Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Brother
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : L'Inconstant
✘ AGE DU PERSO : 13-14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : A discuter
✘ LIENS : Il y a des moments où il suffit de peu de chose pour que la vie continue ou qu'elle s'arrête.

MessageSujet: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Mar 17 Oct 2017 - 19:11

Ça fait un moment qu'il n'a pas passé la nuit dehors pour traquer une bête, la dernière fois remontant à quelques temps de cela, pendant la pluie mais pas trop récemment. C'est parce qu'elle ne se laisse pas faire sa proie, elle le sent, elle le voit, et pourtant il est rapide, discret, agile pour se cacher. Y a même pas grand chose à manger dessus ! C'est juste un lapin – ou peut-être un lièvre – mais il se dit Brother qu'il peut pas revenir sans rien, alors il court derrière, il le traque, il l'épuise et il s'épuise aussi. Mais surtout y a pas que la fatigue, y a aussi le froid qui mord dès qu'il s'arrête pour souffler, les flocons qui descendent du ciel noir, du ciel de nuit, pas nombreux mais comme une preuve, criant, hurlant que dans le cœur de Peter Pan, ça ne va toujours pas bien. Ça fait froid, il a froid l'Inconstant, il a les mains qui tremblent sur l'arc et les pas plus incertains, la vue qui pique et un nuage pâle qui franchit ses lèvres à chaque respiration. Y a aussi ses muscles crispés et ses jambes, ses jambes lourdes qui flageolent et n'iront plus nulle part, ses jambes qui lâchent. Alors il tombe et dégringole, et devant ses yeux qu'il ferme brutalement disparaissent les arbres pour devenir monstres en uniformes, fusils pointés vers son crâne. Bam, bam, BAM ! Le revoilà debout qui décampe, l'estomac au bord des lèvres, courant, courant sur cette terre stérile où rien ne pousse, rien ne vit à part les monstres, les monstres qui dansent dans son esprit. Il a des larmes dans le regard. Des cris bloqués en nœuds épais au creux de la gorge. Et la peur, la peur, la haine, la peur, si forte. Il court. Son corps hurle, ses jambes ploient. Il court toujours. Se force. Violente ses chairs, cette enveloppe qui fait de lui un homme. Il court, court, court, tombe et se relève parce qu'il ne veut pas mourir, parce qu'il doit être FORT et puis aussi prendre soin de Grenouille.

Il court parce que juste là devant ses yeux, ses cauchemars sont devenus réels, parce que les arbres ne sont plus des arbres, que Neverland est devenue Pitchipoï. Et que tomber c'est mourir, mourir c'est tomber.

Il court. Droit devant lui, le souffle bruyant et haché. Il se rend pas vraiment compte qu'il est plus dans la forêt, que les personnes qu'il bouscule sont bien là et pas juste dans sa tête. Il entend pas quand ça râle, quand ça jure, quand ça s'interroge. Il se dégage et frappe quand on l'attrape, rapide et précis, vise la gorge. BAM BAM BAM !! Ils sont derrière lui, il se retourne pas mais il le sent, il le sait, c'est là au fond de lui, ça broie sa poitrine. BAM !!! Sa course s'arrête nette avec quelqu'un qui le projette contre un mur, une main écrasant un instant sa gorge. Alors il se débat, il crie, lâchez-moi, lâchez-moi ! Mais on le lâche pas non, on rit de lui, on se moque, on lui colle un coup dans l'estomac et c'est un peu trop pour lui parce qu'il se plie, il vomit. Là c'est comme le soldat, ça rit plus et même que ça l'envoie par terre. Il se recroqueville. Autour de lui y a des voix, mais ça parle pas Allemand. Alors il lève la tête, et il se rend compte qu'il est pas à Pitchipoï, qu'il est plus dans la forêt non plus mais sûrement dans le port. Et devant lui ce sont pas des uniformes. Il bafouille un peu, il veut s'expliquer mais on lui flanque un coup de pied dans les côtes. "Tiens-toi tranquille morveux." La voix claque. "On fait quoi de lui ?" Ils sont trois, ou quatre, il sait pas trop il a la tête qui tourne un peu. "Faudrait l'emmener au cap'tain, non ?" Ils font comme s'il était pas là, ça l'agace, ses sourcils se froncent et ses poings se serrent, mais il retient les mots qui tranchent, les mots qui blessent, parce que par dessus tout il ne veut pas aggraver son sort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Mer 18 Oct 2017 - 12:00

La soirée était animée. Beaucoup de personnes étaient dans les rues pavées du Port et se pressaient au marché, s'ils ne rentraient pas chez eux, satisfaits de leurs achats. Adam était un visage parmi les autres. Il se fondait dans la foule, disparaissait dans cette masse figurante n'ayant d'autre utilité que d'animer la ville.
Adam, lui, rentrait chez lui après une longue journée. Son pantalon sale de boue jusqu'aux genoux, son chemisier et ses mains tâchées, il avait l'air de sortir d'un bain de boue plutôt que d'une journée pêche. Il suffisait qu'il aille en rivière pour revenir les vêtements totalement souillés.

Et malgré cela – il détestait être sale -, il se sentait bien. Au marché, ses ventes avaient eu un bon succès. Une jolie bourse rebondissait dans sa poche. Il gardait précautionneusement une main dessus en marchant d'un bon pas, languissant de donner cet argent à Moriko. La voir sourire était son plus cadeau et valait plus que tout l'or du monde.

Pris dans sa rêverie, les éclats de voix courroucés, dans son dos, ne lui parvinrent pas. Ce fut un violent choc contre son épaule et qui manqua de l'envoyer au tapis qui le ramena brutalement à la réalité. Comme les autres, il lâcha un 'hey !' totalement inutile et suivit des yeux le fautif qui paraissait fuir quelqu'un ou quelque chose.
Vite, Adam ramassa son béret et la garda serré entre ses doigts. Instinctivement, il jeta un œil par-dessus son épaule avant de presser le pas. Son cœur lui dictait de suivre ce garçon. Et si ce n'était pas pour l'aider – qui sait ce qu'il avait fait pour ainsi prendre la fuite -, ce serait par curiosité malsaine.

À son tour alors, il courut et bouscula les gens, se confondant en excuses à chaque pas.

Un peu plus loin, un attroupement d'une poignée d'hommes le fit ralentir. Essoufflé, il s'offrit un passage à travers toutes ses larges épaules et finit par tomber nez à nez avec une scène qui était, selon lui, d'une rare violence. Il n'aimait pas ça, la violence. Encore moins lorsqu'elle était gratuite comme elle semblait l'être à cet instant. Et puis, à quatre hommes contre un gamin, gratuit ou non, ça ne se faisait pas. Son éducation – bien qu'elle remonte à loin – lui interdisait de laisser passer ça.

- Stop ! Commença-t-il.

Mais le son de sa voix n'était guère convaincant.

- Arrêtez-vous !

Les coups continuèrent de pleuvoir sur le pauvre garçon qui n'en menait pas large. Il rendit son maigre repas, totalement retourné par la douleur, avant de se faire remettre sur ses jambes et maîtriser contre un mur. Un jeune, jeune garçon, qui ne devait pas dépasser la quinzaine d'années. Un garçon perdu. Perdu dans la gueule du loup. Il était relativement grand pour son âge. Et sale. Sale, sale, sale. Était-ce pour cela qu'il courait ? Qu'est-ce qu'il fichait ici ? Une mission ? Juste par ennui ? Par envie suicidaire de se confronter directement au danger ?

Une fraction de secondes, les prunelles bleues ternes d'Adam croisèrent celles vertes émeraudes du violenté. Et la conclusion fut sans appel. Il devait agir.

De quelques grands pas ressemblant presque à des bonds de chat, l'Eteint se retrouva au cœur du litige. Il offrit son visage en patûre à ces hommes qui faisaient peur alors qu'ils suggéraient emmener l'enfant au capitaine Hook.

- Non, stop !

Il leva les mains devant lui en signe d'apaisement. Des mains tremblantes. Et d'une voix pas plus assurée, il enchaîna, alors que l'attention se portait sur lui.

- Laissez-le, s'il vous plaît !
- T'es qui, toi ?!

Il se mordilla la lèvre inférieure et regarda le visage du garçon perdu.

- Je …

On le repoussa un peu. Il cogna son dos contre le mur mais garda ses mains levées. Fermant un peu les yeux pour se donner du courage et pour ne pas pleurer. Il continua.

- C'est mon frère, mon petit frère !
- Il est jeune ! Qu'est-ce qu'il fout ici, hein ? Il a rien à faire ici !
- Les gamins doivent être présentés à Hook, tu l'sais, c'est pareil pour tout le monde !
- C'est pas un enfant, j'vous l'jure ! Il a la vingtaine passée. Ça se voit pas … ça se voit pas. C'est la crasse qui le rajeunit, moi j'ai passé la quarantaine, on dirait que j'en ai à peine trente, non ?

