Ne vous fiez pas à moi. Je ne suis pas représentatif des miens. Et si vous voyez un confrère, fuyez le comme d'usage. Cela vaudra toujours mieux que de risquer votre vie ou dignité, par excès de confiance.

A trop me côtoyer, elle pourrait en venir à penser que nous ne sommes pas si terribles. Hors, c'est faux. A s'empêcher de dresser des généralités, on risquait sa vie inutilement. Nous ne vivions pas dans une société apaisée, où chacun pourrait librement revendiquer sa différence et exiger d'être pris en tant que tel.
Non : c'était un monde violent. Les généralités sauvaient des vies. Éviter les pirates, lorsque l'on est un indien. Éviter les indiens lorsque l'on est un pirate. La chose était simple. Et c'était tout ce que je pouvais lui conseiller de faire.

Naturellement, j'avais tendance à raisonner autrement... Mais il y avait aussi bien des fois où la fuite préventive me sauva probablement la mise. Des expéditions dont je me tirais sain et sauf, pour avoir refusé de prendre des risques, là où d'autres périrent bêtement... Il y en avait, beaucoup.

« Un détail m'interpelle chez vous. Fais-je alors, changeant partiellement de sujet. Vous avez un type métissé. Je ne dis pas cela pour vous offenser, mais cela me pose question.

Un changement partiel de sujet, en effet. Car entre les pirates et les indiens, les rapports ne se circonscrivaient pas toujours à l'affrontement barbare. D'autres fruits naissaient parfois, que la violence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renarde Fleurie
avatar

♐ Guérisseur des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 124
✘ SURNOM : la Douce ;
✘ AGE DU PERSO : la vingtaine ;

✘ DISPO POUR RP ? : 5/5 ;
✘ LIENS : a fox is a wolf who sends flowers.

MessageSujet: Re: Égarés    Mer 14 Fév 2018 - 22:54

Un tréssaillement lui parcourt l'échine. Il a l'air très sérieux, Psy, quand il lui dit de ne pas penser que tous ses camarades sont comme lui.

Est-ce que ça l'étonne réellement, la Douce ? Pas totalement.

Si rencontrer le Penseur a pu la pousser à considérer un échange avec d'autres pirates, la mise en garde qu'il vient de prononcer a réduit à néants toutes ses pensées. Il sait de quoi il parle, mieux qu'elle en tout cas - et l'éclat dans son regard nuageux ne manque pas. Il est sincère.

Frisson.

Elle se garderait bien de passer entre les griffes de quelque pirate sanguinaire.

- Je m'en souviendrai fait-elle en hochant doucement de la tête, tandis que sa main s'agite doucement devant son visage pour chasser un insecte qui lui tourne autour.

Maintenant qu'il le lui a lui-même dit, elle ne se fera plus prier. Toute sa vie, elle les a évités - et ne le fera qu'encore plus désormais. Si un pirate lui a personnellement dit d'éviter ses pères, elle ne sera pas stupide au point d'ignorer ses mises en gardes.

Et puis, son instinct lui a toujours soufflé de prendre la fuite.

La Douce se tait quelques secondes, suite à la question du pirate. Elle regarde son avant-bras, cligne des yeux puis sourit.

- Oh ça ! dit-elle, en laissant retomber son bras le long de son corps. C'est vrai, vous avez l'oeil continue-t-elle, en relevant légèrement la tête - elle garde tout de même un oeil sur les alentours, pour ne pas qu'ils se fassent prendre par surprise par un éventuel autre animal ou monstre.

Pour être honnête, elle est un peu surprise par la question - mais ne la prend pas mal pour autant. C'est qu'il est observateur, ce Penseur. En général, l'attention des autres se porte toujours sur ses cheveux.

Ma mère avait pour père un ancien Garçon Perdu, qui après avoir été banni a rejoint le village.

Grenouille Tranquille, de son vivant, a été très présent de sa vie - mais à la Vie succède la Mort, et il a été rejoindre leur Mère une fois son temps sur l'Île passé. Plein d'histoires et d'anecdotes, elle en a passé des journées dans sa hutte à écouter ses histoires sordides du temps où il faisait partie des sentinelles.

Un sourire nostalgique naît sur le visage de la Renarde, tandis qu'elle balaie les alentours du regard - rien. Juste les terres arides et sèches.

- Et mon père m'est inconnu termine-t-elle, d'un ton tranquille.

Renarde n'a jamais souffert de son absence - sa mère lui suffisait bien, et puis, le village était comme une grande famille. Les figures paternelles comme maternelles ne manquaient pas - tous vivaient ensembles et s'entraidaient.

- Mais cela ne me rend pas moins huronne pour autant.

Ces paroles, elle en a beaucoup douté dans sa jeunesse. Souvent, en voyant son reflet dans l'eau, elle se demandait pourquoi sa peau n'était pas foncée comme celle de ses camarades - pourquoi est-ce qu'elle ne leur ressemblait pas.

Mais aujourd'hui, elle a compris - quoiqu'il arrive, son coeur appartiendra à la Mère. Comme tous les siens.

Alors qu'elle tourne la tête vers Psy, quelque chose lui traverse l'esprit.

- Puis-je vous demander quelque chose, Psy ?






Lost in skies ♒︎ of powdered gold Caught in clouds of silver ropes Showered by the empty hopes As I tumble down, falling fast to the ground.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Égarés    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Un jeune garçon nommé Dylan...
» Lapin égaré
» [RP] Une chèvre égarée...Une grotte découverte....
» Vestiaire mixte
» photos perdu sur mon PC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Lieux Reculés :: Le Désert Doré :: La Contrée des Monstres-