Il parlait vite, Adam. Agitait ses mains comme un drapeau blanc. Clignait des yeux, anticipant un coup qui ne lui ferait pas du bien.
Du côté des forbands, les gestes restèrent en suspend.

- Qu'est-ce qui nous le prouve ? Et pourquoi est-ce qu'il courait ?
- J'suis aussi sale que lui, voyez ? On … on a été pêché … toute la journée ! Demandez aux gens qui sont autour de nous … J'étais au marché ! Et … et lui il s'occupait des poissons, de m'en ramener quand mon stock était vide ! C'est … C'est vrai !

Les quatre hommes s'échangèrent un regard. On s'approcha un peu plus d'Adam qui se fit plus petit encore. Du bout de l'indexe, celui qui semblait être le leader du quatuor toucha le buste de l'Eteint.

- Je … je ne mens pas. Laissez-le, vous ne le reverrez plus.

Lentement, il abaissa l'une de ses mains et la glissa dans sa poche pour en sortir son précieux salaire, qu'il tendit à regret à ses ravisseurs. Son rythme cardiaque était élevé. Il avait l'impression que ça tapait à l'intérieur de son crâne et l'empêchait de réfléchir convenablement.

- Tenez … Tenez. Prenez ça. Comme preuve. On oublie tout ce qu'il s'est passé, ok ? Ok ?

Il osa un piètre sourire, dont les commissures partaient plus vers le bas qu'autre chose.
On lui prit son argent. On soupesa la bourse. On rit un peu. Et puis on tapota avec un brin de brutalité l'épaule d'Adam, puis celle du gamin, puis encore celle d'Adam.

- Et ben on s'arrange toujours, m'voyez !

Ils rigolèrent encore et se tapèrent les épaules entre eux. Avant de s'éloigner. Tout simplement. Comme s'ils avaient oubliés tout ce qu'il s'était passé.

Fermant les yeux, Adam appuya la tête contre le mur et lâcha un long soupir en portant une main à son pauvre cœur qui avait pris bien cher. Le petit attroupement de curieux se dispersa lentement, laissant les deux garçons seuls.

- Ca va ? Osa-t-il souffler après peut-être deux minutes à se reprendre.







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brother
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : L'Inconstant
✘ AGE DU PERSO : 13-14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : A discuter
✘ LIENS : Il y a des moments où il suffit de peu de chose pour que la vie continue ou qu'elle s'arrête.

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Mer 18 Oct 2017 - 17:56

Brother a des larmes sur les joues, des larmes qui brillent très fort comme pour hurler qu'elles sont là, des larmes témoignages qui disent comme il a mal. C'est pas juste dans son ventre, là où l'homme a tapé, c'est aussi dans sa poitrine avec son cœur que l'angoisse semble fouloir faire exploser et puis dans sa tête où le cauchemar éveillé s'est enfin arrêté.

Brother a des larmes sur les joues et il les essuie, il les frotte et il les cache, et puis il a la colère qu'il retient de toute ses forces parce qu'elle n'a pas le droit d'exploser. Il a la haine, la peur, la honte. Il a l'esprit qui valse sur les possibilités, les moyens de s'échapper, pense à David, qu'il se dit, qu'est-ce qu'il ferait David ? Il a pas de réponse, il sait pas ce qu'il ferait à sa place, et peut-être même que David il se serait pas foutu là, dans cette situation qui sent pas du tout bon. Il sait pas, non il sait pas, mais à un moment c'est plus très grave s'il sait pas parce qu'il y a quelqu'un qui se dresse juste devant lui comme un grand mur, y a quelqu'un qui le protège. Quelqu'un avec des yeux bleus un peu, des yeux sans lumière comme si elle s'était enfuie, et il se rappelle que lui aussi, à une époque, il l'avait perdue. Envolée comme ses cheveux ou ses kilos normaux, ses sourires et ses joies. Abandonnée pour s'oublier, cesser d'exister. Arrachée par tout ce que son regard avait pu percevoir. Il n'avait plus de lumière, non, et plus non plus de larmes, juste la colère et la peur dont il ne parvenait plus à se dépêtrer.

C'était avant, il y a longtemps, il avait pas encore redécouvert la vie la vraie et pas la survie. C'était avant, il y a longtemps, il était un peu plus mort que vivant.

Mais là, vu comment ça fait mal sa tête, son cœur et son ventre, vu comment la peur dirige tout, il sait qu'il est pas mort, même si y a l'ombre du grand corps juste sur lui, comme une protection. Ils le poussent lui aussi, il s'écrase contre le mur, et Brother serre encore plus fort les poings pour pas leur sauter dessus, protéger lui aussi l'homme qui n'a visiblement pas beaucoup de force mais au moins un peu de cœur. Seulement il a les jambes qui tremblent et tremblent, qui veulent plus bouger, et la peur elle est plus assez forte pour les pousser. Heureusement l'adulte a des tours dans son sac, des explications qu'il ne niera pas et aussi de l'argent qu'il leur donnera. L'Inconstant le regarde faire. Il a honte, pour lui, pour eux, pour l'homme qui a dépensé pour le sauver. Il a honte parce qu'il n'a pas pu être fort. Comment aurait-il pu en même temps, avec ses jambes qui s'écroulent lorsque leurs agresseurs quittent la rue ? Comment faire avec un corps poussé à bout, déjà bien plus loin que les limites autorisées ? Il ne se maintient debout que grâce à ses doigts agrippés au mur, essaye de donner le change pour ne pas que l'homme remarque. Remarque à quel point non, ça ne va pas. "Oui." Il s'entend répondre, une voix lointaine, loin loin là bas, enfuie avec les voyous.

Et par réflexe il tente un pas, mais c'est trop, à nouveau le voilà étalé par terre, sur les pavés sales et plein de poussière qui abîment ses paumes ramenées en avant pour amortir le choc. Zut. Il grogne. C'est plus des larmes sur son visage mais un peu de sueur avec la peur qui retombe, un peu de sang de tout ce qu'il a vécu. "Je peux pas... Je peux plus marcher. C'est mes jambes." Il a le ton un peu dur, un peu en colère mais surtout contre lui-même. Et peint un peu de ces quelques notes, ces quelques fragments de France.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Mer 18 Oct 2017 - 20:12


Sa main remonta de son cœur à son visage, et glissa sur sa barbe naissante pour finir sa course dans ses mèches bouclées. Voilà, c'était fini. Et il avait réussi à s'en sortir sans rien perdre d'autre que de vulgaires pièces. Alors, même si c'était dommage, même s'il n'allait pas pouvoir faire sourire Moriko, au moins, il pouvait se vanter d'avoir été héroïque, ce soir. Et ça, c'était sa plus grande fierté.

Son visage se tourna un peu plus vers ce garçon étrange. Non, il n'allait pas bien, quelle question. Ça se voyait, ça se ressentait comme une grande claque en pleine face. Et Adam, il fut un peu touché, genre personnellement touché, par le mal-être qui émanait de l'enfant.
Il lâcha un 'oui' mais ce fut 'non' qui parvint aux oreilles de l'Eteint.

Pas assez vif, le Adam, pour rattraper l'agressé qui se retrouve au sol.
Attristé par son état, il se pencha en avant, se mit à genoux à son tour, frotta un peu son dos pour lui redonner maladroitement un peu de chaleur. Et dans le timbre de sa voix, dans l'accent qui réhaussa chacun des mots qui glissaient de ses lèvres, Adam repartit chez lui. Il repartit là-bas, là où tout commença, là où NeverLand n'était pas encore. Et ça lui fit du bien, d'un seul coup, de sentir cette bouffée nostalgique lui rafraîchir le visage et le cœur. Il prit une grande inspiration, Adam, les paupières closes pendant une seconde. Sur ses lèvres, un furtif sourire glissa, et une lueur brillante vint rehausser la couleur fatiguée de ses prunelles.

- Shh … c'est fini, chuchota-t-il dans cette langue qu'il pensait oubliée pour toujours, la voix un peu cassée.

Il le laissa se remettre de ses émotions, un peu. Pas trop longtemps, afin d'éviter que de nouveaux regards malveillants ne se posent sur eux.

Son bras se glissa sous l'épaule du garçon pour lui donner l'élan de se relever. En le soutenant comme il le pouvait, Adam le guida à travers la foule, sans le lâcher de crainte qu'il ne se fasse de nouveau engloutir. Une affection toute particulière était dirigée vers lui. Il avait cette sensation, oh, cette sentation étrange de le connaître. D'avoir déjà croisé sa route. Et puis, ce n'était pas impossible, il le savait. Il le savait, Adam, qu'il avait été un jour garçon perdu. Et il s'en voulait d'avoir grandi, d'avoir laissé derrière lui des gens qui peut-être tenaient à lui, et de les avoir oublié aujourd'hui.

Ils s'arrêtèrent à l'entrée de la fumerie de Moriko. Un peu essoufflé, l'Eteint aida son protégé à s'asseoir sur l'un des fauteuils qui décoraient la terrasse. Dans un geste paternel, il passa sa main dans la tignasse du garçon afin de lui dégager un peu le visage.
Il ne savait pas quoi lui dire, ni quoi faire. Ce n'était pas étrange, comme attitude, de prendre soin d'un parfait inconnu ainsi ? Et que dirait Moriko ou l'un des employés, s'il le voyait entré accompagné de cet enfant bien mal en point ? La fumerie n'était pas un hôpital, ni une église accueillant les blessés.

Il s'accroupit devant lui et le dévisagea avec une certaine intensité, des questions pleins les lèvres.

- Qu'est-ce que tu fais ici ? Et pourquoi es-tu seul ?

C'était peut-être mieux de commencer par le début. L'enfant paraissait bien troublé, l'Eteint ne souhaitait pas l'assommer d'interrogations.







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brother
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : L'Inconstant
✘ AGE DU PERSO : 13-14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : A discuter
✘ LIENS : Il y a des moments où il suffit de peu de chose pour que la vie continue ou qu'elle s'arrête.

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Mer 18 Oct 2017 - 22:30

Entendre le français dans la bouche de l'homme dissipe brutalement la colère et ramène les larmes dans ses yeux. C'est pas du bonheur, c'est pas de la peine, c'est tout autre chose, un sentiment que sur l'instant il ne peut nommer. Ça lui fait mal à la poitrine mais c'est pas de la douleur pure, ça lui tord d'un coup le cœur mais ça fait presque plaisir. C'est là, c'est tout, ça bat ses côtes et ça le fait même un peu sourire. Sourire. Il ne le fait pourtant avec personne d'autre que sa petite mère ou Grenouille, mais c'est tellement, tellement... C'est là, si juste là qu'il n'a pas pensé à repousser la main sur son dos qui le caresse, tellement juste là que c'est peut-être ce qu'on appelle soulagement ou nostalgie. Il parle français. Comme lui, comme Grenouille, comme quelques autres au Grand Arbre dont il ne connaît pas forcément les noms. Il parle français... Brother hoche la tête, et de ses mains pleines de terre et de boue s'essuie les yeux et les joues et s'en colle encore plus partout.

Le sourire s'évanouit quand vient le moment de se remettre debout. Il pousse sur ses jambes mais y a rien qui se produit, il sait même plus sur l'instant comment les bouger. Heureusement y a l'adulte qui l'aide et même s'il se méfie il sait que sans lui il serait déjà entre les mains du Capitaine Hook. Alors il rassemble ses forces, il s'accroche et il marche, ses pas sont vacillants, il s'affaisse souvent, mais ça ira parce qu'il est courageux et fort, parce qu'il a survécu aux uniformes et aux camps de la mort. Ça ira, oui, et c'est même pas grave d'abord s'il est plus sale qu'il ne l'a jamais été, si la sueur coule sur ses tempes à cause de l'effort. C'est pas grave s'il a mal, s'il galère, s'il prie un dieu qui n'existe pas pour qu'il continue de porter ses pas. C'est pas grave tout ça, il est vivant, toujours vivant, et y a que ça qui compte, qui importe vraiment !

Aussi ne se plaint-il pas, il avance, il peine, il continue, il tire sur son corps qui ne suit plus. Puis y a le fauteuil dans lequel il s'avachit, s'écroule, avant de se pelotonner tout contre l'un des accoudoirs. Il fait un peu petit dedans, un peu frêle, mais c'est pas juste le fauteuil c'est aussi le regard de l'homme qui le fixe avec plein de force, plein de curiosité avant de poser des questions. Dont une pour laquelle il n'a pas vraiment de réponse, rien de logique ou de concret. "J'ai couru..." Si son regard n'avait pas été si sérieux ça aurait presque pu être drôle. Mais il a tellement tellement couru, tellement vite et tellement fort... Il a eu tellement peur, que non, il ne rit pas Brother. "Je voulais le lapin, je l'ai suivi toute la journée, il fuyait mais je voulais pas.. Je voulais pas abandonner. Puis y a quelque chose qui m'a fait peur et j'ai couru." Plus petit encore, l'Inconstant, il se ratatine et s'écrase, se roule en boule autour de ses jambes abîmées et pleines de sang. De toute façon tout son corps semble être sanglant. "Y a juste quelque chose qui m'a fait peur..." Le regard s'évapore, se perd dans le vide. Il ne veut pas y repenser, il ne veut pas replonger, revoir Pitchipoï et les monstres, les monstres, les MONSTRES, juste LA !

Ses paupières s'abaissent, il lâche un gémissement, c'est presque pitoyable, ça le serait presque s'il était pas si sale sale sale, si plein de son propre sang. "Pourquoi tu m'as aidé.. ?" Il sait, il sait que les adultes au port n'aiment pas les enfants. Il sait, connaît l'ordre de Hook. Alors pourquoi ? Pourquoi il a fait ça ?






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Mer 25 Oct 2017 - 22:40

L'explication du garçon, décousue, plongea Adam dans ses pensées et dans une grande tristesse. Son regard se perdit dans les prunelles de l'enfant, le regardant sans la voir, sourcils froncés. Il finit par baisser la tête. Sa détresse était grande, et il sentait dans son histoire un grand traumatisme. Il sentait une métaphore à travers ce lapin qu'il voulait chasser à tout prix.

- Tu as eu peur … répéta-t-il du bout des lèvres, sans vraiment se rendre compte qu'il parlait.

Il hocha la tête lui-même, comme s'il se répondait tout seul, comme s'il encaissait doucement. Subitement, il avait mal. Au cœur, et ça remontait jusqu'à sa gorge. Il déglutit, mais l'envie de pleurer était bien là. La douleur de l'enfant était si grande qu'il en avait du mal à respirer. Il avait l'impression qu'un poids immense était posé sur sa poitrine pour lui compresser les poumons. De peu, il retint son envie de l'étreindre. Pour le réconforter, lui, et pour prendre un peu de son mal pour le soulager.

- Et tu as peur, maintenant ? S'enquit-il de la voix la plus douce qu'il pouvait.

Douce, la voix, mais un peu cassée aussi. Il osa un petit sourire, un piètre petit sourire, qui tombait un peu et qui n'était pas convaincant. C'est pas grave, c'est l'intention qui compte.

- Pourquoi tu m'as aidé ?

Il souffla lentement, par le nez. Il pinça ses lèvres, haussa un petit peu les épaules. Il ne savait pas quoi répondre à ça.

- Je … je ne sais pas. Je n'aime pas la violence. Je ne l'ai jamais aimé.

Certes, c'était un enfant qui était dans le Port. Là où il ne devait pas être. L'avoir aidé ainsi, c'était enfreindre la loi. Et heureusement que la plupart des pirates étaient avides d'or. Ceux qu'Adam avait payé pour la survie du gamin tiendraient leur langue. Autrement, peut-être que l'Eteint risquait beaucoup. Peut-être autant que Brother. Mais c'était ainsi : il avait beau avoir vieilli, Adam, il se sentait toujours plus Enfant Perdu que Pirate. Même s'il était vieux, oh, si vieux.

- J'aurais peut-être pas dû. Mais tout le monde y a gagné quelque chose, à la fin. J'ai fais ce qu'il fallait, j'en suis sûr.

Il pesait ses mots. Il avait peur de faire peur. Il voyait son visage, dans le reflet des yeux verts du garçon. Il voyait les années posées sur sa peau. Il voyait la vieillesse sur ses traits. Lui-même aurait eu peur d'avoir un homme si proche de lui, avant. Il était Pirate. Pas homme, pas adulte. Pirate. Pi-rate.

- C'est quoi, ton nom ?

Adam se redressa, gardant toujours son regard protecteur posé sur lui.

- Moi, on m'appelle Adam. Je suis pas là depuis bien longtemps, tu sais. J'ai été un Perdu, aussi.

Peut-être que lui dire cela n'allait pas le rassurer. Peut-être que justement, ça allait lui faire peur. Mais il se disait que, peut-être aussi, ça pourrait au moins lui faire comprendre que même s'il est plus vieux que lui, il le comprend. Il a connu ce qu'il connaît encore.
Soucieux de sa santé, il enchaîna :

- Tu as soif ? Ou faim ?

Il pencha un peu la tête sur le côté. Les reflets des hautes lanternes rendaient la peau du Perdu plus pâle encore malgré la crasse. Il devait être roux, sous la boue qui recouvrait sa tignasse.
Calant ses mains dans ses poches, Adam enchaîna :

- Souhaites-tu rester dehors le temps que je t'apporte quelque chose ou préfères-tu rentrer un instant au chaud ? Tu ne risque rien à l'intérieur. Promis.

Surtout, il ne voulait pas le brusquer. Lui donnait l'impression qu'il n'a pas le choix. Adam n'avait que trop peur de passer pour un pervers ou un sadique qui amadouait les enfants pour mieux leur faire du mal. Son image pouvait déjà être bien assez inquiétante pour les perdus, même s'il était loin d'être hideux.








Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brother
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : L'Inconstant
✘ AGE DU PERSO : 13-14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : A discuter
✘ LIENS : Il y a des moments où il suffit de peu de chose pour que la vie continue ou qu'elle s'arrête.

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Jeu 26 Oct 2017 - 17:57

L'enfant tremble tremble tremble maintenant sur le fauteuil de la terrasse, mais ce n'est plus à cause de la Peur, c'en est le contrecoup qui s'abat sur son corps comme une enclume, si lourde, si lourde, si lourde que juste avec ses mains il ne peut pas la soulever. Mais c'est pas pour autant qu'il se sent faible, non, parce qu'il sait que la peur peut tout dépasser, tout dominer jusqu'à la raison, et faire perdre la tête, arracher, dépecer la lucidité. Et lorsqu'elle recule, lorsqu'elle s'en va, elle laisse sa trace quelques minutes, plus longtemps parfois. Sur Brother c'est d'abord tous ces tremblements sur le corps, les mains, les jambes, la tête, tout partout, puis y a aussi le froid dans sa peau et ses os, dans ses muscles et à l'intérieur, dans son estomac, dans son cœur, même dans sa gorge et ses yeux ! Il claque des dents, mais il les serre si fort que ça se voit pas, non ça se voit pas, c'est comme ses tourments, son étoile ou son numéro sur son bras, c'est secret, bien caché, bien gardé, on peut pas les lui voler, on peut pas... mais lui il peut se trahir et quand il ouvre la bouche pour laisser sortir sa voix en réponse aux mots de l'adulte, ça tape tape tape tape ses mâchoires les unes contre les autres. Alors encore une fois il se recroqueville, toujours plus petit, mais y a un moment où il peut plus fuir comme il le fait là, un moment où il bloque et doit affronter, envoyer paître le contrecoup, remonter.

Ses yeux se rouvrent et le vert est un peu mouillé, un peu douloureux, se plante dans le bleu en face, et son corps aussi tremble toujours, un peu moins mais il cache quand même ses mains contre ses vêtements souillés pour pas trop le montrer. "J-j-je..." Il s'arrête, prend une profonde inspiration qui brûle un peu ses poumons. "Je suis content que tu l'aies fait." Il n'avouera pas Brother qu'il se bat tout le temps, que l'arène lui est familière maintenant. Il ne dira pas ce qu'il fait parce qu'il a honte, parce que lui non plus n'aime pas la violence, mais il en a besoin. De toute façon ce n'est pas comme si l'homme et lui allaient se revoir par la suite, non ? Il ne lui doit rien à part cette dette, la dette de sa vie. Mais pas d'aveux, pas de prénom, pas de choses sur lui, c'est du moins ce qu'il se dit et c'est pour ça que ses sourcils se froncent quand Adam – puisque c'est ainsi qu'il se nomme – le questionne et puis se donne.

D'abord il ne dit rien. Les lèvres closes, tellement surpris que même les tremblements et les claquements ont cessé, car les seuls pirates à agir ainsi sont sûrement ceux qui souhaitent amadouer pour piéger, tromper puis trahir, sauf que celui-ci a donné sa bourse pour lui. Pour sa vie. Alors il hésite, Brother, y a rien qui sort de sa bouche et il le regarde bien longuement, profondément, ses émeraudes bien sérieuses comme s'il le sondait, comme s'il cherchait quoi faire sur ses traits. "Brother. Je m'appelle Brother. Et je veux bien à boire." Il sait pas vraiment pourquoi il rompt déjà ses règles. Peut-être parce qu'il n'a pas l'air méchant Adam, parce qu'il n'est pas comme les autres, même peut-être parce qu'il est français. Non il sait pas vraiment mais il le fait, c'est un peu tout. Par contre il ne le laissera pas sans surveillance à l'intérieur, il psychote sans doute mais il préfère être prudent et donc se lève. Ses jambes tremblent encore, sont toujours faibles, il râle tout bas, dans une barbe qu'il n'aura sans doute jamais s'il ne vieillit pas, s'avance d'un pas. "Je veux venir." Elle se tord à peine un centième de seconde sa voix, mais elle vacille quand même sur une petite note parce qu'il est inquiet mais disparaît, engloutie par sa main qui se glisse dans la sienne en une preuve bien à lui d'un bout de confiance qu'il accorde.

Et elle lui en rappelle vaguement une autre la main, un peu abîmée mais pas encore trop, vaguement car elle est bien plus jeune, bien différente et pourtant... Si sa bouche ne sourit pas, les deux émeraudes de ses yeux eux semblent le faire. Car l'adulte a comme un goût de nostalgie même si ce n'est que pour une seconde et que celle d'après ce sera sans aucun doute différent. C'est pas très grave, il cesse de s'en soucier. Et si jamais c'est un piège, il sait se battre Brother, il le fera jusqu'à la mort. Même qu'il doit en plus avoir son couteau. Alors ça ira. "Tu es parti du Grand Arbre ? Ou Peter t'as banni ?" qu'il demande même soudain, parce qu'après tout Adam ne devrait pas être le seul à pouvoir questionner. "C'était il y a longtemps ?" Les bannissements, Brother y participe mais dans son coin. Bien sûr il est là, mais ça ne lui fait pas vraiment plaisir, trop peur que ce soit lui, un jour, attaché au poteau, à devoir supporter les assauts de ceux qui ont été un jour amis, frères, connaissances, personnes sur qui on pensait pouvoir toujours compter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Ven 27 Oct 2017 - 22:39

Il l'aida de nouveau à se mettre debout, un peu soucieux, tout de même. Son regard engloba la fumerie une fraction de secondes, tandis qu'il réfléchit. Y'avait-il du monde, à cette heure ? Moriko était-elle là ? Qui était à l'accueil ?
La règle de l'Amanite Viride était claire : pas d'enfant dans l'établissement. Brother avait beau être grand pour son âge, il n'en demeurait pas moins un enfant. Et Adam craignait un joli remontage de bretelles s'il se faisait surprendre accompagné d'un si jeune homme.
Et puis, c'était bizarre, de toute manière, non ? Pourquoi l'Eteint irait s'isoler chez lui avec un enfant ? Il avait beau être l'être le plus gentil et innocent qui soit, une rumeur était vite créée.

Bah ! Peu importe ce qu'on pouvait penser de lui. Peu importe qu'il se fasse reprendre violemment par Moriko ou par l'un des employés. Qu'est-ce qu'il risquait, de toute manière ? Il avait aidé ce gosse, et il ne regrettait pas son geste. S'il devait mourir pour ça, et bien, il mourra. Avec la conscience apaisée.

Et puis Brother glissa sa main dans la sienne, troublant un peu plus l'Eteint qui ne sut pas s'il devait le lâcher ou pas. Parce que la dernière chose qu'il souhaitait était qu'on le prenne pour un pervers, ou quelque chose de ce genre. Mais il la garda, cette main, serré entre ses doigts. Il essayait de lui envoyer sa force par ce simple contact. Et, après avoir prit une grande inspiration pour se donner du courage, il entra, ignorant, pour un premier temps, les questions de Brother.

Son regard fouilla l'accueil. Personne. Néanmoins, le carillon, qui alerta leur présence, allait bien vite rameuter quelqu'un charger de les accueillir. Vite, Adam tirait l'enfant jusqu'à l'escalier. Dans la pénombre, il se sentait plus assuré.
Ils grimpèrent les marches en silence, l'Eteint toujours concentré, un brin nerveux aussi. Mais, à cette heure-ci, tout le monde devait être occupé.

- Rentre.

Il le poussa à l'intérieur de sa chambre, avec un peu de brutalité peut-être.

- Ne bouge pas de là. J'arrive de suite.

Son indexe se posa sur ses lèvres pour lui intimer le silence. Il referma la porte après lui avoir sourit brièvement et descendit l'escalier.
Il remonta une petite dizaine de minutes plus tard, bras chargés, entra dans sa chambre et prit bien soin de refermer derrière lui.

La pièce n'était pas bien grande. Une dizaine de mètres carrés tout au plus était suffisante pour dormir et s'isoler. Le lit était au fond, à côté d'une petite table de chevet, directement face à une grande fenêtre qu'il gardait souvent entrouverte pour mieux respirer. Sous cette fenêtre, un coffre. À côté de la porte d'entrée, une grande armoire détenait le peu de vêtements qu'il avait. Une petite table se tenait contre le mur, à côté de la table de nuit.

Il y a déposa ce qu'il était allé chercher. Une grande gourde, remplie jusqu'au bord, quelques victuailles qu'il avait pu récupérer – pain, raisins, une pomme et un morceau de fromage -, et une bassine pleine d'eau chaude. Il avait aussi pensé à prendre une serviette et du savon. Tout ce dont Brother pouvait avoir besoin à cet instant.

Adam vint allumer sa lampe à huile, puisque l'enfant n'avait en effet touché à rien. Une lumière tamisée vint rehausser la chambre de couleurs chaudes, à l'image de la fumerie. Du orange, du rouge, du jaune, du brun. Toutes ces couleurs qui ne correspondaient pas au pirate.

- Sers-toi.

Il tira un petit tabouret de dessous la table et s'installa, lui, sur son lit, soucieux de laisser au garçon toute la liberté qu'il pouvait rechercher.
Un gros soupir fut retenu. Adam laissa ses yeux glisser sur la silhouette de Brother. Il se fit la réflexion que lui aussi, avait droit à des réponses.

- Je ne sais plus, pourquoi j'ai quitté le Grand Arbre, admit-il après un silence.

Il se pencha en avant pour retirer ses chaussures. En réfléchissant.

- Moriko … la gérante de l'établissement. Dit qu'elle m'a trouvé. Il paraît que j'étais dur comme de la pierre, prostré contre un rocher. J'étais encore un enfant, quand elle m'a trouvé. Un adolescent. Je … Je ne pense pas avoir été banni. Je ne pense pas être parti. Enfin … je ne sais pas pourquoi je serais parti.

Un petit rire gêné lui échappa. Il se mit sur ses jambes, chaussures en main, pour les poser près de l'entrée.

- C'est bête de plus se souvenir de rien, pas vrai ? Je crois que c'est le plus énervant.

Ses jambes le guidèrent jusqu'à la fenêtre, qu'il ferma un peu plus, craignant pour la santé de Brother.

- Ca doit faire quelques bons mois que je suis là. Enfin. Assez longtemps. Mais je sais que je suis resté plus longtemps encore au Grand Arbre. On se connaissait peut-être même, avant.

Cette réflexion le plongea dans une certaine tristesse. Il reprit sa place sur le bord du lit et détailla le visage de l'enfant, dans l'espoir, peut-être, de se souvenir de ses traits.

- J'ai pas choisi de me retrouver là, tu sais. Je sais que je suis un homme, maintenant. On me le rappelle chaque jour. Enfin … je préfère être ici que sur le Jolly Roger.

Il opina du chef, comme pour se convaincre de ses propres paroles, et adressa un sourire convaincu à Brother. Il avait été loquace, Adam. Mais il lui devait bien ça. Après tout, ce n'était pas lui qui se trouvait en lieu inconnu, avec un homme tout autant inconnu. Il ne devait pas être à son aise.








Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brother
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : L'Inconstant
✘ AGE DU PERSO : 13-14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : A discuter
✘ LIENS : Il y a des moments où il suffit de peu de chose pour que la vie continue ou qu'elle s'arrête.

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Sam 28 Oct 2017 - 23:41

Bringuebalé par la main d'Adam, l'enfant marche puis court à petit pas menus pour le suivre, grimpe l'escalier. Il a pas eu le temps de voir, il a pas non plus eu le temps de comprendre mais il sait ce qui se passe, que c'est comme dans le Monde Ordinaire et qu'on doit pas le remarquer. Alors il se fait discret, silencieux, marche sur la pointe des pieds, ne fait même pas grincer une planche. Pourtant à chaque pas son cœur va plus fort, toujours plus fort, semblant sur le point d'exploser, si bien qu'il sait pas trop comment il atteint la chambre vivant, mais il l'est lorsque derrière lui et sur quelques mots qu'il entend à peine la porte se referme. Un peu moins, ou peut-être un peu plus lorsque, laissé seul, il se trouve près d'une armoire un coin de noir où se cacher, se recroqueviller, se faire oublier. Arrêter de penser à tous les principes qu'il envoie valser. Car il n'aurait jamais dû accepter, monter dans cette chambre seul en compagnie d'un inconnu, pas alors qu'à peine quelques instants avant la Peur dévorait tout, laissant au creux de son ventre cette envie, non, ce besoin de fuir. D'au moins être seul. Aussi, il se saisit avec joie de ce temps que lui offre Adam, souffle, se calme, repousse au plus profond de lui la colère qui, il le sait, l'enverra à l'arène dès le matin. Et il sursaute quand la porte se rouvre, braque ses émeraudes sur le corps qui s'avance dans la pièce.

Est-ce qu'il l'a vu, là dans son coin ? Brother ne peut pas le dire, puis de toute façon il s'est remis debout sans même s'en rendre compte, s'approche de la table en laissant ses yeux s'égarer sur la décoration. Elle est chaude, elle le rassure, il s'y sent à l'aise. Mais ce n'est pas chez lui, lui il en a pas de chez lui parce qu'il vit au grand arbre, il a juste son lit, ses couvertures, et à peine quelques habits, et à part son étoile, en petit tas bien plié au fond de sa chaussure, l'Inconstant n'a pas grand chose à lui. Vraiment à lui. C'est la première fois qu'il remarque ça, malgré tout ça ne l'attriste pas vraiment, ça lui semble juste soudain étrange. Il s'installe sur le petit tabouret.

Il est hésitant quand il attrape un raisin. C'est juste un grain, il sait pas trop s'il a le droit, mais à l'instant où il touche ses lèvres il oublie ce tourment. La Peur lui avait fait oublier la Faim et là elle surgit, c'est tout juste s'il ne se jette pas sur la grappe qu'il a pris. Il mange de bon cœur toutefois, il ne tente pas de se cacher. Pain, pomme, raisin, mais surtout fromage – depuis combien de temps n'en a t-il pas mangé ? – il goûte à tout, lâche même un long soupir de bien être sans s'en rendre compte, et en même temps écoute les réponses à ses questions. "Dur comme de la pierre.. ?" Contre un rocher. Il aurait ri si ça ne l'avait pas tant surpris, faisant battre les cils sur ses joue à cause de quelques clignements de paupières rapides sous son incompréhension. "C'est peut-être à cause de ça, que tu ne te souviens de rien ?" Et si ça n'est pas ça, s'il n'a pas été banni, s'il n'est pas parti, s'il ne s'en souvient pas c'est peut-être juste que ça n'était pas important. "Tu te souviens de ton nom ? Celui que Peter Pan t'as donné ?" Ils seront sûrement vite fixé. A part si lui même a oublié, après tout il ne se souvient pas non plus de tout. Mais il est trop curieux Brother, ça ne se voit pas vraiment sur son visage ou dans ses gestes, même s'il ne le quitte pas des yeux, et il lui laisse pas vraiment le temps de parler. "Ça fait quoi de grandir ? Est-ce que tu l'as... senti ? Est-ce que ça t'as fait mal ?" Comme ça lui fait peur à lui ! Si fort, si fort, parce qu'il veut pas que ça lui arrive, il veut pas quitter Grenouille, jamais !

Et il sait pas non plus pourquoi ça ferait mal, mais ça le taraude un peu, il sait pas trop pourquoi.

"Je veux pas grandir. Si ça m'arrivait... Je sais pas ce que je ferais." Partir de lui même ? Attendre d'être banni ? Devenir quoi ? Pirate, Peau-Rouge, habitant du port ? Trouver Grenouille d'abord, expliquer. Et après penser à lui, mais l'enfant avant. "J'ai comme un petit frère au Grand Arbre, il grandira pas lui et il a besoin de moi." Pourquoi il se confie, il en sait rien, mais il le fait, ça sort de sa bouche comme l'eau de la cascade, il peut pas retenir. "Je peux pas le quitter, on est venu ensemble, on a vécu trop de choses. Si je grandis... Non, non, je peux pas grandir. Je peux pas le laisser seul, j'ai promis." Il murmure à moitié, il parle bas au moins, mais comme il y a du silence autour d'eux, ça va bien. Puis il en dis pas trop non plus, il a pas dit le nom de Grenouille, il a pas vraiment parlé de David. Pourtant c'est comme s'il hurlait leurs identités, mais l'adulte, Adam, il les connaît sûrement pas. Au moins il connaît pas David, ça c'est sûr.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Lun 30 Oct 2017 - 21:39

- Dur comme de la pierre, répéta-t-il en hochant la tête, pourtant pas plus convaincu que Brother.

Son regard se perdit dans le vide. Il finit par baisser les yeux vers ses mains d'homme, aux ongles rongés, à la peau abimés et sèches. Il écoutait les mots de Brother, ses questions, et réfléchissait sérieusement aux réponses qu'il pouvait lui offrir.
Lentement, il secoua la tête lorsque l'enfant lui demanda s'il se souvenait de son nom de garçon perdu. Une moue fataliste sur le visage, il tenta pourtant de restituer ses souvenirs, en vain. Il avait de si nombreuses fois tenter de remettre de l'ordre dans sa mémoire sans que ça n'aboutisse, il n'était pas étonné de ne pas y voir plus clair ce soir-là. Rien, rien, rien. À l'intérieur de son crâne, sa vie débutait dans cette chambre, avec des visages penchés au-dessus de lui. Il avait bien quelques bribes de souvenirs mélangés, qui se mélangeaient avec ses rêves. Sa vie d'avant, au Grand Arbre peut-être, ou bien celle de plus tôt encore, dans le monde Ordinaire. C'était flou. Tout était desespérement flou.

- Grandir …

Un petit rire triste lui échappa. Il posa ses coudes sur ses genoux et entrelaça ses doigts.

- Ca ne m'a rien fait du tout. Et c'est peut-être pire encore que d'avoir souffert. Quand j'ai finalement repris … contact avec la 'réalité' et que je me suis regardé, j'avais juste l'impression d'être face à un inconnu. Et je n'étais même pas capable de dire à quoi je ressemblais avant. J'étais là, devant mes yeux à moi, à regarder ces traces de vieillesse qui se dessinaient sur ma peau, ces marques de la vie apparues là sans que je vive. J'ai pas eu mal. Pas physiquement, en tout cas.

Brother ne voulait pas grandir. Il le clamait, et une pointe d'angoisse se lisait dans ses mots. Adam ne pouvait que le comprendre. Il lui offrit un sourire compréhensif, avec un brin de mélancolie, toujours.
Il se mit sur ses jambes dans un soupir, toujours attentif aux paroles de l'enfant perdu. Il parlait d'un plus jeune garçon encore. Un jeune garçon dont il prenait soin, qu'il considérait comme un petit frère. Qu'il connaissait d'avant, déjà. Et ça lui fit mal au cœur, à Adam, d'imaginer ce lien qui les unissait. À imaginer que peut-être lui aussi avait un petit frère, avant. Que peut-être il avait promi à ce petit frère qu'il ne grandirait pas. Il culpabilisait. Ça lui faisait mal au cœur.

- Il a beaucoup de chance de t'avoir, ton petit frère, remarqua-t-il après quelques instants de silence.

La démarche un peu traînante, l'Eteint récupéra son harmonica qui trônait sur son coffre. Toujours à portée de mains.
Perdu dans ses pensées, il le porta à ses lèvres et joua quelques notes à la volée, d'une chanson qu'il connaissait depuis longtemps. Une mélodie, plutôt. Il n'aurait pu donner le titre ou l'artiste, ni même murmurer quelques paroles. Ce n'était plus qu'une mélodie enregistrée dans son harmonica plus que dans sa tête.

- Je te souhaite de ne pas grandir, Brother. Avec toute la sincérité qu'un homme peut avoir.

Il frotta son précieux instrument avec son haut afin de le nettoyer un peu, le cœur serré et des larmes au bord des yeux. Il paierait cher pour se souvenir.

- Si tu souhaites rester ici pour la nuit, tu peux. Personne ne viendra te déranger. Et si tu as peur de moi, tu peux garder quelque chose pour te défendre à côté de toi.







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brother
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : L'Inconstant
✘ AGE DU PERSO : 13-14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : A discuter
✘ LIENS : Il y a des moments où il suffit de peu de chose pour que la vie continue ou qu'elle s'arrête.

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Mer 1 Nov 2017 - 16:50

Adam n’a pas de nom, plus d’identité. Ce qu’il était avant ? Envolé comme quelques grains de poussière chassés par le vent, balayés par la main impatiente de la vie qui a décidé de jouer un tour. Indolore mais pire encore. Brother se mord les lèvres. Définitivement il ne veut pas se réveiller un jour et voir que les années l’ont rattrapé d’un seul coup, comme une mauvaise farce dont la marque perdurera jusqu’à la mort. Mais ne sont-ils pas immortels ? Lui et les autres garçons, et puis aussi les adultes, ne sont-ils pas épargnés par le temps qui passe, par la mort que l’autre monde considérait comme naturelle ? Il n’en sait rien, l’Inconstant, il ne sait pas si sur l’île on peut vieillir jusqu’à en mourir, et même qu’il veut pas essayer, non, il veut pas essayer, il a tellement peur. C’est pas la mort, non non c’est pas la mort. C’est sûrement un peu de quitter Grenouille, ou pas un peu mais en fait surtout, parce qu’il a promis, il peut pas l’abandonner, puis Grenouille est si petit… Après tout ils l’ont caché dans une valise avec David, ils l’ont sorti de là, tous les deux, et s’il a réussi à le porter jusqu’à l’orphelinat Brother, c’est pace que Grenouille n’était pas  bien grand, pas bien lourd. Alors peut-être que la chance c’est lui qui l’a eu, d’avoir connu l’enfant et son frère, parce que David a sauvé sa vie dans le monde ordinaire et Grenouille l’a soulevé dans les airs.

Sans eux, il ne serait pas là.

Mais ça il le dit pas à Adam, il a pas à lui dire ces choses là parce qu’ils se connaissent pas vraiment, mais peut-être qu’un jour.. Non, ils seront jamais amis n’est-ce pas ? Après tout l’homme est un adulte et lui, lui n’est qu’un enfant… Bah, ils verront bien. Adam commence à jouer, à jouer de la musique, de l’harmonica. Brother sourit. Il sourit un peu, juste le coin de ses lèvres qui se soulève très légèrement, illuminant ses traits trop sérieux. Il écoute la musique, les notes, ferme les yeux, se souvient tout au fond de lui. Paris et ses étés, les rues animées par quelques joueurs d’accordéon, d’harmonica ou même d’autres instruments, les rues festives, maman, sa maman qui dansait dans ses robes, avec son sourire plein de Hongrie et son rire plein de joie. Musique... Il frissonne sans s'en rendre compte, sourit encore un peu plus, puis se fane soudain quand le train de l'horreur remplace sa maman, le train avec ses roues qui chantent une musique de mort. Puis après le train plus rien, plus rien d'autre que le silence et le froid, et les murmures d'angoisse dans le noir. Jusqu'au Grand Arbre. Comment il s'appelait le joueur d'harmonica ? Il sait plus bien, mais il se souvient qu'il était pas vraiment sympa avec lui, qu'il crachait les mots violents, qu'il voulait pas de lui.

Le joueur d'harmonica. Son cœur s'emballe, sa bouche se tord en une grimace à peine visible. Comment il s'appelait ? Comment ? La voix de l'homme le fait sursauter, il rouvre les yeux, un peu paniqué. Mais y a rien, y a juste la voix d'Adam et ses mots plein de compassion, de sincérité. Sépia. Puis une proposition. Il ouvre grand les yeux. Encore une fois ça lui a sauté dessus, un bout de souvenir qui s'accroche à lui. Il bafouille un peu. "J-Je veux bien.. rester ici." Pourquoi il dit ça ? Pourquoi après tout ce qu'il lui a fait ? Il a un gout de bile au fond de la gorge. "Est-ce que je peux me laver ?" Il indique la bassine, il est un peu plus nerveux, un peu plus crispé, sans doute un peu inquiet. Est-ce que c'est vraiment lui ? Ils ne s'étaient pas reconnus... Peut-être bien qu'Adam au fond de lui n'en a pas envie. S'approchant du baquet, l'Inconstant retire son haut souillé après s'être pudiquement détourné, mis de dos, attrape le tissu qui y baigne et le passe sur son visage. Il y retire la boue, les larmes, le sang. Il se débarrasse de la peur, de l'humiliation, de l'horreur. Et il serre les doigts sur le tissu, très fort, à un moment. "On s'est connu, je crois, toi et moi." Encore une fois il murmure, parce qu'il est pas très sûr, et qu'il sait pas comment ne pas le blesser, le heurter.  "Sépia ?" Il a baissé la tête, fixé ses yeux sur l'eau renvoyant tranquillement son reflet.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Lun 6 Nov 2017 - 0:18

Il hocha la tête d'un air grave, Adam. L'enfant souhaitait rester. Maintenant, ce n'était plus à la nuit qu'il pensait, mais à la manière dont il pourra partir, demain. Très tôt le matin, ou tard le soir ? Il faudra trouver une solution pour être discret. Ils avaient eu un grand coup de chance en entrant dans la fumerie et sans croiser personne. Ça n'arrivera pas à chaque fois.
En attendant, l'Eteint, il était un minimum soulagé pour Brother. Si lui n'avait pas une totale confiance en l'adulte, ce dernier savait qu'il était en sécurité, dans sa chambre. Au moins pourra-t-il passer une nuit au chaud, entre quatre murs, et le ventre plein.

- Est-ce que je peux me laver ?

D'un sourire, Adam l'autorise.

- Elle est là pour ça. Attention à tes plaies. Le savon risque de te piquer.

Car ces pirates, qui avaient croisé sa route, ne l'avaient pas loupé. Peut-être même auraient-ils pu le tuer s'ils avaient continué encore quelques instants. Même pas longtemps.
Adam se tourna un peu. Se posa sur le lit, tourné au trois quart de l'enfant pour lui laisser l'intimité qu'il pouvait rechercher. Il continua d'enchaîner les petites mélodies à l'harmonica, distraitement, sans vraiment y mettre du sien.

Il s'arrêta de jouer au milieu d'une note lorsque Brother reprit la parole. La main de l'Eteint demeura en suspend, l'harmonica au bord de ses lèvres, et les yeux à regarder le vide. Toute son attention, toute son âme était à cette instant tournée vers l'enfant, à défaut de son corps qui ne lui faisait pas face.
Et lorsque le prénom flotta dans l'air, lorsque ce surnom propre au enfant perdu glissa sur les lèvres de l'Inconstant, Adam laissa mollement sa main retomber contre sa cuisse. Et son regard de fouiller dans le vide, à l'intérieur d'un passé caché derrière un voile opaque. Il répéta, du bout des lèvres, sans laisser sa voix filtrer. Se-pia. Et ses sourcils se froncèrent.

Il déglutit, un peu. Frotta son visage de sa main, las. Soupira.

- Sepia … répéta-t-il encore.

Il sentait, que ce n'était pas loin. Le Souvenir. Qu'il était à ça de pouvoir rattraper cette partie de sa vie. Sepia. Sepia. Au-delà de cette teinte de couleur, il y avait quelque chose, il y avait une histoire, jetée au feu par un vieillissement ingrat. Et Brother avait gardé précieusement une page, qu'il lui tendait timidement.
Partiellement, il se tourna vers lui. Ses prunelles brillantes à la recherche d'un indice supplémentaire sur le visage de l'enfant. Il s'accrocha à l'intonation de sa voix qui lâchait son ancienne identité. Aux regrets dans cette voix. À cette légère note amère. Cette note de culpabilité, d'hésitation, de honte. Brother l'avait connu, oui. À l'époque, Brother était le plus âgé. Brother était le plus fort. Et Adam, ou Sepia, le plus calme. Et alors ? Et alors …

- Tu n'as pas toujours été sympa, avec moi, c'est ça ?
Souffla-t-il.

Il souffla du nez et sourit un peu tristement. Ses jambes le portèrent lourdement vers Brother, hésitantes, fatiguées. Il se mit à genoux face à lui. L'observa de tout son saoûl. Avec précaution, ses doigts agrippèrent le tissus humide qu'il tenait. Avec plus de douceur encore, il entreprit d'enlever crasse, larmes, sang sur le visage du garçon et sur les cheveux qui retombaient sur son front. Dans l'espoir de reconnaître. Et son regard glissa sur ses traits marqués. Remarqua ses tâches de rousseurs qui parsemaient sa peau claire. Retraça les lignes de sa machoire, dessinée malgré son jeune âge. Brother lui apparaissait comme un souvenir effacé. Il doutait de sa réalité.

- Je me souviens …

La fin de sa phrase resta en suspend. Il ferma les yeux et baissa la main et réfléchit. Plus que des souvenirs, ce fut des sensations qui lui revint. Des émotions. Les siennes, et celles de Brother.

- Je t'ai écouté. J'ai encaissé. Beaucoup de mots qui font mal... pas vrai ? Mais … mais c'était pas grave. C'était jamais grave pour moi. Parce que c'était pas réellement dirigés vers moi. Tu avais mal. là.

Il toucha son propre buste, à gauche, au niveau du cœur.

- Tu as toujours mal. Depuis tout ce temps.







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brother
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : L'Inconstant
✘ AGE DU PERSO : 13-14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : A discuter
✘ LIENS : Il y a des moments où il suffit de peu de chose pour que la vie continue ou qu'elle s'arrête.

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Lun 6 Nov 2017 - 16:04

Pour tous ces mots poison jetés à Sépia, toute cette méchanceté envoyée, l'Inconstant devrait sans doute s'excuser et surtout prier pour être pardonné, espérer la clémence, mais dans l'instant rien ne sort de sa bouche, rien ne vient et sa tête est vide, vide de tout ce qui n'est pas la honte, culpabilité. Ça coule sur lui, poisseux, griffe sa peau, la mord et le maltraite, et il gémit en silence, se débat sans mouvement, à genoux devant le baquet, à genoux en supplicié, tremblant à nouveau si fort qu'il voudrait hurler. Seulement il peut pas, alors il se bat de toutes ses forces avec elle, la honte, l'attrape, la tire, la pousse, l'arrache à sa gorge et à ses cris, la renvoie au fond dans la violence, le plus loin possible dans ses entrailles. Et ça fait mal de l'étouffer comme ça, il vacille un peu et se rattrape d'une main sur la bassine, plonge encore dans son propre reflet et n'y voit que sa propre immondice, sa propre cruauté puisque que Sépia ne lui avait rien fait. Sépia se contentait de vivre avec un calme qu'il n'aurait plus jamais et ça l'en rendait fou, malade. Il aurait voulu le voir s'agacer, s'énerver, renvoyer les mots, rendre la violence, avoir mal un peu lui aussi et ça n'arrivait pas, il ne répondait pas à ses demandes. Brother, alors, le haïssait terriblement.

Cependant y pas de Haine dans ses yeux quand ils se lèvent et percutent les siens. Y a pas de Haine et pas non plus de Peur, non, mais c'est plein de Tristesse, puis aussi toujours de Honte, et même un peu de larmes. Beaucoup de larmes, qui montent et montent et se contiennent, débordent à peine jusqu'à ce qu'il lâche l'affaire, après tout il a tellement de choses en lui, il peut pas tout garder. "Pas très sympa c'est très en dessous de la réalité..." Y en a une première qui coule lorsque sa main accepte de laisser à Adam le tissu. Une seconde quand il commence à le nettoyer. Une troisième alors que ses paupières s'abaissent, que ses épaules s'affaissent et qu'il se recroqueville, douloureux sous son regard qui le dévore, le cherche comme on poursuit un fantôme au creux des souvenirs. Mais lui il voit que ce qu'il a fait, tout le mal qu'il a tenté de causer, et ça fait couler un peu plus vite, un peu plus fort les larmes sur ses joues. Il est pourtant pas un pleurnichard, Brother, mais ce soir est un peu particulier il faut croire, entre la Peur et les retrouvailles et puis aussi la Honte, il arrive pas à se retenir.

Il pleure comme un gosse, encore, mais c'est pas de la rage cette fois et ça fait presque du bien, et comme en écho à son geste il pose sa main sur sa propre poitrine, à gauche lui aussi. Oh oui il a mal, et y a qu'Adam ou Sépia qui a toujours réussi à le voir. Peut-être que c'est aussi pour ça qu'il était méchant avec lui, parce qu'il supportait pas sa manière de le percer à jour, de voir au delà de tout. "Comment tu fais pour pas m'en vouloir ?" Sa voix n'est plus qu'un sanglot, et plus les secondes défilent plus il se brise, là, sur le parquet et aussi sur le baquet où l'eau, troublée par les larmes, s'agite sans plus parvenir à lui rendre son image. "Je t'ai... Je t'ai haï... Je voulais que tu disparaisses parce que tu me dégoûtais... Je l'ai vraiment voulu, ne plus te voir, je... je suis un monstre..." Comme les uniformes et tous ceux qui leur ont fait du mal à Grenouille, à David, et puis à lui. "Je voulais que tu aies mal... que tu aies mal comme moi et même plus..." Il s'étrangle sur ses pleurs et les chasse de ses mains, se mordant les lèvres. "J'en avais besoin, tu sais, de te voir souffrir... J... Je voulais plus être le seul..." C'était avant, mais encore aujourd'hui sûrement. C'est pour ça qu'elle lui fait tant de bien l'arène, y a plus que lui qui a mal, plus que lui qui se bat contre le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Noguchi
avatar

☠ Pirate du Port ☠


✘ AVENTURES : 116
✘ SURNOM : L'Eteint
✘ AGE DU PERSO : La quarantaine (né en 1905 dans le Monde Ordinaire)

✘ DISPO POUR RP ? : NON D:
✘ LIENS : Viens tôt me secourir; ou me faudra mourir

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Ven 10 Nov 2017 - 12:22

Et Brother pleura. La culpabilité, trop forte, finit par déborder, par couler de ses yeux claires et par inonder sa peau. Et Adam déglutit, frappé en plein cœur par ce trop-plein dirigé vers lui, et vers tous les autres vers qui l'enfant s'en prend quand il va mal. Quand il a besoin de faire mal pour aller mieux.

Il l'observa, Adam. Le visage teinté par la douleur. Il fouilla dans ses larmes, à la recherche des mots justes à employés. Il l'écouta. L'incita à tout lâcher, à faire exploser la bombe. À dire tout ce qui lui faisait mal au cœur. Parce que c'était ce qu'il savait faire de mieux, l'Eteint. Et qu'ainsi, il remplissait son rôle.

- Mais … j'avais mal aussi. J'ai toujours eu mal. C'est juste qu'on a tous une manière différente de le vivre. Je savais que t'avais mal. Et tu le sais, que je savais.

Les gestes lents et mesurés, le pirate posa ses mains sur les épaules du garçon. Dans un élan dénué de toute brusquerie, il le tira vers lui, contre lui, et referma ses bras contre son corps frêle. Il était froid, Adam. Ses mains étaient toujours glaciales, et il ne pouvait pas réchauffer les gens avec sa chaleur corporelle. Mais il espérait que ce qu'il ressentait pouvait faire l'affaire.

- Je sais, Brother …

Il ferma un instant les yeux, souffla par le nez, et son souffle agita une mèche des cheveux de l'enfant perdu. Son menton se posa sur sa tête tandis qu'il lui frictionnait le dos dans une étreinte tout ce qu'il y avait de plus réconfortante.

- C'est plus important, aujourd'hui, tu sais. Je ne t'en voulais pas avant, et maintenant, c'est pareil. Ne te fais pas souffrir pour ça. C'est loin. C'est terminé. Oublié. L'Île a fait son travail.

Sa voix était un souffle. Un murmure. Il peinait, lui aussi, à ne pas pleurer en écho aux larmes de l'Inconstant. Il n'aimait pas qu'il soit dans cet état par sa faute. Il n'aimait pas faire culpabiliser les gens, surtout pour une histoire qui date autant. Certes, le garçon perdu qu'il fut avait souffert du comportement de Brother à son égard. Il avait souffert de le voir se braquer, encore et encore et encore, alors que lui essayait de l'aider. Il avait souffer, lorsqu'il avait accepté ce rôle de souffre-douleur dans l'espoir d'apaiser son mal, plus encore lorsqu'il avait accepté qu'il n'arrivera jamais à le soulager autrement qu'en encaissant ses mots blessants. Mais il ne lui en voulait pas. Il comprenait. Et il préférait prendre pour lui plutôt que sa colère soit dirigée vers d'autres enfants qui eux, ne comprendraient pas.

- Je ne suis plus Sepia, admit-il après un silence. Tu n'as pas à t'en faire pour moi.

Et ces quelques mots suffirent à lui faire lâcher quelques larmes. Les seuls qu'il versa cette nuit-là.
D'un revers, il les effaça, ainsi que les bribes de souvenirs du Grand Arbre.
Sa main abîmée se glissa dans les cheveux du garçon pour caresser d'un geste paternel ses mèches rebelles et encore mouillées. Protecteur. Comme il l'avait toujours été.







Adam lutte en 6666ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brother
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 126
✘ SURNOM : L'Inconstant
✘ AGE DU PERSO : 13-14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : A discuter
✘ LIENS : Il y a des moments où il suffit de peu de chose pour que la vie continue ou qu'elle s'arrête.

MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   Ven 10 Nov 2017 - 20:02

Brother a mal mal mal à nouveau de pas avoir vu ou entendu, de pas avoir fait attention à tout les cris silencieux qui sortaient de la bouche de Sépia, et aussi d'avoir pensé qu'à lui, puis ça le mord, ça le ronge, ça le brûle de se retrouver dans ses bras, ça le ravage, parce qu'encore une fois Adam, Adam s'inquiète pour lui. Pourtant il s'y fond, il se presse contre ce corps, l'entoure entre ses bras, et enfouit le bout de son nez contre le cou, au début un peu timide puis plus fort, juste pour sentir sa chaleur. Il hoquette et sanglote, se noie contre lui, petit bonhomme d'eau et de sel, de Honte et de Douleur, renversé, chaviré, bouleversé, ballotté par trop plein de choses, la symphonie des émotions au milieu de laquelle pourtant il perçoit, sent la froideur des doigts sur son dos, sa peau d'albâtre. Ça le fait frissonner, trembler, et il comprend pas où elle est passée sa chaleur à Adam, où elle s'est enfuie, comme la vie dans ses yeux gris, comme les souvenirs de son esprit. Et si lui a oublié, Brother se souviendra, il se souviendra pour deux, pour lui, pour eux, parce qu'il trouve ça important de pas tout oublier, car même si Sépia est plus Sépia, la mémoire c'est ce qu'on est, et son erreur l'Inconstant doit simplement apprendre à l'accepter. Puis finalement les larmes parviennent à s'arrêter.

Il reste avachi pourtant, écroulé un long moment dans les bras. Le brun n'est peut-être pas tout chaud mais juste ça, ce câlin, ça fait du bien, comme ceux de maman Max un peu, mais pas pareil. Pas pareil... C'est pas non plus comme son Père dans le Monde Ordinaire, mais ses câlins à lui il ne s'en souvient pas bien.

Et puis il essuie d'un revers de main ses joues, se recule, s'échappe pas, il se contente de venir poser les doigts sur le visage de l'adulte, sans peur, sans hésitation, juste avec douceur sur les quelques traces laissées par des larmes. Il le regarde et il sourit même légèrement, toujours un peu tristement. Il a le pouce qui caresse, gauche droite, gauche droite, tout tendrement, et y a sûrement qu'Adam qui aura le droit à ça, car Brother généralement ne s'abandonne pas facilement. Puis quand il arrête avec le pouce c'est juste pour passer ses bras autour de son cou, il empoigne et serre et puis se hisse avec ses bras, accroche ses jambes aux hanches. Il est pas bien lourd, c'est comme s'il pesait rien. Et il se tient avec tant de force qu'Adam a même pas d'efforts à faire. C'est juste que ça lui fait du bien, ça étouffe le mal et la douleur et c'est comme si d'un coup il pouvait inspirer une grande grande grande gorgée d'air. Revivre un peu, penser à autre chose qu'à David ou Grenouille, aux morts et aux survivants, ou même aux uniformes et aux "Aufstehen !".

Il a pas besoin de penser, il caresse juste la nuque à laquelle il est accrochée, avec sa main, sa pas si grande main toute aimante, douce et caressante. Il parle plus pour l'instant, profite quelques secondes du silence qui pour une fois ne crie pas, du calme qui n'effraie pas. Car ici c'est pas comme un calme avant une tempête, c'est simplement normal, comme après l'orage quand tout redevient ce qu'il était à l'initial. Puis les câlins, il en a pas tellement, alors Petite Mère ou Adam, après tout personne ne le saura. C'est tellement doux... tellement bien de ne plus penser à rien, et lovée ainsi, elle pourrait presque s'endormir la petite bête. Faut dire qu'il est bien fatigué avec tout ce qui est arrivé, ses jambes qui tiennent plus debout, la crasse et la boue. C'est d'ailleurs cette pensée qui le pousse à bouger : Sa toilette n'est pas terminée et il peut pas cracher sur ce qu'à préparé Adam juste pour lui.

Alors il s'extirpe avec douceur, avec torpeur. Les cils battent les joues et le sourire se fait même un peu plus chaud, avant qu'il ne retourne frotter son haut, tout ce qui n'est pas beau. A un moment le voilà même tout nu dans la pièce. Il nettoie ses ongles noirs, ses jambes frêles et fortes à la fois, ses pieds durs comme des rochers. Il décrasse la épaules, les paumes, puis ses genoux, ses joues, sa tête. Y a tout qui y passe, ou presque tout, il sait plus trop s'il a oublié ou non quelque chose, et même s'il est tout propre, il suffit d'un regard à ses vêtements pour qu'il se sente sale encore. Alors il sait pas trop pourquoi mais il colle tout dans la bassine, le pantalon et le haut, et puis sa veste aussi, mais pas son sous-vêtement qu'il a remis pour pas paraître embêtant ni les chaussures, avec la petite étoile jaune cachée dedans. Et il frotte et frotte dans l'eau qui se teinte de gris et de brun, essore, et d'un regard en coin demande comme une autorisation à Adam pour étendre quelque part.

D'habitude pourtant ça le gêne pas mais là il est pas avec les Perdus alors il se sent sale, pas à sa place. Au moins tout propre, il fait moins tâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lonely boy ✡ Adam Noguchi   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Sweetly Sullen et Lonely Heart: faussses ou vraies jumelles ?!
» Lonely Heart et Pru de la Convention Tonner 2008
» Such a lonely day ?
» Énigme 215 : Adam et Ève
» Mon ellowyne à Collioure !!! (basique blonde 1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Baie des Pirates :: Le Port Débauché-